PÉRIODIQUE D INFORMATION SOCIALE ET SOLIDARITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PÉRIODIQUE D INFORMATION SOCIALE ET SOLIDARITÉ"

Transcription

1 Prix de l abonnement: Fr. 12. JAB 1200 Genève 2 Envois non distribués à retourner à: Caritas Genève Case postale Genève 4 LE JOURNAL N o 458 JUIN 2008 PÉRIODIQUE D INFORMATION SOCIALE ET SOLIDARITÉ Fondé en 1954 par Mgr Paul Bouvier Rédacteur responsable: Dominique Froidevaux, tél , rue de Carouge 1205 Genève Publicité: Gilbert Rigotti CCP Tirage ex. Pour une coopération au développement de proximité ÉDITORIAL Si Caritas Genève s attache principalement à venir en aide aux personnes démunies de notre canton, elle tend également la main au-delà de nos frontières, vers les pays les plus défavorisés du Sud. Ainsi, en plus de trente-cinq ans, le secteur Tiers-Monde de Caritas a soutenu près de 500 projets dans une quarantaine de pays. En février dernier, l UDC a adressé des reproches très vifs à l encontre de la coopération au développement, affirmant que les efforts entrepris jusqu ici notamment par la DDC et le seco avaient échoué. Selon ce parti, des pays qui auraient dû profiter des «investissements» effectués pendant des décennies sont aujourd hui en plus mauvaise position qu à l époque coloniale. Des fonds énormes se seraient également enlisés dans des régimes corrompus ou dans des organisations d entraide multilatérales ne pratiquant aucune transparence. A l heure actuelle, cette vision pessimiste semble recevoir un écho de plus en plus large. La coopération au développement en crise? Comme l a relevé Peter Niggli, directeur d Alliance Sud 1, lors d une conférence publique en mai dernier et dans son dernier livre intitulé A qui profite l aide au développement 2, ce type d aide est depuis quelques années taxé d inefficacité, voire d inutilité. Pour ces opposants, cette aide n aurait en rien contribué à la croissance économique, n aurait pas réduit la pauvreté des pays du Sud et finirait fréquemment dans les poches des puissants et des nantis. Des critiques qui semblent, hélas! approuvées par la Suisse. Alors que les ministres des Finances de l Union Européenne ont décidé d accroître peu à peu leur aide d ici à 2015 et de la faire passer à 0,7% du produit national brut (taux souhaité par les Nations Unies), notre gouvernement tendrait plutôt à nager à contre-courant en cherchant à maintenir l aide au niveau actuel plutôt que de l augmenter. Une attitude dénoncée récemment par de nombreuses œuvres d entraide, dépositaires de la pétition «0,7% ensemble contre la pauvreté» (voir l encadré ci-contre). Les débats parlementaires sur le sujet, qui viennent à peine de démarrer, promettent d être houleux entre des partis de gauche favorables à cette pétition et une droite «blochérienne» désireuse de réduire davantage cette aide. La droite modérée, quant à elle, devra péniblement endosser le rôle inconfortable d arbitre. Pour Peter Niggli, cette critique de fond de l aide au développement omet de s attarder sur un point essentiel: son instrumentalisation. Selon Lisa Chauvet, chargée de recherche à l Institut de recherche pour le développement à Paris, «les échecs de l aide sont en partie liés à l écart entre les pratiques des bailleurs de fonds et l objectif affiché de lutte contre la pauvreté», écart qui dépend en grande partie des moyens et des enjeux tant militaires qu économiques propres à chaque nation. «Des Etats tels les Etats-Unis, la France et d autres, ont effectivement tendance à instrumentaliser l aide pour leur politique extérieure», affirme Peter Niggli. Et la Suisse ne fait pas exception: «Ces dernières années, on a de plus en plus tenté d éloigner la coopération au développement de cette orientation pratique pour la faire évoluer vers une sorte d activité de diplomatie du développement.» Et de rappeler qu à ses débuts, l aide au développement a été le plus souvent conçue de telle sorte que l économie des pays donateurs en profite également, une bonne partie des fonds revenant sous forme de mandats à l économie nationale du donateur. Pression politique, instrumentalisation de l aide, promotion des intérêts du bailleur de fonds: autant d objectifs loin des préoccupations Réunion participative de la SOPAM, notre partenaire au Bas-Congo. Pétition «0,7% ensemble contre la pauvreté» De nombreux représentant(e)s d œuvres d entraide et d autres organisations se sont réunis à Berne lundi pour remettre aux autorités la pétition «0,7% ensemble contre la pauvreté», forte de signatures. Celleci demande au Conseil fédéral et au Parlement de s engager davantage en faveur des Objectifs du Millénaire de l ONU et d augmenter le budget de l aide au développement à 0,7% du produit national brut. «Nous sommes les premiers surpris par le nombre de signatures récoltées», a expliqué Bastienne Joerchel, coordinatrice de politique de développement à Alliance Sud, lors de la conférence de presse. Selon elle, le succès est principalement dû à l engagement important de nombreuses œuvres d entraide, d Eglises, d organisations féminines, de jeunesse et de protection de l environnement ainsi que des syndicats, qui ont lancé ensemble la pétition il y a une année. «L excellent score témoigne de l attachement des habitants de ce pays à une Suisse ouverte sur le monde, généreuse et solidaire.» Bastienne Joerchel a souligné que la pétition ne demande pas uniquement une augmentation quantitative des dépenses pour la coopération au développement de 0,4 à 0,7% du produit national brut. Il s agit aussi d investir les moyens supplémentaires de manière ciblée en faveur des Objectifs du Millénaire de l ONU, et plus précisément dans les domaines suivants: l alimentation, la protection contre les conséquences du changement climatique, l accès à l eau potable et l éducation. «Avec notre pétition, nous aimerions pousser la Suisse à prendre au sérieux ses engagements.» du secteur Tiers-Monde de Caritas Genève. En effet, depuis sa création, ce secteur s appuie sur des valeurs fondamentales telles que la solidarité de proximité, le savoir-faire et l engagement local, et l accompagnement en vue d une meilleure autonomie des bénéficiaires. S occuper en priorité de la base Fort de ces valeurs, c est au travers des dizaines de micro-réalisations qu elle soutient chaque année que Caritas Genève noue des liens de travail, de confiance et de réciprocité étroits avec les bénéficiaires. Chaque projet est d abord minutieusement étudié à la lumière des critères d intervention établis et fermement négocié en conséquence. Une fois le projet accepté, contractualisé et financé, des instruments de suivi sont élaborés de manière à assurer la bonne marche du projet. A cet effet, on s informe mutuellement de l avancement des projets, on recherche des solutions communes et on fait appel à d autres partenaires si nécessaire. Ici, c est le contact direct qui prime. Les échanges de courriels et de fax sont fréquents, les appels téléphoniques réguliers. Lorsque cela est opportun, le responsable de secteur se rend sur place pour s entretenir avec les partenaires et discuter ensemble des ajustements, extensions ou améliorations possibles. Le récent voyage en République Démocratique du Congo (RDC) illustre bien ce souci de proximité. Si l objectif principal de ce séjour était de voir de près le déroulement du grand projet de la SOPAM 3, les représentants de Caritas en ont profité pour rencontrer d autres associations soutenues au travers de micro-réalisations: l Atelier Théâtr Action, le Centre pour la promotion de la santé de Kangu, la Fraternité chrétienne des personnes malades et avec handicap, l association Vie Montante Développement, etc. Et aussi de prendre contact avec d autres acteurs de qualité sur le terrain, partenaires potentiels de demain. Caritas veille ainsi à orienter son action vers la base, gage de succès et de pérennité. Une approche que partage Peter Niggli. Pour lui, «la Suisse devrait encourager le fort lien avec la pratique et la base qu avait sa coopération au développement jusqu ici comme une «plus-value» la distinguant de nombreux autres donateurs». 1 Alliance Sud est la communauté de travail des six grandes organisations suisses d entraide: Swissaid, Action de Carême, Pain pour le prochain, Helvetas, Caritas et Eper. Celle-ci a été créée en Le but d Alliance Sud est d influencer la politique de la Suisse en faveur des populations pauvres de la planète et privées de leurs droits fondamentaux. Elle agit notamment par des conférences et des interpellations politiques, des campagnes publiques et un travail d information efficace. 2 Peter Niggli, A qui profite l aide au développement? Controverses et nouvelles pistes, édité par Alliance Sud et les Edition d En Bas, Lausanne, Ce projet est financé par le biais de la Fédération genevoise de coopération par des fonds publics provenant de la DDC, l Etat et la Ville de Genève et la commune de Meinier. Suite en page 3 Genève est la seule Caritas régionale de Suisse dotée d un service de coopération Nord-Sud. Pour le reste du pays, c est la centrale de Lucerne, à laquelle nous sommes étroitement liés, qui assure l aide d urgence et l entraide internationale. Dans une ville comme Genève, point névralgique des organisations à vocation planétaire, foyer multiculturel et lieu de rencontre pour de nombreux acteurs de tous pays, il ne serait pas pensable de nous priver de ce cap offrant une ouverture au monde, en totale complémentarité avec la solidarité locale qui est le cœur de notre mission. A l heure où les grands organismes de coopération s interrogent sur leurs pratiques, Caritas Genève peut être fière de pouvoir compter sur un secteur Tiers Monde modeste, mais qui a su se doter de hautes exigences pour garantir la pertinence et l efficacité de ses interventions. Un point fort de nos priorités stratégiques est le renforcement de liens directs avec des coordinateurs locaux dans les pays où se concentrent nos projets. Ceux-ci nous rapprochent de nos partenaires du Sud et des réseaux locaux. Cela contribue au renforcement de la capacité d analyse des acteurs de terrain en fonction de leurs contextes spécifiques d action. Autre priorité: avec cap indigo, la nouvelle enseigne du commerce équitable de Caritas Genève, nous nous attachons à mettre en valeur des produits de toute première qualité au service d associations de producteurs qui peuvent ainsi mieux vivre directement de leur travail en bénéficiant d une rémunération plus juste de celui-ci. Albert Nolan, frère dominicain d Afrique du Sud, invite à se méfier de toute attitude naïve ou romanesque à l égard des pauvres ou du Tiers-Monde. Pour lui, la vraie solidarité «commence lorsqu il n est plus question de nous et d eux... Quand nous nous engageons ensemble dans la lutte contre toute forme d oppression». En nous rapprochant de nos partenaires du Sud, et en étant exigeants quant à la fiabilité de nos collaborations, nous ouvrons de nouvelles passerelles entre les mondes, de manière à nous interpeller sur nos responsabilités mutuelles pour rendre notre société planétaire moins inéquitable. Dominique Froidevaux Directeur Rue Sillem 6 CH-1211 Genève 6 Tél

2 A la rencontre du prochain Les dons que vous faites sont intégralement versés pour les cas présentés. Les frais administratifs sont couverts par d autres sources de financement Abandonnée par son mari Patrick a récemment quitté le foyer conjugal, sans laisser d adresse. Et sans se soucier de Laurence, sa femme, Cloé, leur fille de 5 ans, et Thomas, âgé de 7 ans. Laurence, avec courage, a relevé le défi d élever seule ses enfants. Son employeur, compréhensif, lui a augmenté son temps de travail pour lui assurer un salaire à plein de temps de Fr par mois. Mais il faut mettre à jour sa situation financière fragilisée par le départ abrupt de son mari avec leurs économies. Elle se retrouve ainsi avec quelques factures en souffrance. Il faut intervenir rapidement et nous souhaiterions l aider avec Fr Aidons Laurence et ses enfants à passer ce cap difficile. Merci de votre générosité! José Morais Aidez la jeune Marie! Marie est une jeune femme charmante et volontaire. Maman d un petit garçon de 12 ans, elle se démène au quotidien pour offrir une vie agréable à son enfant. Elle effectue actuellement un stage de vente et espère pouvoir trouver rapidement un emploi fixe. Son revenu est très maigre et elle parvient tout juste à boucler ses fins de mois. Malheureusement, un imprévu financier est arrivé dernièrement: elle a perdu son trousseau de clés. Il a donc fallu appeler un serrurier, changer d urgence le cylindre et faire refaire toutes les clés. Nous souhaitons donner un coup de pouce à Marie en prenant en charge ces frais. La facture totale s élève à Fr D avance un immense merci! Anna Jans Jonas souffre des dents Jonas a 5 ans et ses dents sont en bien mauvais état. Le devis pour soigner ses caries s élève à Fr Sa maman travaille comme femme de ménage, quelques heures par semaine. Elle n arrive pas à payer la totalité de cette facture, et nous recherchons Fr pour la soulager. Merci pour votre soutien! Barbara Plitt Troilo Son congélateur est hors d usage Mona a 80 ans et habite seule dans un appartement du centreville. En avril dernier, lors des premières chaleurs, son congélateur est tombé en panne. Le diagnostic du réparateur fut sans appel: vu la vétusté de l appareil, aucune réparation possible. Pour Mona, cette panne a de lourdes conséquences car elle touche le minimum vital. Elle a perdu une partie de la marchandise, doit payer le réparateur et changer cet appareil. Autant de frais qu elle peine à prendre en charge. Elle est venue nous trouver et nous aimerions lui remettre Fr Christian Deguilhen Pour Nadia et ses trois enfants Nadia est divorcée. Peu après le départ de son mari, elle a été licenciée et a sombré dans la dépression. Envers et contre tout, elle lutte courageusement pour élever ses trois enfants, s occuper des devoirs scolaires, chercher un nouvel emploi. Et veille avec attention à son maigre budget. Cette année, elle a dû renoncer à payer des cours de piano et de danse à ses deux filles, faute d argent. L idée de ne pas pouvoir honorer toutes ses factures la bouleverse tant qu elle fait d énormes sacrifices sur les besoins vitaux de la famille. Nous souhaiterions leur apporter une bouffée d air frais avec une aide financière de Fr En leur nom, nous vous remercions de tout cœur pour votre soutien! Ghislaine Savoy Proche du désespoir Martine n était pas loin du désespoir lorsqu elle est venue nous parler de ses soucis: perte de son emploi juste avant d avoir assez cotisé pour avoir droit au chômage, problèmes conjugaux sérieux, soucis de santé. Bref, une période qui est loin d être rose. Un soutien financier de Fr n effacerait pas tous les problèmes mais en éliminerait tout de même quelques-uns: il permettrait de régler des factures urgentes qui ne trouvent plus place au budget devenu trop serré. Merci d avance! Famille nombreuse et petit salaire Sandrine et Jacques sont parents de quatre joyeux enfants qu ils élèvent de leur mieux. Leur regret, cependant, est de devoir dire «non» à chacun de leurs désirs. Car Jacques, employé dans le bâtiment, ne rapporte pas un gros salaire à la maison. Quant à Sandrine, elle est très occupée à la maison et ne peut travailler au dehors pour l instant. Nous aimerions permettre à cette sympathique famille de souffler un peu et recherchons Fr (soit Fr par enfant) pour apporter un peu de souplesse dans l organisation familiale et permettre quelques loisirs durant l été qui approche. Les enfants vous disent d avance un grand merci! Isabelle Reusse Rembourser les dettes de sa mère Pierre avait sollicité une bourse d études. Avant d obtenir la réponse, il a dû quitter Genève à cause d un conflit familial qui lui était insupportable et qui faisait obstacle à son avenir. C est finalement à l étranger qu il a obtenu le papier qu il aurait dû faire à Genève. Diplôme en poche, il a eu la désagréable surprise d apprendre à son retour qu il avait obtenu la bourse demandée et que sa mère, en difficulté, l avait utilisée pour ses propres besoins. Malheureusement, il se trouve face à d autres dettes contractées par sa mère en son nom. Courageusement, il s acquitte de nombreuses créances et un coup de pouce l encouragerait vraiment pour aller de l avant. Fr seraient les bienvenus Pour soigner ses yeux Marina est employée de maison. Elle n a que 32 ans et a dû consulter un ophtalmologue car ses problèmes de vue la gênaient de plus en plus. Diagnostic: elle doit subir une opération dont son assurance ne couvrira qu une partie. Comme ses moyens sont limités et qu elle perdra des heures de travail, elle hésite à accepter cette intervention. Pour son avenir, nous l avons fortement encouragée à accepter l opération et lui avons promis, grâce à vous, notre soutien. Un montant de Fr complétera sa participation et celle de son assurance Problème de santé Noémie a terminé l école de commerce et a trouvé un emploi intéressant dans une petite entreprise. Son salaire n est pas très élevé et elle doit rembourser un prêt qui lui a été accordé pour effectuer un séjour linguistique. Lors de la signature du contrat avec sa caisse maladie, elle a opté pour une franchise de Fr Installations Sanitaires et Industrielles chemin de l Épargne case postale 224 CH 1213 Petit-Lancy 2 tél fax car elle jouissait d une bonne santé. Or, il y a quelques semaines, elle a dû consulter différents médecins car elle ne se sentait pas bien. Souffrant d un syndrome un peu particulier, elle a dû subir une petite intervention. Il n y aura aucune participation de sa caisse maladie. Nous lui avons conseillé de modifier sa franchise pour En attendant, cette jeune fille qui a passé par une période difficile mais qui évolue bien ne voudrait pas s endetter. Un montant de Fr serait le bienvenu! Louise Pittet Dépannage 44, route de Saint-Julien Carouge Études Devis Réalisations Chauffages centraux Entretien Surveillance Dépannage 24/24 Gestion d énergie A LA RENCONTRE DU PROCHAIN MERCI POUR VOS DONS! Récapitulatif des dons reçus pour le journal n o 457 Lorsque le total dépasse le montant demandé, le surplus est réparti sur d autres situations. N titre... demandé reçu 13 Des lunettes pour le petit Victor Faire plaisir à ses enfants Elle va perdre son logement Frais dentaires Pauvre Georges Veuve avec une fille handicapée Offrez du bonheur à cette famille Entre un moment difficile et de l espoir Pour que son fils puisse partir en voyage d étude Une famille courageuse et solidaire Gisèle lutte contre un cancer Henriette Totaux Lettre sur «Diego» Nous vous remercions chaleureusement de votre geste envers ces personnes qui, grâce à vous, ont un espoir de sortir de situations difficiles. Adhérez à notre association Une «multinationale» de la solidarité, fondée à l initiative du COE en Une politique de prêts pour le développement des plus démunis dans le monde. Un financement par souscription de parts sociales. Renseignements: OIKOCREDIT, av. Sainte-Clotilde 9, 1205 Genève Internet: Talon-réponse: OIKOCREDIT m intéresse, veuillez me faire parvenir de la documentation. Nom: Prénom: Adresse: NPL: Localité: N o de téléphone: 2

3 Coopération au développement (suite) Collaborer avec des consultants régionaux pour renforcer la proximité Si le travail à fournir est immense, les forces du secteur Tiers- Monde de Caritas sont toutefois limitées, notamment en personnel. Pour pallier ce manque, le secteur a innové l année dernière en faisant pour la première fois recours à des consultants régionaux dans deux pays prioritaires, soit le Pérou et la RDC. Ils occupent désormais un rôle important: en aval, assurant le bon suivi des projets de Caritas, mais également en amont, puisqu ils identifient des partenaires de qualité et soumettent de nouveaux projets pertinents initiés par les populations locales. Là encore, la proximité, la réactivité et le dialogue occupent une place centrale (à ce sujet, voir l interview de notre consultant au Pérou en page 8). Mise en place des conditions nécessaires Caritas est aussi consciente que pour qu une population soit en mesure de prendre son avenir en main, il est aussi nécessaire se préoccuper des besoins fondamentaux tant sociaux que psychologiques. C est le cas notamment au Rwanda, où, depuis le terrible génocide de 1994, les clivages sociaux ont abouti à des replis identitaires qui ont fragilisé le sentiment d appartenance à la nation. Les interventions humanitaires mises en place n ont pas atténué la peur et les méfiances interethniques. Le secteur Tiers-Monde de Caritas a donc décidé dernièrement d y soutenir un projet de formation en «thérapie sociale», destiné à des leaders locaux. Ce projet sera mené en collaboration avec une association rwandaise (l Association Modeste et Innocent) et Eirene Suisse, et fera appel à l intervention et l expertise de l institut français Charles Rojzman. C est également le cas en RDC où le secteur Tiers-Monde a décidé de soutenir la construction d un centre socio-culturel à Kinshasa pour le compte de la troupe Atelier Théâtr Action. Cette association déploie depuis de nombreuses années des efforts considérables pour sensibiliser par le théâtre les populations de Kinshasa et de tout le pays quant aux risques du sida, aux risques de devenir parents trop tôt, aux enjeux de la citoyenneté, aux problématiques des enfants soldats et des «enfants sorciers» abandonnés à leur sort. La troupe agit ainsi en «éveilleur des consciences» de manière franche et ludique, en s adressant directement à la population. La troupe a également joué dans plusieurs films traitant de ces sujets et produits par un autre de nos partenaires, le Centre de la promotion de la santé de Kangu. De par son expérience, passée et présente, Caritas peut sans hésitation affirmer que des projets judicieusement élaboré, s appuyant sur le savoir-faire local et bien accompagnés et encadrés, génèrent des dynamiques très bénéfiques aux populations locales, et qui sont souvent durables. Nous entendons ainsi démontrer aux détracteurs de l aide au développement que l engagement en faveur des pays défavorisés mérite non seulement d être poursuivi, mais également amplifié. Car les besoins sont énormes, la récente crise alimentaire qui s annonce hélas durable touchant de plein fouet la majorité nécessiteuse des populations du Sud vient d ailleurs de nous le rappeler avec force. Frédéric Monnerat, chargé de communication Niels Bohr, responsable du secteur Tiers-Monde Micro et méso-projets soutenus par Caritas Genève en 2007: des engagements concrets et diversifiés BRÉSIL Développement de l artisanat pour les femmes de l Assentamento São Pedro, Breu Branco Pará. BURKINA FASO Financement d un moulin à grain au profit des femmes de Zambanga, Boulsa-Matenga. CAMEROUN Démarrage d un élevage de porcs pour financer le Centre de santé de la Fondation Mgr Yves Plumet, à Marza Ngaoundéré. COLOMBIE Equipement du laboratoire de la COOPESAN pour analyse de la qualité des eaux, traitement des données et campagne d information au nord du Cauca. MALI Rehaussement d un micro-barrage (retenue d eau) à Wedié. Construction et aménagement du barrage de Pelou Dah. Construction d un micro-barrage (retenue d eau) à Sokolo. Soutien à la construction d un atelier de menuiserie et son matériel par un micro-crédit, Bandiagara. MAROC Soutien à l intégration socioprofessionnelle des personnes handicapées au centre Amnougar, vallée du Drâa. PÉROU Formation de enseignants du diocèse de Huacho et des provinces de Cañete, Yauyos et Huarochirí (deuxième et dernière année). Développement de capacités techniques et entrepreneuriales des petits agriculteurs du Valle Huaura Sayan. Appui au renforcement des capacités scolaires des jeunes de deux communautés andines (extension du projet Creceleyendo), département d Ancash. RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Achat d un ordinateur pour la gestion des projets et la communication pour la SOPAM, Mayombe. Equipement d un four de boulangerie pour financer la scolarisation des enfants pauvres de l école Don Bosco, à Limete Kinshasa. Construction et équipement d un centre de formation de coupe et couture et d alphabétisation pour les femmes handicapées et mamans paysannes vulnérables à Lukula. Achèvement de la construction et équipement bureautique, de coupe et couture du centre d alphabétisation de Boma. Aménagement d une salle didactique pour l Institut technique électronique de Nsioni. Appui au développement de la filière porcine et à la structuration des petits éleveurs en coopérative, Kindele Founa Kinshasa. Achat d une tour de duplication audiovisuelle pour améliorer la diffusion de films de sensibilisation du Centre de promotion de santé de Kangu. Projet d appui à 60 ménages agricoles sinistrés par les inondations dans le district de la Tshopo, Caritas Isangi. Cofinancement d un camion pour la SOPAM afin d améliorer la commercialisation des produits agricoles du Mayombe. Financement de bibliothèques médicales pour trois écoles d infirmières de la province du Bas Congo. Appui à la transformation de produits agricoles et piscicoles pour les jeunes sourds-muets, Tshela. Favorisez nos annonceurs RENSEIGNEMENTS ET DEVIS GRATUIT: Tél , RUE BAYLON 1227 CAROUGE / GENÈVE FAX

4 Caritas-Jeunesse 53, rue de Carouge 1205 Genève tél fax Caritas-Jeunesse est membre du CAMPS DE VACANCES 2008 Caritas-Jeunesse organise à chaque période de vacances scolaires genevoises des camps pour les enfants et les jeunes de 4 à 18 ans. Nous proposons des séjours avec des activités variées telles que vélo, voile, équitation, visites de villes ou de régions, etc. Afin que chacun puisse trouver un séjour dans lequel il se plaira! VACANCES D ÉTÉ Pour les 4 à 6 ans du 7 au 12 juillet Abracadabra Satigny Genève du 14 au 19 juillet Autour du monde Satigny Genève du 21 au 26 juillet Le monde Disney Satigny Genève du 4 au 9 août Au pays des merveilles Satigny Genève du 11 au 16 août Les p tits cuistots Satigny Genève Nous ne sommes plus qu à quelques semaines des premiers départs de camps! C est sur le quai de gare que parents et enfants se salueront avant que les joyeux bambins partent pour vivre des expériences et aventures inoubliables! De la Vie à la ferme au Voyage itinérant en Irlande en passant par l Apprentissage de la sorcellerie, les Joies de l équitation en Ardèche ou encore les Aventures en roulotte, chacun pourra trouver sa place et passer des vacances sensationnelles. Alors n hésitez plus un instant et appelez-nous pour de plus amples informations: tél Vous trouverez ci-contre la liste des camps dans lesquels il nous reste encore de la place, de nombreux séjours étant déjà complets! A bientôt sur la planète vacances! L équipe de Caritas-Jeunesse Pour les 6 à 12 ans du 30 juin au 4 juillet Centre aéré 1 (sans hébergement) COMPLET du 14 au 18 juillet Centre aéré 2 (sans hébergement) COMPLET du 11 au 15 août Centre aéré 3 (sans hébergement) COMPLET du 18 au 23 août Centre aéré 4 (sans hébergement) COMPLET Pour les 7 à 9 ans du 12 au 26 juillet Vive la Camargue Saintes-Marie-de-la-Mer France du 26 juillet au 9 août Yakari Ardèche France du 26 juillet au 2 août Les apprentis sorciers Saint-Cergues COMPLET Pour les 7 à 12 ans du 30 juin au 5 juillet Robinson et Zébulon Granges de Vesin Fribourg du 5 au 12 juillet Vie à la ferme 1 Montbrison France du 12 au 19 juillet Roule, roule roulotte! Trenal COMPLET du 9 au 16 août Vie à la ferme 2 Montbrison COMPLET Du 16 au 23 août L école des sorciers Saint-Cergues COMPLET Pour les 10 à 12 ans du 30 juin au 12 juillet Cavaliers du Sud Ardèche France du 5 au 19 juillet Cap Normandie Maupertus-sur-Mer France du 19 au 26 juillet 100% sport Estavayer Fribourg du 26 juillet au 9 août Découverte de la Camargue Saintes-Marie-de-la-Mer COMPLET du 2 au 9 août Photos et Scrap à gogo Lessoc France du 2 au 16 août Multisport Maupertus-sur-Mer France du 9 au 23 août A cheval! Ardèche France Pour les 12 à 16 ans du 30 juin au 19 juillet Informatique Lessoc France Pour les 13 à 15 ans du 30 juin au 12 juillet Camargue Saintes-Marie-de-la-Mer COMPLET du 12 au 26 juillet Equitation en Ardèche Ardèche France du 19 juillet au 2 août Voile en Normandie Maupertus-sur-Mer France du 2 au 23 août Crête, sac à dos Crête Grèce Pour les 16 à 18 ans du 12 au 26 juillet Ukraine: musique et théâtre Ukraine du 2 au 16 août Irlande, sac à dos COMPLET Le bonheur est dans la cuisine Rue Eugène-Marziano 23 CH-1227 ACACIAS Tél Cuisines SA Favorisez nos annonceurs Etanchéité Couverture Ferblanterie Isolation Entretien toiture SIMON BORGA TOITURES SA 17, rue François-Dussaud, CP Genève 26 Tél Fax

5 Animations pour les aîné-es EXCURSIONS DU CLUB DES AÎNÉS Programme 2008 Jeudi 12 juin ½ jour, Fr. 40. CH Vaud Départ à 13 h 30 Vuillerens. Les iris en pleine floraison. Goûter au château. Jeudi 3 juillet 1 jour, Fr. 90. F Franche-Comté Départ à 8 h Lac de Vouglans. Repas-croisière. L après-midi à Clairvaux-les-Lacs. Musée des Machines à nourrir le monde (maquettes). Jeudi 10 juillet ½ jour, Fr. 40. F Mont-de-Sion Départ à 13 h 30 La Maison du Salève. Eco-musée du Salève. Goûter à Bajole. Mardi 22 juillet 1 jour, Fr. 80. CH Jura vaudois Départ à 8 h 30 Vallée de Joux en train à vapeur. Musée du Fromage aux Charbonnières. Repas au Pont. Jeudi 31 juillet 1 jour, Fr. 90. F Ain Départ à 8 h Châtillon s/chalaronne. Ville fleurie. Musée du Train miniature. Balade en ville. Jeudi 7 août 1 jour, Fr. 80. CH Bas-Valais Départ à 8 h 30 Lapisa, les Crozets (1800 m). Via Thonon Armoy Morgins. Raclette sur un pâturage (menu unique). 22 places seulement! Forfait des excursions A Genève: Fr. 30. ½ jour en Suisse et en France: Fr. 40. (sauf le 7 octobre, Fr. 30. ) 1 jour en Suisse: Fr jour en France: Fr. 90. (sauf le 16 octobre, Fr. 80. ) Les forfaits incluent les déplacements, les entrées payantes, les frais de visite (guide), le café-croissant du matin, le repas de midi avec boissons et café, le goûter des ½ jours (sauf le 7 octobre). Les forfaits n incluent pas d éventuelles pauses-café l après-midi des jours entiers, ni le pourboire des chauffeurs. Inscriptions Téléphonez au ou au (répondeur) au plus tard trois jours ouvrables avant l excursion. Le paiement s effectue au moment du départ. Rendez-vous Genève, place Neuve, devant le Grand-Théâtre (sauf le 8 avril). Attention aux heures de départ qui changent en fonction des dates! Pour les excursions en France, prenez votre carte d identité et des euros! Mardi 19 août 1 jour, Fr. 90. F Ain Départ à 8 h La Maison d Izieu. Mémorial des enfants juifs exterminés. Visite guidée, film. Exceptionnel pour le souvenir et la réflexion! Repas à Glandieu. Distillerie Kario à Belley. Petit tour à Vongnes, village fleuri. Jeudi 28 août ½ jour, Fr. 40. CH Lavaux/Vaud Départ à 13 h 30 Le château de Glérolles. Entre Rivaz et Saint-Saphorin. Visite de la cave, dégustation (possibilité d achats). Jeudi 18 septembre 1 jour, Fr. 90. CH/F Chablais Départ à 8 h Le Lavaux et Lugrin. Tour du Léman via le nouveau Patrimoine de l humanité. Chexbres, repas à Villeneuve. Temple du fromage à Lugrin. Mardi 7 octobre ½ jour, Fr. 30. CH La Côte Départ à 13 h 30 Aubonne, l Arboretum. Promenade commentée. Goûter au Signalde-Bougy (self-service). Jeudi 16 octobre 1 jour, Fr. 80. F Pays de Gex Départ à 8 h 30 D'un lieu sympa à un autre. Crassier café-croissant. Peron, verger Tiocan: des pommes et des poires bien de chez nous. Repas. Visite du vignoble de Challex, suivie d une dégustation (possibilité d'achats). Transports et horaires Des véhicules sûrs et confortables sont fournis par Dupraz Bus. Le re tour d excursion est prévu pour 18 h 30, mais peut aussi avoir lieu vers 19 h 30, à la belle saison. CLUB DES RANDONNEURS Programme 2008 Découverte de la nature et amitié Date Durée Randonnée Chef-fe de course 11 juin 1 jour 4 h 30 Rochers-de-Naye *** Madeleine (déniv. 950 m) 25 et 26 juin 2 jours 6 h 00 Course surprise ** Denise/Jean-Louis 9 juillet 1 jour 4 h 30 Plateau de Mayères ** Gérard 23 juillet 1 jour 4 h 00 Col du Jaillet ** Marceline 6 août 1 jour 4 h 00 Montagne ** Jean-Louis de Sulens 20 août 1 jour 4 h 00 Le Grand-Risoud ** Anne-Marie 3 septembre 1 jour 4 h 00 La Drize * Christiane 17 septembre 1 jour 4 h 00 Col Ratti ** Jean-Louis 1 er octobre 1 jour 3 h 30 Le Vaud ** Madeleine (pied du Jura) 15 octobre 1 jour 3 h 30 Sentier des * Christiane Châtaignes + repas Nom des chef-fes de course Christiane Cuénoud 4, place de l Octroi Marceline Sprüngli 6A, chemin des S les Anne-Marie Ghirardi 31, rue Ancienne Madeleine Luginbühl 17, rue Liotard Jean-Louis Cuenat 10, ch. du Fief-de-Chapitre Gérard Morand 32, av. du Bietschhorn Sion Remarques 1. Ce programme peut subir quelques modifications en fonction de la météo. Le cas échéant, une solution de rechange peut être prévue. 2. Pour participer, être en bonne forme physique, les étoiles signalent l endurance de la couse et la dénivellation: * plat et facile; ** facile à moyen avec légère montée; *** pour bons marcheurs avec dénivellations importantes. 3. Les participants sont tenus de s assurer personnellement contre les accidents. Inscriptions Uniquement auprès du chef de course la veille de la course, soit le mardi de 9 h à 12 h. Le prix comprend la participation aux frais de déplacement. UNE EXCURSION À NE PAS MANQUER! Mardi 22 juillet départ 8 h 30 Découverte de la Vallée de Joux en train à vapeur! Le train à vapeur de la Vallée de Joux circule sur la ligne Le Pont - Le Brassus. Sur ce parcours, vous pourrez admirer tour à tour trois lacs, à savoir : le lac de Joux d une surface de 8 km 2, le lac Brenet d'environ 3 km 2, le lac Ter, plus modeste mais néanmoins typique au Jura, avec la grande chaîne du Risoud comme décor de fond. Cette ligne de chemin de fer longue d environ 14 km longe les pâturages bordés de grands sapins jurassiens à une altitude moyenne de 1030 m. Favorisez nos annonceurs 5

6 Accompagnement Penser et prévoir Les dispositions de fin de vie de Caritas Vivre comme on l a décidé, jusqu à la fin. Voilà un espoir profondément ancré dans l être humain. Mais qu en est-il lorsque le sort nous enlève la parole? Comment exprimer nos souhaits lorsqu une grave maladie altère notre conscience? Caritas a élaboré des dispositions aidant ceux qui le veulent à organiser la fin de leur vie selon leurs souhaits. Elles garantissent que la volonté personnelle sera respectée, même si la maladie empêche son expression directe. Elles permettent aux parents, à la famille et aux soignants de décider s il faut ou non envisager des mesures prolongeant l existence lorsque la mort est proche ou lorsque tout espoir d une reprise de conscience est perdu. Les dispositions de fin de vie de Caritas sont clairement structurées et faciles à remplir. Elles ont été conçues avec l aide de spécialistes de divers domaines et se basent sur les principes en vigueur dans les soins et l accompagnement palliatif. Les dispositions de fin de vie ont un caractère obligatoire tant pour la famille que pour les médecins et règlent deux questions importantes: Faut-il omettre ou cesser les mesures prolongeant l existence? Quelles autres mesures faut-il prendre en considération avant et après la mort? Avec les dispositions de fin de vie, vous maintenez votre pouvoir de décision même si vous ne pouvez plus exprimer vos souhaits. Si vous vous intéressez aux dispositions de fin de vie et souhaitez recevoir un exemplaire accompagné d une brochure explicative, contactez Caritas au tél SESSION DE SENSIBILISATION À L ACCOMPAGNEMENT DE PERSONNES ÂGÉES, MALADES ET EN FIN DE VIE Caritas Genève organise différentes sessions de sensibilisation à l accompagnement de personnes âgées, malades ou en fin de vie. Ces sessions s adressent à toute personne engagée dans un accompagnement ou désireuse de le faire, que ce soit dans un contexte familial ou bénévole. Elles s adressent également aux personnes qui, pour elles-mêmes, souhaitent approfondir cette problématique. Différents intervenants abordent des thèmes tels que: la relation d accompagnement l écoute le deuil la personne dépressive l accompagnement par le toucher les soins palliatifs la personne hospitalisée l accompagnement spirituel la motivation des bénévoles Prochaine session: du 18 septembre au 11 décembre Horaires: les jeudis, de 17 h 30 à 20 h. Prix de la session: Fr à régler sur place (arrangement possible) Mots Croisés n O 458 Lieu: Foyer L Oasis, 51-53, rue de Carouge. Renseignements: Isabelle Nielsen, tél COMMENT FAIRE FACE À UN DEUIL Caritas Genève propose différents groupes de parole à toute personne vivant une période de deuil. Ces rencontres permettent aux participants de partager leur vécu en toute confidentialité, dans un climat de confiance et d écoute mutuelle. Rencontres pour personnes en deuil Ce groupe de partage et d accompagnement s adresse principalement aux personnes qui vivent une période difficile lors de la perte d un conjoint, d un enfant ou d un proche. Date: une fois par mois (le lundi), de 17 h 30 à 19 h 30. Lieu: Foyer L Oasis, 51-53, rue de Carouge. Renseignements: Isabelle Nielsen, tél , et Anne Dufour, tél Accompagnement lors de la perte d un enfant pendant la grossesse ou à la naissance Lors de ces rencontres, les parents sont invités à échanger leurs émotions et leur vécu avec d autres personnes vivant une expérience similaire. Date: une fois par mois. Lieu: Foyer L Oasis, 51-53, rue de Carouge. Renseignements: Marthe Hofstetter, tél , et Laurianne Neidecker, tél Ados en deuil L antenne «Ados en deuil» de Caritas est une structure d accueil, de soutien et d écoute pour les jeunes qui traversent une période difficile: décès d un parent ou d un ami, perte importante dans leur vie, divorce ou séparation des parents, etc. Elle s adresse également aux jeunes qui s interrogent sur le sens de la vie et de la mort et qui souhaitent en parler dans un cadre respectueux de leurs convictions personnelles et/ou religieuses. Contacts: Par téléphone au (numéro gratuit), les mardi, vendredi et dimanche, de 18 h à 20 h. En dehors de ces heures, possibilité de laisser un message sur répondeur. Par courrier électronique à l adresse: TOUS CES SERVICES SONT GRATUITS Des entretiens individuels sont également possibles À VOS MÉNINGES! LE MOT À TROUVER Envoyez votre réponse par courrier à Caritas Genève ou par à et gagnez l un des trois bons d achat pour notre magasin de commerce équitable (valeur CHF 20. ). Les gagnants seront sélectionnés par tirage au sort (délai pour vos réponses: 31 août 2008). Les gagnants du mots croisés n o 456: Denise BRANDER, Marie CATTIN, Pierre VUAGNAT. La solution était: SARDAIGNE Favorisez nos annonceurs Horizontalement: 1. Ecrit d une main 2. Chante au Tyrol Mort du roi 3. Raccorder au plâtre Contestation enfantine 4. Glace anglaise Sodium Circuit intégré (abrégé) 5. Ragoût 6. Pronom personnel Ville du Mali 7. Capone ou Pacino Monnaie - Lu 8. Moitié d Akhénaton 9. Transport en ville Cri des Bacchantes Verticalement: 1. Commandant 2. Tenir des propos doux 3. Dégoûtant Note 4. Rivière alsacienne 5. Adolescent 6. Barbante 7. Etat-major Cobalt 4 8. Ferme de l Ouest Travaux obligatoires 9. Bois de soutien Un des cinq Tél.: Route des Jeunes 6 Fax: Carouge Natel: Hôtel International et Terminus A proximité de la gare et son Restaurant «La Véranda» Rue des Alpes 20, tél Terrasse et jardin - Cuisine internationale - Famille Cottier Nouveau: pizzas italiennes 6

7 MENUISERIE AGENCEMENTS P. HAGMANN 6, ch. des Carpières 1219 Le Lignon Tél Fax COURS DE RIVE 7 - CASE POSTALE 3753 CH-1211 GENEVE 3 TÉL FAX Le gâteau d anniversaire de Laura F., 3 ans Contre la pauvreté des familles. Compte : Mobilité. Ascenseurs Schindler SA Genève Chemin de la Mairie Perly Téléphone Téléfax F. DESJACQUES &CieSA ENTREPRISE DU BÂTIMENT 7, avenue de l Aurore 1225 Chêne-Bourg Denis ENGELHARD CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES 7, rue du Champ-Blanchod 1228 Plan-les-Ouates Téléphone Fax DEGAUDENZI & CIE MENUISERIE Rue de Veyrier Carouge Téléphone ENTREPRISE MONTEFUSCO Parquets - Revêtements de sol Nettoyages 1, boulevard D Yvoy 1205 Genève Tél Fax Natel Tél En chiffres Statistique sociale du Réseau Caritas 2007 Soutenir ensemble les personnes en détresse Caritas Suisse et les Caritas Régionales forment ensemble le Réseau Caritas qui conseille et soutient des personnes pauvres et en détresse. Cet engagement répond à un réel besoin. Malgré les différentes prestations et assurances sociales de l Etat, de nombreuses personnes passent encore entre les mailles du filet social. Caritas réalise différents projets sociaux en Suisse. Depuis quelques années, le renforcement de la collaboration entre Caritas Suisse et les Caritas Régionales permet d aider plus efficacement les personnes en détresse. Caritas recueille tous les ans des données statistiques fournissant un aperçu des activités du Réseau Caritas et indiquant sous quelle forme et avec quels moyens elle apporte son aide. Les chiffres et diagrammes présentés ici montrent qui sont les bénéficiaires de Caritas et pour quelle raison ils cherchent de l aide. En 2007, les services régionaux de consultation sociale du Réseau Caritas ont traité plus de 7000 dossiers de personnes en détresse. La demande d aide provenait plus ou moins à égalité de femmes (52%) et d hommes, et surtout de personnes entre 25 et 65 ans (87%). Plus de la moitié de l ensemble des personnes demandant une consultation étaient des étrangers. Avec 14%, la part des parents seuls faisant appel à Caritas est très élevée par rapport à leur proportion dans la population. Ils ont le plus souvent besoin d aide. Les personnes divorcées sont en effet plus souvent touchées par la pauvreté que les personnes mariées ou célibataires. Le diagramme «Motifs d une consultation» montre que les services de Caritas sont consultés avant tout en raison d une détresse matérielle, par exemple pour cause de chômage ou de dettes. Mais des problèmes avec l administration, des questions de couple ou d éducation (motifs sociaux) ou des questions juridiques ou culturelles également peuvent inciter les personnes à faire appel à Caritas. Le diagramme «Prestations» illustre l importance de ces aspects. Ainsi, les collaborateurs des services de consultation sociale de Caritas contribuent à améliorer la situation des bénéficiaires également grâce à des consultations portant sur le budget et l endettement, ou sur des problèmes juridiques. Les personnes travaillant à temps complet représentent 45% de la totalité des personnes exerçant une activité professionnelle parmi les bénéficiaires de Caritas. Ce chiffre relativement élevé indique que même des personnes bénéficiant du revenu régulier d un travail à plein temps ne sont pas à l abri du risque de pauvreté. Les personnes sans activité professionnelle sont par exemple des femmes ou hommes au foyer ou des étudiants, les personnes au chômage sont celles qui cherchent un emploi. ENTREPRISE DE CHAPES CHILLEMI & CIE SA 2 bis, rue Saint-Léger 1211 Genève 2 Tél Fax AGENCE IMMOBILIÈRE DAUDIN & Cie 51, rue du Stand - Tél GENÈVE Gestion - Vente - Achat d immeubles Assurances - Placements hypothécaires ROMAR SUR S.A. Roger Revillet Spécialiste vie 3e pilier Etudes & conseils personnalisés en matière de prévoyance assortie d avantages fiscaux Gestion & analyse de portefeuilles toutes assurances Trèfle-Blanc Grand-Lancy EQUIPEMENT DE LUTTE CONTRE LE FEU 1233 BERNEX - Tél Installations sanitaires projets études dépannage entretien Rue des Pavillons Genève (CH) tél fax Le ballon de foot de Kevin C., 5 ans Le manteau d hiver de Jean-Pierre H., 42 ans Contre la pauvreté des familles à Genève. Compte : Contre la pauvreté des familles à Genève. Compte : lunetterie - instruments lentilles de contact POUR TOUS VOS TRAVAUX DE LA CABANE AU CHÂTEAU BOIS-DE-BAY 18 CH-1242 SATIGNY 41 (0) (0) votre opticien de confiance COURS DE RIVE 15 - GENEVE LE DÉMÉNAGEUR QU IL VOUS FAUT Case C.P. postale Genève Petit-Lancy 26 1 Jean-Luc Jaquet Jean-Marc Morel Tél Fax

8 Coopération au développement Interview de Michel Bohler, coordinateur régional au Pérou pour Caritas Genève Cher Michel, peux-tu brièvement te présenter? Après une première expérience de coopération de 1964 à 1966 avec des jeunes paysans de la Sierra, je suis retourné plusieurs fois au Pérou pour des missions en relation avec l économie solidaire, jusqu à m y installer définitivement en J ai alors pris la nationalité péruvienne et adopté deux filles, deux sœurs paysannes du monde quechua. Je suis donc resté vingt et un ans dans la prélature de Sicuani, dans l altitude de Cusco, dirigeant plusieurs projets de développement et fondant un Centre de communication andine produisant des programmes de radio et de télévision et des vidéos éducatifs et pastoraux. En 2001, suite à des problèmes de santé liés à l altitude, j ai dû descendre à Lima. J en ai profité pour reprendre des études préparant une maîtrise de gouvernance et planification du développement. Depuis, je travaille comme consultant de projets de développement ou de communication. En tant que coordinateur régional de Caritas, quel est ton rôle exactement? Mon rôle est de conseiller ceux qui veulent présenter un projet à Caritas Genève, les informer des conditions, sélectionner les projets selon ces critères dans une première étape. Une fois accepté le financement des projets, mon travail consiste à assurer le suivi de ces projets, les accompagner dans les difficultés qu ils rencontrent, former leur personnel parfois, et améliorer l impact économique ou social. Que fais-tu que Caritas ne peut pas faire sur place? C est justement ce suivi, ces contacts réguliers, ces réunions ré- Michel Bohler (à gauche) et nos partenaires péruviens du CEDRUM. Honorez vos hôtes. pétées sur place, là où les projets s exécutent ou à Lima, ces échanges d expériences, gages de succès dans le pays. Souvent les professionnels qui vivent à l intérieur du pays ne connaissent pas les possibilités de formation sur place ou à distance qui existent dans la capitale. Et je les invite vivement à s inscrire pour mettre à jour leur connaissances. Quels sont tes liens avec les partenaires existants ou potentiels de Caritas Genève? Ce sont les contacts personnels qui sont souvent irremplaçables et postérieurement, par Internet ou par téléphone. Ce sont aussi les conseils professionnels acquis grâce à mon expérience en tant que dirigeant de plusieurs projets de développement et de mes études postgrade réalisées à l Université catholique de Lima. Quel est l impact de ton travail sur ces acteurs et sur leur région d intervention? Il est souvent difficile de coordonner les différents acteurs politiques concernés par le développement (municipalité, région). Mes contacts comme consultant avec ces niveaux politiques facilitent les articulations institutionnelles entre eux. Cela garantit une meilleure durabilité des projets, une intégration au développement régional ou national. Cela permet aussi de promouvoir un type de développement qui correspond aux critères de Caritas, de privilégier les hommes et femmes dans le développement, leurs droits de participer au développement local et régional avec leurs propositions, leurs priorités, leurs besoins. Quelles sont les difficultés auxquelles tu es confronté? Ce sont parfois des difficultés liées aux personnes. Le développement se fait avec des personnes concrètes, qui veulent parfois imposer leurs critères aux professionnels ou à la population. Ce sont parfois des obstacles politiques de la part des autorités locales qui ressentent les projets bénéficiant de financements extérieurs et qui ont du succès comme une concurrence à leur pouvoir. Ce sont aussi des résistances culturelles. Un exemple très frappant: la population traditionnelle de la Sierra parlant le quechua considère que «le futur est derrière eux», car ils ne le connaissent pas. Alors, quand on applique une méthodologie de planification stratégique sur dix ans, il faut tenir compte de cette conception du monde et donc changer la méthodologie de la planification. Parfois, on dessine sur un mur du local communal comment ils voudraient que soit la communauté dans dix ans. Et à partir de là, on discute et décide du futur de la communauté. Quelles sont les perspectives concernant le travail avec ces partenaires? Je pense qu un défi important pour les partenaires qui se trouvent dans la même région est de réaliser un travail et une formation interne commune, de constituer un «consortium» de plusieurs partenaires et projets. Pour qu ils puissent échanger leurs expériences, définir ensemble une vision du développement régional et mieux l articuler au niveau national. De nombreux bailleurs de fonds ont organisé ce type de réseau inter-institutionnel avec succès et il serait souhaitable que Caritas Genève adopte cette stratégie. Un mot de conclusion Je crois que pour participer sérieusement au développement, la bonne volonté n est pas suffisante. Il faut être professionnellement compétent, avoir le don de coordonner avec d autres niveaux plus politiques de la planification du développement, étudier sérieusement les freins au développement, les résistances soit culturelles, politiques, administratives ou encore personnelles. Nous sommes dans un monde globalisé et il faut parfois changer rapidement de priorité dans la production parce que les Chinois ou les Indiens se sont mis à produire la même chose moins cher et plus vite. Tout cela requiert d avoir beaucoup de patience! Propos recueillis par Niels Bohr, responsable du secteur Tiers-Monde BOCCARD PARCS et JARDINS SA Imagine et réalise votre jardin 6, ch. de la Croix-en-Champagne La Petite Grave 1236 Cartigny Tél Fax Micro-réalisation n o 458 CONSTRUCTION D UN BÂTIMENT SCOLAIRE DE QUATRE CLASSES POUR L ÉCOLE PRIMAIRE DE LUTONDO (RDC) Objectif: construire un nouveau bâtiment de quatre classes afin d améliorer les conditions d études des étudiantes et d accueillir 120 élèves supplémentaires. Partenaire: les sœurs de la congrégation salésienne de la Visitation. Région et pays: village de Lutondo, paroisse de Misay, diocèse de Kenge, province de Bandundu, République Démocratique du Congo. La paroisse Saint Matthias Murumba de Misay est située dans le nord du diocèse de Kenge, à 180 km du siège épiscopal et à 80 km au sud de la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du même nom. Elle compte habitants, répartis en plusieurs villages, dont la plupart sont peuplés de paysans. Lutondo est l un de ces villages. En décembre 2001, Caritas Genève avait déjà financé un projet d encadrement de jeunes filles rurales dans ce diocèse, à travers la sœur Thérèse Milolo, bien connue de notre collègue Louise Pittet. Des sœurs actives en RDC depuis 1929 La congrégation salésienne de la Visitation est née en 1956 en Belgique suite à la fusion des congrégations des sœurs de saint François de Sales et des sœurs de la Visitation de Marie, présentes au Congo dès Les sœurs congolaises sont actuellement actives dans six diocèses (Idiofa, Kenge, Kikwit, Kinshasa). Les activités apostoliques des sœurs de la Visitation sont le service médical, le service social, le service pastoral, le développement rural, le service de l enseignement, l engagement des sœurs dans des ONG, la formation des jeunes sœurs et divers services ponctuels à la population. A Lutondo, la communauté compte cinq sœurs très actives dans l enseignement et la santé. Favoriser l alphabétisation des femmes Créée en 1964, l école primaire et secondaire de Lutondo est une des plus anciennes écoles de la région. Sa direction a été confiée aux sœurs salésiennes en Elle accueille des filles âgées de 5 à 15 ans provenant du centre de la paroisse et des villages environnants. L effectif scolaire 107, avenue de Thônex CH-1231 Conches - Genève varie entre 400 et 500 étudiantes. L école vise à donner une éducation intégrale aux filles et contribuer à l alphabétisation des femmes du pays, l analphabétisme féminin étant très élevé dans le pays. L école compte quatorze enseignants salariés par l Etat. Il existe également un comité des parents d élèves très engagé dans la vie de l école, qui se réunit régulièrement et se préoccupe notamment de l entretien des bâtiments. Les revenus générés par la culture de l arachide et du maïs provenant des champs de l école sont intégralement utilisés pour les travaux de réfection des bâtiments scolaires. Comme certains parents d élèves sont maçons, ils peuvent participer concrètement à la construction en proposant leurs services à des prix raisonnables, voire gratuitement. Accueillir 120 élèves supplémentaires Le comité souhaite construire un bâtiment de quatre salles de classes primaires de 36 m 2 chacune afin d accueillir 120 élèves supplémentaires dans de meilleures conditions, ce qui facilitera le travail des enseignants et rendra le milieu éducatif plus propice aux études. La construction prévue sera réalisée par un architecte connu du diocèse de Kenge. Le bâtiment sera construit en matériaux durables, bien aéré, et aura un toit solide pouvant résister aux conditions climatiques tropicales (orages, vents). Montant sollicité La durée des travaux prévus est de sept mois et le montant sollicité pour la construction est de Fr Le comité fournira et financera à l aide des sœurs une partie de la maind œuvre (10% du coût de construction) ainsi que les coûts de restauration et de logement des maçons additionnels. Enfin, les parents s engageront à organiser le transport du sable, de l eau et de la caillasse nécessaires à la réalisation du bâtiment. Notre financement couvrira tout le matériel nécessaire à la construction: le ciment pour les fondations, les murs en béton armé, le pavement et la couverture, les quelques travaux de menuiserie (portes et fenêtres), le plafond, la peinture et quelques frais de transport. Versement Caritas Genève, CCP , mention «Micro-réalisation N o 458». CONSTRUCTION BOIS CHARPENTE - ISOLATION Entreprise Duret sa MENUISERIE BÂTIMENT AGENCEMENT - RÉNOVATION Genecand traiteur sa 55 av. de la Praille 1227 Carouge t f IMPRIMERIE R I PA R I Sàrl Tous travaux d imprimerie IMPRESSIONS NUMÉRIQUES et pour vos FAIRE-PART... passez donc nous voir! Ch. du Pont Perly-Certoux Tél Fax L immobilier en mouvement Ethique Transparence Innovation Convivialité Compétences RÉGIE DU RHÔNE SA, place du Molard Genève 3 Tél Fax C, ROUTE DES JEUNES CASE POSTALE 1031 CH-1211 GENÈVE 26 Tél Fax

Newsletter n 4 Avril 2015

Newsletter n 4 Avril 2015 Newsletter n 4 Avril 2015 Chères et chers bénévoles, Nous espérons que vous allez toutes et tous bien et que vous trouverez du temps entre les chasses aux œufs pour les activités que nous vous proposons

Plus en détail

1996-2011 AIMER ACCUEILLIR AIDER. futures mamans Riviera-Veveyse. www.sosmaman.ch

1996-2011 AIMER ACCUEILLIR AIDER. futures mamans Riviera-Veveyse. www.sosmaman.ch 1996-2011 futures mamans Riviera-Veveyse AIMER ACCUEILLIR AIDER www.sosmaman.ch 2 / 7 Présentation SOS futures mamans est une association d entraide bénévole, sans but lucratif, apolitique et sans distinction

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT.

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. I Des permanences d accueil et des visites à domicile Toutes les équipes de Corrèze assurent des permanences

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

2 Quelles vacances! Pourquoi pas! 3. A. À deux, lisez ces textes et complétez le tableau.

2 Quelles vacances! Pourquoi pas! 3. A. À deux, lisez ces textes et complétez le tableau. fiche de travail FT 3.39-3A U1P10 2 Quelles vacances! A. À deux, lisez ces textes et complétez le tableau. 1 2 Salut, Un petit mot pour te dire que tout se passe super bien On passe d excellentes vacances.

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Des vacances à vivre ensemble

Des vacances à vivre ensemble Séjours enfants et ados Des vacances à vivre ensemble Colonie 6 à 12 ans Camps 13 à 17 ans Une aventure extraordinaire pour t éclater en toute liberté Dévoile ton côté sauvage! Si tu es un peu explorateur

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2014

PROJET PEDAGOGIQUE 2014 PROJET PEDAGOGIQUE 2014 Animation Jeunesse 12-16 ans Ahuillé GENERALITES Ce projet a été élaboré par les animateurs jeunesse et a été rédigé à partir des intentions éducatives des municipalités. L environnement

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

«AVANCER EN AGE» Pour chacun, ce temps donné peut être un temps reçu de Dieu qui édifie son Eglise.

«AVANCER EN AGE» Pour chacun, ce temps donné peut être un temps reçu de Dieu qui édifie son Eglise. «AVANCER EN AGE» «C est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l homme extérieur va vers sa ruine, l homme intérieur se renouvelle de jour en jour.» (2 Corinthiens 4, 16) 1. Prêtres en

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Newsletter n 10 Octobre 2015

Newsletter n 10 Octobre 2015 Newsletter n 10 Octobre 2015 Chères et chers bénévoles, Voici de quoi vous protéger du froid qui arrive à toute vitesse. Venez réchauffer vos corps et vos cœurs avec nos activités et des personnes sympathiques

Plus en détail

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIèRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

Pourquoi nous choisir?

Pourquoi nous choisir? Pourquoi nous choisir? 1. Un séjour sportif déclaré auprès de la Direction Départementale et de la Cohésion Sociale de Seine-Maritime 2. Un accueil sur une base de loisirs comportant 1 hébergement en dur,

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

Nationalité. Etat civil de l étudiant Célibataire Marié Cohabitation légale Cohabitation Séparation Divorce Veuf. E-mail

Nationalité. Etat civil de l étudiant Célibataire Marié Cohabitation légale Cohabitation Séparation Divorce Veuf. E-mail Haute Ecole Léonard de Vinci DEMANDE D AIDE FINANCIERE A déposer au Service Social de votre institut L intervenante sociale est liée par le secret professionnel. Aucun nom ni autres informations vous concernant

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Saison 2015-2016 : Bulletin n 1, septembre 2015

Saison 2015-2016 : Bulletin n 1, septembre 2015 www.palaiseau4807.fr Saison 2015-2016 : Bulletin n 1, septembre 2015 Sommaire Programme des activités hebdomadaires Randonnées page 2 Marche nordique page 2 Activités Raquettes Séjour raquettes itinérant

Plus en détail

Chalet Florimont Gryon, Vaud (altitude 1200 m)

Chalet Florimont Gryon, Vaud (altitude 1200 m) Maison de vacances et de convalescence pour aînés Gryon, Vaud (altitude 1200 m) Bienvenue à la montagne! Le est un lieu de vacances, de repos et de convalescence pour les aînés et les personnes au bénéfice

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

un droit à défendre Service municipal de l Enfance

un droit à défendre Service municipal de l Enfance Service municipal de l Enfance 4/6 ans 6/1 0 ans 10/14 ans 12/14 ans Vacances pour tous : un droit à défendre Réservations jusqu au 18 Février 2012 au service municipal de l Enfance 10, av. Auguste-Gross

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

Zurich-Opfikon, janvier 2011. Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

Zurich-Opfikon, janvier 2011. Chères collaboratrices, chers collaborateurs, 2 Zurich-Opfikon, janvier 2011 Chères collaboratrices, chers collaborateurs, Avec votre retraite, c est une nouvelle tranche de vie qui commence. Vous avez maintenant l occasion de réaliser certains de

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

A tire-d aile Nouveau Kermont Mensuel

A tire-d aile Nouveau Kermont Mensuel A tire-d aile Nouveau Kermont Mensuel Sommaire: Septembre 2015 Anniversaires du mois, entrées, décès p.3 Programme p. 4 et 5 La parole aux résidants p. 6 Et du côté du personnel p. 7 Le coin des joueurs

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

Colonie de Réhoboth > enfants de 6 à 12 ans Camps d ados de Réhobth > ados de 13 à 17 ans Découverte et activités dans la vallée de l Aveyron > ados

Colonie de Réhoboth > enfants de 6 à 12 ans Camps d ados de Réhobth > ados de 13 à 17 ans Découverte et activités dans la vallée de l Aveyron > ados Colonie de Réhoboth > enfants de 6 à 12 ans Camps d ados de Réhobth > ados de 13 à 17 ans Découverte et activités dans la vallée de l Aveyron > ados de 13 à 17 ans Découverte et activités dans la vallée

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on l emploie.

Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on l emploie. Les valeurs du présent de l indicatif Donnez la valeur d un temps, c est dire pourquoi on 1. Un avion passe en ce moment dans le ciel. 2. Tous les jours, je me lève à six heures du matin. 3. Il part tous

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Livret. d information. MAIF Assistance pour couvrir tous les déplacements des associations et des collectivités. d assurance.

Livret. d information. MAIF Assistance pour couvrir tous les déplacements des associations et des collectivités. d assurance. maif.fr maif.fr de conseils Diagnostic des besoins de couverture généraux et spécifiques. Suivi actif des dossiers de sinistre. Guides pratiques gratuits en ligne. Engagement de la MAIF aux côtés du monde

Plus en détail

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS

EN 2008, LA MAT. toujours PLUS ensemble EN 2008, LA MAT vous OFFRE toujours PLUS de SERVICES! Du NOUVEAU côté PROVINCE! sommaire edito Marcel SOUFFLET, Président de La MAT 4_ 5_ 6_ 7_ TOUJOURS PLUS d avantages DÉCOUVREZ nos partenaires!

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Construction d un centre informatique à Dalifort» Quartier de Dalifort Intitulé du projet «Construction d un centre informatique à Dalifort, Sénégal» Lieu d intervention Quartier

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Kit d accueil Bénévoles Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept. 2015, place de la République à Paris alternatiba.eu/paris La dynamique Alternatiba Le 6 octobre

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente LA FEUILLE DE CHÊNE Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente la force et la solidité. Sa feuille matérialise la vitalité qu elle

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

Bourses. Véronique Giron. 1 bourse complète = 100% du coût du programme. 2 bourses partielles = 2 bourses de 2.000 chacune

Bourses. Véronique Giron. 1 bourse complète = 100% du coût du programme. 2 bourses partielles = 2 bourses de 2.000 chacune Bourses Véronique Giron Gentillesse, humanité, respect et ouverture vers les autres ont marqué la vie de notre regrettée collègue et amie, Véronique Giron. Pour honorer sa mémoire et promouvoir ces valeurs

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

Votre prévoyance auprès de la Caisse de pension SRG SSR idée suisse Compte complémentaire (janvier 2011)

Votre prévoyance auprès de la Caisse de pension SRG SSR idée suisse Compte complémentaire (janvier 2011) PKS CPS Votre prévoyance auprès de la Caisse de pension SRG SSR idée suisse Compte complémentaire (janvier 2011) La présente brochure décrit le compte complémentaire en primauté des cotisations de la Caisse

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

CARITAS ITALIANA. pour la présentation des Micro Projets de Développement. à Caritas Italiana

CARITAS ITALIANA. pour la présentation des Micro Projets de Développement. à Caritas Italiana CARITAS ITALIANA L I G N E S D I R E C T R I C E S pour la présentation des Micro Projets de Développement à Caritas Italiana A DRESS ET CONTACT Les MicroProjets doivent être adressés à Caritas Italiana

Plus en détail

Voici des réponses aux questions que vous vous posez:

Voici des réponses aux questions que vous vous posez: Bourse aux livres 2014: Mode d emploi Chaque année, vous achetez nombre de manuels scolaires pour vos enfants. Ces manuels coûtent cher: entre 7 et 25 en moyenne, mais certains peuvent aller jusqu à 60!

Plus en détail

Programme Bourses Diversité et Réussite

Programme Bourses Diversité et Réussite Donner à chacun les meilleures chances de réussir Programme Bourses Diversité et Réussite La Fondation INSA de Lyon Ensemble développons notre vocation L INSA de Lyon tire sa force de l intégration de

Plus en détail

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011 L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car Par Kornelia et Michel, juin 2011 Anduze, train des Cévennes Train à vapeur ou vieille diesel, payant, billet valable la journée indépendamment des changements

Plus en détail

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 3-6 Septembre 2015 Vienne, Autriche 1. Objectifs et but du Concours Les dispositions juridiques et techniques touchant à la circulation routière,

Plus en détail

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative 1 2 La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative

Plus en détail

Week-end ardéchois (Safari) - Les volcans du Cantal Le lac des Quatre Cantons

Week-end ardéchois (Safari) - Les volcans du Cantal Le lac des Quatre Cantons Voyages 2015 - Informations pratiques Week-end ardéchois (Safari) - Les volcans du Cantal Le lac des Quatre Cantons Programmes détaillés et précis : Ils vous parviendront après réception de vos inscriptions.

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Toute une gamme de produits et services qui donnent aux jeunes les moyens de leur indépendance.

Toute une gamme de produits et services qui donnent aux jeunes les moyens de leur indépendance. Toute une gamme de produits et services qui donnent aux jeunes les moyens de leur indépendance. Découvrez toutes les solutions dont vous avez besoin pour bien démarrer. Financer vos études, gérer votre

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ Les prêts hypothécaires BCJ Ma banque Simple et avantageux, les prêts hypothécaires BCJ. Vous pensez qu il est plus avantageux d acheter son logement que de continuer à payer un loyer à fonds perdus?

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Demande de logement. Chez: Numéro postal: Localité: à son compte Pourcentage de l activité: % Motif si inférieur à 100%

Demande de logement. Chez: Numéro postal: Localité: à son compte Pourcentage de l activité: % Motif si inférieur à 100% Guichets ouverts de 11 à 15 heures 1. Demandeur Demanderesse Demande de logement Reservé à l administration Dossier No Date: social libre Domicile Rue: Chez: Numéro postal: Localité: Tél. privé: Tél. portable:

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Séminaire romand pour cadres d INSOS. Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap?

Séminaire romand pour cadres d INSOS. Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap? Séminaire romand pour cadres d INSOS Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap? Du 25 au 27 novembre 2015 Séminaire INSOS Les institutions pour personnes en situation de handicap

Plus en détail

Route Internationale en Angleterre des Compagnons de St François 28 Juillet ~ 5 Août 2015 (séparation après le petit déjeuner le 6 août)

Route Internationale en Angleterre des Compagnons de St François 28 Juillet ~ 5 Août 2015 (séparation après le petit déjeuner le 6 août) Route Internationale en Angleterre des Compagnons de St François 28 Juillet ~ 5 Août 2015 (séparation après le petit déjeuner le 6 août) Les Compagnons de St François sont un mouvement œcuménique chrétien

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENÈVE. Aides financières aux étudiant-es. Bureau universitaire d information sociale (BUIS)

UNIVERSITÉ DE GENÈVE. Aides financières aux étudiant-es. Bureau universitaire d information sociale (BUIS) UNIVERSITÉ DE GENÈVE Aides financières aux étudiant-es Bureau universitaire d information sociale (BUIS) 2005 2006 Les prestations sociales de la Division administrative et sociale des étudiants sont regroupées

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE

LES MAGASINS. cnpc.fr. 10h. St-Pierre-en-Faucigny. Moûtiers. Tarbes. Grenoble 05 OCTOBRE 09 OCTOBRE 06 OCTOBRE 07 OCTOBRE LES MAGASINS DE SPORT en montagne RECRUTENT À partir de 10h St-Pierre-en-Faucigny 05 OCTOBRE Grenoble 07 OCTOBRE Alpes Nouveau Moûtiers 09 OCTOBRE Tarbes 06 OCTOBRE Pyrénées L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

Plus en détail

en quoi le Crédit Agricole est-il une Banque Citoyenne?

en quoi le Crédit Agricole est-il une Banque Citoyenne? Responsabilité.proximité.solidarité en quoi le Crédit Agricole est-il une Banque Citoyenne? proximité.solidarité.responsabilité.proxidarité.solidarité.responsabilité.solidarité.proximité.responsablité.solidarité.respon

Plus en détail

En 6 Choisis ton thème

En 6 Choisis ton thème E. S. P. C. ST-JOSEPH Collèges - L.E.G.T.P. Lycée Professionnel - Enseignement Supérieur IFCA En 6 Choisis ton thème Choisis ton thème Choisis ton thème 23, avenue Georges Pompidou 24000 PERIGUEUX Tél

Plus en détail

Garantir le minimum vital

Garantir le minimum vital 1 er pilier, AVS/AI Garantir le minimum vital Par le biais de l AVS/AI, la prévoyance étatique couvre les besoins vitaux de toute la population. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02.

agence locale pour l'emploi Association Sans But Lucratif Place du Champs de Mars, 4 1050 BRUXELLES Tel: 02. 515 79 30 Fax: 02. Listes des activites autorisees EN ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENTS 2 AU PROFIT DES PERSONNES PHYSIQUES 3 EN ASBL, ASSOCIATION DE FAIT 5 1 POUR LES POUVOIRS COMMUNAUX 7 Activités ALE autorisées en ETABLISSEMENTS

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - France Tél.: +33 (0)1 58 10 74 80 Courriel : contact@fidesco.fr www.fidesco-international.org

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail