APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES SPORTS A RISQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES SPORTS A RISQUE"

Transcription

1 COLLARD L. - Université de Picardie - Jules Verne Faculté des Sciences du Sport, Campus Universitaire, Allée P.Grousset Amiens Cedex 1 APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES SPORTS A RISQUE Le sport, en tant que production sociale spécifique, peut servir de laboratoire privilégié des conduites humaines, notamment pour l'étude du seuil de violence admise ou du degré de tolérance aux accidents. Chaque société sécrète ses propres façons d'encourir des risques, ses propres manières d'accepter ou d'esquiver les écueils physiques. Le travail pionnier de Durkheim (1897) avance cette hypothèse forte. Dans le chapitre II du Livre III du "suicide", il met en parallèle le pourcentage de morts volontaires et le pourcentage de morts par agressions au milieu du XIXème siècle, dans les pays occidentaux. Le sociologue observe que le suicide et l'homicide varient en raison inverse l'un de l'autre. L'homicide naît de sociétés altruistes où le sentiment individuel est subordonné à l'entité collective. Le suicide le plus répandu, de type "égoïste", exprime un individualisme exacerbé, subordonnant le sentiment de représenter une collectivité au narcissisme. "Le suicide égoïste et l'homicide ressortissent donc à des causes antagonistes et, par conséquent, il est impossible que l'un puisse se développer à l'aise là où l'autre est florissant" (Durkheim, 1897, 407). En moyenne, les pays catholiques de l'époque ( ) recensent 40 homicides et 140 suicides pour un million d'habitants. Pour Durkheim, le XIXème siècle est donc, en Europe, plus égoïste qu'altruiste. Ainsi, à partir d'un indicateur précis et mesurable, comme le propose l'illustre sociologue, on peut entrevoir, à travers les façons d'éprouver le danger, des traits saillants du fonctionnement social. En ce qui nous concerne, nous tenterons à partir de l'indicateur : taux d'accidents sportifs, de mettre à jour les rapports entre les risques sportifs et les risques supportés par notre société. Les accidents sportifs peuvent-ils, à l'instar du suicide, servir de révélateur de notre sensibilité culturelle au danger? Il ne s'agit pas d'identifier les conduites des joueurs à des conduites déviantes destinées à entraîner la mort ou à s'en rapprocher. Il n'est pas question d'assimiler les prises de risques rencontrées en sport à des conduites suicidaires. Les actions motrices des sportifs sont tout sauf des désengagements vis-à-vis de l'existence. En revanche, les risques sportifs, tout comme le suicide, sont des indices observables et quantifiables, annonciateurs des risques personnels et interpersonnels tels qu'ils sont "homologués", ratifiés par leur société d'accueil. Quels sont, aujourd'hui en France, les sports entraînant le plus d'accidents? Quels sont ceux responsables des traumatismes les plus graves? Le recensement des accidents corporels, sport par sport, n'est pas sans "risque". De nombreux facteurs interviennent, liés aux joueurs eux-mêmes et non aux jeux : le niveau d'entraînement, la fréquence des compétitions, l'âge, le sexe, la classe sociale d'appartenance, etc. Le sens que les acteurs attribuent aux dangers (pas forcément physiques) est également une donnée sociologique

2 capitale. La violence sportive est solidaire des représentations qu'en ont les participants. Une même pratique peut, selon les individus, générer des rapports au risque radicalement différents. C'est un versant de la sociologie compréhensive qui a donné lieu récemment à deux ouvrages de qualité (Baudry, 1991 ; Le Breton, 1991). Autant de facteurs ignorés par les statistiques à venir. Notre positionnement théorique est différent. Nous ne nous intéresserons pas au fait que telle position ou disposition sociale tend à accroître l'attrait pour les conduites à risque, que les garçons prennent généralement plus de risque que les filles ou encore que les jeunes gens se blessent plus fréquemment que les moins jeunes. Notre objectif est plutôt de savoir si, oui ou non, tel sport, de par sa structure (1), prédétermine plus de risque que tel autre. Cela revient à postuler que les sports ont une logique propre, indépendante du sens investi par les sujets, et suceptible de fabriquer du danger Par "structure" d'un sport nous entendons la manière dont les traits de logique interne de ce sport (rapport à l'environnement, interaction entre les joueurs, système de réussite, instrument technique utilisé, temporalité, etc.) sont agencés entre eux. Dans un second temps, un approfondissement du concept de risque à l'aide de la Théorie des jeux permettra de compléter les données brutes de l'accidentologie. Bien qu'utilisée généralement pour l'étude des jeux de hasard pur, de demi-hasard ou de pure raison (Von Neumann & Morgenstern, 1944), la Théorie des jeux présente, pour nous, l'avantage de proposer une définition du risque "formelle" tout à fait opérationnelle dans le cadre des jeux sportifs, y compris pour expliciter la notion de risque corporel. Dans cette perspective, les <<sports à risque>> possèdent-ils des traits caractéristiques identifiables? Y a-t-il des éléments, légalisés par le code du jeu, qui soient vecteurs ou inhibiteurs de risques corporels? Cela se répercute-t-il sur les taux effectifs d'accidents rencontrés? De la réponse à ces interrogations dépend un rapprochement interprétatif possible avec la thèse soutenue par Durkheim. En effet, si ce sont, comme on le pense souvent, les duels d'équipes (football, rugby, handball) qui se révèlent globalement les plus "accidentogènes" (2) et/ou de plus forte "dangerosité" (3), c'est peut-être que l'époque contemporaine est plus altruiste qu'égoïste : la violence vis-à-vis d'autrui restant un exutoire socialement admis ; l'entité collective subordonnant le sentiment individuel. Si, en revanche, ce sont les pratiques corporelles pouvant se pratiquer en solitaire qui apparaissent les plus risquées, alors on pourra faire l'hypothèse que la tendance annoncée par Durkheim pour le XIXème siècle en Occident est à reconduire pour l'époque moderne Un sport très "accidentogène" est un sport dont la pratique suscite des accidents fréquents. C'est la probabilité d'occurrence des écueils physiques qui est prise en compte ici Le danger se rapporte à la conséquence d'un accident éventuel : il concerne ici le sort physique des personnes. Un sport de forte "dangerosité" est donc un sport dont les traumatismes corporels sont importants lorsqu'un accident se produit. 1. CLASSEMENT DES SPORTS SELON LEUR VALEUR "ACCIDENTOGÈNE" 2

3 Il n'est pas facile de rassembler des chiffres sur la fréquence des accidents sportifs. En effet, certaines fédérations ne prennent en compte qu'une partie des déclarations, d'autres sont rattachées à des organismes parallèles qui gèrent indifféremment des accidents issus de sports différents, d'autres enfin n'acceptent pas de divulguer des résultats qui pourraient peut-être contrarier leur image... Il semble toutefois que le Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville se soit sérieusement penché sur le problème depuis 1986, et ait entrepris des moyens d'expertises suffisamment rigoureux pour que l'on puisse s'y référer. Nous utiliserons volontairement deux sources statistiques recourant à des techniques de recueil de données très différentes (l'une faisant appel à un questionnaire auprès d'un échantillon représentatif de ménages, l'autre prenant ses informations directement auprès d'hôpitaux spécialistes de traumatologie sportive), selon un principe méthodologique bien connu en Sciences Sociales : "C'est le paradoxe de l'approximation : pour la faire disparaître, il faut la multiplier" (De Singly, 1992, 32) Échelle Poret-Vernhes L'enquête rapportée par Poret et Vernhes (1991) émane d'un questionnaire envoyé par l'intermédiaire de la Caisse Nationale de l'assurance Maladie à un échantillon représentatif de la population française, correspondant à un peu moins de cent mille personnes (92681 exactement). Elle révèle que les accidents sportifs sont les plus fréquents après les accidents domestiques. Sur les 7408 accidents déclarés, 1037 (14%) sont le fait d'une pratique sportive. Sur la base des résultats obtenus, les auteurs présentent le football comme le sport où se produisent le plus d'accidents (33,9% du total des accidents déclarés en sport) suivi de l'ensemble représenté par le Handball, le Volley-ball et le Basket-ball avec 13,2% de ce même total (Figure 1). Viennent ensuite le ski (avec 11,4%), le tennis associé au squash (avec 5,4%), l'équitation (avec 4,3%), la gymnastique dont les résultats sont additionnés à l'athlétisme et l'haltérophilie (avec 4,2%), le cyclisme (avec 4,2%) puis les sports de combats -judo, karaté, aïkido- (avec 4,1 %) et enfin le rugby (3,8%). Pour obtenir 100%, il manque les 15,5% d'accidents qui correspondent à la somme de tous les autres sports, insuffisamment définis pour pouvoir être rattachés à une fédération sportive précise. Il est quand même étonnant de trouver une fréquence d'accidents plus élevée en tennis-squash qu'en équitation, qu'en gymnastique ou qu'en rugby. Ces premières données ont de quoi heurter les perceptions spontanées des pratiquants. 3

4 FOOTBALL AUTRES SPORTS HAND-BALL/1 SKI TENNIS /2 ÉQUITATION CYCLISME GYMNASTIQUE /3 JUDO /4 RUGBY 5.4% 4.3% 4.2% 4.2% 4.1% 3.8% 15.5% 13.2% 11.4% 33.9% Figure 1 : Répartition en pourcentage des accidents selon le type de sport (source : Poret et Vernhes, 1991). L'enquête porte sur 1037 accidents dénombrés de ménages (92681 personnes). 1/ et basket-ball, volley-ball, 2/ et squash, 3/ y compris athlétisme, haltérophilie et danse, 4/ et karaté, aïkido. Néanmoins, ces résultats peuvent s'expliquer par le fait que les taux ne tiennent pas compte du nombre de participants sportifs : 15,01% du total des adhérents aux fédérations sportives sont inscrits en football, contre 4,3% en ski (licences "loisir" et compétition). Avec au moins trois fois plus de licenciés, il n'est plus surprenant de constater davantage de déclarations d'accidents en football qu'en ski. L'existence d'une relation significative entre le classement des sports selon leur fréquence d'accidents et le classement selon le nombre de licenciés est probable. L'échelle du classement selon le pourcentage d'adhérents sportifs est le fait de Lamouille (1994). Elle rend compte des pratiques motrices régies par les fédérations et comptabilisées en nombre de licences ouvrant ou n'ouvrant pas droit à la compétition. Pour le ski, par exemple, environ 95% des licences n'ouvrent pas droit aux compétitions ; en tennis 100% des licences autorisent l'inscription à des confrontations officielles. Ces deux types de pratiques sont comptabilisés. Elles correspondent à des activités définies sur le même critère (appartenance à une fédération), et possédant leur lot de débutants, de débrouillés, et d'experts. En Figure 2, les deux échelles ("% d'accidents", "% de licenciés") sont mises en parallèle et les sports joints deux à deux. S'agissant d'un tournoi à neuf sports, il pourrait y avoir au maximum 36 intersections (4) : ceci correspondrait au désaccord total entre les deux échelles. Ce n'est pas ce qui est constaté : on observe sept intersections entre les deux ordinations. Cela donne une corrélation significative de K=+0,61 (en prenant comme instrument de mesure le coefficient de Kendall (4) qui oscille entre "-1" : désaccord maximum ; et "+1" : accord maximum). Il y a bien une corrélation significative entre la fréquence des accidents déclarés et le nombre de sportifs correspondant. On notera sur la Figure 2 qu'à eux seuls, les sports de combat et le rugby sont responsables de quatre intersections imputables au fait de leur faible valeur accidentogène. Ce qui est paradoxal pour des pratiques qualifiées par le sens commun de <<sports à risque>>. 4

5 4. - Le coefficient de Kendall, égal à K=1-(2d/D), permet de mesurer la corrélation de rangs entre deux ordinations. Il se calcule en tenant compte de la distance (d) entre les deux échelles. Cela revient, d'une façon pratique, à compter le nombre total des intersections après avoir joint deux à deux les modalités semblables rangées indifféremment sur chacune des échelles (voir les figures 2, 3 et 4). Si aucune intersection n'est relevée (d=0), c'est que les modalités sont placées dans le même ordre sur les deux échelles : le coefficient de Kendall obtient alors sa cote maximale (K=+1). Au contraire, en cas de désaccord complet entre les deux ordinations, il pourrait y avoir au maximum D=n(n-1)/2 intersections, où "n" est le nombre de modalités comparées (K=-1). ÉCHELLE DU PLUS AU MOINS DU POURCENTAGE DES ACCIDENTS SPORTIFS (Poret et Vernhes) FOOT BASKET + VOLLEY + HAND SKI ATHLÉ + SQUASH + HALTÉRO + TENNIS ÉQUITA GYM CYCLISM KARATÉ + AIKIDO + JUDO RUGBY FOOT SQUASH + TENNIS BASKET + VOLLEY + HAND SKI KARATÉ + ATHLÉ + ÉQUITA RUGBY AIKIDO + HALTÉRO + JUDO GYM CYCLISM ÉCHELLE DU PLUS AU MOINS DU POURCENTAGE DES LICENCIÉS SPORTIFS (Lamouille) Figure 2 : Mise en parallèle de l'échelle du pourcentage d'accidents (1037 cas ; Poret et Vernhes, 1991) et de l'échelle du pourcentage de licenciés (Lamouille, 1994), pour quelques sports. Pour ces deux ordinations, le coefficient de Kendall (4) est égal à K= Cela signifie qu'il y a une corrélation positive entre les deux échelles. Le taux d'accidents dépend pour partie du nombre de licenciés investis dans ces pratiques et ne témoigne donc pas de façon réaliste du caractère périlleux de ces sports. En fait, on l'aura compris, dans cette typologie, les sports où il y a le plus d'accidents sont globalement ceux où il y a le plus de participants. Pour neutraliser cette variable "nombre de pratiquants", on peut ramener à une valeur étalon le nombre de licenciés concernés par la mesure d'accidents. Il suffit pour cela de diviser le pourcentage d'accidents dans un sport par le pourcentage de licenciés qui lui correspond. Cela revient à rapporter chaque sport à un pour-cent du total des licenciés 1991 en France, soit exactement joueurs. Les résultats du nouveau tournoi s'inscrivent sur l'échelle 1. La hiérarchie est bouleversée. A présent, les sports collectifs n'occupent plus le premier et le dernier rangs, mais une place intermédiaire entre le ski (qui, avec le cyclisme et l'équitation sont les trois sports les plus accidentogènes) et la gymnastique (qui, avec l'athlétisme, le judo et le tennis sont les sports les moins accidentogènes). 5

6 CYCLISM >ÉQUITA >SKI >HB+BB+VB >FOOT >RUGBY >GYM+ATHLÉ >JUDO+KARATÉ >TENNIS Échelle 1 : Classement des 9 sports (ou groupes de sports) selon leur fréquence d'accidents. C > E, signifie C suscite plus d'accidents que E, à nombre de joueurs équivalent. Échelle Poret-Vernhes. Pour neutraliser la variable parasite "% de licenciés", l'échelle est construite sur la base des rapports entre % d'accidents observés et % de licenciés correspondant : cela consiste à ramener chaque sport, à un nombre de pratiquants équivalent. Bien sûr, ce nouveau classement possède encore un biais. Il ne tient toujours pas compte de la fréquence d'entraînements (importante en football, par exemple, et quasi-inexistente en ski où les pratiques sont le plus souvent occasionnelles), du nombre de compétitions organisées, de la moyenne d'âge des participants, etc. Autant de facteurs déterminants sur lesquels nous n'avons aucune prise. Aussi convient-il de ne pas s'emporter. Tout au plus peut-on affirmer que ce classement est moins inexact que le classement des données brutes de départ. Le choix "d'indicateurs" (ici la fréquence des accidents sport par sport rapportée à un nombre standard de participants) est à la fois indispensable, si l'on ne veut pas se contenter de vagues impressions ressenties, mais partiellement sujet à caution, puisque l'on ne peut pas considérer "toutes choses égales par ailleurs". C'est un problème fréquent de la sociologie explicative. Par exemple, lorsque Durkheim (1897) met en relation le taux de suicide et l'appartenance religieuse, il constate que les protestants se suicident plus que les catholiques et les catholiques plus que les juifs. Mais lors du recueil des données, seules la Suisse et la Prusse notent l'appartenance religieuse des suicidés. Or, la plupart des catholiques prussiens sont d'origine polonaise et vivent à la campagne. Si les catholiques se suicident moins que les protestants, est-ce du fait de leur religion, de leur origine polonaise, ou de leur situation géographique de vie? Cette critique est reconductible à l'utilisation que nous faisons des statistiques d'accidents sportifs. C'est la raison pour laquelle nous insistons à nouveau sur les précautions interprétatives à prendre lorsque l'on se réfère, comme ici, à un "indicateur". Il en sera de même pour les données chiffrées à venir Échelle Duval A l'initiative de la CEE, le conseil de l'europe a mis en place un système d'information et de surveillance des accidents dans la sphère privée, baptisé Système EHLASS (European Home and Surveillance System). Il s'agit, pour onze pays de la Communauté Européenne, de rassembler de façon exhaustive les déclarations d'accidents dans le service d'urgences des hôpitaux. Pour la France, cas d'accidents sportifs sont expertisés, soit 25 fois plus que l'étude de Poret-Vernhes. Le docteur Duval (1993) est le rapporteur de cette enquête. 6

7 ÉCHELLE DU PLUS AU MOINS DU POURCENTAGE DES ACCIDENTS SPORTIFS (Duval) SPORT CO SKI ÉQUITA CYCLISM GYM TENNIS ATHLÉ MOTO NATATION PARAPENTE SPORT CO TENNIS SKI ÉQUITA GYM NATATION ATHLÉ CYCLISM MOTO PARAPENTE ÉCHELLE DU PLUS AU MOINS DU POURCENTAGE DES LICENCIÉS SPORTIFS (Lamouille) Figure 3 : Corrélation entre l'échelle du pourcentage d'accidents (27468 cas ; Duval, 1993) et l'échelle du pourcentage de licenciés sportifs (Lamouille, 1994). Comme pour la figure 2, le taux d'accidents est en relation avec le taux de licenciés. Le coefficient de Kendall est le même ; K=+0.6 (la distance entre les 2 échelles est d=9, elle aurait pu aller jusqu'à D=45). Il est donc abusif de prétendre que les sports collectifs sont les pratiques les plus accidentogènes. Les brutalités physiques n'apparaissent pas comme étant le dénominateur commun des jeux d'antagonisme. Au regard du Moyen-Age, les relations interindividuelles se sont profondément adoucies. Nous sommes ici en phase avec des travaux socio-historiques reconnus (Élias 1939 a ; Ariès 1975). Norbert Élias, à cet égard, a étudié l'interdépendance étroite qui existe entre les structures sociales et les structures émotionnelles. "La dynamique de l'occident" (1939 b) tiendrait à la rationalisation progressive des moeurs associée à une emprise politique de plus en plus forte qui feraient de la violence un monopole d'état. Au Moyen-Age, l'affectivité était encore débridée, déchaînée. Les relations d'opposition étaient appréciées directes et peu réglementées. Les combats se devaient d'être grossiers, barbares, féroces, au mépris d'ailleurs de leur rentabilité. Pour la civilisation d'alors, la guerre était l'état normal. Ces attitudes sociales transparaissaient dans les jeux collectifs. La soule, l'ancêtre du football, laissaient des éclopés sur le terrain et quelquefois des morts. Aujourd'hui, par contraste, l'enchaînement des passions conduit à une aseptisation des rencontres sportives. Les plaisirs d'une violence active se sont mués en plaisirs codifiés, voire simulés. Le "proces de civilisation", qui s'exprime notamment dans la "sportification" des pratiques corporelles, procède d'un mouvement général de "pacification" des relations interindividuelles (Élias et Dunnig, 1986). Les enjeux des jeux sportifs collectifs se sont transformés : ils sont passés de la réalité à la fiction, de la cruauté barbare à la compétition réglée. 2. CLASSEMENT DES SPORTS SELON LEUR "DANGEROSITÉ" Une chose est d'étudier la fréquence des accidents suscités par les pratiques sportives, une autre est d'appréhender l'ampleur des conséquences de ces accidents. C'est de ce deuxième aspect dont il est question à présent. La lésion sportive la plus fréquente est la contusion avec 36.9% des cas. Mais cela ne diffère pas des accidents de la vie quotidienne où l'on observe aussi un tiers de lésions 7

8 par contusion (Duval, 1993). Ce qui caractérise la traumatologie sportive ce sont les entorses (dans 26.1% des cas, soit deux fois plus que pour les accidents courants), puis les fractures (20.1%), les plaies (7.5%) et les lésions musculaires (2.3%) -il reste 7.1% de lésions non répertoriées-. Chaque sport possède une traumatologie spécifique : tantôt les membres inférieurs sont très sollicités, et l'on observe de fait plus d'entorses, plus de lésions musculaires ou plus de fractures au niveau des chevilles et des genoux (c'est le cas de l'athlétisme, du football, etc.), tantôt ce sont les membres supérieurs (en gymnastique, il y a deux fois plus de fractures des bras que des jambes, par exemple (Mutuelle Nationale des Sports, 1992)), tantôt c'est la colonne vertébrale et le crâne qui sont soumis à rude épreuve (en sport automobile, par exemple, sur 500 accidents déclarés pour les saisons 89 et 90, 210 concernent le rachis, dont 118 les cervicales, et 101 traumatismes crâniens sont relevés (Mutuelle Nationale des Sports, 1991)). Parfois même, certaines lésions sont la propriété d'un seul sport : c'est le cas des accidents de décompression, l'hyperoxie, les barotraumatismes de l'oreille interne en plongée sous-marine (Meliet, 1990). A moins de décider arbitrairement que telle ou telle lésion est plus importante que telle autre, et d'ordonner alors les sports selon la nature des écueils encourus, le caractère typique des traumatismes de chaque activité n'invite pas à l'établissement d'un classement quantitatif des sports selon leur danger. Aussi faut-il recourir à un "indice de dangerosité" qui puisse comparer, sur les mêmes critères, la gravité des accidents Calcul d'un indice de dangerosité Le travail de Duval (1993) est à nouveau d'un grand intérêt, puisqu'elle s'est attachée à mesurer pour chaque sport le nombre d'hospitalisations et le nombre de jours d'hospitalisation pour les accidents déclarés. La répartition ainsi obtenue est présentée au Tableau 1. Par exemple, les sports collectifs sont responsables de accidents, dont 965 ont nécessité un passage à l'hôpital. On peut en déduire un taux d'hospitalisation égal à 965x100/13451=7%, dans ce cas précis. Il s'agit là d'un indicateur intéressant du danger engendré par ces activités. Si le taux d'hospitalisation d'un sport est élevé, c'est que les traumatismes ont été suffisamment importants pour qu'il soit nécessaire de recourir aux soins hospitaliers. A l'inverse, un faible taux d'hospitalisation signifiera une dangerosité moindre. Toutefois, ce critère reste insuffisamment précis, car un blessé léger pourra s'être fait soigner à l'hôpital car le terrain de sport où s'est produit l'accident se trouvait à proximité. Il se peut aussi qu'un médecin généraliste demande à son patient faiblement touché d'être admis dans un établissement hospitalier, afin de procéder à des examens de contrôle plus poussés pour lesquels il n'est pas équipé... Pour contrecarrer l'imperfection de cet indicateur, on peut lui adjoindre (par multiplication) le nombre de jours moyens où les blessés sont hospitalisés. En toute logique, la durée d'hospitalisation est proportionnelle à la gravité des écueils subis. Par exemple, en sport collectif, le taux d'hospitalisation (T) est de 7% et la durée moyenne des hospitalisations (J) est de 4.3 jours. Il en découle une dangerosité de (TxJ)=0.07x4.3=0.3. On peut désormais, en reprenant cette procédure, établir le classement des sports de l'enquête chapeautée par Duval, du plus au moins dangereux (Tableau 1). 8

9 Tableau 1 : Répartition des accidents, selon leurs nombres et leurs durées d'hospitalisation, de 10 sports portant sur déclarations (source : Duval, 1993). Le taux d'hospitalisation et le nombre moyen de jours passés à l'hôpital, nous fournissent des indices intéressants de la dangerosité de ces sports (TxJ). CAS : effectif d'accidentés dans différents sports sur un total de déclarations, NB.HOSP. : nombre d'hospitalisations pour chaque sport, TAUX H. : pourcentage d'accidents donnant lieu à une hospitalisation, JOURS H. : nombre de jours moyens d'hospitalisation, TxJ : indice de dangerosité produit du TAUX H. par JOURS H., CLASST : classement du premier (1er) au dernier (10ème) des sports en fonction de leur dangerosité. 1/ football, rugby, etc. 2/ et trampoline. Le parapente détient la palme du sport le plus dangereux. Avec un indice égal à 2.7, il est même une fois et demie plus dangereux que le second, le motocross (qui obtient 1.62). Ensuite viennent l'équitation (1.4), le ski (1.25) et le cyclisme (1.13), avec des indices de dangerosité proches. Puis il y a une "rupture" avec le sixième sport, la gymnastique, qui obtient Après quoi, les valeurs des quatre derniers sports (ou groupes de sports) décroissent progressivement vers 0.1. La valeur moyenne de l'indice de dangerosité est de 0.9 pour ces dix activités. Les cinq sports dont la cote est supérieure ou égale à la moyenne sont tous des sports utilisant une locomotricité externe (voile, ski, moto., cheval, vélo.), pouvant se pratiquer en solitaire, et s'accomplissant dans des milieux sauvages ou semi-aménagés. Par contraste, les cinq sports dont la cote est strictement inférieure à la moyenne sont tous des sports utilisant la locomotricité interne, dans un milieu parfaitement aménagé. A l'instar des Échelles 1 et 2, l'échelle 3 représente le classement des différents sports, mais cette fois-ci du plus au moins dangereux. PARAP >MOTO >ÉQUITA >SKI >CYCLISM >GYM > SPORT CO. >ATHLÉ >NATA >TENNIS Échelle 3 : Classement des 10 sports (ou groupes de sports) selon leur dangerosité (taux d'hospitalisation multiplié par le nombre de jours à l'hôpital ) (Duval, 1993). La gravité des accidents apparaît être le fait d'accomplissements moteurs se déroulant en milieu incertain (PARAPente, MOTOcross, ÉQUITAtion, SKI et CYCLISMe). Les SPORTs COllectifs, en revanche, témoignent d'une faible dangerosité, intermédiaire entre la GYMnastique et l'athlétisme. 9

10 2.2. Corrélation entre valeur "accidentogène" et "dangerosité" Il est classique d'affirmer qu'en matière de risque sportif la gravité des accidents est inversement proportionnelle à la fréquence des accidents. Bien sûr le parapente est dangereux (8.07 jours moyens par hospitalisation, quand ce n'est pas la mort : 2% des accidents sont mortels (Deyveaux-Gassier,1990)). Mais, pense-t-on, les accidents ne sont pas fréquents. Il est vrai qu'avec ses quinze milles adhérents environ, les probabilités d'écueils ont de fortes chances d'être inférieures à celles des deux millions de footballeurs. Encore une fois, une fréquence d'accidents ne vaut que si elle est rapportée à un nombre de joueurs "étalon". C'est ce qu'ont proposé les Échelles 1 et 2. Comme l'échelle 3 de la dangerosité est bâtie sur la base des mêmes sources statistiques que l'échelle 2 (Duval, 1993), il est possible d'estimer, à partir d'elles, la corrélation entre la probabilité et la gravité des accidents (Figure 4). (ÉCHELLE 2) CLASSEMENT DES SPORTS DU PLUS AU MOINS ACCIDENTOGÈNE MOTO PARAPEN CYCLISM ÉQUITA GYM SPORT CO SKI ATHLÉ NATATION TENNIS PARAPEN MOTO ÉQUITA SKI CYCLISM GYM SPORT CO ATHLÉ NATATION TENNIS (ÉCHELLE 3) CLASSEMENT DES SPORTS DU PLUS AU MOINS DANGEREUX Figure 4 : Corrélation entre l'échelle 2 du taux d'accidents sport par sport (ramené à un nombre de joueurs étalon) et l'échelle 3 de la gravité de ces mêmes accidents (Duval, 1993). Contrairement à certaines idées reçues, fréquence et ampleur des accidents corrèlent positivement (K=+0.78) : sur notre échantillon, plus le nombre des accidents sportifs est élevé, plus leur gravité l'est aussi. La distance entre l'échelle 2 ("valeur accidentogène") et l'échelle 3 ("dangerosité") est de cinq. Cela signifie qu'il y a cinq désaccords dans ce tournoi. S'agissant d'un classement de dix sports (ou groupes de sports), il pourrait y avoir jusqu'à 45 désaccords entre les deux échelles (pour comprendre la procédure, se référer à la note (4) ). Le coefficient de Kendall est donc de K=1-(2x5)/45= Une corrélation de signifie qu'il y a bien une correspondance positive entre les deux échelles (Figure 4). Autrement dit, la gravité des accidents n'est pas inversement proportionnelle à la fréquence des accidents, mais plutôt "au prorata" de la valeur accidentogène. Globalement, sur ces sources de données, plus les sports occasionnent des accidents, plus ces derniers sont graves. L'attribution de la dénomination : <<sports à risque>> semble, de fait, convenir idéalement pour ces pratiques qui combinent à la fois la fréquence et l'ampleur des accrocs. 10

11 3. TRAITS DISTINCTIFS DES <<SPORTS A RISQUE>> D'un point de vue sémantique, la notion de risque est une entité à deux dimensions : elle est constituée de processus stochastique (5) d'une part, et d'enjeux d'autre part. C'est le point de vue définitoire adopté par la Théorie des jeux qu'à très bien su exploiter Goffman (1974), mais dans le cadre des jeux de casino. Pour qu'il y ait risque, il faut que le joueur soit amené (et ce quel que soit son niveau) à se dessaisir du contrôle total de la situation : il faut qu'il s'engage ; mais il faut également qu'il ait quelque chose à perdre. Il n'y a risque que "dans la mesure où le jeu expose l'enjeu que le joueur mise" (Goffman, 1974, 123). La prise en compte d'un seul de ces deux aspects rend l'emploi du mot "risque" inadéquat "Processus stochastique" est une appellation employée (entre autre) par la Théorie des jeux (Shubik, 1982), pour désigner un phénomène aléatoire constitutif du jeu et susceptible de perturber le contrôle qu'ont les joueurs sur la résolution du dit jeu. Dans les sports, on peut parler de processus stochastique à chaque fois que les joueurs ne bénéficient pas, du fait des caractéristiques du jeu, d'une information parfaite sur la situation. Bien entendu, dans les sports, le processus stochastique (la part d'imprévisibilité liée au jeu) comme les enjeux misés (ce que le joueur tente de ne pas perdre) n'ont rien à voir avec ceux d'un jeu de hasard. Le joueur n'attend pas prostré l'arrêt du sort, et ce qu'il peut perdre est autre chose qu'une pièce ou qu'un billet. Toutefois, on ne pourra admettre qu'un sport, en lui-même, comporte des risques que lorsqu'il exposera les enjeux que le joueur mise. Sinon, puisque des écueils corporels sont possibles dans l'accomplissement de n'importe quelle conduite humaine (surtout lorsqu'il s'agit de découverte ou d'apprentissage), nous serions conduits à considérer tous les sports comme "activité à risque". Le concept n'aurait alors plus aucune dénotation distinctive, et serait "dé-sémantisé". La prise de position définitoire ainsi adoptée nous permettra-t-elle de conforter la logique de classement des sports selon leur valeur "accidentogène" et leur "dangerosité"? Certaines pratiques possèdent-elles des singularités susceptibles de les répertorier dans une classe de <<sports à risque>>? 3.1. Processus stochastique C'est en considérant toute situation motrice comme un système d'interaction global entre le sujet agissant, l'environnement physique et d'autres participants éventuels, que Parlebas (1981) a choisi l'incertitude comme facteur-clef de la classification des jeux sportifs. Deux sources d'imprévisibilité sont mises en évidence. L'incertitude due à l'environnement physique et celle due à autrui (adversaires et/ou partenaires). Dans le premier cas, les "coups de la nature" sont responsables de l'existence du processus stochastique. Malgré toute la dextérité du joueur, la "résolution" du jeu passe par l'adoption de croyances, d'estimations entachées de subjectivité. L'information est dite "incomplète" (Guerrien, 1993). Dans le feu de l'action, le motard ou le skieur choisissent la solution qui leur semble la meilleure. Mais il reste toujours une part d'aléatoire du fait de l'incomplétude d'information dont bénéficient ces joueurs. Dans le second cas, le processus stochastique naît de l'action simultanée des joueurs. Chacun tente de rendre ses intentions les plus opaques possibles pour l'adversaire. De 11

12 fait, nous dit Shubik (1982, 43) : "un nouvel élément stratégique prend une grande importance dans la recherche de solution : l'affectation de probabilités aux décisions". La réussite des actions des footballeurs, des boxeurs ou des tennismen est soumise aux conjectures du fait de "l'imperfection d'information" dont disposent ces joueurs vis-à-vis de leur(s) opposant(s). Parfois, le processus stochastique peut émaner à la fois d'autrui et du milieu. Mais parfois aussi, le jeu se déroule sans adversaire direct et dans un cadre exempt d'aléa. L'information est dite "parfaite et complète" (Guerrien, 1993) : le joueur connaît tout de la situation (possibilités d'action, choix, motifs des autres joueurs, gains, gamme des issues possibles). Il n'a qu'à faire, au mieux, ce qu'il sait faire pour faire comme il faut faire. C'est le cas de la natation sportive, des courses en couloirs de l'athlétisme, de la gymnastique, de l'haltérophilie, etc.. Pour ces sports de pure habileté, il n'y a plus de processus stochastique lié au jeu, et on ne pourra alors les classer comme <<sports à risque>> : même en présence d'enjeux, il manquera toujours un des deux éléments constitutifs du risque. Il peut paraître surprenant d'y placer la gymnastique, et pourtant l'immense majorité des écueils constatés le sont au moment des apprentissages ou des entraînements, quand l'introduction de nouvelles difficultés crée effectivement un processus stochastique qui tendra vers zéro ensuite, l'enchaînement mis au point. Bien entendu, il restera toujours une part d'imprévisibilité dans la réussite des actions du gymnaste ou du lanceur de poids, mais cette dernière sera liée au joueur et non au jeu. La "pression", "l'inexpérience", "le niveau de maîtrise" contribueront toujours à vérifier "la glorieuse incertitude du sport", mais on ne pourra pas prétendre pour autant que ces sports portent, dans leur structure (1), un risque. Par contre, les footballeurs, les boxeurs pourront s'entraîner nuit et jour : au moment de leur entrée sur l'aire de jeu, il subsistera toujours une part d'indétermination liée au jeu lui-même. On dit, dans ce dernier cas, que l'information dont bénéficient les joueurs est "complète mais imparfaite" (Guerrien, 1993) Enjeu corporel Les enjeux se rapportent aux conséquences négatives d'un résultat. Initialement, d'un point de vue conceptuel, "l'enjeu" correspond, dans le cas des jeux de casino, à l'argent misé en début de partie qui échappera au moins chanceux ou au moins habile. Le "prix", au contraire, c'est ce que le jeu donne au joueur la chance d'acquérir. En sport il y a de multiples enjeux : économiques, politiques, idéologiques, affectifs, compétitifs,..., corporels. Mais seul l'enjeu corporel correspond à une spécificité ludique du sport. Dans aucun autre jeu, l'exposition de l'intégrité corporelle n'est légalisée comme dans le sport. Certes, cet enjeu fatal n'est pas présent dans tous les jeux sportifs. Il est même parfois interdit comme dans les sports collectifs modernes. Agresser un autre joueur en football, et même en rugby, est vivement sanctionné par le contrat ludique pour bien signifier que la gravité doit s'exprimer dans le score et non dans le corps. Ici, nous ne nous intéressons qu'aux enjeux corporels autorisés par le code du jeu. En boxe, il faut frapper son adversaire pour le déstabiliser : il y a enjeu corporel. En handball, malgré la rudesse des contacts, une agression équivalente serait vivement punie : il n'y a pas d'enjeu corporel. Les conduites agressives non ritualisées, étudiées par Pfister (1985), qu'elles soient instrumentales (pour empêcher de jouer, tricher,...) ou affectives (contestation, altercation,...) sont illicites et donc condamnées : on ne peut parler à leur égard d'enjeu corporel. L'échec d'une stratégie motrice ne doit pas -réglementairement parlant- en rugby, en football ou en handball se traduire dans les faits par une affectation 12

13 de l'intégrité physique. Par contre, dans les pratiques de pleine nature cette donnée fait intrinsèquement partie du jeu. L'échec d'une stratégie motrice, en plongée sous-marine ou en deltaplane, pourra se traduire, dans les faits, par un accident corporel. Répétons-nous : c'est bien le point de vue originaire du mot enjeu dont il est question ici : nous l'avons présenté comme ce qui est misé en début de partie et que le joueur tente de ne pas perdre (à l'envers du "prix" qui est ce que le jeu permet de remporter). Au poker, il s'agit de l'argent à l'actif des joueurs en début de rencontre. En parapente ou en motoverte il s'agit bien de l'intégrité corporelle qui est misée en début de "partie". A l'issue d'un vol ou d'un parcours accidenté, la "solution" du jeu sera associée à la sauvegarde de cet enjeu : ne pas avoir chuté, n'avoir eu aucun dommage... En football, en rugby, il en va très différemment. Le joueur ne pourra se satisfaire de rejoindre les vestiaires indemne de tout traumatisme : le règlement avait a priori neutralisé et condamné cette variable. 4. CONCLUSION Au final, si l'on adopte le point de vue des théoriciens des jeux, un <<sport à risque>> est une activité comportant, en elle-même, un processus stochastique issu de l'incertitude du milieu et/ou d'autrui doublée de la présence loisible d'un enjeu corporel. On y trouve le motocross, le parapente, le cyclisme et l'équitation : soit les pratiques les plus dangereuses (3) et accidentogènes (2) des échelles de Poret-Vernhes et Duval. Bien que l'on ne puisse pas, à partir d'un si petit échantillon de sports différents, généraliser sur l'ensemble de la communauté d'accueil ; l'adéquation entre la définition du concept et les réalités empiriques conforte l'idée que tous les sports ne sont pas porteurs de risques de même nature. Parfois ces risques sont absents de la structure (1) des jeux lorsque l'information dont bénéficie le joueur sur la situation est "parfaite et complète" (athlétisme, natation, etc.), ou en absence d'enjeu (expression corporelle, échange de balles en tennis, etc.) ; parfois ils sont présents du fait de "l'imperfection et/ou de l'incomplétude" de l'information transmise avec des enjeux purement compétitifs (football, tennis de compétition, etc.), avec des enjeux purement corporels (ski de loisir, parapente, etc.), ou avec des enjeux corporels et compétitifs (motocross, régate, etc.). Il convient de rester prudent, ainsi que nous l'avons déjà précisé à deux reprises, quant à l'exploitation des données statistiques d'accidents. Les variables individuelles (sexe, âge, catégories socioprofessionnelles, prédispositions psychologiques, contexte de groupes, etc.) n'ont pas été retenues pour les classements relatifs à l'accidentologie. Elles n'ont pas plus été prises en compte pour la théorisation du concept de risque qui a reçu une définition "formelle". En Théorie des jeux, on considère toujours les conduites du joueur comme étant parfaitement rationnelles et maîtrisées... C'est un choix délibéré, forcément réducteur on l'aura compris. En ciblant et en canalisant ce concept d'ordinaire polysémique, nous avons ainsi voulu éviter le piège d'une dispersion sémantique qui nous aurait fait découvrir, à loisir, du risque partout et nulle part. Un décompte approfondi, à l'aide des données de Lamouille (1994), révèle que, sur les critères définitoires précédemment retenus, les activités à risque ont rassemblé adhérents français en 1992, ce qui correspond à un essor de +60% de licenciés en quinze ans. Si la croissance spectaculaire donne à penser que ces sports bénéficient d'un engouement manifeste, il faut quand même savoir que les autres activités (qui ne sont pas 13

14 des <<sports à risque>>) ont touché à la même période participants (soit 4 fois plus que les <<sports à risque>>) pour une croissance de +40% de 1977 à L'époque contemporaine, à travers les sports, présente globalement une forme édulcorée de ses pratiques motrices ; d'autant plus aseptisée d'ailleurs qu'il s'agit de duels d'équipes ou de personnes. Hormis la boxe professionnelle et certaines formes de karaté, tous les sports présentant des relations d'antagonismes directs (blocs, coups, plaquages,...) sont en passe d'évacuer toute présence d'enjeu corporel. La faible dangerosité des sports collectifs en témoigne (Échelle 3). Les <<sports à risque>> sont en fait représentés, pour leur majorité, par des activités de pleine nature, pouvant se dérouler seul et recourant à des technologies d'avant-garde pour le déplacement. Bien que restés minoritaires jusqu'à présent, leur fort développement actuel est sans doute aussi un révélateur des risques tels qu'ils sont consentis par notre civilisation. L'ère industrielle nous a habitués à une expérience d'une ampleur inédite : celle de la mort par accident où n'interviennent ni les hasards du destin, ni la violence directement exercée par l'homme. Et si le bilan annuel des accidents, pourtant bien plus meurtriers que les homicides (Tableau 2), n'ont pas le succès médiatique de ces derniers, c'est que la machine a banalisé la mort privée. Notre société possède les caractéristiques qui lui font produire des accidents individuels et bannir la violence. Tableau 2 : Taux de morts violentes, en France, sexes et âges confondus (source : Assailly, 1992). Seulement 1.5 % des décès violents le sont par "homicides", c'est-à-dire par agression d'autrui. La majorité des accidents mortels porte les caractéristiques des pays industrialisés : accidents de véhicules (25% des acc. violents), suicides (25 % des acc.violents)... En France, en 1990, pour un million d'habitants, on recense en moyenne 499 morts par accidents, 227 morts par suicides et seulement 13 morts suite à des agressions (Assailly, 1992). A la moitié du XIXème siècle, Émile Durkheim observait proportionnellement trois fois plus d'actes de violence mais une fois et demie de moins de suicides... Aujourd'hui, la tendance "égoïste" annoncée par le grand sociologue s'est renforcée. L'étude des risques sportifs de nos sociétés s'en est fait l'écho. La politique sportive, tout comme la politique de la cité, condamne la violence directement exercée sur autrui, mais supporte les avatars individuels. Ainsi, les sports, à l'échelle de leurs risques, épousent parfaitement les tendances de leur société d'accueil. Et si la violence dans les stades suscite actuellement autant d'émoi, c'est que, au même titre que les agressions de la vie quotidienne, la sensibilité collective qui leur est accordée s'est accrue (Elias et Dunnig, 1986). BIBLIOGRAPHIE. 14

15 Ariès, Ph. (1975). Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen-Age à nos jours. Paris : Éditions du Seuil. Assailly, J-P. (1992). Les jeunes et le risque. Paris : Éditions Vigot. Baudry, P. (1991). Le corps extrême, approche sociologique des conduites à risque. Paris : Éditions L'Harmattan. Deyveaux-Gassier, L. (1990). Accidents de vol libre déclarés à la FFVL en Delta- Parapente. Paris : Commission enseignement. Durkheim, É. (1897). Le suicide. Paris : Éditions Quadrige/PUF, Duval, Ch. (1993). Enquête européenne sur les accidents domestiques et de loisir/ Sports cas, Paris : Ministère des Affaires Sociales de la Santé et de la Ville. Elias, N. (1939). La civilisation des moeurs. Paris : Éditions Calmann-Lévy, collection Agora, Elias, N. (1939). La dynamique de l'occident. Paris : Éditions Calmann-Lévy, Elias, N. et Dunning, E. (1994). Sport et civilisation. La violence maîtrisée. Paris : Éditions Fayard. Goffman, E. (1974). Les rites d'interaction. Paris : Les Éditions de Minuit. Guerrien, B. (1993). La Théorie des Jeux. Paris : Éditions Économica. Lamouille, J. (1994). Licences sportives et sections de clubs , tome introductif. Paris : Ministère de la Jeunesse et des Sports. Lebreton, D. (1991). Passions du risque. Paris : Éditions Métailié. Meliet, J-L. (1991). Les accidents de plongée. Diagnostics et traitements (1990). Marseille : Éditions AKOR. Mutuelle Nationale des Sports (1991). Statistiques des accidents en motocyclisme et en sport automobile du 01/01/89 au 20/11/91. Paris : 45, rue de Clichy. Mutuelle Nationale des Sports (1992). Statistiques des accidents en motocyclisme et en gymnastique pour la saison Paris : 45, rue de Clichy. Parlebas, P. (1981). Contribution à un lexique commenté en science de l'action motrice. Paris : Éditions INSEP. Pfister, R. (1985). Le sport et la catharsis de l'agressivité. In P. Arnaud et G. Broyer (Coord.), La psychopédagogie des Activités Physiques et Sportives. (pp ). Paris : Éditions Privat. 15

16 Shubik, M. (1982). Théorie des jeux et sciences sociales. Paris : Éditions Économica, Singly, F.de (1992). L'enquête et ses méthodes : le questionnaire. Paris : Éditions Nathan. Vernhes, Ch. et Poret, H. (1991). Les accidents de sport. In Dossier Études et Statistiques, accidents de la vie courante : six thèmes pour la prévention, N 17. Paris : Éditions Caisse Nationale de l'assurance Maladie-S.E.P.R.. Von Neumann, J. & Morgenstern, O. (1944). Theory of games and economic behavior. Princeton, NJ : Princeton University Press. 16

Sport et classes sociales Le sportif entre liberté et conditionnement

Sport et classes sociales Le sportif entre liberté et conditionnement STAPS Avignon, Sociologie L 1 Chapitre 3 CM de G.Veziers, document de prise de notes Sport et classes sociales Le sportif entre liberté et conditionnement 1-Présentation : Culture : «Ensemble de valeurs,

Plus en détail

Résultats de l enquête Sport & Entreprise. mars 2009

Résultats de l enquête Sport & Entreprise. mars 2009 Résultats de l enquête Sport & Entreprise mars 2009 I. LE CONTEXTE DE L ENQUETE : LES RELATIONS SPORT / ENTREPRISE Une brève histoire des liens sport / entreprise La domination du modèle industriel paternaliste

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

G1204 - Éducation en activités sportives

G1204 - Éducation en activités sportives Appellations Animateur sportif / Animatrice sportive Assistant éducateur / Assistante éducatrice d'activités sportives Cadre technique sportif / sportive Chef de bassin Coach sportif Conseiller sportif

Plus en détail

1. Argumentation du choix de la population

1. Argumentation du choix de la population III. Enquête de santé publique 1. Argumentation du choix de la population Lors de nos recherches concernant les femmes ménopausées touchées par l'ostéoporose nous avons pu constater par des données chiffrées

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir h fiche pratique des repères pour agir #12 Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 Le travail évolue, les risques professionnels aussi. Depuis

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

DETACHEMENT FIN REINTEGRATION AVANT TERME. 1- Détachement interrompu par l'administration d'origine ou par l'organisme d'accueil

DETACHEMENT FIN REINTEGRATION AVANT TERME. 1- Détachement interrompu par l'administration d'origine ou par l'organisme d'accueil DETACHEMENT FIN Le détachement est toujours prononcé pour une durée déterminée (art. 64 loi n 84-53 du 26 janv. 1984) ; il prend alors normalement fin au terme initialement prévu, si aucun renouvellement

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 9. Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité Leçon n 9 : les coûts variables et le seuil de rentabilité 1 Marge Seuil Zone sur Coûts coûts de de rentabilité profi pertes variables xes ts M = m x Q PLAN DE LA LEÇON : 1.LES COÛTS VARIABLES : OBJECTIFS

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Les accidents du trport routier de voyageurs Chapitre 6 LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS En 2000, le trport routier de voyageurs est une activité où le risque d'accident de travail avec

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

AFFILIATIONS ET LICENCES

AFFILIATIONS ET LICENCES AFFILIATIONS ET LICENCES Saison 2015 / 2016 Pensez à : Affiliez votre association dès le début de la saison sportive. Commandez et réglez autant de licences que d adhérents en compétition, en loisir ou

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

MODULE. Journées Sécurité. Aptitude Licencié Capacitaire en Arbitrage SECURITE ET EVOLUTION DES REGLES. Saison 2013-2014 F.F.R D.T.N.

MODULE. Journées Sécurité. Aptitude Licencié Capacitaire en Arbitrage SECURITE ET EVOLUTION DES REGLES. Saison 2013-2014 F.F.R D.T.N. MODULE SECURITE ET EVOLUTION DES REGLES Journées Sécurité Aptitude Licencié Capacitaire en Arbitrage Saison 2013-2014 1 LA SECURITE LA SECURITE : le plaquage - Définition Il y a plaquage lorsqu'un joueur

Plus en détail

T H I E S SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Thiès

T H I E S SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Thiès T H I REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Service Régional de la Statistique et de la

Plus en détail

Master Professionnel Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Droit Droit de la Santé M2 Droit de la santé

Master Professionnel Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Droit Droit de la Santé M2 Droit de la santé UFR de Droit et de Science Politique 10 placette Lafleur BP 2716 80027 Amiens cedex 1 Tél. 03 22 82 71 52 Fax 03 22 82 71 51 droit.sciencepo@u-picardie.fr www.u-picardie.fr Master Professionnel Domaine

Plus en détail

Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur. lors de la saison 2013-2014. La criminalité en France

Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur. lors de la saison 2013-2014. La criminalité en France La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Les violences et les incivilités recensées dans le football amateur lors de la saison 2013-2014 Antoine LE GRAET, Chargé d études à l ONDRP Pour

Plus en détail

Enquête sur la prévalence du jeu au Nouveau-Brunswick de 2014. Ministère de la Santé et ministère des Finances

Enquête sur la prévalence du jeu au Nouveau-Brunswick de 2014. Ministère de la Santé et ministère des Finances Enquête sur la prévalence du jeu au Nouveau-Brunswick de 2014 Ministère de la Santé et ministère des Finances Rapport 27 mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Résumé... 5 Contexte de l enquête... 5 Méthodologie...

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

Hors-série 1,50. L UGSEL, organisme de l enseignement catholique

Hors-série 1,50. L UGSEL, organisme de l enseignement catholique HS ugsel Corr 2 4/05/07 18:02 Page I Hors-série 1,50 L UGSEL, organisme de l enseignement catholique Texte promulgué par la Commission permanente le 13 avril 2007 Le Statut de l enseignement catholique

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN À L EXCELLENCE POUR LA JEUNESSE PIÉMONTAISE

POLITIQUE DE SOUTIEN À L EXCELLENCE POUR LA JEUNESSE PIÉMONTAISE POLITIQUE DE SOUTIEN À L EXCELLENCE POUR LA JEUNESSE PIÉMONTAISE Volet sportif POLITIQUE DE SOUTIEN À L EXCELLENCE POUR LA JEUNESSE PIÉMONTAISE Cette politique a pour mission de reconnaître la participation

Plus en détail

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38)

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Consultation complète : 60 euros La consultation Complète est une consultation de voyance

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000

4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000 4 Des hypothèses testées aux limites rencontrées 4.1 Des hypothèses initiales validées au positionnement favorable du guide SD21000 dans la perspective de l'iso 26000 4.1.1 Retour sur les hypothèses initiales

Plus en détail

Bilan de l'enquête en ligne sur la connaissance de la formation professionnelle par les salariés

Bilan de l'enquête en ligne sur la connaissance de la formation professionnelle par les salariés Bilan de l'enquête en ligne sur la connaissance de la formation professionnelle par les salariés 1) Données Internet L'enquête a été ouverte sur le site de la DIRECCTE du 19 septembre 2012 au 15 février

Plus en détail

Les Français et le Sport. Étude auprès des Français & des Professionnels de l'assurance

Les Français et le Sport. Étude auprès des Français & des Professionnels de l'assurance Les Français et le Sport Étude auprès des Français & des Professionnels de l'assurance Juillet 2013 Un double regard : Français/ Professionnels Quelles sont les pratiques et les perceptions des Français?

Plus en détail

REGLEMENT SPORTIF «ANEO SQUASH CUP»

REGLEMENT SPORTIF «ANEO SQUASH CUP» REGLEMENT SPORTIF «ANEO SQUASH CUP» INSCRIPTION Modalités administratives : Une inscription est recevable si le bulletin d inscription : - est retourné complété dans les délais impartis ; - est accompagné

Plus en détail

UFF Sport Conseil : une réponse financière pour les sportifs professionnels et les athlètes de haut niveau Septembre 2011

UFF Sport Conseil : une réponse financière pour les sportifs professionnels et les athlètes de haut niveau Septembre 2011 UFF Sport Conseil : une réponse financière pour les sportifs professionnels et les athlètes de haut niveau Septembre 2011 Contacts : UFF DIRECTION COMMUNICATION HÉLÈNE SADA-SULIM Tél : 01 40 69 64 77 email

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives. 16 janvier 2004

SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives. 16 janvier 2004 SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives 16 janvier 2004 Contact oresse : Direction de l administration pénitentiaire - Martine Leguedey ( 0149 96 28

Plus en détail

PROJET SOCIAL ET CULTUREL

PROJET SOCIAL ET CULTUREL PROJET SOCIAL ET CULTUREL ALFA3A " Association pour le Logement, la Formation et l'animation - Accueillir, Associer, Accompagner ", organisme créé en 1971, est une association à vocation sociale et culturelle,

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Mathématiques et licences professionnelles

Mathématiques et licences professionnelles MATHÉMATIQUES ET LICENCES PROFESSIONNELLES 73 Mathématiques et licences professionnelles La licence professionnelle a étécréée par un arrêté du 17 novembre 1999. Dès son premier article, cet arrêtéprécise

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

LA PARTICIPATION SPORTIVE AU CANADA, 2005 1. Présentation de l étude réalisée par Statistique Canada

LA PARTICIPATION SPORTIVE AU CANADA, 2005 1. Présentation de l étude réalisée par Statistique Canada VOLUME 5 NUMÉRO 12 2008 BULLETIN * LA PARTICIPATION SPORTIVE AU CANADA, 2005 1. Présentation de l étude réalisée par Statistique Canada Par André Thibault, directeur de l Observatoire québécois du loisir

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Swiss Ice Hockey Federation, Hagenholzstrasse 81, P.O. Box, CH-8050 Zürich Page 1 de 6

Swiss Ice Hockey Federation, Hagenholzstrasse 81, P.O. Box, CH-8050 Zürich Page 1 de 6 Mémento Assurances Joueurs licenciés Regio League Swiss Ice Hockey Federation, Hagenholzstrasse 81, P.O. Box, CH-8050 Zürich Page 1 de 6 Table des matières Table des matières 2 Introduction 2 1. Assurances

Plus en détail

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

Investir dans la formation locale des joueurs

Investir dans la formation locale des joueurs Investir dans la formation locale des joueurs A. Questions politiques 1. Pourquoi l'uefa fait-elle ces propositions? Ces dernières années, l'uefa a identifié un certain nombre de problèmes susceptibles

Plus en détail

ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016

ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport Direction de l'enseignement secondaire II DGES II CEP - Coordination pour l'éducation physique et le sport

Plus en détail

Code de déontologie des psychologues

Code de déontologie des psychologues c. C-26, r.148.1 Code de déontologie des psychologues Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 87) CHAPITRE I DEVOIRS ET OBLIGATIONS ENVERS LE PUBLIC 1. Le psychologue inscrit au tableau de l'ordre professionnel

Plus en détail

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 Brochure JO 3108 Chimie Avenant n 3 1955-06-16 Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 INGENIEURS ET CADRES, ANNEXE

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Football de base de la FIFA Football et santé

Football de base de la FIFA Football et santé Football de base de la FIFA Football et santé Important de garantir un environnement sûr aux enfants L entraîneur-éducateur doit pouvoir se concentrer sur le jeu sans appréhension ni crainte par rapport

Plus en détail

Concours externe du Capeps et Cafep - Capeps

Concours externe du Capeps et Cafep - Capeps A. Épreuves écrites d'admissibilité I. Dissertation portant sur les fondements sociohistoriques et épistémologiques de l'éducation physique et des activités physiques, sportives et artistiques (APSA) L'épreuve

Plus en détail

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière.

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière. Psychologie générale Jean Paschoud STATISTIQUE Sommaire Rôle de la statistique Variables Échelles de mesure Résumer, décrire Comparer Rôle de la statistique La statistique est avant tout un outil permettant

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE 2014-2015 pour compléter votre dossier d inscription

NOTICE EXPLICATIVE 2014-2015 pour compléter votre dossier d inscription NOTICE EXPLICATIVE 2014-2015 pour compléter votre dossier d inscription NUMERO INE (page 1) L'Identifiant National Etudiant (INE) est le numéro matricule étudiant à 11 caractères (ou BEA pour les bacheliers

Plus en détail

BOXE ANGLAISE. 13 novembre 2014 Pesée : 13 h 30 à 14 h 00 14 h - 1 er assaut 20 novembre 2014 Pesée : 13 h 30 à 14 h 00

BOXE ANGLAISE. 13 novembre 2014 Pesée : 13 h 30 à 14 h 00 14 h - 1 er assaut 20 novembre 2014 Pesée : 13 h 30 à 14 h 00 CIUP Espace SUD 9F, Bd Jourdan 75014 PARIS BOXE ANGLAISE 1 - CALENDRIER ÉPREUVES DATES LIEUX ENGAGEMENTS COUPE JEAN LETESSIER J.Filles toutes catégories et Garçons jusqu'à 69 kgs COUPE JEAN LETESSIER Garçons

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE ACTION DANS LE CADRE DE VOLTAGE

RAPPORT DE RECHERCHE ACTION DANS LE CADRE DE VOLTAGE RAPPORT DE RECHERCHE ACTION DANS LE CADRE DE VOLTAGE Luc Marsolais, conseiller en promotion de la santé, janvier 200 LES JEUNES DU 2 ième CYCLE DU COLLÈGE DE L ASSOMPTION NE SONT PAS SUFFISAMMENT ACTIFS

Plus en détail

Evolution démographique récente et projections démographiques

Evolution démographique récente et projections démographiques Office cantonal de la statistique OCST AT - GENÈVE Evolution démographique récente et projections démographiques Introduction Rappel : la dernière édition des projections démographiques pour le canton

Plus en détail

PROTECTION DES LICENCIES

PROTECTION DES LICENCIES Départements : CHER - LOIR-ET-CHER 2015-2016 CIRCULAIRE N 4 PROTECTION DES LICENCIES PROTECTION DES LICENCIES CERTIFICAT MEDICAL (voir également circulaire n 3 point 7 page 3) I Règlement médical fédéral

Plus en détail

Le DOCTEUR demeurant., qualifié en... inscrit au Tableau du Conseil départemental de... l Ordre des médecins sous le numéro...

Le DOCTEUR demeurant., qualifié en... inscrit au Tableau du Conseil départemental de... l Ordre des médecins sous le numéro... Adopté par le Conseil national décembre 2012 MODELE DE CONTRAT POUR UN COLLABORATEUR MEDECIN salarié d'un Service de santé au travail interentreprises conclu en application des articles R.4623-25 et R.4623-2

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE DES JEUX DES PETITS ETATS D EUROPE

REGLEMENT TECHNIQUE DES JEUX DES PETITS ETATS D EUROPE REGLEMENT TECHNIQUE DES JEUX DES PETITS ETATS D EUROPE Article 1 DISPOSITIONS GENERALES Conformément à l article 11 des Statuts, les Jeux des Petits Etats d Europe sont célébrés tous les deux ans, à partir

Plus en détail

La situation des personnes âgées dans les ménages

La situation des personnes âgées dans les ménages N o 98-312-X2011003 au catalogue Recensement en bref La situation des personnes âgées d les ménages Familles, ménages et état matrimonial Type de construction résidentielle et logements collectifs, Recensement

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

1 er GRAND PRIX JEUNES DE LA GRANGE AUX ORMES Samedi 25 & Dimanche 26 Avril 2015

1 er GRAND PRIX JEUNES DE LA GRANGE AUX ORMES Samedi 25 & Dimanche 26 Avril 2015 1 er GRAND PRIX JEUNES DE LA GRANGE AUX ORMES Samedi 25 & Dimanche 26 Avril 2015 Clôture des engagements: Le vendredi 10 avril 2015 auprès du Golf de la Grange aux Ormes Frais d'engagement : 30 par joueur

Plus en détail

Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999

Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999 Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999 I- Introduction Sujet d'intérêt de tous les temps, l'adolescence prend, aujourd'hui, plus d'importance en raison

Plus en détail

BOURSES OLYMPIQUES POUR ATHLÈTES "RIO 2016"

BOURSES OLYMPIQUES POUR ATHLÈTES RIO 2016 BOURSES OLYMPIQUES POUR ATHLÈTES "RIO 2016" OBJECTIF Aider les athlètes d'élite sélectionnés et présentés par leurs Comités Nationaux Olympiques (CNO) respectifs dans leur préparation et leur qualification

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

LICENCES ET TITRES SAISON 2016

LICENCES ET TITRES SAISON 2016 LICENCES ET TITRES SAISON 2016 RAPPELS CONCERNANT LES DIFFÉRENTS TYPES DE LICENCES ET DE TITRES ET LEUR CHAMP D'APPLICATION Il existe 7 types de licences (A, U, BF, I et D 3 mois, 1 mois, 7 jours) et 2

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 ans" Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014

DGO 2013-2017. Données de l'enjeu jeunes de moins de 25 ans Période d'étude : 2009-2013. Septembre 2014 SERVICE EXPERTISE TERRITORIALE RISQUES ET SECURITE Sécurité Routière et Déplacements Septembre 2014 DGO 2013-2017 Données de l'enjeu "jeunes de moins de 25 " Période d'étude : 2009-2013 Direction Départementale

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

Royaume du Maroc. Économie et des Finances. des Finances. Contrôle Interne. Tanger 23 avril 2009

Royaume du Maroc. Économie et des Finances. des Finances. Contrôle Interne. Tanger 23 avril 2009 Royaume du Maroc Ministère de l Él Économie et des Finances Inspection Générale G des Finances Contrôle Interne Tanger 23 avril 2009 Chafik AZEBA Inspecteur des Finances de Grade Exceptionnel PLAN Définition

Plus en détail

www.meceneliteanjou.fr Portons haut les couleurs de notre département!

www.meceneliteanjou.fr Portons haut les couleurs de notre département! www.meceneliteanjou.fr Avec Portons haut les couleurs de notre département! Un Fonds de dotation innovant pour accompagner les projets extra-sportifs des athlètes de notre territoire intié et soutenu par

Plus en détail

Le suivi médical des sportifs en Bretagne

Le suivi médical des sportifs en Bretagne Le suivi médical des sportifs en Bretagne I- Le suivi médical règlementaire du sportif (obligatoire) Qui est concerné? Sportifs listés : sportifs de haut niveau / sportifs espoirs / sportifs partenaires

Plus en détail

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE LE DEVOIR DE SURVEILLANCE Une obligation importante Principe de vigilance La surveillance des élèves doit être effective, vigilante et efficace. Elle doit être constante pendant la totalité du temps scolaire.

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2012 Les principes décrits valent pour tous, que vous soyez : un candidat-assuré qui souhaite conclure une assurance ; un assuré désirant

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008

Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008 Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008 Pertinence et définitions Pertinence de l'indicateur par rapport à l aménagement du territoire Le sport occupe une place privilégiée

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/ A Madame et Messieurs le Gouverneurs Aux bourgmestres Nos réf. : VIII/D/JC/ Objet : Circulaire concernant l'application de la loi du 10 avril 1990 sur les entreprises de gardiennage, sur les entreprises

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Bouger, à quoi ça sert?

Bouger, à quoi ça sert? Travail réalisé dans le cadre de la formation Sciences et société Bouger, à quoi ça sert? Pourquoi Bouger? On a adapté l activité pour des élèves de troisième d ESO (15 ans). Pour faire cela on a utilisé

Plus en détail

Introduction à l'analyse statistique des données

Introduction à l'analyse statistique des données INTRODUCTION À L'ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES CONCEPTS DE BASE Un certain nombre de concepts, préalables indispensables à la compréhension des analyses présentées, sont définis ici. De même pour quelques

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet professionnel d'élèves de 10H section exigences de base

Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet professionnel d'élèves de 10H section exigences de base Synthèse du mémoire de Master présenté à la Faculté des lettres de l'université de Fribourg (CH) Département des sciences de l'éducation Le rôle des stages en entreprise dans la construction du projet

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport?

Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport? Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport? En fédération Wallonie-Bruxelles Johan Vanden Eynde Avocat (Bruxelles Paris) Arbitre auprès de la Cour

Plus en détail