La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants"

Transcription

1 La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants Olivier Hassid Auteur de La Sécurité en entreprise Vivre en entreprise, c est aussi réfléchir aux menaces qui pèsent sur chaque entreprise et sur ses employés. Avec la mondialisation, les entreprises ont élargi leur champ d action mais également vu au passage se multiplier les dangers qu elles courent, à tel point qu aujourd hui, la gestion de crise doit être intégrée dans la gestion quotidienne. Enlèvement des sept salariés d Areva au Niger, meurtre d un cadre de Spie au Yémen, séquestrations en France de directions générales (Essex, Akers ), inquiétudes relatives à l émergence du nouveau virus Stuxnet ou encore affaire WikiLeaks qui révéla les turpitudes de certaines multinationales. L année 2010 a confirmé une tendance désormais lourde de l environnement général des entreprises. Et permis de démontrer, si besoin était, combien celles-ci étaient vulnérables et en leurs sein l ensemble de leurs actifs. Dans un autre registre, il faut également évoquer la date du 6 mai 2010, au cours de laquelle le Dow Jones a chuté brusquement de points à 9 883,6 points soit une baisse de plus de 9 % par rapport au cours d introduction sans que l on sache encore précisément si cette chute était due à un accident informatique ou à un acte de malveillance Soulignons cette étrange interrogation de la présidente de la sécurité de la bourse de New York, Mary Schapiro : «Lorsqu on est incapable de distinguer l origine du krach boursier et, donc, dans l impossibilité de savoir s il s agit d une cyberattaque d envergure d un État contre un autre, ou encore d un krach systémique purement accidentel, que doit-on faire?» 2 ème trimestre

2 Vivre en entreprise 2010, année pleine de dangers À cela il convient encore d ajouter l éruption volcanique en Islande, catastrophe naturelle qui provoqua l interruption durable de l activité des compagnies aériennes et la perturbation de nombreux secteurs d activité. C est ainsi qu à cette occasion pas moins de vingt-cinq aéroports français furent fermés. Aéroports dont la vie quotidienne a été encore gravement perturbée en fin d année 2010 par les intempéries et les vagues de froid du mois de décembre. Lors du krach boursier du 6 mai 2010 qui a vu le Dow Jones chuter de 9 %, nul n a été capable de dire s il s agissait d une cyberattaque ou d un krach systémique. Et comment ne pas conclure ce recensement indicatif et non exhaustif d incidents, d accidents, de menaces ou d actes de malveillance par le cas de BP. Lorsque, le 20 avril 2010, les agences de presse annoncent onze ou douze disparus après une explosion sur une plateforme pétrolière au large de la Louisiane (États-Unis), personne n imagine ce qui va suivre ; personne n ose prévoir l ampleur de la marée noire que va connaître le golfe du Mexique. Avoir conscience du danger «L avenir ne doit pas être celui de la peur», déclarait en 2009 aux Nations unies le président Obama à propos des risques majeurs de la prolifération nucléaire. Mais l avenir ne doit pas être non plus celui de l autisme et de la surdité. Les théoriciens de l intelligence stratégique ou de l intelligence économique ont souvent vanté la nécessité de détecter ce qu ils appelaient les signaux faibles. Si j ai longtemps considéré ce travail comme nécessaire, je me demande aujourd hui dans quelle mesure il ne devient pas contre-productif. Cela serait en effet déjà une bonne chose si les décideurs du monde entier, qu ils soient publics ou privés, prenaient conscience de l ensemble des signaux forts qui nous sont envoyés et essayaient de les traiter de manière concertée et rapide. Si ces décideurs voulaient bien accepter l idée de l impérieuse nécessité de mettre en place les dispositifs de prévention et de protection nécessaires pour faire face aux 54 Sociétal n 72

3 La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants menaces que l on connaît, cela serait un grand pas. Malheureusement, force est de constater que pour le moment ce n est pas le cas. Soyons clairs : la crise des subprimes était prévisible et a même dans une certaine mesure été prévue. L ouragan Katrina était également prévisible. Les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington l étaient peut-être moins. Mais ne pouvons-nous pas déjà imaginer un certain nombre de crises à venir, dont le degré de prévisibilité serait entre celui des ouragans tropicaux dont l occurrence annuelle est établie et celui des actes terroristes? Plutôt que de surveiller les «signaux faibles», les décideurs du monde entier devraient apprendre à traiter de manière concertée et rapide les signaux forts. Envisager le pire (?) Le «flash krach» que nous avons vécu le 6 mai 2010 a constitué un avertissement. Il faut maintenant se poser la question d un «flash krach» à venir d une dimension encore inconnue. De même, quand on envisage les conséquences d une cyberattaque, il ne faut pas exclure celle qui provoquerait une crise nucléaire majeure. Quant à l implantation croissante d entreprises multinationales dans des zones sensibles, il faut bien voir que si elle est compréhensible compte tenu de l évolution de l économie mondiale, elle tend à les fragiliser de plus en plus. Elles prennent en effet le risque d attaques extrémistes, mais également celui de voir leurs salariés un jour ou l autre refuser d aller travailler dans ces zones sensibles. On ne peut envisager le destin de l entreprise moderne sans évoquer Internet. Si Internet, bien utilisé, est une source de progrès, c est en même temps un réseau qui peut non seulement entraîner des attaques à l encontre de quelques entreprises ciblées, mais aussi de l ensemble du système économique développé. Concevoir ou imaginer des scénarios catastrophes à partir des événements récents est probablement en tout cas, il faut l espérer très exagéré. Mais ces scénarios ne sont là que pour éveiller ou réveiller les entreprises et mettre en évidence certaines réalités. Trop souvent les entreprises sont concentrées sur les profits de court terme, et elles oublient ce que les économistes appellent les externalités, dont les conséquences se manifestent à long terme. Les jeux de déstabilisation immédiate, de dissimulation, les stratégies à courte vue, les astuces de communication, en un mot, le 2 ème trimestre

4 Vivre en entreprise refus de voir et de prendre du recul, sont des stratégies insensées dans un monde mondialisé où les acteurs sont de plus en plus dépendants les uns des autres. La crédibilité, la légitimité et l efficacité des entreprises nécessitent la clairvoyance. Se croire habile est souvent dangereux. L opinion publique est de moins en moins dupe. Rappelons pour preuve que BP, dans l affaire de la marée noire du golfe du Mexique, a commencé à perdre de sa crédibilité moins parce qu elle ne parvenait pas à colmater les fuites de brut que parce qu elle n avait pas anticipé la crise et surtout parce qu elle a cherché à dissimuler de manière irresponsable le volume réel de la fuite. Au lieu des barils/jours qui se déversaient fin avril, BP a longtemps maintenu l affirmation d une fuite équivalente à seulement barils/jours. Dans un monde mondialisé où tout est interdépendant, le refus de voir ou de prendre du recul est une stratégie insensée. Dans une société en perpétuelle accélération, pour reprendre l expression et la thèse d Hartmut Rosa 2, les entreprises doivent en permanence s adapter à ce grand bouleversement qu est devenu le rapport au temps. Flux tendu, flash trading, la doctrine du time to move, les entreprises doivent l admettre : les crises s enchaînent, l une suivant l autre sans aucun moment de véritable répit ; si bien qu il est indispensable de considérer que la gestion de crise est devenue le mode courant de gestion quotidienne. Pour les dirigeants d aujourd hui, il est indispensable de disposer d outils d anticipation et de gestion de crise opérationnels vingt-quatre heures sur vingt-quatre. On pourrait certes penser que ce fut toujours le cas et soutenir que le monde économique n a jamais été un monde de parfaite sécurité. Mais ce n est pas vrai. La sécurité de demain n est pas la sécurité d hier. Autrefois, il s agissait de remédier à des crises ponctuelles de taille humaine, chaque entreprise ayant un rayon d action géographique, dans sa production comme dans ses ventes, relativement limité. Désormais, il faudra aujourd hui et encore plus demain répondre à des crises multipliées par la mondialisation des firmes. En outre, ces crises seront souvent «hors cadre», pour reprendre une notion chère à Patrick Lagadec 3, c est-à-dire qu elles ne rentreront pas parfaitement dans des schémas antérieurement établis et étudiés. La probabilité que les dirigeants aient à faire face à une crise majeure a donc fortement augmenté. Seront-ils pour autant sensibles à la somme d événements qui, 2. H. Rosa, L Accélération, une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, P. Lagadec, Ruptures créatrices, Paris, Éditions d'organisation-les Échos Éditions, Sociétal n 72

5 La gestion de crise, un impératif quotidien pour les dirigeants comme en 2010, les appelle à s y préparer? Ainsi que le note malheureusement Philippe Baumard, «nous avons atteint un seuil de globalité dans le développement de notre espèce qui donne le sentiment que toute préparation devient inutile, que tout événement est immédiat, que l évaluation d une Pour ne jamais être en retard d une bataille, les dirigeants doivent se doter de nouveaux outils d anticipation et de gestion de crise opérationnels 24 heures sur 24. firme sera décidée non plus au prochain trimestre, mais dans l heure même où elle vient d engager un mouvement stratégique 4.» Dans ces conditions, toute réaction devenant presque surhumaine face à la succession des crises, le dirigeant pourrait être tenté de compter passivement sur le temps qui passe pour résoudre les problèmes. Une telle attitude serait absurde, car il est possible de trouver des réponses justes à des problèmes, même s ils sont extrêmement nombreux. Pour cela, il faut que le dirigeant comprenne qu il est désormais attendu sur des fronts nouveaux et que son champ d action s est considérablement élargi. Celui-ci doit avoir l exigence, cruciale à son niveau, de ne jamais livrer trop tard une bataille. Sinon, comme l a énoncé le célèbre stratège Sun Tse, «il sera défait à chaque bataille 5!» 4. P. Baumard, «Qu'est-ce qui est stratégique?», Revue Défense nationale, décembre 2010, n 735, pp Cité par Patrick Lagadec dans le cadre de son analyse intitulée «Crises et dirigeants : des initiatives urgentes», Journal des DSE, n ème trimestre

Comment gérer les risques

Comment gérer les risques Comment gérer les risques Alors que la marge de manœuvre diminue Conférence de Marcel Côté Conseiller stratégique, KPMG-SECOR Congrès annuel du CTAC Château Frontenac, Québec Le 23 mars 2013 Risque ÉVÉNEMENT

Plus en détail

Risques, catastrophes, crises : vers d autres logiciels

Risques, catastrophes, crises : vers d autres logiciels Risques, catastrophes, crises : vers d autres logiciels Patrick Lagadec De façon régulière, la France est touchée par telle ou telle catastrophe, d origine «naturelle» ou non. Des missions d enquête sont

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

LIVRE BLANC. Cinq piliers pour gérer les listes ACL et les règles de pare-feu

LIVRE BLANC. Cinq piliers pour gérer les listes ACL et les règles de pare-feu LIVRE BLANC Cinq piliers pour gérer les listes ACL et les règles de pare-feu Résumé Les meilleurs experts en réseau et en sécurité à travers le monde entier doivent tous faire face au même défi : essayer

Plus en détail

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées Division Espace et Programmes Interarméeses LE MINDEF en quelques mots 295 000 personnes, militaires et civils. 7000 personnes engagées en opérations extérieures, 80% au sein d une coalition internationale

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

a) Gestion de la force de vente

a) Gestion de la force de vente MGP 702c Section 10c PLAN Gestion de la force de vente Service à la clientèle Aspects techniques de la communication Mise en marché (3) Protocole (Porte parole officiel, Drapeaux, Plan de table, ) Plan

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DE SÉCURITÉ

SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DE SÉCURITÉ COMITÉ PERMANENT DE CONTRÔLE DES SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DE SÉCURITÉ Enquête de contrôle 2007.181 Conclusions et recommandations de l enquête sur la manière dont les services belges de renseignement

Plus en détail

Lloyd s City Risk Index 2015-2025

Lloyd s City Risk Index 2015-2025 Lloyd s City Risk Index 2015-2025 lloyds.com/cityriskindex Synthèse A propos du Lloyd s Le Lloyd s est le seul marché de l assurance et de la réassurance spécialisé au monde à proposer une combinaison

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La société de l'information en Chine et le contrôle de la criminalité financière. Dr WANG Haiqiao

La société de l'information en Chine et le contrôle de la criminalité financière. Dr WANG Haiqiao Le texte qui suit est une traduction rapide de soutien à l'interprétariat pendant le séminaire. En cas de doute sur une expression ou le sens d'une phrase, merci de vous référer à l'original en chinois.

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions Octobre 2006 La pratique de la gestion des risques en entreprise devient plus cruciale et plus complexe de jour en jour. Les entreprises doivent

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Contact : dh@communication-sensible.com. www.communication-sensible.com

Contact : dh@communication-sensible.com. www.communication-sensible.com www.communication-sensible.com Pragmatique, ce dossier tente de nous ramener à la réalité. A l heure où les crises se multiplient, nous voyons une nouvelle tendance émerger : celle de la communication

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

COMMENT EVALUER UN RISQUE

COMMENT EVALUER UN RISQUE COMMENT EVALUER UN RISQUE Rappel : danger et risque Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, d un environnement à causer un dommage

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes L exemple du Comité de Bâle Julien Benomar Culture d entreprise et

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements 2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs Revoir la notion des placements Un message de Blake C. Goldring, m.s.m., ll.d., cfa PRÉSIDENT DU CONSEIL ET CHEF DE LA DIRECTION, LA SOCIÉTÉ DE

Plus en détail

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5 Le but de l entreprise est d offrir la meilleure qualité de service dans la vente de pièces automobiles. Les clients de Pintendre on besoin de se procurer les pièces automobiles rapidement afin de changer

Plus en détail

Catastrophe soudaine ou crise latente

Catastrophe soudaine ou crise latente Défis et changements Dans l œil du cyclone diriger en situation de crise Par Brian Ferguson, CA Président, Conseil sur la gestion des risques et la gouvernance L Institut Canadien des Comptables Agréés

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

En effet, sous ce terme d innovation se cachent des enjeux cruciaux pour la sûreté de demain.

En effet, sous ce terme d innovation se cachent des enjeux cruciaux pour la sûreté de demain. 1 Monsieur le Président du Conseil, Monsieur le Secrétaire général, Mesdames et messieurs les directeurs généraux, Mesdames et messieurs les directeurs, Mesdames et messieurs les Représentants permanents,

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Comité scientifique de l ANCCLI

Comité scientifique de l ANCCLI Comité scientifique de l ANCCLI Suivi des visites décennales des installations nucléaires de base et implication dans le suivi de leur fonctionnement Guide méthodologique à l intention des commissions

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE

BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES RECOMMENDATION DE L OCDE 16 décembre 2010 RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR RÉDUIRE ET FINANCER LES RISQUES CATASTROPHIQUES

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève?

Rétrospective 2015. Mais qu avons-nous donc appris durant cette année qui s achève? Rétrospective 2015 L année 2015 n a pas seulement été exceptionnelle en termes de conditions météorologiques. Cette année qui s achève nous a également réservé bien des surprises sur des thèmes tels que

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Sources : période 1955-1979 - A.R.V. BERTRAND, Revue de l'institut

Plus en détail

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux INTERPOL I-Checkit Pour votre sécurité I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux criminels et

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONCLUSION

CHAPITRE 6 CONCLUSION 112 CHAPITRE 6 CONCLUSION Un randonneur sur une pente abrupte Don Mason/CORBIS 113 Manuel d éthique médicale Manuel d éthique Principales médicale Manuel caractéristiques d éthique médicale et de recherche

Plus en détail

Quelle politique de sanctions face à la prolifération?

Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Bruno Gruselle, Chargé de recherche (28 juin 2007) L utilisation de sanctions économiques s est largement développée au cours des années 1990, comme

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction Buts et objectifs 1.Améliorer la qualité du service fourni aux divers clients/mandants de la Caisse 2.Fixer des objectifs clairs et mesurables dont la réalisation puisse

Plus en détail

Mutations du réseau de l enseignement juif. Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive

Mutations du réseau de l enseignement juif. Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive Mutations du réseau de l enseignement juif Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive FSJU 2010 Direction de l action scolaire Observatoire national de l école juive Espace Rachi,

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer New York, 14 juin 2006-06-29 L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer Discours prononcé par Jean-Cyril Spinetta, Président-Directeur Général d AIR FRANCE

Plus en détail

Comment séduire sur un site de rencontres en toute simplicité?

Comment séduire sur un site de rencontres en toute simplicité? Séduire en ligne Comment séduire sur un site de rencontres en toute simplicité? Sommaire : ce que vous trouverez dans cet ouvrage INTRODUCTION p.5 1 ère PARTIE : ÉTAT D ESPRIT ET OBJECTIFS DE LA SÉDUCTION

Plus en détail

Généralités sur la sécurité des procédés

Généralités sur la sécurité des procédés Généralités sur la sécurité des procédés L homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. N oubliez jamais cela quand vous vous plongez dans vos croquis

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Vous pensez probablement que vous réfléchissez bien la plupart des personnes le croient. Peut-être, au contraire, êtes-vous convaincu que rien ne sortira jamais de vos réflexions. Ou encore

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Défis planétaires et «Développement humain durable»

Défis planétaires et «Développement humain durable» Défis planétaires et «Développement humain durable» Etat des lieux Misère du «SUD» Crise économique mondiale Crise énergétique Réchauffement climatique Misère du «Sud» La moitié de la population mondiale

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

La notation en matière de sécurité

La notation en matière de sécurité La notation en matière de sécurité Août 2008 Le CDSE Le Club des Directeurs Sécurité d Entreprise est l association des directeurs de sécurité d entreprise et de leurs collaborateurs. Il fédère des entreprises

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Stratégie intelligente de reprise d activité pour les postes de travail : postes de travail sous forme de service (DaaS) LIVRE BLANC

Stratégie intelligente de reprise d activité pour les postes de travail : postes de travail sous forme de service (DaaS) LIVRE BLANC Stratégie intelligente de reprise d activité pour les postes de travail : postes de travail sous forme de service (DaaS) LIVRE BLANC Sommaire Résumé analytique.... 3 L improbable n a jamais été aussi probable....

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Conclusions du Colloque 1

Conclusions du Colloque 1 56 MATHS A VENIR 2009 Conclusions du Colloque 1 Ces conclusions ont été rédigées par le comité de programme du colloque MATHS A VENIR 2009, comprenant des représentants des sociétés savantes, Société Française

Plus en détail

EDUCATION.VULCANIA.COM

EDUCATION.VULCANIA.COM Dossier pédagogique RISQUES VOLCANIQUES Livret élève CHERS EXPLORATEURS, Ce questionnaire vous aidera à découvrir quelques exemples d aléas naturels notemment d origine volcaniques et risques associés.

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Autodesk Solutions de modélisation des données du bâtiment (BIM) pour la construction Construire un monde meilleur.

Autodesk Solutions de modélisation des données du bâtiment (BIM) pour la construction Construire un monde meilleur. Autodesk Solutions de modélisation des données du bâtiment (BIM) pour la construction Construire un monde meilleur. Les fondations d un succès Améliorez les coûts, la planification et la coordination des

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Pourquoi établir un plan d'intervention et de gestion des urgences?

Pourquoi établir un plan d'intervention et de gestion des urgences? Pourquoi établir un plan d'intervention et de gestion des urgences? Dans le cadre de l organisation d un événement sportif, il est important de définir un plan d intervention et de gestion des urgences.

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD RISQUES NATURELS 1. D importantes régions dans le monde sont exposées à des risques naturels. Les pays l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ne sont pas exempts des ces risques naturels.

Plus en détail

Le paradoxe BP. Les risques du «court-termisme» dans les stratégies de communication

Le paradoxe BP. Les risques du «court-termisme» dans les stratégies de communication Le paradoxe BP Les risques du «court-termisme» dans les stratégies de communication Wildlife rescue - Perdido Bay, AL An oil-covered Northern Gannet struggles to fly approximately five miles outside of

Plus en détail

!"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9!

!#$%#&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34$0)*&3'1-*51((1'#3' 1361#'7#$'(2$8)3&-)*&3'9! !"#$%#"&'()'%#)(&*+',#'-.-*/01',2&34"$0)*&"3'1-*51((1'#3' 1361#'7"#$'(2"$8)3&-)*&"3'9! Présentation de la ressource Propriétés Intitulé court Formation concernée Matière Thème Question de gestion Intitulé

Plus en détail

overmind La solution précède le problème 2008 Overmind - All rights reserved

overmind La solution précède le problème 2008 Overmind - All rights reserved La solution précède le problème Société Overmind vous propose des solutions d optimisation, d anticipation, de pilotage global capables de prendre en compte l interdépendance des variables en terme de

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Cybersécurité dans les entreprises 9 ème Entretiens de Télécom ParisTech Alain Bouillé Président du CESIN Sommaire 1. Quel terrain de jeu

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA Atelier A05 Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA 1 Atelier A05 Intervenants Dominique DEBRAY Michel JOSSET Juriste Inspecteur Expert, Gestion sinistres Dommages et Fraude auprès de Axa

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/ICTS/2 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

La gestion des risques

La gestion des risques La gestion des risques Être assuré contre les risques, c est bien mais est-ce suffisant? ir. Eric Depré Lennikseweg 19 1700 Dilbeek tel: 02/5697166 fax: 02/5697094 mobile: 0476431061 E-mail :eric.depre@skynet.be

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.15/2005/29 22 août 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

Guide Global Property/Dommages aux Biens

Guide Global Property/Dommages aux Biens Guide Global Property/Dommages aux Biens Guide Global Property/Dommages aux Biens Prêts pour demain CLIQUER ICI Depuis plus de 60 ans, AIG assure des entreprises internationales sur les risques de Dommages

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage Introduction L analyse web ou Web Analytics est une discipline récente dont on commence à entendre parler au milieu des années 2000. La Web Analytics Association 1 le définit comme la mesure, la collecte,

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail