La responsabilité professionnelle des ingénieurs et architectes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La responsabilité professionnelle des ingénieurs et architectes"

Transcription

1 La responsabilité professionnelle des ingénieurs et architectes Association des ingénieurs-conseils du Québec 8 février 2012 Me John G. Murphy, associé directeur Groupe Construction, ingénierie, cautionnement et détournement JURISPRUDENCE D IMPACT 2 1

2 1. Genivar inc. c. Québec Appel d offres par le MTQ Communications entre soumissionnaires Information non divulguée dans les soumissions Enquête du MTQ Rejet de la soumission de Dessau-Genivar g Y avait-il lieu de rejeter la soumission de Dessau-Genivar car elle ne mentionnait pas la communication entre soumissionnaires? 3 1. Genivar inc. c. Québec -suite Libellé des instructions provenant du MTQ Communication anodine vs point important Égalité des soumissionnaires Déclarez ce qui est important! 4 2

3 2. Imbert De Friberg c. Bouchard Achat d une maison Architecte effectue des plans et esquisses en vue de la rénover Dépassement des coûts budgétaires Est-ce que l architecte est responsable du dépassement des coûts? 5 2. Imbert De Friberg c. Bouchard - suite Work in progress Ingérence Gestion des coûts Absence de contrôle de l architecte Même si c est souffrant à l occasion, l intervention des clients peut être bénéfique. 6 3

4 3. Hôtel Mortagne inc. c. Michaud Construction d un hôtel Promoteur expérimenté Architectes n effectuent pas d estimation de coûts Non-respect du budget initialement prévu Question Les architectes peuvent-ils être tenus responsables de l augmentation des coûts? 7 3. Hôtel Mortagne inc. c. Michaud - suite Mandat exploratoire, concept hôtelier n ayant pas été défini dès le début des travaux Obligation des architectes d informer le client relativement aux coûts Renonciation tacite du promoteur en indiquant aux architectes de ne pas produire d estimation de coûts Ingérence L ingérence d un donneur d ouvrage peut équivaloir à une renonciation du devoir généralement reconnu de fournir un budget relativement aux besoins du client. 8 4

5 Québec inc. c. Brodeur Agrandissement d un centre d accueil pour personnes âgées Architecte s enquiert auprès de la Ville afin de connaître la règlementation pertinente Connaissance erronée de la règlementation Action du centre d accueil contre l architecte Action en garantie de l architecte contre la Ville Question L architecte a-t-elle commis une faute en omettant de procéder à une recherche plus exhaustive relativement à la règlementation en vigueur? Québec inc. c. Brodeur - suite Obligation de fournir des services en conformité avec la règlementation municipale Obligation de résultat L architecte aurait dû questionner davantage l inspecteur en bâtiment L inspecteur en bâtiment aurait dû poser des questions plus spécifiques à l architecte Il est important de documenter ses échanges avec les autorités concernant l application de leurs règlements. 10 5

6 5. Clouâtre c. Factory Mutual Insurance Company Travaux d agrandissement Gérin-Lajoie retenue pour la préparation des plans de structure Richelieu Métal Québec inc. retenue pour l installation de la structure Clouâtre, ingénieur, retenu par Richelieu pour vérifier et approuver les dessins d atelier confectionnés Effondrement partiel de la toiture en raison d une surcharge de neige Gérin-Lajoie et Clouâtre sont-ils responsables de l effondrement de la toiture? Clouâtre c. Factory Mutual Insurance Company -suite (1) Gérin-Lajoie Connaissance du Code national du Bâtiment 1990 et de ses mises en garde Présence sur le chantier, participation à des réunions et approbation des travaux (2) Clouâtre S assurer du choix adéquat des connexions entre les poutres et les colonnes Devoir de déceler l erreur de Gérin-Lajoie et de l en avertir Lors de la révision du concept élaboré par un collègue, l ingénieur peut être tenu responsable des dommages découlant d erreurs manifestes qui peuvent être détectées par une simple consultation des documents pertinents. 12 6

7 6. Développement Tanaka inc. c. Québec Contrat de construction pour la rénovation complète et l agrandissement d un bâtiment devant être transformé en CHSLD Contrat oblige l entrepreneur à confectionner et faire approuver par un architecte un échéancier conforme des travaux Plusieurs ordres de changement au cours de travaux Nombreux retards Y a-t-il lieu de se fier à l échéancier pour déterminer les retards dans un contrat de construction? Développement Tanaka inc. c. Québec -suite Défauts de conception de l échéancier Pas suffisamment de détails Approbation de l échéancier par l architecte de guerre lasse Les réclamations ne peuvent être basées sur les retards dans l échéancier La seule approbation d un échéancier ne peut être interprétée comme confirmant le bien-fondé d une réclamation. En cette matière, l entrepreneur conserve le fardeau de prouver sa réclamation. 14 7

8 7. Lahaie c. Laperrière Offre d achat d une maison conditionnelle à une inspection professionnelle Ingénieur détermine que la maison est en bonne condition et bien entretenue Apparition de fissures dans la fondation suite à l achat L inspection des fondations nécessitait-elle une expertise plus approfondie de la part de l ingénieur? Lahaie c. Laperrière -suite (1) Fissures à la fondation Termes et conditions du contrat Inspection visuelle des lieux alors que le vice ne pouvait être détecté qu au moyen d un forage géotechnique (2) Faible capacité du sol Pour déterminer la responsabilité de l ingénieur, il faut analyser son comportement relativement aux règles de l art Un mandat bien défini peut vous simplifier la vie! 16 8

9 8. Marcoux c. Roy Litige entre copropriétaires d un immeuble et un architecte Allégation des fautes suivantes: Signature des certificats de paiements sans s être assuré de l état réel de l avancement des travaux Signature d un certificat de fin des travaux sans s être assuré que les travaux étaient réellement complétés Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des architectes du Québec refusent de défendre l architecte Le Fonds est-il tenu d assumer la défense de l architecte? Marcoux c. Roy - suite Assureur doit prendre fait et cause À ce stade des procédures, il est impossible de déterminer que le mandat de surveillance de l architecte n incluait pas l autorisation des certificats de paiement ou d achèvement des travaux Assureur ne réussit pas à prouver la faute intentionnelle ou les actes ou omissions malhonnêtes de l architecte Il ne faut pas inférer des allégués des procédures judiciaires une intention malhonnête ou frauduleuse. 18 9

10 9. Fournier c. Fortin Plans pour l agrandissement d un centre de conditionnement physique sont conçus par un architecte Plans amendés puis ensuite approuvés par un premier ingénieur Compte tenu de la règlementation à l effet contraire, révision des plans par un second ingénieur Dans l intervalle, impossibilité de rejoindre l architecte Plans approuvés par la ville Le mutisme de l architecte a-t-il engagé sa responsabilité? Fournier c. Fortin -suite Manquements aux règles de déontologie Absence de lien de causalité entre l inconduite et le préjudice allégué Manquement au niveau déontologique n entraîne pas automatiquement une faute professionnelle Bien qu on ne devrait pas faire le mort, cela n implique pas nécessairement une faute civile

11 10. Ingénieurs (Ordre professionnel des) c. Gilbert Litige civil dans lequel un ingénieur est appelé à réaliser une contreexpertise Problèmes avec un chalet Ordre des ingénieurs dépose une plainte et allègue plusieurs reproches à l ingénieur dont celui d avoir égaré des notes de calcul Comité de discipline acquitte l intimé sur ce chef L ingénieur a-t-il commis une faute professionnelle en égarant ses notes de calcul? Ingénieurs (Ordre professionnel des) c. Gilbert - suite Égarer des notes de calcul constitue une violation d une mesure réglementaire impérative Exécution du mandat avec la compétence professionnelle suffisante Faute professionnelle lorsqu il y a un manquement à une règle directement liée à l exercice de la profession Aucune violation des principes de moralité et d éthique Faute technique Mieux vaut attendre le résultat t en appel de cette décision i avant de conclure que la perte de calculs pertinents au litige entre un professionnel et un client ne constitue pas une faute professionnelle. Un certain courant jurisprudentiel en droit civil est à l effet que la perte de tels calculs crée une présomption défavorable au professionnel

12 Loi 35 Titre: Loi visant à prévenir, combattre et sanctionner certaines pratiques frauduleuses dans l industrie i de la construction et apportant d autres modifications à la Loi sur le bâtiment (Loi 35) Objectif: prévention et lutte contre la corruption 23 Loi 35 - suite L étendue de la loi: Modifications à la Loi sur le bâtiment qui prévoit les règles pour l obtention, le maintien et les restrictions aux licences d entrepreneurs Modifications à la Loi sur les contrats des organismes publics (LCOP) qui prévoit les règles d admissibilité des entreprises qui désirent contracter avec des organismes publics L entrée en vigueur: Les modifications à la LCOP ne sont pour la plupart pas en vigueur, mais le seront au plus tard le 1 er juin

13 Loi 35 - suite Qu est-ce qu un organisme public au sens de la LCOP? Ministères Organismes dont tout ou partie des dépenses sont votés par l Assemblée nationale Organismes dont le personnel est nommé suivant la Loi sur la fonction publique Organismes qui sont sous le contrôle du gouvernement, qui nomme la majorité des membres ou administrateurs et assume au moins la moitié des dépenses Commissions scolaires, CÉGEPs, universités Établissements de santé et de services sociaux Municipalités 25 Loi 35 - suite Effet des modifications prévues à la LCOP Rendre inadmissible un contractant aux contrats publics lorsque le contractant ou une personne liée à celui-ci a été reconnu coupable en vertu d un jugement définitif d une infraction déterminée par règlement; «Personne liée» Un administrateur ou un dirigeant d une personne morale Un actionnaire détenant au moins 50% des droits de vote d une personne morale Un associé ou un dirigeant d une société en nom collectif, en commandite ou en participation N.B.: sauf pour l actionnaire, l infraction doit avoir été commise dans l exercice des fonctions 26 13

14 Loi 35 - suite Le PL prévoit aussi que si un contractant engage un sous-traitant inadmissible à 2 reprises à l intérieur de 2 ans, il s expose à une déclaration d inadmissibilité; L inadmissibilité est automatique et vise tous les types de contrats (appel d offres, gré à gré, etc.), la loi ne prévoyant pas de discrétion; L inadmissibilité dure au maximum 5 ans dépendant du type d infraction; Si un contrat est déjà en cours au moment de la déclaration d inadmissibilité, l organisme public peut dans les 20 jours demander au Conseil du trésor d en autoriser la poursuite. Il peut refuser ou assortir la poursuite du contrat à certaines conditions; Le contractant est réputé en défaut d exécution; 27 Loi 35 - suite Infractions visées Aucun règlement n a été é adopté à ce jour; Par contre, l article 48 PL (article LCOP) permettra au gouvernement de déterminer par règlement qu un contractant ou une personne liée devra avoir été déclaré coupable d un nombre minimal d infractions avant d être déclaré inadmissible; La Loi sur le bâtiment a été modifiée relativement aux restrictions à la license d entrepreneur aux fins de l obtention d un contrat public et vise les infractions commises en vertu des lois suivantes: Code criminel (conspiration) Loi sur l administration fiscale (fausses déclarations) Loi sur l administration fiscale dans la mesure où ils sont liés à l un ou l autre de ces articles Loi de l impôt sur le revenu (fausses déclarations) Loi sur la taxe d accise (fausses déclarations) 28 14

15 Loi 35 - suite Exceptions à l inadmissibilité En situation d urgence lorsque la sécurité des personnes ou des biens est en cause; Lorsqu un seul contractant est possible en raison d une garantie, d un droit de propriété ou d un droit exclusif ou de la valeur artistique du bien ou service requis; Lorsqu il s agit d une question confidentielle et qu il est raisonnable de croire qu un appel d offres public pourrait compromettre la nature protégée de l information; Lorsqu un organisme public estime que compte tenu de l objet du contrat, un appel d offres public ne servirait pas l intérêt public ; Condition: Autorisation du dirigeant de l organisme qui doit en informer le ministre responsable; OU Autorisation du ministre responsable et soumission à des mesures d accompagnement et de surveillance 29 Questions? MERCI 30 15

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA

ARQ RBQ. Comment s y retrouver? Attestation de revenu Québec. La licence restreinte. Le Registre des entreprises non-admissibles RENA ARQ Attestation de revenu Québec La licence restreinte RBQ Le Registre des entreprises non-admissibles RENA Comment s y retrouver? Version juillet 2012 1 Les attestations fiscales de revenu Québec(ARQ)

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle de la SHDM

Politique de gestion contractuelle de la SHDM Politique de gestion contractuelle de la SHDM Adoptée par les membres du conseil d administration le 22 octobre 2013 Direction des affaires juridiques et corporatives Politique de gestion contractuelle

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail

Commentaires de l Association des ingénieurs-conseils du Québec concernant la surveillance des travaux

Commentaires de l Association des ingénieurs-conseils du Québec concernant la surveillance des travaux Commentaires de l Association des ingénieurs-conseils du Québec concernant la surveillance des travaux Le 18 novembre 2011 Table des matières Sommaire des recommandations... 3 L Association des ingénieurs-conseils

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire. Résumé des faits

Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire. Résumé des faits Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire / Avril 2014 1 Proposition n o 6 Abrogation de la cotisation supplémentaire Résumé des faits Le Conseil d administration a décidé d imposer

Plus en détail

Table des matières. Préface... Instructions aux lecteurs...

Table des matières. Préface... Instructions aux lecteurs... Table des matières Préface... Instructions aux lecteurs... vii ix SECTION I La copropriété... 1 1010 La définition du contexte juridique de la copropriété... 1 1038 La naissance de la copropriété : publication

Plus en détail

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET CONTRAT DE SERVICE CHARGÉ DE PROJET Entente entre le centre de la petite enfance [nom du CPE] [adresse] et [Nom de la personne assumant les responsabilités

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

DEVIS D ARCHITECTURE Émis pour soumission

DEVIS D ARCHITECTURE Émis pour soumission DEVIS D ARCHITECTURE Émis pour soumission REMPLACEMENT PARTIEL DES FENÊTRES ET DES PORTES École des Rayons de Soleil 31, rue Principale Sainte-Françoise (Québec) G0L 3B0 Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION (adoptée le 10 mai 2013)

POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION (adoptée le 10 mai 2013) POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION (adoptée le 10 mai 2013) Nota : Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie 1 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE L ISLET MUNICIPALITÉ DE VILLE DE ST-PAMPHILE RÈGLEMENT NUMÉRO 301 Établissant un Service de sécurité incendie ATTENDU ATTENDU ATTENDU ATTENDU l entrée en vigueur de la Loi sur

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014 Assurance pour les projets de construction Agenda Assurance chantier Assurance wrap-up Autres assurances Cautionnement

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L ATTRIBUTION DES CONTRATS ET À LA GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE RELATIVE À L ATTRIBUTION DES CONTRATS ET À LA GESTION CONTRACTUELLE DOCUMENT OFFICIEL POLITIQUE RELATIVE À L ATTRIBUTION DES CONTRATS ET À LA GESTION CONTRACTUELLE Adoptée le 3 juin 2014 par la résolution no C-157-06-14 Service des ressources matérielles www.csp.qc.ca

Plus en détail

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère Septembre 2013 Outil Liste de vérification des documents à remettre au Ministère 5.2 Financement de l acquisition d une propriété 1 Ce document a été produit grâce à l aide financière du Ministère de la

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT EPS Conditions générales Page 1 sur 5 1. Définitions, termes acceptés : le terme «Acheteur» désigne Alcoa Inc., les entreprises agissant en tant que (a) filiale ou société affiliée, ou les sociétés liées

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère Septembre 2013 Outil Liste de vérification des documents à remettre au Ministère 5.3 Financement des améliorations locatives Ce document a été produit grâce à l aide financière du Ministère de la Famille.

Plus en détail

Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants

Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants Attestation de Revenu Québec et contrats publics : changements importants L obligation est étendue aux sous-traitants Depuis maintenant plus d'un an, tout entrepreneur qui désire conclure avec un organisme

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DE LA VILLE DE SAINT-PASCAL 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE La présente politique de gestion contractuelle instaure des mesures conformes à celles exigées en vertu de l

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des administrateurs

Code d éthique et de déontologie des administrateurs COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC ET DU LABRADOR (CSSSPNQL) Code d éthique et de déontologie des administrateurs 2 5 0, P l a c e C h e f M i c h e l L a v

Plus en détail

Les contrats publics au Québec : une question. La nouvelle Loi sur l intégrité en matière de contrats publics

Les contrats publics au Québec : une question. La nouvelle Loi sur l intégrité en matière de contrats publics Les contrats publics au Québec : une question d intégrité La nouvelle Loi sur l intégrité en matière de contrats publics Ian Gosselin & Antoine Pellerin * 1. PRÉAMBULE Le présent texte dresse un portrait

Plus en détail

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs L organisme sans but lucratif Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs Une personne morale Distinctions Incorporée Au sens du code civil du Québec Obligations de l organisme Posséder un patrimoine

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

COMMISSION DES INSTITUTIONS

COMMISSION DES INSTITUTIONS COMMISSION DES INSTITUTIONS MANDAT : ÉTUDE DU RAPPORT «PROPOSITIONS DE MODIFICATIONS À LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME ALLOCUTION DU COMMISSAIRE AU LOBBYISME DU QUÉBEC 17

Plus en détail

POLITIQUE. la Ville de La Pocatière

POLITIQUE. la Ville de La Pocatière POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE de la Ville de La Pocatière Février 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. Objet... 3 2. Interprétation... 3 3. Mesures visant à assurer que tout soumissionnaire ou l un de ses représentants

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle. Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine

Politique de gestion contractuelle. Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine Politique de gestion contractuelle Régie intermunicipale d incendie de Saint-Constant et de Sainte-Catherine 17 juin 2015 Table des matières 1. OBJECTIF DE LA POLITIQUE... 2 2. APPLICATION... 2 2.1. 2.2.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

SECTION 1 DISPOSITIONS GENERALES

SECTION 1 DISPOSITIONS GENERALES PROJET FINAL POUR ADOPTION PAR LE CONSEIL REGLEMENT NO 4-2009 REGLEMENT SUR LA DELEGATION DE CERTAINES FONCTIONS DEVOLUES AU DIRIGEANT DE L ORGANISME PAR LA LOI SUR LES CONTRATS DES ORGANISMES PUBLICS

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 61-1 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 61-1 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 61-1 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques et leurs vérificateurs indépendants doivent respecter les dispositions suivantes

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

ENERGIE 106.1 (ESTRIE) CONCOURS ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

ENERGIE 106.1 (ESTRIE) CONCOURS ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION ENERGIE 106.1 (ESTRIE) CONCOURS ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ CASH» (ci-après le «concours») est organisé par Bell Média

Plus en détail

Le service de l approvisionnement et les Contrats de construction en milieu institutionnel

Le service de l approvisionnement et les Contrats de construction en milieu institutionnel Colloque en approvisionnement CCSR Le service de l approvisionnement et les Contrats de construction en milieu institutionnel Présenté par : Paul Bourque, consultant en education supérieure 24 septembre

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

Document de consultation sur une nouvelle réglementation en application de la Loi sur les arrangements préalables de services de pompes funèbres

Document de consultation sur une nouvelle réglementation en application de la Loi sur les arrangements préalables de services de pompes funèbres Document de consultation sur une nouvelle réglementation en application de la Loi sur les arrangements préalables de services de pompes funèbres Décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Contexte...3

Plus en détail

ATTESTATION DE REVENU QUÉBEC AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL

ATTESTATION DE REVENU QUÉBEC AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL ATTESTATION DE AGENCES DE PLACEMENT DE PERSONNEL Février 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 2 Mise en contexte; Attestation de Revenu Québec; Annonces budgétaires; Comment obtenir et vérifier une attestation

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE Canada PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC N : 22-04-0296 DATE : Le 15 août 2005 LE COMITÉ : Me Jean-Guy Gilbert Président Normand Bell, ingénieur Membre Jean Boisvert,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE OBJECTIFS La présente politique constitue une politique de gestion contractuelle instaurant des mesures conformes à celles exigées en vertu de l article 938.1.2 du Code

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC

FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC FAITS SAILLANTS SUR LES MESURES GOUVERNEMENTALES POUR COMBATTRE LA CONTREBANDE DU TABAC Préambule Ce document présente un survol des principales mesures introduites par les gouvernements du Québec et de

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

La classification suisse des hôtels

La classification suisse des hôtels La classification suisse des hôtels Règlement sur la classification suisse des hôtels et l utilisation des marques de garantie afférentes Le présent règlement a été adopté par l Assemblée des délégués

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

L ASSOCIATION DES INSPECTEURS EN BÂTIMENTS DU QUÉBEC L AIBQ. Septembre 2010

L ASSOCIATION DES INSPECTEURS EN BÂTIMENTS DU QUÉBEC L AIBQ. Septembre 2010 L ASSOCIATION DES INSPECTEURS EN BÂTIMENTS DU QUÉBEC L AIBQ Septembre 2010 Présentation de l organisme Fondée en 1990, l Association des inspecteurs en bâtiments du Québec, est un organisme sans but lucratif,

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

Politique sur la protection des renseignements personnels

Politique sur la protection des renseignements personnels Page : 1 de 9 Émis : 2014-09-22 Note : Les textes modifiés d une politique existante sont identifiés par un trait vertical dans la marge de gauche. A. PRÉAMBULE La Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Mémoire de l OAQ Mai 2012 INTRODUCTION Présentation de l Ordre des

Plus en détail

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre satisfaction! Faut-il un permis municipal? Vérifiez auprès de

Plus en détail

L appel d offres en RI : Comment gagner? 4 juin 2015

L appel d offres en RI : Comment gagner? 4 juin 2015 ARIHQ L appel d offres en RI : Comment gagner? 4 juin 2015 Congrès ARIQH Mont-Sainte-Anne 0 Le présentateur Bernard Côté, p.g.c.a., M.B.A., SSGB Directeur-conseil, associé, Planification financière et

Plus en détail

Entrepreneurs en design-construction et le besoin d assurance responsabilité professionnelle

Entrepreneurs en design-construction et le besoin d assurance responsabilité professionnelle Le Comité de gestion des risques de l ICDC continuera de diffuser aux membres des articles de ce genre, à mesure qu ils seront disponibles. Nous espérons que vous trouverez ces articles à la fois intéressants

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Poursuite, dommage et intérêt

Poursuite, dommage et intérêt Poursuite, dommage et intérêt 1. Une personne a subi des dommages corporels, physiques et moraux. Peut-elle obtenir de l argent en compensation des dommages subis? «Droits à la réparation». C est l une

Plus en détail

GESTION CONTRACTUELLE DES APPELS D OFFRES. Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures

GESTION CONTRACTUELLE DES APPELS D OFFRES. Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures GESTION CONTRACTUELLE DES APPELS D OFFRES Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures Les étapes du processus d appels d offres ontrats Contrats sujets aux appels d offres Contrat d assurance Contrat pour l exécution

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

Politique de gestion des achats et des contrats

Politique de gestion des achats et des contrats Politique de gestion des achats et des contrats 1. Objectif La présente politique vise à encadrer le processus d'octroi et la gestion des achats et des contrats de service, d approvisionnement et de travaux

Plus en détail

LES AVOCATS, NOTAIRES ET ADMINISTRATEURS AGRÉÉS SE LIVRANT À DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER

LES AVOCATS, NOTAIRES ET ADMINISTRATEURS AGRÉÉS SE LIVRANT À DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER LES AVOCATS, NOTAIRES ET ADMINISTRATEURS AGRÉÉS SE LIVRANT À DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans les derniers numéros d espace Montréal, nous

Plus en détail

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Condominiums Immobilier rural Immobilier commercial Ventes de maisons neuves Gestion immobilière Immobilier résidentiel Division de l immobilier

Plus en détail

Règles Professionnelles applicables aux sociétés musicales

Règles Professionnelles applicables aux sociétés musicales SG13-0787R2 Langue d origine : Anglais Ecrit le : 18/06/2014 Règles Professionnelles applicables aux sociétés musicales Statut : Document d origine : (AG07-0508R3) ADOPTE par le Conseil d'administration

Plus en détail

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis.

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

Processus d élaboration d un projet de construction. GUIDE SOMMAIRE Document de travail

Processus d élaboration d un projet de construction. GUIDE SOMMAIRE Document de travail Processus d élaboration d un projet de construction Document de travail TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION..3 LES ÉTAPES DE RÉALISATION D UN PROJET.. 4 PHASE DE PLANIFICATION 1. AVANT-PROJET......5 La demande

Plus en détail

DEVIS D ARCHITECTURE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE SEPT-ÎLES

DEVIS D ARCHITECTURE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE SEPT-ÎLES DEVIS D ARCHITECTURE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE SEPT-ÎLES AGRANDISSEMENT AJOUT DE GROUPES ELECTROGENES SEPT-ILES PROJET 8350 SOUMISSION N SOU2012-09 POUR CONSTRUCTION Métivier, Hébert, Fortin,

Plus en détail

GUIDE DE FORMATION À L INTENTION DES LOBBYISTES LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME

GUIDE DE FORMATION À L INTENTION DES LOBBYISTES LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME GUIDE DE FORMATION À L INTENTION DES LOBBYISTES LA LOI SUR LA TRANSPARENCE ET L ÉTHIQUE EN MATIÈRE DE LOBBYISME EXERCER DANS LA TRANSPARENCE POUR CONSERVER LA CONFIANCE Le Commissaire au lobbyisme du Québec

Plus en détail

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS ENTENTE DE PRESTATION DU COURS D AMBASSADEUR (Trainer Course) INDIVIDUEL avec Assurance - PRINCIPES ET TECHNIQUES 151, Boulevard Ste Rose, Laval, Québec, H7L1L2 Tél : 1-877-238-9343 Fax : 1-450-661-3884

Plus en détail

CONTRÔLES et SANCTIONS DANS LE CADRE DE L AIDE SOCIALE

CONTRÔLES et SANCTIONS DANS LE CADRE DE L AIDE SOCIALE CSIAS Aides à la pratique CONTRÔLES et SANCTIONS DANS LE CADRE DE L AIDE SOCIALE Mesures d assurance qualité et de prévention d abus de l aide sociale 1. Introduction Il est du devoir des organes de l

Plus en détail

DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION 8.1 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DES CONTRATS D ACQUISITION DE BIENS, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION 1.0 OBJECTIFS LA PRÉSENTE POLITIQUE A POUR BUT : 1.1 D établir les principes auxquels

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT Re Turenne AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et Jacques Turenne 2013 OCRCVM 43 Formation d instruction de l Organisme

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur

Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur Relativement aux décisions du comité de discipline et du comité d aptitude professionnelle et Exigences applicables aux fournisseurs des cours

Plus en détail

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010.

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010. Montréal, le 29 janvier 2010 Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association Objet : Assurance responsabilité civile 2010 Bonjour, Vélo Québec Association offre la possibilité aux clubs cyclistes de profiter

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN

ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN Griffin Technology, Inc. («Griffin») comprend que le requérant (ou «revendeur») a conclu, ou a l intention de conclure une entente («entente de distributeur autorisé»)

Plus en détail

Formulaire 1 VILLAGE DE CASSELMAN

Formulaire 1 VILLAGE DE CASSELMAN Formulaire 1 Politique F2 (10/05/2005) VILLAGE DE CASSELMAN PROCÉDURES D ACHAT Ce document contient les procédures d achat pour la Corporation du village de Casselman et doit faire partie intégrante, sous

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

Politique d approvisionnement

Politique d approvisionnement Politique d approvisionnement Adoptée par les membres du conseil d administration le 25 novembre 2014 Direction des affaires juridiques et corporatives Résolution 14-060 1. Préambule La Société d habitation

Plus en détail

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Déclaration envers l UEFA Programme de bourses de recherche de l UEFA Déclaration envers l UEFA Avant de commencer leur projet de recherche, les

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

PRÉSENTATION INTERVENTIONS INTENSIVES VISANT CERTAINS SECTEURS DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION

PRÉSENTATION INTERVENTIONS INTENSIVES VISANT CERTAINS SECTEURS DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION PRÉSENTATION INTERVENTIONS INTENSIVES VISANT CERTAINS SECTEURS DANS LE DOMAINE DE LA CONSTRUCTION 1 OBJECTIFS DE LA RENCONTRE 2 Au cours des dernières semaines, nous avons transmis des lettres à certaines

Plus en détail

Contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction

Contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction Contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction Politique Approbation par le conseil d administration le 2 décembre 2014 (résolution 2014-TU-CA-026-156) Références : Loi sur les

Plus en détail

Info- Construction (Québec)

Info- Construction (Québec) Info- Construction (Québec) Premier numéro Novembre 2013 Table des matières L obligation de collaboration d un donneur d ouvrage dans le cadre d un contrat de construction L entrepreneur doit respecter

Plus en détail

Programme national d assurance responsabilité professionnelle secondaire. Questions et réponses

Programme national d assurance responsabilité professionnelle secondaire. Questions et réponses Version de mars 2015 Programme national d assurance responsabilité professionnelle secondaire Questions et réponses Q. Pour quelles raisons a-t-on établi ce programme? R. Partout au Canada, la responsabilité

Plus en détail

sia Contrat relatif aux prestations Nr. 1002 de l architecte 2003 Concernant le projet: le mandant nom / adresse: confie à l architecte mandataire, 1

sia Contrat relatif aux prestations Nr. 1002 de l architecte 2003 Concernant le projet: le mandant nom / adresse: confie à l architecte mandataire, 1 sia Contrat relatif aux prestations Nr. 1002 de l architecte 2003 Concernant le projet: le mandant nom / adresse: confie à l architecte nom / adresse: le mandat décrit dans le présent contrat: mandataire,

Plus en détail

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune.

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Une commune doit répondre comme n importe quelle personne de tout acte

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE BEACONSFIELD. Révisée 2014-03-24

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE BEACONSFIELD. Révisée 2014-03-24 POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE BEACONSFIELD Révisée 2014-03-24 POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But - La Ville de Beaconsfield établit par la présente

Plus en détail