Conception de produits innovants: proposition d une méthode pour favoriser la synergie entre le designer et l ingénieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception de produits innovants: proposition d une méthode pour favoriser la synergie entre le designer et l ingénieur"

Transcription

1 Conception de produits innovants: proposition d une méthode pour favoriser la synergie entre le designer et l ingénieur Kindlein Wilson.Jr. *, Ngassa Armand ** **Univeristité Federal de Rio Grande do Sul UFRGS, Porto Alegre, Brésil, Cordenation Perfectionnement du Personnel du Niveau Superieur- CAPES/BR ** Équipe de Recherche en Génie Industriel École Centrale de Lille Cité Scientifique BP Villeneuve d Ascq Cedex Résumé : Devant les enjeux que représente l innovation, les entreprises doivent se montrer proactives. Elles doivent faire preuve d adaptabilité devant un environnement changeant et concurrentiel. Aujourd hui, du fait de l augmentation de l offre, de l augmentation croissante de la qualité des produits commercialisés, de la baisse des prix de vente et des délais de production, la conception de produit ne peut plus être assurée par un seul acteur appartenant à un seul corps de métier (l ingénieur: l homme du bureau d étude par exemple). Différents acteurs de discipline doivent participer à l activité de conception de produit. D ou l intégration des métiers comme le designer, le coloriste, l ergonome, ect.. L intégration de la multiplicité des points de vue sur un seul support, le produit n est pas sans poser quelques problèmes. Comment faire dialoguer ces acteurs pour atteindre un même objectif? Dans cet article, nous proposons d illustrer cette difficulté de communication à travers deux acteurs phares de la conception, l ingénieur et le designer. Après avoir présenté ces deux métiers dans l activité de conception nous identifierons les connaissances et outils dont ils ont besoin. Nous proposerons une approche originale de support de dialogue (fruit d une collaboration entre deux laboratoires de génie industriel: français et brésilien), permettant de faciliter le dialogue entre ces deux acteurs, basée en partie sur le produit. Enfin nous proposerons un exemple d intégration de ce support appliquée aux principes de jonctions de produits industriels. Key Words : Conception, Connaissances, Design, Dialogue, Créativité 1

2 1. Introduction la conception un processus pluridisciplinaire La compétitivité actuelle au niveau des entreprises passe par l innovation. Le développement de l innovation est susceptible d apporter aux entreprises des avantages concurrentiels en terme de coût, d image de valeur. Contraintes aujourd hui d innover, elles doivent améliorer l efficacité de leur processus de conception conduisant à ce résultat. Pour cela l entreprise fera appel à toutes les ressources disponibles. C est ainsi que de nouveaux acteurs jusque là relégués aux phases avales de la conception sont aujourd hui introduits en amont du projet et doivent, du fait de certaines dimensions de leur activité, être considérés comme des concepteurs. Ainsi les représentants de la fabrication, de la maintenance, du marketing, et parfois même les sous-traitants sont encouragés à exprimer le plus tôt possible leur point de vue sur le produit [1]. Ce processus fait donc intervenir différentes disciplines et/ou métiers pour la prise en compte de leur point de vue dans la conception du produit. Déjà en 1991 A. AOUSSAT [2] clarifiait ce caractère pluridisciplinaire du processus de conception de produit en le définissant comme un axe horizontale. Chaque intersection avec une discipline verticale détermine un mode de représentation du produit et sa prise en compte dans ce processus par les acteurs spécialistes des différentes disciplines. Il propose d ailleurs l une des premières méthodologies présentant le séquencement et l organisation dans le temps de l apport de ces disciplines carrefour. Ainsi on retrouvera désormais parmi les ingénieurs (l homme du bureau d étude), les différents métiers de l entreprise comme le designer, ou l ergonome. Pour que cette activité de conception soit réellement partagée [3] elle doit en effet prendre en compte des différents points de vue de chacun des acteurs. Chaque acteur induisant cette activité par ses choix. Le produit final représente donc la somme des différents choix individuels. L enjeu sera donc de mettre en place des structures organisationnelles appropriées pour que tous les points de vue des acteurs aient la possibilité de converger et de concourir au développement de chaque niveau de solution du produit (figure 1). 2

3 S.P.I Conception de Produit S.E.S SPI (science pour l ingénieur), SHS (sciences humaine et sociales), SES (sciences économiques et sociales). S.H.S Figure 1 : Processus de conception de produit: principe de l équipe plateau synchronique. Du point de vue cognitif, la simultanéité et la mise en confrontation des points de vue de ces multiples participants, porteurs de logiques différentes et d expertises variées sont un point crucial de ces processus de conception collective [4]. Cette intégration de points de vue n est pas évident à mettre en ouvre et renforce la nécessité de mettre en place une nouvelle organisation de l activité de management de la conception. Nous allons illustrer cette problématique en mettant en lumières le point de vue de deux acteurs particuliers de la conception : il s agit de l ingénieur et du designer. 2. Le point de vue de l ingénieur : connaissances et point de vue technique dominant L ingénieur conçoit avant tout un produit technique ; c est dire un produit pour lui même, sans se soucier de l appropriation du produit par le consommateur final. Attention nous ne sous entendons pas ici que l ingénieur ne se soucie pas du client (ou du destinataire du produit). Nous voulons simplement souligner que ces soit, dans le point de vue de l ingénieur sur le produit et, ou dans son activité de conception, le client apparaît bien souvent comme un «paramètre» ou au pire une contrainte. L objet réel de son travail reste la performance technique dans le produit. L une des raisons, qu il ne nous appartient pas, évidemment, de juger ici, tient sans doute au fait qu il est, de par sa formation et des 3

4 problèmes professionnels qu il est sensé résoudre, l ingénieur paraît bien plus proche des caractéristiques physiques et techniques du produit que du marché auquel ce dernier est destiné Ce spécialiste fournit une réponse dans laquelle la vision fonctionnelle et technique du produit figure principalement [5], sans avoir nécessairement pris en compte les possibilités de modifications ou d améliorations lié à l usage ou à l environnement. C est la vision la plus communément adoptée pour représenter le processus de conception de produit. Durant les différentes phases du processus de conception, l ingénieur (l homme du bureau d étude et du bureau des méthodes) modélise le futur produit, à l'aide des conventions et d outils acquis lors de sa formation initiale et continue (dessins techniques, dessins d'ensemble, plans détaillés, plans de phase...). Dans ces représentations, le produit est d abord représenté à partir des capacités offertes par les modélisations scientifiques permettant de donner configuration et dimensionnement à ses principaux organes, en relation à leur capacité physique à être matérialisée. En s inspirant de méthodologies issues de l analyse de la valeur [6], dans les phases amont de la conception, l ingénieur travaille à partir d un dossier technique et économique caractérisant le futur produit (le cahier de charges fonctionnel). Il effectue alors de nombreux calculs afin de le dimensionner. Ce dimensionnement est lié aux contraintes et aux caractéristiques demandées par le client. Ces calculs se font à l'aide de différents logiciels de simulation. Ces logiciels sont fondés sur différentes approches ou théories scientifiques et font appel à une représentation du produit à travers des paramètres numériques. Le produit, à cet instant, est représenté par ce paramétrage qui revient à une sorte de «listing de chiffres». Ce listing décrit le produit et son comportement à travers une modélisation particulière. La compétence des ingénieurs est ici fortement liée à leur connaissance des logiciels de calculs et de la «dextérité» dont ils font preuve en les utilisant [7]. Par ailleurs, ces modalités de production des configurations entre organes et de leurs dimensionnement doivent pouvoir s appuiyer, sur une combinaison de plusieurs type de connaissances [8]. Or ces connaissances ne sont pas liés, elles sont compartimentés, nous distiguons : Les connaissances produits, qui constituent l ensemble des savoir susceptibles d être extraits par une analyse fine des produits existants. A ce niveau, la modélisation du produit, sous la 4

5 forme d un bloc diagramme fonctionnel par exemple, permet d identifier les fonctions remplies par ce dernier et les solutions techniques associées. Les connaissances scientifiques lié aux savoirs issues des principes physiques, chimiques, mathématiques (sciences de l ingénieur) qui représentent l étendue des connaissances scientifiques dont ont besoin les concepteurs. Les connaissances métiers : connaissances des matériaux (céramiques, polymères, métaux, etc.), de leurs procédés de fabrication, de leur mise en œuvre et des modalités de leur choix. Les connaissances documentaires ou l ensemble des connaissances issues des bases de données et des bases de brevets. Parce qu il est plus proche des caractéristiques physiques et techniques du produit, notre ingénieur utilisera donc, dans ce répertoire, des connaissances essentiellement techniques. 3. Le point de vue du designer : diversité des références et omniprésence de l utilisateur Les équipes projets, dans les processus de conception de produit, doivent prendre la mesure d un partenaire très particulier, dont on sait aujourd'hui à quel point la présence est cruciale pour le développement du produit : les futurs utilisateurs. Ils sont chacun différents selon la phase de vie du produit et ils doivent pouvoir exprimer leurs besoins relatifs à l'objet en cours de conception [9]. Le métier du designer, qui s intéresse avant tout aux usages, aux appropriations, aux modes de consommation, s inscrit pleinement dans cette perspective. Il revendique d abord le mode de vie du consommateur, ses habitudes, son comportement, son histoire. Son enjeu professionnel est d appréhender parfaitement le «fonctionnement» du consommateur afin de lui fournir le produit «idéal». La formation du designer couvre aussi bien les domaines scientifiques artistiques et littéraires [10]. Il étudie le fonctionnement du consommateur à travers la perception que ce dernier peut avoir du produit, aussi bien d un point de vue physiologique (identification des organes humains récepteurs liés à la perception) que psychologique (identification des relations étroites entre la perception, les sentiments et le comportement du consommateur) [11]. Pour cela, il déploie une panoplie d outils lié à la «mesure» de la perception (outils psychométriques, profils sensoriels) et de 5

6 la relation consommateur / produit (planches de tendance, planches d historique des produits, planches de familles de produits, etc.). Sa formation doit l amener également à se familiariser avec les matériaux et, en particulier, avec le champ élargi de matériaux disponibles (céramiques, polymères, métaux, etc.). Malgré la diversité des enseignements dispensés au cours de sa formation il lui manque essentiellement des connaissances techniques. En effet ces enseignements ne recouvrent qu une partie infime des caractéristique techniques des matériaux et des processus existant. Finalement le designer s intéresse avant tout au consommateur en termes de modes de vie voire d habitudes, il décline les produits selon des logiques qui ne sont peut être pas celles des caractéristiques techniques. D une certaine manière, sa proximité du consommateur l éloigne des caractéristiques structurelles et fonctionnelles du produit. Le schéma suivant (Figure 2) illustre l inversion des approches de l ingénieur et du designer, tout en soulignant que chacun d eux appréhende nécessairement les mêmes questions de configuration et de dimensionnement du futur produit. consommateur Designer Planche de tendance Historique Matériaux Analyse fonctionnelle Processus Ingénieur Caractéristiques technique et physique du Produit Figure 2 : Inversion des logiques de pensée entre l ingénieur et le designer Donc normalement dans l équipe de conception, le designer fournit ainsi au spécialiste (ingénieur) un dossier de conception dans lequel les caractéristiques structurelles et fonctionnelles sont déficitaires [12]. De son côté, l ingénieur apporte au designer un dossier de conception dont la technicité ne se traduit pas immédiatement en usages et appropriation sensorielle. Chacun des deux appréhendera les 6

7 recommandations apportées par l autre comme autant de contraintes «prescrites» sans posséder les clefs ou les outils pour les réinterpréter et les transformer en contraintes «construites», c est à dire des contraintes permettant de relancer (reconstruire) le processus de conception. Or, il ressort bien souvent que l ingénieur élabore des produits très fonctionnels et aux caractéristiques techniques clairement maîtrisées mais qui ne prennent pas en compte les «affects» du consommateur (perception, couleur, forme, texture). A l inverse, le designer élabore souvent des produits «concepts» qui apparaîtront plus proches de l œuvre d art que d un produit reproductible industriellement et en grande série. La difficulté du dialogue entre ces deux métiers ne favorise pas par exemple, la prise en compte des aspects environnementaux (ponction de ressources, pollution, dégradation, réutilisation du produit en fin de vie, l utilisation des consommables). Hypothèses et proposition d un support de dialogue Les modes de pensées de l ingénieur et du designer étant notoirement différents (voire inversés comme en témoigne la figure précédente), la communication entre ces deux acteurs de la conception est souvent difficile. Mais cette communication a nécessairement lieu. De ce fait, elle porte sur le produit lui-même, ou, plus exactement, sur les traces qui le préfigurent aux différents moments du travail de conception ; ces traces, ou plans ou maquettes que nous nommons objet intermédiaire de conception [13]. Ainsi, dans ses différents états au cours du travail de conception, le produit peut mobiliser l intérêt du designer sur les aspects liés aux matériaux et aux processus et mobiliser, simultanément, l intérêt de l ingénieur sur les aspects liés au futur usage. Au-delà des seuls acteurs que sont l ingénieur et le designer, on fera l hypothèse plus générale que c est aussi sur le produit en conception que peut s instaurer un dialogue entre la multiplicité des points de vue des différents intervenants du processus de conception (ingénieur, designer mais aussi spécialistes du marketing, ergonomes, juristes, etc.). Même si, selon les étapes du processus de 7

8 conception, il peut y avoir (à un instant t de ce processus) prépondérance d un métier sur un autre, le produit reste le support du dialogue entre les métiers. Comment, alors, favoriser ce dialogue? Pour résoudre ce problème de communication, il convient de mettre au point un support de dialogue entre tous les acteurs. Ce support doit être basée sur le produit. En effet, il permet de montrer au designer qu à partir du produit par exemple l intégration du choix des matériaux et processus de fabrication et d approfondir jusqu aux connaissances physique et techniques lié à la conception. Parallèlement il permet à l ingénieur toujours à partir du produit de s intéresser aux tendances et à l évolution du produit jusqu au comportement du consommateur. La résolution des problèmes de communications n est pas aussi simple. Pour le designer, il sera, par exemple, difficile de passer directement d un produit physique à l équation mathématique caractérisant son comportement. Il convient donc que ces passages s effectuent de manière incrémentale et accessible. Pour ce faire, on peut concevoir l intégration d interfaces (animations, maquettes, bibliothèques de matériaux, voir figure 3) entre le produit et ses caractéristiques physiquechimique mécanique électrique [14]. Figure 3 - Exemple de mise en place d une matheriauthèque (bibliothèque de matériaux) et représentation du processus brasage. [14] Exemple de représentation : En ce qui concerne les connaissance pratiques (cas d utilisation d une matériauthèque: il s agit de fournir un éventail (un espace physique) ou sont réunis un ensemble de matériaux avec des propriétés 8

9 différentes (transparences, dureté, conductivité thermique, ect ) qui permet de percevoir les caractéristiques physique du matériau [15]. C est en même temps un espace de créativité sensation tactile du matériau, perception visuelle, sonore, où le designer peut aussi étudier le comportement dynamique et cinématique des objets. Ce lieu a également la prétention de mettre des échantillons à disposition du concepteur, déjà regroupé de manière à faciliter l émergence des idées. D autres parts on peut aussi fournir une interface graphique et ludique (illustrations, CD ROM, maquettes animées, qui permet plus d interaction entre ses connaissances et les besoins d applications liés aux processus de conception et des matériaux impliqués. Il peut jouer avec les concepts (qui représentent l application de ces connaissances). Dans la figure 3 on peut observer la représentation du processus brasage. Sur le site il existe plus de 200 processus de fabrication animé de façon à être directement compris par le designer. De même pour le chemin inverse, pour respecter le raisonnement de l ingénieur, il convient de lui fournir un outil de fonctionnement pour l aider à intégrer les planches de tendances, les modes de vie, les historiques du produit sous la forme diagramme représentatif et/ou logique. (Histogramme, courbe, tableaux de synthèse). Cela lui permettant d intégrer dans leur projet, par exemple, les caractéristiques comportementales du consommateur. Sur la figure 4, nous avons un exemple de diagramme permettant de représenter les différents points de vues possibles d un produit (par rapport à son utilisation, son fonctionnement, sa composition, etc.). A travers cette représentation logique, l ingénieur pourra appréhender (commencer à comprendre) des notions plus subjectives (liées au consommateur) comme la «la valeur d estime». Ces notions étant représentées de manière plus assimilable par rapport à son point de vue. 9

10 Domaine des solutions Système Analyse considérée Externe Interne Orientation Vers l utilisation du système Vers l image du système Vers le fonctionnement du système Vers la composition du système Type de fonctions D usage D estime De fonctionnement De structure Familles de fonctions De service Techniques Domaine du cahier des charges fonctionnel Figure 4: diagramme de représentation fonctionnel des aspects du produit [16] Ce type de modèle (modèle conceptuel de représentation) préconisé favorise la compréhension de l ingénieur des aspects liés aux consommateurs et aux designer des aspects liés aux caractéristique technique du produit. Le but final étant bien évidement d obtenir un produit bien orienté vers le consommateur et de bonne conception technique. 4. Proposition : exemple d intégration ou d application des principes de jonctions dans la représentation des connaissances. Une expérience menée au Brésil dans le Núcleo de Design e Seleção de Materiais (NdSM) de l UFRGS. a porté sur le domaine des matériaux et des éléments de jonctions comme support de dialogue entre ingénieur et designer. Si le produit existe (cas de reconception de produit) le support sera les matériaux constituants le produit et ses principes de liaisons. Si le produit n existe pas, le support sera les choix de matériaux et leurs liaisons dans les systèmes et sous système du produit qui seront pris en, compte dans la conception. En effet, le dialogue sur les matériaux permet de rendre concrètement compte, pour le designer, de l intégration de ceux-ci sous l optique de la vision environnemental de leur choix et processus de 10

11 fabrication et d accéder à un approfondissement allant jusqu aux connaissances physique et techniques lié à la conception. Parallèlement ce dialogue permet à l ingénieur, toujours à partir du matériaux, de s intéresser aux tendances et à l évolution du produit jusqu au comportement du consommateur. Le cas retenu dans l exemple brésilien a porté sur un support commun relatif aux principes de jonction [17] entre les composants d un produit (Voir Tableau 1). Le choix d un tel support n était pas non plus neutre vis à vis des enjeux du développement durable. On a en effet pu voir précédemment que la question du «desassemblage» était cruciale par exemple pour l éco-design. Se situer sur la question des jonctions apparaît alors comme un support stratégique, en centrant le dialogue entre ingénieur et désigner sur l un des enjeux principaux de la conception de produit. Tableau 1- Principes de jonctions des produits Nº 1 TERME SPECIFIQUE Action Magnétique EXEMPLE ILLUSTRATIFS SYNONYMES Aimanter, induire, attirer (attraction), magnétisme, electro magnétisme (EMB), etc. Addhésion 2 Coller, adhésifs,etc. Amarrer 3 Nouer, tricoter, etc. 4 Frotter Force de friction, frottements, etc. 11

12 5 Deformation Distorsion, Contorsion, Torsion, Plier, etc. 6 Accroche Accoupler, encocher, accrocher, velcro, ect.. 7 Fusion Fonderie, liquéfaction, souder, etc. Interférence 8 Pression, etc. 9 Memoire Principe d élasticité (ressort), anneaux élastique, anneaux de pression, etc. 10 Remplissage Cimenter, liant, remplir, enfouir, enterrer, etc. 11 Visser Vis, (vis écrou), filetage, etc. 12 Sussions Aspirer, venturi, dépressuriser), ventouse, (principe du sous vide), etc. 12

13 Blocage 13 Enchevêtrer, loquet, etc. 14 Autres Principes EX Ect. Le tableau des principes de jonctions est un exemple de support de dialogue qui permet d introduire la clé «mode d assemblage /désassemblage» des différents matériaux qui font partie des systèmes et des sous-systèmes d un produit à partir duquel le dialogue a pu s instaurer. Du fait de cette communication, les échanges se sont révélés plus fructueux et les deux métiers se sont nourris de la connaissance de chacun, favorisant ainsi l émergence d idées nouvelles, plus créatives, et une meilleure conception technique. Cela permet d obtenir un produit bien orienté vers le consommateur avec des choix de conceptions techniques. Conclusion et Perspective : Soit la conception d un produit qui nécessite un projet d ensemble jalonné d étapes est confié à une équipe (pluridisciplinaire) ayant la capacité de se faire comprendre entre eux (métier design et métier ingénieur) soit confié à un seul individus capable de gérer ces aspects pluridisciplinaire. La même personne peut jouer les deux rôles : l ingénieur peut exercer la fonction du designer et vice versa. Mais l ingénieur (à ce stade) doit être suffisamment ouvert d esprit pour comprendre un point de vue plus holistique (capacité d abstraction) et le designer doit être capable d apporter les aspects techniques liés aux matériaux et processus de fabrication du produit. La proposition d amélioration de l interaction entre les acteurs de la conception qui a été basée sur le produit montrée ici peut être également appliqué sous l optique de la conception innovante, de la 13

14 conception durable, de la conception de masse, la conception de produits ludique que nous nommerons : PfX: Produit for X, où X symbolise l optique sous lequel on souhaite orienter la conception). D autre part, nous avons aussi la possibilité de combiner plusieurs orientations de conception comme, par exemple, la conception de produits innovants par une démarches associatives de conception [18]et durables (PfID). Cependant dans tous les cas, nous préconisons la mise en œuvre d ail faut entreprendre prioritairement des actions visant à instaurer le dialogue entre ces deux acteurs phares (l ingénieur et le designer). Références [1] ROUSSEL, B Intégration de l ergonomie en conception, Thèse de doctorat, Ensam Paris, 1996 [2] AOUSSAT, A La pertinence en innovation : nécessité d une approche plurielle, Thèse de doctorat, Ensam Paris, 1990 [3] DUCHAMP, R et al. L Approche pluridisciplinaire de la conception de produits : une science de l innovation, Congrès de Génie Industriel ALBI [4] DARSES, F, L'ingénierie concourante : un modèle en meilleure adéquation avec le processus cognitif de conception, In P. Bossard, C. Chanchevrier & P. Leclair (Eds) Ingénierie Concourante : de la technique au social, [5] NGASSA, A et al. Proposition d une démarche fonctionnelle pour la génération de nouveaux concepts, 4 eme Congrès International de Génie Industriel, Aix-Marseille, France, 2001 [6] MILES, L.D Techniques of value Analysis and Engineering ; McGraw-Hill Book Company inc, New York, [7] MER, S et al- l activité de conception en entreprise. Deuxième Congrès Franco-Québécois de Génie Industriel 3, 4 et 5 Septembre - Albi 1997 [8] NGASSA, A, and Bary R, How to increase creativity and innovation? Proposal for a approach based on knowledge, IAMOT 02, March 2002, Miami, USA [9] MAUGEY B. L'utilisateur final et le processus de conception. DEA d' Ergonomie, CNAM : Paris, 1996 [10] BASSEREAU, J.F Cahier de charges qualitatif design, élaboration par le mécanisme des sens, Thèse de doctorat, Ensam, paris, 1995 [11] BASSEREAU, J.F - Du différentiel sémantique au profil sensoriel, Revue des sciences et techniques de la conception Vol 5 N 2/ (1996) [12] QUARANTE, D Elément de design industriel, Edition Economica, Paris, [13] MARTINET.B, La veille technologique, concurrentielle et commerciale, les éditions d organisation, 1989 [14] KINDLEIN J.W, - site ndsm design et choix de matériaux- http//www.ufrgs.br/ndsm 14

15 [15] KINDLEIN J.W and HOEFELT, H. Experiência Brasileira na Criação e Implantação de uma Incubadora Tecnológica de Design de Produto no Estado do Rio Grande do Sul. In: CONGRESSO INTERNACIONAL DE DESIGN - USERDESIGN, 27 à 30 de março de 2003, Lisboa. UserDesign, [16] NGASSA A, Contribution au processus d innovation technologique par l intégration d une démarche fonctionnelle de génération de nouveaux concepts. Thèse de Doctorat, Institut National Polytechnique de Lorraine, Nancy, 2002 [17] KINDLEIN J.W and CÂNDIDO, L.H. Uma Visão da Situação Actual dos Elementos de Junção e das Possíveis Ações de Melhorias no Projecto Visando o Design para Desmontagem (DfD). In:CONGRESSO INTERNACIONAL DE DESIGN - USERDESIGN, 27 à 30 de março de 2003, Lisboa. UserDesign, [18] NGASSA A, et al. Proposition d une démarche de génération de concepts innovants IJIODIR : International Journal of Design and Innovation Research volume1 n 3&4 pp68-81,

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Maîtrise de l énergie dans l habitat

Maîtrise de l énergie dans l habitat Séquence 1 : Quels sont les postes de consommation d énergie dans une habitation? 2 séances Séance Séquence 2 : Quel est le systéme de chauffage le plus économique? Séance Séquence 3 : Quels éléments composent

Plus en détail

Préparation au CQPM Préparateur Assembleur Aéronautique 0299

Préparation au CQPM Préparateur Assembleur Aéronautique 0299 Préparation au CQPM Préparateur Assembleur Aéronautique 0299 Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront en charge sous la responsabilité d un responsable hiérarchique

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) FICHE 13 RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l'ecole Centrale de Lille (ECLille) Autorité responsable de la certification (cadre 2) Ecole Centrale

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Première STI2D Auteur : RAMA Christophe Cours Version du 16/09/2011

Première STI2D Auteur : RAMA Christophe Cours Version du 16/09/2011 1. Contexte économique et industriel Le contexte économique actuel impose aux entreprises de développer des stratégies de développement incluant des démarches d innovation afin de rester compétitives.

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Environnement de conception de Learning Games

Environnement de conception de Learning Games Environnement de conception de Learning Games Journée de travail sur la conception des jeux sérieux, 5 octobre 2011, Paris UMR 5205 Introduction Journée de travail sur la conception des jeux sérieux, 5

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le diplôme d ingénieur spécialité «Energétique» Parcours «Thermique du bâtiment» CYC 27 (ouverture en Septembre 2012) (www.cnam.

Le diplôme d ingénieur spécialité «Energétique» Parcours «Thermique du bâtiment» CYC 27 (ouverture en Septembre 2012) (www.cnam. Le diplôme d ingénieur spécialité «Energétique» Parcours «Thermique du bâtiment» CYC 27 (ouverture en Septembre 2012) (www.cnam.fr) Infos Ingénieur HTT Energétique/Génie Climatique et Froid 1 Première

Plus en détail

Les Aimants en cycle 2

Les Aimants en cycle 2 E Plé IUFM CA Centre de Troyes 1 Les Aimants en cycle 2 Représentations initiales des enfants Pour les enfants de cet âge, un aimant est un objet magique du fait de sa capacité à attirer les objets à distance

Plus en détail

Master Mécanique et ingénieries

Master Mécanique et ingénieries Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Mécanique et ingénieries Université de Bordeaux (déposant) Arts et Métiers Paris Tech Ecole Nationale Supérieure d Architecture et de Paysage de Bordeaux

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

MODALITES DE SELECTION 2012

MODALITES DE SELECTION 2012 MODALITES DE SELECTION 12 SITE PARIS GOBELINS, l'école de l'image Site Paris - 73 boulevard Saint Marcel - 75013 PARIS tél. 01 40 79 92 12 - info-concours@gobelins.fr - www.gobelins.fr JEU VIDEO MASTERE

Plus en détail

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture

L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture L apport de l IE dans la résolution d un problème décisionnel dans le domaine de l architecture Marie-France ANGO -OBIANG *, Amos DAVID* ango@loria.fr amos.david@loria.fr * Equipe SITE, Laboratoire Lorrain

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

nouvelles thématiques environnementales à un besoin sans cesse croissant et évolutif des entreprises. Ce souci permanent d adaptation

nouvelles thématiques environnementales à un besoin sans cesse croissant et évolutif des entreprises. Ce souci permanent d adaptation Des cadres pour les écoindustries et la fonction environnement L exemple de l école des Mines de Saint-Etienne Préparer les élèves ingénieurs aux métiers de l environnement industriel et territorial dans

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Gestion des projets moteurs. p. 105 à 109

Gestion des projets moteurs. p. 105 à 109 ff p. 105 à 109 Découverte Gérer un développement GMP avec un partenaire chinois 2 Jours MOT / SINGMP MOT / SINGMP-E Préparer les ingénieurs et managers français à mieux travailler avec des interlocuteurs

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

1 Présentation générale

1 Présentation générale Parcours «Management des processus de production de biens et services» du Master de Sciences de Gestion (M2) - mention «Management Global» de l Université Paris Dauphine 1 Présentation générale 1.1 Objectifs

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

1 Les clés de lecture du livre

1 Les clés de lecture du livre 1 Les clés de lecture du livre 1 Les clés de lecture du livre La logique de notre ouvrage Cet ouvrage est destiné aux lecteurs ne connaissant pas l ingénierie système et qui veulent comprendre rapidement

Plus en détail

Formation professionnelle : plus qu un outil, un atout au service de votre stratégie

Formation professionnelle : plus qu un outil, un atout au service de votre stratégie Formation professionnelle : plus qu un outil, un atout au service de votre stratégie Répondre aux enjeux stratégiques de l entreprise Assurer l adéquation des compétences dans une logique d amélioration

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement

Qualité, Sécurité, Environnement Qualité, Sécurité, Environnement Management QHSE Parcours Animateur QHSE Option Qualité ou Hygiène Sécurité Environnement Mettre en œuvre un Système de Management Intégré performant Déployer et optimiser

Plus en détail

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets?

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Séquences 1-2 Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Pourquoi trouve-t-on différents modèles pour ce produit de communication? Nous avons chez nous différents modèles de téléphones

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME. Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone»

RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME. Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone» RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone» 1 LE BILAN GES: UNE ÉTUDE POUR RÉPONDRE À2 ENJEUX VITAUX

Plus en détail

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence

LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET. - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence LES ACTEURS DE LA CONDUITE DE PROJET -- Introduction : - - quelques définitions - - rappel sur le déroulement d un projet -- L équipe projet -- Référence Quelques définitions P. 2 Selon l AFITEP-AFNOR

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

MASTER ARTS APPLIQUÉS : COULEUR, IMAGE, DESIGN

MASTER ARTS APPLIQUÉS : COULEUR, IMAGE, DESIGN MASTER ARTS APPLIQUÉS : COULEUR, IMAGE, DESIGN RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Arts, Lettres, Langues Présentation La spécialité se décline en trois entrées : * la particularité

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Les démarches en science et en technologie

Les démarches en science et en technologie Les démarches en science et en technologie (Sources LAMAP) La démarche scientifique est une démarche qui conduit à construire une procédure de résolution d'un problème en utilisant, de manière explicite,

Plus en détail

Innovation et design dans le secteur du tourisme

Innovation et design dans le secteur du tourisme Note de tendance Avril 2013 Tourisme Innovation et design dans le secteur du tourisme Dans le domaine du tourisme, le design joue aujourd hui un rôle majeur. Considéré comme un des outils de l innovation,

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

MS «MDC» MARKETING DESIGN INNOVATION Le projet design: organisation et management le concept «UTI» (usage, technique, identité)

MS «MDC» MARKETING DESIGN INNOVATION Le projet design: organisation et management le concept «UTI» (usage, technique, identité) MS «MDC» MARKETING DESIGN INNOVATION Le projet design: organisation et management le concept «UTI» (usage, technique, identité) designer, responsable diplômes cy cle long École de design Nantes Atlantique,

Plus en détail

Extrait du référentiel Métiers de la Branche :

Extrait du référentiel Métiers de la Branche : OPIIEC OBSERVATOIRE PARITAIRE DES METIERS DE L, DE L INGENIERIE, DES ETUDES ET DU CONSEIL REFERENTIEL METIERS Extrait du référentiel Métiers de la Branche : Etudes et développement Référentiel Métiers

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Architecture Orientée Objet Pour l Ingénierie des SIP application à l Entreprise SAFCER

Architecture Orientée Objet Pour l Ingénierie des SIP application à l Entreprise SAFCER Architecture Orientée Objet Pour l Ingénierie des SIP application à l Entreprise SAFCER Dounia Mansouri, Mohammed Mostefai, Yasmina Bella Laboratoire d Automatique de Sétif E-mail: mostefai@univ-setif.dz

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Evolution d un scénario dans l expérience e-colab EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Cadre général Groupe e-colab au sein de l INRP Collaboration

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Gestion des projets moteurs

Gestion des projets moteurs Gestion des projets moteurs p. 107 à 111 Gestion des projets moteurs MOT / SINGMP MOT / SINGMP-E Gérer un développement GMP avec un partenaire chinois 2 Jours Niveau : Découverte Préparer les ingénieurs

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

INDUSTRIE GRAPHIQUE. Technicien(ne) des industries graphiques Technicien(ne) en infographie

INDUSTRIE GRAPHIQUE. Technicien(ne) des industries graphiques Technicien(ne) en infographie SUITES AU 3 e INDUSTRIE GRAPHIQUE 2 e degré Technique de Qualification Technicien(ne) des industries graphiques Technicien(ne) en infographie en 3 e en 4 e Dessin technique 4 4 Technologie 4 4 Travaux

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Remplissant de multiples fonctions et pièce maîtresse en comptabilité et en fiscalité, la facture intéresse

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude des bonnes pratiques. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude des bonnes pratiques. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Product Life-Cycle Management

Product Life-Cycle Management Offre de prestations en Product Life-Cycle Management Contact : Pascal MORENTON CentraleSupélec 1, campus de Chatenay-Malabry 06 13 71 18 51 pascal.morenton@centralesupelec.fr http://plm.ecp.fr Nos formations

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Intégration de la CAO dans

Intégration de la CAO dans Intégration de la CAO dans une démarche PDM et PLM Quelles motivations? Quelles difficultés? Quels gains? Atelier PLMOA du 10 Mars 2009 Ecole Centrale Nantes Pascal Morenton pascal.morenton@ecp.fr Ecole

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Référentiel Ergonome conseil Proposé par le CICF-SNCE (Syndicat National des cabinets- Conseil en Ergonomie)

Référentiel Ergonome conseil Proposé par le CICF-SNCE (Syndicat National des cabinets- Conseil en Ergonomie) Référentiel Ergonome conseil Proposé par le CICF-SNCE ( des cabinets- Conseil ) Préambule : Ce référentiel est destiné aux sociétés de conseil en ergonomie employant des consultants salariés, aussi bien

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail