Rapport de la Sixième Réunion. de la Plateforme Régionale. pour les Mécanismes de Financement des Risques de Catastrophes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de la Sixième Réunion. de la Plateforme Régionale. pour les Mécanismes de Financement des Risques de Catastrophes"

Transcription

1 Rapport de la Sixième Réunion de la Plateforme Régionale pour les Mécanismes de Financement des Risques de Catastrophes décembre 2014, Hôtel Ocean View, Zanzibar

2 Rapport de la Sixième réunion de la plateforme régionale pour les mécanismes de financement des risques de catastrophes 1. CONTEXTE décembre 2014, Hôtel Ocean View, Zanzibar Pour cinq des états membres et territoires insulaires de la Commission de l'océan Indien, le projet ISLANDS a mis en place un programme régional innovant qui permettra aux gouvernements des pays concernés l Union des Comores, Madagascar, l Ile Maurice, les Seychelles, et Zanzibar de la République unie de Tanzanie - d atténuer les conséquences financières potentiellement dévastatrices des catastrophes naturelles qui s abattent périodiquement sur ces pays vulnérables de l'océan Indien. Le Programme ISLANDS de Protection Financière (IFPP) consiste en une boîte à outils sophistiquée, adaptée à chaque pays concerné, et basée sur le concept de financement des risques et le mécanisme associé de transfert de risque. Une fois en place, le programme aidera ces cinq pays non seulement à assumer les coûts potentiellement lourds de secours et de reconstruction suivant un cyclone, une inondation, un tremblement de terre ou un tsunami, mais aussi et surtout à contribuer à leur développement économique, puisqu il il réduira les effets négatifs sur le PIB - et donc sur leur développement futur - que de telles catastrophes laissent toujours dans leur sillage. Le IFPP a été soigneusement pensé et élaboré avec le soutien et la collaboration des principales organisations spécialisées dans ce domaine (l UNISDR et la Banque mondiale). Conçu comme une boîte à outils pourvue de tous les instruments nécessaires, il comprend les cinq étapes suivantes : 1. Une enquête approfondie sur les mesures de protection financière déjà existantes contre les risques de catastrophes dans la région. Cette enquête, menée début 2013, a montré le besoin de nouveaux instruments. 2. Une base fiablede données de pertes économiques ainsi que des profils de risque établis pour chacun des états membres. Ces données ont été déterminées au moyen de méthodologies modernes les plus utilisées: DESINVENTAR (pour recueillir des données historiques), et CAPRA (pour modéliser les risques futurs). 3. Un approfondissement des travaux initiaux de profils de risque avec des données relatives aux investissement. Cet exercice permettra de produire des évaluations plus ciblées des risques pour la mise en oeuvre d'outils spécifiques de financement des risques ou de gestion des risques de catastrophe. 4. Une analyse factuelle des différents mécanismes et instruments financiers pour soutenir la prise de décisions par les gouvernements en ce qui concerne l'allocation des ressources pour le financement des coûts des catastrophes. Les «stratégies de

3 réduction et de financement des risques de catastrophe» proposées tiendront compte de multiples options, et doivent être adaptées à chaque pays en fonction de leurs profils de risque détaillés et des lacunes de financement actuels. 5. Une étude de faisabilité concernant la possibilité d établir une structure pour le financement des risques au niveau régional. Cette étude définira également l environnement nécessaire pour la mise en place d un tel engagement. L IFPP a déjà entrepris les trois premières étapes du projet, au cours desquelles les outils nécessaires ont été identifiés, puis mis en place et ajustés, et chacun des cinq états membres ou territoires insulaires s est familiarisé et formé à leur utilisation. La quatrième étape du projet, actuellement en cours, a commencé en juin 2014 et prévoit l étude et la mise en œuvre des politiques nationales de financement des risques, qui serviront de base à l'étude de faisabilité mentionnée à l étape 5, qui sera réalisée par la Banque mondiale durant la période Cette cinquième étape qui a débuté depuis avril 2014 constitue le «South and Western Indian Ocean Risk Assessment and programme (SWIO-RAFI)» de la Banque mondiale. 2. OBJECTIFS DE LA REUNION La 6e réunion de la plate-forme régionale pour les mécanismes de protection financière contre les risques de catastrophes naturelles et climatiques visait à examiner: le contexte mondial de développement d une perspective de prévention des catastrophes; les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme de protection financière de ISLANDS (IFPP) mis en œuvre conjointement par la COI-UNISDR-WB; d'autres initiatives régionales avec qui de potentielles collaborations et un réel besoin de coordination se font sentir. 3. RESUME DE LA REUNION A. Cérémonie d ouverture Le Colonel Mamy Razakanaivo, Président de la plate-forme régionale pour les Mécanismes de financement des risques de catastrophes a pu officier comme maître de cérémonie lors de cette session initiale. Après des mots de bienvenue et un rappel sur l importance et le travail réalisé par la plateforme au cours des deux dernières années, le Colonel Mamy a ensuite appelé Mme Gina Bonne, Chargée de mission à la COI, Mr Christophe Push, DRM practice Leader for the Africa Region de la Banque Mondiale pour des allocutions qui ont permis de resituer le travail de ce programme pour la protection financière contre les risques de catastrophes dans une perspective plus régionale (programme COI, préparation du FED 11 donnant priorité à la réduction des risques de catastrophes et le changement climatique) et globale (inscription

4 de ce programme dans une approche menée par la Banque mondiale au niveau de l Afrique via plus d assistance technique, de nouveaux produits tels que les fonds de contingence comme celui récemment approuvé pour les Seychelles, ou en liant avec des initiatives comme l Africa Risk Capacity de l Union africaine). Le colonel Mamy a ensuite invité son Excellence Seif Shariff Hamad, First Vice-president of Zanzibar à prononcer son discours d ouverture. Donnant ici une perspective nationale de ce programme, le First Vice-president a pu clairement mettre l accent sur la déclaration de la 3 ième conférence internationale sur les PEID intitulée «Samoa, la Voie à suivre» (Samoa Pathway) en paraphrasant l article 51 : «Les petits États insulaires en développement continuent d être durement éprouvés par les catastrophes, dont certaines ont été aggravées par les changements climatiques, ce qui entrave leur progrès vers un développement durable. Nous constatons également que les catastrophes affectent ces États de manière disproportionnée et qu il faut impérativement améliorer la résilience, renforcer le contrôle et la prévention, réduire la vulnérabilité, faire œuvre de sensibilisation et augmenter la préparation pour répondre et se relever de ces catastrophes». Sur ce constat le First Vice president à pu conclure en rappelant six points de la déclaration qui permettraient d atteindre cet objectif ensemble : 1. Continuer d avoir accès à l assistance technique et au financement nécessaire ; 2. Promouvoir la coopération et l investissement dans le domaine de la gestion des risques de catastrophe dans les secteurs public et privé; 3. Mettre en œuvre le Cadre d action de Hyogo; 4. Intégrer les politiques et les programmes relatifs à la réduction des risques de catastrophe, à l adaptation aux changements climatiques et au développement; 5. Mettre en place des dispositifs d assurance contre les risques de catastrophe ou de renforcer ceux qui existent déjà aux niveaux national et régional; 6. Accroître la participation aux initiatives internationales et régionales en matière de réduction des risques de catastrophe. Après une photo de groupe (en couverture de ce rapport), les participants ont pu revoir les objectifs et le programme des deux jours avant de procéder avec la première session technique de la réunion. Le programme est donné en annexe 1 de ce rapport, tandis que les noms et contacts des participants sont donnés en annexe 2.

5 B. Définir le contexte de la réunion Le contexte international et la GRC M. Christophe Legrand a initié sa présentation avec le triangle de la résilience donné cidessous, à la fois comme résumé du projet ISLANDS et comme résumé des processus convergents vers un nouvel agenda international du développement et l adoption vraisemblable d objectifs du développement durable ou ODD (Sustainable Development Goals SDG), en septembre 2015 (échéance fixée pour atteindre les cibles des OMD). En utilisant la GRC comme point d entrée, il est ainsi revenu sur : - la conférence internationale pour les PEID (Apia, Samoa Sept. 2014) ; - la préparation de la conférence mondiale pour la GRC (Sendai au Japon, mars 2015) qui s accompagnera de l adoption d un nouveau cadre global pour la GRC/RRC post 2015 (Hyogo Framework for Action 2 HFA2) ; - les processus globaux en cours liés au changement climatique tels que la mise en place du Fond Global Vert (processus d accréditation et de proposition de projets déjà définis ; capitalisation du fonds initiée) et la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) avec la COP20 (Lima, Pérou Dec 2014) et la COP 21 (Conférence Paris Climat, Nov-Dec 2015) qui mèneront à la signature d un nouveau cadre pour le changement climatique voulu plus contraignant et ayant pour objectif une augmentation maximale des températures limitée à 2 C d ici En dehors de la convergence et l intégration recherchée de ces différents cadres, il faut également retenir que la GRC/RRC continuera d être traitée comme une dimension transversale dans la lignée de HFA. Ainsi pas moins de 7 objectifs du développement durable ont actuellement identifié des cibles ayant trait à la GRC/RRC. Figure 1 Triangle de la résilience

6 A la question du traitement de l économie bleue dans ce contexte global, Christophe Legrand a suggéré aux participants de suivre les travaux du groupe de travail de l ODD 14 portant sur les océans. Programme risques et catastrophes de la COI Mme Gina Bonne a ici pu présenter le programme GRC/RRC de la COI en focalisant sur les points suivants : - Axes stratégiques de la COI ; - Champs d actions ; - Projet ISLANDS (Phase II) ; - Perspectives. La présentation générale du programme de la COI a permis aux nouveaux participants de mieux connaître l institution derrière l initiation de cette initiative régionale en découvrant les domaines d intervention qui structurent le secrétariat pour atteindre les objectifs fixés par les quatre axes stratégiques définis. Ainsi, il apparaît que le programme GRC/RRC relève du domaine d intervention 4 et contribue au succès de tous les axes stratégiques, mais surtout l axe 3 : «Un environnement insulaire et océanique commun, résilient et durable». Ainsi, on retrouve l intégration de la GRC dans trois projets en cours (ISLANDS, Surveillance épidémiologique et Education, Recherche et Innovation) et un projet qui vient de se terminer (Risques Naturels). En termes de perspectives, la COI prépare actuellement avec l UE le 11 ième programme du Fonds européen de développement (FED) et les deux institutions se sont mises d accord pour mettre l accent sur la GRC/RRC et le changement climatique. C est sur cette base, et en se reposant sur les premiers brouillons du HFA2 ou encore sur la base du travail de la COI mené sur ces deux thèmes ces dernières années, que le secrétariat de la COI planifie maintenant un programme intégré Changement climatique et réduction des risques caractérisé par : - Des actions à court, moyen et long terme ; - Bâti sur les acquis du projet risques naturels, ISLANDS et les plates-formes existantes ; - Un renforcement des partenariats ; - Une mutualisation des moyens, des structures et institutions en place. Les grandes lignes de ce programme peuvent se définir ainsi : - Renforcement des capacités institutionnelles et techniques des états membres ; - Renforcement des capacités de coopération régionale et des partenariats ; - Sensibilisation, éducation, recherche et innovation.

7 Résumé de l activité "mécanismes de financement des risques"/ Project ISLANDS M. Philippe Boullé est tout d abord revenu sur ce qu était le programme de protection financière contre les risques de catastrophes de ISLANDS en mettant l accent sur l importance des partenariats. Il faut percevoir ce programme comme la provision de boîtes à outils pour mieux prévoir et fiancer la réduction ou le transfert des risques, via des mécanismes de financement publiques ou privés. En plus des bases de données, profils de risques et autres recommandations que ce programme a déjà apportés, ce programme a également : - apporté une approche coordonnée (plate-forme régionale ; agence hôte et coordinatrice dans chaque pays ; des plates-formes nationales dans certains pays) ; - un changement dans la perception de la question de a GRC/RRC parmi les acteurs mobilisés : les action s de développement doivent viser à réduire les risques de catastrophes ; - des objectifs et activités concrètes de renforcement de capacité matérielle et intellectuelle : outils open source ; utilisation de l expertise locale. En termes de vision à plus long terme, pour ce programme et en phase avec la présentation précédente de Mme Gina Bonne, M. Philippe Boullé ainsité sur le besoin de voir la plateforme penser à l intégration GRC/RRC et l adaptation au changement climatique, à intégrer plus d acteurs (ex. : les ONG). Il a surtout souhaitée une approche holistique de la GRC (identification des risques, réduction des risques, protection financière, préparation aux catastrophes, la reconstruction post-catastrophe), posant ainsi implicitement la question de la durabilité dans le temps du fonctionnement de cette plate-forme. Cette question est maintenant intégrée dans le tableau de décisions arrêté en dernière session. C. Progrès sur le Programme ISLANDS de Protection Financière Présentation des résultats du programme conjoint UNISDR / COI-ISLANDS Mme Kazuko Ishigaki a ici initié une présentation générale du travail des deux dernières années menées entre l UNISDR, la COI et les pays portant sur le développement des capacités de ces derniers à augment les investissements publics pour la GRC et l adaptation au changement climatique. Elle a pu tout d abord justifier ce programme à partir de deux éléments clés : - l adoption du cadre d action de Hyogo par 168 pays ; - le coût économique des catastrophes naturelles et climatiques : o l augmentation des coûts économiques des catastrophes naturelles et climatiques ; o 250 Millions USD dépensés pour des perturbations tropicales aux Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles et Zanzibar ; o Haute vulnérabilité des PEID à ces catastrophes (voir aussi «Samoa, la Voie à

8 suivre») ; o Pays tropicaux présentant une extrême vulnérabilité économique à ce genre de catastrophes. La présentation est ensuite revenue sur les deux aspects sur laquelle s est portée cette collaboration, à savoir l information sur les risques (base de données sur les catastrophes, évaluation probabilistique des risques) et l information sur les coûts (la GRC dans les investissements publiques analyse macroéconomique des impacts des catastrophes sur l économie et les finances publiques ; analyse microéconomique avec des analyses coûtsbénéfices de l impact des investissements pour la GRC ; revue des politiques et budgets pour mesurer les manquements entre les risques financiers et économiques identifiés et les politiques actuelles).ces deux composantes du projet avait pour objet de placer les pays dans une situation ou la discussion et la prise de décision politique informée est rendue possible. Le détail des figures présentées ensuite par l UNISDR et chacun des pays, comme en figure 2 ci-dessous, peut être consulté au niveau des présentations mais surtout dans le rapport global de l UNISDR et ces déclinaisons nationales. Ces rapports sont en cours de finalisation pour les réunions de restitution planifiées pour les deux premiers mois de Les brouillons de ces rapports ont été remis lors de cette session aux représentants des différents pays pour revue et commentaires avant finalisation. Lors de la session question réponse, la COI a remercié les pays et l UNISDR pour ce travail innovant dans la région qui a eu l avantage de mettre la notion économique de la GRC sur l agenda des pays, en renforçant leur compréhension du sujet. Cependant, vis à vis des recommandations pour les politiques et décideurs qui ont été formulées par les pays, la COI a suggéré au pays de renforcer le lien entre le travail d analyse économique mené et les recommandations pour les décideurs (ex. : Ministre des finances) qui se doivent être d ordre économique et ayant vocation une révision des budgets et politiques financières vis à vis de la GRC, d ici les réunions nationales de restitution. En effet, des recommandations telles que «besoin de renforcement des capacités», un besoin bien réel, ne ressort pas pour autant des analyses macro et micro économiques réalisées, en appui et coordination total de la COI/ISLANDS et autres partenaires.

9 Figure 2 Pertes économiques dues aux catastrophes naturelles Rapport d avancement et perspectives sur la mise en œuvre des projets SWIO RAFI Mr. Doekle Wielinga, Senior Disaster Risk Management Specialist de la Banque mondiale et en charge de la mise ne oeuvre du projet SWIO-RAFI dans le cadre du programme de protection financière de ISLANDS a tout d abord rappelé les caractéristiques générales de ce projet (un don d assistance technique finance par l ACP-UE via la GFDRR pour une période de 3 ans en phase avec ISLANDS 2) ainsi que son objectif, ses deux composantes (évaluation et information sur les risques; financement pour la réduction des risques de catastrophes). Il a ensuite présenté la séquence des activités de ce projet (figure 3 ci-dessous) avant de revenir sur des messages clés tels que : solutions spécifiques au pays, projet basé» sur les besoins, importance du renforcement des capacités.

10 Figure 3 Séquence des activités du projet SWIO-RAFI de la Banque mondiale o Evaluation des risques Les objectifs de cette composante du projet SWIO-RAFI sont les suivants : - Dresser un inventaire des risques pour différents types de catastrophes pour chacun des cinq états insulaires : - Utiliser les informations sur les risques générées par les processus de modélisation des risques pour informer: o Les stratégies de financement des risques de catastrophes ; o Les décisions visant à améliorer la résilience et la capacité des États insulaires pour faire face aux risques naturels ; - S assurer que toutes les données sont partagées, accessibles à tous et réutilisables ; - Compléter le travail du projet ISLANDS mené avec l UNISDR. La présentation est revenue sur la définition du risque et les différentes notions qui le caractérise: danger ; exposition au danger ; la vulnérabilité ; et le risque, celui-ci étant le résultat de la combinaison des autres.

11 La présentation a ensuite présenté différents types d utilisation de ce type d information sur les risques comme présenté en figure 4. Figure 4 Utilisations possibles des inventaires de risques L accent a ensuite été mis sur le fait que différentes méthodologies existes pour différents types d inventaires des risques et que le SWIO-RAFI combinera le travail existant (UNISDR- ISLANDS ; pays) et la récole de nouvelle information. La présentation détaille ensuite différents aspects techniques sur «les données», et les profiles de risques avant de détailler GeoNode, l outil que le SWIO RAFI utilisera car c est un outil open source qui permet à la fois de collecter et partager les données spatiale. Les concepts à retenir ici pour en faire un outil performant étant : couche de données, cartes (en tant que combinaison de plusieurs couches), documents, les gens/utilisateurs (devant collaborer). Après avoir donnée différents exemples concrets d utilisation de telles informations à la prise de décision, la présentation terminait sur les étapes suivantes de la mise ne oeuvre. Lors de la session questions/réponses, le représentant de la SEAS-OI et la COI ont pu mentionner l existence de la plateforme d échanges développée sous le projet Risques naturels par la COI et qu il serait bon de développer des échanges entre la COI et la Banque mondiale pour évaluer sa possible utilisation pour (1) la plate-forme régionale, comme outil

12 d échanges entre les acteurs, (2) portail géo-spatial dont la BM pourrait développer les fonctions basiques actuelles o Financement contre les risques de catastrophes Cette session de la Banque mondiale focalisait sur les Initiatives de financement et d assurance contre les risques de catastrophes. Ainsi, il a tout d abord été rappelé que ce genre d initiatives (1) sont appliqués à travers le monde, (2) s appuient sur et complémentent de nombreuses autres politiques sectorielles de développement et (3) se développent mieux dans une approche programmatique. Ces trois éléments sont repris en figure 5 ci-dessous Figure 5 Quelques caractéristiques générales des mécanismes de financement des risques

13 L état d avancement de cette composante du projet SWIO-RAFI est comme suit : - Consultations nationales initiales entreprises en Avril 2014 ; - Examen des mobilisations budgétaires post-catastrophe existantes et leurs dispositions d'exécution, et identification des dépenses post-catastrophes faites par le passé: o L identification des mécanismes pertinents de financement contre les risques de catastrophes a débuté ; o Le processus est le plus avancé aux Comores et à Madagascar ; - Ace jour, les pays ont exprimé leurs intérêts comme étant: o Réserves dédiées aux catastrophes ; o Assurance des biens publics clés ; o Assurance nationale contre les catastrophes ; o Régimes de protection sociale en cas de catastrophe ; - Des outils pédagogiques pour favoriser la compréhension sur la façon dont l information sur les risques peut être utilisée pour éclairer les décisions sur les mécanismes de financement contre les risques de catastrophes ont été développés. La présentation a ensuite fourni des informations sur les activités à venir mais également sur différents types de mécanismes de financement possibles selon les situations, en rappelant bien que plusieurs stratégies sont possibles. C est en effet l intégration de divers outils de financement sélectionnés par rapport (1) à la situation du pays (profile de risques), (2) aux objectifs que le pays veut se fixer en termes de transfert et rétention des risques, (3) aux coûts des différentes stratégies possibles, sur lesquels la stratégie peut être décidée. La Banque mondiale a adopté une approche à trois niveaux pour le financement des risques de catastrophe, démontrant différents outils qui devraient être utilisés pour financer différentes couches de risque, présentée ici en figure 6. Figure 6 Instruments et stratégies potentiels de financement contre les risques de catastrophes

14 Lors de la session question/réponse, un représentant des Seychelles s interrogeait sur le bien fondé de telles initiatives qui poussaient à responsabiliser les gouvernements et mobiliser l argent public, sans se pencher sur la question des «assets» privés qu ils osent du business privé ou des ménages. Plusieurs réponses ont été apportées : - ces mécanismes se focalisent principalement sur les coûts d aide pour permettre aux états d amenuiser l impact des catastrophes sur l économique du pays ; - le même principe que le représentant des Seychelles applique aux ménages responsabilité d avoir un «rainy day pot» (une cagnotte en cas d urgence) doit s appliquer au gouvernement qui devait toujours avoir une palette de stratégies financières pour faire face en cas de coup dur. Présentation du programme SEAS-OI et des perspectives de synergies dans la région OIO M. Pierre Tessier, Directeur SEAS-OI, a présenté la mission et structure du SEAS-OI ainsi que les programmes actuellement en cours ou en développement. Les perspectives de collaboration régionale dans le cadre de cette plateforme on également été abordés, et des points d action ont pu être arrêtés avec la Banque mondiale, lors de cette session mais surtout lors de rencontres parallèles entre ces institutions. Lors de cette présentation, M. Tessier a pu mettre l accent sur les forces du SEAS-OI qu il identifie comme étant le formation et son expérience de geo-portail. Lors des questions réponse, la COI a pu réexpliquer son désir de voir le SEAS-OI présent à cette réunion alors que la Banque mondiale a initié ces derniers mois sont travail sur l évaluation des risques et s plate-forme Geonode. La COI a également indiqué sa satisfaction devoir déjà des axes de collaboration identifiés entre ces deux institutions. Présentations par les pays du programme

15 Les différentes présentations faites par les pays portaient sur différents aspects que le président de la plate-forme avait arrêté. Ceux-ci portaient sur le progrès de ce programme de protection financière contre les risques de catastrophes, les défis rencontrés ainsi que sur les perspectives futures de la plate-forme régionale. Plusieurs des points mentionnés ont été discutés directement : - Besoin de renforcement de capacité : Certaines des requêtes spécifiques ont été prises en compte par l UNISDR et d autres seront parties intégrantes du projet SWIO- RAFI qui a rappelé l accent mis sur cet aspect dans la mise en œuvre du projet. Il est en effet important de noter que le programme ne s arrête pas avec la fin du travail mené par l UNISDR. - Madagascar et Maurice ont fait part de leur difficulté de faire prendre en compte par les décideurs les résultats du travail réalisé. Les partenaires ont fait part de l importance justement des réunions nationales de restitution pour les décideurs, ainsi que l importance de faire valoir ses études lors de l élaboration des budgets nationaux (peut-être trop tard pour 2015). - L importance de montrer que les initiatives des différents partenaires sont toutes parties prenantes d un seul programme à long terme a été discutée. Les efforts ont été faits dans ce sens - documentation expliquant les différentes étapes et partenaires, réunions/missions conjointes, échange d information entre les partenaires, etc. Ces efforts doivent continuer sur la durée. Il faut aussi reconnaître que depuis avril 2014, les risques étaient plus grands dans la mesure ou les deux institutions clés, l UNISDR et la Banque mondiale, étaient sur le terrain.avec la complétion des activités de l UNISDR, les risques de confusion vont être réduits, si les nouvelles initiatives (ex. : ARC) continuent à travailler dans le même esprit de collaboration. - Concernant la requête spécifique de Zanzibar pour l appui financier à la WCDRR à Sendai, la Coi a répondu qu il serait préférable pour Zanzibar de se rapprocher de la partie continentale de l Union de Tanzanie et élaborer une requête officielle que dans le cadre des actions menées sur la GRC avec la COI, l UNISDR et la Banque mondiale, il souhaite avoir des représentants de Zanzibar présents à Sendai. Dans ses invitations, l UNISDR ne peut effectivement pas demander à un pays de nommer spécifiquement des personnes. - Finalement la COI a demandé au représentant des Comores des précisions sur la base de données de référence nationale e taux représentants de Seychelles des précisions sur la mise à jour annuelle de DESINVENTAR. La COI a également appelé les pays à contacter Sylvain Ponserre de l UNISDR et en charge du volet DESINVENTAR, dans la mesure où seul les Seychelles est actuellement en ligne sur le site officiel. Le dur travail des pays n est donc toujours pas accessible à tous et cela semble dommage alors que pour plusieurs pays le travail semblait complet. Il a été décidé que ces présentations demandaient une réponse conséquente et une des décisions de la réunion a capturé le fait que le projet ISLANDS reviendra vers les pays avec

16 une telle réponse. 6. Autres initiatives régionales Regional Humanitarian Partnership Team (RHPT) in the South Western Indian Ocean Region Colonel Ismael Mogne Daho, Directeur Général de la Sécurité Civile de l Union des Comores a présenté l initiative menée à partir des plus hautes autorités de ce pays en collaboration avec le Bureau du Coordinateur résident des Nations unies, OCHA et ECHO. Sur un financement de 1an (2015) de ECHO, cette initiative consiste à évaluer la faisabilité de la mise en place d une équipe régionale pour la réponse humanitaire et la valeur ajoutée que ce mécanisme pourrait avoir par rapport aux mécanismes régionaux et nationaux existants. Les questions ont ensuite porté sur ce dernier point et en particulier par rapport à la PIROI. Il a alors été indiqué que la PIROI issue du mouvement Croix rouge n a pas la mandate pour jouer le rôle d une équipe régionale humanitaire telle que présentée ou envisage par les Comores qui est vouée à être d ordre plus gouvernementale ou intergouvernementale. La COI a également pu indiquer que suite aux derniers conseil des ministres et des officiers de liaison permanents, le secrétariat avait effectivement envoyé un courrier aux différents pays membres leur demandant à se prononcer sur cette proposition A l heure actuelle la France (La Réunion) et les Seychelles ont répondu et manquent encore les réponses de Madagascar et Maurice. Les représentants de ces deux pays ont été invités à faire leur possible pour que réponse officielle soit envoyée à la COI. Note : OCHA a également remis aux participants une copie de «Disaster Response and Preparedness in Southern Africa A guide to International Tools and Services Available to Governments» (OCHA Regional Office for Southern Africa, 2014). Africa Risk Capacity & Africa Risk Capacity Limited Le représentant de l Africa Risk Capacity (ARC) a rappelé les grandes lignes de l initiative menée ces dernières années à partir de l Union africaine portant sur l évaluation et le financement contre les risques de catastrophes. Après un focus porté sur les sécheresses lors des premières années de mise en oeuvre, le programme cherche maintenant à élargir son champ d actions à d autres catastrophes naturelles et climatiques telles que les inondations et les tempêtes cycloniques. Par ailleurs, à la question peut-on mettre en place un mécanisme d assurance régional paramétrique, le représentant a indiqué que celui-ci existait depuis la création de l Africa Risk Capacity Limited.

17 Finalement l ARC a souhaité indiqué son intérêt à devenir membre à part entière et à participer plus activement dans cette plate-forme régionale alors qu ils indiquent vouloir donner une place plus grande à la région WIO. Lors de la session question/réponse, la COI a tenu a rappeler que l initiative régionale menée autour du projet ISLANDS avait montré l importance de coordonner les travaux des différents partenaires techniques portant sur les évaluations des risques, élaborations de profiles de risques et autres études de faisabilité en termes de mécanismes pour la protection financière contre les risques de catastrophes naturelles et climatiques. Cela répond effectivement à une demande de ces pays membres ou bénéficiaires du projet ISLANDS qui ont exprimé à plusieurs reprises et encore pendant cette réunion, le besoin de voir ces initiatives présentées comme parties intégrantes d un seul programme conjoint pour d une part faciliter la sensibilisation au niveau décisionnaire et d autre part éviter la multiplication des missions portant sur les mêmes thématiques. L échange de calendrier des activités des différents partenaires a, par exemple, largement contribué à la coordination sur le terrain des missions UNISDR et Banque mondiale. Ainsi, la COI s est réjouie de savoir que des réunions parallèles avaient pu avoir lieu entre la Banque mondiale et l ARC. Par ailleurs, pour la COI, il semble peut-être prématuré de répondre à la question d un mécanisme régional d assurance paramétrique pour le WIO alors que la banque mondiale commence tout juste son travail d évaluation. La Coi note l existence d un tel mécanisme, qui pourrait le cas échéant être utilisé pour remplir un tel besoin, mais rappelle que la question qui demande réponse actuellement porte plus sur le fait de savoir si un tel mécanisme est appropriée au cas du WIO (comme il semble l être pour les Caraïbes et le Pacifique). La COI a finalement indiqué être favorable à l appel de l ARC d être plus impliqué dans cette plate-forme à l avenir et militera auprès du président et des membres dans ce sens là. 4. DECISIONS La dernière session avant la clôture a permis d arrêter une série de décisions classées sous différents thèmes plus génériques. Le tableau de décisions est joint ici en annexe 3. TOUTES LES PRESENTATIONS DE CETTE REUNION SONT DISPONIBLES SUR :

18 Annexe 1 - Programme de la Sixième Réunion de la Plateforme Régionale ISLANDS de Protection Financière contre les Catastrophes Climatiques et Naturelles, Zanzibar, Décembre 2014 Jour Jour 1: 11 1: 11 Décembre Programme Intervenants Horaire Ouverture de la 6ème Définir réunion le contexte de la plateforme régionale 08h30 09h00 Arrivée et enregistrement des participants Secrétariat, ISLANDS 09h15-09h45 Bienvenue du président de la plateforme Discours Bienvenue de la Commission de l Océan Indien Colonel Mamy, Président de la plateforme Gina Bonne, Chargée de mission Envt, CC & RRC, COI Bienvenue de la Banque Mondiale Christophe Push, practice Leader GRC Banque Mondiale pour la Région Afrique Bienvenue des Nations unies Ouverture par le pays hôte Kasuko Ishigaki, Spécialiste en matière de connaissance des risques à l UNISDR S.E. Seif Shariff Hamad First vice-president of Zanzibar 10h00 10h30 Séance de photo et pause-café 10h30-10h45 - Présentation du but et de l ordre du jour de la réunion - Présentation des participants Colonel Mamy

19 10h45 11h15 - Contexte international de la RRC: - Conférence PEID, processus UNFCCC; SDGs; Christophe Legrand du projet ISLANDS; Responsable - Processus pour le WCDRR et le cadre post Hyogo - Questions et réponses 11h15-12h00 - Phase II ISLANDS et programme RRC COI Gina Bonne 12h00 13h45 - Bref résumé de l activité "mécanismes de financement des risques"/ Project ISLANDS Déjeuner Progrès sur le Programme ISLANDS de Protection Financière Philippe Boullé, Conseiller Technique Programme ISLANDS de Protection Financière 14h00 15h30 - Présentation des résultats du programme conjoint UNISDR / COI-ISLANDS - Questions/ réponses UNISDR 15h30-15h45 Pause-café 15h45 17h00 - Rapport d avancement et perspectives sur la World Bank mise en œuvre des projets SWIO RAFI (évaluation et financement des risques) au niveau des pays mise à jour sur les progrès et composante évaluation des risques - Questions/ réponses 17h00 17h15 Résumé du Jour Philippe Boullé, ISLANDS

20 Jour 2: Décembre 12, Horaire Programme Progrès sur le Programme ISLANDS de Protection Financière (suite) Intervenants 9H00-10h00 SWIO RAFI composante Financement des Risques 10H00 10h30 - Présentation du programme SEAS-OI et des perspectives de synergies dans la région OIO. - Questions/ réponses 10h30-10h45 Pause-café 10h45 12h00 - Présentations des pays suivies de questions / réponses (10 minutes par pays) sur: réalisations et défis, faiblesses et perspective durant la mise en œuvre du programme ISLANDS de protection financière - Discussion et Recommandations 12h00 13h45 Déjeuner Autres initiatives régionales 13h45 14h45 - Equipe humanitaire régionale - Questions/ réponses 14h45-15h15 - Présentation du projet ARC - Questions/ réponses Pierre Tessier, Directeur SEAS OI Représentants des pays Comores, OCHA et ECHO Simon Young & Assia Sidibe, ARC 15h15-15h30 Pause-café Sessions de clôture 15h30-16h30 - Résumé des actions prioritaires identifiées durant les discussions 16h30 17h00 - Remarques de clôture par la COI - Discours de clôture par le pays hôte Président, Philippe Boulle, Christophe Legrand Gina Bonne Dr Islam S. Salum, Deputy PS, First Vice President Office

ISLANDS COMORES. Contacts ISLANDS au niveau pays/islands contacts at country level. Point Focal National / National Focal Point

ISLANDS COMORES. Contacts ISLANDS au niveau pays/islands contacts at country level. Point Focal National / National Focal Point ISLANDS Contacts ISLANDS au niveau pays/islands contacts at country level COMORES Point Focal National / National Focal Point Mme Fatouma Abdallah Responsable du volet Développement Durable Direction Générale

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Le programme d Assistance de la Banque Mondiale en matière d Adaptation et de Gestion des risques de catastrophes

Le programme d Assistance de la Banque Mondiale en matière d Adaptation et de Gestion des risques de catastrophes Le programme d Assistance de la Banque Mondiale en matière d Adaptation et de Gestion des risques de catastrophes Atelier technique sur la Gestion par Hasimahery Randrianasolo des risques et des catastrophes

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Note d Information relative à la participation du REDDA-NESDA

Note d Information relative à la participation du REDDA-NESDA REDDA NESDA Réseau pour l environnement et le développement durable en Afrique Network for Environment and Sustainable Development in Africa Contact : + 225 20 20 5419/5823 /5826 Adresse : BP 95 Guichet

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency)

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency) Appel à Présentations de PMEs «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014 En présence de la GSA (European GNSS Agency) 1. TOULOUSE SPACE SHOW Le Toulouse Space Show 2014 se tiendra du 30 Juin

Plus en détail

Gaborone, Botswana 17-21 Février 2014 PROGRAMME DE TRAVAIL (DRAFT)

Gaborone, Botswana 17-21 Février 2014 PROGRAMME DE TRAVAIL (DRAFT) 9 e Symposium Africain sur le Développement de la Statistique Gaborone, Botswana 17-21 Février 2014 PROGRAMME DE TRAVAIL (DRAFT) Thème: Promouvoir l utilisation des systèmes d enregistrement des faits

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à l Ile de La Réunion I. Contexte : Depuis 2001, Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) a investi dans 22»Hotspots. CEPF a commencé à investir

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

Des bases de données sur les pertes en cas de catastrophe comme le point de départ d'une stratégie de gestion des risques

Des bases de données sur les pertes en cas de catastrophe comme le point de départ d'une stratégie de gestion des risques 1 Des bases de données sur les pertes en cas de catastrophe comme le point de départ d'une stratégie de gestion des risques www.unisdr.org Atelier de travail sur la Réduction des Risques de Catastrophes

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 4 juillet 2014 Français Original: anglais TD/B/61/R.3 Conseil du commerce et du développement Soixante et

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

Vingt-deuxième Conférence du PROE

Vingt-deuxième Conférence du PROE 1 SECRÉTARIAT DU PROGRAMME RÉGIONAL OCÉANIEN DE L ENVIRONNEMENT Vingt-deuxième Conférence du PROE Apia (Samoa) 13 15 septembre 2011 Point 8.2.1 de l ordre du jour : Lancement du Cadre océanien d intervention

Plus en détail

Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe

Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe Sixième session de la Plateforme océanienne pour la gestion des risques de catastrophe La voie à suivre : vers un développement résilient aux risques climatiques et aux catastrophes dans le Pacifique 2-4

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2 Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2015 Français Original : anglais Troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER

RAPPORT DE L ATELIER République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail ---------------- AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT AUTORITE NATIONALE DU MDP CÔTE D IVOIRE En partenariat avec : UNEP RISOE CENTER UNION EUROPEENNE

Plus en détail

33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation. Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa

33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation. Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa 33rd Session of the NEPAD Heads of State and Government Orientation Committee (HSGOC) Sandton Convention Centre, Johannesburg, South Africa June 13th 2015 Report on the NEPAD Agency s Support for Regional

Plus en détail

Madame la ministre de l Education, des Ressources humaines, de l Education supérieure et de la Recherche scientifique de la République de Maurice,

Madame la ministre de l Education, des Ressources humaines, de l Education supérieure et de la Recherche scientifique de la République de Maurice, 1 «De Samoa à Paris : atelier d échanges avec la jeunesse mauricienne sur les enjeux du développement durable des PEID et du changement climatique» Allocution de Jean Claude de l Estrac, Secrétaire général

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/69/20 11 mars 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) OBJECTIF PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA, 21 MARS 2015 Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre à

Plus en détail

- 1 - NATIONS UNIES UNEP(DEPI)/EAF/CP.5/6/F. Distr.: General 2 August 2007. Programme des Nations pour. Original: English.

- 1 - NATIONS UNIES UNEP(DEPI)/EAF/CP.5/6/F. Distr.: General 2 August 2007. Programme des Nations pour. Original: English. NATIONS UNIES EP UNEP(DEPI)/EAF/CP.5/6/F Programme des Nations pour L Environnement Distr.: General 2 August 2007 Original: English CINQUIEME REUNION PARTIES CONTRACTANTES A LA CONVENTION RELATIVE A LA

Plus en détail

Préparé par Valeria Puig Chargée de Reporting et Marketing à niveau Régional pour l Afrique de l Ouest et l Afrique Centrale IEDA Relief Burkina Faso

Préparé par Valeria Puig Chargée de Reporting et Marketing à niveau Régional pour l Afrique de l Ouest et l Afrique Centrale IEDA Relief Burkina Faso IEDA Relief Burkina Faso CADRI : Capacitation pour les Initiatives autour de la Réduction de Risques de Catastrophe Ouagadougou, Burkina Faso 3 au 4 et 12 au 13 Mars 2015 Préparé par Valeria Puig Chargée

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Contrôle du processus

Contrôle du processus Contrôle du processus LEG Atelier de formation régional du LEG sur les plans nationaux d'adaptation (PNA) pour les Pays Lusophones et Etats Insulaires Du 7 au 11 Septembre 2015, Antananarivo, Madagascar

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

STRATEGIE ET PLAN DE COMMUNICATION DU PROJET ISLANDS --

STRATEGIE ET PLAN DE COMMUNICATION DU PROJET ISLANDS -- STRATEGIE ET PLAN DE COMMUNICATION DU PROJET ISLANDS -- POUR LA PERIODE S ETALANT DE SEPTEMBRE 2014 A NOVEMBRE 2015 TABLE DES MATIERES OBJECTIF GENERAL DU PROJET :... 3 SITUATION ACTUELLE :... 4 OBJECTIFS

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar

Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar Termes de référence pour l équipe de consultants travaillant à Madagascar I. Contexte : Depuis 2001, Critical Ecosystem Partnership Fund (CEPF) a investi dans 22»Hotspots. CEPF a commencé à investir dans

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

Media Advisory REVIEW OF THE 2012 MILLENNIUM DEVELOPMENT GOALS REPORT

Media Advisory REVIEW OF THE 2012 MILLENNIUM DEVELOPMENT GOALS REPORT AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Téléphone : 5517 700 Fax : 5511299 Web site : www. africa-union.org DIVISION OF COMMUNICATION AND INFORMATION Media Advisory

Plus en détail

ENGAGEMENT DES ENTREPRISES DANS LE CADRE DE LA COP21 ET DE L AGENDA DES SOLUTIONS

ENGAGEMENT DES ENTREPRISES DANS LE CADRE DE LA COP21 ET DE L AGENDA DES SOLUTIONS ENGAGEMENT DES ENTREPRISES DANS LE CADRE DE LA COP21 ET DE L AGENDA DES SOLUTIONS Septembre 2015 INTRODUCTION La contribution du secteur privé est décisive pour le succès des négociations de Paris sur

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC République du Sénégal Un Peuple - Un But - Une Foi *********** Ministère de l Intérieur *********** DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL Présentation : Capitaine

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

La coopération belge au développement avec les Nations-Unies. Comment l évaluer?

La coopération belge au développement avec les Nations-Unies. Comment l évaluer? La coopération belge au développement avec les Nations-Unies Comment l évaluer? Plan 1. Quelques chiffres sur l aide 2. L évaluation de l aide en Belgique Le service de l évaluation spéciale Le dialogue

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne,

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne, Premier comité de pilotage du projet de Gestion durable des zones côtières de la COI (GDZC-COI) Allocution du Secrétaire général de la Commission de l océan Indien, Jean Claude de l Estrac 1 er avril 2015,

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

Introduction au financement international de l adaptation Lucas Demuelenaere Stakeholder meeting IPCC Bruxelles, 6 mai 2013

Introduction au financement international de l adaptation Lucas Demuelenaere Stakeholder meeting IPCC Bruxelles, 6 mai 2013 Introduction au financement international de l adaptation Lucas Demuelenaere Stakeholder meeting IPCC Bruxelles, 6 mai 2013 Aperçu de la présentation I. Cadre international : engagements et coût de l adaptation

Plus en détail

PLAN DE CAPITALISATION PROGRAMME MED

PLAN DE CAPITALISATION PROGRAMME MED PLAN DE CAPITALISATION PROGRAMME MED 2007-2013 Autorité de gestion : Région Provence Alpes Côte d Azur (Document de travail) Mars 2010 Fonds européen de développement régional (FEDER) Introduction Le processus

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

3.1 Le réseau des points focaux du projet d appui (Start-up) sera complété dans les meilleurs délais.

3.1 Le réseau des points focaux du projet d appui (Start-up) sera complété dans les meilleurs délais. Conclusions et recommandations du Comité de Pilotage du projet d Appui au démarrage du programme MASE pour l Afrique Orientale et Australe et l Océan Indien 1 e Réunion des points focaux anti-piraterie

Plus en détail

programme pour la conférence

programme pour la conférence FR programme pour la conférence La Contribution des Autorités Régionales et Locales au Développement Economique Ouagadougou 26 et 27 novembre 2009 Cette conférence est organisée dans le cadre du projet

Plus en détail

TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES FOCUS INONDANTIONS DANS LE GRAND COTONOU 1 1. CONTEXTE

Plus en détail

Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications

Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications Par Karim ATTOUMANI MOHAMED, @attoukarim, attoukarim[at]gmail.com 25 Octobre 2014 à Moroni - Union des Comores Quelques

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007 INTRODUCTION Il s est tenu à N Djamena du 24 au 25 avril 2007, la 3 ème réunion

Plus en détail

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8 Note explicative 1. Ce document est l avant-projet préliminaire du cadre de réduction des risques de catastrophe pour l après-2015. Il servira de base aux consultations informelles ouvertes à mener en

Plus en détail

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES POUR L ANNE 2008

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES POUR L ANNE 2008 SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES POUR L ANNE 2008 SUR LE THEME : «EVOLUTION VERS LES NORMES INTERNATIONALES EN MATIERE DE SYSTEMES DES PAIEMENTS : L EXPERIENCE AFRICAINE»

Plus en détail

Urban & Disaster Risk Management (UDR) Développement Urbain et Gestion des Risques Naturels. overview. 14 Février, 2013

Urban & Disaster Risk Management (UDR) Développement Urbain et Gestion des Risques Naturels. overview. 14 Février, 2013 Urban & Disaster Risk Management (UDR) Développement Urbain et Gestion des Risques Naturels overview 14 Février, 2013 UDR dans la structure organisationnelle de la Banque Managing, Sri Mulyani Indrawati

Plus en détail

Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project)

Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project) Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project) Dr. Sabin Guendehou, Regional Project Coordinator Cluster Francophone

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire introduction 1 Prologue 2 Objectifs

Plus en détail

Mise en place d une plateforme de commerce électronique (E-Commerce) pour les produits artisanaux, culturels et touristiques en Mauritanie

Mise en place d une plateforme de commerce électronique (E-Commerce) pour les produits artisanaux, culturels et touristiques en Mauritanie Mise en place d une plateforme de commerce électronique (E-Commerce) pour les produits artisanaux, culturels et touristiques en Mauritanie TERMES DE REFERENCE I. Contexte et justification Les plateformes

Plus en détail

Standards minimums pour des plans locaux de réduction des risques de catastrophe intégrant les conséquences du changement climatique

Standards minimums pour des plans locaux de réduction des risques de catastrophe intégrant les conséquences du changement climatique Standards minimums pour des plans locaux de réduction des risques de catastrophe intégrant les conséquences du changement climatique Version 2 Novembre 2013 Remerciements Les standards minimums présentés

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

Capacity Development for Local Authorities

Capacity Development for Local Authorities Implemented by Capacity Development for Local Authorities Virtual cooperation for capacity development in solid waste management in Morocco and Tunisia Seite 1 Implemented by Background and objectives

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

NEPAD PLANNING AND COORDINATING AGENCY TERMES DE REFERENCE

NEPAD PLANNING AND COORDINATING AGENCY TERMES DE REFERENCE www.nepad.org info@nepad.org Tel: +27 (0) 11 256 3600 Fax: +27 (0) 11 206 3762 P.O. Box 1234 Halfway House 1685 Midrand, Johannesburg South Africa NEPAD PLANNING AND COORDINATING AGENCY TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

PV PREMIERE REUNION DE LA TASK FORCE DU PROJET CLC

PV PREMIERE REUNION DE LA TASK FORCE DU PROJET CLC PV PREMIERE REUNION DE LA TASK FORCE DU PROJET CLC Date : 26 février 2015 Lieu : Hotel IBIS Ankorondrano Personnes / Entités présentes : Membres de la Taskforce et équipe de la CRM. Cf. annexe 1 : fiche

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 JOURNAL N 4 Jeudi 16 octobre 2014 Le Journal ne constitue

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RISQUES NATURELS 1. D importantes régions dans le monde sont exposées à des risques naturels. Les pays l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ne sont pas exempts des ces risques naturels.

Plus en détail

2010 European Education Fair Taiwan is Now Hiring

2010 European Education Fair Taiwan is Now Hiring 2010 European Education Fair Taiwan is Now Hiring The 2010 European Education Fair Taiwan is now hiring a Full Time Project Manager. Position will start on May 1 st, 2010. The application deadline is April

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition)

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Introduction Le 20 décembre 2013, l'assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution en

Plus en détail

Résultats financiers des fonds d affectation spéciale de la Convention

Résultats financiers des fonds d affectation spéciale de la Convention Nations Unies Convention sur la lutte contre la désertification Distr. générale 9 juillet 2015 Français Original : anglais ICCD/COP(12)/7 Conférence des Parties Douzième session Ankara (Turquie), 12-23

Plus en détail

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRAE/C/WP.6/2014/1 istr. générale 9 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité du commerce Groupe de travail des

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

COMPONENT: CAPACITY BUILDING

COMPONENT: CAPACITY BUILDING COMPONENT: CAPACITY BUILDING TITLE OF THE ACTIVITY 1 Context Target goups / Beneficiaries/actors Implementation strategy Capitalization of Experiences In spite of the efforts made by projects and FIDAfrique

Plus en détail

Extraordinary Summit of Heads of State and Government on Maritime Security and Development for Africa

Extraordinary Summit of Heads of State and Government on Maritime Security and Development for Africa Session extraordinaire des Chefs d Etat et de gouvernement de l Union Africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique Sous le Haut Patronage de S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbé, Président

Plus en détail

Report to/rapport au : Finance and Economic Development Committee Comité des finances et du développement économique. and Council / et au Conseil

Report to/rapport au : Finance and Economic Development Committee Comité des finances et du développement économique. and Council / et au Conseil 138 Report to/rapport au : Finance and Economic Development Committee Comité des finances et du développement économique and Council / et au Conseil May 18, 2012 18 mai 2012 Submitted by/soumis par : Kent

Plus en détail

Le Programme Régional de Protection des Végétaux. Henri BROUCHOUD Cirad Réunion

Le Programme Régional de Protection des Végétaux. Henri BROUCHOUD Cirad Réunion Le Programme Régional de Protection des Végétaux Henri BROUCHOUD Cirad Réunion PRPV (2003-2008) Programme Régional de Protection des Végétaux e-prpv (2009 2014) Elargissement et Pérennisation du Réseau

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2015-031. relative à la Politique Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes EXPOSE DES MOTIFS

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2015-031. relative à la Politique Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes EXPOSE DES MOTIFS ASSEMBLEE NATIONALE Loi n 2015-031 relative à la Politique Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes EXPOSE DES MOTIFS La Politique Générale de l'etat, dans son axe stratégique n 5, affirme

Plus en détail

Neuvième CSO Forum sur la Charte Africaine sur les Droits et le Bien-être de l Enfant 02 au 04 avril 2014 Dakar, Sénégal

Neuvième CSO Forum sur la Charte Africaine sur les Droits et le Bien-être de l Enfant 02 au 04 avril 2014 Dakar, Sénégal Neuvième CSO Forum sur la Charte Africaine sur les Droits et le Bien-être de l Enfant 02 au 04 avril 2014 Dakar, Sénégal Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée pour tous les enfants

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CEP/2015/L.1 Conseil économique et social Distr. limitée 18 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Atelier de formation des médias sur la violence basée sur le genre

Atelier de formation des médias sur la violence basée sur le genre Atelier de formation des médias sur la violence basée sur le genre Note conceptuelle Contexte La Commission de l océan Indien (COI) a engagé, depuis 2007, des actions portant sur la thématique genre. Cette

Plus en détail