In Focus Les jeunes et les MST/VIH/SIDA Deuxième section : programmes pour traiter le problème*

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "In Focus Les jeunes et les MST/VIH/SIDA Deuxième section : programmes pour traiter le problème*"

Transcription

1 In Focus Les jeunes et les MST/VIH/SIDA Deuxième section : programmes pour traiter le problème* Décembre 1997 Les programmes en vue de prévenir la transmission des maladies sexuellement transmissibles (MST) et du virus de l'immunodéficence humaine (VIH) parmi les adolescents et les jeunes adultes sont relativement nouveaux. Au vu des taux élevés de MST parmi ce groupe d'âge et du fait que les jeunes représentent plus de la moitié de toute les nouvelles infections par le VIH, il devient de plus en plus urgent de trouver et d'évaluer des modèles de programmes efficaces. Certaines MST peuvent être guéries mais d'autres dont le VIH sont incurables. C'est la raison pour laquelle un grand nombre des nouveaux projets à l'intention des jeunes insistent sur l'éducation et la prévention plutôt que sur le traitement. Toutefois, la seule connaissance ne suffira pas pour atteindre les buts de la prévention. Il faut également aider les jeunes à adopter des attitudes positives vis-à-vis d'eux mêmes, à acquérir les aptitudes nécessaires et leur fournir un accès aux services, surtout pour obtenir des condoms. Quels sont les types de programmes de prévention des MST/VIH qui ont été réalisés pour les jeunes? Est-ce que de tels programmes ont eu des résultats positifs? Les projets conçus pour prévenir les MST et le VIH chez les jeunes sont généralement axés sur des activités d'éducation, de communication et de conseils. Ils tendent à être réalisés à partir des écoles, des établissements de santé, des centres de traitement ou par le biais d'activités d'éducation communautaires dans des endroits où les jeunes ont l'habitude de se rencontrer. Seul un nombre limité de ces projets ont été évalués jusqu'à présent, mais des réussites déjà se dégagent : Les écoles sont un endroit essentiel pour les activités de prévention du VIH car on peut y atteindre un nombre important de jeunes. Plusieurs évaluations de programmes de prévention réalisées dans des lycées américains constate un accroissement modeste des connaissances et des comportements de réduction des risques chez les élèves (notamment le fait d'avoir moins de partenaires sexuels et d'utiliser davantage les condoms). Parallèlement, les chercheurs ont conclu qu'il fallait bien plus que 5 à 15 heures d'instruction si l'on voulait avoir un véritable impact. 8,9,18. Les projets à base communautaire utilisent diverses formules et essayent d'atteindre les jeunes dans les endroits où ils travaillent et se rencontrent. L'étude faite par l'international Center for Research on Women d'un projet en Thaïlande destiné à des jeunes ouvrières travaillant dans des usines indique que les jeunes femmes avaient renforcé leurs connaissances et compétences (par exemple le fait de prendre la responsabilité d'utiliser la Page 1 of 5

2 contraception). Les jeunes femmes qui avaient participé à des séances animées par des camarades avaient retiré le plus de gain comparé à celles qui avaient participé à des séances animées par des adultes ou à des activités d'auto-apprentissage. 3 Une évaluation au Nigéria et au Ghana où l'on avait insisté sur les activités d'éducation des camarades en milieu communautaire montre que le programme avait eu des effets nettement positifs sur les connaissances et les capacités des jeunes indiquant qu'ils étaient à présent plus susceptibles de prendre des mesures de protection contre les MST/VIH (abstinence, nombre limité de partenaires et utilisation de condoms). 10 Un projet d'éducation des camarades sur le VIH/syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) en Jamaïque a organisé des séances d'éducation dans des écoles, des endroits communautaires et à l'extérieur (sur les vérandas et sous les arbres) en milieu rural et urbain. Les éducateurs-camarades ont nettement renforcé leurs connaissances, ils disposent à présent des faits pour contrecarrer les mythes, savent où se rendre pour le traitement des MST et indiquent qu'ils ont l'intention de remettre à plus tard les rapports sexuels ou d'utiliser des condoms s'ils sont sexuellement actifs. 14 Un projet réalisé par CARE Kenya a utilisé une stratégie d'éducation camarade-à-camarade. Les jeunes qui ont participé au projet avaient de meilleures connaissances, des attitudes plus positives et des indications de changement de comportements positifs du point de vue prévention des MST/VIH (par exemple, limiter le nombre de partenaires) si on compare au groupe témoin. 4 Il est important d'atteindre les enfants de la rue, ceux qui se sont enfuis de chez eux et les jeunes prostituées car ces groupes cibles courent un risque disproportionné de contracter des MST et le VIH. Voici des exemples de ces projets : Un projet modèle de prévention du VIH pour les enfants et les adolescents brésiliens qui vivent ou qui travaillent dans la rue. Le projet insiste sur une communication adaptée à la culture et sur les séances de formation interactive. Après une évaluation préliminaire des activités qui avaient duré moins d'une année, le projet enregistrait des niveaux élevés de participation assidue ainsi qu'une plus grande sensibilisation et de meilleures connaissances en matière de SIDA. 12,13 Un projet de prévention du VIH réalisé aux Etats-Unis s'attachait tout notamment à la formation professionnelle et à la prise en charge du point de vue comportement pour les jeunes qui se sont enfuis de chez eux et qui sont dans des centres d'accueil publics. L'évaluation note une utilisation accrue des condoms et des réductions des comportements sexuels à risque trois à six mois après l'intervention (par exemple, le fait d'avoir un grand nombre de partenaires sexuels ou un grand nombre de rencontres sexuelles). Ces progrès ont surtout été notés chez les jeunes qui avaient assisté au plus grand nombre de séances. 16 Les programmes de communication et de marketing social sont des interventions clés pour les jeunes car ils informent tous ceux proches de la culture populaire. Les évaluations faites de certains de ces programmes dégagent les faits suivants : Un projet en Ouganda utilise diverses formules médiatiques qui communiquent le message suivant : "Moins de risques ou SIDA : A toi de choisir". Une évaluation de la première étape de la campagne, faite après dix huit mois d'activité, indique un net accroissement dans le nombre de jeunes ougandais Page 2 of 5

3 qui se protègent actuellement contre l'infection par le VIH. 17 Un projet de mass médias au Zaïre utilisait la télévision, les annonces radiophoniques et les chansons créées pour traiter du problème du SIDA. Il se servait également des feuilletons radiophoniques et télévisés et du matériel imprimé (bloc-notes et calendriers) pour atteindre les jeunes. L'évaluation de l'impact réalisée six mois après la première phase du projet indique une bien meilleure connaissance des questions entourant le SIDA, une plus grande pratique de l'abstinence sexuelle et de fidélité mutuelle et une utilisation accrue des condoms. 5 Le Ministère de la Santé du Ghana a réalisé une campagne multimédiatique pour sensibiliser davantage au SIDA et promouvoir la prévention du SIDA au sein de sa population âgée de 15 à 30 ans. La campagne reposait sur des annonces télévisées et radiophoniques, des réunions communautaires, la diffusion de matériel promotionnel (par exemple, des affiches et des bandes dessinées) et des activités d'éducation dans les écoles. Une enquête de suivi réalisée 10 mois après l'enquête initiale indique une connaissance plus élevée du SIDA et des stratégies de prévention du VIH, une diminution du nombre de partenaires sexuels et une utilisation accrue des condoms au sein des divers sous-groupes. 11 Quelles sont les leçons apprises? En présentant diverses options de prévention, on laisse le choix aux jeunes et on permet aux adultes de rester neutre ou de soutenir telle ou telle activité. Par exemple, en Haïti, une étude sur la lutte et la prévention du SIDA (AIDSCAP) montre que les messages du projet de prévention du SIDA "Espoir" (abstinence, fidélité et monogamie ainsi que condoms) offre diverses options acceptables en fonction des besoins et des intérêts de la communauté. 2 Le soutien accordé par les adultes peut renforcer le niveau de participation des jeunes. Suite aux efforts faits pour obtenir le soutien communautaire dans une région du Kenya où les adultes généralement ne permettent que rarement aux filles de participer aux événements publics, un nombre important d'adolescentes ont pu participer à un projet de prévention du SIDA. 4 Une étude en vue d'évaluer des programmes d'éducation en santé reproductive dans des écoles américaines constate que ceux qui avaient réussi à diminuer le nombre de rapports sexuels non protégés (en recommandant soit de remettre à plus tard les relations sexuelles, d'utiliser davantage les condoms soit de diminuer le nombre de partenaires sexuelles) partageaient certains éléments communs : utilisation de la théorie d'apprentissage social pour l'élaboration de programmes ; priorité accordée à la réduction de comportements sexuels à risque ; utilisation de méthodes d'apprentissage qui font participer activement les jeunes ; activités qui traitent des influences sociales et/ou médiatiques et pressions exercées en vue d'avoir des relations sexuelles; importance de valeurs bien claires contre les rapports sexuels non protégés ainsi que modélisation et pratique de compétences de communication et de négociation. 9 L'adjonction d'activités de prévention des MST/VIH aux services existants de planification familiale est un type d'expansion de service logique et pratique permettant de couvrir des clients qui autrement ne viendraient probablement pas consulter ce type de services. Mais ces adjonctions de services doivent être accompagnées par des protocoles clairs, une formation suffisante et des locaux cliniques adéquats ainsi qu'un nombre suffisant, autant d'éléments que l'on peut observer dans cet établissement Page 3 of 5

4 sanitaire de l'afrique du Sud. 1 Souvent, les jeunes préfèrent se tourner vers leurs camarades pour obtenir des informations sur la santé reproductive. Une enquête constate que 99% des jeunes répondants trouvent que les éducateurscamarades représentent la meilleure manière d'apprendre à propos du VIH/SIDA et 81% indiquent que les éducateurs-camarades sont les meilleures sources d'information sur le VIH/SIDA. 7 Les jeunes ouvrières dans les usines, les jeunes kényans déscolarisés et les jeunes participant à un projet du YWCA au Ghana indiquent tous une préférence pour les éducateurs-camarades. 3,4,15 Malgré la rotation élevée des éducateurs-camarades que l'on constate souvent dans le cadre des projets d'éducation en santé reproductive et VIH, le solide impact positif du travail des éducateurs-camarades justifie leur utilisation. Une étude d'aidscap montre que 95% des éducateurs-camarades ont changé leur propre style de vie et comportement, 31% utilisaient des moyens de protection dont le condom et 20% avaient diminué leur nombre de partenaires sexuels. 7 La formation axée sur les compétences est recommandée pour les éducateurs qui interviennent dans le cadre des programmes de prévention du SIDA. Les compétences adéquates portent sur l'évaluation des risques, la négociation, les pratiques sexuelles sans risques, la violence et les abus et la consultation des services de santé. 6 Les éducateurs à leur tour doivent enseigner ces compétences importants à leur groupe cible. Un projet expérimental étudié par l'université du Zimbabwe constate qu'une activité participative axée sur les compétences est plus efficace qu'une intervention à base d'information pour changer les attitudes et les pratiques en matière de SIDA (connaissance accrue des condoms et leur utilisation correcte, plus grande auto-efficacité, nombre moindre de partenaires sexuels et moins de rapports sexuels sans condom). 19 La lutte contre les MST qui facilitent la transmission du VIH peut diminuer l'incidence du VIH. Dans le cadre d'une intervention sanitaire dans les zones rurales de la Tanzanie, un centre de traitement et de référence des MST a été ouvert, le personnel du nouveau a reçu une formation et une supervision ainsi qu'une éducation sanitaire ont été offertes. L'évaluation indique une réduction de 40% dans l'incidence du VIH sur les deux ans de l'étude. Les réductions proportionnées les plus importantes ont été notées chez les femmes âgées de 15 à 24 ans et les hommes âgés de 25 à 34 ans. 13 *Le présent numéro de In Focus traite des questions d'éducation et de prévention plutôt que de traitement des MST/VIH/SIDA. Pour plus d'informations, voir également In Focus: "Les jeunes et les MST/VIH/SIDA, section I : Dimensions du problème." Références 1 Abdool KQ, Abdool KS, Preston-White E. Teenagers Seeking Condoms at Family Planning Services. Part II. A Provider's Perspective. South African Medical Journal 82:360-3 (1992). 2 AIDSCAP. Descriptive Analysis of AIDSCAP/Haiti BCC Projects: Some Lessons From the Field Cash K, Anasuchatkul B. Experimental Educational Interventions for AIDS Prevention among Northern Thai Single Migratory Female Factory Workers. ICRW Report-in-Brief. Women and AIDS Research Program, ICRW Chege I, Avarand J, Ngay A. Final Evaluation Report of the Communication Resources for the Under 18's on STDs and HIV (CRUSH) Project Convisser J. The Zaire Mass Media Project: A Model AIDS Prevention Communications and Motivation Project. PSI Special Report #1. Population Services International Page 4 of 5

5 6 Fee N, Youssef M. Young People, AIDS and STD Prevention: Experience of Peer Approaches in Developing Countries. (Draft). Global Programme on AIDS, WHO Flanagan D, Williams C, Mahler H. Peer Education in Projects Supported by AIDSCAP: A Study of 21 Projects in Africa, Asia and Latin America. AIDSCAP Jemmott JB, Jemmott LS, Fong GT. Reductions in HIV Risk-Associated Sexual Behaviors among Black Male Adolescents: Effects of an AIDS Prevention Intervention. American Journal of Public Health 82(3): (March 1992). 9 Kirby D, DiClemente RJ. School-Based Interventions to Prevent Unprotected Sex and HIV among Adolescents. In: DiClemente RJ, Peterson JL. Preventing AIDS: Theories and Methods of Behavioral Interventions. New York: Plenum Press, 1994: Lane C. Peer Education: Hopes and Realities/The West African Youth Initiative. Presented at John Hopkins University/CEDPA Symposium, "The Young and the Restless," Washington, DC, April McCombie S, Hornik R, Anarfi JK. Evaluation of a Mass Media Campaign to Prevent AIDS among Young People in Ghana AIDS Technical Support. USAID Merritt AP, Raffaelli M. Creating a Model HIV Prevention Program for Youth. American Psychological Association: The Child, Youth, and Family Services Quarterly 16:2 (1993). 13 Merritt AP, Siquiera E. Vida de Rua: Educating Street Youth through Entertainment. Brazil Case Study. (Unpublished) Randolph SM. Evaluation of the Jamaica Red Cross Society's "Together We Can" HIV/AIDS Peer Education Project. Submitted to the American Red Cross National Headquarters and Jamaica Red Cross Society Riley B. Report on Participatory Evaluation of Family Life Programme of Ghana YWCA. Prepared for the Centre for Development and Population Activities (CEDPA), Washington, D.C., Rotheram-Borus MJ, Koopman C, Haignere C, et al. Reducing HIV Sexual Risk Behaviors among Runaway Adolescents. JAMA 266(9): (Sep. 1991). 17 Trangsrud R. Adolescent Sexual and Reproductive Health in Eastern and Southern Africa: Building Experience. Prepared for USAID/REDSO. Family Care International. May, Walter HJ, Vaughan RD. AIDS Risk Reduction among a Multiethnic Sample of Urban High School Students. JAMA 270(6): (Aug. 1993). 19 Wilson D, Mparadzi A, Lavelle S. An Experimental Comparison of Two AIDS Prevention Interventions among Young Zimbabweans The Journal of Social Psychology 132(3): (1992). La série In FOCUS récapitule à l'intention de professionnels travaillant dans des pays en développement des activités de programme et certaines recherches disponibles sur les questions de santé reproductive des jeunes adultes. Ce numéro a été préparé par Judith Senderowitz avec des commentaires du groupe de la rédaction de FOCUS, d'experts de l'extérieur et du personnel du programme FOCUS. La série de publications In Focus est disponible sur le site Web de FOCUS : Prière d'envoyer les suggestions ou commentaires à l'adresse suivante : FOCUS on Young Adults, Attn: In Focus, 1201 Connecticut Avenue, NW, Suite 501, Washington, D.C., USA ou par courrier électronique à Un programme de Pathfinder International en collaboration avec le Futures Group International et l'ecole de Santé publique et de Médecine tropicale de l'université de Tulane. Focus est financé par l'usaid aux termes du don CCP-3073-A Les opinions exprimées ici incombent aux auteurs et ne reflètent pas forcément les vues de l'agence des Etats-Unis pour le développement international. Page 5 of 5

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults

Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média. IN FOCUS FOCUS on Young Adults IN FOCUS FOCUS on Young Adults Programmes de Santé Reproductive Pour les Jeunes Adultes : Marketing Social et les Mass Média Depuis plus de 20 ans, les stratégies de marketing social sont très utilisées

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

Les couples discordants et la transmission du VIH/SIDA dans cinq pays d Afrique Octobre 2006, Damien de Walque

Les couples discordants et la transmission du VIH/SIDA dans cinq pays d Afrique Octobre 2006, Damien de Walque DECRG - Groupe de recherche, Développement humain et services publics Les conclusions de nouveaux travaux de recherche sur les couples discordants où un seul des partenaires est porteur du VIH/SIDA remettent

Plus en détail

Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ

Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ Situation: Bobo-Dioulasso, Burkina Faso Consultant de Santé de la Reproduction/SSRAJ Centre: Centre pour Leadership et Management General Structure: Organisation Ouest Africaine de la Santé Lieu de travail:

Plus en détail

Guide de l apprentissage mixte Questions de suivi

Guide de l apprentissage mixte Questions de suivi Guide de l apprentissage mixte Questions de suivi Le processus consiste à aider les conseillers à fournir des ateliers par étapes successives (ou mise à niveau). Ceci peut s effectuer de différentes manières,

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Communiqué de presse. Le 24 mai 2016

Communiqué de presse. Le 24 mai 2016 Communiqué de presse Le 24 mai 2016 Selon une étude, l'envoi d'un simple texto hebdomadaire aux jeunes femmes au Kenya améliore grandement la probabilité qu'elle subissent un test pour le VIH Des chercheurs

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

Agir maintenant : Investir dans la santé sexuelle et reproductive auprès des jeunes

Agir maintenant : Investir dans la santé sexuelle et reproductive auprès des jeunes Agir maintenant : Investir dans la santé sexuelle et reproductive auprès des jeunes MESSAGES CLÉS La population d Afrique subsaharienne compte aujourd hui 883 millions d habitants. Un habitant sur trois

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

EC/64/SC/CRP.18/Rev.1

EC/64/SC/CRP.18/Rev.1 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Distr. : restreinte 19 juin 2013 Français Original : anglais et français Comité permanent 57 e réunion Mise à jour sur le VIH/sida et les réfugiés Résumé

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

Élaboration d une campagne de communication.

Élaboration d une campagne de communication. Élaboration d une campagne de communication. 1 Vu que la communication est un élément essentiel du marketing de l'assainissement, nous voulions consacrer un module entier à l'élaboration d'une campagne

Plus en détail

Institut de la Banque mondiale Promouvoir l acquisition et le transfert des connaissances pour un monde meilleur

Institut de la Banque mondiale Promouvoir l acquisition et le transfert des connaissances pour un monde meilleur Institut de la Banque mondiale Promouvoir l acquisition et le transfert des connaissances pour un monde meilleur WORLD BANK INSTITUTE Promouvoir l acquisition et le transfert des connaissances pour un

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

La budgétisation sensible au genre et l expérience de la Banque Mondiale. Atelier sur la Budgétisation sensible au genre Rabat, 21 et 22 octobre 2008

La budgétisation sensible au genre et l expérience de la Banque Mondiale. Atelier sur la Budgétisation sensible au genre Rabat, 21 et 22 octobre 2008 La budgétisation sensible au genre et l expérience de la Banue Mondiale Atelier sur la Budgétisation sensible au genre Rabat, 21 et 22 octobre 2008 Présentation d aujourd hui Objectifs Présenter un bref

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux Modèle de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux COMPOSANTES CENTRALES DU MODÈLE DE L USAID Le concept original des soins après avortement a été articulé pour la première fois

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG I. CONTEXTE Le VIH reste un problème de santé mondiale ; mais l Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée par ce virus.

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

Formation des Formateurs en Développement Social Du 03 au 08 Janvier 2009

Formation des Formateurs en Développement Social Du 03 au 08 Janvier 2009 Formation des Formateurs en Développement Social Du 03 au 08 Janvier 2009 Titre du projet : Contribution à la réduction de la vulnérabilité des lycéens(es) face aux IST/SIDA Durée du projet : Un An Date

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011

CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement 2011 TABLE DES MATIÈRES Lexique La Charte OK en bref Introduction La Charte OK Engagement mutuel Engagement de l établissement Matériel de protection Matériel

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER Cet ensemble d outils a été conçu pour renforcer la capacité des parties prenantes clefs de s impliquer

Plus en détail

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPHIQUES Page CHAPITRE 1 PRÉSENTATION DU PAYS, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE DE L ENQUÊTE Tableau 1.1 Résultats de l enquête ménage et de l enquête individuelle...11 CHAPITRE 2

Plus en détail

Une Mise à Jour des Programmes de Santé Reproductive et Sexuelle Pour les Adolescents Dans les Pays en développement.

Une Mise à Jour des Programmes de Santé Reproductive et Sexuelle Pour les Adolescents Dans les Pays en développement. Une Mise à Jour des Programmes de Santé Reproductive et Sexuelle Pour les Adolescents Dans les Pays en développement. Servir l avenir Une mise à jour des programmes de santé reproductive et sexuelle des

Plus en détail

for dolescent exual ealth

for dolescent exual ealth ocial arketing for dolescent exual ealth Marketing social pour la santé sexuelle des adolescents Résultats des projets de recherche opérationnelle réalisés au Botswana, au Cameroun, en Guinée et en Afrique

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur La violence contre les femmes Juillet 2012 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax:

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL Mission : promouvoir et faciliter la coopération et la coordination des membres du Réseau via l'échange d'informations, le

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement k CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement ACRONYMES HARSAH : Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ITSS : Infection transmissible sexuellement et par le sang Édition 2015 TABLE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Grille d auto-évaluation et documents pour le plan de perfectionnement professionnel

Grille d auto-évaluation et documents pour le plan de perfectionnement professionnel PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA 2015 COMPÉTENCE Grille d auto-évaluation et documents pour le plan de perfectionnement professionnel à conserver pour vos dossiers 2009 Ordre des travailleurs sociaux et des

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Nous voudrions savoir si vous aviez été satisfait(e) de la façon dont la Conférence a été organisée, déroulée et si cela vous a été bénéfique.

Nous voudrions savoir si vous aviez été satisfait(e) de la façon dont la Conférence a été organisée, déroulée et si cela vous a été bénéfique. Délégués ICASA 2015 1ère Evaluation Post-Conférence Cher/Chère Délégué(e), Nous vous remercions pour votre participation à ICASA 2015. Nous voudrions savoir si vous aviez été satisfait(e) de la façon dont

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes 16. 4. 96

Journal officiel des Communautés européennes 16. 4. 96 N L 95/16 1 FR j Journal officiel des Communautés européennes 16. 4. 96 DECISION N 647/96/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL du 29 mars 1996 adoptant un programme d'action communautaire concernant

Plus en détail

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Agenda : réunion 14 janvier 2014 1. Présentation des participants et validation de l agenda 2. Suivi des points d action de la réunion

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Campagne «Se faire tester. Pourquoi pas?» Évaluation Rapport semestriel (Période du 21 mars 2011 au 20 septembre 2011)

Campagne «Se faire tester. Pourquoi pas?» Évaluation Rapport semestriel (Période du 21 mars 2011 au 20 septembre 2011) Campagne «Se faire tester. Pourquoi pas?» Évaluation Rapport semestriel (Période du 21 mars 2011 au 20 septembre 2011) Unité de santé-sexualité et de réduction des risques Santé publique Ottawa Ville d

Plus en détail

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 021 311 92 06 CCP 10-5261-6 Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 1 Introduction «Les personnes atteintes d'infections sexuellement transmissibles sont incitées à informer leurs partenaires de

Plus en détail

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse République du Congo Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse Ce rapport présente les principaux résultats de l Enquête de Séroprévalence et sur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Évaluation de suivi des soins en oncologie au moyen de réseaux de soutien régional

Évaluation de suivi des soins en oncologie au moyen de réseaux de soutien régional Évaluation de suivi des soins en oncologie au moyen de réseaux de soutien régional Décembre 2003 Timothy Whelan Eva Grunfeld Jonathan Sussman Julia Abelson Andrew Willan Scott Sellick Cathy Charles Margaret

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES SECRETARIAT EXECUTIF DE L ORGANISATION DU CORRIDOR ABIDJAN LAGOS PROJET DE FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT SUR LE CORRIDOR ABIDJAN LAGOS (PFCTAL) DON IDA H549-TG TERMES DE REFERENCES Activité

Plus en détail

D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic

D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic D après le rapport sur la douleur, 21 % des personnes souffrant de douleur chronique doivent attendre deux ans ou plus avant de recevoir un diagnostic La réussite thérapeutique repose sur la sensibilisation

Plus en détail

COMMUNICATION, RÉDACTION ET MULTIMÉDIA

COMMUNICATION, RÉDACTION ET MULTIMÉDIA COMMUNICATION, RÉDACTION ET MULTIMÉDIA BACCALAURÉAT EN ÉDUCATION (1), RÉGIME COOPÉRATIF (10), RÉGIME RÉGULIER (13) Personnes rejoignables 63 Hommes Femmes Nombre de répondants 24 38,1 % 6 ( 25 %) 18 (

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours Programme santé migrants MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Questionnaire des délégués - Evaluation AIDS 2006

Questionnaire des délégués - Evaluation AIDS 2006 Questionnaire des délégués - Evaluation AIDS 2006 Questionnaire des délégués - Evaluation AIDS 2006 Merci d avoir bien voulu participer à cette enquête. Les informations que vous fournirez aideront les

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais)

Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) MEDECINS DU MONDE FRANCE recherche Un INTERVENANT DE SANTE (H/F) Pour son PROGRAMME MIGRANTS LITTORAL (basé à Dunkerque pour des activités sur Calais) Médecins du Monde, association médicale militante

Plus en détail

synthèse Nourddine Harrami

synthèse Nourddine Harrami synthèse Nourddine Harrami Tout au long de cet ouvrage, les questions majeures que pose l adolescence dans le Maroc de ce début du 21e siècle ont été soumises à différents éclairages théoriques et empiriques.

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

L APPROCHE COMMUNAUTAIRE DU PROJET

L APPROCHE COMMUNAUTAIRE DU PROJET L APPROCHE COMMUNAUTAIRE DU PROJET Conclusiones INDEX DE LA PRESENTATION 1ere PARTIE Le programme MdM et la politique nationale namibienne MTP III - COMMENT RÉALISER LES OBJECTIFS DU MTP III COMMENT ILS

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF

La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF La Coopération belge au Développement dans le domaine de la santé et des droits sexuels et reproductifs UNICEF La situation dans le monde Chaque année 1 on évalue à quelque 290.000 le nombre de femmes

Plus en détail

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 L élaboration de politique et pratiques gouvernementales

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises

Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises Consolider les groupes d intérêt en santé publique : Leçons apprises L Association des facultés de médecine du Canada (AFMC) a obtenu des fonds de l Agence de la santé publique du Canada afin de promouvoir

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes Appels de fonds : mobiliser des ressources Notes générales La capacité à mobiliser des ressources représente une compétence importante pour les réseaux de plaidoyer. En effet, l accès aux ressources financières

Plus en détail

SONDAGE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS EN LIGNE 2014

SONDAGE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS EN LIGNE 2014 SONDAGE DE LA PRESSE ET DES MÉDIAS EN LIGNE 2014 d augmenter votre couverture médiatique. 3 Introduction 4 Perspectives d évolution 6 Presse 8 Médias en ligne 18 Médias sociaux 21 Fournisseurs de contenu

Plus en détail

Commission on the Status of Women Fifty-third session New York, 2 13 March 2009 INTERACTIVE EXPERT PANEL

Commission on the Status of Women Fifty-third session New York, 2 13 March 2009 INTERACTIVE EXPERT PANEL United Nations Nations Unies Commission on the Status of Women Fifty-third session New York, 2 13 March 2009 INTERACTIVE EXPERT PANEL Key policy initiatives on equal sharing of responsibilities between

Plus en détail

Dossier de Presse SAFETY FIRST

Dossier de Presse SAFETY FIRST Dossier de Presse SAFETY FIRST 10 Février 2015 Pour vous médias, votre rôle primordial est de nous accompagner tout au long de cette campagne. Votre pierre à l édifice se traduirait par votre rôle de relais

Plus en détail

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Juin 2010 Paula Bilinsky Anne Swindale FANTA FHI 360 1825 Connecticut

Plus en détail

Pratiques sages V Formulaire de candidature

Pratiques sages V Formulaire de candidature Pratiques sages V Formulaire de candidature «La voie autochtone : Nos communautés. Notre recherche. Notre voyage holistique se poursuit» Du 17 au 18 juillet 2015 Hôtel Vancouver Marriott Pinnacle Downtown

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

Assistant(e) Administratif et Financier G4 Mbuji Mayi 4 Administration et Finances OIM Kinshasa, RDC SVN 2015-14-RDC Oui Non

Assistant(e) Administratif et Financier G4 Mbuji Mayi 4 Administration et Finances OIM Kinshasa, RDC SVN 2015-14-RDC Oui Non TERMES DE REFERNCES CANDIDATURES INTERNES&EXTERNES I. RENSEIGNEMENTS SUR LE POSTE Titre Grade Lieu d affectation Tranche d ancienneté Famille d emplois Unité administrative Numéro du poste Position Classifié

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Elaborer le paquet minimum d'activités

Plus en détail

1 place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne.

1 place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne. Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne.fr ALCOOL ET JEUNES Les mesures les plus efficaces Guylaine Bénec h - gbenech@cirdd-bretagne.fr 02-23-20-62-07

Plus en détail

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009 Ministère des Services communautaires Plan de services en français 2008-2009 Message du sous-ministre C'est avec plaisir que je présente, au nom du ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions

RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions RECOMMANDATIONS DE L OMS POUR LA PRÉVENTION ET LE TRAITEMENT DE LA PRÉÉCLAMPSIE ET DE L ÉCLAMPSIE Implications et actions Introduction En Afrique et en Asie, près d un dixième des décès maternels sont

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail