( ) Page: 1/8 TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN INTERNE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ COMMUNICATION PRÉSENTÉE PAR LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(14-3238) Page: 1/8 TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN INTERNE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ COMMUNICATION PRÉSENTÉE PAR LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE"

Transcription

1 3 juin 2014 ( ) Page: 1/8 Comité de l'agriculture Original: anglais TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN INTERNE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ COMMUNICATION PRÉSENTÉE PAR LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE 1 APERÇU 1.1. Les Membres de l'omc sont convenus de l'objectif à long terme qui consiste à établir un système de commerce équitable et axé sur le marché pour les produits agricoles. Il convient de se pencher sur l'évolution des politiques de soutien interne en raison des changements apportés à ces politiques par un certain nombre de Membres et des effets de ces changements sur le fonctionnement des marchés agricoles dans le monde. Un domaine qu'il importe d'examiner en particulier est l'évolution des types de soutien interne, en particulier en ce qui concerne à la fois le soutien interne faussant les échanges qui est exempté et celui qui ne l'est pas. La présente communication porte essentiellement sur l'une des formes de soutien qui fausse le plus les échanges, à savoir le soutien des prix du marché. Si les Membres qui soutenaient le plus l'agriculture dans les années 1980 ont réduit progressivement l'application de mesures de soutien des prix du marché, les tendances actuelles indiquent que d'autres Membres ont de plus en plus recours à ces mesures Le Comité de l'agriculture se doit d'examiner les tendances des formes de soutien interne de la catégorie orange qui faussent le plus les échanges en raison de l'incidence de ce soutien sur la production (augmentation de la production) et le commerce (baisse des importations et/ou hausse des exportations). En outre, des études économiques ont montré que les mesures qui faussent le plus les échanges sont typiquement celles qui sont le moins efficaces lorsqu'il s'agit de transférer des revenus aux agriculteurs. 1 2 CATÉGORISATION DU SOUTIEN QUI FAUSSE LES ÉCHANGES À L'OMC 2.1. Aux termes de l'accord sur l'agriculture, les Membres de l'omc notifient à la fois le soutien interne qui est exempté et celui qui est non exempté. Dans le cadre des négociations du Cycle d'uruguay, les pays ont communiqué des données sur leur soutien interne pour les années En totalisant le soutien non exempté ayant des effets de distorsion des échanges, on obtient la mesure globale du soutien (MGS), sur laquelle se fondent certains des engagements pris dans le cadre du Cycle d'uruguay. Ces données ont été notifiées à l'aide des tableaux explicatifs concernant l'agriculture (AGST) et peuvent être examinées en accédant à la page d'accueil de l'omc À l'aide des tableaux explicatifs, les Membres ont notifié l'ampleur: 1) des mesures ne faussant pas les échanges qui étaient exemptées des engagements de réduction (c'est-à-dire les mesures de la catégorie verte, Annexe 2); 2) du soutien faussant les échanges qui était exempté, par produit et autre que par produit (c'est-à-dire l'article 6:2 et la catégorie bleue); et 3) du soutien faussant les échanges qui était non exempté, par produit et autre que par produit (c'est-à-dire la catégorie orange). En notifiant le soutien qui faussait les échanges, les Membres ont indiqué en détail le montant du soutien accordé sous forme de soutien des prix du marché, le montant des versements directs non exemptés et celui d'autres mesures de soutien qui faussaient les échanges ou la production. Ces types de soutien ont été additionnés sans faire de distinction 1 Joe Dewbre, Jesús Antón et Wyatt Thompson. "The Transfer Efficiency and Trade Effects of Direct Payments", American Journal of Agricultural Economics, vol. 83, nov. 5 (déc. 2001), pages 1204 à Voir pour avoir accès aux tableaux explicatifs concernant l'agriculture et pour avoir accès à une base de données sous forme de tableur.

2 - 2 - entre ceux qui avaient le plus d'effet de distorsion des échanges et ceux qui en avaient le moins. Toutefois, des travaux de recherche semblent indiquer que certaines formes de soutien ont plus d'effet de distorsion que d'autres. Depuis la rédaction de l'accord sur l'agriculture, plusieurs Membres ont continué de réformer leur politique agricole en privilégiant les mesures qui faussaient moins les échanges et la production, qu'il s'agisse de la catégorie verte (par exemple, découplage complet), de la catégorie bleue (par exemple, limitation de la production) ou encore de la catégorie orange (par exemple, découplage partiel). Par conséquent, ce qui n'était autrefois qu'une différence négligeable entre les mesures relevant de la catégorie orange revêt aujourd'hui une importance beaucoup plus grande. 3 EFFETS DU SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ 3.1. Les objectifs des politiques de soutien des prix du marché consistent généralement à accroître la production de certains produits qui font défaut sur le territoire national et/ou à accroître les revenus des producteurs de ces produits. Les tenants de politiques de soutien des prix du marché font souvent valoir que les objectifs de production sont un moyen de protection contre l'insécurité alimentaire imputable à des sources d'importation susceptibles d'être peu fiables. Ils disent aussi volontiers que ces politiques sont un moyen d'accroître les revenus des producteurs grâce à des prix plus stables et plus élevés Les incitations à la production résultent du fait que des prix plus élevés sont garantis pour certains produits et pas pour d'autres. Ainsi, le soutien des prix du marché fausse la production des produits ciblés en influant sur les décisions des producteurs, ce qui peut se répercuter sur la disponibilité d'autres produits ne bénéficiant pas d'un soutien. En garantissant un prix minimal, habituellement adossé à la promesse des pouvoirs publics d'intervenir en tant qu'acheteur de derniers recours dans l'éventualité d'un effondrement des prix intérieurs, les pouvoirs publics tentent de mettre les producteurs à l'abri des effets que peuvent comporter une baisse de la demande ou une offre excédentaire. En outre, parce qu'elles font augmenter le prix du marché pour un produit donné, les partisans de ces politiques disent aussi qu'elles permettent aux producteurs les plus pauvres des régions rurales les plus éloignées de tirer parti du soutien des revenus sans qu'il soit nécessaire de procéder à des transferts directs de fonds S'appuyant sur des travaux de recherche qu'elle a menés, l'ocde estime que les politiques de soutien des prix du marché sont l'une des politiques dont les effets de distorsion des échanges sont les plus importants et l'une des politiques dont les effets attendus sur les revenus des producteurs sont les plus faibles parmi les principaux types de soutien de la production agricole (c'est-à-dire soutien des prix du marché et quatre types de paiements budgétaires fondés sur la production, l'utilisation d'intrants variables, les superficies plantées pendant la période en cours et les superficies plantées pendant une période historique) Dans la pratique, les politiques de soutien des prix du marché affectent et faussent l'économie agricole mondiale de plusieurs manières importantes, dont l'évolution des prix agricoles, l'allocation des ressources, la sécurité alimentaire, le niveau de la production/des stocks et la compétitivité. 3.1 Hausse des prix 3.5. L'effet le plus direct et le plus évident de la fixation de prix minimaux par les pouvoirs publics est la hausse des prix pratiqués sur le marché intérieur, tant pour les producteurs que pour les consommateurs. 4 L'effet est le plus direct dans les cas où les pouvoirs publics fixent un prix 3 OCDE, "Politiques agricoles des pays de l'ocde Un programme de réforme constructif", page 36. "https://encrypted.google.com/books?id=r2b9uc6vd7yc&printsec=frontcover&source=gbs_viewapi#v=onepa ge&q&f=false" ("https://encrypted.google.com/books?id=r2b9uc6vd7yc&printsec=frontcover&source=gbs_viewapi%23v=on epage&q&f=false"); OCDE, "Market Effects of Crop Support Measures", pages 22 à 25. "http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en#page1" ("http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en%23page1"). 4 OCDE, "Market Effects of Crop Support Measures", pages 13 et 14.

3 - 3 - minimal sans limiter la quantité qu'ils sont disposés à acheter au prix fixé. Toutefois, même lorsque les pouvoirs publics n'achètent qu'une quantité limitée, l'effet des politiques de soutien des prix du marché peut néanmoins se répercuter sur l'ensemble de l'économie, parce que les agriculteurs craignent moins que les prix descendent en dessous du prix fixé. Des prix plus élevés ont pour effet d'accroître le coût du produit de base et de tout produit transformé qui incorpore ce produit de base En outre, afin de soutenir des prix plus élevés, les importations doivent être étroitement réglementées pour empêcher que des produits vendus à des prix plus concurrentiels ne compromettent le dispositif de soutien des prix du marché. Étant donné que les politiques de soutien des prix du marché fonctionnent en faisant en sorte que les producteurs obtiennent un prix élevé sur le marché, que les pouvoirs publics achètent effectivement ou non au prix administré, les Membres qui maintiennent ce genre de système ont souvent recours à des tarifs élevés, à des contingents tarifaires ou à des mesures non tarifaires. Cela prive les consommateurs du pays qui accorde la subvention et les producteurs des pays exportateurs des gains liés au commerce. 3.2 Allocation des ressources 3.7. Contrairement aux versements directs (même dans les cas où ils sont entièrement découplés des décisions des producteurs), les politiques de soutien des prix du marché fixent un prix minimal pour le marché, et ces politiques affectent non seulement le producteur du produit de base, mais aussi tous les autres intervenants économiques en lien avec ce produit. Par exemple, le produit qui bénéficie d'un soutien représente un intrant dont le coût est plus élevé pour les transformateurs, ce qui induit des ajustements dans l'affectation des ressources et sur le plan de la compétitivité dans l'ensemble du secteur alimentaire. De même, les produits de substitution doivent aussi être réglementés pour se protéger de la concurrence par les prix. 3.3 Sécurité alimentaire compromise 3.8. Contrairement à d'autres types de soutien, les politiques de soutien des prix du marché font augmenter les prix des denrées alimentaires tant pour les producteurs que pour les consommateurs. En conséquence, elles peuvent être un facteur d'insécurité alimentaire, en particulier pour les populations souffrant déjà d'insécurité alimentaire et qui ne peuvent se permettre de payer des prix plus élevés pour se nourrir. En outre, les petits producteurs autosuffisants qui consomment une part importante de leur production ne profiteront pas des prix du marché plus élevés pour la portion de leurs récoltes qu'ils consomment, et ils devront peut-être payer des prix plus élevés pour d'autres produits végétaux qui bénéficient d'un soutien et qu'ils doivent acheter Pour s'attaquer au problème du renchérissement auquel doivent faire face les consommateurs, les pouvoirs publics doivent abaisser le prix de vente par des subventions alimentaires, que celles-ci soient ciblées sur les populations à faible revenu qui ne sont pas en mesure de payer des prix plus élevés ou qu'elles s'adressent à la population dans son ensemble. Cet abaissement des prix à la consommation des produits alimentaires, qui intervient en même temps que le relèvement des prix à la production, peut déboucher sur un dispositif d'intervention sur les marchés à la fois coûteux et complexe, qui ne fait que perturber davantage les signaux du marché. 3.4 Surproduction/accumulation de stocks Les prix intérieurs plus élevés, attribuables au soutien des prix du marché, peuvent inciter directement à la surproduction du produit qui bénéficie d'un soutien, ce qui peut entraîner l'éviction d'importations sur le marché intérieur et l'accumulation de stocks excédentaires, souvent à la suite des achats effectués par les pouvoirs publics. Ces accumulations de stocks peuvent influer sur les décisions des acheteurs et des producteurs, tant sur le marché intérieur que sur les "http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en#page1" ("http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en%23page1"). 5 Jonathan Brooks et Erik Jonasson, "Modeling the Welfare Implications of Agricultural Policies in Developing Countries," mai 2012, page 19.

4 - 4 - marchés internationaux, ce qui fausse davantage les prix. Dans certains cas, les pouvoirs publics peuvent avoir recours à des quotas de production pour faire face à l'augmentation considérable des achats effectués par les pouvoirs publics et des excédents. 3.5 Exportations non concurrentielles Des prix intérieurs élevés peuvent rendre les exportations non concurrentielles sur les marchés mondiaux et peuvent inciter les pays à avoir recours à des politiques de subventions à l'exportation afin de réduire les coûts liés au maintien des stocks nationaux. Étant donné que les prix pratiqués sur le marché intérieur sont artificiellement élevés en raison des politiques de soutien des prix du marché et que les ventes à l'exportation du secteur privé ne sont pas concurrentielles, les pouvoirs publics doivent avoir recours à des subventions à l'exportation et à des mesures d'intervention apparentées pour écouler sur les marchés internationaux les produits qui bénéficient d'un soutien. Cela aggrave encore les effets de distorsion liés à l'objectif initial de la politique. 4 TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ 4.1. L'Union européenne, les États-Unis d'amérique, le Japon et le Canada, à savoir les quatre Membres dont les niveaux de MGS étaient les plus élevés pendant la période allant de 1986 à 1988, ont tous notifié des montants substantiels au titre du soutien accordé par le biais de mesures de soutien des prix du marché. La situation de ces Membres est récapitulée ci-après, de même que celles de l'inde et de la Chine, deux Membres qui ont notifié des programmes de soutien des prix du marché et qui ont accru sensiblement le soutien dont bénéficiaient déjà certains produits. 4.1 Union européenne 4.2. Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture (AGST), l'union européenne a fait état d'un soutien des prix du marché pour le bœuf, les viandes des animaux de l'espèce ovine, le beurre, le lait écrémé en poudre, l'orge, le blé (commun et dur), le maïs, le riz, le seigle, le sorgho et le sucre. 6 Ces secteurs étaient couverts par un système de prélèvements variables, ce qui faisait qu'il était difficile pour les importations de concurrencer par les prix le produit de l'union européenne. Le soutien des prix du marché allait aussi de pair avec les garanties offertes aux agriculteurs par l'union européenne, selon lesquelles toute leur production pourrait être achetée par les pouvoirs publics à la faveur d'achats d'intervention. 7 En raison de cette politique, les importations de ces produits par l'union européenne ont été extrêmement limitées; les producteurs de l'union européenne ont réagi aux prix élevés avec une production largement excédentaire qui a été retirée du marché intérieur à l'aide de subventions à l'exportation Toutefois, l'union européenne a commencé à réformer ses mesures de soutien interne avant même la fin des longues négociations du Cycle d'uruguay. 9 À la suite d'une série de réformes qui ont été apportées à la politique agricole commune, les prix d'intervention sont fixés à des niveaux relativement bas, ce qui limite le nombre de fois où les pouvoirs publics doivent procéder à des achats. Parallèlement, l'union européenne a institué un système de versements en partie découplés et totalement découplés afin de soutenir les revenus des producteurs. En conséquence de ces réformes, la notification la plus récente de l'union européenne concernant le soutien interne (2010) ne fait état d'un soutien des prix du marché que pour le beurre, le lait écrémé en poudre et 6 G/AG/AGST/EEC. 7 Les équivalents ad valorem des équivalents tarifaires qui ont été calculés pour ces produits correspondent aux fourchettes suivantes (EAV calculés aux fins des négociations de Doha): bœuf (0201 et 0202): 77% - 146%; viandes de l'espèce ovine (0204): 27% - 104%; beurre (0405): 69% - 135%; lait écrémé en poudre (0402): 19% - 183%; orge (1003): 70%; blé (1001): 59% - 82%; maïs (1005): 73%; riz (1006): 7% - 94%; seigle (1002): 64%; sorgho (1007): 87%; sucre (1701): 80% - 132%. 8 L'Union européenne a établi des mécanismes de subventions à l'exportation pour le blé, les céréales secondaires, le riz, le colza, l'huile d'olive, le sucre, le beurre, le lait écrémé en poudre, le fromage, d'autres produits laitiers, le bœuf, le porc, la volaille, les œufs, le vin, les fruits et légumes (frais et transformés), le tabac, l'alcool et les produits transformés. 9 Commission européenne, Direction générale de l'agriculture et du développement rural, "The CAP in perspective: from market intervention to policy innovation," Note d'information n 1, révisée en janvier

5 - 5 - le blé. 10 La valeur du soutien des prix du marché qui a été notifié a diminué de pratiquement 85%. Dans le même temps, l'utilisation de subventions à l'exportation par l'union européenne a elle aussi reculé; dans sa dernière notification, l'union européenne ne faisait état de subventions à l'exportation que pour le bœuf, le porc, la volaille, les œufs et les produits transformés. 11 Les subventions à l'exportation notifiées pour 2011/12 ne représentaient qu'une fraction du niveau consolidé dans le cadre du Cycle d'uruguay, à savoir 130 millions d'euros par rapport à des engagements consolidés dont la valeur totale dépassait les 7,6 milliards d'écus. Si l'union européenne continue d'appliquer des tarifs dont les taux sont élevés afin de protéger son régime de soutien des prix du marché, les réformes lui ont donné la marge de manœuvre nécessaire pour négocier des réductions tarifaires tout en évitant d'assumer des obligations financières non maîtrisables dans l'éventualité où les prix intérieurs diminueraient en raison de la concurrence accrue des importations. 4.2 États-Unis d'amérique 4.4. Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture, les États-Unis d'amérique ont notifié des mesures de soutien des prix pour quatre produits: le bœuf, les produits laitiers, les arachides et le sucre. Après les réformes qui ont été apportées aux lois sur l'agriculture qui se sont succédé, des mesures de soutien des prix du marché ne subsistent que pour le sucre. Le programme de soutien des prix du marché pour le bœuf était d'envergure relativement limitée (soutien notifié de 158 millions de dollars EU). Le bœuf ne bénéficie actuellement d'aucun soutien MGS. Le tarif consolidé des États-Unis pour le bœuf s'établit à 26,4% Avant la réforme apportée dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de 2002, le programme pour les arachides était un système rigide dans le cadre duquel des quotas de production étaient répartis entre les producteurs qui remplissaient les conditions requises pour bénéficier du soutien élevé des prix intérieurs. Les agriculteurs intéressés à cultiver des arachides, mais qui ne disposaient pas de quotas, pouvaient néanmoins en cultiver, mais ils n'étaient autorisés à vendre les arachides hors quota que sur les marchés mondiaux. En raison des mesures de contrôle de la production, les arachides vendues à prix fort n'étaient pas mises en stock aux États-Unis ni écoulées à l'aide de subventions à l'exportation. Le tarif consolidé des États-Unis pour les arachides dans le cadre de l'omc s'établit à 163%, ce qui correspond au niveau de protection nécessaire pour maintenir des prix intérieurs élevés. Toutefois, depuis 2002, les arachides relèvent du même régime mixte de versements directs des pouvoirs publics que d'autres produits bénéficiant de programmes, y compris de versements directs en partie découplés dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de Le programme laitier des États-Unis a lui aussi évolué au fil du temps. Le soutien notifié dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture était lié à un système dans le cadre duquel tous les produits laitiers bénéficiaient d'un soutien des prix du marché, dont la valeur s'élevait à plus de 5 milliards de dollars EU par an. Après une réforme partielle qui a eu pour effet de restreindre le soutien des prix du marché à certains produits laitiers (fromage, beurre et lait dégraissé en poudre), il a été mis fin au soutien des prix du marché dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de Dorénavant, les produits laitiers ne seront soutenus que par un programme de protection des marges, dans le cadre duquel des versements directs sont accordés aux producteurs dont les marges de production sont inférieures à 4 dollars EU par quintal. Comme pour les autres programmes de versements directs qui ont remplacé les dispositifs historiques de soutien des prix du marché qui existaient avant le Cycle d'uruguay, les versements effectués au titre de ce programme sont en partie découplés: ils sont d'actualité lorsque les prix baissent mais sont fondés sur les décisions historiques des producteurs, et non pas sur leurs décisions individuelles courantes. Des subventions à l'exportation étaient disponibles pour les produits laitiers, mais elles ont rarement été utilisées ces dernières années. Le pouvoir d'accorder des subventions à l'exportation pour les produits laitiers a cessé d'exister avec les réformes apportées dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de Les tarifs des États-Unis pour les produits laitiers vont de 5% à 140% Le programme sucrier des États-Unis est resté inchangé pour l'essentiel depuis le Cycle d'uruguay. Le sucre est frappé d'un tarif relativement élevé (140% 186% sur une base équivalent ad valorem), qui limite les importations en dehors des contingents tarifaires importants 10 G/AG/N/EU/17, tableau explicatif DS:5. 11 G/AG/N/EU/18.

6 - 6 - accordés dans le cadre de l'omc et des engagements pris dans le cadre d'accords de libre-échange. Selon la notification la plus récente des États-Unis, la MGS notifiée pour le sucre s'établissait à 1,4 milliard de dollars EU. 12 La production nationale est limitée par un système de quotas de commercialisation, et les pouvoirs publics se tiennent prêts à intervenir en tant qu'acheteur de dernier recours si les prix descendent en deçà des niveaux des prix administrés. Les États-Unis d'amérique n'exportent pas de sucre. 4.3 Japon 4.8. Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture, le Japon a fait état d'un soutien des prix du marché pour le bœuf, le porc, le lait, l'orge, le riz, le blé, les amidons et fécules, le sucre et les cocons de vers à soie. Avant le Cycle d'uruguay, chacun de ces secteurs était frappé de tarifs élevés, voire d'une prohibition complète à l'importation en ce qui concerne le riz. En raison des besoins d'importation du Japon, des régimes complexes ont été instaurés pour chaque produit (y compris des contingents tarifaires, des systèmes de prix à la production, et le recours à des entreprises commerciales d'état); ces régimes autorisaient les importations tout en protégeant les prix intérieurs élevés. La situation intérieure de l'offre et de la demande au Japon faisait aussi que toute la production était destinée à la consommation intérieure, avec des exportations restreintes et une absence de subventions à l'exportation Actuellement, le Japon ne fait état d'un soutien des prix du marché que pour le bœuf et le porc. La valeur totale du soutien des prix du marché est sensiblement inférieure aux niveaux de la période de base retenus pour le Cycle d'uruguay: autour de 10% selon la notification du Japon pour Le riz a opéré une transition importante, passant d'un système de soutien des prix du marché à un système de versements directs exemptés dans le cadre de programmes de limitation de la production et de divers dispositifs de soutien découplés. 14 Par suite de cette transition, des mesures de soutien des prix du marché d'une valeur de milliards de yen pour la période de base allant de 1986 à 1988 ont été remplacées par des versements directs d'une valeur légèrement supérieure à 300 milliards de yen. Le Japon continue de maintenir des tarifs élevés pour le riz, qui dépassent les 700%, ce qui limite les importations et protège les prix intérieurs. 4.4 Canada Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture, le Canada a fait état d'un soutien des prix du marché pour le blé et le lait. Le blé ne bénéficie plus d'un soutien des prix du marché et bénéficie plutôt d'une série de programmes d'assurance et de protection du revenu. Toutefois, le secteur laitier continue d'être fortement protégé, des prix intérieurs élevés étant garantis par des quotas de production, des tarifs élevés (dont bon nombre supérieurs à 300%), d'autres obstacles à l'accès au marché et des subventions à l'exportation. 4.5 Chine Les tableaux explicatifs de la Chine concernant l'agriculture portent sur la période et font état d'un soutien des prix du marché pour le blé, le riz, le maïs et le coton. Pour tous ces produits, à l'exception du maïs, le soutien des prix du marché est négatif, étant donné que les prix administrés sont inférieurs aux prix de référence mondiaux pour cette période. Les prix du marché sont protégés des importations par des tarifs élevés: 65% pour les céréales et 40% pour le coton. Des régimes complexes d'administration des contingents tarifaires et l'application de mesures sanitaires et phytosanitaires réduisent aussi la pression que le commerce pourrait exercer sur les prix Dans sa dernière notification la plus récente (2008), la Chine n'a fait état d'un soutien des prix du marché que pour le blé et le riz, et le soutien notifié est toujours négatif. 15 Au soutien des prix du marché viennent s'ajouter d'autres programmes, en particulier des subventions pour les semences et le transport et, s'agissant du coton, le coût associé au maintien de stocks publics importants et croissants. 12 G/AG/N/USA/93, tableau explicatif DS:5. 13 G/AG/N/JPN/191, tableau explicatif DS:5. 14 G/AG/N/JPN/ G/AG/N/CHN/21, tableau explicatif DS:5.

7 Inde Les tableaux explicatifs de l'inde concernant l'agriculture font état d'un soutien des prix du marché pour un grand nombre de produits, pratiquement toujours de façon négative, étant donné que les prix administrés étaient inférieurs aux prix de référence extérieurs. 16 Dans la notification la plus récente de l'inde (2003), celle-ci fait état d'un soutien des prix du marché pour le riz, le blé, les légumineuses, le coton et le jute. 17 Toutes les valeurs indiquées sont négatives, les prix administrés appliqués étant inférieurs au prix de référence extérieur fixe, même lorsque le prix de référence exprimé en roupies est converti en dollars. Les prix du marché sont protégés des importations par des tarifs élevés: les tarifs consolidés de l'inde pour les légumineuses, le blé et le coton affichent un taux de 100%; ils varient de 70% à 80% pour le riz, et s'établissent à 40% pour le jute. Les taux appliqués sont parfois inférieurs. 4.7 Niveaux de soutien relatifs Les niveaux relatifs des prix administrés/du soutien des prix sont récapitulés dans le tableau qui suit. Les prix administrés varient considérablement d'un pays à l'autre. Le taux des prêts à la commercialisation des États-Unis d'amérique, qui est un versement entièrement couplé à la production et qui s'apparente de très près aux mesures de soutien des prix du marché d'autres pays, est indiqué uniquement à des fins de comparaison. Toutefois, il importe de noter que le taux des prêts n'a pas de grands effets de distorsion économique comme ceux associés aux prix administrés. Les prix administrés ont augmenté substantiellement par rapport au prix de référence extérieur fixe (PREF) indiqué dans les tableaux explicatifs des Membres concernant l'agriculture. 16 Pois chiches, haricots mung, pois cajan, haricots mungo, millet à chandelle, orge, sorgho, maïs, riz, blé, arachides, colza, fèves de soja, canne à sucre, tabac, coton et thé. 17 G/AG/N/IND/7, tableau explicatif DS:5.

8 - 8 - Soutien des prix du marché: Prix administrés et prix de référence extérieurs fixes Riz Blé Sucre Coton Maïs Prix administré (2013) PREF Inde 335 $EU/tm 262,51 $EU/tm Chine 426 $EU/tm 320,58 $EU/tm Thaïlande 468 $EU/tm Non notifié Brésil 159 $EU-183 $EU/tm 174,13 $EU/tm États-Unis** 143,30 $EU/tm Non notifié Inde 238 $EU/tm 264,00 $EU/tm Chine 361 $EU/tm 204,72 $EU/tm Brésil 246 $EU/tm 130,93 $EU/tm États-Unis** 108 $EU/tm Non notifié Inde 35,84 $EU/tm 11,64 $EU/tm Thaïlande 618,37 $EU/tm Non notifié États-Unis** 413,36 $EU/tm 230,824 $EU/tm Inde 631,42 $EU/tm 1 292,64 $EU/tm Chine $EU/tm $EU/tm Brésil $EU/tm $EU/tm États-Unis** $EU/tm Non notifié Inde 223,56 $EU/tm 238,57 $EU/tm Chine 358 $EU-365 $EU/tm 144,53 $EU/tm Brésil 135 $EU-160 $EU/tm 131,35 $EU/tm États-Unis** 76,77 $EU/tm Non notifié ** Le prix des États-Unis est le taux des prêts consentis dans le cadre du programme de prêts au titre de l'aide à la commercialisation, qui n'est pas un programme de soutien des prix, mais plutôt un programme couplé à la production avec des prix de référence fixes. Il est indiqué ici uniquement à des fins de comparaison. Sources: Inde Ministère de l'agriculture. Chine Commission nationale pour le développement et la réforme. Thaïlande Ministère du commerce. Brésil Ministère de l'agriculture, de l'élevage et des approvisionnements. Notifications présentées à l'omc. Calculs du Département de l'agriculture des États-Unis (USDA).

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/1949/Add.l4 2 avril 1963 Distribution limitée Original : anglais ENTREPRISES COMMERCIALES D'ETAT Notifications présentées conformément

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

B. L'IMPORTANCE DES PROGRAMMES DE DÉTENTION DE STOCK PUBLICS DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

B. L'IMPORTANCE DES PROGRAMMES DE DÉTENTION DE STOCK PUBLICS DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT LA CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE DE L'OMC DE BALI ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT : LA RÈGLEMENTATION DES SUBVENTIONS AGRICOLES DOIT ÊTRE JUSTE ET ÉQUITABLE Nous présentons ci-dessous un

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE Cinquième session Cancún, 10-14 septembre 2003 WT/MIN(03)/ST/61 11 septembre 2003 (03-4834) Original: anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR

Plus en détail

L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES?

L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES? L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES? Pierre Charlebois, chef de la section de l analyse l économique des marchés agricoles Agriculture et Agroalimentaire Canada Les perspectives 29 L ÉVOLUTION

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19-III-2008 C (2008) 1192 Objet: Aides d'état/france - Aide N 311/2007 Aides en faveur de la publicité des animaux, produits animaux et produits d'origine animale Monsieur

Plus en détail

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ...

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ... INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE : Nourriture disponible par personne Quantité [kcal/personne/jour] 1996 2001 2006 Disponibilité alimentaire 2033 2162 2354 2586 Source:

Plus en détail

Une brève histoire du lait et de ses quotas

Une brève histoire du lait et de ses quotas Note du service d études d ECOLO 03/2015 Une brève histoire du lait et de ses quotas Le 31 mars 2015 marquera la fin de 31 années de quotas laitiers. Une véritable révolution dans le monde agricole européen,

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED isf I965 PROJET DE RAPPORT DU.DEUXIEME COMITE SUR LA CONSULTATION AVEC LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE Note du secrétariat,a la demande

Plus en détail

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE *

COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * COMMENT LA POLITIQUE DE CONCURRENCE DE L UE AIDE LES PRODUCTEURS DE LAIT EN EUROPE * La Politique Agricole Commune (PAC) a adopté une approche axée sur les besoins du marché afin d aider les producteurs

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS RESTRICTED ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS % 19WAd tl 27 mars 1963 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée Original: français SUBVENTIONS Notifications présentées conformément à l'article XVI, paragraphe

Plus en détail

Le montant des aides versées

Le montant des aides versées 259 Agreste Primeur Numéro 259 - avril 2011 Le bilan de santé de la Pac Une redistribution des aides en faveur des élevages d herbivores En 2010, la réforme issue du bilan de santé de la Pac est mise en

Plus en détail

Quelle Politique Laitière pour l Europe

Quelle Politique Laitière pour l Europe Quelle Politique Laitière pour l Europe Zohra BOUAMRA-MECHEMACHE et Vincent REQUILLART 1 INRA Unité ESR, Toulouse. Alors-que la plupart des organisations communes de marché des produits agricoles dans

Plus en détail

Repenser la politique agricole des Etats-Unis:

Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Daryll E. Ray Daniel G. De La Torre Ugarte Kelly J. Tiller Changer la donne pour assurer des revenus aux agriculteurs du monde entier. Agricultural Policy

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Le système de régulation du marché laitier au Canada

Le système de régulation du marché laitier au Canada Le système de régulation du marché laitier au Canada Séminaire agricole La PAC { l horizon 2020, Bruxelles, 31 mars et 1 er avril Plan de la présentation 1. La production laitière chez nous 2. Pourquoi

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Le ministre Faugoo: Nous n'avons pas d'autre choix que de nous adapter à l'évolution globale de l environnement sucre

Le ministre Faugoo: Nous n'avons pas d'autre choix que de nous adapter à l'évolution globale de l environnement sucre Press release SUCRE ACP Retombées de la Conférence de Fidji Le ministre Faugoo: Nous n'avons pas d'autre choix que de nous adapter à l'évolution globale de l environnement sucre Nous n'avons pas d' autre

Plus en détail

LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE

LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE Présentation de GEORGE L. BRINKMAN DÉPART. DE L ÉCONOMIE ET DE L INDUSTRIE AGRICOLES UNIVERSITÉ DE GUELPH APERÇU DE LA PRÉSENTATION VIABILITÉ AGRICOLE Revenus,

Plus en détail

MESURES APPLIQUEES PAR LA CEE AUX PROTEINES DESTINEES A L'ALIMENTATION DES ANIMAUX. Rapport du Groupe spécial adopté le 14 mars 1978 (L/4599-25S/53)

MESURES APPLIQUEES PAR LA CEE AUX PROTEINES DESTINEES A L'ALIMENTATION DES ANIMAUX. Rapport du Groupe spécial adopté le 14 mars 1978 (L/4599-25S/53) 2 décembre 1977 I. Introduction MESURES APPLIQUEES PAR LA CEE AUX PROTEINES DESTINEES A L'ALIMENTATION DES ANIMAUX Rapport du Groupe spécial adopté le 14 mars 1978 (L/4599-25S/53) 1.1 En avril 1976, les

Plus en détail

Processus des Perspectives

Processus des Perspectives La taille et la couverture du modèle AGLINK n'ont cessé de croître. Le Secrétariat de l'ocde et les pays membres participants ont amélioré la qualité et la portée des Perspectives. Des analyses de scénarios,

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Chapitre 15. États-Unis. Évaluation de l évolution des politiques

Chapitre 15. États-Unis. Évaluation de l évolution des politiques Chapitre 15 États-Unis Évaluation de l évolution des politiques Globalement, la réforme des politiques depuis 1986-88 a amélioré l orientation par le marché. Ces dernières années, le niveau du soutien

Plus en détail

LA QUESTION AGRICOLE DANS LA RELATION CANADA UNION EUROPÉENNE par Christophe Peyron

LA QUESTION AGRICOLE DANS LA RELATION CANADA UNION EUROPÉENNE par Christophe Peyron LA QUESTION AGRICOLE DANS LA RELATION CANADA UNION EUROPÉENNE par Christophe Peyron Commerce des produits agricoles entre l Union européenne et le Canada L Union européenne est le premier importateur et

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde N 9 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les marchés de production et de consommation

Plus en détail

15% 10% -5% % de ch. par rapp. à l année préc. -10% Conserves Meat de fruits et légumes et aliments de spécialité

15% 10% -5% % de ch. par rapp. à l année préc. -10% Conserves Meat de fruits et légumes et aliments de spécialité Export. (milliers de dollars CAD) % de ch. par rapp. à l année préc. 4Q13 Survol des tendances de l industrie canadienne des aliments, des boissons et du secteur agroalimentaire Nouvelles importantes Le

Plus en détail

POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION ET DE COMMERCE AFFECTANT LA FILIERE COTONNIERE

POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION ET DE COMMERCE AFFECTANT LA FILIERE COTONNIERE POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION ET DE COMMERCE AFFECTANT LA FILIERE COTONNIERE COMITE CONSULTATIF INTERNATIONAL DU COTON Discover Novembre 2008 natural fibres 2 0 0 9 POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.12. COM() 597 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant les informations relatives à l'incidence budgétaire de l'actualisation

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

Les biocarburants au Brésil

Les biocarburants au Brésil DIRECTION GENERALE POUR LES POLITIQUES EXTERNES DE L'UNION DIRECTION B - DEPARTEMENT THEMATIQUE - NOTE Les biocarburants au Brésil Contenu: Cette note décrit l évolution de la filière du bioéthanol au

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

La crise alimentaire n est pas derrière nous

La crise alimentaire n est pas derrière nous La crise alimentaire n est pas derrière nous Antoine BOUET et David LABORDE DEBUCQUET Si le protectionnisme agricole est un frein important au développement de certains pays du Sud, il ne saurait être

Plus en détail

Production, circuits de commercialisation et politiques publiques: quelques observations sur l agriculture brésilienne

Production, circuits de commercialisation et politiques publiques: quelques observations sur l agriculture brésilienne Production, circuits de commercialisation et politiques publiques: quelques observations sur l agriculture brésilienne Sergio Pereira Leite CPDA/UFRRJ Cerisy, 2011 Recherches: Société et économie de l

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018)

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) Académie d agriculture de France 8 octobre 2014 La politique agricole et alimentaire américaine : quels

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Variation des recettes provenant de toutes les primes d assurance automobile

Variation des recettes provenant de toutes les primes d assurance automobile Sommaire Le 11 juin 2002, la Société d'assurance publique du Manitoba (la «Société») a soumis une demande à la Régie des services publics (la «Régie») afin que soient approuvées ses primes d'assurance

Plus en détail

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 RÈGLEMENT (UE) N o 360/2012 DE LA COMMISSION du 25 avril 2012 relatif à l application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de

Plus en détail

REGLEMENTATION COMMERCIALE BURKINA FASO CEREALES FRUITS ET LEGUMES BETAIL VIANDE POISSONS GENERALITES

REGLEMENTATION COMMERCIALE BURKINA FASO CEREALES FRUITS ET LEGUMES BETAIL VIANDE POISSONS GENERALITES REGLEMENTATION COMMERCIALE BURKINA FASO CEREALES FRUITS ET LEGUMES BETAIL VIANDE POISSONS GENERALITES Les textes de base sont : Ordonnance n 81 0026/PRES/CMRPN du 26 août 1981 portant réglementation de

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années 9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années Fr. Terrones Gavira 1 et Ph. Burny 2 1 Introduction... 2 2 Production... 3 3 La consommation... 4 3.1 Utilisation... 4 3.2

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P.

LES MARCHÉS CHAPITRE 2 : CORRIGÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ DÉBAT : POURRA-T-ON NOURRIR LA PLANÈTE? (P. Économie globale Renaud Bouret et Alain Dumas, ERPI 2-1 CHAPITRE 2 : CORRIGÉS LES MARCHÉS SECTION 3 (P. 43) 2. LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉ a) Sur le marché des biens, les demandeurs sont les ménages,

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

«Les marchés s des biocarburants» Quels impacts sur les marchés des matières premières agricoles? Quelles perspectives pour demain? VALBIOM : 3 éme Table Ronde Hélène MORIN 1 Plan de l interventionl Production

Plus en détail

Le tableau d'affichage du marché unique

Le tableau d'affichage du marché unique Le tableau d'affichage du marché unique Performance par domaine politique Marchés publics (Période de référence: 01/2013-12/2013) À propos Les commandes de travaux, de biens ou de services par les autorités

Plus en détail

I. Une agriculture puissante et productive

I. Une agriculture puissante et productive GEOGRAPHIE Thème 2, question 3, cours 2 Thème 2 : Aménager et développer le territoire français Question 3 : Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation Cours 2 : Les espaces de production

Plus en détail

Etude sur l industrie alimentaire au Maroc

Etude sur l industrie alimentaire au Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs Etude sur l industrie alimentaire au Maroc Avril 215 Plan 1. Contexte mondial 2. Indicateurs clés 3. Production et balance commerciale 4. Principales

Plus en détail

Impact des mesures de soutien à l exportation et de l aide alimentaire sur la sécurité alimentaire

Impact des mesures de soutien à l exportation et de l aide alimentaire sur la sécurité alimentaire Groupe de recherche et d échanges technologiques RAPPORT D ETUDE Impact des mesures de soutien à l exportation et de l aide alimentaire sur la sécurité alimentaire Résumé Arlène Alpha Françoise Gérard

Plus en détail

PAC 2013 Eléments d analyse & propositions de la région LR Janvier 2011

PAC 2013 Eléments d analyse & propositions de la région LR Janvier 2011 PAC 2013 Eléments d analyse & propositions de la région LR Janvier 2011 La PAC : une année en France 7.8 milliards OCM viande bovine, ovine, laitière, céréales et sucre Aides directes Couplées (PBC, PMTVA,

Plus en détail

(13-5539) Page: 1/22 COMMERCE D'ÉTAT

(13-5539) Page: 1/22 COMMERCE D'ÉTAT G/STR/N/13/THA G/STR/N/14/THA 11 octobre 2013 (13-5539) Page: 1/22 Groupe de travail des entreprises commerciales d'état Original: anglais COMMERCE D'ÉTAT NOUVELLE NOTIFICATION COMPLÈTE CONFORMÉMENT À

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

17 mars 2015 Paris. Plan de présentation. Les Milk Marketing Orders Paiement du lait selon l utilisation

17 mars 2015 Paris. Plan de présentation. Les Milk Marketing Orders Paiement du lait selon l utilisation Où en est la régulation du secteur laitier (USA, Canada, NZ) Séminaire de politique agricole 17 mars 2015 Paris SFER Daniel-M. Gouin, Titulaire Chaire d analyse de la politique agricole Chercheur invité,

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

Cultures agricoles et bétail - Mexique

Cultures agricoles et bétail - Mexique SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX MARCHÉS Rapport d analyse mondiale Aperçu du marché Mexique Novembre 2014 APERÇU DU MARCHÉ Avec un produit intérieur brut (PIB) de 1,3 billion $ US (2013), qui devrait connaître

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Volet agricole du PTCI/TTIP. 15 juin 2015

Volet agricole du PTCI/TTIP. 15 juin 2015 Volet agricole du PTCI/TTIP 15 juin 2015 ALE large et ambitieux : 9 rounds de négociation ont déjà eu lieu -L accord devrait englober un nombre important de sujets (suppression des barrières non tarifaires,

Plus en détail

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc

Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc Analyse tarifaire en ligne (TAO) de l'omc L'analyse tarifaire en ligne (TAO) permet d'effectuer des recherches et d'analyser les données tarifaires conservées dans deux bases de données de l'omc, à savoir

Plus en détail

Résultats économiques des exploitations en 2014

Résultats économiques des exploitations en 2014 Télécharger les données au format tableur Numéro 332 - décembre 15 Résultats économiques des exploitations en 14 Un résultat moyen proche du début des années mais des évolutions contrastées selon les orientations

Plus en détail

Chapitre 4 Le commerce international et la compétitivité sur les marchés mondiaux

Chapitre 4 Le commerce international et la compétitivité sur les marchés mondiaux Chapitre 4 Le commerce international et la compétitivité sur les marchés mondiaux Ces dernières années, le commerce international d'animaux et, surtout, de produits d'origine animale s'est accru de façon

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions 2007R1234 FR 19.06.2010 007.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B RÈGLEMENT (CE) N o 1234/2007 DU CONSEIL du 22 octobre 2007 portant

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

Lucien Bourgeois PAC 2014-2020 : Nouvelles décisions et erspectives

Lucien Bourgeois PAC 2014-2020 : Nouvelles décisions et erspectives Lucien Bourgeois PAC 2014-2020 : Nouvelles décisions et erspectives 1 Message essentiel La PAC a été une nouvelle fois confortée en 2013 et elle donne une visibilité jusqu en 2020 Elle est devenue un élément

Plus en détail

Le porc nourrit le Monde

Le porc nourrit le Monde Le porc nourrit le Monde Will Sawyer, M. Sc. Vice-président, groupe de recherche et conseil pour l industrie agroalimentaire, Rabobank International-Amériques Rabobank en bref et pourquoi je suis ici Rabobank

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères

Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.07.2009 C (2009)5084 final Objet : Aide d'etat N 106/2009 France Crédit d'impôt pour les œuvres cinématographiques étrangères Monsieur le Ministre, J ai l'honneur

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo

Sustainable Development and Trade Issues. ICTSD Resource Paper No. 3. Isabelle Mamaty Economiste du développement, Congo Sustainable Development and Trade Issues ICTSD Resource Paper No. 3 Les pays africains et l Accord sur l agriculture Quelle place pour le développement durable? Isabelle Mamaty Economiste du développement,

Plus en détail

ACCORD SUR L'AGRICULTURE

ACCORD SUR L'AGRICULTURE Page 47 ACCORD SUR L'AGRICULTURE Les Membres, Ayant décidé d'établir une base pour entreprendre un processus de réforme du commerce des produits agricoles conformément aux objectifs des négociations énoncés

Plus en détail

Zurich - 12.05.2014. Marché Suisse

Zurich - 12.05.2014. Marché Suisse Me mo sur le fonctionnement des importations de viandes sur le marche suisse Marché Suisse Avec plus de 8 millions d habitants (8 112 207 habitants fin 2013) 1, la Suisse est un petit pays situé au carrefour

Plus en détail

Examen des politiques agricoles du Mexique

Examen des politiques agricoles du Mexique Examen des politiques agricoles du Série : Note d information sur les travaux de l OCDE ayant un intérêt pour le Canada Contexte et aperçu agriculteurs de subsistance, ainsi que par des enjeux critiques

Plus en détail

EXPORTATION PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRE S VERS LA CHINE

EXPORTATION PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRE S VERS LA CHINE EXPORTATION PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRE S VERS LA CHINE Acteurs et Enjeux Sanitaires Paris 13 Mai 2015 Marie-Odile KUNTZ Direction Générale de l'alimentation Bureau Export Pays Tiers Loïc Evain

Plus en détail

Evaluation et perspectives d évolution des mesures du POSEI concourant à la diversification des filières agricoles

Evaluation et perspectives d évolution des mesures du POSEI concourant à la diversification des filières agricoles Evaluation et perspectives d évolution des mesures du POSEI concourant à la diversification des filières agricoles Livrable n 6 Annexes Avril 2013 Etude réalisée par ADE en collaboration avec Pollen Conseil

Plus en détail

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Agreste Synthèses Lait Septembre 2015 n 2015/276 Septembre 2015 Lait Synthèses n 2015/276 Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Au 1 er semestre 2015, le marché national du lait a subi les

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015

L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015 L agriculture depuis Bali: où en sont les négociations? Melissa Begag Dakar, 3 novembre 2015 Table des matières Le volet agriculture des négociations du cycle de Doha Les principaux résultats de Bali en

Plus en détail

ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST

ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport de synthèse Août 2011 0 Avant- Propos Ces contributions sur «les Dynamiques de consommation alimentaire en Afrique de l Ouest» ont été

Plus en détail

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs 22 novembre 2011 Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs La diversification et la consolidation des débouchés

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail