UNIVERSITE DE NICE SOPHIA-ANTIPOLIS. Ebauche et débauche de la pensée économique moderne du sport

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE NICE SOPHIA-ANTIPOLIS. Ebauche et débauche de la pensée économique moderne du sport"

Transcription

1 UNIVERSITE DE NICE SOPHIA-ANTIPOLIS Ebauche et débauche de la pensée économique moderne du sport BAUDIFIER Kevin & GARCIN Romain 23/08/2013

2 Sommaire Introduction... 4 Avant-propos ) La nouvelle économie du sport ) Nouvelle vision économique ) Diffusion télévisuelle Les sponsors Des clubs cotés en bourse Paris sportifs ) Les principaux changements ) Economie et audience Les valeurs du sport à l épreuve de l audience Des chiffres qui légitiment le changement du sport pour l audience? Le business des droits de retransmission Impact de la redistribution ) Evolution ou révolution économique et juridique Révolution économique Evolution juridique Les investissements comme aboutissement ) Un mythe qui s écroule? Dérives des sportifs Le dopage ) Pertes des valeurs sportives Les sportifs Le sport et la politique Les institutions ) Les différents modèles mis en place Le modèle américain Le modèle européen Le modèle d ex-urss

3 2.6) Economie criminelle sportive organisée Paris sportifs et corruption Les acteurs du sport au cœur du système Les fraudes organisées à plus grande échelle ) Les externalités du sport ) Création d emplois et Travaux publics ) Consommation liée au sport Le marché du sport Qui pratique les prix? ) Education par le sport Conclusion Bibliographie

4 Introduction Plus de trois quarts des français prétendent faire du sport, parmi eux 15 millions sont licenciés. Le sport occupe donc une place des plus importantes dans la vie quotidienne de nos concitoyens. Le sport s est effectivement imposé comme une pratique de masse. Implanté dans tous les pays et dépassant allègrement le milliard de pratiquants, structuré par de puissantes organisations nationales et internationales. Certains sociologues, comme Norbert Elias dans «Sport et civilisation, la violence maîtrisée», affirment que la connaissance du sport est la clef de la connaissance de la société. La simple confrontation au sport, à sa pratique, à son règlement permettrait, prétend-on, de changer l homme, et, par conséquent, la société. Le sport étant le miroir de notre société, il semble intéressant, voire pertinent, de l analyser d un point de vue économique, pour d une part voir s il est réellement possible d établir un lien sport-société au moins au niveau économique, d autre part pouvoir alors apporter des réponses à une société qui ne peut plus ou ne veut plus se poser de questions. Aujourd hui, le sport professionnel est un élément central, le cœur symbolique de la société de consommation et de la société de divertissement, ce que l on nomme la société de spectacle. En effet, même si la médiasphère nous renvoie, volontairement ou non, une image idéalisée, mythifiée du sport, ce dernier est avant tout devenu une énorme industrie qu il convient d analyser. La formation de l espace sportif international provient de la propension à l échange, c'est-àdire à la confrontation entre athlètes, qui constitue une donnée spécifique. Cet invariant universel explique l internationalisation comme étant la poursuite d un processus organique des institutions sportives amorcé en 1894 par la création du Comité international olympique (CIO), et en 1896 par celle des Jeux olympiques. Tel était l objet du projet du baron de Coubertin, promoteur des JO, qui déclarait après leur première édition : «Il faut internationaliser le sport». Puisqu il s inscrit naturellement dans la continuité politique et économique des sociétés industrialisées et capitalistes, comprendre l évolution du sport passera par une perpétuelle liaison avec l évolution de notre société, en somme il faut une vision globale pour comprendre chacun des mécanismes. Un sport fondé sur la reconnaissance des mérites de chacun pour expliquer les différences entre les individus, pourtant celui-ci va connaître des dérives qu il convient également d analyser. L évolution du sport implique un possible changement des valeurs qui lui étaient symboliquement associées. Il est en effet entendu que le sport génère des valeurs positives pour celles et ceux qui s y adonnent tout autant que pour la collectivité dans laquelle il 4

5 s insère. Le sport serait porteur de valeurs humanistes, de principes éthiques et de vertus morales, de qualités socialisantes et émancipatrices. Entreprendre l observation des valeurs du sport passera par la confrontation de ces dernières aux multiples enjeux économiques qui sont la nouvelle réalité du sport. 5

6 Avant-propos Le sport s est «constitué» au milieu du 19 ième siècle à partir d un socle législatif stable et institutionnalisé, garantissant la validité des résultats dans le cadre de compétitions. Voilà la distinction première entre le jeu et le sport. En effet, l élaboration de règles communes a pour vocation de permettre la comparaison des performances dans le temps et de rendre la pratique imperméable aux interprétations. Dès la seconde moitié du 19 ième siècle et à la suite de la révolution industrielle en Angleterre, les sports collectifs et individuels vont progressivement se substituer aux jeux traditionnels et s étendre à tout le pays puis à toute l Europe, puis à tout un monde. C est le début de la structuration du sport en clubs, en fédérations, en ligues et en championnats et de l unification des règles sportives, ainsi que de nouvelles formes d activités multipliant les interactions entre sport et économie. La fin du 19 ième et le début du 20 ième siècle voient la naissance de la plupart des fédérations internationales (gymnastique en 1881 et football en 1904 par exemple) et des grandes compétitions mondiales (Jeux Olympiques, Coupe Davis, Tour de France, championnats du monde et d Europe des disciplines majeures ), et par la suite en fin du 20 ième siècle, du sport de compétition mis en spectacle et qui rentre véritablement dans l ère du marché. L histoire de l institution sportive est aussi celle de l affinement progressif du classement et de la neutralisation des différences anatomiques (égalité des chances), à partir de laquelle l affirmation de la valeur sportive des corps prendra son sens. Au nom du principe affirmé de l égalité des chances : des catégories d âge, de sexe, de poids, de niveau se combinèrent pour ordonner les corpulences et étalonner les compétences, entrainant ainsi une hiérarchisation des mérites respectifs des athlètes en fonction de leur catégorie. Le sport se régénère continuellement, en entretenant chez le vaincu d aujourd hui l espoir de devenir le vainqueur de demain. Cela grâce à la hiérarchie sportive incontestable mais modifiable par l effort et le mérite individuel ou collectif : la méritocratie. Le monde sportif se présente alors comme un modèle social-libéral et démocratique dans lequel l individu se fait lui-même, où il est question de sens commun de l égalité, légitimant des résultats comme produits des mérites individuels. La compétition sportive et sa finalité (la production d une hiérarchie) ne peuvent exister que dans la réunion de la justice et de l égalité des chances. D où la présence de juges ou d arbitres pour appliquer des lois. Ces gages de justice constituent le socle de la république sportive. 6

7 1) La nouvelle économie du sport Nous allons nous attacher dans ce chapitre à expliquer de manière clinique les principales modifications qui entourent le sport et son économie, sans rentrer dans des détails sur lesquels nous reviendrons dans un second temps. 1.1) Nouvelle vision économique Le mot «performance» est rentré dans les mœurs, le capitalisme ayant fait de ce mot le centre névralgique de notre société. Le sport n y échappe pas. Dans un souci de performance sportive, les différentes entités sportives ont dû revoir leur vision des choses. N ayant plus d autres choix que de faire primer les résultats avant tout, les associations sportives ont dû trouver les moyens financiers afin de permettre la performance. La performance sportive engendre également un phénomène de choix du sport pratiqué en fonction de l anatomie de chacun, incitant à pratiquer le sport pour lequel on semble être fait. Une fois que chacun est dans la bonne case, il est nécessaire d accompagner la performance du sportif par des aménagements coûteux, obligeant ainsi les entités sportives à investir dans des machines spécialisées, des bâtiments neufs, ou encore du matériel propre au sport et de la meilleure qualité qui puisse être. Tout comme une entreprise cherchant à se spécialiser et dont le but est d être la plus performante sur son propre marché, une structure sportive se doit aujourd hui, pour être sur le devant de la scène, d avoir une nouvelle vision de sa propre économie. Sur le devant de la scène? En effet c est devenu le nerf de la guerre, être le plus visible, le meilleur des moyens étant alors la télévision. 7

8 1.2) Diffusion télévisuelle La diffusion des sports les plus populaires est une des évolutions de ces dernières décennies. En effet autrefois, seules les compétitions les plus importantes (Jeux olympiques, coupe du monde de football, etc. ) étaient retransmises sur les chaînes principales. Aujourd hui, la multiplication des chaînes, l attrait du «consommateur» (le téléspectateur) et le profit du «producteur» (le diffuseur), entrainent une augmentation incroyable du nombre de chaînes diffusant des compétitions de plus ou moins grande importance. Effectivement, la diffusion télévisuelle est devenue l occasion, dans une même logique capitaliste, par les retransmissions, de rapporter de l argent à l organisation sportive et à la discipline retransmise : les droits de retransmission. Tout cela dans le but de trouver une nouvelle manne financière afin de financer la performance. Le sport n est pas le seul à tirer profit de cette nouvelle situation, puisque la chaîne qui verse les droits pour la diffusion du sport possède elle aussi une logique économique. Cette logique n entend pas faire plaisir au téléspectateur (seules les compétitions les plus regardées seront diffusées) ou promouvoir le sport diffusé, mais avant tout tirer un profit de ce dernier. En effet, les publicités permettent aux chaînes d y trouver un intérêt financier et, par la même occasion, aux téléspectateurs la possibilité de regarder leur sport favori. Le plus bel exemple étant probablement la diffusion du superbowl (football américain) sur l une des 3 chaînes à tour de rôle (NBC, CBS et FOX) se partageant des droits de retransmission (environ 500 millions de dollars), tout en sachant que les créneaux publicitaires atteignent plusieurs millions de dollars (4 millions pour 30 secondes d antenne en 2012, et les prix ne cessent d augmenter). L évolution de l offre de sport télévisé par l accroissement du temps d antenne, la diversification des modes d accès (télévision, internet), s accompagnent également d une augmentation du prix des émissions sportives (redevance TV) ainsi qu une plus grande partie de chaînes payantes, tout cela au frais du téléspectateur. Malgré tout, le marché du sport à la télévision est considérable, pour exemple 3.2 milliards de téléspectateurs pour l ensemble des matches de la coupe du monde La publicité permet donc de contenter tout le monde, de fermer le circuit incluant les téléspectateurs, les diffuseurs, les institutions sportives et le milieu publicitaire tout en pénalisant financièrement le téléspectateur. 8

9 1.3 Les sponsors Pourtant, il est toujours possible d aller plus loin. Différentes enseignes sportives souhaitant apparaitre aux yeux de tous, et pas seulement pendant le temps d une publicité pour laquelle les études de marchés montrent une attention relativement limitée des téléspectateurs, peuvent pousser la logique libérale jusqu au bout. Ces sponsors utilisent deux supports bien distincts l un de l autre : ils peuvent apparaitre auprès des entités sportives, sur les maillots des joueurs. Les entités sportives peuvent choisir d accumuler les sponsors sur leurs maillots (généralement plus le sport est populaire, et plus le club est performant, plus il y a un «risque» de voir les sponsors s accumuler). Les enseignes sportives peuvent choisir de sponsoriser un sportif à titre personnel, ce dernier portera donc uniquement des vêtements qui viennent de la marque de sport donc il est le «salarié». Dans un cas comme dans l autre, les marques faisant appel aux structures sportives et/ou aux sportifs gardent la même logique économique que n importe quelle entreprise. Ils cherchent à travers le sport, à faire du bénéfice de par la visibilité qui leur est offerte et ainsi écouler leur marchandise. En revanche, il est plus étonnant de voir des sponsors non sportifs, à la fois pour des structures sportives, mais également pour des sportifs qui n ont aucun rapport de près ou de loin avec le sport. Les exemples ne manquent pas : le tennisman Jo-Wilfried Tsonga faisant étalage de son talent d acteur dans les pubs Kinder Bueno, l ancien footballeur David Beckham faisant la promotion de différentes marques de vêtements citadins, etc Les sportifs peuvent parfois gagner plus avec l extra-sportif qu avec leur performance sportive. 1.4 Des clubs cotés en bourse Certaines associations sportives, généralement les plus prestigieuses, se rapprochent de plus en plus d une entreprise de par leur gestion économique. Il est donc tout naturel qu à la manière de grandes entreprises et dans une logique capitaliste et libérale, un club puisse être coté en bourse. Que ce soit en Europe ou dans les Amériques, la loi a évolué de façon à attirer les investisseurs privés. Cette évolution juridique a permis aux clubs d avoir des objectifs avant tout économiques à l aide d émission d actions et d introduction du titre en bourse. Ainsi ont émergé des SASP (sociétés anonymes sportives professionnelles) qui distribuent des dividendes et dont la totalité du capital peut être possédée par des partenaires financiers. 9

10 L impact a été considérable en catalysant les effets de cercles vicieux ou vertueux des clubs selon leur réussite sportive. Par exemple, lorsqu un club gagne souvent, ses rendements augmentent puisque les victoires amènent des recettes supplémentaires, ce qui permet de recruter les meilleurs éléments et ainsi consolide la probabilité de nouvelles victoires ; la boucle est bouclée. Les investisseurs privés se retrouvent alors très intéressés par la prise de contrôle du club. Le schéma est opposé dans le cas de clubs fréquemment perdants. Cette nouvelle dynamique financière tend à rendre certain le résultat des confrontations et donc nuit à l équilibre compétitif, à l intérêt du spectacle et à la glorieuse incertitude du sport. Depuis 30 ans, 44 clubs dans 9 pays sont entrés en bourse, parmi lesquels 24 en Grande- Bretagne, 6 au Danemark, 4 en Turquie, 3 en Italie et au Portugal, 1 aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse et en France (Olympique Lyonnais). En 2011, il n en restait plus que la moitié. Ce revirement de situation est dû à des phénomènes bien connus dans le monde de la finance mais auxquels n étaient pas préparés ces clubs : illiquidité du marché, volatilité des rendements et des cours, profondeur insuffisante du marché concerné, instabilité de la valeur du capital joueurs, non-maîtrise des coûts salariaux. Ce qui ressort de ces études empiriques est que sport et bourse ne sont pas compatibles. 1.5 Paris sportifs Les paris ont toujours existé, que ce soit pour du sport ou non d ailleurs. Les paris sur les combats de boxe ou des matches de la coupe du monde ont toujours eu lieu sans que ce soit fait de manière officielle. En revanche le PMU (Paris Mutuel Urbain) depuis 1930 en France est autorisé à organiser les paris que l on connait et sur lesquels l état prélève une partie. Dans une moindre mesure, le football a donné lieu dans les principaux pays dans lesquels ce sport est joué à la mise en place de paris plus ou moins admis par les instances mais sur lesquelles l Etat n a aucun contrôle et surtout aucune retombée économique. Tout doucement, l Etat comprend qu il vaut mieux organiser les paris plutôt que de les laisser s organiser. Il suffit donc aujourd hui d aller chez n importe quel buraliste pour pouvoir remplir des grilles de loto sportif (principalement pour le football), faire son PMU (avec de plus en plus de possibilités de grilles). Pour autant le nombre de joueurs n est pas exceptionnel. 10

11 L arrivée et l éclosion d internet offre une nouvelle source de profit indéniable à travers les paris sportifs. L Etat, par la loi sur l ouverture du marché des jeux en ligne de mai 2010, a donc permis aux internautes du monde entier de pouvoir, dans la légalité la plus totale, parier sur tout le sport qu il est possible d imaginer. Sous couvert d une lutte anti paris illégaux, l Etat espère avant tout tirer profit des paris sportifs sur internet. En effet, les impôts sur les transactions internet découlant des paris en lignes devaient rapporter plus de 100 millions d euros par an à l Etat, les chiffres sont «étonnamment» difficiles à annoncer ou à prouver puisque le ministère des finances ne produit aucune information à ce sujet là. Quels sont les conséquences en profondeur sur le monde sportif? Les points mis en avant dans ce chapitre sont les preuves de l ouverture de sport au mécanisme de l économie de marché. On effleure pour le moment le problème de l écart qui se creuse. En effet, tout comme dans une société capitaliste ou l écart entre riches et pauvres s accentue, l arrivée de la télévision et des sponsors produit un sport à deux vitesses puisque seul le sport professionnel (seulement les plus populaires) profite de cette nouvelle manne financière. Les sports amateurs eux, sont «abandonnés» à leur triste sort. Après avoir fait un point sur ce qu est la nouvelle économie du sport en surface, il est évidemment essentiel de regarder en détail les conséquences. Quels sont les impacts réels et en profondeur de cette nouvelle économie des plus capitalistes soit-elle? 11

12 2) Les principaux changements Le sport est marqué par une succession d événements, de records, d exploits qui imprègnent les sociétés modernes. Ce même sport a évolué par la force des choses. La société changeant, le sport n a d autre choix que de s adapter. Les évolutions technologiques, techniques, scientifiques, médiatiques, règlementaires ou économiques ont de manière certaine influencé le sport, prouvant la perméabilité de l univers sportif au monde qui, peut-être malgré lui, le façonne. Mais jusqu'où le sport est-il influencé? Quels sont les conséquences? L essence même du sport est elle menacée? 2.1) Economie et audience On parle aujourd hui de spectacle sportif, voilà à quoi les activités sportives professionnelles sont réduites. Une société du spectacle à travers laquelle le sport n est pas et ne sortira pas indemne. Un des exemples les plus probants étant probablement le catch, la diffusion du sport comme «un spectacle» entraîne ici auprès du public une vision erronée de ce qu est le catch. Vu comme une vaste fumisterie à la limite du comique, les téléspectateurs oublient sans qu on leur laisse vraiment le choix, que les «acteurs» sont de véritables sportifs de haut niveau dont la performance devrait être saluée. Comme tout spectacle, la diffusion du sport demande une organisation importante. Le sport étant par essence incertain, l organisation n est donc pas évidente à mettre en place. Pour exemple des plus récents, lors de la deuxième étape du Paris-Nice 2013, le commentateur Thierry Adam (journaliste sportif travaillant pour France Télévision) dit : «On demandera aux coureurs demain sur la ligne de départ de rouler plus vite» car les deux fois précédentes l étape finissait plus tard que prévu, entraînant une modification non souhaitée des programmes de France Télévision. Deux questions primordiales se posent donc inéluctablement : la diffusion d un spectacle sportif ne trahit-il pas le sport qu il est censé représenter? La diffusion d un spectacle sportif de par son organisation ne modifie-t-elle pas le sport dans sa conception? 12

13 Les valeurs du sport à l épreuve de l audience Des principes bafoués? Les chaînes de télévisions ne voient à travers le sport qu un produit d appel formidable, une source de financement extraordinaire. Elles ont donc tout intérêt à obtenir du sport sur leurs grilles de programme, car malgré un investissement initial particulièrement élevé, les droits de retransmission (sur lesquels nous reviendrons ensuite) sont rapidement amortis par la vente d espaces publicitaires qui précèdent, entrecoupent et suivent les sports les plus diffusés : football, rugby ou encore le tennis. Pour simple exemple, TF1 achète des droits de retransmission des matches de l équipe de France de football et de la Coupe de France pour un montant de millions d euros annuel (pour les années 2000 à 2004). En contrepartie, la chaîne négocie le parrainage de l équipe de France pour les années 2004 autour de deux dispositifs dont les prix respectifs sont de 2.5 millions d euros par annonceur pour le 1 ier, et 1.8 million pour le second. Chiffres auxquels il faut ajouter la vente d espace publicitaire pour chaque rencontre. Le sport devient alors un enjeu majeur pour les chaînes de télévision qui se livrent une véritable guerre, principalement lors des mises en ventes des droits de retransmission des grandes épreuves telles que les Jeux olympiques, les coupes du monde de football ou de rugby, le tour de France cycliste ou le Tournoi de Tennis de Roland Garros. Le sport n étant qu un spectacle rentable, il n y a aucune raison pour la télévision de ne pas le modifier pour qu il le soit encore davantage. Plus de place au hasard - Il faut, pour le besoin d audience, voir le maximum de matches ou d épreuves dans lesquelles, s affrontent ou apparaissent, les sportifs ou les clubs à fort potentiel marketing. Le problème étant que cela n est pas maitrisable en raison des tirages au sort présents dans chacun des sports, ou plutôt n était pas maitrisable. Le principe d égalité des chances de par le hasard du tirage au sort devait être maintenu mais les impératifs de l économie de marché permettent a priori de remettre en cause les fondements mêmes de l activité sportive. Les exemples de modification des tirages au sort (dans les sports populaires, puisque si le sport n est pas regardé alors le marché n a que faire de son sort) sont nombreux : 13 - Au rugby, depuis la coupe du monde 2003 disputée en Australie, les institutions sportives qui subissent la loi du marché n ont d autre choix que de modifier le mode du tirage au sort. C est comme cela que l on obtient depuis des quarts de finale auxquels tout le monde s attend et que la plupart souhaite. En effet, les têtes de séries (les meilleures nations de rugby) sont placées dans des groupes différents, ainsi elles sont confrontées à des «sous-nations rugbystiques». Résultat : des scores fleuves (qui

14 plaisent au public), et les meilleures nations réunies pour les phases d élimination directe (c'est-à-dire après la phase de poule, donc les quarts de finale pour le rugby). La majorité des spécialistes s accordait sur le fait que la compétition ne débutait d ailleurs qu une fois les phases de poules terminées (au bout de 3 semaines), car les résultats étaient connus d avance. Malgré le manque d intérêt pour les spécialistes, les matches de poules ont été regardés avec attention par le public qui suivait leur pays en espérant soit un exploit si leur nation n était la favori, soit que leur nation en tant que favori écrase l adversaire. Le public était présent, voilà le principal, qu importent les valeurs du sport. De la même manière, le spectacle proposé pendant la phase d élimination directe, bien qu agréable, ne fut pas le plus hasardeux, ni le plus valorisant pour les valeurs du sports, mais permit aux chaînes de faire des audiences plus importantes qu auparavant puisque les grosses équipes étant protégées au départ, elles étaient toutes présentes à l arrivée, le spectacle fut donc des plus alléchant. - Au tennis, le système proposé est clairement destiné à protéger les meilleurs joueurs. Les organisateurs des tournois de l ATP Tour mettent en place un tableau tenant compte du classement mondial. Ainsi les meilleurs joueurs (généralement les 32 meilleurs au classement ATP pour les tournois du Grand Chelem) se voient attribuer le statut de tête de série, les assurant alors de ne rencontrer que des adversaires n ayant pas le statut de tête de série (donc étant moins bien classés) lors des trois premiers matches du tableau final. - De manière différente, mais dans un même intérêt, la Fédération française de football (la FFF) a mis un terme à ce que l on appelait le tirage «handicap» de la coupe de France de football, introduit pourtant quelques années auparavant. Le tirage était un véritable tirage au sort avec, comme simple principe, que le déroulement de la rencontre se ferait sur le terrain du club le plus «faible» (jouer sur son propre terrain amenant des avantages indéniables : connaissance de la pelouse, plus grand nombre de supporters, connaissance des dimensions exactes du terrain ainsi que ses particularités, confiance de par un endroit connu...), et cela à partir du moment où il y avait deux divisions d écarts entre les clubs. Cela permettait de réduire les inégalités sportives et financières entre les clubs professionnels et les clubs amateurs. Probablement motivée par le manque de performance des clubs professionnels au contraire de certains clubs amateurs comme le club de Calais (4ieme division championnat de France amateur) atteignant la finale de la coupe de France en 2000, la FFF est donc revenue au modèle de base, correspondant beaucoup plus à son idéal : ce système privilégiant les clubs évoluant dans les divisions supérieures, les clubs amateurs auront bien du mal à lutter, ainsi les clubs prestigieux auront toutes les chances de participer le plus longtemps possible à la coupe. Ces mêmes clubs ayant un potentiel médiatique plus fort qu un club amateur, les chaînes gagnent beaucoup plus. - 14

15 La glorieuse incertitude du sport Dès lors que l organisation des compétitions a comme but de préserver la hiérarchie sportive, alors qu une hiérarchie n a de sens que lorsqu elle peut être remise en cause, tout cela dans un but purement financier, on peut se demander où est passée la glorieuse incertitude du sport. Pourtant, cette dernière est plus que naturelle dans l histoire du sport, elle est même recherchée. En d autres temps les Britanniques avaient introduit le handicap pour préserver cette incertitude, en effet lors des tournois, les chevaliers les plus forts avaient le bras dans une cape afin que leurs adversaires aient une chance plus élevée de remporter leur affrontement mutuel. Aujourd hui également certains sports continuent d utiliser des procédés dans ce même but. En Australie par exemple, des courses sur gazon sont organisées et les participants se voient attribuer en début de saison, un handicap indexé sur leur valeur athlétique. Ce genre de pratique est trop rare, et probablement possible uniquement pour des sports non populaires et ne subissant donc pas la loi du marché audiovisuel. Le problème est simple, lorsque un sport n est pas médiatisé (les chances sont grandes que l immense majorité des gens n ait jamais entendu parler de course sur gazon), les intérêts économiques ne rentrent pas en compte, il n y a donc aucune raison valable pour modifier les valeurs de base de ce sport et du sport en général. En revanche, un sport à la «mode» devient un spectacle sportif dont les commanditaires attendent une plus-value conséquente, le sport n a d autre choix à travers ses propres institutions que de se soumettre à la loi du marché. Si les valeurs du sport peuvent être remises en cause, pourquoi ne pas remettre en causes ses propres règles? Des règles qui «évoluent» Dans le domaine de la justice, le sport constitue un espace idéal de confrontation à l égalité. En effet, se trouvent réunis dans une unité de lieu et de temps : les faits, le jugement et la sanction, dans une sorte de «comparution immédiate» systématique. Nul autre espace social ne permet cela, c est dans ce sens là où le sport représente un modèle démocratique de justice unique. Pourtant les règles ne sont pas toujours l idéal audiovisuel souhaité. Penser voire repenser des détails d un sport pour qu il soit télégénique peut encore s envisager mais quand il s agit de modifier le sport en profondeur, c est plus difficilement défendable. Les règles sont pour certaines la base d un sport, l essence même d un sport. Néanmoins la logique du marché n a que faire de cela. De plus, les fédérations elles-mêmes hésitent à changer les règles. Un aphorisme sportif professe «on ne change pas une équipe qui gagne» en revanche aujourd hui un nouveau devrait être prononcé : «il faut changer des règles qui perdent». 15

16 Les exemples sont multiples, en voici quelques-uns : - Au volley-ball, pour faire plus court et donc plus spectaculaire, il a été décidé de changer les règles. En 1997, la fédération a adopté une véritable révolution, il n est désormais plus nécessaire de posséder le service pour marquer le point, chaque point gagné est marqué. En effet auparavant, si l équipe adversaire possédait le service, le fait de gagner le point permettait uniquement de récupérer le service et non de marquer un point. Aujourd hui en moyenne un match de Pro A dure 1 heure et 14 minutes, alors qu avant les matches «s éternisaient» pendant 2 heures en moyenne. Le volley-ball est devenu plus attractif (car plus incertain, puisque le score varie plus rapidement) et plus spectaculaire (les équipes jouent moins longtemps donc peuvent donner un maximum sur une heure seulement, et les scores fluctuent très vite). Pourtant le volley-ball n est que très peu diffusé, la fédération pense à de nouveaux changements qui n en finiront peut être plus de modifier ce sport. - Le rugby a toujours été un sport de contact, avec des phases de luttes longues (les moles). Si le rugby a été et est encore parmi les sports les plus diffusés, c est parce que les instances ont compris qu il fallait changer son sport pour que le spectacle puisse être télégénique. Il faut plus de fluidité dans le jeu, et évidemment que le sport soit diffusable pour tous les âges donc le rendre moins violent qu il ne peut paraître. Tout doucement le sport s est «adouci», le moindre coup est sanctionné, la moindre bagarre entraîne de lourdes sanctions, les phases de jeux (mêlée, mole, plaquage) ont été repensées afin qu il y ait le moins de blessures, de coups dangereux possibles. Pour ce qui est de la fluidité : les phases de mole ont été modifiées pour ne faire durer cela trop longtemps et que le jeu soit plus fluide, les phases de mêlée ont été changées pour également rendre le jeu plus fluide. Même si les principales phases de jeu sont présentes, elles ont été façonnées pour correspondre à un idéal de diffusion, mais probablement pas à un idéal sportif. - L escrime voit son sport évoluer de manière troublante, afin «d humaniser» une discipline où les combattants étaient jusque-là protégés derrière un masque métallique. Il est donc obligatoire depuis les Jeux olympiques de Sydney (JO d été de 2000) de porter pour les combattants un masque transparent. Ce sport évolue de manière troublante car il change le sport et le rend moins sécurisé, des reflets pouvant perturber la vision, des problèmes d aération pouvant entraîner de la buée. La frontière qui peut dénaturer le sport est franchie puisque, comme l explique Lionel Plumenail (escrimeur français pratiquant le fleuret, double champion du monde et champion olympique), «le regard peut être une arme», ce nouveau masque transparent amène un nouvel élément dans ce sport. Des changements qui changent un sport, alors que d autres questions pourraient se poser, comme régler les problèmes d arbitrages, organiser les tournois d escrime d une meilleure manière, ou encore réfléchir au problème de quotas entrainant le sacrifice d athlètes pour les qualifications olympiques. 16

17 Finalement, la fédération a tout intérêt à aller dans le sens du spectacle demandé par les chaînes, cela permet de ne pas se poser de questions de fonds, mais uniquement de formes. - Le tennis est quant à lui en transition, pour le moment les règles n ont pas évolué de manière évidente, mais les instances dirigeantes travaillent sur le sujet. La durée des matches est impossible à prévoir pour le moment. Gilbert Ysern (Directeur de Rolland Garros) explique les choses de manière très concrète : «Il ne s agit pas de raccourcir pour raccourcir. Mais la pression des télévisions, ou la moindre minute de publicité est programmée, nous oblige à explorer des pistes de réflexion» Ces pistes de réflexion sont alors lancées : suppression du «let» au service, adoption du «no-ad» (l avantage à 40 partout est supprimé, le relanceur choisit son coté, et le point donne le jeu), remplacement du 5ieme set par un jeu décisif. Ce sport pourtant déjà diffusé subit lui aussi la loi du marché et les règles imposées par les diffuseurs qui ont le pouvoir. Les sports n ont plus le choix, chacune des fédérations veut défendre son sport et ainsi ne pas avoir à faire d autoanalyse, ce qui est toujours plus simple. Un dualisme s installe : vouloir que son sport soit connu, donc qu il soit diffusé mais, par manque de spectacle ou de suspens, des règles doivent donc être remises en question afin d attirer la télévision et les sponsors. Il y a donc une question de fond qui se pose pour chacune des fédérations, respecter son sport ou vouloir qu il soit plus populaire. Les fédérations ne sont pas les seules à se poser cette question. Les femmes face à l audience Les femmes ont un rôle tout particulier dans le sport, le sport passant par l audience aujourd hui, les femmes y sont donc confrontées et devront faire un choix que nous allons tenter de mettre en lumière. De par les valeurs qu il perpétue, le sport constitue une sorte de «maison des hommes» de nos sociétés contemporaines. En effet, en dehors des sports artistiques (gymnastique, patinage artistique par exemple), les femmes seront toujours moins performantes que les hommes. Elles seront toujours moins rapide que les hommes, elles sauteront toujours moins haut, elles taperont toujours moins fort, elles nageront toujours moins vite, etc. Le sport collectif étant un combiné d attributs physiques, là également elles seront toujours un cran en dessous des hommes. 17

18 Pourtant, qu importe si les hommes sont naturellement plus performants, le principe de la hiérarchisation est de faire des catégories différentes pour que la comparaison se fasse justement intra-catégorie. Ici, le plus important n est pas que les femmes courent plus ou moins vite qu un homme, mais que, dans la catégorie des femmes, telle ou telle sportive, à force de travail et d acharnement, soit la meilleure. Le souci de performance passant avant celui de la méritocratie, les femmes n ont pas la possibilité d être sur un même pied d égalité que les hommes. On oublie ici les valeurs du sport volontairement (la méritocratie), car c est ce que fait la société actuelle, elle met en avant la productivité (la performance). Société consumériste, les sportifs sont des produits, parmi eux les sportives sont également des produits mais moins intéressants, en tout cas pour le moment. Un combat féministe? Les sportives ont conscience des différences indéniables de performances entre hommes et femmes. Le combat qui consisterait à faire entendre et comprendre ce que valent leurs performances est à la fois légitime et important, dans le sens où cela ramène aux valeurs essentielles du sport. En revanche, quant il s agit de faire basculer le combat vers une lutte féministe, ceci semble à la fois être une erreur de fond et un combat perdu d avance. En effet les sportives interrogées (pourtant différentes tant par leurs origines sociales, que par leur niveau de pratique, le sport pratiqué ou la fonction assumée) perçoivent leur position de sportives comme un engagement au profit d un vide à combler, d un écart à rattraper. Le parallèle avec le féminisme est évident, tout comme elles, les sportives voudraient nous faire croire que les hommes et les femmes sont sur un pied d égalité, ici face au sport. Par exemple, Lilian Halls French (Directrice de l IFE : Initiative Féministe Européenne) déclare «les athlètes féminines ont un rôle déterminant à jouer pour faire évoluer les mentalités et bousculer les habitudes dans l intérêt des sportives et des sportifs, dans celui du sport». Le sport n est pas le terrain idéal qui permettra de faire évoluer les mentalités comme les féministes le souhaitent, puisque les différences hommes-femmes sont montrées explicitement alors qu elles sont habilement niées dans la société. L intérêt des sportifs est d avant tout garder le monopole de la diffusion, l arrivée des femmes réduirait alors leur profit. Les athlètes féminines ont un rôle déterminant à jouer dans le sport ; celui de ne pas tomber dans les travers dans lesquels le sport «masculin» s est fourvoyé, afin de réaffirmer les véritables valeurs du sport. C est d ailleurs le cas pour certains sports collectifs féminins français comme le basket-ball ou le football. En effet, si le public est, en comparaison avec les hommes, moins admiratif de leur performance physique ou technique dans ces sports, le fait que les Françaises se soient distinguées de par leur classement a permis de montrer qu elles sont particulièrement combatives, que leur intelligence de jeu pour compenser le manque de rapidité est incroyable et que leur identité féminine implique une façon de se déplacer des plus esthétiques. 18

19 En revanche, si certains sports féminins veulent avoir leur part du gâteau qu est le business de l audiovisuel, et puisque ces sports sont moins performants, il faut donner une bonne raison aux chaînes de vouloir diffuser leur sport, donc donner envie aux téléspectateurs de s intéresser à ce sport. La question est simple, les femmes qui pratiquent des sports de haut niveau donc des sports «de tradition masculine» devraient-elle faire preuve de leur féminité? Doivent-elles tomber dans l image que la société de consommation fait d elles, c'est-à-dire avant tout un corps qui doit séduire? L option d être belle pour être utile leur est proposée. Par exemple les joueuses de la 1iere division de handball féminin se sont vues suggérer de ne plus jouer en short mais en jupe, pour que le public de plus en plus consommateur du corps féminin y trouve son compte. Là est le dilemme, si elles acceptent alors elles vont à l encontre des valeurs du sport et de ce que devrait représenter les femmes (des sportives de haut niveau plutôt que des corps séduisants). Mais dans le même temps, leur sport pourrait être diffusé, leur sport commencerait donc à attirer les sponsors, tout cela aboutissant à des salaires qui grimperaient en flèche pour elles. Le tennis féminin est peut être le meilleur exemple, les joueuses sont en jupes et on remarque non sans plaisir mêlé de regrets que les caméras pour les matches féminins sont placées plus bas que celles pour les hommes, afin d avoir une vue plus directe sur la joueuse Des chiffres qui légitiment le changement du sport pour l audience? Il est vrai qu au vu de l ampleur de certains chiffres, il est probablement difficile d échapper à la logique du marché. Cette dernière impliquant une diffusion globale (il y a plus de 200 pays qui diffusent les principales compétitions), on observe des chiffres faramineux quant aux nombres de téléspectateurs cumulés pour une compétition qui est donc diffusée mondialement : 40 milliards pour les Jeux olympiques d été 2012, 26 milliards pour la coupe du monde de football 2010, 10.5 milliards pour les Jeux olympiques d Hiver 2010, 8 milliards pour l euro de football 2008, 4 milliards pour la coupe du monde de Rugby La télévision donne au spectacle sportif une dimension universelle, mais qu en est-il d un point de vue plus local? En France par exemple, l évolution depuis les soixante dernières années de la télévision et des services proposés liés aux sports est intéressante. De 1949 à 1974, la télévision française a été financée par le contribuable dans le cadre d un régime administré par le monopole public de l ORTF (Office de radiodiffusion télévision française). Ensuite, avec en 1982 le déplafonnement des recettes publicitaires des chaînes, et en 1984 le lancement de Canal Plus puis la création des chaînes câblées par satellites et enfin le numérique, la télévision française 19

20 évolue vers un régime concurrentiel. Ce dernier permettant un lien plus direct entre les producteurs de programmes et leurs consommateurs, par le biais du paiement à la séance. Les choses sont claires désormais, le programme regardé a un prix affiché pour celui qui le consomme. Regardons alors l évolution de manière claire : L offre de sport télévisé en France de 1968 à 2010 Offre Volume horaire total (nombre de chaînes) [2] [4] [7] [12] [15] [30] Volume horaire des chaînes gratuites (en %) [100%] [95%] [17%] [6,5%] [2%] [1,2%] Volume horaire des chaînes payantes (en %) [0%] [5%] [83%] [93,5%] [98%] [98,8%] Source : Conseil supérieur de l audiovisuel Nous observons une nette augmentation du volume horaire du sport diffusé. Cela s explique tout simplement par la multiplication du nombre de chaînes payantes et non payantes, car le sport est en forte demande de la part des téléspectateurs. Des chaînes payantes qui, avec le temps, ont pris la quasi-totalité de la part de marché du sport, passant de 5% en 1984 à 98,8% en Parallèlement à l augmentation du volume horaire du sport diffusé, il y a une concentration des programmes sur quelques sports. En effet 60% de l offre gratuite se consacre à 5 sports : Football, Tennis, Rugby, Cyclisme et Formule 1. Le pourcentage est encore plus élevé sur les chaînes payantes qui, dans une logique de profit, se doivent de diffuser un sport «recherché» par les téléspectateurs qui devront être près à mettre de l argent tous les mois, au final c est en grosse partie le football étranger qui est diffusé par les chaînes payantes. Le problème est simple, si seuls quelques sports sont diffusés, seuls quelques sports profitent des retombées des droits de retransmission. 20

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T1 2014

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T1 2014 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2014 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

La valorisation marketing de l événement sportif

La valorisation marketing de l événement sportif La valorisation marketing de l événement sportif Eléments d analyse du marketing des Jeux Olympiques Abderrahmane SAKER Centre de Recherches Orléanais en Sciences Sociales du Sport (CRO3S) Management du

Plus en détail

Financement du sport, crise économique et politique sportive

Financement du sport, crise économique et politique sportive Conférence SNEP: «Sport demain, enjeu citoyen», Créteil, 30-31 mars 2012 Financement du sport, crise économique et politique sportive Wladimir ANDREFF * * Professeur émérite à l Université de Paris 1 Panthéon

Plus en détail

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 30 mars 2011 UCPF - 88 Avenue Kléber - 75116 PARIS Tél : 01.55.73.32.32 - Fax : 01.55.73.32.33 www.ucpf.fr - email : ucpf@ucpf.fr

Plus en détail

Coupe du Crédit Mutuel du Bas-Rhin et Coupe d Encouragement (Seniors Masculins et Féminins)

Coupe du Crédit Mutuel du Bas-Rhin et Coupe d Encouragement (Seniors Masculins et Féminins) Coupe du Crédit Mutuel du Bas-Rhin et Coupe d Encouragement (Seniors Masculins et Féminins) REGLEMENT DE LA COUPE DU CREDIT MUTUEL DU BAS-RHIN et DE LA COUPE D ENCOURAGEMENT A.TITRE ET CHALLENGES Article

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 31 MAI 2010 PARIS

CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 31 MAI 2010 PARIS CONFÉRENCE DE PRESSE LUNDI 31 MAI 2010 PARIS ACADÉMIES COUV ÉVÉNEMENTS REPRÉSENTATION CONSULTING CONFÉRENCE DE PRESSE I LUNDI 31 MAI 2010 I PARIS I SLIDE I 2 ACADÉMIES REPRÉSENTATION ÉVÉNEMENTS CONSULTING

Plus en détail

Art. 18 Championnat de Belgique par équipes Messieurs, Dames et Vétérans

Art. 18 Championnat de Belgique par équipes Messieurs, Dames et Vétérans Fédération de Squash belge asbl Vorselaarsebaan 64 2200 Herentals Tel. +32 (0)14 85 96 00 tine@vsf.be www.belgiansquash.be BTW BE 0414.528.807 Banque : BE16 3101 1516 6974 Art. 18 Championnat de Belgique

Plus en détail

Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année

Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année Candidature TSMS 2010 Meilleur sponsor de l année 1er partenaire du sport français TITRE DE LA PRÉSENTATION, AUTRE INFORMATION (DIRECTION, SERVICE,...) jj mmmm aaaa 2 Une stratégie, Reflet de la «culture»

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

Etudier la présence médiatique d une compétition? Calculer les retombées médias de vos partenaires durant une saison sportive?

Etudier la présence médiatique d une compétition? Calculer les retombées médias de vos partenaires durant une saison sportive? Media Monitoring Etudier la présence médiatique d une compétition? Calculer les retombées médias de vos partenaires durant une saison sportive? Mesurer la valorisation financière des marques associées?

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009 Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne Jeudi 5 mars 2009 Pourquoi ouvrir le marché des jeux en ligne? La situation actuelle : Un marché légal

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T4 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T4 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 4 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France

Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France Présentation des données du 4 ème trimestre 2011 Mardi 7 février 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne Rappel A ce jour, 46 agréments ont été délivrés

Plus en détail

Sujet n 2. Énoncé. Documents. Document 1 SESSION SEPTEMBRE 2012. «L argent doit être au service du sport et pas l inverse»

Sujet n 2. Énoncé. Documents. Document 1 SESSION SEPTEMBRE 2012. «L argent doit être au service du sport et pas l inverse» Sujet n 2 SESSION SEPTEMBRE 2012 Difficulté Durée 3 heures Énoncé «L argent doit être au service du sport et pas l inverse». D après vous, les valeurs traditionnellement véhiculées par le sport sont-elles

Plus en détail

CRITÉRIUM REGIONAL U13 SAISON 2013-2014 REGLEMENT

CRITÉRIUM REGIONAL U13 SAISON 2013-2014 REGLEMENT CRITÉRIUM REGIONAL U13 SAISON 2013-2014 REGLEMENT REGLEMENT Article 1 : Titre et Challenge La Ligue de Paris Ile-de-France de Football organise annuellement sur son territoire une épreuve intitulée «Critérium

Plus en détail

Règlement Officiel EA SPORTS FC. Saison 2015-2016. Organisation : Uniteamsport Siège social : 201 rue de Vaugirard 75015 Paris

Règlement Officiel EA SPORTS FC. Saison 2015-2016. Organisation : Uniteamsport Siège social : 201 rue de Vaugirard 75015 Paris Règlement Officiel EA SPORTS FC Saison 2015-2016 Sommaire 1. Introduction/Présentation du concept EA SPORTS FC 1.1 Principe général 1.2 Configuration de jeu Paramètres de jeu Choix des équipes 1.3 Règles

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Faculté des Sciences du Sport et de l EP Université Lille 2 Corinne DELMAS

Faculté des Sciences du Sport et de l EP Université Lille 2 Corinne DELMAS Faculté des Sciences du Sport et de l EP Université Lille 2 Corinne DELMAS I. Partenariat et financement public : A. Aides et subventions de l Etat au sport amateur Le financement public du sport est assuré

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T4 2014

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T4 2014 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 4 ème trimestre 2014 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2013-2014 LIGUE KIN-BALL PARIS ET ILE-DE-FRANCE

DOSSIER DE PRESSE 2013-2014 LIGUE KIN-BALL PARIS ET ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 2013-2014 LIGUE KIN-BALL PARIS ET ILE-DE-FRANCE LE KIN-BALL Dossier de presse LKBP - 2 SOMMAIRE Qu est ce que ce sport, vous avez dit Kin-Ball?...4 Le Kin-Ball, un retour vers le futur?...5

Plus en détail

Etude exploratoire sur les attitudes envers l ambush marketing.

Etude exploratoire sur les attitudes envers l ambush marketing. Session 11-48 Etude exploratoire sur les attitudes envers l ambush marketing. Corinne Berneman Anthony Carfantan ESC Saint-Etienne 51-53 Cours Fauriel, BP 29 42009 Saint-Etienne, Cedex 2 corinne_berneman@esc-saint-etienne.fr

Plus en détail

Annexe 4 Règlement marketing LFH saison 2015-2016

Annexe 4 Règlement marketing LFH saison 2015-2016 Annexe 4 Règlement marketing LFH saison 2015-2016 CONDITIONS DE DIFFUSIONS AUDIOVISUELLES DES COMPETITIONS DE LA LIGUE FEMININE DE HANDBALL, SAISON 2015-2016 La LFH, par le biais de la FFHB, est titulaire

Plus en détail

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER CNOSF/DPPI 1 ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER LESPORT LES PARIS SPORTIFS SUR INTERNET PEUVENT SERVIR DE SUPPORT AUX ORGANISATIONS CRIMINELLES POUR LE BLANCHIMENT D ARGENT. Le blanchiment consiste à injecter

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T2 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T2 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 2 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

PARIS SPORTIFS REGLEMENTS RELATIFS AUX CONFLITS D INTERETS

PARIS SPORTIFS REGLEMENTS RELATIFS AUX CONFLITS D INTERETS PARIS SPORTIFS REGLEMENTS RELATIFS AUX CONFLITS D INTERETS Mis à jour suite à l entrée en vigueur de la loi du 1 er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les droits des sportifs FFR-LNR

Plus en détail

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors Guide pratique Pour une recherche efficace de sponsors Guide Pratique Association Interfédérale du Sport Francophone asbl Quai de Rome 53 4000 LIEGE Tél.: 04/344 46 06 Fax: 04/344 46 01 E-mail: info@aisf.be

Plus en détail

Les Français et le Tour de France 2015

Les Français et le Tour de France 2015 Les Français et le Tour de France 2015 Juillet 2015 Sondage réalisé par pour et LEVEE D EMBARGO : SAMEDI 4 JUILLET A 18H Diffusion et levée d embargo Ce sondage est réalisé pour et o Diffusé samedi à 18h00

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

CHAMPIONNAT SUISSE ELITE GENEVE 2009

CHAMPIONNAT SUISSE ELITE GENEVE 2009 Dossier de sponsoring 12 rue François-Dussaud, 1227 Genève email : info@badmintonclubgeneve.ch www.badmintonclubgeneve.ch Sommaire 1. Le Badminton se présente... 2. Les neuf raisons de commencer le badminton

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

dossier presse Montpellier Beach Masters 2015

dossier presse Montpellier Beach Masters 2015 dossier de presse Montpellier Beach Masters 2015 édito Le Montpellier Beach Masters fête cette année ses 10 ans, et sa 2ème édition au Théâtre Hélios d Odysseum! Plus de 500 tonnes de sable vont donc à

Plus en détail

RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS

RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS RÉFORME DES MOINS DE 12 ANS Guide à l attention des parents des jeunes compétiteurs 1 - FFT Ce guide a pour objet de présenter la réforme fédérale de la formation des jeunes de moins de 12 ans et notamment

Plus en détail

compte-rendu d activité de la commission

compte-rendu d activité de la commission 06 01 compte-rendu d activité de la commission 07 08 a Quoi sert la dncg? depuis maintenant plus de 20 ans, la dncg exerce un contrôle juridique et financier sur les clubs de football professionnel, comme

Plus en détail

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE 1) Droits d exploitation audiovisuelle des compétitions professionnelles... 185 2) Match télévisé... 185 3) Match des Champions... 185

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Palmarès au niveau suisse des karatékas fribourgeois depuis 2009

Palmarès au niveau suisse des karatékas fribourgeois depuis 2009 Novembre 2012 : Audrey Eggertswyler (KC Cobra Fribourg) Championne Suisse Kumite Filles U12-37kg Palmarès au niveau suisse des karatékas fribourgeois depuis 2009 En 2014, les athlètes fribourgeois ont

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Site Web de paris sportifs

Site Web de paris sportifs HENAUD Benoît Numéro d auditeur 05-39166 Version V1.2 Date de mise à jour 31/03/2008 1/21 Table des matières 1. Objectif du document... 3 2. Présentation... 3 2.1. Présentation du projet... 3 2.2. Situation

Plus en détail

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances Table des matières 1. Introduction 2. Revenus 3. Dépenses 4. Impôts 5. Budget 6. Planification financière 7. Assurances 8. Épargne-retraite 9. Autres responsabilités 10. Remarques finales 1 1. Introduction

Plus en détail

Coupe du Monde de Cascade de Glace. Vendredi 31 Janvier et Samedi 01 Février 2014 Champagny-en-Vanoise (73) Dossier de partenariat

Coupe du Monde de Cascade de Glace. Vendredi 31 Janvier et Samedi 01 Février 2014 Champagny-en-Vanoise (73) Dossier de partenariat Coupe du Monde de Cascade de Glace Vendredi 31 Janvier et Samedi 01 Février 2014 Champagny-en-Vanoise (73) Dossier de partenariat Bonjour et bienvenue! Un accueil chaleureux qui brise la glace Suite à

Plus en détail

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour :

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : Préambule La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : capitaliser sur l image de marque véhiculée créer une plus grande synergie

Plus en détail

Bâtissons ensemble les champions du monde de demain

Bâtissons ensemble les champions du monde de demain Bâtissons ensemble les champions du monde de demain ing Swiss Tennis 2 5 La réussite en chiffres Une cordiale bienvenue 810 clubs de tennis avec plus de 165 000 membres 90 centres de tennis avec plus de

Plus en détail

Plan d Action 2011-2013

Plan d Action 2011-2013 Plan d Action 2011-2013 www.arsq.qc.ca Association Régionale de Soccer de Québec Adopté le 17 mars 2011 Introduction Plan d action 2011-2013 L Association Régionale de Soccer de Québec (ARSQ) a célébré

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 31 mars 2012 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2012 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010. Juin 2010

Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010. Juin 2010 Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010 Juin 2010 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1011 personnes, représentatif

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION TOURNOI DES FAMILLES

DOSSIER D INSCRIPTION TOURNOI DES FAMILLES DOSSIER D INSCRIPTION TOURNOI DES FAMILLES 2 PRESENTATION DE L EVENEMENT Notre priorité : sensibiliser aux bienfaits d une pratique sportive régulière, comme le rugby (sous toutes ses formes), sur la santé

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Projet. de la Découverte à la Performance, un Club pour Toutes les Pratiques

Projet. de la Découverte à la Performance, un Club pour Toutes les Pratiques Projet Sportif de la Découverte à la Performance, un Club pour Toutes les Pratiques 2 Projet Sportif Pourquoi un projet sportif? Don Bosco est devenu, depuis l ouverture de la nouvelle salle en 2007, l

Plus en détail

Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 3 août 2015

Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 3 août 2015 Les paris sportifs en ligne La première grande enquête menée à 360 portant à la fois sur les perceptions des Français et des parieurs et sur une mesure statistique des meilleures cotes proposées par les

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

STATUTS Edition juillet 2013

STATUTS Edition juillet 2013 STATUTS Edition juillet 2013 1 ModificationsAdaptations par l Assemblée des délégués 30.02015 : Ch. 9 des définitions ; art. 3 ch. 3 (nouveau) ; art. 51 ch. 1 al. 3 ; art. 65 ch. 4 lettreslit. i et k ;

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Comment bien préparer un pari sportif

Comment bien préparer un pari sportif Comment bien préparer un pari sportif SOMMAIRE I-PARAMETRES A ANALYSER AVANT DE PLACER UN PARI 1- composition des équipes 2- Etat physique des équipes ou des sportifs 3- Mental des équipes ou des sportifs

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE

CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CONSULTATION PUBLIQUE LIVRE VERT VERS UNE POLITIQUE NATIONALE DU SPORT, DU LOISIR ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Ministère de l Éducation, du Sport et du Loisir Argumentaire Préparé par Michel Comeau, Directeur

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Mémoire remis au Comité des affaires juridiques et constitutionnelles Paris sportifs

Mémoire remis au Comité des affaires juridiques et constitutionnelles Paris sportifs Mémoire remis au Comité des affaires juridiques et constitutionnelles Paris sportifs Sommaire Le présent mémoire décrit le fonctionnement des paris sportifs légaux en Australie et fait particulièrement

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes

Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Code de conduite sur les paris sportifs pour les athlètes Préparé par EU Athletes, l association européenne des jeux et paris en ligne (EGBA), la Remote Gambling Association (RGA) et l association européenne

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Viande Suisse Trophy. Mise au concours 2015. Title Sponsor Co-Sponsors Suppliers

Viande Suisse Trophy. Mise au concours 2015. Title Sponsor Co-Sponsors Suppliers Viande Suisse Trophy Mise au concours 2015 Title Sponsor Co-Sponsors Suppliers 2 Viande Suisse Trophy Contenu Informations générales 4 1. Conditions de participation 4 2. Déroulement 4 3. Délai et frais

Plus en détail

45. CONTRIBUTION MUTUALISEE DES CLUBS AU DEVELOPPEMENT REGIONAL (C.M.C.D.)

45. CONTRIBUTION MUTUALISEE DES CLUBS AU DEVELOPPEMENT REGIONAL (C.M.C.D.) 44. LES INSTANCES DIRIGEANTES 44. LES CLUBS 45. CONTRIBUTION MUTUALISEE DES CLUBS AU DEVELOPPEMENT REGIONAL (C.M.C.D.) 44 Principes généraux 45 Présentation du dispositif 50 Contrôle du dispositif régional

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Introduction. L école national de Paintball Grinders est donc là pour vous former comme jamais vous n avez pu l imaginer.

Introduction. L école national de Paintball Grinders est donc là pour vous former comme jamais vous n avez pu l imaginer. 1 Introduction Le Paintball de compétition est un Paintball pratiqué par un grand nombre de joueurs qui ont commencé à jouer seul ou en groupe, dans les bois ou sur un Speedball, et qui un jour ont voulu

Plus en détail

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour :

La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : Préambule La FFP a osé déployer une politique ambitieuse qui place la communication en Axe 2 (sur 4) de son programme à 4 ans pour : capitaliser sur l image de marque véhiculée créer une plus grande synergie

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

GUIDE DU SECRETAIRE Saison 2015-2016

GUIDE DU SECRETAIRE Saison 2015-2016 GUIDE DU SECRETAIRE Saison 2015-2016 TABLE DES MATIERES 1. Création d un club... 3 a. Comment devenir membre d une ligue?... 3 b. Ce que le club reçoit de la ligue... 3 2. Gestion des membres... 4 a. Inscription

Plus en détail

Mémos FFT 2015 LE CLASSEMENT

Mémos FFT 2015 LE CLASSEMENT Mémos FFT 2015 LE CLASSEMENT CLASSEMENT 2015 Sommaire CLASSEMENT ÉLITE 1 RE SÉRIE (établi d après les résultats obtenus entre le 1 er décembre 2013 et le 30 novembre 2014) DAMES Classement 2014 1 CORNET

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. 2 ème trimestre 2015

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. 2 ème trimestre 2015 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 2 ème trimestre 2015 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE

L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE L EUROPE ET LE SPORT Colin MIEGE I - Les institutions sportives en Europe : davantage de disparités que de similitudes I La contribution de l Europe à l émergence du mouvement sportif et de l olympisme

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Adop tés lor s de l As se mblée Généra le E xt raord inair e de la LNV du 2 n ovembre 201 2

REGLEMENT INTERIEUR. Adop tés lor s de l As se mblée Généra le E xt raord inair e de la LNV du 2 n ovembre 201 2 REGLEMENT INTERIEUR Adop tés lor s de l As se mblée Généra le E xt raord inair e de la LNV du 2 n ovembre 201 2 Règlements de la LNV - 1 - Saison 2013/2014 I COMPOSITION DE LA LIGUE NATIONALE DE VOLLEY

Plus en détail

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte

Décembre 2009. Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Décembre 2009 Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Sommaire Introduction La loi handicap Enquête nationale Officiel du Handicap/Deloitte Résultats de l enquête nationale Recrutement, sous-traitance,

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE

LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE LES FRANÇAIS, LEUR ÉPARGNE & LEUR RETRAITE 1 Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique JeanPierre THOMAS Président du Cercle de l'epargne Philippe CREVEL Directeur

Plus en détail

INFORMATIONS pour les DELEGATIONS

INFORMATIONS pour les DELEGATIONS Qualification olympique de zone AMERIQUE 2012 Santiago du Chili 21.22 avril INFORMATIONS pour les DELEGATIONS 1 I Programme des épreuves 20 avril 17h00 18h00 Réunion du Directoire technique Réunion des

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

LE CYCLISME POUR TOUS EN 2013

LE CYCLISME POUR TOUS EN 2013 LE CYCLISME POUR TOUS EN 2013 Conformément aux décisions adoptées par le Bureau exécutif du Conseil d Administration de la Fédération Française de Cyclisme, la totalité des droits d engagements est laissée

Plus en détail

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct LONDRES, AOÛT 2008 RÉALISÉ POUR L UEFA PAR Supporters Direct Reconnaissons les supporters comme un élément essentiel de l identité des clubs. Michel

Plus en détail

Liste des saisines pour avis dont l'arjel a fait l'objet en application de l'article L. 333-1-2 du Code du Sport

Liste des saisines pour avis dont l'arjel a fait l'objet en application de l'article L. 333-1-2 du Code du Sport Liste des saisines pour avis dont l'arjel a fait l'objet en application de l'article L. 333-1-2 du Code du Sport Identité du demandeur Compétitions Date de réception de la saisine Date de l'avis Liste

Plus en détail

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org Pour ceux qui cherchent Notre Moteur Spécifique : recherche pour vous vous mets en relation confidentielle avec des Propriétaires et des Professionnels, sans vous dévoiler. Sommaire Vous ne faites pas

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail