Les Secrets de la construction des aéronefs légers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Secrets de la construction des aéronefs légers"

Transcription

1 Henri Fékété Les Secrets de la construction des aéronefs légers Conception. Dimensionnement. Construction. Essais. Publibook

2 Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires PARIS France Tél. : +33 (0) IDDN.FR R.P Cet ouvrage a fait l objet d une première publication aux Éditions Publibook en 2010

3 Avant-propos Voici une deuxième édition de mon ouvrage Les Secrets de la construction des aéronefs légers qui sans en changer l esprit et le contenu, présente quelques améliorations : - Certains textes ont été modifiés de manière à les rendre plus clairs et plus précis, mais le contenu général de l ouvrage reste identique à l édition précédente. - Des compléments techniques sont ajoutés pour que le lecteur ait une meilleure compréhension des conditions de réalisation des aéronefs légers, spécialement en ce qui concerne le chapitre 3. - Des dessins améliorés, complétés ou ajoutés. - Des corrections d imprimerie relatives à des erreurs, des inversions de mots, de légende de dessins, de grammaire, de mise en page, etc. L idée à la base de la rédaction de mon ouvrage provient de la relative ancienneté des nombreux documents relatifs à la technique aéronautique, qui traitaient soit de la conception, soit du dimensionnement des structures, et plus rarement de la technologie de construction. En conséquence, j ai songé à réunir dans un seul volume l ensemble de ces connaissances techniques à l exception des essais en vol qui ont fait l objet de l ouvrage de MM. Pierre Bonneau et Christian Briand. Actuellement, pour les aéronefs légers, les documents de référence connus en la matière restent encore ceux désignés ci-après : Cours de résistance des matériaux appliqué à l aviation de Paul Vallat (1944). Calculs et construction des avions légers de R.G. Desgranschamps (1947). Résistance des matériaux appliquée à l aviation de Sylvain Badez (1955?). Projet d avion léger de L. de Goncourt (1975?). Essais en vol de Pierre Bonneau et Christian Briand (1992). Cependant, il faut citer des ouvrages apportant des informations plus générales mais plutôt utilisées pour des aéronefs ayant des spécifications industrielles ou militaires comme : Construction des avions de Guy du Merle(1946). Aérodynamique expérimentale de P. Rebuffet (1958). Cette liste n est pas exhaustive, mais ces documents sont relativement tous connus aujourd hui. L objectif visé par le présent ouvrage est de regrouper en un seul volume le plus grand nombre d informations possibles ayant trait à : - la conception des matériels aériens légers. - des compléments techniques relatifs à la motorisation, aux technologies de fabrication, etc. - l exposé de méthodes simples pour effectuer des contrôles au sol et en vol de ces aéronefs, en ayant toujours à l esprit d obtenir un niveau de sécurité convenable. N.B. La rédaction de cet ouvrage suppose que les futurs constructeurs savent manier les divers outils nécessaires à la réalisation d un aéronef.

4 Bien sûr, les évolutions techniques apparues depuis 1944 ne rendent pas caduques les concepts de base concernant l aérodynamique, la mécanique du vol ou la résistance des matériaux, mais la recherche apporte aujourd hui des informations nouvelles concernant certaines lois physiques et l utilisation de nouveaux matériaux capables d améliorer les produits aéronautiques. Par exemple, il faut citer les concepts concernant les phénomènes d aéroélasticité (flottement ou flutter) et de fatigue, ayant entraîné un progrès indiscutable de la sécurité des vols depuis la publication des textes indiqués précédemment. De même, l apparition de nouveaux matériaux (titane, composites stratifiés, etc.) a autorisé des concepts originaux, impensables au cours des dernières décennies portant sur l aérodynamique, ou sur l étude des structures, ou encore dans les technologies de fabrication. Ces nouvelles technologies améliorent certes les performances, mais ne modifieront pas les lois générales de la physique et de la mécanique du vol, bien connues et immuables. Aujourd hui, avec l application de règlements récents issus des expériences passées, la désignation de bon appareil, s adresse à tout matériel aérien dont les qualités de vol (Q.d.V.) et les performances sont vérifiées de façon plus rationnelle qu avant Ainsi, les aéronefs sont devenus plus agréables à piloter et plus sûrs. Finalement, les constations précédentes conduisent à estimer que la conception d aéronefs modernes ne peut plus se référer aux seuls ouvrages anciens mentionnés. Toutefois, il ne peut être question de rejeter en bloc ces documents techniques qui constituent une référence encore valable, à quelques détails près de terminologie et de systèmes d unités pouvant prêter à confusion. Exemples : - Le mot «fatigue» analogue à une pression, est remplacé aujourd hui par le mot «contrainte». - Le kilogramme est une force dans le système M. Kp.S., mais une masse dans le système international d unités (SI). Les progrès apportés par les nouvelles techniques de construction et les matériaux modernes m ont incité à rédiger une «mise à jour» de ces documents anciens par l adjonction de nouveaux chapitres traitant de la technologie de fabrication, de l installation motrice ainsi que des accessoires et équipements des appareils. Cet ouvrage propose d expliquer la manière d étudier et de dimensionner une structure d aéronef à partir des exigences techniques des règlements de navigabilité (européens et américains) appliqués depuis la décennie 1960 et listés à la suite : J.A.R. 23* analogue à F.A.R.23 J.A.R. 22, J.A.R./VLA, pour les avions de masse inférieure à 5700 kg, pour les planeurs monoplaces et biplaces, motorisés ou non. pour les appareils de masse inférieure ou égale à 750 kg, *JAR = Joint Airworthiness Requirements et VLA = Very Light Airplanes. L idée de rédiger ce document de travail existait dans l esprit de l auteur depuis quelque temps. Elle s est trouvée confortée par la demande de l ancien président du Réseau du sport de l air (RSA), M. Cariou, mais également à la suite de plusieurs suggestions émanant de constructeurs amateurs, voire de professionnels! L objectif visé est de constituer une sorte de manuel pratique afin de montrer le volume de travail à effectuer pour obtenir un matériel aérien «bon de vol» ayant un niveau de sécurité convenable.

5 Le contenu de ce document devrait aider tout constructeur amateur à réaliser l appareil de ses rêves, en adaptant dans la mesure du possible les notions de calcul et de fabrication présentées ici. La conception de formules non classiques sera simplement évoquée, car les études les concernant alourdiraient sans grand intérêt cet ouvrage. Toutefois, les méthodes exposées ici s appliquent au moins partiellement à ces formules, sans difficultés insurmontables. - Remarque : Les exigences techniques présentées sont plus importantes que celles contenues dans le règlement relatif au Certificat de navigabilité restreint d aéronef (CNRA). Les règlements F.A.R. ou J.A.R. rédigés (sauf AIR 2052) en langue anglaise sont en constante évolution. Aujourd hui, en cas de litiges dus à la traduction de ces textes, seule la version en langue anglaise ferait foi auprès des autorités de certification des divers pays ayant adopté ces réglementations. En outre, ils simplifient les procédures de certification des aéronefs d un pays à l autre. La communauté européenne (E. A. S. A.) a mis en chantier de nouveaux projets de règlements relatifs à la construction aéronautique et à la circulation aérienne pour toute l Europe. À ce jour, les discussions en cours sont très difficiles et n ont pas permis d aboutir à une réglementation applicable probablement avant De toute façon, la nouvelle réglementation apportera de profondes modifications aux textes déjà existants. Pour des appareils de masse supérieure à 750 kg ayant des caractéristiques d utilisation telles que les grandes vitesses, la voltige, le vol sans visibilité (I.F.R.) le travail aérien, etc., il faut se référer aux textes J.A.R. ou F.A.R. 23. Dans ce cas, le règlement JAR/VLA ne peut pas s appliquer. Ces renseignements portent en particulier sur : - L aide à l établissement du dossier de calculs et de justifications de la structure, demandés par les autorités de certification à tout postulant à un certificat de navigabilité ; - La démonstration de la résistance structurale d un élément vital d aéronef, classique ou non, ou répondre éventuellement à une demande spécifique des autorités de certification ; - La vérification par calculs et/ou essais de la tenue des pièces fabriquées par tout constructeur soucieux d assurer sa «tranquillité d esprit» concernant la sécurité des vols ; - La justification des modifications majeures apportées sur un matériel aérien déjà en service ; - La rédaction d éventuels rapports d expertise, consécutifs à des accidents ou incidents (hors fautes de pilotage) ayant pour cause des défaillances ou des ruptures en utilisation, peut-être anormales. Les personnes intéressées trouveront peut-être d autres applications possibles grâce aux informations contenues dans cet ouvrage. - Important : Toutes les unités employées pour rédiger ce document découlent du Système d unités internationales appelé SI, adopté par l Assemblée nationale française en Le système SI est légal et a fait l objet d une plaquette éditée en 1994 par les Journaux officiels : 26, rue Desaix Paris Cedex 15 au prix de 20 F pièce en 2003? La liste des nouvelles unités légales ainsi que les diverses relations pouvant exister sont présentées en annexe H de ce livre. - Attention :

6 Le système SI distingue clairement la masse du poids. La notion de poids est liée au phénomène de la gravitation terrestre, alors que la masse représente une quantité de matière n ayant aucune relation avec un quelconque phénomène de gravitation. Les concepteurs et les constructeurs sont invités à utiliser les nouvelles unités de masse et de poids indiquées dans ce document, car les habitudes acquises avec les systèmes d unités abrogés (CGS, MKpS, MTS) pourraient donner involontairement des résultats erronés. Les nouvelles unités du système SI se révèlent très utiles dans les milieux scientifiques et industriels en raison de leur excellente cohérence. Mais elles sont peu appliquées dans la vie quotidienne, car l ancien système d unités MK P S est toujours (très) utilisé commercialement et la diffusion dans le public de ces nouvelles unités s avère difficile à «digérer» et à intégrer. Par exemple, demandez d acheter 10 newtons de pommes de terre (1 dan) au lieu 1 kgp, va surprendre le commerçant et pourtant il s agit pratiquement de la même quantité de produit (à 2 % près). Peut-être qu un jour, les prix seront affichés en newtons au lieu de kgp mais ceci ne semble pas être pour demain. Dans les pays anglo-saxons, le système SI est utilisé discrètement dans les milieux techniques et scientifiques, en raison de son maniement logique et cohérent. Ensuite, les résultats de calculs sont automatiquement retranscrits en unités légales dans ces pays pour les rendre plus facilement assimilables par leur population et pour éviter de froisser des susceptibilités dans l opinion publique. Commentaire : Cette procédure de travail a été fâcheusement démontrée avec le contrôle de la trajectoire d une sonde US vers la planète Mars, perdue bêtement à la suite d une confusion entre les unités de mesure de longueur du système SI et celles des unités de mesure anglo-saxonnes. Par ailleurs, l ouvrage contient un grand nombre de signes et abréviations normalisés à partir des règlements de navigabilité (J.A.R., F.A.R.) en vigueur dans les pays agréant cette réglementation, mais aussi des expressions du langage technique aéronautique courant, dérivé de termes professionnels. Afin d aider les lecteurs à se familiariser avec ce jargon technique dont ils peuvent parfois ignorer la signification précise, l auteur donne quelques définitions permettant de : - Faciliter la compréhension des textes de l ouvrage par les non-initiés ; - Simplifier le travail de rédaction pour éviter des répétitions ou des longueurs fastidieuses. Il en est ainsi des expressions concernant la définition de l atmosphère type ou l utilisation de l alphabet grec. Hormis les équipements de pilotage et de navigation supplémentaires non exigés par les règlements en vigueur, l ouvrage comporte trois parties techniques essentielles portant sur : - L étude et la conception des matériels aériens ; - Le minimum de connaissances technologiques (règlements et sécurité) relatives à leur fabrication ; - Les conditions techniques de mise au point au sol et en vol. À la connaissance de l auteur, il semble qu il n y ait jamais eu de documentation (au moins en langue française) traitant en totalité les trois parties mentionnées ci-dessus. Les documentations les plus récentes ne semblent pas avoir encore pris en compte les évolutions techniques et technologiques.

7 Il existe bien sûr d excellents ouvrages traitant de sujets spécifiques, relatifs à la physique, à la mécanique rationnelle, à l aérodynamique subsonique, à la mécanique du vol etc., mais leur contenu s apparente plutôt à des cours théoriques pas toujours facilement assimilables pour des non-initiés. Dans ces conditions, un futur constructeur serait contraint de posséder une bibliothèque bien garnie s il décidait un jour de réaliser un matériel aérien moderne alliant performances, qualités de vol (QdV) et niveau de sécurité satisfaisants. Bref, de quoi s y perdre! Les propositions d études et de conception offertes dans les pages suivantes ont été rédigées dans l espoir de réduire, autant que possible, la recherche d'informations dispersées dans les diverses documentations techniques existantes aujourd hui. Toutefois, l ouvrage n a aucune prétention d innovations en matière d aviation légère. En effet, toutes les connaissances relatives à la physique et à l aérodynamique subsonique sont, depuis longtemps, toutes répertoriées. En outre, dans le but de ne pas encombrer les textes par des théories mathématiques, physiques ou mécaniques applicables aux constructions aéronautiques, l auteur a supposé que les lecteurs aient un niveau de connaissances générales permettant de manier l équation du second degré, seule notion utile pour comprendre les informations mathématiques présentées dans cet ouvrage. Cette condition permet de proposer des formules et autres relations mathématiques ou physiques appropriées, sans apporter de lourdes justifications. Il n est pas interdit au lecteur un peu curieux de vérifier par lui-même les formules présentées dans cet ouvrage, à l aide de cours théoriques proposés sur les sujets concernés. Le lecteur trouvera ci-dessous la teneur sommaire des trois parties principales signalées à la page précédente : - Étude et conception Cette partie ayant fait l objet de nombreux ouvrages bibliographiques, les textes suivants se bornent à réactualiser ou compléter la littérature existante. - Technologie de construction L objectif de cette partie consiste seulement à présenter la réglementation de base, destinée à éviter quelques «pièges» relatifs à la conception ou à la réalisation des pièces ou des sousensembles de matériels aéronautiques et d apporter, si nécessaire, des commentaires spécifiques. Les principaux matériaux couramment utilisés en aviation légère sont : le bois, la toile, les métaux (aciers et alliages légers) et plus récemment, les composites stratifiés avec tous les ingrédients les accompagnant (colles, peinture, vernis, etc.). Ces matériaux ont chacun leur technologie particulière d usinage. Étant donné la variété des procédés d usinage en fonction de la nature des matériaux, du dessin des pièces, de leur fonction à bord d un aéronef, il n est pas possible d exposer ici des règles de l art complètes, relatives à l usinage, aux méthodes, aux procédés, ainsi qu aux «trucs» de fabrication, en raison de l importance de ce sujet. - Mise au point au sol et en vol Cette partie a fait l objet de deux volumes édités : l un par M. P. Bonneau en 1957 et l autre par MM. P. Bonneau et C. Briand vers 1992.

8 Il faut remercier et féliciter ces deux auteurs pour l énorme travail de compilation et de rédaction qu ils ont fourni pour aider les passionnés de l aviation légère à comprendre plus facilement toutes les raisons des essais en vol. Les méthodes d essais proposées indiquent comment effectuer logiquement et progressivement les vérifications à apporter au matériel aérien et d effectuer des modifications qui pourraient s avérer nécessaires ou utiles pour la sécurité des vols. Le présent ouvrage n a pas la prétention de se substituer aux ouvrages ci-dessus, mais au contraire de les rendre plus attractifs. En conséquence, mon livre se limite à exposer les exigences réglementaires relatives aux contrôles au sol et aux essais en vol, accompagnés si nécessaire, de commentaires destinés à comprendre l esprit de ces exigences. Le constructeur ne doit pas négliger l importance des mises au point au sol et en vol pour obtenir un appareil agréable à piloter et sûr. Il va de soi que cet ouvrage n a pas la prétention d être complet à lui seul, mais l auteur espère que ce guide devrait permettre de réduire le nombre d erreurs involontaires relatives à la réalisation des appareils légers et susceptible de limiter les frais inhérents à la construction de ce type d aéronef. De plus, chaque concepteur et/ou constructeur aimerait pouvoir apporter sa touche de conception personnelle à la fabrication du matériel aérien dont il a rêvé. Je souhaite que les méthodes de calculs et de technologie de construction portant sur les règles de l art applicables à toute réalisation d aéronef léger et présentées dans cet ouvrage aient un effet bénéfique pour tout réalisateur potentiel, qu il soit amateur ou non. Le chapitre 6, relatif à la manière de dimensionner une structure, semblera peut-être ardu à utiliser par certains concepteurs voulant créer leur aéronef, en raison des méthodes d application des formules mathématiques relatives aux calculs, employant des unités de mesure parfois obsolètes. Ces méthodes sont différentes selon les matériaux prévus pour la construction d un aéronef (bois, métal, composites stratifiés). Néanmoins, les difficultés éventuelles de calcul ne devraient pas être un sérieux un handicap car il est toujours possible dans les cas de calculs jugés incertains, de procéder à un essai statique partiel non destructif à partir d un dossier des efforts généraux. En cas de difficultés, il est conseillé de s adresser à des personnes plus compétentes que soi pour résoudre les problèmes rencontrés. En aucun cas, il n apparaît dans cet ouvrage d équations supérieures au second degré afin d alléger les calculs. L utilisation des dérivées ou des intégrales, peuvent affiner les calculs au prix de complexités accrues qui ne se justifient pas dans la pratique, sauf à effectuer des recherches fondamentales! Les méthodes proposées pour la réalisation de toute formule d aéronef restent valables, qu elles soient classiques ou non (ex. formule d avion de voyage, de voltige, ou canard, ULM, etc.), mais il sera parfois nécessaire de les adapter en fonction des options désirées par l utilisateur de l appareil. Les articles ou les exposés de cet ouvrage sont plus complets que ceux que j ai déjà publiés sur les mêmes sujets, dans les Cahiers du Réseau du Sport de l Air (RSA). Bien entendu, l auteur sera toujours à l écoute des critiques et suggestions des constructeurs amateurs allant dans le sens de l amélioration ou de compléments à apporter à ce document. Pour terminer cet avant-propos sur une note optimiste principalement adressée aux constructeurs amateurs, je propose de dédier cet ouvrage à la mémoire de M. Lecarme, ingénieur et pilote d essais professionnel, aujourd hui disparu.

9 Passionné par l aviation légère, il a été pratiquement présent à tous les divers rassemblements des constructeurs amateurs du RSA. Il a également publié de nombreux articles techniques relatifs à l aviation légère, articles toujours d actualité car ils sont conformes aux lois physiques, aérodynamiques et mécaniques immuables. Je me souviens que lors des divers rassemblements du RSA et après examen «critique» d une réalisation d un constructeur amateur ne lui donnant pas entière satisfaction, il lui arrivait de prononcer parfois en guise «d encouragement et de sentence» la phrase suivante, accompagnée d un petit clin d œil complice, à l adresse de ses interlocuteurs : «Il n y a pas d avion raté, il n y a que des avions insuffisamment mis au point.» L auteur laisse aux lecteurs le soin de méditer le bien-fondé de cette maxime et de tirer leurs propres conclusions de cet avis plein de sens pratique! Henri Fékété, octobre 2009.

10

11 Sommaire Unités de mesure Généralités Définition de l atmosphère type A. Composition et température B. Pressions et densités Alphabet grec Les équations de dimension Objet des équations de dimension Présentation des systèmes d unités d utilisation courante Historique des systèmes d unités Exemples d incohérence Les équations de dimension Remarques importantes Chapitre 1 Introduction et réglementation applicable Généralités Les services officiels en France Les textes de référence Conditions techniques pour un projet Concept initial Conditions techniques Définitions physiques générales La mécanique du vol Les vitesses AIR Pression dynamique Notions de viscosité cinématique Evaluation de la célérité du son dans l air Clauses techniques de base Considérations sur la documentation technologique Critères de choix d un aéronef Chapitre 2 Analyse initiale d un projet Généralités Quelle formule aérodynamique adopter? Quel avion faut-il envisager? Quel moteur utiliser? Dossier de présentation Catégories de navigabilité Masses Définition des diverses masses Masse maximale Masse minimale Masse à vide et centrage correspondant Centrages Lest amovible Autres références Vitesses Facteur de charge Limite élastique Premières estimations

12 2.12 Exemple d étude et de réalisation Influence du groupe moto-propulseur (G.M.P.) Influence des matériaux Affinement du projet Réflexions relatives au programme envisagé Eléments complémentaires de calcul Détermination des vitesses Cas du quadriplace Portance globale de l aile (Cz) Correctifs de V S0 et de V H Eléments jouant sur la valeur de V S La vitesse V H (en palier plein gaz) dépend de la puissance motrice installée Dossier de qualification. (ou de calculs) Autres possibilités de calcul Conclusions relatives au dossier de qualification (ou de calculs) Exemple de projet Dossier de calculs (ou justificatifs de le structure) Mémoire de présentation prévisionnel Exemple d application à un quadriplace de voyage Devis de masse détaillé Méthode générale Autres méthodes Autres paramètres à définir Exemple de paramètres Cas de l aile elliptique, Exemple de calculs d une structure Caractéristiques aérodynamiques La forme en plan de l aile Les profils classiques Les profils laminaires Angle de calage La voilure Numérotation des profils Caractéristiques de profils classiques Exemple 1 : Cotes du profil NACA Exemple 2 : Cotes du profil laminaire NACA Analyse des figures 9, 10, 11 et Les ailerons Les dispositifs hypersustentateurs Le fuselage Les empennages L empennage horizontal a pour but d agir sur les déplacements de l avion en tangage, c est-à-dire lors du vol en palier, sur la montée ou sur la descente L empennage vertical agit sur les déplacements en virage (en lacet), conjugués en roulis avec les ailerons s ils existent. Sa surface totale comprise entre 10 et 15 % de la surface de l aile Les dispositifs de retour au sol Dispositifs de retour au sol avec atterrisseurs du type : Dispositifs d évolution de l eau Conclusions sur les paragraphes 2.32 à Réalisation d un avion métallique Chapitre 3 Evaluation des efforts généraux Généralité sur la résistance des structures Appellation normalisée des charges Définition des charges employées dans les dossiers Présentation de la limite élastique Charges en traction Charges en compression Essais de traction dans le bois Détermination des efforts généraux Charges en vol Présentation du domaine de manœuvre

13 3.09 Analyse du domaine figure Cas de vol à n positifs Cas de vol à n négatifs Présentation du domaine de rafales Domaine de vol combiné Autres cas d efforts généraux à déterminer Charges au sol Méthode générale de calculs Aspect des charges Cas de la voilure elliptique Cas de la voilure trapézoïdale Cas de la voilure rectangulaire Autres types d ailes Répartition de portance en envergure Allures des courbes de répartition de portance Méthodes de calcul de la répartition de portance Tracé de la courbe de répartition de portance Détermination de la portance d une aile elliptique Détermination de la portance d une aile trapézoïdale Mode opératoire Tableau de calculs applicables à l aile du quadriplace Valeurs de référence Précisions sur les colonnes du tableau préparatoire Forces de délestage Calcul des délestages Remarques Répartition du supplément de portance dû au braquage de l aileron Autres méthodes de calcul Formules de Toussaint Formules du règlement allemand Moment de charnière (Toussaint) Délestages d inertie Répartition en profondeur (corde de profil) Exemples de répartition en corde Exemple de calculs Cas des hypersustentateurs sortis Efforts limites sur les commandes Charges sur l' empennage horizontal La charge d équilibre (fig.25 A) Détails des forces agissant sur le profil de référence de la voilure Variation des forces d inertie de translation en fonction de l incidence du profil de voilure Détermination descharges Détermination des charges de manœuvre par la méthode graphique Charge de manœuvre limite moyenne Augmentation de la charge de manœuvre sur l empennage Répartition des charges en corde sur les gouvernes Charges de rafales sur l empennage horizontal Par la méthode graphique : Par calculs : Charges dissymétriques Charges de manœuvre sur l empennage vertical Charges de rafales sur l empennage vertical Détermination par calcul Détermination graphique Charges sur les circuits de commande Charges sur les bâti-moteurs Charges sur les ailerons Charges sur le fuselage Cas de calculs à envisager du domaine de vol (fig.16) Propositions de charge de calcul sur la structure du fuselage Charges au sol Conditions de charges au sol Cas de charge type sur les atterrisseurs

14 3.48 Cas de la roue auxiliaire AV Cas de la roue auxiliaire AR Conditions simplifiées pour les atterrisseurs Autres cas de charges dimensionnants Conditions d atterrissage en secours Réflexions relatives au chapitre Conclusions relatives à la résistance des structures Chapitre 4 Aérodynamique et performances Documents aérodynamiques de base Choix d un profil d aile Polaire des profils Méthode générale proposée Correction de la portance en fonction de l allongement Polaire du planeur indéformable Compensation du moment de tangage Cas des dispositifs hypersustentateurs Dispositifs de bord d attaque Dispositifs de bord de fuite Aspiration ou soufflage de la couche limite Tracé des polaires Exemple de calculs de l aile à différents braquages de volets Polaire de l avion complet Détermination de D, distance entre l aile et l empennage horizontal Caractéristiques de l empennage vertical Détermination des traînées parasites Autre méthode Etablissement de la polaire de l avion complet Exemple de représentation d une polaire à différents stades d exécution Polaire logarithmique Généralités (pour information) Principe du tracé Diagramme général de la polaire Cas du vol horizontal Influence de la puissance Cas de la finesse maximale Influence de la charge alaire Influence de l altitude Disposition pratique des échelles logarithmiques et mode d emploi Autre présentation de la polaire logarithmique Exemple d application pratique Tracé du diagramme Détermination des puissances Généralités Rappel des masses (charge utile et structures) Caractéristiques géométriques et aérodynamiques Traînée de l avion complet Vitesses réglementaires Performances calculées en vol horizontal Performances calculées en montée Corrections dues à l altitude Corriger les vitesses en vol horizontal Correction de la vitesse verticale Influence de la traînée d un atterrisseur Cas d un atterrisseur auxiliaire avant Cas d un atterrisseur auxiliaire arrière Cas d un atterrisseur rétractable Observations relatives à la détermination des performances Conclusions relatives au chapitre

STRUCTURE D UN AVION

STRUCTURE D UN AVION STRUCTURE D UN AVION Cette partie concerne plus la technique de l avion. Elle va vous permettre de connaître le vocabulaire propre à l avion. Celui ci vous permettra de situer plus facilement telle ou

Plus en détail

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 EQUIPE DE L HELICE «DURANDAL 100» RESULTATS DES ESSAIS Fédération Française de Vol à Voile Daniel SERRESPEAL 1 OBJET DU PRESENT RAPPORT: Le CENTRE

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Économies de carburant Procédures opérationnelles dans un souci de meilleur rendement environnemental Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Qu est-ce

Plus en détail

Règlement Prototype LM P1 2014

Règlement Prototype LM P1 2014 Le Mans, le 14 juin 2012 Règlement Prototype LM P1 2014 Le règlement technique relatif aux voitures de la catégorie Le Mans Prototype 1 (LM P1) a été présenté ce jour lors de la conférence de presse de

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

ICS Destiné à remplacer EN 926-1:1995. Version Française

ICS Destiné à remplacer EN 926-1:1995. Version Française NORME EUROPÉENNE EUROPÄISCHE NORM EUROPEAN STANDARD PROJET pren 926-1 Mars 2004 ICS Destiné à remplacer EN 926-1:1995 Version Française Equipement pour le parapente - Parapentes - Partie 1: Prescriptions

Plus en détail

ESSAIS du REMORQUEUR ULM

ESSAIS du REMORQUEUR ULM ESSAIS du REMORQUEUR ULM F K 9 RESULTATS DES ESSAIS EN VOL Fédération Française de Vol à Voile / Centre National de Vol à Voile 04600 Saint Auban Daniel SERRES PEAL 1- OBJET DU RAPPORT- HISTORIQUE: La

Plus en détail

STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE

STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE STAGE PILOTAGE ET ASCENDANCE L idée de créer de ce stage est venu d un constat : bon nombre de pilote ne sentent pas suffisamment en confiance sous leur voile pour partir en cross ou voler dans des conditions

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Aéronautique & Défense DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Après plus de 3 ans de développement, le TBM 900 vole plus vite et plus loin Certifié, l avion est déjà en production, commandé et

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

Application des instructions d entretien et potentiels publiés par les constructeurs

Application des instructions d entretien et potentiels publiés par les constructeurs Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l aviation civile OFAC Division Sécurité technique Directive CT 02.020-35 Communication

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

INFO SECURITE DGAC N 2011/2

INFO SECURITE DGAC N 2011/2 Opérateurs concernés : Sujet : Objectif : Prestataires de services de navigation aérienne Exploitants d aéronefs en transport public, en aviation générale et en aviation de loisir Vent arrière au sol et

Plus en détail

PROGRAMMES D ENTRETIEN

PROGRAMMES D ENTRETIEN Page 1 sur 10 1 OBJET La présente fiche a pour objet de réunir les directives nécessaires à l élaboration du programme d entretien d un aéronef des catégories de ceux utilisés dans le vol à voile (remorqueurs,

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE XP 12

DOSSIER TECHNIQUE XP 12 DOSSIER TECHNIQUE XP 12 I) Descriptif des éléments principaux Aile XP 12 a) Caractéristiques Surface 12,5 m2 Profil Double surface 90% Envergure 9,2 m Allongement 7,36 Longueur 3,1 m Poids 46 kg Dossier

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Animation pédagogique interactive en HTML5 et JavaScript, Etude prospective.

Animation pédagogique interactive en HTML5 et JavaScript, Etude prospective. Animation pédagogique interactive en HTML5 et JavaScript, Etude prospective. Projet n 20 Réalisé par : Olivier Fauvel-Jaeger Frédéric Guégan Giacomo Rombaut Professeurs encadrants : Peter Sander Jean-Paul

Plus en détail

MARNE REIMS PALAIS DU TAU

MARNE REIMS PALAIS DU TAU CENTRE DES MONUMENTS NATIONAUX DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE CHAMPAGNE-ARDENNE, Maître d'ouvrage délégué CONSERVATION REGIONALE DES MONUMENTS HISTORIQUES 3, FAUBOURG SAINT-ANTOINE 51

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

4.6 MAINTENANCE ET INSPECTION D AÉRONEF

4.6 MAINTENANCE ET INSPECTION D AÉRONEF Page : 4.6 1 de 3 4.6 MAINTENANCE ET INSPECTION D AÉRONEF 4.6.1.1 APPLICABILITÉ Le présent chapitre prescrit les règlements régissant la maintenance et l inspection de tout aéronef possédant un certificat

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé 1 Décompression II. REVOD Plongée à l ordinateur Septembre 2010 Plan de l exposé Introduction Typologie de la décompression: No déco Déco légère Déco Lourde La planification Les profils de plongée Le palier

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Gilles Feld, Emmanuel Hoang, Romain Dardevet, Éric Labouré Adresse mél : gilles.feld@ens-cachan.fr, emmanuel.hoang@ens-cachan.fr,

Plus en détail

RÉGLEMENTATION RELATIVE A L EMPORT DU CARBURANT CIRCUIT CARBURANT ET IMPERFECTIONS LES PIÈGES DU CALCUL DU CARBURANT

RÉGLEMENTATION RELATIVE A L EMPORT DU CARBURANT CIRCUIT CARBURANT ET IMPERFECTIONS LES PIÈGES DU CALCUL DU CARBURANT RÉGLEMENTATION RELATIVE A L EMPORT DU CARBURANT CIRCUIT CARBURANT ET IMPERFECTIONS LES PIÈGES DU CALCUL DU CARBURANT CALCUL DU CARBURANT NECESSAIRE AU VOYAGE CARBURANT ET SÉCURITE DES VOLS Annexe 2 de

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

A propos d Europa. A propos d Europa

A propos d Europa. A propos d Europa A propos d Europa A propos d Europa Europa Aircraft naquit dans les années 1990 à la suite d un rêve: construire un petit avion permettant le voyage silencieux, confortables, à vitesse élevée et à faible

Plus en détail

COMMENT FAIRE DES ESCALIERS?

COMMENT FAIRE DES ESCALIERS? COMMENT FAIRE DES ESCALIERS? Conception et mise en œuvre GUIDE TECHNIQUE 2012 Union des Métalliers C O L L E CT I O N R E C H E R C H E D É V E LO P P E M E N T M É T I E R 4 INTRODUCTION 13 PARTIE I GÉNÉR

Plus en détail

TP 14984F (04/2010) Activités soumises à des normes de service de Transports Canada, Aviation civile (avec et sans frais) première édition

TP 14984F (04/2010) Activités soumises à des normes de service de Transports Canada, Aviation civile (avec et sans frais) première édition TP 14984F (04/2010) Activités soumises à des normes de service de Transports Canada, Aviation civile (avec et sans frais) première édition Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes ou vos questions

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année Enquête Janvier 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques appliquées, 12 e année

Plus en détail

1. Description. 1.1. Généralités

1. Description. 1.1. Généralités 1. Description 1.1. Généralités Une plateforme sur mât(s) avec entraînement à crémaillère est un équipement de travail permettant le déplacement vertical de personnes, matériaux et équipements, pouvant

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

Thierry Cadiot Juillet 2012

Thierry Cadiot Juillet 2012 Les règles d emport de Carburant Thierry Cadiot Juillet 2012 Sommaire Introduction La loi et les règles La loi Les règles d opération Le Carburant Généralités Manuel de vol Application au voyage Préparation

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

3/11_WHEEL ROADER/KE's仏語 04.3.11 5:13 PM ページ 3 KUBOTA WHEEL LOADER

3/11_WHEEL ROADER/KE's仏語 04.3.11 5:13 PM ページ 3 KUBOTA WHEEL LOADER KUBOTA WHEEL LOADER Puissantes, polyvalentes, et souples d utilisation, nos chargeuses sur roues offrent des performances optimales pour une grande variété d applications. Charger, reboucher, niveler,

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

Lève vitres et lève charges KS

Lève vitres et lève charges KS Lève-vitres et lève-charges KS La manutention facilitée Lève vitres et lève charges KS Près de 40 ans d innovations Plus de 2.000 clients satisfaits Des spécialistes expérimentés Des produits certifiés

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Formation Pilote Privé Hélicoptère PPL(H) Private Pilote Licence Helicopter

Formation Pilote Privé Hélicoptère PPL(H) Private Pilote Licence Helicopter Formation Pilote Privé Hélicoptère PPL(H) Private Pilote Licence Helicopter Age minimum : pour effectuer le 1 er vol solo : 16 ans révolus, pour obtenir le brevet 17 ans révolus. Aptitude médicale : délivrée

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

Généralités. 1/20 cerfa. n 50934#02

Généralités. 1/20 cerfa. n 50934#02 ministère de l Équipement des Transports du Logement du Tourisme et de la Mer Notice explicative pour les demandes d autorisation individuelle de transport exceptionnel de marchandises ou de circulation

Plus en détail

VERSION FINALE DU 1 SEPTEMBRE 2010

VERSION FINALE DU 1 SEPTEMBRE 2010 Département ENVELOPPE et REVÊTEMENTS Division BAIES et VITRAGES Tél. (33) 01 64 68 83 62 Fax. (33) 01 64 68 85 36 ACCESSIBILITÉ DES DISPOSITIFS DE MANŒUVRE DES FENÊTRES VERSION FINALE DU 1 SEPTEMBRE 2010

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-lecteurs

A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-lecteurs A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Diverses méthodes d import de lecteurs Les données (noms, prénoms, adresses. des lecteurs) proviennent en général du secrétariat, et se trouvent

Plus en détail

ÉPREUVE N 2. Les candidats traiteront chaque partie sur des feuilles séparées

ÉPREUVE N 2. Les candidats traiteront chaque partie sur des feuilles séparées ÉPREUVE N 2 EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) Matériels et documents autorisés : Calculatrice matériel

Plus en détail

MINISTERE DU TRANSPORT

MINISTERE DU TRANSPORT ROYAUME DU MAROC ---------- MINISTERE DU TRANSPORT ET DE LA MARINE MARCHANDE ---------- ADMINISTRATION DE L AIR ---------- DIRECTION DE L AERONAUTIQUE CIVILE Arrêté du Ministre des Transports n 227-97

Plus en détail

1- Durant votre vol, vous entrez dans un thermique. Décrivez, par un schéma simple, l incidence sur votre voile.

1- Durant votre vol, vous entrez dans un thermique. Décrivez, par un schéma simple, l incidence sur votre voile. QUESTIONS OUVERTES POUR LE BREVET DE PILOTE CONFIRME, SUR LES THEMES «Mécanique de vol/aérodynamique», «réglementation/espace aérien», «météo/aérologie», «pilotage». Les questions liées au brevet de pilote

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 2014 Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 FANC-AFCN 16-12-2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Historique... 3 3. Evolution des

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. TITRE

Plus en détail

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau No d agrément : Z-23.11-1595 INSTITUT ALLEMAND DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement de droit public 10 février 2006 10829 Berlin Kolonenstr. 30 L Tel. (49) 030 78730-332 Fax. (49) 030 78730-320

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

2. La perte de contact avec l avion et le déclenchement des secours

2. La perte de contact avec l avion et le déclenchement des secours www.bea.aero NOTE DE SYNTHÈSE 1. Le vol prévu (1) Les heures sont exprimées en temps universel coordonné. Il faut ajouter 2 heures pour obtenir l heure à Paris le jour du vol, retrancher 3 heures pour

Plus en détail

Le pneumatique dans un environnement «technologie véhicule évolutif» : impacts et perspectives

Le pneumatique dans un environnement «technologie véhicule évolutif» : impacts et perspectives Le pneumatique dans un environnement «technologie véhicule évolutif» : impacts et perspectives Grâce aux efforts de recherche et développement qui ont été menés, la résistance au roulement des pneus a

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

RENOVATION DES LOCAUX DU BATIMENT CITADELLE SIS 8, RUE DE LA CITADELLE A METZ

RENOVATION DES LOCAUX DU BATIMENT CITADELLE SIS 8, RUE DE LA CITADELLE A METZ MINISTERE DE L INTERIEUR, PREFECTURE DE LA MOSELLE DIRECTION DES RESSOURCES ET DES MOYENS MUTUALISES Bureau des Affaires Immobilières et du soutien 9, Place de la Préfecture 57034 METZ CEDEX Tél. 03.87.34.88.06

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Rapport. sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair

Rapport. sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair N ISBN : 978-2-11-098012-0 Rapport sur l incident survenu le 18 mars 2007 en croisière entre Lyon et Montpellier à l ATR 42-300 immatriculé F-GVZY exploité par Airlinair Bureau d Enquêtes et d Analyses

Plus en détail

CIRCULAIRE. Procédures de qualification du personnel de certification des organisations de maintenance pour aéronefs.

CIRCULAIRE. Procédures de qualification du personnel de certification des organisations de maintenance pour aéronefs. ROYAUME DE BELGIQUE MINISTERE DES COMMUNICATIONS ET DE L'INFRASTRUCTURE Administration de l'aéronautique CIRCULAIRE CIR/AIRW-19 Date : 11/05/01 Edition : 1 Objet : Procédures de qualification du personnel

Plus en détail

Ullman JockeySeats tm

Ullman JockeySeats tm Ullman JockeySeats tm sièges à haute performance pour bateaux à haute performance Ullman Dynamics Ullman JockeySeats Réduisent le poids de l impact sur le corps humain Ullman Dynamics est le leader mondial

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET

HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET HISTOIRE DE L'AEROSTATION ET L'AVIATION (1783 1939) Jacques Peter Maître de Recherches et responsable d'activités à l'onera (Office National d Études et Recherches Aérospatial) Aérodynamique Simulation

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES AGENTS AFIS

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES AGENTS AFIS RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES AGENTS AFIS Les missions de l agent AFIS s articulent autour de trois objets L exécution de fonctions opérationnelles La tenue de documents L exercice de relations avec la

Plus en détail

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, HorsSérie 2, 20 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bibj3ea:2005720 EDP Sciences, 2005 Projet

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

AMORTISSEURS AUTO UTILISATION & RÉGLAGES

AMORTISSEURS AUTO UTILISATION & RÉGLAGES AMORTISSEURS AUTO UTILISATION & RÉGLAGES SOMMAIRE Introduction Implantation sur le véhicule Set up de base du véhicule CR50 et CR60 - réglages Méthodologie de mise au point Maintenance / Entretien Vos

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail