Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays OFAE. Rapport sur le stockage stratégique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays OFAE. Rapport sur le stockage stratégique"

Transcription

1 Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays OFAE Rapport sur le stockage stratégique

2 La déléguée à l'approvisionnement économique du pays a approuvé le présent rapport (dans sa version allemande) le 30 novembre

3 SOMMAIRE 1 RÉSUMÉ INTRODUCTION Situation initiale Façon de procéder L'ABC DU STOCKAGE STRATÉGIQUE Bases légales Instruments Organisations chargées des réserves obligatoires Agence internationale de l'énergie (AIE) Libération de réserves obligatoires ALIMENTATION Aperçu Sucre Riz Huiles et corps gras Café Céréales Fourrage à haute teneur en protéines Sel de cuisine Engrais azotés Poudre de lait ENERGIE Aperçu Essence Kérosène Diesel Mazout Bioéthanol Gaz naturel Pétrole brut Granules de bois Barres d'uranium PRODUITS THÉRAPEUTIQUES Aperçu Antibiotiques destinés aux humains Antibiotiques destinés aux animaux Inhibiteurs de neuraminidase Hémostatiques Insuline Poches de sang

4 6.8 Masques de protection Gants pour examens médicaux / gants chirurgicaux Analgésiques puissants / opiacés Désinfectants BIENS INDUSTRIELS ET TECHNOLOGIQUES Aperçu Polyéthylènes et additifs Polystyrène Polyéthylène téréphtalate Ingrédients pour produire de la levure Sel de déneigement et sel industriel Métaux rares VOLET FINANCIER Valeurs des marchandises en mars Fonds de garantie Evolution des coûts ANNEXE...54 I. Liste des bases juridiques...54 II. Liste des abréviations

5 1 Résumé Le présent rapport décrit les besoins à couvrir et le volume des réserves stratégiques en 2011 ; il montre comment la composition de ces stocks devrait évoluer dans les années à venir. Il contient aussi des informations sur des marchandises pour lesquelles on a envisagé un stockage stratégique. Dans les domaines alimentation et énergie, les besoins à couvrir, définis pour chaque produit, resteront vraisemblablement inchangés dans les années à venir. Dans le groupe des carburants et combustibles liquides, il y aura des ajustements car les besoins en diesel augmentent alors que ceux en essence et en mazout décroissent. Dans le domaine des produits thérapeutiques, le stockage d'antibiotiques sera mieux ciblé sur ceux qui agissent sur tel ou tel agent pathogène. Les hémostatiques, destinés à traiter l'hémophilie, seront pour la première fois soumis au stockage stratégique. Dans le domaine industrie, rien ne va changer : il y aura tout au plus quelques évolutions quantitatives, vu que les stocks de produits semi-finis pour fabriquer du plastique doivent être étoffés pour atteindre le niveau prévu. Les coûts annuels du stockage stratégique ont baissé depuis 1995, passant de plus de 300 millions CHF à 120 actuellement. Ils sont notamment dus aux moindres quantités stockées et à une réduction de l'assortiment. En outre, les taux d'intérêt, actuellement bas, réduisent les frais de stockage. 2 Introduction 2.1 Situation initiale Jusqu'ici le Département fédéral de l'économie (DFE) soumettait sa politique de stockage stratégique à une révision périodique. Il retenait les résultats de cette révision dans un rapport ad hoc, fixant ainsi les objectifs et mesures pour la période quadriennale suivante. Le dernier rapport sur la politique de stockage a été publié pour la période Le présent rapport sur le stockage, établi par l'aep, montre dans quelle mesure les réserves stratégiques ont été modifiées ; il décrit leur état actuel et trace les tendances à venir. Il est surtout destiné au DFE, aux domaines de l'approvisionnement économique du pays (AEP) et aux organisations chargées des réserves obligatoires. En 2012, il sera incorporé dans le rapport prévu sur l'approvisionnement du pays, pour devenir partie intégrante du processus de stratégie et de planification de l'aep. Le rapport décrit le niveau actuel des réserves stratégiques. Contrairement à ce qui se faisait jusque là, les objectifs et mesures ne sont toutefois plus fixés pour 4 ans, l'expérience ayant montré que ce laps de temps ne convenait pas pour toutes les marchandises. En assouplissant les demandes de modification, on permettra d'adapter plus rapidement les objectifs et les quantités stockées à la nouvelle donne économique ou aux revirements des marchés. Le rapport ne relate plus les risques auxquels l'approvisionnement est exposé, ni la façon de les prévenir. Il met aussi de côté le volet coopération internationale, pas directement lié au stockage stratégique. Ces aspects seront toutefois repris dans le rapport sur l'approvisionnement du pays. 5

6 2.2 Façon de procéder Le présent rapport recense et évalue les réserves stratégiques. Les informations relatives aux diverses réserves sont regroupées par produit ou catégorie de produits. Pour évaluer les stocks actuels, l'office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays (OFAE) s'appuie sur les données fournies par les domaines de l'aep et les organisations chargées des réserves obligatoires. Cette évaluation est destinée aux instances politiques et administratives chargées de statuer sur les réserves stratégiques. Elle dresse un état des lieux et dessine des tendances. Les changements dans l'assortiment des stocks seront ordonnés selon une procédure simplifiée. 3 L'ABC du stockage stratégique 3.1 Bases légales La loi sur l'approvisionnement du pays et les ordonnances en découlant fixent les bases du stockage stratégique. Fort de ces bases, le DFE arrête des instructions par lesquelles il transfère à divers organismes et autorités des tâches en matière de stockage. 3.2 Instruments Stockage obligatoire Le Conseil fédéral prescrit les biens vitaux devant être stockés et justifie, ce faisant, le stockage obligatoire qui concerne certains aliments, types d'énergie, produits thérapeutiques ainsi que des engrais. Le DFE spécifie ainsi, au cas par cas, pour combien de temps les stocks doivent couvrir les besoins normaux en Suisse. Si, pour certaines marchandises, les besoins à couvrir ne peuvent être chiffrés en temps, on définit les quantités à stocker. Les entreprises qui importent ces biens en quantité dépassant un certain seuil ou sont les premières à les commercialiser en Suisse, doivent constituer des stocks. La Confédération facilite la constitution de stocks obligatoires en accordant aux entreprises des garanties lorsqu'elles requièrent un prêt bancaire pour financer leurs réserves, ce qui les fait bénéficier de taux d'intérêt plus bas. En outre, ces entreprises peuvent procéder à des amortissements fiscaux supplémentaires pour ce genre de stocks Stockage sur une base volontaire Les biens vitaux pour lesquels le Conseil fédéral ne prescrit pas de stockage obligatoire peuvent être soumis au stockage sur une base volontaire. A cet effet, l'ofae passe, avec les entreprises concernées, des contrats de stockage. On recourt à cette possibilité lorsqu'il faut détenir des réserves de biens vitaux ne générant habituellement qu'une faible demande ou fabriqués par une poignée d'acteurs sur le marché. On peut citer les granules de plastique pour l'industrie de l'emballage, divers médicaments ainsi que les barres d'uranium pour les centrales nucléaires. Comme pour le stockage obligatoire, les entreprises peuvent réclamer de la Confédération qu'elle garantisse leur prêt bancaire pour les stocks et procéder à des amortissements fiscaux supplémentaires. 6

7 3.2.3 Stocks minimaux La Confédération peut obliger certaines entreprises à constituer des stocks minimaux de biens vitaux, pour une durée déterminée ou non. Si une pénurie se dessinait, ces réserves pourraient très vite profiter aux branches économiques concernées (cette option est envisagée pour les désinfectants). Ces stocks minimaux n'autoriseraient toutefois pas les entreprises à bénéficier des avantages de la Confédération (garantie bancaire, fiscalité) Autres formes de stockage L'OFAE peut passer, avec certaines entreprises (notamment les Salines rhénanes), des conventions relatives au stockage de biens vitaux. Ces conventions s'appliquent lorsqu'on ne peut ni recourir au stockage obligatoire ou sur une base volontaire, ni prescrire des réserves minimales. On n'accorde alors ni garantie bancaire, ni avantages fiscaux. 3.3 Organisations chargées des réserves obligatoires Dans le cadre du stockage obligatoire, les branches économiques concernées peuvent fonder des organisations de droit privé chargées de ces réserves. Ces organisations ont la forme juridique d'une association ou d'une coopérative ; en vertu de la loi sur l'approvisionnement du pays, elles peuvent instaurer des fonds de garantie alimentés par les contributions des importateurs ou des premiers à commercialiser les biens soumis au stockage obligatoire. L'OFAE veille à ce que ces contributions soient adéquates et utilisées à bon escient. Les fonds de garantie gérés par les organisations chargées des réserves obligatoires servent à couvrir les coûts et les risques de prix en baisse générés par la constitution de stocks. Ces organisations exercent en outre certaines tâches qui leur ont été déléguées par l'ofae. Il s'agit notamment de contrôler les réserves obligatoires dans les entreprises et d'accorder ou de retirer des permis généraux d'importation. Organisation branche année de fondation réservesuisse céréales, aliments et fourrages 1948 Agricura engrais 1950 Carbura carburants et combustibles liquides 1932 Helvecura produits thérapeutiques Agence internationale de l'énergie (AIE) La Suisse est membre de l'agence internationale de l'énergie. L'AIE a été créée en 1974, au sein de l'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle vise à garantir l'approvisionnement énergétique, lors d'une crise, en restreignant la demande et en rationnant. Les membres de l'aie doivent détenir des réserves d'huiles minérales correspondant à leurs importations nettes sur au moins 90 jours de l'année précédente. Ils doivent en outre pouvoir restreindre leur consommation grâce à des mesures de gestion réglementée. Si l'aie ordonne des mesures, la Suisse doit participer à leur mise en œuvre. L'OFAE coopère étroitement avec l'aie, épaulé par le Secrétariat d'etat à l'économie, l'office fédéral de l'énergie et les associations de l'industrie pétrolière suisse. 7

8 3.5 Libération de réserves obligatoires En cas de problème d'approvisionnement sérieux, affectant un ou plusieurs produits stockés, ou lors d'une grave pénurie, on peut libérer les réserves obligatoires. On vise ainsi à éviter ou pour le moins à circonscrire les crises d'approvisionnement touchant les biens vitaux stockables. Libérer les biens contenus dans une réserve obligatoire est une chose aisée et rapide ; c'est une intervention dans le marché nettement moins incisive que les autres outils à disposition de l'aep, comme le contingentement ou le rationnement. Lorsqu'une perturbation semble menacer l'approvisionnement dans un secteur, l'aep réalise une analyse de la situation, ciblée sur un produit ou un groupe de produits vitaux. En l'occurrence, il travaille avec des associations professionnelles, des organisations chargées des réserves obligatoires, des importateurs, des organisations commerciales et des producteurs suisses. Selon les résultats de l'analyse, la Déléguée à l'aep demande au DFE de libérer les quantités de marchandises requises en puisant dans les réserves obligatoires. Le DFE approuve cette libération de réserves moyennant une ordonnance. Cette ordonnance est simultanément un mandat de mise en œuvre confié au domaine concerné et à l'ofae. A partir de cette ordonnance, le domaine définit les quantités limites à débiter et la période durant laquelle on peut puiser dans les réserves obligatoires. Une fois la pénurie passée, l'ordonnance sera abrogée à la demande de l'aep. 8

9 4 Alimentation 4.1 Aperçu Voici un récapitulatif des marchandises stockées dans le domaine alimentation : il indique les besoins à couvrir, fixés par la Confédération, et le volume réel des stocks au 31 mars Les besoins à couvrir sont à l'exception des stocks d'engrais exprimés en nombre de mois durant lesquels les réserves doivent satisfaire la demande moyenne. Le tableau récapitulatif inclut des marchandises non stockées actuellement, mais pour lesquelles un stockage stratégique a été envisagé. Produit stocké besoins à couvrir volume actuel tendance 1 TS 2 Sucre 4 mois t stable SO Riz 4 mois t stable SO Huiles et corps gras 4 mois t stable SO Café 3 mois t stable SO Céréales blé tendre 4 mois t stable SO blé dur 4 mois t stable SO céréales à double usage 3 à 4 mois (pour affourragement) t stable SO Aliments riches en protéines 2 mois t à la hausse SO Sel de cuisine 1 mois env t stable CS Engrais azotés un tiers des besoins pour une période de végétation t d'azote pur stable SO Poudre de lait stockage étudié - pas de stockage - 1 La tendance exprime la modification escomptée des quantités rapportée aux besoins à couvrir (définis). 2 TS = type de stockage : SO = stockage obligatoire ; SV = stockage sur base volontaire ; CS = convention spéciale. 3 Les deux tiers restants sont couverts par les stocks usuels des producteurs, importateurs, négociants et exploitants agricoles ainsi que par l'azote disponible dans le sol. 9

10 4.2 Sucre besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 4 mois t stable obligatoire Descriptif On stocke du sucre provenant de divers pays et commercialisé sous forme de sucre de canne ou de betterave raffiné. Quelque 80 % du sucre stocké est conditionné dans des sacs empilés sur palettes, le reste étant en vrac. Pour le sucre, la rotation des stocks se fait sous les 2 à 8 ans Analyse Le sucre est un aliment clé dans notre société ; il couvre environ un sixième des besoins énergétiques de notre population. La consommation de sucre par habitant est d'environ 40 kg par an depuis Le sucre consommé l est à 80 % sous forme de préparations sucrées. Près de 60 % des aliments contiennent du sucre, notamment de nombreux plats cuisinés salés. Les Sucreries Aarberg et Frauenfeld transforment les betteraves ; elles approvisionnent le marché suisse en sucre et en dérivés issus du raffinage. Ces dernières années, on a consommé ou transformé industriellement en Suisse quelque tonnes de sucre en moyenne par an, la tendance étant légèrement à la baisse. Quelques tonnes provenaient de Suisse. La proportion de sucre suisse dépend du rendement de la betterave. On couvre le reste des besoins surtout par des importations de l'ue. La Suisse exporte majoritairement du sucre transformé. Le bilan import-export de ces dernières années affiche, en moyenne, un léger solde négatif (importateur net). Le sucre se conserve longtemps et son stockage n'est pas compliqué. Il se prête donc très bien au stockage obligatoire Tendance La demande de sucre augmente dans le monde entier. L'organisation internationale du sucre (ISO) estime que la consommation mondiale, soit 160 millions de tonnes aujourd'hui, va grimper à 200 millions de tonnes sous les 10 ans. Les fluctuations observées depuis peu sur la Bourse du sucre indiquent un déséquilibre croissant entre l'offre et la demande : à plusieurs reprises, la cote du sucre blanc y a atteint des maxima inédits. On peut cependant estimer que l'approvisionnement de la Suisse en sucre est suffisant, à l heure actuelle. Les volumes de sucre à stocker restent inchangés, ils doivent couvrir les besoins sur 4 mois. 10

11 4.3 Riz besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 4 mois t stable obligatoire Descriptif On stocke diverses sortes de riz : blanc à grains ronds, moyens et longs ainsi qu'étuvé, voire du riz complet si le propriétaire des stocks remplit certaines conditions. Le riz stocké présente une humidité maximale de 13,3 % et un taux de brisures à 5 % maxi. Ce riz est en partie conditionné dans des sacs en papier de 25 et 50 kg, mais il est surtout stocké en vrac. Il peut provenir de divers pays. Le renouvellement des stocks se fait au moins tous les 2 ans Analyse En 2009, un tiers du riz provenait de Thaïlande et un tiers d'italie. Le reste provenait d'autres pays, en moindres quantités. En Suisse, seul le Tessin cultive le riz à des fins commerciales. Cette production couvre toutefois à peine 1 % de la consommation. Les problèmes d'importation ont donc un impact rapide sur l'offre. Il est clair qu'on ne pourrait pas systématiquement compenser un arrêt partiel ou total des importations de riz thaïlandais et italien en achetant dans d'autres régions Tendance Actuellement, la Suisse est bien approvisionnée en riz, malgré sa dépendance quasi-totale de l'étranger. Bien que, ces dernières années, on ait constaté un léger recul de la consommation de riz, il compte toujours parmi les aliments de base. Les volumes de riz à stocker restent inchangés, ils doivent couvrir les besoins sur 4 mois. 11

12 4.4 Huiles et corps gras besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 4 mois t stable obligatoire Descriptif Les deux principaux produits stockés sont l'huile de tournesol (y compris celle à haute teneur en acide oléique pour la friture) et l'huile d'arachide. On stocke d'autres huiles (soja, coco, palme et graine de palme) en petites quantités. Les stocks peuvent provenir de divers pays ou contenir d'autres sortes d'huile, en quantités restreintes, voire des graines oléagineuses. Le stockage se fait surtout en cuves ou gros conteneurs. Les huiles se conservent pendant plusieurs années Analyse L'huile fournit de l'énergie (et donc des calories), tout en étant une matière première importante pour l'agro-alimentaire. Chaque habitant consomme, en moyenne annuelle, près de 20 kg d'huiles et corps gras végétaux. L'huile de tournesol est la préférée, suivie par celle de colza, de palme et d'olive. Notre taux d'autarcie pour les huiles végétales est inférieur à 20 %. Les graines oléagineuses sont à 25 % d'origine suisse, le colza dominant largement (80 % de notre production). Si des graines de colza sont importées, c'est surtout pour être transformées en biodiesel. L'huile de palme utilisée dans l'agro-alimentaire provient surtout de Malaisie et d'indonésie. D'autres pays seraient éventuellement fournisseurs (Brésil, Ghana, voire en Asie même : Cambodge ou Thaïlande). Il n'existe guère de substituts à l'huile de palme, utilisables dans l'immédiat et sans restriction. Pour la friture, on utilise aussi de l'huile de tournesol à haute teneur en acide oléique. Elle provient surtout d'europe, une petite partie étant fabriquée en Suisse Tendance On constate globalement, en voyant les faibles ressources, que la production mondiale d'huile et de corps gras ne répond que partiellement à la demande. Malgré son faible taux d'autarcie, la Suisse est aujourd'hui suffisamment approvisionnée en huiles. Les volumes d'huiles et de corps gras stockés restent inchangés, ils doivent couvrir les besoins sur 4 mois. 12

13 4.5 Café besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 3 mois t stable obligatoire Descriptif Il est stocké sous forme de café vert. Mais on autorise aussi les réserves de café vert décaféiné et de café soluble. Il est stocké dans des sacs, mais aussi de plus en plus en vrac. Les rotations des stocks ont lieu tous les 3 ans au minimum. La qualité de référence est le Brasil Santos Extra Prime NY 2/3. Cependant on peut choisir une autre origine ou une autre sorte. Les réserves obligatoires de café sont constituées par des négociants, des torréfacteurs et l'industrie agro-alimentaire Analyse Le café est cultivé surtout en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Il peut donc être récolté pendant toute l'année. Les principaux exportateurs de café sont le Brésil, la Colombie, le Vietnam et l'indonésie. Ces dernières années, on a constaté une forte hausse de la consommation dans les pays producteurs et sur les marchés émergents d'europe orientale et d'asie. Malgré cette hausse de la demande, on peut supposer que le prix du café restera surtout dépendant de l'offre. Les dégâts causés aux plantations par les intempéries ont toujours entraîné une baisse de l'offre et donc une hausse du prix du café. En 2009, la Suisse a importé tonnes de café et réexporté tonnes, soit un tiers environ. Si l'on considère la perte de poids impliquée par la transformation de café vert en café torréfié voire soluble, la part effectivement réexportée devrait être de 50 %. En Suisse, le café est un produit de consommation courante apprécié. La consommation annuelle est de 9 kg de café vert par habitant, ce qui met les Suisses dans le top pour la quantité et la qualité. Le café contient de la caféine, des sels minéraux et des antioxydants ; il est fortement ancré dans le quotidien des Suisses Tendance Le risque d'un sous-approvisionnement durable est considéré comme plutôt faible, vu la répartition des plantations sur trois continents. Pour des raisons économiques et vu les habitudes des consommateurs, il est important de stocker suffisamment de café à l'avenir aussi. Les volumes de café à stocker restent inchangés, ils doivent couvrir les besoins sur 3 mois. 13

14 4.6 Céréales Produit stocké besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage blé tendre 4 mois t stable obligatoire blé dur 4 mois t stable obligatoire céréales à double usage 3 à 4 mois t stable obligatoire Descriptif On stocke du blé dur et du blé tendre pour la population, ce dernier pouvant être remplacé à 25 % maxi par du seigle ou de l'épeautre. Pour le bétail, on stocke du blé tendre (éventuellement destiné à la population) ainsi que de l'orge, du maïs, de l'avoine, du seigle, du triticale, du riz en brisures et du sorgho comme céréales riches en énergie. Ces céréales sont le plus souvent conservées dans des silos, plus rarement dans des sacs ; en règle générale, la rotation des stocks se fait 8 ans après la récolte. Le blé tendre destiné à la population est cultivé en Suisse. Les autres produits stockés proviennent de divers pays Analyse Ces dernières années, 90 % à 100 % des céréales panifiables et près de 50 % des céréales pour bétail provenaient de Suisse. Le reste était surtout importé d'allemagne et de France, voire, dans une moindre mesure, d'autriche et d'italie. Les céréales les plus écoulées en Suisse sont le blé, l'orge et le maïs. L'approvisionnement de notre pays en céréales notamment panifiables ne connaît actuellement pas de problèmes. Mais il ne faut pas oublier que les céréales sont cultivées en pleine nature et soumises aux aléas météo. Des situations climatiques extrêmes comme la sécheresse ou les inondations peuvent brutalement anéantir la production agricole. Vu que notre autarcie n'est que de 60 % à peine pour les céréales, une baisse significative de l'offre mondiale pourrait vite entraîner une pénurie, surtout pour les fourrages Tendance En 2000, les réserves mondiales de céréales constituaient 30 % de la consommation annuelle moyenne. En 2006, elles s'effondrèrent à 17 %, seuil record. Après une légère remontée, elles s'établissaient à 20 % en L'accroissement de la population mondiale, la consommation de céréales en forte hausse en Asie et la production accrue d'éthanol à partir de céréales vont continuer à faire grimper la demande et à maintenir les réserves mondiales à un bas niveau. Pour sa sécurité alimentaire, la Suisse devra relever un autre défi : le recul inexorable des surfaces destinées aux cultures céréalières. Ces dernières années, elles ont diminué de 15 à 20 %, ce qui s'est traduit notamment par des importations de fourrage en hausse et donc par des aléas en matière de transports et de logistique. Les volumes de céréales à stocker restent inchangés, ils doivent couvrir les besoins sur : 4 mois pour le blé tendre et le blé dur 3 à 4 mois pour les aliments riches en énergie et les céréales à double usage. 14

15 4.7 Fourrage à haute teneur en protéines besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 2 mois t à la hausse obligatoire Descriptif Les fourrages à haute teneur en protéines sont stockés sous forme de tourteaux de soja, de tournesol et de colza, farine de soja, gluten de maïs (sic), protéines de pomme de terre et petits pois. Ils sont stockés en vrac dans des silos ou en sacs ; en règle générale, la rotation se fait 5 ans au plus tard après récolte. Ils proviennent de divers pays. Le soja est surtout importé d'outre-mer Analyse Les besoins en protéines se sont accrus dans l'alimentation du bétail. En outre, l'interdiction générale des farines animales a fait exploser la demande de protéines végétales pour nourrir le bétail. Comme ces fourrages riches en protéines sont surtout produits à l'étranger, il est clair que nos importations ont depuis constamment augmenté. Ces dernières années, on importe à ce titre surtout des tourteaux de soja. Ils couvrent quelque 80 % de la demande de protéines. Les principaux producteurs de soja sont les Etats-Unis, le Brésil, l'argentine, la Chine et l'inde. Le soja écoulé sur les marchés mondiaux provient à 90 % du tiercé : Etats-Unis, Brésil et Argentine. Le Brésil est le seul d'entre eux à cultiver du soja exempt d'ogm sur d'assez grandes surfaces, c'est pourquoi la Suisse importe ses tourteaux presque exclusivement de ce pays. Il faut aussi noter les importations de gluten de maïs, essentiellement de Chine. L'UE surtout nous fournit les autres fourrages riches en protéines. Là, notre niveau d'autarcie avoisine les 20 % depuis 10 ans. Les principaux fourrages à haute teneur en protéines produits en Suisse sont les tourteaux de colza. On a étudié la possibilité d'inclure les acides aminés dans la catégorie fourrages riches en protéines soumis au stockage obligatoire. On les autorise comme compléments nutritifs dans l'alimentation du bétail. Ces acides aminés sont fabriqués surtout à l'étranger. En Suisse, on estime qu'au total 7300 tonnes sont transformées par l'industrie des aliments composés pour le bétail. Ces dernières années, on a de plus en plus utilisé ces acides aminés pour accroître les performances du bétail. Mais, pour garantir l'approvisionnement de la population, il importe surtout d'avoir des aliments en quantités suffisantes ; l'amélioration des performances n'est pas à l'ordre du jour. En cas de crise, on pourrait garantir cet approvisionnement à long terme grâce à une alimentation végétale ou en produisant du bœuf qui peut se passer d'acides aminés supplémentaires Tendance Les stocks actuels couvrent les besoins sur un mois environ. Ils n'ont pas, jusqu'ici, été corrigés à la hausse alors que la demande augmentait car les capacités de stockage requises ne suivent pas. Cela devrait être corrigé dans les années à venir. Suite à l'interdiction de nourrir les porcs avec des restes de repas et à l'adoption des normes européennes sur les fourrages, on doit s'attendre à ce que les besoins augmentent. Pour les fourrages à haute teneur en protéines, les stocks devraient couvrir les besoins sur 2 mois. On renonce pour l'instant à étendre le stockage obligatoire aux acides aminés. 15

16 4.8 Sel de cuisine besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 1 mois env t stable convention spéciale Descriptif Le sel, fin ou gros, est le minéral le plus souvent consommé par l'homme : il est vital pour son équilibre hydrique, son système nerveux, sa digestion et le développement de ses os. Il est utilisé pour assaisonner et conserver les aliments, ce qui en fait un élément capital pour l'industrie agroalimentaire. Le sel a deux origines : l'eau de mer et les mines (sel gemme) Analyse Tous les cantons, excepté Vaud, ont cédé aux Salines rhénanes SA leur droit (régalien) sur l'exploitation des mines de sel. Par le traité concordataire de 1973, on a garanti l'approvisionnement en sel de toutes les régions à un prix modique et unique. En vertu d'un accord passé avec la Confédération, les Salines rhénanes stockent 4000 tonnes de sel en vrac pour l'alimentation en cas de crise : une moitié de la réserve est à Pratteln, l'autre à Möhlin. La consommation mensuelle moyenne de sel de cuisine s'élevant à 3800 tonnes, la quantité stockée couvre largement les besoins sur 1 mois. Aujourd hui en Suisse trois sites se partagent la production de sel. La capacité de production annuelle des Salines rhénanes se monte à tonnes à Schweizerhalle (Pratteln) et à tonnes à Riburg (Möhlin) alors que la saline de Bex SA produit tonnes. Les besoins de sel en Suisse s élèvent en moyenne entre et tonnes par an et correspondent en grande partie à une utilisation industrielle et selon les hivers au déneigement. Les Salines rhénanes produisent à elles seules entre et tonnes de sel de déneigement. Le sel de cuisine représente, en moyenne sur des années, seulement 9 % de la production totale Tendance Les Salines rhénanes disposent aujourd hui d un stock de à tonnes de sel en vrac sur ses deux sites Schweizerhalle et Riburg. Le nouveau dôme construit à Möhlin peut quant à lui contenir tonnes de sel. Vu les difficultés d approvisionnement en sel de déneigement des dernières années, de nouvelles capacités de stockage d environ tonnes seront réalisées. A compter de 2012, la capacité de stockage va dépasser les t, ce qui correspond aux besoins globaux sur 6 mois. Le sel de déneigement ainsi stocké pourrait, le cas échéant, être utilisé pour la cuisine. Vu les besoins assez faibles et vu les quantités impressionnantes stockées en vrac, l'approvisionnement en sel de cuisine est garanti. Les volumes stockés garantissent l'approvisionnement en sel de cuisine et seront maintenus. 16

17 4.9 Engrais azotés besoins à couvrir volume actuel tendance type de stockage 1/3 des besoins sur une période de végétation t d'azote pur 5 stable obligatoire Descriptif Les stocks sont composés pour moitié de produits finis sous forme d'engrais composé ou unique à 12 % d'azote au minimum et pour moitié d'urée à 46 % d'azote. Les premiers se trouvent chez les importateurs et producteurs, déjà emballés pour être livrés fin prêts aux agriculteurs ou pouvant l'être à court terme. L'autre moitié est stockée dans des réserves "bloquées", selon une formule propre à la branche, sous forme d'urée azotée à 4 %. Grâce à des contrôles réguliers du niveau qualitatif défini, on garantit que la rotation des stocks se fera en temps voulu. Les réserves obligatoires d'azote couvrent en tout un tiers de période de végétation Analyse Selon les lois de la nature, c'est au printemps qu'on doit épandre la plus grande quantité d'engrais azotés. Si une pénurie avait alors lieu, elle aurait un impact direct sur la quantité et la qualité de la production agricole sur toute une période de végétation. Sans l'apport d'azote, la part des aliments produits en Suisse chuterait de 30 à 50 %. C'est en août ou septembre que les producteurs commandent l'essentiel des engrais requis pour l'année suivante. Les négociants livrent le plus souvent ces engrais directement aux agriculteurs. Sur le marché mondial, on négocie les engrais en grandes quantités, par exemple la cargaison entière d'un navire. Mais les négociants suisses n'ont besoin que de quantités assez faibles et ils peuvent normalement les importer sans problème, selon un programme d'achat avec des fournisseurs sélectionnés. Toutefois une pénurie à l'échelle européenne compliquerait sérieusement l'approvisionnement sur les marchés internationaux. En outre il faut noter que les importations d'engrais se font surtout par navires, via la mer du Nord et les ports du Benelux. Même si le marché mondial fonctionne bien, des perturbations ponctuelles dans la chaîne logistique pourraient entraver la disponibilité des engrais en Suisse. A l'heure actuelle, une seule entreprise fabrique des engrais azotés en Suisse. Avec ses capacités, elle pourrait doubler sa production et couvrir presque tout le marché suisse. Cela présuppose toutefois qu'elle dispose, en quantités suffisantes, de naphta (distillat de même niveau que l'essence, très prisé dans la pétrochimie) et d'ammoniaque, deux produits qu'il faut importer. 4 Les deux tiers restants sont couverts par les stocks usuels des producteurs, importateurs, négociants et exploitants agricoles ainsi que par l'azote disponible dans le sol. 5 azote pur 17

18 4.9.3 Tendance La production d'engrais a tendance à se déplacer vers l'est de l'europe, ce qui implique de plus longues distances, avec les risques inhérents. Les pays asiatiques en pleine croissance, notamment la Chine et l'inde, enregistrent un besoin accru d'engrais azotés pour couvrir leurs besoins alimentaires en hausse. Selon sa politique agricole 2014 à 2017, la Suisse va s'efforcer d'accroître l'efficacité des engrais fermiers et prévoit de réduire ses besoins en engrais "chimiques". Les stocks vont conserver leur volume actuel : la quantité visée est de à tonnes d'azote pur, ce qui correspond (avec les réserves détenues par les producteurs, importateurs, négociants et exploitants agricoles ainsi que l'azote encore présent dans les sols et l'engrais fermier) aux besoins requis pour garantir une récolte. 18

19 4.10 Poudre de lait Descriptif La poudre de lait se prête bien au stockage : elle contient de précieux éléments nutritifs, elle se conserve facilement selon l'emballage, la poudre de lait entier se garde jusqu'à 12 mois, celle de lait écrémé 18 mois ou plus et enfin elle permet de nombreux usages. Ainsi la République fédérale d'allemagne a stocké de la poudre de lait entier dans le cadre des réserves civiles d'urgence. La Suisse, elle, n'a pas de réserves obligatoires pour la poudre de lait Analyse Le moyen le plus simple d'utiliser la poudre de lait est de lui ajouter de l'eau. Dans la Suisse des pâturages, on préfère toutefois le lait frais voire UHT à celui en poudre. Toutefois, on ne peut produire de chocolat au lait sans cette poudre. L'industrie agro-alimentaire l'utilise aussi pour préparer de nombreux autres produits à la place du lait liquide ou des mélanges en poudre. Vu sa longue conservation et son faible poids, cette poudre présente des avantages logistiques indéniables. Dans le secteur agricole, on utilise la poudre de lait écrémé, de petit-lait et de babeurre pour élever et engraisser veaux et porcelets. En Suisse, 4 entreprises produisent de la poudre de lait sur 7 sites. Leur production s'élève, au total, à voire tonnes par an. En 2009, la Suisse a exporté quelque tonnes de poudre de lait. Fin 2010, les stocks suisses s'élevaient à 950 tonnes de poudre de lait entier et à 6400 tonnes de poudre de lait écrémé Tendance La production de lait est élevée en Suisse. Les usines fabriquant la poudre de lait ont accru leurs capacités ces dernières années. En Suisse, les particuliers ne consomment guère de poudre de lait, qui est surtout un ingrédient utile pour l'agro-alimentaire. Les stocks de poudre de lait résultent principalement des excédents de lait ou de la récupération des protéines lactiques et servent à soutenir le marché laitier ; depuis des années, la Suisse produit plus de lait qu'elle n'en consomme. Les conditions (vaches laitières, sols produisant du fourrage grossier) et les capacités des usines fabriquant la poudre de lait sont propices à une autonomie durable et les quantités en stocks libres sont élevées. En cas de contamination des pâturages, les vaches laitières resteraient dans les étables. Si besoin est, on pourrait importer de la poudre de lait. Vu la production de lait en Suisse, les volumes moyens des stocks, la possibilité d'importer et la faible consommation de lait en poudre, on peut actuellement renoncer à soumettre la poudre de lait au stockage obligatoire. 19

20 5 Energie 5.1 Aperçu Voici un récapitulatif des marchandises stockées dans le domaine énergie : il indique les besoins à couvrir, fixés par la Confédération, et le volume réel des stocks au 31 octobre Les besoins à couvrir sont exprimés en nombre de mois durant lesquels les réserves doivent satisfaire la demande moyenne. Ce tableau récapitulatif comprend aussi des marchandises non stockées actuellement, mais ayant fait l'objet d'une évaluation. Produit stocké besoins à couvrir volume actuel tendance 6 TS 7 Carburants et combustibles liquides essence 4,5 mois m 3 à la baisse SO kérosène 3 mois m 3 en légère hausse SO diesel 4,5 mois m 3 à la hausse SO mazout 8 4,5 mois m 3 à la baisse SO bioéthanol stockage étudié - pas de stock pour l'instant - (Mazout extra-léger stocké à la place du) Gaz naturel 4,5 mois m 3 stable SO Pétrole brut - - pas de stockage - Granules de bois stockage étudié - pas de stock pour l'instant - Barres d'uranium 1 an pour recharger une fois 3 réacteurs extension prévue aux 5 réacteurs SV 6 La tendance exprime la modification escomptée des quantités rapportée aux besoins à couvrir (définis). 7 TS = type de stockage : SO = stockage obligatoire ; SV = stockage sur base volontaire ; CS = convention spéciale 8 La quantité totale est ventilée comme suit : mazout extra-léger = m 3 ; mazout lourd = m 3 9 Grâce au mazout extra-léger stocké à la place du gaz naturel, on peut alimenter pendant 4,5 mois les gros consommateurs équipés d'installations de type bicombustible (fonctionnant au gaz et au mazout). Actuellement 40 % du gaz consommé leur est destiné. 20

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

CONTRAT DE STOCKAGE. relatif au stockage obligatoire d engrais azotés. passé entre

CONTRAT DE STOCKAGE. relatif au stockage obligatoire d engrais azotés. passé entre Ce contrat doit être établi en trois exemplaires et adressé pour signature à la coopérative Agricura, case postale 1023, 3001 Berne 14. propriétaire n : branche n : 56 CONTRAT DE STOCKAGE relatif au stockage

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Conditions de prise en charge

Conditions de prise en charge Conditions de prise en charge Oléagineux (Incl. barèmes de réfactions de poids, AQconcept pour le colza, le tournesol et le soja) Récolte 2013 Berne, le 12 mars 2013 Schweizerische Branchenorganisation

Plus en détail

Conditions de prise en charge Oléagineux

Conditions de prise en charge Oléagineux Schweizerische Branchenorganisation Getreide, Ölsaaten und Eiweisspflanzen Organisation de la Branche Suisse des Céréales, Oléagineux et Protéagineux swiss granum Postfach 7957 3001 Bern Tel. +41 (0)31

Plus en détail

Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale

Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale gence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire Circulaire relative au monitoring dioxine des produits à risque destinés à l alimentation animale Référence PCCB/S1/JPM/912984 Date 18/02/2014 Version

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Dossier d information: Les biocarburants

Dossier d information: Les biocarburants Dossier d information: Les biocarburants en France Contexte : une forte diésélisation liée à une taxation plus élevée de l essence millions de tonnes 40,0 35,0 30,0 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0 Immatriculations

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Présentation du Groupe

Présentation du Groupe Présentation du Groupe Nestlé: Good Food, Good Life La société leader mondial dans la nutrition, la santé et le bien-être 2 Nestlé en un coup d'oeil : chiffres-clés ventes de CHF 108 milliards en 2009

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao du 23 novembre 2005 Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

Pour de plus amples informations : http://www.estv.admin.ch/mwst/themen/00154/00589/index.html?lang=fr

Pour de plus amples informations : http://www.estv.admin.ch/mwst/themen/00154/00589/index.html?lang=fr Bureau de l égalité hommes-femmes et de la famille Canton de Fribourg LES IMPOTS INDIRECTS Les impôts indirects sont perçus indépendamment de la situation économique des personnes qui en sont redevables.

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Version 1 du 06 février 2014 version initiale Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Ce guide a été élaboré en réponse au supplément 2BSvs-PRO-03 approuvé

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

ESSAIS DE MISE EN MARCHÉ

ESSAIS DE MISE EN MARCHÉ 13.1 OBJECTIFS................................................................. 13-1 13.1.1 Objectifs de ce chapitre.................................................... 13-1 13.1.2 Objectifs d un essai

Plus en détail

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles

aliste ingrédients ales informations nutritionnelles aliste ingrédients ales informations Ballotin 250g Pralines assorties en chocolat au lait, noir et blanc Ingrédients : sucre, pâte de cacao, lait entier en poudre, beurre de cacao, noisettes, matières

Plus en détail

Point de vue de l'industrie alimentaire sur l'élimination des gras trans dans les produits alimentaires

Point de vue de l'industrie alimentaire sur l'élimination des gras trans dans les produits alimentaires Point de vue de l'industrie alimentaire sur l'élimination des gras trans dans les produits alimentaires Présenté par John Groenewegen du JRG Consulting Group (519) 836 1860 Le 31 mars 2005 Avertissement

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives

2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives 5 2. L offre et la demande d énergie: tendances et perspectives La demande d énergie devrait s accroître considérablement dans les années à venir à cause de l augmentation de la population et du développement

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs.

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs. ICC 109 8 14 septembre 2012 Original : anglais F Conseil international du Café 109 e session 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs

Plus en détail

Approvisionnement énergétique 2011

Approvisionnement énergétique 2011 Approvisionnement énergétique 211 approvisionnement énergétique 211 Combustibles solides Combustibles solides Gaz naturel (en PCS) Gaz naturel (en pcs) Énergie électrique Énergie électrique Produits pétroliers

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement

Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement Quelle voiture achetée? Carburation : les nouveaux diesel sont plus «propres» que les

Plus en détail

Distribution limitée Comité des restrictions à l'importation Original: anglais (balance des paiements)

Distribution limitée Comité des restrictions à l'importation Original: anglais (balance des paiements) ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED BOP/293 9 novembre 1989 Distribution limitée Comité des restrictions à l'importation Original: anglais (balance des paiements) CONSULTATION

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS «L e m,

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS «L e m, RESTRICTED ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS «L e m, DOUANIERS ET LE COMMERCE Comité d'action COMPTE RENDU DE LA PREMIERE REUNION DU PREMIER SOUS-COMITE DU COMITE D'ACTION Note du secrétariat Distribution

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

L'ABC. Le gaz naturel

L'ABC. Le gaz naturel Le gaz naturel Composition SAVIEZ-VOUS QUE? Le pourcentage exact de méthane dans le gaz naturel varie légèrement d'un endroit à l'autre. Dans le réseau de distribution du Québec, il y a 95,4 % de méthane.

Plus en détail

Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer

Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer Ordonnance sur le cautionnement de prêts pour financer des navires suisses de haute mer 531.44 du 14 juin 2002 (Etat le 1 er juillet 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 22, al. 1, et 52 de la

Plus en détail

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne Capitale : Varsovie Président : Bronislaw Komorowski Président du conseil : Donald Tusk Superficie : 312 685 km² Population : 38 441 588 habitants Croissance

Plus en détail

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES

CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES CICA 2004 CHYPRE GESTION DU RISQUE DE MARCHE DES ENTREPRISES AGRICOLES Contexte Européen Réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) 1992 : Baisse des prix garantis ( 25 %), compensés par des aides

Plus en détail

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID»

MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» MARCHÉ DE L ÉLECTRI- CITÉ : CONCURRENCE ET DÉSENCHEVÊTREMENT DU «SWISS GRID» La Suisse est-elle prête pour la concurrence et pour l Europe? Urs Meister, Avenir Suisse Document de discussion Ce document

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs DESCRIPTION DU SCHEMA Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui technique

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Avril 2012 Briefing Carburants à faible intensité carbone: coûts administratifs modestes, bénéfices significatifs Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Dans le cadre de l article

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire. Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie

Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire. Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie L'énergie est revenue ces dernières années au premier plan des préoccupations

Plus en détail

Toutes les informations importantes pour installer et entretenir sa citerne à mazout

Toutes les informations importantes pour installer et entretenir sa citerne à mazout La citerne à mazout assure indépendance et sécurité d approvisionnement Toutes les informations importantes pour installer et entretenir sa citerne à mazout Stockage de mazout Introduction L approvisionnement

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LS MÉLANGS HOMOGÈNS T LS CORPS PURS CORRCTION DS XRCICS Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : xercice 1 p 40 a L'apparence homogène d'une substance ne

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Un système bonus-malus à valeur cible pour mieux protéger le climat

Un système bonus-malus à valeur cible pour mieux protéger le climat Étude sur un système de crédits d'émissions négociables pour les voitures neuves Un système bonus-malus à valeur cible pour mieux protéger le climat Les émissions de CO 2 des voitures neuves se maintiennent

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux (OBLF) 221.213.11 du 9 mai 1990 (Etat le 1 er juillet 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 253a, al. 3, du

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

TABLEAU DES DROITS ET TAXES PERCUS PAR LA DOUANE SUR LES LUBRIFIANTS ET ADDITIFS APPLICABLES A PARTIR DU 1er JANVIER 2015 I - Droits de douane

TABLEAU DES DROITS ET TAXES PERCUS PAR LA DOUANE SUR LES LUBRIFIANTS ET ADDITIFS APPLICABLES A PARTIR DU 1er JANVIER 2015 I - Droits de douane ANNEXE 1 TABLEAU DES DROITS ET TAXES PERCUS PAR LA DOUANE SUR LES LUBRIFIANTS ET ADDITIFS APPLICABLES A PARTIR DU 1er JANVIER 2015 I - Droits de douane Nomenclatures douanières S.H. N.C. TARIC CANA Désignations

Plus en détail

82% qualifient l'effet de serre et le réchauffement climatique comme le plus grand danger. Toujours des idées d'avance.

82% qualifient l'effet de serre et le réchauffement climatique comme le plus grand danger. Toujours des idées d'avance. 82% qualifient l'effet de serre et le réchauffement climatique comme le plus grand danger. Le fait est, qu'en Suisse, les bâtiments consomment aujourd'hui 50% de l'énergie fossile. Avec les émissions de

Plus en détail

Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten

Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten Sécuritaire Fiable Sans gluten Programme de certification sans gluten www.glutenfreecert.com ALLERGEN CONTROL GROUP INC. L Allergen Control Group Inc. (ACG) est représenté par une équipe d experts de l

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Sportifs et médicaments Questions et réponses

Sportifs et médicaments Questions et réponses Sportifs et médicaments Questions et réponses Que puis-je faire pour éviter d'être contrôlé positif suite à la prise d'un médicament? Il y a deux façons de se procurer des médicaments : soit sur ordonnance

Plus en détail

Programme nucléo-énergétique du Brésil

Programme nucléo-énergétique du Brésil Programme nucléo-énergétique du Brésil Les études faites par le gouvernement brésilien sur la situation énergétique du pays pour les 25 ou 30 années à venir montrent que les centrales hydroélectriques

Plus en détail