( ) Page: 1/8 TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN INTERNE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ COMMUNICATION PRÉSENTÉE PAR LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(14-3238) Page: 1/8 TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN INTERNE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ COMMUNICATION PRÉSENTÉE PAR LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE"

Transcription

1 3 juin 2014 ( ) Page: 1/8 Comité de l'agriculture Original: anglais TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN INTERNE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ COMMUNICATION PRÉSENTÉE PAR LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE 1 APERÇU 1.1. Les Membres de l'omc sont convenus de l'objectif à long terme qui consiste à établir un système de commerce équitable et axé sur le marché pour les produits agricoles. Il convient de se pencher sur l'évolution des politiques de soutien interne en raison des changements apportés à ces politiques par un certain nombre de Membres et des effets de ces changements sur le fonctionnement des marchés agricoles dans le monde. Un domaine qu'il importe d'examiner en particulier est l'évolution des types de soutien interne, en particulier en ce qui concerne à la fois le soutien interne faussant les échanges qui est exempté et celui qui ne l'est pas. La présente communication porte essentiellement sur l'une des formes de soutien qui fausse le plus les échanges, à savoir le soutien des prix du marché. Si les Membres qui soutenaient le plus l'agriculture dans les années 1980 ont réduit progressivement l'application de mesures de soutien des prix du marché, les tendances actuelles indiquent que d'autres Membres ont de plus en plus recours à ces mesures Le Comité de l'agriculture se doit d'examiner les tendances des formes de soutien interne de la catégorie orange qui faussent le plus les échanges en raison de l'incidence de ce soutien sur la production (augmentation de la production) et le commerce (baisse des importations et/ou hausse des exportations). En outre, des études économiques ont montré que les mesures qui faussent le plus les échanges sont typiquement celles qui sont le moins efficaces lorsqu'il s'agit de transférer des revenus aux agriculteurs. 1 2 CATÉGORISATION DU SOUTIEN QUI FAUSSE LES ÉCHANGES À L'OMC 2.1. Aux termes de l'accord sur l'agriculture, les Membres de l'omc notifient à la fois le soutien interne qui est exempté et celui qui est non exempté. Dans le cadre des négociations du Cycle d'uruguay, les pays ont communiqué des données sur leur soutien interne pour les années En totalisant le soutien non exempté ayant des effets de distorsion des échanges, on obtient la mesure globale du soutien (MGS), sur laquelle se fondent certains des engagements pris dans le cadre du Cycle d'uruguay. Ces données ont été notifiées à l'aide des tableaux explicatifs concernant l'agriculture (AGST) et peuvent être examinées en accédant à la page d'accueil de l'omc À l'aide des tableaux explicatifs, les Membres ont notifié l'ampleur: 1) des mesures ne faussant pas les échanges qui étaient exemptées des engagements de réduction (c'est-à-dire les mesures de la catégorie verte, Annexe 2); 2) du soutien faussant les échanges qui était exempté, par produit et autre que par produit (c'est-à-dire l'article 6:2 et la catégorie bleue); et 3) du soutien faussant les échanges qui était non exempté, par produit et autre que par produit (c'est-à-dire la catégorie orange). En notifiant le soutien qui faussait les échanges, les Membres ont indiqué en détail le montant du soutien accordé sous forme de soutien des prix du marché, le montant des versements directs non exemptés et celui d'autres mesures de soutien qui faussaient les échanges ou la production. Ces types de soutien ont été additionnés sans faire de distinction 1 Joe Dewbre, Jesús Antón et Wyatt Thompson. "The Transfer Efficiency and Trade Effects of Direct Payments", American Journal of Agricultural Economics, vol. 83, nov. 5 (déc. 2001), pages 1204 à Voir pour avoir accès aux tableaux explicatifs concernant l'agriculture et pour avoir accès à une base de données sous forme de tableur.

2 - 2 - entre ceux qui avaient le plus d'effet de distorsion des échanges et ceux qui en avaient le moins. Toutefois, des travaux de recherche semblent indiquer que certaines formes de soutien ont plus d'effet de distorsion que d'autres. Depuis la rédaction de l'accord sur l'agriculture, plusieurs Membres ont continué de réformer leur politique agricole en privilégiant les mesures qui faussaient moins les échanges et la production, qu'il s'agisse de la catégorie verte (par exemple, découplage complet), de la catégorie bleue (par exemple, limitation de la production) ou encore de la catégorie orange (par exemple, découplage partiel). Par conséquent, ce qui n'était autrefois qu'une différence négligeable entre les mesures relevant de la catégorie orange revêt aujourd'hui une importance beaucoup plus grande. 3 EFFETS DU SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ 3.1. Les objectifs des politiques de soutien des prix du marché consistent généralement à accroître la production de certains produits qui font défaut sur le territoire national et/ou à accroître les revenus des producteurs de ces produits. Les tenants de politiques de soutien des prix du marché font souvent valoir que les objectifs de production sont un moyen de protection contre l'insécurité alimentaire imputable à des sources d'importation susceptibles d'être peu fiables. Ils disent aussi volontiers que ces politiques sont un moyen d'accroître les revenus des producteurs grâce à des prix plus stables et plus élevés Les incitations à la production résultent du fait que des prix plus élevés sont garantis pour certains produits et pas pour d'autres. Ainsi, le soutien des prix du marché fausse la production des produits ciblés en influant sur les décisions des producteurs, ce qui peut se répercuter sur la disponibilité d'autres produits ne bénéficiant pas d'un soutien. En garantissant un prix minimal, habituellement adossé à la promesse des pouvoirs publics d'intervenir en tant qu'acheteur de derniers recours dans l'éventualité d'un effondrement des prix intérieurs, les pouvoirs publics tentent de mettre les producteurs à l'abri des effets que peuvent comporter une baisse de la demande ou une offre excédentaire. En outre, parce qu'elles font augmenter le prix du marché pour un produit donné, les partisans de ces politiques disent aussi qu'elles permettent aux producteurs les plus pauvres des régions rurales les plus éloignées de tirer parti du soutien des revenus sans qu'il soit nécessaire de procéder à des transferts directs de fonds S'appuyant sur des travaux de recherche qu'elle a menés, l'ocde estime que les politiques de soutien des prix du marché sont l'une des politiques dont les effets de distorsion des échanges sont les plus importants et l'une des politiques dont les effets attendus sur les revenus des producteurs sont les plus faibles parmi les principaux types de soutien de la production agricole (c'est-à-dire soutien des prix du marché et quatre types de paiements budgétaires fondés sur la production, l'utilisation d'intrants variables, les superficies plantées pendant la période en cours et les superficies plantées pendant une période historique) Dans la pratique, les politiques de soutien des prix du marché affectent et faussent l'économie agricole mondiale de plusieurs manières importantes, dont l'évolution des prix agricoles, l'allocation des ressources, la sécurité alimentaire, le niveau de la production/des stocks et la compétitivité. 3.1 Hausse des prix 3.5. L'effet le plus direct et le plus évident de la fixation de prix minimaux par les pouvoirs publics est la hausse des prix pratiqués sur le marché intérieur, tant pour les producteurs que pour les consommateurs. 4 L'effet est le plus direct dans les cas où les pouvoirs publics fixent un prix 3 OCDE, "Politiques agricoles des pays de l'ocde Un programme de réforme constructif", page 36. "https://encrypted.google.com/books?id=r2b9uc6vd7yc&printsec=frontcover&source=gbs_viewapi#v=onepa ge&q&f=false" ("https://encrypted.google.com/books?id=r2b9uc6vd7yc&printsec=frontcover&source=gbs_viewapi%23v=on epage&q&f=false"); OCDE, "Market Effects of Crop Support Measures", pages 22 à 25. "http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en#page1" ("http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en%23page1"). 4 OCDE, "Market Effects of Crop Support Measures", pages 13 et 14.

3 - 3 - minimal sans limiter la quantité qu'ils sont disposés à acheter au prix fixé. Toutefois, même lorsque les pouvoirs publics n'achètent qu'une quantité limitée, l'effet des politiques de soutien des prix du marché peut néanmoins se répercuter sur l'ensemble de l'économie, parce que les agriculteurs craignent moins que les prix descendent en dessous du prix fixé. Des prix plus élevés ont pour effet d'accroître le coût du produit de base et de tout produit transformé qui incorpore ce produit de base En outre, afin de soutenir des prix plus élevés, les importations doivent être étroitement réglementées pour empêcher que des produits vendus à des prix plus concurrentiels ne compromettent le dispositif de soutien des prix du marché. Étant donné que les politiques de soutien des prix du marché fonctionnent en faisant en sorte que les producteurs obtiennent un prix élevé sur le marché, que les pouvoirs publics achètent effectivement ou non au prix administré, les Membres qui maintiennent ce genre de système ont souvent recours à des tarifs élevés, à des contingents tarifaires ou à des mesures non tarifaires. Cela prive les consommateurs du pays qui accorde la subvention et les producteurs des pays exportateurs des gains liés au commerce. 3.2 Allocation des ressources 3.7. Contrairement aux versements directs (même dans les cas où ils sont entièrement découplés des décisions des producteurs), les politiques de soutien des prix du marché fixent un prix minimal pour le marché, et ces politiques affectent non seulement le producteur du produit de base, mais aussi tous les autres intervenants économiques en lien avec ce produit. Par exemple, le produit qui bénéficie d'un soutien représente un intrant dont le coût est plus élevé pour les transformateurs, ce qui induit des ajustements dans l'affectation des ressources et sur le plan de la compétitivité dans l'ensemble du secteur alimentaire. De même, les produits de substitution doivent aussi être réglementés pour se protéger de la concurrence par les prix. 3.3 Sécurité alimentaire compromise 3.8. Contrairement à d'autres types de soutien, les politiques de soutien des prix du marché font augmenter les prix des denrées alimentaires tant pour les producteurs que pour les consommateurs. En conséquence, elles peuvent être un facteur d'insécurité alimentaire, en particulier pour les populations souffrant déjà d'insécurité alimentaire et qui ne peuvent se permettre de payer des prix plus élevés pour se nourrir. En outre, les petits producteurs autosuffisants qui consomment une part importante de leur production ne profiteront pas des prix du marché plus élevés pour la portion de leurs récoltes qu'ils consomment, et ils devront peut-être payer des prix plus élevés pour d'autres produits végétaux qui bénéficient d'un soutien et qu'ils doivent acheter Pour s'attaquer au problème du renchérissement auquel doivent faire face les consommateurs, les pouvoirs publics doivent abaisser le prix de vente par des subventions alimentaires, que celles-ci soient ciblées sur les populations à faible revenu qui ne sont pas en mesure de payer des prix plus élevés ou qu'elles s'adressent à la population dans son ensemble. Cet abaissement des prix à la consommation des produits alimentaires, qui intervient en même temps que le relèvement des prix à la production, peut déboucher sur un dispositif d'intervention sur les marchés à la fois coûteux et complexe, qui ne fait que perturber davantage les signaux du marché. 3.4 Surproduction/accumulation de stocks Les prix intérieurs plus élevés, attribuables au soutien des prix du marché, peuvent inciter directement à la surproduction du produit qui bénéficie d'un soutien, ce qui peut entraîner l'éviction d'importations sur le marché intérieur et l'accumulation de stocks excédentaires, souvent à la suite des achats effectués par les pouvoirs publics. Ces accumulations de stocks peuvent influer sur les décisions des acheteurs et des producteurs, tant sur le marché intérieur que sur les "http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en#page1" ("http://www.keepeek.com/digital-asset-management/oecd/agriculture-and-food/market-effects-of-cropsupport-measures_ en%23page1"). 5 Jonathan Brooks et Erik Jonasson, "Modeling the Welfare Implications of Agricultural Policies in Developing Countries," mai 2012, page 19.

4 - 4 - marchés internationaux, ce qui fausse davantage les prix. Dans certains cas, les pouvoirs publics peuvent avoir recours à des quotas de production pour faire face à l'augmentation considérable des achats effectués par les pouvoirs publics et des excédents. 3.5 Exportations non concurrentielles Des prix intérieurs élevés peuvent rendre les exportations non concurrentielles sur les marchés mondiaux et peuvent inciter les pays à avoir recours à des politiques de subventions à l'exportation afin de réduire les coûts liés au maintien des stocks nationaux. Étant donné que les prix pratiqués sur le marché intérieur sont artificiellement élevés en raison des politiques de soutien des prix du marché et que les ventes à l'exportation du secteur privé ne sont pas concurrentielles, les pouvoirs publics doivent avoir recours à des subventions à l'exportation et à des mesures d'intervention apparentées pour écouler sur les marchés internationaux les produits qui bénéficient d'un soutien. Cela aggrave encore les effets de distorsion liés à l'objectif initial de la politique. 4 TENDANCES EN MATIÈRE DE SOUTIEN DES PRIX DU MARCHÉ 4.1. L'Union européenne, les États-Unis d'amérique, le Japon et le Canada, à savoir les quatre Membres dont les niveaux de MGS étaient les plus élevés pendant la période allant de 1986 à 1988, ont tous notifié des montants substantiels au titre du soutien accordé par le biais de mesures de soutien des prix du marché. La situation de ces Membres est récapitulée ci-après, de même que celles de l'inde et de la Chine, deux Membres qui ont notifié des programmes de soutien des prix du marché et qui ont accru sensiblement le soutien dont bénéficiaient déjà certains produits. 4.1 Union européenne 4.2. Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture (AGST), l'union européenne a fait état d'un soutien des prix du marché pour le bœuf, les viandes des animaux de l'espèce ovine, le beurre, le lait écrémé en poudre, l'orge, le blé (commun et dur), le maïs, le riz, le seigle, le sorgho et le sucre. 6 Ces secteurs étaient couverts par un système de prélèvements variables, ce qui faisait qu'il était difficile pour les importations de concurrencer par les prix le produit de l'union européenne. Le soutien des prix du marché allait aussi de pair avec les garanties offertes aux agriculteurs par l'union européenne, selon lesquelles toute leur production pourrait être achetée par les pouvoirs publics à la faveur d'achats d'intervention. 7 En raison de cette politique, les importations de ces produits par l'union européenne ont été extrêmement limitées; les producteurs de l'union européenne ont réagi aux prix élevés avec une production largement excédentaire qui a été retirée du marché intérieur à l'aide de subventions à l'exportation Toutefois, l'union européenne a commencé à réformer ses mesures de soutien interne avant même la fin des longues négociations du Cycle d'uruguay. 9 À la suite d'une série de réformes qui ont été apportées à la politique agricole commune, les prix d'intervention sont fixés à des niveaux relativement bas, ce qui limite le nombre de fois où les pouvoirs publics doivent procéder à des achats. Parallèlement, l'union européenne a institué un système de versements en partie découplés et totalement découplés afin de soutenir les revenus des producteurs. En conséquence de ces réformes, la notification la plus récente de l'union européenne concernant le soutien interne (2010) ne fait état d'un soutien des prix du marché que pour le beurre, le lait écrémé en poudre et 6 G/AG/AGST/EEC. 7 Les équivalents ad valorem des équivalents tarifaires qui ont été calculés pour ces produits correspondent aux fourchettes suivantes (EAV calculés aux fins des négociations de Doha): bœuf (0201 et 0202): 77% - 146%; viandes de l'espèce ovine (0204): 27% - 104%; beurre (0405): 69% - 135%; lait écrémé en poudre (0402): 19% - 183%; orge (1003): 70%; blé (1001): 59% - 82%; maïs (1005): 73%; riz (1006): 7% - 94%; seigle (1002): 64%; sorgho (1007): 87%; sucre (1701): 80% - 132%. 8 L'Union européenne a établi des mécanismes de subventions à l'exportation pour le blé, les céréales secondaires, le riz, le colza, l'huile d'olive, le sucre, le beurre, le lait écrémé en poudre, le fromage, d'autres produits laitiers, le bœuf, le porc, la volaille, les œufs, le vin, les fruits et légumes (frais et transformés), le tabac, l'alcool et les produits transformés. 9 Commission européenne, Direction générale de l'agriculture et du développement rural, "The CAP in perspective: from market intervention to policy innovation," Note d'information n 1, révisée en janvier

5 - 5 - le blé. 10 La valeur du soutien des prix du marché qui a été notifié a diminué de pratiquement 85%. Dans le même temps, l'utilisation de subventions à l'exportation par l'union européenne a elle aussi reculé; dans sa dernière notification, l'union européenne ne faisait état de subventions à l'exportation que pour le bœuf, le porc, la volaille, les œufs et les produits transformés. 11 Les subventions à l'exportation notifiées pour 2011/12 ne représentaient qu'une fraction du niveau consolidé dans le cadre du Cycle d'uruguay, à savoir 130 millions d'euros par rapport à des engagements consolidés dont la valeur totale dépassait les 7,6 milliards d'écus. Si l'union européenne continue d'appliquer des tarifs dont les taux sont élevés afin de protéger son régime de soutien des prix du marché, les réformes lui ont donné la marge de manœuvre nécessaire pour négocier des réductions tarifaires tout en évitant d'assumer des obligations financières non maîtrisables dans l'éventualité où les prix intérieurs diminueraient en raison de la concurrence accrue des importations. 4.2 États-Unis d'amérique 4.4. Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture, les États-Unis d'amérique ont notifié des mesures de soutien des prix pour quatre produits: le bœuf, les produits laitiers, les arachides et le sucre. Après les réformes qui ont été apportées aux lois sur l'agriculture qui se sont succédé, des mesures de soutien des prix du marché ne subsistent que pour le sucre. Le programme de soutien des prix du marché pour le bœuf était d'envergure relativement limitée (soutien notifié de 158 millions de dollars EU). Le bœuf ne bénéficie actuellement d'aucun soutien MGS. Le tarif consolidé des États-Unis pour le bœuf s'établit à 26,4% Avant la réforme apportée dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de 2002, le programme pour les arachides était un système rigide dans le cadre duquel des quotas de production étaient répartis entre les producteurs qui remplissaient les conditions requises pour bénéficier du soutien élevé des prix intérieurs. Les agriculteurs intéressés à cultiver des arachides, mais qui ne disposaient pas de quotas, pouvaient néanmoins en cultiver, mais ils n'étaient autorisés à vendre les arachides hors quota que sur les marchés mondiaux. En raison des mesures de contrôle de la production, les arachides vendues à prix fort n'étaient pas mises en stock aux États-Unis ni écoulées à l'aide de subventions à l'exportation. Le tarif consolidé des États-Unis pour les arachides dans le cadre de l'omc s'établit à 163%, ce qui correspond au niveau de protection nécessaire pour maintenir des prix intérieurs élevés. Toutefois, depuis 2002, les arachides relèvent du même régime mixte de versements directs des pouvoirs publics que d'autres produits bénéficiant de programmes, y compris de versements directs en partie découplés dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de Le programme laitier des États-Unis a lui aussi évolué au fil du temps. Le soutien notifié dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture était lié à un système dans le cadre duquel tous les produits laitiers bénéficiaient d'un soutien des prix du marché, dont la valeur s'élevait à plus de 5 milliards de dollars EU par an. Après une réforme partielle qui a eu pour effet de restreindre le soutien des prix du marché à certains produits laitiers (fromage, beurre et lait dégraissé en poudre), il a été mis fin au soutien des prix du marché dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de Dorénavant, les produits laitiers ne seront soutenus que par un programme de protection des marges, dans le cadre duquel des versements directs sont accordés aux producteurs dont les marges de production sont inférieures à 4 dollars EU par quintal. Comme pour les autres programmes de versements directs qui ont remplacé les dispositifs historiques de soutien des prix du marché qui existaient avant le Cycle d'uruguay, les versements effectués au titre de ce programme sont en partie découplés: ils sont d'actualité lorsque les prix baissent mais sont fondés sur les décisions historiques des producteurs, et non pas sur leurs décisions individuelles courantes. Des subventions à l'exportation étaient disponibles pour les produits laitiers, mais elles ont rarement été utilisées ces dernières années. Le pouvoir d'accorder des subventions à l'exportation pour les produits laitiers a cessé d'exister avec les réformes apportées dans le cadre de la Loi sur l'agriculture de Les tarifs des États-Unis pour les produits laitiers vont de 5% à 140% Le programme sucrier des États-Unis est resté inchangé pour l'essentiel depuis le Cycle d'uruguay. Le sucre est frappé d'un tarif relativement élevé (140% 186% sur une base équivalent ad valorem), qui limite les importations en dehors des contingents tarifaires importants 10 G/AG/N/EU/17, tableau explicatif DS:5. 11 G/AG/N/EU/18.

6 - 6 - accordés dans le cadre de l'omc et des engagements pris dans le cadre d'accords de libre-échange. Selon la notification la plus récente des États-Unis, la MGS notifiée pour le sucre s'établissait à 1,4 milliard de dollars EU. 12 La production nationale est limitée par un système de quotas de commercialisation, et les pouvoirs publics se tiennent prêts à intervenir en tant qu'acheteur de dernier recours si les prix descendent en deçà des niveaux des prix administrés. Les États-Unis d'amérique n'exportent pas de sucre. 4.3 Japon 4.8. Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture, le Japon a fait état d'un soutien des prix du marché pour le bœuf, le porc, le lait, l'orge, le riz, le blé, les amidons et fécules, le sucre et les cocons de vers à soie. Avant le Cycle d'uruguay, chacun de ces secteurs était frappé de tarifs élevés, voire d'une prohibition complète à l'importation en ce qui concerne le riz. En raison des besoins d'importation du Japon, des régimes complexes ont été instaurés pour chaque produit (y compris des contingents tarifaires, des systèmes de prix à la production, et le recours à des entreprises commerciales d'état); ces régimes autorisaient les importations tout en protégeant les prix intérieurs élevés. La situation intérieure de l'offre et de la demande au Japon faisait aussi que toute la production était destinée à la consommation intérieure, avec des exportations restreintes et une absence de subventions à l'exportation Actuellement, le Japon ne fait état d'un soutien des prix du marché que pour le bœuf et le porc. La valeur totale du soutien des prix du marché est sensiblement inférieure aux niveaux de la période de base retenus pour le Cycle d'uruguay: autour de 10% selon la notification du Japon pour Le riz a opéré une transition importante, passant d'un système de soutien des prix du marché à un système de versements directs exemptés dans le cadre de programmes de limitation de la production et de divers dispositifs de soutien découplés. 14 Par suite de cette transition, des mesures de soutien des prix du marché d'une valeur de milliards de yen pour la période de base allant de 1986 à 1988 ont été remplacées par des versements directs d'une valeur légèrement supérieure à 300 milliards de yen. Le Japon continue de maintenir des tarifs élevés pour le riz, qui dépassent les 700%, ce qui limite les importations et protège les prix intérieurs. 4.4 Canada Dans les tableaux explicatifs concernant l'agriculture, le Canada a fait état d'un soutien des prix du marché pour le blé et le lait. Le blé ne bénéficie plus d'un soutien des prix du marché et bénéficie plutôt d'une série de programmes d'assurance et de protection du revenu. Toutefois, le secteur laitier continue d'être fortement protégé, des prix intérieurs élevés étant garantis par des quotas de production, des tarifs élevés (dont bon nombre supérieurs à 300%), d'autres obstacles à l'accès au marché et des subventions à l'exportation. 4.5 Chine Les tableaux explicatifs de la Chine concernant l'agriculture portent sur la période et font état d'un soutien des prix du marché pour le blé, le riz, le maïs et le coton. Pour tous ces produits, à l'exception du maïs, le soutien des prix du marché est négatif, étant donné que les prix administrés sont inférieurs aux prix de référence mondiaux pour cette période. Les prix du marché sont protégés des importations par des tarifs élevés: 65% pour les céréales et 40% pour le coton. Des régimes complexes d'administration des contingents tarifaires et l'application de mesures sanitaires et phytosanitaires réduisent aussi la pression que le commerce pourrait exercer sur les prix Dans sa dernière notification la plus récente (2008), la Chine n'a fait état d'un soutien des prix du marché que pour le blé et le riz, et le soutien notifié est toujours négatif. 15 Au soutien des prix du marché viennent s'ajouter d'autres programmes, en particulier des subventions pour les semences et le transport et, s'agissant du coton, le coût associé au maintien de stocks publics importants et croissants. 12 G/AG/N/USA/93, tableau explicatif DS:5. 13 G/AG/N/JPN/191, tableau explicatif DS:5. 14 G/AG/N/JPN/ G/AG/N/CHN/21, tableau explicatif DS:5.

7 Inde Les tableaux explicatifs de l'inde concernant l'agriculture font état d'un soutien des prix du marché pour un grand nombre de produits, pratiquement toujours de façon négative, étant donné que les prix administrés étaient inférieurs aux prix de référence extérieurs. 16 Dans la notification la plus récente de l'inde (2003), celle-ci fait état d'un soutien des prix du marché pour le riz, le blé, les légumineuses, le coton et le jute. 17 Toutes les valeurs indiquées sont négatives, les prix administrés appliqués étant inférieurs au prix de référence extérieur fixe, même lorsque le prix de référence exprimé en roupies est converti en dollars. Les prix du marché sont protégés des importations par des tarifs élevés: les tarifs consolidés de l'inde pour les légumineuses, le blé et le coton affichent un taux de 100%; ils varient de 70% à 80% pour le riz, et s'établissent à 40% pour le jute. Les taux appliqués sont parfois inférieurs. 4.7 Niveaux de soutien relatifs Les niveaux relatifs des prix administrés/du soutien des prix sont récapitulés dans le tableau qui suit. Les prix administrés varient considérablement d'un pays à l'autre. Le taux des prêts à la commercialisation des États-Unis d'amérique, qui est un versement entièrement couplé à la production et qui s'apparente de très près aux mesures de soutien des prix du marché d'autres pays, est indiqué uniquement à des fins de comparaison. Toutefois, il importe de noter que le taux des prêts n'a pas de grands effets de distorsion économique comme ceux associés aux prix administrés. Les prix administrés ont augmenté substantiellement par rapport au prix de référence extérieur fixe (PREF) indiqué dans les tableaux explicatifs des Membres concernant l'agriculture. 16 Pois chiches, haricots mung, pois cajan, haricots mungo, millet à chandelle, orge, sorgho, maïs, riz, blé, arachides, colza, fèves de soja, canne à sucre, tabac, coton et thé. 17 G/AG/N/IND/7, tableau explicatif DS:5.

8 - 8 - Soutien des prix du marché: Prix administrés et prix de référence extérieurs fixes Riz Blé Sucre Coton Maïs Prix administré (2013) PREF Inde 335 $EU/tm 262,51 $EU/tm Chine 426 $EU/tm 320,58 $EU/tm Thaïlande 468 $EU/tm Non notifié Brésil 159 $EU-183 $EU/tm 174,13 $EU/tm États-Unis** 143,30 $EU/tm Non notifié Inde 238 $EU/tm 264,00 $EU/tm Chine 361 $EU/tm 204,72 $EU/tm Brésil 246 $EU/tm 130,93 $EU/tm États-Unis** 108 $EU/tm Non notifié Inde 35,84 $EU/tm 11,64 $EU/tm Thaïlande 618,37 $EU/tm Non notifié États-Unis** 413,36 $EU/tm 230,824 $EU/tm Inde 631,42 $EU/tm 1 292,64 $EU/tm Chine $EU/tm $EU/tm Brésil $EU/tm $EU/tm États-Unis** $EU/tm Non notifié Inde 223,56 $EU/tm 238,57 $EU/tm Chine 358 $EU-365 $EU/tm 144,53 $EU/tm Brésil 135 $EU-160 $EU/tm 131,35 $EU/tm États-Unis** 76,77 $EU/tm Non notifié ** Le prix des États-Unis est le taux des prêts consentis dans le cadre du programme de prêts au titre de l'aide à la commercialisation, qui n'est pas un programme de soutien des prix, mais plutôt un programme couplé à la production avec des prix de référence fixes. Il est indiqué ici uniquement à des fins de comparaison. Sources: Inde Ministère de l'agriculture. Chine Commission nationale pour le développement et la réforme. Thaïlande Ministère du commerce. Brésil Ministère de l'agriculture, de l'élevage et des approvisionnements. Notifications présentées à l'omc. Calculs du Département de l'agriculture des États-Unis (USDA).

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/1949/Add.l4 2 avril 1963 Distribution limitée Original : anglais ENTREPRISES COMMERCIALES D'ETAT Notifications présentées conformément

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, 18 février 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

LA POMME DE TERRE LE PRODUIT LA PRODUCTION

LA POMME DE TERRE LE PRODUIT LA PRODUCTION LA POMME DE TERRE LE PRODUIT La pomme de terre est la quatrième culture vivrière du monde après le blé, le riz et le mais. Elle occupe une place importante dans les régimes alimentaires de plusieurs pays

Plus en détail

LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE

LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE LA VIABILITÉ DE L AGRICULTURE CANADIENNE Présentation de GEORGE L. BRINKMAN DÉPART. DE L ÉCONOMIE ET DE L INDUSTRIE AGRICOLES UNIVERSITÉ DE GUELPH APERÇU DE LA PRÉSENTATION VIABILITÉ AGRICOLE Revenus,

Plus en détail

Le système de régulation du marché laitier au Canada

Le système de régulation du marché laitier au Canada Le système de régulation du marché laitier au Canada Séminaire agricole La PAC { l horizon 2020, Bruxelles, 31 mars et 1 er avril Plan de la présentation 1. La production laitière chez nous 2. Pourquoi

Plus en détail

Jean-Christophe Bureau Sophie Thoyer NOUVELLE EDITION

Jean-Christophe Bureau Sophie Thoyer NOUVELLE EDITION Jean-Christophe Bureau Sophie Thoyer La politique agricole commune NOUVELLE EDITION La Dicouverte 9 bis, rue Abel-Hovelacque 75013 Paris Table des matieres Introduction 3 I L'ambition agricole europeerine

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED isf I965 PROJET DE RAPPORT DU.DEUXIEME COMITE SUR LA CONSULTATION AVEC LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE Note du secrétariat,a la demande

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION LE COMMERCE ET L'ENVIRONNEMENT À L'OMC

NOTE D'INFORMATION LE COMMERCE ET L'ENVIRONNEMENT À L'OMC 10945 NOTE D'INFORMATION LE COMMERCE ET L'ENVIRONNEMENT À L'OMC *** Les règles actuelles de l'omc ménagent d'importantes possibilités de protéger l'environnement et de lutter contre le changement climatique

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES?

L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES? L ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL, OÙ SONT NOS REPÈRES? Pierre Charlebois, chef de la section de l analyse l économique des marchés agricoles Agriculture et Agroalimentaire Canada Les perspectives 29 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Repenser la politique agricole des Etats-Unis:

Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Repenser la politique agricole des Etats-Unis: Daryll E. Ray Daniel G. De La Torre Ugarte Kelly J. Tiller Changer la donne pour assurer des revenus aux agriculteurs du monde entier. Agricultural Policy

Plus en détail

(15-2065) Page: 1/7 SUBVENTIONS

(15-2065) Page: 1/7 SUBVENTIONS 17 avril 2015 (15-2065) Page: 1/7 Comité des subventions et des mesures compensatoires Original: anglais SUBVENTIONS RÉPONSES AUX QUESTIONS 1 ET AUX QUESTIONS COMPLÉMENTAIRES 2 DES ÉTATS-UNIS CONCERNANT

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE Cinquième session Cancún, 10-14 septembre 2003 WT/MIN(03)/ST/61 11 septembre 2003 (03-4834) Original: anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR

Plus en détail

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise

Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le commerce international des oléagineux et de l arachide- Place et enjeux pour la filière sénégalaise Le contexte mondial des filières oléagineuses- Principales caractéristiques L analyse du secteur mondial

Plus en détail

POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION ET DE COMMERCE AFFECTANT LA FILIERE COTONNIERE

POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION ET DE COMMERCE AFFECTANT LA FILIERE COTONNIERE POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION ET DE COMMERCE AFFECTANT LA FILIERE COTONNIERE COMITE CONSULTATIF INTERNATIONAL DU COTON Discover Novembre 2008 natural fibres 2 0 0 9 POLITIQUES EN MATIERE DE PRODUCTION

Plus en détail

Le tableau d'affichage du marché unique

Le tableau d'affichage du marché unique Le tableau d'affichage du marché unique Performance par domaine politique Marchés publics (Période de référence: 01/2013-12/2013) À propos Les commandes de travaux, de biens ou de services par les autorités

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

B. L'IMPORTANCE DES PROGRAMMES DE DÉTENTION DE STOCK PUBLICS DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

B. L'IMPORTANCE DES PROGRAMMES DE DÉTENTION DE STOCK PUBLICS DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT LA CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE DE L'OMC DE BALI ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT : LA RÈGLEMENTATION DES SUBVENTIONS AGRICOLES DOIT ÊTRE JUSTE ET ÉQUITABLE Nous présentons ci-dessous un

Plus en détail

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION TARIFICATION Page 1 de 29 Table des matières 1 INTRODUCTION... 5 2 HISTORIQUE DES CRÉDITS POUR ALIMENTATION

Plus en détail

Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte,

Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte, Mémorandum de la Société Civile à la 3 ème Session Ordinaire des Ministres du Commerce de l Union Africaine 5-9 juin 2005 Caire, Egypte, Nous, membres d ATN (Africa Trade Network) et d autres organisations

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19-III-2008 C (2008) 1192 Objet: Aides d'état/france - Aide N 311/2007 Aides en faveur de la publicité des animaux, produits animaux et produits d'origine animale Monsieur

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

L agriculture canadienne et les négociations commerciales internationales Assemblée générale annuelle Producteurs Laitiers du Canada

L agriculture canadienne et les négociations commerciales internationales Assemblée générale annuelle Producteurs Laitiers du Canada L agriculture canadienne et les négociations commerciales internationales Assemblée générale annuelle Producteurs Laitiers du Canada Le 15 juillet 2014 Sommaire L environnement commercial actuel Le point

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Variation des recettes provenant de toutes les primes d assurance automobile

Variation des recettes provenant de toutes les primes d assurance automobile Sommaire Le 11 juin 2002, la Société d'assurance publique du Manitoba (la «Société») a soumis une demande à la Régie des services publics (la «Régie») afin que soient approuvées ses primes d'assurance

Plus en détail

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque;

(b) les effets sur la concurrence intermarques, notamment au niveau d un concessionnaire multimarque; Description des tâches à réaliser pour l'étude de l'impact, sur toutes les parties intéressées, des futurs scénarios législatifs possibles en matière de distribution de véhicules automobiles 1. PROBLEMES

Plus en détail

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ...

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ... INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE : Nourriture disponible par personne Quantité [kcal/personne/jour] 1996 2001 2006 Disponibilité alimentaire 2033 2162 2354 2586 Source:

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

BONJOUR! GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES

BONJOUR! GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES BONJOUR! GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES GESTION DES STOCKS DE CÉRÉALES ET POLITIQUE DE LA STABILISATION DES PRIX Sources de variation / d'instabilité des prix Variations saisonnières des prix (1 an ou

Plus en détail

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles

Groupe de travail des politiques et des marchés agricoles Non classifié TAD/CA/APM/WP(2010)33 TAD/CA/APM/WP(2010)33 Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Économiques Organisation for Economic Co-operation and Development 04-Nov-2010 Français

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AG/DOC/7/JPN/2 Z^lll^L^ DOCUMENTATION CONCERNANT L'AGRICULTURE CATALOGUE DES MESURES NON TARIFAIRES Nonnes de commercialisation et règles

Plus en détail

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018)

L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) L assurance chiffre d affaires et les aides contracycliques dans le nouveau farm bill (2014-2018) Académie d agriculture de France 8 octobre 2014 La politique agricole et alimentaire américaine : quels

Plus en détail

Les biocarburants au Brésil

Les biocarburants au Brésil DIRECTION GENERALE POUR LES POLITIQUES EXTERNES DE L'UNION DIRECTION B - DEPARTEMENT THEMATIQUE - NOTE Les biocarburants au Brésil Contenu: Cette note décrit l évolution de la filière du bioéthanol au

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) 6690/3/08 REV 3 RC 1 COASI 47 PROPOSITION Origine: Commission En date du: 14 janvier

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec(81)23 1 mai 1981 QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES Rémunération du personnel des services généraux et autres dépenses de personnel

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.12. COM() 597 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL concernant les informations relatives à l'incidence budgétaire de l'actualisation

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

(13-5539) Page: 1/22 COMMERCE D'ÉTAT

(13-5539) Page: 1/22 COMMERCE D'ÉTAT G/STR/N/13/THA G/STR/N/14/THA 11 octobre 2013 (13-5539) Page: 1/22 Groupe de travail des entreprises commerciales d'état Original: anglais COMMERCE D'ÉTAT NOUVELLE NOTIFICATION COMPLÈTE CONFORMÉMENT À

Plus en détail

«Les marchés s des biocarburants» Quels impacts sur les marchés des matières premières agricoles? Quelles perspectives pour demain? VALBIOM : 3 éme Table Ronde Hélène MORIN 1 Plan de l interventionl Production

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS?it iliï%l 3

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS?it iliï%l 3 RESTRICTED ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS?it iliï%l 3 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution spéciale DOCUMENTATION CONCERNANT L'AGRICULTURE CATALOGUE DES MESURES NON TARIFAIRES Normes de commercialisation

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : RDFF1519825D et RDFF1519826A Intitulé des textes : Décret n 2010-676 du 21 juin 2010 instituant une prise en charge partielle du prix des titres d'abonnement

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière

Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière Forum du lait 2013 Ouverture sectorielle du marché, du point de vue de l industrie laitière Tier & Technik St. Gall, 22 février 2013 Dr. Markus Bild Willimann Président VMI Agenda Contexte Analyse SWOT

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Groupe de travail des entreprises commerciales d'état 8 novembre 2004 (04-4744) Original: anglais COMMERCE D'ÉTAT Nouvelle notification complète au titre de l'article

Plus en détail

fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité

fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité Centre d information fenaco Berne, 21 mai 2014 Communiqué de presse concernant l exercice 2013 fenaco: chiffre d affaires en hausse dans tous les domaines d activité Malgré la météo précaire qui a marqué

Plus en détail

ACCORD SUR LES PROCEDURES DE LICENCES D'IMPORTATION. Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales,

ACCORD SUR LES PROCEDURES DE LICENCES D'IMPORTATION. Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales, Page 239 ACCORD SUR LES PROCEDURES DE LICENCES D'IMPORTATION Les Membres, Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales, Désireux de favoriser la réalisation des objectifs du GATT de 1994, Tenant

Plus en détail

Alger, le 19 octobre 2015

Alger, le 19 octobre 2015 Monsieur le Ministre du Commerce, a reçu le Secrétaire Général ainsi que les membres du Bureau de Secrétariat National de l'union Nationale des Paysans Algériens (UNPA) Alger, le 19 octobre 2015 Source

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre du présent régime cadre relatif aux aides à la formation

Plus en détail

REGLEMENTATION COMMERCIALE BURKINA FASO CEREALES FRUITS ET LEGUMES BETAIL VIANDE POISSONS GENERALITES

REGLEMENTATION COMMERCIALE BURKINA FASO CEREALES FRUITS ET LEGUMES BETAIL VIANDE POISSONS GENERALITES REGLEMENTATION COMMERCIALE BURKINA FASO CEREALES FRUITS ET LEGUMES BETAIL VIANDE POISSONS GENERALITES Les textes de base sont : Ordonnance n 81 0026/PRES/CMRPN du 26 août 1981 portant réglementation de

Plus en détail

Information aux médias

Information aux médias Information aux médias Le défi Après une décennie de Stephen Harper, les fermes familiales sont au bord du gouffre. / Sous les conservateurs, la dette des fermes a battu de nouveaux records chaque année,

Plus en détail

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRODUITS PETROLIERS La facture pétrolière ne cesse de s alourdir et les consommateurs que sont les particuliers ou les entreprises voient leurs dépenses liées au poste carburant

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT Version du 18 septembre 2015 NOTE AU LECTEUR Le Programme de protection contre est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113).

Plus en détail

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures

Plus en détail

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme!

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme! SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL ÉCONOMIE ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION Comparez votre ferme! Pour une quatrième année consécutive, la FPPQ publie son étude sur les coûts de production.

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

CONVENTION COMMERCIALE ET TARIFAIRE ENTRE LES PAYS DE L'UNION DU MAGHREB ARABE

CONVENTION COMMERCIALE ET TARIFAIRE ENTRE LES PAYS DE L'UNION DU MAGHREB ARABE CONVENTION COMMERCIALE ET TARIFAIRE ENTRE LES PAYS DE L'UNION DU MAGHREB ARABE La République Algérienne Démocratique et Populaire ; La Jamahiria Arabe Libyenne Populaire et Socialiste ; La République Tunisienne

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail