Notions de droit en assurance de dommages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notions de droit en assurance de dommages"

Transcription

1 Notions de droit en assurance de dommages Chapitre Les organismes de protections 4.2 Les obligations des intervenants 4.3 La responsabilité du représentant 4.4 Les droits des consommateurs 4.5 L éthique et la déontologie

2 4. Les règles relatives à l activité de représentant Outre la Loi sur la distribution des produits et services financiers (LDPSF), le représentant doit porter une attention particulière à certains règlements qui en découlent: Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant Règlement sur l exercice des activités de représentants Règlement sur les renseignements à fournir au consommateur Règlement sur le cabinet et le représentant Règlement sur la tenue et conservation des livres et registres Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 2

3 4.1 Les organismes de protection du consommateur L'Autorité des marchés financiers a été créée par la Loi sur l'agence nationale d'encadrement du secteur financier, adoptée en décembre 2002 par l'assemblée nationale du Québec. L'Autorité est l'organisme de réglementation qui chapeaute le régime québécois d'encadrement du secteur financier. Pour ce faire, elle regroupe les fonctions et le personnel des cinq organismes suivants : le Bureau des services financiers, la Commission des valeurs mobilières du Québec, le Fonds d'indemnisation des services financiers, l'inspecteur général des institutions financières (secteur des institutions financières seulement) ainsi que la Régie de l'assurance-dépôts du Québec. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 3

4 4.1 Les organismes de protection du consommateur La mission de l AMF: de prêter assistance aux consommateurs en établissant des programmes d éducation en la matière, en assurant: le traitement des plaintes des consommateurs et en offrant à ces derniers des services de règlement des différends; de veiller à ce que les institutions financières respectent les normes de solvabilité en vue de protéger les intérêts des consommateurs d assurer l encadrement en appliquant les règles d admissibilité et d exercice de ces activités Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 4

5 4.1 Les organismes de protection du consommateur La mission de l AMF (suite): d assurer l encadrement des activités de Bourse et de compensation et l encadrement des marchés de valeurs mobilières de mettre sur pied des programmes de protection et d indemnisation des consommateurs de produits et services financiers, et de gérer les fonds d indemnisation prévus par la loi. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 5

6 4.1 Les organismes de protection du consommateur Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 6

7 4.1 Les organismes de protection du consommateur Les mandats de l AMF Délivre les certificats de la profession Rédige les règlements d application de la LDPSF Conserve le registre des entreprises Sévit contre la pratique de la profession de façon illégale (accusations au Code de procédure pénale devant la Cour du Québec) Traite les plaintes des consommateurs Publie un bulletin d information pour renseigner le public et l industrie Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 7

8 4.1 Les organismes de protection du consommateur Les mandats de l AMF (suite) Agit à titre de centre de renseignements dans le domaine de l assurance Peut constituer un fond d assurance de responsabilité professionnelle Inspecte les cabinets, sociétés autonomes et représentants autonomes Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 8

9 4.1 Les organismes de protection du consommateur La Chambre d assurance de dommages (Chad) doit veiller à: la discipline de l assurance de dommages et l expertise des sinistres, la formation continue de ses membres (agents, courtiers et experts en sinistres) ainsi qu à la déontologie. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 9

10 4.1 Les organismes de protection du consommateur Les mandats de la Chad Pour veiller à la protection du public la Chad est responsable : La formation continue (20 UFC par période de 2 ans) 10 UFC en administration OU en technique d'assurance OU en droit et lois Minimum de 3 UFC en déontologie 10 UFC en développement professionnel OU toutes catégories confondues La déontologie des représentants et experts en sinistre Inspection des pratiques de travail dans les cabinets et de la conformité de la déontologie dans le travail Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 10

11 4.1 Les organismes de protection du consommateur Le rôle du syndic est de : Enquêter sur les plaintes des consommateurs à l égard de la pratique de la profession Porter des accusations après enquête contre le représentant en assurance ou l expert en sinistres devant un comité de discipline Plaider à la place du plaignant devant le comité de discipline pour que le représentant soit sanctionné Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 11

12 4.1 Les organismes de protection du consommateur Le comité de discipline Il est composé d un avocat et de 2 représentants. Il est saisi de toute plainte présenté par le syndic. Il analyse la plainte et statue sur celle-ci. Le président est avocat de 10 ans d expérience minimum. N.B. Il est possible d appeler de la décision du comité de discipline devant la Cour du Québec Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 12

13 4.1 Les organismes de protection du consommateur La Société d indemnisation en matière d assurance IARD (SIMA) Les assureurs de dommages membres de la SIMA sont appelés à contribuer à la mise de fond pour couvrir la faillite d un assureur de dommages qui n est pas en mesure de payer les réclamations à ses assurés. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 13

14 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Les modes de distribution en assurance de dommages: Avec représentants Agents (assureurs directs) La Capitale, Desjardins etc. Courtiers (assureurs par courtiers) Union Canadienne, Intact Sans représentant Via internet (BelairDirect, PMT roy) Pour des produits accessoires tel que Assurance voyage, Assurance valeur de remplacement d automobile (FPQ 5) Assurance de responsabilité vendu avec les droits de sentier de motoneiges par des bénévoles. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 14

15 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF LES TITRES Selon la LDPSF, un représentant est un: Agent en assurance de dommages Courtier en assurance de dommages Expert en sinistre Planificateur financier Représentant en valeurs mobilières Représentant en assurance collective Représentant en assurance de personnes Un représentant en assurance est un: Agent en assurance de dommages Courtier en assurance de dommages Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 15

16 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 16

17 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Un expert en sinistre doit détenir un certificat de pratique sauf : Lorsqu il règle des dossiers de sinistre dont le montant du règlement est inférieur à $ Lorsqu il règle des dossiers de sinistre faisant l objet de la Convention d indemnisation directe Exemple: une personne préposé à la prise de rapport de sinistre ou de réclamation de bris de vitre n est pas tenu de détenir un certificat de pratique. On l appelle souvent «agent d indemnisation» Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 17

18 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Le représentant doit et peut: Doit obtenir son certificat de pratique Doit choisir un mode d exercice Peut exercer dans une ou plusieurs disciplines Peut porter un ou plusieurs titres Doit suivre de la formation continue afin de pouvoir renouveler son certificat Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 18

19 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Les conditions de délivrance du certificat pour le représentant. Il ne doit pas : Faire l objet de sanction disciplinaire par un comité de discipline ou par la Cour du Québec Faire défaut d acquitter le paiement d une amende Faire défaut de payer les frais exigibles et les droits Avoir rembourser les sommes dû au Fonds d indemnisation des services financiers Il doit renouveler avant son expiration avant le renouvellement ou au max 30 après pour des raisons majeures. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 19

20 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Les modes d exercices du représentant: Représentant autonome (individu) Exemple: Alain Poirier courtier d assurance Représentant associé ou employé d une société autonome (regroupement d individus) Exemple: Pelletier et Bernier SENC Représentant attaché à un ou plusieurs cabinets Exemple: PMT Roy assurances Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 20

21 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Les obligations du représentant sont : 1) Tenir un compte bancaire séparé pour les primes d assurance des opérations courantes du bureau 2) Exercer ses activités principalement dans le domaine des services financiers 3) Ne pas exercer de professions incompatibles avec l activité de représentant 4) Être vigilant lors de sa participation à des concours ou promotions 5) Divulguer toute rémunération 6) Divulguer ses liens d affaires (assureurs) 7) Expliquer le produit et ses exclusions 8) Divulguer ces liens d exclusivité Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 21

22 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Les professions incompatibles sont: Juge Policier Syndic de faillite Exercer une profession de la santé Exercer la profession avocat ou notaire (sauf l expert en sinistre) Exercer la profession de comptable (sauf l expert en sinistre) Vendeur ou réparateur d automobiles Vendeur ou réparateur de biens meubles ou d appareils ménagers Entrepreneur ou fournisseur de services ou de biens en rapport avec un sinistre Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 22

23 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF CHANGEMENT DE STATUT Un agent ou un courtier peut agir comme expert en sinistre à l égard des polices souscrites par le cabinet pour le compte duquel il agit. Une mention (E) apparaîtra sur son certificat. Un expert en sinistre peut devenir courtier ou agent en passant les examens prescrits par l AMF. Il ne peut exercer dans les deux disciplines en même temps Un agent ou un courtier peut devenir expert en sinistre en passant les examens prescrits par l AMF Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 23

24 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Les modes d exercices du représentant: Représentant autonome (individu) Exemple: Alain Poirier courtier d assurance Représentant associé ou employé d une société autonome (regroupement d individus) Exemple: Bélanger et Bernier SENC Représentant attaché à un ou plusieurs cabinets Exemple: Dale Parizeau LM courtiers d assurance Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 24

25 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF FORMATION MINIMALE Le représentant en assurance de dommages et l expert en sinistres pour obtenir un certificat de pratique doivent répondre à la formation minimale DES + 3 ans sur le marché du travail dans les 5 dernières années AEC en assurance de dommages DEC ou un certificat universitaire Réussir les examens pour l obtention du certificat Se faire accréditer un stage dans les 18 mois de la réussite des examens Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 25

26 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Examens pour les représentants en assurance de dommages Code de la compétence Examens Discipline ASSURANCE DE DOMMAGES complète Droit applicables à l'assurance de dommages Assurance de dommages des particuliers Assurance de dommages des entreprises X X X Aassurance de biens des particuliers X X Assurance automobile des particuliers et des entreprises X X X Assurance responsabilité pour les entreprises et les cautionnement X X Assurance de dommages directs et indirects et les produits complémentaires pour les entreprises X X Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 26

27 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Examens pour l expert en sinistre Code de la compétence Examens Discipline Expertise en assurance de dommages des particuliers Droit applicables à l'assurance de dommages Expertise en assurance de dommages des entreprises X X X Régler des sinistres en assurance de biens des particuliers X X Régler des sinistres en assurance automobile des particuliers et des entreprises s X X X Assurance de responsabilité pour les entreprises et les produits de cautionnement X X Assurance de dommages directs et indirects et les produits complémentaires pour les entreprises X X Régler un sinistre en assurance des entreprises X Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 27 X

28 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF La participation à des concours de vente: Selon le règlement sur l exercice des activités des représentants, le représentant ne peut participer à un concours de ou des promotions comportant des avantages non pécunier qui pourrait l inciter à faire des ventes qui ne répondent pas au besoin du client sauf s il s agit d avantage ou de biens de valeur modique. Exemple: Concours où le gagnant obtient des billets de spectacles du Cirque du Soleil serait acceptable. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 28

29 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Période probatoire Le stagiaire doit effectuer un minimum de 28 heures de travail par semaine. Tous les examens réussis doivent être valides au moment d entreprendre la période probatoire. 12 semaines (maximum de 14 semaines) pour la discipline assurance de dommages ou de l expertise en règlement de sinistres 6 semaines (maximum de 7 semaines) pour la catégorie de discipline en assurance de dommages des particuliers 6 semaines (maximum de 7 semaines) pour la catégorie de discipline en assurance de dommages des entreprises Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 29

30 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF La représentation ou sollicitation de la clientèle. Lors de la première rencontre avec le client, le représentant doit : Remettre une carte professionnelle Nom, adresse, no. De tél. et fax Titre autorisé Discipline et catégorie discipline Nom du cabinet Par téléphone: Il doit donner son nom, son titre le nom du cabinet Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 30

31 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Publicité et sollicitation Le représentant ne peut utiliser de marque ou slogan ou formule qui puisse prêter à la confusion. Exemple: Un courtier en assurance de dommages ne peut utiliser «Conforme au BAC et à l AMF». Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 31

32 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF PRÉSENTATION DE VENTE Le représentant en assurance ne peut transmettre par écrit une présentation de vente mettant l accent uniquement sur les avantages d un produit au détriment des désavantages (art. 12 du Règlement sur l exercice et l activité des représentants). Cela ne s applique pas aux ventes présentées verbalement. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 32

33 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF VENTES CROISÉES Lorsqu un contrat est conclu à l occasion d un autre contrat, le consommateur peut résoudre ce contrat dans les dix jours sans frais dans ce cas, le premier contrat conserve ses effets. Exemple: Martin veut se procurer une assurance pour sa moto. L assureur l oblige à souscrire une assurance pour son automobile afin d assurer sa moto. Cela est contraire à la législation. Une institution financière ou une entreprise qui finance l achat d un bien peut exiger que le consommateur souscrive une assurance pour garantir le remboursement du prêt. Le consommateur peut choisir: L assurance offerte par celui qui finance le bien Prendre une assurance équivalente à celle exigée Démontrer qu il possède déjà une assurance équivalente Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 33

34 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Assurance de responsabilité professionnelle Pour le représentant à son compte 1. le montant couvert ne doit pas être inférieur à $ par réclamation et à $ par année; 2. il peut comporter une franchise qui ne peut excéder $; Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 34

35 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Assurance de responsabilité professionnelle Pour le cabinet ou la société autonome $ par réclamation et,: a) $/an pour le représentant autonome ou pour le cabinet ou la société autonome comptant 3 représentants ou moins b) $ pour le cabinet ou la société autonome comptant plus de 3 représentants 2. La franchise ne peut excéder: a) $ pour le représentant autonome ou la société autonome comptant 3 représentants ou moins b) $ pour le cabinet ou la société autonome comptant plus de 3 représentants Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 35

36 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF Conservation des livres et dossiers: 1. les livres et registres comptables 2. un registre de compte séparé pour les primes 3. les dossiers clients 4. un registre de partage des commissions 5. un registre des plaintes Les livres, registres et dossiers doivent être conserver un minimum de 5 ans après leur fermeture. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 36

37 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF LES PLAINTES Une plainte constitue l expression d un des trois éléments suivants: un reproche à l endroit de l entreprise; le signalement d un préjudice potentiel ou réel qu aurait subi ou pourrait subir un consommateur; une demande de mesure correctrice. Généralement, une plainte est exprimée par écrit et signalée par lettre, courriel, télécopie ou sous toute autre forme qui en permet la conservation. Ne constitue pas une plainte une première manifestation d insatisfaction de la part d un consommateur, qu elle soit écrite ou non, lorsque cette insatisfaction se règle dans le cours normal des activités de l entreprise. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 37

38 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF LES PLAINTES Une plainte formulée contre un titulaire de certificat auprès de L AMF ou du syndic sera transmis au cabinet ou la société autonome. Un cabinet, un représentant autonome ou société autonome doit établir une politique concernant l examen des plaintes et le règlement des différents. Ils doivent produire un rapport de plaintes 2 fois/an. le plaignant doit être aviser par écrit qu il peut demander qu une copie de son dossier soit transmise à L AMF qui pourra agir comme médiateur ou prévoir un organisme ou personne morale qui agira comme médiateur Le dossier de médiation ne peut être transmis au plaignant sans avoir obtenu l autorisation du cabinet. Art Nul n a droit aux documents contenus dans le dossier de médiation. Art.104. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 38

39 4.2 Les obligations des intervenants selon la LDPSF DISTRIBUTION SANS REPRÉSENTANT Elle est offerte par des distributeurs qui ne sont pas certifiés tel que: l assurance-voyage; l assurance-location de véhicules pour une l ocation d une durée inférieure à quatre mois; l assurance sur les cartes de crédit et de débit. Citons également celles qui font l objet d un décret du gouvernement. L assurance automobile de remplacement FPQ 5 (vendu par les garagistes L assurance de responsabilité pour les motoneigistes (vendu par les bénévoles des club de motoneiges) Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 39

40 4.2 Les obligation des intervenants selon la LDPSF La vente d assurance dans les institutions financières est permise selon l art.72 LDPSF Chez un assureur Dans une société de fiducie ou de prêt Dans une coopérative de services financiers Dans une société de fiducie provinciale Dans une banque (mais cela n est pas permis par la loi fédérale dont relève les banques.) Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 40

41 4.2 Les obligation des intervenants selon la LDPSF La vente d assurance dans les institutions de dépôts Les représentants en assurance ne peut être affecté aux transactions courantes de dépôts et de retraits au comptoir ni aux opérations de crédit. Il peut accomplir des tâches de référence de crédit, de services conseils ou accorder du crédit pour acheter l assurance ou pour des fins de placement Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 41

42 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat Le mandat est régie par les articles 2130 à 2185 C.c.Q. Il peut être d ordre: Spécifique Ex. Assurer une automobile Général Ex. Couvrir tous les biens de l assuré Gratuit ou onéreux En assurance le mandat est à titre onéreux. Un mandat gratuit, c est du bénévolat par exemple. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 42

43 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat MANDAT DU REPRÉSENTANT EN ASSURANCE Le courtier ou agent en assurance de dommages (mandataire) est mandaté par l Assureur (mandant) de le représenter pour les transactions d assurance en vertu d un mandat souvent appelé «Traité de nomination». Le représentant courtier (principalement) ainsi que l expert en sinistre peut être mandaté par l Assuré pour le représenter. Le courtier dans le but de trouver de l assurance. L expert en sinistre dans le but de l aider lors d une réclamation. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 43

44 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat LES LIMITES DU MANDAT Le mandataire est tenu d agir de bonne foi, il n est pas tenu personnellement responsable envers le tiers s il respecte son mandat. Courtier d assurance n est pas personnellement responsable d une compagnie qui refuse d honorer une réclamation. Le mandataire qui outrepasse ses pouvoirs sera personnellement tenu responsable envers le tiers. Courtier d assurance qui assure un commerce dont la valeur d assurance dépasse les limites du mandat que lui a donné l assureur pourra être tenu responsable. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 44

45 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat Selon l article 2132 C.c.Q., pour qu il y ait mandat réel, il faut que l acceptation soit expresse: Ex. Oui, j accepte, ou par contrat écrit ou tacite (sous entendue): Le mandant présume que le mandataire a accepté en raison de ses agissements. Ex. Le mandataire débute le travail que le mandant lui a demandé sans dire un mot. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 45

46 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat Le mandat apparent existe lorsque: le mandataire agi sans pouvoir le tiers était de bonne foi le tiers a des motifs raisonnables de croire l existence du mandat le mandant a laissé croire au tiers l existence d un mandat de façon de l induire en erreur. Ex. Un courtier d assurance laisse croire à un client qu il représente un assureur alors que ce n est pas le cas. Le courtier détient les formulaires de l assureur et l assureur savait que le courtier avait ses formulaires d assurance. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 46

47 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat Le traité de nomination On l appelle aussi le contrat de représentation ou d agence. Il fixe les limites des pouvoirs du représentant en assurance de dommages. Il est autorisé à souscrire : les catégories d assurance Ex. Assurance des particuliers (auto et biens) les limites d assurance par catégorie Ex. Limite d engagement de $ en assurance habitation et $ en assurance auto. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 47

48 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat Le traité de nomination Le représentant qui excède les limites de son traité de nomination n engagera pas la responsabilité du mandant sauf s il y a contrat apparent. Ex. Le courtier complète toute la proposition d assurance sur les documents de l assureur, contacte le souscripteur de la compagnie d assurance et lui donne une note de couverture. Ici, même si le courtier a outrepassé ses pouvoirs, il y a mandat apparent si l assureur (souscripteur) ne dit rien à la suite de cette transaction non permise. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 48

49 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat MANDATAIRE DE L ASSUREUR Le représentant en assurance qui assiste l assuré dans la préparation de sa proposition d assurance est reconnu comme étant le mandataire de l assureur. Ex. Un courtier ou un agent qui complète la proposition d assurance et/ou explique les protections d assurance à son client. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 49

50 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat MANDATAIRE DE L ASSUREUR/ DE l ASSURÉ Le représentant en assurance (agent et courtier) agit comme mandataire de l assureur lorsqu il : Perçoit les primes. Ex. Si l assuré paie la prime au représentant, l assureur sera considéré comme l ayant reçu. Explique les protections d assurance au client Rédige la proposition d assurance Répond aux demandes de modifications de l assurance Le courtier en assurance de dommages est plus souvent le mandataire de l assuré notamment lorsqu il le conseille par rapport à l assureur qui répond le mieux à ses besoins. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 50

51 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat ERREUR DU MANDATAIRE Lorsque le représentant commet une erreur dans l exécution de ses fonctions, l assureur est lié et devra indemniser l assuré. Ex. Le représentant a commis un erreur dans le calcul de la prime, l assuré est couvert quand même. Si un représentant commet une erreur et que l assureur démontre qu il n aurait pas accepté le risque. Il peut être libéré de son obligation. L assureur a un recours récursoire contre son représentant courtier s il est obligé d indemniser l assuré à cause du mandat apparent. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 51

52 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat CONSEILLER DE L ASSURÉ Le représentant en assurance agit comme conseiller puisqu il a l obligation de renseigner l assuré de toutes les protections qui s offrent à lui pour la demande d assurance que ce dernier a fait. Il doit agir comme conseiller de l assuré. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 52

53 4.3 La responsabilité du représentant dans le cadre de son mandat L étendue de l obligation de conseil du représentant envers son client est vaste, car il doit: 1. rechercher la protection appropriée 2. informer sur les formes d assurance disponibles 3. conseiller la protection la plus adéquate 4. éviter de laisser sans protection 5. le conseiller sur le placement du risque 6. connaître la situation de l assuré 7. décrire le risque à l assureur de façon complète Si le courtier a commis l erreur de ne transmettre les renseignements exacts à l assureur, le courtier sera responsable et l assuré sera indemniser par le biais de l assurance responsabilité professionnelle du courtier. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 53

54 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs Règle générale, trois éléments sont indispensables pour démontrer la responsabilité d une personne. La victime doit prouver: Faute (manquement à un devoir de prudence) Dommage ou préjudice (subi par la victime en $$$) Lien de causalité entre la faute et le dommage Un quatrième élément s ajoute pour qu un assureur indemnise le tiers, Le risque doit être assuré Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 54

55 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs La faute simple: insouciance, inhabileté, négligence Ex. Oublier d ajouter une protection d assurance pour le nouveau véhicule de l assuré La faute lourde: grossière négligence, presqu intentionnelle ou inexcusable Ex. Un courtier d assurance de dommages Représentant autonome part en vacances pour 1 mois sans avoir de service de soutien pour ses clients durant son absence. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 55

56 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs La présomption de faute ou de responsabilité signifie: Il n y a pas d obligation du demandeur (victime) de prouver la faute, elle est présumée selon la loi Le défendeur doit alors démontrer qu il n a commis aucune faute sinon il devra indemniser le tiers Exemple: Les parents sont présumés fautifs des actes de leur enfant. Les parents devront démontrés qu ils ont bien élevé leur enfant et qu ils ont tout fait pour éviter les dommages qu ils ont causé. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 56

57 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs La présomption selon le Code civil du Québec: La présomption de faute (arts 1459, 1460, 1465, 1467 C.c.Q.) Parents, le gardien d un mineur, le gardien d un bien, de la ruine d un immeuble N.B Le gardien du majeur non doué de raison est responsable seulement s il a commis une faute lourde (art C.c.Q.) La présomption de responsabilité (art.1463 C.c.Q.) L employeur est présumé responsable de la faute commise par son employé. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 57

58 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs La responsabilité sans faute (Art C.c.Q.): Le gardien d un animal du fait des dommages qu il peut causer. La victime n a qu à identifier le propriétaire ou le gardien de l animal et prouver le dommage qu elle a subi. La responsabilité sans égard à la faute pour les blessures subies lors d un accident: d automobile (L.A.A indemnise sans égard à la faute) de travail (C.S.S.T indemnise sans égard à la faute) d un acte criminel (C.S.S.T indemnise les victimes innocentes) Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 58

59 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs LA HIERARCHIE DES TRIBUNAUX Cour suprême du Canada (Permission est requise) Cour d'appel du Québe $ et + Cour d'appel fédérale Cour supérieure Tribunal de droit commun Litige de $ et + autres: testament, divorce, faillite Cour du Québec Chambre civile - Litige de $ Division des petites créances de $ et - Cour fédéral Droit d'auteur Brevet d'invention Réclamation contre le gouvernement fédéral Responsabilité criminelle Plus que $ Chambre criminelle et pénale - AMF $ et moins Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 59

60 4.4 La responsabilité du représentant et les droits des consommateurs La responsabilité civile du représentant selon la LDPSF. Le représentant doit respecter les dispositions de la loi. Honnêteté, loyauté, compétence et professionnalisme dans ses relations avec ses clients. La responsabilité professionnelle Le représentant qui agit pour un cabinet mais qui n est pas son employé doit détenir une assurance de responsabilité professionnelle pour les erreurs qu il peut commettre dans le cadre de ses fonctions. 5 ans après la fin de ses activités. Jacques Bélanger Chapitre 4 - Droit 60

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Chapitre 5. Déontologie des représentants en assurance de dommages

Chapitre 5. Déontologie des représentants en assurance de dommages Chapitre 5 Déontologie des représentants en assurance de dommages 5.1 Le maintien de la discipline C est la Chambre d assurance de dommages (Chad) qui est chargée de faire respecter la discipline. Une

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Section Distribution de produits et services financiers

Section Distribution de produits et services financiers BULLETIN DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS 7 AVRIL 2006, vol. 3, n 14 Section Distribution de produits et services financiers AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Bulletin de l Autorité des marchés financiers

Plus en détail

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages

Principes et pratiques relatifs à la vente de produits. et services par les courtiers en assurance de dommages Principes et pratiques relatifs à la vente de produits La déclaration intitulée Principes et pratiques relatifs à la vente de produits et services par les courtiers en assurance de dommages a été élaborée

Plus en détail

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM 1- Objectifs Le programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM a pour but de promouvoir l entreprenariat chez les jeunes avocats

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC POLITIQUE SUR LA FORMATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ORGANISME D AUTORÉGLEMENTATION DU COURTAGE IMMOBILIER DU QUÉBEC SECTION I MOTIFS ET OBJET 1. La présente Politique sur la formation supplémentaire est justifiée

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Annexe I CODE DE DÉONTOLOGIE ET RÈGLES D ÉTHIQUE DES ADMINISTRATEURS PUBLICS DE L ÉCOLE NATIONALE DES POMPIERS DU QUÉBEC (L ENPQ) Adopté par le conseil d administration 6 juin 2003 Code d éthique et de

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $ Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à La garantie de base sur vos dépôts Quels dépôts sont garantis par l assurance-dépôts? L

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée

Mémoire Projet de loi n o 88. Loi sur la sécurité privée Mémoire Projet de loi n o 88 Loi sur la sécurité privée Présenté à la Commission des institutions par l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec Janvier 2005 Introduction L Association

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Inutilisable. NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage écrit est conclu avec une personne physique.

Inutilisable. NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage écrit est conclu avec une personne physique. NOM DE L AGENCE DU CRTIER NOM DE L AGENCE DU CRTIER ADRESSE DE L ÉTABLISSEMENT, NUMÉRO DE TÉLÉPHONE, CRRIEL REPRÉSENTÉ PAR NUMÉRO DE PERMIS NOM DE LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS ADRESSE DE L ÉTABLISSEMENT, NUMÉRO

Plus en détail

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

1. Renseignements généraux

1. Renseignements généraux Chubb du Canada Compagnie d Assurance Montréal Toronto Oakville Calgary Vancouver PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES responsabilité civile professionnelle pour les fonds commun de placement

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS 1. Dans le présent code, à moins que le contexte n indique un sens différent, les

Plus en détail

F-101. Portant la note : (Mise à jour : Août 2009) «IMPRESSION : NOVEMBRE 2008»

F-101. Portant la note : (Mise à jour : Août 2009) «IMPRESSION : NOVEMBRE 2008» F-101 Portant la note : «IMPRESSION : NOVEMBRE 2008» (Mise à jour : Août 2009) F101 T1 328 Notions de droit et de lois relatives à l assurance de personnes professions de la santé et professions régies

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

Procédures d admission par équivalence

Procédures d admission par équivalence Procédures d admission par équivalence Conformément à ses règlements et aux exigences prescrites par le Code des professions du Québec, l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec (OCCOQ)

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

L ASSURANCE FÉDÉRALE

L ASSURANCE FÉDÉRALE L ASSURANCE FÉDÉRALE SOMMAIRE I. L assurance en responsabilité civile II. Les garanties protection pénale et recours III. L assurance accidents corporels I. L ASSURANCE EN RESPONSABILITÉ CIVILE LE CADRE

Plus en détail

Bulletin sur les institutions et services financiers

Bulletin sur les institutions et services financiers Bulletin sur les institutions et services financiers Juin 2002 Création de l Agence nationale d encadrement du secteur financier Sylvie Bourdeau, Montréal Vancouver Toronto Montréal Québec New York Londres

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 12 Le mandat et le dépôt Me Micheline Montreuil 1 1 La nature et l étendue du mandat Les obligations des parties Contenu I Les obligations du mandataire envers le mandant

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES

CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES CONVENTION CADRE DE LA COMMERCIALISATION DES SERVICES D ASSURANCE PAR LE RESEAU POSTAL CONDITIONS GENERALES En vertu de la présente convention, conclue entre l Office National des Postes, établissement

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession d agent sportif,

ASSEMBLÉE NATIONALE. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession d agent sportif, Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 432 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

SÉMINAIRE SUR LA GESTION DU RISQUE

SÉMINAIRE SUR LA GESTION DU RISQUE SÉMINAIRE SUR LA GESTION DU RISQUE 1 MINIMUM REQUIS 1 000 000 $ ON PEUT SOUSCRIRE JUSQU À 10 000 000 $ 2 DÉTERMINATION DE LA PORTÉE DE LA PROTECTION La hausse du montant des réclamations fiscales Multiplication

Plus en détail

Automobile : si l on refuse de vous assurer. Fédération française des sociétés d assurances DEP 454 MAI 2005

Automobile : si l on refuse de vous assurer. Fédération française des sociétés d assurances DEP 454 MAI 2005 DEP 454 MAI 2005 Automobile : si l on refuse de vous assurer Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle L expérience à votre service Architectes et ingénieurs Petites entreprises Assurance de la responsabilité professionnelle Architectes et ingénieurs Petites entreprises L importance de l assurance responsabilité

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC

POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC POLITIQUE SUR L ACCÈS AUX DOCUMENTS ET LA PROTECTION DES PERSONNELS DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF LE 28 AOÛT 2014 Table des matières 3 1. Introduction 3 2. Champs d

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DU DISTRICT DE CLARE ARRÊTÉ N 28 ARRÊTÉ CONCERNANT LES REVENDEURS TEMPORAIRES DE VÉHICULES MOTORISÉS

MUNICIPALITÉ DU DISTRICT DE CLARE ARRÊTÉ N 28 ARRÊTÉ CONCERNANT LES REVENDEURS TEMPORAIRES DE VÉHICULES MOTORISÉS MUNICIPALITÉ DU DISTRICT DE CLARE ARRÊTÉ N 28 ARRÊTÉ CONCERNANT LES REVENDEURS TEMPORAIRES DE VÉHICULES MOTORISÉS Compétences En vertu de l article 171 de la loi sur les administrations municipales (Municipal

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE

DEMANDE DE RECONNAISSANCE Renseignements généraux et directives Ce formulaire vous permet de procéder à une demande de reconnaissance de cours de tutorat privé. À qui s adresse ce formulaire? Le formulaire s adresse au postulant

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

Assurance protection juridique

Assurance protection juridique Assurance protection juridique Assurance protection juridique Depuis plus de 20 ans, nous aidons nos clients à protéger et à défendre ce qui est essentiel grâce à ce produit unique dans le marché! Offerte

Plus en détail

Demande de reconnaissance en vue de l obtention du permis de comptabilité publique

Demande de reconnaissance en vue de l obtention du permis de comptabilité publique 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Demande de reconnaissance en vue de l obtention du permis de comptabilité

Plus en détail

EXEMPLE. 1.2.1.5 Le mandat. La présentation du mandat. La définition du mot «mandat» 1.2.1.5.1 Les types de mandat Les caractéristiques

EXEMPLE. 1.2.1.5 Le mandat. La présentation du mandat. La définition du mot «mandat» 1.2.1.5.1 Les types de mandat Les caractéristiques Chapitre 1 Les sources du droit en assurance 19 1.2.1.5 Le mandat La présentation du mandat Le mandat est un type de contrat particulier dont les règles générales sont établies par le Code civil du Québec,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier)

Définition de l activité d IOBSP (Articles L.519-1 et R.519-1 du Code Monétaire et Financier) INTERMEDIAIRE EN OPERATIONS DE BANQUE ET SERVICES DE PAIEMENTS IOBSP (conformément à la Loi n 2010-1249 du 22/10/2010, aux décrets n 2012-100 et 2012-101 du 26/01/2012 et aux arrêtés des 01/03/2012 et

Plus en détail

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Pour atteindre vos objectifs financiers, vous devez pouvoir compter sur un partenaire fiable pour la gestion de votre patrimoine. Et, à ce titre,

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

SECTION 4 FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION À L ACFM

SECTION 4 FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION À L ACFM SECTION 4 FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION À L ACFM Directives générales 1. Ce formulaire doit être utilisé par une société par actions ou une société de personnes demandant l adhésion à titre de membre

Plus en détail

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES SOLLICITATION DE COMMENTAIRES En vertu de l article 194 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2), l Autorité publie le projet de Règlement sur la formation continue

Plus en détail

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Informations aux clients et (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Edition 01.2011 Informations aux clients Informations aux clients Ce que vous devriez savoir à propos

Plus en détail

OBJET : Consultation relative à la distribution de produits d assurances par les concessionnaires et marchands d automobiles.

OBJET : Consultation relative à la distribution de produits d assurances par les concessionnaires et marchands d automobiles. Montréal, le 5 octobre 2006 Autorité des marchés financiers A/S : Me Anne-Marie Beaudoin 800, Square Victoria C.P. 246, 22 e étage, Tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 OBJET : Consultation relative

Plus en détail

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des architectes du Québec 420, rue McGill Bureau 300 Montréal (Québec) H2Y 2G1 514 842 4979 1 800 842 4979 fdaq@fondsarchitectes.qc.ca

Plus en détail