Le jackpot de la France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le jackpot de la France"

Transcription

1 Edition du Centre - ISSN IIII l JEUX AFRICAINS 2015 Makhloufi engagé sur le 800 m PAGE 14 CONTRIBUTION l UNE FRÉQUENTATION CROISSANTE ET UNE ARTICULATION AVEC LA MÉDECINE DE VILLE À REPENSER Le cauchemar des urgences hospitalières Par P r Kamel Sanhadji (P. 8, 9 et 10) l JEANS-LOUIS BIANCO (REPRÉSENTANT SPÉCIAL DES RELATIONS ALGÉRO-FRANÇAISES) À ALGER Le jackpot de la France l Un partenariat dans le domaine du phosphate à Tébessa est lancé. l Très prochainement, lancement de l usine Peugeot. l Création d une banque pour le financement des PME. PAGE 3 Photo : Samir Sid Le FFS dénonce la justice française l Suite au non-lieu prononcé par la justice française dans l affaire Mécili, le FFS a rendu public un communiqué dans lequel il affirme qu il s agit d un verdict éminemment politique. PAGE 5 MARDI 15 SEPTEMBRE er DHOU AL-HIDJA N PRIX 15 DA - FAX : RÉDACTION : PUBLICITÉ : TÉL :

2 9 avions pour l été La saison estivale s est déroulée sans grandes perturbations pour la compagnie nationale Air Algérie. Alors que certains seraient tentés d attribuer le fait au changement de l équipe dirigeante, l explication est, quant à elle, plus prosaïque. Ce sont neuf appareils de plus qui ont travaillé cet été. En effet, cinq avions neufs ont été exploités et quatre autres ont été affrétés. Ces derniers étant utilisés à un rythme s o u t e - nu. P ERISCOOP Mercredi 15 septembre Page 2 L Algérie, second fournisseur L'Algérie est devenue second fournisseur, dans la zone Mena, de la Grande-Bretagne avec un volume de milliard de livres sterling. L'économie algérienne est légèrement devancée, sur le marché anglais, par le Qatar qui réalise le chiffre de milliard de livres, principalement en pro- duits gaziers. Renforcement Deux ans après son installation en Algérie, la compagnie aérienne Emirates a lancé une vaste opération de changement de sa flotte sur cette desserte. La compagnie émiratie compte relier Alger, à partir du 1 er octobre, avec de nouveaux appareils Boeing 777 pour remplacer les Airbus A340, ce qui représente une augmentation de 45% des capacités de transport. Renforcer le contrôle Le ministre du Commerce, M. Belaïb Bakhti, a réuni, hier, au siège de son département, le directeur général des Impôts et le DG des douanes. Objet de la réunion : la création de brigades mixtes et le renforcement du contrôle. Un jour, un sondage Pensez-vous que le départ à la retraite du général Toufik sera sans incidence sur le fonctionnement du DRS? OUI NON Sans opinion Pensez-vous que les stations de dessalement d eau ont été d un apport bénéfique pour l alimentation en eau potable? Oui : 57,94% Résultat sondage Non : 32,64% Sans opinion : 9,42% Edité par la SARL LE SOIR D ALGERIE SIÈGE : DIRECTION- RÉDACTION : Fax : ADMINISTRATION : Fax : , Rue Bachir Attar Place du 1 er -Mai - Alger - Tél. : COMPTES BANCAIRES : CPA : Agence Hassiba Ben Bouali N /2 BNA : Agence «G» Hussein-Dey N CCP : N Registre du commerce : RC N B.00 MEMBRES FONDA- TEURS : Maâmar FARAH Djamel SAÏFI Fouad BOUGHANEM Zoubir M. SOUISSI Mohamed BEDERINA GÉRANT-DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Fouad BOUGHANEM DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Nacer BELHADJOUDJA P.A.O. : «Le Soir» PUBLICITÉ Le Soir : SIÈGE - Fax : BUREAUX REGIONAUX : BOUMERDÈS «Résidence Badi», bt 3, 2 e étage, RN n 24, Boumerdès-ville Tél./fax : (024) lesoir - ANNABA 19, rue du CNRA (Cours de la Révolution) Tél. : Fax : Télex : BLIDA 103, Avenue Ben-Boulaïd Blida Tél./Fax : Tél. : CONSTANTINE 9, rue Bouderbala (ex, rue petit), Constantine Tél. : Fax : ORAN 3, rue Kerras Aoued. Tél. : SÉTIF Rue du Fida, centre commercial Zedioui 1 re étage, Sétif. Tél. : TIZI-OUZOU Bt Bleu,cage C (à côté de la CNEP) 2 e étage, gauche Tél./Fax : Tél. : MASCARA Rue Senouci Habib Maison de la presse. Tél.Fax : TLEMCEN Cité R hiba Bt n 2 RDC. Tél. : / Fax : BOUIRA Gare Routière. Lot N 1. 3 e étage - Tél. : m BÉJAÏA 19, rue Larbi Ben-M hidi (rue Piétonnière), Béjaïa-ville Tél. : Fax : BORDJ-BOU-ARRERIDJ 2, rue Cherifi Mohamed (près du cinéma Vox) Tél./Fax : (035) IMPRESSION Centre : S.I.A Alger Est : S.I.E Constantine Ouest : S.I.O Oran DIFFUSION Est : Sodi-Presse Centre : Le Soir Ouest : MPS Tél.: Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l objet d une réclamation. NOTRE JOURNAL fait sienne cette citation de Joseph Pulitzer, fondateur du journalisme moderne : «Il (son journal, ndlr) combattra toujours pour le progrès et les réformes, ne tolérera jamais l injustice et la corruption ; il attaquera toujours les démagogues de tous les partis, n appartiendra à aucun parti, s opposera aux classes privilégiées et aux exploiteurs du peuple, ne relâchera jamais sa sympathie envers les pauvres, demeurera toujours dévoué au bien public. Il maintiendra radicalement son indépendance, il n aura jamais peur d attaquer le mal, autant quand il provient de la ploutocratie que de ceux qui se réclament de la pauvreté.»

3 Actualité Mardi 15 septembre PAGE 3 JEAN-LOUIS BIANCO, REPRÉSENTANT SPÉCIAL DES RELATIONS ALGÉRO-FRANÇAISES, À ALGER Le jackpot de la France Un partenariat industriel algéro-français dans le domaine de la valorisation du phosphate à Oued Kebrit (Tébessa) est concrètement lancé. Les négociations sur le projet d usine automobile Peugeot en Algérie devraient aboutir «très prochainement». La création d une banque pour le financement des PME avec des partenaires étrangers est en cours de réflexion, selon le ministre de l Industrie. Cherif Bennaceur - Alger (Le Soir) - De nouveaux projets de partenariats industriels algéro-français sont en bonne voie de discussion et/ou de concrétisation. Des projets qui sont «importants, structurants», indiquait hier le ministre de l Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb lors d une conférence de presse, tenue à l issue d une longue réunion de travail avec le représentant spécial pour les relations algéro-françaises, Jean-Louis Bianco. L un de ces projets de partenariat, voulu «ambitieux, d excellence» selon l officiel français, concerne la valorisation du phosphate pour la production d engrais et d acide phosphorique. A ce propos, Abdesselam Bouchouareb a indiqué que les deux parties sont arrivées à «un accord définitif» pour la réalisation d une usine de transformation de phosphate à Oued Kebrit (Tébessa). Une usine qui sera construite dans le cadre d un partenariat avec un important opérateur français du domaine, la société Roullier. Selon le ministre de l Industrie, ce projet de partenariat qui a fait l objet de discussions entamées depuis plusieurs mois constitue l un des trois projets de développement du phosphate en cours de discussion avec des opérateurs étrangers. Un autre projet de partenariat algéro-français est également lancé dans l aval sidérurgique. Il s agit d un partenariat entre le spécialiste français des gaz industriels, Air Liquid, et le groupe industriel public Immetal, pour la production de gaz destinés notamment à l industrie sidérurgique. Impulsées depuis juin 2014, les discussions relatives à ce projet de partenariat sont déjà au stade des études de faisabilité, précisera le ministre de l Industrie. Un autre projet de partenariat algéro-français, considéré comme «complexe au regard de sa capacité d intégration, de la sous-traitance», est également en bonne voie de concrétisation. Il s agit de l implantation d une usine du constructeur automobile Peugeot pour la fabrication de véhicules dont une bonne partie devra être destinée à l exportation. A ce propos, Abdesselam Bouchouareb a assuré que «les parties concernées sont en train de bien avancer» tout en précisant que les négociations se déroulent entre des entreprises et que les autorités politiques des deux pays ont seulement «fixé les orientations, le cadrage». Estimant ainsi que «les choses se déroulent bien», le «Le crédit à la consommation pour la Symbol, pas dès aujourd hui» L octroi du crédit à la consommation pour l achat des véhicules Renault- Symbol ne sera pas effectif dès aujourd hui. C est ce que le ministre de l Industrie et des Mines a laissé entendre, hier, lors de la conférence de presse animée avec le représentant spécial pour les relations algéro-françaises, Jean-Louis Bianco. Rappelant que le gouverneur de la Banque avait annoncé la semaine dernière que la nouvelle Centrale des risques de crédits serait opérationnelle dès le 15 septembre 2015, Abdesselam Bouchouareb considère néanmoins que le crédit-conso pour la Symbol, «ce n est pas aujourd hui». «Quand la Banque aura fait son travail, les entreprises auront à étudier» les modalités de ce dispositif (l identification des produits éligibles, le taux d intégration ), relèvera-t-il. «Je ne pense pas que ce sera possible le 15 septembre. (Mais) ça viendra», assure Abdesselam Bouchouareb. Concernant, par ailleurs, l impact éventuellement négatif de la construction d une usine Peugeot sur les ventes de la Renault-Symbol, Abdesselam Bouchouareb considérera que c est une question de «concurrence» entre les deux constructeurs et qui ne concerne pas son département. «Pourquoi aurais-je à interférer?», dira-t-il. «Mon rôle est seulement d assurer une offre au consommateur algérien qui réponde à ses attentes en matière de qualité», assure le ministre de l Industrie qui considère que le citoyen «aura toute latitude de choisir entre une voiture Renault, une voiture Peugeot ou une voiture Citroën». Et d user d une certaine ironie en affirmant que les deux constructeurs automobiles français «connaissent leurs intérêts mieux que moi, que vous». C. B. Jean-Louis Bianco et Abdesselam Bouchouareb. ministre de l Industrie de ché africain quatre pays l Industrie indiquera que les (l Algérie, le Maroc, le Nigeria et négociations sur ce projet l Afrique du Sud). devraient aboutir «à une issue dans pas très longtemps», soit très prochainement. Deux autres projets de partenariats ont été également examinés lors de cette réunion de Notons qu Abdesselam travail et qui portent sur l extension Bouchouareb ne manquera pas de préciser que le projet d usine Peugeot en Algérie, un partenariat où le constructeur français devrait détenir 49% des parts, diffère de celui impulsé au Maroc, le même constructeur y du projet agroalimentaire de Bel ainsi que celle de l usine Cital (assemblage et maintenance de tramways à Annaba avec la société Alstom), avec dans les deux cas une partie de la production destinée à l exportation. détenant 100% des parts. «Les choses sont totalement différentes», considère le ministre de l Industrie qui relèvera par ailleurs que le constructeur français a réorienté son développement à l international et de pénétration des marchés extérieurs, en ciblant sur le mar- Les contentieux bilatéraux «diminuent» Relevons ainsi que la relation économique bilatérale se renforce dans le secteur du transport ferroviaire, Jean-Louis Bianco citant les domaines de la signalisation, du montage de tramways, la formation et le développement de la sous-traitance. Ce faisant, une dynamique partenariale qui devrait être boostée, élargie éventuellement à d autres projets, lors de la prochaine réunion du Comité mixte économique algéro-français (Comefa), prévue le 26 octobre prochain à Paris mais aussi lors de la réunion de haut niveau prévue en février 2016 entre les Premiers ministres des deux pays. C est ce qu indiquera le représentant spécial français, Jean-Louis Bianco, mettant en avant l intérêt de l establishment économique de l Hexagone de contribuer à la dynamique de relance industrielle lancée en Algérie, le développement de la production «ensemble pour créer de la valeur ajoutée, de la croissance et des emplois en Algérie et en France». Et ce dans la mesure où «les contentieux (bilatéraux) diminuent et deviennent presque insignifiants», relèvera pour sa part Abdesselam Bouchouareb, et que les deux parties «parlent davantage d avenir», assurera le représentant français. Quid de la règle 49/51? Certes, la règle 49/51 régissant l investissement étranger soulève encore le questionnement. Tout en arguant que les entreprises et le gouvernement français «vivent avec cette règle (qu il) appartient au gouvernement algérien de fixer ou de changer» et en assurant que son rôle est de «faciliter l aboutissement des projets dans le cadre des règles que le gouvernement algérien fixe», Jean- Louis Bianco relèvera néanmoins que cette disposition «pose parfois des difficultés aux petites et moyennes entreprises (PME». Ce à quoi le ministre de l Industrie répondra en précisant que cette règle qui est «bien inscrite» dans le nouveau code de l investissement commence à «être bien connue, à (être) adaptée» et que les projets de partenariats discutés s y conforment. Néanmoins, Abdesselam Bouchouareb admet avoir «pensé à la problématique» de la PME, notamment celle intéressée par un partenariat dans le cadre de la règle 49/51. Vers une banque partenariale dédiée aux PME Ainsi, le ministre de l Industrie indique que son département ministériel et celui des Finances «sont en train de réfléchir» sur la création d une banque de financement de la PME. «L idée fait son chemin», dira Abdesselam Bouchouareb, en vue de créer une banque qui «sera orientée vers les PME qui ne peuvent être prises en charge comme les grands groupes». Une banque de financement qui sera mise en place «avec des partenaires étrangers», indiquera le ministre de l Industrie, et qui permettra d apporter «de l assurance, des garanties et de la visibilité» aux PME. C. B. Photo : DR

4 Actualité Mardi 15 septembre PAGE 4 BOUDJEMA TALAI «50% des vols Air Algérie ont enregistré un retard en 2014» La modernisation et l électrification de la ligne ferroviaire Thénia-Tizi Ouzou et d autres projets structurants relevant du secteur des transports inscrits à l indicatif de la wilaya de Tizi-Ouzou ont été au menu de la visite, à Tizi- Ouzou, dans la journée d hier, du ministre des Transports, Boudjema Talai qui est revenu dans un point de presse sur les problèmes de management de la compagnie nationale de transport aérien, Air Algérie. «50% des vols de la compagnie Air Algérie ont enregistré un retard durant l année 2014», dira-t-il. «Au moins 7 à 8 vols enregistrent un retard par jour sur les quelque 140 à 160 vols inscrits», a avoué M. Boudjema Talai qui a insisté sur le rôle de la formation pour améliorer la qualité des services et des prestations fournis à la clientèle du pavillon national Air Algérie qui disposera, pour ce faire, d une école de formation qui sera réalisée dans la proche banlieue d Alger, à Aïn Benian. Autre sujet évoqué par le ministre des Transports, le projet de modernisation (électrification et dédoublement) de la ligne ferroviaire Thénia-Tizi-Ouzou. C est en juin 2016 qu on escompte l entrée en exploitation de ce projet dont les grands ouvrages d art, entre autres 19 ponts rail (283 ml), 3 ponts route (151 ml), 9 viaducs ( 2952 ML et 4 tunnels (Thénia 235 m, Nacéria m, Tadmait 818 m et Draâ Ben Khedda sont achevés à 100%. Le ministre, qui a constaté de visu l état d avancement des travaux de ces deux derniers ouvrages a insisté sur le respect des délais. Tout en rappelant que le tronçon de la ligne ferroviaire reliant Thénia-Bordj Ménaïel a été mis en service en avril 2015, le ministre promet la mise en service de la ligne reliant Bordj Ménaïel à Draâ Ben Khedda en février Le tronçon reliant Draâ-Ben- Kedda-Tizi Ouzou sera quant à lui livré et mis en exploitation en décembre L implication de la société civile pour la levée des contraintes et les oppositions qui freinent l avancée de ces investissements d utilité publique a été appelée de tous ses vœux par le ministre. Il annonce que des études sont en cours s agissant des projets de réalisation de la ligne ferroviaire Draâ Ben Khedda- Dellys (60km) et celle d Oued AïssaTamda-Azazga sur un itinéraire de 25 km. Le permis à points et les problèmes liés à la sécurité routière ont été évoqués avec les journalistes par Boudjema Talai qui s est montré rassurant sur le maintien des projets inscrits à l indicatif de la wilaya, le ministre rassure qu ils seront tous honorés, indiquant que le projet de Boudjema Talai, ministre des Transports. transport par télécabine (téléphérique) au niveau de la ville de de l année Tizi-Ouzou sera livré au courant S. A. M. Photo : Samir Sid. A Tizi-Ouzou, la rentrée universitaire promet d être agitée comme elle le fut, d ailleurs, l année dernière où l UMMTO a connu de multiples débrayages initiés par la section tiziouzienne du Cnes. Dans un appel cosigné avec le Snapap, syndicat qui défend les intérêts des ATS et autres travailleurs de l université et appelant à un rassemblement, dans la journée d hier, devant le siège du rectorat, la gestion du premier responsable de l UMMTO est loin d avoir les bonnes grâces des deux syndicats qui UNIVERSITÉ MOULOUD-MAMMERI Le nouveau recteur dans le collimateur du CNES et du SNAPAP nourrissent de nombreux griefs à l adresse du remplaçant du P r Hanachi à la tête de l université de Tizi-Ouzou qui, aux yeux des représentants des travailleurs, fait fi du droit de l exercice syndical. «L ouverture d un partenariat sincère fondé sur la réglementation est la seule condition pour garantir la stabilité et éviter la perte de temps dans les conflits inutiles que nourrit le totalitarisme», écrivent les syndicalistes du Cnes et du Snapap, dénonçant «les mesures totalitaires que le nouveau recteur s affaire à mettre en place, notamment la réduction du congé annuel». De même qu ils dénoncent «(ses) manœuvres politiciennes qui consistent à pousser les syndicats au recours à la démonstration de force au détriment des intérêts de l université, des étudiants et de la région», lit-on sur le même document, rendu public par les deux syndicats qui dénoncent «la gestion clientéliste» du recteur, dénoncent le Snapap et le Cnes, de faire preuve de «discrimination dans la prise en charge de la réhabilitation des infrastructures de l université ainsi que le non-respect de la réglementation et de l éthique dans la nomination des doyens des facultés». S. A. M. Photo : DR A. Merkel : digne héritière de Schiller, Beethoven et des humanistes allemands Depuis plusieurs années nous assistons, révoltés mais rageusement impuissants, à un drame épouvantable qui se déroule en Europe, une Europe outrageusement indifférente face aux milliers d êtres humains torturés, exploités, violés et finalement noyés et rejetés comme des débris sur les plages. Toutes ces victimes venaient du sud de la planète dont les richesses, toutes les richesses du sol et du sous-sol de même que les richesses humaines (l île de Goré en est le témoin) ont été cyniquement exploitées et ont permis ainsi à l Europe de se construire et de prospérer. Et dans ce silence assourdissant, CONTRIBUTION une image du chérubin Aylan Kurdi, échoué sur une plage de luxe en Turquie, la face contre le sable, a remué et secoué les peuples du monde entier. Mais parmi les dirigeants européens qui marchandaient les quotas et posaient des conditions allant jusqu à décider (pour au moins 2 maires de France) de n accepter que des migrants chrétiens (ainsi revoilà les Croisades), une seule voix s est élevée très fort et a ouvert ses bras et les frontières de son pays, l Allemagne, c est la chancelière Merkel Angela (la bien prénommée). Pour ceux qui connaissent le peuple allemand et sa longue civilisation, cette attitude et ce comportement de Merkel n ont rien de surprenant. Pour avoir vécu personnellement huit années à Leipzig, jusqu à la fin des études médicales dans l une des plus anciennes universités du monde (600 ans), je peux apporter mon témoignage sur l esprit de ce peuple, son sens de l hospitalité, de la solidarité, de la générosité et son amour du prochain, toujours ouvert et avenant depuis des siècles. D ailleurs, l attitude d Angela Merkel s inscrit en droite ligne du poème de Friedrich von Schiller «Hymne à la joie» devenu poème culte de la solidarité fraternelle et sa mise en musique par Ludwig van Beethoven dans la 9 e Symphonie (summum de la musique). Que dit ce poème? Je ne citerai que quelques vers : «Alle Menschen werden brüder, wo dein saufter flügel weilt» (Tous les hommes deviennent frères lorsque se déploie ton aile douce). Ensuite pour terminer : «Soyez enlacés par millions en communion. Ce baiser au monde entier.» Ceci a été pensé et écrit il y a 230 ans (en 1785) et puis mis en musique. Le mot de la fin : bravo Angela, et ironie du sort L Hymne à la joie de Schiller et Beethoven est l hymne officiel de l Europe depuis son adoption le 19 janvier 1972 à Strasbourg. Docteur Djamel Ould Abbès sénateur, ancien ministre, lauréat de l Université de Leipzig (Allemagne)

5 Actualité Mardi 15 septembre PAge 5 Le FFS dénonce la justice française Dans un communiqué rendu public, le parti de Hocine Aït Ahmed constate que «la cour d appel de Paris a confirmé, le 10 septembre 2015, le non-lieu prononcé en novembre 2014 dans l affaire Mécili» et estime qu «il s agit d un verdict éminemment politique, un verdict qui consacre le déni de la vérité et la prééminence de la raison d Etat sur la justice et les droits de l Homme. Par cette décision, la justice française se distingue, une nouvelle fois, par sa partialité dans le traitement de cette affaire et assure l impunité totale à l assassin et aux commanditaires présumés». Et d ajouter : «La justice, c est les faits et le droit. Dans cette affaire, telle que traitée par les tribunaux français, ni les faits ni le droit ne sont respectés ; seule la raison d Etat a prévalu. Le FFS rappelle qu il s agit d un assassinat politique et que ce verdict n est qu une tentative d une clôture politique et non judiciaire de l affaire. Le FFS se joint à la famille Mécili, conteste et dénonce, avec la plus grande force, la décision de la cour d appel de Paris. Le FFS s interroge sur les dessous d une telle décision qui s apparente à une vente concomitante entre la France et l Algérie pour étouffer cette affaire.» Enfin le plus vieux parti d opposition ajoute que «l ensemble de ses militantes et militants réaffirment leur soutien indéfectible à M me Mécili et ses enfants dans leur combat permanent pour la vérité et la justice. Le FFS soutiendra la famille Mécili dans toute action pouvant rendre justice dans cette affaire», conclut le communiqué du FFS. R. N. Aït Ahmed et Ali André Mécili. Photos : DR LE PROJET DE LOI PORTANT RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE À L APN La fuite des cerveaux en débat La fuite des cerveaux a été, comme il fallait s y attendre, au cœur des débats, hier à l APN à l occasion de l exposé du projet de loi portant recherche scientifique et développement technologique. M. Kebci - Alger (Le Soir) - Aucun ou presque parmi les députés, près de 80 à s inscrire pour les débats, n a manqué d évoquer ce fléau qui ne cesse de compromettre et sérieusement toute perspective de recherche, socle de tout développement technologique que nombre de pays de la taille de l Algérie ont compris depuis longtemps. Ce pourquoi, d ailleurs, certains intervenants, à l image de Lyes Saâdi du FLN qui a relevé l impérative mise en place d un cadre juridique à même de limiter le phénomène et ainsi contraindre les bénéficiaires de bourses d études à l étranger à retourner au pays une fois le diplôme en poche. Et de s interroger sur «le profil de ces heureux bénéficiaires qui seraient majoritairement les enfants de hauts responsables et de ceux qui ont le bras long». Mais pour ce député, notre université souffre d un autre fléau, celui du critère de «l allégeance partisane dans la désignation des responsables, ce qui porte, selon lui, un coup fatal à l intelligence et aux compétences». Pour sa part, Ramdhane Taazibt du PT, ce projet de loi est «le bienvenu LE GÉNÉRAL ABDAOUI À PARTIR DE BOUIRA : «Nous faisons face à deux terrorismes» Le général Abdaoui Abdelhafidh, commandant en chef du 1 er Commandement régional de la Gendarmerie nationale de Blida a présidé hier matin, en présence du wali de Bouira et de plusieurs personnalités civiles et militaires, la cérémonie d installation du nouveau commandant de la Gendarmerie nationale de Bouira, le colonel Rouba Abdelkader, en remplacement du colonel Remati Ahmed. En marge de cette installation, le général Abdaoui et s adressant directement au nouveau commandant de la Gendarmerie nationale de Bouira a mis l accent sur la nécessité de redoubler d efforts pour que le citoyen se sente en sécurité concernant tant sa personne physique que ses biens. Il a en outre, et c est parce que parmi les prérogatives de la Gendarmerie nationale il y a la sécurité routière, réitéré son appel pour que le citoyen soit également sécurisé dans ses déplacements. Aussi, la sécurité routière est appelée à être améliorée surtout dans cette wilaya tampon qui est traversée par plusieurs routes nationales dont la RN5 et la RN8, mais également et surtout l autoroute Est-Ouest. Ainsi en abordant ce sujet, le général dira que la Gendarmerie nationale aura à combattre la criminalité sous toutes ses formes, mais également le terrorisme qui se décline sous deux visages : le terrorisme classique qui est combattu en collaboration avec les autres forces de sécurité, mais aussi le terrorisme routier avec cette hécatombe enregistrée au niveau de nos routes. «Nous avons affaire à deux terrorismes, celui que tout le monde connaît et que nous combattons sans relâche, mais également le terrorisme routier», dira-t-il. Plus loin, le général Abdaoui, qui semble tracer une sorte de feuille de route au nouveau responsable de la Gendarmerie nationale de Bouira, ordonnera à celui-ci d élaborer un plan qui pourra Le général Abdaoui Abdelhafidh. ramener cette hécatombe à la baisse «avec l implication de la société civile qui sera partie prenante dans les actions de sensibilisation, afin d arriver à une culture de sécurité routière globale». Signalons qu après cette cérémonie, le général Abdaoui Abdelhafidh devait inspecter les locaux du siège du groupement de la Gendarmerie nationale de Bouira dans lequel la cérémonie a eu lieu, mais également certaines brigades existantes au chef-lieu de wilaya, et sur son itinéraire de retour vers Alger. «Des inspections qui se feront, non pas pour voir les effectifs mais surtout les conditions dans lesquelles ces éléments évoluent», rappellerat-il, en expliquant que «pour demander aux subalternes des comptes, il faut d abord leur assurer toutes les conditions nécessaires en termes de moyens matériels et de logistique». Y. Y. quoiqu il soit venu quelque peu en retard, à l effet, selon lui, de mettre de l ordre» dans le segment de la recherche scientifique. Il regrettera les «entraves bureaucratiques et l absence d une forte volonté politique» à booster la recherche scientifique. Car estimerat-il, «Le 1% du PIB annuellement réservé à la recherche ces dernières années, suivant la norme fixée par l Unesco, est faiblement exploité», regrettant que pas moins de enseignants-chercheurs aient quitté le pays ces quinze dernières années, soit 50% des potentialités du pays en la matière. Taazibt s inscrira en faux contre l obligation de résultats contenue dans ce projet de loi, estimant qu un travail de recherche, s il s avère «inexploitable dans l immédiat, pourra l être à l avenir». Il dira, par ailleurs, voir d un mauvais œil l investissement privé préconisé dans le secteur, considérant nos privés pas suffisamment aptes à s impliquer, non sans émettre des craintes de voir «l oligarchie mettre main basse sur la recherche». Un autre parlementaire, Tahar Missoum du parti du Rassemblement algérien (RA), a abordé, lui, le fléau du plagiat qui caractérise ces derniers temps les mémoires de soutenances de diverses thèses, ce qui ternit davantage l image de notre Université à l extérieur. Il mettra le doigt sur l orientation des nouveaux étudiants, à ses yeux, loin d être fortuite, puisque gonflant à souhait le budget des œuvres sociales universitaires, de l ordre de 6 milliards de dinars, notamment en matière de «transport des étudiants qui profite à un intervenant bien particulier». Sa collègue du RND, représentant l émigration dans la zone 3, a interpellé le premier responsable du secteur sur la problématique de l authentification des diplômes de notre diaspora, ceci au moment où les pouvoirs publics s évertuent à encourager le retour au bercail de notre matière grise, assez nombreuse à faire le bonheur de nombreux pays. M. K.

6 Régions Le Soir Mardi 15 septembre Page 6 NAÂMA Les prix des produits de large consommation en hausse A quoi est due la flambée des prix des produits principaux de large consommation, notamment les légumes secs, le sucre et autres? Alors que logiquement l augmentation des prix n'interviendra qu'à partir de 2016 (loi de finances 2016). Une hausse extravagante insensée due à la spéculation, à la rareté des produits et à la non-régulation du marché. C est d ailleurs ce que prétendent certains. En l absence d un Etat régulateur et en l absence des lois de la République ou encore d un contrôle rigoureux des pouvoirs publics, les commerçants continuent à imposer leur diktat (di wala khali). En effet, depuis l annonce des nouvelles augmentations qui devront entrer normalement en vigueur à partir de 2016 (LF/2016), le sucre commence à disparaître des étals, alors que les légumes secs ont connu une hausse allant de 40 à 60 DA/kg (à l exemple des haricots blancs qui sont désomais à MOSTAGANEM Séminaire sur la loi de finances complémentaire 2015 Il s agit d une présentation préparée par la Chambre de commerce d industrie CCI Dahra et visant à maîtriser les principales dispositions de la loi de finances complémentaire pour l année Cette rencontre de connaissance a été organisée jeudi dernier à la salle des conférences de la wilaya de Mostaganem pour être animée par la directrice des impôts qui a présenté une communication se rapportant sur les principales mesures de la LFC 2015 tendant à l encouragement de l entreprise et de l investissement, et de l intervention du directeur régional de la Banque de développement (BDL) qui a abordé le thème de l encouragement de l investissement et mobilisation des ressources financières, et enfin la dernière communication a été l œuvre du directeur des Domaines de wilaya qui a soulevé le sujet des nouvelles dispositions de la LFC 2015 concernant le foncier destiné à l investissement. L objectif de ce séminaire est d actualiser les connaissances des opérateurs économiques en matière fiscale afin de les mettre à l abri des conséquences fâcheuses donc en violation de la loi et d assurer une information juste et actualisée sur les évolutions attendues par la loi des finances complémentaire A. B. RENTRÉE UNIVERSITAIRE lits proposés pour les nouveaux étudiants La Direction des œuvres universitaires de la wilaya de Mostaganem (DOU) a mis en œuvre tous les moyens de bord pour accueillir les nouveaux résidents dans les cités universitaires. Pour cette année universitaire , le directeur des œuvres universitaire a garanti que tous les nouveaux étudiants inscrits en résidanat ont bénéficié de l hébergement, lits pour les jeunes hommes et pour les jeunes filles, soit un total de lits qui donne une moyenne de 2 étudiants par chambre. Le directeur du DOU a confirmé que toutes les résidences universitaires ont ouvert leurs portes et offrent toutes les prestations de service ainsi que le transport. Concernant les opérations d aménagement des cités universitaires, la résidence universitaire lits Ben-Yahia-Belkacem a connu un toilettage tous azimuts avant la rentrée universitaire et une autre opération est prévue tout au long de l année pour la rénovation totale des 33 pavillons d hébergement, du cybercafé, du foyer, de la bibliothèque, des aires de sport et des espaces verts sur une surface de 4 hectares. A. B. 200,00 DA). Les prix des produits ont pris des ailes, et flambent au détriment du pauvre consommateur qui ne sait plus à quel saint se vouer et chaque jour que Dieu fait, il n entend que «zadou ou bghaou izidou» et de répondre «zid ya Bouzid». Par ailleurs, les fruits et légumes ne sont pas en reste de cette flambée. Lors d une virée dernièrement au marché des fruits et légumes de Aïn-Séfra (qui se tient tous les lundis et vendredis), le plus grand marché de la wilaya, nous avons constaté qu une poignée de persil est cédée à 80 DA, et a atteint les 100 et 120 DA, alors que les navets ont été proposés jusqu'à 180 DA, la carotte n a pas bougé de sous la barre de 90 DA/kg depuis le Ramadhan, la salade verte s affiche à 150 DA/kg, alors que la pomme de terre est toujours proposée entre 45 et 60 DA/kg, pour ne citer que ces exemples. Même si les produits sont disponibles, ils resteront très chers pour les faibles revenus, qui sont entre le marteau du ménage et l enclume du commerçant, les gens se baladent d un étal à un autre en tentant d approcher les produits déjà chauds par la canicule et Après le succès retentissant de la symphonie du vertige, l orchestre symphonique national revient à Constantine à la faveur du 7 e Festival culturel international de musique symphonique qui se tient à Alger. Une occasion pour la troupe du maestro Amine Kouider d envoûter de nouveau le public de la ville des ponts qui a pris goût aux sonorités universelles. C est au tour du Théâtre régional de Constantine qui a accueilli dans la soirée de dimanche l orchestre, rehaussé par la présence de trois ténors qui ont ravi l assistance par leurs voix extraordinaires. Ragaa Eldin l Égyptien, Hamdi Lagha de Tunisie et Yanis Benabdallah du royaume chérifien s en sont donnés à cœur joie pour interpréter notamment des airs italiens dans un cadre idyllique. Pour eux, le ravissement Très peu développée en Algérie, la transplantation d organes reste un domaine sensible, à gérer avec beaucoup de précautions. A cet effet, un comité de don d organes sur mort encéphalique a été installé récemment, à l EHU d Oran. Composé de 15 médecins dans différentes spécialités, avec pour coordinateur le docteur Bouzide, désigné par les membres de ce comité lors de la première réunion. L objectif de ce comité est de préparer nous dit-on, des procédures concernant la transplantation d organes en se basant sur les textes réglementaires algériens qui prévoient la possibilité du don d organes qui ne peut être pratiqué que dans des établissements autorisés, dont le chauds par leur valeur, mais en vain. «Le marché est fait pour marcher», nous dira un gars qui s apprête à mettre la main sur un melon d eau, et de poursuivre : «C est vraiment l enfer, je me demande comment feront les gens sans revenus, si les prix des produits de large consommation s envolent est double lors de la découverte «du magnifique théâtre à l italienne, qui donne une inspiration assez particulière». «Lorsque j ai vu cette ville pour la première fois, j ai eu l impression de revoir Toscane, donc point de dépaysement», dira Hamdi Lagha, le Franco-Tunisien. «Ce qui m a le plus motivé dans cette entreprise, c est le niveau appréciable de l orchestre qui n a rien à envier aux autres, il a une dimension internationale et ma prestation ne vaut que par les compétences de ses musiciens». L Egyptien Ragaa Eldin dira pour sa part : «C est un honneur de se produire à Constantine dont les échos nous sont parvenus jusqu en Egypte, j aurais aimé visiter la ville, d abord, cela aurait pu constituer pour moi une autre source d inspiration, mais ce que j ai déjà vu était suffisant pour donner le meilleur de moi-même.» Le Marocain Yanis Benabdallah déclare pour nombre de greffes effectuées est passé de 3 à 12, pour le rein, et de 1 à 2 pour le foie. Ce comité aura le rôle d assurer la prise en charge des familles des donneurs, autoriser le prélèvement et établir des axes de développement dans le domaine de la transplantation d organes. Afin d apporter davantage d éclaircissement autour de la question de la transplantation d organes sur mort encéphalique, l on saura qu un séminaire encore? Faites le compte, les affaires scolaires, le mouton de l Aïd...?» Les pères de famille qui, entre déception et espoir, craignent un lendemain incertain, espèrent de l Etat des mesures d urgence afin de surmonter les difficultés de la vie. B. Henine CONSTANTINE Quand Cirta inspire les ténors sa part : «Je suis particulièrement ravi de cette invitation et je souhaite revenir le plus souvent, car je sais que cette ville recèle d énormes potentialités artistiques de par son histoire, ce n est que du bonheur d y être en tant qu artiste.» Des ténors épanouis qui ont ravi une assistance en parfaite symbiose avec les airs exécutés. Le maestro, Amine Kouider, ne pouvait que diriger toute cette troupe avec aisance, mais aussi avec une passion époustouflante. La quatrième symphonie de Tchaïkovski a été un moment d anthologie pour ce spectacle, tant la musique était à la fois douce, mélancolique et vibrante. A noter l initiative du commissariat de la manifestation culturelle qui a reversé la totalité de la recette à une association caritative, «Waha» pour la lutte contre le cancer. N. Benouar L EHU D ORAN Installation du comité de don d organes sur mort encéphalique international sera prochainement programmé à l EHU d Oran, regroupant des experts nationaux des différents établissements sanitaires du pays ainsi que des experts internationaux. Amel Bentolba communaux saisonniers veulent être permanisés Revoilà la contestation sociale qui surgit à l APC d Oran, avec un mouvement de protestation avortée hier. Les communaux qui bataillent depuis des années pour faire aboutir un certain nombre de droits socioprofessionnels ont renoncé à la dernière minute à protester alors que d entre eux au statut de saisonniers attendent depuis des lustres d être permanisés. Un statut inique, qui maintient dans la précarité des pères de famille. La section syndicale des communaux qui a une plate-forme de revendications en attente depuis des années a signalé dans un communiqué que la Wilaya a promis d intervenir pour ce qui est du cas des saisonniers. Il faudra pour ce faire obtenir l aval du ministère de tutelle et de la Fonction publique. C est avec l emploi de jeunes, le dispositif Blanche Algérie, le filet social que le dernier maillon des emplois précaires existe encore dans le monde du travail et surtout dans la Fonction publique. Fayçal Moulay Photo : DR

7 Faits divers Le Soir Mardi 15 septembre Page 7 GUELMA Arrestation de 4 cambrioleurs Dans un rapport de la cellule de communication de la Sûreté de wilaya, la police de Guelma précise que les éléments du 1 er arrondissement de la Sûreté urbaine ont procédé à l'interpellation d'une bande de 4 malfaiteurs, auteurs présumés de descentes nocturnes au cours desquelles ils commettaient de multiples cambriolages sur une grande partie de la ville. Ce coup de filet qui entre dans le cadre de la lutte contre la criminalité et la délinquance intervient après la plainte déposée par un commerçant de la cité Benherga, sur les hauteurs de la ville. Ce dernier a été victime d'un cambriolage dans son dépôt de vêtements. L'enquête a permis le démantèlement d'une bande structurée, composée de quatre individus originaires de Guelma Photo : DR et âgés de 21 à 25 ans, spécialisée dans le vol de vêtements de prêt-à-porter. Les investigations réalisées par les enquêteurs ont permis d'identifier que ce groupe opérait la nuit à bord d'un véhicule et utilisait des fausses clefs pour ouvrir les magasins. Cette opération a permis aux policiers de saisir pulls pour hommes, 781 robes et 370 sandales pour fillettes. Les malfaiteurs présumés ont été écroués par le magistrat instructeur près le tribunal de Guelma, en attendant les suites de l'enquête, indique le même communiqué. Noureddine Guergour BOUIRA Les auteurs du vol de bétail condamnés à 3 ans de prison Le tribunal correctionnel d Aïn Bessem a condamné les trois personnes qui composent le gang spécialisé dans le vol de bétail dans la commune d El Hachimia, particulièrement dans les régions de Sdara et Hammam Ksana. Pour rappel, comme nous l'écrivions dans l une de nos précédentes éditions, au début du mois en cours, des habitants de la localité Hammam Ksana ont réussi, grâce à la vigilance d un berger, à arrêter trois personnes faisant partie d un gang spécialisé dans le vol de bétail. Le dernier en date a eu lieu le 26 juillet lorsque 20 têtes d ovins et une vache avaient été volées dans cette région. Arrêtés par les villageois avant l'arrivée des gendarmes qui les ont conduits vers la brigade d El Hachimia, les trois voleurs ont été déférés devant le procureur près le tribunal d Aïn Bessem qui les a mis sous mandat de dépôt pour vol caractérisé de biens d autrui. La semaine passée, les trois voleurs ont été jugés et reconnus coupables, ils ont été condamnés, chacun, à trois ans de prison ferme. Y. Y. KHENCHELA Une employée agressée par son directeur et mise à la porte Une employée dans une société de gestion foncière dont le siège se trouve au chef-lieu de la wilaya a déposé une plainte auprès des services de la police accusant le premier responsable de cette société d'agression physique et d'humiliation verbale pour des raisons inconnues et qualifiée par la victime de hogra, de dictature et de mépris. La victime transportée par les membres de la Protection civile et évacuée aux urgences dans un état lamentable après l'agression a été mise à la porte par l'administration pour des raisons qui restent inconnues pour son époux et sa famille. Cependant, la victime mère de famille a déclaré que ce comportement indigne et inhumain vient dévoiler l'esprit de la vengeance et de règlement de compte de la part d'un responsable qui était sous la responsabilité et la tutelle de son père exdirecteur et que son frère a eu le même sort, radié et exclu de la société. Devant ce fait accompli, la victime interpelle le DG et tous les responsables centraux d'intervenir immédiatement pour mettre fin à cette injustice et à cette dictature. Benzaïm A. 3 morts et 4 blessés dans un accident de la route Un tragique accident qui a eu lieu sur la route nationale menant en Tunisie, et spécialement vers la commune d'el-mahmel, à 9 km à l'est du chef-lieu de la wilaya, a fait 3 morts et 4 blessés suite à une forte collision entre un véhicule de tourisme venant de Tebessa et un autre appartenant à une clinique privée. Les victimes ont été transportées à la morgue et aux urgences de l'hôpital Ali-Boushaba qui a mobilisé un dispositif considérable pour prendre en charge les blessés dont certains se trouvent dans un état critique. Les services de la gendarmerie ont ouvert une enquête pour déterminer les causes de ce drame. B. A. AMIZOUR (BÉJAÏA) Un mort et un blessé grave dans une attaque à main armée Deux chasseurs ont fait l objet d une attaque à main armée dans la nuit du 13 septembre aux environs de 22h près du village d Imaâziwen sur les hauteurs de Merdj Ouamane dans la commune d Amizour, rapporte une source locale. L attaque a eu lieu non loin de l endroit même où les éléments de l Armée nationale populaire ont mis la main sur un véritable arsenal de guerre appartenant à un groupe terroriste islamiste, précise notre source. Les deux victimes, qui organisaient une partie de chasse, ont été surprises par des tirs nourris. L un des chasseurs, âgé d une quarantaine d années, a été tué sur le coup alors que son camarade, gravement blessé par balles, fut évacué à l hôpital d Amizour, indique notre source. A. K. M'SILA Un citoyen mort électrocuté Les citoyens de la petite localité de Aïn Sidi M'Hamed relevant de la daïra de Aïn El Melh au sud de la wilaya étaient consternés par le décès d'un homme répondant aux initiales M. A. âgé de 34 ans, mort électrocuté dans la nuit de dimanche à lundi. La victime a reçu une forte décharge d'électricité lorsqu' elle a voulu changer une ampoule grillée par une autre sur un lampadaire d'un poteau d'éclairage public du quartier : ne pouvant supporter le choc, elle s est faite projeter d'en haut pour atterrir sur le sol, morte sur le coup. Devant le manque d éclairage public et la démission du service concerné au niveau de l APC pour manque de personnel qualifié et de matériel, le citoyen a pris son destin en main et s est chargé de cette opération pour éclairer son quartier à la place des services de la commune, malgré le danger encouru. Le corps de la victime a été transféré à la morgue de l'hôpital de la ville de Aïn El Melh et les services de la gendarmerie ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ce drame. A. Laïdi ZEDINE (AÏN DEFLA) Accident mortel sur l autoroute Ce enième accident de la circulation routière a eu lieu, dans la nuit de samedi à dimanche, vers 22 h 30 mn sur le tronçon de l autoroute qui traverse la commune de Zedine, au sud de Aïn Defla. À l origine de ce drame, c est un camion de gros tonnage, un semi-remorque, qui s était garé sur la bande d urgence quand un véhicule utilitaire, de type Hilux, avec 2 passagers à bord et transportant 22 moutons, certainement à destination d un des nombreux marchés hebdomadaires, est venu percuter de plein fouet l arrière du camion. Les hommes de la Protection civile, qui sont intervenus sur le lieu du sinistre, ont retiré des tôles un mort et 2 blessés souffrant de divers traumatismes. A noter aussi que sous le choc, les 22 moutons ont péri. Le passager décédé ainsi que les 2 blessés ont été transférés vers l hôpital Makour-Hamou de Aïn Defla. Les services d hygiène ont pris en charge les 22 bêtes tuées pour procéder à leur enfouissement. Une enquête a été ouverte par les éléments de la brigade locale de la gendarmerie pour déterminer les causes et les circonstances précises qui ont prévalu dans ce drame. Par ailleurs, selon la cellule de communication de la Protection civile, il a été enregistré, durant ces 13 jours du mois de septembre, pas moins de 51 accidents qui ont fait un mort et 68 blessés. Karim O.

8 Contribution Mardi 15 septembre PAGE 8 UNE FRÉQUENTATION CROISSANTE ET UNE ARTICULATION Le cauchemar des «Faites quelque chose, et si cela ne réussit pas, essayez autre chose ( ). Il est dur d échouer, mais il est pire encore de n avoir jamais tenté de réussir.» (Franklin Roosevelt, , trente-deuxième président des Etats-Unis) Parfois stigmatisé par le public et les médias, l allongement du temps de passage dans les services d accueil des urgences est la conséquence d une augmentation de la fréquentation de ces services. Cet allongement est un facteur de moindre qualité du service rendu et une source d insatisfaction, tant pour les usagers que les professionnels. Des situations difficilement acceptables : des temps de passage qui excédent 6 heures pour une prise en charge qui aurait pu durer une heure, des attentes d hospitalisation de plus de 24 heures (nuits couloirs), des patients qui, las d attendre, quittent le service avant les soins. Une fréquentation des services des urgences en progression continue met sous tension persistante les organisations et les équipes hospitalières en dépit des mesures de renforcement et de soutien successivement décidées par les pouvoirs publics algériens. Au-delà des situations où le pronostic vital est engagé ou qui nécessitent une intervention rapide compte tenu de leur gravité, les urgences hospitalières jouent de fait un rôle essentiel dans la prise en charge de soins non programmés, à laquelle la médecine de ville n apporte pas de réponse suffisante. On constate que la progression forte de la fréquentation des urgences n avait fait l objet, jusqu à tout récemment, que de peu d analyses de ses déterminants. Les services des urgences ont cherché à faire évoluer leur organisation pour mieux y répondre, mais le cadre financier tendu, dans un contexte de restriction budgétaire, va contrarier la recherche d une plus grande efficience. L amélioration de l efficacité du dispositif passera cependant et avant tout par une articulation plus étroite entre médecine de ville et hôpital. Les urgences, un service vitrine de l hôpital : un décalage entre l offre de soins et la demande Historiquement en Europe, les premières structures d urgences apparaissent dès le XVI e siècle lorsqu on commence à penser à l accueil des cas urgents dans les hôpitaux. À la fin du XX e siècle, l obligation pour l hôpital de s équiper d un poste de secours comportant un poste de pansements, un matériel pour soins urgents (réanimation, oxygène, réserve de sang) et quelques chambres individuelles fut décrétée. Ces unités ont ensuite évolué et se sont adaptées à la société en donnant naissance à des Urgences adultes, pédiatriques, psychiatriques, etc. à l entrée des villes permettant ainsi d assurer une fonction vitale dans le système de soins. Cependant, le concept d un service autonome va s imposer lentement, dirigé H/24 par un chef de service entouré d une équipe médicale spécifique, affectée aux diverses tâches d accueil, d examen, de diagnostic, de soins et du suivi des premières 24 heures des malades accueillis. Le personnel des urgences partage alors comme objectif commun le traitement des symptômes en un minimum de temps, de par l aspect urgent qui les caractérise. Enfin, les services d urgences se singularisent également pour leur rôle de transition. Leur structure étant adaptée à recevoir les patients sur une courte durée, les transferts vers des services ou des structures adéquats constituent une grande part du travail du personnel. Ainsi, les urgences sont l ouverture de l hôpital sur la société, lien direct entre la population et le milieu de soins. Ils sont pour beaucoup ns, et notamment les jeunes, le premier point de contact avec le système hospitalier, par lequel ils vont construire leur image de l hôpital public. Le nombre d admissions aux urgences a augmenté de façon vertigineuse. Cette augmentation, constante depuis plusieurs années, peut s expliquer en partie par la naissance de nouveaux comportements des usagers en matière de recours aux soins. En effet, le recours au service d urgences est souvent privilégié par les usagers pour les facilités qu il offre. Or, ces services ont néanmoins une image qui se désagrège depuis plusieurs années dans l opinion publique : critiqués pour leur mauvais accueil, l attente trop longue ou la médiocrité de la prise en charge, les services d urgences sont considérés aujourd hui comme un des points faibles de l offre de santé en Algérie (et dans de nombreux pays). Les pouvoirs publics ont certes lancé des plans d action pour les urgences en souhaitant garantir à chaque citoyen usager un accès aux soins urgents dans des délais raisonnables pour permettre le désengorgement des services d urgences, la tâche reste cependant difficile. Face à ce décalage apparent entre l offre des services d urgences et la demande des usagers, on peut se demander, dans un premier temps, quelles sont les raisons sociologiques, politiques et démographiques qui font que les services d urgences actuels ne semblent plus être adaptés à la fréquentation réelle des urgences. Le choix de la facilité et une population complexe En premier lieu, la fréquentation des services d urgences a explosé depuis ces 20 dernières années. Le nombre d admissions aux urgences a augmenté de façon vertigineuse. Cette augmentation, constante depuis plusieurs années, peut s expliquer en partie par la naissance de nouveaux comportements des usagers en matière de recours aux soins. En effet, le recours au service d urgences est souvent privilégié par les usagers pour les facilités qu il offre. Il lui permet d obtenir une consultation à tout moment, sans rendez-vous, une ordonnance, des examens immédiats, mais aussi à titre gratuit ou d effectuer un paiement différé. Seulement, la multiplication de ces comportements amène à un engorgement des urgences auquel le service peut difficilement répondre. Ainsi, aujourd hui, les médecins estiment que les 80% des patients admis aux urgences ne nécessitent pas de soins véritablement urgents. Ils privent donc les cas les plus graves d une place dans le service et sont la plupart du temps insatisfaits, car leur cas ne relevant pas de l urgence, ils subissent un temps d attente très long. On assiste alors à une banalisation de l urgence qui met en péril le bon fonctionnement des services d urgences. Aujourd hui, à cause de l augmentation de l espérance de vie, les personnes les plus âgées (75 ans ou plus) sont de plus en plus nombreuses. De même, elles sont sur-représentées dans les services d urgences. En effet, le 1/3 des consultants de ces services ont plus de 75 ans. Cette catégorie de personnes pose problème, car elles souffrent souvent de polypathologies (plusieurs maladies en même temps), nécessitant par conséquent l intervention de plusieurs spécialistes. Il est donc assez complexe de les soigner à l intérieur d un service d urgences, qui n est pas équipé comme un service de gériatrie. (En effet, les personnes âgées ont souvent des pathologies multiples, donc ne relevant pas clairement d une spécialité, ni d un service. La prise en charge longue et standardisée des urgences n est pas adaptée à la spécificité des problèmes de santé des personnes âgées). Une autre catégorie de personnes freine également l organisation des urgences. Ce sont les habitués : des «sans domicile fixe» (SDF), des jeunes à la dérive ou quelquefois des étrangers sans papiers, qui ne trouvent pas d autre accès aux soins par méconnaissance du système de santé, par absence de ressources économiques ou parce qu on ne les accepte pas ailleurs. D autres patients s adressent aux urgences pour des problèmes sociaux ou de mal-être psychologique qui ne relèvent pas à strictement parler des urgences. Tous ces patients nécessitent une surveillance spéciale et une aide que ne peuvent apporter les urgences. Ce service se limite à les «remettre sur pied» pour un laps de temps restreint, jusqu à leur prochaine venue de nouveau aux services des urgences. Il semblerait donc qu il y ait un problème au niveau de l offre de soins pour accueillir ces catégories de population. Les soins ou la santé : confusion? Aujourd hui, la santé est devenue une préoccupation très importante et cela peut expliquer également cet engouement pour les services d urgence. En effet, on observe que les dépenses de santé par Par le P r. Kamel Sanhadji (*) personne ont été multipliées en général par onze depuis 1950 (source OCDE). On parle d aujourd hui car nous avons acquis de nouvelles valeurs selon lesquelles la vie et la santé constituent un idéal absolu. Être et rester en bonne santé tiendraient alors aujourd hui du devoir. Ainsi, les services d urgences reconnus pour leur professionnalisme et la technicité des actes médicaux qui y sont effectués attirent le public qui espère y trouver un personnel compétent ; plus compétent que leur médecin de ville. Par ailleurs, le malade, stressé et souvent influencé par les informations qu il a pu trouver sur internet, n hésite pas à se rendre dans un service d urgences pour des problèmes de santé mineurs qui auraient pu attendre jusqu à l ouverture du cabinet du médecin généraliste. Ainsi, le rôle des urgences s est modifié avec le temps. Créé à la base pour recevoir uniquement des urgences vitales, il éprouve des difficultés à assumer les nouvelles fonctions qui s ajoutent à sa fonction première : entre médecine sociale et permanence de soins. Alors, faut-il adapter les urgences à ces modifications de leur usage ou plutôt travailler sur la perception Le personnel des urgences vit en collectivité dans un lieu confiné. De ce fait, il est en interaction continuelle avec ses pairs. Ce personnel est multiple : il va de l ambulancier au policier, de l aide soignante au médecin, du brancardier à l agent administratif pour assurer un travail de groupe, en relais tout au long de la prise en charge du patient et garantir l objectif de transition propre aux urgences : accueillir, trier et faire sortir le patient vers le service correspondant. que les usagers ont de ce service? Il semblerait qu il y ait aussi une redéfinition de l offre des services d urgences à faire en passant par un développement de solutions annexes (urgences gériatriques, soin des non-assurés sociaux, urgences de premier niveau dans les cabinets médicaux...) pour pallier l offre qui n est pas prise en charge par un service d accueil des urgences (SAU). Ainsi, la solution doit sûrement être multiple pour espérer rétablir un équilibre entre l offre et les attentes des usagers.

9 Contribution Mardi 15 septembre PAGE 9 AVEC LA MÉDECINE DE VILLE À REPENSER urgences hospitalières Cependant, cette réflexion est à penser en matière de politique de santé publique, de planification de l offre de soins, d économie de la santé C est donc un volet politique et économique sur lequel l usager n a pas directement prise. Les trois acteurs des services des urgences : le personnel, les patients et leurs accompagnants Le personnel des urgences vit en collectivité dans un lieu confiné. De ce fait, il est en interaction continuelle avec ses pairs. Ce personnel est multiple : il va de l ambulancier au policier, de l aide soignante au médecin, du brancardier à l agent administratif pour assurer un travail de groupe, en relais tout au long de la prise en charge du patient et garantir l objectif de transition propre aux urgences : accueillir, trier et faire sortir le patient vers le service correspondant. Il existe bel et bien un caractère unique du travail collectif au sein des services des urgences. En effet, le service des urgences impose par son organisation une promiscuité entre les membres du personnel et une nécessité de coopérer et de cohabiter pendant la période de travail. Puis, l équipe du personnel est garante de l organisation des urgences et la moindre erreur commise dans ce processus peut amener à perturber l ensemble de l organisation. Ainsi, leur travail repose sur les valeurs de confiance, de communication, d efficacité, pour assurer la bonne coordination de leurs actions. De même, le travail en groupe impose une adaptation des cadences individuelles au rythme collectif. En ce qui concerne le rythme de travail, le rapport au temps est une caractéristique forte du travail des urgentistes. En effet, le personnel des urgences est entièrement dépendant du flux aléatoire d arrivées des patients. Il est alors confronté à un rythme de travail très irrégulier et imprévisible. Ce rythme alterne entre des moments intenses mêlant vitesse et stress, et d autres moments plus calmes où le personnel peut se retrouver parfois inactif. De ce fait, il doit ainsi constamment s adapter et répartir ses ressources (tantôt insuffisantes, tantôt inutiles) pour répondre au mieux au flux de patients qui arrivent. Le personnel a du mal à subir patiemment cette discontinuité de son rythme de travail et tente d estimer les probabilités d accélération des flux en se basant sur des statistiques. Aujourd hui, les analyses d activité et les comparatifs inter-hospitaliers permettent d avoir une projection de l activité prévisionnelle selon l heure de la journée (disparité en journée, soirée, nuit profonde) par jour (disparité entre les jours ouverts et les week-ends), par mois selon les saisons par exemple (traumatologie hivernale, épidémie de grippe ). Ces anticipations sont leur seul moyen d une tentative de «maîtrise du temps». Cette organisation en dents de scie est difficilement perceptible par les usagers qui n ont pas un regard global de l activité du service. Ainsi, il existe un réel décalage de vécus, de rythmes, de perceptions du service entre le personnel et les différents usagers des urgences qui crée nombre d incompréhensions. De même, le personnel des urgences est en interaction continuelle avec les usagers qui sont admis à l intérieur du service. Ainsi, chacun de leurs gestes, parole, action est épié, observé par un usager souvent inactif. Il faut noter que comme dans tout travail, le personnel développe une vie sociale avec ses pairs. Une telle promiscuité de travail crée forcément des affinités ou des tensions qui resurgissent dans le travail. En effet, le patient des urgences est souvent brutalement tiré de sa vie extérieure et subit sa présence dans le service. Il lui faut donc s habituer à un univers médical codifié dans lequel son rapport intime à soi et ses manières traditionnelles d être avec les autres vont être mis à mal. En effet, la cohabitation et la promiscuité avec des inconnus peuvent poser des problèmes liés à la pudeur. Dans un service d urgence, faire un examen complet nécessite que le patient soit déshabillé. Ainsi, les personnels des urgences s échangent, entre eux, fréquemment des blagues, des remarques de la vie personnelle. Seulement, l usager assiste à cette vie sociale qui peut être totalement en décalage avec son vécu. Enfin, le propre des urgences est qu il soumet son personnel à un stress non négligeable. En effet, les équipes soignantes et médicales font face à de nombreuses difficultés au quotidien qui génèrent chez elles un stress important. Les contraintes de temps, la proximité avec la maladie et la mort et l anxiété des patients et de leurs familles rendent l environnement de travail des soignants relativement anxiogène. Ils apprennent, via leurs études et au cours de leur carrière, à gérer le stress lié à la cadence soutenue et au soin technique, de sorte qu il se transforme en un «bon» stress. Cependant, la tension due au relationnel difficile avec certains patients et familles semble nettement moins bien vécue. En effet, cette part importante de leur travail est complexe puisqu elle engage chez le personnel davantage d investissement de sa personne. Par ailleurs, les services d urgences sont particulièrement exposés à la violence à travers les agressions (verbales et physiques) subies par le personnel. Elles peuvent être liées à la pathologie des malades (alcoolisation, psychopathies ), aux conditions d accueil (délai d attente, pics d activité) et souvent à l entourage des patients. La sécurité a ainsi été renforcée afin de protéger le personnel de ses agressions, et notamment via l ajout d une vitre à l accueil séparant les agents des usagers. Or, ces mesures, renforçant la prise de distance entre personnel et usagers, ne communiquent-elles pas dès l accueil une méfiance envers l usager? Cette condition est-elle propice à asseoir une relation sur une base de confiance? Dans l idéal, il s agirait de pouvoir réfléchir à l inverse. Comment atténuer le stress des patients et des familles de sorte à diminuer le nombre d agressions? Quant à l acteur patient, il y a une grande diversité peuplant les services d urgence, mais sur le plan purement médical, il est d usage de les classer en deux grandes catégories. D abord, les patients au niveau de gravité le plus élevé connaissent un circuit long. Généralement, ces patients arrivent via un transport type ambulance ou le SAMU ou par leurs propres moyens aux urgences. Étant prioritaires, leur prise en charge est immédiate et ils ne devraient pas connaître de temps d attente très long. Cette catégorie de patients correspond à 15%. La deuxième partie, majoritaire, emprunte le circuit court des urgences. Ce sont des patients dont le pronostic vital n est pas engagé. Ils arrivent la plupart du temps par leurs propres moyens. À noter que les patients choisissent souvent la proximité du service, ignorant que chaque service a en réalité une spécialité qu il faut prendre en compte. Ce choix peut générer une attente plus longue ou un déplacement secondaire. Aussi, l ordre de prise en charge du patient est souvent une source de tensions. Ainsi, le patient des urgences a également sa propre interprétation de son urgence. Dans l imaginaire populaire, il est admis que de plus en plus, ce qui est urgent, c est «ce que les usagers définissent comme urgent». Seulement, contrairement aux autres institutions, ils ne sont pas pris en charge en fonction de l ordre d arrivée, c est le niveau de gravité qui est le critère qui fait loi. Cet ordre de prise en charge est une source permanente d incompréhension et de conflit entre personnel et usagers. Cette subjectivité populaire caractérise l attitude de l usager des urgences comme étant «égocentrée». À son arrivée, il est focalisé sur sa propre douleur, sa souffrance personnelle, son angoisse et éprouve beaucoup de difficulté à prendre en compte celle des autres. La salle d attente semble constituer un passage brutal à la prise en considération des autres par le patient. La promiscuité l invite à sortir de cette posture égocentrée pour accepter d envisager le mal-être d autrui. De même, la période d attente qui découle de cet ordre de prise en charge est souvent difficilement vécue par l usager. En effet, cette typologie d attente est particulièrement stressante puisque le patient n a aucun repère temporel qui pourrait l aider à se projeter. Il vit une attente sans organisation spatiale, sans queue (chaîne d attente), sans ticket d arrivée, qui ne lui donne aucune emprise sur le temps. Il existe une relation à soi et aux autres vraiment mise à mal. En effet, le patient des urgences est souvent brutalement tiré de sa vie extérieure et subit sa présence dans le service. Il lui faut donc s habituer à un univers médical codifié dans lequel son rapport intime à soi et ses manières traditionnelles d être avec les autres vont être mis à mal. En effet, la cohabitation et la promiscuité avec des inconnus peuvent poser des problèmes liés à la pudeur. Dans un service d urgence, faire un examen complet nécessite que le patient soit déshabillé. Or, dans les cas de forte affluence, le respect de la pudeur peut être entravé et la situation devenir un réel calvaire pour le patient. De même, la routine de certains gestes pour le personnel peut l amener à oublier ou à négliger la difficulté qu a un malade à dévoiler son intimité. Cette question de la pudeur dans les hôpitaux est d ailleurs un sujet d actualité qui fait débat dans les médias. Certains médecins et patients dénoncent le port hospitalier d une chemise, certes facilitant la réalisation des gestes soignants, mais qui dévoilent l intimité des patients. Le personnel avoue luimême, à regret, qu aux urgences, le respect de l intimité, mais aussi la confidentialité de certaines paroles sont parfois difficiles à respecter. Enfin, le patient qui arrive aux urgences apporte également son lot de soucis lié à sa vie extérieure. Manquer un rendez-vous, retarder son travail ou ne pas pouvoir aller chercher ses enfants à l école sont des préoccupations majeures pour le patient qui intègre les urgences au dépourvu. Or, le personnel, préoccupé prioritairement par son état de santé, n a souvent pas le temps, ni l esprit de s occuper de ces détails. C est alors que l accompagnant peut être d une grande aide pour subvenir aux besoins «primaires», externes et sociaux de la personne malade. Enfin, la troisième catégorie d acteurs, l accompagnant, car les personnes admises aux urgences sont souvent accompagnées ou rejointe par un ou plusieurs de leurs proches. Ils peuvent être des personnes de la famille, des amis, des collègues de bureau ou plus On aurait tendance à rejeter principalement les problèmes organisationnels sur l usager, du fait de sa mauvaise volonté à comprendre. Cela traduit clairement une exaspération des personnels et probablement aussi un manque de prise de conscience de leur part, quant à l opacité du fonctionnement de leur service. N y aurait-il pas une autre façon de faire comprendre le fonctionnement du service aux usagers? rarement un inconnu ayant porté secours à la personne souffrante. Inutile de préciser que leur présence augmente la population des urgences et accentue donc le phénomène de cohabitation et ses conséquences vues précédemment. Suite en page 10

10 Contribution Mardi 15 septembre PAGE 10 Suite de la page 9 Ces accompagnants sont présents aux urgences pour assister le malade, le rassurer par leur présence, le surveiller, mais aussi avoir des informations en direct sur son état de santé. À l intérieur du service, ces accompagnants connaissent la même part d angoisse que les patients concernant l attente et le manque d emprise sur le temps. Bien qu étant des usagers indirects, ce sont un groupe d usagers que le service doit prendre en compte. Cependant, on va voir que leur rôle et leur place dans les services d urgences gagneraient à être mieux définis. En effet, en ce qui concerne le rôle des accompagnants, lorsqu ils sont avec le patient : ils arrivent aux urgences, ils sont accueillis au pôle administratif où on les renseigne sur l heure d arrivée et, quand cela est possible, sur l état de santé du patient. Ensuite, l expérience de l accompagnant semble dépendre entièrement du service dans lequel il est accueilli. Existet-il concrètement un cadre légal concernant la place et le rôle d un accompagnant au sein d un service d urgences? Les codes de la santé publique de nombreux pays européens fournissent des indications aux soignants (médecins et infirmières), les principales références législatives encadrant leur profession. Dans ces codes, les articles régissant les relations avec la famille ou l entourage du patient sont peu nombreux. Ce n est qu en 2002, en France, avec la loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé qu on commence à reconnaître le rôle de l accompagnant auprès du patient. La nouvelle loi autorise chaque personne à choisir et designer librement une «personne de confiance» de son entourage. Cette mesure vise principalement à orienter le corps médical vers une personne référente si le patient est hors d état d exprimer sa volonté. Il s agit d une modification majeure qui permet de donner une certaine légitimité à l accompagnant auprès des soignants. Son avis est pris en compte et sa place auprès du patient est justifiée. Or, faute de temps, et n étant pas dans un contexte d hospitalisation, la procédure de désignation d une personne de confiance est rarement établie au sein des services d urgences. Faut-il alors conclure qu en l absence de ce document signé, le personnel peut se passer d intégrer l accompagnant? La question se pose puisqu aux urgences, aucune autre réglementation n encadre cette relation entre le patient, son accompagnant et le personnel. La volonté d intégrer ou non l accompagnant est alors entièrement tributaire du projet de soin formulé par chaque service. On trouve donc une grande disparité concernant l accueil des accompagnants, leur rôle et place au sein des différents services d urgences. Pour une situation identique, dans un service on pourra accueillir l accompagnant à l intérieur pour tenir compagnie à son proche, alors que dans un autre on lui demandera de patienter, voire même de rentrer chez lui jusqu à ce qu on lui donne des nouvelles. Cela dépend de la volonté et des valeurs de l institution. L accompagnant est un repère pour le patient. Il apparaît comme étant un des acteurs qui peut contribuer à l amélioration des relations du patient avec l institution de soins et de santé. Reconnaître l accompagnant, c est une façon complémentaire de reconnaître le patient en tant que personne et respecter sa vie privée. Il représente, en effet, un repère, un lien avec le monde intime du patient et sa vie domestique. De manière plus générale, la présence du proche serait indispensable à toute personne se trouvant dans une position de vulnérabilité. Ainsi, on l a vu, un malade accueilli dans un service d urgences est souvent déstabilisé, en manque de repères dans un environnement qui lui est inconnu, et confronté à la peur pour son état de santé. La présence de son proche lui permet de maintenir un lien social et affectif et d atténuer le sentiment de rupture. L accompagnant pourrait recouvrir un rôle plus actif et être considéré comme un partenaire de soins par le personnel. En effet, le proche est une ressource pour le personnel qu il faut utiliser. Tout d abord, il apporte des informations personnelles liées au mode de vie ou aux antécédents du patient qui aident à la réalisation du diagnostic. De même, il est une autre oreille aux informations données par le soignant au patient. Grâce à son recul sur la situation, il peut apporter une perception nouvelle du diagnostic en interprétant différemment les informations reçues. Puis, il peut recouvrir un rôle de surveillant qui peut décharger le personnel en rapportant des informations en temps réel lié aux besoins immédiats du patient. Enfin, généralement, lorsqu ils sont ensemble, le patient et son proche s apaisent par leur simple présence mutuelle dans un environnement qui leur est inconnu. Ainsi, en donnant la possibilité à l accompagnant de recouvrir ce rôle plus actif, le personnel pourra y trouver une aide à la prise en charge du patient. Pour cela ce rôle doit être aménagé, mais cette considération de l accompagnant en tant que partenaire repose principalement sur la volonté du chef de service et de son personnel. Néanmoins, dans la pratique, la présence de l accompagnant dans un service d urgences révèle, souvent, un malêtre du personnel. Aux urgences, il est considéré que la présence de la famille est à la fois utile et redoutée. Redoutée, car elle est une potentialité de complications par le fait que, concernée, elle est un témoin des gestes médicaux. Les accompagnateurs observent, questionnent, commentent le travail : on peut rater une piqûre et être accusé de faire souffrir inutilement. En général, les médecins se soustraient à ces demandes en exigeant l isolement pour l examen et le traitement du malade. Il semble y avoir une peur du regard de l autre. On se rend compte que l accompagnant est considéré, par une partie du personnel, comme un élément venant perturber son travail en le déstabilisant. A ce propos, le personnel peut évoquer l exiguïté des locaux et l aménagement du service comme étant un frein à l intégration de l accompagnant auprès de son proche. Le manque de place peut ainsi être invoqué pour excuser cette mise à l écart de l accompagnant. Il semble que de manière générale, l accompagnant n est pas considéré comme un usager à part entière du service, mais plutôt comme un intrus, une charge en plus, critiqué pour son manque de «savoir-vivre». En effet, hormis pour l attente, sans rôle ni place clairement définis à l intérieur des services d urgences, l accompagnant se retrouve souvent désorienté et n adopte pas les comportements attendus par le personnel du service. On lui reproche souvent de gêner au milieu du passage, d être indiscret en assistant au travail des urgentistes comme à un spectacle, de manquer de compréhension ou même d adopter des comportements trop agressifs envers le personnel. On aurait tendance à rejeter principalement les problèmes organisationnels sur l usager, du fait de sa mauvaise volonté à comprendre. Cela traduit clairement une exaspération des personnels et probablement aussi un manque de prise de conscience de leur part, quant à l opacité du fonctionnement de leur service. N y aurait-il pas une autre façon de faire comprendre le fonctionnement du service aux usagers? L usager face à une organisation complexe Le service des urgences a une organisation complexe due à la diversité des acteurs qu elle doit prendre en compte et à l activité en dents de scie qu elle connaît. Le personnel vit au rythme de cette organisation qu il a acquise naturellement en intégrant ses contraintes. Seulement, au cœur de cette organisation, se situe aussi l usager (patient ou accompagnant) qui, comme on l a vu, durant une période met sa vie entre parenthèses pour subir sa présence dans le service d urgences. Il se confronte alors de manière assez brutale aux aléas et aux contraintes organisationnelles du service, qui souvent lui échappent et sont sources d incompréhension. En effet, les contraintes techniques et organisationnelles des hôpitaux prennent trop de place et «font de l ombre» à ce qui devrait être central : l humain. Plus essentiellement, le renforcement de la permanence des soins ambulatoires, notamment par la poursuite de la création de maisons médicales de garde étroitement articulées avec les urgences hospitalières, est à accompagner du développement de nouveaux modes d accès en journée à des soins non programmés en médecine de ville. À l hôpital, deux langages se croisent suivant qu ils sont issus de l institution ou du malade. L un parle du nombre de lits, de ses prouesses techniques, de son architecture, de ses ambitions, de son futur, etc. L autre parle de la façon avec laquelle il est accueilli ou rejeté, traité ou mal traité, de la qualité des soins et des repas. Ainsi, bien que les usagers partagent le même but de soins, ils ne partagent pas les mêmes préoccupations et n ont pas la même perception du service. Il faut notamment distinguer les différents types d usagers qui vivent des expériences différentes du service, et notamment l usager-patient et l usager-accompagnant. N ayant pas la même expérience du service, il semblerait donc insensé de leur apporter les mêmes réponses. Or, aujourd hui, le service d urgences communique globalement les mêmes informations à tous les acteurs (personnel, patient et accompagnant). Il revient ainsi aux différents usagers des urgences de faire l effort de comprendre cette organisation en décodant un certain nombre d indices. Ils peuvent supposer qu il existe différentes professions, supposer qu il y a différentes salles en fonction de la nature des examens ou même deviner qu elles sont les différentes étapes de sa prise en charge. Mais la situation de fragilité dans laquelle ils se trouvent, ajoutée à la complexité d une telle organisation, sont des freins à la bonne compréhension du fonctionnement du service. En conclusion et face à l augmentation continue du recours aux urgences hospitalières, la solution a été recherchée plus dans la mobilisation de moyens supplémentaires que par la recherche d une meilleure efficience, même si les efforts d organisation conduits par les pouvoirs publics chargés de la santé se sont traduits par la diffusion progressive de nouvelles pratiques améliorant les conditions de prise en charge. La persistance de certaines situations de tensions atteste cependant de la fragilité et des limites d un dispositif demeuré trop centré sur l hôpital, qui au-delà des urgences vitales et graves doit sans cesse davantage répondre à une demande de soins non programmés qui pourrait être pour une part, sans doute, très importante assurée en ville par d autres acteurs du système de soins. Un passage sur cinq ne nécessité pas d autre acte qu une consultation, soit à première vue de l ordre de quelques millions de «passages évitables» par année. Sans préjudice de la proportion de patients pour lesquels les interventions complémentaires nécessaires auraient pu être pratiquées en ville, une réorientation de ce flux vers la médecine ambulatoire pourrait se traduire pour l assurance maladie, toutes choses égales par ailleurs, par des économies conséquentes. Ces constats amènent à considérer que l amélioration de l efficacité du dispositif dépend moins de l allocation de nouveaux financements que d une meilleure définition de la place et du rôle des services d urgences dans le système de soins, en termes d organisation interne des établissements, d orientation des patients et d articulation entre hôpital et médecine de ville. Il revient aux pouvoirs publics d en assurer un pilotage plus efficient. Trois types de mesures doivent y contribuer : améliorer la connaissance des motifs de recours aux urgences et des caractéristiques des patients, mieux diffuser les modes d organisation innovants, faire évoluer le mode de financement sur la base d une meilleure connaissance des coûts. Il est indispensable que le ministère chargé de la Santé se donne les moyens d une meilleure connaissance des patients recourant aux urgences, notamment ceux qui ne sont pas hospitalisés, et entreprenne, dans le cadre des travaux de révision de la tarification, une étude comparative sur les coûts respectifs de la prise en charge des patients, selon la classification clinique des maladies aux urgences (CCMU) notamment, en milieu hospitalier et en ville. Une généralisation des pratiques qui ont fait leurs preuves (filières courtes, gestion des lits, filières gériatriques ) est à promouvoir de manière plus vigoureuse. Le bon aboutissement de la révision de la tarification des services d urgence est indispensable pour éviter qu elle ne contrarie les efforts de régulation de l activité et inciter davantage à l efficience des prises en charge. Plus essentiellement, le renforcement de la permanence des soins ambulatoires, notamment par la poursuite de la création de maisons médicales de garde étroitement articulées avec les urgences hospitalières, est à accompagner du développement de nouveaux modes d accès en journée à des soins non programmés en médecine de ville. L apport à cet égard des maisons pluriprofessionnelles de santé mériterait d être conforté par l examen de la possibilité d adosser les plus importantes à un petit plateau technique. Une couverture territoriale renforcée est impérative à cause d une fréquentation en hausse continue et inégalement répartie. La réduction des inégalités territoriales d accès aux soins urgents doit être affirmée comme objectif. Un accès aux soins urgents de moins de 30 minutes semble raisonnable. K. S. (*) Professeur des universités, directeur de recherches. Service d immunologie des transplantations CHU de Lyon, France.

11 Culture Le Soir Mardi 15 septembre PAGE 11 SON CONCERT ÉTAIT VIVEMENT ATTENDU L Orchestre de chambre de la Bibliothèque d Alexandrie se produit ce soir au TNA Très attendu par le public de mélomanes, le concert de l Orchestre de chambre de la Bibliothèque d Alexandrie sera donné, ce soir, de 20h à 20h40 au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, Alger. Des moments de pur bonheur en perspective. La soirée de ce mardi 15 septembre sera également rythmée par les deux autres concerts au programme, prévus à partir de 18h30. Le Cuarteto International de Mexico (18h30-19h10) et l Orchestre symphonique de la Radio nationale d Ukraine (19h15-19h55) auront déjà conquis le public, avant que les musiciens égyptiens, dirigés par le maestro Hisham Gabr, ne viennent couronner le spectacle symphonique. Beaucoup parmi les mélomanes présents ne peuvent que se souvenir de la superbe prestation de ce même ensemble égyptien, l année dernière, lors de la précédente édition... Ainsi et pour rien au monde, ils ne voudraient rater l événement. L Au menu du concert animé par l Orchestre d Alexandrie, la Sérénade pour cordes en ut majeur de Piotr Ilitch Tchaïkovski, d autres pièces de la musique savante universelle (allant du XVII e au XX e siècle), mais aussi des pièces de la musique arabe et des compositions contemporaines puisées du patrimoine égyptien. Il faut d ailleurs souligner que l un des mérites de cette formation, c est de travailler à immortaliser le patrimoine musical égyptien l Orchestre a notamment enregistré plusieurs CD et mis en lumière de grands compositeurs de la musique classique (Abdellah Al Masri, Rageh Daoud, Nader Abassi, Djamel Abderrahim...) tout en continuant à produire et élargir son répertoire à la musique classique universelle. Par exemple, l Orchestre de chambre de la Bibliothèque d Alexandrie a enregistré un premier film documentaire sur e 7 e Festival culturel international de musique symphonique, prévu du 12 au 19 septembre à Alger, s'est ouvert dans la soirée de samedi, avec l'orchestre symphonique national (OSN) sous la direction du maestro Amine Kouider et avec les ténors Benabdellah Yanis (Maroc), Lagha Hamadi (Tunisie) et Ragaa Eldin (Égypte). Devant le nombreux public de la grande salle Mustapha-Kateb du Théâtre national Mahieddine- Bachtarzi (TNA), l OSN et les trois vocalistes ont présenté un florilège d œuvres de grands compositeurs de la musique universelle. Dès l entame de la première partie, le ton était donné avec Carmen : Prélude, Aragonaise et Toréadors, une pièce de G. Bizet aux tonalités méditerranéennes et aux airs respirant l Andalousie. Les 81 musiciens de l OSN, parmi lesquels quelques invités issus des orchestres de différents pays participant au festival, ont ensuite soutenu Benabdellah Yanis, Lagha Hamadi et Ragaa Eldin, dans des interprétations empreintes de puissance vocale, de technique et de tessitures étendues. Les pièces Danse de Tarantelle de G.Rossini, Tosca-E Lucevan Le Stelle de G.Puccini, Torna a Surriento de E.Curtis, Rigoletto : Questa o Quella, La donna e Mobile et La Traviata-Brindisi Libiamo de G.Verdi, ainsi que O Sole Mia de E.Di Capua, ont été rendues par les trois ténors, parfois réunis et d autres fois se succédant. L'assistance a pu apprécier les atmosphères relevées créées par la musique d'opéra sous la baguette d un Amine Kouider bien inspiré et qui a donné de l entrain à ses musiciens et aux spectateurs, avant d annoncer la pièce Ya Ardh Ajdadi, un retour aux sources longuement applaudi. La Symphonie n o 4 en fa mineur de P.I.Tchaïkovski, exécutée dans ses quatre mouvements, a marqué la deuxième partie de la soirée, mettant en valeur le pupitre des cuivres qui donnait de manière récurrente le thème, suivi d interprétations en pizzicato (pincement des cordes), pour terminer de rendre le génie du compositeur russe dans la rapidité des envolées phrastiques en quadruples croches. En présence des ministres des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, de la Culture, Azzedine Mihoubi, et de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, ainsi que des ambassadeurs et représentants diplomatiques accrédités à Alger des pays participant au festival, Amine Kouider et l OSN ont offert au public du TNA, près de deux heures durant, des moments de bien-être à travers des œuvres célèbres inscrites au répertoire de la musique universelle. Auparavant, le commissaire du festival et directeur de l'osn, Abdelkader Bouazzara, a donné lecture au texte inaugurant officiellement, «au nom du ministre de la Culture», l'ouverture du 7 e Festival culturel international de musique symphonique, notant au passage que celui-ci «s est bien ancré parmi les plus grands festivals du genre dans le monde entier». Né en 1967 à Alger, Amine Kouider Photo : DR le génial compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart, en langue arabe. Tout en animant 25 concerts par an en Égypte, il se produit souvent à l étranger (à son actif, plus de 400 manifestations depuis sa création) et s associe régulièrement à des ensembles musicaux à travers le monde. Parmi ses plus belles réalisations artistiques, il faut également relever l opéra intitulé Miramar, une œuvre adaptée du roman éponyme de Naguib Mahfouz et signée du compositeur Cherif Mohieddine. Cet ensemble orchestral de renommée internationale est composé de 16 musiciens (violon, alto, violoncelle), dont des solistes de grand talent. Il a vu le jour en mars 2002, en même temps que la création de la Bibliothèque d Alexandrie. Avec l Orchestre symphonique du Caire (créé en 1959) et l Orchestre national de l Opéra du Caire (fondé en 1994), il fait partie des trois grands orchestres égyptiens. A son tour, le public constantinois aura l occasion d apprécier la prestation de l Orchestre de chambre de la Bibliothèque d Alexandrie. Le rendez-vous est fixé au jeudi 17 septembre au Théâtre régional de Constantine à 19h. Hocine T. 7 e FESTIVAL CULTUREL INTERNATIONAL DE MUSIQUE SYMPHONIQUE Un florilège éblouissant d œuvres célèbres en ouverture 5 e SALON NATIONAL DES ARTS PLASTIQUES D ORAN 70 artistes peintres attendus Q uelque 70 artistes peintres sont attendus à la cinquième édition du Salon national des arts plastiques, prévu du 4 au 7 octobre 2015 à Oran, annoncent les organisateurs. Il est attendu la présence à cette manifestation, qui se tiendra à la salle d expositions du Musée national Ahmed- Zabana, d une pléiade de peintres de 20 wilayas et 50 artistes d Oran, selon la directrice de la Maison de la culture Zeddour-Brahim-Belkacem, Bakhta Kouadri. Ce rendez-vous artistique permettra aux artistes d exposer leurs œuvres anciennes et nouvelles, des œuvres reflétant la beauté de la nature, des coutumes et traditions du patrimoine matériel algérien et autres œuvres des écoles picturales, a indiqué Bakhta Kouadri. Le salon constitue un espace d échanges entre artistes professionnels et amateurs, anciens et nouveaux, dans la perspective de développer les arts plastiques et s informer des techniques utilisées dans l art visuel. Egalement au programme de ce salon, plusieurs communications traitant des arts plastiques en Algérie seront animées par des spécialistes en la matière. H uit pièces seront en compétition pour la Grappe d'or du Festival national du théâtre comique, qui se déroulera à Médéa du 30 septembre au 5 octobre Cette dixième édition sera dédiée à l un des piliers du théâtre et de la culture en Algérie, le défunt Mahboub Stambouli, auteur et parolier prolifique qui a marqué de son emprunte la culture populaire algérienne. Né à Médéa en 1913, Mohamed Mahboub Stambouli entame une carrière précoce dans le domaine du quatrième art. Ses débuts sur les planches du théâtre remontent à 1920, il est alors âgé d à peine 7 ans. Artiste pluridisciplinaire et engagé, Mahboub Stambouli s intéressera aussi bien à la politique, au théâtre, à la poésie qu'à la chanson. Il créa, en 1935, le club El Hilal Erryadi, qui avait une double vocation, sportive et artistique, puis part s installer, quatre ans après, dans la capitale, Alger, où il fait ses débuts dans la politique en ralliant les rangs du Parti du peuple algérien (PPA). Son engagement politique ne l éloignera pas pour autant de la scène culturelle, puisqu il créa, dès son arrivée à Alger, la troupe théâtrale Redha El Bey. Le génie de Mahboub Stambouli se fait connaître durant la fin des années trente du siècle dernier, grâce aux nombreux qcids et chants patriotiques, dont le mythique Min Jibalina. Après les événements du 8 Mai 1945, sa troupe est frappée d interdiction par les autorités coloniales. Au déclenchement de la Révolution, Stambouli rejoint les rangs du Front de libération nationale (FLN) et fut arrêté en 1957 pour n'être libéré que trois années après. Il exerça par la suite à la Radio nationale où il produit de nombreuses émissions sur la poésie et la chanson, parmi lesquelles Ahlem oua Aouham, Dounya Echabab et Rached oua El Djouala. Il créa une troupe de théâtre populaire itinérante qui allait sillonner les villes et villages du pays. Après l indépendance, Stambouli rejoint le Théâtre national algérien où il laissera des traces indélébiles en tant que producteur, mais, surtout, en sa qualité d auteur dramaturge au grand génie créateur. Sa chanson Taj Ezzine lui permit de décrocher le premier prix du concours de la chanson organisé par la Radio télévision algérienne (RTA), ouvrant devant lui grandes ouvertes les portes du succès et de la consécration. Une renommée méritée, eu égard au riche répertoire de cet artiste réservé et humble, qui a légué quelque qcids en arabe littéraire, en mouel, melhoun et haouzi. Il a également traduit ou adapté une dizaine de pièces théâtrales, mis en scène autant d opérettes, dont la plus célèbre est Hob Oua Djounoun Fi Zamen El Mahboub, en sus de nombreux scénarios réalisés pour le compte du cinéma, pour lequel il fera une apparition dans le célèbre L Opium et le bâton. L édition 2015 du Festival national a dirigé plusieurs grands orchestres de par le monde, dont l'orchestre du Kirkov de l'opéra de Saint-Pétersbourg, l'orchestre international de Paris (France - de 1998 à 2004) et l'orchestre philharmonique du Qatar (2010). Nommé, entre autre, «artiste pour la Paix» par l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), Amine Kouider est également directeur artistique du Chœur et Orchestre philharmonique international en résidence à l'unesco. Créé en 1992, l'orchestre symphonique national a été lancé en 1997 sous la baguette du regretté maestro Abdelouahab Salim, disparu le 26 novembre Regroupant actuellement plus de quatre-vingts musiciens, l'osn est dirigé depuis 2001 par Abdelkader Bouazzara. Outre l'algérie, dix- neuf pays, dont la Tunisie comme invité d'honneur, prennent part au 7 e Festival culturel international de musique symphonique qui se poursuit au TNA. FESTIVAL NATIONAL DU THÉÂTRE COMIQUE DE MÉDÉA Huit pièces en compétition pour la Grappe d or de théâtre comique de Médéa mettra en compétition de nouvelles productions théâtrales réalisées par des troupes issues des wilayas de Constantine, Khenchela, Béjaïa, Tizi-Ouzou, Saïda, Annaba, Sétif, Batna et Médéa, la ville hôte de cette manifestation culturelle. A l affiche de ce rendez-vous culturel, Nissaa El-madina du Théâtre régional de Constantine, Hassan Elkhouaf de l association Thala de Tizi-Ouzou, Al-Komparse, El-Kardh et Kareb Al-Ghaba, interprétées respectivement par les jeunes comédiens de la coopérative culturelle Al- Fouara de Sétif, l association Titteri de Médéa et le Théâtre régional de Béjaïa. Les amateurs du quatrième art auront également l occasion de découvrir, à la faveur de cette édition, trois autres comédies satiriques mises en scène par les théâtres régionaux de Saïda, avec la pièce Ninna, Annaba Achriaate Al-Houb (les voiles de l amour) et Al-Hatab du Théâtre régional de Batna. AUDITORIUM DU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA, ALGER Jeudi 17 septembre : Projection du film Le Puits de Lotfi Bouchouchi. PALAIS DE LA CULTURE MALEK- HADDAD, CONSTANTINE Jusqu au 10 octobre : Exposition «Douleur» (peinture et scuplture) des artistes Moulay Taleb Abdellah et Benazouz Noureddine. Jusqu au 10 octobre : Exposition sur «Le chant spirituel constantinois». SALLE DES SPECTACLE AHMED-BEY, CONSTANTINE Du 15 au 18 septembre : à 17 h Journées culturelles du Sultanat d Oman. PARKING DE L HYPERMARCHÉ UNO, AÏN DEFLA Jusqu au 30 septembre : Cirque Amar El Floreligio. THÉÂTRE NATIONAL ALGÉRIEN MAHIEDDINE-BACHTARZI, ALGER Jusqu au 19 septembre : 7 e édition du Festival culturel international de musique symphonique. MAISON DE LA CULTURE MOUBAREK-EL-MILI, MILA Jusqu au 17 septembre : Festival de la musique spirituelle soufie. MUSÉE NATIONAL DU BARDO, ALGER Mardi 15 septembre : 3 e édition de l exposition collective «Al-Tibak». PALAIS DE LA CULTURE MOHAMED- LAÏD AL KHALIFA, CONSTANTINE Mardi 15 septembre : Exposition rétrospective de l artiste peintre Bachir Belounis. Jusqu au 10 octobre : «Les arts visuels», exposition collective des artistes de l Est.

12 Sports Mardi 15 septembre PAGE 12 Mardi 15 septembre PAGE 13 Le Soir FOOTBALL LIGUE 1 MOBILIS (MISE À JOUR DE LA 4 e JOURNÉE : RC RELIZANE-ES SÉTIF, AUJOURD HUI À 16H30 Sétif à l assaut du nouveau promu l Eliminée de la Ligue des champions d Afrique, l Entente de Sétif va devoir se concentrer sur le championnat de la Ligue 1 Mobilis. Occupant la 9 e place avec 4 points en trois matchs, soit une victoire, un nul et une défaite, la formation de Sétif, championne en titre, devra relancer sa saison et revenir en haut du classement d autant plus que son adversaire du jour, le nouveau promu, a perdu sa première sortie à domicile face au MC Alger lors de la 2 e journée. Pour leur déplacement à Relizane, les Aigles des Hauts-Plateaux devront se passer des services de Ziaya blessé à la cuisse. Le coach sétifien affirme qu il ne manque pas de solutions pour pallier la défection de son attaquant. «Ziaya est certes un attaquant important, mais l équipe ne repose pas sur un seul joueur. Son absence ne va pas nous chambouler», a indiqué Madoui. Et pour mieux préparer son Onze rentrant, le staff technique de l Entente a programmé une séance d entraînement à l heure du match, à leur arrivée à Relizane, de façon à ce que chaque joueur ait ses repères sur le terrain. USM ALGER-MC ORAN, AUJOURD HUI À 19H Relizane, pour la confirmation Après les deux premières défaites lors deux premières journées du championnat de la Ligue 1, le RC Relizane s est ressaisi lors de la 3 e journée en allant chercher une belle victoire face au RC Arbaâ (0-1). Ce sera donc une rencontre de la confirmation pour les Lions de la Mina qui accueilleront cet après-midi les champions. Ce sera aussi le premier test pour le nouveau staff technique à sa tête le revenant coach Benyellès qui remplace Belatoui, démis de ses fonctions après la victoire face au RCA. Ah. A. L USMA pour la confirmation, le MCO pour se relancer l Le stade Omar- Hamadi abrite aujourd hui une belle affiche qui mettra aux prises l USM Alger au MC Oran, comptant pour la mise à jour de la 4 e journée du championnat de la Ligue 1 Mobilis. Ce sera une rencontre entre deux vieilles connaissances qui réalisent deux parcours différents cette saison. D un côté, l USMA qui reste sur deux victoires consécutives en championnat, totalisant 6 points, alors que l équipe des Hamraoua, avec seulement deux points en trois journées, est à la recherche de son premier succès cette saison. Après le nul ramené de Sétif (1-1) lors Aujourd hui RC Relizane-ES Sétif 16h30 USM Alger-MC Oran 19h Classement Pts J 1 USM El-Harrach DRB Tadjenanet CR Belouizdad CS Constantine MO Béjaïa 6 4 USM Alger 6 3 JS Saoura MC Alger ES Sétif 4 3 ASM Oran 4 4 USM Blida RC Relizane 3 3 NA Hussein-Dey MC Oran 2 3 JS Kabylie RC Arbaâ 1 4 de la première journée puis battu à Constantine par le CSC (2-1) lors de la 2 e journée, le MCO a été accroché au stade Zabana par le MO Béjaïa (3-3) lors de la 3 e journée. Du coup, la formation des Hamraoua doit se ressaisir face à l USMA avant d accueillir samedi prochain 5 e JOURNÉE LIGUE 1 MOBILIS MC Alger-ASM Oran jeudi à 19h Le match MC Alger-ASM Oran comptant pour la 5 e journée du championnat de Ligue 1 algérienne de football aura lieu jeudi 17 septembre 2015 à partir de 19h au stade Omar-Hamadi de Bologhine, indique la Ligue du football professionnel (LFP). Cette rencontre inaugurera la prochaine journée du championnat, elle sera suivie le lendemain par le derby RC Arbaâ -USM Blida qui aura lieu au stade Mustapha-Tchaker de Blida (18h). Le reste des matchs se dérouleront samedi 19 septembre et débuteront toutes à 18h, sauf pour DRB Tadjenanet-USM El Harrach, dont le coup d'envoi est fixé pour 16h30. lors de la 5 e journée, le CR Belouizdad, un autre gros morceau. Les poulains du coach français sont donc dans l obligation de ramener un bon résultat de leur déplacement à Alger. Par ailleurs, les Algérois, auréolés après leur qualification pour la demi-finale de la LDC, comptent enchaîner par une troisième victoire consécutive en championnat. Les gars de Soustara ont battu coup sur coup l ES Sétif (2-1) lors de la 2 e journée à Bologhine et la JS Kabylie (1-0) à Tizi- Ouzou lors de la 3 e journée. Ce sera donc une rencontre à six points dans la mesure où chaque équipe voudra les trois points en jeu. Ahmed Ammour Bouzidi et Dziri les premiers à consommer leurs deux licences par saison Youcef Bouzidi et Bilel Dziri, qui viennent de prendre en main la barre technique du NA Hussein Dey, sont les deux premiers entraîneurs à avoir consommé les deux licences accordées par saison aux techniciens exerçant dans les deux championnats algériens de Ligues 1 et 2. Voulant mettre un terme aux changements fréquents des entraîneurs au niveau des deux paliers, la Ligue de football professionnel a décidé cet été de ne pas accorder aux coachs plus de deux licences par saison. Bouzidi a eu sa première licence lors de son passage à l'o Médéa, le club de Ligue deux qu'il a rejoint pendant l'intersaison avant de le quitter au bout de trois journées de championnat. Il est désormais de retour au NA Hussein-Dey, le club qu'il a sauvé de la relégation en Ligue 2 la saison passée lorsqu'il avait pris ses destinées techniques avant quelques journées de la fin du championnat. Bouzidi remplace Abdelkader Iaïche, qui a fait les frais des trois défaites de suite de son équipe. L'exnouvel entraîneur du Nasria a fait appel à Bilel Dziri pour le seconder. Ce dernier, qui retrouve son club formateur 20 ans après l'avoir quitté, a lui aussi «épuisé» sa première licence lorsqu'il a effectué son baptême du feu dans sa carrière d'entraîneur en chef au RC Arbaâ. Dziri a quitté Ezzarga après trois défaites en autant de matchs dont deux à domicile. MALIK ASSELAH (GARDIEN DE BUT INTERNATIONAL DU CRB) : «Je ne conçois pas le foot sans concurrence» l Blessé lors des premières journées du championnat, Malik Asselah a effectué sa rentrée face à son ancien club, la JS Kabylie. S il ne pouvait rien sur le but de Diawara, il a effectué quelques sauvetages qui ont permis à son équipe de revenir au score. Dans cet entretien, il revient sur ce match et évoque les ambitions du Chabab. Le Soir : Le CRB est troisième à deux points du leader harrachi. Que pensezvous de ce début de championnat belouizdadi? Malik Asselah : Je pense que c est un bon début. Après quatre journées on est en haut à seulement deux points du premier, c est bien. Vous avez effectué votre rentrée face à la JSK mais votre remplaçant, Boukacem, n a pas démérité. Comment le n 1 juge le n 2? Il a de très bonnes qualités et il a effectué de bonnes prestations lors des trois dernières journées. C est un gardien calme, qui ne s affole pas et je crois que le CRB a la chance de posséder non pas deux mais trois bons gardiens. Et c est donc une bonne concurrence pour vous pousser à ne pas vous relâcher... J ai vécu toute ma vie avec la concurrence. Par conséquent, LIGUE 2 MOBILIS (MISE À JOUR DE LA 4 e JOURNÉE) ASO CHLEF-MC EL-EULMA, AUJOURD HUI À 19H Explication entre ex-pensionnaires de l élite Initialement prévu vendredi dernier, le match ASO Chlef-MC El-Eulma, comptant pour la mise à jour de la 4 e journée de Ligue 2 Mobilis, se jouera cet aprèsmidi, à 19h, au stade Boumezrag de Chlef. La rencontre a été décalée pour permettre au MCEE de disputer son dernier match de poules de la Ligue des champions d Afrique face à l ESS. L ASO, qui occupe la 5 e place au classement, avec 5 points misera sur les points de cette rencontre pour talonner le leader batnéen qui comptabilise 10 points. De son côté, le MC El- Eulma, 10 e au classement avec 4 points, va devoir se concentrer sur son objectif à savoir retrouver la Ligue 1 rapidement. Avec l arrivée de Noureddine Saâdi à la barre technique, l équipe de Babia, ex-pensionnaire de la Ligue 1, tentera d accrocher un autre ancien pensionnaire de l élite. Deux formations qui veulent revenir au plus vite parmi l élite. Par ailleurs, la Ligue de football professionnel (LFP) a décalé les rencontres de la 5 e journée des deux équipes à savoir l'aso et le MCEE au samedi 19 septembre pour permettre aux joueurs de mieux récupérer. Ah. A. elle ne m a jamais fait peur. En outre, je ne suis pas le genre de joueur qui crée des problèmes s il n est pas titulaire. D ailleurs, contre la JSK, je ne savais pas si le coach allait me faire confiance ou pas. De toute façon, Alain Michel a déclaré qu il respecterait toujours la hiérarchie des gardiens et que pour lui, vous demeurez le n 1. Cela ne veut pas dire que je vais dormir sur mes lauriers. En football, tout va très vite et je continue à travailler pour rester au top. Les supporters de la JSK présents au 20-Août vous ont applaudi. C est rare, d habitude, ils insultent ceux qui ont quitté le club. Les supporters de la JSK connaissent parfaitement les raisons de mon départ de ce club. On ne va pas revenir sur ce sujet. J ai laissé ma place propre et c est pour cela qu ils m ont applaudi en sachant que j ai la conscience tranquille et que j ai défendu le maillot de la JSK avec honnêteté et dévouement. Ce nul à l arraché face à la JSK n est pas de bon augure avant le déplacement périlleux à Oran pour affronter le MCO de Cavalli. On a perdu deux points à domicile mais on est passés aussi très près de la défaite. Il faut donc positiver. On est toujours invaincus. Maintenant, c est vrai que nous avons deux rencontres très difficiles avec le déplacement à Oran et la réception du CS Constantine. Bon, personnellement, je dis qu on va essayer de maintenir notre invincibilité, c està-dire réaliser des scores nuls ou mieux, vaincre. En sélection nationale, avezvous l intention de détrôner Doukha, un sérieux concurrent? C est ce que je vous disais. je ne conçois pas le foot sans la concurrence. Il y a une bonne ambiance entre nous et si on me donne ma chance, tant mieux, c est que je l aurais méritée, sinon je continue à travailler tranquillement, sans faire d histoires. Avec Doukha, vous en aviez parlé ce choc CRB-JSK? Oui, on en parlé inévitablement, mais c est la réalité du terrain qui prédomine. Pour conclure, quel est l objectif du CRB cette saison? Je crois qu il est encore trop tôt pour en parler, ce n est qu à partir de la huitième journée qu on pourra en avoir une idée. Propos recueillis par Hassan Boukacem LIGUE DES CHAMPIONS D AFRIQUE L'USM Alger co-meilleure attaque de la phase des poules L'USM Alger a terminé en tête du classement de la meilleure attaque de la phase des poules de la Ligue des champions d'afrique, clôturée samedi, en compagnie d'al-merreikh du Soudan avec 9 buts chacun. Les deux équipes ont dominé le groupe B en décrochant les deux billets pour les demi-finales avant la dernière journée. Mais les Usmistes restent les meilleurs en nombre de points, les deux groupes confondus, après avoir collecté 15 unités en six matchs (5 victoires et 1 défaite). Al-Hilal du Soudan, adversaire de l'usma dans le dernier carré, a inscrit 5 buts en six matchs contre 3 buts encaissés. Dans le registre de la meilleure défense de la phase des poules, c'est le TP Mazembé (RD Congo) qui s'est avéré le plus solide derrière en n'encaissant qu'un seul but, tandis que le MC El-Eulma, troisième représentant algérien dans cette phase des poules, a été le plus mauvais en défense. Son arrièregarde a encaissé 11 buts contre 5 marqués. Le détenteur du trophée, l'es Sétif, a eu des statistiques décevantes (5 buts marqués contre 10 encaissés). Les demi-finales opposeront Al-Hilal- USMA et El-Merreikh-TP Mazembé (aller : octobre, retour : octobre). Al-Hilal (Soudan)-USM Alger le 27 septembre Finalement, le club soudanais Al-Hilal a choisi la date du 27 septembre courant pour accueillir l'usm Alger en demi-finale aller de la Ligue des champions africaine de football, a annoncé hier le club algérois sur son site officiel. Alors que la CAF avait annoncé que la rencontre a été programmée pour le 25 septembre, Al-Hilal a opté pour le 27 pour abriter cette rencontre. «L'USMA se déplacera à Khartoum le 25 septembre, soit deux jours avant le match, à bord d'un vol spécial», a encore indiqué la direction du club algérois. La LFP ordonne la fermeture du stade du 13-Avril de Saïda La Ligue de football professionnel (LFP) a ordonné la fermeture du stade du 13-Avril de Saïda en raison de la détérioration de sa pelouse en gazon naturel, selon le président de cette instance, Mahfoud Kerbadj. «Nous avons pris la décision de fermer le stade de Saïda, sa pelouse est devenue un véritable danger pour la santé des joueurs», a déclaré Kerbadj, invité d'el-heddaf TV dimanche soir. L'entraîneur du MC Saïda, Mohamed Mihoubi, avait déploré vendredi «l'état catastrophique» dans lequel se trouve la pelouse du stade du 13-Avril de Saïda, «principale cause» des contre-performances à domicile de son équipe en ce début de championnat de Ligue 2 algérienne de football, selon ses dires. L'ex-coach du RC Arbaâ a tenu, à ce propos, à défendre ses joueurs contraints au partage des points avec l'o Médéa (0-0) lors de la précédente journée du championnat. «Ils n'ont rien à se reprocher car ils n'arrivaient pas à faire une passe à trois à cause du très mauvais état de la pelouse qui a causé d'ailleurs la blessure de deux joueurs de l'équipe adverse», a-t-il informé. Le MCS, qui partage la cinquième place en compagnie de quatre autres formations avec cinq points chacune, est désormais dans l'obligation de trouver rapidement un nouveau lieu de domiciliation. Kerbadj a en outre regretté la détérioration de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker de Blida, qui accueille cette saison les rencontres de l'usm Blida et le RC Arbaâ dans le cadre du Championnat de Ligue 1. Le stade en question était réservé jusque-là aux matchs de la sélection algérienne dont les deux prochaines rencontres amicales contre la Guinée et le Sénégal (9 et 13 octobre 2015) auront lieu, cette fois-ci, au stade du 5-Juillet-1962 qui a rouvert ses portes jeudi dernier. Photos : DR FOOTBALL LIGUE DES CHAMPIONS D EUROPE (1 re JOURNÉE DE POULES) Choc Manchester City-Juventus, United en reconquête l Une ville, deux affiches : Manchester City aura fort à faire aujourd hui (18h45 GMT) lors de la première journée de Ligue des champions en recevant le finaliste de la dernière édition, la Juventus Turin, pendant que United lancera sa campagne sur la pelouse du PSV Eindhoven, après un an d'absence européenne. GROUPE A Real Madrid (ESP)- Shakhtar Donetsk (UKR) : Le Shakhtar Donetsk, qui se déplace chez un impressionnant Real Madrid, n'a pas démérité lors de ses derniers parcours en Ligue des champions. L'actuel 2 e du Championnat d'ukraine a cependant perdu les deux plus emblématiques représentants de sa colonie brésilienne, le milieu offensif Douglas Costa et l'attaquant Luiz Adriano. Les deux équipes restent sur deux cartons en championnat, 5-0 pour le Shakhtar face au Metalist Kharkiv, 6-0 pour le Real contre l'espanyol Barcelone (avec un quintuplé de Cristiano Ronaldo). Paris SG-Malmö (SWE) : Le PSG, renforcé par l'allègement des contraintes du fairplay financier - et l'arrivée, notamment, de l'argentin Angel Di Maria -, fera sa rentrée européenne contre l'ancien club de sa star Zlatan Ibrahimovic, Petits budgets, grands sujets La prochaine journée nous propose un duel inédit entre le leader, l USMH, et son dauphin le DRB Tadjenanet, nouveau promu. Deux clubs au budget infime par rapport à celui du MCA ou de l USMA, voire de la JSK ou de l ESS. Personne n aurait imaginé qu à la cinquième journée, ce serait les Harrachis et les gars du Difaâ qui se disputeraient la première place. C est un véritable pied de nez à la hiérarchie du football national et cela confirme que l argent et les grands noms ne suffisent pas. Il faut aussi de la solidarité, de l abnégation et le goût de l effort, ces qualités qui font la force de «Sem Sem» et du DRBT. Ce qui est réjouissant aussi c est de savoir que ces deux clubs sont drivés par des techniciens bien de chez nous, Charef et Bougherara, l exgardien de la JSK. Charef avait été limogé du MCA et Hannachi préfère recruter des entraîneurs étrangers. Aujourd hui, la réalité est là. L USMH et la DRBT sont en haut, le MCA et la JSK sont en bas. Cherchez l erreur! H. B. Malmö. L'attaquant suédois ne devrait pas manquer ces retrouvailles au Parc des Princes, après avoir été ménagé en championnat ce weekend. Son retour dans le 11 titulaire devrait chasser sur le banc le Brésilien Lucas, et l'uruguayen Edinson Cavani, qui reste sur quatre buts en deux matches de Ligue 1, sur le côté droit. GROUPE B Wolfsburg (GER)-CSKA Moscou (RUS) : Leader du championnat de Russie après huit journées, le CSKA Moscou est invaincu depuis huit matchs. De bon augure avant d'aller défier Wolfsburg, dauphin du Bayern Munich la saison dernière et troisième après quatre journées, malgré le départ de sa star Kevin De Bruyne. PSV Eindhoven (NED)- Manchester United (ANG) : Privé de C1 la saison passée, United a été l'un des grands acteurs du mercato d'été en attirant notamment l'allemand Bastian Schweinsteiger, les Français Morgan Schneiderlin et Anthony Martial, le Néerlandais Memphis Depay, et en conservant son gardien espagnol David De Gea. Le tout pour une enveloppe globale très élevée, symbolisée par le transfert de Martial pour un montant pouvant atteindre, avec d'hypothétiques bonus, les 80 millions d'euros. Bref, les Red Devils de Wayne Rooney forfait pour le match sont attendus. GROUPE C Galatasaray (TUR)- Atletico Madrid (ESP) : un stade parmi les plus bruyants d'europe, un public bouillant et deux équipes au jeu rugueux et combatif : la rencontre entre Galatasaray et l'atletico est riche de promesses d'engagement, au moins. Dans ce groupe équilibré, l'atletico fait figure de favori mais les déplacements en Turquie ne sont jamais une sinécure pour les clubs européens. Benfica Lisbonne (POR)- Astana (KAZ) : Comment le «Petit Poucet» de cette édition 2015/2016, le club kazakh d'astana, va-t-il lancer sa campagne européenne? Premier représentant de son pays à ce stade de la compétition, il est porteur de pas mal d'espoirs... Et soumis à tout autant de pression. Utile à son pays pour en promouvoir l'image à l'étranger, le club espère bien figurer dans un groupe plutôt ouvert. GROUPE D Manchester City (ANG)- Juventus Turin (ITA) : la Ligue des champions n'a jamais trop réussi à Manchester City, qui plafonne en huitièmes de finale ces dernières années. La Juve s'est toutefois pas mal affaiblie cet été avec les départs d'arturo Vidal, Carlos Tevez, Fernando Llorente ou encore Andrea Pirlo, et elle peine en championnat depuis le début de la saison (un point en trois matchs). En plus, Claudio Marchisio sera de nouveau forfait en Angleterre. A l'inverse, tout va bien pour City, leader après un sans-faute (cinq victoires en autant de journées, sans but encaissé) et un mercato aussi onéreux que séduisant (arrivées de Raheem Sterling, Kevin de Bruyne, Nicolas Otamendi). Séville (ESP)- Mönchengladbach (GER) : Pour les deux équipes, respectivement double tenante du titre de l'europa League et 3 e de la dernière saison de Bundesliga, cette affiche pourtant corsée sera le match le plus accessible de la phase aller. L'inconvénient d'être tombé dans le «groupe de la mort», où les deux clubs vont devoir batailler pour espérer se qualifier pour les huitièmes. COUPE D'AFRIQUE DES U23 (TIRAGE AU SORT) L Algérie débutera face à l'égypte le 29 novembre L'Algérie, qui a hérité du groupe B avec l'egypte, le Nigeria et le Mali, après le tirage au sort de la 2 e Coupe d'afrique des nations des U23 au Sénégal, effectué hier au Caire, au siège de la Confédération africaine de football (CAF), entamera la compétition le 29 novembre face à l'egypte, au stade Caroline-Faye à Mbour. Pour leur deuxième match, les Verts olympiques affronteront, le 2 décembre, la sélection du Mali puis celle du Nigeria le 5 décembre. Les deux premiers de chaque groupe se qualifieront pour les demi-finales, et les trois premiers du tournoi se qualifieront directement aux Jeux olympiques Ah. A. 1 re journée Groupe A (28 novembre 2015) Stade Léopold Sedar Senghor (Dakar) : Sénégal-Afrique du Sud Stade Léopold Sedar Senghor (Dakar) : Zambie-Tunisie Groupe B (29 novembre) Stade Caroline Faye (Mbour) : Egypte-Algérie Stade Caroline Faye (Mbour) : Mali- Nigeria 2 e journée Groupe A (1 er décembre) Stade Léopold Sedar Senghor : Afrique du Sud- Zambie Stade Léopold Sedar Senghor : Tunisie-Sénégal Groupe B (2 décembre) Stade Caroline Faye : Algérie-Mali Stade Caroline Faye : Nigeria- Egypte Programme de la CAN U23 3 e journée Groupe A (4 décembre) Stade Léopold Sedar Senghor : Sénégal-Zambie Stade Caroline Faye : Afrique du Sud-Tunisie Groupe B (5 décembre) Stade Caroline Faye : Egypte-Mali Stade Léopold Sedar Senghor : Algérie-Nigeria Demi-finales (8 et 9 décembre) Stade Léopold Sedar Senghor : 1 er groupe A-2 e groups B Stade Léopold Sedar Senghor : 1 er groupe B-2 e Group A Match de classement (3 e place) Stade Léopold Sedar Senghor (14 décembre) Finale Stade Léopold Sedar Senghor (15 décembre).

13 Sports Mardi 15 septembre PAGE 14 Verts d Europe PREMIER LEAGUE Riyad Mahrez désigné homme du match Leicester City- Aston Villa L'international algérien Riyad Mahrez a été désigné meilleur joueur du match remporté par son équipe Leicester City face à Aston Villa (3-2), dimanche dans le cadre de la cinquième journée du championnat de Première division anglaise de football. Mahrez s'est notamment illustré par deux passes décisives contribuant grandement dans le retour de loin de son équipe, menée au score 2 à 0 avant 25 minutes de la fin de la partie. L'ancien milieu offensif du Havre AC (L 2, France) est en train de réussir un début de saison époustouflant en Premier League. Il était déjà nominé pour le premier titre de joueur du mois d'août décerné finalement au Ghanéen André Ayew. Le joueur de 24 ans a inscrit quatre buts depuis le début du championnat. Il est également le meilleur dribbleur du championnat anglais avec 22 dribbles réussis. Leicester City est à sa deuxième saison parmi l'élite anglaise et occupe la deuxième place au classement du championnat derrière Manchester City auteur de 5 victoires en autant de matchs. Et figure dans l'équipe type de la BBC Riyad Mahrez, auteur d'un match époustouflant contre Aston Villa (3-2) dimanche, figure dans l'équipe type de la cinquième journée du championnat d'angleterre de la BBC. Mené au score (2-0) par Aston Villa, Leicester a réussi à renverser la vapeur grâce à un grand Mahrez, auteur de deux passes décisives et d'un match plein, selon la BBC. Mahrez a pris le contrôle du jeu lors de la seconde période. Il a réussi tout ce qu'il a tenté avec facilité et aisance. Une merveilleuse seconde période de l'algérien, selon la BBC. C'est la quatrième fois en cinq journées, que Mahrez, meilleur buteur avec quatre buts, est sélectionné dans l'équipe type de la semaine aux côtés, entre autres, de Martial, Blind et Stones. PORTUGAL 2 e but de la saison pour Slimani avec le Sporting Lisbonne L'attaquant algérien Islam Slimani a participé dans la victoire en déplacement de son équipe Sporting Lisbonne face à Rio Ave (1-2) en inscrivant l'une des deux réalisations de la formation de la capitale, dimanche soir dans le cadre de la quatrième journée du championnat de première division portugaise de football. Il s'agit du deuxième but de Slimani dans cette compétition au titre de l'exercice Il en a inscrit 12 au cours de la saison précédente et 8 lors de celle d'avant. L'international algérien, qui est à sa troisième année au Sporting, est également deuxième meilleur buteur en activité de la sélection algérienne avec 15 réalisations devancé par Hilel Soudani (Dinamo Zagreb, Croatie) qui en comptabilise 17. Sporting Lisbonne partage la première place au classement du championnat portugais avec le FC Porto où évolue l'autre international algérien, Yacine Brahimi. ATHLÉTISME JEUX AFRICAINS 2015 Makhloufi engagé sur 800 m aux JA 2015 l Taoufik Makhloufi, le champion olympique du m au JO de 2012 à Londres, a choisi de représenter l'algérie sur 800 m aux Jeux africains de 2015 en cours à Brazzaville (Congo), a indiqué hier la Fédération algérienne d'athlétisme (FAA). «Makhloufi a embarqué pour Brazzaville dimanche soir, juste après avoir remporté le m du meeting international de Rieti (Italie). Il est attendu lundi au Congo pour participer au 800 m, prévu à partir du 15 septembre courant, en série, demi-finale et finale», a encore détaillé la FAA. La participation algérienne à la Classement m 1. Taoufik Makhloufi (ALG) 3: Vincent Kibet (KEN) 3: Amine Laalou (MAR) 3:37.88 l Cinq judokas algériens ont arraché lundi à la salle Talangai à Brazzaville leur qualification pour les finales des 11 es Jeux africains qui se poursuivent au Congo. Les Algériens Abderahmane Benamadi (-90 kg), Lyes Bouyacoub (-100 kg), Billel Zouani (+100 kg), Sonia Asselah (+78 kg) et Kaouthar Ouallal (-78 kg) combattront ainsi pour l or des JA «Nous sommes satisfaits du parcours de nos judokas en qualifications, mais le plus dur reste à faire. Nous aurons comme adversaires lors finale du m prévue lundi, se limitera donc à Salim Keddar, qui avait brillamment passé les demifinales en occupant la 2 e place, avec un chrono de 3 : Makhloufi (27 ans), bien que célèbre sur m, se sent tout aussi à l'aise sur 800 m et il a relativement bien préparé les Jeux africains de Brazzaville sur cette distance, en participant à plusieurs meetings internationaux, notamment à Zurich (Suisse) et Berlin (Allemagne), bouclés respectivement à la 2 e et 4 e place. Il remporte le m au meeting de Rieti Taoufik Makhloufi a remporté dimanche le m du meeting de Rieti (Italie) en 3 : 35.53, devant le Kényan Vincent Kibet (3 : 37.01) et le Marocain Amine Laâlou (3 :37.88). Il s'agit de la première course de Makhloufi sur m depuis les mondiaux 2015 d'athlétisme, disputés du 22 au 30 août dernier à Pékin (Chine) et qui ont vu le natif de Souk-Ahras prendre la 4 e place, avec un chrono de 3 : En effet, le champion algérien (27 JUDO Cinq Algériens en finale des finales des Tunisiens qui ont un niveau mondial. On va se battre pour avoir le maximum de médailles en vermeil», a déclaré à l APS, le directeur technique national (DTN) Samir Sbaâ. Dans la catégorie des -90 kg, Benamadi a éliminé Manongho Odelin (Gabon) au 1 er tour, Kuyetisa Miansuami en quarts et le Camerounais Dieudonné Dolasem en demi-finale. Benamadi affrontera en finale Snoussi Mahmoud Oussama (Tunisie). De son côté, Bouyacoub (-100 kg) a dominé Dialo Ousmane (Mali). En demifinale, il s est imposé devant le Camerounais Boubakar Man. Bouyacoub sera opposé en finale au Tunisien Anis Ben Khaled. Pour Bilal Zouani (+100), il a battu en quart de finale le Zambien Phiri Agida et en demie Polneau boduit Anderson (Côte d Ivoire). Zouani affrontera en finale le Tunisien Fayçal Djaballah. En revanche, le parcours de Hamza Drid (-81 kg) s est arrêté en demi-finale après sa défaite devant l Egyptien Mohamed Abdelaal. Repêché, Drid affrontera pour le bronze, le Gabonais Terence Kouamba. LUTTE Mohamed Moualek, champion d Afrique, très malade l Aujourd hui âgé de 57 ans, né le 1 er avril 1957 à Alger, mais originaire d Azzefoun, Mohamed Moualek a réussi une grande carrière dans la lutte et plus précisément gréco-romaine où il excellait comme un «poisson dans l eau». Ayant un gabarit de déménageur, il était très élégant et sa façon de combattre n avait nulle autre pareille. Lors des Jeux africains d Alger en 1978, il a été le premier à offrir une médaille d or à l Algérie en lutte gréco-romaine dans la catégorie des 62 kg avant de devenir champion d Afrique en Lors des JO de Moscou en 1980, il s était classé à la huitième place. Il faut dire que la lutte olympique avait un niveau vraiment mondial. Il n était point facile de se frayer un chemin parmi les ténors de cette discipline. Ce gaillard, qui a enfanté 4 filles dont la plus âgée ne dépasse pas les 17 ans, avait côtoyé les grands champions de l époque à l image de Rachid Kaseri, Benaceur Djamel, Fergat Mohamed, Megharbi Achour (aujourd hui décédé), Sellaoui, Makhlouf, Chikhi Bachir, Merzak Bouras, Khallafi Nacereddine et son coach Chouider Yacine. Il faisait partie de l école d El-Biar de lutte. Il avait aussi été dominateur sur le plan arabe et maghrébin où il détient les titres de champion arabe et maghrébin. Il a arrêté sa carrière en tant qu athlète en 1986 alors qu il a toujours été athlète à la salle d El-Biar où il avait passé pratiquement toute sa carrière. Il est resté inactif jusqu en 1993 où il est devenu éducateur grâce à la circulaire du département de la jeunesse et des sports d Ali Lebib, alors ministre de la Jeunesse et des Sports. 54 athlètes d élite ont pu bénéficier de cette mesure très louable. Rappelons qu il avait exercé à l hebdomadaire Algérie-Actualité. Aujourd hui, cet ex-champion d Afrique, le premier à avoir offert la première médaille d or pour le pays, est gravement malade. Mohamed est sur le lit de l hôpital de Birtraria, à El-Biar, au service chirurgie, et il est actuellement dans un état comateux depuis quinze jours. Mohamed Moualek a besoin de l aide de tous eu égard aux services rendus à son pays et à cette discipline. Le président de la FALA, Rabah Chebah, avait appris avec stupeur la maladie de ce grand champion de la lutte grécoromaine des années «Je suis vraiment ému par la situation de cet athlète qui avait fait honneur à son pays et à la discipline. On fera tout pour l aider. Il mérite toute notre reconnaissance. On ne lésinera pas sur les moyens pour lui apporter notre aide et notre soutien». La famille de la lutte algérienne souhaite un prompt rétablissement à Moualek Mohamed tout en espérant que le MJS, le COA et les différentes structures lui portent assistance ans) n'a pris part dernièrement qu'à des épreuves du 800 m, notamment aux réunions de Zurich (Suisse) et Berlin (Allemagne), bouclées respectivement à la 2 e et 4 e place. Pourtant, Drid a bien entamé la compétition en remportant son premier combat devant le Congolais Etamba Saturin, puis en dominant Diatta Abo Landing (Sénégal). Chez les dames, Kaouthar Ouallal (-78 kg) a surclassé Bwanga Monica Misenga (RD Congo), puis la Gabonaise Audrey Koumba. Elle sera opposée en finale à la Tunisienne Sarra Mzougui. Dans la catégorie des +78 kg, Sonia Asselah a dominé Odette Ntahomvukiye du Burundi. Qualifiée en demi-finale, elle a battu Nadine Wetie Diodjo (Cameroun). et soutien en reconnaissance de tout ce qu il a fait pour son pays et aussi pour cette discipline qui est en train de sortir la «tête de l eau» depuis qu elle est prise en main par Rabah Chebah (actuel président de la FALA). Il mérite vraiment d être aidé. Il faut louer les efforts des responsables de l hôpital de Birtraria qui font tout pour le sortir du coma. Tout reste tributaire de la volonté du Tout- Puissant. On lui souhaite un prompt rétablissement. Les anciens athlètes et la famille de la lutte sont solidaires avec lui. Ils sont vraiment très peinés par ce qui est arrivé à leur ancien ami. R. S. Photos : DR

14 Soir Retraite Mardi 15 septembre PAGE 15 Le Soir - Espace «Retraite» E.mail : LIBRE DÉBAT Retraites de misère pour les travailleurs de l EDGB de Tizi Ouzou Encore une fois des travailleurs mis à la retraite avec une petite pension : ils faisaient partie des unités de l EDGB. Ils s estiment victimes d engagements non tenus par les pouvoirs publics et privés de leurs droits. Leurs unités ont été liquidées contre leur volonté de les reprendre à leur compte. à messieurs les responsables en charge du dossier de liquidation des unités edgb à tizi-ouzou centre-ville et Nouvelle-ville sous leur code 545 et 826. Nous vous rappelons qu après cette liquidation, nous espérons reprendre le droit de nos actifs, seulement au bout de dix mois d attente, il y a eu cette note surprise émanant de l ex-wali nous signifiant que les unités des chefs-lieux de wilaya ne sont pas cessibles aux travailleurs, nous laissant deux choix : rejoindre l une des unités dans le territoire de la wilaya ou aller au chômage. Cela a injustement bouleversé les destinées de nos carrières respectives et la vie de nos familles. et pourtant, initialement, les travailleurs ont reçu des fiches de vœux à travers lesquelles la majorité a opté pour la reprise des actifs. Devant cette fermeté et croyant que la cession se ferait au profit de l utilité publique, les travailleurs ont opté pour le chômage avec, toutefois, une mention de réserve que certains ont émise sur leurs fiches de vœux. Cette sortie nous a amenés bien entendu vers des retraites de misère (les plus basses à l échelle nationale). Cette catastrophe a un lien direct avec notre direction d alors qui a utilisé un subterfuge pour retirer l indemnité d expérience professionnelle de nos salaires. Mais nous y reviendrons dans un autre chapitre ultérieurement. Dans ce parcours, nous avons laissé derrière nous les fruits d un labeur et d un droit de préemption dûment prévu par les lois de la République dont les autorités de l époque nous ont privés. avec le temps, la mauvaise foi a été mise à nu par notre constat en relevant que par acharnement, l immeuble a été subtilisé aux travailleurs au profit de l ansej et à de supposés promoteurs. en clair, cette note n est qu un leurre qui justifie la confiscation de nos droits au profit d autrui avec une complicité complaisante. La présence, entre autres, d une crémerie et d une cafétéria dans cet espace vous renseignera sur l absence d une assise juridique quant à ces attributions fallacieuses. Ceci se vérifie à travers le caractère commercial qui existe toujours dans cet espace et point d utilité publique, donc de grâce, rendeznous notre bien. Nous continuons à croire que nos responsables finiront un jour par lever le voile avec une décision courageuse et mettre fin à ce déni de droit. Le collectif des travailleurs DRoIt à La RetRaIte Peut-on encore racheter des années manquantes? Pour ouvrir droit à une pension de retraite, sur le minimum exigé de quinze (15) ans, vous devez obligatoirement justifier d un travail effectif d une durée de 7 ans et demi qui a donné lieu à un versement de cotisations de sécurité sociale. Si vous êtes âgé au moins de 60 ans, et que vous êtes toujours en activité, mais que vous ne réunissez pas les 15 années de travail et d assurance exigées, vous pouvez bénéficier d une validation d années d assurance dans la limite de 5 ans. Cette validation est conditionnée par le versement d une cotisation de rachat et d une contribution forfaitaire à la charge exclusive du demandeur. La validation est de : 5 ans au maximum si le travailleur est âgé de 60 ans ; 4 ans au maximum si le travailleur est âgé de 61 ans ; 3 ans au maximum si le travailleur est âgé de 62 ans ; 2 ans au maximum si le travailleur est âgé de 63 ans ; 1 an au maximum si le travailleur est âgé de 64 ans. C est ce qui figure sur le site Internet de la CNR. Mais selon de nombreux lecteurs concernés, cette disposition de rachat d années de cotisation manquantes ne serait plus en vigueur dans les agences de wilaya de la CNR. Cette dernière devrait s en expliquer ; et si on ne peut plus racheter des années de cotisation, la CNR doit dépoussiérer son site web. LSR A nos lecteurs Ayant consacré deux «Soir Retraite» successifs en juillet 2015 aux questions des lecteurs sur la Casnos, nous avons accumulé beaucoup de courrier non encore publié (adressé via Internet ou par voie postale) situation aggravée par la non-parution du «Soir Retraite» pendant tout le mois d août. Nous tenons d abord à rassurer nos lecteurs : nous publierons leur courrier au fur et à mesure, nous leur demandons d être patients et surtout de ne pas procéder à un 2 e, voire 3 e envoi. Par ailleurs, faites en sorte de privilégier l envoi par Internet (pas sous forme d image, c est-à-dire courrier saisi puis scanné) et d être le plus succinct possible. COURRIER DES LECTEURS Calcul de la pension Je vous prie de répondre à cette question, et ce, pour convaincre mon ami Belkacem. Quand une personne part en retraite, est-ce que ce sont les cinq dernières années qui sont prises en considération ou bien les cinq meilleures de sa carrière? Merci de me répondre. M. Reguig Yahia, Dellys RÉPONSE : L une et/ou l autre : ce qui est le plus avantageux pour le salarié. Cela peut être par exemple les 3 dernières années et les 2 meilleures en terme de salaires déclarés. Devoir d'écrire et droit de réponse (l art et la manière) Merci pour l'équipe du Soir d'algérie pour sa bonne volonté et son courage journalistique, respectueusement et d'une manière objective et brève. J'observe de nos jours le manque total de civisme, de modernisation de nos administrations. Ce qui reflète un manque de respect vis-à-vis des citoyens. Pour ainsi dire, je cite les services de la Sécurité sociale (Cnas - ministère - direction générale - antenne de wilaya). J'ai constaté ces faits suite à de nombreux écrits par voie postale et par courriel qui sont restés sans suite et sans la moindre considération, sans parler de ces cellules d'écoute et ces services de médiation qui portent par leur négligence toute l'impunité de graves préjudices moraux et le mépris de ces pauvres citoyens. Messieurs les responsables des institutions étatiques, où sont votre conscience professionnelle, votre sens moral, votre nationalisme pour un monde moderne, civique? on ne vous demande pas la lune. Par contre une petite volonté et un minimum de conscience et de discipline car s'il y avait contrôle de ces services pour le courrier sans réponse et aussi le système de recrutement et ce royaume de la «maârifa» (piston) la véracité jaillirait. Je dis ce que je constate mais sans trop espérer et avec tous mes respects car il faut bien le dire : «on ne fera jamais des ânes des chevaux de course.» Quand l'injustice et le mépris deviennent des lois, le soulèvement populaire devient un droit et un devoir. S. B. 80% pour 32 années de cotisation effectives en premier lieu, je vous remercie pour votre rubrique «Retraite» du Soir, dont je suis un lecteur assidu. etant un diplômé d etat (ingénieur), ayant 20 ans de service et 51 ans d âge, je voudrais savoir est-ce qu il y a une loi qui dit que tout diplômé d etat répondant à la condition sus-citée bénéficierait d un taux de 70% en cas de départ à la retraite quel que soit le nombre d années de travail au-delà des 20 ans exigés comme minimum requis? Oulbani Amar RÉPONSE : Non. C est uniquement 80% du taux de pension à condition de cumuler 32 années de cotisation effectives. Deux années de service national Je suis retraité depuis fin 2012, je viens de bénéficier d'une révision de ma retraite concernant mon service national dont j'ai effectué 2 années (1980 et 1981), alors qu'on ne m'a accordé qu'une année et demie. est-ce que c'est légal? Merci. Mouhamed Boukssessa

15 Mardi 15 septembre PAGE 17 magazine femme Le de la Page animée par Hayet Ben BON À SAVOIR COMMENT REPÉRER LES BONS FRUITS : UNE PASTÈQUE MÛRE? Pour reconnaître une pastèque mûre, fiez-vous au poids. Une pastèque bien juteuse pèse lourd, contrairement aux pastèques pas assez mûres. Ensuite, tapotez l écorce. Si ça sonne creux, vous avez bien entre vos mains une pastèque prête à être dégustée! DES FIGUES BIEN MÛRES Pour choisir une figue bien mûre, il faut vérifier la souplesse de la chair. Si la figue est charnue, saine, et qu elle a une queue ferme, c est qu elle est parfaitement mûre. Si vous constatez la présence d une gouttelette blanche (en fait du suc laiteux) à la base du fruit, c est également un gage de fraîcheur. UN ANANAS À MATURITÉ La couleur d un ananas n est pas un bon indicateur (eh oui, car un ananas peut être vert et tout à fait mûr). La petite astuce secrète pour reconnaître un ananas bien mûr, c est de tenter de détacher une feuille de la «couronne». Si elle se détache facilement, l ananas est prêt à être dégusté! DES KIWIS MÛRS Pour que le kiwi soit à maturité, il faut que celui-ci soit un peu ferme, mais moelleux aux extrémités. UNE GRENADE MÛRE Privilégiez les fruits à la peau rouge foncée, presque marron, mais sans brunissure. Les petites grenades seront sèches et immangeables. Sachez que plus le fruit est lourd, plus sa chair sera pulpeuse. BEAUTÉ Je me sens gonflée Et si vous regardiez de plus près vos habitudes alimentaires! - Mangez plus lentement en prenant le temps de bien mastiquer pour faciliter la digestion, sans sauter de repas et sans grignoter toute la journée. - Limitez votre consommation de légumes et de fruits crus dont les fibres sont «dures». Pendant quelques jours, optez pour des compotes ou des fruits cuits ou des jus de fruit et choisissez des légumes cuits en entrée ou en garniture de votre plat. Cuites, les fibres sont plus «douces» pour les intestins. - Évitez les choux (choux-fleurs), les oignons, les petits pois, les légumes secs type flageolets qui peuvent fermenter dans l'intestin. Attention également aux artichauts, aux navets, au céleri dont les fibres dures irritent les intestins sensibles! - Préférez-leur les betteraves ou la salade cuite, les carottes, les champignons, les épinards, les légumes nouveaux (aux fibres plus tendres), les haricots verts, les blancs de poireau, les courgettes et les aubergines épluchées, les tomates pelées (ces légumes sont en général bien tolérés mais Petits flans pomme-chocolat respectez vos tolérances personnelles en les testant). - Alternez les légumes avec des féculents aux repas principaux. - Remplacez les aliments complets par des aliments raffinés (pain blanc, pâtes et riz blanc ) pendant quelques jours (ou plus) pour calmer vos intestins irrités. - Limitez les sauces, les fritures et les graisses cuites en général. Faites de la marche à pied, du vélo ou un autre sport pour faire fonctionner vos muscles abdominaux : ils exerceront un massage naturel sur vos intestins, ce qui favorise le transit intestinal. Lorsque vous vous sentirez moins gonflée, réintroduisez progressivement (un à deux aliments nouveaux par jour maximum), les crudités (légumes ou fruits) et les autres aliments que vous aviez limités jusqu'alors. Restez attentive aux réactions de votre corps et laissez de côté les aliments que vous digérez moins bien : au sein de la même famille, les aliments peuvent se substituer l un à l autre de façon tout à fait équivalente sur le plan nutritionnel! Si ces conseils ne suffisent pas à vous faire dégonfler, consulter votre médecin traitant. Pomme (moyenne), 1 œuf, 18 cl de lait, 20g de farine, 20g de sucre, 1/2 c. à s. de cacao Préchauffer votre four à 180 C. Peler et épépiner la pomme. Détaillez-la en fines lamelles et les disposer dans des petits ramequins (beurrés ou non). Dans un saladier, verser la farine, le sucre et le cacao. Ajouter l'œuf et mélanger jusqu'à l'incorporation complète des ingrédients secs. Ajouter le lait, et fouetter vigoureusement. Verser dans les petits moules, et enfourner pour 25mn à 180 C. Photos : DR Beauté Appréciez ce qu un simple glaçon peut faire à votre peau : 1. La peau plus lisse Appliquer un glaçon sur la peau la pousse à se contracter, ce qui lui donne un aspect plus lisse. 2. Des pores resserrés Le froid provoque la constriction des pores, ce qui les rend plus faciles à nettoyer. Mettre un glaçon sur la peau avant d appliquer un fond de teint donne un aspect plus lisse et sans imperfection. 3. Une circulation améliorée Le froid resserre les vaisseaux sanguins. Par conséquent, moins de sang afflue à la surface de la peau. Le corps réagit alors en envoyant un flux accru de sang pour réchauffer la zone. Au fil du temps, ce processus renforce les vaisseaux sanguins. 4. Contre les yeux gonflés Le froid permet de réduire les poches sous les yeux en contrant l enflure. 5. Le froid lisse les rides Grâce au resserrement de la peau, à la réduction de la taille des pores et à l amélioration de la circulation sanguine, le froid permet de lisser les rides et de prévenir l apparition de nouvelles. 6. Prévention des taches L application d un glaçon sur une imperfection ou un bouton aide à réduire l enflure et la rougeur. L utilisation du froid à l apparition du bouton permet de réduire l inflammation. Il suffit d appliquer le glaçon pendant quelques secondes ou jusqu à engourdissement de la zone à traiter. QUESTION Comment se débarrasser des acrochordons, des grains de beauté à risque, des taches de vieillesse, des verrues, et des points noirs? Le fenugrec : Tremper des graines de fenugrec dans de l eau pendant une nuit donne au matin une lotion qui diminue ou élimine les grains de beauté à risque, les verrues, et les acrochordons. Utilisez une boule de coton pour appliquer cette eau sur Tarte au thon Une pâte à tarte, moutarde, une boîte de thon à l huile en miettes, gruyère râpé, quatre tomates, crème fraîche épaisse, poivre Faire une pâte à tarte (brisée ou feuilletée) et foncer un plat beurré ou huilé. Couvrir le fond de la pâte d'une couche de moutarde. Emietter le thon et l'étaler sur la moutarde. Recouvrir le thon de gruyère râpé. Couper les tomates en rondelles et les disposer côte à côte sur la couche de gruyère pour recouvrir celui-ci. Poser ensuite une petite cuillerée de crème fraîche épaisse sur chaque rondelle de tomate et ajouter un peu de gruyère pour faire dorer la tarte. Faire quelques tours de moulin à poivre et enfourner à 180 C pendant une vingtaine de minutes. Servir chaud. votre peau. L ail : Beaucoup de gens ayant des problèmes de peau sont satisfaits du jus d ail. Vous pouvez couper ou écraser une à deux gousses d ail et en recueillir le jus dans un petit bol ou une tasse. Appliquez-le directement sur la zone concernée. Le gingembre : C est un remède très simple à faire. Il suffit de couper l extrémité d une racine de gingembre et la frotter sur vos grains de beauté douteux, verrues, points noirs, ou acrochordons. Le vinaigre de cidre : La forte acidité du vinaigre de cidre peut éliminer rapidement les imperfections et aider à retrouver une peau normale. Imbibez un coton-tige propre de vinaigre de cidre de pomme et appliquez-le sur vos grains de beauté, verrues, points noirs ou acrochordons. La peau de banane : Ce remède peut sembler étrange, il est pourtant très efficace. Massez délicatement la zone concernée avec l intérieur d un morceau de peau de banane. Ces remèdes naturels sont aussi doux qu efficaces alors pensez-y la prochaine fois que vous vous réveillerez avec une imperfection!

16 Détente Mardi MOTS FLÉCHÉS 15 septembre PAGE 18 Par Tayeb Bouamar Son nom Son prénom Forte Rassemblé Valsa Lettres de Kenya Siffler Silencieux Métro Club Bande Ville de Syrie Note Acides Halte Mesures Un de ses tubes Préposition Article Organisation internationale Insecte Manches Capitale Possessif Jeune Sied Combats Commission En compagnie de Rejeté Postes Cube Préfixe Lancée Une de ses compositions Coups Conjonction Leader yougoslave Une de ses œuvres Brevet Vagues Poussa Monnaies Achever Outils Identiques Plante Désert Néon Préposition Encore Chiffre Fin de série Basket américain Appris Césium Demi-tour Lutécium A payer Direction Mesures Entama Confiantes Robe Préposition Liaison Ceinture Plat Va à Londres Titane Réside Plus âgé Titre Possessif Bas Femme Fer Creuse Station Son métier Sied Fer Détérioré Air ENUMÉRATION Ces colonnes abritent les noms de sept œuvres de Tore Orjasaester. Une lettre ne peut être cochée qu une seule fois. Définition du mot restant = «Y est né» E V I E P O E M E S D E D E R B R A L E V U E L L E C H A N T D U F L H E T T O P O S S E T H M E J R S O M C A S I R E O K O M M A R C H R O L N A M O R K D U R B S E E D E G A Y O V G N O L 1- LE CHANT DU FLEUVE 2- L ARBRE DE VIE 3- POÈMES DE L HOMME 4- LE LONG VOYAGE DE NOCES 5- ETTERSOM- MOT RESTANT = SJAK MAR 6- CHRISTOPHO- ROS 7- BRUDKRONA SOLUTIONS SOLUTIONS SOLUTIONS MOTS FLÉCHÉS GÉANTS B O M B A N C E S - C R A I E S I S O L A I - T A R I E S - U T E - L E R - M E L E R A - N - R N I E S - V A - E T E - D A L I F F S - P R O I E S - T A - U C A S - H U A - T S - B A U D E T I - M A N I E E - V E N D E S - T R E P I E D - P E R C E R - G R E - P E S - C A R N E T - S E I D E E S - M A N G E S - T A N C - T S - M A S S E S - S U I T E U S - B E - S E S - T I E N - - N - M A N T E S - A R R E T E O - M A S T E R - M A O - - E T B L O U S O N - O E - M A T - R - A I - E N - D E R A P E - R A F I N E S - M E D I R E - D O N I D E S - P A R I T E - S A N G LETTRES DE : Odessa O D E S S A G E S - T U L I P E - R A N G E U S - A R R I V E - T O T - E R E - P R E - N E - R A T A S - E - V I G N E S - L A P I N - H S T A N I T S - F A D E S - P A - A N - L E - S E V I S - T A I T N N - E - D I T E S - F A N E R T I R - M U S E E - M E R S - I O E - T A R E E - M U L E - S M T R I S T E S S E - R E S I N E MOTS FLÉCHÉS - N Y E R E R E - B U T I A M A J E - T A - E G O U T - D R U - U R E E - R N - M S - D E I - P L O T - P A O N S - B R A D E R I N - G A M M E - F R O L E - E U - A L - P I L E - C S S A V A T E M E - L O I - V E C U E - R A N D 1- CUIRASSÉ 2- COURS D EAU 3- COURS D EAU 4- Y FUT ANNEXÉE 5- FONDATEURS 6- PAYS T I R E - C I M E S - R I V E E A S E - P O L I S - V O T E - N N E - L A - E T - C I T E - T T U - F I N E S - M I R E - N E - - T I E D E - J E T A - L I T S T A N Z A N I E - A S S I D U S LETTRES DE OLYMPIE K R O N I O N P E L O P S O L Y M P I Q U E S M A C E D O I N E A L P H E E P I S A G R E C E

17 Détente Mardi 15 septembre PAGE 19 MOTS FLÉCHÉS GÉANTS Par Tayeb Bouamar Ville de Tunisie Désignes Adverbe Détente Dotées Roue Durée Ronge (dés) Coupé court Nazis Baryum Fin de séries Issue Dans le train Culture Eclats Réfutes Rejeté Clairvoyant Wilaya Perforer Hardis Chiffre Découvert Concept (ph) Attachés Piéger Bateau Strict Trou Cadeau Monnaie Voyelle double Excepté Repose Foot à Oran Implique Svelte Titres Philosophe grec Obsédée Lac Rossa Dinar Note Ecole Bouche Chrome Mesures Trouble de la vision Fatal Iridium Echec Ile Cérium (inv) Aggravés Possessif Apercevoir Erigés Critiqua Cantatrice Ex-Allemagne Dans la droite Baudet Leader yougoslave Actinium Organisation terroriste Plats Sons Mets Molybdène Règne Fruits Humiliés Paradis Situé Néon Ovule Défila Possessif Contourna Désamorça Réfuta Changea Voyelle double Méprisée Fatigues Enlevé (ph) Œuvres Laitues Robuste Atténuation Pouffé Parents Cube Article Dans l œil Imité le lion Parti Agréables Démonstratif Cœurtendre Promenades Dans l urne Valses Coupée Verdoyants Conjonction Feinte Vil Figures Atouts Ultime Rôtit Plaisanteries Hameau Exprimes C est-à-dire Fin de série Dinar Dans le coin Souples Gorge Implique Monnaie Virer Danse Lancé Feuille Entourée Dans le gosier Vol Confus Personnel Entame Type Dans l œil Coupée Dans le sol Fin de soirées Lot Dans le mois Boisson Sommet Obligea Polonium Démonstratif (inv) Parasite Pas assez Assombrie Erbium Caché Niche Personnel Filet d eau Possédais Couvrir Lanières Poil Appendices Planète Accroche Jeu Renvoi Stock Palpée Cellule Induration Cuir Consonne double

18 Publicité Mardi NECROLOGIE DÉCÈS Les familles Bellahsène, Hamidi et Daoud ont l immense douleur de faire part du décès de M me V ve Bellahsène Ghanima née Hamidi survenu le 12 septembre 2015 à Hadjout. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. PENSÉES Cela fait déjà une année, le 14 septembre 2015, nous a quittés à jamais notre cher et regretté père, grand-père Didaoui Boussad Moudjahid et ancien membre de la Fédération de France Ses enfants, ses petitsenfants, les amis et les proches ainsi que toute la famille Didaoui demandent à tous ceux qui l'ont connu et aimé d'avoir une pieuse pensée à sa mémoire. Que Dieu le Tout- Puissant t'accueille en Son Vaste Paradis. Repose en paix, cher père. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. F10238/B13 Vous voulez réussir la tessdira de votre fille? Vous voulez que ce jour soit le plus beau jour de sa vie? Faites appel à une profession nelle au : NS Réparation climatiseurs, machines à laver, frigidaire, à domicile. Tél.: NS Rép. clim., frig., four élec., w. 16. Tél.: F Vends djeba fergani, medjboud, couleur verte, grande taille. Tél.: F Montage caméra de surveillance et maintenance F Rec. agent de nettoyage + HSE. - Envoyer CV par fax : Tél.: AF/B1 Agence de voyages à Alger cherche un directeur technique. Diplôme requis : licence dans le tourisme. Contacter : agence de tourisme et voyages NS Crèche privée à Beni-Messous cherche éducatrice diplômée dans différentes sections (moyenne et grande section) maîtrisant la langue française et l arabe pour la rentrée 2015/2016. Veuillez nous contacter au Kb RÉPARATION APPARTEMENTS De particulier à particulier, vends appart 125 m2 avec garage, à Beni-Messous, Alger. Tél.: Société de promotion immobilière commercialise des appartements de haut standing, de types F3, F4, F5, dans une résidence gardée, à Chéraga. Tél.: F638 Vends duplex F5, R+1, à Baba-Hassen F Ag. Express T-Ouzou - Tél.: Vend F4, 116 m2, s-fini, à Anner-Amellal sur le Bd, 2 façades, 3 e étage - F4 s- fini, 112 m2, au lot El-Bordj, 1 er étage - F2, 65 m2, à DBK, les 400-Logts, 1 er étage, 2 façades. F10234 Société de promotion immobilière vend des appartements de types F3, F4, duplex, fini, dans une résidence clôturée et gardée, à Ouled-Fayet. Tél.: F LOCATIONS Loue duplex F5 à Baba-Hassen F Ag. - Tél.: Loue F3, 5 e étage, toutes commodités, à Tala-Allam, Tizi-Ouzou vers Boukhalfa, plus F3 lotissement Bouzar, Krim- Belkacem, Tizi-Ouzou, 1 er, 2 e et 3 e étages. F10235/B13 Ent. cherche prêt de 100 u. remb. en 1 an, bénéfice de 50 %, garant. chèque + acte not. Tél.: F Vends matériel de dégraissage neuf, sous emballage, marque italienne. Tél.: F127414/B15 Traitement par Laser - Epilation définitive & Détatouage - Varice & Acné & Ride & Cicatrice - Tache rouge & Brune & Rajeunissement. Tél.: F Pour travaux étanchéité, peinture F Machines à laver, réfrigérateurs, climatiseurs, à domicile. Tél.: NS LE SOIR DE L IMMOBILIER Ag. loue F2/F3, Bordj-El-Bahri F Ag. loue F3 BEZ, F2 Boumati F Loue local commercial Alger-Centre. Tél.: F Offre de location d une surface de bureau d environ 250 m2 au niveau du nouveau centre commercial et d affaires d El-Mohammadia (Alger) : Une localisation stratégique : Le Business Center est situé à proximité des transports en commun (tramway à 5 mn à pied) et de l Aéroport international d Alger (à 10 mn en voiture), à la croisée des accès menant et venant du palais des expositions, le Centre national du registre du commerce (CNRC), City Center (Carrefour), les hôtels 5 étoiles du Mercure et du Hilton, les Zones d activités de Rouiba et Ouled-Smar, ainsi que les pénétrantes d autoroutes Est- Ouest. Des prestations de qualité : Climatisation, gardiennage, ascenseurs panoramiques, espace accueil, open space (choix de procéder à un cloisonnement), sanitaires individuels (hommes et femmes), parkings sur 3 sous-sols (payant). Contact : Tél.: Mail : F10230B13 LOCAUX COMMERCIAUX Vends local professionnel, 1 er étage, superficie 61 m2, pour profession libérale, au centre-ville de Sidi-Babbès. Tél.: F17676/B10 AVIS DIVERS Cabinet dentaire cherche dentiste pour remplacement tous les jeudis F Ecole cherche profs en psychologie clinique, pédagogie, hugiène, santé, informatique, secrétaire. Faxer CV : BEO F IMA cherche formateurs en informatique (toutes filières), maintenance électronique, infographie, Flash, Autocad, SAP2000, Archicad, SIG, Aftereffect, panneaux solaires, fibre optique. Tél.: Mob: AF Equipez votre maison le plus rapidement. Le But Electroménager, leader du crédit en Algérie, vous propose : Meubles & Electroménager le tout à Crédit sur 24 mois, livraison immédiate. Contactez-nous au F Pâtisserie cherche : 01 chef pâtissier, expérience exigée pâtissier - 01 préparateur pizzaïolo briochard. Téléphoner au Ou se présenter à : Zhun-Sud - Quartier B - Ilot 6 - N 8 - Nouvelle-Ville - Tizi- Ouzou. F10231/B13 Salon de coiffure homme cherche coiffeur homme, Alger F septembre PAGE 21 Pro. imm. vd, à Boumerdès centre-ville, locaux aménag., surface 40 m2, p/siège société, ag. tourisme, cabinet médical, huissier, notaire, avocat HB F642 VILLAS P. Vd villa R+1, environs boulevard des Martyrs, habitable et comm. Tél.: F TERRAINS Vds ter. 230 à 300 m2 Ouled-Mendil F PROSPECTIONS B&S cher. location villa A/piscine, apparts meublés, 900 m2, E. bureaux, s. Hydra, Poirson, Sources, B- Aknoun, D-Ibrahim, Birkhadem F Cherche pour étranger apprt, villa, locaux F Cherche, pour étranger, apprt, villa, locaux F PENSIONS Dame offre colocation pour filles travailleuses à Alger- Centre. Tél.: F143812/B4 Pensionnat pour les filles, Aurassi F CYLKA - Soins à domicile Ambulance 24h/24 A votre disposition et assurés par une équipe médicale et para médicale qualifiée Meubles, électroménager, informatique! Tout à crédit. - Enlèvement sans paiement mois crédit sans intérêts. - Livraison immédiate. - Expo : Ô MARKET/SOLI - 16, rue H-B-Bouali. - Tél.: / F614/B1 Réparation TV à domicile, toutets marques. Tél.: NS OFFRES D EMPLOI Consultation médicale Kiné Soins infirmiers, post-opératoires Prélèvements, analyses et résultats Conseil, orientation, accompagnement aux hôpitaux d Alger Garde-malades. Appelez-nous au : Ecole de formation professionnelle Jardin Secret à Tizi-Ouzou et Draâ-Ben-Khedda recrute pour ses deux écoles des enseignants en : réception, cuisine, pâtisserie, restauration. Tél./Fax : Tél./Fax : Mobile : F10223/B13 IMA recrute une secrétaire, habitant à El-Madania. Tél.: Mob: AF Restaurant à Alger cherche cuisinier, aide-cuisinière. Tél.: NS SOIR DE LA FORMATION VENEZ VOUS INSCRIRE AU BRITISH INSTITUTE FOR ENGLISH pour des cours d anglais ludiques. Le BIFE est ouvert de samedi à jeudi de 9h à 17h pour les tests de niveau et les inscriptions. Soyez les bienvenus F655 Avec tarifs intéressants, horaires au choix, possibilité en accéléré et en individuel, IMA forme en prise de vue et montage vidéo, création et développement des sites web, infographie, 3 DS Max, Autocad, Delphi, Java, C#, bureautique et Internet. - Tél.: Mob.: F643/B1 SMATECH (School of Management & Technology), école agréée par l Etat, spécialisée en HSE, et en partenariat avec OSHA Academy des USA, assure la formation en : QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement) pour : Manager - Superviseur - Inspecteur. Agent de sécurité et de prévention. Les attestations HSE son délivrées par OSHA Academy des USA. Cours de langues ; Initiation à l informatique. Pour plus de renseignements et inscriptions, veuillez nous contacter aux : et Adresse : Rue des frères Oudahmane (axe nouveau lycée Abane-Ramdhane), Tizi-Ouzou Visitez notre site web : F101853/B13 PRO-INFO, formation à Alger-Centre, lance cycle informatique de gestion, secrétariat et bureautique (6 mois), cycle infographiste/pao (4 mois), cycle Delphi (4 mois), cycle maintenance PC + réseaux (4 mois). - Cours intensifs de langues étrangères : anglais, français, espagnol, allemand (2 mois/niveau). Cours pour adultes ou enfants disponibles. Méthode audiovisuelle. - 06, rue Richelieu, Alger-Centre. - Tél.: /27 - Mob.: F TIZI-OUZOU IST - lance formations qualifiantes : Bâtiment : arch. d intérieur - Chef de projet - Plomberie - Electr. bât. - Topographie - Chauffagiste. - Informatique : Ag. de saisie - Infographie - Maint. inf. et réseaux. - Technique : Electr. ind. - Instal. panneaux solaires - Télésurveillance - Automates progr. Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou Tél./Fax : Mob.: F10213/B13 TIZI-OUZOU IST - lance formations qualifiantes : Gestion : Déclarant en douane - Assist. GRH - Gest. stocks. - Médical : Délégué médical - Vendeur pharm. - Prothésiste dentaire amovible et fixe - Secrét. médicale - Assist. maternelle. - Hôtellerie : Ag. de voyages - Intendant. - HSE : Manager - Inspecteur - Agent. Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou Tél./Fax : Mob.: F10213/B13 TIZI-OUZOU IST - lance formations diplômantes : BTS Cond. trav. bât. - Métreur-vérif. - BT Topographie - Expl. inf. - CMP Op. micro-inf. - CAP Inst. sanit. et gaz - Electr. ind. - Electr. bât. Adresse : IST Imm. Chergui, rue Kerrad-Rachid, Tizi-Ouzou Tél./Fax : Mob.: F10213/B13 ÉCOLE TECHNIQUE lance les formations qualifiantes suivantes : Topographie - Photographie - Vidéographie - Déclarant en douane - GRH - Gestion des stocks - Agent de saisie, maintenance informatique et réseaux, création de sites web - Installateur de systèmes solaires (photovoltaiques) - HSE - Assistante maternelle - MS Project - Primavera - Infographie - Réparation GSM - Tekla - Langues étrangères. Contact : Tizi-Ouzou : Lot Ameyoud, rue des frères Beggaz Alger : Rue Didouche-Mourad (place Audin), Bt n 08, 2 e étage F10183/B13 ECO FAM lance pour les 3 e AS et bacheliers formations : TS en commerce international, marketing, management, banque et informatique de gestion, déclarant en douanes, et formations qualifiantes pour cadres d entreprise et universitaires en management, GRH, marketing et finance comptabilité selon les normes IAS/IFRS. Tél.: Mail : F608

19 PANORAMA Le Soir sur Internet : Le meilleur investissement Il est intéressant de lire «L importance des études», une nouvelle enquête consommateurs internationale qui examine les approches et les comportements des parents à l égard de l éducation de leurs enfants. Cette étude indépendante, commanditée par HSBC et réalisée par Ipsos, rassemble les points de vue de parents de 15 pays à travers le monde (*). Qu une institution financière privée s intéresse au créneau, très juteux, du financement des études, à un moment où le capital n est pas loin d achever le dépeçage des services publics, s inscrit dans le nouvel ordre des choses. Au-delà de cette évidence, l étude renseigne également sur la sclérose qui gagne les sociétés occidentales, coincées dans les situations acquises, où l ascenseur social est définitivement bloqué et où on a toutes les chances de mourir pauvres lorsqu on naît de parents démunis, comparativement aux sociétés du Sud, beaucoup plus dynamiques et mobiles. L étude confirme cet autre aspect des choses. Examinant «les aspirations des parents du monde entier concernant le cursus de leur enfant», elle dévoile que dans les pays asiatiques, du Sud ou émergents, il est mis «un accent tout particulier sur l importance des études, agissant comme un véritable vecteur de transformation». Les visions des parents divergent sur le moment propice où il faudra œuvrer à mettre toutes les chances du côté de son enfant. L école primaire est perçue comme le lieu où la confiance en soi (47%) et l autonomie doivent prendre forme chez l enfant, ainsi que l acquisition de connaissances solides dans les matières fondamentales, comme les mathématiques, les sciences et l anglais (43%). L autonomie de l enfant dès le primaire est prioritaire chez les Asiatiques (69% des parents en Indonésie, 64% en Malaisie et 62% à Hong Kong). Dans les pays développés, les enfants ont de la peine à s autonomiser et ils sont de plus POUSSE AVEC EUX! Par Hakim en plus nombreux à vivre jusqu à un âge avancé à la charge de leurs parents. L enquête confirme cet état d esprit en révélant que seulement un peu plus d un quart des parents au Royaume-Uni et en Australie (27% chacun) jugent qu il est important d inculquer l autonomie à l école primaire. Cette tendance est à peine plus répandue en France (30%) et aux États-Unis (32%). A un palier supérieur, le secondaire (collège et lycée), les parents estiment qu un bon cycle doit fournir des connaissances dans les matières de base (40%) et dans des compétences clés telles que la résolution de problèmes (35%), l informatique (32%), la pensée analytique (32%) et les langues étrangères. Là aussi, les attentes diffèrent d un continent à l autre : en Asie, où l audace et l ambition sont sacralisées, la capacité à résoudre des problèmes est considérée comme particulièrement importante en cycle secondaire, mentionnée par près de la moitié des parents à Singapour (48%) et à Hong Kong (46%). Enfin, l enseignement supérieur, associé à la préparation à une carrière épanouissante, est partout la priorité phare des parents. Près de neuf parents sur 10 (89%) souhaitent que leurs enfants rejoignent les bancs de l université, tandis que plus de trois sur cinq (62%) espèrent qu ils atteindront un niveau master. L intérêt partagé pour l enseignement supérieur répond toutefois à des attentes différentes : au Mexique (57%) et en Malaisie (52%), les parents attendent des études supérieures qu elles dotent leur enfant «des atouts nécessaires pour être compétitif sur le marché du travail», alors qu en Inde, la prétention salariale élevée représente l aspiration principale des parents (41%). Enfin, les mêmes disparités affectent l espoir attendu, ici et là, du désir plus ou moins fort d accéder au master : en Malaisie, 91% des parents souhaitent que leurs enfants décrochent un master, suivi de la Turquie (86%), du Brésil (84%), de l Inde (83%) et de la Chine (74 %). Ce désir d entamer un master est moins exprimé à Il y a en Algérie des écoliers pauvres Selon une source proche de l embouchure de la Seine, Toufik aurait été Hong Kong (19%), en Australie (37%) et au Royaume-Uni (38%). En liant l avenir de leur enfant à son cursus scolaire, un monde où la compétition se fait de plus en plus rude, les parents en font une préoccupation majeure ; voire même «une source d angoisse avérée dans certaines régions d Asie» : à Taïwan, 69% des parents jugent stressante cette prise de décision ; c est aussi le cas à Hong Kong (60%), en Malaisie (47%), en Inde (46%) et en Chine (44%). Les parents sont moins anxieux dans les autres régions du monde : en France, seulement 17% des parents qualifient de compliquée la prise de décision relative aux études de leurs enfants. Les parents brésiliens (23%) et mexicains (24%) sont également moins angoissés. L attente escomptée d études supérieures poussées va intervenir dans le niveau d engagement financier des parents pour la réussite de leurs enfants : si de manière générale, plus de la moitié des parents à travers le monde (58%) pensent que financer les études d un enfant est «le meilleur investissement possible», cette proportion est particulièrement forte au Brésil (79%), en Chine (77%), en Indonésie (75%) et en Turquie (75%) et reste moins perceptible au Royaume-Uni (35%), en France (36%) et en Australie (37%). On devine sans peine qu une banque privée ne pouvait pas ignorer l importance prise par l enseignement privé dans le choix des parents, surtout dans nos pays : «Les pays en développement et asiatiques ont un intérêt prononcé pour l enseignement privé, en raison des fortes aspirations et croyances profondément enracinées consistant à voir les études comme un ascenseur social. Plus de deux parents sur cinq en Indonésie (41%) envisagent l enseignement primaire privé, ainsi qu un quart des parents au Brésil (25%), en Inde (24%), au Mexique (23%) et à Singapour (23%). Au collège et au lycée, près de la moitié des parents en Indonésie (55%), en Inde (48%) et en Chine (45%) envisagent de placer leurs enfants dans le privé.» Dans le cadre de son opération caritative «Rentrée scolaire», l association Carpe-Diem fait appel à votre générosité. Chacun de vos dons aidera un enfant nécessiteux à faire une rentrée décente. Fournitures scolaires (cahiers, protège-cahiers, stylos, crayons, règles, compas, etc.), cartables, sacs à dos, tabliers, livres Chacun de ces dons peut contribuer à aider un enfant nécessiteux à acquérir les outils indispensables à son avenir. Téléphonez au , ou envoyez ou déposez vos dons au siège du Soir d'algérie. Ammar, Rab Dzaïr! Larcher! Ne perdez pas de temps à conjecturer sur le sens à donner au départ de Toufik. Limogeage. Dégageage brutal. Libération à sa demande. Départ négocié. Foutaise que tout cela! Temps perdu! Et temps perdu dans ce pays ne se regagne jamais. Restez comme moi, scotchés sur l essentiel. Et l essentiel, c est Ammar El Fennan. J attends avec une impatience inouïe de savoir sur qui il va tomber la prochaine fois. Parce que, s il dit du mal d une personne, d un Premier ministre, d un ministre, d une personnalité, de Gourcuff, à coup sûr, les jours et même les nuits de cette personne seront comptés! Ammar, c est devenu mon baromètre à moi. Un vrai Rab Dzaïr! Quand Ammar abaisse son pouce, la sentence tombe et l exécution a lieu. Bon Dieu, quel bourreau ce Ammar tout de même! Je ne sais pas d où lui vient ce pouvoir extraordinaire. Mais avant tout le monde, avant même le lever du soleil sur les quidams que nous sommes, Ammar donne la liste des condamnés à mener à la potence. On a beau rire sur le moment, se gausser du fait qu un Drabki délivre ainsi, en prime, l oracle, joue à la Madame Irma, prédise à tout-va, au bout, l on est bien obligé de l admettre, même en baissant la tête piteusement vers le Par Ammar Belhimer En comparaison, au Royaume-Uni, seuls 6% des parents britanniques prévoient d inscrire leur enfant au sein d un établissement primaire privé et 17% dans un collège ou lycée privé. Les pays où les parents sont les moins disposés à payer l enseignement primaire ou secondaire sont Taïwan (7% pour le primaire, 22% pour le secondaire) et la France (8% pour le primaire, 22% pour le secondaire). L intérêt porté aux études à l étranger diffère également d une région à l autre. Les parents indonésiens ils sont plus de neuf sur dix (92%) à envisager cette option sont «les plus grands adeptes de ce mouvement et souhaitent que leurs enfants suivent des études supérieures de meilleure qualité à l étranger». Cette proportion reste élevée dans le reste des pays asiatiques en Malaisie (88%), en Turquie (87%), à Hong Kong (86%) de même qu au Mexique (86%). Les parents sont moins disposés à envoyer leurs enfants à l étranger pendant les études supérieures au Canada (51 %), en Grande- Bretagne (50%) et en France (48%). Le choix des parents se porte sur trois destinations principales : la moitié des parents du monde entier (51%) font apparaître les États-Unis dans leur top 3 des pays offrant le meilleur niveau d enseignement, plus d un tiers (38%) désignent le Royaume-Uni, et plus d un quart (27%) choisissent l Allemagne. A. B. (*) HSBC, L importance des études : Un tremplin vers une carrière réussie, Rapport mondial, Le Soir sur Internet : bout de sa chaussure : Ammar a toujours tout bon! Il dit. Et ça se passe. Il cible et ça pète, ça Tartag à tout-va. Je vous le dis et redis, désormais, je refuse d allumer ma télé, je vends ma radio, je n achèterai plus de journaux, même pas celui où je bosse. Rien de tout cela! Au diable les médias conventionnels! Vive Ammar-News! Tu sondes le marché pour savoir si le cours du cigare va remonter un jour? Envoie un mail à Ammar, le trader. Tu veux savoir si la récolte de kiwis sera bonne l année prochaine à Oued Souf? Pose la question à Ammar. Tu cherches à savoir si Haddad assurera plus de deux mandats à la tête du FCE? Demande-le à Ammar. Tu ne sais pas si Algérie Télécom va arroser le quartier de Neuilly en 4G? Interroge Ammar. Tu as joué au Super Loto et tu ne sais pas si tu as des chances de gagner? Pose la question à Ammar et tu le verras sortir de la poche de son veston Kiabi le ticket gagnant. Car c est lui et lui seul qui gagne sur toute la ligne, même celle du TGV reliant Hydra à la Gare du Nord. Ammar marche sur l eau. Et justement, à propos d eau, tu veux aussi savoir si les Français vont continuer à gérer notre eau? Tu le demandes à qui? A Ammar, bien sûr! Et maintenant que tu sais qui est Ammar, ce dont il est capable, et l étendue de ses pouvoirs, demande-lui une dernière faveur. La plus difficile à obtenir. La plus tordue à accorder : l autorisation de fumer du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue. H. L.

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort Année 2014-2015 Contact Service Éducation : 04 90 59 11 05 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 362 By Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Création d entreprises Nouveaux promoteursle parcours d obstacles Les jeunes promoteurs

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Dossier de candidature. «Middle management en sécurité privée»

Dossier de candidature. «Middle management en sécurité privée» 2011 2012 Dossier de candidature Cycle de spécialisation «Middle management en sécurité privée» fåëíáíìí k~íáçå~ä ÇÉë e~ìíéë íìçéë ÇÉ i^ p Åìêáí Éí ÇÉ ä~ àìëíáåé En complément de la sécurité publique,

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises 1 Performance hospitalière / sécurité des soins : deux objectifs antinomiques? janvier 2009, par Chauvancy Marie-Claire Rompant avec une histoire fondée sur une logique de moyens, la gestion hospitalière

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR

TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR TEMPS D ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de SAUNAY Année 2015-2016 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter de la rentrée 2015, les TAP (temps d activités

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

PASS sports vacances. Sommaire

PASS sports vacances. Sommaire PASS sports vacances Sommaire PREAMBULE Article 1 : Modalités d inscription Article 2 : Modalités de fonctionnement Article 3 : Les infrastructures Article 4 : Tarification Article 5 : Sécurité et secours

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Accès des gouvernements aux données du secteur privé

Accès des gouvernements aux données du secteur privé Accès des gouvernements aux données du secteur privé Jérusalem, le 28 octobre 2010 (32 e conférence internationale des commissaires à la protection des données et de la vie privée) Giovanni Buttarelli

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

bilan routier 2012 Département de police de laval

bilan routier 2012 Département de police de laval bilan routier 2012 Département de police de laval 1 2 2012 : UN BILAN ROUTIER STABLE Le volume de la circulation routière est en constante croissance à Laval. Le Département de police de Laval est soucieux

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire LES SERVICES DE L ETAT SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LES CAMBRIOLAGES DANS LA LOIRE our ceux qui en sont victimes, un cambriolage est un vrai traumatisme

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

OBJETS D ETUDE EN ECONOMIE-DROIT

OBJETS D ETUDE EN ECONOMIE-DROIT ACADEMIE DE CRETEIL OBJETS EN ECONOMIE-DROIT Liste de problématiques classées Enseignants en économie-gestion Tertiaire administratif 2012-2013 Ce document présente une liste de pistes de problématiques

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO A. Historique FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO Le Fond de Développement Agaciro est le premier fond de solidarité au Rwanda, basé sur des dons volontaires. Ce fond a été initié par les Rwandais lors du Dialogue

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

NOEL A LA CARTE. I - Le contexte

NOEL A LA CARTE. I - Le contexte NOEL A LA CARTE I - Le contexte Le lycée général MF est situé dans un chef lieu de canton de 11 000 habitants. Le secteur de recrutement est caractérisé par une étroitesse géographique (R< 6kms) et une

Plus en détail

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement :

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Une étude de cas du bassin minier en Tunisie sur la participation des titulaires

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE

PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE PREFECTURE DE LA LOIRE-ATLANTIQUE Le 17 janvier 2011 PRESENTATION DU BILAN DE L EVOLUTION DE LA DELINQUANCE EN 2011 EN LOIRE-ATLANTIQUE par Monsieur Jean DAUBIGNY, préfet de la région Pays de la Loire,

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Résultats de l étude de marché

Résultats de l étude de marché Résultats de l étude de marché Résultats présentés le 30 septembre 2008 à l occasion du premier petit déjeuner Epsilon Consulting 1. Description du contexte : L Hygiène, la Sécurité et l Environnement

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE

VENIR SE SOIGNER EN FRANCE Quel qu en soit le motif, l entrée sur le territoire français est soumise à une obligation de «visa» (sauf nationalités dispensées). Le visa «pour raison médicale» ou «sanitaire» est un visa spécialement

Plus en détail

Evolution du résultat

Evolution du résultat Rapport de gestion du Conseil d administration Aux membres de l Assemblée générale de l asbl Canal C Nous avons l honneur de vous soumettre par la présente notre rapport sur la gestion exercée au cours

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail