In Focus Les jeunes et les MST/VIH/SIDA Deuxième section : programmes pour traiter le problème*

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "In Focus Les jeunes et les MST/VIH/SIDA Deuxième section : programmes pour traiter le problème*"

Transcription

1 In Focus Les jeunes et les MST/VIH/SIDA Deuxième section : programmes pour traiter le problème* Décembre 1997 Les programmes en vue de prévenir la transmission des maladies sexuellement transmissibles (MST) et du virus de l'immunodéficence humaine (VIH) parmi les adolescents et les jeunes adultes sont relativement nouveaux. Au vu des taux élevés de MST parmi ce groupe d'âge et du fait que les jeunes représentent plus de la moitié de toute les nouvelles infections par le VIH, il devient de plus en plus urgent de trouver et d'évaluer des modèles de programmes efficaces. Certaines MST peuvent être guéries mais d'autres dont le VIH sont incurables. C'est la raison pour laquelle un grand nombre des nouveaux projets à l'intention des jeunes insistent sur l'éducation et la prévention plutôt que sur le traitement. Toutefois, la seule connaissance ne suffira pas pour atteindre les buts de la prévention. Il faut également aider les jeunes à adopter des attitudes positives vis-à-vis d'eux mêmes, à acquérir les aptitudes nécessaires et leur fournir un accès aux services, surtout pour obtenir des condoms. Quels sont les types de programmes de prévention des MST/VIH qui ont été réalisés pour les jeunes? Est-ce que de tels programmes ont eu des résultats positifs? Les projets conçus pour prévenir les MST et le VIH chez les jeunes sont généralement axés sur des activités d'éducation, de communication et de conseils. Ils tendent à être réalisés à partir des écoles, des établissements de santé, des centres de traitement ou par le biais d'activités d'éducation communautaires dans des endroits où les jeunes ont l'habitude de se rencontrer. Seul un nombre limité de ces projets ont été évalués jusqu'à présent, mais des réussites déjà se dégagent : Les écoles sont un endroit essentiel pour les activités de prévention du VIH car on peut y atteindre un nombre important de jeunes. Plusieurs évaluations de programmes de prévention réalisées dans des lycées américains constate un accroissement modeste des connaissances et des comportements de réduction des risques chez les élèves (notamment le fait d'avoir moins de partenaires sexuels et d'utiliser davantage les condoms). Parallèlement, les chercheurs ont conclu qu'il fallait bien plus que 5 à 15 heures d'instruction si l'on voulait avoir un véritable impact. 8,9,18. Les projets à base communautaire utilisent diverses formules et essayent d'atteindre les jeunes dans les endroits où ils travaillent et se rencontrent. L'étude faite par l'international Center for Research on Women d'un projet en Thaïlande destiné à des jeunes ouvrières travaillant dans des usines indique que les jeunes femmes avaient renforcé leurs connaissances et compétences (par exemple le fait de prendre la responsabilité d'utiliser la Page 1 of 5

2 contraception). Les jeunes femmes qui avaient participé à des séances animées par des camarades avaient retiré le plus de gain comparé à celles qui avaient participé à des séances animées par des adultes ou à des activités d'auto-apprentissage. 3 Une évaluation au Nigéria et au Ghana où l'on avait insisté sur les activités d'éducation des camarades en milieu communautaire montre que le programme avait eu des effets nettement positifs sur les connaissances et les capacités des jeunes indiquant qu'ils étaient à présent plus susceptibles de prendre des mesures de protection contre les MST/VIH (abstinence, nombre limité de partenaires et utilisation de condoms). 10 Un projet d'éducation des camarades sur le VIH/syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) en Jamaïque a organisé des séances d'éducation dans des écoles, des endroits communautaires et à l'extérieur (sur les vérandas et sous les arbres) en milieu rural et urbain. Les éducateurs-camarades ont nettement renforcé leurs connaissances, ils disposent à présent des faits pour contrecarrer les mythes, savent où se rendre pour le traitement des MST et indiquent qu'ils ont l'intention de remettre à plus tard les rapports sexuels ou d'utiliser des condoms s'ils sont sexuellement actifs. 14 Un projet réalisé par CARE Kenya a utilisé une stratégie d'éducation camarade-à-camarade. Les jeunes qui ont participé au projet avaient de meilleures connaissances, des attitudes plus positives et des indications de changement de comportements positifs du point de vue prévention des MST/VIH (par exemple, limiter le nombre de partenaires) si on compare au groupe témoin. 4 Il est important d'atteindre les enfants de la rue, ceux qui se sont enfuis de chez eux et les jeunes prostituées car ces groupes cibles courent un risque disproportionné de contracter des MST et le VIH. Voici des exemples de ces projets : Un projet modèle de prévention du VIH pour les enfants et les adolescents brésiliens qui vivent ou qui travaillent dans la rue. Le projet insiste sur une communication adaptée à la culture et sur les séances de formation interactive. Après une évaluation préliminaire des activités qui avaient duré moins d'une année, le projet enregistrait des niveaux élevés de participation assidue ainsi qu'une plus grande sensibilisation et de meilleures connaissances en matière de SIDA. 12,13 Un projet de prévention du VIH réalisé aux Etats-Unis s'attachait tout notamment à la formation professionnelle et à la prise en charge du point de vue comportement pour les jeunes qui se sont enfuis de chez eux et qui sont dans des centres d'accueil publics. L'évaluation note une utilisation accrue des condoms et des réductions des comportements sexuels à risque trois à six mois après l'intervention (par exemple, le fait d'avoir un grand nombre de partenaires sexuels ou un grand nombre de rencontres sexuelles). Ces progrès ont surtout été notés chez les jeunes qui avaient assisté au plus grand nombre de séances. 16 Les programmes de communication et de marketing social sont des interventions clés pour les jeunes car ils informent tous ceux proches de la culture populaire. Les évaluations faites de certains de ces programmes dégagent les faits suivants : Un projet en Ouganda utilise diverses formules médiatiques qui communiquent le message suivant : "Moins de risques ou SIDA : A toi de choisir". Une évaluation de la première étape de la campagne, faite après dix huit mois d'activité, indique un net accroissement dans le nombre de jeunes ougandais Page 2 of 5

3 qui se protègent actuellement contre l'infection par le VIH. 17 Un projet de mass médias au Zaïre utilisait la télévision, les annonces radiophoniques et les chansons créées pour traiter du problème du SIDA. Il se servait également des feuilletons radiophoniques et télévisés et du matériel imprimé (bloc-notes et calendriers) pour atteindre les jeunes. L'évaluation de l'impact réalisée six mois après la première phase du projet indique une bien meilleure connaissance des questions entourant le SIDA, une plus grande pratique de l'abstinence sexuelle et de fidélité mutuelle et une utilisation accrue des condoms. 5 Le Ministère de la Santé du Ghana a réalisé une campagne multimédiatique pour sensibiliser davantage au SIDA et promouvoir la prévention du SIDA au sein de sa population âgée de 15 à 30 ans. La campagne reposait sur des annonces télévisées et radiophoniques, des réunions communautaires, la diffusion de matériel promotionnel (par exemple, des affiches et des bandes dessinées) et des activités d'éducation dans les écoles. Une enquête de suivi réalisée 10 mois après l'enquête initiale indique une connaissance plus élevée du SIDA et des stratégies de prévention du VIH, une diminution du nombre de partenaires sexuels et une utilisation accrue des condoms au sein des divers sous-groupes. 11 Quelles sont les leçons apprises? En présentant diverses options de prévention, on laisse le choix aux jeunes et on permet aux adultes de rester neutre ou de soutenir telle ou telle activité. Par exemple, en Haïti, une étude sur la lutte et la prévention du SIDA (AIDSCAP) montre que les messages du projet de prévention du SIDA "Espoir" (abstinence, fidélité et monogamie ainsi que condoms) offre diverses options acceptables en fonction des besoins et des intérêts de la communauté. 2 Le soutien accordé par les adultes peut renforcer le niveau de participation des jeunes. Suite aux efforts faits pour obtenir le soutien communautaire dans une région du Kenya où les adultes généralement ne permettent que rarement aux filles de participer aux événements publics, un nombre important d'adolescentes ont pu participer à un projet de prévention du SIDA. 4 Une étude en vue d'évaluer des programmes d'éducation en santé reproductive dans des écoles américaines constate que ceux qui avaient réussi à diminuer le nombre de rapports sexuels non protégés (en recommandant soit de remettre à plus tard les relations sexuelles, d'utiliser davantage les condoms soit de diminuer le nombre de partenaires sexuelles) partageaient certains éléments communs : utilisation de la théorie d'apprentissage social pour l'élaboration de programmes ; priorité accordée à la réduction de comportements sexuels à risque ; utilisation de méthodes d'apprentissage qui font participer activement les jeunes ; activités qui traitent des influences sociales et/ou médiatiques et pressions exercées en vue d'avoir des relations sexuelles; importance de valeurs bien claires contre les rapports sexuels non protégés ainsi que modélisation et pratique de compétences de communication et de négociation. 9 L'adjonction d'activités de prévention des MST/VIH aux services existants de planification familiale est un type d'expansion de service logique et pratique permettant de couvrir des clients qui autrement ne viendraient probablement pas consulter ce type de services. Mais ces adjonctions de services doivent être accompagnées par des protocoles clairs, une formation suffisante et des locaux cliniques adéquats ainsi qu'un nombre suffisant, autant d'éléments que l'on peut observer dans cet établissement Page 3 of 5

4 sanitaire de l'afrique du Sud. 1 Souvent, les jeunes préfèrent se tourner vers leurs camarades pour obtenir des informations sur la santé reproductive. Une enquête constate que 99% des jeunes répondants trouvent que les éducateurscamarades représentent la meilleure manière d'apprendre à propos du VIH/SIDA et 81% indiquent que les éducateurs-camarades sont les meilleures sources d'information sur le VIH/SIDA. 7 Les jeunes ouvrières dans les usines, les jeunes kényans déscolarisés et les jeunes participant à un projet du YWCA au Ghana indiquent tous une préférence pour les éducateurs-camarades. 3,4,15 Malgré la rotation élevée des éducateurs-camarades que l'on constate souvent dans le cadre des projets d'éducation en santé reproductive et VIH, le solide impact positif du travail des éducateurs-camarades justifie leur utilisation. Une étude d'aidscap montre que 95% des éducateurs-camarades ont changé leur propre style de vie et comportement, 31% utilisaient des moyens de protection dont le condom et 20% avaient diminué leur nombre de partenaires sexuels. 7 La formation axée sur les compétences est recommandée pour les éducateurs qui interviennent dans le cadre des programmes de prévention du SIDA. Les compétences adéquates portent sur l'évaluation des risques, la négociation, les pratiques sexuelles sans risques, la violence et les abus et la consultation des services de santé. 6 Les éducateurs à leur tour doivent enseigner ces compétences importants à leur groupe cible. Un projet expérimental étudié par l'université du Zimbabwe constate qu'une activité participative axée sur les compétences est plus efficace qu'une intervention à base d'information pour changer les attitudes et les pratiques en matière de SIDA (connaissance accrue des condoms et leur utilisation correcte, plus grande auto-efficacité, nombre moindre de partenaires sexuels et moins de rapports sexuels sans condom). 19 La lutte contre les MST qui facilitent la transmission du VIH peut diminuer l'incidence du VIH. Dans le cadre d'une intervention sanitaire dans les zones rurales de la Tanzanie, un centre de traitement et de référence des MST a été ouvert, le personnel du nouveau a reçu une formation et une supervision ainsi qu'une éducation sanitaire ont été offertes. L'évaluation indique une réduction de 40% dans l'incidence du VIH sur les deux ans de l'étude. Les réductions proportionnées les plus importantes ont été notées chez les femmes âgées de 15 à 24 ans et les hommes âgés de 25 à 34 ans. 13 *Le présent numéro de In Focus traite des questions d'éducation et de prévention plutôt que de traitement des MST/VIH/SIDA. Pour plus d'informations, voir également In Focus: "Les jeunes et les MST/VIH/SIDA, section I : Dimensions du problème." Références 1 Abdool KQ, Abdool KS, Preston-White E. Teenagers Seeking Condoms at Family Planning Services. Part II. A Provider's Perspective. South African Medical Journal 82:360-3 (1992). 2 AIDSCAP. Descriptive Analysis of AIDSCAP/Haiti BCC Projects: Some Lessons From the Field Cash K, Anasuchatkul B. Experimental Educational Interventions for AIDS Prevention among Northern Thai Single Migratory Female Factory Workers. ICRW Report-in-Brief. Women and AIDS Research Program, ICRW Chege I, Avarand J, Ngay A. Final Evaluation Report of the Communication Resources for the Under 18's on STDs and HIV (CRUSH) Project Convisser J. The Zaire Mass Media Project: A Model AIDS Prevention Communications and Motivation Project. PSI Special Report #1. Population Services International Page 4 of 5

5 6 Fee N, Youssef M. Young People, AIDS and STD Prevention: Experience of Peer Approaches in Developing Countries. (Draft). Global Programme on AIDS, WHO Flanagan D, Williams C, Mahler H. Peer Education in Projects Supported by AIDSCAP: A Study of 21 Projects in Africa, Asia and Latin America. AIDSCAP Jemmott JB, Jemmott LS, Fong GT. Reductions in HIV Risk-Associated Sexual Behaviors among Black Male Adolescents: Effects of an AIDS Prevention Intervention. American Journal of Public Health 82(3): (March 1992). 9 Kirby D, DiClemente RJ. School-Based Interventions to Prevent Unprotected Sex and HIV among Adolescents. In: DiClemente RJ, Peterson JL. Preventing AIDS: Theories and Methods of Behavioral Interventions. New York: Plenum Press, 1994: Lane C. Peer Education: Hopes and Realities/The West African Youth Initiative. Presented at John Hopkins University/CEDPA Symposium, "The Young and the Restless," Washington, DC, April McCombie S, Hornik R, Anarfi JK. Evaluation of a Mass Media Campaign to Prevent AIDS among Young People in Ghana AIDS Technical Support. USAID Merritt AP, Raffaelli M. Creating a Model HIV Prevention Program for Youth. American Psychological Association: The Child, Youth, and Family Services Quarterly 16:2 (1993). 13 Merritt AP, Siquiera E. Vida de Rua: Educating Street Youth through Entertainment. Brazil Case Study. (Unpublished) Randolph SM. Evaluation of the Jamaica Red Cross Society's "Together We Can" HIV/AIDS Peer Education Project. Submitted to the American Red Cross National Headquarters and Jamaica Red Cross Society Riley B. Report on Participatory Evaluation of Family Life Programme of Ghana YWCA. Prepared for the Centre for Development and Population Activities (CEDPA), Washington, D.C., Rotheram-Borus MJ, Koopman C, Haignere C, et al. Reducing HIV Sexual Risk Behaviors among Runaway Adolescents. JAMA 266(9): (Sep. 1991). 17 Trangsrud R. Adolescent Sexual and Reproductive Health in Eastern and Southern Africa: Building Experience. Prepared for USAID/REDSO. Family Care International. May, Walter HJ, Vaughan RD. AIDS Risk Reduction among a Multiethnic Sample of Urban High School Students. JAMA 270(6): (Aug. 1993). 19 Wilson D, Mparadzi A, Lavelle S. An Experimental Comparison of Two AIDS Prevention Interventions among Young Zimbabweans The Journal of Social Psychology 132(3): (1992). La série In FOCUS récapitule à l'intention de professionnels travaillant dans des pays en développement des activités de programme et certaines recherches disponibles sur les questions de santé reproductive des jeunes adultes. Ce numéro a été préparé par Judith Senderowitz avec des commentaires du groupe de la rédaction de FOCUS, d'experts de l'extérieur et du personnel du programme FOCUS. La série de publications In Focus est disponible sur le site Web de FOCUS : Prière d'envoyer les suggestions ou commentaires à l'adresse suivante : FOCUS on Young Adults, Attn: In Focus, 1201 Connecticut Avenue, NW, Suite 501, Washington, D.C., USA ou par courrier électronique à Un programme de Pathfinder International en collaboration avec le Futures Group International et l'ecole de Santé publique et de Médecine tropicale de l'université de Tulane. Focus est financé par l'usaid aux termes du don CCP-3073-A Les opinions exprimées ici incombent aux auteurs et ne reflètent pas forcément les vues de l'agence des Etats-Unis pour le développement international. Page 5 of 5

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults IN FOCUS FOCUS on Young Adults Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média Depuis plus de 20 ans, les stratégies de marketing social sont très utilisées

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005

Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position adoptée en janvier 2005 1 Le partenariat des organismes communautaires du Nouveau-Brunswick liés au sida ÉNONCÉ DE POSITION Une approche selon la réduction des méfaits pour les utilisateurs de drogues injectables (UDI) Position

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

41% LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE. Note de recherche

41% LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE. Note de recherche Note de recherche NOVEMBRE 2013 PAR KATE BELOHLAV ET MAHESH KARRA LA PRISE DE DÉCISION DES MÉNAGES ET L UTILISATION DE LA CONTRACEPTION EN ZAMBIE Les besoins non satisfaits en planification familiale correspondent

Plus en détail

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN Analyse secondaire des données des enquêtes démographiques et de santé réalisées au Bénin et à Madagascar Avril

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

PROGRAMME D ÉLABORATION D UN BUSINESS PLAN POUR DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS SOLIDES

PROGRAMME D ÉLABORATION D UN BUSINESS PLAN POUR DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS SOLIDES PROGRAMME D ÉLABORATION D UN BUSINESS PLAN POUR DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS SOLIDES Des systèmes de santé plus solides. Un meilleur impact sur la santé. EN PARTENARIAT AVEC LES ORGANISATIONS LOCALES Depuis

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

PUZZLE 5 RAPPORT D ACTIVITÉ SUR LE TERRAIN. SEXINFO : un service d'envoi de messages de santé sexuelle par SMS pour les jeunes de San Francisco

PUZZLE 5 RAPPORT D ACTIVITÉ SUR LE TERRAIN. SEXINFO : un service d'envoi de messages de santé sexuelle par SMS pour les jeunes de San Francisco PUZZLE 5 Publication avant impression le 30 janvier 2008, sous la référence 10.2105/AJPH.2007.110767 La version la plus récente est disponible (en anglais uniquement) sur http://www.ajph.org/cgi/doi/10.2105/ajph.2007.110767

Plus en détail

Perspectives sur le Besoin non satisfait en planification familiale en Afrique de l Ouest : le Togo

Perspectives sur le Besoin non satisfait en planification familiale en Afrique de l Ouest : le Togo Perspectives sur le Besoin non satisfait en planification en Afrique de l Ouest : le Togo Conférence sur le Repositionnement de la Planification Familiale en Afrique de l Ouest le 15 au 18 février 25 Accra,

Plus en détail

L impact économique du SIDA au Bénin : Résultats d un examen de la littérature

L impact économique du SIDA au Bénin : Résultats d un examen de la littérature L impact économique du SIDA au Bénin : Résultats d un examen de la littérature Lori Bollinger John Stover Dr Louis-Jacques Martin-Correa Sous les auspices de l USAID Bureau global de la population, de

Plus en détail

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Juin 2010 Paula Bilinsky Anne Swindale FANTA FHI 360 1825 Connecticut

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER Cet ensemble d outils a été conçu pour renforcer la capacité des parties prenantes clefs de s impliquer

Plus en détail

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe FORMATION 1999-2002 Post-doctorat, Law and Mental Health Program, Centre for Addiction and Mental Health et Université de Toronto. 1999 Ph.D. Psychologie - Recherche

Plus en détail

Sylvia Vriesendorp RAPPORT FINAL DU SEMINAIRE ATELIER SUR L'ANDRAGOGIE

Sylvia Vriesendorp RAPPORT FINAL DU SEMINAIRE ATELIER SUR L'ANDRAGOGIE Sylvia Vriesendorp RAPPORT FINAL DU SEMINAIRE ATELIER SUR L'ANDRAGOGIE Family Planning Management Development (FPMD) Project Number: 936-3055 Agreement Number: CCP-A-00-95-00000-02 Office of Population,

Plus en détail

TeenSpeak. À propos de la santé sexuelle. La vérité vue par les ados

TeenSpeak. À propos de la santé sexuelle. La vérité vue par les ados TeenSpeak À propos de la santé sexuelle La vérité vue par les ados 2 Nous remercions tout spécialement l'équipe des animateurs de Bronx Teens Connection La santé sexuelle, c'est quoi? Tout un tas de choses.

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

Etude de cas : la coordination des partenaires au Ghana

Etude de cas : la coordination des partenaires au Ghana Etude de cas : la coordination des partenaires au Ghana Marty Makinen R4D/HFG avril 2015 Abt Associates Inc. In collaboration with: Broad Branch Associates Development Alternatives Inc. (DAI) Futures Institute

Plus en détail

Marketing social. PPA Mars 2007

Marketing social. PPA Mars 2007 Marketing social PPA Mars 2007 Objectifs Survol des principes du marketing social. VOUS en tant que spécialiste du marketing social. Qu est-ce que le marketing social? Le marketing social est «l utilisation

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Findings Développement Humain 223 Février 2003

Findings Développement Humain 223 Février 2003 Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Findings Développement Humain 223 Février 2003 Findings fournit un compte-rendu des études

Plus en détail

PAR Sarah Engebretsen, Gisele Kaboré BILAN PROGRAMMATION

PAR Sarah Engebretsen, Gisele Kaboré BILAN PROGRAMMATION Filles Eveillées : Programme pilote pour adolescentes migrantes employées de maison au Burkina Faso urbain PAR Sarah Engebretsen, Gisele Kaboré et Leah Jarvis BILAN PROGRAMMATION Le Population Council

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 13INI101 Sénégal / Evaluation des coûts et des mécanismes de financement pour renforcer l accès aux soins de qualité pour les PVVIH I. Contexte Demandeur : CNLS En 2006,

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Extension Program 2014-15 VACANCES SCOLAIRES Maternelles/Primaires et Collège/Lycées AMERICAN SCHOOL OF PARIS. Founded 1946. Text

Extension Program 2014-15 VACANCES SCOLAIRES Maternelles/Primaires et Collège/Lycées AMERICAN SCHOOL OF PARIS. Founded 1946. Text AMERICAN SCHOOL OF PARIS Extension Program 2014-15 Founded 1946 Text 1 Inscriptions et règlements doivent se faire en ligne via notre site internet. Votre choix d activité établi (pour le secondaire uniquement).

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur:

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur: Attachment H 31 Août 2009 Cher Parent/Tuteur: Il est prévu que votre élève prenne le Grade 8 des unités complètes du cours d éducation sanitaire sur la Vie de Famille et la Sexualité Humaine (FLHS) et

Plus en détail

Présentation du manuel

Présentation du manuel Présentation du manuel > COMMENT UTILISER LE MANUEL Le manuel est divisé en trois chapitres : Chapitre 1 : Introduction Le chapitre présente le SIS. Il indique l'objectif de la collecte de données, le

Plus en détail

Élaboration d une campagne de communication.

Élaboration d une campagne de communication. Élaboration d une campagne de communication. 1 Vu que la communication est un élément essentiel du marketing de l'assainissement, nous voulions consacrer un module entier à l'élaboration d'une campagne

Plus en détail

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation Atelier : Formation Rapport du Groupe 1 Brainstorming Formation actuarielle 1. Système de formation Formation universitaire ou Système examens (système anglo-saxon) Conciliation entre les deux: Formation

Plus en détail

1 OCTOBRE 2004 30 SEPTEMBRE

1 OCTOBRE 2004 30 SEPTEMBRE HHFDS/HS-2007 HAITI HEALTHIER FAMILIES OF DESIRED SIZE 1 OCTOBRE 2004 30 SEPTEMBRE 2007 Uder Antoine, Chef de Mission Adjoint Plan Brève présentation du projet Stratégies spécifiques Mécanismes de financement

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Education par les pairs et VIH/SIDA :

Education par les pairs et VIH/SIDA : Education par les pairs et VIH/SIDA : Concepts, utilisations et défis Collection Meilleures Pratiques de l' /99.46F (version française, mai 2000) Version originale anglaise, UNAIDS/99.46E, décembre 1999

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

Le jeu d'apprentissage

Le jeu d'apprentissage Le jeu d'apprentissage UK/07/LLP-LdV/TOI-009 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Le jeu d'apprentissage UK/07/LLP-LdV/TOI-009 Année: 2007 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé:

Plus en détail

Centre de Ressources pour les Evaluations (ERC) Guide d'utilisateur. Bureau d Evaluation, Septembre 2006

Centre de Ressources pour les Evaluations (ERC) Guide d'utilisateur. Bureau d Evaluation, Septembre 2006 Centre de Ressources pour les Evaluations (ERC) Guide d'utilisateur Bureau d Evaluation, Septembre 2006 Ce Guide d'utilisateur de l ERC est aligné avec la politique d'évaluation du PNUD et le Guide d'utilisateur

Plus en détail

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

ANNEXE 1. I - CONTEXTE

ANNEXE 1. I - CONTEXTE I - CONTEXTE Caribbean Export Development Agency (Caribbean Export) s'est vu confier par les gouvernements de République Dominicaine et d'haïti, et par l'union Européenne la gestion du «volet commercial»

Plus en détail

ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES

ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES RESSOURCES ET ORIENTATION DE SOUS-SUBVENTION ADVANCING PARTNERS & COMMUNITIES ORIENTATION SUR LE PLAN DE STRATEGIE DE CO-BRANDING ET DE MARQUAGE POUR LES BENEFICIAIRES DE SUBVENTIONS Advancing Partners

Plus en détail

Conseil et dépistage du VIH

Conseil et dépistage du VIH SÉRIE DE BULLETINS TECHNIQUES Conseil et dépistage du VIH Qu'est-ce que le conseil et dépistage du VIH? Le conseil et dépistage du VIH désigne une intervention de santé publique dans le cadre de laquelle

Plus en détail

COPYRIGHT 2014 ALCATEL-LUCENT. ALL RIGHTS RESERVED.

COPYRIGHT 2014 ALCATEL-LUCENT. ALL RIGHTS RESERVED. FONDATION ALCATEL-LUCENT: APPORT DES ENTREPRISES DES TIC DANS LES COMMUNAUTÉS TIC & RSE un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique Mars 2015 UN MONDE ULTRA CONNECTÉ Carte des réseaux

Plus en détail

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur la propagation

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur la propagation Guides d introduction sur l amélioration de la qualité Guide d introduction sur la propagation REMERCIEMENTS Ce manuel est le résultat des efforts de Qualité des services de santé Ontario (QSSO). Pour

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Site : www.dys35.fr - Email : contact@dys35.fr - Tél. 02.99.53.48.82. Conférence - Débat

Site : www.dys35.fr - Email : contact@dys35.fr - Tél. 02.99.53.48.82. Conférence - Débat Site : www.dys35.fr - Email : contact@dys35.fr - Tél. 02.99.53.48.82 Conférence - Débat Ecole et Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages : Les pratiques au Canada, en Angleterre et en Belgique

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

VIH/SIDA ET GENRE SEXUEL Juillet 2006

VIH/SIDA ET GENRE SEXUEL Juillet 2006 VIH/SIDA ET GENRE SEXUEL Juillet 2006 1, rue Nicholas, Bureau 726, Ottawa ON K1N 7B7 Téléphone: (613) 233 7440 Télec: (613) 233 8361 Courriel: info@icad-cisd.com Site internet: www.icad-cisd.com INTRODUCTION

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2 Nations Unies A/CONF.224/PC(III)/2 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2015 Français Original : anglais Troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Enjeux et perspectives de la libéralisation Casablanca, le 24 février 2005 Lara Srivastava Note: Unité des Stratégies et Politiques Union Internationale des

Plus en détail

VIH en Asie. Réf. «HIV/AIDS in Asia» Ruxrungtham et al. Lancet 2004; 364:69-82

VIH en Asie. Réf. «HIV/AIDS in Asia» Ruxrungtham et al. Lancet 2004; 364:69-82 VIH en Asie Réf. «HIV/AIDS in Asia» Ruxrungtham et al. Lancet 2004; 364:69-82 1 2 3 OMS. 2004 Répartition géographique (prévalences) 4 VIH en Asie : données générales (2004) 7,4 millions d infectés / VIH

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal 9 avril 2014 Colloque MI et ITSS - Québec Geneviève Boily, inf. M.Sc. Direction de santé publique

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

LISTE DES GRAPHIQUES...VIII LISTE DES TABLEAUX...IX INTRODUCTION... 1

LISTE DES GRAPHIQUES...VIII LISTE DES TABLEAUX...IX INTRODUCTION... 1 iii iv Mars 2007 Table des matières LISTE DES GRAPHIQUES...VIII LISTE DES TABLEAUX...IX INTRODUCTION... 1 A. Description du système Spectrum... 1 1. Composantes... 1 2. Description du logiciel... 2 B.

Plus en détail

L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario

L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario L heure est venue de passer à l action pour aider les enfants de l Ontario Les élèves du 21e siècle utilisent encore un programmecadre d Éducation physique et santé élaboré au 20e siècle et cela nuit à

Plus en détail

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE MSHP MODULE D ORIENTATION DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE Réalisé en mai 2012 avec l appui

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

COMPILATION D APPRENTISSAGE POUR LA COMMUNICATION SOCIALE ET DE COMPORTEMENT

COMPILATION D APPRENTISSAGE POUR LA COMMUNICATION SOCIALE ET DE COMPORTEMENT COMPILATION D APPRENTISSAGE POUR LA COMMUNICATION SOCIALE ET DE COMPORTEMENT Les C Modules : Documents d Apprentissage pour la Communication pour le Changement social et comportemental (CCSC) Projet de

Plus en détail

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE Critères valables pour toute affectation en tant que Volontaire des Nations Unies, pas uniquement pour les affectations en réponse à la crise du virus Ebola. Les exigences

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

PLAN DE COURS TYPE COMMUNICATION MARKETING UNE PERSPECTIVE INTÉGRÉE

PLAN DE COURS TYPE COMMUNICATION MARKETING UNE PERSPECTIVE INTÉGRÉE 1. OBJECTIFS DU COURS PLAN DE COURS TYPE COMMUNICATION MARKETING UNE PERSPECTIVE INTÉGRÉE Objectif général Développer des habiletés dans le domaine de la gestion des communications intégrées en marketing,

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique

Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique Médias et Diffuseurs Offrir la télévision directe par satellite à travers l Afrique Une nouvelle ère C est le moment ou jamais, a déclaré Mthuli Ncube, Economiste en Chef et Vice-Président de la Banque

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter?

L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter? L évaluation de la qualité d un dispositif d apprentissage en ligne. Quelles traces mobiliser? Comment les interpréter? François GEORGES (LabSET ULg) Séminaire Be-ODL 18 novembre 2013 1 Plan La qualité

Plus en détail

Gestion de la Relation Client (GRC)

Gestion de la Relation Client (GRC) Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 2 I.1 Introduction La gestion de la relation client est devenue un processus essentiel dans les institutions bancaires. Ils essaient toujours d améliorer

Plus en détail

Le Management selon Deming

Le Management selon Deming Le Management selon Deming Une démarche complète de management, basée sur les fondamentaux de la Qualité L Association Française Edwards Deming Votre attente Comprendre mieux ce qui est derrière le nom

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE.

DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE. DEMANDE EN TRAITEMENT D ORTHODONTIE A MADAGASCAR : INFLUENCE DE L AGE, DU SEXE ET DU STATUT SOCIO-ECONOMIQUE. RANDRIANARIMANARIVO HM, RASOANIRINA MO, ANDRIAMBOLOLO-NIVO OR, ANDRIAMBOLOLO-NIVO RD. Institut

Plus en détail

Utilisation de données par les administrateurs de programme. Objet : Durée : Objectifs :

Utilisation de données par les administrateurs de programme. Objet : Durée : Objectifs : Utilisation de données par les administrateurs de programme Objet : Ce cours a pour but de promouvoir l utilisation de données pour la planification et l amélioration basées sur des preuves des programmes

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

Indice d intégration du genre

Indice d intégration du genre Indice d intégration du genre Pays: Effectifs: Budget année fiscale (spécifier année): Directeur ou gestionnaire dans le pays: Date: Introduction Objectif Suite à l engagement pris par l USAID à la défense

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Un Guide pour le suivi et l évaluation des programmes de santé de la reproduction des adolescents

Un Guide pour le suivi et l évaluation des programmes de santé de la reproduction des adolescents Un Guide pour le suivi et l évaluation des programmes de santé de la reproduction des adolescents Première partie : Le savoir-faire du suivi et de l évaluation GLOSSAIRE Abandon : Quelqu un qui abandonne

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Pour une éducation par les pairs efficace

Pour une éducation par les pairs efficace manuel Pour une éducation par les pairs efficace Travailler dans le domaine de la santé sexuelle et génésique et lutter contre le VIH/SIDA avec les enfants et les jeunes Pour une éducation par les pairs

Plus en détail

Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire

Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, SCIENCE ET TECHNOLOGIE Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire VERSION REVISEE Janvier 2014

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

Les systèmes d'information dans l'entreprise

Les systèmes d'information dans l'entreprise Chapitre 2 Les systèmes d'information dans l'entreprise Cyril0upjv@gmail.com OBJECTIFS Évaluer le rôle des principaux types de SI dans une entreprise, ainsi que leurs interrelations Décrire les SI qui

Plus en détail

La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME?

La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME? Technology Adoption Profile personnalisé réalisé pour Colt Septembre 2014 La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME? Introduction Les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

2- Utiliser le vocabulaire de base et les ressources nécessaires à une navigation efficace;

2- Utiliser le vocabulaire de base et les ressources nécessaires à une navigation efficace; Avant de commencer... Vous êtes débutants sur la grande toile qu'est Internet et vous allez commencer un cours en ligne prochainement? Vous êtes assurément au bon endroit. En effet, ce petit guide a pour

Plus en détail

SEMINAIRES INTERNATIONAUX

SEMINAIRES INTERNATIONAUX n, Conseil Formation Recrutement-Intérim SEMINAIRES INTERNATIONAUX Programmes de Formation de Certification Conçus et Dispensés Entièrement en Français Par Illinois State University et GSBO Niamey - Lomé

Plus en détail