La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants"

Transcription

1 La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants Olivier Hassid Auteur de La Sécurité en entreprise Vivre en entreprise, c est aussi réfléchir aux menaces qui pèsent sur chaque entreprise et sur ses employés. Avec la mondialisation, les entreprises ont élargi leur champ d action mais également vu au passage se multiplier les dangers qu elles courent, à tel point qu aujourd hui, la gestion de crise doit être intégrée dans la gestion quotidienne. Enlèvement des sept salariés d Areva au Niger, meurtre d un cadre de Spie au Yémen, séquestrations en France de directions générales (Essex, Akers ), inquiétudes relatives à l émergence du nouveau virus Stuxnet ou encore affaire WikiLeaks qui révéla les turpitudes de certaines multinationales. L année 2010 a confirmé une tendance désormais lourde de l environnement général des entreprises. Et permis de démontrer, si besoin était, combien celles-ci étaient vulnérables et en leurs sein l ensemble de leurs actifs. Dans un autre registre, il faut également évoquer la date du 6 mai 2010, au cours de laquelle le Dow Jones a chuté brusquement de points à 9 883,6 points soit une baisse de plus de 9 % par rapport au cours d introduction sans que l on sache encore précisément si cette chute était due à un accident informatique ou à un acte de malveillance Soulignons cette étrange interrogation de la présidente de la sécurité de la bourse de New York, Mary Schapiro : «Lorsqu on est incapable de distinguer l origine du krach boursier et, donc, dans l impossibilité de savoir s il s agit d une cyberattaque d envergure d un État contre un autre, ou encore d un krach systémique purement accidentel, que doit-on faire?» 2 ème trimestre

2 Vivre en entreprise 2010, année pleine de dangers À cela il convient encore d ajouter l éruption volcanique en Islande, catastrophe naturelle qui provoqua l interruption durable de l activité des compagnies aériennes et la perturbation de nombreux secteurs d activité. C est ainsi qu à cette occasion pas moins de vingt-cinq aéroports français furent fermés. Aéroports dont la vie quotidienne a été encore gravement perturbée en fin d année 2010 par les intempéries et les vagues de froid du mois de décembre. Lors du krach boursier du 6 mai 2010 qui a vu le Dow Jones chuter de 9 %, nul n a été capable de dire s il s agissait d une cyberattaque ou d un krach systémique. Et comment ne pas conclure ce recensement indicatif et non exhaustif d incidents, d accidents, de menaces ou d actes de malveillance par le cas de BP. Lorsque, le 20 avril 2010, les agences de presse annoncent onze ou douze disparus après une explosion sur une plateforme pétrolière au large de la Louisiane (États-Unis), personne n imagine ce qui va suivre ; personne n ose prévoir l ampleur de la marée noire que va connaître le golfe du Mexique. Avoir conscience du danger «L avenir ne doit pas être celui de la peur», déclarait en 2009 aux Nations unies le président Obama à propos des risques majeurs de la prolifération nucléaire. Mais l avenir ne doit pas être non plus celui de l autisme et de la surdité. Les théoriciens de l intelligence stratégique ou de l intelligence économique ont souvent vanté la nécessité de détecter ce qu ils appelaient les signaux faibles. Si j ai longtemps considéré ce travail comme nécessaire, je me demande aujourd hui dans quelle mesure il ne devient pas contre-productif. Cela serait en effet déjà une bonne chose si les décideurs du monde entier, qu ils soient publics ou privés, prenaient conscience de l ensemble des signaux forts qui nous sont envoyés et essayaient de les traiter de manière concertée et rapide. Si ces décideurs voulaient bien accepter l idée de l impérieuse nécessité de mettre en place les dispositifs de prévention et de protection nécessaires pour faire face aux 54 Sociétal n 72

3 La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants menaces que l on connaît, cela serait un grand pas. Malheureusement, force est de constater que pour le moment ce n est pas le cas. Soyons clairs : la crise des subprimes était prévisible et a même dans une certaine mesure été prévue. L ouragan Katrina était également prévisible. Les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington l étaient peut-être moins. Mais ne pouvons-nous pas déjà imaginer un certain nombre de crises à venir, dont le degré de prévisibilité serait entre celui des ouragans tropicaux dont l occurrence annuelle est établie et celui des actes terroristes? Plutôt que de surveiller les «signaux faibles», les décideurs du monde entier devraient apprendre à traiter de manière concertée et rapide les signaux forts. Envisager le pire (?) Le «flash krach» que nous avons vécu le 6 mai 2010 a constitué un avertissement. Il faut maintenant se poser la question d un «flash krach» à venir d une dimension encore inconnue. De même, quand on envisage les conséquences d une cyberattaque, il ne faut pas exclure celle qui provoquerait une crise nucléaire majeure. Quant à l implantation croissante d entreprises multinationales dans des zones sensibles, il faut bien voir que si elle est compréhensible compte tenu de l évolution de l économie mondiale, elle tend à les fragiliser de plus en plus. Elles prennent en effet le risque d attaques extrémistes, mais également celui de voir leurs salariés un jour ou l autre refuser d aller travailler dans ces zones sensibles. On ne peut envisager le destin de l entreprise moderne sans évoquer Internet. Si Internet, bien utilisé, est une source de progrès, c est en même temps un réseau qui peut non seulement entraîner des attaques à l encontre de quelques entreprises ciblées, mais aussi de l ensemble du système économique développé. Concevoir ou imaginer des scénarios catastrophes à partir des événements récents est probablement en tout cas, il faut l espérer très exagéré. Mais ces scénarios ne sont là que pour éveiller ou réveiller les entreprises et mettre en évidence certaines réalités. Trop souvent les entreprises sont concentrées sur les profits de court terme, et elles oublient ce que les économistes appellent les externalités, dont les conséquences se manifestent à long terme. Les jeux de déstabilisation immédiate, de dissimulation, les stratégies à courte vue, les astuces de communication, en un mot, le 2 ème trimestre

4 Vivre en entreprise refus de voir et de prendre du recul, sont des stratégies insensées dans un monde mondialisé où les acteurs sont de plus en plus dépendants les uns des autres. La crédibilité, la légitimité et l efficacité des entreprises nécessitent la clairvoyance. Se croire habile est souvent dangereux. L opinion publique est de moins en moins dupe. Rappelons pour preuve que BP, dans l affaire de la marée noire du golfe du Mexique, a commencé à perdre de sa crédibilité moins parce qu elle ne parvenait pas à colmater les fuites de brut que parce qu elle n avait pas anticipé la crise et surtout parce qu elle a cherché à dissimuler de manière irresponsable le volume réel de la fuite. Au lieu des barils/jours qui se déversaient fin avril, BP a longtemps maintenu l affirmation d une fuite équivalente à seulement barils/jours. Dans un monde mondialisé où tout est interdépendant, le refus de voir ou de prendre du recul est une stratégie insensée. Dans une société en perpétuelle accélération, pour reprendre l expression et la thèse d Hartmut Rosa 2, les entreprises doivent en permanence s adapter à ce grand bouleversement qu est devenu le rapport au temps. Flux tendu, flash trading, la doctrine du time to move, les entreprises doivent l admettre : les crises s enchaînent, l une suivant l autre sans aucun moment de véritable répit ; si bien qu il est indispensable de considérer que la gestion de crise est devenue le mode courant de gestion quotidienne. Pour les dirigeants d aujourd hui, il est indispensable de disposer d outils d anticipation et de gestion de crise opérationnels vingt-quatre heures sur vingt-quatre. On pourrait certes penser que ce fut toujours le cas et soutenir que le monde économique n a jamais été un monde de parfaite sécurité. Mais ce n est pas vrai. La sécurité de demain n est pas la sécurité d hier. Autrefois, il s agissait de remédier à des crises ponctuelles de taille humaine, chaque entreprise ayant un rayon d action géographique, dans sa production comme dans ses ventes, relativement limité. Désormais, il faudra aujourd hui et encore plus demain répondre à des crises multipliées par la mondialisation des firmes. En outre, ces crises seront souvent «hors cadre», pour reprendre une notion chère à Patrick Lagadec 3, c est-à-dire qu elles ne rentreront pas parfaitement dans des schémas antérieurement établis et étudiés. La probabilité que les dirigeants aient à faire face à une crise majeure a donc fortement augmenté. Seront-ils pour autant sensibles à la somme d événements qui, 2. H. Rosa, L Accélération, une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, P. Lagadec, Ruptures créatrices, Paris, Éditions d'organisation-les Échos Éditions, Sociétal n 72

5 La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants comme en 2010, les appelle à s y préparer? Ainsi que le note malheureusement Philippe Baumard, «nous avons atteint un seuil de globalité dans le développement de notre espèce qui donne le sentiment que toute préparation devient inutile, que tout événement est immédiat, que l évaluation d une Pour ne jamais être en retard d une bataille, les dirigeants doivent se doter de nouveaux outils d anticipation et de gestion de crise opérationnels 24 heures sur 24. firme sera décidée non plus au prochain trimestre, mais dans l heure même où elle vient d engager un mouvement stratégique 4.» Dans ces conditions, toute réaction devenant presque surhumaine face à la succession des crises, le dirigeant pourrait être tenté de compter passivement sur le temps qui passe pour résoudre les problèmes. Une telle attitude serait absurde, car il est possible de trouver des réponses justes à des problèmes, même s ils sont extrêmement nombreux. Pour cela, il faut que le dirigeant comprenne qu il est désormais attendu sur des fronts nouveaux et que son champ d action s est considérablement élargi. Celui-ci doit avoir l exigence, cruciale à son niveau, de ne jamais livrer trop tard une bataille. Sinon, comme l a énoncé le célèbre stratège Sun Tse, «il sera défait à chaque bataille 5!» 4. P. Baumard, «Qu'est-ce qui est stratégique?», Revue Défense nationale, décembre 2010, n 735, pp Cité par Patrick Lagadec dans le cadre de son analyse intitulée «Crises et dirigeants : des initiatives urgentes», Journal des DSE, n ème trimestre

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

INTRODUCTION Battre le marché

INTRODUCTION Battre le marché INTRODUCTION Battre le marché C est beau, ça fait rêver mais, dans la pratique, qu est-ce que cela signifie? Pour répondre à cette question, il faut définir brièvement la notion de marché. En langage économique,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008

MoneyTalk - Personal Finance Day du 27 septembre 2008 21/09/2008 Existe-t-il un niveau de chiffre d'affaires à partir duquel il est intéressant de passer en société? Mise en garde : cette note a servi de support à la présentation d un exposé lors de la journée

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Logiciel de veille stratégique et e-réputation www.digimind.fr 1 1

Logiciel de veille stratégique et e-réputation www.digimind.fr 1 1 1 1 Sommaire A PROPOS p. 3 INTRODUCTION p. 4 PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS p. 5-6 MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE p. 7 RÉSULTATS ET ANALYSES p. 8-20 2 A propos Nom de l étude : Baromètre des pratiques de veille 2012

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD

TURFI BOURSE. Voici le sommaire : DEFINITION SUPPORT ET RESISTANCE LE DOUBLE CREUX LA TETE EPAULE TRIANGLE LES MOYENNES MOBILES LE MACD TURFI BOURSE L objectif de cet ouvrage est de vous présenter comment analyser une courbe de réussite sur une sélection. Nous verrons les configurations types, les tendances et leur rupture, nous ferons

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

1. Approbation du procès-verbal de l'assemblée générale du 23 mars 2010

1. Approbation du procès-verbal de l'assemblée générale du 23 mars 2010 Procès-verbal de l Assemblée générale de l AETOC - Association d entraide de personnes souffrant de troubles obsessionnels-compulsifs du 15 mars 2011 de 18 h. 45 à 21 h., Association Parole, 1 rue du Vieux-Billard

Plus en détail

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables La cybersécurité dans les petits cabinets comptables VISER DE MEILLEURES PRATIQUES ET MESURES DE PROTECTION Prêter attention à la sécurité informationnelle CPA Canada a récemment fait appel à Nielsen pour

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Synthèse de mémoire de master

Synthèse de mémoire de master Synthèse de mémoire de master Département des sciences de l éducation Centre d enseignement et de recherche francophone des enseignant-e-s du secondaire I et II (CERF) Comment les enseignants soutiennent-ils

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

2009 FXPrice LLC Tous droits réservés http://www.fxprice.com/

2009 FXPrice LLC Tous droits réservés http://www.fxprice.com/ Document préparé par Walter COLLICA pour FXPrice LLC Les GUIDE DE TRADING FXPrice: 17 Facteurs Clé du Succès 1. Mettez en place des Stop Loss 2. Laissez courir vos profits 3. Ne vous laissez pas influencer

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

INFORMATIONS JANVIER 2015

INFORMATIONS JANVIER 2015 , 5 Boulevard de la Dollée 50000 SAINT-LO Tel : 02 33 57 46 61 - Courriel : ad50@occe.coop Site Internet : http://www.occe.coop/~ad50/ INFORMATIONS JANVIER 2015 Coopérative scolaire N Voilà une nouvelle

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence 2011-2012 Comport-action Nom 1 2 3 4 Court retrait en classe 5 Récréation guidée 6 Billet d information 7 Retrait en classe ou interclasse 0-1-2-3 Aucune conséquence Il peut être intéressant de renforcir

Plus en détail

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Journée sur le SCOT Autunois-Morvan Autun 25 septembre 2013

Plus en détail

Je dépasse mes peurs et mes angoisses

Je dépasse mes peurs et mes angoisses Christophe André & Muzo Je dépasse mes peurs et mes angoisses Seuil Une précédente édition de cet ouvrage est parue sous le titre Petites Angoisses et Grosses Phobies en 2002 aux éditions du Seuil. isbn

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Comment gérer les risques

Comment gérer les risques Comment gérer les risques Alors que la marge de manœuvre diminue Conférence de Marcel Côté Conseiller stratégique, KPMG-SECOR Congrès annuel du CTAC Château Frontenac, Québec Le 23 mars 2013 Risque ÉVÉNEMENT

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque?

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Votre entrepreneur devrait avoir, ou peut facilement obtenir, un document de Travail sécuritaire NB qui indique qu

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

ENQUETE SYMANTEC SUR LA PREPARATION DES PME AUX INCIDENTS (2011) Symantec 2011 Enquête sur la préparation des PME aux incidents.

ENQUETE SYMANTEC SUR LA PREPARATION DES PME AUX INCIDENTS (2011) Symantec 2011 Enquête sur la préparation des PME aux incidents. ENQUETE SYMANTEC SUR LA PREPARATION DES PME AUX INCIDENTS (2011) Symantec 2011 Enquête sur la préparation des PME aux incidents Résultats globaux SOMMAIRE Introduction...3 Méthodologie...4 Conclusion 1

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang. SI28 - Projet intéractif. Initiation à la langue chinoise

HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang. SI28 - Projet intéractif. Initiation à la langue chinoise HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang SI28 - Projet intéractif Initiation à la langue chinoise 1 Introduction En tant que groupe franco-chinois et étudiants en génie informatique, nous avons décidé d

Plus en détail

LE COACHING AU QUOTIDIEN

LE COACHING AU QUOTIDIEN LE COACHING AU QUOTIDIEN Guide et fiches de travail Quality Media Resources, Inc. 10929 SE rue 23 Bellevue, WA 98004 - USA TEL: (800) 800-5129 FAX: (425) 455-0558 Internet: www.qmr.com info@qmr.com Permis

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Implémentation de GMAO le cas d une usine de production d eau potable

Implémentation de GMAO le cas d une usine de production d eau potable Retour d expérience Implémentation de GMAO le cas d une usine de production d eau potable Implémenter un logiciel de GMAO n est pas une mince affaire, et ce quelque soit le type d activité qu exerce une

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

Informations complémentaires à la photo. Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire

Informations complémentaires à la photo. Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire Vous allez considérer que vous entrez dans une école que vous n avez pas l habitude de fréquenter. Vous entrez

Plus en détail

Que recommanderiez-vous pour aider Sarah et sa famille? Qui devrait intervenir?

Que recommanderiez-vous pour aider Sarah et sa famille? Qui devrait intervenir? ÉTUDES DE CAS 1. Sarah, 7 ans, 2 e année (comportement explosif) Sarah a commencé à afficher un comportement explosif en deuxième année. Son enseignante a remarqué que ses dessins étaient souvent «sombres»

Plus en détail

La Technique Fut Millionnaire. Explications

La Technique Fut Millionnaire. Explications La Technique Fut Millionnaire Explications La Base : Avant de rentrer dans les détails, nous allons vous expliquez la base de la technique Fut millionnaire qui a permis a des centaines de personnes de

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE 1- Cohérence de l élaboration du projet Activité 1.6 VISÉES ET INTENTIONS ÉDUCATIVES DU COURS Connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d actualisation connaissance de ses talents, de ses qualités,

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise

Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise Gérer le risque opérationnel ORM - Operational Risk Management Juin 2008 Xavier Flez yphise@yphise.com Propriété Yphise GM Gouvernance PR Projets IS Systèmes d Information SO Service Management 1 Le risque

Plus en détail

ÉDUCATION. Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique :

ÉDUCATION. Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique : Approuvées le 3 mars 2007 Révisées le 22 mai 2015 Prochaine révision en 2017-2018 Page 1 de 8 TYPE D Le Conseil scolaire Viamonde (le Conseil) reconnaît trois types d intervention physique : 1. Les interventions

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART?

ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART? ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART? 1 2 MAÎTRES MOTS POUR LE PROJET... EFFICACE ET RAISONNABLE «Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c est parce que nous n'osons pas

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Comment Repérer les Faux Logiciels Antivirus Par l équipe FortiGuard Labs de Fortinet.

Comment Repérer les Faux Logiciels Antivirus Par l équipe FortiGuard Labs de Fortinet. Comment Repérer les Faux Logiciels Antivirus Par l équipe FortiGuard Labs de Fortinet. Il y a quelques mois, un voisin était en train de chater avec moi au sujet d un nouveau antivirus miracle qu il a

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Gestion de stock des utérotoniques

Gestion de stock des utérotoniques Cahier du Participant Gestion de stock des utérotoniques Résumé de la session La disponibilité des médicaments utérotoniques est une composante clé de n importe quelle intervention GATPA. L ocytocine est

Plus en détail

Le Défi e-no Smoking

Le Défi e-no Smoking Le Défi e-no Smoking Du même auteur «Comment arrêter de fumer en travaillant», Éditions First, 1991 «5 semaines pour une vie sans tabac», Méthode audio FirstAvantage, 1992 «30 Jours pour Apprendre à fumer»,

Plus en détail

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One

Témoignage client SAP Métaux Umicore. Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore : recyclage de métaux précieux et de connaissances en affaires, avec SAP Business One Umicore Secteur Métaux Produits et services Technologie des matériaux Site web www.umicore.com Solutions SAP

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

a) Gestion de la force de vente

a) Gestion de la force de vente MGP 702c Section 10c PLAN Gestion de la force de vente Service à la clientèle Aspects techniques de la communication Mise en marché (3) Protocole (Porte parole officiel, Drapeaux, Plan de table, ) Plan

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Evolution des attitudes des conducteurs Etude qualitative et quantitative Extraits de l étude sur l utilisation du téléphone au volant Mai-Juin

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Oliviers qui ressemblent à des oliviers

Oliviers qui ressemblent à des oliviers Oliviers qui ressemblent à des oliviers Par : J.M. MIQUEL Dessins : Thierry FONT Presque la totalité des oliviers cultivés en bonsaï sont formés de manière à ce qu ils ressemblent à des bonsaï et non à

Plus en détail