Le printemps syrien : enjeux et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le printemps syrien : enjeux et perspectives"

Transcription

1 po Mohammed Fadhel TROUDI Docteur en Droit international, Enseignant-chercheur associé à l Académie de Géopolitique de Paris. Directeur du Pôle Méditerranée (MENA) de l Observatoire de la Mer noire, du Golfe et de la Méditerranée - OBGMS. M Ch XI Le printemps syrien : enjeux et perspectives Le régime baasiste syrien (littéralement: parti socialiste du renouveau arabe) est fondé sur une base communautaire extrêmement limitée, celle des alaouites qui représentent entre 10 et 13 % de la population syrienne. Le sort de la Syrie et de la région toute entière semble suspendu à l issue de la crise par laquelle les Syriens sont les premiers concernés. Le durcissement des revendications de l opposition puis la militarisation du conflit qui s enlise entraînent la région dans une tourmente dont personne ne peut évaluer les conséquences régionales et internationales. The syrianbaathist regime (baas meaning the socialist party for Arab revival) is founded on an extremely limited community basis, namely on the Alaouite ethnic group who represents roughly 10-13% of Syria s total population.the destiny of Syria and of the entire region seems to hang on the outcome of the war by which the Syrians are the first concerned.thehardening demands of the opposition on one hand and the militarization of the drawn out conflict on the other drag the whole region into an upheaval with unknown regional and international consequences. Re Pr le ét l a ét الزت غ السىري: التحذ اخ والفزص هحوذ تزودي هلخض: ست ذ ال ظام الثؼث السىري )حشب الثؼث الؼزت االشتزاك ( ػلى قاػذج طائف ح هحذودج جذا هتكى ح هي الؼلى ي الذ ي شكلىى ها ت ي 01 و 01 هي سكاى سىر ا. ثذو أى هص ز سىر ا والو طقح تزهتها هؼلق حتى ها ح األسهح الت تخض السىر ىى تالذرجح االولى. تسثة تصلة هطالثاخ الوؼارضح والؼسكزج القى ح للصزاع تاضطزاب ف الو طقح ح ث ال أحذ ستط غ تق ن آثار اإلقل و ح والذول ح. Le monde arabe est secoué par un vent de liberté émanant d une jeunesse qui étouffe, poussée par le chômage de masse, la marginalisation politique et sociale, lasse des régimes prédateurs qui se sont servis plutôt que de servir. Cette contestation, partie de Tunisie, s est rapidement transformée en printemps arabes par un effet de dominos, certes à nuancer si l on tient compte des spécificités des pays concernés. On assiste à la multiplication des revendications de la rue, débarrassée de ses peurs, avec pour point d orgue, la chute des régimes dictatoriaux, 171

2 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 souvent soutenus par l Europe qui n a rien vu venir. De Casablanca à Sana, en passant par Le Caire et Damas, les citoyens arabes expriment un même désir d en finir avec l autoritarisme d antan, le verrouillage policier des espaces publics et la corruption généralisée des cliques familiales au pouvoir depuis plusieurs décennies. La peur a changé de camp, elle n est plus du côté des peuples mais bien de celui des dictateurs, confrontés à une vague de contestation sans précédent, dont la principale motivation n est plus d obtenir de simples réformes sociales et économiques mais d abattre des régimes jugés archaïques et illégitimes, en dépit de leur façade moderniste, et séculiers. Battant en brèche de nombreux préjugés culturels sur l impossible démocratisation du monde arabe pour cause de domination et d instrumentalisation religieuses, les manifestants brandissaient des slogans plutôt universels à savoir : liberté, dignité et démocratie, prouvant ainsi le caractère profondément laïque et moderne des revendications. Nombreux dans le monde, des commentateurs ayant cédé à une forme de romantisme révolutionnaire, comparent les mouvements protestataires dans le monde arabe à la Révolution française de 1789, au printemps des peuples européens de 1848 ou, encore, à la chute du mur de Berlin, accréditant ainsi l idée que les Arabes ont, à leur tour, pris le chemin de la modernité et de la normalité démocratiques, tournant le dos à des décennies de mélange de religieux et de politique. Ceci a eu pour conséquence de maintenir le monde arabe dans un sous-développement dont la jeunesse a particulièrement souffert. Cependant, il faut relativiser. Sommes-nous réellement face à une révolution au sens d un processus accompli? Qu il soit en Tunisie, en Egypte, au Bahreïn, au Yémen et en Syrie, le processus révolutionnaire en cours n est-il pas encore inachevé? Ces questions se posent encore avec plus d acuité dans le cas syrien. Quelle place occupent les islamistes parmi les contestataires civils ou armés en Syrie? La tournure que prend la révolte syrienne ne pose-t-elle pas cette question angoissante : et si les révolutions arabes n étaient qu une vaste manipulation islamiste? Dans cette perspective, la phase démocratique ne serait-elle pas qu un mirage, le temps que le «cercle de fer» de la religion islamique reprenne ses droits culturels et naturels dans les sociétés arabes? Si la Syrie tombe, qu adviendra-t-il des minorités, nombreuses dans la mosaïque syrienne notamment les chrétiens? En d autres termes, la cohésion entre les communautés peut-elle résister encore ou, au contraire la Syrie, va-t-elle évoluer vers une situation de guerre communautaire? La conséquence logique de cette communautarisation du conflit ne serait-elle pas le partage 172

3 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes de la Syrie en dernier recours? Autant de questions qui s imposent et qui ne doivent pas, cependant, occulter les enjeux régionaux de cette crise. En effet, le président Bachar bénéficie du soutien de l Iran, partenaire stratégique du régime, mais également de celui non négligeable d une partie des Libanais, à la fois parmi les chiites et les chrétiens. Il s agit d analyser ici la position des différents acteurs régionaux et, plus largement, celles de la Russie et de la Chine qui semblent décidées à ne pas revivre l expérience de la Libye. Les origines de la crise Le point commun de la crise syrienne avec les autres soulèvements arabes c est l autoritarisme de la dynastie alaouite au pouvoir depuis plus de 40 ans. La spécificité syrienne se traduit dans le domaine religieux puisque 10 % de la population est chrétienne et 90 % musulmane avec des minorités chiite, druze, ismaélienne et, surtout, alaouite au pouvoir. République socialiste, la Syrie est régie par la constitution de 1973 qui assure la continuité avec le socialisme hérité du coup d état baasiste de 1963, mais, plus encore, garantit la prééminence du chef de l État issu de la minorité alaouite. Elle fait suite à certaines revendications des milieux islamiques, en imposant un chef de l État musulman et en disposant que «la doctrine islamique est la source principale de la législation». Le parti Baas syrien (littéralement : parti socialiste du renouveau arabe) est fondé sur une base communautaire extrêmement limitée, celle des alaouites (dite aussi nusayrî, secte de l islam chiite fondée au ix e siècle par ibn Nosaïr) chiites hétérodoxes, vigoureusement combattus par les sunnites qui les considéraient comme des hérétiques de l islam. Les alaouites représentent entre 10 et 13 % de la population syrienne. Ironie de l histoire, c est l armée française qui a donné à cette communauté, longtemps méprisée par les sunnites, une nouvelle conscience d elle-même. En effet, la France, alors force occupante, a créé un état alaouite autonome et a ouvert largement les portes de l armée française aux minorités d arméniens, de chrétiens arabes... et, notamment, des alaouites. Avec le coup d état de 1963, le comité militaire du parti Baas majoritairement alaouite, mit à l écart de nombreux officiers sunnites. La revanche d une communauté longtemps exclue et opprimée atteint son apogée avec l arrivée au pouvoir du général Jedid en 1966 et, surtout, du général Hafez al-assad en

4 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Le discours panarabe peut, dès lors être perçu, comme une idéologie visant à légitimer cette domination d une communauté privilégiée et ultra minoritaire sur une population variée (sunnite et arabe à 90 % et contenant d importantes communautés chrétienne orientale, arménienne et kurde). Le pouvoir actuel est donc fondé sur deux piliers essentiels : l idéologie socialiste baasiste et les liens intrinsèques entre les membres de la communauté musulmane alaouite minoritaire. Le pouvoir hyper centralisé est, par conséquent, accaparé par une minorité alaouite qui cherchera, à travers l ennemi commun, le sionisme, le moyen de justifier le caractère autoritaire voire sanguinaire du régime et la mainmise des alaouites sur l économie et les richesses du pays. Le parti Baas a dominé la scène politique syrienne. C est, en fait, une véritable confusion entre l appareil d État et le parti politique. Le statut constitutionnel du parti Baas «parti dirigeant de la société et de l État» (article 8 de la constitution), dont la direction propose la candidature du chef de l État à la chambre du peuple (article 83), dont le secrétaire général est précisément le président de la république et dont le rôle dirigeant du comité central du parti Baas est largement concurrent du gouvernement, sont autant d éléments qui témoignent de cette confusion en dépit de quelques signes positifs de changement opérés lors du dernier congrès du parti. C est ce système manifestement autoritaire qui fait aujourd hui l objet de la contestation de la rue, malgré quelques signes, trop tardifs, d ouverture avortée pour contenir ce qui est, désormais, qualifié de printemps syrien. En dépit de l abrogation de l article 8 1 de la constitution et d une proposition de débat national sur les moyens de sortir le pays de la crise, via des réformes tous azimuts (Al Islah), la contestation s emballe et prend une tournure militaire qui n augure rien de bon pour la Syrie et la région toute entière. Il est vrai que face, notamment, à la montée des idées islamistes dans le pays, le pouvoir syrien a pensé à une stratégie de défense. En effet, le dernier congrès du parti Baas qui s est tenu en février 2012 a montré des signes d ouverture à l adresse de l opposition syrienne à l intérieur comme à l extérieur. Cependant, 1. La constitution syrienne, adoptée en 1973, dispose en son article 8 que le parti Baas, au pouvoir depuis 1963, est «le dirigeant de l État et de la société». Si le nouveau texte adopté à près de 89,40 % des Syriens, supprime l article en question, il instaure cependant l interdiction de «créer des partis sur des bases religieuses, confessionnelles ou raciales». Il faut rappeler que la suppression de cet article, tant critiqué, était une des revendications majeures de l opposition syrienne, qui va aujourd hui plus loin en exigeant le départ du clan Assad comme seule condition à la pacification en Syrie. 174

5 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes la classe politique qui dirige le parti est très divisée sur la marche à suivre, entre ceux qui veulent des réformes structurelles rapides et une vieille garde opposée à tout changement dans une logique de fuite en avant. L appareil d État vétuste et rongé par des maladies quasi incurables durant toutes ces années de plomb, de totalitarisme et d absence totale d espace de liberté, a cessé de fournir depuis des décennies les services et les soins les plus élémentaires à une population tentée par les idées islamistes dans un esprit de sanction et de vengeance. La situation économique est catastrophique et, ce, en dépit des réformes timides et partielles entreprises par le nouveau président Bachar depuis son arrivée à la tête de l État syrien le 10 juillet La Syrie se trouvait, au déclenchement de la contestation à la mi-mars 2011, dans la même situation que les autres pays de la région, avec un chômage élevé, estimé à près de 12,3 % en 2012, contre 8,3 % en et plus de 19 % en particulier chez les jeunes, notamment diplômés. Ce problème est aggravé par la persistance d une corruption quasi institutionnalisée et d un fossé de plus en plus important en terme de développement économique entre l intérieur du pays, essentiellement rural, et les grandes villes, plus riches car plus développées. Ces problèmes économiques avaient une explication : le pays a été longtemps gouverné par un régime socialiste très centralisé et, par conséquent, un appareil d État hyper présent qui décide de tout. Les prix continuent d être subventionnés comme ceux de l essence et de l alimentation ce qui coûte beaucoup d argent à l État et a fini par plomber le déficit qui s élève en 2011 à près de 6 % du PIB. Le nombre important de réfugiés palestiniens, près de , les habitants déplacés du plateau du Golan occupé depuis 1967 par Israël et, surtout, le nombre de réfugiés irakiens, près de 1,3 million, aggravent considérablement la situation économique du pays. Paradoxalement, la Syrie dispose d un fort potentiel touristique et d une dette publique plutôt faible 3, surtout depuis l annulation de la dette bilatérale par la Russie en Autoritarisme, caractère policier du régime, clientélisme et corruption, permettant à une minorité proche du clan au pouvoir de détourner une part importante des richesses du pays, sont autant de points communs avec les autres pays arabes, touchés par les révoltes. 2. Sources: statistiques-mondiales.com 3. Elle était de 28,5 % du PIB en 2010, de 35 % en 2011 pour atteindre 45 % en 2012, source : Coface, COmpagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur. 175

6 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Face à cette réalité, fruit d une longue période de pouvoir autoritaire et de mégalomanie à grande échelle, la Syrie, est prise aujourd hui dans un engrenage dangereux. En effet, le printemps syrien semble coincé entre le piège de la violence à la fois du régime et des contestataires armés et les différentes manœuvres du régime. Quels sont par conséquent les enjeux nationaux et régionaux de cette crise qui secoue un pays, partie d une région hautement instable et stratégique à la fois, de par les grands bouleversements qu elle peut entraîner? Les enjeux nationaux Deux enjeux majeurs, à mon sens, doivent être appréhendés dans le cas syrien : l enjeu islamiste et le rôle des mouvements d obédience djihadiste dans la contestation qui a pris, désormais, une tournure de conflit armé entre les deux parties en présence, pouvoir officiel et opposition, d une part, et celui du devenir des minorités du pays notamment les chrétiens et, au-delà, celui de la cohésion communautaire de la mosaïque syrienne, d autre part. L enjeu islamiste Le 15 mars 2011, éclate la contestation syrienne, d abord dans la ville frontalière de Deraa, devenue symbole de la lutte contre le clan alaouite. Certains prétendaient même que cette ville était la route de la subversion islamiste, celle qui mène à Amman en Jordanie et, surtout, en Arabie Saoudite, soutien indiscutable de la rébellion syrienne. Il faut, en effet, rappeler que les tribus sunnites transfrontalières n ont jamais accepté la tutelle des alaouites sur le pays et, surtout, elles n ont jamais oublié les événements tragiques de la ville symbole Hama, bombardée par l armée syrienne en 1982, où près de personnes ont péri sous les bombes, après une insurrection des Frères musulmans syriens. Dans cette ville frontalière avec la Jordanie, les Frères musulmans sont très actifs et les chefs de tribus bénéficient du soutien financier de l Arabie Saoudite. Les deux villes de Homs et de Deraa constituent deux bastions historiques de la contestation du régime alaouite au pouvoir. Ces deux villes, frontalières avec la Jordanie, la Turquie et le Liban, constituent les hauts lieux de l opposition, où les affrontements les plus violents ont eu lieu. Rappelons que Homs, ville à majorité sunnite proche du Liban, est voisine de Deraa, ville symbole de la résistance contre la minorité alaouite, est également le plus grand gouvernorat de Syrie puisqu elle ne couvre pas moins de 25 % du territoire. C est dans cette ville martyre que se sont constitués, dès juin 2011, des groupes dits «d autodéfense», ont rapidement 176

7 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes basculé vers des attaques ciblées contre les quartiers alaouites de la ville ainsi que des postes de police. Ce n est que, par la suite, que des groupes salafistes opérant du Liban, comme le groupe radical du nom de Fatah al-islam (conquêtes islamiques) ont engagé une bataille avec l armée libanaise en 2007, soldée par la mort de 32 soldats libanais et 55 activistes islamistes. Cette même armée est aujourd hui la cible d attaques de nouveaux groupes salafistes, d obédience wahhabite très proches d Al- Qaida, notamment des «brigades d Abdallah Azzam», récemment démantelées qui projetaient de commettre des attentats contre des casernes de l armée libanaise. Très rapidement, la contestation prend un visage plus confessionnel puisque les mosquées sunnites ont joué un rôle capital de catalyseur des revendications de la majorité sunnite du pays, avec le soutien de l Arabie Saoudite et du Qatar. Ce qui était au départ une contestation sociale, le pays vivant une situation économique très difficile, rythmée de chômage, du coût de la vie quotidienne très élevé, a pris rapidement l allure d un conflit confessionnel avec, pour point culminant, l exigence du départ du clan alaouite au pouvoir depuis C est un point commun avec les autres révoltes arabes, en Tunisie et en Egypte. Le même scénario se répète en Syrie : la situation désastreuse sur le plan social qui engendre nombre de frustrations, l exclusion économique, politique et les questions liées aux bouleversements culturels des pays musulmans, ajoutées aux défis de la mondialisation, sont autant d éléments dont se nourrit l islamisme radical qui appelle le retour aux sources de l islam comme unique alternative aux maux de la Nation arabe. De tous les mouvements de contestation arabe commencés en 2011, c est probablement sur la scène de l agitation syrienne que la mouvance islamique joue un rôle plus visible, les mosquées continuent, quant à elles, de représenter les foyers chauds de la contestation contre le régime. Davantage de personnalités religieuses syriennes n hésitent plus à critiquer ouvertement le régime et, notamment, à Damas et Alep, deux villes stratégiques. Les contestataires entonnent des slogans comme «Allah est grand, nous allons, au paradis, en martyrs par millions». Cette situation soulève, par conséquent, des interrogations quant au rôle que joue la mouvance islamique au sens politique du terme, en l occurrence les Frères musulmans et les islamistes salafistes qui participent aujourd hui au soulèvement avec pour mot d ordre l effondrement du régime syrien au nom d Allah. En ce qui concerne les Frères musulmans, mouvement d opposition très ancien au régime alaouite qui aspire à jouer un rôle politique majeur dans le pays, ils sont aujourd hui concurrencés par de nouvelles forces islamistes aussi bien de l intérieur que de l extérieur. 177

8 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 En effet, les Frères musulmans rejetaient depuis toujours l usage de la violence et se prononçaient en faveur d un «état civil démocratique», même s ils continuent toujours à réclamer l islamisation progressive de la société par l islamisation des lois. Les Frères ne jouent qu un faible rôle dans la contestation actuelle du régime. Par contre, ils sont très actifs dans l opposition en exil, mettant en avant l ancienneté et l importance de leurs réseaux à l étranger animés par des cadres et des intellectuels chassés par le régime syrien notamment en Ils sont de tous les congrès organisés à l étranger par l opposition syrienne comme celui d Antalya à Istanbul, celui de Bruxelles ou encore de Paris. Par ailleurs, les Frères musulmans refusent le dialogue, certes tardif, que proposait le président syrien et tablent, par conséquent, sur l aide anglo-saxonne pour accéder au pouvoir, une politique opportuniste à courte vue qui néglige les réalités régionales plutôt complexes. Parmi les nouveaux acteurs de l opposition islamiste, figure le MJC (Mouvement Justice et Construction en arabe : Haraket al adl wal bina), créé à Londres en 2006, avec pour objectif affiché de concurrencer le mouvement des Frères musulmans, surtout à l étranger. L autre acteur de l islamisme syrien, et concurrent des Frères musulmans, est le courant islamique démocratique indépendant. Ce parti est né au début des années 2000, lancé par des intellectuels syriens de sensibilité religieuse qui cherchent à se différencier des Frères. Ce courant s inscrit, lui-même, dans une nébuleuse plus large d opposants syriens de l intérieur avec, toutefois, une ligne religieuse dite modérée excluant toute confrontation armée avec le régime. Ses partisans se réclament de tendance libérale conservatrice et non violente, inspirée d un islam tolérant rejetant toute forme d extrémisme quelle qu en soit la nature. Ces différents partis islamistes composent avec un acteur de taille, celui des oulémas profondément divisés sur la position à suivre face au régime alaouite. Ils sont partagés aujourd hui entre loyalistes et contestataires qui sont, par ailleurs, l expression de la réactivation d un clivage remontant aux origines du système baasiste. Cependant, demeure une interrogation importante dans le contexte syrien actuel, celle de l inconnue djihadiste. Il faut rappeler que la Syrie a été largement épargnée par les idées salafistes, pour deux raisons essentielles : d abord à cause de sa politique régionale ouvertement anti-américaine et de soutien à la résistance, notamment palestinienne, et également parce que la Syrie constituait une base arrière pour les résistants irakiens et étrangers pendant l invasion américaine de l Irak. C est la consolidation du partenariat stratégique avec l Iran chiite et, surtout, la répression violente d un soulèvement sunnite qui ont servi de détonateur à l action 178

9 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes des combattants djihadistes, ces derniers accusant le pouvoir alaouite de vouloir encourager les activités missionnaires de la minorité chiite du pays et, par conséquent, de livrer la Syrie majoritairement sunnite à ceux que les djihadistes appellent les «rawafid» 4 qu ils ont déjà combattus en Irak. Privés de leurs bases en Irak et en Afghanistan, les combattants affiliés à Al- Qaïda, auraient investi la Syrie et sont probablement à l origine de certaines des récentes atrocités terroristes commises notamment à Alep et Homs, deux grandes villes syriennes. Ces combattants seraient venus en Syrie pour en découdre avec les radicaux chiites du Hezbollah au Liban après qu ils aient réussi à prendre le contrôle d une partie de la frontière libano-syrienne. La prise de position très claire du nouvel homme fort d Al-Qaïda, Ayman Zawahiri, en faveur de la contestation en Syrie, apporte quelques renseignements sur la présence de cette nébuleuse, sans cependant indiquer l ampleur de cette présence. À ce propos, les services secrets français parlent de 200 à 250 combattants salafistes, venus essentiellement d Irak, du Liban, de Jordanie, du Maghreb et d Asie mineure porter main forte à l armée libre syrienne, ce que dément l opposition. Le mot d ordre de ces djihadistes se résume en un slogan terrible : «tuer les chiites alaouites considérés comme une branche hérétique de l islam et expulser les chrétiens vers le Liban». Cette tendance djihadiste, affiliée à Al-Qaïda, était inconnue des Syriens, jusqu à ce que la crise éclate. Ces combattants, très aguerris, ont formé un groupe, appelé «front de la victoire», qui serait à l origine de l attentat meurtrier du 17 mars à Damas contre le siège des services secrets syriens. Selon des informations en provenance du Liban, d autres salafistes, essentiellement maghrébins, participent aux opérations du front al-nusra (front de la victoire), ce groupe est inféodé à Al-Qaïda et aurait participé activement à la préparation et à l exécution des attentats commis à Damas qui portent, il est vrai, la marque de fabrique d Al-Qaïda. Pour certains salafistes, la chute de Bachar n est pas une fin en soi, elle serait une étape vers la reconquête de l Irak et, surtout, de la libération de la Palestine et de la mosquée al-qods. En d autres termes, ils profitent de la situation chaotique pour installer une base en Syrie en vue de propager le djihad contre les infidèles. Par conséquent, leur nombre augmentera à mesure que la crise se prolongera puisqu ils s installent plus facilement dans des zones où l autorité de 4. Mot d origine arabe qui met en avant la mécréance de certaines branches du chiisme, ce mot signifie littéralement «ceux qui rejettent», c est-à-dire les chiites, qui sont en guerre avec ceux qui se réclament d Ahl al Sounna ou les partisans de la sonna, majoritaires en islam. 179

10 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 l armée est absente ou faible. Ce qui veut dire que plus la crise durera et plus il sera difficile de déloger ces combattants, surtout s ils parviennent à diriger certaines zones ou villages en Syrie. Le slogan «Sauvons la Syrie au nom de Dieu» a peut-être encore de beaux jours devant lui, même s il est vrai que le régime alaouite, soucieux de son existence et cherchant à se maintenir au pouvoir quel qu en soit le prix, a exagéré et instrumentalisé la question de la présence salafiste parmi les contestataires syriens. En effet, le régime syrien cherche à transférer sur le terrain sécuritaire et religieux une crise qu il savait difficile à résoudre par la seule réponse militaire. Par ailleurs, le discours islamiste est souvent motivé par la question financière, aussi une partie de l opposition armée syrienne se jette-t-elle dans les bras des islamistes capables d apporter de l argent, nerf de la guerre, dont la plus grande partie, chacun le sait, provient des donateurs privés des pays du Golfe, sensibles à la cause sunnite et désireux de ramener la crise syrienne à un conflit jamais éteint entre les deux tendances de l islam sunnite et chiite. La Turquie, qui a pris la tête de l opposition au régime syrien, serait également tolérante à l égard du transit d un certain nombre de combattants arborant le drapeau noir à sa frontière. Sommes-nous dans la reproduction du cas afghan d hier avec l alliance américano-islamiste pour se débarrasser de l ennemi commun soviétique ou encore des cas irakien et libyen? En d autres termes, les Occidentaux sont-ils de nouveau alliés avec les salafistes alors qu ils sont censés les combattre? La question s impose. L enjeu de la présence chrétienne Les chrétiens de Syrie forment quelques 10 % de la population totale. C est une des plus anciennes communautés chrétiennes des Proche et Moyen-Orient. Les chrétiens forment plusieurs groupes confessionnels, essentiellement des Grecs orthodoxes, des Grecs catholiques, des Arméniens mais également des Maronites et des Syriaques. Ils habitent les grandes villes syriennes. On les retrouve essentiellement dans la capitale, Damas, à Homs, à Hama et à Alep. La présence, très ancienne, de cette communauté remonte à plusieurs siècles avant l arrivée de l islam. Ils sont, par conséquent, très attachés à la Syrie et se considèrent comme des Syriens arabes avec un fort sentiment nationaliste, comme le fut un des fondateurs du courant baasiste, en l occurrence Michel Aflak, lui-même chrétien. Cette minorité qui n a jamais subi de discrimination ou de rejet quelconque, contrairement à la 180

11 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes minorité alaouite qui, elle, a connu la discrimination sociale, serait-elle aujourd hui en danger, comme l a été hier la minorité chrétienne d Irak? Face à la dimension communautaire que prend actuellement la guerre civile en Syrie, les chrétiens s inquiètent pour leur avenir et celui de la Syrie toute entière. Selon des informations fournies par l agence Fides 5, des combattants appartenant à l opposition commencent à sévir dans des quartiers chrétiens, notamment dans la ville de Qusayr, dans le nord de la Syrie, au sein du district de Homs. Depuis le mois d avril, des informations (à confirmer) circulent et font état de violences perpétrées contre des familles chrétiennes. De son côté, la télévision salafiste Channel tv Safaa aurait diffusé des appels au meurtre des chrétiens, considérés comme des «infidèles et alliés au régime syrien». Certaines localités, connues pour leur tolérance et la cohabitation pacifique entre les différentes minorités syriennes, seraient en train de basculer vers une guerre communautaire, notamment dans la ville de Qusayr, située dans le nord de la Syrie dans le district de Homs. Comme en Irak, les conflits sectaires en Syrie s apparentent de plus en plus à un conflit religieux de type djihadiste. Aujourd hui, nombre de bataillons de l armée libre syrienne et de ceux qui sont venus lui porter main forte sont baptisés de noms empruntés à des anciens héros musulmans, comme Khalid ibn al-walid, fidèle compagnon du prophète Mohammed qui a conquis le Levant, ou encore Saladin qui a libéré la Palestine de l emprise des croisés. Après plusieurs mois de crise ouverte, nombre de Syriens chrétiens craignent de faire les frais de leur soutien supposé au régime syrien et, plus largement, au clan Assad au pouvoir depuis plus de 40 ans. La perspective de l effondrement de la dictature alaouite et de l arrivée d un gouvernement de transition inquiète les membres des douze églises orthodoxes syriennes. En effet, on assiste aujourd hui à la décomposition de la société syrienne qui s explique, en grande partie, par le choc de deux tendances de l islam chiite et sunnite, ce qui va, probablement, accélérer le processus de confrontation directe entre ces courants. De ce point de vue, la minorité chrétienne deviendrait assurément l otage de cette nouvelle guerre entre chiites et sunnites. En effet, sunnites, chiites, alaouites, ismaéliens et musulmans sont loin de former un seul corps et la présence d autres minorités, notamment chrétiennes, rend la situation davantage incontrôlable dans 5. Agence Fides, organe d information des œuvres pontificales missionnaires. Fides est née le 5 juin 1927 de la volonté du conseil supérieur général de l œuvre pontificale de la propagation de la foi en tant que première agence missionnaire de l église. Elle est, également, l une des premières agences au monde, au service de l information et de l animation missionnaire. 181

12 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 la perspective d un conflit religieux, d abord entre musulmans majoritaires et musulmans minoritaires puis entre les musulmans et les autres. Cette crainte, quant à la présence à long terme des chrétiens, a été confirmée, notamment, par Mgr Abraham Nehmé, ancien évêque catholique d Homs entre 1986 et Ce danger est d autant plus réel que beaucoup de responsables religieux chrétiens ont pris position pour le régime syrien. À ce titre, le primat de l église syriaque orthodoxe, Ignace Zakka, a considéré dans une déclaration à l agence russe Ria Novosti que la révolte syrienne était fomentée par «des forces extérieures et non par des membres de la société syrienne». Il faut dire que, généralement, les chrétiens se sentiront en sécurité tant que le régime alaouite durera. C est pourquoi la perspective d une prise du pouvoir des islamistes peut paraître catastrophique quant à son résultat final. Cependant, il faut rappeler que la rhétorique des religieux syriens les plus opposés aux idées islamistes a souvent varié, il est vrai selon les conditions du moment et les alliances du régime comme ce fut le cas en 2006 pendant la guerre du sud Liban, lorsque le curé de Notre-Dame de Damas, le père Ilias Zahlaouin, avait soutenu la résistance du Hezbollah libanais en organisant une prière pour les militants de ce parti. Il faut, cependant, relativiser car dans cet Orient complexe, la réalité n est guère facile à mettre au grand jour. S il est vrai que nombre de chrétiens préfèrent l actuel régime à la perspective d un pouvoir dominé par le retour des islamistes, comme ce fut le cas jadis en Tunisie ou en Egypte, la situation semble plus nuancée qu il n y paraît. Il faut rappeler, en effet, qu on y trouve également des chrétiens opposés au clan Assad que d autres présentent comme un bras protecteur. Un farouche opposant au régime, en la personne du journaliste Michel Kilo, a même déclaré que «si le Christ décidait de revenir aujourd hui, la première chose qu il ferait serait de descendre dans la rue et de participer aux manifestations». Je peux également évoquer le cas d Ayman Abdel Nour, opposant chrétien, ancien conseiller du président syrien, qui a pris le chemin de l exil, en 2008, pour créer un mouvement politique «Syriens, chrétiens pour la démocratie» et a souvent dénoncé l instrumentalisation par le clan Assad du danger du confessionnalisme. Il réfute l idée d une guerre religieuse mais admet, cependant, que si la crise se prolonge, le danger sera plus réel. Il est vrai que, pour le moment, la guerre civile ne s est pas transformée en guerre confessionnelle mais pour combien de temps encore? Car chacun admet que les guerres sont très souvent toujours propices au déchaînement des passions identitaires. 182

13 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes Ce qui est acquis aujourd hui c est qu après la disparition quasi-totale de la minorité juive, la présence de la minorité druze, et surtout chrétienne, est la preuve vivante du caractère pluraliste et confessionnel de l État syrien. Comment faire perdurer cette réalité quand on connaît la dépendance politique de la minorité chrétienne à l égard du régime en place depuis 1970 qui n avait, depuis, d autre choix, que de passer un compromis avec la minorité alaouite au pouvoir? L autre aspect qui aggrave la dépendance de cette minorité, c est sa division, cause de sa faiblesse et de son émiettement. On compte, en effet, pas moins de douze églises, les unes entretiennent des liens avec Rome alors que d autres en sont totalement affranchies. Le prolongement de la crise syrienne et l absence d une solution politique seront autant de mauvais indicateurs qui pourraient pousser les chrétiens de Syrie à un départ forcé comme ce fut le cas jadis des chrétiens d Irak. En effet, personne n écarte aujourd hui l hypothèse de l implosion de la Syrie sur le modèle yougoslave, ce qui pourrait entraîner des nettoyages ethniques que chaque communauté serait tentée d exercer contre d autres, localisées dans sa zone géographique d influence. Pour le moment, le régime alaouite compte sur trois facteurs essentiels pour tenter de se maintenir, à savoir son appareil militaire dirigé, sans aucun doute, par le noyau dur du régime, celui même qui a refusé, pendant toutes ces années écoulées, toute ouverture politique vers les autres composantes de la société syrienne. Il compte également sur un réflexe minoritaire qui consolide sa légitimité confessionnelle notamment au Liban voisin et, surtout, l émergence d enjeux géopolitiques régionaux et internationaux qui lui apportent le soutien régional et international nécessaire à son maintien. Les enjeux régionaux et internationaux de la crise Le renversement du régime irakien a eu des répercussions majeures sur l ensemble du Moyen-Orient. La Syrie, pays à l équilibre fragile, connaît aujourd hui de fortes contradictions et une crise violente qui risquent de détruire un équilibre combien fragile de cet Orient dont parlait si bien le général de Gaulle. La Syrie en a été la première à pâtir, les liens économiques entre celle-ci et l Irak, qui assuraient de nombreux avantages, ont été rompus. Il s agit, notamment, du pétrole que l Irak vendait à la Syrie à un prix nettement inférieur aux prix du marché. Le pays se trouve désormais entouré de voisins hostiles. L Irak, via un gouvernement largement sous les ordres du protecteur et occupant américain, dénonce le rôle de la Syrie dans le terrorisme islamiste qui alimente la résistance irakienne à l armée américaine et irakienne. La tension est permanente avec la Turquie dont plusieurs 183

14 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 questions restent sans réponse, notamment celle du partage de l eau de l Euphrate et le soutien qu accorde la Syrie au mouvement séparatiste kurde le PKK. Le Liban gronde par-delà les clivages communautaires contre un «protecteur un peu encombrant» en dépit du retrait militaire syrien. Enfin, sur le plan international, la Syrie a été obligée de revoir sa position stratégique face à la guerre contre le «terrorisme international» lancée et conduite par les États-Unis. Précisément, la révision de cet aspect régional annonce probablement la fin du mythe des Assad de la «grande Syrie» qui a toujours servi de source de légitimité pour le pouvoir. Le régime syrien semble pris dans une fuite en avant depuis le durcissement de ses rapports, notamment avec les États-Unis et les États occidentaux à propos de la situation libanaise et, plus particulièrement, en réaction à l assassinat de l ancien premier ministre libanais, Hariri. Le régime syrien connaît manifestement des jours difficiles. Les racines de cette crise sont à chercher, à la fois dans l évolution du paysage international et dans les problèmes internes et les défis auxquels doit faire face le jeune et inexpérimenté président syrien. C est dire combien l équation syrienne comporte aujourd hui d inconnues pour pouvoir trouver une solution simple. Paradoxalement, la guerre en cours, entre le régime alaouite et l opposition à la fois laïque et islamiste, et ses enjeux régionaux semblent lui donner une ultime chance de se maintenir même si rien ne sera plus comme avant. Le Liban, victime expiatoire Pays à l équilibre très fragile et d une composition confessionnelle complexe, le Liban constitue le premier enjeu régional de la crise syrienne. La situation qui secoue actuellement le Liban prend ses racines dans une longue histoire commune avec la Syrie. La deuxième ville libanaise, Tripoli, a été le théâtre d affrontements meurtriers, entre sunnites partisans de l opposition et une minorité alaouite fidèle au clan Assad, qui ont réveillé les affres des tensions communautaires, entraînant une guerre civile sur près de plus de trois décennies. À ces affrontements, se rajoutent l enlèvement dont font l objet des rebelles syriens par de puissantes milices chiites libanaises, proches du régime alaouite syrien, ce qui en dit long sur l extrême fragilité de la stabilité libanaise, en dépit du départ de l occupant syrien du Liban en 2005, placé depuis 1990 sous condominium syro-saoudien. Le piège syrien est-il en en train de se refermer sur le Liban? Ce pays serait-il, de nouveau, le prolongement des différentes crises régionales, comme il l a été par le passé? 184

15 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes Aujourd hui le Premier ministre libanais, Najib Mikati, sunnite, originaire de la ville de Tripoli, se trouve dans une situation inconfortable, lié tant par l amitié que par les affaires au régime syrien. Soutenu par les Occidentaux et les Américains, il semble faire face à un casse-tête avec le déclenchement de la crise syrienne et, surtout, le risque de sa propagation au Pays du Cèdre. Il doit ménager ses influents partenaires politiques pro-iraniens, ceux du Hezbollah, protégés par Damas, gérer l afflux massif des réfugiés syriens et veiller à la cohésion des force armées libanaises. C est dire l ampleur des défis et combien le sort du Liban dépend de l issue de la crise syrienne. Les affrontements qui ont opposé deux quartiers rivaux, celui de Jabal Mohsen à majorité alaouite, pro-régime syrien et le quartier du Bab-al-Tebbaneh, à dominante sunnite soutenant la rébellion syrienne, rappellent la complexité confessionnelle au Liban dont l équilibre est aujourd hui menacé. Ces différends, certes politiques, mais qui ont rapidement pris une tournure confessionnelle dans ces quartiers libanais pauvres, ont été instrumentalisés par les deux parties de la crise syrienne, où chaque acteur cherche à présenter l issue de la guerre comme étant une question existentielle pour les deux communautés, d où la reprise de la violence des milices. Le risque de contagion ne semble pas constituer le problème le plus crucial, ce qui est encore plus important c est manifestement la faiblesse, voire l incapacité, du pouvoir politique libanais à maîtriser les attributs d une indépendance stable et d un gouvernement souverain apte à diriger au nom de tous les Libanais et d une manière équitable. Le pouvoir syrien connaît, à la perfection, cette équation libanaise et joue parfaitement cette carte, conscient qu il joue cette fois-ci sa survie, ce qui peut avoir des effets dévastateurs. Aujourd hui, le gouvernement libanais est très fragile et n arrive à prendre que des décisions minimales, sans pouvoir rétablir l ordre dans les quartiers difficiles dont l affrontement communautaire pourrait devenir réel si la crise syrienne venait à s enliser. Cette instabilité légendaire du Liban pourrait servir des intérêts extra libanais et on pourrait voir le Liban se transformer, à nouveau, en terrain d expression d intérêts qui le dépassent largement. En effet, dans le cas syrien, la situation semble plus complexe car elle met en prise plusieurs acteurs dont les intérêts géostratégiques sont entièrement antagoniques. On a, d un côté, l axe Téhéran- Damas comprenant le Hezbollah, soutenu par la Chine et la Russie et, de l autre, l axe Washington-OTAN-Israël, les monarchies arabes sunnites et la Turquie. Dès lors, on peut craindre qu une guerre contre la Syrie puisse déborder et provoquer un embrasement généralisé au Proche-Orient complexe et dont les répercussions seraient lourdes de conséquences. 185

16 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 L axe Syrie-Iran-Hezbollah Le président syrien mise toujours sur le soutien de ses protecteurs russe et chinois. La Syrie, hier tutrice du Liban, aujourd hui marraine du Hezbollah, a su jusqu à maintenant tirer profit des différentes situations régionales. Certain des calculs géopolitiques de ses soutiens régionaux et internationaux, Damas pèse encore de tout son poids sur l échiquier au Proche-Orient. La crise syrienne s est transformée en épicentre et enjeu d empoignades qui mettent en présence un projet chiite animé par l Iran et un projet sunnite antagonique, animé par l Arabie Saoudite et le Qatar avec le concours de la Turquie. S agissant du camp chiite, le Hezbollah n est pas resté longtemps à l écart de la crise syrienne. Aujourd hui, deux tendances existent au sein du parti de Dieu, une tendance convaincue que la bataille de la Syrie est aussi celle du Hezbollah qui veut apporter son soutien total au régime syrien avant qu il ne soit trop tard, une deuxième tendance, au contraire plus modérée, pense qu il faut rester en marge de la crise, estimant que c est encore, au moins pour le moment, une crise interne syrienne. Plus globalement, la position du Hezbollah libanais est que la Syrie est victime je cite d «un complot ourdi par les États-Unis, avec la complicité d états du Golfe, pour servir les intérêts d Israël». Le premier responsable du parti libanais va plus loin en déclarant, le 18 juillet 2012, que l Occident cherche à faire payer le prix fort au régime syrien qui avait livré les quelques 4500 roquettes et missiles que le Hezbollah avait tirés contre Israël pendant la guerre de juillet 2006 qui a connu une relative défaite à Tsahal face à la détermination des combattants du Hezbollah libanais allié de la Syrie et de l Iran. Le Hezbollah considère la crise syrienne comme faisant partie d un enjeu plus global, celui de la domination américano-israélienne sur la région avec l aide des Occidentaux et de leurs alliés arabes et turcs. Mais derrière cette analyse, somme toute classique, il ne serait pas impossible de lire également une certaine inquiétude de la part du Hezbollah si l on considère que cette division, entre modérés et durs du parti, existe réellement. Mais de là à parler de dissensions profondes au sein, notamment, du commandement suprême du parti serait quelque peu aléatoire. Cependant, une question se pose : le parti est-il prêt à soutenir le régime syrien quelle que soit la conséquence, notamment, au prix de son affaiblissement dans la perspective de l effondrement du régime alaouite? Il est difficile de répondre à cette question mais on ne peut nier, aujourd hui, que le parti de Dieu soit traversé par 186

17 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes certains courants conscients des changements qu ont entrainés les printemps arabes qui considèrent qu il faudrait un recentrage de la politique régionale du parti via une ouverture vers les courants islamistes qui gouvernent aujourd hui en Tunisie et en Egypte. Il ne s agit pas ici de changer les alliances régionales mais de rester, quelque, peu neutre face à la crise syrienne ou, du moins, de ne pas jeter tout le poids du parti dans la bataille pour le maintien du régime syrien. Cette vision au sein d un courant du Hezbollah serait d autant plus probable que les relations entre les deux partenaires étaient pour le moins tumultueuses dans les années 80 quand le père de l actuel président syrien appuyait l autre mouvement chiite Amal 6. Une guerre fratricide a même opposé les deux camps, la Syrie reprochant à l Iran de s immiscer dans les affaires internes du Liban que Damas considérait, jadis, comme faisant partie de la grande Syrie. Ce n est qu à partir de l accession de l actuel chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, à la tête du parti en 1992, que les relations se sont progressivement améliorées. Ces conflits, certes résiduels, sont autant de traces indélébiles de l opposition qui a existé entre les deux parties qui peuvent peut-être expliquer aujourd hui une possible opposition de points de vue au sein même du Hezbollah au plus fort de la crise syrienne. Ce n est, en l état, qu une hypothèse, puisque les grandes décisions d ordre stratégique, qui engagent l avenir du parti, ne peuvent être prises sans l accord de la structure militaire dominante dans le parti. L aile militaire sait strictement l importance de l aide matérielle et politique de la Syrie qui abrite, par ailleurs, les capacités militaires du Hezbollah, mises à l abri de l aviation israélienne à Damas, qui rappelons-le, domine l espace aérien libanais. Par conséquent, le Hezbollah sait pertinemment que la perte de l allié syrien peut être catastrophique pas seulement pour le parti du Dieu mais pour la région toute entière. En somme les responsables du parti libanais, en tête desquels Hassan Nasrallah, considèrent que le partenaire stratégique syrien est un allié aujourd hui irremplaçable. 6. C est la Syrie qui a donné le feu vert à la participation de l Iran au jeu libanais. Dès le début de la révolution, l Iran a senti l importance de ce pays dans la réalisation de son projet politique. Par conséquent, le Liban a abrité la résistance arabe Amal qui est la principale organisation politique et militaire fondée par le chiite imam Musa al-sadr. Ce mouvement, influencé par la révolution iranienne de 1979, avait une vision nationaliste de l islam et se battait pour consolider la position de la communauté chiite au sein de l État libanais. Amal était impliqué dans des attaques contre les Israéliens au sud du Liban et dont le relais a été pris par l actuel mouvement chiite libanais, le Hezbollah à qui beaucoup de Libanais, y compris des chrétiens, attribuent la première victoire de la résistance sur l occupant israélien. 187

18 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Si l on estime que les combattants du parti ne participent pas directement aux combats en Syrie, du moins pour le moment, il est fort probable, néanmoins, que des conseillers militaires du Hezbollah soient détachés, auprès de l état-major syrien, afin d apporter une aide précieuse à l armée syrienne notamment en terme de renseignements tant sur le terrain syrien que sur le territoire libanais, principalement dans les territoires frontaliers au nord-est du pays où se concentre une partie de l opposition militaire au régime alaouite. Le Hezbollah apporterait aussi une aide sous forme d entraînement des troupes syriennes aux techniques de guérilla qu il maîtrise très bien et qui lui a permis de mieux résister encore face à l armée israélienne lors de la guerre de Le Hezbollah aurait formé plusieurs unités de la quatrième division commandée par le propre frère du président syrien Maher El Assad. Le parti de Dieu sait, par conséquent, que l effondrement du régime syrien s apparenterait à une perte inestimable d un partenaire tout simplement irremplaçable. S ajoutent à cela les vieilles querelles entre sunnites et chiites, vaillamment entretenues par l Arabie Saoudite et l Iran dont les relations sont aujourd hui au plus bas. L appel, en mars 2009, des Saoudiens aux Américains de «couper la tête du serpent iranien», révélé par WikiLeaks, n a fait que détériorer des relations déjà difficiles entre les deux pays. C est dire combien l opposition chiisme/sunnisme joue sur la crise syrienne. L antagonisme irano-saoudien, l autre expression de la crise syrienne Avec sa position géostratégique, son passé historique imposant et ses ressources pétrolières considérables, l Iran prend une place importante au Moyen-Orient. L Iran, État le plus ancien du monde (l empire perse remonte en effet au vi e siècle avant J.-C.) dispose d un vaste territoire, d une importante population et d importantes ressources pétrolières et gazières. Tous ces éléments de l histoire iranienne contribuent à lui donner des ambitions de puissance régionale. Il joue un rôle significatif sur l échiquier de la région et sa politique étrangère reste complexe voire imprévisible. La politique iranienne interne et externe soulève plusieurs points d interrogation essentiellement sur la relation entre le politique et le religieux. L Iran met en avant la théorie d encerclement par trois puissances sunnites hégémoniques, la Turquie, le Pakistan et, bien évidemment, l Arabie Saoudite. Cette dernière est aujourd hui en première ligne dans le conflit millénaire qui oppose les deux familles de l islam, sunnites et chiites, qui tourne à l obsession surtout du côté saoudien. Sans vouloir minimiser l importance du religieux dans l opposition séculaire entre Saoudiens et Iraniens, il faut cependant reconnaître que, de plus, la question 188

19 Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 Incertitudes syriennes religieuse est utilisée comme un habillage et qu en l occurrence elle ne peut expliquer seule cette rivalité ancestrale. L opposition religieuse serait aujourd hui occultée par une rivalité géostratégique dont les failles se trouvent dans les relations qu entretiennent les Saoudiens avec leur protecteur américain. Il est, par conséquent, probable que la question de l influence américaine dans la région soit le moteur de ce qu on appelle le croissant chiite et, en tout état de cause, davantage que l opposition confessionnelle. La guerre qui a lieu en Syrie confirme cette analyse. En effet, c est le basculement du pouvoir politique en Irak dans les mains de la majorité chiite lors des élections de 2005 qui a réveillé, de nouveau, l opposition politico-religieuse et des visions géopolitiques entre les deux puissances musulmanes de la région. Nous assistons, depuis, à un réveil sunnite et à un durcissement dans l opposition entre les deux courants sur fond d intérêts géopolitiques diamétralement opposés. Ce durcissement saoudien et, plus largement, de certains états du Golfe envers l Iran, a pour objectif l endiguement du danger iranien pour éviter la propagation de l influence de Téhéran. Une sorte de guerre froide qui peut rapidement prendre une tournure plus inquiétante pour la région toute entière. Le royaume saoudien a toujours été obsédé par la théorie du complot du croissant chiite et ne manque pas une occasion pour le rappeler à Téhéran, comme lorsque des unités de l armée saoudienne sont entrées à Bahreïn pour faire taire des revendications, par ailleurs, légitimes de la majorité chiite du pays, plus de 60 % de la population, ostracisée et gouvernée par une minorité sunnite depuis l indépendance de ce royaume en Au-delà de l hostilité traditionnelle entre Arabes et Perses, entre sunnites et chiites, l affrontement irano-saoudien symbolisait, de manière emblématique, la compétition que la monarchie saoudienne et le régime des mollahs se livraient au même moment. Sur plus d un continent, chacun cherche à affirmer la légitimité de son leadership sur la communauté musulmane. Ces puissances rivales se livrent aujourd hui une guerre par acteurs interposés en Syrie. L issue de cette guerre sera certainement terrible pour le perdant. Pour l un, l enjeu est la consolidation de l arc chiite via le maintien du régime alaouite et de son allié libanais, le Hezbollah, pour l autre, il s agit de détruire le danger chiite qui prend aujourd hui racine jusqu au bord de la Méditerranée. À cet enjeu s ajoute la question de la capacité de l Iran d accéder au rang des États nucléarisés, ce qui sera un événement majeur puisque ce sera le premier État musulman de la région à posséder une arme dissuasive. Une perspective effrayante pour les monarchies du Golfe qui aura pour conséquence 189

20 Le printemps syrien : enjeux et perspectives Géostratégiques n 37 3 e trimestre 2012 directe une course à l armement nucléaire très coûteuse, qui se fera au détriment du développement économique et social des peuples de la région. S ils redoutent la capacité nucléaire iranienne, les monarchies du Golfe craignent, paradoxalement, les conséquences de l option militaire que l Arabie Saoudite réclame, par ailleurs, aux Américains. Les monarchies sunnites savent, en effet, que l option militaire en Syrie, et en Iran par la suite, pourrait s avérer fatale pour les États du Golfe à majorité chiite, notamment au Bahreïn et dans d autres États voisins où il existe une minorité non négligeable de chiites. C est le cas du Koweït, État frontalier avec l Iran (environ un tiers de la population est chiite). Elle est significative aux Emirats arabes unis qui, d ailleurs, contestent l annexion par le régime du Chah des trois îles (Abou Moussa, la grande et la petite tombe), situées près du détroit stratégique d Ormuz qui ferme le Golfe. La présence chiite est également non négligeable en Arabie Saoudite, concentrée dans la province orientale du royaume, qui recèle une bonne partie des ressources pétrolières du pays. Tous ces pays redoutent davantage les dizaines «de cellules dormantes» que Téhéran pourrait actionner en cas d attaque militaire, ce qui peut avoir des conséquences incalculables sur la stabilité de la région toute entière. S agissant de la Russie, marginalisée par l importante présence américaine en Afghanistan et en Irak, la guerre en Syrie lui donne assurément l opportunité d un retour effectif sur la scène proche-orientale et, peut-être, mondiale. Les liens entre les deux pays restent très solides notamment sur le plan militaire, puisque la Syrie reste le plus important client de la Russie, d autant que Moscou se trouve aujourd hui exclue du juteux marché libyen. Entre 2007 et 2010, Damas aurait acheté pour près de 4 milliards d euros de matériel militaire russe notamment pour l armée de l air syrienne. Aujourd hui, en échange de l annulation des trois-quarts de la dette syrienne, la marine russe bénéficie de l accès aux ports de Tartous et de Lattaquié, une présence capitale dans une région qui est une véritable poudrière. Ainsi, la Russie pourra se faire entendre de nouveau sur des questions clés comme le compliqué dossier nucléaire iranien, le bouclier anti missile de l Otan ou encore le tracé des oléoducs et des gazoducs de demain. Vladimir Poutine avait qualifié un jour la disparition de l ex URSS de «plus grande catastrophe géopolitique du siècle dernier». La position adoptée par la Russie, tant sur le dossier nucléaire iranien que sur la crise syrienne, semble présenter des indices probants de la véracité du retour de la Russie soviétique. Jusqu où pourrait aller la réaction russe? Un début de réponse a été apporté par le président russe Poutine quand il a confirmé, à plusieurs reprises, l attachement de la Russie à 190

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

LES MINORITÉS AU COEUR DE LA CRISE SYRIENNE

LES MINORITÉS AU COEUR DE LA CRISE SYRIENNE OBSERVATOIRE DES MUTATIONS POLITIQUES DANS LE MONDE ARABE LES MINORITÉS AU COEUR DE LA CRISE SYRIENNE PAR LCL. KAMAL KAMAL Officier de l armée de terre libanaise, stagiaire de la 21e promotion «Ceux de

Plus en détail

Sujet d étude le Moyen-Orient au cœur des enjeux contemporains

Sujet d étude le Moyen-Orient au cœur des enjeux contemporains Sujet d étude le Moyen-Orient au cœur des enjeux contemporains Livre pages 46 à 51 A : Le conflit israélo-arabe : Les phases d expansion du territoire israélien ont été essentiellement consécutives des

Plus en détail

La Syrie plonge ses racines dans un passé riche et ancien et s étendait

La Syrie plonge ses racines dans un passé riche et ancien et s étendait La Syrie : un pays mûr pour l'islamisme Mohamed Fadhel TROUDI* La Syrie plonge ses racines dans un passé riche et ancien et s étendait jadis de la Méditerranée au Golfe Persique, de la frontière turque

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

Israël-Hamas : une stratégie de l image

Israël-Hamas : une stratégie de l image RÉFLEXION Janvier 2009 Israël-Hamas : une stratégie de l image Julien Saada Chercheur - Moyen-Orient Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques - UQÀM Il aura fallu à peine une semaine

Plus en détail

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient par webmaster - Jeudi, janvier 27, 2011 http://ses-noailles.fr/2011/01/prepa-sciences-po-les-frontieres-le-proche-orient/ Dans le cadre de la préparation

Plus en détail

WORKING PAPER 9-2013

WORKING PAPER 9-2013 INSTITUT EUROPÉEN DES RELATIONS INTERNATIONALES WORKING PAPER 9-2013 TRANCHER LE NŒUD GORDIEN EN SYRIE? Professeur Jacques LIPPERT Analyste en géopolitique Directeur-adjoint de l Académia Diplomatica Europaea

Plus en détail

Peut-on arrêter la guerre en Syrie?

Peut-on arrêter la guerre en Syrie? Peut-on arrêter la guerre en Syrie? Forum du Futur, Ecole Militaire, Paris, 13 novembre 2014 Samir AITA Président du Cercle des Economistes Arabes Membre fondateur du Forum Démocratique Syrien (Forum de

Plus en détail

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES Association des économistes québécois Québec, le 16 janvier 2014 Pierre Fournier, Analyste géopolitique 1 États-Unis : Surperformance économique durable,

Plus en détail

Abderrahim Lamchichi GEOPOLITIQUE DE L'ISLAMISME

Abderrahim Lamchichi GEOPOLITIQUE DE L'ISLAMISME Abderrahim Lamchichi A 354180 GEOPOLITIQUE DE L'ISLAMISME L'Harmattan 7,raede l'école-polytechnique 75005 Paris FRANCE L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y1K9 L'Harmattan Hongrie

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

Syrie: une crise à hauts risques. Jules Thibault* LA SYRIE AU BORD DE LA GUERRE CIVILE. * Chercheur, spécialiste du Moyen-Orient

Syrie: une crise à hauts risques. Jules Thibault* LA SYRIE AU BORD DE LA GUERRE CIVILE. * Chercheur, spécialiste du Moyen-Orient N 16 - Fondation Jean-Jaurès / Orion - Observatoire de la défense - 29 novembre 2011 - page 1 Syrie: Jules Thibault* * Chercheur, spécialiste du Moyen-Orient Depuis le mois de mars 2011, un mouvement de

Plus en détail

La Syrie : anatomie d une révolution. Par Leïla Vignal, maître de conférences en géographie, université Rennes 2

La Syrie : anatomie d une révolution. Par Leïla Vignal, maître de conférences en géographie, université Rennes 2 La Syrie : anatomie d une révolution Par Leïla Vignal, maître de conférences en géographie, université Rennes 2 Je connaissais très bien la Syrie jusqu à l année dernière, lorsque les frontières du pays

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

L Enlèvement Avant la Tribulation, La Grande Déception. http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/

L Enlèvement Avant la Tribulation, La Grande Déception. http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/ L Enlèvement Avant la Tribulation, La Grande Déception http://www.islam-bible-prophecy.com/enlevement-eglise/ QUATRE LUNES ROUGES COINCIDENT AVEC PESSAH ET SUKOT 2014-2015 2015 81 La Bible nous décrit

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS 2 février 2013 Gustave Massiah Représentant du CRID Au Conseil International du FSM Le Forum Social Mondial de Tunis (FSM), du 26 au 30 mars 2013, sera un moment

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

On aurait pu penser que le

On aurait pu penser que le Chrétiens d Orient Un pape inquiet, un Occident muet Le sort des chrétiens d Orient ne mobilise guère la communauté internationale, tout au moins jusque récemment. C est pourquoi François n a pas attendu

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

La Syrie est un pays arabe du Proche-Orient situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée. Depuis 2000, ce pays est gouverné par Bachar

La Syrie est un pays arabe du Proche-Orient situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée. Depuis 2000, ce pays est gouverné par Bachar 1 2 La Syrie est un pays arabe du Proche-Orient situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée. Depuis 2000, ce pays est gouverné par Bachar El-Assad. Ce dernier, dirige son pays d une main de fer.

Plus en détail

les services de renseignement évolution et actions et de sécurité en syrie roger tebib

les services de renseignement évolution et actions et de sécurité en syrie roger tebib roger tebib Professeur des Universités (sociologie). Il est auditeur à l Institut des Hautes Études de Défense Nationale, président de la section Champagne-Ardenne du Haut Comité Français pour la Défense

Plus en détail

Guerre civile en Syrie : conséquences géopolitiques et scénarios possibles

Guerre civile en Syrie : conséquences géopolitiques et scénarios possibles Annuaire IEMed. de la Méditerranée 2013 18 Guerre civile en Syrie : conséquences géopolitiques et scénarios possibles D r Muriel Asseburg 1 Attachée supérieure de recherche Institut allemand des affaires

Plus en détail

Conflit syrien : Aux sources de l immobilisme international

Conflit syrien : Aux sources de l immobilisme international ANALYSE 2013 Conflit syrien : Aux sources de l immobilisme international Publié avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles Conflit syrien : Aux sources de l immobilisme international Le dernier

Plus en détail

.LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS.

.LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS. .LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS. Introduction Š Proche-Orient et Moyen-Orient, de quoi parle-t-on? Le Proche-Orient et le Moyen-Orient sont complexes et difficiles à définir. Ils

Plus en détail

Avantages et inconvénients d une force internationale

Avantages et inconvénients d une force internationale e 11 r aaooûût t 22000066 Institut du Renseignement Centre d Etudes du Terrorisme Avantages et inconvénients d une force internationale (par le Général. (res.) Moshe Yaalon et le Général. (res.) Yaakov

Plus en détail

LIBRE OPINION du Colonel Jacques HOGARD : Retour de Syrie...

LIBRE OPINION du Colonel Jacques HOGARD : Retour de Syrie... LIBRE OPINION du Colonel Jacques HOGARD : Retour de Syrie... Posté le vendredi 20 novembre 2015 J étais à Damas vendredi soir avec une importante délégation française composée notamment de cinq députés

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

10 Février 2015. Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles

10 Février 2015. Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles ARI ARI 7/2015 10 Février 2015 Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles Haizam Amirah-Fernández Analyste principal sur la Méditerranée et le monde arabe au Real Instituto Elcano à Madrid @HaizamAmirah.

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

LES DILEMMES DE LA GUERRE ISRAÉLO- LIBANAISE, UN JEU À DOUBLE NIVEAU? Marwa DAOUDY*

LES DILEMMES DE LA GUERRE ISRAÉLO- LIBANAISE, UN JEU À DOUBLE NIVEAU? Marwa DAOUDY* LES DILEMMES DE LA GUERRE ISRAÉLO- LIBANAISE, UN JEU À DOUBLE NIVEAU? Marwa DAOUDY* ÉLABORÉ PAR LE POLITOLOGUE américain Robert Putnam, le «jeu à deux niveaux» conceptualise l interaction fréquente entre

Plus en détail

Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes

Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes VAIOS KOUTROULIS Professeur assistant, Centre de droit international,

Plus en détail

MOYEN- AFRIQUE. Une réfugiée syrienne fait du pain pour sa famille de 13 personnes à l extérieur de son abri, dans la vallée de la Bekaa (Liban).

MOYEN- AFRIQUE. Une réfugiée syrienne fait du pain pour sa famille de 13 personnes à l extérieur de son abri, dans la vallée de la Bekaa (Liban). Une réfugiée syrienne fait du pain pour sa famille de 13 personnes à l extérieur de son abri, dans la vallée de la Bekaa (Liban). MOYEN- HCR/ L. ADDARIO AFRIQUE 116 Appel global 2015 du HCR - actualisation

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946 Cinq ans après avoir obtenu son indépendance des Forces françaises libres, en 1941, la Syrie se soustrait de la tutelle française. Ses dirigeants proclament l'indépendance le 17 avril 1946 alors que les

Plus en détail

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE

PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE PROJET D AIDE AUX VICTIMES EN SYRIE Ligue Pour Une Syrie Libre Association loi 1901 Sommaire : I) Présentation et objectifs de l association p.2 II) Contexte et zones d intervention p.3 III) Principales

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

La Tunisie et la Libye dans les dynamiques intra-maghrébines du printemps arabe

La Tunisie et la Libye dans les dynamiques intra-maghrébines du printemps arabe Politiques méditerranéennes Le Maghreb La Tunisie et la Libye dans les dynamiques intra-maghrébines du printemps arabe Mansouria Mokhefi Responsable du programme Moyen-Orient / Maghreb Institut français

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

VOYAGE DU PAPE FRANÇOIS EN TERRE SAINTE : DÉCRYPTAGE DES ENJEUX SPIRITUELS ET DIPLOMATIQUES

VOYAGE DU PAPE FRANÇOIS EN TERRE SAINTE : DÉCRYPTAGE DES ENJEUX SPIRITUELS ET DIPLOMATIQUES OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX VOYAGE DU PAPE FRANÇOIS EN TERRE SAINTE : DÉCRYPTAGE DES ENJEUX SPIRITUELS ET DIPLOMATIQUES PAR STANISLAS DE LABOULAYE Ancien Consul général à Jérusalem (1996-1999),

Plus en détail

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel»

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Introduction : Au début des années 90, la Guerre Froide se termine avec l éclatement de l URSS. Un monde unipolaire, dominé par les États-Unis, accouche d un

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

2015/09. L Afghanistan un champ stratégique pour l État islamique. par Mohammad Ismail JAVID. Analyses & Études. Siréas asbl

2015/09. L Afghanistan un champ stratégique pour l État islamique. par Mohammad Ismail JAVID. Analyses & Études. Siréas asbl 2015/09 L Afghanistan un champ stratégique pour l État islamique par Mohammad Ismail JAVID Analyses & Études 1 Politique Politique internationale internationale Siréas asbl Nos analyses et études, publiées

Plus en détail

Thèse soutenue le 5 janviers 2012 à l EHESS-Paris. Mention très honorable à l unanimité du jury. Résumé de la thèse

Thèse soutenue le 5 janviers 2012 à l EHESS-Paris. Mention très honorable à l unanimité du jury. Résumé de la thèse Zakaria TAHA «La problématique de la laïcité à travers l expérience du parti Baath en Syrie» Thèse de doctorat en Etudes Politiques, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Jury : Olivier Roy, Directeur

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne

Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne POURPARLERS DE PAIX Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne 15.11.2013, Jol Press (France) http://www.jolpress.com/geneve-2-syrie-opposition-syrienne-assad-lakhdar-brahimi-article- 822923.html

Plus en détail

HISTOIRE. Option Lettres et sciences humaines. Epreuve ENS Ulm (A/L B/L)

HISTOIRE. Option Lettres et sciences humaines. Epreuve ENS Ulm (A/L B/L) HISTOIRE Epreuve ENS Ulm (A/L B/L) (Epreuve conçue et réalisée par l ESCP-EAP) Sujet : Le Moyen-Orient dans la politique étrangère des grandes puissances entre 1918 et la guerre du Golfe. Le sujet au libellé

Plus en détail

RÉSEAUX SOCIAUX : UN DANGER POUR L IRAN?

RÉSEAUX SOCIAUX : UN DANGER POUR L IRAN? RÉSEAUX SOCIAUX : UN DANGER POUR L IRAN? PAR MONSIEUR SÉBASTIEN CACIOPPO DOCTORANT AU LID2MS, UNIVERSITÉ D AIX-MARSEILLE Merci Monsieur le Président. Je vais donc mettre la focale sur l État iranien qui,

Plus en détail

Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR À L IRIS

Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR À L IRIS Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR À L IRIS MAI 2012 Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR

Plus en détail

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 HISTOIRE La Chine depuis 1919 RUSSIE «L homme malade de l Asie» Révolution de 1911 > 1912 : régime républicain > Pouvoir militaire «les

Plus en détail

Quelle politique de sanctions face à la prolifération?

Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Bruno Gruselle, Chargé de recherche (28 juin 2007) L utilisation de sanctions économiques s est largement développée au cours des années 1990, comme

Plus en détail

COOPERATION JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIERE DU DROIT DE LA FAMILLE 1

COOPERATION JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIERE DU DROIT DE LA FAMILLE 1 COOPERATION JUDICIAIRE INTERNATIONALE EN MATIERE DU DROIT DE LA FAMILLE 1 Berceau et héritier des civilisations et des conceptions religieuses de l antique Orient, le Liban a su accueillir sur son petit

Plus en détail

LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA

LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA Publié le 10 mai, 2013 par Sentinelle LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA Par Gerald Flurry Mai/juin 2013 Lors de la récente visite historique du président, beaucoup de personnes ont été

Plus en détail

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 5 millions d enfants syriens auront besoin d être sauvés cette année Le 7 Juin 2013, les Nations Unies ont lancé l appel au don le plus

Plus en détail

A UNE REGION AUX ENJEUX COMPLEXES

A UNE REGION AUX ENJEUX COMPLEXES THEME II. Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945 H 4 - Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la Seconde Guerre mondiale Le Proche et Moyen Orient est une zone de contact

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe TS GEOGRAPHIE Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe Le monde actuel est complexe et en perpétuelle évolution : - Depuis la fin de la guerre froide (1991), fin de l antagonisme

Plus en détail

Le conflit syrien pour les "nuls" Démocrates Franco-Syriens, juin 2015

Le conflit syrien pour les nuls Démocrates Franco-Syriens, juin 2015 Le conflit syrien pour les "nuls" Démocrates Franco-Syriens, juin 2015 droits réservés La Syrie? C est compliqué.que de fois n a-t-on pas entendu cette phrase? A partir de cette réflexion et de quelques

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Syrie: la guerre, les silences et les mensonges PAR FRANÇOIS BONNET DE MEDIAPART

Syrie: la guerre, les silences et les mensonges PAR FRANÇOIS BONNET DE MEDIAPART Syrie: la guerre, les silences et les mensonges PAR FRANÇOIS BONNET DE MEDIAPART Etats-Unis, France et Royaume-Uni vont intervenir militairement en Syrie. S'il est urgent d'aider à la chute de Bachar al-assad,

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC ENTRETIEN AVEC NAIMA BENWAKRIM * Les Marocains sont en train de vivre une période charnière de leur histoire. En effet, le travail mené dans

Plus en détail

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale Manuels de référence pour les documents : -Terminale L-ES. HATIER 2012. Bourel et Chevallier - Terminale

Plus en détail

L Union européenne, la France, la Turquie face à la crise syrienne. Quelles analyses? Quelles initiatives?

L Union européenne, la France, la Turquie face à la crise syrienne. Quelles analyses? Quelles initiatives? C O M P T E - R E N D U L Union européenne, la France, la Turquie face à la crise syrienne. Quelles analyses? Quelles initiatives? COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE-DEBAT ORGANISÉE LE 13 JUIN 2013, PARIS,

Plus en détail

Les réfugiés syriens en Jordanie, en Turquie, au Liban et en Irak : comment organiser et soutenir l aide internationale? 1

Les réfugiés syriens en Jordanie, en Turquie, au Liban et en Irak : comment organiser et soutenir l aide internationale? 1 2 octobre 2013 fmdoc30_2013 Les réfugiés syriens en Jordanie, en Turquie, au Liban et en Irak : comment organiser et soutenir l aide internationale? 1 Mémorandum Commission des migrations, des réfugiés

Plus en détail

Irak : de Babylone. à l État islamique. idées reçues sur une nation complexe. Myriam Benraad

Irak : de Babylone. à l État islamique. idées reçues sur une nation complexe. Myriam Benraad Irak : de Babylone à l État islamique idées reçues sur une nation complexe Myriam Benraad Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Le Système de Management de la Sûreté, nouvelle exigence pour les entreprises?

Le Système de Management de la Sûreté, nouvelle exigence pour les entreprises? SécuritéS La lettre d information d AMARANTE International Octobre 2012 n 6 Dossier : Le Système de Management de la Sûreté, nouvelle exigence pour les entreprises? La structuration des métiers de la sûreté

Plus en détail

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy.

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy. SOMMET DE L'OTAN Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014 COMPTE RENDU Délégation Youth Diplomacy Programme cadre : Politiques de défense et de sécurité Délégués : Jean-Florian Ciavaldini, Mehdi Lebeaupin

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Note de recherche : Le conflit syrien, une guerre par procuration

Note de recherche : Le conflit syrien, une guerre par procuration Note de recherche : Par Colin H. Carignan * Université de Sherbrooke * Diplômé du baccalauréat en études politiques appliquées à l École de politique appliquée RÉSUMÉ Le conflit syrien comporte plusieurs

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

L énigme de l attaque aérienne israélienne du 6 septembre 2007

L énigme de l attaque aérienne israélienne du 6 septembre 2007 L énigme de l attaque aérienne israélienne du 6 septembre 2007 Yves Boyer, Directeur adjoint (24 septembre 2007) Au début du mois de septembre 2007, l aviation israélienne (Heyl Ha'Avir) a mené un raid

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET. Jean-Louis Roy

LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET. Jean-Louis Roy LA DÉMOCRATIE AU XXI e SIÈCLE : HÉRITAGE ET/OU PROJET Jean-Louis Roy La gouvernance politique de l humanité est une entreprise considérable qui sollicite le concours de millions de personnes quotidiennement.

Plus en détail

La Géopolitique du Pétrole

La Géopolitique du Pétrole La Géopolitique du Pétrole Selon Youcef Yousfi, Ministre algérien de l Energie et des Mines «L Algérie continuera à produire du pétrole et des hydrocarbures en général, de longues années encore». Interview

Plus en détail

La Tunisie est au milieu du gué politique entre le 14 janvier, fin de l ancien

La Tunisie est au milieu du gué politique entre le 14 janvier, fin de l ancien La révolution tunisienne, les enjeux de la transition démocratique et la société civile TRIBUNE n 88 Jean Dufourcq Contre-amiral (2S), chercheur à l École militaire, rédacteur en chef de la Revue Défense

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

d une même société n est pas exclusive au Liban, mais plutôt répandue dans tout

d une même société n est pas exclusive au Liban, mais plutôt répandue dans tout ANNEXE II : LES PRINCIPALES COMMUNAUTES RELIGIEUSES AU LIBAN L existence des différentes communautés religieuses ou ethniques dans le cadre d une même société n est pas exclusive au Liban, mais plutôt

Plus en détail

Esabac Histoire/Geschichte

Esabac Histoire/Geschichte Esabac Histoire/Geschichte Cour d'histoire en langue française première année andrea.gilardoni@istruzione.it La Méditerranée au XII siècle e Carrefour de trois civilisations II (4) - L'islam 4. l'islam

Plus en détail

Quiz. L histoire de Suyrana, 10 ans. D où viennent les migrants? Qu est-ce qu un migrant? Où vont les migrants? Qu est-ce qu il se passe à Calais?

Quiz. L histoire de Suyrana, 10 ans. D où viennent les migrants? Qu est-ce qu un migrant? Où vont les migrants? Qu est-ce qu il se passe à Calais? L histoire de Suyrana, 10 ans Qu est-ce qu un migrant? D où viennent les migrants? Où vont les migrants? Pourquoi ne peuvent-ils pas aller où ils veulent? Qu est-ce qu il se passe à Calais? Quiz Pour nous

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT A LA LUMIERE DU PRINTEMPS ARABE Paloma Haschke* Le rôle «révolutionnaire» joué par les médias sociaux dans les événements du Printemps arabe semble évident. Ce phénomène

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail