Baromètre e-donateurs LIMITE IFOP 4 ème édition. Le secteur caritatif français prend du retard sur les nouvelles pratiques de don

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Baromètre e-donateurs LIMITE IFOP 4 ème édition. Le secteur caritatif français prend du retard sur les nouvelles pratiques de don"

Transcription

1 Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 Sous embargo jusqu au 25 avril 2014 Baromètre e-donateurs LIMITE IFOP 4 ème édition Une étude réalisée depuis 2010 par l'agence LIMITE et l IFOP, composée d'une analyse approfondie des présences et outils numériques des 103 principales associations et fondations caritatives françaises, d'un questionnaire adressé par l'ifop aux 26 plus performantes d entre elles, et d'un sondage IFOP annuel auprès d'un échantillon représentatif de la population française (méthode des quotas), sur le don par Internet et les donateurs en ligne. Le secteur caritatif français prend du retard sur les nouvelles pratiques de don Baisse du nombre des donateurs en ligne : de 27% en 2013 à 22% en Chute de 14% chez les +50 ans! Conséquence de la banalisation du e-don constatée en 2013 (notamment avec l'adoption de plus en plus massive de cette pratique par les seniors), le don en ligne se tasse, comme c est le cas de l'ensemble des dons. Les différences de pratiques entre les plus jeunes (- 35 ans et ans) et les autres (+ 49 ans et + 65 ans) se confirment : les pratiques de prescription via les réseaux sociaux se généralisent et deviennent majoritaires chez les premiers ; les pratiques émergentes de découverte de nouvelles associations via internet, de don à l'étranger ou de microdon s'installent dans toutes les classes d'âge, mais plus rapidement chez les jeunes. Baisse des investissements sur les nouvelles formes de don Pour les 26 associations ou fondations les plus performantes sur internet, on passe de 6,65% du budget marketing total en 2013 à 3,26% en 2014, alors que la part des dons en ligne dans la collecte totale est, pour ces 20 organisations, restée stable, à 8,85%, dans un contexte général de baisse des collectes.

2 Lenteur à prendre en compte l'apparition de nouvelles pratiques de don via les réseaux sociaux Peu de grandes associations et fondations investissent vraiment sur : o des informations adaptées aux formats du web, pourtant attendues par de plus en plus de donateurs (74% en 2014 contre 68% en 2013) ; o des dispositifs de collecte via les réseaux sociaux et la prescription, alors que 35% des e-donateurs, et surtout 53% de ceux qui ont moins de 35 ans, pratiquent les recommandations d associations à leurs proches et suivent celles qui leur sont faites o l'international, alors qu un e-donateur sur cinq (près de deux sur cinq chez les moins de 35 ans) a donné à une organisation ou action caritative non française au cours des douze derniers mois ; o le don sur mobile : un quart des associations ou fondations ont un site optimisé pour téléphone mobile alors qu'une visite de nouveau donateur ou de prospect sur quatre provient d'un téléphone. Face à ces données inquiétantes, cette 4 ème vague apporte tout de même quelques signes encourageants pour l'avenir : o 85% des e-donateurs, et surtout 92% des e-donateurs de plus de 50 ans, ont l intention de refaire un don par internet dans les douze prochains mois ; o 66% des associations et fondations ont désormais une personne dédiée au digital (vs 50% en 2013) ; o Elles ont commencé à investir Facebook, avec une progression de 22% de leur nombre de fans ( en moyenne), et surtout Twitter avec une hausse de 66% en un an ( followers en moyenne), certes loin des marques marchandes (McDonald s France = fans, BNP Paribas = fans, AXA = fans) Reste que le secteur caritatif investit insuffisamment pour assurer la relève générationnelle des donateurs grâce aux nouvelles formes de don que rend possibles le numérique. Ceci alors que France Générosités a annoncé une baisse des dons classiques en 2013, que l'admical 1 vient d'annoncer une forte baisse du mécénat et qu'il est urgent de renouveler la cohorte de donateurs qui a fait le succès du secteur associatif depuis la fin des années 80. Face à l'émergence rapide de nouveaux acteurs sur le marché français de la collecte de fonds, pure players du web, organisations ou actions caritatives transfrontalières, établissements publics, écoles ou collectivités qui investissent dans un fundraising professionnel, crowdfunding d'entreprises engagées, etc., les dirigeants de la plupart des grandes associations ou fondations françaises semblent tétanisés. Quand ils ne vous disent pas carrément que ça ne vaut pas la peine d'investir sur internet parce que ça ne rapporte pas assez! Et pourtant, le présent baromètre montre depuis quatre ans que les associations et fondations qui investissent le plus gagnent des "parts de marché" sur les collectes de fonds de demain. Contact presse Agence LIMITE Laurent Terrisse

3 Etude LIMITE - IFOP 2014 Baisse de 5 points du pourcentage de Français qui déclarent avoir donné par internet au cours des 12 derniers mois Après avoir régulièrement monté depuis le 1 er baromètre de 2010 pour atteindre 27% en 2013, le pourcentage des Français adeptes du e-don est tombé à 22% en janvier Cette baisse est surtout due à la chute de 14% chez les + 65 ans. Les autres générations restent stables. Notre hypothèse est que, chez les «silver surfers», la baisse des dons constatée depuis plus d'un an au sein de cette catégorie de la population qui donne le plus impacte aussi le don en ligne. Le niveau atteint par le sentiment de sursollicitation (+ 6% en 1 an % depuis 2012) recoupe d ailleurs les résultats d'autres études sur le don classique (CerPhi 2, France Générosités 3, Recherche et Solidarité 4 ). En revanche, 85% des e-donateurs ont l'intention de refaire un don par internet dans les prochains mois (+ 7% depuis 3 ans). Une promesse plus forte encore chez les «silver surfers» (92%, + 10% en 3 ans) chez qui le principe du don numérique s'installe donc solidement. La variation de 10 points en faveur des dons ponctuels (57% cette année contre 47% en 2013) peut ainsi plutôt s'expliquer par cette usure du don régulier que par des motifs liés au don en ligne. Le don en ligne n'a toujours pas d'impact sur les autres formes de don et satisfait les donateurs, notamment les plus âgés. 92% des e-donateurs pensent que leurs e-dons sont bien dépensés (mais les - 35 ans en doutent plus, à 69% -contre 75% en moyenne sur le «oui, plutôt», en baisse de 7 points par rapport à 2013). Les e-donateurs sont de plus en plus nombreux à être en attente d'informations sur leurs dons : 74% contre 68% dans la précédente édition, même chez les + 65 ans qui bien qu en léger retrait par rapport à la moyenne des e- donateurs (66%) sont nombreux à prendre l'habitude de s'informer en ligne. L'information en ligne est d'ailleurs la qualité première que trouvent les usagers à la pratique de leur générosité sur internet (60%, en hausse de 5% depuis 2013). Le benchmark (analyse comparative selon 60 critères des présences web et dispositifs internet et e-dons de chaque organisation) que LIMITE a conduit sur 103 grandes associations et organisations, montre que celles-ci sont conscientes de cette attente et s'y adaptent... peut-être un peu lentement

4 Le classement des associations favorites des e-donateurs bouge peu, avec en tête les associations/fondations préférées des donateurs en général (Restos du Coeur, Croix- Rouge, Unicef, AFM-Téléthon) ; mais aussi dans le «top 10», quelques associations qui investissent beaucoup et efficacement sur leurs présences internet (comme cela se recoupe avec notre analyse) : la Fondation Abbé Pierre et Médecins du Monde, qui ont été très pionnières sur Internet, l'institut Pasteur, qui monte d'année en année, la Fédération Française de Cardiologie qui fait une entrée remarquée dans ce top 10 cette année, sans doute avec l'aide de son module «J'aime mon Cœur» 5. La percée la plus significative de 2014 concerne sans doute le rôle des réseaux sociaux dans la prescription du don : 35% des e-donateurs déclarent y recommander de soutenir des associations (+ 18% en 3 ans). Cette pratique est très forte chez les plus jeunes (53% des - 35 ans, en hausse de 31% depuis 2010, et 40% chez les ans, +20 points également en 2010). Phénomènes émergents détectés en 2013 qui se confirment cette année : 43% des e-donateurs (+13% en 1 an) ont découvert en surfant des associations (59% chez les - 35 ans) 1 e-donateur sur 5 (19%, soit + 4% en 1 an) a fait des dons à des associations basées à l'étranger. Chez les - 35 ans, ce phénomène atteint 35%, en hausse de 12% en 1 an. Les pages personnelles de collecte sont en hausse de 8 points à 19%, mais très répandues chez les plus jeunes, qui sont 39% (en hausse de 20%) à courir au profit d'une cause. 70% des e-dons sont très classiques et les achats de produits partage (cartes postales, etc.), aux alentours de 30%. Mais de nouvelles pratiques numériques s'installent progressivement : o le microdon, que 20% des e-donateurs (28% des -35 ans) déclarent avoir utilisé ; o la finance participative, ou «crowdfunding», encore citée par seulement 10% des e-donateurs, mais par 20% de ceux qui ont moins de 35 ans. 5

5 Le benchmark des stratégies Internet des associations, ONG et fondations LIMITE a réalisé une photographie précise, en analysant selon 60 critères précis et objectifs, de ce que font, en matière de communication et de collecte en ligne, les 103 premières organisations caritatives françaises. Référencement o De plus en plus d'associations achètent des mots clés et utilisent Google Grants (crédits de mots clés offerts par Google aux causes) : 27 sur 103, contre 11 en 2013 o 40 de ces 103 organisations ont un référencement naturel insuffisant (ce chiffre est stable depuis 2013) o ce sont les causes santé qui sont les mieux référencées sur les mots qui leur sont liés o 97 sur 103 utilisent les statistiques Analytics (88 en 2013) Transparence o Les comptes sont aisément accessibles sur 83 des 103 sites o 55 le sont en moins de 2 clics (contre 12 en 2012) o La gouvernance est présentée clairement dans 87 cas (contre 73 en 2013) o Seules 67 affichent un label Possibilité d interactions en ligne avec les associations/fondations o 87 organisations sur 103 ont une newsletter o 17 seulement offrent la possibilité de laisser des commentaires (contre 10 en 2013) o l usage des pétitions, qui était en hausse en 2013 (36 organisations sur 103), baisse (28 en 2014) Outils pour donner o Le prélèvement automatique en ligne se généralise : 62 sites le proposent, contre 34 en 2013 o L e-reçu fiscal progresse doucement : 22/103 contre 20 l an dernier o Les espaces et les comptes donateurs aussi (respectivement 27 en 2014 contre 19 en 2013, et 10 contre 7) o Paypal monte : il est proposé par 27 sites (20 en 2013) o Aucune organisation n utilise de monnaie virtuelle o Les boutiques en ligne ferment : il y en avait 38 en 2013, il n en reste plus que 30 o 19 des 103 organisations proposent un moyen de microdon o Les pages personnelles de collecte restent stables (Alvarum est présent sur 56 sites comme en 2013), avec une percée de iraiser et Hello Asso (47/103) et une baisse de Veosearch

6 Présence des associations et fondations sur les réseaux sociaux o Une stabilité sur les sites de partage (pour 67 organisations contre 66 en 2013) o 85 organisations ont une chaine vidéo / photo sur Youtube, Dailymotion, contre 80 en 2013 o Une progression des possibilités offertes de viraliser des contenus à partir des sites pour 80 sites en 2014 contre 67 en 2013 o Facebook : 83 organisations ont une bonne présence sur Facebook ; elles étaient 74 en 2013 La possibilité d'interactions avec les facebookers est en progression : 79 associations/fondations le proposent, contre 67 en 2013 celle de liker est en baisse (37 contre 29 l'an dernier) o Twitter : 68 des 103 organisations ont un compte (50 en 2013) o Linkedin : peu utilisé o Google+ : s'impose petit à petit avec 36 organisations utilisatrices, dont 18 actives, alors qu'il n'y en avait que 7 actives en 2013 o Wikipedia : 85 organisations se sont occupées d'alimenter la page Wikipedia qui leur est consacrée (elles étaient 43 en 2013) : elles ont raison car les seniors sont très consommateurs de l'encyclopédie universelle en ligne qui est elle-même un important collecteur de fonds Storytelling o L'usage de vidéos et de webdocumentaires reste stable (81 en 2013, 85 en 2014) o Idem pour les blogs (37 l'année dernière, 39 cette année) Mobilité o Optimisation du site pour les téléphones : en progression, bien que seulement 1 association / fondation sur 4 (23 en 2014 mais zéro en 2013) a un site conçu pour être consulté depuis un mobile. Ceci alors que lors des campagnes de nos clients fin 2013, plus de 20% des visites sont provenues d'un smartphone (contre 12% en 2013) ; o Les sites pour mobiles sont, eux, en régression (5 contre 7 l'an dernier), et seules 5 associations ou fondations sur 103 proposent une appli, alors qu'elles étaient 15 en Un phénomène sans doute dû au fait qu'à l'effet de mode de succède, chez les communicants associatifs, une approche plus raisonnée (par exemple : moins rechercher des applications événementielles pour susciter le buzz que chercher à rendre un vrai service ; comme pour "cardio-info" et sa fonction "cardio-run"). On devrait voir arriver une nouvelle génération "d'applis for good" en Langues o 29 organisations utilisent d'autres langues que le français ; elles étaient 26 en À rapprocher de l'enseignement du sondage selon lequel le don à l'étranger progresse, notamment chez les jeunes. Accessibilité o Seuls 10 sites sur 103 sont aux normes optimales d'accessibilité handicap! Une moyenne inférieure à celle du secteur marchand... Même certains sites d'associations handicap sont loin d'être au top dans ce domaine!

7 Enquête LIMITE - IFOP auprès des responsables web de collecte Méthodologie : enquête par questionnaire déclaratif auprès des responsables marketing / Internet de 26 associations sollicitées 6. Quinze d'entre elles ont répondu. Le pourcentage de la collecte que représente l e-don reste stable par rapport à 2013, à 8,85%, chez ces associations et fondations dont le dispositif et les présences web et réseaux sociaux sont comparables à ceux des entreprises. Idem pour celui des donateurs en ligne, qui sont 6,44% de l'ensemble des donateurs de ces organisations. Cette stabilité, alors que les collectes classiques sont en baisse, est sans doute due à une dynamique de fond vers l e-don, qui compense l'apathie générale de la générosité. Sauf en matière de prélèvements automatiques et de dons mensuels par carte bancaire, qui sont en baisse (de 18,32% en 2013 à 12,25% en 2014), repli compensé par un montant du don moyen en augmentation (de 136,59 en 2013 à 147, 49 en 2014). Côté investissements dans leur collecte de fonds en ligne, les associations et fondations les plus performantes ont marqué une pause en 2013 : la part (pourcentage) d'internet dans leur budget marketing est passée de 6,65% à 3,26%. Nos informations semblent confirmer qu'à cette baisse prudente, peut-être en partie liée à l'interruption d'expériences peu probantes et à des changements d'agence, devrait succéder une reprise des investissements, notamment dans les domaines du référencement, des réseaux sociaux et des refontes de site. Ce ralentissement des investissements semble aussi lié à la poursuite de la professionnalisation des équipes en matière de web : 66% des associations et fondations ont désormais une personne dédiée à la collecte sur internet, contre 50% l'année dernière. Les nouveaux recrutements se sont plus portés sur des généralistes du digital et des fundraisers que sur de seuls community managers. La moitié de ces organisations n'a pas d'agence, et les agences de fundraising classiques semblent s'équiper progressivement pour répondre à leurs besoins en matière d e-don (à moins qu'il ne s'agisse d'une rationalisation des contrats). Quasiment toutes les associations ou fondations les plus compétentes sur le web utilisent des Adwords (payants et/ou offerts dans le cadre du programme caritatif "Google Grants") et ont l'intention d'accroître leurs budgets dans ce domaine. 6 Action contre la Faim, AFM Téléthon, Aides, Amnesty International, Apprentis d Auteuil, CCFD- Terre Solidaire, Croix-Rouge française, Fédération Française de Cardiologie, FIDH, Fondation Abbé Pierre, Fondation ARC, Fondation de France, Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace, Institut Curie, Institut Pasteur, Le Rire Médecin, Ligue National contre le Cancer, Médecins du Monde, Ordre de Malte France, OXFAM, Restos du Cœur, Secours Catholique, UNICEF France, Vision du Monde, WWF France

8 La plupart sont encore prudentes au sujet des collectes via les réseaux sociaux, alors que les quelques-unes qui les ont testées ont eu des résultats très probants, avec une part des e-dons via les nouveaux modes de collectes recourant à la prescription qui explose à 11,46% vs. 1,83% l'an passé.

LES e-donateurs en france

LES e-donateurs en france LES e-donateurs en france Baromètre 2014 4 e édition Étude réalisée par et 1. BENCHMARK Présence digitale de 103 associations françaises membres de France Générosités. SOMMAIRE 2. QUESTIONNAIRE AUX associations

Plus en détail

Baromètre 2013 3 ème édition

Baromètre 2013 3 ème édition Les Les e-donateurs en en France France Baromètre 203 3 ème édition Etude réalisée par et IFOP Réalisé sur un échantillon (méthode des quotas) de 578 «e-donateurs» français (= déclarant donner régulièrement

Plus en détail

24 % de e-donateurs en France : 1 Français sur 4 déclare faire des dons par Internet

24 % de e-donateurs en France : 1 Français sur 4 déclare faire des dons par Internet Paris, Le 3 avril 2015 5 ème Baromètre «e-donateurs» LIMITE - Ifop, en partenariat avec Faircom 24 % de e-donateurs en France : 1 Français sur 4 déclare faire des dons par Internet En 2015, se dessinent

Plus en détail

D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009

D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009 D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français Antoine Vaccaro Chris Olivier Les sources L étude annuelle du CerPhi réalisée à partir des données de la Direction Générale des Finances

Plus en détail

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi État des lieux de la collecte 2006-2010 Chris Olivier CerPhi Un panorama basé sur 3 sources d information 2006-2008 Source DGFIP Données de la Direction Générale des Finances Publiques : évolution annuelle

Plus en détail

La générosité en ligne résiste à la crise et s'installe chez les donateurs classiques

La générosité en ligne résiste à la crise et s'installe chez les donateurs classiques Paris, jeudi 12 janvier 2012 Communiqué de presse Etude IFOP - LIMITE La générosité en ligne résiste à la crise et s'installe chez les donateurs classiques 21 % des Français se déclarent «e-donateurs»

Plus en détail

Observatoire des réseaux sociaux Janvier 2010

Observatoire des réseaux sociaux Janvier 2010 Connection creates value Observatoire des réseaux sociaux Janvier 2010 Note méthodologique Echantillon Echantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population internaute française âgée de 18 ans

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Sondage de l institut CSA

Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina édition hors-série Journée de la femme digitale Sondage de l institut CSA En partenariat avec l SOUS EMBARGO JUSQU AU VENDREDI 8 MARS 2013 1 Fiche technique du sondage L

Plus en détail

Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing

Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing Baromètre UDA/OpinionWay 2010 de l'e-marketing Présentation du 31 mars 2010 Baromètre UDA / OpinionWay 2010 de l e-marketing page 1 Sommaire 1. Méthodologie et structure de l échantillon 2. Résultats Expertise

Plus en détail

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86 1 Formations & Conseils Web Marketing Myriam GHARBI Formations & Conseils Web Marketing Vous êtes Auto-entrepreneur, Créateur d'entreprise, Salarié au sein d'une TPE, PME ou dans une Collectivité? Vous

Plus en détail

Baromètre de la Confiance - Vague 7

Baromètre de la Confiance - Vague 7 Rapport de résultats 1 er octobre 2014 1 Présentation de l étude Fiche technique Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Echantillon national de 1020 personnes, représentatif de la population française

Plus en détail

ballester~consulting Etude MD Expo 2007 L'utilisation du marketing direct multicanal État des lieux et tendances

ballester~consulting Etude MD Expo 2007 L'utilisation du marketing direct multicanal État des lieux et tendances ballester~consulting Etude MD Expo 2007 L'utilisation du marketing direct multicanal État des lieux et tendances Sommaire I. Méthodologie/ échantillon II. La place du marketing direct dans l entreprise

Plus en détail

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Français et la géolocalisation Principaux enseignements Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 8 Du 20 heures à Twitter : Les réseaux sociaux bousculent l info n 1101347 Octobre 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul

Plus en détail

Les Français et la chute de cheveux

Les Français et la chute de cheveux Les Français et la chute de cheveux Sondage Ifop pour Oxygen et Norgil Contacts Ifop : Romain Bendavid - Directeur de Clientèle Thomas Simon Chargé d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

PRÉSENTATION. Le magazine lifestyle p r é f é r é d e s F r a n c o p h o n e s a u x U S A MEDIA KIT

PRÉSENTATION. Le magazine lifestyle p r é f é r é d e s F r a n c o p h o n e s a u x U S A MEDIA KIT PRÉSENTATION Le magazine lifestyle p r é f é r é d e s F r a n c o p h o n e s a u x U S A 2 MYFRENCHCITY C EST QUOI? MyFrenchCity c'est un site d'information alimenté par des journalistes témoins de la

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Devenir responsable Webmarketing

Devenir responsable Webmarketing Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 05/09/2015. Fiche formation Devenir responsable Webmarketing - N : 8163 - Mise à jour : 27/03/2015 Devenir responsable Webmarketing Agence

Plus en détail

Simplicité ET Sécurité: Le m-commerce, attention au décollage

Simplicité ET Sécurité: Le m-commerce, attention au décollage Simplicité ET Sécurité: Le m-commerce, attention au décollage François Jeanne, journaliste et éditorialiste atelier-media@atelier.fr www.atelier.fr 1- L envol des smartphones - En Août 2010, 15% des abonnés

Plus en détail

Vous aussi, ne passez pas à côté de cet outil pour dynamiser votre activité. Voici donc plusieurs avantages qui vous expliquent pourquoi :

Vous aussi, ne passez pas à côté de cet outil pour dynamiser votre activité. Voici donc plusieurs avantages qui vous expliquent pourquoi : Les Avantages de la Vidéo pour votre Communication Le Développement des nouvelles technologies, et la démocratisation des équipements numériques depuis plusieurs années, réduit les coûts de production

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015

OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015 PARIS, LE 13 OCTOBRE OBSERVATOIRE UFF-IFOP DE LA CLIENTELE PATRIMONIALE 2015 Enseignement majeur de l édition 2015 de l Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale : les Français patrimoniaux montrent

Plus en détail

Communication et collecte, comment ça marche? Hélène Bongrain juin 2009

Communication et collecte, comment ça marche? Hélène Bongrain juin 2009 Hélène Bongrain juin 2009 Plan de la présentation Comm et collecte, état des lieux Faire fructifier sa collecte grâce à la comm Quelques petits conseils La collecte 1 er vecteur de comm d une association

Plus en détail

Créer un site internet >

Créer un site internet > Créer un site internet > 1. Définir les objectifs du site dans le cadre d'une stratégie de communication globale et d'une stratégie de e-marketing 2. Rédiger un cahier des charges 3. Organiser la consultation

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

1 Le marketing des réseaux sociaux

1 Le marketing des réseaux sociaux «Réseaux sociaux et ecollecte : quelle stratégie web pour les organisations caritatives?» par JY Bodin Master 2 Web éditorial 2011 P 33 Iroduction53 Après une première partie de préseation des fondameaux,

Plus en détail

Les nouveautés 2015 du web et des réseaux sociaux

Les nouveautés 2015 du web et des réseaux sociaux 1 Les nouveautés 2015 du web et des réseaux sociaux Quelles sont les nouveautés à prendre en compte pour référencer son site en 2015 et être présent sur les réseaux sociaux? Les nouveautés du référencement

Plus en détail

PRÉSENTATION. Le site leader de l aide à l investissement aux USA PRÉSENTATION

PRÉSENTATION. Le site leader de l aide à l investissement aux USA PRÉSENTATION Le site leader de l aide à l investissement aux USA 2 Votre communication Créer son entreprise aux États-Unis est un grand défi qui nécessite des conseils avisés de professionnels. Ce sont ces conseils,

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Baromètre des directeurs & responsables Marketing Spécial Web. 4 ème édition - 2009

Baromètre des directeurs & responsables Marketing Spécial Web. 4 ème édition - 2009 Baromètre des directeurs & responsables Marketing Spécial Web 4 ème édition - 2009 www.adelanto.fr Synthèse Baromètre des Directeurs Marketing Avril 2009 p1 Introduction Depuis 4 ans, Adelanto réalise

Plus en détail

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0 La santé à l ère des médias sociaux Extrait des résultats de l étude de Swisscom du mois d octobre 2011 Prévention Sécurité Durabilité Alimentation Patient informé Health 2.0 Forum de santé Intégré Santé

Plus en détail

5 conseils* pour créer votre communauté sur Facebook

5 conseils* pour créer votre communauté sur Facebook 5 conseils* pour créer votre communauté sur Facebook * Parmi tant d autres! 2-6 Bd Poissonnière 75009 PARIS www.excel.fr www.tbwa-france.com 1 1. Une page de fan plutôt qu un groupe! La page de la Croix-Rouge

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 février 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 février 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 février 12 L ACCES DES BELGES A L INTERNET CONTINUE DE PROGRESSER En 11, 77% des ménages avaient un accès à internet, majoritairement à large bande. Cela ressort des

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 214 Chaque année à la même période, la Banque nationale de Belgique publie les chiffres de la Centrale des Crédits aux particuliers.

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Référencement Naturel Lien Sponsorisé Publicité (Display) E-Mailing (Newsletter) Médias Sociaux Marketing Viral Smart Phone Affiliation

Référencement Naturel Lien Sponsorisé Publicité (Display) E-Mailing (Newsletter) Médias Sociaux Marketing Viral Smart Phone Affiliation MEDIAS SOCIAUX Web Marketing > les principaux leviers SITE EDITEUR SITE MARCHAND SITE VITRINE SITE SERVICE Référencement Naturel Lien Sponsorisé Publicité (Display) E-Mailing (Newsletter) Médias Sociaux

Plus en détail

PME, Internet et e-learning

PME, Internet et e-learning PME, Internet et e-learning OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris De : Alexandre Mutter, Thierry Chalumeau, Matthieu Cassan OpinionWay CGPME Novembre 2011 Sommaire Contexte et objectifs p3

Plus en détail

des réseaux sociaux LES FICHES OUTILS Pour aller plus loin des ressources en ligne immédiatement accessibles

des réseaux sociaux LES FICHES OUTILS Pour aller plus loin des ressources en ligne immédiatement accessibles François Scheid Enora Castagné Mathieu Daix Romain Saillet LES FICHES OUTILS des réseaux sociaux 91 fiches opérationnelles 80 conseils personnalisés 43 cas pratiques 100 illustrations Pour aller plus loin

Plus en détail

Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3

Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3 Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3 Sondage Opinion Way pour MeilleursAgents Paris, le 2 décembre 2014 MeilleursAgents s intéresse à un sujet de société qui anime les débats depuis

Plus en détail

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Vague 4 Mai 2011 Synthèse Occurrence est certifiée ISO 9001:2000 depuis 2004 Sommaire Page

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les Français et la publicité sur les Réseaux Sociaux

Les Français et la publicité sur les Réseaux Sociaux Les Français et la publicité sur les Réseaux Sociaux Octobre 2013 1 1 La méthodologie 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Generix Echantillon : Echantillon de 1006 personnes représentatif de la

Plus en détail

Création de l'interface du site (template) par notre graphiste

Création de l'interface du site (template) par notre graphiste Toutes nos offres web incluent: Création de l'interface du site (template) par notre graphiste o nous la modifions jusqu'à validation de votre part Intégration (conversion du template en site internet)

Plus en détail

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires

ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE 2009-2010 de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires ENFANTS ET INTERNET BAROMETRE de l opération nationale de sensibilisation : Un clic,déclic le Tour de France Des Etablissements Scolaires 1 Fiche technique Le quatrième baromètre et a été réalisé par Calysto

Plus en détail

Assemblée Annuelle des délégués 2015

Assemblée Annuelle des délégués 2015 Assemblée Annuelle des délégués 2015 Arielle Courty Un défi à relever : le (presque) tout numérique 7 Sommaire Le digital, un outil incontournable état des lieux Collecte digitale : Les enjeux Digital

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

Stratégie webmarketing

Stratégie webmarketing Stratégie webmarketing OBJECTIFS - Comprendre et maîtriser les différents techniques et leviers de promotion online utilisés par les professionnels Chefs d entreprise, créateurs d entreprise, webmasters,

Plus en détail

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui?

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? pour Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? Eric Giordano, Directeur Général Pôle Paiement Hi-media Yves-Marie Cann, Directeur d Etudes Ifop 22 octobre 2009 Section 1 : La méthodologie

Plus en détail

Ça bouge dans les TPE!

Ça bouge dans les TPE! Ça bouge dans les TPE! Baromètre des usages numériques professionnels 2 ème édition 25 septembre 2012 Emmanuel Kahn, Etienne Astruc Sommaire Méthodologie Résultats 1. Les TPE continuent de s équiper 2.

Plus en détail

YouTube et la Publicité Vidéo Lundi, 10 Novembre 2014 12:18

YouTube et la Publicité Vidéo Lundi, 10 Novembre 2014 12:18 Au mois de février 2015, YouTube soufflera ses 10 bougies. YouTube fut créé par trois anciens employés PayPal. A peine 2 ans plus tard, en novembre 2006, Google fait l acquisition de cette plateforme de

Plus en détail

Pass / 28 Novembre 2012. By Philippe Coudol

Pass / 28 Novembre 2012. By Philippe Coudol Pass / 28 Novembre 2012 By Philippe Coudol Un peu d histoire Quelques chiffres Les leviers de la stratégie digitale Les 10 secrets d un bon dispositif La visibilité Sur les moteurs Sur les médias sociaux

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 18 - Mai 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 401 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Diagnostic numérique du Loir-et-Cher

Diagnostic numérique du Loir-et-Cher Diagnostic numérique du Loir-et-Cher 962 acteurs du tourisme sollicités 962 questionnaires envoyés 470 réponses Nombre de réponses par territoire : Vendômois Blois Chambord 69 451 réponses valides 47 %

Plus en détail

Comment créer un flux illimité de prospect pour votre location saisonnière. Comment allez-vous assumer un tel déluge de prospects?

Comment créer un flux illimité de prospect pour votre location saisonnière. Comment allez-vous assumer un tel déluge de prospects? Comment créer un flux illimité de prospect pour votre location saisonnière Une façon d'obtenir des résultats rapides pour créer un flux constant de demandes de renseignements et de réservations est d'adopter

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Baromètre des et du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Principaux résultats Novembre CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Bilan marketing au deuxième trimestre 2016. Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal

Bilan marketing au deuxième trimestre 2016. Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal SÉRIE TENDANCES/IDÉES Bilan marketing au deuxième trimestre 2016 Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal Introduction Le premier trimestre de l année

Plus en détail

L arbre de décision d achat des Français

L arbre de décision d achat des Français L arbre de décision d achat des Français Avril 2014 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1000 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

54% DES FRANÇAIS ENVISAGENT DE DEPENSER PLUS DE 100 PENDANT LES SOLDES D ETE 2014 [1]

54% DES FRANÇAIS ENVISAGENT DE DEPENSER PLUS DE 100 PENDANT LES SOLDES D ETE 2014 [1] 54% DES FRANÇAIS ENVISAGENT DE DEPENSER PLUS DE 100 PENDANT LES SOLDES D ETE 2014 [1] Bien que 7 Français sur 10 fassent globalement plus attention que l année dernière à leur budget, 41% vont conserver

Plus en détail

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 :

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 : Executive Summary Vue d'ensemble de la campagne : Margouillaprod est une société de production de films institutionnels et publicitaires, elle propose des prestations de film pour des évènements tels que

Plus en détail

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014

Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bonnes performances TIC pour la Belgique selon le Baromètre de la société de l information 2014 Bruxelles, le 10 septembre 2014 Le SPF Economie publie l édition 2014 de son Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Observatoire des loisirs des Français

Observatoire des loisirs des Français Observatoire des loisirs des Français 8 e édition Rapport d étude TNS 2014 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux enseignements 5 3 Résultats 8 TNS 2014 2 1 Présentation de l étude TNS 2014

Plus en détail

LA QUESTION NOUVELLES TECHNOLOGIES DU MOIS BVA - BFM CHALLENGES - AVANQUEST

LA QUESTION NOUVELLES TECHNOLOGIES DU MOIS BVA - BFM CHALLENGES - AVANQUEST Février 2011 LA QUESTION NOUVELLES TECHNOLOGIES DU MOIS BVA - BFM CHALLENGES - AVANQUEST Le téléchargement illégal et le visionnage de films ou de séries en streaming Ce sondage est réalisé par pour Publié

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans et, le 10 avril, et diffusé sur Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Présentation de l agence

Présentation de l agence Présentation de l agence Chiffres clés Une agence indépendante créée en 2008 16 professionnels de la communication d intérêt général 9 membres de son comité d éthique 70% de clients du secteur de l intérêt

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Les nouveaux outils de la générosité en temps de crise

Les nouveaux outils de la générosité en temps de crise Les nouveaux outils de la générosité en temps de crise Economie sociale Face au ralentissement prévisible des dons en 2013, le salut des associations caritatives passera par la quête de nouveaux donateurs

Plus en détail

Observatoire du rayonnement numérique. Top 10 des Constructeurs Automobiles (France)

Observatoire du rayonnement numérique. Top 10 des Constructeurs Automobiles (France) Observatoire du rayonnement numérique Top 10 des Constructeurs Automobiles (France) Préambule Dans un marché français plutôt morose (-14,4% immatriculations sur le premier semestre 2012 source: Comité

Plus en détail

Les Annonceurs et l affiliation en France

Les Annonceurs et l affiliation en France Les Annonceurs et l affiliation en France Publication Mars 2011 Copyright 2011 Collectif des Plateformes d Affiliation Tous droits réservés Reproduction soumise à autorisation Table des matières i. A propos

Plus en détail

L'investissement socialement responsable en Belgique

L'investissement socialement responsable en Belgique L'investissement socialement responsable en Belgique Synthèse 2015 AUTEURS Bernard Bayot, Directeur Annika Cayrol, Chargée de recherche Arnaud Marchand, Chargé de recherche 1 Contexte législatif et politique

Plus en détail

Enquête professionnalisation E-tourisme en Aquitaine

Enquête professionnalisation E-tourisme en Aquitaine Enquête professionnalisation E-tourisme en Aquitaine Associant le Conseil Régional d Aquitaine, les Conseil Généraux, la MOPA, le Comité Régional de Tourisme, les Comités Départementaux du Tourisme, l

Plus en détail

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 %

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Communiqué de presse Paris, le 1 er juillet 2015 Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Malakoff Médéric réalise une

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Pourquoi choisir la solution publicitaire Google AdWords?

Pourquoi choisir la solution publicitaire Google AdWords? Pourquoi choisir la solution publicitaire Google AdWords? À chaque instant, partout dans le monde, professionnels et internautes utilisent des mots-clés sur Google pour se trouver les uns les autres. Et

Plus en détail

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Nous créons vos annonces Nos experts, créent vos annonces et choisissent des mots clés qui sont des mots ou des expressions en rapport

Plus en détail

Entreprises de La filière numérique

Entreprises de La filière numérique Observatoire économique Entreprises de La filière numérique Bilan 2013 et anticipations 2014 L Espace Économie Emploi du Bergeracois a pour mission de développer des actions en faveur de l économie et

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ?

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? ABITARE KIDS Créé en 2005 Un des plus grands magasins pour enfants en Europe (puériculture, mobilier, décoration,

Plus en détail

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n Caen le 03/04/2015 Pascal RENAUD Stage Chef de projet marketing et conception de site «Face à la vulgarisation des réseaux sociaux et à l audience qu ils entraînent,

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 6-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC :

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : 1ere Edition Baromètre SOCIAL MINDS Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : Présentation «Social Minds» est un baromètre quantitatif dont la 1 ère édition a été réalisée en Mars 2012, commandité

Plus en détail

Vous proposez une franchise

Vous proposez une franchise Vous proposez une franchise L une de vos principales problématiques de communication est de réussir à allier : communication «globale» : Avec un impact fort, elle permet de maîtriser l image globale de

Plus en détail

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement

Utilisez les. médias sociaux. Pour rayonner plus largement Utilisez les médias sociaux Pour rayonner plus largement Web 2.0 ou Web Social, qu est-ce que c est? Nouvelle génération du web Internaute = acteur Forte interaction Conversation Création de contenu Proximité

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main?

Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main? P1 DOSSIER DE PRESSE Qui n a jamais eu envie d aider ou besoin d un coup de main? En mettant en relation les internautes, Welp donne vie à l entraide gratuite, simple et sans contrainte. C est l envie

Plus en détail