ANAE. Etudes sur la diffusion latérale des activités de l'anae dans la zone de Tsiatosika

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANAE. Etudes sur la diffusion latérale des activités de l'anae dans la zone de Tsiatosika"

Transcription

1 ANAE Etudes sur la diffusion latérale des activités de l'anae dans la zone de Tsiatosika 1

2 INTRODUCTION Ce rapport fait partie de la série «d études sur la diffusion latérale des activités de l ANAE» au niveau des projets menés sur différentes antennes de l association. Cette étude a été effectuée dans la zone de Tsiatosika qui touche la commune de Tsiatosika et celle d Antsenavolo, zone encadrée par l antenne de Manakara. Deux associations coopèrent simultanément sur la zone de Tsiatosika avec l ANAE : l association Miaramiezaka et l association Ravinala, mais le présent rapport d étude sur la diffusion latérale ne concerne que celle relative au projet réalisé en collaboration avec l association dénommée MIARAMIEZAKA qui a travaillé sur 10 sites localisés sur 4 fokontany de la commune de Tsiatosika et 2 fokontany de la commune d Antsenavolo, Fivondronana de Mananjary. Les activités sont menées avec le concours de groupements paysans au niveau de chaque site et ces groupements portent tous le nom de Miaramiezaka, celui de l opérateur, dans le cadre du projet. Actuellement plusieurs de ces groupements ne sont plus fonctionnels, et les paysans de certains sites n ont que de vague souvenir sur l existence de groupement dans leurs villages ou dans leur voisinage immédiat. Le choix des hameaux pour l étude de la diffusion latérale s est porté sur ceux pour lesquels aucun membre de groupement n a résidé, mais il peut aussi concerner les hameaux des sites proprement dits dès que les villages les plus proches dépassent la distance de 2 km. L analyse effectuée dans l ensemble de ce document n essaie en aucun cas de juger les réalisations du projet, toutefois elle se réfère aux résultats de l encadrement afin de situer les impacts sur la population résidant aux voisinages des sites. La diffusion latérale considérée dans cette étude, touche la campagne agricole 2000/2001, sans être comparée avec les résultats obtenus au sein des groupements pour cette même campagne, étant donné que les statistiques de réalisations auprès de ces groupements ne sont pas disponibles. PRESENTATION SOMMAIRE DE LA ZONE D ETUDE : La commune de Tsiatosika 2

3 Les dix sites du projet mené par l Association Miaramiezaka sont situés sur deux communes du Fivondronana de Mananjary à savoir Tsiatosika et Antsenavolo, mais sept de ces sites sont localisés dans la commune de Tsiatosika, ainsi la description qui suit concerne uniquement cette dernière commune. Localisation et situation administrative C est une commune localisée à 17 km à l Ouest de Mananjary Elle couvre une superficie totale de 195 km² et compte une population totale de individus (février2001), dont environ 43% du sexe féminin et 57% du sexe masculin, représentant environ 3961 ménages, se répartissant comme suit : - 0 à 14 ans : à 64 ans : ans et plus : 1211 Cette population se répartit sur 12 fokontany : Fokontany - Tsiatosika - Betampona - Manakana I - Ambalaromba - Andranomaresaka - Anivorano - Volomborona - Ankarongana - Ambatoharanana - Anosimparihy - Andranomavo II - Ambohimiarina I Population (Source Commune Tsiatosika) La population de la commune de Tsiatosika est constituée par un mélange de populations originelles et de populations migrantes d origines diverses. Elle se compose en particulier des Tanala, Antambahoaka, Betsileo, Betsimisaraka, Antemoro, Antefasy, Merina, Antandroy et des Chinois. Morphologie générale de la zone La commune de Tsiatosika présente les caractéristiques du paysage de la côte Est malgache avec : - une dominance des collines de faible à moyenne pente, colonisées par une végétation abondante mais typique aux sols dégradés ou en voie de l être. - des vallées étroites utilisées essentiellement pour la riziculture - un réseau hydrographique assez important, résultant d un climat pluvieux. Production agricole La production agricole au niveau de la commune est définie par les conditions climatiques et morphologiques de la zone, mais le contexte historique influence 3

4 aussi considérablement le choix des spéculations dans cette production. En effet, Tsiatosika est une ancienne zone des grandes concessions coloniales, ensuite nationalisées, pour la production caféière (Tsarahafatra, Ambatotsara, Manakana ) : près de 2/3 de la superficie de la commune correspond aux plantations nationalisées, ainsi le café représente le principal produit de la zone étant donné que les caféiers de ces plantations sont maintenus malgré l absence des propriétaires (ou des responsables). Une majorité de la population ont travaillé auprès des concessions et utilisent en partie les terrains non occupés par le café. Mais paradoxalement, la priorité dans la production agricole est actuellement accordée à la production de cultures vivrières qui est suivie par différentes activités génératrices de revenu. Principales production et calendrier pour les produits de base : Produits Semis/plantation Récolte Café Riz (vatomandry+tavy) Riz 2 ème saison Canne à sucre Orange, mandarine Banane Manioc Patate Poivre Girofle Div. arbres fruitiers (dont fruit à pain) Haricot et voanjobory Maïs (Source Commune Tsiatosika) Commercialisation des produits Juillet à Octobre Septembre à Novembre Toute l année Mi-juin Avril Mai-juin Avril-juin Décembre-Janvier Janvier-Février Octobre Septembre La banane, le zevihy et la canne à sucre trouvent des acheteurs sur le marché de collecte au même titre que les produits d exportation comme le café, le girofle et le poivre. Par contre les grains secs, le riz et le manioc sont vendus directement auprès des consommateurs. A noter aussi que le fruit à pain (soanambo) s écoule facilement sur le marché local ou à Mananjary à l inverse de l orange qui ne trouve que de rares acheteurs. Cours actuel de quelques produits : Produits Café Prix à la collecte (année2001) 1000 F/kg 4

5 Banane Canne à sucre Manioc Haricot Soanambo (fruit à pain) Girofle Poivre vert Poivre noir Zevihy Orange avocat 250 à 350 F/kg 100 F/kg 500 F/tas de 1,5 kg environ 1000 F/kapoaka 300 à 500 F/pièce 6000 F/kg 2000 F/kg F/kg 150 F/kg 150 F/kg 200 F/kg (Source Commune Tsiatosika) Infrastructure routière : La commune est parcourue d Ouest en Est par la RN 25 reliant Fianarantsoa à Mananjary, une route en assez bon état sur l ensemble de la zone, tandis que la partie Nord de la commune est desservie par la RN 24 joignant Tsiatosika à Nosy Varika Actuellement le PAM (Programme Alimentaire Mondial) s occupe de la réhabilitation de certaines pistes rurales, mais malgré tout, les fokontany d Anivorano et d Ambatoharanana ne sont pas accessibles. Par ailleurs le projet de réhabilitation de l axe Ambohimiarana-Ambalahambana mesurant 12 km, a été abandonné. Et enfin, 2 ponts sont à réhabiliter, pour pouvoir rejoindre par route Andranomaresaka Infrastructures sociales 20 écoles primaires publiques et 1 école primaire privée ouvrent leurs portes au sein de la commune ; chaque fokontany de la commune est doté d une école primaire hormis le fokontany d Anivorano. Un Centre de Santé de Base Niveau II (CSB II) fonctionne à Andranomborondolo, village localisé à 2 km au Nord de Tsiatosika, avec 1 médecin, 2 sages femmes et un dispensateur. Le dispensaire des sœurs de Tsiatosika ne s occupe que des soins d urgence. Services publics d encadrement Le service des Eaux et forêts est présent à Andranomiteka, fokontany situé à environ 14 km à l Ouest de Tsiatosika, et il opère principalement pour les activités de reboisement. 4 Agents vulgarisateurs de base (AVB) ont encadré des groupements paysans de la commune lors de la mise en œuvre du PNVA (Programme National de Vulgarisation Agricole) dirigé par le Ministère de l Agriculture. Mis à part la création de groupements paysans, l opération menée au cours du programme consistait soit à 5

6 vulgariser de nouvelles méthodes culturales, soit à appuyer les groupements dans la réalisation des diverses activités qui touchent notamment : - Le SRI - L introduction de culture de café biclônal - L approvisionnement en semences pour les cultures maraîchères - La confection de ruche moderne avec des matériaux locaux (rapaka) en Apiculture - L approvisionnement en alevins en Pisciculture : - Et la couverture sanitaire (vaccination) en Aviculture : Associations et ONG opérant dans la zone Miaramiezaka et Ravinala sont les deux associations/opérateurs de l ANAE, mais actuellement seule Ravinala est opérationnelle pour les activités touchant l environnement et le développement rural. L ONG Jereo Salama Isika (JSI) est récemment implanté sur 4 Fokontany. Cet ONG agit dans le domaine de la santé publique et de l assainissement (lutte contre le choléra, construction de WC, dépôt d ordures ) Commune et développement Vers le début de l année 2000, la commune de Tsiatosika a élaboré un «programme de travail» fixant des objectifs à atteindre aussi bien sur le plan de la production agricole que sur la mise en place de diverses infrastructures (cf. annexe) Les activités figurant dans le programme de travail correspondraient aux besoins de chaque zone et devraient concourir à un développement équilibré entre le social et l économique. Pour la réalisation du programme en matière de production agricole, la commune compte utiliser le service d anciens AVB en chômage actuellement, et rouvrir le centre de formation agricole de Manakana. De plus, un «dina fanentanana ara-pamokarana», consistant à «obliger» la population active à avoir une activité de production, est en train de se mettre en place actuellement ; ce dina touche particulièrement la production de cultures d exportation et de cultures vivrières. L OPERATEUR DE L ANAE : ASSOCIATION MIARAMIEZAKA 6

7 Miaramiezaka est une association régie par l ordonnance , existant légalement depuis février 1996, et ayant son siège à Mananjary ville. Elle a pour objet le développement communautaire et cette association n a encore eu de projets à gérer avant sa collaboration avec l ANAE en Le cursus des membres Lors de sa création, Miaramiezaka comptait 10 membres, mais l effectif s est réduit au fil des années pour arriver à 7 actuellement pour des raisons de mutation d agents des services publics. En effet, les membres de l association se composent singulièrement de fonctionnaires, dont en particulier des agents du service des Eaux et Forêts. L organigramme de Miaramiezaka se présente comme suit : - Président : agent du projet Jereo Salama Isika (JSI/USAID) agissant dans le domaine de la santé, ancien coordinateur du projet Dette Nature de WWF Mananjary - Vice-président : chargé de la programmation, du secrétariat et de la comptabilité ainsi que de la formation, agent du service des Eaux et Forêts de Mananjary - Formateur : agent des Eaux et Forêts résidant à Mananjary - Animateur/formateur : agent du Programme National de Vulgarisation Agricole (PNVA) Tsiatosika - Animateur/formateur : agent forestier d Andranomiteka - 2 paysans résidant à Antaninarenina, Fokontany de Volomborona, commune de Tsiatosika. Les activités et techniques diffusées Miaramiezaka a opéré sur 10 sites localisés dans la «zone» de Tsiatosika, encadrant particulièrement les activités de reboisement, de l aménagement tanety et à moindre mesure de l arboriculture fruitière. ACTIVITES Arboriculture fruitière Aménagement tanety Reboisement Plantation Paillage Zéro labour Pépinière Plantation TECHNIQUES Pour l arboriculture fruitière, l activité consiste en la plantation d orange sauvage (voahangy ala) en zone habitée. L aménagement tanety consiste à l expérimentation du paillage et du zéro labour sur la production, de haricot et de maïs : des formations ont été réalisées sur les 10 sites et des semences de haricot ont été distribuées à certains paysans. Pour le reboisement, la formation et l encadrement des groupements sur la production de plants en pépinière (choix de terrain, semis) ont été les préoccupations 7

8 majeures de Miaramiezaka dans l ensemble de ses activités. La plantation a été laissée aux soins des groupements. Des graines d eucalyptus robusta provenant de la station forestière d Andranomiteka ont été distribuées à chaque groupement. Méthode d intervention L association a élaboré son document de projet à partir de son appréciation des réalités de terrain et des exigences relatives aux appuis conséquents. Afin de réaliser ses objectifs, Miaramiezaka a sensibilisé la population de chaque fokontany pour la création de groupements paysans. Le nombre de membres de chaque groupement était systématiquement limité à 20. Les groupements n ont pas de dénomination propre, mais leurs membres peuvent être considérés comme faisant partie de l association Miaramiezaka. Des formations théoriques sont données, pour chaque activité, à un ou deux membres de chaque groupement par les agents de Miaramiezaka Mananjary. Ces formations sont destinées aux futurs pépiniéristes particulièrement ; ces pépiniéristes sont indemnisés dans le cadre du projet. Les applications pratiques devraient concerner la totalité des membres de chaque groupement avec l assistance des agents de Miaramiezaka. Hormis les formations, l association a remis divers matériels tels que brouette, angady, râteau, fourche et arrosoir pour une utilisation commune de chaque groupement : ces matériels sont détenus par un responsable de site désigné par Miaramiezaka. Quelques paysans encadrés par Miaramiezaka ont aussi reçu des semences de haricot pour les expériences d aménagement tanety. Situation actuelle de l association Miaramiezaka est pratiquement une association en veilleuse actuellement faute de partenaires financiers. Tous les membres de l association vaquent à leurs occupations habituelles, et le président, qui est aussi conseiller technique de la commune urbaine de Mananjary, s occupe d un projet touchant le domaine de la santé publique. LE NIVEAU D ADOPTION DES ACTIVITES Commune ANTSENAVOLO 8

9 Site VOHITSERANANA Vohitseranana est un fokontany situé à l extrême Est de la commune d Antsenavolo, soit limitrophe entre les deux communes de Tsiatosika et d Antsenavolo. il se trouve à environ 4 km au sud d Andranomiteka, village localisé sur la route nationale 25 joignant Fianarantsoa à Mananjary, soit à environ 17 km au sud Ouest de Tsiatosika. Ce site est accessible en voiture pendant les périodes sèches, suivant une route en très mauvais état. En général, le village de Vohitseranana présente une topographie homogène constituée de collines, à pente moyenne, couvertes de forêt dégradée et de bas fonds d ouverture faible à moyenne. Une quarantaine de ménages habite sur la zone avec une forte proportion de jeunes, représentant la population active. Cette population vit essentiellement de l agriculture en produisant notamment du riz, de la canne à sucre, de la banane et du café. Si le riz est totalement utilisé pour l autoconsommation de chaque ménage, les autres produits servent pour tirer un revenu qui lui-même sert en grande partie pour l achat alimentaire. A noter que la cueillette d orange et le salariat agricole représentent aussi des activités rémunératrices pour certains membres de la communauté. Réalisations du projet Les réunions de sensibilisation, menées par l association Miaramiezaka ont abouti à la désignation d un pépiniériste-encadreur local, sans pour autant parvenir à la création de véritable groupement paysan. Le pépiniériste avait reçu la formation nécessaire pour réaliser l activité de reboisement en Fokontany VOHITSERANANA Site Vohitseranana Activités Année 1998 Année 1999 Année 2000 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 20 0,125 ha Reboisement 20 7 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany VOHITSERANANA Site Vohitseranana Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat Unité Spéculations Arboriculture fruitière 0 0 arbre Aménagement tanety 0 0 ha Reboisement 0 0 ha La culture d orange pourrait intéresser les paysans de la zone étant donné que cette activité est pratiquée habituellement. 9

10 L absence d encadrement adéquate favorise pourtant la traditionnalité de la méthode de production. L aménagement tanety a été conduit sous forme d essai et n a intéressé que de faibles superficies même au niveau du projet, il a été abandonné l année suivante. L abandon précoce de la pépinière a provoqué une indisponibilité de plants à mettre en terre et a simultanément limité l enthousiasme des paysans. Par ailleurs beaucoup des paysans louent déjà des terrains pour les activités agricoles et ne disposent ainsi de parcelles pour le reboisement. La présence ponctuelle des agents des Eaux et Forêts et la présence d une pépinière lors de la période d exécution du projet, auraient pourtant favorisé le reboisement. Site ANDRANOMAVO I Andranomavo fait partie du fokontany de Vohitseranana, c est un village situé à environ 2 km à l Est du chef lieu de fokontany. Aucune route ne relie Andranomavo à Vohitseranana, seule une piste pour marcheur permet d y accéder. Le paysage du site est essentiellement constitué de bas fonds étroits dominés par des collines de pente faible à moyenne sur lesquelles règne une végétation arbustive ou herbacée alternant avec des parcelles de cultures de manioc, les bas de pente étant presque entièrement plantés de canne à sucre. Les 35 ménages vivant sur le site sont exclusivement constitués d Antemoro avec près de 60% de jeunes de moins de 15 ans et plus de 20% de population active. Les cultures de café, de canne à sucre, de riz, de manioc et de banane représentent les principales activités de la population, mais la transformation de la canne à sucre en «toaka gasy» apparaît aussi comme une occupation d importance non négligeable. Réalisations du projet Pratiquement, tous les paysans d Andranomavo ont fait partie du groupement créé en 1998 par l association Miaramiezaka. Ce groupement résulte de la volonté des paysans à s associer pour des travaux d intérêt commun mais il ne comporte pas de structure bien définie se considérant être sous la tutelle directe de Miaramiezaka Mananjary. Deux membres du groupement ont reçu des formations sur le reboisement en 1998 à Andranomavo II : les thèmes de formation concernent la mise en place et l entretien de pépinière ainsi que la plantation. Le reboisement a été considéré comme un travail communautaire, il n a pas été demandé au cours des sensibilisations mais c est une activité attribuée. Malgré l absence d une préparation judicieuse, des résultats ont été enregistrés : Fokontany VOHITSERANANA Site Andranomavo I Activités Année 1998 Année 1999 Année

11 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 20 0,125 ha Reboisement 20 6,5 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany VOHITSERANANA Site Andranomavo I Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Arboriculture fruitière sur tanety 0 0 arbre Aménagement tanety 0 0 ha Reboisement 0 0 ha Spéculations L inaccessibilité du site handicape fortement, l activité arboriculture fruitière : l écoulement des produits s avère pénible au transport du fait que ce sont des produits pondéreux, encombrant et peu rémunérateur. La préférence donnée à la canne à sucre, transformable directement sur le lieu, est nettement observée. Les formations et l encadrement sur l aménagement tanety ont été trop rapides, ainsi la réalisation a été effectuée par tâtonnement pour avoir un résultat convainquant les autres paysans. Concernant le reboisement, les plants produits auprès de la pépinière locale n ont pas suffi même aux membres du groupement, or cette pépinière n a fonctionné que pendant la phase du projet : un membre influent aurait voulu prendre la place du pépiniériste étant donné les indemnités perçues, ainsi les connaissances techniques résultant des formations n ont pas été divulguées. Site FENOARIVO Le village de Fenoarivo se trouve à 18 km à l Ouest de Tsiatosika, sur la RN 25 menant à Fianarantsoa. Du fait de sa position, Fenoarivo est facilement accessible toute l année, malgré un relatif éloignement du chef lieu de fokontany (Ankazotokana) situé à plus de 3 km à l Ouest. Le site de Fenoarivo est caractérisé par une topographie légèrement variée, représentée par des collines de faible pente au nord et à l Est, une vallée d ouverture moyenne dans la partie Ouest et des collines à pente moyenne surplombant des bas fonds étroits dans la partie sud. Pratiquement toutes les collines sont cultivées de riz, de manioc ou de banane si elles ne sont pas mises en jachère. Les parties basses de ces collines sont en majorité plantées de caféiers alternant parfois avec le maïs, tandis la canne à sucre est omniprésente sur les bas de pente. Les bas fonds bénéficiant de l eau de façon quasi-permanente, sont exclusivement utilisées pour la riziculture de submersion. La population du site, composée en majorité d Antesaka et en partie d Antemoro, comptant environ une cinquantaine de ménages, vit ainsi essentiellement de l agriculture. Il faut noter toutefois que les terrains cultivables sont pour la plupart 11

12 détenus par les anciens employés des concessions nationalisées, et plusieurs familles louent des terrains auprès de ces «héritiers» qui souvent utilisent aussi la main d œuvre locale pour leurs exploitations. Réalisations du projet Une réunion sur le site avec Miaramiezaka a permis la création d un groupement paysan en 1999 et associant 54 membres au départ, mais faute d animation il ne compte qu une trentaine d adhérents issus d une même lignée actuellement Ce groupement se fixe comme objectif de développer le site avec le concours de Miaramiezaka, ainsi durant le projet les membres ont reçu des formations relatives au paillage et à la fabrication de compost pour la culture de haricot, et le reboisement. Les résultats de ces interventions se présentent comme suit : Fokontany ANKAZOTOKANA Site Fenoarivo Activités Année 1998 Année 1999 Année 2000 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 20 0,125 ha Reboisement 20 5,75 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany ANKAZOTOKANA Site Fenoarivo Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Spéculations Arboriculture fruitière sur tanety 0 0 arbre Aménagement tanety 12 1,4 ha Haricot/compost, paill Reboisement 0 0 ha La plantation d arbres fruitiers n intéresse pas les paysans du site du fait que les les prix obtenables sur place pour les fruits, autres que la banane, ne sont motivants devant les efforts fournis pour la récolte et l évacuation à partir des plantations. Par ailleurs le revenu d appoint est encore assuré par la fabrication de toaka gasy. Les sensibilisations menées pendant le projet et les informations répandues par les membres du groupement pour l aménagement tanety et notamment la culture de haricot, ont reçu un écho assez favorable compte tenu du contexte local ; les paysans sont convaincus que l apport de compost améliore la productivité du sol et que le paillage protège le haricot du soleil car cette spéculation ne supporte pas une forte insolation. Par ailleurs la présence d une biomasse importante, ajoutée à une adaptation rapide aux nouvelles méthodes culturales ont facilité la diffusion : en effet ces nouvelles méthodes ne diffèrent que de très peu des habitudes culturales locales. A noter toutefois que les grands propriétaires terriens et les ménages de taille réduite ne s intéressent guère à ces nouvelles méthodes du fait d une relative suffisance. Pareillement, les jeunes qui se salarient auprès des grandes exploitations ignorent 12

13 aussi l aménagement tanety, faute de temps et par la crainte d être mal vue par leurs employeurs, tandis que d autres n osent encore prendre de risque attendant les résultats des pratiquants Pour le reboisement, l absence de terrain familial pour la plupart des ménages est limitant. Les propriétaires terriens interdisent toute forme de reboisement, car en principe les arbres peuvent se substituer aux bornes en milieu rural. Certains désirs de reboiser sont toutefois exprimés par les paysans afin de laisser un héritage pour leurs progénitures, de laisser une trace de leurs propres histoires aux descendants. Le reboisement permet aussi de prélever librement des arbres destinés à la construction des cases (obligatoire tous les 5 à 7 ans). Commune TSIATOSIKA Site ANOSIMPARIHY Anosimparihy se trouve à 10 km au Nord de Tsiatosika. C est un chef lieu de fokontany se trouvant sur la RN 24 reliant Tsiatosika à Nosy Varika. Ce site est facilement accessible pendant les périodes sèches, mais dès la moindre pluie, la praticabilité de la route est très aléatoire : d ailleurs des barrages de pluie sont installés tout au long de cet axe. Dans l ensemble, le relief de la zone est caractérisé par la présence de collines plus ou moins aplaties marquées par des reboisements d eucalyptus au bas desquelles s effilent des bas fonds de faible superficie. Une quarantaine de ménages occupe le site et la population est représentée en majorité par les communautés Betsimisaraka et Antambahoaka, mais des Betsileo, des Merina et des Antandroy résident aussi sur le lieu. Les principales activités de la zone s identifient aux cultures de café et de riz, mais elles sont toujours accompagnées de la culture de manioc et accessoirement d autres produits tels que la banane, le poivre et la canne à sucre. Réalisations du projet Suite aux sensibilisations menées par l ANAE et l association Miaramiezaka, un groupement paysan s est créé en août Le nombre d adhérents au groupement a été limité à 20 lors de sa constitution et seuls des «vrais» paysans ont été admis. Ce groupement n a pas d objectifs bien définis, mais il se réfère simplement aux idées véhiculées par l association mère. Le groupement a reçu des formations locales sur la mise en place de pépinière et la confection de boulettes pour les jeunes plants, mais par la suite, la commune s est occupée de cette pépinière. Fokontany ANOSIMPARIHY Site Anosimparihy Activités Année 1998 Année 1999 Année

14 Partici Réalis Partic Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 22 5 ha Reboisement 22 1,1 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany ANOSIMPARIHY Site Anosimparihy Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Spéculations Arboriculture fruitière sur tanety 0 0 arbre Aménagement tanety 3 0,3 ha Haricot, /paillage Reboisement 0 0 ha L éloignement relatif d Anosimparihy et l abondance de fruits cultivés le long de l axe RN 24, le défavorise pour l arboriculture fruitière. Pour l aménagement tanety, un agent de l opérateur visite fréquemment la zone et les réalisations du groupement : certains paysans demandent des conseils, indépendamment des activités du projet pour ensuite l appliquer à faible échelle. Les résultats des essais ne sont pourtant pas très éloquents comparés aux méthodes culturales habituelles, par ailleurs l utilisation de l angady pour le nettoyage des parcelles avant le paillage est encore limitée. Le reboisement a été considéré comme l activité de lancement du projet : il a servi de cadre d animation du groupement, seulement dès que la commune s est mise à diriger les opérations, l association s est retirée de l affaire et toutes les activités ont cessé. Site ANKARONGANA Ankarongana est un fokontany localisé à 7 km au nord de Tsiatosika. Ce site se trouve sur l axe routier menant à Nosy Varika sur la RN 24. Le site d Ankarongana est composé de 6 hameaux sur lesquels vivent près d une cinquantaine de ménages d origines variées : l ossature de cette population est constituée des Betsimisaraka (près de 80%), mais la présence de Betsileo, d Antesaka et d Antambahoaka est aussi notée. La configuration topographique de la zone présente en général des collines à pente peu accentuée, surplombant des vallons étroits arpentés par des filets d eau se mettant facilement en crue lors des grandes pluies. Les sommets de collines sont couverts de végétation arbustive ou de fougères, végétation résultant du passage successif du feu. La présence de bambou sur les flancs et les bas de collines témoignent aussi de ce phénomène. Les terrains cultivés comprennent en général de la canne à sucre, de la banane, du riz, du manioc et du café. 14

15 Réalisations du projet La population locale a voulu sortir d une situation jugée déplorable, et l arrivée de Miaramiezaka sur la zone a coïncidé avec ce désir de changement, ainsi un groupement paysan fût constitué rapidement, associant les 20 membres exigés. Actuellement, faute d activités, ce groupement est en veilleuse. Ce groupement s est organisé de façon à prélever des cotisations auprès de ses membres et une quête a été organisée afin d assurer la restauration des formateurs: «un agent des eaux et forêts» et «un agent de l agriculture» ont donné des formations localement en matière de reboisement surtout. Fokontany ANKARONGANA Site Ankarongana Activités Année 1998 Année 1999 Année 2000 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 20 5 ha Reboisement 20 5,3 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany ANKARONGANA Site Ankarongana Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Spéculations Arboriculture fruitière sur tanety 0 0 arbre Aménagement tanety 2 0,3 ha Haricot / paillage Reboisement 0 0 ha D une manière générale, les paysans ont hésité à imiter les activités menées par le groupement du fait de leurs inquiétudes d être enrôlés systématiquement dans ce groupement, alors que les cotisations pèsent lourdement sur le budget des ménages. D ailleurs le groupement ne réagit plus après la seule année du projet. L arboriculture fruitière fait partie des activités dont la mise en œuvre est encore en suspens: faute de plants sur la pépinière non fonctionnelle. Le paillage est en cours d essai sur des paysans résidant sur l axe routier menant vers Nosy Varika, et une infime partie des paysans d Ankarongana tentent de les imiter. La technique est pourtant loin d être maîtrisée si bien que les autres paysans n osent se lancer dans cette aventure. Le reboisement pourrait intéresser les paysans dans la mesure où le bois est utilisé quotidiennement pour la cuisine et régulièrement, tous les cinq ans, pour l armature des constructions en falafa. D autre part le reboisement s exécute facilement suivant les méthodes traditionnelles et un arbre adulte peut procurer un revenu supplémentaire pour les planteurs. 15

16 Certains paysans savent aussi que le reboisement permet de sauvegarder l environnement mais divers arguments sont avancés sur la limite de cette activité : Les terrains cultivés appartiennent à des tiers et les paysans ne sont pas en mesure de choisir librement les spéculations qu ils veulent mettre en place. Ces terrains, cultivables en général, sont aussi déjà restreints pour les ménages supposés être en difficulté. Pour les ménages assez aisés, le reboisement est délaissé du fait qu il occasionne des dépenses supplémentaires étant donné l utilisation de main d œuvre extérieure même pour l exploitation agricole ; cette catégorie de ménages est aussi dans la plupart des cas occupé par d autres activités lucratives. Enfin le reboisement n a connu aucune extension à cause de l absence d animation et de sensibilisation, le groupement étant en veilleuse. Et à noter que les personnes âgées ne sont plus intégrées dans toutes les activités conduites sur le site. Site VOLOMBORONA Volomborona se situe à environ 7 km au nord de Tsiatosika, et 2 km à l Ouest d Ankarongana. Seule une piste en mauvais état, mesurant 2 km environ, permet d accéder sur le site à pied à partir d une route secondaire parallèle à la RN 24. Le paysage du site est formé d un ensemble de collines légèrement en pente, entrecoupées de bas fonds effilé ou de taille moyenne. Les sommets des collines sont généralement couverts d arbustes et de fougères, tandis que les flancs sont cultivés de manioc. Le riz et la canne à sucre occupent particulièrement les bas fonds. La population du site est composée en majeure partie de Betsimisaraka qui cohabitent avec les Tanala et les Betsileo. Cette population, vivant principalement de l agriculture, a collaboré avec Miaramiezaka durant le projet. Réalisations du projet Un groupement paysan, associant des individus issus des différentes composantes de la population, a été créé en 1999 suite au passage des agents de Miaramiezaka de Mananjary. Cette création n a pas demandé beaucoup de temps car la population a déjà voulu évoluer dans les nouvelles méthodes de production agricole. Des formations sur le marcottage en arboriculture fruitière, et sur le reboisement sont dispensées par les agents de Miaramiezaka à Andranomiteka en 1999, pour des membres désignés du groupement. Parallèlement, des demandes pour la culture de voanjobory ont été émises afin de réaliser les activités sur l aménagement tanety. Fokontany VOLOMBORONA Site Volomborona Activités Année 1998 Année 1999 Année 2000 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 20 5 ha Reboisement 20 7,75 ha (Source ANAE) Diffusion latérale 16

17 Fokontany VOLOMBORONA Site Volomborona Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Spéculations Arboriculture fruitière sur tanety 0 0 arbre Aménagement tanety 6 1 ha Haric,voanjob / paillage Reboisement 0 0 ha Les arbres plantés par les membres du groupement n ont pas encore fructifié et les autres paysans attendent encore les résultats de cette opération avant de se lancer : la réussite de l activité conditionne l adhésion des paysans. Le critère d accessibilité bloque également en partie l enthousiasme des paysans, devant une difficile négociation avec les acheteurs éventuels : l orange est vendue localement au prix de 5f/kg et autour de 25 f/kg le long de la route secondaire, soit à environ 2 km du site. Les semences de légumineuses sont achetées à Mananjary habituellement. Ces spéculations rentrent actuellement dans les habitudes culturales, et les paysans cherchent à améliorer la production devant le déclin du marché des produits exportables: une reconversion est en train de s opérer pour soutirer le revenu principal. L aménagement propremnt dit est toutefois restreint car l utilisation de main d œuvre extérieure engendrant des charges d exploitation supplémentaires, est sollicitée pour les nettoyage des parcelles. Le prélèvement continuel de bois pour la construction pousse les paysans à s intéresser au reboisement, seulement la limitation de l effectif des membres du groupement se présente comme une mesure sélective mal interprétée. Site ANTANINARENINA Ce site fait partie du fokontany de Volomborona, il se situe à environ 3 km au sud de ce dernier. La route secondaire rejoignant Morafeno, passe sur Antaninarenina, mais cette route est dans un état déplorable si bien que la fréquence de son utilisation est très rare. Le site d Antaninarenina est constitué d un paysage formé de collines à pente légère en général couvertes de fougères, mais une zone irriguée assez large s étend sur sa partie Est. Cette configuration du lieu traduit l importance de la production rizicole, mais la culture de manioc vient toujours en complément de cette spéculation sur tanety. L abondance de litchis sur les collines est aussi rapidement remarquée. La communauté Antesaka représente plus de 60% de la population du site, et cette communauté vit avec des Tanala et des Betsimisaraka en proportion plus ou moins égale. Réalisations du projet Le groupement naissant sur Antaninarenina en 1999 est composé dans sa majorité de membres d une même famille. 17

18 L impossibilité d extension des parcelles cultivées a amené les membres de ce groupement à s associer et à chercher les moyens d intensifier la production agricole. Les membres du groupement étaient présents lors de la formation sur le marcottage dispensée par Miaramiezaka à Andranomiteka en Des formations sur le paillage et la plantation d arbres ont été aussi reçues par le groupement, toujours à Andranomiteka. Une visite-échange à Antananarivo a permis à certains membres d avoir un aperçu sur l alimentation et la construction de poulaillers pour l activité petit élevage, même si cette activité n a pas été développée dans le cadre du projet. Fokontany VOLOMBORONA Site Antaninarenina Activités Année 1998 Année 1999 Année 2000 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboricultures fruitières sur tanety arbres Aménagement tanety 20 5 ha Reboisement 20 6,1 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany VOLOMBORONA Site Antaninarenina Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Spéculations Arboriculture fruitière sur tanety 6 30 arbre Orange, litchis Aménagement tanety 3 0,9 ha Haric,vonjobory Reboisement 16 3,8 ha eucalyptus Arboriculture fruitière Un certain nombre de paysans a été assisté par les membres du groupement pour le marcottage. En général, les demandes de conseil proviennent des paysans qui disposent de terrains vacants. L arboriculture fruitière est appréciée du fait que la production sert pour un complément alimentaire et que l excédent peut être vendu. D ailleurs cette culture n exige pas de soins particuliers alors qu elle reste aussi de façon pérenne. L importance de la riziculture limite toutefois le développement de cette activité, les investissements (financier, humain et matériel) sont plus orientés vers la production de riz. De plus, les arbres fruitiers ne produisent qu après des années, et ne peuvent ainsi subvenir aux besoins des paysans qui se trouvent souvent dans des situations de besoin immédiat. Certains paysans attendent aussi les résultats, la fructification des arbres plantés en 1999, pour pouvoir juger de l efficacité de l opération avant de tenter l aventure. Les membres du groupement ont pu bénéficier de semences de voanjobory sur l activité «aménagement tanety»,. Cette spéculation intéresse les paysans pour la vente et pour la consommation au même titre que le haricot, ainsi des semences en provenance de Mananjary ont été achetées par certains paysans mais ces acahts occasionnent des frais supplémentaires pour un déplacement massif. 18

19 Le résultat enregistré sur le reboisement a été dû à l assistance des membres du groupement à leurs confrères qui disposent de terrain non utilisé : des plants d eucalyptus ont été remis aux planteurs spontanés, les paysans qui n ont pas leurs propres terrains sont systématiquement rejetés du système. Le reboisement intéresse particulièrement les paysans afin de bénéficier de bois de construction ultérieurement, mais vers la fin du projet, aucun plant et aucune graine n était plus disponible. Site ANDRAVORAVO C est un site localisé au sud ouest de Tsiatosika. Il fait partie du fokontany d Andranomavo II, situé à 10 km du chef lieu de la commune, suivant la RN 25. Andravoravo se trouve à environ 4 km d Andranomavo, sur l ancienne route nationale qui le relie à son fokontany de rattachement. La population d Andravoravo est exclusivement composée d Antemoro, et se chiffre à environ 30 ménages Cette population cultive généralement du manioc, du riz, de la canne à sucre, de la banane et du café, mais c est la canne à sucre qui prédomine aussi bien sur les flancs des collines de faible pente que sur les bas de pente, les bas fonds étroits étant réservés uniquement pour la riziculture. Les sommets de collines sont recouverts de fougères et d arbustes, démontrant le passage successif de feu résultant de la pratique de tavy. Réalisations du projet Le groupement paysan d Andravoravo s est constitué en 1998, suite aux sensibilisations de Miaramiezaka. Ce groupement a comme objectif principal de maîtriser la commercialisation des produits. Ce groupement réunissait l ensemble de la population lors de sa création pour ne plus exister actuellement faute d animateur et d activité. Les formations reçues par certains membres concernent le greffage pour l arboriculture fruitière et la mise en place et l entretien de pépinière pour le reboisement. Fokontany ANDRANOMAVO II Site Andravoravo Activités Année 1998 Année 1999 Année 2000 Partici Réalis Partici Réalis Partici Réalis Unité Arboriculture fruitière sur tanety arbres Aménagement tanety 20 0,125 ha Reboisement 20 9 ha (Source ANAE) Diffusion latérale Fokontany ANDRANOMAVO II Site Andravoravo Activités Campagne 2000/2001 Participant Réalisat unité Spéculations 19

20 Arboriculture fruitière sur tanety 0 0 arbre Orange Aménagement tanety 0 0 ha Reboisement 10 1,5 ha eucalyptus Arboriculture fruitière : Le greffage d orange a intéressé la population du fait que c est une technique encore inconnue sur le site. Pourtant, les réalisations au niveau du groupement n ont pas été assistées et suivies par des techniciens ainsi, même les participants au sein du groupement doutent des résultats de leur expérience. Aménagement tanety La culture de canne à sucre prend une place trop importante sur le site, si bien que les cultures de légumineuses, celles proposées pour l activité aménagement tanety, n ont obtenu qu une très faible réceptivité au niveau du groupement pour être retenue par les autres membres de la communauté. Reboisement L action de Miaramiezaka pour le reboisement s identifie plutôt à une mobilisation communautaire qu à un encadrement de groupement constitué. En effet, un agent des eaux et forêts a invité le fokonolona à mettre en place une pépinière : l enthousiasme de la population s est justifié par la remise de graines d eucalyptus suivie d une remise de somme d argent pour tous les participants. Ces paysans espèrent aussi récupérer du bois de construction lorsque les arbres atteignent la taille convenable. L activité a été pourtant abandonnée car les plants mis en terre nécessitent un suivi permanent alors que les activités de production alimentaire s avèrent être plus préoccupantes et que Miaramiezaka n est plus revenu sur le lieu. A signaler que cette population essaie aussi d éviter l opérateur, étant donné que le «fonds» remis lors de la mise en place de la pépinière est à rembourser. Site ANDRANOMAVO II La RN 25 passe sur Andranomavo II, qui se situe à 10 km au sud Ouest de Tsiatosika. C est un chef lieu de fokontany sur lequel cohabitent des Betsileo, des Merina, des Antesaka, des Antambahoaka, des Antemoro et des Antandroy. Des collines légèrement en pente, entrecoupées de vallées étroites, constituent l ensemble du paysage du site. Les collines sont pour la plupart plantées de manioc, de café, de patate et de riz pluvial, tandis que les bas de pente sont réservés à la canne à sucre, à l orange et à la banane. Les bas fonds ne sont utilisés que pour la production rizicole suivant 2 saisons culturales. Réalisations du projet Les jeunes ont été les plus motivés pour créer un groupement paysan sur le site d Andranomavo II en 1999 suite à l intervention de Miaramiezaka par l intermédiaire d un agent forestier de Mananjary. 20

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

MADAGASCAR Soutien à la création d un centre rural de formation et d animation

MADAGASCAR Soutien à la création d un centre rural de formation et d animation MADAGASCAR Soutien à la création d un centre rural de formation et d animation www.planete-urgence.org MADAGASCAR - SOUTIEN A LA CRÉATION D UN CENTRE RURAL DE FORMATION ET D ANIMATION 1 - Contexte et présentation

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural ACTIVITE D ASSISTANCE ANNUELLE AUX ENFANTS ET AUX FEMMES SESSION DE SEPTEMBRE 2012 Identité du responsable du projet : COULIBALY NAINELMAN PRESIDENT Type d assistance demandée (cochez les cases correspondantes):

Plus en détail

Le promoteur de ce projet est l Association Service de Préparation à la Vie FELANA (SPV FELANA), qui est une association régie par la loi 60-133.

Le promoteur de ce projet est l Association Service de Préparation à la Vie FELANA (SPV FELANA), qui est une association régie par la loi 60-133. 1 1. TITRE : Projet environnemental axé sur la sensibilisation des gens en matière de protection, de reboisement 2. PROMOTEUR Le promoteur de ce projet est l Association Service de Préparation à la Vie

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées?

Contexte. Préparation des ventes groupées Conduite des ventes groupées Mesure de l'effet / impact des ventes groupées. Pourquoi les ventes groupées? Contexte Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont généralement collectés dans la forêt communautaire (FC) de manière non destructive. Ils constituent une source durable de revenus pour les communautés

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

RAPPORT D EXECUTION DU PROJET DES ROTARIENS RC GRENCHEN

RAPPORT D EXECUTION DU PROJET DES ROTARIENS RC GRENCHEN Mission des Volontaires Contre la Pauvreté - TOGO Réf. ONG N 298/MEFP/2004 du 14 septembre 2004 Adresse du siège : 04 BP 128 Lomé 04 Téléphone : (228) 251 34 45 Email : mvcptogo@yahoo.fr - LOME - TOGO

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Le protocole sur les constructions en zone agricole et forestière

Le protocole sur les constructions en zone agricole et forestière Partie 2 Fiche technique n 9 Le protocole sur les constructions en zone agricole et forestière Il n existe pas une liste formelle de documents à fournir. Le pétitionnaire choisira les justificatifs les

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

Guide de dépôt de projets Fonds québécois d initiatives sociales (FQIS)

Guide de dépôt de projets Fonds québécois d initiatives sociales (FQIS) La Mauricie en action! Ensemble contre la pauvreté! Guide de dépôt de projets Fonds québécois d initiatives sociales (FQIS) Date limite : dépôt des dossiers complets à la CRÉ 23 août 2013 25 octobre 2013

Plus en détail

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES Fréquemment, les citoyens nous demandent quelles sont les distances à respecter pour planter une haie ou une barrière. Vous trouverez ci-dessous quelques

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Etat de la construction bois

Etat de la construction bois Etat de la construction bois en Belgique 2011-2014 Société L Artboiserie - Patrice Hennaut 7 % 7 % 2 % 1 % 83 % poursuite de l enquête 2011-2012 menée par Hout Info Bois Ossature en bois Bois massif empilé

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE ÉRIC SPIRIDION L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 2011 ISBN : 978-2-212-54872-3 Chapitre 1 Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux l ESSENTIEL

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Loi d application du code civil suisse (LACC) du 10 février 2012

Loi d application du code civil suisse (LACC) du 10 février 2012 Commu ne de Cottens Loi d application du code civil suisse (LACC) du 10 février 2012 Extraits des articles traitant des éléments de droit privé suivants : - Restrictions dans les constructions : puits,

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

De l Eau de Là CALA 2009. En partenariat avec la communauté Urbaine d Antalaha. Et en collaboration avec :

De l Eau de Là CALA 2009. En partenariat avec la communauté Urbaine d Antalaha. Et en collaboration avec : De l Eau de Là Madagascar 2009 Le Chantier Ecole d Ambodikakaze Projet présenté par CALA (Comité d'aide aux Lépreux d'antalaha) Côte de la vanille Madagascar janvier 2009 De l Eau de Là Chantier Ecole

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

L INDEMNISATION DES DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES DU 19/07/01 MODIFIÉ, DU 03/07/06 MODIFIÉ. Principes déterminant l indemnisation.

L INDEMNISATION DES DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES DU 19/07/01 MODIFIÉ, DU 03/07/06 MODIFIÉ. Principes déterminant l indemnisation. L L INDEMNISATION DES DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ÉCRET N 2001-654 DU 19/07/01 MODIFIÉ, DÉCRET N 2006-781 DU 03/07/06 MODIFIÉ DÉCRET DÉCRET L indemnisation des déplacements temporaires des agents territoriaux

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE)

ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE) ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE) Place Charmant: 11-13 Septembre2012 Table des Matières Contexte Aperçu

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

Programme de Réalisation de puits

Programme de Réalisation de puits Programme de Réalisation de puits Zones d intervention : Mananjary - Région de Vatovavy Fitovinany (6 puits) Financé par Le Conseil Général de l Ain Rapport définitif Avril 2007 En France LA Rochetonnerie,

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS IMMOBILIERS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque, vous

Plus en détail

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation

Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Gé Aucame - Outil de suivi des projets de logement des PLH Guide d utilisation Rédacteurs V1 - Août 2014 Julien RAVENEL / Soazig VANNIER Objectifs de l application Le Programme Local de l Habitat (PLH),

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA

L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA ménages Pr in cip ale s activité s s e co n d air e s pêc he préparateur (pois son) ouvrier agric ole Pr in cip ale s cu ltu r e s c af é banane girof le manioc patate douc

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Sommaire : Introduction... 1 Contexte... 2 Définition... 2 Les types d investissements...

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE

LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE FICHE 1 LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60 ans pour les

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes DOSSIER DE PRESSE SIFCA au Salon International de l Agriculture de Paris Du 21 Février au 01 er mars 2015 En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes 1 Le palmier à huile

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL à l appui d une demande de crédit de Fr. 207'000.- pour la réfection de la toiture-terrasse du bâtiment de liaison des 2 corps principaux du collège

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Mission de Développement économique Juillet 2013

Mission de Développement économique Juillet 2013 Mission de Développement économique Juillet 2013 Notre objectif ce mois ci était le développement de la coopérative agricole qui se compose de la coopérative de café/cacao, du groupement d avocat et du

Plus en détail