Gestion des eaux usées issues des métiers de bouche. Guide de recommandations à l usage des conseillers des entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des eaux usées issues des métiers de bouche. Guide de recommandations à l usage des conseillers des entreprises"

Transcription

1 Gestion des eaux usées issues des métiers de bouche Guide de recommandations à l usage des conseillers des entreprises 2007

2 Préambule Ce guide de recommandations pour la protection des ressources en eau dans les métiers de bouche, notamment par le prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale, a été conçu et réalisé par le CNIDEP (Centre National d Innovation pour le Développement durable et l Environnement dans les Petites entreprises), en collaboration avec : CGAD : Confédération Générale de l Alimentation en Détail ARDATmv : Association de Recherche, Développement et d Assistance Technologique pour les métiers de la viande CEPROC EVOLUTION PRO : CEntre de formation des PROfessionnels de la Charcuterie UMIH : Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie INBP : Institut National de la Boulangerie-Pâtisserie ENSP : Ecole Nationale Supérieure de la Pâtisserie CRMA Centre : Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat du Centre Il a reçu le soutien financier de la DCASPL (Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales) et de l Agence de l Eau Rhin Meuse. Il a été conçu pour être utilisé par : les chargés de mission et les représentants des Organisations Professionnelles et PIT des métiers de bouche ; les chargés de mission environnement des Chambres de Métiers et de l Artisanat départementales (CMA) et régionales (CRMA) ; les chargés de mission environnement des Chambres de Commerce et d Industrie départementales (CCI) et régionales (CRCI). Il a été alimenté de manière à : informer, conseiller et accompagner les entreprises des métiers de bouche sur les aspects juridiques, techniques et économiques afin qu elles puissent mettre en œuvre, dans leur établissement, de bonnes pratiques professionnelles et une solution technique de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale si nécessaire ; négocier avec les collectivités, et éventuellement avec les exploitants des services d assainissement, les moyens pertinents à mettre en œuvre dans les entreprises des métiers de bouche concernés, dans le cadre d une mise en place ou d une régularisation des autorisations de déversement dans les réseaux d assainissement ; négocier avec les collectivités et certains prestataires locaux la mise en place des pratiques les plus économiques lors de la collecte et de l élimination des résidus graisseux et des boues provenant du prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale ; négocier avec les partenaires financiers l attribution d aides à l investissement pour les solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale.

3 Sommaire 1 ère partie - F.A.Q. (Foire Aux Questions) 1 2 ème partie - Problématique et métiers de bouche concernés 4 Définition des effluents graisseux d origine animale 5 Origine des effluents graisseux d origine animale 5 Impacts des effluents graisseux d origine animale 6 Caractéristiques des métiers de bouche en matière de rejets d effluents graisseux d origine animale 8 3 ème partie - Réglementation 10 Rejets des effluents graisseux d origine animale en direction du milieu naturel 11 Rejets des effluents graisseux d origine animale en direction du réseau d assainissement 11 Cas particuliers des Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) 13 Classification des résidus graisseux et des boues provenant du prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale 13 4 ème partie - Bonnes pratiques professionnelles 14 5 ème partie - Solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale 16 Bac à graisses classique 17 Séparateur à graisses autonettoyant par écrémage 22 Séparateur à graisses autonettoyant par surverse 25 Séparateur à graisses semi-biologique 28 Aide au choix 31 6 ème partie - Contacts et aides financières 34 Partenaires de la conception et de la réalisation du guide 35 Prestataires 35 Partenaires financiers 36

4 7 ème partie - Démarche 37 Démarche auprès des entreprises 38 Démarche de conseil 39 Outils disponibles 40 Démarche auprès des collectivités 41 Autorisations de déversement dans le réseau d assainissement 41 Installation des solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale 42 Entretien des solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale 42 Démarche auprès des prestataires 43 Démarche auprès des partenaires financiers 43 8 ème partie - Annexes Apport de déchets alimentaires en déchèterie - Expérimentation menée en Haute-Savoie pour des artisans bouchers 45 Quel est le contexte? 45 Quelle est l organisation mise en place? 45 Quels sont les facteurs de réussite? 46 Quels sont les résultats et les coûts? Caractéristiques physico-chimiques des graisses d origine animale Quid sur les Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) 47 Que sont les ICPE? 47 Quelles sont les obligations pour prévenir les risques des ICPE? 48 Les métiers de bouche sont-ils soumis à la réglementation des ICPE? Bonnes pratiques de réduction des consommations d eau et de produits de nettoyage et désinfection Dimensionnement nominal d un séparateur à graisses - Normes NF EN & Comment calculer la dimension nominale du séparateur? 50 Comment calculer le débit maximum d eaux usées en entrée du séparateur? 51 Comment choisir la dimension nominale recommandée du séparateur? 53 Comment déterminer le diamètre minimal des tuyaux? 53 Comment calculer les volumes utiles du séparateur? 53 Exemple de calcul pour une entreprise de préparation de produits à base de viande (charcutier ou traiteur) 54 Exemple de calcul pour une cuisine (restaurateur - préparateur de plats à emporter) Arrêté type d autorisation de déversement 56 9 ème partie - Bibliographie 60

5 1 ère partie F.A.Q. (Foire Aux Questions) 1

6 Questions récurrentes d entreprises Suis-je obligé d'avoir un séparateur à graisses dans mon entreprise pour prétraiter les eaux usées? Oui et non, l'installation d'un séparateur à graisses dépend du ou des métiers exercés dans l'entreprise, et en moindre partie, du type de graisse utilisée dans l activité professionnelle. Consultez les caractéristiques des métiers de bouche en matière de rejets d effluents graisseux d origine animale en pages 5 et 8 à 9, ainsi que la deuxième annexe en page 47. Dois-je relier tout le réseau d'eaux usées au séparateur à graisses? Non, seuls les effluents (eaux usées) de fabrication doivent être reliés au séparateur à graisses pour les métiers concernés. Une séparation des flux peut être envisagée afin de ne prétraiter que les effluents les plus chargés en graisses d origine animale. Consultez la problématique des effluents graisseux d origine animale en pages 5 à 7, ainsi que la réglementation sur ce sujet en pages 11 à 12 et dans la troisième annexe en pages 47 à 49. Est-il possible de mettre en œuvre de bonnes pratiques professionnelles avant de réfléchir à l installation d un séparateur à graisses? Oui, il existe des bonnes pratiques professionnelles afin de prévenir les rejets d effluents graisseux, mais également en ce qui concerne la gestion de l eau et des produits de nettoyage et désinfection. Consultez les bonnes pratiques professionnelles en page 15, ainsi que la quatrième annexe en page 49. Existe-t-il différentes technologies de séparateurs à graisses? Et si oui, quelle est la moins coûteuse pour mon activité? Oui, il existe potentiellement quatre technologies différentes de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale. Consultez les caractéristiques de ces techniques de prétraitement ainsi que l aide au choix en pages 16 à 33. Puis-installer un bac à graisses classique à l extérieur de mon entreprise si je n'ai pas de place dans mon laboratoire? Oui, cela est possible avec l accord de la collectivité et sous certaines conditions techniques. Consultez les informations techniques sur le bac à graisses classique en pages 17 à 21. Puis-je vérifier le dimensionnement d un bac à graisses classique? Oui, indirectement avec l aide d un conseiller qui pourra utiliser le logiciel développé par le CERIB. Cela permet notamment de vérifier si le fabricant, le fournisseur ou l installateur a bien respecté les conditions de dimensionnement selon la norme européenne sur le sujet. Consultez ce point dans la présentation du bac à graisses classique en page 18, ainsi que la cinquième annexe présentant la norme européenne de dimensionnement des séparateurs à graisses et deux exemples de calcul en pages 50 à 55. 2

7 Dois-je faire collecter les résidus graisseux et les boues issues du séparateur à graisses par une entreprise spécialisée? Oui et non, cela dépend de la technique de prétraitement utilisée et des conditions technico-économiques locales de collecte et d élimination de ces déchets. Consultez la réglementation sur ce sujet en page 13, ainsi que les points «conseils d entretien» pour chacune des techniques de prétraitement en pages 16 à 33 et la première annexe en pages 45 à 46. Dois-je faire des analyses de l'eau en sortie du séparateur à graisses? Non, seule l obligation de moyens, c est-à-dire un prétraitement avec la justification de son entretien régulier dans les meilleures conditions technico-économiques, doit être imposée aux entreprises des métiers de bouche concernés. Consultez l argumentaire sur ce point en page 12 et la sixième et dernière annexe en pages 56 à 59. Existe-t-il des prestataires pour l achat, l installation et l entretien d un séparateur à graisses? Oui, pour chaque matériel, équipement ou produit, il existe des prestataires spécialisés. Consultez la liste des prestataires potentiels (listes non exhaustives ne valant ni caution ni agrément) en pages 35 à 36. Existe-t-il des aides financières pour l achat et l installation d un séparateur à graisses? Oui et non, des aides financières peuvent exister en fonction de la localisation géographique de l entreprise. C est au conseiller de rechercher les conditions locales d accompagnement financier des métiers de bouche concernés. Consultez la liste des partenaires financiers potentiels en page 36. Quelle doit être la démarche auprès des entreprises, des collectivités, des prestataires et des partenaires financiers? La démarche de conseil et d accompagnement auprès des entreprises et la démarche de négociation auprès de la collectivité, des prestataires et des partenaires financiers peut ou doit être engagée par le conseiller en appui de l entreprise ou d un collectif d entreprises des métiers de bouche concernés. Consultez le chapitre «Démarche» en pages 38 à 43. A qui incombent les travaux de mise aux normes des rejets d eaux usées? Si l entreprise est propriétaire des locaux, les travaux lui incombent. Si l entreprise est locataire des locaux, tout investissement immobilier doit être approuvé par le propriétaire ou le syndicat de copropriété. Suis-je obligé de signer une autorisation de déversement des eaux usées dans le réseau d assainissement? Si la collectivité décide de mettre en place ou de régulariser les autorisations de déversement des eaux usées sur son territoire pour les métiers de bouche, notamment concernés, seul l arrêté d autorisation de déversement est nécessaire. La convention d autorisation de déversement n est pas utile lorsque l arrêté est suffisamment explicite. Dans le cadre de l arrêté, celui-ci est imposé et l entreprise n est pas signataire. Consultez l argumentaire sur ce point en pages 12 et 41 à 42, ainsi que la sixième et dernière annexe en pages 56 à 59. 3

8 2 ème partie Problématique et métiers de bouche concernés 4

9 Définition des effluents graisseux d origine animale Ce guide traite uniquement des graisses animales susceptibles de se retrouver dans les effluents de fabrication issus de certains métiers de bouche. En effet, les graisses végétales n ont généralement pas les mêmes caractéristiques physiques que les graisses animales puisqu elles se solidifient à une température beaucoup plus basse : à température ambiante, la graisse animale est à l état solide, alors que la graisse végétale est à l état liquide. En ce qui concerne ces graisses végétales (huiles alimentaires), les entreprises des métiers de bouche doivent pratiquer un mode de gestion indépendant qui consiste à les récupérer, les stocker et les faire éliminer par des filières autorisées, dans le respect des règles d hygiène et d environnement. Dans un système de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale, les graisses végétales vont donc avoir beaucoup plus de mal à figer et à rester ainsi piégées à l intérieur par rapport aux graisses animales. Les caractéristiques physico-chimiques des graisses animales sont présentées en annexe. Origine des effluents graisseux d origine animale Une étude, réalisée par le CNIDEP (Centre National d Innovation pour le Développement durable et l Environnement dans les Petites entreprises) et le NanCIE (Centre International de l Eau de Nancy) en dans des entreprises artisanales de boucheriecharcuterie-traiteur et de restauration - préparation de plats à emporter, a permis d identifier les procédés de fabrication qui peuvent participer au rejet d effluents graisseux d origine animale : 1. Cuisson à l eau 2. Refroidissement à l eau 3. Plonge manuelle 4. Lave-vaisselle 5. Lavage des locaux 6. Lavage des mains 7. Epluchage 8. Lavage-rinçage de bacs 9. Saumure Pour les métiers de charcutier, de traiteur et de restaurateur - préparateur de plats à emporter, et pour chacun de leurs effluents de fabrication potentiellement chargés en graisses, le tableau de la page suivante présente la température et les pourcentages de rejet en termes de volume d eaux usées et de charge en graisses. 5

10 Effluent de fabrication potentiellement chargé en graisses Température ( C) Volume d'eaux usées (%) Charge en graisses (%) 1. Cuisson à l eau 70 à Refroidissement à l eau 18 à Plonge manuelle 18 à Lave-vaisselle 52 à Sous-total Lavage des locaux 31 à Lavage des mains 18 à Epluchage 16 à Lavage - rinçage de bacs 17 à Saumure 1 à Sous-total 59 5 Total Pour les métiers de charcutier, de traiteur et de restaurateur - préparateur de plats à emporter, 95% des graisses présentes dans les effluents de fabrication sont donc issues des 4 premiers processus, lesquels représentent seulement 41% des volumes d eaux usées rejetées. Pour ces mêmes métiers, il faut considérer qu un salarié présent en laboratoire de fabrication ou en cuisine participe au rejet d environ 530 grammes de graisses par jour pour un volume moyen de 315 litres d eaux usées de fabrication 1 par jour. Pour savoir si les autres métiers de bouche sont précurseurs de rejets d effluents graisseux d origine animale, il est nécessaire de se rapporter à la connaissance de leurs activités professionnelles présentées dans la suite de ce guide. Impacts des effluents graisseux d origine animale Les effluents graisseux d origine animale, issus de l activité professionnelle de certains métiers de bouche, peuvent avoir un impact différent selon le lieu où ils se trouvent, c est-àdire : 1. soit dans l enceinte de l établissement privé (émission) ; 2. soit dans les égouts privés et publics (transport) ; 3. soit dans le milieu naturel ou la station d épuration collective (réception). 1 Les eaux usées de fabrication ne prennent pas en compte les eaux usées domestiques et ne concernent que les métiers de charcutier, de traiteur et de restaurateur - préparateur de plats à emporter. Le métier de boucher ne participe pas au rejet d effluents graisseux. 6

11 Emission & Transport Colmatage des canalisations : la solidification des graisses à température ambiante, associée à leur caractère insoluble, peut entraîner le colmatage des égouts privés et publics. A termes, il peut être nécessaire de faire appel à une société extérieure pour déboucher voire casser et réparer ces conduites : les frais induits sont soit à la charge de l entreprise (égouts privés), soit à la charge de la collectivité (égouts publics). Nuisance olfactive et corrosion : la fermentation des acides gras, contenus dans les effluents graisseux d origine animale, entraîne la formation d hydrogène sulfureux. Ce gaz nauséabond peut provoquer de mauvaises conditions de travail pour les salariés des entreprises des métiers de bouche, ainsi que pour les agents d entretien des réseaux d assainissement. Par réaction avec l eau, ce gaz entraîne la formation d acide sulfurique qui peut être responsable de la corrosion des canalisations et de la technologie de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale si elle existe. Propriété privée Etablissement privé Certains métiers de bouche avec ou sans prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale Emission Propriété de la collectivité 80 à 90% des entreprises Station d épuration collective 10 à 20% des entreprises Milieu naturel Réception Transport Réception dans la station d épuration collective Dépôt sur les ouvrages de prétraitement : les graisses peuvent entraîner les mêmes problèmes de colmatage, de nuisance olfactive et de corrosion qu au niveau de l émission et du transport de ces effluents jusqu à cette station. Augmentation de la charge polluante : les graisses entraînent une augmentation de la pollution à traiter de l ordre de 10 à 15%. Dysfonctionnement des traitements : les graisses perturbent le bon fonctionnement des traitements de la station (aération, décantation et épaississement des boues). L ensemble de ces phénomènes conduit à la nécessité d augmenter l aération, ce qui aboutit à des frais de fonctionnement supplémentaires de l ordre de 30%. Réception dans le milieu naturel Dépôt sur les plantes : les graisses, non traitées, peuvent se déposer sur les plantes. Déséquilibre de la faune et de la flore en milieu aquatique : les graisses entraînent une source de carbone supplémentaire dans les cours d eau qui peut conduire à un déséquilibre chimique du milieu aquatique. Remarque : les collectivités territoriales, en charge de l assainissement, sont donc de plus en plus préoccupées par ces effluents graisseux d origine animale qui peuvent induire pour leurs installations (réseaux et traitements) de nombreux problèmes techniques, et ainsi des surcoûts financiers qui se répercutent sur le coût du m 3 d eau de tout consommateur. 7

12 Caractéristiques des métiers de bouche en matière de rejets d effluents graisseux d origine animale Métier de bouche Estimation du nombre d entreprises françaises par activité alimentaire Descriptif du métier en matière de fabrication Impact en matière d effluents graisseux d origine animale Charcutier Traiteur Traiteur-organisateur de réceptions Restaurateur Préparateur de plats à emporter Boucher Boucher chevalin Boulanger Crémier Fromager Glacier Pâtissier Tripier charcuteries charcuteries - traiteurs boucheries-charcuteries traiteurs charcuteries - traiteurs 218 restaurants collectifs sous contrat restaurants cafés hôtels entreprises de préparation de plats à emporter* boucheries boucheries-charcuteries 886 boucheries sur éventaires et marchés 194 entreprises de volailles-gibiers 718 boucheries chevalines boulangeries boulangeries-pâtisseries crémeries-fromageries pâtisseries, y compris glaceries, chocolateries et confiseries pâtisseries, y compris glaceries, chocolateries et confiseries boulangeries-pâtisseries 195 triperies Fabrication et vente de charcuteries. Préparation et vente de plats traiteurs. Activité complémentaire, en particulier, à celles de boucher, charcutier, boulanger, pâtissier, poissonnier (plus rare) : préparation. Préparation et vente de plats cuisinés. Préparation et vente de pièces de viande. Fabrication et/ou vente de pains et viennoiseries. Revente de produits laitiers. Fabrication rare. Professionnels souvent sur les marchés. Fabrication et/ou vente de glaces. Fabrication et/ou vente de pâtisseries. Préparation et vente de produits de triperie. * Une partie des ces entreprises artisanales est déjà comptabilisée dans les restaurants. Plus ou moins important en fonction des modes de fabrication et des quantités fabriquées : lié aux cuissons, plonges et lave-vaisselle. Réduit : lié au nettoyage et à la désinfection des locaux et matériels. 8

13 Métier de bouche Estimation du nombre d entreprises françaises par activité alimentaire Descriptif du métier en matière de fabrication Impact en matière d effluents graisseux d origine animale Chocolatier Confiseur Poissonnier Epicier pâtisseries, y compris glaceries, chocolateries et confiseries poissonneries épiceries Fabrication et/ou vente de chocolats et confiseries. Préparation et vente de produits de la mer et d eau douce. Cuissons éventuelles de crustacés : tourteaux, bigorneaux Professionnels présents surtout sur les marchés. Revente de produits préemballés. Parfois rayon boucherie, charcuterie ou fromagerie : pas de fabrication, uniquement de la découpe. Réduit : lié au nettoyage et à la désinfection des locaux et matériels. Les graisses sont essentiellement utilisées en chocolaterie. Ce sont avant tout des graisses d origine végétale (beurre de cacao) et peu de graisses d origine animale (crème pour les caramels ou la ganache, par exemple). Peu de «pertes» en chocolat et beurre de cacao car les matières premières sont coûteuses et le matériel est raclé afin de récupérer le chocolat. Très réduit : lié au nettoyage et à la désinfection des locaux et matériels. Quasi inexistant : lié au nettoyage et à la désinfection des locaux et matériels, quand il existe un rayon «découpe». Fruits et légumes entreprises de fruits et légumes Revente de fruits et de légumes. Néant. PROBLEMATIQUE ET METIERS CONCERNES : CE QU IL FAUT RETENIR A partir des données scientifiques et professionnelles existantes, les seuls métiers de bouche réellement concernés par la problématique des effluents graisseux d origine animale (charges importantes en graisses animales dans les eaux usées de fabrication) sont les suivants : charcutier, traiteur et restaurateur - préparateur de plats à emporter. Si une entreprise pratique une activité professionnelle qui inclut ou sous-entend un de ces trois métiers, elle est concernée par cette problématique. Par contre, les entreprises qui exercent un de ces trois métiers, mais qui ne réalisent aucune cuisson à base de viande (graisse animale), ne le sont pas. Pour être en conformité avec la réglementation, les entreprises réellement concernées par cette problématique, doivent donc mettre en œuvre de bonnes pratiques professionnelles, ainsi qu une solution technique de prétraitement in situ de leurs effluents graisseux d origine animale qui doit être régulièrement entretenue. Pour les autres entreprises, non concernées par cette problématique, seules les bonnes pratiques professionnelles doivent leur être conseillées de manière à ne pas leur imposer des coûts inutiles pour prétraiter des pollutions (graisses) qu elles ne génèrent pas en quantités suffisantes pour être considérées comme telles. 9

14 3 ème partie Réglementation 10

15 Rejets des effluents graisseux d origine animale en direction du milieu naturel «Les immeubles et installations existants destinés à un usage autre que l'habitat et qui ne sont pas soumis à autorisation ou à déclaration au titre de la loi nº du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement ou de la loi nº 92-3 du 3 janvier 1992 sur l'eau doivent être dotés d'un dispositif de traitement des effluents autres que domestiques, adapté à l'importance et à la nature de l'activité et assurant une protection satisfaisante du milieu naturel.» (Code de la Santé Publique, article L ). «Les immeubles non raccordés aux égouts disposés pour recevoir les eaux usées domestiques et établis sous la voie publique à laquelle ces immeubles ont accès soit directement, soit par l'intermédiaire de voies privées ou de servitudes de passage, doivent être dotés d'un assainissement autonome dont les installations seront maintenues en bon état de fonctionnement.» (Code de la Santé Publique, article L ). C est l arrêté du 6 mai 1996 qui fixe les prescriptions techniques applicables aux systèmes d'assainissement non collectif. Notamment, ses articles 3 et 9 indiquent respectivement que : Eaux usées de fabrication Prétraitement des effluents graisseux Etablissement Eaux usées domestiques Assainissement autonome Milieu naturel «sont interdits les rejets d'effluents, même traités, dans un puisard, puits perdu, puits désaffecté, cavité naturelle ou artificielle.» ; «lorsque les huiles et les graisses sont susceptibles de provoquer des dépôts préjudiciables à l acheminement des effluents ou au fonctionnement des dispositifs de traitement, un bac à graisses, destiné à la rétention de ces matières, est interposé sur le circuit des eaux en provenance des cuisines et le plus près possible de celles-ci.». «Il est interdit de déverser dans les cours d eau, lacs, étangs, canaux, sur leurs rives et dans les nappes alluviales, toutes matières usées, tous résidus fermentescibles d origine végétale ou animale, toutes substances solides ou liquides toxiques ou inflammables, susceptibles de constituer un danger ou une cause d insalubrité, de communiquer à l eau un mauvais goût ou une mauvaise odeur, de provoquer un incendie ou une explosion.» (Règlement Sanitaire Départemental, article 90). Rejets des effluents graisseux d origine animale en direction du réseau d assainissement «Il est interdit d introduire dans les ouvrages publics, directement ou par l intermédiaire de canalisations d immeubles, toute matière solide, liquide ou gazeuse susceptible d être la cause directe ou indirecte soit d un danger pour le personnel d exploitation des ouvrages d évaluation et de traitement, soit d une dégradation desdits ouvrages ou d une gêne dans leur fonctionnement.» (Règlement Sanitaire Départemental, article 29-2). «Le raccordement des immeubles aux égouts disposés pour recevoir les eaux usées domestiques et établis sous la voie publique à laquelle ces immeubles ont accès soit directement, soit par l'intermédiaire de voies privées ou de servitudes de passage, est obligatoire dans le délai de deux ans à compter de la mise en service de l'égout.» (Code de la Santé Publique, article L ). Tout raccordement à l égout public doit faire l objet d une demande préalable auprès de la collectivité responsable du réseau d assainissement. Cette dernière remet alors à l entreprise une autorisation de raccordement. 11

16 «Tout déversement d'eaux usées, autres que domestiques, dans les égouts publics doit être préalablement autorisé par la collectivité à laquelle appartiennent les ouvrages qui seront empruntés par ces eaux usées avant de rejoindre le milieu naturel. L autorisation fixe, suivant la nature du réseau à emprunter ou des traitements mis en œuvre, les caractéristiques que doivent présenter ces eaux usées pour être reçues. Cette autorisation peut être subordonnée à la participation de l auteur du déversement aux dépenses d entretien et d exploitation entraînées par la réception de ces eaux.» (Code de la Santé Publique, article L ). Cette autorisation de déversement, délivrée sous la forme d un arrêté d autorisation de déversement, peut s accompagner de la passation d une convention d autorisation de déversement entre l établissement concerné, la collectivité et éventuellement l exploitant du service d assainissement. Il appartient donc à chaque collectivité de décider en concertation avec les établissements rejetant des eaux usées, autres que domestiques, ceux pour lesquels une telle convention est nécessaire. En l'absence d autorisation de déversement, le règlement du service d'assainissement, s'il existe, est applicable. Il définit souvent des valeurs limites à respecter pour un certain nombre de paramètres physiques ou chimiques des rejets. Il appartient alors à l'entreprise de prendre toutes les mesures pour s'y conformer. Que dit l arrêté d autorisation de déversement? Cet arrêté est obligatoire. Il est préparé par la collectivité et imposé à l entreprise. Il définit notamment les prescriptions techniques particulières que l établissement doit mettre en œuvre pour prétraiter ses eaux usées avant d obtenir l autorisation de les rejeter dans le réseau d assainissement de la collectivité. Concernant ces prescriptions techniques, il existe deux cas différents : 1. Une obligation de résultats qui définit des débits maxima, et des concentrations et flux maxima autorisés pour différents paramètres réglementaires en fonction de l activité considérée. 2. Une obligation de moyens qui définit des installations de prétraitement - récupération et la fréquence de leur entretien. La collectivité, dans le cadre de cet arrêté, peut choisir d imposer à l entreprise soit l obligation de résultats, soit l obligation de moyens, ou les deux. Remarque : contrairement à ce qui existe au niveau de la réglementation en hygiène alimentaire basée sur une obligation de résultats et non de moyens, les entreprises des métiers de bouche concernés ont tout intérêt à opter pour la solution inverse, c'est-à-dire une obligation de moyens, en matière de rejets d effluents graisseux d origine animale. En effet, si elles devaient se voir imposer des obligations de résultats supplémentaires, cela entraînerait des coûts en matériels de mesures et en analyses qui seraient disproportionnés par rapport à leur chiffre d affaires. Il est bon de rappeler, qu aujourd hui, elles ont déjà du mal à s équiper en matériels de prétraitement même si des aides à l investissement peuvent exister. En outre, elles doivent payer pour l entretien de ces équipements quand elles font appel à des entreprises spécialisées. Que dit la convention d autorisation de déversement? Cette convention n est pas obligatoire. C est la collectivité qui décide de la mettre en place en complément de l arrêté d autorisation de déversement. Elle définit plus précisément comment les obligations de moyens voire de résultats doivent être appliquées pour respecter les valeurs de rejet définies dans l arrêté d autorisation de déversement. 12

17 Cas particuliers des Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) La très grande majorité des entreprises du secteur des métiers de bouche n est pas soumise à la réglementation des Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE). Par contre, pour quelques unes d entre elles, notamment les plus grandes, cela peut être le cas. Pour le déterminer, il suffit de se rapporter au quid des ICPE présenté en annexe. Classification des résidus graisseux et des boues provenant du prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale «Toute personne qui produit ou détient des déchets dans des conditions de nature à produire des effets nocifs sur le sol, la flore et la faune, à dégrader les sites ou les paysages, à polluer l'air ou les eaux, à engendrer des bruits et des odeurs et, d'une façon générale, à porter atteinte à la santé de l'homme et à l'environnement, est tenue d'en assurer ou d'en faire assurer l'élimination, dans des conditions propres à éviter lesdits effets.» (Code de l'environnement, article L ). Dans la nomenclature européenne des déchets, les résidus graisseux et des boues provenant du prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale sont classées sous le code comme déchets banals. REGLEMENTATION : CE QU IL FAUT RETENIR Dans le cadre d un rejet en direction du milieu naturel, toutes les mesures doivent être prises de manière à éviter une pollution du milieu aquatique, notamment par la mise en œuvre d un système de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale. Cet équipement doit être régulièrement entretenu et être utilisé avec un assainissement autonome (non collectif) pour traiter les eaux usées domestiques et finaliser le traitement des eaux issues dudit prétraitement des effluents graisseux. Dans le cadre d un rejet en direction du réseau d assainissement, seule l obligation de moyens doit être imposée aux entreprises des métiers de bouche concernés, c està-dire un système de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale, en s assurant qu il soit régulièrement entretenu. Etant de très petits établissements, la très grande majorité des entreprises du secteur des métiers de bouche n est pas soumise à la réglementation des ICPE (Installations Classées pour la Protection de l Environnement). Les résidus graisseux et les boues, sous formes solide, pâteuse voire liquide, et qui proviennent du prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale, sont des déchets banals et peuvent ainsi être collectés et éliminés comme tels. Ils peuvent donc être mélangés aux Ordures Ménagères (négociation avec la collectivité), ou amenés en déchèterie dans le cas où la collectivité l a prévu (une expérimentation, menée dans le département de Haute-Savoie, est présentée en annexe). Il est aussi envisageable de les mélanger avec les os et suifs ou bien avec les MRS 2 (négociation préalable avec l équarisseur nécessaire). 2 MRS : Matériels à Risque Spécifiés 13

18 4 ème partie Bonnes pratiques professionnelles 14

19 Avant de s intéresser à des solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale, il est préférable de réfléchir à la mise en œuvre de bonnes pratiques professionnelles qui peuvent concerner l ensemble des métiers de bouche, notamment charcutier, traiteur et restaurateur - préparateur de plats à emporter : Refroidir les eaux de cuissons grasses et extraire les graisses solidifiées avant de vidanger les effluents dans les égouts, pour les deux cas suivants : 1. Directement dans les marmites de cuisson. 2. Utilisation d un bac tampon intermédiaire dans les locaux des plus grandes entreprises des métiers de bouche concernés. A la différence du premier cas, cela permet de ne pas ralentir l activité professionnelle en termes d utilisation des marmites de cuisson lors de fabrications intensives. La démarche est la suivante : Etape 1 (schéma ci-dessous) : les eaux de cuisson grasses sont transférées vers le bac tampon. La marmite de cuisson peut, à ce moment-là, être de nouveau utilisée pour une nouvelle cuisson. Transfert Eaux de cuisson grasses Marmite de cuisson Eaux de cuisson grasses Bac tampon Etape 2 (schéma ci-dessous) : les eaux de cuisson grasses, en refroidissant, ont permis de séparer les graisses des eaux de cuisson. Les graisses solidifiées sont extraites et les eaux de cuisson dégraissées sont évacuées vers le prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale pour plus de sécurité. Extraction des graisses Graisses solidifiées Eaux de cuisson dégraissées Bac tampon Prétraitement Récupérer les restes et résidus de nourriture lors de la plonge manuelle avant de vidanger l'évier. Utiliser des paniers dans les bouches d'évacuation au sol pour filtrer les plus grosses matières solides tombées à terre. Ne pas verser d huiles végétales (friture, etc.) dans les égouts. Certains déchets organiques, récupérés par l application des bonnes pratiques professionnelles, peuvent être soit incorporés dans les Ordures Ménagères (négociation avec la collectivité), soit apportés en déchèterie si la collectivité l a prévu, soit mélangés avec les os et suifs ou bien avec les MRS (négociation préalable avec l équarisseur nécessaire). D autres bonnes pratiques concernant la réduction des consommations d eau et de produits de nettoyage et désinfection sont présentées en annexe. 15

20 5 ème partie Solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale Après avoir défini les métiers de bouche réellement concernés par la problématique des effluents graisseux d origine animale, c est-à-dire charcutier, traiteur et restaurateur - préparateur de plats à emporter, et décrit les bonnes pratiques professionnelles qu ils peuvent tous mettre en œuvre dans leurs laboratoires de fabrication ou leurs cuisines, cette partie présente les solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale permettant de respecter les obligations réglementaires en matière de rejets dans le milieu naturel ou dans le réseau d assainissement. Les quatre solutions techniques de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale sont : 1. Le bac à graisses classique 2. Le séparateur à graisses autonettoyant par écrémage 3. Le séparateur à graisses autonettoyant par surverse 4. Le séparateur à graisses semi-biologique D autres solutions existantes de prétraitement par voie biologique ne sont pas présentées dans ce guide car leur efficacité dépend de l effluent à prétraiter en termes de ph, température et charge organique. Ces techniques sont plus adaptées à des eaux usées dont les volumes sont importants et stables en termes de pollutions organiques comme les effluents urbains traités en station d épuration collective. Pour chacune de ces quatre solutions, les points suivants sont décrits : Description et schéma de fonctionnement Applications Dimensionnement Rendement Conseils d installation Conseils d entretien et de maintenance Règles de sécurité Avantages - Inconvénients Aspects financiers Remarque : dans une solution technique de prétraitement in situ des effluents graisseux d origine animale, il est interdit d introduire les éléments suivants : des eaux usées contenant des matières fécales (eaux usées sanitaires) ; de l eau de pluie ; des huiles alimentaires d origine végétale et des huiles minérales (huiles de vidange). 16

Eaux dans les Métiers de Bouche : & optimisation du traitement des rejets. Marie-Pierre FISCHER Chargé de mission EAU du CNIDEP

Eaux dans les Métiers de Bouche : & optimisation du traitement des rejets. Marie-Pierre FISCHER Chargé de mission EAU du CNIDEP Eaux dans les métiers de Bouch Eaux dans les Métiers de Bouche : Réduction des consommations & optimisation du traitement des rejets Marie-Pierre FISCHER Chargé de mission EAU du CNIDEP Service CMA 54

Plus en détail

Dimensionnement des séparateurs à graisses

Dimensionnement des séparateurs à graisses Dimensionnement des séparateurs à graisses 26 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille normative a été établie à partir : d un guide national, réalisé par le CNIDEP et les organisations professionnelles-pôles

Plus en détail

SOMMAIRE 5- BOULANGERIE, PATISSERIE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4 II - REPRESENTATIVITE...6

SOMMAIRE 5- BOULANGERIE, PATISSERIE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4 II - REPRESENTATIVITE...6 5. BOULANGERIE, PATISSERIE SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...4 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...4 I.2 - MATIERES PREMIERES...4 I.3 - PRODUITS UTILISES...4 I.4 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...4

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DES CUISINES PROFESSIONNELLES

ASSAINISSEMENT DES CUISINES PROFESSIONNELLES ETAT DE VAUD Département de la sécurité et de l environnement DIRECTIVE CANTONALE DCPE 560 DECEMBRE 2005 ASSAINISSEMENT DES CUISINES PROFESSIONNELLES Section assainissement industriel, Rue du Valentin

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Innovation de séparateur à graisse

Innovation de séparateur à graisse I. Introduction Le déversement des résidus graisseux dans les réseaux d égouts et les stations d épuration constitue un problème majeur dans la gestion des filières de traitement des eaux usées (nuisances

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Document SODEXO Réservé à un usage pédagogique LE CONTEXTE. Améliorer la Qualité des eaux usées et pluviales. Règlementaire. Le Better Tomorrow Plan

Document SODEXO Réservé à un usage pédagogique LE CONTEXTE. Améliorer la Qualité des eaux usées et pluviales. Règlementaire. Le Better Tomorrow Plan Consommation d'eau Améliorer la Qualité des eaux usées et pluviales LE CONTEXTE Règlementaire D après l article 29.2 du règlement sanitaire départemental type, il est interdit de rejeter à l égout toute

Plus en détail

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE

VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE VADE MECUM DU RESEAU EAU USEE ET EAU PLUVIALE LE RACCORDEMENT AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT : UNE OBLIGATION LEGALE L étanchéité parfaite est la qualité principale d un réseau d assainissement. Elle

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ET D ENTRETIEN DE VOTRE SYSTEME

GUIDE D UTILISATION ET D ENTRETIEN DE VOTRE SYSTEME SIAEPA des Sources de la Varenne et de la Béthune Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Siège : Mairie 76680 Saint Martin Osmonville Bureau : 11 Chemin de la Varenne 76680 SAINT MARTIN

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

Rejets des entreprises artisanales. Réglementation applicable pour les rejets en réseau d assainissement collectif 2014

Rejets des entreprises artisanales. Réglementation applicable pour les rejets en réseau d assainissement collectif 2014 Rejets des entreprises artisanales Réglementation applicable pour les rejets en réseau d assainissement collectif 2014 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT

QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT Autorisations et conventions de raccordement pour effluents non domestiques QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT A retourner à : COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES COTEAUX DU VEXIN 80, rue des Coutures 78520 Limay Tél

Plus en détail

N CAMAC Commune : District : Adresse : N parcelle (s) : Secteur (s) de protection des eaux : [_] A [_] B [_] C [_] S

N CAMAC Commune : District : Adresse : N parcelle (s) : Secteur (s) de protection des eaux : [_] A [_] B [_] C [_] S 1 EAUX RESIDUAIRES, MATIERES DANGEREUSES, DECHETS SPECIAUX 64 Industrie, artisanat et commerce Service responsable (eaux résiduaires, déchets spéciaux) Nombre d'exemplaires : 3 Département de la sécurité

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

Pour nous joindre, retrouvez nos coordonnées en dernière page.

Pour nous joindre, retrouvez nos coordonnées en dernière page. DCEI Expertises Bureau d études spécialisé dans les diagnostics immobiliers pour Ventes ~ Locations ~ Travaux ~ Démolitions Amiante ~ Plomb ~ Gaz ~ Termites ~ Carrez ~ Electricité ~ DPE ~ ERNT ~ Assainissement

Plus en détail

Commune de Saint-Aubin-Sauges

Commune de Saint-Aubin-Sauges Commune de Saint-Aubin-Sauges REGLEMENT CONCERNANT L EVACUATION ET LE TRAITEMENT DES EAUX (du 22 juin 1999) Commune de SaintAubin-Sauges Règlement concernant l évacuation et le traitement des eaux page

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

ETAT DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

ETAT DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT COLLECTIF SARL NEWTON 520 rue d Orroire 60400 NOYON Tél. : 03 44 41 01 38 Fax : 03 44 40 34 70 agendalain@orange.fr 1 er réseau national ETAT DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Article L2224-8 du Code

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES. Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux

COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES. Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux Édition janvier 2009 2 REGLEMENT D'APPLICATION DU PLAN GENERAL D'EVACUATION DES EAUX Chapitre 1 Dispositions générales

Plus en détail

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COMMUNE DE SAINT DIDIER DES BOIS

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COMMUNE DE SAINT DIDIER DES BOIS REGLEMENT D ASSAINISSEMENT COMMUNE DE SAINT DIDIER DES BOIS SOMMAIRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 : Objet du règlement ARTICLE 2 : Règles d usage du service d assainissement ARTICLE 3 : Descriptif

Plus en détail

Stations de traitement des effluents

Stations de traitement des effluents Stations de traitement des effluents Laboratoires - Morgues - Médecine nucléaire Blanchisserie et stérilisation - Industriel Stations de traitement des effluents 2 Le traitement d'effluents liquides en

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE?

COMMENT CHOISIR UNE FILIERE? Plusieurs paramètres sont à considérer avant de choisir et dimensionner le dispositif d assainissement : L aptitude du sol : perméabilité, hauteur et nature de la couche rocheuse, niveau de remontée de

Plus en détail

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire!

L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! N OUBLIEZ PAS! L entretien régulier de l assainissement individuel est à la charge de l usager! Il s agit d une obligation réglementaire! En entretenant régulièrement votre assainissement, vous participez

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif. Réunion d information Marmagne 18 septembre 2014

Service Public d Assainissement Non Collectif. Réunion d information Marmagne 18 septembre 2014 Service Public d Assainissement Non Collectif Réunion d information Marmagne 18 septembre 2014 TERRITOIRE COMMUNAUTAIRE 95 610 habitants sur 27 communes 3 900 foyers non raccordés au réseau public soit

Plus en détail

Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif

Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif Guide d utilisation et d entretien de mon système d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 1, rue d Orfeuil 51000 Châlons-en-Champagne Tél : 03 26 69 38 68 Fax : 03

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SPANC Communauté de Communes de Ventadour Carrefour de l Epinette 19550 LAPLEAU Tel : 05 55 27 69 26 o-gaudy@cc-ventadour.fr CHAPITRE I : DISPOSITIONS

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

LES DECHETS La liste des déchets établit une nomenclature pour les déchets dangereux et non dangereux. Cette liste unique est définie dans l annexe II du décret n 2002-540 du 18 avril 2002. Les déchets

Plus en détail

systèmes de séparation des eaux usées contenant des Graisses

systèmes de séparation des eaux usées contenant des Graisses systèmes de séparation des eaux usées contenant des Graisses séparateur de graisses FriWa -fat Généralités Lorsque des graisses d origine animale et des huiles d origine végétale se solidifient dans les

Plus en détail

Règlement intercommunal d assainissement non collectif

Règlement intercommunal d assainissement non collectif Règlement intercommunal d assainissement non collectif Chapitre I : Dispositions générales Article 1 er Objet du règlement L objet du présent règlement est de déterminer les relations entre les usagers

Plus en détail

Commune des Ponts-de-Martel

Commune des Ponts-de-Martel Commune des Ponts-de-Martel R E G L E M E N T C O M M U N A L D A P P L I C A T I O N D U P L A N G E N E R A L D E V A C U A T I O N D E S E A U X ( P G E E ) du 23 janvier 2012 (date de la sanction du

Plus en détail

1.1. Réglementation et règles de l art

1.1. Réglementation et règles de l art Afin d assurer la qualité de l assainissement collectif, la loi a donné l obligation aux particuliers de se raccorder au réseau d eaux usées lorsqu il est en place. Pour faciliter en pratique la réalisation

Plus en détail

Assainissement. Collectif. Le manuel. du parfait. raccordé

Assainissement. Collectif. Le manuel. du parfait. raccordé Assainissement Collectif Le manuel raccordé du parfait Pourquoi un réseau d assainissement? Depuis le Moyen-Age, l homme s est toujours préoccupé du problème de l élimination des eaux usées domestiques.

Plus en détail

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT DE LA COMMUNE DE MELISEY

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT DE LA COMMUNE DE MELISEY REGLEMENT D ASSAINISSEMENT DE LA COMMUNE DE MELISEY Article 1 : Objet L objet du présent règlement est de définir les conditions et modalités auxquelles est soumis le déversement des eaux dans les réseaux

Plus en détail

RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Chapitre I er Dispositions générales Article 1. Objet du règlement L objet du présent règlement est de déterminer les relations entre les usagers

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

Chapitre I Dispositions générales

Chapitre I Dispositions générales Chapitre I Dispositions générales Article 1 : Objet du règlement L objet du présent règlement est de déterminer les relations entre les usagers du Service Public de l Assainissement Non Collectif (SPANC)

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES RÈGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er : Objet du règlement L objet du présent règlement est de déterminer les relations entre les

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

S P A N C SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

S P A N C SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF S P A N C SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF *-*-*-*-* REGLEMENT DU SERVICE SOMMAIRE Chapitre 1 Dispositions générales Art.1 - Objet du règlement Art.2 - Autres prescriptions Art.3 - Définitions

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Eaux usées Fosses septiques

Eaux usées Fosses septiques EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Fosses septiques Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eau qui a été utilisée pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau dans

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU SUD MORVAN. Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU SUD MORVAN. Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU SUD MORVAN Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC SOMMAIRE Chapitre I er : Dispositions générales... 4 Article 1 : Objet du règlement... 4 Article 2

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) REGLEMENT DU SERVICE Janvier 2013 Mairie de Breteil 13, rue de Montfort 35160 BRETEIL Tél. : 02.99.06.01.01. Mél : mairie@breteil.fr COMMUNE DE

Plus en détail

COMMUNE DE CIVENS REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

COMMUNE DE CIVENS REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT COLLECTIF COMMUNE DE CIVENS REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Indice de création / révision Adopté lors de la réunion du Conseil Municipal du V1-Création 01/03/2012 1/13 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

Règlement du Service d Assainissement Collectif

Règlement du Service d Assainissement Collectif Règlement du Service d Assainissement Collectif Article 1. Objet du règlement Le présent règlement a pour objet de présenter les modalités et les conditions d utilisation et de gestion du réseau d assainissement

Plus en détail

Le Service Public de l Assainissement Non Collectif

Le Service Public de l Assainissement Non Collectif Le Règlement du Service Public de l Assainissement Non Collectif LES MOTS POUR SE COMPRENDRE Vous désigne le client c est-à-dire toute personne, physique ou morale, bénéficiant du Service Public de l Assainissement

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

ARTISANS, EAUX USEES ET ENVIRONNEMENT

ARTISANS, EAUX USEES ET ENVIRONNEMENT ARTISANS, EAUX USEES ET ENVIRONNEMENT Collaboration avec les collectivités Philippe MUCCHIELLI, Directeur du CNIDE Centre National d Innovation pour le Développement durable l Environnement dans les Petites

Plus en détail

Service. d Assainissement Collectif Communal. Réglement

Service. d Assainissement Collectif Communal. Réglement Service d Assainissement Collectif Communal Réglement 1 CHAPITRE I : Dispositions Générales ARTICLE 1 OBJET DU RÈGLEMENT L objet du présent règlement est de définir les conditions et modalités auxquelles

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DES PISCINES ET BASSINS D AGREMENT

ASSAINISSEMENT DES PISCINES ET BASSINS D AGREMENT DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 501 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT Décembre 2007 DIRECTIVE CANTONALE ASSAINISSEMENT DES PISCINES ET BASSINS D AGREMENT Section assainissement

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF

REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF COMMUNE DE BERRIAS-ET-CASTELJAU REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Approuvé par délibération des conseils municipaux du 14 mars et du 11 avril 2012 modifié par délibérations le 20 juin

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales

Règlement du SPANC. Chapitre 1 er : Dispositions Générales 1 REGLEMENT DU SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) Sommaire Chapitre 1 er : Dispositions Générales Article 1 er : Assainissement non collectif : Article 2 : Objet du règlement : Article

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) REGLEMENT INTERIEUR DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) CHAPITRE 1 : Dispositions générales Article 1 Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne tout

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

REGLEMENT DE SERVICE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC)

REGLEMENT DE SERVICE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) REGLEMENT DE SERVICE DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES 2 ARTICLE 1 Objet du règlement 2 ARTICLE 2 Champ d application territorial 2 ARTICLE 3 Définitions

Plus en détail

Schéma d une station d épuration

Schéma d une station d épuration Schéma d une station d épuration 14 2 11 1 9 1 Relevage - dégrillage 2 Dessableur - déshuileur 3 Réacteur biologique 4 Clarificateur 5 Cuve à eau de service 6 Cave à boues 7 Dégazeur 6 7 8 4 Toutes nos

Plus en détail

Guide d utilisation et d entretien d une installation d assainissement non collectif

Guide d utilisation et d entretien d une installation d assainissement non collectif Guide d utilisation et d entretien d une installation d assainissement non collectif Conseils d utilisation Afin d assurer la pérennité et le bon fonctionnement de la filière d assainissement non collectif

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Demande à compléter par le propriétaire

Plus en détail

COMMUNE DE LAMOTHE-CAPDEVILLE REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

COMMUNE DE LAMOTHE-CAPDEVILLE REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT COLLECTIF COMMUNE DE LAMOTHE-CAPDEVILLE REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Le règlement du service désigne le document établi par la collectivité et adopté par délibération du 22/11/2010 ; il définit

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU MONT D'OR ET DES DEUX LACS

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU MONT D'OR ET DES DEUX LACS COMMUNAUTE DE COMMUNES DU MONT D'OR ET DES DEUX LACS 2, rue de la Seigne 25 370 LES HOPITAUX-VIEUX- Tél: 03 81 49 10 30 Fax: 03 81 49 23 50 Règlement du Service Public d'assainissement Non-Collectif APPLICABLE

Plus en détail

REGLEMENT SPANC COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CASTELBRIANTAIS

REGLEMENT SPANC COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CASTELBRIANTAIS REGLEMENT SPANC COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CASTELBRIANTAIS Vu pour être annexé à l'arrêté municipal du 16 août 2006 rendant applicable le du règlement du Service Public d'assainissement Non Collectif (SPANC)

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

Eaux usées Centre de traitement

Eaux usées Centre de traitement EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Centre de traitement Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eaux qui ont été utilisées pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif DIRECTION DE L EQUIPEMENT RURAL ET DE L AGRICULTURE Service d Assistance à l Assainissement Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif GÉNÉRALITÉS Demandeur

Plus en détail

P L A N L O C A L D ' U R B A N I S M E

P L A N L O C A L D ' U R B A N I S M E D é p a r t e m e n t d e l O i s e C O M M U N E D E M O N T J A V O U L T P L A N L O C A L D ' U R B A N I S M E N O T E S U R L E S R E S E A U 8.2 Vu pour être annexé à la délibération en date du:

Plus en détail

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide)

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Sommaire Communiqué : le raccordement au réseau public d

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF

REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Commune Du BUISSON DE CADOUIN REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Le règlement du service désigne le document établi par la collectivité et adopté par délibération du 3 Février 2011 ; il

Plus en détail

03 80 20 16 73 03 80 20 19 51 cccbo21@orange.fr SOMMAIRE MAIRE

03 80 20 16 73 03 80 20 19 51 cccbo21@orange.fr SOMMAIRE MAIRE COMMUNAUTE DE COMMUNES 4 allée des Cordiers 21360 BLIGNY-SUR-OUCHE 03 80 20 16 73 03 80 20 19 51 cccbo21@orange.fr REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) SOMMAIRE MAIRE CHAPITRE

Plus en détail

RÈGLEMENT du Service d Assainissement Collectif

RÈGLEMENT du Service d Assainissement Collectif RÈGLEMENT du Service d Assainissement Collectif Sommaire CHAPITRE I : Généralités P 4 8 CHAPITRE II : Les Eaux Usées Domestiques P 8 12 CHAPITRE III : Les Installations Sanitaires Intérieures P 12 14

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

REGLEMENT SUR LES EAUX USEES

REGLEMENT SUR LES EAUX USEES 15 mars 1972 REGLEMENT SUR LES EAUX USEES LE CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS vu la loi cantonale sur les constructions, du 12 février 1957, et son règlement d'application, du 12 novembre

Plus en détail

Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux

Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux Page 1 / 6 Rapport technique / domaine de l environnement Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux Rédaction : Dessimoz Guillaume / Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 08 octobre

Plus en détail

Règlement d assainissement non collectif

Règlement d assainissement non collectif Règlement d assainissement non collectif www.strasbourg.eu Edition 2011 SOMMAIRE CHAPITRE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES....................... 2 CHAPITRE II - PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES APPLICABLES À L ENSEMBLE

Plus en détail

Communauté de Communes Bugeat-Sornac, Millevaches au Coeur Le bourg 19170 St Merd les Oussines

Communauté de Communes Bugeat-Sornac, Millevaches au Coeur Le bourg 19170 St Merd les Oussines Marchés Publics de Services Communauté de Communes Bugeat-Sornac, Millevaches au Coeur Le bourg 19170 St Merd les Oussines Entretien des installations d assainissement non collectif du territoire Cahier

Plus en détail

REGLEMENT DU SPANC (prestations du service limitées au contrôle des installations)

REGLEMENT DU SPANC (prestations du service limitées au contrôle des installations) REGLEMENT DU SPANC (prestations du service limitées au contrôle des installations) CHAPITRE I er Dispositions générales Article 1 er : Objet du règlement L objet du présent règlement est de déterminer

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

Mairie de Mallemoisson

Mairie de Mallemoisson Mairie de Mallemoisson Place de la République - B.P 28 Tél : 04.92.34.65.03 04510 MALLEMOISSON Fax : 04.92.34.77.23 E-mail : mairiemallemoisson@wanadoo.fr Site internet : www.mairie-mallemoisson.fr RÈGLEMENT

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail