Développement durable Le grand entretien avec Jean-Louis Borloo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement durable Le grand entretien avec Jean-Louis Borloo"

Transcription

1 N 229 > MAI 2008 > 0,46 HOMMES ET MÉTIERS LE MAGAZINE DE VOTRE CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L'ARTISANAT Dossier Développement durable L atout gagnant de l artisanat Pages 12 à 14 Le grand entretien avec Jean-Louis Borloo

2 L homme Son savoir-faire et ses qualités professionnelles La transmission Pour assurer l avenir L audace Pour entreprendre La solidarité Parce que l union fait la force de notre action * 0,12 TTC/mn - Banque Populaire Lorraine Champagne - SIREN RCS METZ - Crédit photos : Vincent Besnault / Getty images / GraphicObsession - ByTheWayCreacom Créées par et pour les artisans, les SOCAMA cautionnent les prêts d équipement, de développement et de reprise d entreprise. Pour plus de renseignements, contactez votre conseiller Banque Populaire au *

3 La question à Danielle Nicolas Ce numéro d «H&M» est entièrement dédié au développement durable. Comment les artisans peuvent prendre en compte cette préoccupation dans leur vie quotidienne? Le développement durable n est pas une formule à la mode, mais un état d esprit que la Chambre de Métiers de Meurthe-et-Moselle met en œuvre depuis de nombreuses années. Au nom des artisans de notre département, j ai signé en avril une «Charte du développement durable des établissements et entreprises publiques». Nous étions alors la seule Chambre de Métiers de France, aux côtés d institutions prestigieuses comme la Caisse des dépôts et consignation, la RATP ou France Télévision. Cela s explique par l engagement des élus de la Chambre, depuis bientôt 15 ans, sur la problématique environnementale. Nos collègues artisans doivent intégrer l idée que cela n induit pas seulement le respect de l environnement mais aussi, et surtout, une approche globale, sociale, car il ne faut pas vivre le développement durable comme une contrainte, mais comme un paramètre au service du progrès, un véritable cercle vertueux qui débouche sur une dynamique économique. Notre CMA a décidé d être pionnière et leader en la matière avec la construction du bâtiment du CNIDEP dont l objectif sera d être un exemple et une référence pour tous. «Fais ce que je fais» DANIELLE NICOLAS, PRÉSIDENTE DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE MEURTHE-ET-MOSELLE Magazine édité par l Association pour la Promotion et le Développement de l Artisanat Lorrain. Chambres de Métiers et de l Artisanat de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse, de la Moselle et des Vosges Épinal. Directeur de la publication : P. STREIFF. Rédacteurs en chef : I. MOLIN - L. FEDERSPIEL - T. LATARCHE - A. MESSENET. Rédaction graphique : Pixel Image Metz. Impression : Socos print (88). Conception et réalisation : TEMA/presse Metz. Dépôt légal : N Mai Couverture : Slawomir Jastrzebski - Fotolia.com, DR, Luc Bertau AD. AD Au sommaire Actualités Campagne 2008 : recherche d apprentis page 4 Pratique Le Certificat Entrepreneur des Métiers et de l Artisanat page 5 Le calendrier des formations 2008 pages 6 et 7 Actualités Points de vue: les artisans face au développement durable pages 8 et 9 Dossier spécial LE DÉVELOPPEMENT DURABLE : EFFET DE MODE OU ATOUT DE L ARTISANAT? Cette expression est de toutes les conversations, de toutes les publicités. Apparemment, aujourd hui, tout le monde «fait» du développement durable. Mais sait-on réellement ce qui se cache derrière ces mots? Avant toute explication, il convient de chasser une idée reçue : le développement durable n est pas une expression à la mode pour parler d écologie! Le développement durable ne se résume pas à l environnement et peut même devenir un véritable atout pour l artisanat. Pages 11 à 46 Repères Un prix pour «L Artisanat, première entreprise de France» page 48 Prix Sema : place aux jeunes page 48 Le label «Entreprise du Patrimoine Vivant» page 49 Les résultats du quiz page 50 HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI

4 Actualités Meurthe-et-Moselle Campagne 2008 Recherche d apprentis ACTUS DOSSIER MÉTIER REPÈRES Pourquoi recruter un(e) apprenti(e)? Former par la voie de l apprentissage, c est valoriser la transmission du savoirfaire des professionnels et leur connaissance du métier. C est aussi contribuer à la formation des professionnels de son secteur d activité. L apprenti bénéficie ainsi d une formation qualifiée et d une expérience professionnelle lui permettant une insertion plus aisée sur le marché du travail. Pour aider les entreprises dans leur effort de formation, le Conseil Régional et l État octroient un certain nombre d incitations financières. Coupon-réponse Comment recruter son apprenti(e)? Le recrutement d un(e) apprenti(e) doit être assimilé à un vrai recrutement. Vérifiez vos possibilités de former ou non un(e) apprenti(e). N hésitez pas à vous renseigner auprès du CECA, «Conseils et enregistrement des contrats d apprentissage» de la CMA. Identifiez la formation diplômante que vous pouvez proposer à un jeune. Pour cela, n hésitez pas à vous rapprocher du CFA compétent. Diffusez le plus largement votre recherche en contactant le CADEA de la CMA qui vous propose : - De collecter vos offres et de les diffuser gratuitement sur le serveur www. saril.org (site connu des jeunes, de leurs familles et des partenaires de l orientation et de l insertion). - De vous aider à recruter en recevant les jeunes que vous avez rencontrés pour évaluer leur candidature (capacités générales, aptitudes et motivation) ou en vous proposant d autres candidats, le cas échéant. N hésitez pas! Apprentissage et artisanat Retournez le coupon ci-joint à : Chambre de Métiers et de l Artisanat de Meurthe-et-Moselle - CADEA 4 rue de la Vologne Laxou Cedex ou contactez directement Isabelle VOMSCHEID du lundi au vendredi matin au Vous pouvez aussi diffuser votre recherche auprès de votre entourage, ou contacter le CFA qui accueillera votre apprenti. Nom de la personne à contacter : Coordonnées entreprise Tél. :... Dirigeant :... Fax :... Raison Sociale : Activité :... Rue 1 :... Rue 2 :... CP Ville :... Je souhaite recruter un ou des apprentis : Oui Non Date de diffusion souhaitée sur le site :... Nombre Niveau diplôme et métier préparé (exemple : CAP Boulangerie) Date de début du contrat* (démarrage en entreprise) (exemple : 01/07/08) Les candidats doivent me contacter : par téléphone par courrier ou se présenter directement Pour vous permettre de diffuser le plus largement possible votre recherche, la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Meurthe-et-Moselle et l ANPE se sont associées. Je souhaite également être contacté par un conseiller ANPE Oui Non pour la diffusion de mon(mes) offre(s) sur le site pour être mis en relation avec des candidats. Fait à :... Le :... Signature : * Attention : la date de début de contrat ne peut excéder 3 mois avant et 3 mois après le début des cours en CFA. 4 HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI 2008

5 Pratique Meurthe-et-Moselle Projet de développement? Besoin d être secondé? Désir de transmettre votre entreprise? Et si vous recrutiez un jeune? Dès septembre 2008, la Chambre de Métiers et de l Artisanat, en partenariat avec le CNAM, met en œuvre, dans le cadre d un contrat d apprentissage ou de professionnalisation, une formation innovante alliant management de l entreprise et gestes professionnels. Elle est destinée à des jeunes ayant le niveau Bac désirant s investir professionnellement dans le secteur des métiers. Mise au point Le CEMA (Certificat Entrepreneur des Métiers et de l Artisanat) Tout au long du contrat (2 ans), il sera amené à collaborer étroitement avec vous en travaillant sur le projet que vous lui aurez confié tout en mobilisant une double compétence : managériale et professionnelle. Nous avons déjà reçu plusieurs candidatures de jeunes, garçons et filles, ayant des projets dans des métiers variés comme le bâtiment, la boucherie, la pâtisserie, la bijouterie, l ébénisterie, l esthétique Tous ces jeunes, titulaires du baccalauréat, sont séduits par l idée d apprendre un métier en ayant la perspective d évoluer vers des fonctions de dirigeant d entreprise. C est l occasion pour vous d accueillir un public nouveau qui pourra participer, à vos côtés, au développement de votre entreprise. Pour en savoir plus, vous pouvez utiliser le coupon ci-joint. Une formation innovante pour les jeunes et pour les artisans Une formation validée par l obtention d un titre de niveau III Un contenu visant l acquisition : des compétences essentielles au management stratégique et opérationnel d une entreprise artisanale, des aptitudes professionnelles et savoir-faire techniques dans un métier (CAP), le cas échéant. Accès possible : Contrat de formation par alternance (apprentissage et/ou professionnalisation). Formation continue. Coupon-réponse Coupon à retourner à Chantal Chauvy - Chambre de Métiers et de l Artisanat de Meurthe-et-Moselle 4 rue de la Vologne Laxou Cedex - Entreprise :... Adresse :... Téléphone :... Adresse électronique :... Personne à contacter :... Formation(s) susceptible(s) d être proposée(s) (le cas échéant) : HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI

6 Formation Meurthe-et-Moselle Calendrier des formations 2008 Intitulé de la formation Durée Dates Mai 2008 Embaucher son premier salarié 2 jours 14 et 15 mai Word 2007 Fonctions avancées 2 jours 14 et 15 mai CAPEA Diagnostic 3 demi-journées (ap-midi) 19, 26 mai et 2 juin Publisher 2 jours 20 et 21 mai Pour mieux piloter son entreprise : construire son tableau de bord 2 jours 20 mai et 5 juin Mieux gérer son temps 2 jours 22 et 23 mai Paies (Gessi Paie2000) 1 jour 22 mai Bâtiment durable : pour découvrir l éco-construction et les nouveaux défis du bâtiment 1 jour 22 mai Bâtiment durable : pour découvrir l éco-construction et les nouveaux défis du bâtiment (Antenne de Briey) 1 jour 27 mai Être présent sur Internet 2 jours 27 et 28 mai Photoshop Elements jour 29 mai ACTUS DOSSIER MÉTIER REPÈRES Juin 2008 Internet Fonctions avancées 1 jour 2 juin Intégrer Internet dans sa stratégie commerciale 1 jour 3 juin La comptabilité générale CIEL compta 1 jour 4 juin Calculer son prix de revient et son prix de vente 2 jours 9 et 10 juin Excel 2007 Fonctions avancées 2 jours 10 et 11 juin Être manager et leader 2 jours 11 et 12 juin Savoir vendre et établir des relations constructives avec sa clientèle 2 jours 16 et 17 juin Le passage en société 1 jour 16 juinw CAPEA Diagnostic 3 demi-journées (apr-midi) 18, 26 juin et 3 juil. Transmettre son entreprise 1 jour 19 juin Comprendre, tester et maîtriser son stress 2 jours 23 et 24 juin Bâtiment durable : pour découvrir l éco-construction et les nouveaux défis du bâtiment 1 jour 26 juin Juillet 2008 Comment construire son plan de communication 1 jour 1 er juillet Soumissionner et remporter un appel d offres public 2 jours 3 et 4 juillet Protéger son patrimoine 1 jour 7 juillet Septembre 2008 Initiation à l informatique 1 jour 8 septembre Rédiger son document unique d évaluation des risques professionnels 2 jours ½ 9, 23 sept. et 4 déc. (ap-midi) Initiation à l informatique 1 jour 11 septembre Comment construire son plan de communication 1 jour 15 septembre Calculer son prix de revient et son prix de vente 2 jours 15 et 16 septembre Être plus performant avec Windows Vista 2 jours 16 et 17 septembre Embaucher son premier salarié 2 jours 17 et 18 septembre Devis factures (informatique) 1 jour 18 septembre Intégrer Internet dans sa stratégie commerciale 1 jour 22 septembre Word 2007 Fonctions de base 2 jours 23 et 24 septembre CAPEA Diagnostic (Antenne de Lunéville) 3 demi-journées (ap-midi) 25 sept., 2 et 7 octobre Internet fonctions de base 1 jour 25 septembre Comprendre et maîtriser le financement de son entreprise 2 jours 29 et 30 septembre 6 HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI 2008

7 Octobre 2008 Travailler avec les pays frontaliers (Antenne de Longwy) 1 jour 6 octobre Photoshop Elements jour 7 octobre La comptabilité générale GESSI Compta 1 jour 9 octobre Savoir vendre et établir des relations constructives avec sa clientèle 2 jours 13 et 14 octobre Internet Fonctions avancées 1 jour 15 octobre Informatique : éviter les pannes 1 jour 16 octobre Mieux gérer son temps 2 jours 16 et 17 octobre Maîtriser et réduire ses coûts Optimiser sa rentabilité 2 jours 21 et 22 octobre Excel 2007 Fonctions de base 2 jours 21 et 22 octobre Motiver ses salariés 1 jour 23 octobre Paies (Gessi Paie2000) 1 jour 23 octobre Les outils de la négociation commerciale : les mots qui font vendre 2 jours 27 et 28 octobre Novembre 2008 Publisher 2 jours 12 et 13 novembre Pour mieux piloter son entreprise : construire son tableau de bord 2 jours 17 et 24 novembre La comptabilité générale CIEL compta 1 jour 18 novembre Mieux communiquer à l intérieur et à l extérieur de l entreprise 2 jours 19 et 20 novembre Word 2007 Fonctions avancées 2 jours 19 et 20 novembre Soumissionner et remporter un appel d offres public 2 jours 20 et 21 novembre Excel 2007 Fonctions avancées 2 jours 25 et 26 novembre Être manager et leader 2 jours 26 et 27 novembre Décembre 2008 Comprendre, tester et maîtriser son stress 2 jours 1 er et 2 décembre Photoshop Elements jour 2 décembre Le passage en société 1 jour 5 décembre Impayés Prévention des risques liés aux clients 2 jours 8 et 9 décembre Être présent sur Internet 2 jours 10 et 11 décembre Protéger son patrimoine 1 jour 11 décembre Transmettre son entreprise 1 jour 12 décembre Coupon-réponse Si vous désirez plus de renseignements, renvoyez-nous ce coupon-réponse à la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Meurthe-et-Moselle 4 rue de la Vologne Laxou Cedex et nous vous contacterons dans les plus brefs délais ou contactez Mme Delicourt - Tél. : Nom :...Prénom :... Entreprise :... Adresse : Tél. :... Souhaite recevoir le catalogue des formations de la Chambre de Métiers et de l Artisanat avec le bulletin d inscription. HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI

8 AD AD Actualités Meurthe-et-Moselle Points de vue Les artisans face au À l occasion de ce numéro spécial, nous avons souhaité, donner la parole à certains artisans, membres du Bureau de la Chambre de Métiers. Comment exercent-ils une politique de développement durable au quotidien? Partage et récits d expériences ACTUS DOSSIER MÉTIER REPÈRES Vice-président «Au niveau de notre profession, mes collègues ont joué à fond la carte de l environnement depuis plus de dix ans.» Premier Viceprésident de la Chambre de Métiers, le garagiste Jean- Marie Benoît de Champigneulles préside aussi la section de Meurthe-et-Moselle du Centre national des professionnels de l automobile (CNPA). «Aujourd hui, on récupère, bien entendu, les huiles de vidange, les pneumatiques, mais surtout le liquide de refroidissement qui est le plus nocif pour la nature, témoigne ce professionnel. Pour le liquide de refroidissement, il tombe directement à travers une grille dans un container enterré, vidé régulièrement par des professionnels de la dépollution.» Les professionnels de l automobile intègrent de plus en plus le recyclage en fin de vie des véhicules. «Chaque matière première polluante est retraitée. À titre d exemple, des filières ont vu le jour pour les pneus, qui sont déchiquetés et ensuite utilisés comme sous-couche pour les autoroutes où ils présentent l avantage d éviter le gel en sous-sol. Les restes des voitures à l état d épaves sont ensuite démontés, triés et recyclés par nos collègues démolisseurs automobiles.» Jean-Marie Benoît a lui-même investi pour travailler dans les meilleures Jean-Marie Benoît «Défendre la dépollution automobile et trier ses propres déchets à domicile» conditions. Il a quitté son ancien garage pour construire un bâtiment moderne et épuré où la modernité saute aux yeux. Mais au-delà de ce dynamisme entrepreneurial, Jean-Marie Benoît avoue avoir changé ses comportements de citoyen. «Par goût, j aime la nature, mais aussi la voiture. Par exemple, je conserve en collection une voiture plutôt rare, une Safrane en série limitée Baccarat, mais je ne l utilise pas car elle consomme trop.» Jean-Marie confie avoir aussi modifié sa conduite. «Avant, j avais tendance à appuye! Maintenant, je suis beaucoup plus souple et je me limite afin de ne pas trop polluer. Il faut aussi admettre que les constructeurs ont fait un énorme effort depuis dix ans. Une Laguna consommait alors dix litres au cent contre 3,9 litres pour un modèle équivalent aujourd hui.» Cet engagement citoyen se traduit aussi dans la vie de tous les jours, y compris en famille. «Avant, je ne triais pas vraiment mes poubelles, partant du réflexe un peu primaire : je paie, donc ce n est pas à moi de trier. Aujourd hui, je trie bien volontiers en pensant à la génération qui nous suit. C est vraiment vital.» Et pour revenir aux voitures, Jean-Marie Benoît, dont la passion automobile reste néanmoins intacte, avoue enfin : «Je n achèterai jamais de 4x4. C est inutile et polluant!» Paul Lallemand «Le développement raisonné» Amoureux de la nature, l électricien Paul Lallemand est convaincu que le tri des déchets est vital. Comme la régulation en matière de chauffage : «J aime profondément la nature, donc j effectue le tri des déchets chez moi et au travail, mais sur les chantiers, c est un vrai combat!» Paul Lallemand, membre du bureau de la Chambre de Métiers en tant que secrétaire, n a pas besoin de faire de grands discours pour démontrer la difficulté d inculquer les bons réflexes au personnel du bâtiment. On est sur un chantier, il se retourne. Tout est propre. Des ouvriers ont nettoyé et regroupé les déchets dans une grosse poubelle ménagère. À l intérieur, du fil électrique, plastique et cuivre, mais aussi de la laine de verre, du polystyrène... Installé à son compte depuis 28 ans, Paul Lallemand s engage beaucoup pour le développement durable avec sa clientèle. «Je passe du temps pour expliquer, par exemple, que les appareils électriques de chauffage qui ont plus de 15 ans sont gourmands en énergie, alors qu aujourd hui, pour des prix plus raisonnables qu à l époque, on peut poser des rayonnants ou des radiateurs à chaleur douce qui consomment beaucoup moins.» L engagement de cet élu de la Chambre de Métiers se traduit par un véritable travail de conviction : «J explique aux gens que les économies d énergie passent par une bonne ventilation et une régulation pointue. À titre d exemple, couper le chauffage le soir permet moins d économie qu une baisse de 3 à 5 degrés.» Depuis plusieurs années déjà, Paul Lallemand débat de ces questions avec ses collègues, dans l objectif de réaliser des chantiers exemplaires d un point de vue environnemental : «On essaie de convaincre nos salariés et nos collègues qui peu à peu prennent conscience de l urgence de penser en termes de développement raisonné, donc durable.» Secrétaire 8 HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI 2008

9 AD AD développement durable Jean-Pierre Jacquot En version sociale Le charcutier traiteur Jean-Pierre Jacquot a remis le pied à l étrier à de nombreux salariés. Du développement durable en termes d emplois Avec sa bonhomie et sa verve, il enchante les réunions de représentants des artisans à la Chambre de Métiers. Jean-Pierre Jacquot, charcutier traiteur à Saint-Nicolas-de-Port et trésorier adjoint de la Chambre, intègre, bien entendu, le développement durable dans sa pratique professionnelle : «Depuis longtemps, c est-à-dire les années 60, nous récupérons le suif et, depuis la maladie de la vache folle, les MRS, c est-à-dire les matériaux à risques spécifiques, notamment les colonnes vertébrales des carcasses qui sont ramassées tous les 15 jours et systématiquement incinérées.» Mais, pour Jean-Pierre Jacquot et son fils Émile, le développement durable, c est inscrire l entreprise familiale dans la durée et son environnement, en associant par exemple la clientèle au centenaire de la maison, sous forme d événements, de photos nostalgiques sur la façade ou de modernité avec un écran LCD qui diffuse des images d aujourd hui et d antan derrière le comptoir. Chez les Jacquot, on veille à avoir les pieds dans son terroir, en embauchant notamment dans le secteur. Même des «galériens». C est du développement durable, version sociale. Exemple : «Voici quelques années, j ai un charcutier qui a pris sa retraite au terme de 37 ans et 7 mois sans le moindre arrêt de travail. J ai recherché localement pour le remplacer, un peu en vain. Puis, on m a parlé, à la Chambre de Métiers, d un monsieur de Lunéville, qui était au RMI. Un ancien boucher. Je lui téléphone. Il veut bien venir, mais n a pas même d argent pour se payer le transport. J ai arrangé l affaire et il m a parlé de sa déchéance, de la manière dont il avait glissé dans la vie. Je lui ai proposé de commencer en contrat CNE, d intégrer notre vie de famille et, depuis 3 ans, il a trouvé sa place et c est un véritable bonheur! Nous avons également un travailleur handicapé formidable qui nous donne un sacré coup de main pour la partie traiteur, ne serait-ce que pour éplucher et préparer les légumes!» Trésorier-adjoint Présidente Danielle Nicolas «Précurseur en matière d environnement» Danielle Nicolas a dirigé plusieurs pressings. En qualité de chef d entreprise, elle fut précurseur en matière d environnement dès 1996! Comment avez-vous commencé à prendre en compte la dimension environnementale dans votre profession? Depuis longtemps, les professionnels du pressing savent qu ils sont soumis à réglementation. En 1996, j étais responsable régionale de l organisation des pressings en Lorraine. Dans le même temps, la Chambre de Métiers, où j étais déjà élue, avait embauché un ingénieur éco-conseiller. Nous avons profité de son expertise pour réfléchir à une opération de sensibilisation de l ensemble de nos collègues. Sous quelle forme? La Chambre de Métiers a étudié les pratiques de nos professionnels et j ai encouragé ces spécialistes à imaginer une initiative dynamique. Ce fut l opération «Pressing propre». Et pourquoi cette opération? Dans nos métiers, les solvants sont distillés à l occasion du nettoyage à sec et nous avons des déchets spéciaux, notamment des boues résiduelles à éliminer. Nous avons donc travaillé pour faciliter la collecte de celles-ci et identifier les filières d élimination existantes pour favoriser le respect de l arrêté type en vigueur et obtenir des aides mises en place par la Région Lorraine et l Agence de l Eau Rhin-Meuse. En quoi cela a-t-il changé votre approche de chef d entreprise? Cela m a amené à aborder le problème dans sa globalité, en investissant dans du matériel plus moderne, plus respectueux de l environnement, moins gourmand en énergie et en eau. En remettant à plat nos pratiques et en innovant, nous avons été non seulement respectueux des réglementations, mais aussi beaucoup plus performants. Comment cela s est-il traduit dans votre fonctionnement quotidien? Cette expérience a permis de repenser notre mode de fonctionnement, de faire des économies et in fine d avoir un véritable retour sur investissement. Dans le même temps, j ai pu mesurer de façon très concrète une vertu sociale majeure : le confort du personnel qui s est traduit par de meilleures conditions de travail, une meilleure performance, une amélioration de la satisfaction des clients et donc des résultats économiques significatifs. L opération «Pressing propre» a ensuite été étendue au niveau national, puis a servi d exemple à d autres secteurs d activité qui ont également compris que dans ces démarches de progrès tout le monde est gagnant. HOMMES & MÉTIERS / MEURTHE-ET-MOSELLE / N 229 / MAI

10

11 DOSSIER SPÉCIAL Au sommaire Introduction P.12 À 21 Le grand entretien : Jean-Louis Borloo P.12 Le développement durable : effet de mode ou atout de l artisanat? P.16 Garagiste naturellement actif à Vigneulles-lès-Hattonchâtel (55) P.18 Boucher impliqué de nature à Dompaire (88) P.19 Chauffagiste qui n a pas froid aux yeux à Villers-lès-Nancy (54) P.20 Spécialiste du marbre friand d économies à Peltre (57) P.21 État des lieux P.22 À 27 Le quiz : où en êtes-vous en matière de développement durable? P Pôles d innovation au service de l artisanat P.24 Accompagner les entreprises artisanales dans une stratégie de développement durable P.26 Les services de vos CMA P.27 Aspect écologique P.28 À 33 Plus qu un état d esprit à adopter, une véritable nécessité P.28 L eau, richesse en voie de disparition? P.29 Établissements Grandidier : 14 emplois au service du développement durable P.30 La Semaine de l environnement : la gestion des déchets d entreprise P.32 Aspect économique P.34 À 39 Dynamisme de l entreprise : savoir vendre pour se développer durablement P.34 Gestion des compétences : misez sur le management! P.35 Un peu d histoire : de l économique au développement durable P.36 Innovation artisanale : les pratiques à adopter P.38 Aspect social P.40 À 44 Une dimension humaine plus implicite P.40 Stéphane Dosch, boulanger : l égalité des chances menée à la baguette P.41 Témoignage : «Construire avec les hommes, reconnaître leur engagement» P.42 Christian Charuel, Epsilon 55 : «Je pratique le développement durable, donc je suis» P.43 Conclusion P.45 À 50 Conclusion générale P.45 Contacts utiles P.46 Les résultats du quiz P.50

12 DOSSIER SPÉCIAL Développement durable : le grand entretien Jean-Louis Borloo Le développement durable est une urgence porteuse de croissance Jean-Louis Borloo, Ministre d État, Ministre de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de l Aménagement du Territoire, a initié, l automne dernier, le Grenelle de l Environnement. Il mobilise aujourd hui ses équipes pour lancer concrètement l immense chantier du développement durable dans la vie quotidienne des Français. Pour les artisans, c est le fondement de la compétitivité de demain. AD 12 HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI 2008

13 De par vos fonctions ministérielles présentes et passées, comment envisagezvous aujourd hui le développement durable? À la fois comme une urgence, une nécessité et une formidable opportunité de croissance. Le développement durable n est pas une mode passagère ou un argument marketing, mais le fondement même de la compétitivité de demain. L objectif du Grenelle de l Environnement est justement de préparer l ensemble des secteurs économiques à cette formidable mutation : le bâtiment, les transports, la grande distribution, la publicité Tous les acteurs, grandes entreprises, PME, artisans, y participeront, et surtout, en profiteront! Comment faire de l environnement un atout pour les entreprises artisanales? Les consommateurs souhaitent être mieux informés, guidés et orientés dans leurs choix de consommation. Ils veulent savoir comment faire pour réduire leurs factures énergétiques ou pour manger des produits de qualité. Ainsi, depuis le Grenelle de l Environnement, nous travaillons étroitement avec les représentants de l artisanat français pour généraliser les labels. En effet, grâce à eux, le consommateur sait que le pain qu il achète le matin est fabriqué avec du blé bio, il sait exactement de quel élevage provient sa viande, il sait que tel ou tel artisan dispose des compétences requises pour effectuer des travaux de rénovation thermique Le point commun, ou «point de rencontre» entre le développement durable et l artisanat, c est l exigence de qualité. AD HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI

14 DÉVELOPPEMENT DURABLE Le grand entretien Les artisans seront les chevilles ouvrières de cette formidable révolution, notamment thermique. Après la mobilisation médiatique autour du développement durable à l automne dernier, la dynamique initiale n est-elle pas un peu retombée? Pas du tout! La 6 e édition de la Semaine du développement durable a été marquée par un foisonnement sans précédent d initiatives avec plus de animations partout en France, soit une hausse de 200 % par rapport à l année dernière! De plus, le Grenelle de l Environnement a déjà débouché sur des réalisations concrètes : création d un bonus écologique au profit AD des véhicules les plus propres, signature de conventions avec l industrie aéronautique, la grande distribution, les professionnels de la publicité, lancement de la Fondation sur la biodiversité Nous finalisons également les mesures législatives qui seront examinées au Parlement avant l été. Elles permettront de traduire les engagements du Grenelle de l Environnement en milliers de mesures opérationnelles et très concrètes pour les Français. Quelles seront réellement les retombées dans le secteur du bâtiment? Ne peut-on pas redouter que les grands projets de rénovation et d amélioration de l habitat bénéficient finalement plus aux grands groupes qu aux PME? Je ne le crois pas. Le secteur du bâtiment représente près de 42 % de notre consommation d énergie et le quart de nos émissions de gaz à effet de serre. La consommation moyenne d un logement est actuellement de 240 kwh par mètre carré alors qu on dispose du savoir-faire nécessaire pour parvenir à une consommation de 80 kwh. Rien que le chantier de la rénovation thermique concernera à terme 31 millions de foyers partout sur le territoire! Nous aurons donc besoin de tout le monde à commencer par les centaines de milliers d artisans du bâtiment, de leurs compétences et de leur savoir-faire. Il faudra doubler l effort annuel de formation pour faire face à la demande. Les artisans seront les principales chevilles ouvrières de cette formidable révolution, notamment thermique. 14 HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI 2008

15 Aujourd hui, les Centres de Gestion des Chambres de Métiers se transforment en Associations de Gestion et de Comptabilité AMIGAM Tél Route de Reims FAINS VEEL...les centres de gestion ont su s adapter aux exigences de la profession en mettant en œuvre des moyens modernes de gestion...ils ont su adopter des méthodes nouvelles afin d assurer la promotion du secteur des métiers GESTELIA Vosges - Lorraine Tél , rue du Coteau DOGNEVILLE Vosges - Lorraine...au delà de la compatibilité, ils affichent des compétences de conseil et de suivi de la gestion de l entreprise CEGEME Tél , bd de la Défense METZ cedex 3 Des professionnels proches du terrain à votre écoute : information, conseils, accompagnement global CIREGE Tél , rue de Vologne LAXOU

16 DOSSIER SPÉCIAL Développement durable : introduction Le développement durable Effet de mode ou atout de l artisanat? Cette expression est de toutes les conversations, de toutes les publicités. Apparemment, aujourd hui, tout le monde «fait» du développement durable. Mais sait-on réellement ce qui se cache derrière ces mots? Avant toute explication, il convient de chasser une idée reçue : le développement durable n est pas une expression à la mode pour parler d écologie! Le développement durable ne se résume pas à l environnement La notion de «développement durable» a été popularisée dès 1987 par le rapport de la Commission mondiale pour l environnement et le développement. C est à cette occasion qu est née sa définition usuelle : «Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs». Au premier abord, cela ne semble pas être un concept révolutionnaire, mais plutôt une évidence. Pour comprendre les enjeux réels soulevés par cette définition, réfléchissez quelques instants au constat suivant. Avant le milieu du XXI e siècle, la Terre sera peuplée de dix milliards d êtres humains, soit environ quatre milliards de personnes de plus qu aujourd hui, qu il faudra nourrir, loger, chauffer et pourvoir en biens de consommation, en soins, en formations, en emplois, etc. Or, dès aujourd hui, si tous les habitants de la planète alignaient leur rythme de consommation et de vie sur celui des pays les plus industrialisés, il faudrait plus de trois planètes Terre pour le soutenir! Le développement durable est ainsi une réponse à la question : comment concilier progrès économique et social sans mettre en péril l équilibre naturel de la planète? L articulation de trois axes Le développement durable ne se limite donc pas à une prise de conscience écologique, mais vise à instaurer un meilleur équilibre entre les dimensions économique, sociale et environnementale : La dimension économique correspond à notre capacité à créer des richesses et à améliorer les conditions de notre vie matérielle. La dimension sociale symbolise notre besoin de santé, d éducation, d habitat, d emploi, d équité intra et intergénérationnelle, ainsi que de prévention de l exclusion sociale. La dimension écologique représente la nécessité de préserver l environnement, la diversité des espèces et les ressources naturelles et énergétiques, afin d en bénéficier le plus longtemps possible. L atteinte à cet équilibre implique un changement fort de nos comportements et de nos modes de raisonnement pour ne pas compromettre notre avenir. Cette approche récente s apparente à une nouvelle forme de raisonnement nous poussant à aborder tout sujet conjointement sous trois angles : économique, social et environnemental. 16 HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI 2008

17 Le développement durable est-il applicable à l artisanat? À la lecture de la définition du développement durable, vous vous êtes peut-être dit : «Tout cela est bien beau, mais ça ne concerne pas les petites entreprises!» Erreur. Vous êtes, en tant que chef d entreprise, confronté quotidiennement à des problèmes où vous pouvez appliquer les principes du développement durable de manière très simple. Prenons un exemple. Lorsque vous décidez d acheter une nouvelle machine, vous vous interrogez tout d abord sur ses capacités techniques, puis vous vous renseignez sur son prix. Vous évaluez ce prix par rapport à la robustesse de la machine, à l utilisation que vous allez en faire, à sa durée de vie. En vous posant toutes ces questions, vous prenez en compte la dimension économique de l achat de cette machine. Si maintenant vous vous interrogez sur les points suivants : cette machine estelle polluante? Va-t-elle émettre des rejets que je devrais traiter ou engendrer des nuisances sonores? Devrais-je embaucher ou licencier compte tenu de mes nouvelles capacités de production? Mes salariés devront-ils suivre une formation pour apprendre à l utiliser? Faudra-t-il mettre en place de nouvelles règles de sécurité? Vous abordez les dimensions environnementales et sociales. En ne limitant pas l achat de cette machine à la question du prix, mais en envisageant toutes les répercussions de cet achat sur votre entreprise et son environnement, vous venez de faire, à votre échelle, du développement durable. Ce mode de raisonnement est d autant plus facile à acquérir pour un chef d entreprise artisanale que vous gérez seul votre entreprise : vous connaissez parfaitement votre métier, vos outils de production, votre budget, vos salariés, votre environnement. Vous avez donc en votre possession toutes les informations nécessaires pour «faire» du développement durable. Un autre atout non négligeable est le caractère de proximité de votre entreprise. En effet, une véritable démarche de développement durable nécessite de tenir compte des attentes de tous les acteurs qui gravitent autour de l entreprise et qui peuvent avoir une incidence positive ou négative sur sa pérennité et sa croissance. Vous êtes, en tant que chef d entreprise, confronté quotidiennement à des problèmes où vous pouvez appliquer les principes du développement durable de manière très simple. Il s agit principalement du territoire sur lequel l entreprise est implantée, des clients et des donneurs d ordre. Or, ce sont des personnes que vous côtoyez au quotidien, vous avez des relations privilégiées avec vos clients, vos fournisseurs et vous connaissez très bien la collectivité ou la commune sur laquelle se situe votre entreprise. Il vous est donc très facile de connaître leurs attentes et d orienter la stratégie de votre entreprise en fonction de celles-ci. HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI

18 DÉVELOPPEMENT DURABLE Cas d entreprises Garagiste naturellement actif à Vigneulles-lès-Hattonchâtel (55) Se former pour rester dans la course Monsieur Eve est le sympathique propriétaire exploitant du garage Renault/Total de Vigneulleslès-Hattonchâtel, village de 1370 habitants situé au milieu des deux grands axes routiers Verdun/ Pont-à-Mousson et Bar-le-Duc/Metz. Cette bourgade est aussi le lieu de prédilection des amateurs de tourisme vert, les côtes de Meuse et le lac de Madine n étant qu à quelques kilomètres de là Depuis la reprise de l activité familiale en 1988, M. Eve et son équipe ont suivi la progression d une mécanique auto qui a beaucoup évolué. En quelques années, l électronique a envahi le compartiment moteur des véhicules et ainsi détrôné les veilles pompes à injection mécanique. L arrivée de ces nouvelles technologies et la fiabilité sans cesse accrue des nouveaux modèles ont profondément changé la pratique de la réparation automobile. Les opérations de mécanique lourde, plus rarement mises en œuvre aujourd hui, ont laissé place aux diagnostics électroniques. M. Eve s est toujours adapté aux évolutions de son métier : depuis l obtention de ses deux brevets de maîtrise en mécanique automobile et carrosserie peinture, il n a cessé de se former pour proposer à ses clients un service de qualité. Aujourd hui encore, pour rester dans la course et se placer en pôle position, M. Eve et l un de ses salariés suivent en continu une formation «Éco 2» dispensée par l entreprise Renault. Distributeur des carburants Total, Il participe également, tous les deux mois, à une formation environnementale et est un membre très actif du CNPA (Conseil National des Professions de l Automobile). Représentant les exploitants de stationservice, il est très attentif à l évolution des normes environnementales. Ainsi, à titre personnel, il n a pas attendu la fin des délais réglementaires pour mettre en conformité sa station. Concilier activité et protection de l environnement Les déchets issus de l activité «garage» sont traités avec la même rigueur. Ceux de la catégorie «dangereux» (batteries, huile de vidange, pneus, liquide de refroidissement, peinture ) sont par exemple pris en charge par des entreprises de collecte agréées. «Il subsiste néanmoins une zone d ombre en liaison avec la gestion des déchets industriels banals et l accès aux déchetteries communales», précise M. Eve. C est un problème rencontré fréquemment dans l artisanat, même lorsque les quantités de déchets à éliminer restent faibles Présent sur tous les fronts de la protection de l environnement, il propose également à ses clients propriétaires d un véhicule à motorisation essence l installation d un kit électronique permettant de rouler au bio éthanol. Ce carburant classé dans la catégorie des énergies renouvelables, disponible à la pompe chez M. Eve, rencontre un succès qui dépasse les prévisions de ventes. Intégrer volet social à vie locale L action combinée de l activité de garage et de la distribution de carburants joue un rôle très important dans une zone rurale qui regroupe au sein d une même Codecom 11 villages, soit un peu plus de habitants. Le service proposé permet en effet de renforcer l attractivité territoriale locale. Côté emploi, M. Eve a préféré s entourer de cinq collaborateurs résidant dans le secteur de Vigneulles-lès- Hattonchâtel. La politique mise en place dans le cadre du développement de l entreprise se traduit aujourd hui par une augmentation de l activité qui risque, à terme, de générer le recrutement d un salarié supplémentaire. Nous l avons compris, ce chef d entreprise a fait du développement durable une priorité. Ses efforts en la matière ont d ailleurs été plébiscités par les élèves de l Institut de Forces de Ventes de Verdun. Ces derniers dans le cadre de leur activité ont réalisé un calendrier dédié à l écologie et ont réuni douze entreprises promotrices de l environnement dont celle de M. Eve. 18 HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI 2008

19 Boucher impliqué de nature à Dompaire (88) Développement durable sans le savoir Les bonnes pratiques de Fabien et Valérie Durupt, bouchers charcutiers traiteurs dans une commune de 950 habitants, s inscrivent dans la démarche «développement durable» : viande élevée au lin, tournées, sacs biodégradables Les clients approuvent et l entreprise s en trouve renforcée. Ces démarches sont pourtant venues naturellement Fabien Durupt, 42 ans, artisanboucher depuis 2000, et son épouse, Valérie, font du développement durable sans le savoir. Ce n est pas pour être à la mode ou se donner une image écologique : c est un état d esprit, qui comme beaucoup d artisans, rejoint ce que l on appelle aujourd hui le «développement durable». En quoi s inscrivent-ils dans cette mouvance? Réponse en quatre points : Le choix de travailler la qualité avec de la viande élevée au lin, bonne pour le goût, bonne pour la santé Le maintien de l entreprise en milieu rural dans une petite commune de 900 âmes, à 18 km d Épinal, ce qui contribue à dynamiser le village Les tournées sur un rayon de 15 km afin de préserver lien social et service de proximité et permettant de réaliser des économies de carburant : un seul véhicule couvre 300 km au lieu de 60 véhicules sur la route qui parcourraient chacun 30 km, soit km cumulés! Et, cerise sur le gâteau : afin de préserver la campagne alentour, l utilisation de sacs biodégradables pour emballer la marchandise. Fabien n a pas voulu «surfer» sur une vague tendance. Il a suivi son bon sens. D abord, rester fidèle à la qualité et rechercher des produits bons pour l homme : «Je me suis formé en tant qu apprenti chez des professionnels renommés. J ai eu une expérience en grande distribution, puis j ai souhaité m installer. Pour moi, la seule façon de nous démarquer, c est de faire de la qualité. Quand j ai entendu un éleveur parler de la viande nourrie au lin, je m y suis intéressé.» Les graines de lin sont riches en oméga 3, acides gras favorisant le bon fonctionnement des systèmes nerveux et cardiovasculaires. En consommant cette viande, on profite de cet apport. «J ai commencé par le porc, cela a plu aux clients et j ai continué avec du bœuf et du veau. Dans une petite commune à plus de 30 km aller-retour des grandes villes, c était osé de miser sur un produit 10 à 15 % plus cher. Mais, séduits parce que c est une qualité constante et qu en plus, c est bénéfique pour leur santé, les clients ont suivi.» Fabien a été bien inspiré, en effet, avec l insécurité sur les produits alimentaires, «on préfère en manger moins, mais savoir ce qu on met dans nos assiettes!» Une présence rurale «J ai une clientèle fidèle, confie Fabien, ce n est pas toujours le cas en ville.» Dans sa boutique, qui contribue à maintenir commerces et services à Dompaire, l artisan ne néglige rien. Il veille à offrir toute une gamme de prestations comme un service traiteur. Il se remet en cause, suit des formations et propose de nouvelles recettes. Sur les tournées, Valérie est attendue par ses quelque 60 clients. «Ils ont de 60 à 70 ans. Pour eux, la tournée est importante. Ça leur évite de se déplacer. Un lien s est même développé entre nous.» C est beaucoup d astreinte, Fabien au magasin et au labo, Valérie sur la route, parcourant 300 km dans la semaine, tandis que leurs deux filles attendent à la maison. Pour autant, c est grâce à cette tournée qu ils ont pu conforter leur affaire. Le service qu ils rendent est appréciable. Les clients sont prêts à financer ce plus. Des précurseurs Pour aller jusqu au bout de la démarche, Fabien Durupt a décidé de ne plus polluer avec les emballages plastique traditionnels et a donc opté pour les sacs biodégradables, devançant la réglementation qui les rendra incontournables en Là encore, coût supplémentaire pour le boucher, mais la démarche a été comprise par les clients et ceux-ci sont contents d aller chez un artisan qui pense à préserver la planète. Qualité des produits, choix de viandes saines, animation du milieu rural et proximité avec les habitants, recours à des pratiques limitant la pollution Des efforts pour l environnement qui ont, bien sûr, un coût pour l entreprise, une incidence sur le confort de vie des dirigeants, mais qui se sont révélés porteurs pour l entreprise. Les clients sont sensibles à cette démarche cohérente. Cela renforce leur confiance. Ça les conforte dans le principe de préférer l artisan aux grandes surfaces HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI

20 DÉVELOPPEMENT DURABLE Cas d entreprises Chauffagiste qui n a pas froid aux yeux à Villers-lès-Nancy (54) Un métier, une philosophie AD Il a été éducateur de rues, puis enseignant. Francis Lacour est désormais plombier-chauffagiste. Signes particuliers : haute conscience environnementale et spécialiste du développement durable engagé et sincère Ne l appelez pas juste pour qu il vous improvise une installation solaire sans conviction, histoire de récupérer un crédit d impôt. La réputation de cet artisan atypique, son approche éthique déconcertent. Les clients se repassent ses coordonnées, les institutionnels s inclinent face à ses conseils avisés. Aborder le sujet du développement durable s apparente avec Francis Lacour à un flirt. Il connaît le sujet parfaitement, tout en ayant le verbe humble. Pour en savoir plus, il faut revenir en arrière, aux années «chasse aux gaspis». Fin des années 70, peu après le choc pétrolier. La France chauffée au fuel se tourne vers l électricité. Nucléaire toute! Lui fait partie de ces pionniers qui s intéressent déjà au solaire. Éphémère À l époque, Francis Lacour travaille dans le social, la prévention spécialisée. Puis il devient instituteur, participe à la ZEP de Vandœuvre À 42 ans, volte face. Il quitte l Éducation nationale, passe un CAP d installateur thermique au Greta de Laxou «avec des profs formidables». Cet artisan ne fait pas partie des gens pétris de certitudes. Il a soif de connaissance. «J ai créé ma SARL en 2003 car je voulais travailler sur les énergies naturelles. Je ne suis jamais vraiment parvenu à rencontrer les gens de l Ademe. En revanche, j ai trouvé de véritables partenaires à la Région Lorraine.» Très vite, son activité artisanale tourne à l engagement. Il y a dans l exercice de son métier de chauffagiste une dimension citoyenne, éthique même. Il suffit de lire sa carte de visite : «éco-construction, éco-rénovation, énergie solaire, thermique et photovoltaïque» Pas question de lui demander de changer une simple chaudière. Son approche est plus globale. Son entreprise s intitule d ailleurs «Concept Lacour Énergies». «Si on fait du solaire ou du photovoltaïque juste pour faire un placement, cela ne m intéresse pas. Il faut utiliser la technicité et le progrès au service d une sobriété énergétique vitale.» Une approche quasi-philosophique Pas question d essayer de lui faire poser des capteurs photovoltaïques pour engloutir ensuite les kilowatts-heure offerts par le soleil dans une gourmande installation électrique. Son approche est quasi philosophique et se révèle diablement «développement durable», car elle est raisonnée : «La seule démarche pertinente est de viser en même temps l efficacité avec une isolation de préférence naturelle ou des ampoules basse consommation, mais aussi la sobriété énergétique, c està-dire un minimum d un tiers de consommation et de dépenses en moins et surtout d utiliser les énergies naturelles. Ce qui m intéresse, c est de tendre vers une consommation annuelle maximum de 50 kw/h annuels par mètre carré. Dans l absolu, on sait réduire la consommation de 10 % et beaucoup plus, mais à quel prix si c est pour rejeter plus ou autant de CO 2?» Chemin faisant, on s interroge sur ses propres pratiques tant l écouter vous conduit de façon subliminale à faire votre propre bilan carbone. Francis Lacour, pour ne pas tomber dans la mode du développement durable à gogo, anticipe, voyage, fait le plein d informations. Il admet que le matériel est encore cher. Le déplore. Et il travaille avec des constructeurs pour mettre au point des petits ballons de stockage plus performants et abordables. À titre d exemple, en Allemagne ou en Autriche, le matériel est beaucoup plus abordable, «mais le Conseil Régional a bien perçu les enjeux puisque sur le photovoltaïque, à la différence du solaire, l aide porte sur la pose et non pas sur l équipement qui logiquement devrait baisser.» Francis Lacour veille à convaincre les plus modestes qu ils ont aussi intérêt à s intéresser aux énergies renouvelables. «Si on ne rate pas ce virage, comme à l époque de la chasse aux gaspis, les professionnels performants sur ces questions ont 45 ans de travail devant eux.» Plus de installateurs ont le label Qualisol en France. On l obtient un peu comme une formalité et la moitié n ont finalement jamais posé la moindre installation. Francis Lacour est, lui, passé dans une autre dimension en adhérant au «Réseau des installateurs solaires européens». Il assure la promotion du label «Qualit ENR» pour énergie renouvelable. C est un cercle d artisans engagés et convaincus «qu il y a urgence, ça chauffe», et qu il faut ne pas se contenter de décliner le slogan. 20 HOMMES & MÉTIERS / N 229 / MAI 2008

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable «Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod «La terre n appartient pas à l homme, c est l homme qui appartient à la terre» Sitting Bull L habitat est le premier

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité

L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE. LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité L OFFRE EN FORMATION CONTINUE DE LA CMA DE GUADELOUPE LA PROFESSIONALISATION une démarche indispensable pour le développement de votre activité Je éq La formation, un outil de développement de vos compétences.

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE 26 FEVRIER 2013 BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE Contact presse : Colette Génin Tél : 01 44 82 48 84 e-mail : edf-presse@consultants.publicis.fr www.edf.fr EDF SA au

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2

Dossier de presse. La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche. Synthèse page 2 Dossier de presse La campagne d information sur les métiers de l artisanat, du bâtiment et les métiers de bouche Synthèse page 2 Le contexte de la campagne page 5 Le déroulement de la campagne page 7 Faits

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

consommateurs? Ethicity ypour le GIFAM Ethicity pour le GIFAM 16 septembre 2008

consommateurs? Ethicity ypour le GIFAM Ethicity pour le GIFAM 16 septembre 2008 Comment anticiper les attentes des consommateurs? Ethicity ypour le GIFAM Ethicity pour le GIFAM 16 septembre 2008 Conseil développement durable et marketing éthique Notre mission Initier et accompagner

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2015

CATALOGUE DE FORMATION 2015 CATALOGUE DE FORMATION 2015 ARTISANS CONJOINTS COLLABORATEURS SALARIÉS COMPTABILITÉ ET GESTION INFORMATIQUE ET BUREAUTIQUE DÉVELOPPEMENT DE L ENTREPRISE PUBLICITÉ ET TRAITEMENT DE L IMAGE INTERNET COMMUNICATION

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT

L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT L ÉLECTRONIQUE IDÉALE POUR L ENVIRONNEMENT Des processus de bureau respectueux de l environnement grâce au recours à un système moderne de gestion des documents Utilisation de matériaux respectueux de

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou

l éco-agent Le Guide de Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou Le Guide de l éco-agent Mairie de Saint-Barthélemy-d Anjou «L'écologie est aussi et surtout un problème culturel. Le respect de l'environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux.»

Plus en détail

GROUPE OLANO Développement Durable 1

GROUPE OLANO Développement Durable 1 GROUPE OLANO Développement Durable 1 NOS ENGAGEMENTS DEVELOPPEMENT DURABLE REALISER UNE POLITIQUE ET UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DURABLE SENSIBILISER ET INCITER NOS SALARIES A CETTE POLITIQUE CONTRIBUER

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier

Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier Samedi 19 janvier 2008 Communiqué de presse Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier La Ville de Bordeaux a adopté, fin janvier 2007, une charte d écologie urbaine et de développement durable. Elle

Plus en détail

anj u PRODUITen dossier de candidature

anj u PRODUITen dossier de candidature dossier de candidature Le dossier de candidature dûment rempli et signé, incluant les pièces demandées, doit être adressé à : GIP Produit en Anjou Département de Maine-et-Loire CS 94104 49941 Angers cedex

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011>

W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! DOSSIER DE PRESSE < octobre 2011> COMMUNIQUE W Rénovation un engagement fort en faveur de l apprentissage! Les artisans peinent à trouver de

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

Qualit IMMO une entreprise 100% aveyronnaise.p2. Le gage de qualité NF Logement...p5. Qualit IMMO novatrice en normes environnementales p6

Qualit IMMO une entreprise 100% aveyronnaise.p2. Le gage de qualité NF Logement...p5. Qualit IMMO novatrice en normes environnementales p6 SOMMAIRE Qualit IMMO une entreprise 100% aveyronnaise.p2 Le gage de qualité NF Logement...p5 Qualit IMMO novatrice en normes environnementales p6 La recherche de la satisfaction globale.p9 Nos actualités..p11

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl

GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl facteurs de reussite DES ENJEUX... DES ACTIONS ACTIONS DE COMMUNICATION AUTO EVALUATION DD-GUID-005 indice 1 GUIDES POUR UNE COMMUNICATION RESPONSABLE Charte Petzl pour une communication

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco 7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE Présenté par Transpoco Après un énième passage chez le garagiste en moins de deux mois, vous avez décidez qu il était temps de vous séparer de votre vieille

Plus en détail

Charte Développement Durable. Les 15 engagements du réseau C10

Charte Développement Durable. Les 15 engagements du réseau C10 Charte Développement Durable Les 15 engagements du réseau C10 2014 Charte Développement Durable Les 15 engagements du réseau C10 Né en 1996 de la volonté d entrepreneurs indépendants, le réseau C10 est

Plus en détail

Quand un investissement réduit permet la réussite

Quand un investissement réduit permet la réussite Quand un investissement réduit permet la réussite Il s installe dans l ancien local vide de la boulangerie déplacée à 100 m et fait le choix d un investissement réduit. Pour leur première installation,

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience

Comment SE PRÉPARER. à la validation des acquis de son expérience GUIDE POUR AGIR Comment SE PRÉPARER à la validation des acquis de son expérience JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi se préparer à la validation des acquis

Plus en détail

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Domaine : Bâtiment, éco-construction, rénovation Durée : 5 mois ROME : F603 Code AFPA : 9 Objectifs : Poser,

Plus en détail

GUIDE DE DÉPLOIEMENT DE L ANIMATION «LE TRI POUR TOUS» À DESTINATION DES ENTREPRISES ADHÉRENTES ADELPHE

GUIDE DE DÉPLOIEMENT DE L ANIMATION «LE TRI POUR TOUS» À DESTINATION DES ENTREPRISES ADHÉRENTES ADELPHE GUIDE DE DÉPLOIEMENT DE L ANIMATION «LE TRI POUR TOUS» À DESTINATION DES ENTREPRISES ADHÉRENTES ADELPHE 18/04/2013 Engagée aux côtés d Adelphe pour assurer le tri, la collecte et le recyclage des emballages

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Guide «Organisation d une manifestation éco-responsable»

Guide «Organisation d une manifestation éco-responsable» Guide «Organisation d une manifestation éco-responsable» L éco-responsabilité va dans le sens du développement durable, «le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

EDF, partenaire. la Lorraine, terre d énergie

EDF, partenaire. la Lorraine, terre d énergie EDF, partenaire pour une énergie durable en Lorraine Didier Guénin, délégué regional EDF Lorraine EDF partenaire de la Lorraine, terre d énergie Au travers de son histoire, de ses hommes et de ses femmes,

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffage électrique et eau chaude sanitaire Sommaire Chauffage électrique VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Valoriser les radiateurs intelligents et

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE.

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible DOSSIER DE PRESSE saintronic SOMMAIRE Saintronic, la mobilité verte 1 2 3 4 5 LES NOUVELLES BORNES SAINTRONIC, INTELLIGENTES ET CONNECTÉES ELECTROMOBILISONS-NOUS! SAINTRONIC, 40 ANS DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé

Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé DEP 5258 Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé STAGE DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN MILIEU DE TRAVAIL 359-147 GUIDE DE PRÉPARATION AVANT LE STAGE Tables des matières Introduction...3 Mon

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

D E V O T E A M S E N G A G E E N F A V E U R D U D E V E L O P P E M E N T D U R A B L E

D E V O T E A M S E N G A G E E N F A V E U R D U D E V E L O P P E M E N T D U R A B L E GreenGuide DEVOTEAM S ENGAGE EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE Le groupe Devoteam est un acteur économique et social qui se doit d être responsable. C est la raison pour laquelle nous avons décidé d engager

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

*** La clé de l éco conduite ***

*** La clé de l éco conduite *** *** La clé de l éco conduite *** LE CARBURANT EST CHER ET POLLUANT!! GRATUIT > > > TOUS LES CONSEILS POUR DIMINUER VOTRE CONSOMMATION DE CARBURANT!! Par souci écologique, de sécurité routière et pour le

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013 GALLILEO Business Consulting DECEMBRE 2013 Etude stratégique marketing sur les produits feuillus Assemblée Générale du 19 décembre 2013 Avec le soutien de : GALLILEO BUSINESS CONSULTING 29 rue Jean-Jacques

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION CONTINUE

CATALOGUE FORMATION CONTINUE CATALOGUE FORMATION CONTINUE 3ème trimestre 2014 SOMMAIRE INFORMATIQUE BUREAUTIQUE 4 COMMERCIAL VENTE 5-6 COMPTABILITE GESTION 7-8 JURIDIQUE SECURITE 9 SE FORMER, MODE D EMPLOI 10-12 BULLETIN D INSCRIPTION

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

L Energie Positive. -Mai 2013- DOSSIER DE PRESSE

L Energie Positive. -Mai 2013- DOSSIER DE PRESSE L Energie Positive -Mai 2013- DOSSIER DE PRESSE Sommaire Edito 3 I- La nouvelle mobilité 4 II- O SiToiT, bouquet de solutions à Energie Positive 7 III - La Cité de l Energie Positive, l école des bons

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS ensemble EN 2008, LA MAT vous OFFRE toujours PLUS de SERVICES! Du NOUVEAU côté PROVINCE! sommaire edito Marcel SOUFFLET, Président de La MAT 4_ 5_ 6_ 7_ TOUJOURS PLUS d avantages DÉCOUVREZ nos partenaires!

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers de l Automobile par l Apprentissage Mécanicien Véhicules Particuliers - Poids Lourds - Motos Carrossier Réparateur - Peintre en Carrosserie + Comptable / Gestionnaire

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

PRIMAGAZ SOUTIENT LES CHOMEURS CREATEURS D ENTREPRISES AUX COTES DE L ADIE

PRIMAGAZ SOUTIENT LES CHOMEURS CREATEURS D ENTREPRISES AUX COTES DE L ADIE COMMUNIQUE DE PRESSE PRIMAGAZ SOUTIENT LES CHOMEURS CREATEURS D ENTREPRISES AUX COTES DE L ADIE A l occasion de l année internationale du microcrédit, Primagaz déploie une nouvelle action dans le contexte

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail