Projet scientifique. Laboratoire de Mathématiques de Besançon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet scientifique. Laboratoire de Mathématiques de Besançon"

Transcription

1 UNIVERSITÉ de FRANCHE-COMTÉ Contractualisation Projet scientifique du Laboratoire de Mathématiques de Besançon Septembre 2010 Laboratoire de Mathématiques de Besançon (UMR 6623) Unité Mixte de Recherche CNRS Université de Franche-Comté UFR ST, 16 route de Gray, Besançon.

2

3 Table des matières 1 Projet général de l unité Structuration et équipes de recherche Auto-analyse Projet et objectifs scientifiques de l unité, mise en œuvre Projet de l équipe AF (analyse fonctionnelle) Composition de l équipe Présentation de l équipe Auto-analyse Projet de recherche Projet de l équipe ANCS (analyse numérique et calcul scientifique) Composition de l équipe Présentation de l équipe, thématiques actuelles et évolutions (générales) proposées Directions de recherche Auto-analyse Projet de l équipe ATDN (algèbre et théorie des nombres) Composition Présentation Thématiques et évolutions générales proposées Auto-analyse Projet de l équipe EDP (équations aux dérivées partielles) Composition de l équipe Présentation de l équipe, thématiques actuelles Directions de recherche à moyen terme Auto-analyse Projet de l équipe PS (probabilités et statistique) Composition Présentation Thématiques et évolutions générales proposées Auto-analyse Formulaire projet 43 3

4 4 TABLE DES MATIÈRES

5 Chapitre 1 Projet général de l unité 1.1 Structuration et équipes de recherche Présentation générale Le Laboratoire de Mathématiques de Besançon (LMB) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 6623) depuis Le LMB dépend de deux tutelles : l Université de Franche-Comté (UFC), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Le LMB est implanté sur le campus de la Bouloie à Besançon. Le laboratoire est actuellement composé de cinq équipes de recherche qui animent et fédèrent l ensemble de la recherche mathématique bisontine en mathématiques pures et appliquées (sections CNU 25 et 26). Leurs activités de recherche couvrent un large spectre des mathématiques : Algèbre et théorie des nombres (ATDN), Analyse fonctionnelle (AF), Analyse numérique et calcul scientifique (ANCS), Équations aux dérivées partielles (EDP), Probabilités et statistique (PS). Cette structuration en cinq équipes de recherche que nous envisageons de garder pour le prochain quadriennal ne doit pas occulter les collaborations inter-équipes que nous encourageons au sein de l unité (voir projet et objectifs scientifiques de l unité ). Effectifs Les effectifs permanents comprennent en septembre 2010 : 16 professeurs (15 UFC, 1 ENSMM 1 ), 27 maîtres de conférences (26 UFC, 1 ENSMM), 3 chargés de recherche CNRS, 7 personnels de soutien à la recherche (ITA CNRS/IATOS) : 4 ITA CNRS (4 ETP 2 ), 3 IATOS UFC (1,65 ETP). L UMR 6623 compte par conséquent 53 membres permanents ainsi que 29 doctorants, 5 ATER et 2 IATOS en CDD soient 89 personnes 3. Notons que parmi les 46 chercheurs ou enseignants-chercheurs permanents cités précédemment, 25 sont titulaires d une HDR. 1. École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques 2. équivalent temps plein 3. auxquelles viennent se rajouter quelques invités (entre 2 et 4 en moyenne) 5

6 6 CHAPITRE 1. PROJET GÉNÉRAL DE L UNITÉ Gouvernance Il est prévu de maintenir les principes essentiels de fonctionnement de l unité énumérés dans le bilan scientifique (partie du bilan). Un projet d organigramme au 1 janvier 2012 est proposé ci-après. Résumé des projets des équipes Nous donnons ci-après la composition des cinq équipes prévue au 1 janvier 2012 (hors recrutements escomptés) ainsi qu un court résumé de leurs activités de recherche envisagées. Équipe d analyse fonctionnelle (AF) Professeurs : Uwe Franz, Gilles Lancien, Christian Le Merdy, Quanhua Xu (responsable). Maîtres de Conférences : Jean-Christophe Bourin, Florence Lancien, Martin Meyer, Stefan Neuwirth (HDR), Alexandre Nou, Antonin Procházka. Chargés de Recherche : Mikael de la Salle, Eric Ricard (HDR) Doctorants : Cédric Arhancet, Guixiang Hong, Clément Voidey. Les thèmes de recherche dans le résumé du bilan sont naturellement la base de notre futur projet de recherche. Néanmoins, leurs développements font apparaître la nécessité d élargir notre spectre de recherche ainsi que de nous ouvrir à de nouveaux horizons. De manière plus synthétique, nous souhaitons développer les thèmes suivants. Systématisation et exploration des espaces d opérateurs par des méthodes probabilistes quantiques : nous essayerons de développer significativement des méthodes probabilistes quantiques dans les espaces d opérateurs. Applications des outils d espaces d opérateurs aux probabilités quantiques : l un de nos objectifs ici est de créer une théorie analytique d intégration stochastique quantique, qui ouvrirait un nouveau pan d applications. Applications des espaces d opérateurs et des probabilités quantiques à l information quantique : nous espérons que nos connaissances en espaces d opérateurs nous permettent de nous engager dans cette direction tout à fait nouvelle et en plein développement. Géométrie non linéaire des espaces de Banach : cette discipline connaît un nouvel essor par ses liens avec les espaces métriques et la géométrie des groupes. L une de nos préoccupations ici est de nous attaquer aux versions métriques des propriétés asymptotiques des espaces de Banach. Équipe d analyse numérique et calcul scientifique (ANCS) Professeurs : Jean-Marie Crolet, Patrick Hild, Gawtum Namah (responsable). Maîtres de Conférences : Boujemâa Aoubiza, Mihai Bostan (HDR), Franz Chouly, Ulrich Razafison. Doctorant : Mohamed Gazibo (50%). Tout en maintenant ses recherches autour de la modélisation, de l analyse numérique et de la simulation sur les thématiques existantes, l équipe va pouvoir développer de nouvelles directions de recherche avec l arrivée d U. Razafison et de F. Chouly. Ainsi les travaux relatifs à l approximation par éléments finis des problèmes en mécanique des solides vont poursuivre leur évolution en collaboration avec l INSA de Lyon, l université de Montpellier II et l EDF avec comme un des objectifs le maintien d activités contractuelles. De même, l axe de recherche sur les mathématiques du vivant va se poursuivre et devrait s enrichir avec les compétences de F. Chouly. Cette poursuite se réalisera autour d un nouveau projet axé sur la modélisation et la simulation de l interaction fluidestructure dans les voies aériennes supérieures, avec comme champ d applications le ronflement et la production de parole. La suite des travaux sur la propagation des fronts en

7 1.1. STRUCTURATION ET ÉQUIPES DE RECHERCHE 7 Projet d'organigramme au 1 janvier 2012 (hors recrutements et promotions escomptés) Directeur de l'umr 6623 Patrick HILD (PR) Gestion administrative et financière Monique DI GUGLIELMO (TCH) Ressources informatiques Dan CALUGARU (IGR) Catherine PAGANI (AI, resp.) Catherine VUILLEMENOT (TCH) Richard FERRERE (IE) Florent LANGROGNET (IR, resp.) Documentation Reprographie Marie Pierre MUNERET (CDD) Romain PACE (CDD) Odile HENRY (IE, resp.) Analyse fonctionnelle Analyse numérique et Algèbre et théorie des nombres Equations aux dérivées partielles Probabilités et calcul scientifique statistique Jean-Christophe BOURIN (MCF) Boujemâa AOUBIZA (MCF) Jean-Robert BELLIARD (MCF, HDR) Nathaël ALIBAUD (MCF) Jean-Pascal ANSEL (MCF) Mikaël DE LA SALLE (CR CNRS) Mihai BOSTAN (MCF, HDR) Vincent FLECKINGER (PR) Farid AMMAR KHODJA (MCF, HDR) Stéphane CHRÉTIEN (MCF) Uwe FRANZ (PR) Franz CHOULY (MCF) Nicolas JACON (MCF, HDR) Boris ANDREIANOV (MCF) Jean-Yves DAUXOIS (PR) Florence LANCIEN (MCF) Jean-Marie CROLET (PR) Philippe LEBACQUE (MCF) Nabile BOUSSAID (MCF) Youri KABANOV (PR) Gilles LANCIEN (PR) Patrick HILD (PR) Christian MAIRE (PR, resp.) Matthieu BRASSART (MCF) Célestin KOKONENDJI (PR, resp.) Christian LE MERDY (PR) Gawtum NAMAH (PR, resp.) Thong NGUYEN QUANG DO (PREM) Carlotta DONADELLO (MCF) Juan-Pablo ORTEGA (CR CNRS, HDR) Martin MEYER (MCF) Ulrich RAZAFISON (MCF) Hassan OUKHABA (MCF, HDR) Cédric DUPAIX (MCF) Landy RABEHASAINA (MCF) Stéphane NEUWIRTH (MCF, HDR) Mariana HARAGUS (PR) Bruno SAUSSEREAU (MCF) Alexandre NOU (MCF) 0,5 doctorant 3 doctorants Louis JEANJEAN (PR, resp.) Davit VARRON (MCF) Antonin PROCHAZKA (MCF) Mustapha MOKHTAR-KHARROUBI (PR) Eric RICARD (CR CNRS, HDR) 6 doctorants Quanhua XU (PR, resp.) 2,5 doctorants 3 doctorants

8 8 CHAPITRE 1. PROJET GÉNÉRAL DE L UNITÉ milieux hétérogènes, qui fera en partie l objet de la thèse de M. Gazibo, sera faite en collaboration avec l équipe d EDP et le laboratoire FEMTO de l UFC. Un autre objectif de l équipe est le développement des algorithmes pararéels en mécanique des fluides en vue de leur implémentation dans la machine parallèle du mésocentre à l UFC. Nous complétons ce résumé avec les travaux sur la physique des plasmas, un sujet porteur sur lequel l équipe va continuer à travailler en collaboration avec l INRIA. Il s agira d étudier des plasmas de tokamak, en particulier l analyse mathématique et la simulation numérique des régimes avec des champs magnétiques hétérogènes. Équipe d algèbre et théorie des nombres (ATDN) Professeurs : Vincent Fleckinger, Christian Maire (responsable), Thong Nguyen Quang Do (Professeur émérite). Maîtres de Conférences : Jean-Robert Belliard (HDR), Nicolas Jacon (HDR), Philippe Lebacque, Hassan Oukhaba (HDR). Doctorants : Emilie Liboz, Vésale Nicolas, Firmin Varescon. L équipe ATDN va connaître de nombreux départs (en mutation, à la retraite...) et va être amenée à se restructurer. Une réflexion collective est menée depuis quelques mois. L idée retenue est de privilégier des recrutements en géométrie arithmétique pour que Besançon reste une place forte et diversifiée en théorie des nombres. L équipe continuera à avoir une activité de recherche soutenue, à participer activement à des manifestations internationales, mais aussi à la vie scientifique locale. Elle cherchera également à être plus présente dans des projets ANR. Équipe d équations aux dérivées partielles (EDP) Professeurs : Mariana Haragus, Louis Jeanjean (responsable), Mustapha Mokhtar-Kharroubi. Maîtres de Conférences : Nathaël Alibaud, Farid Ammar Khodja (HDR), Boris Andreianov, Matthieu Brassart, Nabile Boussaid, Carlotta Donadello, Cédric Dupaix. Doctorants : Hicham Chalabi, Mohamed Gazibo (50%), TingJian Luo. L équipe d EDP cherchera d abord à poursuivre ses efforts dans les thématiques où elle a une certaine visibilité internationale : dynamique non linéaire, contrôle des EDP, méthodes variationnelles, EDP non locales, lois de conversation, théorie spectrale et des semi-groupes. Parallèlement nous essayerons de nous ouvrir d avantage aux applications reliées à nos travaux (biologie, physique du solide, optique non linéaire, élasticité). De manière à accroître nos moyens et notre visibilité nous entendons participer d avantage à des appels d offres. Nous espérons ausi pouvoir augmenter notre activité d encadrement, notamment en faisant venir des doctorants de l étranger. D ici 2015 plusieurs habilitations seront soutenues au sein du groupe. En fin de quadriennal des recrutements seraient à prévoir. Équipe de probabilités et statistique (PS) Professeurs : Jean-Yves Dauxois, Youri Kabanov, Célestin Kokonendji (responsable). Maîtres de Conférences : Jean-Pascal Ansel, Stéphane Chrétien, Landy Rabahasaina, Bruno Saussereau, Davit Varron. Chargé de Recherche : Juan-Pablo Ortega (HDR). Doctorants : Khalil El Bitar, Julien Grépat, Fanny Leroy, Francial Libéngué, Rita Mokbel, Benjamin Pinard. Afin de privilégier le travail de groupe en son sein, l équipe de Probabilités et Statistique a décidé de se restructurer autour des trois thèmes fédérateurs. Le premier est la statistique non-paramétrique qui vise à traiter des données des durées de vie, des données de dénombrement et mixtes, des processus stochastiques et des processus empiriques. Le deuxième se trouve être la modélisation des séries temporelles pour des problèmes de

9 1.2. AUTO-ANALYSE 9 prévision en multivarié, des données mixtes, de la sparsité, des problèmes d optimisation avancée, algorithmes et logiciels. Le troisième thème regroupe les probabilités et leurs applications telles que les mathématiques financières, l actuariat mais aussi la mécanique stochastique, les équations différentielles stochastiques et les sommes aléatoires géométriques. Pour rendre le groupe dynamique et performant, ces thématiques non hermétiques pour tous ces membres permettront de mieux valoriser les nombreuses compétences transversales de l équipe. Enfin, ce projet fera évoluer les membres vers d autres sujets ou interactions, développera des partenariats avec les institutions et industries, améliorera l encadrement des étudiants et doctorants à finalité professionnelle ou académique. 1.2 Auto-analyse Points forts le laboratoire de mathématiques de Besançon est une UMR structurée qui s inscrit dans le réseau national des mathématiques du CNRS, plus de 350 ACL parus ou acceptés depuis le 1 janvier 2006 dont de nombreux dans les meilleures revues du domaine et avec une bonne répartition des publications parmi les cinq équipes, une part très importante des membres du laboratoire publie des articles dans des revues internationales à comité de lecture. Les membres non ou peu publiants occupent généralement des responsabilités collectives conséquentes qui contribuent en pratique au bon fonctionnement de l unité, très bon fonctionnement des services communs de l unité (bibliothèque, informatiquereprographie, secrétariat), plusieurs doctorants ou habilités de l UMR ont été recrutés sur des postes de MCF ou de PR dans des universités et/ou laboratoires importants (Caen, Clermont-Ferrand, Marseille I, Montpellier II, Paris IX, Toulouse III). de nombreux professeurs invités (financés par l UFC, par la région Franche-Comté, par l ANR, par le CNRS, sur fonds propres...) contribuent à l animation scientifique du laboratoire, le laboratoire bénéficie de la présence de deux masters et de la préparation à l agrégation qui lui assurent une bonne vitalité. La création du master en statistique il y a quatre ans est un succès qui se répercute positivement sur les travaux de recherche menés au sein de l équipe PS, le laboratoire bénéficie dans ses locaux d une bibliothèque de recherche riche et efficace animée par une équipe de deux bibliothécaires, l activité de valorisation a connu une amélioration lors du précédent quadriennal avec le démarrage de deux thèses CIFRE accompagnées chacune d un contrat industriel d accompagnement. Plus généralement l interaction avec l ingénierie a été améliorée durant la période aussi bien pour les aspects recherche qu au niveau de l enseignement, nombreuses collaborations nationales et internationales. plusieurs interactions avec d autres disciplines (en particulier avec les autres laboratoires de l UFC) conduisent à des publications, organisation d un séminaire régulier pour chacune des cinq équipes, d un colloquium (mensuel ou bimensuel) d un séminaire des doctorants et de groupes de travail (en particulier en ATDN et EDP), chacune des cinq équipes organise régulièrement des rencontres nationales ou internationales à Besançon ou à l extérieur sur ses thèmes de recherche, le laboratoire participe à de nombreux partenariats avec les organismes publics nationaux

10 10 CHAPITRE 1. PROJET GÉNÉRAL DE L UNITÉ (GDR, ANR,...) et internationaux (GDRE, réseau européen, coopérations bilatérales,...) le laboratoire édite par l intermédiaire des PUFC 4 la revue Publications Mathématiques de Besançon, très bonne représentation de l UMR dans les différents conseils (conseil d UFR, CA de l UFC, CS de l UFC, CEVU de l UFC), les locaux de l UMR (hors sols) ont été rénovés récemment ce qui améliore l attractivité du laboratoire, Points faibles bien que de nombreux membres du laboratoire participent à des projets ANR, le nombre de projets dans lesquels le laboratoire est soit porteur, soit partenaire semble pouvoir être amélioré, le nombre de chercheurs CNRS stagne à trois depuis plusieurs années (ce nombre pourrait passer à deux très prochainement suite à une promotion avec mutation). Notre action pour attirer de nouveaux chercheurs CNRS se doit d être continue et efficace, l interaction avec l ingénierie franc-comtoise est insuffisante. Actuellement, les collaborations industrielles se réalisent avec les centres de la région parisienne, les membres non produisants du laboratoire devront être plus clairement encouragés à se réinvestir dans les activités de recherche du laboratoire après une interruption, trop faibles interactions entre les différentes équipes (hormis les collaborations effectives entre les équipes ANCS et EDP). Risques l équipe Algèbre et théorie des nombres subit de nombreux départs actuellement. D autres départs sont à venir durant les deux prochaines années (la partie concernant l algèbre sera la plus affectée). Les départs concernent pour la plupart des chercheurs de renom qui prennent leur retraite ou bien de jeunes chercheurs qui seront conduits à quitter le laboratoire suite à une promotion. Nous serons donc amenés à rechercher de nouveaux talents dans la communauté Algèbre et théorie des nombres française et internationale et nous espérons pouvoir recruter sereinement et avec le soutien de nos tutelles afin que Besançon garde sa visibilité dans ce domaine, la bibliothèque de mathématiques est essentielle pour nos activités de recherche et le coût de la documentation papier et électronique avoisine euros par an. Nous bénéficions d un PPF de euros par an. L affaiblissement de cette dotation menacerait directement la bibliothèque et l attractivité du laboratoire, suite au départ d un agent IATOS titulaire, l UFC a mis à notre disposition un CDD renouvelable que nous utilisons pour la bibliothèque (aide-bibliothécaire). Ce poste est essentiel pour le bon fonctionnement de la bibliothèque et son maintien (sur un poste permanent de préférence, en CDD le cas échéant) est nécessaire, plusieurs chercheurs reconnus vont être amenés à quitter le laboratoire (départ en retraite ou mutation suite à une promotion). S agissant de très bons éléments, nous comptons sur le soutien de nos tutelles pour ne pas perdre les postes correspondants. Opportunités La restructuration à venir de l équipe ATDN doit être vue comme une véritable chance pour élargir le spectre de recherche en théorie des nombres avec comme priorité le recrutement efficace et volontaire de chercheurs au meilleur niveau auquel nous pouvons prétendre pour développer au sein de notre laboratoire de nouvelles thématiques à la pointe de la géométrie arithmétique. 4. Presses Universitaires de Franche-Comté

11 1.3. PROJET ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES DE L UNITÉ, MISE EN ŒUVRE Projet et objectifs scientifiques de l unité, mise en œuvre Les axes de développement scientifique que nous proposons pour la période sont les suivants : Unité des mathématiques bisontines Le laboratoire anime actuellement l ensemble de la recherche mathématique bisontine. On note cependant que plusieurs collègues enseignent en mathématiques à l UFC (également à l ENSMM) et ne figurent pas parmi les membres de l UMR. Il s agit essentiellement de collègues intervenant en tant qu enseignants dans d autres composantes que l UFR Sciences et Techniques (IUFM, autres UFR), certains travaillant en lien avec l IREM au sein du département d enseignement de mathématiques. Sans vouloir énoncer de règle générale, la question du projet de recherche et d association au laboratoire mérite d être posée aussi bien pour ces collègues que pour les futurs recrutés dans les composantes autres que l UFR ST. Pour ce dernier cas, nous devons continuer à rencontrer les responsables des autres composantes pour définir les intérêts de recherche et d enseignement communs afin que les recrutements soient réalisés dans un contexte gagnant-gagnant. Équilibre mathématiques fondamentales / mathématiques appliquées Le laboratoire mène ses recherches en mathématiques pures et appliquées (sections CNU 25 et 26) et l équilibre actuel entre les aspects fondamentaux et appliqués est une chance et une richesse pour notre laboratoire. Nous souhaitons vivement maintenir cet équilibre entre les mathématiques fondamentales et les mathématiques appliquées. Axes disciplinaires L analyse est importante et multiple à Besançon, présente dans 3 équipes. L algèbre/géométrie d une part, les probabilités/statistiques d autre part le sont beaucoup moins, à la fois par leur volume et par certaines fragilités structurelles des équipes impliquées. Notre action en faveur de ces deux équipes doit s orienter dans les directions suivantes : pour l équipe ATDN, qui va devoir partiellement se reconstruire, cela signifie être à son écoute et lui fournir les meilleurs conditions pour réussir ses recrutements tout en demeurant attentifs au renouvellement des thématiques de recherche, pour l équipe PS, cela signifie travailler à la consolidation de l équipe en garantissant son potentiel recherche et en soutenant ceux qui travaillent à la visibilité et à l unité de l équipe. Formations Les Masters et les préparations aux concours d enseignement sont des éléments fondamentaux de notre vitalité. En particulier, la création du master en statistique il y a quatre ans est un succès qui profite à tout le laboratoire au delà de l équipe PS. Plus généralement, la bonne santé de nos formations (qui nous est si nécessaire) est intimement liée aux préoccupations mentionnées au point précédent : nous avons grand besoin d algèbre/géométrie et de probabilités/statistiques à Besançon. Interactions pluri-disciplinaires, collaborations au sein de l UFC Depuis la précédente évaluation, un important effort a été accompli pour que le laboratoire interagisse avec les autres disciplines. En particulier les relations du calcul scientifique et des statistiques avec les autres disciplines ou organismes demandeurs de compétences dans ces domaines ont été encouragées et développées : interactions du calcul scientifique avec la mécanique, l acoustique, les spécialistes des sols, le biomédical et depuis peu la médecine et la biologie ; interactions des statistiques avec les économistes, la recherche médicale, l automatique, l environnement, l informatique. Notons aussi quelques interactions de l équipe d analyse fonctionnelle avec la physique et la biologie.

12 12 CHAPITRE 1. PROJET GÉNÉRAL DE L UNITÉ Plusieurs collaborations se réalisent au sein de l UFC avec les laboratoires suivants : Institut FEMTO, laboratoire Chrono-Environnement, facultés de médecine et de pharmacie. Les collaborations avec ces laboratoires concernent une demi-douzaine de membres de l UMR issus des trois équipes : ANCS, EDP, PS et portent également sur une demi-douzaine de sujets différents. Ces collaborations avec d autres disciplines, qui relèvent généralement d initiatives individuelles ponctuelles, sont très bénéfiques et nous souhaitons vivement les maintenir et les encourager. Interactions pluri-équipes La structuration en équipes n empêche pas, heureusement, certaines possibilités de collaborations et d interactions au-delà de ces frontières. On citera en particulier : les relations de l équipe d analyse numérique et calcul scientifique (ANCS) avec l équipe d équations aux dérivées partielles (EDP) : depuis 2009, Boris Andreianov (EDP) et Gawtum Namah (ANCS) coencadrent la thèse de Mohamed Gazibo et collaborent sur un sujet relatif aux problèmes de frontière libre auquel est également associé Nathaël Alibaud (EDP), depuis 2007, Farid Ammar Khodja (EDP) et Arnaud Münch (ANCS, recruté en 2009 sur un poste de PR à Clermont-Ferrand) coencadrent la thèse de Karine Mauffrey sur un sujet relatif au contrôle, l organisation d une journée numérique à Besançon en 2010 ainsi que d une journée contrôle en 2009 par des membres des deux équipes, les séminaires de chacune des deux équipes dans lesquels la participation croisée des membres est encouragée lorsque le thème du séminaire le permet, les interactions naissantes entre l analyse fonctionnelle (AF) et les probabilités (PS) sur des sujets relatifs aux probabilités quantiques permettent déjà des échanges à l occasion des séminaires de chacune des deux équipes et pourraient conduire à des collaborations effectives. Notons l organisation d un colloque en 2010 par des membres des deux équipes. Ces interactions enrichissent l activité scientifique du laboratoire. Elles méritent d être encouragées et développées dans le futur. Mais également... encourager et maintenir notre capacité d échanges et de collaborations avec l extérieur (pour information : durant le précédent quadriennal environ 120 publications réalisées en collaboration avec 75 universités étrangères, invitations de collègues venant de 100 universités étrangères issues de 30 pays sur les 5 continents), déplacements à l étranger dans les proportions similaires), poursuivre le développement des activités contractuelles du calcul scientifique et des statistiques avec l industrie, donner les moyens à notre bibliothèque de mathématiques de poursuivre son développement, utiliser les possibilités offertes en local par le mésocentre de calcul de l université, poursuivre nos contacts avec le laboratoire de mathématiques de Dijon dans le cadre du PRES Bourgogne Franche-Comté.

13 Chapitre 2 Projet de l équipe AF (analyse fonctionnelle) 2.1 Composition de l équipe Responsable : Quanhua Xu PR : Uwe Franz, Gilles Lancien, Christian Le Merdy, Quanhua Xu. MCF : Jean-Christophe Bourin, Florence Lancien, Martin Meyer, Stefan Neuwirth, Alexandre Nou, Antonin Procházka. CR CNRS : Mikael de la Salle, Éric Ricard. Doctorants : Cédric Arhancet (depuis septembre 2008), Guixiang Hong (depuis septembre 2009), Mathilde Perrin (soutenance prévue à l automne 2010), Clément Voidey (depuis septembre 2009). Postdocs : Caleb Eckhardt (septembre août 2010), Anna Kula (septembre - décembre 2010), Zhi Yin (prédoc, mai-novembre 2010). Professeurs et chercheurs invités (de longue durée) : Fumio Hiai (chercheur associé au CNRS, trois mois en 2010), Hideki Kosaki (deux mois en 2010). 2.2 Présentation de l équipe L équipe d analyse fonctionnelle a été fondée en 2002, ayant atteint une certaine maturité scientifique et une taille suffisante. Elle accueillera trois nouveaux collègues en septembre 2010 : Mikael de la Salle (CR), Alexandre Nou (MCF, échange), Antonin Procházka (MCF, recrutement). Les activités de recherche de l équipe se composent de deux axes, l analyse non-commutative, majoritaire, et les espaces de Banach. Le premier comprend les espaces L p non-commutatifs, les probabilités quantiques et les espaces d opérateurs, et le second porte sur la géométrie nonlinéaire ou linéaire des espaces de Banach. Ces deux directions se complètent et ont de nombreuses interfaces communes. Leur cohabitation contribue notablement à notre bon fonctionnement. L équipe présente donc une certaine cohérence et un développement scientifique propre au sein du Laboratoire de Mathématiques. Néanmoins, elle a gardé quelques points de contact avec les EDP. D autre part, elle a aussi naturellement quelques interactions avec l équipe de probabilités. L équipe est porteuse d un projet ANR Blanc ; elle participe à plusieurs projets nationaux et internationaux. L équipe a organisé ou co-organisé plusieurs colloques nationaux et internationaux. Elle maintient des relations de collaborations scientifiques régulières avec plusieurs 13

14 14 CHAPITRE 2. PROJET DE L ÉQUIPE AF (ANALYSE FONCTIONNELLE) groupes de recherche au niveau national et international. Toutes ces activités ont permis d établir la visibilité et la renommée internationale de Besançon en Analyse Fonctionnelle. 2.3 Auto-analyse Points forts et opportunités : L équipe a largement contribué aux récents développements remarquables des inégalités de martingales et ergodiques non-commutatives. Elle est également un acteur majeur dans les espaces d opérateurs. Besançon est aujourd hui reconnue comme un grand centre international de l analyse non-commutative. L équipe a aussi participé aux avancées récentes de la géométrie non-linéaire des espaces de Banach. Obtention de nombreux contrats (ANR, européens, internationaux). Collaboration soutenue avec des chercheurs renommés. Organisation de conférences internationales. Flux régulier de doctorants et de postdocs. Nos docteurs et postdocs arrivent en très grande majorité à trouver un emploi académique. Arrivée de trois jeunes collègues. Points faibles : Faibles interactions avec les autres équipes du laboratoire. Celles avec l équipe de probabilités sont à développer. Manque de contacts avec la physique théorique au vu de notre projet de développement vers l information quantique et la physique mathématique. 2.4 Projet de recherche Nous commençons par rappeler brièvement nos directions de recherche pour les quatre dernières années, la partie bilan en contient une version plus détaillée. Espaces d opérateurs et algèbres d opérateurs : La théorie des espaces d opérateurs, version quantique des espaces de Banach, s est rapidement développée depuis une vingtaine d années. Sa ligne générale est inspirée par les espaces de Banach, mais la noncommutativité donne naissance à de nouveaux phénomènes, étroitement liés à des propriétés d algèbres d opérateurs. Elle tisse les liens entre nos directions de recherche comme les algèbres d opérateurs et les probabilités quantiques. Les relations entre les espaces/algèbres d opérateurs et l information quantique commencent tout juste à être explorées et s avèrent déjà très prometteuses. Une bonne partie de nos activités a pour but de comprendre en profondeur la structure linéaire de certains espaces d opérateurs hilbertiens homogènes, constitués de variables gaussiennes non-commutatives. Nous avons aussi consacré beaucoup d énergie aux algèbres liées à différents types de déformation d espaces de Fock ou aux groupes quantiques compacts. Les espaces L p non-commutatifs : Les espaces L p et leurs sous-espaces servent de référence parmi les espaces de Banach et guident la théorie générale. Leurs analogues quantiques jouent eux aussi un rôle central dans les espaces d opérateurs et sont véritablement au cœur de nos activités de recherche. En tant qu outils, ils sont la toile de fond de divers thèmes en analyse non-commutative de l équipe et en assurent la cohérence. La recherche dans ce domaine est particulièrement intense et compétitive au niveau international du fait de ses interactions fructueuses avec les probabilités quantiques, l analyse harmonique non-commutative et les algèbres d opérateurs.

15 2.4. PROJET DE RECHERCHE 15 Nos travaux de recherche dans cette direction portent notamment sur la structure linéaire des espaces L p non-commutatifs. Une partie d entre eux étudie aussi des inégalités matricielles. Probabilités non-commutatives : La théorie des probabilités quantiques est un vaste domaine à l interface entre physique mathématique et probabilités classiques. Introduites par Voiculescu dans les années 1990, les probabilités libres, à l origine, ont pour but la classification des facteurs de type II 1 associés aux groupes libres en tant qu algèbres de von Neumann. Depuis, elles se sont remarquablement développées enrichissant d une nouvelle branche les probabilités quantiques mais aussi les matrices aléatoires et restent très compétitives. Nos travaux ici traitent d inégalités de martingales ou ergodiques non-commutatives, en particulier, d inégalités de type Khintchine, et de leurs applications aux espaces d opérateurs. Nous nous intéressons également à l étude des différentes notions d indépendance noncommutative. Analyse harmonique quantique : L analyse harmonique quantique est traitée par notre équipe dans un sens très large. Cela part de l analyse harmonique sur les groupes non abéliens et arrive jusqu à la théorie des semigroupes markoviens quantiques, en passant par l analyse harmonique classique. Les espaces/algèbres d opérateurs et les espaces L p fournissent encore le bon cadre et bénéficient ainsi de nouveaux exemples. Certains aspects de ce domaine sont bien développés mais beaucoup reste à comprendre. La théorie de Litllewood-Paley-Stein dans le cadre non-commutatif occupe une place de choix parmi nos activités dans cette direction. Elle est étroitement liée au calcul fonctionnel H et la R-bornitude. D un autre côté, l étude des multiplicateurs de Herz-Schur sur des groupes discrets est aussi l objet d une partie de nos travaux. Géométrie, linéaire ou non linéaire, des espaces de Banach : La géométrie des espaces de Banach motive les espaces d opérateurs mais est aussi l un de nos axes de recherche. La théorie purement linéaire est assez ancienne et aboutie. La classification non linéaire et ses interactions quant à elles sont beaucoup moins claires. Cette dernière direction est étroitement liée à la géométrie des groupes, un domaine de recherche en plein essor. L un de nos thèmes principaux est celui de l étude des plongements bi-lipschitziens des espaces métriques dans les espaces de Banach, dont la motivation est de déterminer des invariants métriques caractérisant certaines classes linéaires d espaces de Banach. Un autre porte sur certaines propriétés géométriques linéaires des espaces de Banach. Les thèmes de recherche évoqués précédemment sont naturellement la base de notre futur projet de recherche. Néanmoins, leurs développements font apparaître la nécessité d élargir notre spectre de recherche ainsi que de nous ouvrir à de nouveaux horizons. Ceci est rendu d autant plus nécessaire par l arrivée de trois nouveaux collègues dans l équipe. De manière plus synthétique, nous souhaitons développer les thèmes qui suivent. Les deux premiers conviendront à Mikael de la Salle, qui a fait sa thèse de doctorat autour des L p non-commutatifs et des probabilités libres. Alexandre Nou pourra également y trouver de l intérêt, parallèlement au troisième thème qui lui est familier. Enfin, le quatrième point se rapproche de la thèse d Antonin Procházka et devrait lui permettre une bonne intégration. Systématisation et exploration des espaces d opérateurs par des méthodes probabilistes quantiques : Les méthodes de probabilités se sont montrées plus qu efficaces pour aborder certaines questions sur les espaces de Banach. Quelques travaux récents de G. Pisier, M. Junge, J. Parcet, D. Shlyakhtenko et Q. Xu sur les espaces d opérateurs ont mis en avant l utilisation d outils de probabilités quantiques ou libres dans le même esprit. Il nous semble donc opportun d essayer de développer significativement cette approche. L une des voies est d exploiter de manière systématique ces outils et d aller beaucoup plus

16 16 CHAPITRE 2. PROJET DE L ÉQUIPE AF (ANALYSE FONCTIONNELLE) loin dans leurs applications. En particulier, nous souhaitons débloquer la situation actuelle sur la géométrie des espaces d opérateurs, une direction réputée difficile et délicate. Parmi les propriétés géométriques à étudier, mentionnons notamment la propriété de Radon- Nikodym et la propriété UMD pour les espaces d opérateurs. Un autre sujet étroitement lié concerne la structure linéaire des espaces L p non-commutatifs, qui reste encore mystérieuse. Il est probable que les probabilités quantiques, notamment les inégalités non-commutatives permettent de mieux comprendre ces problèmes. Applications des outils d espaces d opérateurs aux probabilités quantiques : La plupart de résultats en probabilités quantiques sont, jusqu à maintenant, de nature algébrique. Il s agit du reflet du manque d une vraie théorie d intégration dont les objets devraient être des opérateurs concrets affiliés à certaines algèbres. La théorie des espaces d opérateurs fournit le cadre et le langage nécessaires pour y arriver avec des outils tels que les espaces L p non-commutatifs, la dualité et un remplacement correct de la fonction maximale ponctuelle. Ceci est mis en évidence par le récent développement des inégalités de martingales et ergodiques non-commutatives grâce aux espaces d opérateurs. L un de nos objectifs est de créer une théorie analytique d intégration stochastique quantique, qui ouvrirait un nouveau pan d applications, comme pour les probabilités classiques. Les inégalités de martingales non-commutatives joueront un rôle crucial dans cette étude. Un autre sujet étroitement lié est l étude des semigroupes de Markov quantiques et des processus de Lévy quantiques. Les travaux d Anatharaman-Delaroche et ceux de Junge-Xu viennent de mettre en évidence le rôle des dilatations de semigroupes de Markov quantiques pour l analyse harmonique non-commutative. Celles-ci lorsqu elles existent reposent sur des modèles très concrets provenant des probabilités quantiques. Ces thèmes n en sont qu à un stade très préliminaire et beaucoup de choses restent à comprendre. Applications des espaces d opérateurs et des probabilités quantiques à l information quantique : Il s agit là d une direction de recherche tout à fait nouvelle. Assez étonnamment, l information quantique n a commencé que dernièrement à attirer l attention d analystes fonctionnels (voir, en particulier, les récents travaux de W.B. Arveson, E. Størmer et S. Szarek). La notion de base de l information quantique, les quantum channels, se reformule en celle d applications complètement positives et préservant la trace entre C -algèbres de dimension finie, ce qui explique les liens très forts entre cette discipline avec les espaces/algèbres d opérateurs. Les tout récents travaux de M. Junge et de ses collaborateurs en information quantique ont ouvert de nouvelles perspectives. Nos connaissances d espaces d opérateurs devraient nous permettre de nous engager dans cette direction en plein essor et aussi de créer des liens avec l informatique, ce qui serait un développement souhaitable à l interface entre les deux disciplines. Dans cet esprit, les inégalités matricielles peuvent aussi contribuer à ces interactions comme outil privilégié. Nous espérons étudier diverses notions d entropies ou de capacités, notamment dans le cadre des espaces d opérateurs. Les liens entre les inégalités de Bell en information quantique et celles de Grothendieck en géométrie des espaces de Banach nous laissent croire en un avenir prometteur de cette voie de recherche. Par ailleurs, c est exactement dans cette optique qu a été organisé (par notre équipe, G. Pisier et M. Junge) un colloque en été de 2010 à Banff dont un tiers d exposés était en information quantique et le reste en espaces L p non-commutatifs et espaces d opérateurs. Un bon nombre d exposés ont montré des interactions fructueuses entre les deux domaines. Géométrie non linéaire des espaces de Banach : Le récent recrutement de A. Procházka comme MCF va renforcer et faire évoluer cette direction. Cette discipline connaît un nouvel essor par ses liens avec les espaces métriques et la géométrie des groupes. Ces thèmes attirent de nombreux mathématiciens de tous horizons. Ceci nous a permis

17 2.4. PROJET DE RECHERCHE 17 de nouer des contacts avec A. Valette (Neuchâtel). Il est particulièrement notable qu au travers de ceux-ci, les deux thèmes de l équipe se montrent complémentaires et affichent une grande cohérence scientifique. Il s agit là d une voie à développer. Plusieurs analogues des propriétés locales des espaces de Banach comme le type et le cotype ont été mis au point et exploités dans le cadre des espaces métriques, par exemple dans les travaux de Mendel et Naor. Il nous paraît important de s attaquer maintenant aux versions métriques des propriétés asymptotiques des espaces de Banach. Par ailleurs, un outil important en géométrie non linéaire des espaces de Banach est l espace d Arens-Eells associé à un espace métrique M. Il s agit du prédual naturel de l espace des fonctions lipschitziennes réelles définies sur M. Comme toute application lipschitzienne entre espaces métriques se linéarise entre leurs espaces d Arens-Eells, il très important de connaître les propriétés linéaires des espaces d Arens-Eells. Peu de choses sont connues à ce sujet et se concentrent jusqu à maintenant sur les espace d Arens-Eells associés à un Banach. Nous projetons d étudier les espaces d Arens-Eells associés à des classes d espaces métriques particulières : espaces localement finis, espaces compacts, graphes. Interactions avec l équipe de probabilités : Une partie des travaux de notre équipe en probabilités quantiques trouve souvent son origine et sa motivation en probabilités classiques. Il est tout à fait possible et aussi souhaitable de développer des interactions avec les probabilistes du laboratoire.

18 18 CHAPITRE 2. PROJET DE L ÉQUIPE AF (ANALYSE FONCTIONNELLE)

19 Chapitre 3 Projet de l équipe ANCS (analyse numérique et calcul scientifique) 3.1 Composition de l équipe Responsable : Gawtum Namah PR : Jean-Marie Crolet, Patrick Hild, Gawtum Namah. MCF : Boujemâa Aoubiza, Mihai Bostan, Franz Chouly (recruté en septembre 2010), U. Razafison. Doctorants : Alexandre Bérard (soutenance prévue en septembre 2011), Djamal Diallo (soutenance prévue fin 2010), Mohamed Gazibo (depuis octobre 2009, à 50% sur l équipe EDP), Cristina Stroe (soutenance prévue fin 2010 ou début 2011). 3.2 Présentation de l équipe, thématiques actuelles et évolutions (générales) proposées L équipe d analyse numérique et calcul scientifique comprend sept permanents à ce jour dont deux MCF recrutés en 2009 et Récemment l équipe a vu partir A. Münch (promu PR à Clermont Ferrand) et É. Canon (mutation à St Etienne par échange de poste). Notons que, vu la petitesse de l équipe, de tels mouvements ont pour effet un renouvellement non négligeable de celle-ci. Les recherches de l équipe portent principalement sur la modélisation, l analyse numérique et la simulation des problèmes issus de la physique en général. La partie analyse numérique englobe aussi bien l analyse des équations, en particulier des EDP, que l élaboration des méthodes en vue de leur résolution numérique jusqu au développement des codes. Les applications concernent la mécanique du solide (problème de contact, frottement, fissuration), la cinétique (transport de particules chargés, équations relativistes, etc...), la modélisation des tissus vivants (os cortical humain et système cardiovasculaire), l acoustique, la mécanique des fluides (ruissellement d eau, simulation des crues, transport en milieux poreux) et la combustion (propagation de fronts). L arrivée d U. Razafison et de F. Chouly, va non seulement renforcer l équipe dans ces thématiques mais va aussi permettre des ouvertures vers des voies nouvelles telles que la modélisation mathématique du vivant et le développement du calcul parallèle pour la résolution de gros systèmes. Outre la poursuite et le renforcement de l interaction avec les collègues d autres équipes du laboratoire (par exemple la thèse de M. Gazibo à 50% en EDP), l équipe compte développer des 19

20 20CHAPITRE 3. PROJET DE L ÉQUIPE ANCS (ANALYSE NUMÉRIQUE ET CALCUL SCIENTIFIQUE) nouvelles collaborations avec des collègues du laboratoire FEMTO ST 1 de l UFC. Un exemple de collaboration à l étude actuellement est la modélisation du pendule de Dubochinsky en vue de reproduire les résultats obtenus expérimentalement. Dans ce même ordre d idée, tout en maintenant une activité contractuelle avec l EDF, l équipe va chercher de nouvelles collaborations industrielles notamment avec l ingénierie franc-comtoise. Nous allons maintenant décrire les directions de recherche et projets émergents que nous souhaitons développer ou renforcer au cours des prochaines années. 3.3 Directions de recherche Programme ITER Membre : M. Bostan Collaboration : INRIA Lille (projet SIMPAF), INRIA Strasbourg (projet CALVI), J.A. Carrillo (Barcelone), projet ANR (GYPSI). Avec le lancement du grand programme international de recherche ITER sur la fusion nucléaire deutérium-tritium par confinement magnétique et du programme national laser mégajoule LMJ sur la fusion nucléaire par confinement inertiel, il est indispensable de donner plus d ampleur aux recherches permettant de mieux comprendre la physique des plasmas. Récemment M. Bostan a obtenu des résultats justifiant rigoureusement l approximation centre-guide et le régime du rayon de Larmor fini pour un plasma fortement magnétisé par un champ magnétique homogène. Cependant, afin d étudier les plasmas de tokamak, il est nécessaire d aborder le cas général d un champ magnétique inhomogène, auto-consistant. D une part on souhaite approfondir l analyse mathématique de ces régimes en mettant en évidence des propriétés qualitatives des solutions (un sujet de thèse coencadré par M. Bostan et portant sur ces thématiques vient d être proposé au sein du projet Simpaf, Inria Lille). D autre part seront abordés des problèmes de modélisation et simulation numérique (en collaboration avec les membres du projet CALVI, INRIA Strasbourg et J.A. Carrillo de l Université Autonome de Barcelone). Il s avère que la prise en compte des collisions est une question clef pour prédire les propriétés de confinement. Les gyro-moyennes des opérateurs de collision de type Fokker- Planck seront calculées à l aide des méthodes introduites précédemment (collaboration avec les membres de l ANR GYPSI - Simulation gyrocinétique haute performance pour ITER). Notons également que les techniques basées sur les propriétés des opérateurs de gyro-moyenne semblent très bien adaptées lorsqu on étudie des plasmas dont les masses des particules sont disparates. Etude des régimes périodiques Membre : M. Bostan Collaboration : I. Gamba, T. Goudon, A. Vasseur. L étude des régimes périodiques (en temps et en espace) des équations couplées de Boltzmann- Poisson sera poursuivie, à la suite des résultats obtenus avec I. Gamba, T. Goudon et A. Vasseur lors de la visite de M. Bostan à l Université de Texas à Austin. La dérivation de modèles asymptotiques de diffusion pour l équation de Landau-Fokker-Planck serait une autre direction envisagée. Analyse numérique et éléments finis Membres : P. Hild, A. Bérard (doctorant). Collaboration : Y. Renard (INSA Lyon), V. Lleras (Montpellier 2). 1. FEMTO ST est un institut de recherche regroupant plusieurs départements à dominante sciences pour l ingénieur et qui compte environ 500 membres

Bilan scientifique. Laboratoire de Mathématiques de Besançon

Bilan scientifique. Laboratoire de Mathématiques de Besançon UNIVERSITÉ de FRANCHE-COMTÉ Contractualisation 2012-2015 Bilan scientifique du Laboratoire de Mathématiques de Besançon Période du 1 janvier 2006 au 30 juin 2010 Laboratoire de Mathématiques de Besançon

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 de l'université Paris 4 Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

Les Mathématiques à Besançon

Les Mathématiques à Besançon Les Mathématiques à Besançon 5 équipes de recherche 45 enseignants-chercheurs 3 chercheurs CNRS 9 personnels techniques 25 doctorants 10 invités Que fait-on au laboratoire de math? de la recherche de l'enseignement

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative :

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Institut Pluridisciplinaire de Recherche Appliquée dans le domaine du génie pétrolier (IPRA) sous tutelle des établissements

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire de Mathématiques de Besançon sous tutelle des établissements et organismes : Université de Franche-Comté CNRS Janvier, 2011

Plus en détail

INGÉNIEUR MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET CALCUL SCIENTIFIQUE. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation 04/01/2016.

INGÉNIEUR MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET CALCUL SCIENTIFIQUE. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation 04/01/2016. INGÉNIEUR MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES ET CALCUL SCIENTIFIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Formation d'ingénieur classique Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Mathématiques appliquées

Plus en détail

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 3, Hors-Série 1, 11 (2004) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2004611 EDP Sciences, 2004 Formation

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre d études fiscales et financières sous tutelle des établissements et organismes : Université Paul Cézanne Aix-Marseille 3 Janvier

Plus en détail

MASTER SC. ET TECHNOLOGIE : MATH. & APPLICATION

MASTER SC. ET TECHNOLOGIE : MATH. & APPLICATION MASTER SC. ET TECHNOLOGIE : MATH. & APPLICATION Résumé de la formation Type de diplôme : MASTER 1 et 2 Domaine ministériel : Sciences Mention : Mathématiques et applications Présentation Le master 1 est

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Management CRM sous tutelle des établissements et organismes : Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Centre National de la

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et société de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Présentation synthétique de la licence Economie Gestion de l université d Orléans à destinations des enseignants en SES de l académie Orléans-Tours

Présentation synthétique de la licence Economie Gestion de l université d Orléans à destinations des enseignants en SES de l académie Orléans-Tours Présentation synthétique de la licence Economie Gestion de l université d Orléans à destinations des enseignants en SES de l académie Orléans-Tours La présentation est un peu rapide si, vous qui me lisez,

Plus en détail

La spécialité «Mathématiques pour l enseignement» qui n est pas évaluée ici fera partie de la deuxième mention.

La spécialité «Mathématiques pour l enseignement» qui n est pas évaluée ici fera partie de la deuxième mention. Evaluation des diplômes Masters Vague A ACADÉMIE : LYON Établissement : Université Lyon 1 - Claude Bernard Demande n S3110048058 Domaine : Sciences, technologies, santé Mention : Mathématiques et applications,

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES COLLEGIUM SCIENCES ET TECHNOLOGIES LICENCE DE MATHÉMATIQUES Parcours Mathématiques (Metz et Nancy) Parcours Mathématiques-Économie (Metz) OBJECTIFS DE LA FORMATION La licence de Mathématiques vise à donner

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

LICENCE. Mention Mathématiques. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine :

LICENCE. Mention Mathématiques. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine : LICENCE 2013-2014 Mention 1. Editorial du responsable La licence de mathématiques est une filière interdisciplinaire à dominante mathématique. Elle propose une formation générale en mathématiques, indispensable

Plus en détail

Licence Sciences pour l ingénieur

Licence Sciences pour l ingénieur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences pour l ingénieur Université de Toulouse III Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Science, Technologie, Santé. Sciences Pour l Ingénieur. Mécanique et Ingénierie. 144 h 66 h 80 h h 798 h 1088 h

Science, Technologie, Santé. Sciences Pour l Ingénieur. Mécanique et Ingénierie. 144 h 66 h 80 h h 798 h 1088 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Science, Technologie, Santé Sciences Pour l Ingénieur Mécanique et Ingénierie M2 120 ES 144 h 66 h 80 h h 798 h 1088 h cours

Plus en détail

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU FORMER DE HAUTS RESPONSABLES L ÉCOLE POLYTECHNIQUE FORME DES FEMMES ET DES HOMMES RESPONSABLES, CAPABLES DE MENER DES ACTIVITÉS

Plus en détail

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche

Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche http://adstic.free.fr adstic@gmail.com Quelques conseils pour bien réaliser son année de Master 2 Recherche Qu est ce que l Adstic? L Adstic est l association des doctorants du campus sciences et techniques

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Biostatistique, recherche clinique et mesures subjectives en santé sous tutelle des établissements et organismes : Université de Nantes

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire d Economie Appliquée au développement (LEAD) - EA 3163 sous tutelle des établissements et organismes : Université du Sud Toulon-Var

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre d études et de recherches en droit administratif, constitutionnel, financier et fiscal (CERDACFF) sous tutelle des établissements

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes :

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre Lyonnais d Histoire du Droit et de la Pensée Politique CLHDPP sous tutelle des établissements et organismes : Université Jean Moulin Lyon

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR

L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR 1 L INITIATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS DU SUPÉRIEUR COULON Alain Professeur de sciences de l éducation à Paris 8 Directeur du CIES Sorbonne Les Centres d Initiation à l Enseignement Supérieur (CIES)

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales

Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Qualité, hygiène, sécurité, environnement (QHSE) de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre de Recherche sur l Espagne Contemporaine (CREC) EA 2292 de l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle février 2008 2

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Histoire de l Art Centre François-Georges Pariset EA 538 sous tutelle des établissements et organismes : Université Michel de Montaigne

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Fédération de Recherche Charles Hermite : Automatique, Informatique et Mathématiques de Lorraine de l'epcs Nancy Université

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Droit et Changement Social DCS

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Droit et Changement Social DCS Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Droit et Changement Social DCS sous tutelle des établissements et organismes : Université de Nantes Centre National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion

Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Sujet de bourse de thèse en Sciences de Gestion Parcours de santé de la personne âgée en Auvergne : adéquation et complémentarité de l offre de soins Laboratoire d accueil : Centre de Recherche Clermontois

Plus en détail

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation. Stage.

MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS. Présentation. Objectifs. Compétences visées. Organisation. Stage. MASTER MENTION INFORMATIQUE SPÉCIALITÉ PROGRAMMATION ET LOGICIELS SÛRS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : INFORMATIQUE Spécialité :

Plus en détail

de l'ecole pratique des Hautes Etudes (EPHE)

de l'ecole pratique des Hautes Etudes (EPHE) Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) de l'ecole pratique des Hautes Etudes (EPHE) Avril 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Remarque préliminaire : les dates d arrêt de la Cifre s étalent sur toute l année 2011, ce qui entraîne

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques - Economie de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Devenir docteur. Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA. Institut de mathématique de Bordeaux.

Devenir docteur. Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA. Institut de mathématique de Bordeaux. Devenir docteur Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA Institut de mathématique de Bordeaux 10 décembre 2008 Lambda (IMB) Devenir docteur 10 décembre 2008 1 / 18 Plan Qu est ce qu

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Evaluation de l AERES sur l unité :

Evaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Evaluation de l AERES sur l unité : Centre de droit public comparé sous tutelle des établissements et organismes : Université Panthéon-Assas Janvier 2013 Section des Unités

Plus en détail

curriculum vitae et résumé des activités d enseignement et de recherche Mohamed Ali Hamza

curriculum vitae et résumé des activités d enseignement et de recherche Mohamed Ali Hamza curriculum vitae et résumé des activités d enseignement et de recherche de Mohamed Ali Hamza Faculté des Sciences de Tunis, Département de Mathématiques, Campus Universitaire, 1060, Tunis Tunisie E-mail:

Plus en détail

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 146

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 146 Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de l'école doctorale n 146 Galilée PRES Sorbonne Paris Cité Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D - 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Traduction et Terminologie CRTT sous tutelle des établissements et organismes : Université Lumière Lyon 2 Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre d Etudes et de Recherche en Thermique Environnement et Systèmes (CERTES) EA 3481 de l'université Paris 12 février

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle pour la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

sous tutelle des établissements et organismes :

sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Médiations, Information, Communication, Arts MICA sous tutelle des établissements et organismes : Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE / STAPS MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR Spécialité Ingénierie Numérique, Signal-Image et Informatique Industrielle (INS3I) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

L enseignement supérieur. L enseignement supérieur 91. La violation de CP

L enseignement supérieur. L enseignement supérieur 91. La violation de CP L enseignement supérieur L enseignement supérieur 91 La violation de CP 92 L enseignement supérieur L enseignement supérieur 93 L enseignement Supérieur Professeurs : UFR SFA (Sciences Fondamentales et

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

SCIENCES-TECHNOLOGIES-SANTE MATHEMATIQUES ET APPLICATIONS

SCIENCES-TECHNOLOGIES-SANTE MATHEMATIQUES ET APPLICATIONS Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : SCIENCES-TECHNOLOGIES-SANTE MATHEMATIQUES ET APPLICATIONS Mathématiques pour l'informatique Graphique et la Statistique (MIGS) Professionnelle et

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement LCME sous tutelle des établissements et organismes : Université Savoie Mont Blanc Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 de l'université Paris Descartes Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011

Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011 Visite AVEPRO de la faculté de» Théologie catholique Université catholique de Lille 11-12 mai 2011 Rapport du groupe d experts (P. Olivier Artus, coordinateur ; Prof. Isabelle Bochet, Prof. Françoise Vinel)

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Rapport d évaluation. de l'université d Artois. Unité de recherche : Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL)

Rapport d évaluation. de l'université d Artois. Unité de recherche : Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL) Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL) de l'université d Artois février 2009 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire Génie de Production LGP sous tutelle des établissements et organismes : École Nationale d Ingénieurs de Tarbes ENIT Campagne d évaluation

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LICENCE. Mathématiques

LICENCE. Mathématiques LICENCE Mathématiques Que sont les mathématiques? Les mathématiques, par l étude d objets abstraits (nombres, figures géométriques...) et le recours au raisonnement logique, permettent de décrire et de

Plus en détail

Budget des universités : un effort sans précédent

Budget des universités : un effort sans précédent Clermont-Ferrand, 25/01/2010 Rectorat Service communication Contact presse Béatrice Humbert Téléphone 04 73 99 33 00 Fax 04 73 99 33 01 Mél. Ce.comm @ac-clermont.fr 3 avenue Vercingétorix 63033 Clermont-Ferrand

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE

MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE MASTERE MODELISATION EN HYDRAULIQUE ET ENVIRONNEMENT Coordinateur du Mastère : JAMEL CHAHED ENIT, Département Génie Civil, Laboratoire LMHE BP 37, Le Belvédère, 1002-Tunis jamel.chahed@enit.rnu.tn 1. Le

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et

Plus en détail

Réunion du 22 mars 2007 14h-16h 30 Salle N104 Date CR : 23/03/2007 N CR : 2

Réunion du 22 mars 2007 14h-16h 30 Salle N104 Date CR : 23/03/2007 N CR : 2 Centre de recherches Historiques de l Ouest COMPTE RENDU DE REUNION Réunion du 22 mars 2007 14h-16h 30 Salle N104 Date CR : 23/03/2007 N CR : 2 Objet : Conseil de laboratoire Rédacteur : Jean-Charles SINAUD

Plus en détail

Master Management des ressources humaines

Master Management des ressources humaines Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des ressources humaines Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Formations Supérieures Professionnalisantes

Formations Supérieures Professionnalisantes Formations Supérieures Professionnalisantes Les ingénieurs INSA : des spécialistes ou des généralistes? Au cœur du boom industriel qui débute dans les années cinquante, la décision est prise d ouvrir à

Plus en détail