La Pologne et le génocide des Juifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Pologne et le génocide des Juifs"

Transcription

1 La Pologne et le génocide des Juifs Par Jean-Charles Szurek 1 Longtemps, le génocide des Juifs, en particulier les relations judéo-polonaises sous l Occupation allemande, ont fait l objet d oublis ou de multiples occultations en Pologne, pays, pourtant, où il a été accompli par les nazis dans sa phase ultime. C est en Pologne que furent érigés les camps d extermination (ou «centres de mise à mort» selon la terminologie de Raul Hilberg) des Juifs européens, y compris des Juifs polonais. Il y a plusieurs raisons à ces oublis. La dimension inouïe du drame polonais d abord. L Etat polonais cesse d exister à la suite de la double agression allemande et soviétique de septembre Les pertes humaines et matérielles de la Pologne ont été immenses durant la Deuxième guerre mondiale. A la fin de la guerre, elle a perdu plus de cinq millions de citoyens (dont trois millions de Juifs), ses élites ont été massivement décimées, sa capitale, Varsovie, détruite. Dans ce contexte, l opinion polonaise, très durement éprouvée, n était pas prédisposée à distinguer les victimes : au regard des crimes perpétrés contre la nation polonaise, ceux commis contre les Juifs semblaient receler une différence de degré, non de nature. Cette perception n est d ailleurs pas propre à la Pologne. Le camp socialiste qui se met en place, URSS en tête, met d abord en avant, dans son écriture de l histoire de la guerre, une perspective antifasciste et nationale qui ne fait guère de place aux victimes considérées comme «secondaires», avant tout les victimes juives. L antifascisme d après-guerre n est plus le même que celui des mobilisations d avant-guerre : il sert avant tout au camp soviétique d instrument de propagande en faveur des Démocraties populaires naissantes et dénonce toutes les oppositions à la soviétisation. En Pologne, c est au nom de l antifascisme qu est combattu le Parti Paysan Polonais, principal parti d opposition dirigé par Stanislaw Mikolajczyk, ainsi que l Eglise. Et comme le fascisme avait agressé une partie importante des nations européennes, dont les Juifs étaient des citoyens, il en a résulté un message massif, diffusé dans les médias, les manuels scolaires et les musées qui indiquaient que les victimes de Hitler avaient été des Soviétiques, des Polonais, des Français, des Belges, des Grecs et d autres nations. Les victimes juives étaient à peine mentionnées : elles étaient présentes, dans les énumérations, en dernière position car le mot Juifs, en polonais commence avec un Z (Zydzi). Dans cette écriture dominante de l antifascisme il n est que de voir le dispositif muséologique du musée d Auschwitz de 1947 à , les raisons de l occultation du génocide des Juifs sont cumulées. En mettant en avant des victimes nationales, les autorités communistes polonaises parlent avant tout des Soviétiques et des Polonais, principales victimes de la guerre pour elles. En informant que les victimes 1 Cf. Jean-Charles Szurek, «Le camp-musée d Auschwitz», in A l Est, la mémoire retrouvée, co-dir., préface de Jacques Le Goff, éd. La Découverte, 1990, pp

2 des centres de mise à mort étaient des Grecs, des Français, des Polonais ou des Russes (cas d un manuel scolaire de 1949), les responsables omettaient tout simplement que ces victimes étaient juives. La volonté de promouvoir les résistants et les combattants prédominait également. Seule l insurrection du ghetto de Varsovie, en avril 1943, parce qu elle exprimait la résistance, était incluse dans l écriture nationale. Elle a été souvent même «polonisée», c est-à-dire incorporée dans les cycles historiques des insurrections nationales polonaises alors que la Résistance polonaise n avait apporté qu une aide très limitée aux insurgés. L écriture de l histoire du génocide des Juifs en Pologne n est cependant pas réductible aux messages de masse sus décrits. En fait, deux institutions, à caractère beaucoup plus restreint, diffusent des recherches qui font une large place à la destruction des Juifs sur le sol polonais. Il s agit d une part de la Commission d investigation des crimes allemands en Pologne et d autre part de l Institut Historique Juif. La Commission d investigation des crimes allemands en Pologne naît par décret du gouvernement communiste le 10 novembre Elle met au jour d innombrables crimes allemands et découvre plusieurs milliers de criminels de guerre nazis, alimentant, notamment, les procès en Pologne de Rudolf Hoess, commandant du camp d Auschwitz, Ludwig Fischer, gouverneur du district de Varsovie, et Arthur Greiser, gauleiter du Wartheland. Son premier bulletin, paru en 1946, établit avec une grande exactitude la différence entre camps d extermination, camps de concentration, camps de travail. Les descriptions très précises des camps d Auschwitz, de Treblinka et de Chelmno, ne laissent aucun doute quant au fait que ces camps ont exclusivement servi de centre de mise à mort pour les Juifs. L Institut Historique Juif se consacre principalement au recueil de témoignages de rescapés juifs. Par des protocoles d enquête appropriés, il élabore l un des fonds d archives les plus importants de la Shoah, le principal concernant la destruction des Juifs en terre polonaise. Il abrite aujourd hui plus de 6500 témoignages et 300 mémoires. Ces documents constituent l une des sources les plus importantes, sinon la plus importante, pour connaître le sort des Juifs en Pologne pendant la guerre, leurs conditions d (in)existence, leurs stratégies de survie, leurs relations avec le monde environnant 1. De ces documents, des ouvrages mondialement connus sont issus, tels la Chronique du ghetto de Varsovie d Emmanuel Ringelblum 2, les Archives d Emmanuel Ringelblum 3 ou le Journal de Calel Perechodnik 4. 1 Pour une description des conditions initiales du travail des historiens juifs, cf. Jean-Charles Szurek, «Etre témoin sous le stalinisme : les premières années de l Institut Historique Juif de Varsovie», in Bechtel D., Patlagean E., Szurek J.C., Zawadzki P., (dir.), Ecriture de l Histoire et Identité Juive. L Europe ashkénaze, XIXème-Xxème siècle, Paris, éd. Les Belles Lettres, 2003, pp Emmanuel Ringelblum, Chronique du ghetto de Varsovie, Robert Laffont, La version française mériterait d être intégralement reprise car la traduction en cours a été établie à partir de l anglais et ne constitue qu une sélection du texte initial. 3 Archives clandestines du ghetto de Varsovie, tome 1 : Lettres sur l anéantissement des Juifs de Pologne, tome 2 : Les enfants et l enseignement clandestin dans le ghetto de Varsovie, éd. Fayard-BDIC, Calel Perechodnik, Suis-je un meurtrier?, Liana Levi, 1995.

3 Malgré ces institutions, l oubli du sort des Juifs pendant la guerre et une écriture polonisée de leur extermination prédominent durant la période communiste. Au point que lorsque la revue de l intelligentsia catholique Znak, organe de l opposition légale au pouvoir communiste, organise, en 1970, un des tout premiers débats «entre catholiques polonais et protestants allemands, venus de RDA, sur la signification d Auschwitz, les Juifs n y sont tout simplement pas mentionnés. Comme l écrira en 1983 Stefan Wilkanowicz, l un des artisans du dialogue judéo-chrétien : Pendant de nombreuses années, Auschwitz fut pour nous avant tout un problème polono-allemand. Chez les uns, il provoquait de la haine, chez les autres, le besoin de la dominer et la nécessité de construire un avenir qui pourrait nous protéger d un recommencement. C est comme si le problème juif n existait pas. Les Juifs avaient été là, ils étaient morts on peut le regretter et compatir ou respirer avec soulagement mais que faire? Les Juifs aussi ne semblaient pas s intéresser à Auschwitz, si bien que le cercle paraissait se refermer.» 1 Au cours des années 1980, cet oubli est réparé par trois événements qui secouent l opinion polonaise : la diffusion en Pologne du film Shoah de Claude Lanzmann (1985), la publication de l article «Les pauvres Polonais regardent le ghetto» de Jan Blonski (1987), premier intellectuel polonais à poser la question de la coresponsabilité polonaise dans le génocide, et l affaire du carmel d Auschwitz qui, commencée en 1984, atteindra plusieurs points d orgue, notamment en août 1989 lors du discours du cardinal Glemp qui, dans une apostrophe aux «Juifs», établissait «une mémoire géographique» du site, puis dans les années Chacun de ces événements pose crûment et avec âpreté la question de l histoire refoulée. La discussion qui s engage autour de Shoah se révèle particulièrement féconde, dans la presse officielle comme dans la presse clandestine, où elle donne lieu à des prises de positions de générations qui n ont pas connu la guerre et dont les questionnements paraissent débarrassés du poids du passé 2. Il est remarquable qu en l absence de groupes porteurs de la mémoire juive, ce soient les milieux catholiques, regroupés autour de Znak, Wiez et Tygodnik Powszechny qui, par leurs publications et diverses actions, convoquent la présence juive en terre polonaise. Dans les conflits entre la mémoire juive et la mémoire polonaise des années 1980, ces milieux catholiques tentent de comprendre les arguments de l autre partie et, diffusant largement ses textes, se font les porteurs de la mémoire juive 3. Ainsi la revue Znak publie-t-elle en 1990 un numéro consacré au conflit lié à la présence des carmélites à Auschwitz, dans lequel les rédacteurs se livrent à une réflexion sur leur propre amnésie du fait juif. Le même Stefan Wilkanowicz écrit alors un article intitulé «Auschwitz, problème des Allemands, des Polonais et Juifs» 4. 1 Stefan Wilkanowicz, «Problem Oswiecimia» (Le problème d Auschwitz), Tygodnik Powszechny, 5 novembre Cf. Jean-Charles Szurek, «De la question juive à la question polonaise», in Au sujet de Shoah, le film de Claude Lanzmann, éd. Belin, 1990, pp Jean-Charles Szurek, «Les juifs et le judaïsme dans les revues catholiques polonaises Znak et Wiez», in Patrick Michel (dir.), Les Religions à l Est, Paris, éd. du Cerf, 1992, pp Stefan Wilkanowicz, «Auschwitz, problème des Allemands, des Polonais et des Juifs», Znak, n , avril-mai 1990.

4 Au cours de la dernière décennie ( ), l historien américain Jan Gross 1 a suscité en Pologne, avec trois ouvrages marquants, Les Voisins 2 (2000), La Peur 3 (2008) et Zlote zniwa 4 (moisson d or), des débats d ampleur nationale qui ont conduit à un réexamen global des relations judéo-polonaises sous l Occupation. Les Voisins est certainement l ouvrage qui a le plus marqué l opinion polonaise. Il porte sur un massacre perpétré par une partie notable des habitants polonais de la bourgade de Jedwabne (est de la Pologne) à l encontre de la quasi-totalité de leurs voisins juifs le 10 juillet Ce qui a choqué l opinion, c est que, en Pologne, pays-martyr de la 2ème guerre mondiale, pays sans Pétain ni Quisling, fort d une résistance clandestine de personnes (la fameuse Armia Krajowa, l Armée du Pays), il ait pu y avoir des tueries de Juifs dont le pillage constituait la motivation principale. L Institut de la Mémoire nationale, institution chargée d enquêter sur les crimes commis contre la nation polonaise par le régime communiste et les nazis (elle abrite les archives de la Commission d investigation des crimes allemands en Pologne), se chargea de vérifier les propos de Jan Gross en demandant à plusieurs historiens d examiner les faits. Un gros ouvrage de deux volumes en résulta qui établit qu une vingtaine de massacres antijuifs eut lieu à l est de la Pologne à la même époque 5. C était un acte d Etat, tout comme la repentance officielle que manifesta le président de la République, Aleksander Kwasniewski, qui se rendit à Jedwabne le 10 juillet 2001, pour demander pardon au nom du peuple polonais pour ce crime. Depuis lors, une nouvelle génération d historiens polonais est née, regroupée, sous la houlette de Barbara Engelking, chercheuse à l Académie des Sciences de Pologne, autour d une revue annuelle, Zaglada Zydow (Extermination des Juifs), excellente depuis son premier numéro paru en Ces nouveaux historiens abordent de façon frontale, décomplexée, les relations judéopolonaises sous l Occupation allemande, s interrogeant, à partir de nouvelles sources, sur les raisons du très faible taux de survie des Juifs en Pologne pendant la guerre : à Juifs ont survécu en Pologne même. En 2011, deux ouvrages issus de ce milieu, après de nombreuses autres publications (sur la délation, sur le ghetto de Varsovie notamment), ont mis en évidence le rôle de paysans polonais dans la chasse aux Juifs qui ont fui les ghettos, les trains de la mort ou qui ont tenté de se cacher 6. Des paysans polonais portent une responsabilité 1 Professeur à l Université de Princeton, Jan Gross a quitté la Pologne en Jan Gross, Sasiedzi. Historia zaglady zydowskiego miasteczka (Les Voisins. Histoire de l extermination d une bourgade juive), éd. Sejny, 2000, version française : Les voisins. 10 juillet Un massacre de Juifs en Pologne, Fayard, Jan Gross, Strach. Antysemityzm w Polsce tuz po wojnie. Historia moralnej zapasci (La Peur. L antisémitisme en Pologne dans l immédiat après-guerre. Histoire d une faillite morale), éd. Znak, 2008, version française : la peur. L antisémitisme en Pologne après Auschwitz, Calmann-Levy, Jan Gross, en collaboration avec Irena Grudzinska- Gross, Zlote zniwa (Moisson d or), éd. Znak, Pawel Machcewicz et Krzysztof Persak (dir.), Wokol Jedwabnego (Autour de Jedwabne), 2002, 2 volumes, 1700 pages. 6 Barbara Engelking, Jest taki piekny sloneczny dzien Losy Zydow szukajacych ratunku na wsi polskiej ( C est une si belle journée ensoleillée. Le destin des Juifs cherchant de l aide dans la campagne polonaise ), éd. Stowarzyszenie Centrum badan nad zaglada Zydow, 2011 ; Jan Grabowski, Judenjagd.Polowanie na Zydow Studium dziejow pewnego powiatu (Judenjagd. Histoire d une région), éd. Stowarzyszenie Centrum badan nad zaglada Zydow, 2011.

5 directe ou indirecte dans la mort de plusieurs dizaines de milliers de Juifs au cours de cette phase du génocide ( ). Ces travaux ont aussi fait l objet d un grand débat public. Les relations judéo-polonaises durant la Deuxième guerre mondiale sont désormais devenues l un des chantiers principaux des historiens polonais.

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique

Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique www.gersi.umontreal.ca LES CHRONIQUES DU GERSI volume 1 numéro 2 (mars 2005) Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique Le soixantième anniversaire de la libération d Auschwitz

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

Un livre du souvenir À la recherche d une famille juive décimée en Pologne

Un livre du souvenir À la recherche d une famille juive décimée en Pologne Françoise Milewski Un livre du souvenir À la recherche d une famille juive décimée en Pologne Préface de Théo Klein UN SITE WEB POUR PROLONGER CE LIVRE Si la narration de l histoire familiale constitue

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises 1 Dossier VI Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises A/ Les guerres au XX ème siècle 1 La Première Guerre mondiale (la «Grande Guerre») a) Quelles sont

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko.

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Né en 1906 et mort à Moscou en 1975, Dimitri Chostakovitch est un compositeur russe et un pianiste majeur du 20

Plus en détail

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté Collège René Long 74 540 Alby-sur-Chéran Page 1 Brevet blanc d Histoire et d Education Civique * Durée : 2 heures * Présentation et Orthographe : 4 points * Le candidat/ la candidate traitera l un de deux

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

Voyage de mémoire. La Pologne. Du 2 au 7 mars 2014

Voyage de mémoire. La Pologne. Du 2 au 7 mars 2014 Voyage de mémoire La Pologne Du 2 au 7 mars 2014 Table des matières AVANT-PROPOS 3 LE PROGRAMME DU VOYAGE 4 LA SHOAH EN POLOGNE 5 CARTE DE LA POLOGNE 6 CRACOVIE 7 LE QUARTIER JUIF (CASIMIR) 7 8 L ANCIEN

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE

Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE Ressources pour Faire la classe MÉMOIRE ET HISTOIRE DE LA SHOAH À L ÉCOLE Ressources pour faire la classe Mémoire et histoire de la Shoah à l école Ministère de l Éducation nationale Pour aller plus loin

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

COMMENT EN ARRIVE-T-ON LÀ?

COMMENT EN ARRIVE-T-ON LÀ? COMMENT EN ARRIVE-T-ON LÀ? n o 12 / 2014 document réalisé par le Conseil régional d Île-de-france PAGE 2 la parole à Jean-Paul Huchon, président de la Région PAGE 6 un discours historique Jacques Chirac

Plus en détail

ETUDE COMPAREE DE VALSE AVEC BACHIR ET DE SHOAH

ETUDE COMPAREE DE VALSE AVEC BACHIR ET DE SHOAH ETUDE COMPAREE DE VALSE AVEC BACHIR ET DE SHOAH Le point de départ de cette étude se situe autour de la question du documentaire. En effet, Ari Folman classe son film dans la catégorie du documentaire

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS

QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS QUESTIONS FRÉQUENTES MÉMORIAL DE LA SHOAH, PARIS Quand on parle de Shoah, de quoi et de quelle période historique parlet-on? Shoah est un terme hébreu signifiant catastrophe. Il est utilisé pour caractériser

Plus en détail

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes.

CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. INTRODUCTION ET RAPPELS Comme la Première Guerre mondiale, la seconde est une Guerre Totale qui implique

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail

Et puis les touristes

Et puis les touristes Et puis les touristes [Am Ende kommen Touristen] film de Robert Thalheim Projections scolaires À travers «Et puis les touristes», Robert Thalheim, interroge de façon complexe et décalée notre rapport à

Plus en détail

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007 LA SHOAH Document du Mémorial de la Shoah. 2007 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, 5 à 6 millions de Juifs européens ont été assassinés par l Allemagne nazie et ses complices. Le nombre des victimes,

Plus en détail

1939-1945 : Les Allemands exterminent les Juifs

1939-1945 : Les Allemands exterminent les Juifs 1939-1945 : Les Allemands exterminent les Juifs Ivan JABLONKA Dans ce qui restera comme son chef-d œuvre, l historien Saul Friedländer retrace l exécution de la «solution finale de la question juive en

Plus en détail

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles

Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Histoire Thème I : L historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale Instructions officielles Les effets du contexte sur l élaboration des mémoires de la seconde Guerre mondiale en France. Les

Plus en détail

L ordre nazi : exploitation et extermination

L ordre nazi : exploitation et extermination C h a p i t r e 1 4 L ordre nazi : exploitation et extermination Point du programme Ce chapitre porte sur l occupation de l Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et l instauration d un ordre nouveau

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

Sommaire. Présentation de l exposition et informations pratiques...3. Contenu de l exposition. 4

Sommaire. Présentation de l exposition et informations pratiques...3. Contenu de l exposition. 4 Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier pédagogique Sommaire Présentation de l exposition et informations pratiques....3 Contenu de l exposition. 4 Les Juifs en Corrèze pendant la Seconde

Plus en détail

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 (Rappel : la maîtrise de la langue (orthographe et expression écrite) est notée sur 4 points) Pour la première partie, le candidat

Plus en détail

03 Contexte historique

03 Contexte historique 03 Contexte historique Samuel Robitchek, sa femme Ida, Mitzie Sicher et son mari Ernest posent devant le magasin de Samuel Robitchek, dans les années 1920. République Tchèque. Les communautés juives avant

Plus en détail

Critique littéraire de Emmanuel Le Roy Ladurie parue dans le Figaro Littéraire du 16/01/1997

Critique littéraire de Emmanuel Le Roy Ladurie parue dans le Figaro Littéraire du 16/01/1997 Critique littéraire de Emmanuel Le Roy Ladurie parue dans le Figaro Littéraire du 16/01/1997 HOLOCAUSTE : PEUT-ON ACCUSER LE PEUPLE ALLEMAND? Dans un ouvrage polémique, l'américain Daniel Goldhagen conclut

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr.

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr. La «Shoah» qu est-ce que c est? Un génocide. Presque six millions de morts. Difficile de réaliser. Personne peut-être ne parvient à le faire Contre toute attente, la Shoah s est aussi passée à Vire. Vingt

Plus en détail

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs À nous focaliser sur Auschwitz et le goulag généralement considérés comme les symboles adéquats, voire ultimes, du fléau des massacres collectifs,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Partenariat entre le Conseil Régional d Ile-de-France et le Mémorial de la Shoah

Partenariat entre le Conseil Régional d Ile-de-France et le Mémorial de la Shoah PROGRAMME DE SENSIBILISATION ET D INFORMATION DES ETABLISSEMENTS SUR L HISTOIRE DE LA SHOAH Actions 1 & 2 : Sensibilisation des professeur-e-s/formateurs-trices et documentalistes Le Mémorial de la Shoah

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

Rencontres, cinéma et histoire

Rencontres, cinéma et histoire Association Ciné 2000 Les Amis de la Résistance. L A.n.a.c.r CCAS et CMCAS de Corse 4ème cycle du Film «Résistance» : Rencontres, cinéma et histoire Mardi 17 Mai 2005 14h30 : Ouverture de la manifestation

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Roger Charland

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Roger Charland Compte rendu Ouvrage recensé : Devant l histoire. Les documents de la controverse sur la singularité de l extermination des Juifs par le régime nazi. coll. «Passages», Les Éditions du CERF, Paris, 1988,

Plus en détail

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale

Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 23 septembre 2014 Chapitre 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale Table des matières 1 L élaboration d une mémoire résistancialiste

Plus en détail

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : GUERRES MONDIALES ET RÉGIMES TOTALITAIRES CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) Pourquoi dit-on de la Première Guerre mondiale

Plus en détail

Les croyances antisémites dans la Pologne contemporaine

Les croyances antisémites dans la Pologne contemporaine Les croyances antisémites dans la Pologne contemporaine Jean-Yves POTEL Peu de chercheurs ont pris au sérieux le contenu des discours et contes sur lesquels s appuie l antisémitisme populaire dans la Pologne

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI enseigner l Holocauste? Publié en 2013 par l Organisation des Nations unies pour l éducation, la science et la culture

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LA VALORISATION DES LIEUX DE MEMOIRE DE LA SHOAH EN FRANCE, ENTRE MEMOIRE ET PATRIMOINE CULTUREL Mémoire

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008

DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE. Varsovie Mercredi 28 mai 2008 DISCOURS DE M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEVANT LA DIETE POLONAISE Varsovie Mercredi 28 mai 2008 Monsieur le Maréchal de la Diète, Monsieur le Maréchal du Sénat, Mesdames et Messieurs les Députés et

Plus en détail

Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité

Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité Journée de la mémoire de l Holocauste et de la prévention des crimes contre l Humanité Lycée Français de Varsovie Dossier réalisé par A. Léonard, professeur d Histoire-Géographie. «Il y a soixante ans,

Plus en détail

Histoire - Géographie

Histoire - Géographie BRUZ Histoire - Géographie Collège Pierre Brossolette Caen UNE JOURNÉE DANS L'HISTOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE Rennes CimetiEre allemand de LA CAMBE CimetiEre americain de Colleville O m a h a B

Plus en détail

Contre la loi Gayssot

Contre la loi Gayssot Madeleine Rebérioux http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article601 Contre la loi Gayssot par Madeleine Rebérioux [2] Allons d emblée à l essentiel. Quelles que soient les intentions de Roger Garaudy, les

Plus en détail

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Sommaire Histoire Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Séance 1 La Seconde Guerre mondiale, un affrontement aux dimensions planétaires Séance 2 Séance 3 La bataille

Plus en détail

Annette BECKER Penser et nommer les génocides : Raphaël Lemkin.

Annette BECKER Penser et nommer les génocides : Raphaël Lemkin. 1 Annette BECKER Penser et nommer les génocides : Raphaël Lemkin. En 1941, un juriste polonais ayant trouvé asile aux Etats-Unis, Raphaël Lemkin, prend connaissance du discours radiophonique prononcé le

Plus en détail

Le juge administratif entre histoire et mémoire: de résurgences de la période 1939-1945 dans le contentieux administratif actuel

Le juge administratif entre histoire et mémoire: de résurgences de la période 1939-1945 dans le contentieux administratif actuel Le juge administratif entre histoire et mémoire: de résurgences de la période 1939-1945 dans le contentieux administratif actuel Le lundi 24 janvier 2005, il y a près de trois ans jour pour jour, nous

Plus en détail

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I)

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) du 11 au 14 février 2010 G. Sabatier, Lycée Claude Fauriel et IUFM de Saint-Etienne (42) L objectif de ce compte-rendu

Plus en détail

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 Table des matières Préface de Victor Karady... 7 Introduction... 17 Chapitre i La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 La «seconde patrie du monde instruit»... 34 Un marché universitaire

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I :

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale?

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains

Marathon des lettres, du 1 er au 18 décembre 2011 Semaines de sensibilisation et d action autour des droits humains Aux enseignant e s intéressé e s par les activités d'amnesty International Berne, le 24 octobre 2011 10 DÉCEMBRE: JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS HUMAINS Madame, Monsieur, A l occasion de l anniversaire

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Le paradoxe français

Le paradoxe français C est l historien belge Maxime Steinberg qui a parlé d un «paradoxe français» au regard du bilan de la Shoah en Europe occidentale. Dans un article de 1993, il se demande pourquoi la France, pays ayant

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Partenariat entre le Conseil Régional d Ile-de-France et le Mémorial de la Shoah

Partenariat entre le Conseil Régional d Ile-de-France et le Mémorial de la Shoah PROGRAMME DE SENSIBILISATION ET D INFORMATION DES ETABLISSEMENTS SUR L HISTOIRE DE LA SHOAH Actions 1 & 2 : Sensibilisation des professeur-e-s/formateurs-trices et documentalistes Le Mémorial de la Shoah

Plus en détail

Le Journal d Anne Frank. De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs.

Le Journal d Anne Frank. De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs. Le Journal d Anne Frank De Julian Y. Wolf et Nagaoka Akiyoshi 1999. France/Grande-Bretagne/Irlande/Japon. 89 min. Animation. Couleurs. En juin 1942, Anne Frank fête ses 13 ans à Amsterdam. Son père lui

Plus en détail