Gestion des troubles du comportement en EHPAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des troubles du comportement en EHPAD"

Transcription

1 Gestion des troubles du comportement en EHPAD Olivier MICHEL et Pierre-Yves MALO Service de Médecine gériatrique Centre Mémoire de Ressources et de Recherche C.H.U. Hôtel-Dieu RENNES Journée Qualité en EHPAD, Rennes, 13 juin 2012

2 Conflits d intérêt potentiels Soutien pour congrès Novartis, Lundbeck Participation à un comité scientifique Janssen-Cilag Participation à des études médicamenteuses Pfizer, Novartis, Lilly, Exonhit, Affiris, MSD, Janssen-Cilag, Noscira

3 Les troubles psychologiques et comportementaux dans la maladie d Alzheimer et maladies apparentées 3

4 L enquête Alzheimer Breizh (2004) Tous les établissements médico-sociaux de Bretagne : 565 Foyers logements, Maisons de retraite, EHPAD Réponses: 156 établissements (27,6%) 49 foyers logement dont section de cure : 4 48 EHPAD 40 maisons de retraite dont section de cure : MAPA, MARPA et divers lits

5 Les critères de prise en charge Fugues : 78 Cris : 53 Agressivité: 29 Tr. Mémoire : 26 Tous : 19 Tr. Comport : 16 Déambulation : 16 Tr. perturbants : 12 DTS : 12 Agitation : 8 Inversion du rythme veille-sommeil : 5 Dépression : 4 Repli sur soi : 3 Angoisse : 3 Tr de l humeur : 2 Modif de compt: 1

6 Généralités Un enjeu important de l évolution de la maladie d Alzheimer Jusqu'à90% des patients atteints de maladie d'alzheimer ou apparentée peuvent présenter au moins un trouble psychologique ou comportemental àun moment de l évolution de la maladie Certains peuvent avoir un retentissement fonctionnel important L'agitation, l'agressivité, les comportements d'errance ou d'opposition augmentent en fréquence avec l'évolution de la maladie et le déclin cognitif Deux types de troubles psychologiques et comportementaux Troubles déficitaires ou de retrait, trop souvent négligés Troubles du comportement jugés par l entourage comme perturbateurs, dérangeants, ou dangereux pour la personne ou pour autrui Il est important de les repérer précocement Rôle central des soignants Prise en charge pluridisciplinaire Prise en compte du ressenti par la personne de son trouble La personne est sujet et non objet de soins 6

7 7

8 Description des troubles (1) Les troubles du comportement déficitaires ou de retrait Apathie Trouble de la motivation qui se caractérise par un émoussement affectif, une perte d initiative et une perte d intérêt. Trouble comportemental le plus fréquent dans la maladie d Alzheimer (60%) Dépression Elle se caractérise par une humeur triste, durable et/ou une perte d élan, de l intérêt et du plaisir pour la plupart des activités, un pessimisme et des idées suicidaires 8

9 Apathie, dépression : troubles du comportement Apathie et dépression ne sont pas spécifiques de la MA Apathie et dépression coexistent dans la MA Apathie seule 43% 22,4% Dépression seule 7% 10% Dépression et apathie 37% 15,4% Ni dépression ni apathie 13% 52,2% Lévy, 1998 Van Reekeem, 2005

10 Apathie dépression signes communs mais entités différentes Clément, Derouesné, Lévy, Benoit 2004

11 Description des troubles (2) Les troubles du comportement perturbateurs (1) Opposition Attitude verbale ou non verbale de refus d accepter des soins, de s alimenter, d assurer son hygiène, de participer à toute activité Agitation Comportement verbal ou moteur excessif et inapproprié Agressivité Comportement physique ou verbal vécu comme menaçant ou dangereux pour l entourage ou le patient 11

12 Description des troubles (3) Les troubles du comportement perturbateurs (2) Comportements moteurs aberrants Activités répétitives et stéréotypées sans but apparent ou dans un but inapproprié(déambulation, gestes incessants, attitudes d agrippement, etc.) Les comportements peuvent avoir différentes motivations ou causes en réponse àl anxiété, àune conduite exploratoire, survenir exclusivement la nuit ou àun moment donnéde la journée, en relation avec un objectif désadapté par rapport à la vie du résident 12

13 Description des troubles (4) Les troubles du comportement perturbateurs (3) Désinhibition Cris Comportement inappropriépar rapport aux normes sociales ou familiales (remarques grossières, gestes déplacés, attitudes sexuelles incongrues, comportement impudique ou envahissant) Vocalisations compréhensibles ou non de forte intensité et répétitives Idées délirantes Perceptions ou jugements erronés de la réalité, non critiqués par le sujet. Les thèmes les plus fréquents sont la persécution (vol, préjudice), la non-identification (délire de la présence d un imposteur ou de sosies), l abandon, la jalousie 13

14 Description des troubles (5) Les troubles du comportement perturbateurs (4) Hallucinations Perceptions sensorielles sans objet réel àpercevoir, le plus souvent visuelles et auditives (àdifférencier des illusions qui sont des déformations ou des interprétations de perceptions réelles) Troubles du rythme veille/sommeil Troubles portant sur la durée, la qualitédu sommeil. L inversion du cycle jour-nuit est possible (cycle nycthéméral) 14

15 Des caractéristiques communes (1) Les troubles psychologiques ou comportementaux sont en rupture avec le fonctionnement antérieur de la personne Ils peuvent être précédés par des changements minimes, souvent perçus par les soignants bien avant «la crise» En présence de troubles cognitifs, aucun changement de comportement n est anodin Inciter les soignants àdire et valoriser leurs observations «Je repère, j en parle, on agit.» Attention un symptôme peut en cacher un autre 15

16 Des caractéristiques communes (2) Ils sont fluctuants en intensité ou épisodiques La réponse aux thérapeutiques non médicamenteuses est également fluctuante Ils sont interdépendants et souvent associés Ils ont des conséquences importantes Risque de maltraitance ou de négligence Aggravation du pronostic fonctionnel de la maladie Risque de prescription médicamenteuse inappropriée Risque accru d hospitalisation Risque d épuisement des soignants et des aidants, de souffrance des proches 16

17 17

18 La prise en charge Les étapes de la prise en charge La démarche diagnostique La démarche thérapeutique Le suivi et la prévention Les éléments de base de la prise en charge Description précise des troubles, en tenant compte de ce qu en dit la personne Recherche de leurs causes et du sens àleur donner (moyen d expression de la personne, mécanisme de défense, etc.) Analyse des attitudes préalables des professionnels et des proches face à ces troubles 18

19 La démarche diagnostique (1) La démarche d évaluation des troubles Elle est structurée, personnalisée et hiérarchisée Les outils d évaluation Inventaire de neuropsychiatrie, version équipe soignante (NPI-ES) Échelle d auto-évaluation de la dépression (Geriatric Depression Scale - GDS) Echelle de dépression de Cornell Echelle d agitation de Cohen Mansfield L enquête étiologique Facteurs écologiques Facteurs propres à la personne Facteurs propres à la maladie La synthèse et la transmission des informations L évaluation clinique et la recherche des causes sont répétées si le trouble persiste 19

20 La démarche diagnostique (2) La démarche d évaluation des troubles (1) Évaluer le caractère d urgence, de dangerositéou de risque fonctionnel pour le patient et pour autrui Rechercher une cause somatique à traiter en priorité Interroger et examiner le patient dans une atmosphère calme, interroger les professionnels et les proches Les causes à rechercher et traiter en priorité(1) Une comorbidité une infection (notamment urinaire ou dentaire) une rétention urinaire un fécalome un trouble métabolique une mycose (surtout buccale) une décompensation d une pathologie chronique une comorbiditéneurologique (AVC, hématome sous-dural, crise comitiale non convulsivante, etc.) 20

21 La démarche diagnostique (4) La démarche d évaluation des troubles (3) Les causes à rechercher et traiter en priorité(2) Une cause iatrogène Une douleur (échelles Doloplus, Algoplus, ECPA ) Une déshydratation Une cause psychiatrique Un syndrome dépressif (GDS) Une crise d angoisse sévère La décompensation d une pathologie psychiatrique préexistante Une modification ou une inadaptation de l environnement Un déficit sensoriel Une prise de toxique 21

22 La démarche diagnostique (5) La démarche d évaluation des troubles (4) Approfondir l évaluation clinique des troubles Intensité et retentissement Compléter l enquête étiologique Faire le point sur les capacités sensorielles et cognitives Identifier des facteurs prédisposants Facteurs de fragilité, facteurs d environnement, de mode de vie Rechercher des facteurs déclenchants ou de décompensation Événements ponctuels, problèmes relationnels, attitude inadaptée des professionnels ou des proches Penser à observer le comportement de la personne quand elle est seule et quand elle est en interaction avec d autres 22

23 La démarche diagnostique (6) Les outils d évaluation des troubles L utilisation des outils d évaluation des troubles psychologiques et comportementaux est recommandée si les troubles persistent plusieurs jours Ils permettent d objectiver les troubles Ils donnent l occasion aux professionnels de partager leur vécu des troubles Ils valorisent la parole des soignants et concourent àune meilleure connaissance et donc tolérance des symptômes Les principaux outils d évaluation L inventaire neuropsychiatrique (NPI) utilisation du NPI-ES en établissement, version renseignée par les soignants L échelle d auto-évaluation de dépression gériatrique (GDS) 23

24 La démarche diagnostique (7) L enquête étiologique (1) sont d origine multifactorielle Facteurs écologiques liés àl environnement et àl entourage professionnel et familial Facteurs propres à la personne, somatiques et liés à sa personnalité Facteurs propres à la maladie (neurobiologiques, cognitifs) Ces facteurs sont souvent intriqués et interagissent entre eux Les causes somatiques et psychiatriques sont recherchées en priorité En raison de leur gravité potentielle En raison de la possibilitéd une réponse thérapeutique rapide et efficace 24

25 La démarche diagnostique (8) L enquête étiologique (2) Les facteurs déclenchants Tout événement récent, même anodin peut représenter un stress pour la personne du fait de sa vulnérabilitéet déclencher un trouble psychologique ou comportemental Changements d organisation de la prise en charge ou du lieu de vie Modifications du lieu de vie Changement d intervenant Situation de conflit interpersonnel ou de contraintes vécues Événements familiaux Les troubles du comportement peuvent être un véritable moyen d expression de la personne, notamment en cas de de troubles de la communication verbale. Il faut en rechercher le sens et parfois les respecter 25

26 La démarche diagnostique (9) L enquête étiologique (3) Les facteurs prédisposants (1) Ce sont tous les facteurs contribuant à diminuer l adaptabilité de la personne à la vie quotidienne, à son environnement Repérerles facteurs cognitifs prédominants et ayant le plus de conséquences sur l adaptation du patient à la vie quotidienne mémoire, orientation, jugement, communication, praxies, fonctions exécutives, etc. Vulnérabilité, en particulier émotionnelle, avec réactions parfois irrationnelles Repérer des signes d instabilitédes comorbidités somatiques, en particulier une douleur, et réévaluer les traitements Rechercher, traiter ou compenser d éventuels déficits sensoriels Visuel, auditif 26

27 27

28 La démarche diagnostique (10) L enquête étiologique (4) Les facteurs prédisposants (2) Repérer des facteurs de personnalité Histoire de vie, caractère, réactions antérieures àdes situations stressantes ou à des problèmes de santé, etc. Repérer des facteurs relationnels Attitude et humeur des soignants, des autres résidents et des proches Degré d information et niveau de formation des soignants Capacitéde communication, d empathie, d anticipation des besoins de la personne et d adaptation à ses symptômes Phobie de mobilisation, d un contact physique rapprochéparfois vécu comme agressant, intrusif (réflexes de défense) Repérer des facteurs liés à l environnement Lieux imposés, types de locaux Bruits, lumière, odeurs Organisation de la journée, etc. 28

29 La démarche diagnostique (11) Synthèse et transmission des informations (1) Recueil écrit des informations Dans le dossier du résident Par un interlocuteur désigné(médecin coordonnateur, soignant référent, autre) Informations provenant de tous les professionnels intervenant auprès de la personne, et de ses proches Sur l épisode actuel, les réponses apportées et leur impact, son évolution Sur d éventuels épisodes antérieurs de troubles psychologiques ou comportementaux et sur les réponses apportées Sur les antécédents personnels somatiques, psychiatriques Éléments pertinents de la biographie de la personne 29

30 La démarche diagnostique (12) Synthèse et transmission des informations (2) Transmission et partage des informations dans le respect des règles de confidentialité Information de la personne et absence d opposition au partage des informations (ou famille, ou personne de confiance, mandataire, etc. si elle ne peut plus exprimer sa volonté) Transmission des seules informations utiles à la prise en charge et à la continuité de soins dans l intérêt de la personne Transmission aux seules personnes concernées par la prise en charge et la continuitédes soins, en veillant àla qualitéde l information donnée aux familles Les professionnels en charge de la personne échangent sur ces informations pour adapter la prise en charge de façon coordonnée 30

31 La démarche thérapeutique (1) Les différents éléments de la démarche thérapeutique Les causes somatiques et psychiatriques curables sont traitées en priorité Traiter les pathologies aiguës ou les décompensations de pathologie chronique Soulager une douleur, un inconfort Les techniques de soins Les interventions non médicamenteuses Les modifications de l environnement Éventuellement proposer un accueil dans un pôle d activités et de soins adaptés (PASA) ou dans une unitéd hébergement renforcée (UHR) si le projet d établissement le permet Les indications d une hospitalisation Les traitements médicamenteux 31

32 La démarche thérapeutique (2) Les techniques de soins (1) Les techniques de soins (savoir-être et savoir-faire) sont recommandées en première intention Elles peuvent prévenir le déclenchement des troubles psychologiques et comportementaux Elles contribuent à juguler l intensité des troubles Elles peuvent permettre d éviter le recours àdes traitements médicamenteux Elles comprennent Les attitudes de communication Les attitudes de soins Les soignants sont au plus près des personnes. Ils trouvent souvent des réponses aux troubles du comportement dont ils ne parlent pas car personne ne pense à leur demander 32

33 La démarche thérapeutique (3) Les techniques de soins (2) Les attitudes de communication : des principes de base (1) Ne communiquez qu avec une personne àla fois et consacrez-lui toute votre attention Présentez-vous Évitez les sources de distraction (télévision, radio, etc.) et les conversations entre collègues Attirez son attention en vous plaçant face àelle, àsa hauteur (la regarder, établir un contact physique, etc.) Évitez d élever la voix et d être familier avec elle, parlez lentement et articulez Préférez la simplicité dans le mode de communication Utilisez des phrases courtes et préférez des questions fermées Ne transmettez qu un seul message à la fois Utilisez des gestes pour faciliter la compréhension 33

34 La démarche thérapeutique (4) Les techniques de soins (3) Les attitudes de communication : des principes de base (2) Soyez patient et détendu N hésitez pas àrépéter le message s il existe un doute sur sa compréhension Laissez le temps àla personne de s accoutumer àvotre présence, de s exprimer N obligez pas la personne àfaire ce qu elle n a pas envie de faire N hésitez pas àpasser le relais ou àreporter le soin àplus tard 34

35 La démarche thérapeutique (5) Les techniques de soins (4) Les attitudes de soins : des principes de base (3) Sollicitez la personne sans la stimuler àl excès ni la mettre en situation d échec Aidez la personne sans faire àsa place (par exemple, proposez des vêtements faciles à enfiler) Ne l obligez pas àfaire une action qu elle ne veut pas faire et réessayez pus tard ou cherchez des alternatives Tenez compte au mieux de ses habitudes de vie, de ses choix et respectez son intimité Modalités de la toilette (bain, douche, etc.), choix de ses vêtements, etc. Respect de ses goûts alimentaires 35

36 La démarche thérapeutique (6) Les techniques de soins (5) Les attitudes de soins : des principes de base (4) Installez ou maintenez une routine rassurante pour la personne et simplifiez les gestes du quotidien Rassurez et réconfortez régulièrement la personne lors d un soin, en particulier la toilette Par exemple, présentez les vêtements dans l ordre de l habillage, préparez à l avance les objets de la toilette Laissez faire les comportements s ils ne sont pas dangereux Laissez àla personne le temps de se calmer si nécessaire (agitation, agressivité) Proposez des activités alternatives qui ont du sens pour la personne en cas de comportement perturbateur (animations flash) 36

37 La démarche thérapeutique (7) Les interventions non médicamenteuses (1) Elles sont un élément important de la prise en charge thérapeutique globale de la personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée même si elles n ont pas apportéla preuve de leur efficacitédu fait de difficultés méthodologiques Elles ont pour objectifs l amélioration du confort de la personne et la préservation de son autonomie : changement d état de la personne dans le sens d une amélioration, maintien de ses capacités restantes, ralentissement du déclin de ses capacités Elles se distinguent de l animation qui vise avant tout àdonner du plaisir aux personnes sans forcément modifier l état de santéde la personne 37

38 La démarche thérapeutique (8) Les interventions non médicamenteuses (2) Les interventions àvisée thérapeutique sont pratiquées par un personnel formé Elles peuvent être proposées à titre individuel ou collectif Des prises en charge globales peuvent associer plusieurs types d interventions Elles sont proposées en fonction des capacités, des envies, des centres d intérêt, etc. de la personne Interventions s appuyant sur les mémoires, le corps, le mouvement, les sens, les émotions Une séance d essai peut être proposée afin que la personne puisse savoir si elle y trouve de l intérêt ou du plaisir Elles ne sont jamais imposées àla personne 38

39 La démarche thérapeutique (9) Les interventions non médicamenteuses (3) 39

40 La démarche thérapeutique (10) Les interventions non médicamenteuses (4) Les différents types d interventions non médicamenteuses (1) Interventions portant sur la vie quotidienne Orientation, stimulation multisensorielle Interventions portant sur la cognition Réadaptation, revalidation, stimulation cognitive, ateliers mémoire Interventions portant sur l activité motrice (autonomie fonctionnelle) Activité physique, ergothérapie Interventions sur les fonctions de communication Orthophonie 40

41 La démarche thérapeutique (11) Les interventions non médicamenteuses (4 suite) Les différents types d interventions non médicamenteuses (2) Interventions portant sur le comportement Animations flash, musique, danse, incitation au mouvement, thérapie par empathie, aromathérapie, stimulation multisensorielle, thérapie de la présence simulée, massage et contact bien-être, thérapie par les animaux familiers, remédiation cognitive, thérapie par réminiscence, luminothérapie, jardin thérapeutique, etc. Interventions liées àdes activités spécifiques (toilette, habillage, repas thérapeutique, accompagnement ou activités pendant la nuit en cas de troubles du sommeil, etc.) 41

42 42

43 La démarche thérapeutique (12) Les traitements médicamenteux (1) Les indications d un traitement par psychotrope Les psychotropes ne sont indiqués quelorsque les mesures non médicamenteuses sont d une efficacitéinsuffisante et après évaluation du rapport bénéfice/risque Ils sont utilisés en synergie avec les mesures non médicamenteuses Ils ne sont pas recommandés en première intention en cas d opposition, de cris ou de déambulation Ils ne sont pas indiqués en préventiondes troubles du comportement Un traitement par psychotrope ne doit pas être instauré si les troubles sont d origine somatique ou iatrogène 43

44 La démarche thérapeutique (13) Les traitements médicamenteux (2) Les règles générales de prescription d un psychotrope Le choix de la molécule En fonction du symptôme à traiter (identifier et évaluer le symptôme cible) En fonction du risque d effets secondaires Privilégier la monothérapie La posologie et la voie d administration Démarrer le traitement par de petites doses, augmenter progressivement les doses par paliers jusqu à la dose efficace la mieux tolérée Privilégier la voie d administration per os La durée de la prescription Prescrire pour la plus courte durée possible (à l exception des antidépresseurs) Surveillance de l efficacité et de la tolérance Les symptômes sont réévalués régulièrement 44

45 Action des médicaments sur les SCPD Bonin-Guillaume, 2009

46 Neuroleptiques au long cours Essai contrôlésur 128 patients de placebo / continuation du tt neuroleptique habituel Survie Neuroleptique / PCB 1 an : 70% / 77% 2 ans : 46% / 71% 3ans : 30% / 59% Ballard, 2009

47 HAS 2009 Communiquéde presse de la conférence de presse conjointe du plan Alzheimer et de la Haute Autorité de Santé. Site internet : Si l on souhaite synthétiser la balance bénéfice/risque de l utilisation des neuroleptiques, les données montrent que si l on traitait 1000 personnes ayant des troubles du comportement avec un antipsychotique atypique pendant 12 semaines, on observerait : Une diminution des troubles du comportement chez 91 à200 patients, 10 décès supplémentaires 18 accidents vasculaires cérébraux dont la moitiéseraient sévères Des troubles de la marche chez 58 à94 patients

48 La démarche thérapeutique (14) Les traitements médicamenteux (3) Les différentes classes de psychotropes (1) LES ANTIDÉPRESSEURS Indiqués en cas de trouble du comportement révélateur d un épisode dépressif (certains cas d instabilitéémotionnelle, d anxiété, d impulsivité, d agitation, d idées délirantes) Il est recommandéde prescrire unantidépresseur sans effet cholinergique Il est recommandéd éviter les co-prescriptions, notamment àvisée sédative ou anxiolytique 48

49 La démarche thérapeutique (15) Les traitements médicamenteux (4) Les différentes classes de psychotropes (2) LES ANTIPSYCHOTIQUES Il est recommandéde ne prescrire un antipsychotique qu en cas de trouble psychotique sévère et non contrôlable autrement, après échec des mesures non médicamenteuses ou en cas d urgence (danger pour le patient ou pour autrui) Leur usage est déconseilléen cas de maladie d Alzheimer ou apparentée (risque de décès et d AVC) et très déconseilléen cas de maladie àcorps de Lewy (risque de décès, d AVC et effets extra-pyramidaux) Ils ne sont pas efficaces dans les troubles du comportement au cours de la maladie d Alzheimer Évaluation préalable du rapport bénéfice/risque (risques cérébro-vasculaire, cardiaque, neurologique, cognitif, métabolique) Demi-vie courte et effet anticholinergique faible 49

50 La démarche thérapeutique (16) Les traitements médicamenteux (5) Les différentes classes de psychotropes (3) LES ANTIPSYCHOTIQUES Durée de prescription très limitée Le traitement est arrêtédès que l état clinique le permet ou que les autres mesures thérapeutiques sont devenues efficaces Réévaluation au moins toutes les semaines de la tolérance physique, neurologique et cognitive et de l efficacité La rispéridone (0,25 à1 mg/j) et l olanzapine (2,5 à5 mg/j) (hors AMM) sont les deux molécules les plus étudiées dans le domaine 50

51 La démarche thérapeutique (17) Les traitements médicamenteux (6) Les différentes classes de psychotropes (4) LES ANXIOLYTIQUES Indiqués dans les situations de crise ou pour une courte durée après correction des causes (somatiques, relationnelles, psychologiques ou iatrogènes) Il est recommandéd utiliser des molécules àdemi-vie courte (< 20 heures) et sans métabolite actif Alprazolam, clotiazépam, lorazépam, oxazépam Ils exposent àdes risques de sédation, d agitation paradoxale, d accentuation des troubles mnésiques, de chute, de syndrome de sevrage en cas d arrêt brutal Éviter les antihistaminiques du fait de leur effet anticholinergique 51

52 La démarche thérapeutique (18) Les traitements médicamenteux (7) Les différentes classes de psychotropes (5) LES HYPNOTIQUES Indiqués après échec des mesures comportementales ou d hygiène de vie Prescription de courte durée Préférer les molécules à durée d action courte Ne pas utiliser un hypnotique contenant une molécule neuroleptique dans cette indication (Théralène, Noctran, Mépronizine ) Réévaluation régulière de l efficacité et de la tolérance LES THYMORÉGULATEURS Ils ne sont pas recommandés dans cette indication 52

53 La démarche thérapeutique (20) Place de la contention Le recours à la contention physique doit rester exceptionnel et relève exclusivement de situations d urgence médicale uniquement dans le cadre d une hospitalisation à domicile en EHPAD Et faite selon les recommandations de la HAS de

54 La démarche thérapeutique (19) Quand demander un avis spécialisé? Demander l avis d un autre professionnel spécialisé (gériatre, neurologue, psychiatre) En cas de comportement difficile àgérer au sein de l établissement ou à risque d aggravation à court terme En cas de désadaptation à l environnement En cas de danger pour le patient ou pour autrui 54

55 Effets des traitements spécifiques sur les SCPD (MA légère àmodérée)

56 Points clés de l étude INSERM-CNAMTS Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 Base de données de l assurance maladie 2003/2005 Demandéet validépar la DGS 3738 patients (données nominatives et exploitation des données médicales) 72% de femmes. 80 ans en moyenne 70% des patients étaient traités par IachE 2/3 des patients ont une MA modérément sévère à sévère (MMSE : 3 15) La consommation de psychotropes se stabilise après l instauration de mémantine, de manière statistiquement significative

57 Effets de l instauration de la mémantine sur la consommation des psychotropes en France Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 La différence entre les tendances «avant» et «après»mise sous mémantineest significative (p 0,001) quelle que soit la classe de psychotropes(neuroleptiques, Antidédepresseur, Anxiolytiques, Hypnotiques) La différence des tendances la plus marquée est observée sur la consommation des neuroleptiques* Proportion de patients prenant des psychotropes (antidépresseurs, neuroleptiques, hypnotiques, anxiolytiques) avant et après la mise sous mémantine (n = 4 600) * Se référer àla comparaison des coefficients ßde chaque classe (p 18 et 19). Analyse réalisée par l INSERM à partir des données de la CNAM ( ) Protocole de l étude demandé& validépar la DGS

58 Effets de l instauration de la mémantine sur la consommation des psychotropes en France Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 Analyse des tendances par classe de psychotropes NEUROLEPTIQUES HYPNOTIQUES La différence des tendances avant et après mise sous mémantine la plus marquée est observée sur la consommation des neuroleptiques** 58 *Durant cette période, l indication de la mémantine était limitée aux formes modérément sévères àsévères de la maladie d Alzheimer. ** Se référer àla comparaison des coefficients ßde chaque classe (p 18 et 19). Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch A. Memantine therapy for Alzheimer s disease in real-world practice. Alzheimer Dis Assoc Disord 2008;22:125-30

59 Effets de l instauration de la mémantine sur la consommation des psychotropes en France Evaluation of the Impact of Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: A Study from the French National Health Care Database Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch Neuroepidemiology 2008 Analyse des tendances par classe de psychotropes ANTIDEPRESSEURS ANXIOLYTIQUES *Durant cette période, l indication de la mémantine était limitée aux formes modérément sévères àsévères de la maladie d Alzheimer. 59 Vidal JS, Lacombe JM, Dartigues JF, Pasquier F, Robert P, Tzourio C, Alperovitch A. Memantine therapy for Alzheimer s disease in real-world practice. Alzheimer Dis Assoc Disord 2008;22:125-30

60 Impact of CHEI s & Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: Analyses with the RAMQ Database (Quebec provincial health plan) J. Lachaine & Al Clinical Trial On Alzheimer Disease Congress, November 2011, San Diego Etude RAMQ Impact de l initiation d un traitement avec la mémantine ou des inhibiteurs de l acétylcholinestérase (IAChE) sur l utilisation des psychotropes dans le traitement de la maladie d Alzheimer. Analyses àpartir des données de la RAMQ (Régie de l Assurance Maladie du Québec )

61 Proportion d'utilisateurs de antidépresseurs au cours des périodes pré et post mémantine/iache Impact of CHEI s & Memantine Treatment Initiation on Psychotropics Use: Analyses with the RAMQ Database (Quebec provincial health plan) J. Lachaine & Al Clinical Trial On Alzheimer Disease Congress, November 2011, San Diego Avant mémantine : % vs + 2.8%. après mémantine (p<0.01). Avant IAChE : % vs % après IAChE (NS). Avant mémantine : % vs + 1.5% après mémantine (p<0.01). Avant IAChE : + 1.9% vs + 6.0% après IAChE (non significatif).

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement RECOMMANDATIONS Mai 2009 1 L argumentaire et la synthèse des recommandations

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point Mise au point Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine M E S S A G E S- C L E S Les spécialités Noctran et Mépronizine seront retirées du marché

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses réflexion Gérontechnologies et société Cécile Cridelich Alain Franco z Les gérontechnologies, concept datant des années 1990 allient, gérontologie et technologie z Elles ont un rôle bien défini dans notre

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 DOCUMENT DE TRAVAIL Anesm-MARS 2011 1 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Objectifs Mise en évidence de pratiques Evaluation de la qualité

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Dr G. Fournis Service de Psychiatrie et d Addictologie CHU Angers Faculté de Médecine Angers 1 Introduction

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Le travail des aides à domicile auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et de maladies apparentées : les pratiques de prévention

Le travail des aides à domicile auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et de maladies apparentées : les pratiques de prévention aide et soins à domicile Le travail des aides à domicile auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et de maladies apparentées : les pratiques de prévention Novembre 2012 Préambule Les professionnels

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche L articulation Hôpital de jour Accueil de jour Dr Nathalie SCHMITT Dr Jacques HILD CH Colmar L articulation Hôpital de jour Accueil

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Information destinée aux proches Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Qu est-ce qu une démence? La démence est une affection qui entraîne une détérioration du fonctionnement

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

PERSONNES ÂGÉES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

PERSONNES ÂGÉES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES PERSONNES ÂGÉES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES prise en compte de la souffrance psychique de la personne âgée : prévention, repérage, accompagnement Ce document a reçu l avis favorable

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Auto-évaluation. Évaluation de la promotion de la bientraitance

Auto-évaluation. Évaluation de la promotion de la bientraitance Auto-évaluation Évaluation de la promotion de la bientraitance Octobre 2012 Référentiel d évaluation des pratiques professionnelles Établissement(s) concerné(s) Responsable du projet Services impliqués

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail