P.O.S. de BLAYE Règlement d urbanisme. Zone UA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P.O.S. de BLAYE Règlement d urbanisme. Zone UA"

Transcription

1 Zone UA Caractère de la zone Il s'agit du vieux BLAYE, zone d'habitat, de commerces et de services. Elle se caractérise par une forte densité urbaine. Elle est en totalité couverte par le périmètre de protection des Monuments Historiques (Citadelle) établi conformément à la loi du 31 décembre Le secteur UAi est sujet aux inondations par le Saugeron et par la Gironde. SECTION I - NATURE DE L'OCCUPATION ET DE L'UTILISATION DU SOL Rappels : 1. L intervention sur les clôtures est soumise à déclaration conformément aux articles L et R et suivants du Code de l Urbanisme. 2. Les installations et travaux divers sont soumis à l autorisation prévue aux articles L et R et suivants du Code de l Urbanisme. 3. Les démolitions sont soumises à l autorisation prévue à l article L du Code de l Urbanisme en particulier dans le périmètre de protection des Monuments Historiques. 4. La publicité des enseignes et pré-enseignes est soumise aux dispositions de la loi du 29 décembre 1979 et aux décrets d application correspondants. 5. Toute demande d autorisation concernant un terrain réputé exposé aux risques inondations devra comporter les cotes du terrain naturel (cotes NGF) pour situer le terrain par rapport aux risques et permettre l application de l article R du Code de l Urbanisme visant à assurer la sécurité des personnes et à réduire la vulnérabilité des biens et des activités. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

2 ARTICLE UA1 -Occupations et utilisations du sol admises Sont admises notamment les occupations et utilisations du sol suivantes : 1. Les constructions à usage : D'habitation ainsi que leurs annexes accolées ou non, D hôtellerie, D équipements collectifs (bâtiments à usage collectif et ouvrages techniques nécessaires au fonctionnement des services publics, office de pôle, point d accueil touristique, office de tourisme), De commerces, De bureaux et de services, De garage collectif. 2. Sous réserve qu elles n engendrent pas de nuisances incompatibles avec l habitat : Les constructions à usage d artisanat, Les installations classées soumises à autorisation ou à déclaration, 3. Les lotissements à usage d'habitation et les ensembles d'habitations, 4. Les aires de stationnement ouvertes au public. Lorsqu elles sont situées dans la zone de bruit figurant au plan de zonage, les constructions à usage d habitation ne peuvent être autorisées que si elles respectent les règles d insonorisation fixées par la loi du 31 décembre 1992 et ses textes d application : décret n du 09 janvier 1995 et arrêté du 30 mai Dans le secteur UAi, sont seulement admises les occupations et utilisations du sol suivantes : Sont admises les occupations et utilisations du sol visées à l article UA1, paragraphe 1.1. à condition de respecter les dispositions constructives suivantes : Pour les biens et activités existants : 1. Les travaux usuels d entretien et de gestion courante des biens et activités implantés antérieurement à l approbation du présent P.O.S. et notamment les aménagements internes, les traitements de façades et la réfection des toitures, sauf s ils augmentent les risques ou en créent de nouveaux ou conduisent à une augmentation de la population exposée. 2. La reconstruction de tout édifice détruit par un sinistre sous réserve d assurer la séurité des personnes et de réduire la vulnérabilité des biens. 3. L augmentation du nombre de logements est autorisée sous réserve que l emprise au sol soit équivalente ou inférieure à celle de l édifice détruit 4. La construction et l aménagement d accès de sécurité extérieurs en limitant l encombrement de l écoulement. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

3 5. L adaptation ou la réfection de tout bâtiment pour la mise hors d eau des personnes des biens et des activités. 6. Le changement de destination sous réserve d assurer la sécurité des personnes et de ne pas augmenter la vulnérabilité ni les nuisances. 7. La rénovation est autorisée à condition que les travaux aient pour objet de diminuer la vulnérabilité des biens et d accroître la sécurité des personnes au regard du risque. Lesdits travaux respecteront les dispositions constructives suivantes : - La cote du plancher du premier niveau aménagé sera fixée à un niveau supérieur ou égal à la cote de référence. Tout ou partie d immeuble situé au-dessous de cette cote de référence est réputé non aménageable. - Les réseaux techniques (eau, gaz, électricité) seront équipés d un dispositif de mise hors service automatique ou seront installés hors du niveau de la crue de référence. - Les matériels électriques, électroniques, micromécaniques et appareils de chauffage, seront placés au-dessus d un niveau correspondant à la cote de référence augmentée de 0,50 mètres. - Tout ou partie de la construction située au-dessous de la cote de référence sera réalisée dans les conditions suivantes : L isolation thermique et phonique utilisera des matériaux insensibles à l eau ; Les matériaux putrescibles ou sensibles à la corrosion seront traités avec des produits hydrofuges ou anti-corrosifs ; Les revêtements de sols et de murs et leurs liants seront constitués de matériaux non sensibles à l action de l eau. 8. Le déplacement ou la reconstruction des clôtures sous réserve de prendre en compte les impératifs de l écoulement des crues. Ainsi les murs pleins seront remplacés par une clôture ajourée s intégrant harmonieusement dans le paysage (type : grille) 9. Lors de toute réfection importante, reconstruction totale ou partielle de tout ou partie d édifice, les prescriptions applicables aux constructions neuves s appliquent. Toutefois, elles ne s appliquent pas : - Aux travaux usuels d entretien et de gestion normale des biens et activités implantés antérieurement à l approbation du présent P.O.S. - A toute extension de moins de 20 m². Sont obligatoires dans un délai de réalisation de 5 ans : 1. La mise hors d eau de tout stockage de produits dangereux. La liste de ces produits est fixée par la nomenclature des installations classées et la réglementation sanitaire départementale. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

4 2. L installation de dispositifs (obturation des ouvertures, relèvement des seuils ) destinés à assurer l étanchéité des parties de bâtiment situées sous la cote centennale Pour les biens et activités futures : 1. La cote du plancher du premier niveau aménagé sera fixée à un niveau supérieur ou égal à la cote de référence. Tout ou partie d immeuble situé audessous de cette cote de référence est réputé non aménageable. 2. Les réseaux techniques (eau, gaz, électricité) seront équipés d un dispositif de mise hors service automatique ou seront installés hors du niveau de la crue de référence. 3. Les matériels électriques, électroniques, micromécaniques et appareils de chauffage, seront placés au-dessus d un niveau correspondant à la cote de référence augmentée de 0,50 mètres. 4. Toute partie de la construction située au-dessous de la cote de référence sera réalisée dans les conditions suivantes : L isolation thermique et phonique utilisera des matériaux insensibles à l eau ; Les matériaux putrescibles ou sensibles à la corrosion seront traités avec des produits hydrofuges ou anti-corrosifs ; Les revêtements de sols et de murs et leurs liants seront constitués de matériaux non sensibles à l action de l eau. Aménagements extérieurs : 1. Le mobilier d extérieur, à l exclusion du mobilier aisément déplaçable, sera ancré ou rendu captif. 2. Les voies d accès, les parkings, les aires de stationnement de toute nature doivent être arasés au niveau du terrain naturel et comporter une structure de chaussée insensible à l eau. 3. Les réseaux d eaux pluviales et d assainissement seront équipés de clapets antiretour. 4. Les citernes enterrées seront lestées ou fixées ; les citernes extérieures seront fixées au sol support, lestées et équipées de murets de protection à hauteur de la cote de référence. 5. Le stockage des produits sensibles à l eau devra être réalisé dans un récipient étanche, résistant à la crue de référence et lesté ou fixé afin qu il ne soit pas emporté par la crue. A défaut, le stockage sera effectué au-dessus de la cote de référence. 6. Le stockage de quantités ou concentration de produits polluants inférieures aux normes minimales fixées pour leur autorisation ou déclaration, devra être réalisé dans un récipient étanche, résistant à la crue de référence et lesté ou fixé afin Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

5 qu il ne soit pas emporté par la crue. A défaut, le stockage sera effectué audessus de la cote de référence. ARTICLE UA2 - Occupations et utilisations du sol interdites Dans la zone UA, ne sont interdites que les occupations et utilisations du sol suivantes : 1. Les occupations et utilisations du sol visées à l'article UA1 si elles ne satisfont pas aux conditions énoncées. 2. Lorsqu elles sont sources de nuisances incompatibles avec l habitat : Les constructions à usage d artisanat, Les installations classées soumises à autorisation ou à déclaration. 3. Les constructions à usage industriel ou agricole. 4. Les lotissements à usage d'activité. 5. Les campings et caravanings ainsi que le stationnement isolé de caravanes et de mobil homes. 6. Les habitations légères de loisirs, les parcs résidentiels de loisirs et les villages de vacances. 7. L'exploitation des carrières, 8. Les affouillements et exhaussements du sol qui ne sont pas nécessaires à l'acte de construire. 9. Les installations et travaux divers visés à l article R du Code de l Urbanisme autres que ceux admis dans les conditions de l article UA Les dépôts en vrac de matériaux de toute nature et notamment de ferraille, vieux véhicules en vue de la récupération des matériaux ainsi que les installations d'élimination des déchets Dans le secteur UAi, ne sont interdites que les occupations et utilisations du sol suivantes : 1. Les occupations et utilisations du sol non énumérées à l alinéa 1.2 de l article UA1. 2. Les occupations et utilisations du sol visées à l alinéa 1.2 de l article UA1 si elles ne satisfont pas aux conditions énoncées. Pour les biens et les activités futurs : Sont interdits : 1. Les installations relevant de l application de la Directive Européenne n 96/82/C.E. du 09 décembre 1996, modifiant la Directive Européenne Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

6 n 82/501/CEE du 24 juin 1982, concernant les risques d accident majeur de certains établissements publics. 2. Tout surcreusement et excavation par rapport au terrain naturel. 3. Tout stockage de produits dangereux ou polluants tels que ceux identifiés dans la nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement ou dans la réglementation sanitaire départementale, ou encore dans celle relative au transport de matières dangereuses. 4. Au-dessous du niveau correspondant à la cote de référence, l utilisation dans la structure bâtie de composants sensibles à l attaque de l eau. 5. Les terrains de camping et caravanage disposant d installations fixes. 6. Les clôtures pleines et les haies faisant obstacle à l écoulement des eaux. 7. Toute réalisation de remblaiement entravant l écoulement des crues et modifiant les périmètres exposés. 8. Les décharges d ordures ménagères, de déchets industriels et de produits toxiques. 9. Toute construction ou agrandissement du bâti existant qui conduirait à occuper une surface d emprise au sol supérieure à 25% de la superficie de la parcelle concernée. Pour les biens et les activités existants, sont interdits : - Tout aménagement des sous-sols. SECTION II - CONDITIONS DE L'OCCUPATION DU SOL ARTICLE UA3 - Accès et voirie. Accès Tout terrain enclavé est inconstructible à moins que son propriétaire n obtienne une servitude de passage sur les fonds voisins dans les conditions fixées par l article 682 du Code Civil. Les accès doivent être adaptés à l opération et aménagés de façon à créer la moindre gêne pour la circulation publique. En particulier, ils seront munis d un sas d entrée avec portail en recul de 5 mètres par rapport à l alignement de la voie publique. Ce sas sera conçu pour y placer un conteneur de collecte des ordures ménagères. Leur implantation, leur géométrie ainsi que les ouvrages hydrauliques nécessaires à la continuité des fossés ou à la collecte des eaux de ruissellement de la voie d accès devront faire l objet, préalablement à toute réalisation, d une permission de voirie délivrée par le service gestionnaire de la voie. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

7 Les accès doivent présenter des caractéristiques permettant de satisfaire aux exigences de la sécurité, de la défense contre l'incendie et de la protection civile (voie d'au moins 3,50 mètres de largeur ne comportant ni virage de rayon inférieur à 11 mètres, ni passage sous porche de hauteur inférieure à 3,50 mètres). Lorsque le terrain est riverain de deux ou plusieurs voies publiques, l accès sur celle des voies qui présenterait une gêne ou un risque pour la circulation publique pourra être interdit. Voirie La création de voie ouverte à la circulation est soumise aux conditions suivantes : DESTINATION DE LA VOIE Voies destinées à être ultérieurement incluses dans la voirie publique Voies qui ne seront jamais incluses dans la voirie publique LARGEUR MINI. LARGEUR MINI. DE CHAUSSEE PLATE-FORME 5 mètres 8 mètres 3,50 mètres 6 mètres Les constructions et installations doivent être desservies par des voies de caractéristiques adaptées à la nature et l intensité du trafic qu elles supportent et répondant aux exigences de la sécurité et des moyens d approche des véhicules de lutte contre l incendie, de la protection civile ou de service public. Les voies nouvelles en impasse ne peuvent desservir plus de 4 logements. Elles ne devront pas excéder une longueur de 50 mètres et leur partie terminale devra être aménagée de telle sorte que les véhicules privés et ceux des services publics (matériel de lutte contre l'incendie, enlèvement des ordures ménagères, etc...) puissent faire demi-tour aisément. Une signalisation spéciale, conforme au Code de la Route est obligatoire. L'ouverture d'une voie privée carrossable peut être refusée lorsque son raccordement à la voirie existante peut constituer un danger pour la circulation et notamment lorsqu'elle débouche à proximité d'un carrefour. ARTICLE UA4 - Desserte par les réseaux. Eau potable Toute construction ou installation nouvelle doit être raccordée au réseau public de distribution d eau potable par une conduite de capacité suffisante et équipée d un dispositif anti-retour dans les conditions fixées par la réglementation en vigueur (cf. Annexes Sanitaires, pièce n 6). Assainissement Eaux Usées Toute construction à usage d habitation ou d activité générant des eaux usées, devra obligatoirement être raccordée au réseau public d assainissement. En l absence de réseau collectif, et seulement dans ce cas : Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

8 - Les constructions et installations peuvent être autorisées, sous réserve que leurs eaux et matières usées soient dirigées sur des dispositifs de traitement non collectif agréés, et éliminées conformément aux dispositions du schéma directeur d assainissement s il est rendu public ou à défaut selon les prescriptions de la réglementation en vigueur au moment de la demande de permis de construire ou de la demande administrative en tenant lieu et à condition que la surperficie et la nature hydrologique du terrain le permettent. - En ce qui concerne les dispositifs dits «lits filtrants drainés à flux vertical ou horizontal» ceux-ci doivent être fortement déconseillés excepté pour l amélioration de l habitat existant et pour les nouvelles constructions comportant un exutoire pérenne. Dans le cas d absence de réseau public, le niveau altimétrique du point de rejet des eaux usées des bâtiments et installations projetés devra permettre le raccordement ultérieur au réseau public dès que celui-ci sera réalisé. Il est précisé que ce raccordement sera rendu obligatoire. Lors de la mise en place du dispositif de l assainissement non collectif, il est souhaitable que le pétitionnaire envisage la sortie de ses effluents au droit du futur réseau dont l implantation sera fournie par la municipalité. Pour les lotissements et ensembles d habitations, il peut être demandé la mise en place d un réseau d assainissement de type séparatif à l intérieur de l opération en attendant le raccordement sur le futur réseau public. Le rejet des eaux usées industrielles et de certaines eaux résiduaires dans le réseau public d assainissement est subordonné à un pré-traitement respectant la réglementation sanitaire en vigueur et dont la réglementation pourra être fournie par le gestionnaire du réseau. L évacuation des eaux et des matières usées, non traitées, est interdite dans les fossés, les cours d eau et dans les réseaux d eaux pluviales. Assainissement Eaux Pluviales Chaque propriétaire a l obligation de réaliser, à sa charge, la collecte et l évacuation des eaux pluviales résultant du ruissellement sur les surfaces aménagées de terrain. Le rejet sera effectué dans le réseau public d eaux pluviales s il existe ou dans le cas contraire, vers l exutoire naturel le plus proche et/ou, au besoin, par des dispositifs de retenue ou d absorption (bassins, puisards, drains, ). Le rejet de ces eaux pluviales est strictement interdit dans le réseau d eaux usées, les fossés routiers ou les canaux d arrosage. Electricité Téléphone Radiodiffusion - Télévision Toute construction ou installation nouvelle doit être raccordée au réseau d'électricité. La création, l'extension et les renforcements des réseaux électriques, téléphoniques, de radiodiffusion ou télévision devront être réalisés en souterrain ou en câbles torsadés, scellés le long des façades de la manière la moins apparente possible de façon systématique. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

9 Par ailleurs, les services gestionnaires des réseaux de radiodiffusion et télévision devront grouper leurs installations d émission réception sur des supports communs toutes les fois que cette disposition s avérera techniquement possible. Pour les lotissements et ensembles d'habitations, les raccordements aux réseaux électriques, téléphoniques, de radiodiffusion et de télévision doivent obligatoirement être réalisés en souterrain. ARTICLE UA5 - Caractéristiques des terrains. Il n'est pas fixé de règles particulières pour des motifs d'urbanisme. Toutefois, les prescriptions sanitaires rappelées dans les annexes sanitaires demeurent applicables (cf. Annexes sanitaires, pièce n 6). ARTICLE UA6 - Implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques. Pour les unités foncières en façade directe sur la voie, l'implantation des constructions se fera : Soit à l'alignement des voies ; ce dernier sera éventuellement déterminé par le service technique chargé de la voirie ; Soit avec un recul minimum de 2 mètres par rapport à l'alignement ; Soit lorsque le projet de construction jouxte une construction existante de valeur ou en bon état qui se trouve en retrait, le bâtiment peut être édifié dans le prolongement de la façade de la construction existante. Il n'est pas fixé de règles pour les annexes et dépendances des bâtiments existants (abri, garage, etc ) ainsi que pour les ouvrages techniques divers nécessaires au fonctionnement des services publics, qui ne constituent pas des bâtiments et qui doivent être admis quelle que soit la zone. Il n est pas fixé de distance minimale d implantation pour les bâtiments publics ni pour les piscines. ARTICLE UA7 - Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives. Les constructions qui ne jouxtent pas la limite séparative doivent être édifiées en respectant un retrait par rapport à cette limite égal à la moitié de la hauteur de la construction comptée au droit de cette limite depuis le sol naturel avant travaux sans que ce retrait ne puisse être inférieur à 3 mètres. Aucune distance particulière n'est fixée pour les piscines et ni pour les ouvrages techniques divers nécessaires au fonctionnement des services publics, qui ne constituent pas des bâtiments et qui doivent être admis quelle que soit la zone. ARTICLE UA8 - Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

10 Non réglementé. ARTICLE UA9 - Emprise au sol. Non réglementé. ARTICLE UA10 - Hauteur des constructions. Définition : La hauteur (H) de façade est mesurée sur rue entre le niveau du sol avant travaux et l'égout du toit. Dans le cas du sol en pente, la hauteur est calculée au milieu des tranches de 15 mètres. Il n'est pas fixé de hauteur absolue, par contre, dans le but de conserver l'épannelage existant des constructions, seule peut être définie une hauteur relative : Hauteur minimale : H > ou = à celle du plus bas des 2 immeubles voisins. Hauteur maximale : H < ou = à celle du plus élevé des 2 immeubles voisins. Cet écart entre la hauteur minimale et la hauteur maximale définit la plage dans laquelle doit se situer la hauteur de la construction projetée. Cependant, une tolérance de 1 mètre est autorisée pour permettre un nombre entier d'étages droits. Dans le cas d une reconstruction après sinistre, un immeuble ne répondant pas à la hauteur autorisée peut être reconstruit à l'identique. Pour les constructions implantées en second plan par rapport à la voie, il n'est pas fixé de hauteur minimum : les extensions, annexes diverses, bâtiments techniques etc..., ne devront pas dépasser la hauteur maximum fixée pour les bâtiments situés en façade sur voie. ARTICLE UA11 - Aspect extérieur. Rappel Conformément aux dispositions de l article R du Code de l Urbanisme «le permis de construire peut être refusé ou n être accordé que sous réserve de l observation de prescriptions spéciales si les constructions, par leur situation, leur architecture, leurs dimensions ou l aspect extérieur des bâtiments ou ouvrages à édifier ou à modifier, sont de nature à porter atteinte au caractère ou à l intérêt des lieux avoisinants, aux sites, aux paysages naturels ou urbains ainsi qu à la conservation des perspectives monumentales». Composition Conception Le parti architectural du projet devra respecter le caractère du bâti ancien en particulier la composition des façades et répondre aux prescriptions suivantes : Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

11 Les constructions doivent présenter une simplicité de volume ainsi qu une unité d'aspect et de matériaux en harmonie avec l architecture locale. Dans ce sens, est interdite toute architecture anachronique ou étrangère à la région. Aspect des constructions du bâti ancien existant Remarque : Les dispositions qui suivent concernant les toitures et les façades ne sont pas applicables aux bâtiments publics ou à usage collectif. Toute intervention, modification ou extension du bâti ancien existant devra tenir compte des caractéristiques du bâti ancien existant, notamment en ce qui concerne : la hiérarchie du volume des constructions (notion de corps principal dominant vis-à-vis des volumes secondaires ou annexes), la forme, la pente, le type de toiture, l ordonnancement des façades et la proportion des percements, la composition des façades, les matériaux et les couleurs utilisés pour les couvertures et les façades, les éléments de menuiserie et de serrurie. Volumétrie La volumétrie du bâti ancien (pente des toitures, constructions annexes...) devra être respectée ou reconstituée lorsqu'elle aura été dénaturée. Proportions Les proportions du bâti ancien (volumes, percements, etc...) résultaient des modes de mises en œuvre des matériaux, des techniques de constructions et des éléments de programme. La restauration de ce bâti devra tenir compte de ces contraintes afin de ne pas le dénaturer (par exemple : maintien des proportions de baies plus hautes que larges). Dans le cas de devantures commerciales, elles devront respecter les dispositions anciennes (encadrements de baies en pierre ou devantures de bois). Matériaux de construction apparents en façades Les revêtements des façades seront réalisés dans le même appareil et le même ton que les façades existantes, soit en maçonnerie de pierres de tailles appareillées, soit en maçonnerie de moellons, enduites avec chaînage et encadrements en pierre de taille. Une attention particulière sera apportée au choix des enduits et traitement aux joints. Les enduits sur maçonnerie de moellons ou les joints au ciment entre maçonnerie de pierre seront ainsi prohibés, seuls les enduits et les joints effectués à la chaux grasse et au sable de carrière permettant d'assurer la pérennité de ce bâti et le confort des usagers seront admis. Dans le centre ancien, le traitement des façades sera analogue au caractère dominant des façades voisines et devra respecter la composition et la proportion des ouvertures. Toitures et matériaux de couverture Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

12 Les matériaux de couverture utilisés dans le bâti ancien seront des matériaux traditionnels et en règle générale : La tuile creuse de Gironde dite «tuile canal» de réemploi ou tuile canal neuve de ton vieilli, L ardoise, La tuile plate, La tuile mécanique dite «tuile de Marseille». Seront également acceptées à titre exceptionnel pour les constructions neuves la tuile «romane canal» de ton vieilli ainsi que la tuile «double canal» de ton vieilli. La toiture sera à deux pentes avec égout du toit parallèle au long pan sans excéder 37 % et sans décrochement excessif. Seront également acceptées les toitures à quatre pentes dans le cas de maisons dites «de maître» à étage, en enduits grattés, teintés dans la masse de ton pierre avec couverture de tuiles de terre cuite qu elles soient canal, romanes ou double canal de ton vieilli. Menuiseries extérieures Dans le bâti ancien, les menuiseries anciennes en bois devront être conservées. Pour les fenêtres : Les menuiseries seront à petits bois et grands carreaux (3 ou 4 carreaux par vantail). Au rez-de-chaussée :Les volets seront en bois plein à lames verticales sans barre ni écharpe. A l étage :Seront autorisées les persiennes en bois. Coloration La coloration du bâti ancien résultait des matériaux mis en œuvre (pierre, brique, bois). La coloration de certains éléments tels que : les menuiseries ou les ferronneries permettant leur mise en valeur par l'homogénéité et la sobriété de leur coloration. Ainsi dans la majeure partie des cas les menuiseries extérieures seront de teinte claire (gris clair ou blanc cassé) et les ferronneries peintes en noir. Les protections non opaques de type verni ou lasure sont à éviter. La coloration des fenêtres et des volets à l étage se fera dans les tons de gris. Au rez-de-chaussée les menuiseries des devantures des commerces seront en règle générale de couleur sombre (bleu sombre, rouge bordeaux ou vert sombre) et les ferronneries des balcons, des grilles de portes ainsi que les barreaudages seront de couleur noire. Annexes Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

13 Les bâtiments annexes aux habitations tels que garages, remises, abris de jardin seront traités avec les mêmes matériaux que ceux utilisés pour la construction principale. Clôtures L édification de clôture est facultative. Toute intervention sur les clôtures sera soumise à déclaration conformément aux dispositions des articles L et R du Code de l Urbanisme. L autorisation de clôture pourra être assortie de prescriptions particulières ou refusée dès lors que celle-ci : Est située à l intersection de voies ou dans une courbe pour des motifs de sécurité routière (visibilité). Est de nature à porter atteinte à l environnement par son architecture ou des matériaux qui la composent. Sur voie publique, l implantation d une clôture devra respecter l alignement de la voie lequel est à solliciter par le pétitionnaire auprès du service gestionnaire à savoir la Mairie dans le cas d une voie communale, la subdivision de l Equipement dans le cas d une voie départementale ou nationale. En outre, elle devra respecter une unité d aspect et de hauteur avec les clôtures voisines situées dans le même alignement de la voie. Les clôtures et portails seront traités le plus discrètement possible. Les clôtures ne devront pas dépasser une hauteur de 2 mètres et seront constituées soit d un mur plein, soit d un mur bahut surmonté d une grille sauf dans le secteur UAi où leur seront préférées des grilles permettant ainsi le libre écoulement des eaux de crue. Les murs de clôtures existants en maçonnerie de pierres et de moellons situés le long de la rue Urbain Albouy et du groupe scolaire, au droit de l emplacement réservé n 5 devront être reconstruits à l identique. Aspect des constructions du bâti contemporain Remarques : - On entend par bâti contemporain toute extension ou construction nouvelles juxtaposées au bâti ancien. - Les dispositions qui suivent concernant les toitures et les façades ne sont pas applicables aux bâtiments publics ou à usage collectif. Le bâti contemporain ou de conception traditionnelle devra s harmoniser avec l existant. Les constructions nouvelles de conception traditionnelle ou contemporaine devront donc respecter les règles du bâti ancien à savoir : Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

14 Toute intervention, modification ou extension du bâti contemporain ou de conception traditionnelle devra tenir compte des caractéristiques du bâti ancien existant, notamment en ce qui concerne : la hiérarchie du volume des constructions (notion de corps principal dominant vis-à-vis des volumes secondaires ou annexes), la forme, la pente, le type de toiture, l ordonnancement des façades et la proportion des percements, la composition des façades, les matériaux et les couleurs utilisés pour les couvertures et les façades, les éléments de menuiserie et de serrurie. Volumétrie La volumétrie du bâti contemporain (pente des toitures, constructions annexes...) devra être en harmonie avec le bâti ancien existant. Proportions Les proportions des constructions (volumes, composition de façades, etc ) seront en harmonie avec le bâti ancien existant. Matériaux de construction apparents en façades Dans le centre ancien, le traitement des façades sera analogue au caractère dominant des façades voisines et devra respecter la proportion de leurs ouvertures. Selon la situation de ces constructions par rapport au bâti ancien existant des exigences particulières pourront être formulées en ce qui concerne la nature des matériaux apparents en façades, tels que : tuiles canal de «ton vieilli» pour les couvertures, ou enduits grattés pour les façades, ou tuiles canal de «ton vieilli». Toitures et matériaux de couverture Dans le cas d une extension : Les constructions seront réalisées avec des matériaux identiques à ceux de l immeuble existant. Dans le cas d une construction nouvelle : Les matériaux de couverture utilisés seront des matériaux traditionnels et en règle générale : La tuile creuse de Gironde dite «tuile canal» ou tuile canal neuve de ton vieilli, L ardoise, La tuile plate, La tuile mécanique dite «tuile de Marseille». Seront également acceptées à titre exceptionnel pour les constructions neuves la tuile «romane canal» de ton vieilli ainsi que la tuile «double canal» de ton vieilli. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

15 La toiture sera à deux pentes avec faîtage parallèle au long pan sans excéder 37 % et sans décrochement excessif. Menuiseries extérieures Les menuiseries des constructions nouvelles devront être en harmonie avec le bâti ancien existant. Pour les fenêtres : Les menuiseries seront à petits bois et grands carreaux. Au rez-de-chaussée : Les volets seront en bois plein à lames verticales sans barre ni écharpe. A l étage : Seront autorisées les persiennes en bois. Coloration Les menuiseries extérieures seront de teinte claire (gris clair ou blanc cassé) et les ferronneries peintes en noir. Les protections non opaques de type verni ou lasure sont à éviter. La coloration des fenêtres et des volets à l étage se fera dans les tons de gris. Au rez-de-chaussée les menuiseries des devantures des commerces seront de couleur sombre (bleu sombre, rouge bordeaux ou vert sombre) et les ferronneries des balcons, des grilles de portes ainsi que les barreaudages seront de couleur noire. Annexes Les bâtiments annexes aux habitations tels que garages, remises, abris de jardin seront traités avec les mêmes matériaux que ceux utilisés pour la construction principale. Clôtures L édification de clôture est facultative. Toute intervention sur les clôtures sera soumise à déclaration conformément aux dispositions des articles L et R du Code de l Urbanisme. L autorisation de clôture pourra être assortie de prescriptions particulières ou refusées dès lors que celle-ci : Est située à l intersection de voies ou dans une courbe pour des motifs de sécurité routière (visibilité). Est de nature à porter atteinte à l environnement par son architecture ou des matériaux qui la composent. Sur voie publique, l implantation d une clôture devra respecter l alignement de la voie lequel est à solliciter par le pétitionnaire auprès du service gestionnaire à savoir la Mairie dans le cas d une voie communale, la subdivision de l Equipement dans le cas d une voie départementale ou nationale. En outre, elle devra respecter une unité d aspect et de hauteur avec les clôtures voisines situées dans le même alignement de la voie. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

16 Les clôtures et portails seront traités le plus discrètement possible. Les clôtures ne devront pas dépasser une hauteur de 2 mètres et seront constituées soit d un mur plein, soit d un mur bahut surmonté d une grille sauf dans le secteur UAi où leur seront préférées des grilles permettant ainsi le libre écoulement des eaux de crue. Les murs de clôtures existants en maçonnerie de pierres et de moellons situés le long de la rue Urbain Albouy et du groupe scolaire, au droit de l emplacement réservé n 5 devront être reconstruits à l identique. Sont interdits dans le bâti ancien et dans le bâti contemporain : Les immeubles de style régionaux n'ayant pas le caractère traditionnel du département de la Gironde. Les éléments d'architecture d'emprunt étranger aux traditions du pays, tels que chiens assis (lucarne), etc... Les imitations de matériaux (fausses pierres, fausses briques, faux pans de bois, etc... ) Toutefois, les parpaings d'agrégats de pierres non-enduits seront autorisés. Tous les pastiches. Les annexes et garages réalisés avec des moyens de fortune ou des matériaux de récupération. Les couleurs agressives. ARTICLE UA12 - Stationnement. Le stationnement des véhicules correspondant aux besoins des constructions nouvelles doit être assuré en dehors des voies ouvertes à la circulation. Il doit être réalisé au minimum : Pour les constructions nouvelles de logements locatifs financés par un prêt aidé par l Etat : 1 place de stationnement par logement. L obligation de réaliser des aires de stationnement n est pas applicable aux travaux de transformation ou d amélioration de bâtiments affectés à des logements locatifs financés avec un prêt aidé par l Etat, y compris dans le cas où ces travaux s accompagnent de la création de surface hors œuvre nette, dans la limite d un plafond fixé par décret en Conseil d Etat. Pour les constructions nouvelles à usage d'habitation collective : 1,5 places de stationnement par logement. Pour les constructions nouvelles à usage d'habitation individuelle : 2 places de stationnement doivent être aménagées sur la propriété (garage ou aire aménagée). Pour les autres usages : une étude particulière devra être produite faisant ressortir les besoins en stationnement de l'installation. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

17 Modalités d'application En cas d'impossibilité architecturale ou technique d'aménager sur le terrain de l'opération le nombre d'emplacements nécessaires au stationnement, le constructeur est autorisé à aménager sur un autre terrain situé à moins de 300 mètres du premier les surfaces de stationnement qui lui font défaut, à condition qu'il apporte la preuve qu'il réalise ou fait réaliser lesdites places. Le constructeur peut également, dans ces cas, être tenu quitte de ses obligations, soit en justifiant, pour les places qu'il ne peut réaliser lui-même, de l'obtention d'une concession à long terme dans un parc public de stationnement existant ou en cours de réalisation, soit en versant la participation prévue par le Conseil Municipal en application de l'article L421.3 du Code de l'urbanisme. ARTICLE UA13 - Espaces libres et plantations, espaces boisés. Non réglementé. SECTION III - POSSIBILITES MAXIMALES D'OCCUPATION DU SOL ARTICLE UA14 - Coefficient d occupation du sol (C.O.S.). Il n est fixé de coefficient d occupation du sol. ARTICLE UA15 - Dépassement du coefficient d occupation du sol. Non réglementé. Approuvé novembre 2001 Modifié septembre 2002 Révision simplifiée décembre

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05

CHAPITRE NCa POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 POS APPROUVE LE 27/09/01 ET MODIFIE LE 29/09/05 CHAPITRE NCa ZONE DE RICHESSES NATURELLES, OU LA POSSIBILITE D'EXPLOITER DES CARRIERES DOIT ETRE PRESERVEE. SECTION 1 - NATURE DE L'OCCUPATION DU SOL ARTICLE

Plus en détail

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF*

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* Zone à dominante d activités économiques (PME, services, activités artisanales, activités tertiaires) et d équipements collectifs PLU Champigny-sur-Marne Approuvé

Plus en détail

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU )

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) La zone AU couvre les espaces non équipés par les réseaux de viabilisation, que la commune souhaite réserver au développement de l urbanisation

Plus en détail

VILLE DE COLMAR. Règlement. PLAN D OCCUPATION DES SOLS Modification n 9. Approuvée par délibération du Conseil Municipal du Le Maire

VILLE DE COLMAR. Règlement. PLAN D OCCUPATION DES SOLS Modification n 9. Approuvée par délibération du Conseil Municipal du Le Maire VILLE DE COLMAR PLAN D OCCUPATION DES SOLS n 9 Règlement Approuvée par délibération du Conseil Municipal du Le Maire SOMMAIRE TITRE I : Dispositions générales page 3 TITRE II : Dispositions applicables

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME 4. REGLEMENT

PLAN LOCAL D URBANISME 4. REGLEMENT PLAN LOCAL D URBANISME 4. REGLEMENT SOMMAIRE DISPOSITIONS GENERALES... 3 DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES... 8 ZONE UA... 9 ZONE UC... 18 ZONE UD... 28 ZONE UE... 38 ZONE UF... 45 ZONE UL...

Plus en détail

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES SOMMAIRE I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. Article 6. Champ d'application territorial du plan Portée respective du règlement à l'égard d'autres législations

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME BROU-SUR-CHANTEREINE 3.1 REGLEMENT Plan Local d'urbanisme prescrit le : 5 février 2010 Plan Local d'urbanisme arrêté le : 11 juillet 2013 Plan Local d'urbanisme approuvé le : Commune

Plus en détail

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Plania Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Chapitre 11 Dispositions particulières applicables à certaines zones P031607 303-P031607-0932-000-UM-0023-0A Municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu 102

Plus en détail

SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 2

SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 2 SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES 2 Article 1 : Champ d application territorial... 3 Article 2 : Portées respectives du règlement à l égard des autres législations relatives à l occupation des

Plus en détail

PLU de BONREPOS SUR AUSSONNELLE

PLU de BONREPOS SUR AUSSONNELLE PLU de BONREPOS SUR AUSSONNELLE atelier urbain, Sarl d Architecture Ségui et Colomb 33 rue Paul Dupin 31500 TOULOUSE 05 61 11 88 57 atelierurbain@free.fr Département de la Haute Garonne Commune de BONREPOS

Plus en détail

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme?

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Objectifs : prise en compte de l insatisfaction et de l attente des usagers réduire le nombre d autorisations simplifier les

Plus en détail

P.L.U. de SURESNES approuvé par DCM du 26 septembre 2013 PLAN LOCAL D'URBANISME. Pièce n 4.1 R E G L E M E N T D E Z O N E S

P.L.U. de SURESNES approuvé par DCM du 26 septembre 2013 PLAN LOCAL D'URBANISME. Pièce n 4.1 R E G L E M E N T D E Z O N E S PLAN LOCAL D'URBANISME Pièce n 4.1 R E G L E M E N T D E Z O N E S Approuvé par DCM le 26 septembre 2013 SOMMAIRE TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES 3 TITRE II -DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME ZONE UB. Chapitre 2 : Règlement applicable à la zone UB

PLAN LOCAL D URBANISME ZONE UB. Chapitre 2 : Règlement applicable à la zone UB Qualification de la zone UB : Chapitre 2 : Règlement applicable à la zone UB La zone UB correspond à l agglomération relativement dense qui s est développée autour du centre ancien dans un ordre centrifuge.

Plus en détail

COMMUNE DE SASSENAGE

COMMUNE DE SASSENAGE COMMUNE DE SASSENAGE PLAN LOCAL D URBANISME 3. RÈGLEMENT ------------------------- ------------------------- Direction de l aménagement urbain. Modification n 2 SOMMAIRE TITRE I DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD.

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD. 1 TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Ce Règlement est établi conformément aux dispositions du Code de l'urbanisme (C.U) et notamment de ses articles R. 123-4 et R. 123-9. ARTICLE 1 - Champ d'application territorial

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Collecte et valorisation des déchets dans le pays de Gex Permis de construire Édition 2013 Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Prévoir la voirie, les équipements et les zones

Plus en détail

Elle est destinée principalement à recevoir des constructions à usage d'habitation ainsi que les activités et services nécessaires à la vie sociale.

Elle est destinée principalement à recevoir des constructions à usage d'habitation ainsi que les activités et services nécessaires à la vie sociale. RÈGLEMENT APPLICABLE À LA ZONE Ua CARACTÈRE DOMINANT DE LA ZONE Cette zone correspond aux centres urbains traditionnels où les bâtiments sont édifiés, en règle générale, en ordre continu et à l'alignement

Plus en détail

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES TERMINOLOGIE (RÈGLEMENT 5001, ART.21) ABRI D AUTO PERMANENT (CAR-PORT) Construction accessoire reliée à un bâtiment principal formée d'un toit appuyé sur des piliers, dont un des côtés est mitoyen au bâtiment

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

3. Les droits et les obligations des riverains

3. Les droits et les obligations des riverains 3. Les droits et les obligations des riverains Date : 07/11/06 Schéma Routier Départemental Page 24 /113 Les dispositions qui suivent sont établies au vu du Code la Voirie Routière mais ne dispensent pas

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES NEXTER MUNITIONS. Communes de TARBES, BOURS, AUREILHAN et BORDERES-sur-ECHEZ

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES NEXTER MUNITIONS. Communes de TARBES, BOURS, AUREILHAN et BORDERES-sur-ECHEZ PRÉFET DES HAUTES-PYRÉNÉES PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES NEXTER MUNITIONS Communes de TARBES, BOURS, AUREILHAN et BORDERES-sur-ECHEZ - Note de présentation - Plan de zonage réglementaire

Plus en détail

Approuvé par délibération du Conseil Municipal du 28 juin 2007 Modifié par délibération du Conseil Municipal du 26 janvier 2012

Approuvé par délibération du Conseil Municipal du 28 juin 2007 Modifié par délibération du Conseil Municipal du 26 janvier 2012 Règlement du Plan Local d Urbanisme Zone UG Approuvé par délibération du Conseil Municipal du 28 juin 2007 Modifié par délibération du Conseil Municipal du 26 janvier 2012 le Plan Local d Urbanisme d Epinay-sur-Seine

Plus en détail

Est soumis à permis de construire :

Est soumis à permis de construire : L'ensemble des autorisations et prescriptions relatives aux constructions, installations, aménagement et travaux ainsi qu'aux démolitions sont définies par les articles R. 421-1 à R.422-29 Est soumis à

Plus en détail

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme Entrée en vigueur le 1 er octobre 2007 Toute demande d autorisation déposée le 1 er octobre sera soumise au nouveau dispositif. Tout dépôt de déclaration

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

2 Pour les puits de lumière :

2 Pour les puits de lumière : CHAPITRE V LES USAGES ET BÂTIMENTS PRINCIPAUX SECTION I RÈGLE GÉNÉRALE Domaine d'application 59. Les normes contenues dans le présent chapitre s'appliquent à toutes les zones. Dispositions générales aux

Plus en détail

Bien construire sa maison

Bien construire sa maison Bien construire sa maison Henri RENAUD Groupe Eyrolles, 2011, ISBN : 978-2-212-13229-8 1 Chapitre Terrain et avant-projet de construction 1. Choix du terrain pour bâtir 2. Critères de choix relatifs au

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

COMMUNE de NORROY LE VENEUR TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES

COMMUNE de NORROY LE VENEUR TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES 2 DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 - CHAMP D'APPLICATION Le présent règlement s'applique à l'ensemble du territoire de la commune de NORROY LE VENEUR délimité sur le plan

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME APPROUVÉ

PLAN LOCAL D URBANISME APPROUVÉ DÉPARTEMENT DE LA DRÔME COMMUNE D ÉTOILE SUR RHÔNE PLAN LOCAL D URBANISME APPROUVÉ PIÈCE N 5 : RÈGLEMENT Visa de la Sous-Préfecture Adresse : Immeuble "33 Street" 33 Route de Chevennes 74960 CRAN-GEVRIER

Plus en détail

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options 1 Table des matières OPTIONS D AMENAGEMENT...3 I. Options relatives aux économies d énergie...3 I.1. Constructions...3 I.2 Energies renouvelables...3 II. Options relatives à l urbanisme & à l architecture...

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS COMMENT PRÉPARER LES DEMANDES? QUELLES SONT LES RÈGLES A RESPECTER? MINISTÈRE DE LA CULTURE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 14 mars 2014 fixant les dispositions relatives à l accessibilité des logements destinés à l

Plus en détail

RÉGLEMENT ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL URBAIN ET PAYSAGER C O M M U N E D E L A R E O L E DEPARTEMENT DE LA GIRONDE

RÉGLEMENT ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL URBAIN ET PAYSAGER C O M M U N E D E L A R E O L E DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Avril 2008 DEPARTEMENT DE LA GIRONDE C O M M U N E D E L A R E O L E ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL URBAIN ET PAYSAGER RÉGLEMENT Délibération du Conseil Municipal Enquête publique Avis

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN LOCAL D'URBANISME DE VELAUX (13)

ELABORATION DU PLAN LOCAL D'URBANISME DE VELAUX (13) Ville de VELAUX Hôtel de Ville, 997 avenue Jean Moulin, 13880 VELAUX Tél : 04 42 87 73 73 / Fax : 04 42 87 73 74 DOSSIER : ELABORATION DU PLAN LOCAL D'URBANISME DE VELAUX (13) PHASE ARRET PIECE N : TITRE

Plus en détail

CHAPITRE 5 Dispositions applicables aux usages habitations

CHAPITRE 5 Dispositions applicables aux usages habitations VILLE DE SAGUENAY CHAPITRE 5 Ville de Saguenay Table des matières Dispositions applicalbles aux usages habitations TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 5 DISPOSITIONS APPLICABLES AUX USAGES HABITATIONS... 5-1 SECTION

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES. Établissement OM GROUP. Communes de SAINT-CHERON et de SERMAISE

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES. Établissement OM GROUP. Communes de SAINT-CHERON et de SERMAISE PRÉFECTURE DE L'ESSONNE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L'ESSONNE DIRECTION RÉGIONALE ET INTERDÉPARTEMENTALE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE L'ÉNERGIE D'ÎLE-DE-FRANCE Unité territoriale de l'essonne

Plus en détail

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53).

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Objet : Publicité, enseignes et pré-enseignes. Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Le décret n 96-946 du 24 octobre 1996 pris en

Plus en détail

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME

RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME INFORMATIONS JURIDIQUES J 14 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE 2007 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE J 14 DE FÉVRIER 1998 RÉFORME DES AUTORISATIONS D URBANISME La réforme des autorisations

Plus en détail

Vous ouvrez ou exploitez un établissement qui reçoit du public

Vous ouvrez ou exploitez un établissement qui reçoit du public Vous ouvrez ou exploitez un établissement qui reçoit du public commerce, débit de boisson, restaurant, hôtel, établissement d enseignement... Ce document vous concerne v i l l e d e c h o l e t 1 Vous

Plus en détail

PARTICIPATION POUR VOIE ET RESEAUX

PARTICIPATION POUR VOIE ET RESEAUX Fiche n 15 Loi URBANISME ET HABITAT PARTICIPATION POUR VOIE ET RESEAUX Situation avant la loi urbanisme et habitat : Depuis la loi S.R.U., le conseil municipal pouvait instituer une participation pour

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 Les textes de référence : ordonnance n 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Maison, actuellement bureaux

Maison, actuellement bureaux Maison, actuellement bureaux 95 avenue du Grand-Port Chourdy-Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002139 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour MODÈLE TYPE DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES TERRAINS DE CAMPING OU DE CARAVANAGE AINSI QUE DES PARCS RÉSIDENTIELS DE LOISIRS I - Conditions générales 1. Conditions d admission et de séjour Règlement intérieur

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme :

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) Cette demande vaut également demande d approbation d un Agenda

Plus en détail

Commune de Saint-Etienne-de-Crossey (Isère) CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES

Commune de Saint-Etienne-de-Crossey (Isère) CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES Réalisation Assistance Maître d Ouvrage Commune de Saint-Etienne-de-Crossey (Isère) CAHIER DES PRESCRIPTIONS SPECIALES Cahier des prescriptions spéciales accompagnant le zonage des risques Date Avancement

Plus en détail

Fnasat-Gens du voyage

Fnasat-Gens du voyage Fnasat-Gens du voyage Fédération nationale des associations solidaires d action avec les Tsiganes et Gens du voyage Paris, le 11 mai 2015 59, rue de l Ourcq 75019 Paris Tél. 01 40 35 00 04 Fax 01 40 35

Plus en détail

F.I.C. n 2010/TDM01. Objet : Rubrique TDM - Tri des Déchets Ménagers. Evolution des exigences de la rubrique

F.I.C. n 2010/TDM01. Objet : Rubrique TDM - Tri des Déchets Ménagers. Evolution des exigences de la rubrique F.I.C. n 2010/TDM01 Fiche d interprétation et / ou complément au référentiel (Ancienne appellation «Jurisprudence technique») Objet : Rubrique TDM - Tri des Déchets Ménagers Evolution des exigences de

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Règlement-type sur les Bâtisses, les Voies publiques et les Sites

Règlement-type sur les Bâtisses, les Voies publiques et les Sites Règlement-type sur les Bâtisses, les Voies publiques et les Sites le gouvernement du grand-duché de luxembourg Ministère de l Intérieur et à la Grande Région Direction de l Aménagement Communal et du Développement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE

CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE Royaume du Maroc Ministère de l Habitat et de la Politique de la Ville CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE Ministère

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS 1 Le règlement de la ZPPAUP comprend, hormis des prescriptions, des recommandations concernant l implantation des constructions, leur aspect extérieur et aménagement de leurs abords

Plus en détail

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager Schéma de restaurationvalorisation du petit patrimoine des communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager SOMMAIRE 1) ÉDIFICE PRÉSENTE... 3 A) DÉNOMINATION ET POSITION GÉOGRAPHIQUE...

Plus en détail

PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE. Plan de Prévention des Risques Miniers des communes de Landres, Mont-Bonvillers et Piennes.

PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE. Plan de Prévention des Risques Miniers des communes de Landres, Mont-Bonvillers et Piennes. PREFECTURE DE MEURTHE-ET-MOSELLE Plan de Prévention des Risques Miniers des communes de Landres, Mont-Bonvillers et Piennes. RÈGLEMENT SOMMAIRE I. PORTEE DU PPR : DISPOSITIONS GENERALES...4 A. CHAMP D'APPLICATION...4

Plus en détail

Charte. & enseignes commerciales. DES devantures. Attirer la clientèle! Valoriser ma ville! Embellir mon commerce. Réussir ma devanture

Charte. & enseignes commerciales. DES devantures. Attirer la clientèle! Valoriser ma ville! Embellir mon commerce. Réussir ma devanture Charte DES devantures & enseignes commerciales Embellir mon commerce Attirer la clientèle! Réussir ma devanture Valoriser ma ville! 3 Édito 4 5 6 12 16 18 20 24 Qu est-ce qu une devanture? Qu est-ce qu

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12

LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12 PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER DE LA COMMUNE DE KÄERJENG PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER - QUARTIER EXISTANT DE LA COMMUNE DE KÄERJENG LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12 VERSION POUR AVIS

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Ensemble d habitations

Ensemble d habitations Ensemble d habitations C o l l i n e S a i n t - D e n i s à L a g n y s u r M a r n e Une démarche architecturale à l épreuve du temps Ces maisons furent construites au début de la seconde moitié du XX

Plus en détail

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme

La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme La réforme du permis de construire et des autorisations d urbanisme 1 PREAMBULE Quelques dates pour situer la réforme du permis de construire 2 Le permis de construire en quelques dates 1852 : décret relatif

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

Réforme des autorisations d Urbanisme

Réforme des autorisations d Urbanisme Réforme des autorisations d Urbanisme Entrée en vigueur le 1er octobre 2007 L essentiel de la réforme réside dans : - le regroupement des procédures fusionnées en 3 permis et une déclaration préalable

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l'aménagement. Intervenant : Odile Arnau Sabadie Service : SAR/ADS Date : 19 juin 2012

Réforme de la fiscalité de l'aménagement. Intervenant : Odile Arnau Sabadie Service : SAR/ADS Date : 19 juin 2012 Réforme de la fiscalité de l'aménagement Intervenant : Odile Arnau Sabadie Service : SAR/ADS Date : 19 juin 2012 Réforme de la fiscalité de l aménagement Les dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques d Inondation sur le Moyen Vidourle Règlement

Plan de Prévention des Risques d Inondation sur le Moyen Vidourle Règlement 1 Plan de Prévention des Risques d Inondation sur le Moyen Vidourle Règlement 1.1 l'objet du PPR 2 1.2 les objectifs du PPR 3 1.3 les principes généraux et la dénomination du zonage 3 1.4 les effets du

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA RT2012. 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012?

APPLICATIONS DE LA RT2012. 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012? 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012? Textes en vigueurs : Arrêté du 26 octobre 2010, arrêté du 28 décembre 2012, arrêté du 11 décembre 2014. Fiche d'application du 26 Février

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Obligations des propriétaires. Dispositions générales

REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Obligations des propriétaires. Dispositions générales REGLEMENT DU SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Les cases grisées de commentaires sont à supprimer avant toute diffusion Le règlement du service, délibéré et voté par l'assemblée délibérante dans

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Eléments de doctrine de maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risques proposée par la DDTM en l'attente de validation en CAR

Eléments de doctrine de maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risques proposée par la DDTM en l'attente de validation en CAR Eléments de doctrine de maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risques proposée par la DDTM en l'attente de validation en CAR 1) contexte général Le département du Morbihan est soumis aux risques

Plus en détail

Contributions_Texte.doc 1/19

Contributions_Texte.doc 1/19 1/19 SOMMAIRE I - PREAMBULE p. 2 II LES 4 GRANDS PRINCIPES p. 3 III LES DIFFERENTES TAXES p. 5 Taxe locale d équipement Taxe Départementale pour le Conseil d Architecture Urbanisme et Environnement Taxe

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête L avenir de notre ville, parlons-en Projet de > Enquête publique 5 MARS > 5 AVRIL 2012 hôtel de ville QU EST-CE QUE LE PLU? 2 3 AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE LES OBJECTIFS DU PADD (Projet d aménagement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION A-1 Domaine d application 1 A-2 Principes généraux 1 A-3 Contenu du Guide d application 2 A-4 Référence au chapitre I, Bâtiment 3 A-5 Entretien et réparation 4 A-6 Mise

Plus en détail