II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre Plan de l exposé

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé"

Transcription

1 1 Décompression II. REVOD Plongée à l ordinateur Septembre 2010 Plan de l exposé Introduction Typologie de la décompression: No déco Déco légère Déco Lourde La planification Les profils de plongée Le palier profond Le conservatisme Les protocoles particuliers Conclusion

2 2 Avant Propos La théorie exposée ci-après relative au mode de fonctionnement d un ordinateur dépend des éléments relevant de la propriété intellectuelle des différents constructeurs. Gardons à l esprit les secrets de fabrication et le fait que nous ne connaissons qu une infime partie du sujet qu ils ont consenti à dévoiler. A nous de confronter la théorie à notre pratique au quotidien. Les ordinateurs Etc

3 3 Qu est-ce qu un ordinateur? Un ordinateur de plongée permet d'optimiser son temps de plongée en calculant automatiquement la décompression à réaliser par le plongeur. Calcul de la décompression par tranche de temps Intégration de différents paramètres T, gaz utilisé(s), consommation, rythme cardiaque, altitude, conservatisme, etc Le risque zero n existe pas! L utilisation d un ordinateur n empêche pas de réfléchir!!! Les modèles de décompression Lequel choisir? Quel est le meilleur?

4 4 40m 30 min La philosophie du Revod Conservation des tables comme référence pédagogique en plongée et aux examens Libre choix du moyen de décompression pour toute plongée y compris en plongée exercice à l exception des stages MF et MN Recommandation : MAX 60m à l air

5 5 Typologie de la décompression No déco Décompression légère Décompression lourde Plongée no déco Définition: Plongée qui permet à tout instant et quel que soit le moyen de décompression utilisé un retour en surface sans arrêt imposé Moyen primaire: Tables Ordinateur Plaquettes reprenant les paramètres planifiés à sec (runtime) Moyen secondaire ou secours ou back up Tables, ordinateur ou plaquette NB dans ce cadre-ci uniquement le moyen de déco d une autre membre de la palanquée peut servir de back up Le choix du moyen de déco primaire et secondaire est laissé à l appréciation et sous l entière responsabilité du plongeur

6 6 Plongées répétitives Définitions Consiste à effectuer plus de deux plongées par 24h à conditions qu elles soient toutes: Effectuées dans la courbe sans palier Avec un intervalle de minimum 2h De faire un palier de 5 à 5m Dans un bon confort thermique Veiller à bien s hydrater avant et après

7 7 Déco légère Définition: TTS < temps fond TTS < 20 Moyen primaire: Tables Ordinateur Plaquettes reprennant les paramètres planifiés à sec ( runtime) Moyen secondaire ou secours ou back up Tables, ordinateur ou plaquette

8 8 Déco lourde Définition: TTS > temps fond TTS > 20 Plongées à réserver aux plongeurs expérimentés car Nécessite une maitrise de la décompression Formation particulière ( PPA, mélange suroxygéné, tertiaire) Technique de décompression spécifique ( O2, Nitrox) Matériels supplémentaires recommandés parachute bouteille de déco plaquette de communication

9 9 56,3m 19 min Déco lourde Moyen primaire: Tables Ordinateur Plaquettes reprennant les paramètres planifiés à sec ( runtime) Moyen secondaire ou secours ou back up Exclusivement personnel : Tables, ordinateur ou plaquette

10 10 Planification La planification La planification de départ ou statique Bien connue, je ne m étendrai pas elle reprend les paramètres suivants: profondeur maxi, temps maxi, temps de remontée total maxi, temps et profondeur de la décompression Volume d air nécessaire

11 11 La planification La planification dynamique On ne peut pas tout régler au départ, de plus certaines machines ne proposent plus cette possibilité La planification dynamique repose sur la fixation d une série de critères qui conditionneront en temps réel la suite de la plongée TTS max, palier à 6 ou 9m, etc Réserve d air Temps de plongée max Planification Tables Ordinateur Logiciel Choix But : Organiser une décompression homogène No déco Décompression Déco légère Déco lourde Backup de décompression Aspects Sécurité Facteurs externes Température de l eau Rythme cardiaque Consommation

12 12 En toute circonstance, Il faut toujours veiller et préférer une planification plutôt qu une gestion de crise Les profils de plongée

13 13 Profils de plongée Profil de référence: Le profil carré, où la profondeur maximale est atteinte au début de la plongée et maintenue tout le long Ex: épave C est en fait le seul profil testé et testable à ce jour en fonction des modèles connus!!! Profil Yoyo!!! Profil de plongée où la profondeur d évolution varie vers le haut et vers le bas plusieurs fois fortement dans un délai court. Le phénomène est d autant plus important que : le nombre de montées / descentes est important, la différence bas / haut du mouvement est grande, les vitesses de montée / descente sont importantes, le mouvement se fait à proximité de la surface, le mouvement se fait en fin de plongée

14 14 Illustration Patrick Demesmaker Cours AML 17/11/2008

15 15 Profils border line Profil de plongée qui maintient le temps sans palier affiché NDL: No Deco Limit : «trop proche» du zéro. Typique des profils type Zeeland

16 16 Profils inversés Plongée successive effectuée à une profondeur supérieure à la plongée précédente. Historiquement, pas d interdiction des plongées inversées Effectuées régulièrement en plongée scientifique, professionnelle ou militaire sans incident. Interdiction des plongées inversées par les agences de formation de la plongée loisir non fondée sur des données probantes

17 17 Conservatisme

18 18 Le conservatisme dans la déco Intérêt: Lorsqu il existe un ou plusieurs facteurs susceptibles d augmenter le risque d ADD Toutefois, l application d un facteur de conservatisme ne dispense pas d une bonne hygiène de vie, d une condition physique adéquate Le choix d un facteur de conservatisme est dicté par Profil de plongée Moyens matériels ( gaz ) Conditions météo Niveau des plongeurs Compatibilité avec les moyens de déco de la palanquée Comment introduire une marge accrue? En général : courbe de non-palier, ralentir dans les 5 derniers mètres (3 à 5 m/min), palier de surface de 3 à 5 minutes, nitrox et décompression 02, paliers avec mélange suroxygéné, palier de sécurité de 5 min à 5 m pour les profils no-déco, limiter le nombre de plongées répétitives, maximiser l intervalle de surface (minimum 2h),

19 19 Comment introduire une marge accrue? Aux tables : Considérer une profondeur supérieure à la réalité. Considérer un temps supérieur à la réalité. Prendre un indice supérieur à la réalité. Prendre la pénalité suivante Comment introduire une marge accrue? A l ordinateur : Adopter une grande marge pour le NDL. Adopter un facteur de conservatisme programmé (0: modèle «brut», 3: grande marge, 1-2 entre les deux). Attention aux conséquences, parfois imprévisible. Résultat non documenté et non garanti. On ne peut choisir un ordinateur sur seule base de son algorithme car tous ont été modifiés

20 20 Règles d exception Règles d exception Les évènements «non prévus» ne sont PAS gérés par les ordinateurs. Réaction courante: blocage de la machine. Réaction insidieuse: informations absentes ou fausses. Bien géré: les vitesses trop rapides, les interruptions de palier. Pas géré (ingérable): le yoyo, la remontée trop lente (border line)

21 21 Moyens différents dans la palanquée Contraintes à respecter (aussi facteurs de conservatisme): Palanquée groupée (remontée, paliers), Respect collectif du protocole le plus contraignant (vitesse, paliers), Résultat à prévoir: décompression augmentée: Ordinateurs: sera calculé correctement Autre moyen: conséquence à intégrer Prolongement d un palier de déco «tables» Aucune conséquence en plongée unitaire. Pour la plongée successive: en grande majorité: pas d effet notable, couverture garantie: prendre l indice alpha supérieur. Acceptable uniquement pour décompression légère. Décompression lourde: se règle lors de la planification

22 22 Vitesse de remontée trop lente suite à palier profond Ancienne règle: temps jusqu au premier palier Nouvelle règle: ajout du délai dû au palier profond au temps fond Passage d un moyen à l autre Principe du «passage à zéro» du compartiment le plus lent. Table USN vers ordinateur: 240 min * 6 périodes soit 24 h Ordinateur vers table ou autre ordinateur désaturé: En théorie, six périodes pour les compartiments lents variant de 120 à 650 minutes, donc de 12 à 65 heures. Autre indication: le temps total de désaturation indiqué par la machine

23 23 Passage d un moyen à l autre Uwatec : Galiléo, Smart, Aladin 24 heures Suunto : Vytec, Viper, D6, D9 48 heures (suggestion de 100 h!) Oceanic / Aeris : séries Atom et Data 24 heures Marès : Nemo, Nemo wide, Nemo sport 24 heures Cressi : Archimède et Quantum 24 heures Delta P Technologies: VR2 & VR3 24 heures Conclusion

GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR

GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR Revod II Version décembre 2011 Laurence Thewissen MN 274 Objectif de cette présentation Donner une vue d ensemble des règles et recommandations en matière de

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée. Niveaux 2

Les ordinateurs de plongée. Niveaux 2 Les ordinateurs de plongée Niveaux 2 Introduction Très important d'en connaître les précautions d emplois et les limites. Différents algorithmes basés sur des modèles mathématiques de calcul. Les ordinateurs,

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée. A.S. Paris 7 Denis Diderot

Les ordinateurs de plongée. A.S. Paris 7 Denis Diderot Les ordinateurs de plongée A.S. Paris 7 Denis Diderot Sommaire Principes de fonctionnement Avantages Inconvénients et risques Règles de sécurité Procédures en cas de panne Caractéristiques des ordinateurs

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée

Les ordinateurs de plongée NIVEAU 3 Les ordinateurs de plongée Tout le monde l utilise L arrivée des ordinateurs marque un progrès majeur dans la pratique de la plongée en scaphandre. Plus de calculs fastidieux d intervalles de

Plus en détail

Introduction aux tables de plongées - Prérogatives

Introduction aux tables de plongées - Prérogatives Introduction aux tables de plongées - Prérogatives Cours théorique PP1 BBTB Sophie Mieszkin Introduction aux tables de plongée Lors de la plongée l azote n est pas éliminé par l organisme Pour l éliminer

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

TABLES SIMPLES NIVEAU 2

TABLES SIMPLES NIVEAU 2 TABLES SIMPLES NIVEAU 2 Objectif Etre capable d utiliser les tables pour le calcul d un palier en fonction du temps et de la profondeur de la plongée simple et consécutive et comprendre les abréviations..

Plus en détail

Cours Tables - Niveau 2

Cours Tables - Niveau 2 Cours Tables - Niveau 2 Pourquoi ce cours? Historique des tables Rappels : Décompression Courbe de sécurité Utilisation des tables : Limites Profils Paramètres Sommaire Partie 1 Présentation des tables

Plus en détail

Organisation de la plongée

Organisation de la plongée Organisation de la plongée Club du CSAR Plongée Sous Marine 1 / 21 Organisation de la plongée Sommaire Justification Cadre réglementaire Planification Préparation Sur le site La plongée profonde Rappel

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée

Les ordinateurs de plongée Utilisé par tous les plongeurs l'ordinateur méritait quelques précisions avant de vous immerger. Justification Définitions Conditions d'utilisation Limites d'utilisation Procédures hétérogènes Choisir

Plus en détail

plaisir Tables de plongée

plaisir Tables de plongée plaisir Tables de plongée MN 90 - FFESSM Mode d emploi pour les livres Plongée Plaisir Etabli par Alain FORET Les tables MN90, conçues par la Marine nationale, ont été publiées initialement en 1990 puis

Plus en détail

GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR

GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR Revod II Cours AML 2015 Patrick Demesmaker Objectif de cette présentation Donner une vue d ensemble des règles et recommandations en matière de décompression,

Plus en détail

GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR

GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR GESTION DE LA DÉCOMPRESSION À L ORDINATEUR Auteurs : Didier Arts, Jean-Luc Dallons, Patrick Demesmaker, Laurence Thewissen, Serge Vandamme, Bernard Willame Photo de couverture : Serge Marcotty Date version

Plus en détail

Cours de Tables / Ordinateur - 1

Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 2 Cours de Tables / Ordinateur - 3 Ordinateurs de Plongée Introduction Principe de Fonctionnement Avantages et inconvénients Les différents

Plus en détail

Mise à jour de la fonction cardio-fréquencemètre de. Français

Mise à jour de la fonction cardio-fréquencemètre de. Français Mise à jour de la fonction cardio-fréquencemètre de Français Remarque importante pour les personnes portant des stimulateurs cardiaques, des défibrillateurs ou autres appareils électroniques implantés.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL B. PLONGÉES EN SATURATION Les instructions qui suivent permettent de conduire des opérations de plongée à saturation à l héliox avec un niveau vie allant de 10 m à 180 m. Elles autorisent un travail :

Plus en détail

Cours Prépa N III. La réglementation La préparation d une plongée en autonomie. Les organismes de la plongée en France

Cours Prépa N III. La réglementation La préparation d une plongée en autonomie. Les organismes de la plongée en France Cours Prépa N III La réglementation La préparation d une plongée en autonomie. Les organismes de la plongée en France Introduction N III: Un nouveau niveau de responsabilité! Sachez avec qui vous pouvez

Plus en détail

Règlementation : Brevets et qualifications

Règlementation : Brevets et qualifications Question 1 09REG-EV-1-05(1) Question à 1 point Vous êtes niveau 4 Guide de Palanquée et souhaitez devenir directeur(s) de plongée. Que devez vous faire? (1 point) Passer La qualification de plongeur niveau

Plus en détail

Définir les différents paramètres pour le mode hôtel. Les différents attributs que l on désire associer aux chambres.

Définir les différents paramètres pour le mode hôtel. Les différents attributs que l on désire associer aux chambres. Module Hôtel Pour l utilisation du module Hôtel, il est nécessaire de créer au moins un groupe de table avec comme mode d utilisation le type «Hôtel». Pour cela, aller dans le Back Office / Gestion / Tables

Plus en détail

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels ANNEXE I c LEXIQUE 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels Amélioration : Ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la sûreté de

Plus en détail

AUDIT G13. Notice d utilisation. Version 1-000 du 21/11/2007

AUDIT G13. Notice d utilisation. Version 1-000 du 21/11/2007 AUDIT G13 Notice d utilisation Version 1-000 du 21/11/2007 Sommaire de la notice 1) descriptif des fonctions 2) Configuration (logiciel configurateur) 2.1) Chargement du logiciel 2.2) Lancement du logiciel

Plus en détail

Cours N3.4. Nathalie Moreau

Cours N3.4. Nathalie Moreau Cours théoriques N3 Nathalie Moreau Sommaire du cours n 4 Contenu du cours Gestion de la remontée la désaturation (partie 2) : Utilisation des ordinateurs Plongées profondes et autonomie Planification

Plus en détail

Les Qualifications NITROX

Les Qualifications NITROX FEDERATION FRANÇAISE D ETUDES ET DE SPORTS SOUS-MARINS Manuel du Moniteur Les Qualifications NITROX Edition 2006 Brevets et qualifications NITROX 06/06 Page 1 / 8 PLONGEUR NITROX CONDITIONS DE CANDIDATURE

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Création informatique INF-2102-1. Programme d études Informatique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Création informatique INF-2102-1 Programme d études Informatique Septembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition du domaine d évaluation

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Gestion de Projets partie 3

Gestion de Projets partie 3 Gestion de Projets partie 3 Jean-Louis Lefèvre jean-louis.lefevre@univ-lyon1.fr Polytech Lyon GESPRO 3-2014 JL LEFEVRE Page 1 La gestion de Projets La planification consiste à définir l enchaînement des

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels LEXIQUE Amélioration : ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion destinées à améliorer la sûreté de fonctionnement d un bien sans changer sa fonction requise (FD X 60-000 : mai 2002).

Plus en détail

Comment faire passer un message

Comment faire passer un message Comment faire passer un message 1 Les Outils Pédagogiques Un cours en salle Le tableau Le rétroprojecteur Le matériel à présenter Un cours dans l eau La démonstration La découverte, les jeux L ardoise

Plus en détail

BELTRACE FACTURATION 1. Description récapitulative du procédé

BELTRACE FACTURATION 1. Description récapitulative du procédé BELTRACE FACTURATION On commente ci dessous chercher facturation et gérer facturation au niveau de l application Sanitrace. On débute dans le menu principal toujours à partir de Chercher facturation et

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

Gestion de Projets PeiP2 partie 2

Gestion de Projets PeiP2 partie 2 Gestion de Projets PeiP2 partie 2 Jean-Louis Lefèvre jean-louis.lefevre@univ-lyon1.fr Polytech Lyon 2015 GESPRO 2 PeiP2 JL Lefèvre p1/40 La gestion de Projets La planification consiste à définir l enchaînement

Plus en détail

GESTION DE LA DECOMPRESSION L ORDINATEUR DE PLONGEE

GESTION DE LA DECOMPRESSION L ORDINATEUR DE PLONGEE USB Subaquatique 2013/2014 1/4 COURS THEORIQUES N II GESTION DE LA DECOMPRESSION L ORDINATEUR DE PLONGEE Après son binôme, le plongeur Autonome doit avoir 2 soucis majeurs : la Gestion de sa Consommation

Plus en détail

L A VAN DORMAEL PHILIPPE MONITEUR 1* 13 MARS 2009

L A VAN DORMAEL PHILIPPE MONITEUR 1* 13 MARS 2009 L A 1 VAN DORMAEL PHILIPPE MONITEUR 1* 13 MARS 2009 COURS SUR LA DIRECTION DE PALANQUEE 2 LA DIRECTION DE PALANQUEE 1 2 3 4 5 LE CHOIX DU SERRE FILELE BRIEFING LE RÔLE DU SERRE-FILE LA PLONGEE LE DEBRIEFING

Plus en détail

Bureau du registraire

Bureau du registraire Bureau du registraire DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE DANS UN MILIEU CLINIQUE À L INTENTION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES HORS QUÉBEC DIRECTIVES CONCERNANT LE PROGRAMME D INTÉGRATION

Plus en détail

Fiche pratique n 12. Evaluation de la formation. Finalité. Mode opératoire. De quoi s agit-il? Quelle évaluation pour quels besoins?

Fiche pratique n 12. Evaluation de la formation. Finalité. Mode opératoire. De quoi s agit-il? Quelle évaluation pour quels besoins? Finalité De quoi s agit-il? Evaluer la formation est nécessaire pour toute entreprise qui souhaite connaître le «retour sur investissement» des actions de formation qu elle a initiées. Il convient de distinguer

Plus en détail

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires CANEGE Leçon 9 Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : comprendre le fonctionnement d une organisation dépôt central

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

1 Pression atmosphérique en altitude

1 Pression atmosphérique en altitude Plongées et altitude 8. mars 200 Maud Quillon maud.quillon@gmail.com MOTS Clefs : altitude, ADD, variation de volume, adaptation des tables, étalonnage des instruments atmosphérique en altitude Quand on

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment?

La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment? La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment? Audrey Lacasse, conseillère-experte en prévention-inspection Direction générale de la prévention-inspection 30 septembre 2015

Plus en détail

Cours Niveau 2. Tables MN 90. BRASSART Eric (E2) Création : janvier 2005 Modification : Décembre 2005. Tables MN 90

Cours Niveau 2. Tables MN 90. BRASSART Eric (E2) Création : janvier 2005 Modification : Décembre 2005. Tables MN 90 Tables Type de Plongées Simple Remontée lente Successive Consécutive Procédures de rattrapages Remontée rapide Palier interrompu - E.B- Cours Niveau 2 Tables MN 90 BRASSART Eric (E2) Création : janvier

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

Tables MT92. SJacquet 1/42

Tables MT92. SJacquet 1/42 Tables MT92 SJacquet 1/42 Stage de plongée scientifique 2011 Plan de l exposé Un peu d histoire Législation / Réglementation Conditions d utilisation / Procédures Exercices Les tablettes immergeables 2/42

Plus en détail

DIFFERENCIATION ET TICE

DIFFERENCIATION ET TICE DIFFERENCIATION ET TICE 1ere partie Janvier- février 2015 Limoges 1 Nathalie Chabrely Garcia et Equipe Tice 87 Quelques définitions Il existe plusieurs sens de cette notion mais tous répondent à une même

Plus en détail

Machine Virtuelle. Benjamin Dupuy BTS Service Informatique aux Organisations Option : Solutions d'infrastructure, systèmes et réseaux

Machine Virtuelle. Benjamin Dupuy BTS Service Informatique aux Organisations Option : Solutions d'infrastructure, systèmes et réseaux Machine Virtuelle Benjamin Dupuy BTS Service Informatique aux Organisations Option : Solutions d'infrastructure, systèmes et réseaux Epreuve E6 Parcours de professionnalisation Session : 2015 NATURE DE

Plus en détail

Logiciel de télégestion pour mitigeur électronique LEGIOMIX SOMMAIRE

Logiciel de télégestion pour mitigeur électronique LEGIOMIX SOMMAIRE 68395/FR www.caleffi.com Logiciel de télégestion pour mitigeur électronique LEGIOMIX Copyright 2014 Caleffi Série 6001 MANUEL D INSTRUCTION DU LOGICIEL SOMMAIRE 1 - Installation du matériel (Hardware)

Plus en détail

Consommation d air et autonomie

Consommation d air et autonomie Consommation d air et autonomie Cours N3 09/12/2013 François KERISIT E2 Tek Plongée Odyssée 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 2 Objectif Autonomie : jusqu à 40m, entre N3 jusqu à 60m, avec un

Plus en détail

Sommaire. Page d accueil. Comment effectuer une mise à jour? Comment insérer le logo de sa société? Comment effectuer une sauvegarde?

Sommaire. Page d accueil. Comment effectuer une mise à jour? Comment insérer le logo de sa société? Comment effectuer une sauvegarde? Sommaire Page d accueil Comment effectuer une mise à jour? Comment insérer le logo de sa société? Comment effectuer une sauvegarde? Page Tiers Comment créer un tiers (client et/ou fournisseur)? Comment

Plus en détail

Gestion de la décompression à l ordinateur. JP Pousset - RCAE -2016

Gestion de la décompression à l ordinateur. JP Pousset - RCAE -2016 Gestion de la décompression à l ordinateur JP Pousset - RCAE -2016 Introduction Réforme et évolution de la décompression Années 80 Années 90 2006 2007 Déc 2011 17/12/2012 01/01/2013 Apparition des ordinateurs

Plus en détail

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE

ORGANISER ET GERER SON. Organisation management SYSTÈME QUALITE ORGANISER ET GERER SON Organisation management SYSTÈME QUALITE Regensdorf 06.06.2013 1 Plan 1. Introduction 2. Problématiques 3. Principes fondamentaux du management 4. Organiser un processus 5. Cartographie

Plus en détail

Facebook. Un lien vers Facebook se trouve sur la page d accueil du site CSQ : http://csq.qc.net.

Facebook. Un lien vers Facebook se trouve sur la page d accueil du site CSQ : http://csq.qc.net. Facebook Facebook est un réseau social sur Internet permettant à toute personne possédant un compte de publier de l information dont elle peut contrôler la visibilité par les autres personnes possédant

Plus en détail

Serveur WSUS. Introduction : Phase d étude : Phase de préparation :

Serveur WSUS. Introduction : Phase d étude : Phase de préparation : Serveur WSUS Introduction : Dans le cadre de mon stage de 2 ème année, l on m a proposé plusieurs projets. J ai choisi l installation d un serveur WSUS. Je vais présenter mes choix et les étapes de la

Plus en détail

En 10 étapes. Avancez avec le clic gauche

En 10 étapes. Avancez avec le clic gauche En 10 étapes Avancez avec le clic gauche Vous voilà donc avec votre version de Windows 7 fraîchement acquise dans les mains. L heure est venue de passer à l installation de ce système tant attendu. Il

Plus en détail

P** CMAS.CH. CMAS.CH Formation selon CMAS International

P** CMAS.CH. CMAS.CH Formation selon CMAS International P** CMAS.CH CMAS.CH Formation selon CMAS International TABLE DES MATIÈRES LES COURS DU BREVET DE PLONGEUR 2 ÉTOILES.... 3 1 BUT... 4 2 DÉFINITION... 4 Organisation et durée de la formation... 4 Admission

Plus en détail

NOMBRES RELATIFS 1. 287 : naissance d Archimède : 287 ans avant la naissance de J.C. 3 : température de 3 en dessous de 0

NOMBRES RELATIFS 1. 287 : naissance d Archimède : 287 ans avant la naissance de J.C. 3 : température de 3 en dessous de 0 I. Qu est-ce qu un nombre relatif? 1) Rappel NOMBRES RELATIFS 1 Dans de nombreuses situations, on utilise des nombres «positifs» ou «négatifs».ce sont les nombres relatifs. Ils sont utiles dans les cas

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

NIVEAU 3. Les ordinateurs

NIVEAU 3. Les ordinateurs NIVEAU 3 Les Principe Principe 09h Les tables utilisent un profil «carré» : prise en compte de la profondeur maximale atteinte par le plongeur comme la profondeur de toute la plongée... Les utilisent un

Plus en détail

Minte Bafodé Ghoraf Mouhsin. Compte rendu TP de sauvegardes

Minte Bafodé Ghoraf Mouhsin. Compte rendu TP de sauvegardes Minte Bafodé Ghoraf Mouhsin Compte rendu TP de sauvegardes 1 SOMMAIRE : Contexte. 3 Introduction...3 Objectif.. 3 I. La sauvegarde et la restauration des données et informations personnelles. 4 A. La sauvegarde

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014

Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014 Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014 Généralités Les crédits à l exportation assurés par la SERV doivent être conformes aux règles de l'arrangement

Plus en détail

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail.

Tout salarié y a droit, quels que soient son emploi, sa catégorie ou qualification, la nature de sa rémunération et son horaire de travail. LES CONGES PAYES DES ASSISTANTS MATERNELS Il s'agit d'une période de repos rémunérée accordée obligatoirement chaque année au salarié par son employeur. Pendant cette période, l'employeur ne peut pas faire

Plus en détail

MP LA PLANIFICATION Ch 4 LA PLANIFICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

MP LA PLANIFICATION Ch 4 LA PLANIFICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 4 LA PLANIFICATION 1 4.1 ASPECTS TECHNIQUES 2 SYSTEMES DE REPRESENTATION 1 PERT ( Program Evaluation and Review Technic ) Représentation axée sur la logique d enchainement des tâches 2 GANTT Représentation

Plus en détail

FORMATION DE MONITEUR LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER

FORMATION DE MONITEUR LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER LE M1 CMAS.CH PAR CROSS-OVER M. ZÜRCHER 2010 Philosophie de la formation M1 par cross-over. Les objectifs de formation d un plongeur CMAS sont de préparer le plongeur à être

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL ANNEXE 3

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL ANNEXE 3 ANNEXE 3 A. PLONGÉES D INCURSION PROCÉDURES D INTERVENTION POUR DES PLONGÉES AUX MÉLANGES À BASE D HÉLIUM Tableau n o 1. Mélanges fond pour tables héliox/oxy/6 m Tableau n o 2. Mélanges fond pour tables

Plus en détail

PAIEMENT SANS-CONTACT Module de formation à destination du personnel de caisse

PAIEMENT SANS-CONTACT Module de formation à destination du personnel de caisse PAIEMENT SANS-CONTACT Module de formation à destination du personnel de caisse 1 Ce module générique de formation a pour objet d illustrer et faciliter la maîtrise du paiement sans-contact par l hôtesse

Plus en détail

SANTÉ S 6 LA PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ MAJ 01/2015

SANTÉ S 6 LA PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ MAJ 01/2015 SANTÉ S 6 LA PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ MAJ 01/2015 La loi sur la réforme des retraites de 2010 a introduit au Code du travail un certain nombre de mesures concernant la pénibilité au travail, que sont

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE EFFECTUER UN SOIN VISAGE

SERVICES AUX PERSONNES ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE EFFECTUER UN SOIN VISAGE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 8 SERVICES AUX PERSONNES ORIENTATION D'ETUDES : ESTHETICIEN/ESTHETICIENNE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE EFFECTUER UN SOIN VISAGE FORMATION EN COURS DE CARRIERE

Plus en détail

Dissolution des gaz Loi Henry

Dissolution des gaz Loi Henry Dissolution des gaz Loi Henry William HENRY ( 1775 1836) En 1803, William Henry, physicien et chimiste Anglais, présente la loi qui porte désormais son nom. Selon cette loi, en l absence de réaction chimique

Plus en détail

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Fiche d application : Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 7 avril 2009 1 Préambule : Cette

Plus en détail

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE

SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE SAS BI DASHBOARD 4.3 : POUR LE MEILLEUR ET POUR LE FILTRE En tant qu outils d aide à la décision, les tableaux de bord doivent répondre rapidement. Pour participer à cet effort de réactivité en termes

Plus en détail

Pratique de logiciels de planification

Pratique de logiciels de planification Pratique de logiciels de planification Gestion des ressources Université Paris 8 - MASTER TECHNOLOGIE & HANDICAP Sommaire Introduction Notion de ressource Calendrier Coût d une ressource Introduction Gestion

Plus en détail

AXEL VICARD SI5. Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones

AXEL VICARD SI5. Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones AXEL VICARD SI5 Understanding End-User Development of Context-Dependent Applications in Smartphones Contenu I. Introduction... 2 II. Des modèles de tâches différents... 2 1. Tasker... 2 2. Atooma... 4

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée Première partie Objectifs de ce cours: 1. Introduction à la formation du 2* 2. Comprendre les lois fondamentales régissant : la flottabilité (Archimède)

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Physique : Comportement des gaz dans les mélanges

Physique : Comportement des gaz dans les mélanges Question 1 00PHY-DT-4-02(1) 1) Si l'on considère que la PpO2 max. admissible pour ne pas avoir d'accident hyperoxique est de 1.6b, quelle est la profondeur limite d'utilisation d'un mélange 60% N2, 40%

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Cobian backup. Sauvegarde. Cobian Backup est un logiciel de sauvegarde gratuit fonctionnant sous windows. Nathan Garaudel PCplus 01/01/2014

Cobian backup. Sauvegarde. Cobian Backup est un logiciel de sauvegarde gratuit fonctionnant sous windows. Nathan Garaudel PCplus 01/01/2014 2014 Cobian backup Sauvegarde Cobian Backup est un logiciel de sauvegarde gratuit fonctionnant sous windows. Nathan Garaudel PCplus 01/01/2014 I) Contexte Nous avons mis cette situation en œuvre au labo

Plus en détail

Physiologie. Physiologie. Physiologie. Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions.

Physiologie. Physiologie. Physiologie. Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions. Contenu du cours Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions. Buts Etre conscient du phénomène de la saturation des tissus. Connaître les conséquences de la saturation sur la

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 7 DU STPGV FILE D ATTENTE DE PAIEMENT

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 7 DU STPGV FILE D ATTENTE DE PAIEMENT ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE 7 DU STPGV, décembre 1998: révisée le 19 novembre 2001, et le 31 mars 2003. Révisée : le 19 novembre 2001 TABLE DES MATIÈRES FONDEMENT... 1... 1 OPTIONS DE FILE

Plus en détail

Module : Fichier. Chapitre I : Généralités

Module : Fichier. Chapitre I : Généralités Module : Fichier Semestre 1 Année : 2010/2011-1- SOMMAIRE 1. Introduction 2. Définition d un fichier 3. Caractéristiques d un fichier 4. Topologie des fichiers 5. Résumé 6. QCM 7. Exercices 8. Bibliographie

Plus en détail

1. La notion de force

1. La notion de force 1. La notion de force livre page 6 & 7 a) introduction Tu as déjà sûrement entendu le terme de force, c est en effet un mot utilisé fréquemment dans le langage commun : on parle de la force publique, de

Plus en détail

TF 312. hager TF 306. Valeurs de consignes. Commande sortie , ECO,,

TF 312. hager TF 306. Valeurs de consignes. Commande sortie , ECO,, régulation, programmation série F logiciel d application régulateur de température ambiante famille : Heating type : Regulator F 312 environnement hager Dérogations manuelles ou automatiques sélection

Plus en détail

Manuel d utilisation d AlphaWeb. utilisateur. Stand: 08 / 041

Manuel d utilisation d AlphaWeb. utilisateur. Stand: 08 / 041 Manuel d utilisation d AlphaWeb utilisateur Stand: 08 / 041 Bienvenue sur la page d accueil de notre service de télégestion AlphaWeb. Pour accéder à aux informations de votre pompe à chaleur, vous devez

Plus en détail

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Objectifs du logiciel Fonctionnalités du logiciel Caractéristiques techniques du logiciel 1. Objectifs du logiciel Collecter, stocker

Plus en détail

Cahier Technique La Feuille de Soins Electronique en mode Visite

Cahier Technique La Feuille de Soins Electronique en mode Visite Cahier Technique La Feuille de Soins Electronique en mode Visite Télévitale cahier technique : la feuille de soin électronique en mode visite Page 1 / 12 Sommaire Introduction... 3 Le Dossier Patient...

Plus en détail

Cours Niveau 3 Ordinateurs

Cours Niveau 3 Ordinateurs Justification Apport de l ordinateur Règle d utilisation Plongée multi-niveaux Principe de fonctionnement - E.B - Cours Niveau 3 Ordinateurs BRASSART Eric (E2) Créé : Décembre 2005 Modifié : Janvier 2006

Plus en détail

Racheter des trimestres de retraite

Racheter des trimestres de retraite Racheter des trimestres de retraite > > > > À défaut de justifier avoir cotisé suffisamment longtemps, le montant de la retraite est amputé par l application d une décote. Une des grandes innovations de

Plus en détail

LE POINT SUR Les avantages en nature

LE POINT SUR Les avantages en nature LE POINT SUR Les avantages en nature 1 Qu est-ce que l avantage en nature? Que sont les avantages en nature? Lorsque les dirigeants ou les collaborateurs d une entreprise disposent d une «voiture de fonction»

Plus en détail

avec les logiciels ProfNOTE, PRONOTE client.

avec les logiciels ProfNOTE, PRONOTE client. avec les logiciels ProfNOTE, PRONOTE client. Selon le choix de votre établissement, 2 types de saisie peuvent vous être proposés : La saisie déportée avec ProfNOTE (Voir page 2 ), La saisie avec PRONOTE

Plus en détail

TK 336B TK 336B. Montée/descente. Automatisme. Indication état

TK 336B TK 336B. Montée/descente. Automatisme. Indication état Commandes Série TK Logiciel d application 4 commandes de stores ou volets famille : Shutter type : Shutter TK 336B Environnement bouton poussoir visualisation TK 336B Montée/descente module scénario Lamelles

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015 2015 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 km et 2 km pendant plus de 30 heures consécutives, en reliant

Plus en détail

Un virus informatique est un mini programme installé à votre insu sur votre machine et qui en perturbe plus ou moins gravement le fonctionnement.

Un virus informatique est un mini programme installé à votre insu sur votre machine et qui en perturbe plus ou moins gravement le fonctionnement. Le logiciel Anti-virus Norton de Symantec. Un virus informatique est un mini programme installé à votre insu sur votre machine et qui en perturbe plus ou moins gravement le fonctionnement. Un logiciel

Plus en détail

Impression réseau Mise en œuvre

Impression réseau Mise en œuvre SERVEURS D IMPRESSION ARTICLE Impression réseau Mise en œuvre Created: June 2, 2005 Last updated: June 2, 2005 Rev:.0 Sommaire INTRODUCTION 3 INFRASTRUCTURE D IMPRESSION RESEAU 3. Impression en mode poste

Plus en détail

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles técnicos La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles // Il y a 50 ans personne ne pouvait prévoir l extension et l intensification que prendrait la production avicole

Plus en détail

Les Jeux. Plan. Introduction. Le minimax. Le minimax α / β. Bilan

Les Jeux. Plan. Introduction. Le minimax. Le minimax α / β. Bilan Les Jeux Plan Introduction Qu est-ce qu un jeu? Pourquoi les jeux et quels jeux? Aperçu historique Informatisation Complexité Le minimax Création d un arbre ET / OU Fonction d évaluation Version simplifiée

Plus en détail

Configuration d une politique de sauvegarde

Configuration d une politique de sauvegarde Configuration d une politique de sauvegarde Pré-requis à cette présentation La lecture de ce guide suppose que vous avez installé l agent SFR Backup sur l équipement que vous souhaitez sauvegarder. Il

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail