CONCEPTION DE SYSTEMES (TINFORMATION : Prise en compte des aspects psycho-socio-1 inguistiques de Vutilisateur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCEPTION DE SYSTEMES (TINFORMATION : Prise en compte des aspects psycho-socio-1 inguistiques de Vutilisateur"

Transcription

1 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES SCIENCES DE L'INFORMATION ET DES BIBLIOTHEQUES UNIVERSITE LYON I rt CONCEPTION DE SYSTEMES (TINFORMATION : Prise en compte des aspects psycho-socio-1 inguistiques de Vutilisateur MONNET BADJO Bernadette sous la direction de : Nicolas GERMAIN CRISS Grenoble V/ V ^. xj> 34-

2 CONCEPTION DE SYSTEMES D'INFORMATION : la prise en compte des aspects pseho-soeio-linguistiques des usagers RESUME MONNET BADJO Bemadette Les Systernes d'informat.ion actuels ne donnent pas satisfaction car leur conception rnarginalise 1'utilisateur final au profit du fonctionnernent du systeme et de la structuration des donnees. La psychologie cliriique et cognitive offrent la possiblite d'une conception nouvelle succeptible d'apporter une solution au probleme. MOTS-CLES conception systeme d'information ; utilisateur final, psychologie; pychologie clinique ; psychologie cognitive ABSTRACT Information systems don't nowadays satisfy users because their designing give them marginal plaee, on behalf of data, functioning and structuration. Search of clinical and Cognitive psychology allow new designing which can resolve this problem. KEYWORDS Information system designing : user psychology : cognitive psychology ; clinical psychology. 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION P. 4 I METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE P RECHERCHE MANUELLE P RECHERCHE AUTOMATISEE P LES DIFFICULTES RENCONTREES P. 9 II EVALUATION DES SYSTEMES P.10 D'INFORMATION ACTUELS II. 1 SYSTEMES DE REPERAGE DE L 'INFORMATION P.10 II. 1.1 L'Utilisateur dans la conception des SI: Point de vue theorique P.10 II. 1.2 L'Utilisateur dans la conception des SI: Point de vue des praticiens P.14 II.2 LES SYSTEMES D 'INFORMATION POUR LA GESTION DELENTREPRISE P.19 n.2.1 L'Utilisateur dans les Systemes de gestion de rentreprise p.19 III CONCEPTION NOUVELLE DE SI : LA PLACE DE L'UTILISATEUR P.22 III. 1 HISTORIQUE P.22 ITI.2 LVTIUSATEUR AU CENTRE DU SYSTEME P.23 HI.2.1 ANALYSE DES BESOINS DE L'UTEJSATEUR P.25 IH.2.2 RESTITUER L'INFORMATION AUX USAGERS APPORTS DE LA PSYCHOLOGEE P.29 HI Apports de la Psychologie cognitive P.29 ni Apports de la Psychologie clinique P.31

4 m.3 METHODOLOGIES RECOMMANDEES P.33 ni.3.1 PISTES POUR UNE METHODOLOGIE DE CONCEPTIONINTEGRANT L'HOMME ET LA MACHINE P.33 m.3.2 METHODOLOGE DE CONCEPTION DES VARIABLES DE COMPORTEMENT D'UN SIGE P.34 III.4 NOUVEAUX SYSTEMES EXPERIMENTES P.36 IV.4.1 CARACTERISTIQUES PSYCHOLOGIQUES DE L'USAGER ET SRI NOUVEAUX CONCLUSION P.42 BIBLIOGRAPHIE P.43 ANNEXES : Bibliographie des documents consultes P.44

5 INTRODUCTION

6 INTRODUCTION Le but de cette synthese bibliographique, est de rechercher a travers la litterature professionnelle, les systemes d'information dont la conception prend en compte les donnees concernant 1'utilisateur final donnees sur son comporternent naturel face au fait inforrnation. Avant d'aborder le problerne il nous sernble important de souligner le caractere m ultiforrne et largernent repandu du systeme dmnforrnation.. qui rend difficile son etude. Le Sl selori PEAUCELLE (11) est partout.. il impregne tellement la vie courante, qu'il passe finalernent inapergu. En effet, constate-t-il, si les systemes d'iriforrnation font 1'objet de nornbreuses etudes qui essaient de les defiriir, les circonscrire et d'en dresser une typologie, 1 0 s prend, pour la comrnunaute scieritifique et professionnelle, des designations differentes suivant les auteurs "management information system" (MIS), computer based rnanagemerit inforrnation system, information system, systeme informationnel etc..., 2* Et il est apprehende chaque fois sous urie realite specifique corresporidant a. un des aspects de 1'information. Cette particularite est due aux multiples facett.es de 1'information, que le Sl doit canaliser. II releve au niveau de ces travaux deux elernents caracteristiques. 1) Ces etudes leur attention sur systeme "FORMALISE" d'information. Systeme dans lequel sont place des methodes de traitement de cette information brute pour la restituer de fagon organisee et structurie, a des utilisateurs potentiels. 2) Le systeme "formalise" le plus etudie, est le systeme automatise, celui marque par la machine, souvent en fonction des exigences de laquelle

7 Pinformation va etre structuree pourles besoins des futurs usagers du systerne. "lc.? 2^Sfl&jrictn.sv/jr!<=?< d 'ii2j cu:-m& & une cnr&nde difticulte.=? d? ' l&?02-t=>2^ <=>n d& 1 'c?2-din^ tt=?u2\. a<32^ nt=>& de=? 1 ui. Cest ds 1 '<=tu t&jna tisa t aon. q-u 'est. r- r <sz? u& i<3 nd?c&^^i t& d& 2Sf Ic?c?l2i2- au d&l<3 de=?^r j7h-rj. r i=?ns j?jjj>rs-.z cj-ue=?^r t2-<si t<an t 1 ' int'o2-m& t icn "{'1J Ainsi. cette citation illustrant le fait mis en evidence par PAUCELLE. les Sl non structures. "systemes non formalises d'information" et dans une certaine mesure les systemes formalises manuels. sont peu abordes par les etudes de Sl. Cest pourquoi notre etude tentera de retrouver des travaux prenant en compte ces systemes "non formalises." d'information pouren montrer les contours. Le second objectif sera de retenir parmi les Sl formalises, ou non ceux dont la structure de fonctionnement est fondee sur la prise en compte des traits psycho-socio-linguistiques des usagers. Cest a dire des systemes bases sur Padaptation des methodes de traitement de Pinformation aux raisonnement comportement et connaissance de Putilisateur final. Par Sl non formalises nous voulons signifier des systemes dont les caracteristiques seraient differentes de celles aux structures logiques, rigoureuses, que nous connaissons. Dans Papproche de ces systemes nous essayerons donc de rgrhnrrhffr IR plare faite a. Putilisateur final. PEAUCELLE, Jean Louis.- Les syst&mes d'information 1a repr6sentation.- Paris : PUF, 1981,- p 8

8 Pour atteindre nos otajectifs. nous analyserons les systemes exploites actuellement. Nous partirons de leur examen critique pour reveler les dysfonctions que cherchent a corriger les systemes, objet de nos preoccupations. Nous essayerons de montrer ensuite quelles sont les carcteristiques de ces nouveaux, systemes d'information les methodes qu'ils preconisent et les experimentations en cours. Tout au long de ce travail nous designerons par des abreviations : systeme d'information :SI ; systeme d'information automatisee SIA ; systeme de Gestion de 1'information SGI ; Systeme de reperage de 1'information SRI.

9 Le plan de notre note de synthese est le suivant: INTRODUCTION I WETHODOLOGIE DE LA RECHERCHE 1.1 RECHERCHE MANUELLE 1.2 RECHERCHE AUTOMATISEE 1.3 LES DIFFICULTES RENCONTREES II EVALUATION DES SYSTEMES DMNFORMATION ACTUELS 11.1 LES SYSTEMES DE REPERAGE DE UINFORMATION II,2 LES SYSTEMES D'INF0RMATION POUR LA GESTION DE UENTREPRISE III CONCEPTION NOUVELLE DE Sl; LA PLACE DE UUTILISATEUR HISTORIQUE UTILISATEURAU CENTRE DU SYSTEME METHODOLOGIES RECOMMANDEES IIIA NOUVEAUX SYSTEMES EXPERIMENTES CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES : Bibliographie des documents consultes. 7

10 I METHODOI nnif DE I. A RECHERCHE

11 I METHQDOLQGIE DE l-jv RECHERCHE 1.1 RECMERCHE MANUELLE Pour rassembler la bibliographie. nous avons systematiquement depouille une revue professionnelle DOCUMENTALISTE, sur les trois dernieres annees. Cette r vue produisant pas de tables annuelles, nous avons eonsulte les sommaires, dont les titres nous ont alors guides dans notre choix. Nous avons ainsi retenu un dossier, constitue de trois articles. dont 1'exploitation d la bibliographi nous a permis d retrouver un quatrieme (article), Ce dossier ainsi qu'un ouvrage( 9 )- conseille par notre directeur de la synthese. ont constitue les textes de base de cette synthese bibliographique. Nous nous sommes referee ensuite a la REVUE 8IBUOGRAPHIQUE de 1'INIST section 205 Sciences de 1'lnformation. Eri consultant les indexes cumulatifs annuels de 1989 a 1991, nous avens ehereh^ sous les mot-el4s suivants : Systeme(s) dmnformation. Conception. Theories. Methodes et Besoins utilisateur(s.) Nous avons ssaye d priorite par permut les articles ou tous ces asnects seraient abordes. Nous n'en avons trouve aucun. En 1991 nous avons pu recuellir 7 articles au total dont un seul associaitsi. conception et besoins utilisateur. En 1990, sur 14 articles nous en avons retenu 3 pour les memes raisons. L'un de ces articles, introduisait comme sous vedette (aspect culturel). Nous 1'avons retrouve a l'interrogation en ligne. En 1989 Nous avons retenu 3 artieles ^galement. Les eriteres de selection de ces textes nous ont ete fournis grace aux resumes qui les accompagnaient. Nous avons recherche egalement les termes : Information informelle, Sl informelle ou Sl non formalise, dans le but de retrouver des systemes dont on entend parler de plus en plus, et qui, hors du circuit normal, s'averent d'une certaine efficacite. Nos recherches n'ont abouti a rien. 8

12 1.2 RECHERCHE AUTOMATISEE Nous avons interroge la base de donnees PASCAL essentiellement a partir des memes mots que ceux cites precedemment en croisant successivement les ensembles obtenus : "Sl et conception" Nous avons croise ce premier ensemble avec " Theorie" puis le second avec " methodes". Ce dernier ensemble a ete enfin mis en relation avec Besoins Utilisateur(s). Nous avons ainsi pu obtenir 17 mferonces dont 9 «Staiont pertinentes pour notre propos. 1.3 LES DIFFICULTES RENCONTREES Dans la collecte de nos donnees. nous avons constate 1'existence d'une abondante litterature sur les 51 automatises, Mais principalement sur les systemes de reperage de 1'information, ou bases de donnees. Et la question traitee essentiellement par ces etudes est celle des interfaces utilisateurs, apres la mise en place des systemes, La question qui nous interesse. a savoir l'integraliq,o._..di5 donrifees psvcholoaiaues humaines k la conception des g nature est par contre relativement peu abordee (les auteurs etudies confirment notre constat). Comme consequence de ce fait, nous n'avons pu recueillir q'une seuls referenee, traitant du cas ds syst^me de gestion de 1'entreprise ; et nous n'avons pu trouver aucune reference sur les systemes informels, pourquoi notre travail reste malgr nous. presque limite a 1'analyse des problemes poses par 1'utilisation des bases de donnees et a celle du Sl automatise. En ce qui concerne I' aspect linguistique egalement. nous n'avons pas trouve de textes qui y consacre une analyse. Nous en avons une idee griiee a 1'etude psyehologique des langages et expressions utilises par les Sl. Enfin, qui nous semble important a signaler, est que la grande majorite de nos articles etaient eri anglais. et que nous avons eu des diffieult^s avec le langage "trds teehnique" des doeuments. 9

13 II FVAI-UATION DES SYRTEMES D'1NFORMATIQN ACTUELS

14 II F^VAI UATION DES SYSTEMES D'INFQRMAT1QN ACTUELS 11.1 SYSTEMES DE REPERAGE DE LMNFORMATION Au niveau de la bibliographie rassemblee sur la conception et 1'utilisation des Sl, la question est abordee sous deux points de vue : 1) 1'aspect theorique des methodes de conception, que concretisent deux tendances priricipales La premiere tendanee privilegie le fonctionnement du systeme et la structuration des donnees La secdonde tendance privilegie les modes de raisonnement l'usager ssai d'adapter la structuration des donnees et le fonctionnement du systeme. Elle rejoint le point de vue des praticiens du Sl. 2) 1'aspect pratique, du point de vue des "operateurs" eomme les nomme Marie Christine MALHEN(9) c'est a dire les premiers utilisateurs de ces Sl, que sont les professionnels de 1'information. Bien que leur appreciation du destinataire final du Sl soit presque opposee. les constats sur les dysfonctions des systdmes existants des deux tendances se rejoignent. 11,1,1 1'utilisateur dans la conception des S1 : Ppinfc» thil-oriauq. La premiere approche de 1'utilisateur, dans la conception de systeme d'information. se degage principalement des textes du Congres de 1'ASSOCIATION INFORMATIQUE des ORGANISATIONS et SYSTEMES DINFORMATION et de DECISION. L' artiele de ROLLAND C. et FLORY A.. en partieulier, dans une evaluation theorique des Sl, presente 1'etat de l'art sur la question. Ce texte faisant un historique des methodes de conception. montre volution sur trois g n rations t leur orientation vers trois direetions actuelles. 1/ Uhistorique Les methodes de premiere generation, les plus repandues, associees a une approche fonctionnelle ou methodes cartesiennes de decomposition hierarchique (DH). privil6gient la MODELISATION DES PROCESSUS (de fonctionnement). Autour des annees 60. elles engendrent des systemes, ou la gestion des fonetions est pgmordiale.

15 Les methodes de deuxieme generation. dites systemiques. assoeiees aux approches coneeptuelles. mettent 1'aecent sur la MODELISATION DES DONNEES. Les methodes systemiques se concretisent dans les systemes de gestion des bases de donnees relationnellas La troisieme generation. dans les derni res annees de la decennie 80. est celle de la conception assistee par des outils afin : "d'accro/tr& /a product/v/t& cf&s &qu/pes de d&v&/app&me/)f &t c/& perm&ttre/e passage de /'art/sar>at a une product/on /ndustr/e/te d&s systemss dvnformat/on "{2J Cette caracterisee par : "uns demarche de concept/on gu//uxtapose /a mode//sat/on des donnees se/on /es termes des met/iodes system/ques a /a mode//sat/on des tra/tements. en accordavec /es tec/?n/gues de decompos/t/on descendantes des proc&ssus "fsj Cette 6volution est ainsi marquee a la derniere gen4ration. par la combinaison des deux premiers types de systemes, qui dans un seul ensemble vont combler leurs lacunes mutuelles. En bout de chatne \m dqstinataire final n tirera donc profit. 2/ Evolution actuelle La tendance nouvelle de cette conception theorique des systemes d'information s'oriente vers trois types d'approehes : Dynamique Orientation objet Outils intelligents a la conception 2 Nouvelles perspect ives des systemes d' informat ion : Textes presentes par Andre Flory et C.Rolland. S^lection d'articles du congrfes 1990 de 1 'Association Informat ique des Organisat ions et Systeraes d'informat ion et de D6cision.- p. 5 3 idem. p

16 Les methodes "traditionnelles" ci-dessus mentionnees operent dichotomie entre-traitement et donnees. La methode dynamique dont le systeme REMORA. introduit la notion d'evolution des donnees dans le temps. Le plus important n'est pas le stockage de 1'information, mais les eventsments qui surviennent sur les objets a memoriser et a restituer lorsque necessaires. Les notions de loaiaue temporelle. et de modelisation du comportement des acteurs du Sl apparaissent.. Dans 1'approche orientation objet.. 1'objet c'est a dire l'information k traiter est defini par sa strueture. les manipulations qui vont s'y exercer. et les evenements qu'il declenchera. Pour 1'utilisateur cette approche est interessante car ; "Beavcoup d'entr& euxsont amenes J trava///er surde nou\/e//&s app//catrons necess/tant/a representat/on c/e noui/eaux types c/e donnees fen part/cu//er c/es graph/ques. textes et/magesj que /es SGBDre/at/onne/s c/ass/ques nepeut/ent tra/ter... "('4J II existe une demi-douzaine de ces systemes commercialises dont : ORION. IRIS, GEMSTORE. GBASE "/e processus de concept/on etant /ong: /terat/f et creat/f. /'act/v/te de concept/on se caracter/se par un "c&rta/n /ndeterm/n/sme"d'ou /'appar/t/on d'out//s pour ass/st&r/ conc&pt&ur dans 7«a g&st/on ef&s spsc/ffcat/ons qu'/z ek/a >ore* au fur et J m&sur& d& sa conc&pt/on. "D'ou /a fbrma//satfon autourdes conna/ssances forme//es et /?eur/st/ques de concept/on tand/s que /a f?ase des fa/ts m4mor/$& spsc/f/cat/ons du S/a d/ff&r&nts n/t/&sux d'a<bstract/on. "(5J 4 Nouvelles perspect ives des systfemes d' information Testes present6s par A n d r 6 Flory et C.Rolland. Selection d'a r t i c1e s du congres de 1 'Assoc iat ion Informat ique des Organisat ions et Systfemes d'information e t d e D 6 c i s i o n. - p idem p

17 Au niveau des riouvelles orientations de la conception des Sl, comme de celui de 1'evolution en trois generations dont nous avons parle, nous constatons des ameliorations apportees aux methodes de conception qui se succedent. (sans s'eliminer). Ces corrections ont pour consequence 1'amelioration de!a structure et du contenu des Sl par la prise en compte d'elements nouveaux concernant les donnees ou les orocessus. Par voie de fait le destinataire final ben&ficiera au bout de la chaine des retombees de cette amelioration. dans la mesure ou les differentes modifications resolvent les problemes poses par syst m s qui. se suivant dans I temps. cherchsnt chaque fois a enrayer les dysfonctionnements du systeme anterieur, dans son utilisation. De ce premier point de vue theorique, les questions de formalisation des techniques et de traitement de 1'information priment. On 4velue d'un type de formalisme k un autre avee des dimensions plus vastes, tenant compte des caracteristiques plus riches des donnees. La mani^re dont 1'usager apprehendera ces systdmes. eu egard a ses dispositions natureiles, n'est pas le centre des preoccupations de cette categorie de concepteurs. Le probleme ici est de savoir comment concevoir t l ou t l Sl qui au niveau des eonnaissanees, au niveau du fonetionnement soit le plus satisfaisant possible pour le concepteur et non le destinataire. Concepteur pour lequel naissent des outils destines afaciliter le travail de conception, Nous avons ete amenee a considerer cette conception, parce que les praticiens de Sl ont souvent cite les systemes promus par cette tendance comme une possible solution aux dysfonctionnements des systemes actuels. Uanalyse breve de ees syst&mes qui axent leur evolution essentiellement sur 1'amelioration des processus de fonctionnement du systdme et celle de la structuration des donnees, semblent prouver le contrair. Cette analyse en outre souligne la differenee d'appreeiation du probleme par les deuxtypes d'orientation. 1 3

18 rutilisateur dans la conception des Sl : Point de vue des pratigjgns Nous avons mentionne deux types d'approches theoriques. concernant l'6valuation des Sl. Nous venons de voir la premitire. nous n'accordons pas un chapftre particulier a la seconde. parce que les critiques formulees par ce groupe recoupent celles des praticiens. Les problemes mis en evidence sont les memes sauf que les theoriciens de la seconde approche, depassant la sittiple critique, analysent la question, a la lueur de la psychologie. A propos de 1'utilisation de ces systemes. les principales eritiques faites nous semblent exprimees dans les etudes de BARBIER-JOUVETC) que reprend un article de J. LEMAREC(^) et Elisabeth KOHLMAYER( 4 )- Cependant les articles qui approfondissent 1'analyse de ces problemes sur la base de la psyehologie et stigmatisent 1'approehe dont nous venons de parler, sont ecrits part.k. LANDAUER. S.T. DUMAIS. G.W. FURNAS ( 5 ) n ce qui eoncerne les bases de donn&es. et M. BARIFF et J. LUSK(2) pour les systemes de gestion dans 1'entreprise. Ces auteurs posent d'abord le probleme de tout le travail "intelleetuel" n&eessaire pour reehereher une information. dans les bases de donnees actuelles, auquel ne s'attend pas 1'utilisateur. "Or/e v/s/teurn& ra/sonne pas en terme d'offre a /aque//e //feut ajustersa demane/e, ma/s en terme de quest/on/r4ponse et/a competence quv/ mob///se pour formu/er sa quest/on re/eise de son exper/ence du d/a/ogue, eompu comme un ecftange spec/f/gue. en t&mps rs<&/ fond& sur/a comprs/j&ns/on mutu&//& du {?ut3xpr/m& cfiacun des partena/res. Le \//s/teur cfjerche «a ce que sa demande so/t compr/se par /Vnter/ocuteur ecran-c/sv/er; // ne c/?erc/?e pas /a formu/at/on du mot qru/sera /ep/us <adapte <au contenu de /a //ste des termes /ndexes. ma/s /a prec/s/on du sens 6 Joelle LEMAREC, Ancien usage, nouve1 usage: 1a consul tation des catalog'ues informat is6s d e 1 a B P I. - Documental iste, vol 27. no 1, p

19 Dans 1'etat actuel des connaissances en effet pour une interrogation de base de donnees. (ou une recherche dans une bibliographie imprimee). il faut decomposer sa question en une suite de termes. en fonction de 1'organisation des connaissances de la base. Organisation dont on ignore les modalites II y a alors "rencontre entre 1'organisation d s propres connaissances de 1'utilisateur. et celle de la base" selon E.KOLHMAYER qui pose probleme. A ce niveau (les partisans des deux types d'approche s'accordant) A.FLORY note concemant les methodes cartesiennes : "/'ajhs&nae d& tnawacor t/ieoriques susa&pt/b/&s d& faurn/r d&s fand&m&nts sa//d&s avx canc&pts &t t&a/w/qu&s d& d&campas/t/an d&sc&ndantes "{7}. Passe cette etape de definition et de precision des mots au travers de dictionnaires. lexiques. thesaurus etc... d'acces plus ou moins facile, vient alors celle des "conventions de formulation" car 1'utilisateur doit poser sa question en fonetion d'une certairie eeriture respectant une certaine forme de ponctuation, d'abreviation etc... Enfin la strateoie de r ch rche doit pris n compt. On a ainsi le ehoix entre differentes strategies : - formation de blocs ou croisement, de differents termes - strategie de cristallisation, ou la recherche se fait a partir de termes qui vontfaire apparattre ceux indexes de la base, - nouveaux termes a partir desquels on doit continuer la recherche etc... Dans ces systemes, acceder a l'information necessite la mattrise d'un certain nombre de parametres. MaTtrise qu'il faut aequerir aar un aodrentissaae. J.LEMAREC souligne dans la citation ci dessous a cote de ce premier fait qui finalement concerne aussi bien le 51 manuel un probl a la r ch rch informatisee. Probl&me que LEMAREC, attribue au decalage entre un materiel technique de pointe sur lequel se greffe une methode ancienne de travail : la pratique de la recherche manuelle dans un catalogue imprime : 7 Nouve 1 1 es perspectives des s v s t 6 m e s d'inforrnation : Textes present6s par Andr6 F 1 o r y et C.Rolland. SSlection d'articles du congrfes de 1'Association Informatique des Organisations et Systemes d 1 Informat ion et de Ddcision. p 3 1 5

20 7es d/ff/cu/tes qu/prov/ennent d& /a non exp//cat/on des cr/tsres de s&/ect/on des termes. de /a m&conna/ssance des convent/ons de formts/atfon (orthograp/}&. ponctuat/on. afrrev/at/on/ ex/stent b/en awec /Zmpr/m, m-a/s ce/o/-c/se prete a /'us&gs de mu/t/p/&s d&m&rc/j&s d& corr&ct/on p<ar a/ust&m&nt d& /a demande J /'offre presentee. ws/b/e sur/a page. demarches qu/ sont /'express/on d'une competence techn/que ree//e b/en adaptee a /'usage de /Zmpr/me, Oue /'on dep/ac& /e pr/nc/pe de //ndexat/on dans un contexte d/fferent.&t ces systemes. de correct/on spontane. tout un sauo/r-//re eff/cace. dew/ennent /nut/z/sab/es "(3) F. LAPELERIE t E. KOLHMAYER oause un aspect particulier au niveau du langage de la recherche bibliographique la logique booleenne ou le raisonnement humain est biaise. Outre le fait de leur signification differente. dans le langage eourant et eelui de l'informatique( BENETT l'a soulign^ en 1972), qui engendre un premier niveau de difficultes, le ET, OU, SAUF est quasi oppose au fonctionnement de 1'esprit humain. Et/es techn/ques boo/eennes de 7'exact match " engendrent une nai/yjgatfon d/ff/c/ze, quand on veut trouver /Zmpense ou formu/er/e non D/t. qu/est souventauss//mportant qu& /& PensS st /& D/t"(9) 8 Joelle LEMAREC, Ancien usage,nouve1 usage: 1 a consultat ion des catalogues informatises de la BPI. Documentaliste, 1990, vol 27, no 1, p.6 9 Frango i s LAPELERIE. D e 1 a fiole au goutte S. goutte. - Documental iste 1991, Vol 28, no, 1, p

21 "L& syst<3>m& &art?s/&n r&v /& son /ncslpac/ts a tra/t&r/ss gsls part/cu//&rs &t d'except/on. Toate /'attent/on etant foca//see sur /'ana/yse c/es f/ux-et act/v/tes typ/qru&s... Dans /es methoe/es systsm/gues, 7e moc/e/e re/at/onne/ reste //m/te dans ses poss/b///tes de representat/on des /nformat/ons. // ne permet en part/cu//erpas de v/sua//ser /es donnees et/es //ens qu/ ex/stent entre e//es "f/oj A travers qu nous venons dire. ressort la question de 'Topaeit6", la non transparenee de 1'organisation de la base de donnees pour 1'utilisateur, et les difficultes qu'il rencontre. Ces diffieultes se situant au niveau de la connaissance de la base. d s langages strategies de la r ch sont liees a des problemes plus profonds de perception, de representations mentales, de connaissance des utilisateurs. Elles relevent de la psychologie de 1'etre humain. La conception du dialogue par exemple, comme un ^ehange mutuel d'elements ayant un sens entre deux partenaires, est totalement occultee dans 1'interrogation d'une base de donnees. La synonymi et la polysemie sont sourc d'un "dephasage" eontinuel entre utilisateur et Sl. Le fait que 1'etre humain puisse exprimer une meme idee avec differents mots. ou qu'un meme mot exprime differentes idees, ou encore qu'un mot revete un sens different suivant le contexte dans lequel on 1'emploie, reste une inconnue pour le Sl. "Gomput&r syst&ms do not know the same t/i/ngs as fiumans and ar& notasgoodatus/ng contextto desamb/guate express/ons...one resu/t of tfi/s /s t/iat computers and humans are constant/y cr/tfc/zfng one anotfierf/ 7J 10 Nouvelles perspect ives des syst6mes d' i nf ormat i on : Textes pr6sent6s par And r 6 Flory et C.Rolland. Selection d'articles du congrfes de 1 'Association Informat ique des Organisat ions et Systfemes d'informa t i on et d e D6cision.- p T.K. LANDAUER, S.T.DUMAIS, L. M GOMEZ.Human factors i n data access.- Bell System Technical J. 1982, Vol.61, part2,n* 9,p Les systfemes informatiques ne connaissent pas Ies memes choses que 1 e s hommes et ne sont pas apt.es Si analyser u n contexte pour lever _ I 'amb i gu i t 6 des express ions.

22 En fait ntre Sl.soulignent ses collaborateurs, se pose le probleme d'un perpetuel divorce entre les caracteristiques, les dimensions et les valeurs Dans le partenariat Homme-maehine la classification logique destinee a rendre efficace le systeme ne correspond pas k celle de 1'usager. Les definitions complexes. abstraites. caracteristiques d'une reflexion rigoureuse necessaire au Sl, introduisent certains modes de pensee. totalement ittrangdr s a la plupart d s gens. La navigation, dans une base de donn^es ii'offre pas la possibilite de trouver, sans 1'avoir specifie des elements interessants que 1'usager, reconnaitratt (s'il le rencontrait) lci on touche du doigt informations. ici sont pas xhaustifs. ils juste de deceler leur existence et de mesurer leur importance. et de montrer les types de difficultes engendrees par les Sl actuels "Une des consdquences de ce fait est que les systfemes et les hommes sont constamment critiques les uns par rapport a u x autres." 1 8

23 11.2 SYSTEME D'INFORMATION POUR LA GESTiON DE UENTREPRISE Pour realiser leurs objectifs, les entreprises creent des systemes de controle et de pla.nification de leurs activites. Ces organes de contrdle et de planification reposent en definitive surles systemes d'information Le but de tels systemes d'information est de gerer 1'organisation de 1'entreprise.. par 1'amenagement des taches, afin d 1 aider et soutenir la prise de decisions. ii.2.1 uutiiisateur dans Lss Sygtemes de gestiqn da 1'sntreprige Le constat, selon BARIFF L. Martin et J.LUSK est que au niveau de ce type de Sl egalement "la prise en cornpte, de l'aspect controle et inventaire de la production dans l'eritreprise par 1'automatisatiori, prime sur celui des rapports entre les "supports hurnains de traitement de 1'inforrnatiori" et les supports hurnains de la prise de decision " " gr&ater/nf/uet?c& /s repres&tjterf by co/??putm-emb&drfelt tftjtom&tr&c/ tfgc/s/at? matfe/s e, g..proc/uct/or? at?d /t?vet?toty cot?tro/"l esser /t?//uet?ce /s rcpreset?tad ty user regaestec/ ropotts H'/?/cJ? suppott M/mmt? /t?/ormat/ot? ptocess/t?g at?a/ rfec/s/ot? mak/t?g(7 La prise de decision institutionnelle est affeetee par la qualite de 1'information en entree-sortie du Sl, Ainsi les performances exigees du systerne sont: 12 Martin L. BARIFF, Edward J.LUSK Designing Informat ion systeras for Organizat ional Control : The use o f psychological tests. Inf. and Manag , v o1. 1,n * 3, p

24 1/ La capacite. a etablir des processus de controle qui minimiserit l'entree de donnees incorrectes 2/ La capacite au sein de l'organisrne.. d'apporter desarneliorations au niveau de la conception du travail, de la distribution du pouvoir, et un enrichissement dans les relations inter personnelles. En clair ces auteurs posent ici le problerne de la cornrnuriication entre deux unites-cles de Tentreprise : Tunite operationnelle et 1'unite de decision qui toutes deux sont des usagers du systerne d'inforrnation. Le Sl ayant la lattitude de donner a 1'usager un statut r6el.. et d'avoir sur lui des retornbees, son objectif prernier sera de rnotiver les individus, pour qu'ils se conduiserit en concordance avec les objectifs de 1'organisrne. La conception d'un systeme d'inforrnation integre dans le systeme de retribution, la configuration structurelle et la technoloqie influence co njointement la capacite d'une entreprise a controler ses rnernbres. Ainsi le problerne a resoudre est celui de la cornmunication entre le systerne et ses usagers. T/ius, t/?e &/?&/?///$ ' ofat7 m/om?at/a/? systen? to cot?7/t7uf?/c&t& c/ea//y &/?tf efl&ct/ve/y w/t/? use/s tep/esents a c/zt/ca///nkage /'/? a/g&n/zat/o/? 's co/?t/o/st/ategy (73) Le developpernent d'un Sl qui doit supporter la prise de decisiori et faciliter le controle dans 1'entreprise, exige de la part du concepteur : la connaissance des rnodeles de decision de 1'organisrne et les besoins d'iriforrnatiori associes a ces rnodeles d'une patt. 13 Martin L. BARIFF, Edward J.LUSK Designing Informat ion systems for Organizational Contro1 : The use o f psychological tests. - Inf. and Manag. 1978, vo 1 1,n 3, p "Ainsi 1 a capac i 16 d ' un SI h communiquer clairement e t ef fect ivement avec ses usagers represente 1 e seuil critique dans 1 a strategie de controle de 1'organisme" 20

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS 131 OUTILS D' ÉDUCATIFS Philippe DESSUS, Pascal MARQUET MOTS-CLÉS Typologie des logiciels d'eao, Processus d'apprentissage, Mesure des performances didactiques. RÉSUMÉ A travers l'eao, l'informatique tente

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

NORME SUR LES COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES

NORME SUR LES COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES ASSOCIATION OF COLLEGE & RESEARCH LIBRARIES (ACRL) NORME SUR LES COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Extrait traduit de l anglais par le Groupe de travail sur la formation documentaire

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 2015

Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 2015 Master of Science HES-SO en Sciences de l information Rentrée Année académique 015 Formulaire relatif aux enseignements en prérequis en vue de demandes d équivalence Seuls les étudiants devant effectuer

Plus en détail

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah Master Informatique 2ème Année SAR Année 2007-2008 RAPPORT FINAL Livrable # 3 (Document de 14 pages) Participants Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le Encadrants Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah UFR 922 - Informatique

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine Processus de développement logiciel Jean-Yves Antoine U. Bretagne Sud - UFR SSI - IUP Vannes année 2001-2002

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013»

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» I Objectifs Niveau fondamental : «on se fixe pour objectif la

Plus en détail

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES Auteur: Raymonde RICHARD PRCE UBO PARTIE III. - LA DESCRIPTION LOGIQUE ET PHYSIQUE DES DONNEES... 2 A. Les concepts du modèle relationnel de données...

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE Introduction I. Les étapes de la recherche d'information II. Méthodologie spécifique 2.1 Bibliothèque 2.2 Internet Conclusion INTRODUCTION Lorsque on débute une réflexion sur

Plus en détail

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en gestion des ressources humaines HELHa Tournai 1 Rue Frinoise 12 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax : +32 (0)

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Daylight. Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs

Daylight. Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs Daylight Management des projets, facteur humain et réussite des projets interactifs Daylight 2004 Management des projets, facteur humain et réussite de projets interactifs 1/5 Synthèse La prise en compte

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Ergonomie et utilisabilité

Ergonomie et utilisabilité Chapitre 7 Ergonomie et utilisabilité L ergonomie est la recherche de la meilleure adaptation possible entre une fonction, un matériel et son utilisateur. 7.1 L ergonomie est une science L ergonomie est

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Léveillé Valérie, Rostaing Hervé

Léveillé Valérie, Rostaing Hervé CONCEPTION D UN NOUVEL OUTIL DE GESTION DES RESSOURCES HÉTÉROGÈNES EN VEILLE TECHNOLOGIQUE Léveillé Valérie, Rostaing Hervé *CRRM, Centre de Recherche Rétrospective de Marseille Av. Escadrille Normandie-Niemen

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier Version du 0/0/202 JOUR - MATIN Première approche de l'architecture métier Présentation de la formation exceptionnelle Connaître le cadre de la formation Le contexte : la méthode publique Praxeme, l'initiative,

Plus en détail

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview

Présentation livre Simulation for Supply Chain Management. Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 1 - Supply Chain simulation: An Overview G. Bel, C. Thierry et A. Thomas 1 Plan Gestion de chaînes logistiques et simulation Points de

Plus en détail

LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Commission de concertation de l Enseignement de Promotion sociale LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION COMMISSION

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X STYLES DE CONSULTANTS ET TYPES

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets?

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Séquences 1-2 Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Pourquoi trouve-t-on différents modèles pour ce produit de communication? Nous avons chez nous différents modèles de téléphones

Plus en détail

1.1 PREsENTATION DU GUIDE PRATIQUE

1.1 PREsENTATION DU GUIDE PRATIQUE 1.1 PREsENTATION DU GUIDE PRATIQUE Ce chapitre a comme objectif de donner un guide pratique et synthetique pour l'utilisation d'uml dans la demarche d'analyse d'un systeme d'information. 11 se presente

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES

CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION DATES CONDUIRE OU PARTICIPER AU PROJET GPMC DE SON ETABLISSEMENT LOT 1 RÉGION Conduire ou participer au projet GPMC de son établissement LOT 1 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définir la stratégie de mise en place de

Plus en détail

Rapport de méthodologie:

Rapport de méthodologie: Rapport de méthodologie: "Laboratoire on chip/lab-on-chip/loc" REMARQUE : La méthode employée est en tout point similaire à celle utilisée en groupe. Contents Rapport de méthodologie:... 1 "Laboratoire

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

ANNEXES. Evaluation de la formation à Polytech Lille Département GIS. Enseignements les plus utiles. Enseignements à renforcer

ANNEXES. Evaluation de la formation à Polytech Lille Département GIS. Enseignements les plus utiles. Enseignements à renforcer ANNEXES Evaluation de la formation à Polytech Lille Département GIS Enseignements les plus utiles Enseignements à renforcer Enseignements à intégrer Commentaires Généraux Accompagnement Professionnel Enseignements

Plus en détail

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Bernard LEBELLE Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Théorie, méthodologie et mise en œuvre, 2008 ISBN : 978-2-212-53981-3 PARTIE 1 1 Moïse n a jamais vu la terre promise... «Connais ton

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

Programmation orientée objet et technologies Web

Programmation orientée objet et technologies Web Programmation orientée objet et technologies Web LEA.3N, version 2012 Information : (514) 376-1620, poste 7388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler

Plus en détail

L analyse en composantes principales en pratique

L analyse en composantes principales en pratique L analyse en composantes principales en pratique Après avoir vu sa formalisation mathématique dans le module précédent, on s intéresse ici à l utilisation pratique de l ACP. 1 Objectifs L objectif de l

Plus en détail

Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université.

Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université. Compte rendu Ouvrage recensé : Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université. par Pierre Doray Revue des sciences de l'éducation, vol. 24, n 2,

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

HD Help-Desk** FIRST ICT User Certificate et connaissances techniques de base

HD Help-Desk** FIRST ICT User Certificate et connaissances techniques de base HD Help-Desk** Prérequis Compétence opérationnelle Objectifs d apprentissage Durée d apprentissage FIRST ICT User Certificate et connaissances techniques de base Etre capable de traiter les demandes informatiques

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

3 Pseudo-code et algorithmes 26

3 Pseudo-code et algorithmes 26 TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction à la programmation 1 1.1 Programme et langage de programmation 2 1.2 Étapes du développement des programmes 2 1.3 Notion d'algorithme 6 2 Notions de base 9 2.1 Constantes

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

SECRETARIAT : INTEGRATION DE LOGICIELS BUREAUTIQUES

SECRETARIAT : INTEGRATION DE LOGICIELS BUREAUTIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION SECRETARIAT

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français Thierry LEBEAUPIN Centre de Linguistique Appliquée, Université de Franche-Comté Si l'enseignement

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Entreprise formatrice Candidat/-e Téléphone: Téléphone: Ce document ne doit en aucun cas être montré au candidat après l attribution des points. Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Documentation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste!

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste! Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste Structure du profil d'enseignement et du programme d'études détaillé Année académique : 2015-2016 Haute Ecole Paul-Henri Spaak Catégorie sociale (IESSID) 1 1. Le

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Guide pédagogique pour le BTS Communication

Guide pédagogique pour le BTS Communication L Guide pédagogique pour le BTS Communication a transversalité du diplôme (plusieurs apprentissages utilisés indifféremment dans plusieurs épreuves différentes) est sans doute pour vous inhabituelle. En

Plus en détail

INFORMATIQUE - PROJET DE DEVELOPPEMENT INTERNET/INTRANET

INFORMATIQUE - PROJET DE DEVELOPPEMENT INTERNET/INTRANET MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Les différents paradigmes de programmation

Les différents paradigmes de programmation Les différents paradigmes de programmation Un peu d histoire... Les problèmes posés par les s La programmation Un peu d histoire... Les difficultés du développement La programmation procédurale (ou impérative)

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions

Cours d introduction à l informatique. Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Cours d introduction à l informatique Partie 2 : Comment écrire un algorithme? Qu est-ce qu une variable? Expressions et instructions Qu est-ce qu un Une recette de cuisine algorithme? Protocole expérimental

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle.

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle. Annexe Fiche d évaluation et de notation pour la compréhension de l oral (LV1) Situer la prestation du candidat à l un des cinq degrés de réussite et attribuer à cette prestation le nombre de points indiqué

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail