Les leçons de la nature

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les leçons de la nature"

Transcription

1 Visions ville Construire des systèmes urbains Les leçons de la nature DANIEL HOORNWEG

2 Daniel Hoornweg Conseiller Principal sur les problématiques urbaines auprès du groupe consultatif central de la Banque Mondiale, il a plus de vingt ans d expérience professionnelle dans le domaine des villes. Il a rejoint la Banque Mondiale en 1993 et a travaillé en Afrique Subsaharienne, en Asie de l Est et dans les Iles du Pacifique, en Asie du Sud ainsi qu'en Amérique Latine et dans la région des Caraïbes. Durant cette période, il a collaboré avec près de 200 villes sur plus de cinquante projets autour du thème du changement climatique. La formation universitaire de Daniel Hoornweg comprend des diplômes dans les domaines des Sciences de la Terre ainsi que de l Ingénierie Civile et Environnementale. En août 2008, il conduit le programme Urbain de la Banque Mondiale au sujet des villes et du changement climatique. Il guide notamment le Colloque de Recherche Urbaine sur les Villes et le Climat à Marseille en 2009 et dirige des études liées à l impact du changement climatique en ville axées sur l atténuation et l'adaptation. Il est actuellement Professeur associé de la Chaire Jeff Boyce, à l Institut de Technologie de l Université d'ontario et membre du Conseil de Stratégie et d Innovation Urbaines de GDF SUEZ.

3 CONSTRUIRE DES SYSTÈMES URBAINS : LES LEÇONS DE LA NATURE Par une chaude journée d été de 1948, alors qu il se promenait avec son chien sur un sentier de montagne suisse, George de Mestral remarqua que son pantalon et la fourrure de son chien étaient couverts de graines de bardane. Une fois rentré chez lui, il courut chercher son microscope pour voir comment les graines s accrochaient au tissu et à la fourrure. Après avoir percé à jour ce petit mystère de la nature, on dit qu il déclara : Je vais concevoir un dispositif de fixation unique, en deux parties, l une avec des crochets rigides comme les graines de bardane et l autre avec des boucles souples comme le tissu de mon pantalon. Je vais appeler mon invention velcro (combinaison de velours et crochet) 1. L invention du velcro est un excellent exemple de biomimétisme, consistant à apprendre de la nature. Le biomimétisme est l un des outils dont nous aurons besoin plus que jamais, lorsque la taille des villes va doubler, au cours des 35 prochaines années. La tâche qui nous attend est énorme : nourrir, loger, fournir de l eau et de l assainissement et une croissance économique tout cela en restant dans la capacité de charge de la planète, qui est déjà mise à mal. Dans le monde, les villes compteront bientôt 2,5 milliards d habitants supplémentaires. La résilience, la connectivité, l'évolutivité, et les hiérarchies sont autant d'outils d'urbanisme que nous avons à apprendre de la nature. Dans The Kind of Problem a City Is, Luis Bettencourt affirme que les villes sont avant tout de grands réseaux sociaux avec des agglomérations de liens sociaux qui permettent aux interactions sociales de se former et de persister. Cet amalgame social remplit le rôle principal d une ville qui est d étendre la connectivité par personne et de rechercher l inclusion sociale. 1 Selon inventors library, consulté le : 5

4 Nous construisons nos villes et nos villes, à leur tour, construisent notre bien-être.

5 Les villes sont des systèmes naturels qui évoluent spontanément dans les sociétés humaines, aussi naturelles que les ruches et que les récifs de corail. Les villes révèlent à la fois les pires et les meilleurs aspects de l humanité. Elles devraient être encouragées à évoluer vers la concrétisation de notre nature collective afin de mieux réaliser notre potentiel mondial comme la plus sociale de toutes les espèces. L essence d une ville est comme une toile construite qui permet à ses résidents de construire les liens sociaux nécessaires pour optimiser leur économie, leur culture et leur utilité personnelle et collective. Nous construisons nos villes et nos villes, à leur tour, construisent notre bien-être. En outre, les villes, de par leur connectivité, sont les formes les plus efficaces pour la distribution de biens. En cela, elle ont des similitudes avec des systèmes naturels évolutifs tels que les récifs coralliens et les ruches. Lorsque nous imitons la nature, cela nous réussit. Deux idées donnent à réfléchir à cette essence de la ville : Sigmund Freud et le plaidoyer convaincant qu il donne dans Malaise dans la Civilisation (1929) et l économiste Ralph Dahrendorf (1994) qui argue que le développement durable présente un contraste entre les chances de vie (opportunité de vie ou potentiels de décision) et les ligatures (les liens établis entre l individu et la société) 2. 2 Source : Marco Keiner, ed. The Future of Sustainability. Springer, 2006, p 216 7

6 Freud pensait que la civilisation (c est-à-dire les villes) existait pour enrayer la mauvaise volonté irrévocable dans le cœur de l homme. Il affirme de façon convaincante, dans Malaise dans la Civilisation, que celle-ci est paradoxalement notre plus grande source de bonheur et de malheur. L homme a des instincts immuables et contrairement aux abeilles et aux poissons, nous avons la possibilité d agir en fonction de ces instincts. L étude que fait Dahrendorf des ligatures et des chances de vie doit être prise en considération lorsque l on s interroge sur la durabilité des villes. Les hommes se déplacent toujours vers les villes pour augmenter leurs chances de vie, tout en étant ancrés, et parfois entravés, par les ligatures et les conventions sociales. Les villes échoueront si elles ne sont pas capables de favoriser la connectivité et l inclusion autant que les opportunités économiques. les animaux 3. Nous sommes peutêtre une espèce urbaine, mais à l échelle mondiale, nous venons tout juste de passer la barre des 50% de personnes vivant en milieu urbain. Un grand nombre de nos concepts politiques et de nos normes sociales conservent encore une influence rurale. À mesure que nous passerons d une mentalité rurale à une mentalité urbaine et que nous construirons nos villes nouvelles, nous ferons bien de garder à l esprit ce qui existe dans la nature. Ce qui n'est pas utile à la ruche ne l'est pas non plus à l'abeille. Marc Aurèle Aristote, en particulier, avait fait preuve de préscience en notant dans Politique que l homme est le plus politique (= urbain) de tous 3 Bettencourt 8

7 I LA RÉSILIENCE

8 " Les villes et trônes et puissances se tiennent dans l œil du temps, presque aussi longtemps que des fleurs, qui meurent chaque jour : mais quand de nouveaux boutons se forment pour les nouveaux hommes heureux, de la Terre épuisée et maltraitée, les cités s élèvent de nouveau." Rudyard Kipling Tout au long de l histoire, les villes ont été saccagées, pillées, brûlées, battues par les tempêtes et les tremblements de terre, inondées, ravagées par la famine et la sécheresse. Pourtant les villes restent l héritage le plus durable de l humanité. Peu de corporations survivent plus de 50 ans. Les frontières de pays sont artificielles, éphémères, la plupart remontent à quelques siècles à peine. Les villes, en revanche, ont une tendance à la résilience, et sont capables de se relever après chaque nouvelle catastrophe. La résilience est la capacité positive d un système de s adapter aux conséquences d un échec ou d un impact catastrophique. La façon dont une forêt repousse après un incendie, un récif de corail après une tempête énorme montre que la nature sait perfectionner sa résilience. Les villes devraient, de par leur nature, être résilientes, semblables en cela aux écosystèmes de la nature. On s intéresse de plus en plus à la résilience, car les planificateurs et les gestionnaires urbains perçoivent à la fois la vulnérabilité croissante des ensembles urbains et leur nature interconnectée. De même, ils observent des menaces de plus en plus importantes, en particulier celles liées au climat et au terrorisme. La résilience est une mesure indiquant à quel point une ville est capable d encaisser les coups, à quelle vitesse elle se relève, se secoue et continue à fournir les services indispensables à ses résidents. Ces coups risquent-ils de se produire plus souvent, avec une plus grande sévérité? Comment une catastrophe se produisant dans une ville à l autre bout du monde peut-elle affecter d autres villes? 11

9 La résilience est un élément nécessaire mais non suffisant de la durabilité. Les villes durables sont des communautés urbaines qui s engagent à améliorer le bienêtre de leurs résidents actuels et futurs, tout en intégrant les conditions économiques, environnementales et sociales. 4. La ville durable est un objectif bien plus large que la ville résiliente. Elle recouvre la vitalité économique, les impacts environnementaux à l échelle locale et mondiale sous des conditions sociales telles que l équité et le bien-être. La résilience est cependant un très bon point de départ pour une ville souhaitant s acheminer vers la durabilité. Les dirigeants des villes et les gestionnaires urbains doivent, en imitant la nature, développer des réseaux sociaux forts et construire des infrastructures robustes. 4 Building Sustainability in an Urbanizing World: A Partnership Report; Banque mondiale, 2013, Hoornweg and Freire. 12

10 II LA RÉADAPTATION

11 Une souris, un chat, un éléphant, une baleine grise, ont tous en commun un même schéma que l on appelle la loi de Kleiber. Pour la grande majorité des animaux, leurs taux métaboliques sont proportionnels à leur masse élevée à la puissance ¾. Par conséquent, un chat ayant une masse 100 fois supérieure à celle d une souris aura un métabolisme environ 31 fois supérieur à celui de la souris. Les très grands animaux ont tendance à avoir un métabolisme plus lent. Il s avère que les villes obéissent à un système d échelle similaire en fonction de leur taille : Geoffrey West et Luis Bettencourt nous montrent, sous certaines conditions, que les villes suivent des chemins similaires à ceux que l on trouve dans la nature. Un doublement de la population entame une création de richesse et d innovation 1,2 fois supérieure, et seulement une augmentation de 0,8 fois dans les dépenses d infrastructure (grâce aux rendements des économies d échelle). Bettencourt qualifie son argumentation sur l échelle de fonctionnement des villes en précisant que ses conclusions s appliquent à la ville dans son ensemble (c est-à-dire aux zones métropolitaines). Cependant, dans un grand nombre de villes, cette capacité d agir comme un tout est limitée par nos fragilités et nos insécurités. Des frontières artificielles et des contraintes peuvent limiter l essence des villes. Encore une fois, la nature nous donne une leçon importante ; si les biens et les personnes peuvent se déplacer efficacement, cela crée un effet bénéfique, dans le système urbain tout entier. Les grandes villes sont importantes. Les grandes villes durables sont plus importantes encore et dans la recherche du développement durable, les plus grandes villes ont une importance particulière (Hoornweg and Pope, The World s 101 Largest Cities this Century). La capacité d adaptation des villes explique en grande partie cela. Doubler la taille d une ville, c'est multiplier par 1,2 ses avantages et par 0,8 ses coûts d'infrastructures. 15

12 Lorsque l on construira des villes pour 2,5 milliards d habitants supplémentaires au cours des 35 prochaines années, ces économies sur les frais d infrastructure seront énormes (et probablement une condition préalable au développement durable). Les implications pour la planification urbaine sont considérables. Les villes (dans leur ensemble) doivent être en mesure de favoriser les réseaux publics et les interactions sociales dans la totalité de l agglomération urbaine. Cela représente un défi énorme mais à l exception d une seule (Tokyo), les 26 villes les plus grandes du monde sont des agglomérations métropolitaines ayant des frontières politiques instables et des intérêts parfois égoïstes. Dans le monde entier, les citadins connaissent un désir plus grand, d interagir les uns avec les autres. Il est possible que les urbanistes développent un jour les réseaux de transport et de communication dans les villes de manière à réduire les heures de pointe mais également à encourager les réunions face à face. Ce phénomène apparaît déjà dans les cafés, les bibliothèques et une myriade de lieux de réunion dispersés dans toutes les villes. La planification de la durabilité urbaine exige que les urbanistes abordent de front le problème des démons de la densité (Glaeser, 2011), c est-à-dire la congestion, la pollution et la criminalité. Les urbanistes doivent également prendre garde au fait que tout est dans les détails. Le caractère vital des petits détails est évident dans la grande région de Toronto (que l on appelle Golden Horseshoe). Les urbanistes de l Ontario ont produit l une des meilleures mesures législatives du monde avec le The Places to Grow Act. Cette loi encourage l excellence dans la structure bâtie de la région et prouve que la densité et les infrastructures urbaines sont cruciales. L application concrète de cette loi, en revanche, laisse beaucoup à désirer (voir Neptis Report, septembre 2013). Cette mort lente de ce qui est sans doute l un des meilleurs efforts en matière d urbanisme dans l une des juridictions les plus élevées en fonction donne matière à réflexion à tous les urbanistes. Bettencourt et Al, en 2007, présentent un plaidoyer convaincant sur la valeur de l infrastructure de tronc dans les grandes villes lorsqu elles s étendent. Cette infrastructure plus grande et meilleure n est en général pas facile à fournir car presque 16

13 toutes les villes s agrandissent sur place. Elles subissent des contraintes liées à l utilisation historique des terres et à la forme urbaine. La modernisation des infrastructures de tronc est beaucoup plus difficile que de construire d abord et de laisser la ville se développer autour des services urbains en place (ce type de croissance est également difficile à financer). Les grandes villes peuvent continuer avec relativement moins d infrastructures telles que les routes et les longueurs de câbles (environ 0,8 fois plus à chaque fois que la population double), cependant les services urbains tels que le logement pour tous et le plein emploi, ainsi que la consommation d eau et d électricité restent relativement constants (environ 1 fois à chaque fois que la population double). Il est donc normal que l on mette plus l accent sur la conservation utilisation de l eau et de l électricité, réduction des déchets lorsque les villes se développent. Si les urbanistes veulent tirer parti des lois d échelle de la nature lorsque les villes se développent, il faut tenir compte de quelques implications clés : (i) les infrastructures de tronc ou cruciales doivent desservir l agglomération urbaine dans son intégralité, ou la ville, (ii) les pratiques d ingénierie qui conçoivent la ville comme une machine doivent être améliorées en considérant la ville comme un ensemble et en construisant une infrastructure qui avant tout favorise les réseaux sociaux, (iii) les réseaux d infrastructure devraient être décentralisés le plus possible, (iv) le prix du terrain augmente plus vite avec la taille de la population que les revenus moyens (cette création de richesse devrait être utilisée pour recueillir des fonds pour les infrastructures nécessaires), et (v) les politiques qui augmentent la fourniture de terrain par personne ou réduisent le coût des transports auront tendance à créer des villes moins denses et qui exigeront des taux plus élevés de consommation d énergie. L espace, l infrastructure et l aménagement urbains sont des aspects importants qui favorisent les réseaux et les liens sociaux. L infrastructure et l aménagement urbains constituent un facteur clé. De l avis de Bettencourt, un urbaniste doit avant tout promouvoir les réseaux sociaux qui permettent aux interaction sociales de se former et de persister. Tous les résidents de la ville devraient pouvoir profiter des réseaux sociaux et étendre la connectivité par personne. 17

14 III L ARMATURE URBAINE

15 La hiérarchie des besoins de Maslow (page 20) explique comment l homme se déplace en fonction d une hiérarchie qui commence par la satisfaction de nécessités physiques, suivie par la sécurité, l amour, l estime de soi, et se conclue par l accomplissement personnel. Les villes suivent également un ensemble de besoins et d aspirations, qui sont à la réunion de services de base tels que la nourriture, l eau et l abri, ainsi que la sécurité, le sentiment d appartenance et la participation. C est dans la réalisation de ces impératifs que les villes sont en mesure de croître dans le bon fonctionnement de leurs activités. Pour Jane Jacobs les villes saines sont des systèmes organiques, spontanés, désordonnés et complexes. Avec le temps, l armature urbaine des villes tend vers celle de systèmes naturels tels que les racines, les cours d eau et les structures organiques comme les ruches et les récifs de corail. En ce qui concerne les flux dynamiques qui s opèrent dans la ville trafics de voitures ou de piétons, l exploitation de cours d eau, ou encore les statégies spaciales d entreprises ils évoluent sur fond de toile qu est cette armature urbaine, tels des tapisseries entrelacées qui interagissent dans l espace et dans le temps. Bejan et Zane ont illustré la manière dont l émergence de l armature urbaine est liée à la vision dynamique, menant du fleuve aux affluents, des jeunes pousses aux gros troncs d arbre, des trottoirs aux autoroutes. L émergence de la hiérarchie a des conséquences importantes en ce qui concerne la conception des systèmes urbains. La hiérarchie se met en place parce qu elle est bonne pour chaque composant du système de flux. Les citoyens soutiennent les gouvernements qui les servent, les travailleurs soutiennent les sociétés qui les emploient et qui, à leur tour, les servent ibid. L envie d organiser est naturelle et individualiste. La conception urbaine évolue autour de ces attributs naturels physiques et humains. Les trottoirs, les rues, les métros et les autoroutes d une ville, la collecte des déchets, leur transport et leur traitement, l alimentation en eau, l approvisionnement alimentaire, l énergie : tous tendent vers des hiérarchies dynamiques. 19

16 ACCOMPLISSEMENT PERSONNEL moralité, créativité, spontanéité, acceptation, expérience, but, signification et potentiel interne ESTIME DE SOI confiance, réussite, respect des autres, besoin d être un individu unique AMOUR ET SENTIMENT D APPARTENANCE amitié, famille, intimité, sentiment de proximité BESOINS LIÉS À LA SÉCURITÉ santé, emploi, famille, propriété et stabilité sociale BESOINS PHYSIQUES oxygène, nourriture, eau, abri, vêtements, sommeil Hiérarchie des besoins selon Maslow 20

17 IV LE BIOMIMÉTISME

18 Lorsqu on se tient à un carrefour très passant d une grande ville, on ne peut s empêcher de remarquer la ressemblance entre les passants affairés et des fourmis, des abeilles ou encore un banc de poissons. Tout ingénieur devrait imiter la maîtrise de la conception, perfectionnée par la nature sur des milliers d années d évolution. Le biomimétisme a commencé par l imitation de la nature dans la conception de produits tels que les peintures, les pales de turbine et le velcro. Actuellement, la conception et la gestion des villes bénéficient également des leçons de la nature. Le concept consistant à tirer les leçons de la nature est aussi ancien que l humanité elle-même. L idée du mimétisme (imiter) vient au départ du concept grec de mimos, qui est la représentation des aspects de la nature dans les actions de l homme (Marshall et Lozeva, 2009). Les ingénieurs ont toujours puisé leur inspiration dans la nature. En 1498, Léonard de Vinci a quitté Florence pour s installer à Venise afin de se concentrer sur l ingénierie de sa machine volante. De nouvelles conceptions inspirées par la nature font leur apparition, et beaucoup rencontrent un grand succès commercial. On peut citer quelques exemples, tels que les pales d éolienne de WhalePower, qui s inspirent des nageoires des baleines 5, des lecteurs d e-books de Qualcom qui imitent la coloration des ailes de papillons, les finitions de surfaces de Sto Corp inspirées de feuilles de lotus autonettoyantes, la conception de l Eastgate Centre à Harare qui s inspire de la conception d une termitière (pour maintenir la fraîcheur), le train à grande vitesse japonais Shinkansen dont la forme évoque le bec d un martin-pêcheur et l adhésif gecko (Feng et Axworthy, 2011 ; Forbes, 2006 ; et Biomimicry Guild 2014). La nature est forte de caractéristiques issues de l évolution. La capacité du gecko de s accrocher au plafond est similaire au velcro : il y un milliard de points de contact sur la patte d un gecko. On cite succintement : la colonne vertébrale d un bison (même forme qu un pont suspendu), la soie des araignées, le ciment formé par les moules, les feuilles de lotus et leur capacité de repousser la saleté et l eau, l iridescence d un oiseau ou d un papillon, le pliage de la feuille haori, le placement des yeux d une mouche, la disposition des couches d une coquille d'haliotide Elles sont toutes des sources d inspiration très riches pour les conceptions humaines. 5 Modélisation des tubercules d une nageoire de baleine, autrement dit technologie du tubercule 23

19 La nature fonctionne grâce à la lumière du soleil. La nature n utilise que l énergie dont elle a besoin. La nature adapte la forme à la fonction. La nature recycle tout. La nature récompense la coopération. La nature mise sur la diversité. La nature exige l expertise locale. La nature freine les excès de l intérieur. La nature exploite la puissance des limites. Le Canon du biomimétisme (Benyus, 1997) 24

20 V L ÉMERGENCE DU BIOMIMÉTISME

21 On peut dire que la notion de biomimétisme est aussi ancienne que la conception technique : les barrages, les avions, les bâtiments ont toujours été inspirés de la nature. Le terme de biomimétisme est attribué plus récemment à Janine Benyus (1997) une biologiste qui plaide en faveur d une approche biologique : l imitation (et l amélioration) de la nature et des écosystèmes naturels. Ce courant se développe en grande partie autour d attributs naturels spécifiques intégrés dans la conception de produits : par exemple, la peinture repoussant la saleté ou les pales d éoliennes imitant les nageoires de baleines. On peut subdiviser ce courant succinctement en trois parties : (i) les attributs d échelle et la loi constructale, (ii) la forme urbaine, les flux matériels, les hiérarchies et les améliorations de l efficacité (par exemple, les flux humains dans la ville de New York), (iii) la planification urbaine (et l infrastructure) ainsi que l optimisation des attributs d une ville naturelle (avec une amélioration des liens entre les habitants des villes et les écosystèmes intégrés). Un autre courant s intéresse à des structures plus grandes, telles que les bâtiments. Ce courant de la bioforme, avec des attributs architecturaux spécialisés, est représenté à travers des bâtiments tels que l Eastgate Center à Harare, et les tours de Masdar dans les Emirats Arabes Unis (utilisant le vent pour maintenir la fraîcheur). Un troisième courant, qui se développe rapidement, concerne le biomimétisme dans les villes. 27

22 LES CONCEPTIONS DE MODÈLE DE VIE SIMPLE BIOMIMÉTISME LES SOLUTIONS DE CONCEPTION PAR LA NATURE LES QUESTIONS À SE POSER : COMMENT PÉRENNISER LA VIE? COMMENT LA VIE CRÉE-T-ELLE DES CHOSES? DE BAS EN HAUT - ÉMERGENCE - APPORTER DE L INFORMATION COMMENT LA VIE CRÉE-T-ELLE DES CHOSES QUI SE FONDENT DANS DES SYSTÈMES? PERCEPTION ET RÉACTION LE SYSTÈME ANTI-COLLISION DES CRIQUETS RÉSILIENCE ET RECONSTRUCTION L ÉLIMINATION DES BIOFILMS ET DES MICROBES LE BLOCAGE DES SIGNAUX DU CRESSON DE MER LE POUVOIR DES CARACTÉRISTIQUES RUBAN ADHÉSIF INSPIRÉ DU GECKO NETOYAGE SANS DÉTERGENT LOTUS COLORATION SANS PIGMENTS SPIRALE LOGARITHMIQUE - LES CORNES DU BOUC - LE NAUTILLE - L ÉVACUATION D EAU DES TOILETTES L ÉNERGIE SOLAIRE TRANSPORT DÉPLACEMENT OPTIMISANT LA RÉCUPÉRATION D ÉNERGIE CHIMIE DANS L EAU PLASTIQUES BIODÉGRADABLES ÉCOSYSTÈMES FAVORISANTS LA FERTILITÉ DES CULTURES L AGRICULTURE SUR LE MODÈLE DES PRAIRIES AUTO-ASSEMBLAGE CRISTAUX À BASE D IONS INFLUENCE DE L ÉVAPORATION ORDINATEURS SANS COMPOSANTS CANCÉROGÈNES MICRO-OPTIQUE RECYCLAGE VALORISANT LES MATÉRIAUX ENVISAGER LES MATÉRIAUX EN TANT QUE SYSTÈMES L ANALYSE DES COQUILLES CONTRE LES PROBLÈMES D ENTARTRAGE DES CANALISATIONS VIVRE & CRÉER LES CONDITIONS FAVORABLES À LA VIE! LA SÉLECTION NATURELLE MOTEUR DE L INNOVATION LE NOUVEAU NATURALISME - JANINE BENYUS Schéma du biomimétisme Tiré de : Biomimicry: Innovation Inspired by Nature, 1997 résumé par la Biomimicry Guild 29

23 CONCLUSION

24 Une grande partie de l histoire de la construction de villes par l homme s est développée dans l idée de se protéger des aléas de la nature. Les villes nous protègent souvent des lois naturelles, pourtant, de plus en plus, nous apprenons qu une bonne ville se doit d être durable. La ville durable est celle qui nourrit ses habitants, se développe en partenariat avec la nature grâce au biomimétisme. De telles villes sont plus résilientes, plus hospitalières et plus susceptibles de construire un partenariat solide et durable entre les hommes et la planète. Elle se doit de présenter dans son armature urbaine les mêmes échelles que la nature et refléter la complexité organique que représente une ville. 31

25 BIBLIOGRAPHIE Batty, Michael (2013). The New Science of Cities. MIT Press, 518pp Bejan, Adrian and J Peder Zane (2012). Design in Nature: How the Constructal Law Governs Evolution in Biology, Physics, Technology and Social Organizations. Doubleday, 296pp Benyus, Janine M. (1997). Biomimicry: Innovation Inspired by Nature. Harper, 308pp Bettencourt, Luis (2013). The Origins of Scaling in Cities. Science, Vol 340, Forbes, Peter (2006). The Gecko s Foot: Bio-Inspiration Engineering New Materials From Nature. Norton, 272pp Blais, Pamela (2011). Perverse Cities: Hidden Subsidies, Wonky Policy, and Urban Sprawl. UBC Press, 294pp Cronon, William (1992). Nature s Metropolis: Chicago and the Great West. 592pp Davies, Jed Cynan (2012). Biomimicry - An Ecological Revolution. Using biomimicry as a tool, could it be possible for our modern day cities to perform like forests? University of West England dissertation. Kindle books. 79pp Fung, Phil and Nicole Axworthy, Mimicking Nature. Engineering Dimensions (PEO), March/April 2011, Lakhtakia, Akhlesh and J.M. Martin-Palma, editors. Engineered Biomimicry, Elsevier 496pp Marshall, A. and S. Lozeva, Int. J. of Design & Nature and Ecodynamics. Vol. 4, No. 1 (2009) 1-10 Mathews, Freya (2011). Towards a Deeper Philosophy of Biomimicry. Organization and Environment 24(4) Peters, Terri. Nature and Measure: The Biomimicry Guild. Accessed March, 2013 Ratnieks, Francis (2008). Biomimicry: Further Insights from Ant Colonies? Lecture Notes in Computer Science, 5151; Workshop on bio-inspired design of networks; Bio-inspired computing and communication: BIOWIRE 32

26 CONSEIL DE STRATÉGIE ET D'INNOVATION URBAINES DE GDF SUEZ Conseil de Stratégie et d'innovation Urbaines lors du World Cities Summit 2014 à Singapour Cet incubateur d'idées lancé en 2012 réunit des experts indépendants afin de produire une vision intégrée de la ville. Objectif : porter un regard transverse et pluridisciplinaire sur les questions urbaines pour contribuer à la construction des villes à vivre de demain ˮ. Le Conseil de Stratégie et d'innovation Urbaines a vocation à jouer un rôle critique, en débattant de la vision et des méthodologies d'intervention de GDF SUEZ sur la ville. Il a également une mission d'information et d'alerte, au regard des disciplines et des domaines d'expertise représentés. Enfin, le Conseil est chargé d'animer la réflexion prospective de moyen et long termes à l'échelle du Groupe.

27 Brigitte Bariol-Mathais, Architecte urbaniste en chef de l État, elle est déléguée générale de la Fédération Nationale des Agences d Urbanisme (FNAU), Christian Kornevall, Économiste, Daniel Hoornweg, Conseiller principal sur les problématiques urbaines, coordinateur Villes et changement climatique, développement urbain et politiques locales à la Banque Mondiale, Dominique Lorrain, Sociologue, Directeur de recherche au CNRS, Latts/ENPC, Erik Orsenna, Économiste, écrivain et spécialiste du développement durable, de l environnement, de l agriculture et des économies émergentes, Gino van Begin, Secrétaire général de l'iclei (Gouvernements locaux pour la durabilité), Jana Revedin, Docteur en architecture, professeur d architecture et de design à l Institut de technologie et de planification Blekinge en Suède, Joseph Roig, Secrétaire général des Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), Margie Ruddick, Designer paysagiste, Marie-Hélène Contal, Architecte, membre du Comité scientifique du Global Award for Sustainable et du Board de la Daw an Mud Brick Architecture Foundation, Secrétaire général de la LOCUS Foundation. Mario Gandelsonas, Architecte et théoricien spécialisé dans l urbanisme et la sémiotique. Il est Directeur du Centre d architecture, urbanisme et infrastructure de l université de Princeton, Nicholas You, Président du groupe d Assurance pour l initiative d infrastructure urbaine du Conseil mondial des affaires pour le développement durable (WBCSD) ainsi que du Comité de pilotage de la campagne globale urbaine des Nations Unies. Pablo Vaggione, Urbaniste avec une vaste expérience dans le domaine du développement urbain durable, spécialisé sur le thème des villes à croissance rapide. Sara Topelson de Grinberg, Sous-secrétaire du développement urbain et régional du gouvernement du Mexique, Smita Srinivas, Spécialiste dans les domaines du développement économique et de l industrie, membre du programme de planification urbaine de Columbia University à New York City et Directrice du Technological Change Lab (TCLab), Teng Chye Khoo, Directeur Exécutif, Centre liveable Cities à Singapour, et membre de la World Future Foundation, Thelma Awori, Professeur, Spécialiste du leadership au féminin et de la place des femmes en Afrique, ex vice secrétaire général de l ONU.

Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Intervention en ouverture de la conférence CAF Sciences Po sur les défis contemporains et futurs du développement en Amérique latine Mardi 11 octobre 9h Monsieur le Directeur général, Monsieur le Président,

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques Loïza Rauzduel, Chargée de projet Caribbean Natural Resources Institute (CANARI) Conférence ICFC, Espace Régional

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure 1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 2 SOMMAIRE Green is better : Un concept innovant La genèse L innovation Green is better Les valeurs Green is better

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Secteur de la croissance verte à Madagascar

Secteur de la croissance verte à Madagascar Influence- Communication-Publicité Pour l Afrique et Madagascar Secteur de la croissance verte à Madagascar Revue de presse destinée aux investisseurs potentiels 23 août 2014 Croissance verte: une stratégie

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Clean Horizon Consulting I Care Environnement

Clean Horizon Consulting I Care Environnement Le stockage d énergie en France : une nouvelle révolution? 16 Mai 2011 Compte rendu Le 16 Mai, Clean Horizon Consulting et I Care Environnement ont eu le plaisir d accueillir 85 personnalités des communautés

Plus en détail

ENTREPRENEURS RÉSILIENTS CONTRIBUENT AUX VILLES RÉSILIENTES.

ENTREPRENEURS RÉSILIENTS CONTRIBUENT AUX VILLES RÉSILIENTES. ENTREPRENEURS RÉSILIENTS CONTRIBUENT AUX VILLES RÉSILIENTES. ORGANISATEURS INTRODUCTION Efforts vers la Résilience Développement du secteur privé LES VILLES RÉSILIENTES? La résilience est la capacité d

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement Prise de position et réflexions sur le 6e programme d'action de l'ue pour l'environnement 1. Importance générale de l'environnement dans les régions frontalières et transfrontalières 2. Nécessité d'un

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

ELECTRIFICATION SOLAIRE DE L ECLAIRAGE PUBLIC. Quartier des Chiffonniers. (Le Caire, Egypte) ONG : LOCUS. jjjjjj

ELECTRIFICATION SOLAIRE DE L ECLAIRAGE PUBLIC. Quartier des Chiffonniers. (Le Caire, Egypte) ONG : LOCUS. jjjjjj jjjjjj ELECTRIFICATION SOLAIRE DE L ECLAIRAGE PUBLIC Quartier des Chiffonniers (Le Caire, Egypte) ONG : LOCUS 1 Présentation de l ONG L association LOCUS Jana Revedin, architecte PhD, professeur d université,

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore Secteur Métaux Produits et services Technologie des matériaux Site web www.umicore.com Solutions SAP

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Ce guide fait partie de la campagne paneuropéenne de sensibilisation sur la RSE menée à l initiative de

Plus en détail

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Les enjeux des trames vertes et bleues Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris 1 Pourquoi prendre en compte la nature? pour conserver un patrimoine pour une éthique par

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU Monsieur Carlos LOPES, Directeur Général de l UNITAR et Sous-secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Edwin FORLEMU, Secrétaire Exécutif

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010 Discours d ouverture du 2ème Forum international des Travailleurs Sociaux de Rue 26 octobre 2010 Jan Jařab, Représentant régional de la Haut-Commissaire de l ONU pour les Droits de l Homme Mesdames et

Plus en détail

2012 Environmental Performance Report 1. rapport 2012 sur la performance environnementale

2012 Environmental Performance Report 1. rapport 2012 sur la performance environnementale 2012 Environmental Performance Report 1 rapport 2012 sur la performance environnementale Rapport 2012 sur la performance environnementale 1 Le ciment et le béton joueront un rôle important pour relever

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER Colloque AQPER 2013 GÉRARD MOUNIER Directeur principal, Énergie et infrastructures Secteur Commercial 28 février 2013 SOMMAIRE La Banque Laurentienne

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

" BIOMIMETISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE"

 BIOMIMETISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE EXPOSITION" BIOMIMETISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE" " BIOMIMETISME ET DEVELOPPEMENT DURABLE" Cette Exposition de la Maison de la Science de Liège est proposée par le Comptoir du développement durable, service

Plus en détail

EN QUELQUES MOTS. L AGENCE Cinetic communication IMPRESSION STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB

EN QUELQUES MOTS. L AGENCE Cinetic communication IMPRESSION STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB www.cinetic.ca L AGENCE Cinetic communication EN QUELQUES MOTS STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB IMPRESSION Par la diversité grandissante des plateformes publicitaires, CINETIC

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES FOCUS INONDANTIONS DANS LE GRAND COTONOU 1 1. CONTEXTE

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

Villes, climat et Changement Climatique. Valéry Masson Centre National de Recherches Météorologiques

Villes, climat et Changement Climatique. Valéry Masson Centre National de Recherches Météorologiques Villes, climat et Changement Climatique Valéry Masson Centre National de Recherches Météorologiques Villes et changement climatique Des impacts divers et variés d'une ville à l'autre : Hausse du niveau

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat ,/f wí (t ICQ Agricultures du monde Les questions qui font peur Les solutions pour agir durablement Jacques Loyat L I gjwjjmimiii III Sommaire INTRODUCTION 1. LA QUESTION ACRICOLE AUJOURD'HUI i Agricultures

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n o 49 Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Mémoire de l

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

COULEUR, ARCHITECTURE

COULEUR, ARCHITECTURE FORMATION COULEUR, ARCHITECTURE ET CADRE DE VIE Dans le cadre de votre pratique liée à l architecture et aux espaces intérieurs, la couleur joue un rôle important. Porteuse de sens, outil d intégration

Plus en détail