Gestion des troubles du comportement en EHPAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des troubles du comportement en EHPAD"

Transcription

1 Gestion des troubles du comportement en EHPAD Olivier MICHEL et Pierre-Yves MALO Service de Médecine gériatrique Centre Mémoire de Ressources et de Recherche C.H.U. Hôtel-Dieu RENNES Journée Qualité en EHPAD, Rennes, 13 juin 2012

2 Conflits d intérêt potentiels Soutien pour congrès Novartis, Lundbeck Participation à un comité scientifique Janssen-Cilag Participation à des études médicamenteuses Pfizer, Novartis, Lilly, Exonhit, Affiris, MSD, Janssen-Cilag, Noscira

3 Les troubles psychologiques et comportementaux dans la maladie d Alzheimer et maladies apparentées 3

4 L enquête Alzheimer Breizh (2004) Tous les établissements médico-sociaux de Bretagne : 565 Foyers logements, Maisons de retraite, EHPAD Réponses: 156 établissements (27,6%) 49 foyers logement dont section de cure : 4 48 EHPAD 40 maisons de retraite dont section de cure : MAPA, MARPA et divers lits

5 Les critères de prise en charge Fugues : 78 Cris : 53 Agressivité: 29 Tr. Mémoire : 26 Tous : 19 Tr. Comport : 16 Déambulation : 16 Tr. perturbants : 12 DTS : 12 Agitation : 8 Inversion du rythme veille-sommeil : 5 Dépression : 4 Repli sur soi : 3 Angoisse : 3 Tr de l humeur : 2 Modif de compt: 1

6 Généralités Un enjeu important de l évolution de la maladie d Alzheimer Jusqu'à90% des patients atteints de maladie d'alzheimer ou apparentée peuvent présenter au moins un trouble psychologique ou comportemental àun moment de l évolution de la maladie Certains peuvent avoir un retentissement fonctionnel important L'agitation, l'agressivité, les comportements d'errance ou d'opposition augmentent en fréquence avec l'évolution de la maladie et le déclin cognitif Deux types de troubles psychologiques et comportementaux Troubles déficitaires ou de retrait, trop souvent négligés Troubles du comportement jugés par l entourage comme perturbateurs, dérangeants, ou dangereux pour la personne ou pour autrui Il est important de les repérer précocement Rôle central des soignants Prise en charge pluridisciplinaire Prise en compte du ressenti par la personne de son trouble La personne est sujet et non objet de soins 6

7 7

8 Description des troubles (1) Les troubles du comportement déficitaires ou de retrait Apathie Trouble de la motivation qui se caractérise par un émoussement affectif, une perte d initiative et une perte d intérêt. Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer (60%) Dépression Elle se caractérise par une humeur triste, durable et/ou une perte d élan, de l intérêt et du plaisir pour la plupart des activités, un pessimisme et des idées suicidaires 8

9 Apathie, dépression : troubles du comportement Apathie et dépression ne sont pas spécifiques de la MA Apathie et dépression coexistent dans la MA Apathie seule 43% 22,4% Dépression seule 7% 10% Dépression et apathie 37% 15,4% Ni dépression ni apathie 13% 52,2% Lévy, 1998 Van Reekeem, 2005

10 Apathie dépression signes communs mais entités différentes Clément, Derouesné, Lévy, Benoit 2004

11 Description des troubles (2) Les troubles du comportement perturbateurs (1) Opposition Attitude verbale ou non verbale de refus d accepter des soins, de s alimenter, d assurer son hygiène, de participer à toute activité Agitation Comportement verbal ou moteur excessif et inapproprié Agressivité Comportement physique ou verbal vécu comme menaçant ou dangereux pour l entourage ou le patient 11

12 Description des troubles (3) Les troubles du comportement perturbateurs (2) Comportements moteurs aberrants Activités répétitives et stéréotypées sans but apparent ou dans un but inapproprié(déambulation, gestes incessants, attitudes d agrippement, etc.) Les comportements peuvent avoir différentes motivations ou causes en réponse àl anxiété, àune conduite exploratoire, survenir exclusivement la nuit ou àun moment donnéde la journée, en relation avec un objectif désadapté par rapport à la vie du résident 12

13 Description des troubles (4) Les troubles du comportement perturbateurs (3) Désinhibition Cris Comportement inappropriépar rapport aux normes sociales ou familiales (remarques grossières, gestes déplacés, attitudes sexuelles incongrues, comportement impudique ou envahissant) Vocalisations compréhensibles ou non de forte intensité et répétitives Idées délirantes Perceptions ou jugements erronés de la réalité, non critiqués par le sujet. Les thèmes les plus fréquents sont la persécution (vol, préjudice), la non-identification (délire de la présence d un imposteur ou de sosies), l abandon, la jalousie 13

14 Description des troubles (5) Les troubles du comportement perturbateurs (4) Hallucinations Perceptions sensorielles sans objet réel àpercevoir, le plus souvent visuelles et auditives (àdifférencier des illusions qui sont des déformations ou des interprétations de perceptions réelles) Troubles du rythme veille/sommeil Troubles portant sur la durée, la qualitédu sommeil. L inversion du cycle jour-nuit est possible (cycle nycthéméral) 14

15 Des caractéristiques communes (1) Les troubles psychologiques ou comportementaux sont en rupture avec le fonctionnement antérieur de la personne Ils peuvent être précédés par des changements minimes, souvent perçus par les soignants bien avant «la crise» En présence de troubles cognitifs, aucun changement de comportement n est anodin Inciter les soignants àdire et valoriser leurs observations «Je repère, j en parle, on agit.» Attention un symptôme peut en cacher un autre 15

16 Des caractéristiques communes (2) Ils sont fluctuants en intensité ou épisodiques La réponse aux thérapeutiques non médicamenteuses est également fluctuante Ils sont interdépendants et souvent associés Ils ont des conséquences importantes Risque de maltraitance ou de négligence Aggravation du pronostic fonctionnel de la maladie Risque de prescription médicamenteuse inappropriée Risque accru d hospitalisation Risque d épuisement des soignants et des aidants, de souffrance des proches 16

17 17

18 La prise en charge Les étapes de la prise en charge La démarche diagnostique La démarche thérapeutique Le suivi et la prévention Les éléments de base de la prise en charge Description précise des troubles, en tenant compte de ce qu en dit la personne Recherche de leurs causes et du sens àleur donner (moyen d expression de la personne, mécanisme de défense, etc.) Analyse des attitudes préalables des professionnels et des proches face à ces troubles 18

19 La démarche diagnostique (1) La démarche d évaluation des troubles Elle est structurée, personnalisée et hiérarchisée Les outils d évaluation Inventaire de neuropsychiatrie, version équipe soignante (NPI-ES) Échelle d auto-évaluation de la dépression (Geriatric Depression Scale - GDS) Echelle de dépression de Cornell Echelle d agitation de Cohen Mansfield L enquête étiologique Facteurs écologiques Facteurs propres à la personne Facteurs propres à la maladie La synthèse et la transmission des informations L évaluation clinique et la recherche des causes sont répétées si le trouble persiste 19

20 La démarche diagnostique (2) La démarche d évaluation des troubles (1) Évaluer le caractère d urgence, de dangerositéou de risque fonctionnel pour le patient et pour autrui Rechercher une cause somatique à traiter en priorité Interroger et examiner le patient dans une atmosphère calme, interroger les professionnels et les proches Les causes à rechercher et traiter en priorité(1) Une comorbidité une infection (notamment urinaire ou dentaire) une rétention urinaire un fécalome un trouble métabolique une mycose (surtout buccale) une décompensation d une pathologie chronique une comorbiditéneurologique (AVC, hématome sous-dural, crise comitiale non convulsivante, etc.) 20

21 La démarche diagnostique (4) La démarche d évaluation des troubles (3) Les causes à rechercher et traiter en priorité(2) Une cause iatrogène Une douleur (échelles Doloplus, Algoplus, ECPA ) Une déshydratation Une cause psychiatrique Un syndrome dépressif (GDS) Une crise d angoisse sévère La décompensation d une pathologie psychiatrique préexistante Une modification ou une inadaptation de l environnement Un déficit sensoriel Une prise de toxique 21

22 La démarche diagnostique (5) La démarche d évaluation des troubles (4) Approfondir l évaluation clinique des troubles Intensité et retentissement Compléter l enquête étiologique Faire le point sur les capacités sensorielles et cognitives Identifier des facteurs prédisposants Facteurs de fragilité, facteurs d environnement, de mode de vie Rechercher des facteurs déclenchants ou de décompensation Événements ponctuels, problèmes relationnels, attitude inadaptée des professionnels ou des proches Penser à observer le comportement de la personne quand elle est seule et quand elle est en interaction avec d autres 22

23 La démarche diagnostique (6) Les outils d évaluation des troubles L utilisation des outils d évaluation des troubles psychologiques et comportementaux est recommandée si les troubles persistent plusieurs jours Ils permettent d objectiver les troubles Ils donnent l occasion aux professionnels de partager leur vécu des troubles Ils valorisent la parole des soignants et concourent àune meilleure connaissance et donc tolérance des symptômes Les principaux outils d évaluation L inventaire neuropsychiatrique (NPI) utilisation du NPI-ES en établissement, version renseignée par les soignants L échelle d auto-évaluation de dépression gériatrique (GDS) 23

24 La démarche diagnostique (7) L enquête étiologique (1) sont d origine multifactorielle Facteurs écologiques liés àl environnement et àl entourage professionnel et familial Facteurs propres à la personne, somatiques et liés à sa personnalité Facteurs propres à la maladie (neurobiologiques, cognitifs) Ces facteurs sont souvent intriqués et interagissent entre eux Les causes somatiques et psychiatriques sont recherchées en priorité En raison de leur gravité potentielle En raison de la possibilitéd une réponse thérapeutique rapide et efficace 24

25 La démarche diagnostique (8) L enquête étiologique (2) Les facteurs déclenchants Tout événement récent, même anodin peut représenter un stress pour la personne du fait de sa vulnérabilitéet déclencher un trouble psychologique ou comportemental Changements d organisation de la prise en charge ou du lieu de vie Modifications du lieu de vie Changement d intervenant Situation de conflit interpersonnel ou de contraintes vécues Événements familiaux Les troubles du comportement peuvent être un véritable moyen d expression de la personne, notamment en cas de de troubles de la communication verbale. Il faut en rechercher le sens et parfois les respecter 25

26 La démarche diagnostique (9) L enquête étiologique (3) Les facteurs prédisposants (1) Ce sont tous les facteurs contribuant à diminuer l adaptabilité de la personne à la vie quotidienne, à son environnement Repérerles facteurs cognitifs prédominants et ayant le plus de conséquences sur l adaptation du patient à la vie quotidienne mémoire, orientation, jugement, communication, praxies, fonctions exécutives, etc. Vulnérabilité, en particulier émotionnelle, avec réactions parfois irrationnelles Repérer des signes d instabilitédes comorbidités somatiques, en particulier une douleur, et réévaluer les traitements Rechercher, traiter ou compenser d éventuels déficits sensoriels Visuel, auditif 26

27 27

28 La démarche diagnostique (10) L enquête étiologique (4) Les facteurs prédisposants (2) Repérer des facteurs de personnalité Histoire de vie, caractère, réactions antérieures àdes situations stressantes ou à des problèmes de santé, etc. Repérer des facteurs relationnels Attitude et humeur des soignants, des autres résidents et des proches Degré d information et niveau de formation des soignants Capacitéde communication, d empathie, d anticipation des besoins de la personne et d adaptation à ses symptômes Phobie de mobilisation, d un contact physique rapprochéparfois vécu comme agressant, intrusif (réflexes de défense) Repérer des facteurs liés à l environnement Lieux imposés, types de locaux Bruits, lumière, odeurs Organisation de la journée, etc. 28

29 La démarche diagnostique (11) Synthèse et transmission des informations (1) Recueil écrit des informations Dans le dossier du résident Par un interlocuteur désigné(médecin coordonnateur, soignant référent, autre) Informations provenant de tous les professionnels intervenant auprès de la personne, et de ses proches Sur l épisode actuel, les réponses apportées et leur impact, son évolution Sur d éventuels épisodes antérieurs de troubles psychologiques ou comportementaux et sur les réponses apportées Sur les antécédents personnels somatiques, psychiatriques Éléments pertinents de la biographie de la personne 29

30 La démarche diagnostique (12) Synthèse et transmission des informations (2) Transmission et partage des informations dans le respect des règles de confidentialité Information de la personne et absence d opposition au partage des informations (ou famille, ou personne de confiance, mandataire, etc. si elle ne peut plus exprimer sa volonté) Transmission des seules informations utiles à la prise en charge et à la continuité de soins dans l intérêt de la personne Transmission aux seules personnes concernées par la prise en charge et la continuitédes soins, en veillant àla qualitéde l information donnée aux familles Les professionnels en charge de la personne échangent sur ces informations pour adapter la prise en charge de façon coordonnée 30

31 La démarche thérapeutique (1) Les différents éléments de la démarche thérapeutique Les causes somatiques et psychiatriques curables sont traitées en priorité Traiter les pathologies aiguës ou les décompensations de pathologie chronique Soulager une douleur, un inconfort Les techniques de soins Les interventions non médicamenteuses Les modifications de l environnement Éventuellement proposer un accueil dans un pôle d activités et de soins adaptés (PASA) ou dans une unitéd hébergement renforcée (UHR) si le projet d établissement le permet Les indications d une hospitalisation Les traitements médicamenteux 31

32 La démarche thérapeutique (2) Les techniques de soins (1) Les techniques de soins (savoir-être et savoir-faire) sont recommandées en première intention Elles peuvent prévenir le déclenchement des troubles psychologiques et comportementaux Elles contribuent à juguler l intensité des troubles Elles peuvent permettre d éviter le recours àdes traitements médicamenteux Elles comprennent Les attitudes de communication Les attitudes de soins Les soignants sont au plus près des personnes. Ils trouvent souvent des réponses aux troubles du comportement dont ils ne parlent pas car personne ne pense à leur demander 32

33 La démarche thérapeutique (3) Les techniques de soins (2) Les attitudes de communication : des principes de base (1) Ne communiquez qu avec une personne àla fois et consacrez-lui toute votre attention Présentez-vous Évitez les sources de distraction (télévision, radio, etc.) et les conversations entre collègues Attirez son attention en vous plaçant face àelle, àsa hauteur (la regarder, établir un contact physique, etc.) Évitez d élever la voix et d être familier avec elle, parlez lentement et articulez Préférez la simplicité dans le mode de communication Utilisez des phrases courtes et préférez des questions fermées Ne transmettez qu un seul message à la fois Utilisez des gestes pour faciliter la compréhension 33

34 La démarche thérapeutique (4) Les techniques de soins (3) Les attitudes de communication : des principes de base (2) Soyez patient et détendu N hésitez pas àrépéter le message s il existe un doute sur sa compréhension Laissez le temps àla personne de s accoutumer àvotre présence, de s exprimer N obligez pas la personne àfaire ce qu elle n a pas envie de faire N hésitez pas àpasser le relais ou àreporter le soin àplus tard 34

35 La démarche thérapeutique (5) Les techniques de soins (4) Les attitudes de soins : des principes de base (3) Sollicitez la personne sans la stimuler àl excès ni la mettre en situation d échec Aidez la personne sans faire àsa place (par exemple, proposez des vêtements faciles à enfiler) Ne l obligez pas àfaire une action qu elle ne veut pas faire et réessayez pus tard ou cherchez des alternatives Tenez compte au mieux de ses habitudes de vie, de ses choix et respectez son intimité Modalités de la toilette (bain, douche, etc.), choix de ses vêtements, etc. Respect de ses goûts alimentaires 35

36 La démarche thérapeutique (6) Les techniques de soins (5) Les attitudes de soins : des principes de base (4) Installez ou maintenez une routine rassurante pour la personne et simplifiez les gestes du quotidien Rassurez et réconfortez régulièrement la personne lors d un soin, en particulier la toilette Par exemple, présentez les vêtements dans l ordre de l habillage, préparez à l avance les objets de la toilette Laissez faire les comportements s ils ne sont pas dangereux Laissez àla personne le temps de se calmer si nécessaire (agitation, agressivité) Proposez des activités alternatives qui ont du sens pour la personne en cas de comportement perturbateur (animations flash) 36

37 La démarche thérapeutique (7) Les interventions non médicamenteuses (1) Elles sont un élément important de la prise en charge thérapeutique globale de la personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée même si elles n ont pas apportéla preuve de leur efficacitédu fait de difficultés méthodologiques Elles ont pour objectifs l amélioration du confort de la personne et la préservation de son autonomie : changement d état de la personne dans le sens d une amélioration, maintien de ses capacités restantes, ralentissement du déclin de ses capacités Elles se distinguent de l animation qui vise avant tout àdonner du plaisir aux personnes sans forcément modifier l état de santéde la personne 37

38 La démarche thérapeutique (8) Les interventions non médicamenteuses (2) Les interventions àvisée thérapeutique sont pratiquées par un personnel formé Elles peuvent être proposées à titre individuel ou collectif Des prises en charge globales peuvent associer plusieurs types d interventions Elles sont proposées en fonction des capacités, des envies, des centres d intérêt, etc. de la personne Interventions s appuyant sur les mémoires, le corps, le mouvement, les sens, les émotions Une séance d essai peut être proposée afin que la personne puisse savoir si elle y trouve de l intérêt ou du plaisir Elles ne sont jamais imposées àla personne 38

39 La démarche thérapeutique (9) Les interventions non médicamenteuses (3) 39

40 La démarche thérapeutique (10) Les interventions non médicamenteuses (4) Les différents types d interventions non médicamenteuses (1) Interventions portant sur la vie quotidienne Orientation, stimulation multisensorielle Interventions portant sur la cognition Réadaptation, revalidation, stimulation cognitive, ateliers mémoire Interventions portant sur l activité motrice (autonomie fonctionnelle) Activité physique, ergothérapie Interventions sur les fonctions de communication Orthophonie 40

41 La démarche thérapeutique (11) Les interventions non médicamenteuses (4 suite) Les différents types d interventions non médicamenteuses (2) Interventions portant sur le comportement Animations flash, musique, danse, incitation au mouvement, thérapie par empathie, aromathérapie, stimulation multisensorielle, thérapie de la présence simulée, massage et contact bien-être, thérapie par les animaux familiers, remédiation cognitive, thérapie par réminiscence, luminothérapie, jardin thérapeutique, etc. Interventions liées àdes activités spécifiques (toilette, habillage, repas thérapeutique, accompagnement ou activités pendant la nuit en cas de troubles du sommeil, etc.) 41

42 42

43 La démarche thérapeutique (12) Les traitements médicamenteux (1) Les indications d un traitement par psychotrope Les psychotropes ne sont indiqués quelorsque les mesures non médicamenteuses sont d une efficacitéinsuffisante et après évaluation du rapport bénéfice/risque Ils sont utilisés en synergie avec les mesures non médicamenteuses Ils ne sont pas recommandés en première intention en cas d opposition, de cris ou de déambulation Ils ne sont pas indiqués en préventiondes troubles du comportement Un traitement par psychotrope ne doit pas être instauré si les troubles sont d origine somatique ou iatrogène 43

44 La démarche thérapeutique (13) Les traitements médicamenteux (2) Les règles générales de prescription d un psychotrope Le choix de la molécule En fonction du symptôme à traiter (identifier et évaluer le symptôme cible) En fonction du risque d effets secondaires Privilégier la monothérapie La posologie et la voie d administration Démarrer le traitement par de petites doses, augmenter progressivement les doses par paliers jusqu à la dose efficace la mieux tolérée Privilégier la voie d administration per os La durée de la prescription Prescrire pour la plus courte durée possible (à l exception des antidépresseurs) Surveillance de l efficacité et de la tolérance Les symptômes sont réévalués régulièrement 44

45 Action des médicaments sur les SCPD Bonin-Guillaume, 2009

46 Neuroleptiques au long cours Essai contrôlésur 128 patients de placebo / continuation du tt neuroleptique habituel Survie Neuroleptique / PCB 1 an : 70% / 77% 2 ans : 46% / 71% 3ans : 30% / 59% Ballard, 2009

47 HAS 2009 Communiquéde presse de la conférence de presse conjointe du plan Alzheimer et de la Haute Autorité de Santé. Site internet : Si l on souhaite synthétiser la balance bénéfice/risque de l utilisation des neuroleptiques, les données montrent que si l on traitait 1000 personnes ayant des troubles du comportement avec un antipsychotique atypique pendant 12 semaines, on observerait : Une diminution des troubles du comportement chez 91 à200 patients, 10 décès supplémentaires 18 accidents vasculaires cérébraux dont la moitiéseraient sévères Des troubles de la marche chez 58 à94 patients

48 La démarche thérapeutique (14) Les traitements médicamenteux (3) Les différentes classes de psychotropes (1) LES ANTIDÉPRESSEURS Indiqués en cas de trouble du comportement révélateur d un épisode dépressif (certains cas d instabilitéémotionnelle, d anxiété, d impulsivité, d agitation, d idées délirantes) Il est recommandéde prescrire unantidépresseur sans effet cholinergique Il est recommandéd éviter les co-prescriptions, notamment àvisée sédative ou anxiolytique 48

49 La démarche thérapeutique (15) Les traitements médicamenteux (4) Les différentes classes de psychotropes (2) LES ANTIPSYCHOTIQUES Il est recommandéde ne prescrire un antipsychotique qu en cas de trouble psychotique sévère et non contrôlable autrement, après échec des mesures non médicamenteuses ou en cas d urgence (danger pour le patient ou pour autrui) Leur usage est déconseilléen cas de maladie d Alzheimer ou apparentée (risque de décès et d AVC) et très déconseilléen cas de maladie àcorps de Lewy (risque de décès, d AVC et effets extra-pyramidaux) Ils ne sont pas efficaces dans les troubles du comportement au cours de la maladie d Alzheimer Évaluation préalable du rapport bénéfice/risque (risques cérébro-vasculaire, cardiaque, neurologique, cognitif, métabolique) Demi-vie courte et effet anticholinergique faible 49

50 La démarche thérapeutique (16) Les traitements médicamenteux (5) Les différentes classes de psychotropes (3) LES ANTIPSYCHOTIQUES Durée de prescription très limitée Le traitement est arrêtédès que l état clinique le permet ou que les autres mesures thérapeutiques sont devenues efficaces Réévaluation au moins toutes les semaines de la tolérance physique, neurologique et cognitive et de l efficacité La rispéridone (0,25 à1 mg/j) et l olanzapine (2,5 à5 mg/j) (hors AMM) sont les deux molécules les plus étudiées dans le domaine 50

51 La démarche thérapeutique (17) Les traitements médicamenteux (6) Les différentes classes de psychotropes (4) LES ANXIOLYTIQUES Indiqués dans les situations de crise ou pour une courte durée après correction des causes (somatiques, relationnelles, psychologiques ou iatrogènes) Il est recommandéd utiliser des molécules àdemi-vie courte (< 20 heures) et sans métabolite actif Alprazolam, clotiazépam, lorazépam, oxazépam Ils exposent àdes risques de sédation, d agitation paradoxale, d accentuation des troubles mnésiques, de chute, de syndrome de sevrage en cas d arrêt brutal Éviter les antihistaminiques du fait de leur effet anticholinergique 51

52 La démarche thérapeutique (18) Les traitements médicamenteux (7) Les différentes classes de psychotropes (5) LES HYPNOTIQUES Indiqués après échec des mesures comportementales ou d hygiène de vie Prescription de courte durée Préférer les molécules à durée d action courte Ne pas utiliser un hypnotique contenant une molécule neuroleptique dans cette indication (Théralène, Noctran, Mépronizine ) Réévaluation régulière de l efficacité et de la tolérance LES THYMORÉGULATEURS Ils ne sont pas recommandés dans cette indication 52

53 La démarche thérapeutique (20) Place de la contention Le recours à la contention physique doit rester exceptionnel et relève exclusivement de situations d urgence médicale uniquement dans le cadre d une hospitalisation à domicile en EHPAD Et faite selon les recommandations de la HAS de

54 La démarche thérapeutique (19) Quand demander un avis spécialisé? Demander l avis d un autre professionnel spécialisé (gériatre, neurologue, psychiatre) En cas de comportement difficile àgérer au sein de l établissement ou à risque d aggravation à court terme En cas de désadaptation à l environnement En cas de danger pour le patient ou pour autrui 54

55 Effets des traitements spécifiques sur les SCPD (MA légère àmodérée)

56 Points clés de l étude INSERM-CNAMTS Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 Base de données de l assurance maladie 2003/2005 Demandéet validépar la DGS 3738 patients (données nominatives et exploitation des données médicales) 72% de femmes. 80 ans en moyenne 70% des patients étaient traités par IachE 2/3 des patients ont une MA modérément sévère à sévère (MMSE : 3 15) La consommation de psychotropes se stabilise après l instauration de mémantine, de manière statistiquement significative

57 Effets de l instauration de la mémantine sur la consommation des psychotropes en France Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 La différence entre les tendances «avant» et «après»mise sous mémantineest significative (p 0,001) quelle que soit la classe de psychotropes(neuroleptiques, Antidédepresseur, Anxiolytiques, Hypnotiques) La différence des tendances la plus marquée est observée sur la consommation des neuroleptiques* Proportion de patients prenant des psychotropes (antidépresseurs, neuroleptiques, hypnotiques, anxiolytiques) avant et après la mise sous mémantine (n = 4 600) * Se référer àla comparaison des coefficients ßde chaque classe (p 18 et 19). Analyse réalisée par l INSERM à partir des données de la CNAM ( ) Protocole de l étude demandé& validépar la DGS

58 Effets de l instauration de la mémantine sur la consommation des psychotropes en France Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 Analyse des tendances par classe de psychotropes NEUROLEPTIQUES HYPNOTIQUES La différence des tendances avant et après mise sous mémantine la plus marquée est observée sur la consommation des neuroleptiques** 58 *Durant cette période, l indication de la mémantine était limitée aux formes modérément sévères àsévères de la maladie d Alzheimer. ** Se référer àla comparaison des coefficients ßde chaque classe (p 18 et 19). Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch A. Memantine therapy for Alzheimer s disease in real-world practice. Alzheimer Dis Assoc Disord 2008;22:125-30

59 Effets de l instauration de la mémantine sur la consommation des psychotropes en France Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 Analyse des tendances par classe de psychotropes ANTIDEPRESSEURS ANXIOLYTIQUES *Durant cette période, l indication de la mémantine était limitée aux formes modérément sévères àsévères de la maladie d Alzheimer. 59 Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch A. Memantine therapy for Alzheimer s disease in real-world practice. Alzheimer Dis Assoc Disord 2008;22:125-30

60 Impact of CHEI s & Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: Analyses with the RAMQ Database (Quebec provincial health plan) J. Lachaine & Al Clinical Trial On Alzheimer Disease Congress, November 2011, San Diego Etude RAMQ Impact de l initiation d un traitement avec la mémantine ou des inhibiteurs de l acétylcholinestérase (IAChE) sur l utilisation des psychotropes dans le traitement de la maladie d Alzheimer. Analyses àpartir des données de la RAMQ (Régie de l Assurance Maladie du Québec )

61 Proportion d'utilisateurs de antidépresseurs au cours des périodes pré et post mémantine/iache Impact of CHEI s & Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: Analyses with the RAMQ Database (Quebec provincial health plan) J. Lachaine & Al Clinical Trial On Alzheimer Disease Congress, November 2011, San Diego Avant mémantine : % vs + 2.8%. après mémantine (p<0.01). Avant IAChE : % vs % après IAChE (NS). Avant mémantine : % vs + 1.5% après mémantine (p<0.01). Avant IAChE : + 1.9% vs + 6.0% après IAChE (non significatif).

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs Mai 2009 Description des symptômes Démarche diagnostique Démarche d évaluation des troubles Sources

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

Présentation de l outil

Présentation de l outil Présentation de l outil 1 Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue ou mal traitée 15% à 30% des sujets âgés ont des symptômes dépressifs significatifs En

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement RECOMMANDATIONS Mai 2009 1 L argumentaire et la synthèse des recommandations

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé

Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé I. DEFINITION Chez le sujet âgé, les symptômes psychologiques et comportementaux peuvent se définir comme des conduites et des attitudes

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre

Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse. Dr Gérard BOEUF Gériatre Maladie d Alzheimer et apparentées : Troubles du comportement, prise en charge non médicamenteuse Dr Gérard BOEUF Gériatre Qu est-ce qu une démence? Définition du syndrome démentiel (DSM IV) : «Trouble

Plus en détail

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Comment se pose le problème Intérêt croissant pour les troubles

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

La pratique psychomotrice... Les troubles psychologiques et comportementaux

La pratique psychomotrice... Les troubles psychologiques et comportementaux La pratique psychomotrice... Les troubles psychologiques et comportementaux D après un support de la mallette Mobiqual Un enjeu important de l évolution de la maladie d Alzheimer Jusqu'à 90% des patients

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Ben Romdhane Imen, Homri Wided, Bram Nesrine, Labbane Raja Service de Psychiatrie C, CHU Razi RÉSUMÉ Les symptômes psycho-comportementaux de

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN 1 Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences Dr Eric KILEDJIAN 2 Particularités Non spécifiques de la maladie d Alzheimer, > autres démences, > pathologie psychiatrique, > syndrome

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE Mazoyer A. Formation continue des équipes - EHPAD Boucard Mai 2011-79 340 Ménigoute I EN INTRODUCTION

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE FORMATION POUR LES AIDANTS FAMILIAUX MUTUALITE FRANCAISE 25/09/2008 Dr AUGUSTE Nicolas LE SOMMEIL TRAINE AU LIT, REFUSE DE SE LEVER Perte d initiative Occasionnel ou habituel?

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE Actes d ergothérapie et de psychomotricité susceptibles d être réalisés pour la réadaptation à domicile des personnes souffrant de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil La nuit La nuit réveille les angoisses, et les besoins de chacun diffèrent : silence ou bruit rassurant ; lumière ou obscurité La nuit, le personnel est peu nombreux et non soumis à la vigilance collective

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique L établissementenquelqueschiffres Date de 1906 = établissement public = plusieurs pôles sur 9,6 ha 525 résidents: 415 en EHPAD -USA USLD Pôle gériatrique

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin

Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin Hébergement des Malades Jeunes - solution 18 - Florence Pasquier, Bruno Dubois, Didier Hannequin 1 Hébergement des malades jeunes Evaluer les besoins en hébergement quantitatifs et qualitatifs - si des

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

Projet d Etablissement

Projet d Etablissement Référence : AAD / AUTR / 013 Projet d Etablissement UNITE ALZHEIMER SECURISEE Version 1 Jeudi 04 avril 2013 Rédacteur : Mr Alonso Validation : Mr ALONSO PROJET D ETABLISSEMENT UNITE ALZHEIMER SECURISEE

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Les troubles psychologiques et comportementaux

Les troubles psychologiques et comportementaux Les troubles psychologiques et comportementaux dans la maladie d Alzheimer et maladies apparentées 1 Généralités Un enjeu important de l évolution de la maladie d Alzheimer Jusqu'à 90% des patients atteints

Plus en détail

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités

Plus en détail

Les médicaments de la maladie d Alzheimer

Les médicaments de la maladie d Alzheimer BON USAGE DES MÉDICAMENTS Les médicaments de la maladie d Alzheimer à visée symptomatique en pratique quotidienne Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle

Plus en détail

Les interventions non médicamenteuses

Les interventions non médicamenteuses Les interventions non médicamenteuses pour la prévention et le traitement des troubles psychologiques et comportementaux en cas de maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Rappels sont un des éléments du projet

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud Généralités L agitation : une des portes d entrée en psychogériatrie extrêmement fréquente

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012

Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux. Caen, le 19 octobre 2012 Expérience de l Unité Cognitivo- Comportementale du centre hospitalier de Lisieux Caen, le 19 octobre 2012 1 Mesure 17 du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Identification d unités cognitivocomportementales

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes

Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Pourquoi proposer une ET aux aidants de malades Alzheimer? Denise STRUBEL, gériatre Cécile CAPPAÏ, IDE Pôle de gérontologie CHU Nîmes Introduction : la maladie d Alzheimer (MA) La maladie d Alzheimer est

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées

Les personnes âgées et les personnes en fin de vie. L animation Conduire des ateliers spécifiques en lien avec les besoins des personnes âgées CFPC Formation Professionnelle Sommaire Les personnes âgées et les personnes en fin de vie 9 heures Repérer, pour mieux y répondre, les phases de la fin de vie. Comment prendre soin des personnes âgées

Plus en détail

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR L'exemple des résidences Docteur Linda BENATTAR Directrice médicale Orpea Maison de la Chimie 15 avril 2010 CONSTAT : avant les PASA / UHR

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports. Direction Générale de la Santé. Informations et conseils. Maladie d Alzheimer

Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports. Direction Générale de la Santé. Informations et conseils. Maladie d Alzheimer Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie d Alzheimer Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire

CHAPITRE 4 La gestion des situations de crise suicidaire La gestion des situations de crise suicidaire CHAPITRE 4 La crise suicidaire est une crise psychique déclenchée par un facteur précipitant et marquée par des idées suicidaires de plus en plus envahissantes

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail