Les recours collectifs dans le secteur financier Où en sommes-nous? Me André Durocher, associé Me Dominique Gibbens, associée Le 11 septembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les recours collectifs dans le secteur financier Où en sommes-nous? Me André Durocher, associé Me Dominique Gibbens, associée Le 11 septembre 2012"

Transcription

1 Les recours collectifs dans le secteur financier Où en sommes-nous? Me André Durocher, associé Me Dominique Gibbens, associée Le 11 septembre 2012

2 Plan de la présentation Changements apportés en 2003 à la procédure d autorisation des recours collectifs Recours collectifs concernant les activités bancaires des institutions financières Survol depuis 2003 Les affaires Marcotte et Adams Recours collectifs dans le secteur des valeurs mobilières Leçons à tirer?

3 Changements apportés en 2003 à la procédure d autorisation des recours collectifs

4 Changements apportés en 2003 à la procédure d autorisation L affidavit au soutien de la Requête pour autorisation L impossibilité de contester la Requête pour autorisation par écrit Les limites à la présentation de preuve au stade de l autorisation Impact?

5 Recours collectifs concernant les activités bancaires des institutions financières

6 Quelques statistiques Recours recensés: 29 Résultats obtenus? Au stade de l autorisation Non autorisés 7 Autorisés 22 Au fond Réglés hors Cour 5 Procès à venir 12 Recours accueillis 5 Recours rejetés 2

7 Quelques statistiques Recours recensés: 29 Fondement juridique invoqué? Loi sur la Protection du consommateur («LPC») 20 Frais de crédit 14 Représentations fausses/trompeuses 6 Code civil du Québec/autres 9

8 Les recours non autorisés

9 Les recours non autorisés Trudel c. Banque Nationale du Canada et al., 2006 QCCS 1172 Frais de préparation de quittance par un(e) notaire Articles 1568 et 3065 C.c.Q. imposeraient ces frais au créancier Recours ne présente pas d apparence sérieuse de droit

10 Les recours non autorisés (suite) Marandola c. Fédération des caisses Desjardins du Québec et al., 2007 QCCS 356 Honoraires extrajudiciaires chargés au débiteur suite à la publication d un préavis d exercice d un droit hypothécaire Art C.c.Q. Vu structure corporative de Desjardins, on allègue la responsabilité extracontractuelle de la Fédération Recours ne présente pas d apparence sérieuse de droit

11 Les recours non autorisés (suite) Option Consommateurs (Collins) c. Fédération des caisses Desjardins du Québec et al., 2007 QCCS 3639 Calcul de la pénalité pour remboursement par anticipation du solde d un prêt hypothécaire Même difficulté liée à la structure corporative de Desjardins Aussi problème de prescription du droit d action de la membre désignée Recours ne présente pas d apparence sérieuse de droit

12 Les recours non autorisés (suite) Micro-logiciels Experts inc. c. Banque HSBC Canada, 2007 QCCS 1418 Honoraires extrajudiciaires du créancier pour protéger sa créance aurait été illégalement chargés au débiteur Article 2762 C.c.Q. Recours repose sur allégations qui prima facie semblent mal fondées

13 Les recours non autorisés (suite) Option Consommateurs (Hurtubise) c. Banque Nationale du Canada, 2007 QCCS 4626 Calcul de la pénalité pour remboursement par anticipation du solde d un prêt hypothécaire Art. 6, 7, 1375 C.c.Q. Recours envisagé est sans fondement juridique vu les clauses contractuelles claires et l obligation de l emprunteur de se renseigner

14 Les recours non autorisés (suite) Jadue c. Fédération des caisses populaires Desjardins, 2009 QCCS 1606 Contrepartie versée mensuellement par un détaillant à Desjardins pour le financement des achats des clients Constituerait des «frais de crédit» que Desjardins n aurait pas calculés et divulgués conformément à la LPC et qu elle serait tenue de «rembourser» aux clients Allégations ne justifient pas les conclusions recherchées

15 Les recours autorisés

16 Responsabilité civile générale Bergeron et OC c. BRC, 2006 QCCS 4485 Recours en dommages suite à une panne du système informatique : Vise clients et tiers Recherche remboursement des frais encourus et dommages : Troubles et inconvénients (200 $) Dommages moraux (200 $) Système d indemnisation volontaire mis en place par la banque Autorisé critères rencontrés/processus d indemnisation est incomplet Transaction approuvée en 2009 : $

17 Responsabilité contractuelle contrat bancaire Option Consommateurs (Dubé) c. Banque de Montréal, 2012 QCCS 4106 Brunelle c. Banque Toronto Dominion, 2012 QCCS 4107 Calcul de la pénalité pour remboursement par anticipation du solde d un prêt hypothécaire en violation des contrats et des obligations de la banque envers ses clients Autorisés séparément en 2008 et 2009 (juge Laberge) Accueillis au fond (après audition commune) le 21 août 2012

18 Responsabilité contractuelle contrat bancaire (suite) Actes hypothécaires accordent 2 droits simultanés/non-exclusifs dont la banque devait faire bénéficier les emprunteurs Devoirs de la banque envers son client l obligeaient à réduire la pénalité, même sans demande Obligation de bonne foi englobe obligations de renseignement, collaboration, coopération et loyauté Lien de confiance entre la banque et son client exige que la banque : Exécute le contrat «en toute équité» Agisse avec loyauté et prudence Agisse dans l intérêt de son client ce qui l obligeait à réduire la pénalité

19 Responsabilité contractuelle contrat bancaire (suite) La Banque de Montréal a aussi manqué aux obligations découlant de la Loi sur les banques (Art. 450, 452) et du Règlement sur le coût d emprunt (Art. 6, 8) Relevé de remboursement incompréhensible Ordonne le remboursement de la portion des pénalités payée en trop à tous les clients visés (au cours de périodes précises selon les actes hypothécaires utilisés)

20 Responsabilité contractuelle contrat bancaire (suite) Ordonne le recouvrement collectif même si la preuve ne permet pas d établir le montant total des réclamations Banques doivent (dans les 60 jours d un jugement final) : Fournir la liste des membres et des montants payés Déposer au greffe le montant total des réclamations Reporte à plus tard les décisions concernant les modalités de distribution

21 LPC/Frais de crédit : bref survol des dispositions en cause LPC impose de nombreuses obligations liées aux «frais de crédit» Art. 12 : tous frais doivent être divulgués avec précision Art. 66 et ss. : règles particulières applicables aux contrats de crédit/contrats de crédit variable : Divulgation en dollars/cents (Art. 71) Inclusion dans le calcul du taux de crédit (Art. 72) Calcul selon la méthode prévue au Règlement (Art. 91) Ne peuvent être exigés de détenteurs acquittant leur solde mensuel dans le délai de grâce de 21 jours prévu par la loi (Art. 126)

22 LPC/Frais de crédit : bref survol des dispositions en cause (suite) «Frais de crédit» au sens de la LPC? Définition très large et non exhaustive (Art LPC) Selon certains, tout ce qui n est pas du «capital net» (i.e. somme pour laquelle le crédit est consenti)(art LPC) Sanctions en cas de non-respect Non-conformité du calcul/indication de frais de crédit ou taux de crédit (Art. 271 LPC) Nullité du contrat ou suppression/restitution des frais payés Preuve d absence de préjudice Manquement à une obligation de fond (Art. 272 LPC) Dommages punitifs

23 Cartes de crédit frais de retard fixes sur paiements mensuels Option Consommateurs c. Service aux marchands détaillants ltée (Household Finance), 2006 QCCA 1319 Cartes de crédit (contrat de crédit variable) émises lors du financement d achats auprès de détaillants Frais de retard fixes de 10 $ imposés à ceux qui n acquittaient pas leur versement mensuel minimal à la date d échéance, sans les inclure dans calcul des frais de crédit et du taux de crédit Remède recherché : Remboursement des frais de retard payés Remboursement de tous les frais de crédit payés Dommages punitifs (500 $/personne) Recours autorisé puis accueilli au fond (CS en 2003 et CA en 2006), mais motifs divergents

24 Cartes de crédit frais de retard fixes sur paiements mensuels (suite) Questions tranchées C.S. C.A. Frais de retard = frais de crédit Manquement aux règles de calcul/divulgation des frais de crédit Remboursement des frais de retard Remboursement de tous les frais de crédit (Art. 271 al. 2 LPC) Dommages punitifs (Art. 272 LPC) 100 $/pers.

25 Cartes de crédit frais de retard fixes sur paiements mensuels (suite) Recouvrement collectif ordonné, malgré montants inconnus Household Finance doit produire la liste des membres et les montants payés et déposer les sommes au greffe de la Cour.

26 Cartes de crédit charges d intérêts durant le délai de grâce de 21 jours Aberback-Patck c. Amex Bank of Canada, 2006 QCCS 1425 Frais d intérêts de retard chargés malgré paiement électronique du solde à échéance Recommandation faite de payer 3 à 5 jours plus tôt en raison des délais dans le traitement de certains types de paiements Recours autorisé : remboursement des intérêts payés + dommages compensatoires (100 $) et punitifs (100 $) Transaction approuvée en 2008 : Clarification aux relevés de compte délais de traitement des paiements Paiement des honoraires et déboursés des avocats de la demande

27 Cartes de crédit charges d intérêts durant le délai de grâce de 21 jours (suite) Option Consommateurs (Painchaud/Fortin) c. Banque Amex du Canada, 2006 QCCS 5362 Option Consommateurs (Brousseau) c. Citibanque Canada et al., 2007 QCCS 6027 Même recours, mais scindé en raison d Agropur Recours autorisés : remboursement des frais de crédit et dommages exemplaires (200 $) Réel débat quant à l interprétation de l Art. 126 LPC : délai de grâce s applique-t-il uniquement lorsque solde entier est acquitté dans le délai? Dossiers suivent leur cours

28 Cartes de crédit frais d avances de fonds pour chaque transaction au Canada et à l étranger Option Consommateurs (Desjardins/Émond) c. Banque Canadian Tire, 2006 QCCS 5363 Option Consommateurs (Corriveau) c. Banque Amex du Canada et al., 2007 QCCS 6144 Même recours, mais scindé en raison d Agropur Recours autorisés : remboursement des frais d avances de fonds (Art. 271 LPC) et dommages punitifs (200 $) (Art. 272 LPC) Dossiers suivent leur cours Transaction avec Desjardins approuvée dans dossier Corriveau : Paiement de 3,4 M$ (frais totaux facturés = 7,6 M$) 2 M$ - indemnisation directe (3,75 $/membre) 1,4 M$ - honoraires et déboursés des avocats des demandeurs, indemnisation indirecte, prélèvement du Fond d aide aux recours collectifs, etc.

29 Cartes de crédit augmentation unilatérale de la limite de crédit et frais imposés lors de telles augmentations Option Consommateurs (St-Pierre/Audet) c. Banque de Montréal, 2006 QCCS 5353 Option Consommateurs (Lamoureux) c. Banque de Montréal et al., 2007 QCCS 6026 Même recours, mais scindé en raison d Agropur Recours autorisés : remboursement des frais payés (Art. 271 LPC) et dommages punitifs (200 $) (Art. 272 LPC) Dossiers suivent leur cours

30 Cartes de crédit frais de gestion et d utilisation de marges de crédit et augmentation unilatérale de crédit Bibaud et Union des Consommateurs c. Banque Nationale du Canada, 2006 QCCS 5352 Recours autorisé : remboursement des frais payés (Art. 271 LPC), dommages compensatoires (50 $) et dommages punitifs (100 $) (Art. 272 LPC) Transaction approuvée en 2010 : Paiement d environ $ $ indemnisation directe des membres (99,15 $/membre) $ indemnisation indirecte $ honoraires et déboursés des avocats des demandeurs Autres frais accessoires

31 Frais d enregistrement de droits au RDPRM lors de contrats de vente à tempérament /location Fournier, St-Pierre, Billette, Dubé, Daneau et Dion Six dossiers semblables ont été autorisés : Recours en remboursement de sommes chargées au-delà des montants exigés par le RDPRM, dommages compensatoires et/ou dommages punitifs Allèguent représentations fausses ou trompeuses (Art. 219 LPC) et plus spécifiquement quant au montant de droits exigibles en vertu d une loi (Art LPC) Tous pendants

32 Les affaires Marcotte et Adams

33 Contexte factuel et nature du recours Litige origine de frais de conversion de devises chargés aux détenteurs de cartes de crédit suite à un paiement en devises étrangères Paiement est converti en dollars canadiens selon un «taux de conversion» : Taux de change interbancaire (%) + Taux de conversion «Frais de conversion» (1,5 % à 2,5 %) = Taux de conversion total (%)

34 Contexte factuel et nature du recours (suite) Demandeurs soutiennent que ces «frais de conversion» constituent des «frais de crédit» (Art. 67 LPC) qui, pour être légalement réclamés : Devaient être inclus dans le calcul du «taux de crédit» au contrat et aux relevés mensuels de compte Art. 72, LPC et Art Règlement d application Ne pouvaient être réclamés aux détenteurs qui ont acquitté le solde dû à l intérieur du délai de grâce Art. 71, LPC

35 Contexte factuel et nature du recours (suite) Frais de conversion chargés illégalement de 2000 à 2007 vu non-respect des exigences relatives aux frais de crédit En plus, 5 banques (BMO, Citibanque, TD, Amex, BNC) auraient caché l existence de ces frais en violation de l Art. 12 LPC Remèdes recherchés : Remboursement intégral des frais payés Dommages punitifs contre 5 banques qui auraient caché l existence des frais

36 Enjeux et importance Entreprises/pratiques visées : 9 banques + Desjardins Cartes Visa, MasterCard et Amex Sommes en jeu : Recouvrement collectif ordonné M$ Recouvrement individuel plusieurs années Dommages punitifs - 25 $/membre (5 banques) Questions juridiques soulevées : Lien de droit/intérêt pour agir Applicabilité de la LPC aux banques

37 Jugements de la Cour supérieure Accueille en partie les 3 recours Rejette l argument d irrecevabilité des banques fondé sur l absence de lien de droit/intérêt pour agir: Distinction autorisation/fond Situation de faits commune à tous le défendeurs Rejette l argument d exclusivité fédérale et conclut à l applicabilité de la LPC aux banques

38 Jugements de la Cour supérieure (suite) Conformité du traitement des «frais de conversion» à la LPC : Les «frais de conversion» sont des «frais de crédit» et devaient être traités comme tels Les 9 banques et Desjardins ont donc violé la LPC de 2000 à 2007 en ne traitant pas les frais de conversion comme des «frais de crédit» En plus, conclut que 5 banques ont violé l article 12 LPC en cachant l existence des frais de conversion durant un certain temps Manquements donnent ouverture aux recours de l article 272 LPC, incluant dommages punitifs

39 Jugements de la Cour supérieure (suite) Conclusions : Ordonne le remboursement de tous les frais de conversion payés : Recouvrement collectif : périodes où la preuve le permet Recouvrement individuel : autres périodes Condamne les 5 banques qui ont caché l existence des frais de conversion à payer des dommages punitifs de 25 $/personne

40 Jugements de la Cour supérieure (suite) Banque Recouvrement collectif Recouvrement individuel Dommage punitif BMO 27,1 M$ _ 25 $/pers. Citibanque 5,1 M$ _ 25 $/pers. TD _ Oui 25 $/pers. CIBC 38,3 M$ Oui Amex (Marcotte) 8,1 M$ Oui 25 $/pers. Amex (Adams) 13,1 M$ _ 2,5 M$ Laurentienne 3 M$ Oui BNC 33,8 M$ _ 25 $/pers. BNE 4,1 M$ Oui RBC 36,2 M$ Oui Desjardins 28,4 M$ Oui

41 Les arrêts de la Cour d appel Accueille les appels à différents degrés dans chacun des dossiers L intérêt pour agir/cause d action Reconnaît qu il y a controverse au Québec sur la question Agropur CHSLD Christ Roi Fait un tour d horizon des autres juridictions

42 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Conclut que dans recours collectif contre plusieurs défendeurs, il n est pas nécessaire qu un représentant ait une cause d action contre chaque défendeur Le représentant doit toutefois démontrer : qu il existe un réel sous-groupe ayant une cause d action directe contre chaque défendeur qu il est en mesure de représenter adéquatement tous les membres du groupe/sous-groupes; et qu il existe des questions réellement communes à tous les membres/sous-groupes.

43 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Recours tel qu entrepris était justifié : Membres ont en commun un litige de même nature fondé sur les mêmes dispositions législatives et les mêmes pratiques M. Marcotte était en mesure de comprendre la situation de tous et de les représenter Une fois nommé, M. Marcotte avait l intérêt pour agir

44 Les arrêts de la Cour d appel (suite) L applicabilité des dispositions de la LPC aux banques Octroi de crédit par l émission de cartes de crédit ne relève pas exclusivement de compétence fédérale sur les banques Art. 91 (15) LC 1867 Par contre, loi fédérale prévaudra en cas de conflit

45 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Analyse l encadrement fédéral : Loi sur les banques Règlement sur le coût d emprunt (DORS/ ) Loi sur l Agence de la consommation en matière financière du Canada (L.C. 2001, ch. 9) Constate que selon l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC), les «frais de conversion» sont traités au Règlement comme des «frais non liés aux intérêts» S il fallait retenir la définition de «frais de conversion» du juge Gascon, il y aurait conflit

46 Les arrêts de la Cour d appel (suite) mais la Cour retient plutôt que les «frais de conversion» ne sont pas des «frais de crédit» et évite le conflit Conclut par ailleurs à conflit entre le processus de plainte de l ACFC et ce qui est prévu à LPC et déclare les dispositions de la LPC en cause inopérantes

47 Les arrêts de la Cour d appel (suite) La conformité du traitement des «frais de conversion» aux dispositions de la LPC Tous les frais facturés aux consommateurs à l occasion d un contrat de crédit ne sont pas nécessairement des «frais de crédit» Eg. Frais de copie de relevés de compte, frais d utilisation du guichet automatique, etc. Les «frais de conversion» sont en réalité des frais pour utilisation d un service accessoire à la carte de crédit : Détenteur effectue son paiement en monnaie étrangère et paie ensuite pour ce service Les frais ne sont aucunement liés à l octroi du crédit

48 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Les «frais de conversion» n avaient donc pas à être traités comme des «frais de crédit» «Frais de conversion» devaient tout de même être raisonnables (Art. 8 LPC) et divulgués de manière précise (Art. 12 LPC)

49 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Obiter Même si la Cour avait conclu que les «frais de conversion» constituaient des «frais de crédit», elle aurait refusé la demande de remboursement : Sanction : Art. 271 LPC (et non Art. 272 LPC) Aurait conclu à une absence de préjudice en raison du caractère compétitif du taux de conversion total et des admissions de satisfaction faites Aurait rejeté le recours (à l exception du volet du recours contre les 5 banques n ayant pas divulgué l existence des frais)

50 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Banques n ont pas manqué à leurs obligations quant au calcul et à la divulgation de frais de crédit 5 banques (BMO, BNC, Citibanque, TD et Amex) ont manqué à leur devoir d information : Faute = omission de divulguer durant certaines périodes que paiement en devises étrangères comportait des frais de conversion Art. 12 LPC Art. 452 de la Loi sur les banques

51 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Conclusions : Rejet total du recours quant à Desjardins, CIBC, Banque Laurentienne, BNE et RBC Réduction substantielle de la condamnation quant aux 5 banques à qui on reproche d avoir caché les frais Annulation des dommages punitifs de ces mêmes 5 banques, sauf en ce qui a trait à la TD Caractère punitif du recouvrement collectif Comportement depuis longtemps «modifié» Injustifié vu circonstances

52 Les arrêts de la Cour d appel (suite) Pourquoi TD? Recouvrement collectif n a pu être ordonné Dommages punitifs sont justifiés

53 Que doit-on retenir? Brèche importante quant au principe clairement établi dans Agropur Mais : «Le recours collectif n est pas une procédure d enquête sur un secteur commercial ou industriel!» Conflits potentiels découlant de la réglementation fédérale? Encadrement fédéral accru? Approche différente? Approche plus posée quant à notion de «frais de crédit» Message clair sur le caractère exceptionnel de dommages punitifs surtout en matière de recours collectifs

54 Les recours collectifs dans le secteur des valeurs mobilières

55 CE QUE RECHERCHENT LES DEMANDEURS Des défendeurs solvables du début jusqu à la fin du recours Des faits accablants ou qui paraissent mal à première vue Une théorie de cause probable ou, à défaut, plausible

56 DES DÉFENDEURS SOLVABLES Les procureurs généraux et les agences gouvernementales Les institutions financières Les promoteurs, vendeurs et autres intermédiaires Les émetteurs assujettis

57 LES PROCUREURS GÉNÉRAUX ET LES AGENCES GOUVERNEMENTALES Vidal c. SFS-Logic-Fisc Rosso c. Autorité des marchés financiers Pellemans c. Lacroix

58 Vidal c. SFS Logic-Fisc, AZ (C.S.) CONTEXTE Faillite de nombreux défendeurs, promoteurs, sociétés de recherche, intermédiaires et vendeurs Transaction avec le bureau de comptables en cours de route d où le choix de poursuivre les procureurs généraux et les agences gouvernementales, les seuls défendeurs qui restent

59 Vidal (suite) REPROCHES À REVENU CANADA (Requête pour autorisation d exercer un recours collectif) Incompréhension des lois fiscales (abris fiscaux pour la recherche et le développement) Notion d associé déterminé mal comprise Système téléphonique trompeur

60 Vidal (suite) REPROCHES À LA COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES (Requête pour autorisation d exercer un recours collectif) Avis apparemment exprimé sur les incidences fiscales des montages financiers Laxisme dans l inspection

61 Vidal (suite) CONCLUSIONS (Requête pour autorisation d exercer un recours collectif) Oui Non Y a-t-il des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes? Les faits allégués paraissent-ils justifier les conclusions recherchées? La composition du groupe rend-elle difficile ou peu pratique l application des articles 59 ou 67? Le requérant est-il en mesure d assurer une représentation adéquate des membres du groupe?

62 Vidal (suite) CONCLUSIONS Questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes Même pour tous Oui Non La question de l admissibilité des déductions

63 Vidal (suite) CONCLUSIONS Apparence sérieuse de droit Oui Non Dans des arrêts précédents la Cour d appel a parlé de «possibilité de succès»

64 Vidal (suite) CONCLUSIONS La composition du groupe et l application des articles 59 ou 67 Oui Non Nombre (à peu près 500 contribuables)

65 Vidal (suite) CONCLUSIONS Le requérant et la représentation adéquate des membres du groupe Oui Non À l appui d une association

66 Vidal c. SFS Logic-Fisc inc., 2008 QCCS 2434 CONCLUSIONS (sur l action au fond contre les procureurs généraux et les agences gouvernementales) Oui Non Existence d un devoir de diligence du gouvernement à l égard des investisseurs

67 Rosso c. Autorité des marchés financiers, 2006 QCCS 5271 CONTEXTE Un des nombreux recours collectif issus du scandale Norbourg Requête pour autorisation d exercer un recours collectif contre l AMF seulement

68 Rosso (suite) REPROCHES À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Conduite laxiste (faute par omission) Inspections superficielles ou insouciantes équivalant à de la négligence grossière (but: faire échec à l immunité prévue à l article 32 de la Loi sur l Autorité des marchés financiers)

69 Rosso (suite) CONCLUSIONS Y a-t-il des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes? Les faits allégués paraissent-ils justifier les conclusions recherchées? La composition du groupe rend-elle difficile ou peu pratique l application des articles 59 ou 67? Le requérant est-il en mesure d assurer une représentation adéquate des membres du groupe? Oui Non

70 Rosso (suite) Les questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes Oui Non Absence de véritables questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes permettant de faire avancer le débat Faute contributive de nombreux intervenants (représentants) Absence d homogénéité des groupes proposés Maquis procédural inextricable

71 Rosso (suite) Apparence sérieuse de droit Oui Non Faits allégués sérieux et tenus pour avérés Plusieurs feux jaunes Problème: lien de causalité (faute marginale de l AMF) Problème: la défense d immunité (poussée au fond) Chance au coureur: (1 % de faute contributive)

72 Rosso (suite) La composition du groupe et l application des articles 59 ou 67 Oui Non La jonction des recours serait plus pratique

73 Rosso (suite) Le requérant et la représentation adéquate des membres du groupe Oui Non Conflit d intérêts: réception d une somme de $ pour transférer sa clientèle à Norbourg Groupe Financier Absence de transparence de la part du requérant (analogie avec l arrêt Bouchard c. Agropur coopérative)

74 Rosso (suite) DEMANDES D APPEL À LA COUR D APPEL ET À LA COUR SUPRÊME DU CANADA Cour d appel Cour suprême du Canada Accueillie Rejetée

75 Pellemans c. Lacroix, 2006 QCCS 5080 (Requête pour autorisation d exercer un recours collectif) CONTEXTE Le dossier-clé de l affaire Norbourg Présence de l AMF parmi les intimées

76 Pellemans (suite) REPROCHES À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DANS LA REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF Négligence dans les opérations de surveillance et de vérification des sociétés de Vincent Lacroix Fautes d omission dans les inspections Défaut d avoir relevé des irrégularités pendant une longue période

77 Pellemans (suite) CONCLUSIONS Y a-t-il des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes? Les faits allégués paraissent-ils justifier les conclusions recherchées? La composition du groupe rend-elle difficile ou peu pratique l application des articles 59 ou 67? Le requérant est-il en mesure d assurer une représentation adéquate des membres du groupe? Oui (concédé) (concédé) Non

78 Pellemans (suite) Les questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes Oui Non Allégations de faute lourde (pour contrer l immunité de l article 32 de la Loi sur l Autorité des marchés financiers): éléments communs aux réclamations des membres du groupe

79 Pellemans (suite) Apparence sérieuse de droit Oui Non Allégations factuelles (et tenues pour avérées) tendant à démontrer l existence d une faute lourde

80 Pellemans c. Lacroix, 2011 QCCS 1345 Transaction approuvée par la Cour supérieure $ versés par l Autorité des marchés financiers à l administrateur pour ses honoraires et déboursés

81 Procureurs généraux et agences gouvernementales CONCLUSIONS SUR LES RECOURS CONTRE CES DÉFENDEURS Tribunaux judiciaires: Extrêmement difficile sinon impossible, à moins de faits exceptionnellement graves Tribunal de l opinion publique: Conjonction de faits accablants + sympathie du public + intérêt des médias + élus attentifs

82 LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Beaudoin c. Avantage Link; Nutri-Mer c. Avantage Link Rabinovitch c. CIBC Asset Management Huneault c. Fonds AGF Nelles c. Royal Bank of Canada

83 Beaudoin c. Avantage Link, AZ ; Nutri-Mer inc. c. Avantage Link inc., 2005 CanLII (QC CS) Requêtes pour autorisation d exercer un recours collectif contre plusieurs intimées dont Marchés mondiaux CIBC inc., Leduc & associés valeurs mobilières (Canada Ltée) et Corporation Canaccord Capital (l affaire JITEC, ancien nom d Avantage Link) Beaudoin: Individus Nutri-Mer: Personnes morales

84 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) CONCLUSIONS (Réclamations contre Canaccord, Marché mondiaux CIBC et Leduc & Associés valeurs mobilières) Y a-t-il des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes? Les faits allégués paraissent-ils justifier les conclusions recherchées? La composition du groupe rend-elle difficile ou peu pratique l application des articles 59 ou 67? Le requérant est-il en mesure d assurer une représentation adéquate des membres du groupe? Oui Non

85 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) Question de droit ou de fait identique, similaire ou connexe Oui Non Faits tendant à prouver la commission d une fraude, élément important à la preuve de la réclamation des détenteurs d action

86 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) Apparence de droit Oui Non Allégation de négligence de la part de Canaccord, Marchés mondiaux CIBC et Leduc & Associés valeurs mobilières

87 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) La composition du groupe et l application des articles 59 ou 67 Oui Non Ni le mandat ni la jonction des parties ne sont pratiques vu le nombre de membres

88 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) Le requérant et la représentation adéquate des membres du groupe Oui Non Homme d affaire honnête, pondéré et loyal

89 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) OBSERVATIONS 14 jours d interrogatoires, particulièrement les requérants (Beaudoin:«sans toutefois affecter, pour l essentiel, la teneur des allégations des requérants» (paragraphe 11) Recours non frivole ou manifestement mal fondé Arguments de fond

90 Beaudoin, Nutri-Mer (suite) Où en sommes-nous? La prochaine conférence de gestion aura lieu en janvier 2013 Procès au fond à suivre Défendeurs déterminés

91 Rabinovitch c. CIBC Asset Management Inc., , 23 février 2004 et 11 mars 2004 CONTEXTE Atlas American RSP Index Fund (Atlas Asset Management, administrateur du Fonds) objectif: investir des devises canadiennes sur la base d indices d actions américaines, donc sans le risque associé aux variations du cours des devises Ajout d un facteur de risque supplémentaire (avec le risque asocié aux variations du cours des devises) Perte de $ pour investisseurs

92 Rabinovitch (suite) REPROCHES À CIBC ASSET MANAGEMENT Objectifs du Fond changés sur un volet fondamental sans en aviser les investisseurs: de devises américaines non fluctuantes à des sommes investies soumises à un taux d échange variable sur le marché libre des devises

93 Rabinovitch (suite) CONCLUSIONS (jugement du 23 février 2004 autorisant l exercice du recours collectif) Oui Non Y a-t-il des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes? Les faits allégués paraissent-ils justifier les conclusions recherchées? La composition du groupe rend-elle difficile ou peu pratique l application des articles 59 ou 67? Le requérant est-il en mesure d assurer une représentation adéquate des membres du groupe? (jugement non publié)

94 Rabinovitch c. CIBC Asset Management, 2007 QCCS 6086 Transaction approuvée: $ le 17 décembre 2007

95 Huneault c. Fonds AGF inc QCCS 4413 (market timing) Requête pour autorisation d exercer un recours collectif Huneault c. Services financiers Groupe Investors Inc QCCS 6644 Approbation d une transaction avec une partie des intimées seulement

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.)

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DITRICT DE MONTRÉAL NO: 500-06 COUR U P É R I E U R E (Recours collectifs) NICOLE BERGERON, résidant et domiciliée au 2501 D Iberville, dans les cité et district de Montréal,

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

OFFRE D ACHAT D ACTIONS (Version simplifiée) TABLE DES MATIÈRES

OFFRE D ACHAT D ACTIONS (Version simplifiée) TABLE DES MATIÈRES OFFRE D ACHAT D ACTIONS (Version simplifiée) TABLE DES MATIÈRES PAGE 0.00 INTERPRÉTATION... 8 0.01 Terminologie... 8 0.01.01 Actions... 8 0.01.02 Charge... 9 0.01.03 Contrôle... 9 0.01.04 Date de Clôture...

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

BULLETIN FISCAL. Été 2010 RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE LORSQU ON PLANIFIE UNE TRANSACTION DE VENTE D ENTREPRISE

BULLETIN FISCAL. Été 2010 RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE LORSQU ON PLANIFIE UNE TRANSACTION DE VENTE D ENTREPRISE Été 2010 BULLETIN FISCAL Le groupe d expertise en droit fiscal de Miller Thomson Pouliot publie périodiquement des bulletins à l intention des clients du cabinet. Nous vous invitons à acheminer ce courriel

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

Ces Conditions Générales (CGV) gouvernent l usage par le Client des services de Demenagement-365.ch et l ensemble des sites de SkyDreams.

Ces Conditions Générales (CGV) gouvernent l usage par le Client des services de Demenagement-365.ch et l ensemble des sites de SkyDreams. Conditions Générales de Vente Demenagement-365.ch Demenagement-365.ch est un service de mise en relation qui permet aux Déménageurs (les Clients) d obtenir les coordonnées d individus et de personnes morales

Plus en détail

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society 31 août 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL NO : 500-06-000373-064 C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectifs) OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY et al. Personnes

Plus en détail

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES TARIFS (pages grises) : TARIF DES FRAIS JUDICIAIRES EN MATIÈRE CIVILE ET DES DROITS DE GREFFE... I TARIF DES INDEMNITÉS ET LES ALLOCATIONS PAYABLES AUX TÉMOINS ASSIGNÉS DEVANT LES COURS

Plus en détail

Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec

Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec Par Me Lise Charbonneau, gestionnaire de risques Regroupement Loisir et sport du Québec Le programme d assurance de la Fédération

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Marcotte c. Fédération des caisses Desjardins du Québec, 2014 CSC 57 DATE : 20140919 DOSSIER : 35018 ENTRE : Réal Marcotte Appelant et Fédération des caisses Desjardins

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Abus, 1676 555

INDEX ANALYTIQUE. Abus, 1676 555 INDEX ANALYTIQUE Note explicative : Les chiffres en gras renvoient aux numéros d articles du Code civil du Québec. Les autres chiffres (7) renvoient aux numéros des paragraphes de la section Commentaire

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009 COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009 ENTRE : Banque de Montréal Appelante et Réal Marcotte, Bernard Laparé, procureur général du

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013

É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013 É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR Au conseil des Biens non publics Nous avons

Plus en détail

POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS

POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS ÉVALUATION FINALE - JR EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ QUESTION Énoncez SIX irrégularités dans l assignation à comparaître et dans sa signification. Pour chaque irrégularité, motivez votre réponse et faites

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION PREMIER TRIMESTRE EXERCICE 2014

RAPPORT DE GESTION PREMIER TRIMESTRE EXERCICE 2014 RAPPORT DE GESTION Immunotec Inc. («Immunotec» ou la «société») s emploie à améliorer le style et la qualité de vie des gens au quotidien en offrant, par l intermédiaire de son réseau de consultants indépendants

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Séries Investisseurs, Plus et e

Séries Investisseurs, Plus et e Nom du fonds Sommaire des distributions de 2013 Séries Investisseurs, Plus et e Ventilation des distributions cumulatives pour la période du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2013 Intérêt canadien Dividendes

Plus en détail

Conditions générales. Affiliés à la Société de gestion de placements GE Canada

Conditions générales. Affiliés à la Société de gestion de placements GE Canada Conditions générales Exploitation de ce site Web Ce site Web est exploité par Gestion de placements GE Canada, une société affiliée de GE Asset Management Incorporated. Les sociétés de GE Asset Management

Plus en détail

Consentement à l égard des renseignements sur le client

Consentement à l égard des renseignements sur le client Définitions Les termes importants du présent consentement ont le sens ci-dessous : «autorités» désigne les organismes judiciaires, administratifs, publics ou réglementaires, ainsi que les gouvernements,

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE... 10 0.00 INTERPRÉTATION... 11 0.01 Terminologie... 11 0.01.01 Activités... 12 0.01.02 Bail... 12 0.01.03 Cas de Défaut... 12 0.01.04 Changement

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

Le potentiel d un rendement boursier et la protection du capital

Le potentiel d un rendement boursier et la protection du capital Série offerte du Le potentiel d un rendement boursier et la protection du capital Si vous êtes attiré par le potentiel de gains élevés des actions canadiennes, mais que les risques de pertes vous effraient

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

DÉCISION (art. 115, Loi sur la distribution de produits et services financiers, L.R.Q., c. D-9.2)

DÉCISION (art. 115, Loi sur la distribution de produits et services financiers, L.R.Q., c. D-9.2) Décision n 2005-PDG-0281 GESTION DU PATRIMOINE TANDEM INC. ayant sa principale place d affaires au 615, boul. René-Lévesque Ouest, bureau 510, Montréal, Québec, H3B 1P5 DÉCISION (art. 115, Loi sur la distribution

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E (Chambre commerciale)

C O U R S U P É R I E U R E (Chambre commerciale) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL C O U R S U P É R I E U R E (Chambre commerciale) N o : 500-11-026909-057 DANS L AFFAIRE DE LA LIQUIDATION DES BIENS DE : FONDS NORBOURG PLACEMENTS ÉQUILIBRÉS,

Plus en détail

CONTRAT DE COMPTE DE CARTE MASTERCARD MD * BMO MD POUR ENTREPRISE

CONTRAT DE COMPTE DE CARTE MASTERCARD MD * BMO MD POUR ENTREPRISE CONTRAT DE COMPTE DE CARTE MASTERCARD MD * BMO MD POUR ENTREPRISE Dans le présent Contrat, le terme «Client» s entend de l entreprise mentionnée dans le formulaire de demande de carte MasterCard BMO pour

Plus en détail

Politique d investissement. Fondation fransaskoise

Politique d investissement. Fondation fransaskoise Politique d investissement Fondation fransaskoise Adoptée le 7 avril 2015 Table des matières 1. Général... 2 1.1 But... 2 1.2 Historique... 2 2. Responsabilités... 3 2.1 Conseil d administration... 4 2.2

Plus en détail

Directives relatives aux opérations portant sur les titres de petites entreprises

Directives relatives aux opérations portant sur les titres de petites entreprises Directives relatives aux opérations portant sur les titres de petites entreprises Veuillez noter que si l une des conditions n est pas remplie, l opération ne pourra être traitée par B2B Banque Services

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

DISTRICT DE MONTRÉAL. OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et VIVIAN MALLAY et al. Personnes désignées c. BANQUE NATIONALE ET AL.

DISTRICT DE MONTRÉAL. OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et VIVIAN MALLAY et al. Personnes désignées c. BANQUE NATIONALE ET AL. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000372-066 N : 500-06-000373-064 Recours collectifs COUR SUPÉRIEURE OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et VIVIAN MALLAY et al. Personnes désignées

Plus en détail

Notre retraite : prendre en main COLLECTIVEMENT notre avenir

Notre retraite : prendre en main COLLECTIVEMENT notre avenir La responsabilité fiduciaire et l assurance responsabilité des comités de retraite : Comment s y retrouver sans perdre sa chemise Michel Gilbert, avocat Luc Brunet, B.A.A., C. D A. Ass. Notre retraite

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

Plus en détail

GUIDE DES PROGRAMMES INSCRITS CANADIENS D OBLIGATIONS SÉCURISÉES. Le 17 décembre 2012

GUIDE DES PROGRAMMES INSCRITS CANADIENS D OBLIGATIONS SÉCURISÉES. Le 17 décembre 2012 GUIDE DES PROGRAMMES INSCRITS CANADIENS D OBLIGATIONS SÉCURISÉES Le 17 décembre 2012 Table des matières Contenu CHAPITRE 1 INTRODUCTION... 1 1.1 Cadre juridique des programmes inscrits canadiens d obligations

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION

MOTIFS DE LA DÉCISION VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 ET DANS L AFFAIRE DE SERVICES FINANCIERS GROUPE INVESTORS INC. / INVESTORS GROUP FINANCIAL SERVICES INC. MOTIFS DE LA DÉCISION DATE DE L AUDIENCE

Plus en détail

CONTRAT DE CRÉDIT VARIABLE POUR LES CARTES : VISA CLASSIQUE DESJARDINS ET VISA OR DESJARDINS

CONTRAT DE CRÉDIT VARIABLE POUR LES CARTES : VISA CLASSIQUE DESJARDINS ET VISA OR DESJARDINS 425, avenue Viger Ouest, Montréal (Québec) H2Z 1W5 67 207122 F (07/2015) IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce contrat et le conserver en lieu sûr. EN VIGUEUR À COMPTER DU 13 JUILLET 2015. CONTRAT DE

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte

Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte En vigueur le 1 er janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES Avis de modification des Conventions de comptes et de services et Convention

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

««agence de notation désignée» : une agence de notation désignée au sens de la Norme canadienne 81-102 sur les fonds d investissement;

««agence de notation désignée» : une agence de notation désignée au sens de la Norme canadienne 81-102 sur les fonds d investissement; PROJET DE MODIFICATIONS À LA NORME CANADIENNE 31-103 SUR LES OBLIGATIONS ET DISPENSES D INSCRIPTION ET LES OBLIGATIONS CONTINUES DES PERSONNES INSCRITES 1. L article 1.1 de la Norme canadienne 31-103 sur

Plus en détail

- Financier/Fiscalité

- Financier/Fiscalité Tél. : 514.931.2602 Courriel : jhgagnon@jeanhgagnon.com LISTE DE THÈMES À DISCUTER AUX FINS DE LA RÉDACTION D UNE CHARTE DE L ENTREPRISE FAMILIALE HELPCF Aider le conseil de famille pour les objectifs

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat États financiers consolidés intermédiaires résumés Comptes consolidés de résultat (non audité) trimestres clos les 30 juin semestres clos les 30 juin (en milliers de dollars canadiens, sauf les nombres

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

Programme de prêts REER

Programme de prêts REER Brochure Programme de prêts REER Réservé aux conseillers à titre d information Page 1 de 10 À propos de B2B Banque Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE

DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE Généralités Le programme de livraison physique de

Plus en détail

Une offre à la hauteur de votre réussite

Une offre à la hauteur de votre réussite Offre Distinction Avantages pour les membres particuliers Transactions courantes Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de l Association du Jeune Barreau de Montréal

Plus en détail

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public RÉGLEMENTATION PROFESSIONNELLE Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public La responsabilité primordiale du Barreau en tant qu organe de réglementation de la profession juridique

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Comprendre le crédit et votre rapport de solvabilité. Résultats d apprentissage de la littératie financière

PLAN DE LEÇON TITRE : Comprendre le crédit et votre rapport de solvabilité. Résultats d apprentissage de la littératie financière Comprendre le crédit et votre rapport de solvabilité 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : décrire les répercussions que pourront

Plus en détail

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers)

CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES. (Prêts aux particuliers) CAUTIONNEMENT ET SUBORDINATION DE CRÉANCES DEST. : BANQUE ROYALE DU CANADA DÉFINITIONS (Prêts aux particuliers) Les mots dont les définitions apparaissent ci-dessous sont utilisés tout au long de ce document.

Plus en détail

LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat»)

LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat») LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat») ENTRE : (1) (le «Client») et (2) ING Belgique SA (la «Banque») INTRODUCTION (A) (B) (C) Le Client et la Banque ont conclu

Plus en détail

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association,

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL FORMATION D INSTRUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, -ET- PHILIP JOHN

Plus en détail

IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce contrat et le conserver en lieu sûr. EN VIGUEUR À COMPTER DU 13 JUILLET 2015.

IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce contrat et le conserver en lieu sûr. EN VIGUEUR À COMPTER DU 13 JUILLET 2015. 425, avenue Viger Ouest, Montréal (Québec) H2Z 1W5 67 207114 F (07/2015) IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce contrat et le conserver en lieu sûr. EN VIGUEUR À COMPTER DU 13 JUILLET 2015. CONTRAT DE

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS VENTE DE PR ODUITS Règlements et normes de produits 67 Protection du consommateur 68 Responsabilité du fait du produit 70 Par Caroline Zayid Fabrication et vente de pr oduits 67 Règlements et normes de

Plus en détail

Recours collectifs DISTRICT DE MONTRÉAL. N : 500-06-000372-066 OPTION CONSOMMATEURS 500-06-000373-064 500-06-000375-069 Demanderesse.

Recours collectifs DISTRICT DE MONTRÉAL. N : 500-06-000372-066 OPTION CONSOMMATEURS 500-06-000373-064 500-06-000375-069 Demanderesse. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL Recours collectifs COUR SUPÉRIEURE N : 500-06-000372-066 OPTION CONSOMMATEURS 500-06-000373-064 500-06-000375-069 Demanderesse -et- SERGE LAMOUREUX MICHELLE

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE (Politique approuvée par le Conseil d administration le 18 novembre 2010) 1. PRÉAMBULE En vertu de la Loi canadienne sur les sociétés

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (Loi sur l assurance contre les risques à l exportation, LARE) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art.

Plus en détail

CONTRAT DE CRÉDIT VARIABLE POUR LA CARTE : VISA DESJARDINS JUSTE POUR ÉTUDIANTS

CONTRAT DE CRÉDIT VARIABLE POUR LA CARTE : VISA DESJARDINS JUSTE POUR ÉTUDIANTS 425, avenue Viger Ouest, Montréal (Québec) H2Z 1W5 67 207116 F (07/2015) IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce contrat et le conserver en lieu sûr. EN VIGUEUR À COMPTER DU 13 JUILLET 2015. CONTRAT DE

Plus en détail

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) PLANIFICATION FISCALE Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) est un instrument d épargne lancé en 2009 permettant aux résidents canadiens

Plus en détail

Les points d appui des prêts-levier

Les points d appui des prêts-levier Les points d appui des prêts-levier Déductibilité des frais d intérêt et diversification rapide du portefeuille sont les deux grands piliers sur lesquels s appuie le prêt-levier. Étendant le concept de

Plus en détail

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX Date d entrée en vigueur: le 23 mars 2001 ET DES PARTIES PRIVÉES Champ d application et définitions Article 1 1. Le présent Règlement

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail

SOCIÉTÉ DES LOTERIES ET DES JEUX DE L ONTARIO RÈGLEMENT DES TIRAGES ÉLECTRONIQUES

SOCIÉTÉ DES LOTERIES ET DES JEUX DE L ONTARIO RÈGLEMENT DES TIRAGES ÉLECTRONIQUES SOCIÉTÉ DES LOTERIES ET DES JEUX DE L ONTARIO RÈGLEMENT DES TIRAGES ÉLECTRONIQUES Le présent Règlement s applique aux Tirages électroniques tenus et gérés par la Société des loteries et des jeux de l Ontario

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

ÉtatS 2FinanCieRS consolidés

ÉtatS 2FinanCieRS consolidés 2 États financiers consolidés États financiers consolidés Responsabilité de la direction à l égard des états financiers consolidés de la SADC Le 10 juin 2015 La direction répond des états financiers consolidés

Plus en détail

Vincent Carron, avocat à Genève, spécialiste FSA en droit du travail

Vincent Carron, avocat à Genève, spécialiste FSA en droit du travail Tribunal fédéral 4A_428/2014 destiné à la publication I ère Cour de droit civil Arrêt du 12 janvier 2015 (f) Résumé et analyse Proposition de citation : Vincent Carron, L action de l employé contre l administrateur

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (QUÉBEC, CANADA) LA SECURITIES AND COMMODITIES AUTHORITY (ÉMIRATS ARABES UNIS) Le 8 juin 2010 TABLE

Plus en détail

Nous sommes avec vous, au décès d un proche

Nous sommes avec vous, au décès d un proche Nous sommes avec vous, au décès d un proche Le décès d un proche peut bouleverser votre monde. Votre conseiller financier peut alléger votre fardeau. Nous savons que vous traversez une épreuve difficile

Plus en détail

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH)

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) A Demandes A1 Analyser le cadre contextuel dans lequel les opérations hypothécaires sont exécutées en Ontario. A1.1 Expliquer les rôles des divers participants de l industrie du courtage d hypothèques.

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Guide des solutions bancaires personnelles. En vigueur à compter du 12 janvier 2015

Guide des solutions bancaires personnelles. En vigueur à compter du 12 janvier 2015 Tarification Guide des solutions bancaires personnelles En vigueur à compter du 12 janvier 2015 Solutions bancaires offertes par la Banque Nationale exclusivement aux membres de l Association médicale

Plus en détail