Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) DROIT BANCAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) DROIT BANCAIRE"

Transcription

1 Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) sept.-oct La présente revue de presse constitue une sélection non exhaustive de références intéressant le droit bancaire et boursier. Vous pouvez également consulter les précédentes revues de presse sur le site La revue de presse de l'aedbf-france est réalisée avec l'aimable collaboration du service de documentation de la Direction des Affaires juridiques du Groupe BNP Paribas DROIT BANCAIRE. Proposition de loi (n 1920) de J.-J. Candelier portant réforme des banques et relative à la création d'un service public bancaire et financier ainsi que d'un pôle public financier, afin de favoriser le développement humain, déposée à l'assemblée nationale le 15 septembre 2009 : Site de l'assemblée nationale I. INTERVENANTS 1.1. ÉTABLISSEMENTS DE CREDIT ÉTABLISSEMENTS DE MONNAIE ÉLECTRONIQUE. Directive 2009/110/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 septembre 2009 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance prudentielle de ces établissements, modifiant les directives 2005/60/CE et 2006/48/CE et abrogeant la directive 2000/46/CE : JOUE L 267 du 10 octobre 2009, p ORGANISMES NATIONAUX 1

2 COMMISSION BANCAIRE A propos de l arrêt de la CEDH du 11 juin 2009 :. Procédure devant la Commission bancaire : défaut d'impartialité, [CEDH du 11 juin 2009] : La lettre Omnidroit du 2 septembre 2009, p / A. Couret. La Commission bancaire à l'épreuve de l'article 6, 1, de la Convention EDH. "La Cour souligne l'imprécision des textes régissant la procédure devant la Commission bancaire, et le manque de distinction claire entre les fonctions de poursuite, d'instruction et de sanction dans l'exercice de son pouvoir juridictionnel...", CEDH 11 juin Dubus : Recueil Dalloz 33/2009, p / A. Couret. La procédure disciplinaire de la Commission bancaire remise en cause [CEDH 11 juin 2009, Dubus] : Banque & Droit n 127/Septembre-Octobre 2009, p. 3-9 / M. Guyomar. La procédure devant la Commission bancaire censurée par la CEDH (CEDH ) : Droit administratif 2009, n 8-9, p.20 / G. Houillon ORGANISMES INTERNATIONAUX INSTITUTIONS EUROPÉENNES AUTRES INSTITUTIONS II.- OPÉRATIONS DE BANQUE. Le cadre d'activité des banques soumis à de profondes mutations. Chronique législative de janvier à juin 2009 : - Le rapport "de Larosière" - Les concours publics aux établissements de crédit - La réforme du système financier américain - Aide d'etat et renforcement des fonds propres des établissements de crédit - Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme - La rémunération des professionnels des marchés financiers Droit & Patrimoine n 184/Septembre 2009, p / J.-P. Mattout et A. Prüm 2.1. SERVICES BANCAIRES COMPTES 2

3 MOBILITÉ BANCAIRE. Mobilité bancaire : les principes communs de l'ebic [European Banking Industry Committee], un progrès pour les consommateurs : Euredia n 2009 / 3, p / J.-F. Pons et E. Beyrouthy ÉPARGNE. La généralisation de la distribution du livret A. Nouveautés et difficultés juridiques rencontrées lors de sa mise en œuvre : JCP E n 36 du 3 septembre 2009, 1806 / C. Bérard et S. Yvon. Rép.min.n du 28 juillet 2009 : Entraves aux transferts des livrets A : JOAN Q du 28 juillet 2009 COMPTE DE DÉPÔT. Compte de dépôt : Principe de non-ingérence du gestionnaire (T.G.I Lille ) : Revue de droit bancaire et financier 2009, n 4, p.39 / Th. Samin et F. Crédot. Clauses abusives ; clauses figurant dans une convention de compte bancaire ; appréciation (Cass. Civ ) : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2009, n 8-9, p.714. Clauses abusives : illustration en matière bancaire: Le point sur trois clauses contenues dans une convention de compte de dépôt. (Cass. Civ ) : Revue Lamy Droit civil 2009, n 63, p.15 / V. Maugeri COMPTE COURANT. Les sommes inscrites au crédit du compte courant ne peuvent échapper à l'imposition au nom de l'associé en raison de la situation de trésorerie de l'entreprise que pour la partie non prélevée excédant le montant de la créance abandonnée au profit de la société. CE, 31 juillet 2009, n , Salas : Actualité Editions Législatives 12 octobre Sort du compte courant, des dividendes et des réserves en cas de cession de parts sociales ou d'actions : Cahiers de droit de l'entreprise n 5/Septembre-octobre 2009, p / Inforeg OPÉRATIONS BANCAIRES ÉLECTRONIQUES ET MOBILES. Dossier : Protection des données personnelles. Une problématique universelle. Voir notamment : Opérations bancaires électroniques et mobiles. Quelles sont les meilleures pratiques en Europe? : Revue Banque 717/2009, p. 26 / V. Reding. Recent Developments in Mobile Banking and Payments [Electronic banking. Mobile telephony. Text messaging] : JIBLR n 9/2009, p. 454 / R. Bollen 3

4 2.2. OPÉRATIONS DE CRÉDIT CONTRAT DE PRÊT ACCES AU CREDIT. Proposition de loi n 333 de l'assemblée nationale du 17 septembre 2009 et rapport de la commission des finances (n 1901) du 10 septembre 2009, tendant à favoriser l'accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers : Dépêches du JurisClasseur du 15 septembre Loi n du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l'accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers : JOe du 20 octobre 2009 textes 1 à 5, p Note d'intérêt général sur les principales dispositions de la loi tendant à favoriser l'accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers [Loi Brunel n du 19 octobre 2009] : Note du 20 octobre 2009 / M. Boccara. Loi n du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l'accès au crédit des PME : JCP E n 43/2009, Act. 487 / G. Notté. Venant parfaire le dispositif de la loi n du 4 août 2008, la loi du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l'accès au crédit des PME dispense, sous conditions, les EURL et les SASU d'établir un rapport de gestion. Loi n du 19 oct. 2009, art. 8 : Site Dalloz Actualité 21 octobre 2009 / A. Lienhard. Les établissements de crédit qui mettent fin à une ouverture de crédit devront motiver leur décision si l'entreprise le demande. Lorsqu'ils accordent un crédit à une entreprise, ils devront en outre lui indiquer, si elle le demande, les éléments de la notation interne qu'ils lui attribuent (Loi tendant à favoriser l'accès au crédit des PME et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers art. 1 et 2) : BRDA n 18/2009, p. 9 MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES. Arrêté du 30 septembre 2009 portant nomination de Nicolas JACQUET à la médiation du crédit aux entreprises : JOe du 23 octobre 2009, texte 39. Un cadre juridique pour la médiation du crédit : Recueil Dalloz 2009, n 29, p / X. Delpech INTERET TEG. TEG. Le taux conventionnel d'un prêt peut être calculé sur 360 jours. Cass. com. 24 mars 2009 : Revue Banque n 716 / Septembre 2009, p / J.-L. Guillot et P.-Y. Bérard. L'année bancaire et les 360 jours : Droit & Patrimoine n 184/Septembre 2009, Chronique de jurisprudence, de janvier à juin 2009, p / J.-P. Mattout et A. Prüm 4

5 . Détermination du taux effectif global ; souscriptions de parts sociales (T.G.I Orléans ) : Revue de droit bancaire et financier 2009, n 4, p.44 / Th. Samin et F. J. Crédit. Point de départ du délai de prescription de l'action en nullité en cas d'irrégularité du TEG. Cass. 1re civ. 11 juin 2009, Bègue c/ CRCAM La Réunion : JCP E n 37/2009, 1839 / note A. Gourio. Intérêts débiteurs. Mention du TEG. Nullité de la stipulation d'intérêts. Point de départ de la prescription de l'action en nullité : Banque & Droit n 127/Septembreoctobre 2009, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Absence ou irrégularité du TEG. Action en nullité de la stipulation du taux de l'intérêt conventionnel. Point de départ de la prescription. Cass. 1re civ. 11 juin 2009, Caisse régionale de crédit agricole mutuel de la Réunion : Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p / F.-J. Crédot et T. Samin. Prêt ; conclusion ; intérêts ; écrit ; défaut ; effets : En cas d'octroi d'un crédit à un consommateur ou à un non-professionnel, la prescription de l'action en nullité de la stipulation de l'intérêt conventionnel engagée par celui-ci en raison d'une erreur affectant le taux effectif global, court, de même que l'exception de nullité d'une telle stipulation contenue dans un acte de prêt ayant reçu un commencement d'exécution, à compter du jour où l'emprunteur a connu ou aurait dû connaître cette erreur ; ainsi le point de départ de la prescription est la date de la convention lorsque l'examen de sa teneur permet de constater l'erreur, ou lorsque tel n'est pas le cas, la date de la révélation de celle-ci à l'emprunteur (Cass. Civ ) : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2009, n 10, p.804 SURENDETTEMENT. Surendettement et rétablissement personnel ; vente du logement principal ; notion (Cass. Civ ) : Revue des procédures collectives civiles et commerciales 2009, n 12, p.2 / Th. Le Bars. Réduction de la dette après la vente du logement principal du débiteur surendetté (Cass. Civ ) : Dalloz 2009, n 32, p.2200 / G. Henaff CAUSE. La définition de l'absence de cause dans les contrats consensuels de prêt. Cass. com. 7 avril 2009, Ranoux c/ Caisse d'éparge et de prévoyance d'auvergne et du Limousin : Recueil Dalloz n 30/2009, p / J. Ghestin RACHAT DE DETTE BANCAIRE. Le rachat de dettes bancaires décotées encouragé fiscalement : Petites affiches n 213/2009, p. 3-4 / T. Roy CRÉDIT A LA CONSOMMATION. L'office du juge et le crédit à la consommation : Recueil Dalloz 33/2009, Chron p / P. Flores et G. Biardeaud 5

6 ÉCO-PRÊT A TAUX ZÉRO. Instruction fiscale 4A du 30 juillet 2009 : Instruction administrative relative au crédit d'impôt éco-prêt à taux zéro : Ministère du budget CRÉDIT REVOLVING. Proposition de loi (n 1897) relative à la suppression du crédit revolving, à l'encadrement des crédits à la consommation et à la protection des consommateurs par l'action de groupe, déposée à l'assemblée nationale le 2 septembre 2009 : Site de l'assemblée nationale. Rapport n 1959 de J. Gaubert sur la proposition de loi de J-M Ayrault relative à la suppression du crédit revolving, à l'encadrement des crédits à la consommation et à la protection des consommateurs par l'action de groupe : Site de l'assemblée nationale CRÉDIT IMMOBILIER. Prêt immobilier. Contrat interne. Monnaie de compte étrangère. Assimilation à une indexation. Réponse ministérielle n du 19 mai 2009 : Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p / F.-J. Crédot et T. Samin. Le vendeur d'un immeuble peut-il exiger du banquier ayant refusé un prêt communication du dossier de prêt et des notes de la Commission des prêts? TGI Brest 29 juin 2009, Bescond c/ Vauchet : JCP N n 38-39/2009, 1268 / P. Bouteiller. Le prêt «pass-foncier», vecteur principal de l'accession sociale à la propriété dans le neuf? : Revue de droit immobilier 2009, n 7-8, p / H. Heugas-Darraspen CRÉDIT SUR BASE NON CONFIRMÉE. De la validité des crédits sur base non confirmée [qui laisse au prêteur la faculté de ne pas débloquer les fonds], par L.-J. Laisney - Un contrat iconoclaste - Un nouvel avant-contrat? Revue Lamy Droit civil n 64 / Octobre 2009, p GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT CHÈQUE. Chèques. Falsification. Anomalies apparentes. Devoir général de prudence : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. La banque est tenue de relever les anomalies apparentes d'un chèque qui lui est présenté et doit en assumer les conséquences en s'en abstenant. Cass. com. 7 juillet 2009, Laboratoires Jolly Jatel c/ BNP Paribas : JCP G n 43/2009, p / J. Lasserre Capdeville 6

7 . Moyens de paiement ; chèque ; transmission ; endossement ; effets ; obligations du banquier-récepteur : Le banquier récepteur, chargé de l'encaissement d'un chèque, est tenu de vérifier la régularité apparente de l'endos apposé sur le titre. (Cass. Com ) : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2009, n 8-9, p Chèques. Paiement à une personne autre que celle indiquée sur le titre. Obligation de restitution du banquier : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Recel ou complicité d'escroquerie par remise d'un chèque? Cass. crim. 11 février 2009 : Recueil Dalloz n 35/2009, p / B. Sarcy. La non présentation du chèque à l'encaissement : Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p. 8-1 / Ch Youego. La remise d'un chèque ne vaut paiement que sous réserve de son encaissement. Cass. 3ème civ. 1er juillet 2009 : JCP E n 43/2009, 1997 / L. Leveneur. Prix : la remise d'un chèque vaut-elle paiement? (Cass. Civ ) : Contrats - concurrence - consommation 2009, n 10, p.20 / L. Leveneur. L'intégrité du chèque de banque : Gazette du Palais 2009, n , p.5-7 / J. Djoudi. Moyens de paiement ; chèque ; paiement par le tiré ; non-paiement ; interdiction bancaire d'émettre des chèques (Cass. Com ) : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2009, n 10, p CARTES BANCAIRES. Opposition au paiement par carte bancaire, Cass. com. 24 mars 2009 : Revue Banque 717/2009, p / J.-L. Guillot et M. Boccara. La communication à distance des données figurant sur une carte bancaire vaut-elle mandat de payer? [Cass. com. 24 mars 2009] : Recueil Dalloz n 35/2009, p / J. Lasserre Capdeville. La communication à distance des données de la carte ne vaut pas nécessairement ordre de payer : Droit & Patrimoine n 184/Septembre 2009, Chronique de jurisprudence, de janvier à juin 2009, p / J.-P. Mattout et A. Prüm. Réponse ministérielle n 5774 du 6 octobre 2009 relative au paiement par carte bancaire : Les commerçants sont libres d'accepter ou non les paiements par carte bancaire ou par tout autre moyen de paiement et ont le droit de refuser les transactions de faible montant, à condition d'en informer ses clients : Site de l'assemblée nationale. Clauses abusives. La clause permettant à la banque le retrait, le blocage ou la demande de restitution de la carte bancaire, en ce qu'elle réserve au professionnel le droit de modifier unilatéralement, sans préavis, les conditions d'utilisation de la carte, contrevient aux dispositions de l'article R du Code de la consommation. Cass. 1re civ. 28 mai 2009, GIE CB c/ Société Générale et ass. CLCV : Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p / F.-J. Crédot et T. Samin. Carte bancaire : l'appréciation par la banque de la validité du motif d'opposition : Droit & Patrimoine n 184/Septembre 2009, Chronique de jurisprudence, de janvier à juin 2009, p / J.-P. Mattout et A. Prüm 7

8 VIREMENTS Revue de presse de l AEDBF-France (sept.-oct. 2009) Le virement vaut paiement dès réception des fonds par le banquier du bénéficiaire qui les détient pour le compte de son client (Cass. Com ) : RTD Com. 2009, n 2, p.417 / D. Legeais AUTRES MOYENS DE PAIEMENT. La Commission européenne a adopté une communication intitulée «L'achèvement du SEPA : feuille de route ». La nouvelle communication propose un cadre d'action en six priorités, qui nécessite une plus grande participation de tous les acteurs concernés afin de parvenir à la mise en œuvre complète du SEPA : Site Europa PAIEMENTS TRANSFRONTALIERS. Avis du Comité économique et social européen sur la «Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté» : J.O.U.E. série C n 228 du , p.66. Règlement (CE) n 924/2009 du Parlement européen et du Conseil du 16 septembre 2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté et abrogeant le règlement (CE) n 2560/2001 : JOUE L 266 du 9 octobre 2009, p SERVICES DE PAIEMENT. L'ordonnance du 15 juillet 2009 relative aux conditions régissant la fourniture de services de paiement : - Le développement de la concurrence par l'instauration des établissements de paiement - Le développement de la protection des consommateurs par la réglementation de certaines opérations de paiement Gazette du Palais n /2009, p (1ère partie) - N /2009, p (2ème partie) / S. Piedelièvre ; Voir également fiche de synthèse établie par la FBF de Septembre 2009 (au CID). La transposition en droit français des dispositions européennes régissant la fourniture de services de paiement et portant création des établissements de paiement [ordonnance n du 15 juillet 2009] : JCP E n 39/2009, 1897 / P. Bouteiller. Vers plus de concurrence dans le secteur des services de paiement? (Autorité de la concurrence, avis n 09-A-35 du 26 juin 2009) : Contrats Concurrence Consommation n 10/2009, p / G. Decocq. Concurrence entre les prestataires de services de paiement et entre les différents instruments de paiement : Revue Lamy Droit des affaires 2009, n 41, p.57 / C. Anadon 8

9 III.- RESPONSABILITÉ DU BANQUIER ET SECRET BANCAIRE RESPONSABILITÉ DU BANQUIER. Dossier : Responsabilité civile du banquier : - Responsabilité du banquier prestataire de services d'investissement, par F Boucart - Responsabilité du banquier fondée sur des régimes spéciaux, par C Mounet - Responsabilité du banquier dispensateur de crédit, par M Cohen-Branche Site Dalloz Actualités 8 octobre Dossier consultable au CID RESPONSABILITÉ EN MATIERE DE CRÉDIT DEVOIRS D INFORMATION, DE CONSEIL ET DE MISE EN GARDE. Banque. La qualité de personne avertie ne peut se déduire de la présence à ses côtés d'une personne elle-même avertie. Cass. 1re civ. 30 avril 2009, Jaspart c/ LCL : JCP G n 38/2009, 242 / Ch. Mellottée. Le devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit face à un emprunteur assisté par une personne avertie (Cass. Civ ) : Revue Lamy Droit des affaires 2009, n 40, p.37 / E. Bazin. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit : Revue des procédures collectives n 4 / 2009, p. 58 / A Martin-Serf. Les limites raisonnables du devoir de mise en garde du banquier [Cass. com. 7 juillet 2009, n , P+B] : Revue Lamy Droit des affaires 41/2009, p / D. Carolle-Brisson. Limites au devoir de mise en garde du banquier prêteur face à des emprunteurs sans risque d'endettement. Cass. com. 7 juillet 2009, Hoareau c/ Crédit Lyonnais : JCP E n 41/2009, 1948 / D. Legeais. Précisions utiles sur l'obligation de mise en garde du banquier. Cass. com. 7 juillet 2009 : - Une obligation conditionnée par la présence d'un risque - Le moment d'appréciation du risque du crédit Recueil Dalloz n 34/2009, p / J. Lasserre Capdeville. Responsabilité du banquier dispensateur de crédit : prescription (Cass. Civ ) : Dalloz 2009, n 29, p note de X. Delpech. "Le devoir de mise en garde martelé", Cass. 1ère civ. 24 septembre S Portal c/ GE Money Bank anciennement GE Capital Bank : Site Dalloz Actualités 7 octobre Responsabilité du banquier. Devoir de mise en garde. Informations erronées sur la composition du patrimoine : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Devoir de mise en garde. Emprunteur profane. Absence de risque particulier : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Le devoir de mise en garde en l'absence de risque d'endettement. Cass. 1re civ. 18 février 2009 : Banque & Droit n 127/Septembre-Octobre 2009, p / E. Bazin 9

10 - Devoir de conseil. Mise en garde du client. Prêt in fine adossé à un contrat d'assurance vie : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. Le préjudice né du manquement par un établissement de crédit à son obligation de mise en garde s'analyse en la perte d'une chance de ne pas contracter. Cass. com. 20 octobre 2009, (FS-P+B+I) La caisse de crédit mutuel Laval Trois Croix : Site de la Cour de cassation - Site Dalloz Actualité 26 octobre Le préjudice né du manquement par un établissement de crédit à son obligation de mise en garde s'analyse en la perte d'une chance de ne pas contracter. Cass. com. 20 octobre 2009, La caisse de crédit mutuel Laval Trois Croix : La lettre Omnidroit du 28 octobre 2009, p Obligation du banquier prêteur de deniers: Ayant exactement retenu que l'organisme prêteur n'avait pas l'obligation de s'interroger sur la véritable nature du contrat, et d'en proposer la requalification, la cour d'appel a pu en déduire, sans inverser la charge de la preuve, que les époux Dadssi ne justifiaient pas d'un manquement de la Société Générale à son obligation de conseil. (Cass. Civ ) : Construction et urbanisme 2009, n 7-8, p.35 / C. Sizaire. Mise en garde et absence de risque lié à l'endettement. Mise en garde et hypothèque consentie par un tiers. Mise en garde de l'emprunteur non averti assisté d'un consultant financier Droit & Patrimoine n 184/Septembre 2009, Chronique de jurisprudence, de janvier à juin 2009, p / J.-P. Mattout et A. Prüm RESPONSABILITE BANCAIRE POUR SOUTIEN ABUSIF. Connaissance de la situation du créancier par la caution et responsabilité de la banque pour soutien abusif (Cour d Appel Bordeaux ) : Revue des procédures collectives civiles et commerciales 2009, n 4, p.51 / C. Perot-Reboul et N. Patureau DEVOIR DE NON-INGÉRENCE 3.2. SECRET BANCAIRE. Le secret bancaire n'est pas opposable à la caution ou à ses ayants droit : Droit & Patrimoine n 184/Septembre 2009, Chronique de jurisprudence, de janvier à juin 2009, p / J.-P. Mattout et A. Prüm. Banque ; réglementation des établissements de crédit ; secret bancaire ; opposabilité (Cass. Com ) : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2009, n 7, p

11 IV.- DEFAILLANCES BANCAIRES ET PREVENTION DES DEFAILLANCES BANCAIRES LA FAILLITE DE LEHMAN BROTHERS. Dossier : La faillite de Lehman Brothers : premiers enseignements, par H. Synvet - Lehman Brothers : intermédiaire sur les marchés boursiers, par Ph. Goutay - Lehman Brothers : contrepartie dans les opérations sur produits dérivés, par H. Ekué - Lehman Brothers prime broker, par O. Douvreleur - La crise de liquidité et le plan de sauvegarde des banques, par H. du Vignaux - Les lacunes du droit de la faillite internationale, par R. Dammann et F. Lacroix - La défaillance de la régulation financière, par E. Bouretz Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p Lehman Brothers : ses métiers, sa faillite La faillite retentissante de l'investment bank américaine Lehman Brothers Inc. est riche d'enseignements pour tous ceux qui s'intéressent au droit bancaire, aux différents métiers bancaires et, plus généralement, à la régulation financière : Actes Pratiques n 107 / Septembre-octobre 2009, p / H. Synvet, E. Bouretz, R. Dammann, O. Douvreleur, H. Ekué, Ph. Goutay et F. Lacroix. LA LIQUIDITÉ BANCAIRE. Risk Management. Réglementation relative à la liquidité : de nouvelles approches : Revue Banque 717/2009, p / C. Auvray. La refonte du régime prudentiel de la liquidité bancaire, par J. Duhamel - Conditions d'application - Approche standard du risque de liquidité - Approche avancée du risque de liquidité - Contrôle de la Commission bancaire sur la gestion du risque de liquidité Banque & Droit n 127/Septembre-Octobre 2009, p SUPERVISION DU SYSTÈME FINANCIER. Communication européenne IP/09/1347 du 23 septembre 2009, adoptant un ensemble de propositions législatives pour renforcer la surveillance financière en Europe : Site Europa. Banking Professional Conflicts of Interest in European Securities Markets [Banking Supervision.Comparative Law.United States]: JIBLR n 9/2009, p 443 / J. W. Ibanez V.- LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT, LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET LA DÉLINQUANCE FINANCIÈRE. Déclaration de soupçon du blanchiment de la fraude fiscale. A propos du décret n du 16 juillet 2009 : JCP G n 36 du 31 août 2009, 189 / C. Cutajar 11

12 . Décret no du 2 septembre 2009 relatif aux obligations de vigilance et de déclaration pour la prévention de l'utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme [en application de l'ordonnance n du 30 janvier 2009 relative à la prévention de l'utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme) : JOe du 4 septembre Arrêté du 2 septembre 2009 pris en application de l'article R du code monétaire et financier et définissant des éléments d'information liés à la connaissance du client et de la relation d'affaires aux fins d'évaluation des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme : JOe du 4 septembre Arrêté du 2 septembre 2009 pris en application de l'article R du code monétaire et financier et définissant des éléments d'information liés à la connaissance du client et de la relation d'affaires aux fins d'évaluation des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme (rectificatif) : "Article 1er, 2o, a, dernier tiret : Au lieu de : «R 561-9», lire : «R »." : JOe du 12 septembre 2009, p Lutte contre le blanchiment des capitaux : Décret n du 10 septembre 2009 et Arrêté du 10 septembre 2009 relatifs à l'activité de changeur manuel : JOe du 12 septembre Lutte contre le blanchiment. Obligations imposées aux notaires : - Objectifs - Champ d'application du dispositif anti-blanchiment - Obligations résultant du dispositif anti-blanchiment - Sanctions en cas de manquement JCP N n 38-39/2009, Tracfin, blanchiment et fraude fiscale : les déclarations de soupçon. De nouvelles obligations pour les juristes et fiscalistes, par P Michaud - L'origine de la réglementation antiblanchiment - Les participants aux missions antiblanchiment - Les obligations des professionnels qualifiés - Contrôle et sanctions - Un rôle nouveau pour les juristes et fiscalistes d'entreprises et pour leurs conseils. JCP E n 42/2009, La prévention du blanchiment par l'approche fondée sur le risque après le décret du 2 septembre 2009, par C Cutajar 1. La définition de "l'approche risque" 2. La mise en oeuvre de "l'approche risque" JCP G n 42/2009, p Lutte contre le blanchiment : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. Les métamorphoses de la législation française "anti-blanchiment" : I. La pluralité du dispositif "anti-blanchiment" II. L'étendue du dispositif "anti-blanchiment" Gazette du Palais n /2009, p / F. Defferrard 12

13 VI.- LUTTE CONTRE L OPACITÉ FINANCIÈRE. Arrêté du 6 octobre 2009 portant application de l'article L du code monétaire et financier : lutte contre les paradis fiscaux. L'article L du CMF prévoit que : "Dans les conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l'économie, les établissements de crédit publient en annexe à leurs comptes annuels des informations sur leurs implantations et leurs activités dans les Etats ou territoires qui n'ont pas conclu avec la France de convention d'assistance administrative en vue de lutter contre la fraude et l'évasion fiscales permettant l'accès aux renseignements bancaires" : JOe 7 octobre 2009, texte n 28. Résolution européenne sur la révision de la directive sur la fiscalité de l'épargne et la lutte contre les paradis fiscaux, les centres offshore et les juridictions non coopératives, texte adopté (n 357) le 25 octobre 2009 : Site de l'assemblée nationale VII.- DROIT COMPARÉ AUTRICHE. Condamnation des ententes sur le marché bancaire autrichien. La CJCE apporte des précisions concernant l'affectation du commerce entre États membres, la responsabilité des infractions au droit de la concurrence et la communication des griefs. CJCE 24 septembre 2009, aff. jtes C-125/07 P, C-133/07 P, C-135/07 P et C- 137/07 P, Erste Bank der österreichischen Sparkassen et a. : Actualité Editions Législatives 7 octobre 2009 ALLEMAGNE. UNIDROIT Draft Convention and German securities law - friends or foes? [Germany] : JIBLR n 9/2009, p. 470 / P. Scherer et R. Gallei 13

14 DROIT DES MARCHÉS FINANCIERS I.- INTERVENANTS 1.1. PRESTATAIRES DE SERVICES D INVESTISSEMENT LIBRE PRESTATION DE SERVICE (LPS). Restrictions à la libre prestation de services [LPS]. Un État peut interdire à des opérateurs établis dans d'autres États membres, où ils fournissent légalement des services analogues, de proposer des jeux de hasard par l'internet sur son territoire. CJCE 8 septembre 2009, aff. C-42/07, Liga Portuguesa de Futebol Profissional et a. : Actualité Editions Législatives 15 septembre Libre prestation de services [LPS] et jeux de hasard (A propos de la décision de la CJCE du 8 septembre 2009, Liga Portuguesa de Futebol Profissional et Baw International) : Petites affiches n 207/2009, p / F. Chaltiel OBLIGATION D INFORMATION, CONSEIL, MISE EN GARDE. PSI. Vérification de la qualité d'opérateur averti. Mise en garde de l'opérateur non averti : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. Le professionnel qui commercialise un produit financier est tenu de fournir à son client un conseil adapté à la situation personnelle de celui-ci. Cass. com. 7 avril 2009, Motak c/ CEP Rhône-Alpes Lyon : Revue des sociétés n 8-9/2009, p. 25 / T. Bonneau. Opérations sur titres de sociétés cotées et opérations de bourse ; prestataire de services d'investissement ; intervention en qualité de mandataire ; mandat de gestion d'un portefeuille de valeurs mobilières ; obligation d'information et de conseil (Cass. Com ) : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2009, n 7, p.609 RESPONSABILITÉ. PSI ; obligations professionnelles ; négociations pour compte propre ; ventes à découvert ; délai de règlement-livraison ; respect (non) (Autres juridictions ) : Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2009, n 4, p.317 / Ph. Goutay RÉMUNÉRATION. Proposition de loi (n 1896) visant à rendre plus justes et plus transparentes les politiques de rémunérations des dirigeants d'entreprises et des opérateurs de marché, déposée à l'assemblée nationale le 2 septembre 2009 : Site de l'assemblée nationale 14

15 . Arrêté du 10 septembre 2009 portant nomination de M. Michel Camdessus en tant que personnalité qualifiée chargée d'analyser les rémunérations des professionnels de marché dans les établissements de crédit ayant reçu des fonds propres de la Société de prise de participations de l'etat : JOe du 11 septembre Proposition de loi (n 1910) de J.-P. Brard tendant au relèvement du taux d'imposition des primes attribuées par les banques aux opérateurs sur les marchés des instruments financiers, déposée à l'assemblée nationale le 15 septembre 2009 : Site de l'assemblée nationale CONTRAT DE LIQUIDITÉ Note Ansa n Annulation d'actions rachetées dans le cadre d'un contrat de liquidité sur Alternext : Comité juridique ANSA Juin AUTORITÉS DE MARCHÉ AMF POUVOIRS Pouvoir de sanction. L'AMF respecte-t-elle les droits de la défense? : La lettre Omnidroit 21 octobre 2009, p. 2-4 / J-Ph Feldman. AMF. Pouvoir de sanction. Rapport Amafi : Banque & Droit n 127/Septembreoctobre 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. AMF : Les dernières réformes de la procédure d'enquête et de la Commission des sanctions : Revue Banque 717/2009, p / M. Goldberg-Darmon et G. Guérin. AMF ; Commission des sanctions ; Membre ayant déjà entendu dans une autre procédure la personne poursuivie ; Impartialité ; Manquement (non) ; Faits différents (Cass. Com ) : Banque & Droit 2009, n 126, p.24 / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. La publication des décisions de sanction dans le secteur financier [AMF, ACAM...] : JCP E n 38/2009, 1861 / L. Schwebel. La procédure de sanction de l'amf est perfectible? : Petites Affiches 2009, n 204, p. 3-4 / O. Dufour AUTRES INTERVENANTS ÉMETTEURS. Information financière presse : Lorsqu'un émetteur a pris l'initiative de faire diffuser des informations susceptibles d'avoir une incidence significative sur le cours d'un titre, l'inexactitude des informations effectivement diffusées constitue un fait important qu'il doit porter le plus tôt possible à la connaissance du public. (Cass. Com ) : Droit des sociétés 2009, n 8-9, p.24 / Th. Bonneau 15

16 . L'information délivrée au marché doit être complète (Cass. Com ) : Revue des sociétés 2009, n 3, p.643 / J.-J. Daigre SOCIETES DE GESTION DE PORTEFEUILLE (SGP). Responsabilité civile du gestionnaire de portefeuille. CA Paris 26 mars 2009 : 1. L'obligation précontractuelle d'information et le client averti 2. La faute de gestion, quels critères d'appréciation? 3. La perte de chance liée au défaut d'information. Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p / I. Riassetto. Manque à son obligation d'information le gestionnaire qui n'a pas fourni de document mentionnant les caractéristiques les moins favorables et les risques inhérents à l'option dynamique choisie. Cass. 1re civ. 2 avril 2009, Cts Fayard c/ Le Crédit Lyonnais ; Ne manque pas à son devoir d'information le gestionnaire qui fournit un document comparant la gestion dynamique avec les autres modes de gestion qualifiés de prudents ou équilibrés, cette comparaison attirant suffisamment l'attention du client sur les risques encourues. Cass. 2ème civ. 2 avril 2009, Le Normand c/ ING Belgium : Revue des sociétés n 8-9/2009, p / T. Bonneau. Position de l'amf du 16 septembre 2009 concernant la gestion des conflits d'intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI : Site de l'amf. Responsabilité civile d'une société de gestion à l'égard des porteurs de parts de FCP. CA Paris 27 novembre 2008, Selafa MJA : Bulletin Joly Bourse n 4 / Juillet-août 2009, p / M. Storck. OPCVM à formule. Information des porteurs. Responsabilité de la société de gestion. Cass. com. 23 juin 2009 : Banque & Droit n 127/Septembre-Octobre 2009, Chronique de gestion collective, p / F. Bussière. OPCVM. Information des porteurs. Remise du prospectus. Responsabilité de la société de gestion. Cass. com. 31 mars 2009 : Banque & Droit n 127/Septembre- Octobre 2009, Chronique de gestion collective, p / F. Bussière DÉPOSITAIRE CENTRAL / GESTIONNAIRE DE SYSTÈME DE RÈGLEMENT-LIVRAISON. Instruction AMF n du 23 juin 2009 relative au dossier devant être transmis à l'amf par un dépositaire central ou par un gestionnaire de système de règlementlivraison, dans le cadre de la demande d'autorisation préalable adressée à l'amf pour l'adhésion au dépositaire central ou la participation au système de règlementlivraison : Site de l'amf AGENCES DE NOTATION. Les agences de notation : évolutions et questions stratégiques : Bulletin de la Banque centrale européenne 2009, n 5, p

17 CHAMBRE DE COMPENSATION. Modifications des règles de fonctionnement de LCH.Clearnet SA notamment dans la gestion du défaut d'un membre compensateur : étendue de la responsabilité de la chambre vis-à-vis de ses membres. Décision de l'amf du 23 juillet 2009 : Site AMF CONSERVATEUR DE TITRES. Qualification et régime du contrat de conservation des titres financiers : Pour une approche moderne et non conservatrice : Banque et droit 2009, n 126, p.3-10 / Ph. Goutay II- MARCHÉS III.- OPÉRATIONS 3.1. OPÉRATIONS SUR LE MARCHÉ 3.2. OFFRES PUBLIQUES. Interventions sur des titres concernés par l'offre publique [modifications du règlement général de l'amf destinées à améliorer le fonctionnement et la transparence du marché (arrêté du 10 juillet 2009) entreront en vigueur le 1er octobre prochain] : BRDA 15-16/09, p 19, p 19. Gestion collective et OPA : qui doit satisfaire aux obligations déclaratives. Sant. AMF 5 février 2009 : Bulletin Joly Bourse n 4 / Juillet-août 2009, p / I. Riassetto. Instruction n du 22 septembre et communiqué de l'amf du 1er octobre 2009 relatifs au contrôle des opérations d'offre publique d'acquisition [OPA] et d'une liste des sociétés concernées par une offre publique : Site de l'amf. Offre publique. Initiateur : Banque & Droit n 127/Septembre-octobre 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. Vers une nouvelle réforme des offres publiques : quels en sont les enjeux? Quelle en est la portée? [AMF communiqué du 19 mai 2009] : Revue de Droit bancaire et financier n 5/Septembre-octobre 2009, p / J.-F. Biard Offre publique ; information du marché ; société de gestion ; manquement (oui) ; sanction (Autres juridictions ) : Banque et droit 2009, n 126, p.28 / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet 17

18 DÉCLARATIONS DE FRANCHISSEMENT DE SEUILS ET DÉCLARATIONS D INTENTIONS. Déclaration de franchissement de seuil [L'ordonnance du 30 janvier 2009 a étendu le régime des déclarations de franchissement de seuil à la détention de certains instruments financiers dérivés. Les conditions d'application de cette extension viennent d'être précisées par des dispositions nouvelles du règlement général de l'amf(arrêté du 27 juillet 2009), entrées en vigueur le 1er août] : BRDA 15-16/09, p 19, p Action de concert et franchissement de seuils. CA Paris 10 juin 2009, Gecina c/ Metrovacesa : Bulletin Joly Sociétés n 9/2009, p / D. Schmidt. Le nouveau régime des franchissements de seuils issu de l'ordonnance n du 30 janvier 2009 et le Règlement général de l'amf : Revue de Sociétés n 3/2009, p / P.-H. Conac. Note Ansa n Déclaration de franchissement de seuils et information séparée après la publication de l'ordonnance n du 30 janvier 2009 : portée de la déclaration concernant les instruments dérivés - différence avec le régime de l'assimilation : Comité juridique Ansa Juillet Synthèse des réponses à la consultation publique portant sur le projet de modification des dispositions du règlement général applicables aux déclarations de franchissements de seuils et aux déclarations d intention : Revue mensuelle de l'a.m.f. 2009, n 59, p OFFRE AU PUBLIC DE TITRES FINANCIERS. Réforme de l'appel public à l'épargne : procédure allégée pour le passeport en France d'un prospectus d'émission de titres financiers : JCP E 40/2009, 1917 / A. Raoul- Tardieu. Des ordonnances pour rendre la place financière de Paris plus attractive : refonte du droit des titres et substitution de l'offre au public de titres financiers à la notion d'appel public à l'épargne : RTD Com. 2009, n 2, p / M. Storck et N. Rontchevsky IV.- PRODUITS 4.1. TITRES FINANCIERS. Contribution doctrinale au droit des titres : Bulletin Joly Sociétés 2009, n 9, p.721 / F.-X. Lucas REFORME DES INSTRUMENTS FINANCIERS :. Des ordonnances pour rendre la place financière de Paris plus attractive : refonte du droit des titres et substitution de l'offre au public de titres financiers à la notion d' 18

19 appel public à l'épargne : RTD Com. 2009, n 2, p / M. Storck et N. Rontchevsky. La réforme des instruments financiers : RTD Com. 2009, n 2, p / B. Dondero et P. La Cannu TITRE DE CAPITAL OU DONNANT ACCÈS AU CAPITAL. Quelques réflexions sur la nature juridique des valeurs mobilières donnant accès au capital : Revue de droit des affaires RDA n 4/2007, p / A. Tadros et A. Dalion. Note Ansa n Protection des porteurs de valeurs mobilières donnant accès au capital : création d'actions de préférence modifiant la répartition des bénéfices : Comité juridique ANSA Juin 2009 INSTRUMENTS DE PLACEMENTS COLLECTIFS (OPCVM) / FONDS. Les gérants d'opvcm français et les class actions américaines : Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2009, n 4, p / par S. Saint-Pe SICAV. La réforme du régime juridique des sociétés d'investissement à capital fixe (SICAF) : Revue des sociétés n 8-9/2009, p / I. Riassetto FONDS ALTERNATIFS. La réglementation des fonds alternatifs. Un projet de directive mal engagé - Le projet de directive, fait sur la base du moins disant, est potentiellement dangereux, par P Bérès - Ne pas confondre vitesse et précipitation! par S Janin - Réglementer en s'inspirant des méthodes de sélection des gérants, par CH Chouard - Projet de directive sur les fonds alternatifs et capital-investissement : chronique d'un désastre annoncé? par P de Fouquet - Généraliser les bonnes pratiques plutôt que réinventer la roue, par JM Rocchi et A Christiaens - La gestion alternative face à la crise : chaperon rouge ou grand méchant loup? par N Véron Revue Banque n 716 / Septembre 2009, p Hedge funds ; contrôle et régulation : une absolue nécessité! : Banque 2009, n 716, p / I. Auge. LTCM and other major hedge fund failures (Part II), by GR Paez (p 304) Disclosure of information by the bank. Protection of the guarantor's rights or a threat to the doctrine of confidentiality [Australia], by Ch Chew (p 313) The public offer of securities distributed with restricted efforts in Brazil, by W Stuber and AM Gôdel stuber (p 327) JIBLR n 6/ Volume 24 19

20 OPCI. Instruction n du 6 janvier 2009 (modifiée en Septembre 2009) relative aux procédures d'agrément et à l'information périodique des OPCI : Site de l'amf 4.2. CONTRATS FINANCIERS. L'utilisation de dérivés formés sur des actions pour prendre le contrôle d'une société cotée (Ordonnance n du 30 janvier 2009 et arrêté du 27 juillet 2009 homologuant diverses modifications du règlement général de l'amf) : Bulletin Joly Bourse n 4/Juillet-août 2009, p / D. Ohl. Une nouvelle ère pour les transactions sur dérivés de crédit régies par la documentation ISDA : Bulletin Joly Bourse n 4/Juillet-août 2009, p / S. Grasset et C. Dimi. La clause dite de "restructuring" : enjeux pour le marché des CDS : Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2009, n 4, p / H. Boucheta V.- DÉLITS BOURSIERS. Abus de marché. CESR. Lignes de conduite : Banque & Droit n 127/Septembreoctobre 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet MANIPULATION DE COURS. Manipulation de cours par exploitation d'une position dominante sur des marchés de penny stocks. Sant. AMF 9 avril 2009, Safe et a. : Bulletin Joly Bourse n 4 / Juilletaoût 2009, p / N. Rontchevsky DELIT ET MANQUEMENT D INITIÉ. Difficultés financières et procédures d'alerte : de la fausse information au manquement d'initié. CA Paris 28 janvier 2009, Bouquerod c/ AMF : Bulletin Joly Bourse n 4 / Juillet-août 2009, p / Oun-Tat Tieu. Manquement d'initié ; application du Règlement général AMF dans l'espace : L'AMF se déclare incompétente pour connaître d'un manquement d'initié qui aurait été commis à partir de l'étranger par deux investisseurs résidant en France sur le titre d'une société cotée au Danemark. (Autres juridictions ) : Revue de droit bancaire et financier 2009, n 4, p.67 / S. Torck. Manquement d'initié ; information privilégiée ; faisceau d'indices ; preuve de la détention (non) (Cour d Appel Paris ) : Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2009, n 4, p.270 / F. Martin Laprade 20

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098)

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Paris, le 6 juin 2014 Communiqué de presse Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Concomitamment au placement privé d Obligations à option

Plus en détail

Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République,

Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République, Loi n 2006-05 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant titrisation des créances, p. 11. Le Président de la République, Vu la Constitution, notamment ses articles 119, 122 et 126; Vu

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES Sommaire 1. Organisation de la Société de Gestion... 3 2. Périmètre d exercice des droits de vote... 4 2.1. Critères de détention et d emprise... 4 2.2. Critère

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie

Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie J.O n 133 du 10 juin 2004 page 10233 texte n 3 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Ordonnance n 2004-504 du 7 juin 2004 portant transposition

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères

Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Conventions bilatérales signées avec des autorités étrangères Accord de coopération entre la Commission bancaire et Dubai Financial Services Authority Préambule 1. Considérant que certaines banques et

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE PRATIQUE DES AFFAIRES LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE L'ORGANISATION DES POUVOIRS Pierre-Louis PÉRIN Avocat à la Cour Préface de Michel GERMAIN Professeur à l'université Panthéon-Assas Paris II Table

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier)

O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier) Document non contractuel Janvier 2006 O.P.C.I. (Organisme de Placement Collectif Immobilier) Les pouvoirs publics par voie de l'ordonnance n' 2005-1278 du 13 octobre 2005 ont créé un nouveau produit d'épargne,

Plus en détail

REGLEMENT No 2001-06

REGLEMENT No 2001-06 REGLEMENT No 2001-06 MODIFIANT LE REGLEMENT No 94-05 DE LA COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE RELATIF AUX SOCIETES CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER REGIES PAR LA LOI No 70-1300 DU 31 DECEMBRE 1970 MODIFIEE

Plus en détail

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS?

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS? Consultation publique sur le site du SGG au titre du projet de loi sur les obligations sécurisées Éléments de réponse de ce Ministère sur les questions soulevées par CDG Capital Question Quelles sont les

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011 Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Les produits, les services et les instruments

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle Le Sénat formule des propositions pour lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale - Richard Yung, s La commission d'enquête sénatoriale sur le rôle des banques et acteurs financiers dans l'évasion

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de

Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de règlement des opérations sur titres, des instruments de paiement,

Plus en détail

La notion d opération de crédit islamique en droit français

La notion d opération de crédit islamique en droit français La notion d opération de crédit islamique en droit français Ibrahim Zeyyad Cekici Enseignant Chercheur Coresponsable du DU Finance Islamique Ecole de Management Strasbourg, Université de Strasbourg Ibrahim.cekici@unistra.fr

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier

Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier Banque & Finance Juillet septembre 2013 Présentation International Compétences Le Cabinet Actualités Publications Recrutement BCE Mécanisme de

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI)

Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) En partenariat avec l IEFP S informer sur Le Document d information clé pour l investisseur (DICI) Lisez-le avant d investir dans un OPCVM ou dans un OPCI DICI Septembre 2011 Autorité des marchés financiers

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Réforme bancaire : ce que dit le

Réforme bancaire : ce que dit le Réforme bancaire : ce que dit le projet de loi Le Monde.fr 27.11.2012 à 19h15 Mis à jour le 28.11.2012 à 07h13 Par Anne Michel Le projet de loi vise à "remédier à certaines carences du dispositif de régulation

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

CLUB ASSET MANAGEMENT Rapport thématique sur le conseil en investissement

CLUB ASSET MANAGEMENT Rapport thématique sur le conseil en investissement CLUB ASSET MANAGEMENT - Club AM n 25 du jeudi 18 septembre 2008 - Caroline MATHON, Avocat à la Cour - 1 - I. PREALABLE A LA REDACTION DU RAPPORT (1/4) : 1.1. Cerner le champ d application du service de

Plus en détail

AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792

AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792 AUDACIA Société par actions simplifiée au capital de 457.000 6 rue de Téhéran 75008 Paris - RCS Paris 492 471 792 CHARTE D INVESTISSEMENT - PROCEDURE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Définitions Audacia

Plus en détail

Face à vous, un professionnel qui s engage

Face à vous, un professionnel qui s engage Face à vous, un professionnel qui s engage Respecter les dispositions réglementaires et la déontologie tant à l'égard de ses clients que de son environnement professionnel Agir avec loyauté, compétence,

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 «l'ensemble

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2014-07 du 26 novembre 2014 Relatif aux comptes des entreprises du secteur bancaire Cette note de présentation a pour objet de présenter

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

BULLETIN JOLY BOURSE

BULLETIN JOLY BOURSE BULLETIN JOLY BOURSE ACTUALITÉ DU DROIT FINANCIER À LA UNE DÉLITS FINANCIERS Pour un tribunal des marchés financiers Doctrine par Dominique Schmidt et Anne-Valérie Le Fur PAGE 24 OPÉRATIONS FINANCIÈRES

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803...

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803... Page 1 sur 5 Références Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du mercredi 11 décembre 2013 N de pourvoi: 12-23802 12-23803 12-23804 Non publié au bulletin Rejet M. Gridel (conseiller doyen

Plus en détail

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme 30 novembre 2004 la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Intervention de Jean-Marc MAURY Secrétaire Général adjoint Une définition juridique Art 324-1 du code pénal «Le blanchiment

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

- 93 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 93 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 93 - Loi n 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi complétant la loi n 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs

Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Mars 2013 Principes d application sectoriels sur les bénéficiaires effectifs d organismes de placements collectifs Document de nature explicative 1. Les principes d application sectoriels élaborés par

Plus en détail

PROCÉDURE Politique de vote

PROCÉDURE Politique de vote PROCÉDURE Emetteur : Direction Générale Destinataires : Gérants d OPCVM, Middle Office Réf. : 325 Sommaire 1. Organisation de la société de gestion de portefeuille... - 2-2. Principes déterminant l exercice

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Sous-section 6 - Externalisation. Sous-section 7 - Délégation de la gestion d'opcvm. Chapitre IV - Règles de bonne conduite.

Sous-section 6 - Externalisation. Sous-section 7 - Délégation de la gestion d'opcvm. Chapitre IV - Règles de bonne conduite. Impression à partir d'une page du site internet de l'amf RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L'AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Table des matières LIVRE III - PRESTATAIRES 6 Titre I - Prestataires de services d'investissement

Plus en détail

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes Svetlana Chekhovskaya Maître de conférences Vice-présidente de la Chaire du droit des affaires (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) Les restrictions

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Mention complémentaire services financiers RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Mention complémentaire services financiers RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 7 UNITÉ 1 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE RELATION CLIENTÈLE Définition : Cette unité vise l acquisition de techniques de communication orale et écrite permettant d accueillir

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DU QUESTIONNAIRE PROPOSITION

NOTICE D INFORMATION DU QUESTIONNAIRE PROPOSITION NOTICE D INFORMATION DU QUESTIONNAIRE PROPOSITION 1- A LIRE AVANT DE REMPLIR LE QUESTIONNAIRE PROPOSITION 2- RECUEIL DE TEXTES 1 - A LIRE AVANT DE REMPLIR LE QUESTIONNAIRE PROPOSITION Vous sollicitez auprès

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement ARC 04 2014 www.unarc.asso.fr Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS PARTIE 1 DÉFINITIONS, CHAMP D'APPLICATION ET DISPOSITION TRANSITOIRE 1.1 Définitions

Plus en détail

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS CONCOURS INTERNE D ASSISTANT TECHNIQUE des 18 et 19 décembre 2006 Document n 2 8 pages

Plus en détail

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007)

Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) Guide: mise en oeuvre de la surveillance par des mandataires (état : mai 2007) La Commission fédérale des banques (CFB) est chargée de veiller au respect des lois régissant les marchés financiers et prend

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise.

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Textes Juridiques Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Le Président de la République, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

1. La réception de fonds du public

1. La réception de fonds du public BANQUE L'activité des banques et établissements financiers est régie par la loi du 24.01.1984 complétée par deux décrets du 24.07.1984 et un décret du 27.03.1985. I. CHAMP D'APPLICATION A. Définition 23/07/2012

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Index analytique de la Loi sur les valeurs mobilières (L1), de la Loi sur l Autorité des marchés financiers

Index analytique de la Loi sur les valeurs mobilières (L1), de la Loi sur l Autorité des marchés financiers Index analytique de la Loi sur les valeurs mobilières, de la Loi sur l Autorité des marchés financiers, de la Loi sur les instruments dérivés, du Règlement sur les valeurs mobilières (R1) et du Règlement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Arrêté du 9 juin 2016 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

Procédure PHCG. Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts

Procédure PHCG. Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts Procédure PHCG Procédure A7 : Alerte et gestion des conflits d intérêts Auteur : RD Date d édition : 29/07/2011 Date de mise à jour : 21/08/2013 I. Objectif : Déterminer les conflits d intérêt au sein

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 244 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 17 mars 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à favoriser l accès au crédit

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts

Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Politique de gestion et d encadrement des conflits d intérêts Références Règlementaires Article 19 de la directive 2004/39/CE du 21 avril 2004 concernant les marchés d instruments financiers (Directive

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail