L énergie la moins chère? Celle que nous ne consommons pas!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L énergie la moins chère? Celle que nous ne consommons pas!"

Transcription

1 éditorial Dossier 33 n juin 2011 SOMMAIRE L énergie la moins chère? Celle que nous ne consommons pas! Dossier Chère Lectrice, Cher Lecteur, Les énergies renouvelables en milieu agricole Nous ne pouvons démarrer cette nouvelle édition de Récolte & Gestion sans vous remercier pour votre importante implication dans notre enquête de lectorat. Vous avez été plus de 500 à répondre à notre questionnaire! Un constat important mérite d être mis en avant : Les économies d énergie dans les exploitations agricoles à l heure où la raréfaction du pétrole et les changements climatiques animent les débats, il est stratégique pour toute entreprise y compris les exploitations agricoles d entamer une réflexion sur ses performances énergétiques. François Corbiau (CER) 10 3 l énergie la moins chère? Celle que nous ne consommons pas! 4 Photovoltaïque : modifications réglementaires en vue 5 Une double installation photovoltaïque 6 Optez pour du matériel certifié 7 Une ferme pédagogique à plus d un titre 8 Biométhanisation : un second métier agricole 9 Des coûts énergétiques divisés par deux 1 0 Produire du biocarburant à la ferme 11 Les aides publiques à l énergie : aussi pour le secteur agricole! 12 Assurances Transport en toute sécurité 13 Foire agricole La Foire de Libramont Régions La botte du Hainaut - 8 lecteurs sur 10 désirent des articles informatifs, de fond, ainsi que des articles proches d eux, de leur région. Nous avons dès ce numéro tenu compte de votre avis et apporté une attention encore plus importante à ce type d articles. En effet, l énergie vole la vedette dans ce magazine au travers d un dossier présentant quatre formes d énergies renouvelables : le photovoltaïque, l énergie éolienne, la biomasse et les biocarburants. Pour chacun de ces volets, nous avons interviewé un expert qui explique les aspects à prendre en compte. Nous sommes également partis à la recherche de témoignages de personnes qui ont décidé d utiliser ces formes d énergie dans leurs activités. Théorie et pratique sont donc réunies pour vous donner la vue d ensemble la plus complète possible. L énergie de CBC Banque & Assurance sera également présente lors de la Foire de Libramont qui, cette année, aura lieu du 22 au 25 juillet. Nous espérons vous voir nombreuses et nombreux à notre stand. Tout comme les années précédentes, notre agence mobile (et les facilités qu elle offre) sera au rendez-vous! Excellente lecture et à bientôt à Libramont! Gilles Gillet Directeur Marché des Clients Professionnels Récolte & Gestion est un magazine destiné à tous les clients actifs dans l agriculture et l horticulture. Année 2011, numéro 33 Adresse de rédaction : CBC Banque&Assurance, Marketing/M. Lambrechts, Grand-Place 5, B-1000 Bruxelles, fax Vous pouvez envoyer à l adresse ci-dessus toute correspondance relative à Récolte & Gestion ou aux sujets qui y sont traités. La reprise d extraits de Récolte & Gestion n est autorisée que sur accord écrit de l éditeur. Conseil de rédaction CBC Banque & Assurance : Martine Lambrechts, Jean-François Ledent Rédaction, présentation et production : Propaganda s.a., Kennedyplein1A, B-1930 Zaventem Copyrights photographie : Propaganda, CBC Banque & Assurance CBC Banque & Assurance n est pas responsable des modifications et/ou des changements éventuels apportés aux produits, services ou prix traités dans ce magazine. Vos données sont traitées par CBC Banque S.A. (Siège social : Grand-Place, 5 à 1000 Bruxelles) à des fins de promotion, prospection et marketing. Si vous ne souhaitez pas être tenu(e) au courant de nos produits et services, il suffit de nous en faire part. La loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l égard des traitements de données à caractère personnel vous confère un droit d accès et de rectification de ces données ainsi que la faculté de consulter le Registre public des traitements automatisés /11 Société du Groupe KBC Généralement, c est tout d abord la facture d électricité qui incite à réfléchir sur sa consommation d énergie, et à envisager la production d énergie verte. Mais, dans la plupart des cas, avant même de se lancer dans la production d énergies renouvelables, il est intéressant de réfléchir à la meilleure manière de réduire sa consommation d énergie. Plusieurs audits ou diagnostics énergétiques peuvent être proposés en Région wallonne. Ces diagnostics peuvent se concentrer sur l ensemble de l exploitation ou cibler une spéculation précise. Le Centre d Economie Rurale (CER) de Marloie propose depuis juin 2008 un service personnalisé d analyse des consommations d énergies dans les bâtiments laitiers. La finalité du diagnostic proposé est d analyser 2 postes énergétiques coûteux et utilisés dans toutes les exploitations : le mazout et l électricité. Les solutions proposées se doivent d être rentables, peu contraignantes sur la charge de travail et bien entendu performantes. Exemple concret Voici un exemple pour un bâtiment abritant des vaches laitières. 2 pistes de réflexion ont été suivies : l adaptation des pratiques d élevages et la diminution du poste électricité. Pratiques d élevages Les pratiques d élevages sont principalement consommatrices de mazout pour l alimentation, le paillage, le raclage et le curage des bâtiments. Les disparités entre exploitations sont importantes. C est pourquoi, sur ces postes, c est à l éleveur à réfléchir aux dépenses d énergies. Il peut pour ce faire bénéficier de l encadrement du CER. Les économies sont parfois impressionnantes. L électricité Dans une exploitation laitière, et plus encore au niveau du bloc traite, les consommations électriques sont particulièrement importantes. Parmi les postes étudiés, citons : le tank, le chauffe-eau, la pompe à vide, l éclairage et tout ce qui tombe dans la catégorie divers, Au total, ces consommations représentent 50 à 60 kwh / kg de lait (6,5 à 7,8 euros) pour les exploitations sans équipements spécifiques. Les possibilités d économies Tank Selon des mesures de consommations, 45 % de l énergie électrique consommée sert à refroidir le lait, soit de 20 à 30 kwh / kg (2,6 à 3,9 euros). Outre l aménagement de la laiterie et François Corbiau (CER) : l entretien du groupe froid, le pré-refroidisseur permet de diminuer la consommation du tank de 40 à 50 %. L économie possible est d environ 10 kwh / kg de lait (soit 1,3 euro). Chauffe-eau Le récupérateur de chaleur permet en moyenne de diminuer le poste du chauffe-eau de 65 à 80 % et peut s avérer intéressant dans la mesure où l on valorise l ensemble de l eau chaude qu il produit. Une combinaison avec le pré-refroidisseur est possible et avantageuse à partir de litres de lait produit. Pompe à vide Deux solutions permettent de réduire les dépenses d énergies de ce poste. Premièrement, le temps de traite peut être amélioré par la circulation des animaux, la propreté des mamelles, le décrochage automatique, La seconde solution consiste à installer une pompe à vide avec un variateur électronique de la fréquence. Cette technologie reste relativement onéreuse. Divers Parmi les postes divers, nous retrouvons notamment l éclairage, l atelier, les vis d alimentation, l ordinateur,. L économie réalisée sur ces postes est loin d être négligeable. Les investissements réalisés en vue d économiser l énergie sur une exploitation sont vite rentabilisés Conclusions Les économies d énergies sur une exploitation laitière sont très vite rentabilisées. L économie d électricité réalisée permet d amortir l aménagement ou le matériel sur une courte durée. Une fois ces investissements réalisés, l investissement dans l énergie renouvelable se justifie pleinement. A l avenir, le cocktail économies et productions d énergies vertes offrira, sans nul doute, une recette détonante. A nous tous d y participer 2 Récolte & gestion Juillet

2 DOSSIER Thibault Mélard : Avant tout projet photovoltaïque en agriculture, il est nécessaire de commencer par bien étudier le volet fiscal et juridique du vendeur Caroline Devillers (CBC) et Thibault Melard (EF4) Jean-Paul Verhulst (agriculteur) : Mon objectif : augmenter notre autonomie en énergie pour que nos approvisionnements dépendent de moins en moins des prix du marché Fabian Wathelet (CBC Nandrin et Ouffet), Jean-Pierre Pauly (CBC Assurance Amay), Jean-Paul Verhulst, Caroline Devillers (CBC) Photovoltaïque : modifications réglementaires en vue Besoins professionnels en électricité couverts à 80 % Les conditions locales offraient, techniquement, de multiples possibilités : éolienne, biométhanisation Pourtant, après deux ans de réflexion et de recherche d informations, les exploitants d une ferme de Terwagne ont décidé d opter pour une installation photovoltaïque d une certaine ampleur. Elle vient tout juste d entrer en service au printemps 2011 et la météo de ce début d année semble déjà leur donner raison. Une double installation photovoltaïque Une réduction des aides qui témoigne de la maturité de la filière L asbl EF4 basée à Louvain-la-Neuve assure les missions de facilitateur pompe à chaleur et photovoltaïque. Concrètement, cette expertise est portée par le jeune ingénieur de gestion Thibault Mélard, qui a complété sa formation par un master en sciences et gestion de l environnement sous la direction du très médiatique et co-prix Nobel de la Paix Jean-Pascal van Ypersele. D emblée, Thibault Mélard insiste sur la nécessité, avant tout projet photovoltaïque en agriculture, de commencer par bien étudier le volet fiscal et juridique du demandeur. Un agriculteur est avant tout un citoyen, et à ce titre, il a droit, s il investit pour son usage privé aux réductions fiscales pour économie d énergie. Cette réduction fiscale n est accordée que sur les revenus imposables globalement. Si l investissement est consenti à titre exclusivement professionnel, l agriculteur pourra prétendre au programme d aide pour investissement ayant pour objectif l utilisation durable de l énergie. Actuellement, il n est pas possible de donner d informations concrètes sur cette aide étant donné que tout le système d aide est en cours de réévalutation. Une déduction fiscale de 13,5 % qui viendra diminuer la base imposable est également accessible pour investissement professionnel économiseur d énergie. Pour y voir plus clair, EF4 peut vous informer et conseiller et le cas échéant réaliser gratuitement une étude de pertinence et de rentabilité d un projet. Connaître son profil de consommation Les avantages du photovoltaïque semblent apporter une réponse imparable aux besoins de l exploitant agricole désireux de couvrir une partie de ses besoins énergétiques Mais ce n est pas aussi simple, répond Thibault Mélard, car le système de soutien génère des contraintes : il est notamment lié à l autoconsommation, et non à la revente. Selon les spéculations qu ils ont choisies, les profils de consommation des agriculteurs peuvent être très différents et ne pas toujours correspondre aux spécificités du PV. Dans le cas de consommations ne répondant pas à la production de l installation photovoltaïque, l idéal est évidemment de pouvoir renvoyer l électricité excédentaire vers le réseau en faisant tourner le compteur à l envers. Mais ceci n est possible qu avec des installations de maximum 10 kva. Au-delà, l agriculteur doit revendre au réseau en tant que producteur d énergie à un prix beaucoup moins favorable. Son installation sera donc d autant plus rentable qu il autoconsommera son électricité produite. Quelle puissance optimale? Pour les raisons évoquées ci-dessus, les installations se limitent le plus souvent à 10 kva. Pour celles dont la puissance oscille entre 10 et 250 kva, on obtient encore 4 CV, mais avec des obligations contraignantes : Il faut notamment que 50 % de la production soit autoconsommée directement, sur une base trimestrielle. Si ce n est pas le cas, en raison d un vide sanitaire imprévu par exemple, on risque de perdre 3 des 4 CV pendant une certaine période, ce qui remet en question la rentabilité. Mais il faut éviter de voir le PV comme un pur investissement financier : c est une assurance sur l avenir à long terme (25-30 ans), l assurance d une autonomie partielle et d un prix de l énergie maîtrisé à l échelle de plus de deux décennies. Ce qu aucun fournisseur ne peut promettre. Dans cette ferme mixte classique du Condroz de 80 ha, Jean-Paul Verhulst et son épouse Christine élèvent 200 têtes de bétail (Blanc Bleu Belge) et engraissent des taureaux sous label Procerviq et Meritus. Ils perpétuent aussi une tradition vieille d un demisiècle dans cette exploitation où Jean-Paul a succédé à ses parents en 1989 : la culture de pommes de terre. C est cette diversification qui a stimulé l intérêt de l agriculteur pour un approvisionnement durable en énergie : Nous avons une grosse consommation d électricité liée aux pommes de terre : séchage, ventilation permanente, triage pas mal de moteurs tournent régulièrement. Nous devons aussi maintenir les tubercules à température. Puis nous avons une louve de distribution automatique de lait aux veaux (Mamylac) qui réchauffe du lait 24h/24. Le photovoltaïque : plus simple, mieux subsidié Pendant deux ans, les Verhulst ont étudié la question : visite d un salon à Marche, réunion d information chez CBC, recherche de fournisseurs potentiels. Leur première idée : une éolienne. Mais vu les difficultés urbanistiques et l absence d incitants fiscaux, je me suis dirigé vers la solution photovoltaïque, explique Jean-Paul Verhulst. C est plus simple, sans entretien, sans permis, plus accessible financièrement et les aides étaient plus importantes. La ferme ne disposait que d un seul raccordement électrique mixte privé/professionnel. Il était possible de réaliser l ensemble de l installation photovoltaïque sous régime privé, mais d un point de vue fiscal, il aurait été difficile de justifier la partie de la consommation imputable à l activité professionnelle. De plus, nous n aurions pas eu droit aux 30 % d aide aux PME. En séparant les deux, nous avons pu recevoir cette aide pour partie et clarifier la situation fiscale. Comme nous ne pouvons bénéficier de la réduction fiscale sur la partie privée, étant donné notre régime particulier, le temps de retour a été porté de 4 à 6 ans. Mais avec le nombre de CV obtenus, l opération reste intéressante. Caractéristiques techniques L installation double est placée sur un seul toit : celui d une grange bien orientée. L installation privée comprend 27 panneaux de 190 watts avec un onduleur monophasé. La puissance installée est de Wc correspondant à W prévisibles dans les conditions locales (latitude, orientation, ensoleillement ). L installation professionnelle est de puissance double, Wc pour W attendus et comprend un onduleur triphasé. Cet investissement total de euros couvrira au moins 3/4 de la consommation professionnelle. Une des difficultés a été le choix du fournisseur : L offre est énorme sur le marché. J ai finalement fait le choix d un fournisseur de proximité que j ai sélectionné aussi pour la durabilité de son entreprise et ses références. La Police patrimoine de CBC Assurances protège tant les bâtiments que le contenu de votre exploitation. En complément, CBC Assurances assure les panneaux photovoltaïques/solaires installés sur les bâtiments d exploitation en tant que matériel fixe. Les périls couverts par la Police patrimoine CBC sont l incendie, la tempête, la pression de la neige, le vol ainsi que le concept tous risques. De plus, la perte de rendement suite à des dommages subis par du matériel couvert peut être indemnisée via l assurance pertes d exploitation. 4 Récolte & gestion Juillet

3 Dossier Bruno Claessens (expert éolien à l APERe) : Passage obligé de tout projet éolien : déterminer le potentiel venteux du site. Et il faut démystifier le problème du prix de cette étude Une ferme pédagogique à plus d un titre L éolienne est pertinente en milieu agricole : l exploitant dispose de plaines exposées au vent, est soumis à des contraintes urbanistiques faibles, et est face à une forte consommation électrique. En outre, il peut cumuler les aides destinées aux PME et aux agriculteurs, explique Bruno Claessens, expert éolien à l APERe (Association pour la Promotion des Energies Renouvelables). On parle ici de petit éolien, une classification qui n a rien d officiel. On considère généralement que la gamme des éoliennes de petite puissance va jusqu à 100 kw. Dans cette catégorie, il existe une sous-catégorie née de la réglementation : les éoliennes de maximum 10 kw, qui permettent de bénéficier du système de compensation via le compteur tournant à l envers. Importance de la certification Les éoliennes se classent plutôt en deux catégories, selon qu elles sont certifiées ou non (à éviter). Contrairement aux modèles plus puissants, les petites éoliennes ne sont pas soumises à une certification obligatoire de conformité par rapport à diverses normes de performance et de fiabilité. En deux clics, chacun peut acheter une petite éolienne bon marché de fabrication asiatique qui va rapidement tomber en Bruno Claessens (Apere) panne et dont la production sera décevante. Bruno Claessens recommande donc de n acheter que du matériel certifié. Une quinzaine de modèles sont disponibles sur le marché, notamment des machines allemandes. Pour prendre une décision, il faut démarrer par une étude du potentiel venteux, ce qui ne coûte pas nécessairement cher!, poursuit Bruno Claessens. Une campagne de mesure sur un an par un anémomètre revient certes à euros, mais on peut aussi faire appel à une modélisation numérique qui reconstitue les vitesses de vent d après l historique et la topographie. La méthode est aussi fiable, voire davantage, et son prix démarre à 750 euros. En combinant la distribution des vitesses de vent obtenues avec la courbe de performance de l éolienne envisagée, on peut ainsi déterminer le potentiel annuel et prendre une décision. L APERe, une association de référence Une énergie renouvelable, adaptée aux besoins de la ferme Notre expert est formel : l agriculteur est avant tout un homme de chiffres, qui va d abord raisonner en termes de retour sur investissement. Avec du matériel d une durée de vie économique de 20 ans, l éolien permet d envisager un avenir sans risques techniques à plus ou moins long terme. Mais un temps de retour correct reste une question d appréciation personnelle. Optez pour du matériel certifié Retour sur investissement : lent Il faut tabler sur un temps de retour de 10 à 25 ans, de 8 à 9 ans dans le meilleur des cas, assure notre expert. Autre inconvénient, le système de soutien wallon actuel privilégie les petites consommations et une puissance limitée à 10 kw pour bénéficier du système de compensation via le compteur. C est insuffisant pour un agriculteur, dont les besoins peuvent s échelonner entre et kwh par an. Pour les puissances supérieures, on passe au système de double flux où l on est obligé de consommer instantanément ce que l on produit et de revendre l excédent au réseau à un prix très faible. C est intéressant quand on a une consommation linéaire (ventilateurs, refroidissement ), mais un agriculteur qui a deux pics de consommation par jour aux heures de traite ne pourra jamais rentabiliser une éolienne de plus de 10 kva. Avec ses 20 ans d existence, l APERe (Association pour la Promotion des Energies Renouvelables) est un acteur majeur de l expertise et de l éducation permanente, en particulier en matière d éolien. Cet organisme assure la mission de facilitateur éolien pour la Région wallonne et Bruno Claessens est l une des trois personnes qui assument concrètement cette fonction. Le choix de l éolien : diversification et image de marque Quelques difficultés administratives et techniques n ont pas arrêté Camille Lobet. Dans sa ferme de Sivry, il a fait construire une éolienne qui participe tant aux activités agricoles et didactiques de l exploitation qu à sa vocation touristique. De plus, effet inattendu de cette interview, le dossier de subvention refusé par l administration va être réexaminé par les services spécialisés de CBC. Philippe Spacagna, Benoît Massaux, Camille Lobet, Christian Van Wijsberghe En 1989, Camille Lobet lance son activité de tourisme à la ferme avec son gîte pouvant accueillir 30 personnes. Il a aussi fait de son exploitation une ferme pédagogique accueillant des écoles en classe verte ou à la journée. C est d ailleurs une des raisons du choix de l éolien : la volonté d expliquer aux jeunes la filière éolienne, de proposer une nouvelle animation à ses hôtes en culotte courte, Et puis, ajoute-t-il, j avais envie de montrer que les agriculteurs aussi pouvaient faire quelque chose pour l énergie. Cette éolienne, c est une image de marque, mais aussi une diversification professionnelle de plus. Besoins couverts à 50 % Les pales de 7 m de diamètre de ce moulin de 10 kwc produisent de quoi subvenir à la moitié des besoins en électricité de la salle de traite, l installation la plus gourmande. Sur 65 ha, dont 10 ha de maïs fourrager, Camille Lobet élève 200 têtes de Bleu Blanc Belge pour un quota de litres. Et si jamais un jour j arrête de traire, j alimenterai le gîte avec l éolienne, assure-t-il. L investissement de euros, partiellement financé par un crédit d investissement accordé par CBC, sera amorti en 12 ans. Un temps étonnamment long qui étonne les personnes présentes. Mais il s avère que notre hôte n a pas eu droit à la subvention PME de 42 %. Une discussion s engage alors entre les responsables CBC présents et Camille Lobet : manifestement, toutes les pistes n ont pas été exploitées et, avec l aide de la cellule CBC de Namur, l étude des aides dont ce dossier pourrait bénéficier va être reprise à zéro, avec bon espoir de succès. Mais Camille Lobet (agriculteur) : J ai été tenté par le photovoltaïque, surtout avec suiveur solaire. Mais je préfère attendre que la technologie se perfectionne Camille Lobet est le chantre de la prudence : J ai toujours considéré les aides comme un bonus ; quand j envisage un investissement, je n en tiens pas compte dans mon plan financier. Ce qui vient en plus est le bienvenu. Onduleur trop gourmand Depuis sa mise en service, l éolienne a produit kwh dont seulement ont été disponibles pour l exploitation. On s est aperçu qu il y avait un problème avec l onduleur, explique l agriculteur. Sa consommation est anormale, et le fournisseur y travaille. Ce n est pas le seul déboire qu a rencontré Camille Lobet : lors de l introduction de la demande de permis d urbanisme, ce qui devait être un permis simplifié du ressort du Collège s est transformé en un marathon administratif de 11 mois. Alors que dans la commune d à côté, la même démarche a pris 10 jours, ajoute-t-il. Pourquoi pas le photovoltaïque? Camille Lobet avait envisagé la question. Il a suivi un projet voisin où, pour un investissement équivalent, un ensemble de panneaux photovoltaïques sur mât suiveur assurait la même production. Et, dans ce cas-là, le projet a bénéficié d aides. Mais je n ai qu un seul toit qui convient pour le photovoltaïque. Et puis, il aurait fallu investir un peu plus. En outre, des ingénieurs qui ont séjourné dans mon gîte m ont informé du fait que la technologie photovoltaïque allait s améliorer et qu il valait mieux attendre ces innovations. Et finalement, quand il faudra recycler ces panneaux, ne vat-on pas devoir rendre ce qu on a reçu? Sous forme de taxe de recyclage? Tandis qu une éolienne, ce n est jamais que du métal On vous le disait : Camille Lobet est le chantre de la prudence Le pylône, le générateur, la vis ou l accumulateur d une éolienne sont assurables chez CBC Assurances via la Police patrimoine. Les assurances offertes sont multiples, notamment la tous risques, comparable à une omnium voiture. CBC Assurances propose ces assurances en complément de la Police patrimoine couvrant vos bâtiments et contenu d exploitation. 6 Récolte & gestion Juillet

4 Dossier Une énergie renouvelable très rentable La biométhanisation est une dégradation de matières organiques en milieu anaérobie et en l absence de lumière pour produire du biogaz (55 à 70 % de méthane) et un digestat valorisable en agriculture. Si les ressources disponibles localement la rendent possible, c est une énergie renouvelable très rentable, à certaines conditions. Delphine Mabille (CBC) et Philippe Hermand (IRCO) IRCO SPRL est un bureau d études qui assure la mission de facilitateur (biométhanisation et biomasse sèche pour l industrie) pour la Région wallonne. Son gérant, l ingénieur Philippe Hermand, pose les limites de la faisabilité économique de la biométhanisation : Elle n est actuellement rentable qu associée à une cogénération, qui permet d obtenir les certificats verts (CV) à la fois sur la production d électricité et de chaleur : entre 1,7 et 2 CV par mégawatt électrique produit valorisable. Pour valoriser la chaleur, la solution est de créer sur place une installation consommatrice (séchoir éligible aux CV) ou d alimenter une collectivité. Cette activité devient un second métier pour l agriculteur. Dans les grosses installations, l activité de la ferme peut devenir accessoire dans l entreprise agricole. Les sources : variables, mais en quantités Pour les petites unités inférieures à 10 kwél installés, les sources de biomasse sont les effluents d élevage liquides (lisiers, purins le volume minimal est de m 3 de lisier/ an, soit l équivalent d une production de 150 bovins laitiers). Pour les plus grosses unités, les sources de biomasses méthanogènes sont les effluents d élevages (fumier, fiente, lisier et purin), les plantes énergétiques, les résidus de culture, l ensilage d herbe, les mélasses de sucrerie, les déchets alimentaires, et même la glycérine, un sous-produit très méthanogène issu de la filière bioéthanol. Les grosses installations (de 250 kw à 3 MWél) représentent des investissements importants (4.000 euros par kilowatt installé) que généralement seules des coopératives peuvent supporter. Entre 30 et 100 kw, Philippe Hermand (gérant du bureau d études IRCO) : La seule voie économiquement rationnelle de la biométhanisation est le couplage à une cogénération, car si la chaleur produite n est pas valorisée, l installation n est pas rentable Biométhanisation : un second métier agricole la taille critique n est pas atteinte. Des installations de cette gamme de puissance ne tiennent pas la route d un point de vue économique. Par contre, et c est nouveau, les très petites unités (moins de 10 kwél) basées sur le moteur Stirling sont très intéressantes. L investissement est faible : euros pour l installation et euros pour la cuve. L électricité est consommée sur place et son excès éventuel fait tourner le compteur à l envers, ce qui valorise le kilowatt électrique à un meilleur tarif. De même pour la chaleur autoconsommée (pour les besoins d une laiterie par exemple) qui réduit la consommation de mazout à 100 % de son prix du jour et non à 50 ou 60 % comme c est le cas lorsqu il s agit de revente de chaleur. Freins et atouts La biométhanisation n a pas d influence sur la liaison au sol, en dépit du fait que l azote est minéralisé. Du côté du carbone, puisque le méthane (CH 4 ) en est constitué, on aura une perte de 20 à 25 %, sauf si une partie des effluents biodigérés proviennent de l extérieur. Parmi les freins à ce type de projet, on trouve la nécessité de valoriser la chaleur presque 24h/24, la nécessaire proximité de la ressource, le charroi éventuel et l impact paysager. Les atouts sont notamment la production permanente, l absence d odeurs et le temps de retour sur investissement très bref (3 à 4 ans pour les petites installations, 5 à 6 ans pour les grandes). Les avantages agronomiques de la biométhanisation Les avantages agronomiques de la biométhanisation Réduction des volumes d amendements à manipuler (- 20 %). Destruction quasi complète des graines d adventices. Hygiénisation des effluents. Suppression complète des odeurs et des nuisances qui en découlent ainsi que des problèmes d appétence : aucun délai à prévoir après épandage du digestat. Minéralisation de l azote. Meilleur couvert végétal. Gérald Martin (agriculteur) : Mon but est clair : être totalement autonome en énergie. Et je suis sûr qu à la remise de l activité, cette autonomie sera valorisable Des coûts énergétiques divisés par deux La ferme compte 40 ha de prairie, une trentaine de bovins et surtout deux poulaillers, ressource principale de l exploitation. Les poulets y sont élevés par cycles de six semaines, passant en 42 jours progressivement d une température ambiante de 35 C à 18 C. C est dire si les besoins en chauffage sont énormes dans ces deux bâtiments de m 3 pourtant bien isolés. Pour la même quantité de poussins élevés, précise Gérald Martin, les deux extrêmes de consommation rencontrés ont été de et de 900 litres. Nous parlons ici de pétrole, car les bâtiments étaient précédemment chauffés par des canons à chaleur. Avec de telles variations de consommation, la rentabilité d un cycle d élevage peut être anéantie. Certains de mes confrères éleveurs décident tout simplement de ne pas lancer de production par grand froid, commente Gérald Martin. Une solution de chauffage moins coûteuse était donc indispensable. Quelle biomasse? La voie de la biomasse humide (biométhanisation) a été envisagée, mais comme sa rentabilité impose de la coupler avec une cogénération, elle a été écartée. Nos besoins en chaleur sont trop irréguliers : les conditions météo sont variables et nous laissons un vide sanitaire d une semaine toutes les 6 semaines. Nous avons alors opté pour deux chaudières à air pulsé de 230 kw chacune, La biomasse sèche, pour des besoins en chaleur variables À l horizon, les éoliennes géantes (3,5 MW) du parc Green Wind d Erpion semblent avoir émis des stolons jusqu à la ferme Martin, car deux éoliennes de 10 kwc tournent vigoureusement au-dessus des bâtiments le jour venteux de notre visite. Mais ce n est pas pour elles que nous sommes sur place : Gérald et Béatrice Martin multiplient en effet les initiatives en matière d énergie renouvelable une par bâtiment, toujours pour des raisons sanitaires. Elles sont alimentées par de la biomasse sèche disponible localement : briquettes de bois compressé, pellets et plaquettes. Du miscanthus aussi, mais c est volumineux et cela produit du mâchefer, comme toutes les productions annuelles : céréales, paille, écorce Pourtant, nous n excluons pas d en produire pour nos besoins. Problèmes de corrosion Principale difficulté rencontrée dans ce projet : le fabricant de l installation (une entreprise italienne) n avait pas l habitude de travailler en atmosphère humide et ammoniacale : des problèmes de corrosion sont apparus rapidement qui ont imposé de remplacer les échangeurs par des modèles en inox. Or, l installation date seulement d octobre 2010! Mais on n imagine pas le cubage d air qui passe à travers l installation, remarque Gérald Martin! m 3 /h et le bâtiment en fait Autrement dit, l air est remplacé entièrement 5 fois par heure! L investissement représente euros, diminués des aides énergétiques pour les PME. Avec une dépense annuelle moyenne en pétrole de euros rien que pour les Alain De Potter (CBC), Delphine Mabille (CBC), Gérald Martin, Dominique Dendauw (CBC Thuin) poulaillers, le temps de retour est de trois ans. En effet, on divise au moins le coût par deux. Pour mon dernier cycle d élevage, j ai dépensé euros pour chauffer au bois. En équivalent fossile, j en aurais eu pour à euros. Autre avantage : comme la combustion n a plus lieu dans le bâtiment, il n y a plus d injection de CO 2 dans les locaux. L atmosphère, plus saine pour la volaille et pour ceux qui y travaillent, est également plus sèche. Succès complet donc pour cette opération, qui n est ni une première ni une dernière : Gérald Martin attend un devis pour une installation photovoltaïque de deux fois 10 kwc et lorgne aussi du côté de la cogénération avec moteur Stirling ou avec turbine L investissement dans des chaudières à air pulsé est important. Outre vos bâtiments et votre contenu d exploitation, la police patrimoine de CBC Assurances peut couvrir de tels investissements. Couverture classique contre l incendie, la tempête mais aussi couverture en tous risques. 8 Récolte & gestion Juillet

5 DOSSIER Luc Jadoul (CBC) : Vincent Demanet, Dora Dumortier (CBC), Arnold Meert (CBC) et Christine Cartrysse (APPO) Vincent Demanet (agriculteur) : Pour les entreprises agricoles? Les aides publiques du SPW octroyées pour les PME peuvent constituer un véritable levier pour les investissements. Mais le secteur agricole y a-t-il accès? A quelles conditions? Quelles aides? Une expérience prometteuse brutalement interrompue Dans l Europe des 27, six millions d hectares sont consacrés à la culture du colza. Deux tiers de la production d huile de colza européenne sont transformées en biodiesel, substitut ou additif du diesel. La demande pour les biocarburants ne cesse d augmenter. Pourtant, Vincent Demanet, agriculteur à Cortil-Noirmont (Brabant wallon), a cessé sa production d huile de colza, du jour au lendemain. Sur les 125 ha de l exploitation, environ 10 % sont consacrés au colza. Au départ, Vincent Demanet le cultive pour le mettre sur le marché. En 2005, il est contacté par Valbiom 1 qui cherche un exploitant intéressé par une expérience de production autonome d huile à des fins énergétiques. L idée m a plu, se souvient Vincent Demanet, et j ai acheté une presse. Cela s est très bien passé : on a pressé pendant un an et demi. Le sous-produit est un tourteau riche en protéines contenant encore une certaine quantité d huile et convenant pour l alimentation du bétail. Il est vendu à un éleveur qui apprécie vraiment le produit : la qualité du beurre est améliorée, grâce entre Une presse d extraction d huile de colza représente un investissement important. La Police patrimoine de CBC Assurances, qui couvre d office vos bâtiments et contenu d exploitation, peut également protéger ce matériel contre l incendie, les dégâts d électricité, la tempête et même le concept tous risques. Imaginez que la presse soit mal arrimée et qu elle tombe par terre L assurance tous risques couvre ce genre d incident. 10 Récolte & gestion Juillet 2011 Dans les bonnes conditions de prix actuelles de la graine de colza, je ne suis pas convaincu qu il soit intéressant de produire l huile soi-même Produire du biocarburant à la ferme Témoignage d un agriculteur décidé et déçu autres à sa teneur en acides gras oméga-3 et à sa texture frigotartinable, deux caractéristiques appréciées des consommateurs. Une partie de l huile est consommée à la ferme, à raison de 3 à 4 % dans le diesel, malgré la réticence des concessionnaires qui ont tendance à attribuer tout problème mécanique à la présence de l huile, remarque Vincent Demanet. L essentiel de l huile est vendu à deux clients : Un transporteur qui l incorporait à raison de 5 % dans le carburant de ses camions, et un propriétaire de bateaux. Retour de manivelle fiscal Lors d une démonstration publique organisée par Valbiom, où Vincent Demanet partageait son expérience, il est interpellé par un fonctionnaire du Ministère des Finances : Le problème est qu au niveau réglementaire fédéral, les arrêtés d application qui auraient permis la défiscalisation effective de l huile-carburant n étaient pas sortis. Il n y avait pas de base légale pour que je sois exempté des accises. Dans ces conditions, ce n était plus possible. J ai tout arrêté du jour au lendemain... Mais même sans ces problèmes d accises, je me serais posé la question de savoir si cela valait toujours la peine de continuer à produire de l huile à la ferme. À cette époque, le colza, qui se vendait auparavant à 270 euros la tonne, était passé à 310 euros. Il est aujourd hui au-dessus de 455 euros... 1 Valbiom : Valorisation de la biomasse ASBL 2 Association pour la Promotion des Protéagineux et des Oléagineux Christine Cartrysse, ingénieure agronome de l APPO 2 ajoute : Il est en effet plus rentable de vendre la graine à bon prix à l industrie. D autant plus que la pression à froid pratiquée à la ferme ne permet d obtenir que 30 % d huile, alors que les procédés industriels atteignent un rendement d extraction de plus de 40 %. La défiscalisation des biocarburants est indispensable à leur compétitivité par rapport aux carburants fossiles. Au début des années 90, suite à une directive européenne, on espérait y accéder. Mais comme la Belgique s efforçait à l époque de répondre aux critères de Maastricht, il n y a pas eu de cadeau fiscal Contrairement à ce qu ont fait les pays voisins comme la France et l Allemagne où le biodiesel a connu un essor rapide en une dizaine d années. Une détaxation existe maintenant en Belgique depuis 2006 et est d application effective depuis 2010 où l incorporation des biocarburants avec les carburants pétroliers a été rendue obligatoire au niveau des pétroliers, par le Gouvernement Fédéral en vue de satisfaire aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de respecter les engagements pris dans le cadre du Protocole de Kyoto. Mais dans le cas de Vincent Demanet, il s agissait d une production artisanale d huile-carburant à la ferme, vendue en circuit court à un utilisateur direct, avec des contraintes trop importantes pour une entreprise de petite taille. Les aides publiques à l énergie : aussi pour le secteur agricole! Pour les entreprises, et plus spécifiquement pour les PME, il y a deux catégories importantes d aides : les aides pour les investissements classiques; les aides pour les investissements environnementaux et énergétiques. 1) Les aides classiques : => Quelles sont, dans le secteur agricole, les entreprises éligibles? Les entreprises agricoles (qui effectuent des travaux agricoles pour compte de tiers). Théoriquement, la facturation à des tiers devrait être majoritaire mais le SPW ne semble pas appliquer pour le moment cette norme avec rigueur. Le commerce de bétail? Oui, mais s il n y a pas engraissement et élevage. Cela doit être du commerce de gros. Le commerce de céréales, de fruits, de pommes de terre,...? Oui, mais il ne faut pas qu il y ait de production dans l entreprise qui sollicite les aides. Cela doit toujours être du commerce de gros. => Quelle aide? Il s agit d une prime à l investissement (octroyée quelque soit le mode de financement) dont le taux varie entre 4 % à 18 % suivant : L envergure de l entreprise. La localisation de l investissement,... Dans certains cas, l évolution de l emploi. Quel type d investissements : terrain à bâtir bâtiment matériel d exploitation neuf mobilier, informatique matériel roulant > 3,5 tonnes matériel de manutention machines agricoles 2) Les aides environnement - énergies : Qui, dans le secteur agricole, peut solliciter ces aides? Les mêmes entreprises que celles visées supra ainsi que l ensemble du secteur agricole tant qu il ne s agit pas d associations ou de SPJ. Quel type d investissements? Les investissements visant à réduire ou prévenir les pollutions (de préférence allant audelà des normes européennes). Les investissements recourant aux énergies renouvelables ou alternatives (éoliennes, photovoltaïques, cogénération). Les investissements visant à la réduction des consommations d énergies (récupération de chaleur,...) Quel taux d aide? Le SPW est pour l instant à l étude de nouvelles normes et de nouveaux taux qui devraient être d application au 1 er janvier Mais, seront surtout concernés par une réduction des taux, les panneaux photovoltaïques (2010 => 30 % d aides?) A titre indicatif, voici les taux qui étaient pratiqués en 2010 : Eolien : 25 % à 30 % Cogénération de 15 % à 40 % Pompe à chaleur : 10 % à 25 % Mais, comme déjà annoncé, ces taux seront revus à la baisse, les nouveaux textes devant être diffusés entre fin juin et début septembre. Si vous souhaitez plus d informations, contactez-nous (votre agence CBC banque ou CBC Infoservice). La CBC Banque est la seule banque qui vous guide dans le labyrinthe des aides publiques et vous conseille ainfi que vous profitiez au mieux de ces opportunités et réduire ainsi le coût de vos investissements. Si votre entreprise est éligible, nos spécialistes se chargeront, dans le cadre d une relation de partenariat à long terme avec notre banque, de la gestion et de la défense de vos dossiers. Luc Jadoul, Responsable du Département Aides Publiques CBC Banque 11

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Salon Best 19 octobre 2013 Situation en Région wallonne Coût d achat du courant

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

Agriculture et Energies Renouvelables

Agriculture et Energies Renouvelables Agriculture et Energies Renouvelables 1 Cours ADAPR 24 février 2011 Sylvain Boéchat, AGRIDEA Contenu: Politique énergétique: contexte et outils Production d Energies Renouvelables o L énergie solaire:

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

NO ENERGY, NO FUTURE. 5 e Forum Météo. Par Ir.,Philippe Delaisse Secrétaire général EF4 asbl

NO ENERGY, NO FUTURE. 5 e Forum Météo. Par Ir.,Philippe Delaisse Secrétaire général EF4 asbl NO ENERGY, NO FUTURE 5 e Forum Météo Politique énergétique wallonne Par Ir.,Philippe Delaisse Secrétaire général EF4 asbl Belgique Une unité dans la diversité 3 Régions: - Région flamande - Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Olivier Palardy - Chambre d Agriculture de Vendée Sources: Ferme Expérimentale de Derval Institut de l élevage Deux gros consommateurs!!! Répartition

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006

AVIS. Complément d étude. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.1565. Liège, le 23 octobre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1565 Liège, le 23 octobre 2006 Objet : Demande de permis unique relative à la régularisation d une porcherie d engraissement de 3.500 porcs et d une étable de 30 bovins à Kettenis

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Comment? chez le particulier ou en collectivité

Comment? chez le particulier ou en collectivité Actions Citoyennes pour une Transition Energétique Solidaire par René CHAYLA Président d AC ACTEnergieS Comment? chez le particulier ou en collectivité 1 LA TRANSITION ENERGETIQUE EN PRATIQUE DIMINUER

Plus en détail

Pourquoi vous ruiner en frais d énergie?

Pourquoi vous ruiner en frais d énergie? Pourquoi vous ruiner en frais d énergie? Prix de l'énergie Avantage des installations écologiques Revenus générés par le livret d épargne Profitez vous aussi des solutions écologiques pour l eau et la

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement

Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Rénovation du chauffage Pour préserver l environnement Sommaire Rénovation optimale Rénovation optimale Gaz naturel/biogaz Choisir le système de chauffage approprié Chaudière à condensation Chaudière à

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie.

Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie. Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie. 1 SERVICE PUBLIC DE WALLONIE DIRECTIONS GENERALES OPERATIONNELLES DGO 1 «Routes et bâtiments»

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Le ministre wallon de l Energie travaille sur la manière dont le vert doit trouver sa place en Wallonie. Entretien (Le Soir mis en ligne 5 mars 2015).

Le ministre wallon de l Energie travaille sur la manière dont le vert doit trouver sa place en Wallonie. Entretien (Le Soir mis en ligne 5 mars 2015). ! Le ministre wallon de l Energie travaille sur la manière dont le vert doit trouver sa place en Wallonie. Entretien (Le Soir mis en ligne 5 mars 2015). «L éolien offshore est un non-sens» Dans son tour

Plus en détail

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Version du 9 mai 2006 La rentabilité économique de l huile de colza est calculée, en prenant en compte les hypothèses

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

LES DIFFÉRENTES SOURCES D'ÉNERGIE RENOUVELABLE

LES DIFFÉRENTES SOURCES D'ÉNERGIE RENOUVELABLE LES DIFFÉRENTES SOURCES D'ÉNERGIE RENOUVELABLE Dernière révision du document : juillet 2012 L'ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE Les cellules solaires photovoltaïques permettent de convertir la lumière du

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Autoconsommation d énergie photovoltaïque

Autoconsommation d énergie photovoltaïque Autoconsommation d énergie photovoltaïque Principe et intérêt de l autoconsommation de l électricité photovoltaïque Atelier technique PV-NET Mardi 3 décembre 2013 Marc Niell Ingénieur chargé d affaires

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014?

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Après une montée en puissance

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Stockage ou pas stockage?

Stockage ou pas stockage? Stockage ou pas stockage? Table des matières 1- Stockage chimique?...1 2- Stockage thermique?...3 3- Stockage thermique et chimique!...4 4- Conclusion...5 La question du surplus dans les installations

Plus en détail

Economies d énergie en élevage de porcs

Economies d énergie en élevage de porcs Economies d énergie en élevage de porcs Michel Marcon Auteurs dont principal en couleur SPACE - 2009 1 Contexte et enjeux? Contexte Augmentation du prix des énergies Le prix du fioul a été doublé en 8

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

E-SER : Electricité produite à partir de sources d énergie renouvelables

E-SER : Electricité produite à partir de sources d énergie renouvelables E-SER : Electricité produite à partir de sources d énergie renouvelables Systèmes de production d électricité à partir de SER Motivations au développement de l E-SER Mécanismes de soutien Marché des certificats

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE

DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT, CONSTRUCTION ET EXPLOITATION D UNE UNITE DE METHANISATION TERRITORIALE Présentation de l avant-projet sommaire de méthanisation Communauté d Agglomération de Limoges Métropole

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives

La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Les dossiers de l AREC La méthanisation en Poitou- Charentes - Enjeux et perspectives Définition La méthanisation est un procédé biologique permettant de valoriser la matière organique, notamment les sous-produits

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

Installation d une chaudière biomasse alimentée au miscanthus : aspects économiques et pratiques

Installation d une chaudière biomasse alimentée au miscanthus : aspects économiques et pratiques Installation d une chaudière biomasse alimentée au miscanthus : aspects économiques et pratiques Novembre 2013 V ValBiom soutient le développement durable et harmonieux des filières de valorisation nonalimentaire

Plus en détail

Quelle est la combinaison gagnante?

Quelle est la combinaison gagnante? LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE LE PLUS AVANTAGEUX Quelle est la combinaison gagnante? O. Lesage et R. Vanparys Le prix du mazout atteint des sommets ces derniers temps et cela fait mal au portefeuille. Le prix

Plus en détail

Unités de mesure de l énergie Septembre 2009

Unités de mesure de l énergie Septembre 2009 Unités de mesure de l énergie Septembre 2009 Lorsque l on parle d installation en Energies Renouvelables on entend parler d unités de mesure telles que les Volts, les Ampères, les kilovolts-ampères, les

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue de Tilleur n : 116 CP : 4420 Localité : Saint-Nicolas Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Avant ou en 1918 Performance énergétique La consommation théorique

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES

Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Version 1 du 06 février 2014 version initiale Schéma 2BSvs : foire aux questions Méthodologie 2BSvs de calcul des émissions de GES Ce guide a été élaboré en réponse au supplément 2BSvs-PRO-03 approuvé

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 Association Loi 1901 - à but non lucratif Indépendante Créée en 1978 1600 adhérents 14 groupes régionaux

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE PRODUCTION DE CHALEUR

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE PRODUCTION DE CHALEUR PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE PRODUCTION DE CHALEUR 2014 ACTIVITE DE CORETEC Notre principal objectif est de réduire la facture énergétique de nos 450 clients au travers

Plus en détail

L évaluation de la rentabilité d un investissement

L évaluation de la rentabilité d un investissement L évaluation de la rentabilité d un investissement Formation des Responsables Énergie de la RBC Céline Martin ICEDD asbl 22 mars 2007 Situation de départ: le cas du remplacement d une chaudière On désire

Plus en détail

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait!

Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Production de Biogaz L Allemagne leader incontesté. La France demeure incontestablement en retrait! Actualisation janvier 2009 Processus de production de biogaz BIOMASSE Matière organique fraîche (déjections,

Plus en détail

Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt

Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt Par AD44, LR83, Looping, Ramses, Valtrede. Le principe de l'injection d'électricité dans le réseau est bien connu des personnes qui sont équipées

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Beci - Conférence Energie

Beci - Conférence Energie Beci - Conférence Energie Les Certificats Verts en Région de Bruxelles Capitale (RBC) 23/06/2010 Régis Lambert 1 Sommaire Principe des Certificats Verts Calcul du nombre de Certificats Verts Les Certificats

Plus en détail

(Du 20 septembre 2006)

(Du 20 septembre 2006) SPORTS 06-018 Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit relative à la construction d une nouvelle chaufferie et l installation d une pompe à chaleur aux piscines du

Plus en détail

Isola. L arbre généalogique de la famille. Paul. Bénédicte. Mathias. Marie. énerg hic

Isola. L arbre généalogique de la famille. Paul. Bénédicte. Mathias. Marie. énerg hic Chasse au gaspi avec Paul L arbre généalogique de la famille Isola Bénédicte Mathias énerg hic Marie Dépôt légal : octobre 2009 D/2009/11802/54 Service public de Wallonie, 2009 Tous droits réservés Editeur

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Mission Biométhanisation Allemagne par Dominic Lapointe, Ph.D. Directeur du développement Réseau d expertise et de développement en biométhanisation

Mission Biométhanisation Allemagne par Dominic Lapointe, Ph.D. Directeur du développement Réseau d expertise et de développement en biométhanisation Mission Biométhanisation Allemagne par Dominic Lapointe, Ph.D. Directeur du développement Réseau d expertise et de développement en biométhanisation Plan de la présentation Objectifs de la mission La biométhanisation

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues

La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues La production de biogaz : La solution de valorisation énergétique des boues Sommaire 1. Etat des lieux 2. Un contexte favorable à une optimisation énergétique 3. Maximiser la production de biogaz 4. Quelques

Plus en détail

Les aides et outils financiers et méthodologiques de la Région wallonne en matière d énergie

Les aides et outils financiers et méthodologiques de la Région wallonne en matière d énergie Les aides et outils financiers et méthodologiques de la Région wallonne en matière d énergie Facilitateur tertiaire : Service du Facilitateur Tertiaire - asbl Institut de Conseil et d'etudes en Développement

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Choc de simplification

Choc de simplification Choc de simplification Le choc de simplification souhaité par le Président de la République rejoint les besoins identifiés par le Syndicat des énergies renouvelables qui a défini six grands axes de modernisation

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Énergies renouvelables efficaces économiques durables

Énergies renouvelables efficaces économiques durables EES Jäggi-Bigler AG 4554 Etziken Tel +41 32 686 88 00 www.eesag.ch Niederlassungen 5436 Würenlos Tel +41 56 610 88 00 6317 Zug Tel +41 41 720 22 84 Énergies renouvelables efficaces économiques durables

Plus en détail

Circuler en Belgique - 2010 -

Circuler en Belgique - 2010 - Circuler en Belgique - 2010 - Choisir la bonne voiture L achat d une voiture est un choix très personnel, en fonction des besoins, préférences ou gouts. Néanmoins, il existe un seul conseil qui est valable

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail