Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France)"

Transcription

1 Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) mai-juin 2009 La présente revue de presse constitue une sélection non exhaustive de références intéressant le droit bancaire et boursier. Vous pouvez également consulter les précédentes revues de presse sur le site La revue de presse de l'aedbf-france est réalisée avec l'aimable collaboration du service de documentation de la Direction des Affaires juridiques du Groupe BNP Paribas. L'année 2008 en droit bancaire et financier à travers le prisme du Rapport de la Cour de cassation : Revue Lamy Droit des affaires mai 2009, n 38, p / D. Carolle- Brisson DROIT BANCAIRE I. INTERVENANTS 1.1. ÉTABLISSEMENTS DE CREDIT ORGANISMES NATIONAUX COMMISSION BANCAIRE. Procédure devant la Commission bancaire. La Cour européenne des droits de l'homme estime que la procédure applicable devant la Commission bancaire, qui ne fait pas apparaître de distinction claire entre ses différentes fonctions, manque aux exigences d'indépendance et d'impartialité posées par l'article 6, 1. CEDH 11 juin 2009, Dubus c/ France, n 5242/04 : Site Dalloz Actualité 17 juin

2 Revue de presse de l AEDBF-France (mai-juin 2009) SOCIÉTÉ DE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE FRANCAISE. Arrêté du 22 mai 2009 accordant la garantie de l'etat à un programme d'émissions de titres de créances réalisé par la Société de financement de l'économie française [SFEF] : JOe du 27 mai ORGANISMES INTERNATIONAUX INSTITUTIONS EUROPÉENNES EUROPEAN PAYMENTS COUNCIL (EPC). European Payments Council, EPC : Euredia 2009, n 1, p / F. Derouck EUROSYSTÈME. Orientation de la BCE 2009/391/CE du 7 mai 2009 portant modification de l'orientation BCE/2000/7 concernant les instruments et procédures de politique monétaire de l'eurosystème : JOUE L 123 du 19 mai Orientation de la Banque centrale européenne du 28 mai 2009 modifiant l'orientation BCE/2006/4 relative à la prestation par l'eurosystème de services en matière de gestion des réserves en euros aux banques centrales de pays n'appartenant pas à la zone euro, aux pays n'appartenant pas à la zone euro et aux organisations internationales : JOUE L 139 du 5 juin AUTRES INSTITUTIONS. Décret n du 5 juin 2009 relatif à l'agence française de développement : JOe du 5 juin 2009 II.- OPÉRATIONS DE BANQUE. Le banquier, ses métiers, ses nouvelles obligations professionnelles : RJ com. 2009, n 1, p / J.-P. Mattout 2.1. SERVICES BANCAIRES. Décret n du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté. Onze objectifs thématiques de lutte contre la pauvreté : ( ) 11. Lutter contre l'exclusion bancaire : JOe du 22 mai

3 COMPTES. Compensation de comptes bancaires (compte courant et compte titres associé) : Responsabilité de la banque investie d'un mandat de gestion. CA Paris 15 janvier 2009, Pacquement c/ Hoist : BRDA n 8/2009, p. 7. Dispositions d'ordre public sur la forclusion biennale et compte courant : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. Le blocage de comptes bancaires en droit pénal : Gazette du Palais 2009, n , p / A. Bolle SOLDE BANCAIRE INSAISISSABLE. Loi de simplification et de clarification du droit [Loi n du 12 mai 2009 : JO du 13 mai] : Solde bancaire insaisissable : BRDA n 9/15 mai 2009, p Réponse ministérielle n du 21 avril 2009 relative à la fraction insaisissable des rémunérations versées sur un compte bancaire demeure insaisissable. Le titulaire du compte peut demander à l'établissement bancaire la mise à disposition immédiate, dans la limite du solde créditeur du compte, d'une somme «de première nécessité», d'un montant au plus égal à celui du revenu minimum d'insertion, et ce, même si les sommes inscrites au crédit du compte sont intégralement saisissables. Une proposition de loi adoptée en première lecture par l'assemblée nationale et par le Sénat prévoit une mise à disposition automatique de cette somme à caractère alimentaire : Site de l'assemblée nationale CLAUSES ABUSIVES. Clauses abusives dans les conventions de compte : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. Clauses abusives. Les dispositions du code de la consommation étant applicables aux opérations bancaires conclues avec des consommateurs, la Cour de cassation se prononce sur la validité de toute une série de clauses figurant dans une convention de compte. Cass. 1ère civ. 28 mai 2009, GIE Cartes bancaires-cb c/ Société générale et CLCV : Site Dalloz Actualité et Editions Législatives 9 juin La lettre Omnidroit du 10 juin 2009, p. 7-8 ÉPARGNE. Proposition de loi [n 1605] visant à créer un livret d'épargne pour financer les infrastructures locales, déposé devant l'assemblée nationale : Site de l'assemblée nationale. Rappel de Madame Lagarde, Ministre de l Économie, et de Monsieur Woerth, Ministre du Budget, sur la procédure de transfert et l interdiction de double détention des livrets A et Bleu : n du 10 juin Les effets de la clôture d'un PEA lorsque le manquement est imputable au souscripteur, Cass. com. 26 mai Fronteri c/ GPA IARD : JCP G 2009, p / J.-J. Barbieri 3

4 2.2. OPÉRATIONS DE CRÉDIT CONTRAT DE PRÊT ACCES AU CREDIT. Proposition de loi n 96 tendant à favoriser l'accès au crédit des petites et moyennes entreprises [PME] et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers, adopté par le Sénat le 9 juin 2009 : Site du Sénat OCTROI DU CREDIT. Octroi du crédit et formation du contrat : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey DURÉE. Ouverture de crédit. Durée. Crédit à durée déterminée. (Cass. com. 3 févr. 2009) : RJDA 2009, n 6, p. 530 INTERET TEG. TEG. Taux conventionnel. Calcul sur la base de 360 jours. Cass. com. 24 mars 2009, CCJL c/ Bred Banque populaire : Gazette du Palais 2009, n 141, p. 6 / S. Piedelièvre. Point de départ de la prescription de l'action en nullité du TEG. En cas d'octroi d'un crédit à un consommateur ou à un non professionnel, la prescription de l'action en nullité de la stipulation de l'intérêt conventionnel erroné court, de même que l'exception de nullité d'une telle stipulation contenue dans un acte de prêt ayant reçu un commencement d'exécution, à compter du jour où l'emprunteur a connu ou aurait dû connaître cette erreur, à savoir de la date de la convention lorsque l'examen de sa teneur permet de constater l'erreur, ou lorsque tel n'est pas le cas, de la date de la révélation de celle-ci à l'emprunteur. Cass. 1ère civ. 11 juin 2009 (FS-P+B+R+I), X. c/ CRCAM de La Réunion : Site Dalloz Actualité 18 juin Prêt. Conclusion. Intérêts. Ecrit et indication du TEG. Défaut. Effets. Nullité de la stipulation du taux d intérêt conventionnel. Nature de la nullité. Action en nullité. Prescription quinquennale. Point de départ. Exception de nullité. Prescription. (Cass. com., 10 juin 2008) : RJDA 2009, n 4, p Le juge peut, dans le cas où il prononce la déchéance du droit aux intérêts, décider que les sommes payées par l'emprunteur au titre des intérêts seront imputées sur le capital. Cass. 1ère civ. 18 février 2009, Centéa c/ A. : Contrats Concurrence Consommation n 5/2009, p / note G. Raymond. Intérêts et commissions : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey 4

5 . Taux d intérêt : le diviseur «360 jours» peut être contractuellement prévu : D. 2009, p / V. Avena-Robardet. Prêt. Usage bancaire dit du "diviseur 360" : Banque & Droit mai-juin 2009, n 125, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Année bancaire de 360 jours : une survie non sans conditions. Cass. com. 24 mars 2009, CCJL c/ Bred Banque populaire : Petites affiches 2009, n 115, p / C. Rousset USURE. Avis du 29 juin 2009 relatif à l application des articles L du code de la consommation et L du code monétaire et financier concernant l usure : JO du 30 juin 2009, p Avis relatif à l application des articles L du code de la consommation et L du code monétaire et financier concernant l usure : JO du 27 juin 2009, p CRÉDIT D IMPÔT. Bénéfice du crédit d impôt sur les intérêts d emprunt versés au titre de l acquisition de la résidence principale en cas de prorogation d un prêt relais (n du 13 mai 2009). ASSURANCE EMPRUNTEUR. Nature d'un "prêt substitutif" et incidences sur la déclaration du risque afférente à l'assurance-emprunteur. Cass. 2ème civ. 2 avril 2009, M c/ Caisse nationale de prévoyance : Responsabilité civile et Assurances 2009, n 5, p / G. Courtieu SURENDETTEMENT. Surendettement : le juge de l'exécution ne peut faire l'économie du minimum vital. Cass. 2ème civ. 14 mai 2009, Stéf financière régionale Sud Massif Central c/ Sté Lyonnaise de banque et a. : Site Dalloz Actualité 28 mai Les interactions positives du droit du surendettement et de la loi de modernisation de l économie : Revue Lamy Droit civil 2009, n 60, p / G. Morris-Becquet NATURE JURIDIQUE. Le prêt consenti par un professionnel du crédit n'étant pas un contrat réel, c'est dans l'obligation souscrite par le prêteur que l'obligation de l'emprunteur trouve sa cause, dont l'existence, comme l'exactitude, doit être appréciée au moment de la conclusion du contrat. Cass. 1re civ. 19 juin 2008, Hirskowitz c/ Caisse d'épargne des Alpes : RJDA n 5/2009, p CAUSE. Crédit consenti par un professionnel : où est la cause? Cass. com. 7 avril 2009 : Revue Lamy Droit civil juin 2009, n 61, p. 11 / V. Maugeri 5

6 . Prêt. Conclusion. Cause du contrat. Prêt consenti par un professionnel (Cass. civ., 19 juin 2008) : RJDA 2009, n 5, p NULLITÉ. Prêt : "Re contrahitur obligatio"? La survie de l'hypothèque au contrat de prêt annulé. Cass. 3e civ 5 novembre 2008 : Petites affiches 2009, n 94, p / V. Forray RUPTURE DE CRÉDIT. Rupture de crédit : actions simultanées du liquidateur judiciaire et du dirigeant caution contre la banque. Cass. com. 30 septembre 2008, Fortis Banque France c/ Guérin ès-qual. : Bull. Joly Sociétés n 4/2009, p / D. Voinot HABILITATION. Décret n du 12 juin 2009 portant extension de l'habilitation des associations et des fondations à pratiquer certaines opérations de crédit : JOe du 14 juin 2009 RACHAT DE DETTE BANCAIRE. Rachat de dette bancaire : la loi de finances rectificative pour 2009 permet d'étaler l'imposition : Option Finance, Lundi 4 mai 2009, n 1027, p. 34 / E. Chapellier et T. Perrot CRÉDIT A LA CONSOMMATION. Projet de loi portant réforme du crédit à la consommation (Projet de loi n 98 adopté par le Sénat et Rapport n 447 de Juin 2009) : Site du Sénat. Analyse critique du projet de loi portant réforme du crédit à consommation : Contrats Concurrence Consommation 2009, n 6, p / G. Raymond. Projet de loi portant réforme du crédit à la consommation : JCP E 2009, Act. 209 / G. Notté. Crédit aux particuliers. Soutien de la croissance - "La réforme du crédit à la consommation doit être ambitieuse", par Ph. Marini - L'utilité économique du crédit conso en France, par N. Pécourt - Repositionner le crédit renouvelable, par P. Blanc - Face à la crise, un nouveau consommateur est en train de naître, par F. Neuvy - Avec ou sans crise, le marché du crédit conso reste fragmenté, par N. Bouzou - Etats-Unis : reconstruire le marché du crédit, par D. Chesneau Revue Banque n 713/Mai 2009, p La directive n 2008/48/CE du 23 avril 2008 concernant les contrats de crédit aux consommateurs affectera significativement le droit français du crédit à la consommation. On peut toutefois douter qu'elle parvienne, ce qui est son objectif, à la création d'un véritable marché unique en ce domaine : Petites affiches n 94/2009, p. 3-8 / H. Claret 6

7 . Crédit à la consommation. L'existence d'une clause d'exclusivité entre le prêteur et le fournisseur n'est pas nécessaire afin que le consommateur puisse agir à l'encontre du prêteur en cas d'inexécution des obligations incombant au fournisseur. CJCE 23 avril 2009, Luigi Scarpelli c/ Neos Banca SpA : A la Une des Editions Législatives 13 mai Crédit à la consommation. La méconnaissance des dispositions d'ordre public du Code de la consommation peut être relevée d'office par le juge. Cass. 1re civ. 22 janvier 2009 : Petites affiches n 94/2009, p / O. Gout. Crédits aux consommateurs : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. Crédit à la consommation et office du juge : la nouvelle donne (Cass. civ., 22 janv. 2009) : Petites Affiches 2009, n 94, p. 8 / O. Gout. Crédit, consommation, surendettement : quel équilibre? : Revue Lamy Droit civil 2009, n 59, p / L. de la Raudière CRÉDIT DOCUMENTAIRE. Crédit documentaire. Saisie conservatoire : Banque & Droit Mai-Juin 2009, Chronique de droit bancaire international, p / G. Affaki et J. Stoufflet. Crédit documentaire : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey ÉCO-PRÊT A TAUX ZÉRO. Trois arrêtés du 4 mai 2009 publiés dans le cadre de la distribution de prêts à taux zéro(ptz) pour financer des travaux de rénovation afin d'améliorer la performance énergétique des logements (les "éco-prêts à taux zéro") : - Convention de mandat signée entre l'etat et la SGFGAS [Société de gestion du fonds de garantie de l'accession sociale] - Conditions dans lesquelles la SGFGAS participe au contrôle de l'application des éco-prêts à taux zéro - Conditions dans lesquelles les prêteurs doivent distribuer les éco-prêts à taux zéro JOe du 16 juin CRÉDIT REVOLVING. Faut-il interdire le crédit revolving? : D. 2009, p / A. Debet CRÉDIT IMMOBILIER. Crédits immobiliers aux particuliers. L'action des professionnels en matière de crédit immobilier prescrit par deux ans (article L du code de la consommation) : Réponse ministérielle AN n du 21 avril Crédit immobilier. Prêteur et emprunteur peuvent se mettre d'accord pour soumettre un prêt professionnel au régime des articles L312-1 et suivants du Code de la consommation mais, dans ce cas, il faut respecter toutes les règles y compris celle qui impose la mention d'un tableau d'amortissement. CA Paris 15 janvier 2009, SCI 7

8 D'Après c/ Banque populaire Rives de Paris : Contrats Concurrence Consommation 2009, p / G. Raymond. Rép min n du 2 juin 2009 : Impact de la crise du crédit immobilier sur les prêts-relais : JOAN Q 2 juin Des avocats, contractant un prêt immobilier auprès d'une banque allemande, ne peuvent invoquer le caractère abusif d'une clause attributive de compétence, dans la mesure où, dans un crédit à caractère professionnel, c'est la loi allemande qui s'applique. Cass. 1re civ. 28 janvier 2009, R. c/ Deutsche Genessenschafts- Hypothebank : Contrats Concurrence Consommation 2009, n 5, p / G. Raymond. Engagement FBF ASF : glossaire sur les prêts immobiliers à taux variables : FBF Info - Lettre aux adhérents n 65 / Mai PRÊT CCMI. Prêt finançant un contrat de construction de maison individuelle [CCMI]. Obligation de la banque. Cass. 3ème civ. 14 janvier 2009, Bektas c/ Caisse d'épargne de Picardie : RJDA n 5/2009, p Obligation du banquier. CCMI : Banque & Droit mai-juin 2009, n 125, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau CRÉDIT SYNDIQUÉ. Crédit syndiqué. Responsabilité contractuelle et délictuelle de l'agent : Banque & Droit mai-juin 2009, Chronique de droit bancaire international, p / G. Affaki et J. Stoufflet 2.3. GESTION DES MOYENS DE PAIEMENT CHÈQUE. Irrégularité de l'opposition au paiement d'un chèque remis au liquidateur, Cass. com. 8 juillet Carrefour c/ A. Lige : Petites affiches 2009, n 121, p 20 / J.-P. Sortais. Moyens de paiement ; Chèque ; Paiement par le tiré ; Obligations du tiré. Cass. com. 12 nov : RJDA 2009, n 4, p Le contentieux autour des mentions du chèque : état des lieux : Banque et droit 2009, n 124, p / J. Lasserre Capdeville CARTES BANCAIRES. L'obligation de restitution du banquier en cas de contestation d'un ordre de paiement à distance par carte bancaire : D. 2009, p / M.-L. Bélaval et R. Salomon. Perte par la poste d'une carte bancaire envoyée en recommandé : la réparation se limite-t-elle au forfait réglementaire? Cass. 1ère civ. 18 février 2009, La Poste c/ Caisse du crédit mutuel du Chabanais : Contrats Concurrence Consommation 2009, n 5, p. 21 / L. Leveneur 8

9 . Le client qui communique à distance les informations figurant sur sa carte bancaire afin d'effectuer une réservation ne donne pas à sa banque un mandat de payer. Cass. com. 24 mars 2009, Luce c/ LCL Le Crédit Lyonnais : BRDA n 9/15 mai 2009, p. 9. Décret n du 9 juin 2009 relatif à l'observatoire de la sécurité des cartes de paiement : JOe du 11 juin 2009, p Perte ou vol d'une carte bancaire : quel régime probatoire? Réflexion sur la nature juridique du dispositif prévue à l'article L du code monétaire et financier : D. 2009, p / A. Hontebeyrie. Carte bancaire. Site Internet. Mandat de payer : Banque & Droit mai-juin 2009, n 125, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. L'utilisation d'une carte bancaire dans l'optique de l'achat d'une prestation future ne constitue pas nécessairement un paiement assorti de l'irrévocabilité [Réservation non confirmée d'une chambre d'hôtel sur internet], Cass. com. 24 mars Epx Fabre- Luce c/ LCL Le Crédit Lyonnais : JCP E 2009, p / P. Bouteiller. Cartes de paiement et de crédit : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. L irrévocabilité des paiements par carte bancaire (Cass. com. 20 janv. 2009) : Banque 2009, n 712, p. 81 / J.-L. Guillot et P.-Y. Berard. Moyens de paiement. Carte de paiement. Opposition. Motif non prévu par la loi. Effets. (Cass. com., 20 janv. 2009) : RJDA 2009, n 4, p VIREMENTS. Authenticité d'un ordre de virement : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. Virement. Réception des fonds par le banquier bénéficiaire : Banque & Droit maijuin 2009, n 125, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Revirement sur le moment précis du paiement par virement! (Cass. com., 3 février 2009) : Contrats Concurrence Consommation 2009, n 4, p. 14 / L. Leveneur. Virement : date du paiement. (Cass. com., 3 février 2009) : RD bancaire et fin. 2009, n 4, p. 41 / F. J. Credot et Th. Samin. Détermination de la date d un virement bancaire (Cass. com. 3 févr. 2009) : Revue Lamy Droit civil 2009, n 59, p. 13 / V. Maugerie AUTRES MOYENS DE PAIEMENT. Les difficultés conduisent à reporter à novembre 2010 le prélèvement SEPA pour la France : FBF Info - Lettre aux adhérents n 65 / Mai SEPA (1ère partie). Le règlement des ordres de paiement au sein des systèmes de paiement interbancaires. Evolutions récentes au sein des systèmes de paiement gérés par la Banque Nationale : Forum Financier / Droit bancaire et financier - Bank-en Financieel Recht n 2008, VI, p / M. Avella Shaw. SEPA (2ème partie). L'exécution d'opérations de paiement non autorisées et l'inexécution ou l'exécution incorrecte d'opérations de paiement. Analyse des dispositions de la PSD et comparaison avec le droit belge en vigueur : Forum Financier / Droit bancaire et financier - Bank-en Financieel Recht n 2009, I, p. 3-21/ G. Hennard 9

10 . Paiement en ligne : la banque tenue de restituer la somme débitée au profit de l'hôtelier pour une réservation sur Internet qui n'avait pas été annulée. Cass. com. 24 mars 2009, Le Crédit Lyonnais (LCL) : Communication - Commerce électronique 2009, n 6, p / A. Debet III.- RESPONSABILITÉ DU BANQUIER ET SECRET BANCAIRE RESPONSABILITÉ DU BANQUIER. La responsabilité civile du banquier en droit français et le juge de cassation : quel pouvoir? Réflexion autour d une politique jurisprudentielle : RD bancaire et fin. 2009, n 4, p / M. Cohen-Branche RESPONSABILITÉ EN MATIERE DE CRÉDIT. Responsabilité du donneur de crédit : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey DEVOIRS D INFORMATION, DE CONSEIL ET DE MISE EN GARDE. L'indisponibilité d'une valeur mobilière, quand elle est simplement temporaire, ne fait pas obstacle à son affectation en nantissement. Il s'ensuit que la responsabilité de la banque, poursuivie pour avoir accordé un crédit garanti par un tel nantissement, ne saurait être retenue pour ce seul motif. Cass. com. 30 septembre 2008, Gourio c/ Sté Boursorama : Revue des sociétés janvier-mars 2009, p / A. Reygrobellet. De nouvelles précisions sur l'obligation d'information du banquier : - Obligation d'éclairer le client sur l'adéquation à sa situation personnelle de la police d'assurance groupe. Cass. 2ème civ. 2 octobre 2008 (2 arrêts) - Sanction de la violation de l'obligation d'information. Cass. 1re civ. 18 septembre 2008 (p 104) RDC janvier 2009, p / S. Carval. La preuve du respect par un établissement de crédit de son obligation d'information d'une caution dirigeante peut être faite par tout moyen. Cass. com. 25 novembre 2008, X. c/ Société Générale Calédonienne de Banque : Revue des Sociétés janvier-mars 2009, p / J. Stoufflet. Ouverture de crédit. Responsabilité de la banque du fait de l'octroi du crédit à l'égard de la caution. Cass. com. 3 février 2009, Doutres c/ Caisse d'épargne et de prévoyance de Midi-Pyrénées : RJDA n 6/2009, p Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit. Cass. 1ère civ. 18 février 2009, Sygma finance : D. 2009, n 17, p / J. Lasserre Capdeville 10

11 . Une obligation de mise en garde du banquier en léger retrait? Il appartient à l'emprunteur qui allègue le manquement de son banquier au devoir de mise en garde de produire les éléments permettant d'apprécier le risque d'endettement consécutif à l'octroi du crédit. Cass. 1re civ. 18 février 2009 : Revue Lamy Droit civil n 60/Mai 2009, p Les contours de l'obligation de mise en garde du prêteur. Cass. 1ère civ. 18 février 2009 (1er arrêt) - Cass. com. 24 mars 2009 (2ème arrêt) : Revue Banque mai 2009, n 713, p / J.-L. Guillot et M. Boccara. Le risque fondement du devoir de mise en garde du banquier prêteur. Cass.1re civ. 18 février 2009, RM c/ Sygma finance (1ère espèce) - Cass. com. 24 mars 2009, S c/ CRCAM du Centre Est (2ème espèce) : JCP G 2009, II, / A. Gourio. Sûreté réelle consentie pour garantir la dette d'un tiers. Hypothèque. Devoir de mise en garde. Cass. com. 24 mars 2009, CRCAM : Gazette du Palais 2009, n 141, p / S. Piédelièvre. En cas de souscription d'une hypothèque, le banquier n'est pas tenu d'un devoir de mise en garde. Cass. com. 24 mars 2009 : Revue Lamy Droit des affaires mai 2009, n 38, p / E. Bazin. Le devoir de mise en garde du banquier profite à tout emprunteur non averti même bien accompagné. Cass. 1re civ. 30 avril 2009, (FS P+B+I), LCL : Dalloz Actualité 7 mai 2009 D. 2009, p / V. Avena-Robardet. Devoir de mise en garde du banquier. Emprunteur profane assisté d'une personne avertie. Cass. 1re civ. 30 avril 2009, LCL Le Crédit Lyonnais : Gazette du Palais 2009, n , p. 5-8 / S. Piédelièvre. Devoir de mise en garde du banquier prêteur à l'égard de l'emprunteur non averti assisté d'un consultant financier. Cass. 1ère civ. 30 avril 2009, Jaspart c/ LCL Le Crédit Lyonnais : JCP E 2009, p. 1586, D. Legeais. Devoir de mise en garde : la banque, toute la banque, rien que la banque. Cass. 1re civ. 30 avril 2009 : Revue Lamy Droit civil juin 2009, n 61, p / J.-Ph. Bugnicourt. Subtile qualification de l'emprunteur et devoir de mise en garde du banquier. Cass. com. 7 avril Cass. 1re civ. 30 avril 2009 : Revue Lamy Droit civil juin 2009, n 61, p. 10. Exclusion du devoir de mise en garde en présence d'une sûreté réelle pour autrui : La lettre Omnidroit du 3 juin 2009, p / N. Borga. Devoir de mise en garde. Office du juge et preuve : Banque & Droit mai-juin 2009, n 125, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau. Devoir de mise en garde. Cautionnement et hypothèque : Banque & Droit mai-juin 2009, n 125, Chronique de droit bancaire, p / Th. Bonneau RESPONSABILITE BANCAIRE POUR SOUTIEN ABUSIF. Créanciers. Responsabilité civile délictuelle. Responsabilité pour soutien abusif. Cass. com. 30 septembre 2008, Souchon c/ BNP Paribas : RJDA n 6/2009, p

12 Revue de presse de l AEDBF-France (mai-juin 2009) DEVOIR DE NON-INGÉRENCE RESPONSABILITÉ EN MATIERE DE GESTION ET DE RISQUES SPÉCULATIFS 3.2. SECRET BANCAIRE. Le secret professionnel : quelles évolutions? Le secret bancaire en 2009 : un principe en voie de disparition? : AJ Pénal 2009, p / J. Lasserre Capdeville. Secret bancaire et confidentialité face à la nécessité d'information des prêteurs sur la solvabilité des emprunteurs : Option Finance 18 mai 2009, p. 38 / par D. Fontaine- Besset. Non opposabilité du secret bancaire à la caution : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. Secret bancaire et référé probatoire. Cass. com. 16 décembre 2008, Consorts X c/ BNP Paribas : Petites affiches 2009, n 107, p / G. Chabot. L aménagement annoncé du secret bancaire, une aubaine pour l Andorre? : Droit et patrimoine 2009, n 182, p. 18 / B. Pujol Chaufaille IV.- DEFAILLANCES BANCAIRES ET PREVENTION DES DEFAILLANCES BANCAIRES. Arrêté du 5 mai 2009 modifiant le règlement n du 21 février 1997 relatif au contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d'investissement : JOe du 20 mai Extrait de la décision relative à Landsbanki Islands hf. en application de la directive 2001/24/CE du Parlement européen et du Conseil concernant l'assainissement et la liquidation des établissements de crédit - Invitation à produire une créance - Délais à respecter : JOUE C 125 du 5 juin 2009 V.- LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT, LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET LA DÉLINQUANCE FINANCIÈRE. Les nouvelles obligations de la lutte anti-blanchiment après l'ordonnance du 30 janvier 2009 : Bull. Joly Bourse n 2/Mars-avril 2009 / C. Cutajar. L'ordonnance du 30 janvier 2009 : de nouvelles normes de détection et prévention du blanchiment de fonds illicites et financement du terrorisme [obligations de vigilance, déclaration à Tracfin, "cellule de renseignement financier national", avocats et avoués, contrôle et sanctions disciplinaires] : Revue Lamy Droit des affaires mai 2009, n 38, p / H. Robert 12

13 . Ordonnance [n ] relative à la prévention de l'utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux : JCP E 2009, Chronique de droit bancaire, couvrant la période de septembre 2008 à février 2009, p / J. Stoufflet et N. Mathey. Transposition de la Troisième directive blanchiment [ordonnance n du 30 janvier 2009] : quelles incidences pratiques pour les professionnels? : - Aspects juridiques de la lutte anti-blanchiment, par H Robert - Les avocats et la lutte contre le blanchiment, par W Feugère - Blanchiment et fraude fiscale : les liaisons dangereuses, par D Hotte - Rôle et responsabilité des notaires dans la prévention du blanchiment, par P Tarrade Droit & Patrimoine juin 2009, n 182, p Blanchiment. Illustration des modalités d'exécution sur le territoire français d'une décision de confiscation prononcée par une juridiction étrangère d'un immeuble produit du blanchiment de capitaux. Cass. 2ème civ. 4 juin 2009, SCI Zanoro : Site Dalloz Actualité 17 juin Règlement (CE) n 501/2009 du Conseil du 15 juin 2009 mettant en œuvre l article 2, paragraphe 3, du règlement (CE) n 2580/2001 concernant l adoption de mesures restrictives spécifiques à l encontre de certaines personnes et entités dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, et abrogeant la décision 2009/62/CE : JOUE L n 151 du 16 juin 2009, p. 14. Position commune 2009/468/PESC du Conseil du 15 juin 2009 portant mise à jour de la position commune 2001/931/PESC relative à l application de mesures spécifiques en vue de lutter contre le terrorisme et abrogeant la position commune 2009/67/PESC : JOUE L n 151 du 16 juin 2009, p. 45. La loi du 20 mars 2007, interdisant le financement de la fabrication, de l'utilisation ou de la détention de mines antipersonnel et de sous-munitions : - Les activités et entreprises visées par l'interdiction - Les financements interdits - La portée territoriale de la loi - Les sanctions pénales et civiles - La loi anti-blanchiment - Entrée en vigueur de la loi et impact de la non-publication par le Roi de la liste des entreprises interdites Forum Financier / Droit bancaire et financier - Bank-en Financieel Recht 2009, II, p / C. Steyaert VI.- LUTTE CONTRE L OPACITÉ FINANCIÈRE. Circulaire FBF n du 22 mai 2009 relative à la proposition des banques françaises aux banques européennes portant sur un ensemble de mesures concernant leurs activités dans les pays non-coopératifs : Site Extranet.FBF. Pays non coopératifs : les banques françaises font des propositions : FBF info - Lettre aux adhérents n 66/Juin

14 VII.- DROIT COMPARÉ BELGIQUE Chronique de législation et de jurisprudence en Belgique, par E. Van den Haute - Mesures prises en vue de préserver la stabilité du système financier - Protection des dépôts, instruments financiers et assurance-vie - Affaire "Fortis" Euredia n 2009/1, p Le démantèlement de Fortis - Mesures provisoires : - Tribunal de commerce de Bruxelles 18 novembre 2008, A. et CSRTS / Fortis, SFPI et BNP Paribas - Tribunal de commerce de Bruxelles 20 novembre 2008, Deminor Int. / Fortis Banque - CA de Bruxelles 12 décembre 2009, A. et CSRTS / Fortis, SFPI et BNP Paribas Forum Financier / Droit bancaire et financier - Bank-en Financieel Recht n 2008, VI, p YOUGOSLAVIE. Conséquences procédurales de la disparition d'une banque centrale de la Yougoslavie sur les engagements juridiques souscrits par la banque centrale de cet État. T. com. Paris, 11 févr. 2009, Banque Franco Yougoslave c/ Banque Nationale de Yougoslavie : Site Dalloz Actualité 18 juin

15 DROIT DES MARCHÉS FINANCIERS I.- INTERVENANTS 1.1. PRESTATAIRES DE SERVICES D INVESTISSEMENT STATUT OBLIGATION D INFORMATION, CONSEIL, MISE EN GARDE. Obligation d'information du prestataire de services d'investissement [PSI]. Cass. com. 31 mars 2009, Baley c/ Crédit du Nord : BRDA n 8/2009, p. 4. Evaluation des compétences [investisseur profane et investisseur averti]. Cass. com. 16 décembre 2008 : - La compétence des clients doit être évaluée et l'information qui leur est donnée doit être adaptée à celle-ci. Soria c/ Monte Paschi Banque (1ère espèce) - La compétence du client dispensait la banque de le mettre en garde contre les risques d'un placement qu'il avait lui-même choisi. Schramm c/ Banque populaire provençale et corse (2ème espèce) Dr. Sociétés 2009, n 5, p / Th. Bonneau. Mandat de gestion : évaluation de la compétence (Cass. com. 16 déc. 2008) : Dr. sociétés 2009, n 5, p. 28 / Th. Bonneau RESPONSABILITÉ. Nouveaux développements sur la responsabilité des intermédiaires financiers dans le cadre d'une opération spéculative. Cass. com. 26 mars 2008, X.. c/ BNP Paribas : Petites affiches 2009, n 85, p / L. El Badawi. Retour sur la responsabilité de l'intermédiaire financier pour non-respect de la réglementation sur la couverture des opérations. Cass. com. 7 octobre 2008, Dubus : Bull. Joly Bourse mars-avril 2009, p. 130 /D. Robine. Responsabilité du banquier. Commercialisation de produits financiers : Banque & Droit mai-juin 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. Responsabilité du banquier. Commercialisation de produits financiers. Information du public. Publicité. (CA Toulouse, 3 sept. 2008) : Banque & Droit 2009, n 124, p L'imputabilité à un prestataire de services d'investissement du manquement commis par son préposé [Eviction du principe de responsabilité personnelle], CE sect. 6 juin CM CIC Securities : JCP E 2009, p / Y. Placot RÉMUNÉRATION. Recommandation de la Commission 2009/384/CE du 30 avril 2009 sur les politiques de rémunération dans le secteur des services financiers : JOUE L 120 du 15 mai

16 CONFLITS D INTÉRÊTS. La prévention et la gestion des conflits d intérêts au sein des prestataires de services d investissement (PSI) : analyse des rapports adressés à l AMF en 2007 : Rev. AMF 2009, n 54, p AUTORITÉS DE MARCHÉ. Une nouvelle régulation internationale : FBF Info - Lettre aux adhérents n 65 / Mai Charte pour un partenariat des régulateurs de valeurs mobilières des deux rives de la Méditerranée («Partenariat méditerranéen des régulateurs de valeurs mobilières») : JOe du 6 mai AMF RÈGLEMENT GÉNÉRAL POUVOIRS Pouvoir de sanction. Le commissaire aux comptes devant la Commission de sanctions de l'autorité des marchés financiers [AMF] : JCP E 2009, 1510 / A. Robert. Quelle est la portée du principe de responsabilité personnelle en matière de sanction de l AMF? (CE, 6 juin 2008) : Banque & droit 2009, n 124, p. 13 / M. Guyomar Visites domiciliaires et saisies. Note ANSA n Pouvoirs de visite et saisie de l'amf : Site Ansanet. AMF. Visites domiciliaires. Voies de recours : Banque & Droit mai-juin 2009, Chronique de droit financier et boursier, p / H. de Vauplane, J.-J. Daigre, B. de Saint Mars et J.-P. Bornet. Visites domiciliaires : la fin de l exception : Droit et patrimoine 2009, n 180, p. 14 / L. Garnerie Pouvoir de contrôle MÉDIATION. Rapport annuel 2008 du médiateur de l'autorité des marchés financiers [AMF] NDLR : Les réclamations en vue d'une résolution amiable ont porté essentiellement sur : - la commercialisation d'opcvm et notamment sur :. la commercialisation du fonds à formule DOUBLO des Caisses d'epargne,. la commercialisation des fonds dits «monétaires dynamiques" 16

17 . la commercialisation des OPCVM ARIA EL. les conditions de rachat de parts de fonds communs de placement à risques (FCPR) - la gestion sous mandat Site de l'amf. L activité du médiateur de l AMF marquée par la crise : Petites Affiches 2009, n 103, p. 4-5 / O. Dufour HAUT CONSEIL CERTIFICATEUR DE PLACE RESPONSABILITÉ DES AUTORITÉS DE REGULATION. Dossier : la responsabilité des autorités de régulation : RD bancaire et fin. 2009, n 2, p / J.-P. Kovar, J. Capdeville Lasserre, G. Eckert, O. Douvreleur, A. Bouveresse, M. Storck, G. Tabourin AUTRES INTERVENANTS ÉMETTEURS. Une nouvelle réponse à la crise de financement des PME : la procédure de transfert du marché réglementé vers Alternext : Option Finance n 1027, Lundi 4 mai 2009, p 36 / G. Kessler SOCIETES DE GESTION DE PORTEFEUILLE (SGP). L'assujettissement partiel des sociétés de gestion de portefeuille aux obligations de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme : RTD Financier mai 2009, p / S. Puel et O. Bernardi DÉPOSITAIRE. CA Paris 8 avril Gestion alternative. Prime brokerage. Responsabilité du dépositaire. Défaillance du sous-dépositaire. Obligation de restitution des actifs : Banque & Droit mai-juin 2009, Chronique de gestion collective, p / F. Bussière. Obligation de restitution des dépositaires : les arrêts du 8 avril 2008 de la CA de Paris : RTD Financier mai 2009, p / Ph Goutay. Questions/réponses relatives aux scissions d OPCVM décidées en application du deuxième alinéa de l article L ou du deuxième alinéa de l article L du code monétaire et financier : Rev. AMF 2009, n 54, p Conservation et responsabilité des dépositaires : Dr. sociétés 2009, n 5, p. 1-2 / Th. Bonneau. Gestion alternative. Prime Brokerage. Responsabilité du dépositaire. Défaillance du sous-dépositaire. Obligation de restitution des actifs. (CA Paris, 8 avr. 2009) : Banque & Droit 2009, n 125, p. 54 / F. Bussière 17

18 AGENCES DE NOTATION. Note ANSA n Agences de notation : propositions de la Commission européenne - Réactions de European Issuers et de l'ansa : Site Ansanet II- MARCHÉS III.- OPÉRATIONS 3.1. OPÉRATIONS SUR LE MARCHÉ 3.2. OFFRES PUBLIQUES. Note n OPE sur Alternext : existence d'une offre au public de titres financiers? : Comité juridique ANSA Mai Bercy et l AMF consultent sur la réforme des offres publiques : Petites Affiches 2009, n 104, p. 3-4 / O. Dufour DIRECTIVE OPA. Implementation of the 2004/25/EC directive on takeover bids in Europe (France - Germany - Spain - Italy - The Netherlands - UK - Sweden): RTD Financier mai 2009, p / D. Martin, B. Kanovitch, L. Chekroun DÉCLARATIONS DE FRANCHISSEMENT DE SEUILS ET DÉCLARATIONS D INTENTIONS. Ordonnance n , 30 janvier 2009 relative aux rachats d actions, aux déclarations de franchissement de seuils et aux déclarations d intentions (JO du 30 janvier 2009, p. 1835) : RD bancaire et fin. 2009, n 4, p / D. Bompoint. Décret n du 19 mai 2009 relatif à l'offre au public, aux déclarations de franchissement de seuils et aux déclarations d'intentions : JOe du 21 mai Extension du régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d'intention : Option Finance n 1027, Lundi 4 mai 2009, p. 27 / I. Doumens. Déclarations de franchissement de seuils. La solution française en matière de transparence sur la détention de contrats financiers dérivés : JCP E 2009, p / F. Peltier et C. Maison-Blanche. Les déclarations de franchissement de seuils et d intentions : Actes pratiques 2009, n 104, p / V. Paolaggi et N. Cuntz. Modification du régime des déclarations de franchissement de seuils et d intention : Dr. sociétés 2009, n 4, p / Th. Bonneau. Déclarations de franchissement de seuil et déclaration d intention (Ordonnance n du 30 janvier 2009) : RD bancaire et fin. 2009, n 4, p / J.-F. Briard 18

19 . Ordonnance du 30 janvier 2009 : regard critique sur la réforme relative aux déclarations de franchissement de seuils et aux déclarations : Dr. sociétés 2009, n 4, p / A. Omaggio. Filiale commune et franchissement de seuils : RTD Financier mai 2009, p / M. Dubertret 3.3. OFFRE AU PUBLIC DE TITRES FINANCIERS. Décret n du 19 mai 2009 pris pour l'application de l'ordonnance n du 22 janvier 2009 relative à l'appel public à l'épargne et portant diverses dispositions en matière financière : JOe du 21 mai Rapport au président de la République et ordonnance n du 24 juin 2009 portant extension de l'ordonnance n du 22 janvier 2009 relative à l'appel public à l'épargne et portant diverses dispositions en matière financière en Nouvelle- Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna : JOe 26 juin 2009, textes 13 et 15. Note ANSA n Le point sur la réforme de l'appel public à l'épargne : un allégement des obligations d'information : Site Ansanet. Commentaire de l'ordonnance du 22 janvier 2009 [n ] relative à l'appel public à l'épargne : Revue des sociétés Janvier-mars 2009, n 1, p / J.-J. Daigre et B. François. Commentaire de l'ordonnance n du 22 janvier 2009 relative à l'appel public à l'épargne et portant diverses dispositions en matière financière : JCP G 2009, I, 143 / Th. Bonneau. Réforme de l'appel public à l'épargne : entrée pragmatique du droit français dans l'ère de l'offre au public de titres financiers : D. 2009, p / B. Le Bars. Note n Société par actions simplifiée [SAS] et offre au public de titres financiers : Comité juridique ANSA Mai Note n Sociétés anciennement considérées comme faisant appel public à l'épargne et convocation des assemblées générales : Comité juridique ANSA Avril La réforme de l appel public à l épargne par l ordonnance n du 22 janvier 2009 : RD bancaire et fin. 2009, n 4, p / Th. Granier. Commentaire de l ordonnance du 22 janvier 2009 relative à l appel public à l épargne : Revue des Sociétés 2009, n 1, p / J.-J. Daigre et B. François IV.- PRODUITS 4.1. TITRES FINANCIERS. Peut-on nantir un titre financier indisponible? Jusqu'à cet arrêt de septembre dernier, la réponse était négative, à moins que la date de l'exigibilité de la créance soit postérieure à la levée de l'indisponibilité. C'est désormais la solution inverse qui 19

20 prévaut, dès lors cependant que l'indisponibilité est temporaire. Ce qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives en matière de crédit [Cass. com. 30 septembre 2008] : Revue Lamy Droit civil juin 2009, n 61, p / I. Riassetto. Instruments financiers à terme et obligations déclaratives au titre de l'article L du Code de commerce : RTD Financier mai 2009, n 1-2, p / H. Blanc-Jouvan et M.-F. Rautou. De la frontière entre le Code monétaire et financier et le Code de commerce à propos des titres financiers : RTD Financier mai 2009, n 1-2, p / J.-J. Daigre REFORME DES INSTRUMENTS FINANCIERS :. Ordonnance n du 8 janvier 2009 portant réforme des instruments financiers : RD bancaire et fin. 2009, n 4, p / H. Le Nabasque. Rapport au président de la République et ordonnance n du 24 juin 2009 relative à l'application à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, à Saint-Pierre-et- Miquelon, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna de l'ordonnance n du 8 janvier 2009 relative aux instruments financiers : JOe 26 juin 2009, textes 13 et 15. Commentaire de l'ordonnance du 8 janvier 2009 [ ] relative aux instruments financiers : Revue des sociétés janvier-mars 2009, p / J.-J. Daigre et P. Pailler. Présentation et orientations de la réforme du droit des instruments financiers : RTD Financier mai 2009, p / G. Petit. Le nouveau paysage juridique des instruments financiers en droit français : RTD Financier mai 2009, p / A. Reygrobellet TITRE DE CAPITAL OU DONNANT ACCÈS AU CAPITAL OBLIGATIONS ET AUTRES TITRES DE CREANCES INSTRUMENTS DE PLACEMENTS COLLECTIFS (OPCVM). Instruction AMF n du 25 janvier 2005 relative aux procédures d'agrément et à l'information périodique des OPCVM français et des OPCVM étrangers commercialisés en France (modifiée en Mai 2009) : Site de l'amf. Instruction AMF n du 25 janvier 2005 relative au prospectus complet des OPCVM agréés par l'amf à l'exception des FCIMT, FCPR, FCPI, FIP, FCPE et des SICAVAS (modifiée en Mai 2009) : Site de l'amf. La réforme de la titrisation, d'un point de vue critique : Bull. Joly Bourse n 2, Marsavril 2009, p / S. Praicheux. OPCVM et nomination du commissaire aux comptes : étendue des pouvoirs du régulateur. CE 29 avril 2009, Courtade : Site Editions législatives. Modification des instructions AMF n et OPCVM à règles d'investissement allégées. Mise en place de gates. Side pocket : Banque & Droit mai- Juin 2009, Chronique de gestion collective, p / F. Bussière. L ordonnance n du 23 octobre 2008 prise dans le cadre de la loi LME du 4 août 2008 introduit des mesures destinées à rendre les OPCVM français plus 20

7 ème partie du rapport

7 ème partie du rapport 3 6 ème partie du rapport SOMMAIRE DU TOME II Avertissement : De très nombreuses modifications purement formelles ont été apportées au texte adopté par le Sénat, sans avoir fait l objet d amendements en

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

La réforme du crowdfunding en droit français : les aspects du droit bancaire

La réforme du crowdfunding en droit français : les aspects du droit bancaire Revue générale du droit Etudes et réflexions 2015 numéro 4 Actes du colloque organisé le 27 juin 2014 par le Centre juridique franco-allemand de l Université de la Sarre : Le Crowdfunding ou financement

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES Article 1 OUVERTURE ET DETENTION Le Livret Grand Prix est un compte d épargne qui peut être ouvert par toute personne physique Il ne peut

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge INC document JURISPRUDENCE LES BANQUES CRÉDIT À LA CONSOMMATION Crédit à la consommation Soulevé d office du juge Selon les articles L. 311-9 et L. 311-10 du code de la consommation, toute augmentation

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

Réforme bancaire : ce que dit le

Réforme bancaire : ce que dit le Réforme bancaire : ce que dit le projet de loi Le Monde.fr 27.11.2012 à 19h15 Mis à jour le 28.11.2012 à 07h13 Par Anne Michel Le projet de loi vise à "remédier à certaines carences du dispositif de régulation

Plus en détail

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales COMPTE EPARGNE LOGEMENT Une épargne constructive Conditions Générales CONDITIONS GENERALES 1. Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique peut être titulaire d un compte d épargnelogement

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 479-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011

Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011. Tous droits réservés 2011 Les obligations du vendeur de produits et services financiers Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Les produits, les services et les instruments

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl. Le nouveau droit OHADA des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com Juin 2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

Section 1. - Statut des établissements de crédit. PARTIE 1 Les acteurs du droit bancaire 13/11/2011. Introduction Définition du droit bancaire

Section 1. - Statut des établissements de crédit. PARTIE 1 Les acteurs du droit bancaire 13/11/2011. Introduction Définition du droit bancaire Introduction Définition du droit bancaire Objet du droit bancaire Origine Sources Evolution Année 1930 Loi de 1941/1945 Loi du 24 janvier 1984 Désintermédiation Diversification des services Marché unique

Plus en détail

Etaient présents Madame Souad El Kohen, Messieurs Driss Belmahi, Abdelaziz Benzakour et Omar Seghrouchni ;

Etaient présents Madame Souad El Kohen, Messieurs Driss Belmahi, Abdelaziz Benzakour et Omar Seghrouchni ; Délibération n 480-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION LES CRÉDITS PAR MOBILISATION Les crédits par mobilisation peuvent concerner la cession Dailly, et les crédits d'exploitation tels l'escompte et l'affacturage 1. Ces derniers ayant fait l'objet de nos développements,

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

TARIFS CLIENTS PARTICULIERS Au 15 avril 2015

TARIFS CLIENTS PARTICULIERS Au 15 avril 2015 TARIFS CLIENTS PARTICULIERS Au 15 avril 2015 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion ou tarif spécifique à une partie de la clientèle.

Plus en détail

Au terme de notre journée d étude particulièrement. Observations sur l approche institutionnelle de la réforme du 24 janvier 1984

Au terme de notre journée d étude particulièrement. Observations sur l approche institutionnelle de la réforme du 24 janvier 1984 Observations sur l approche institutionnelle de la réforme du 24 janvier 1984 YVES GÉRARD Ancien Doyen à la chambre commerciale, financière et économique de la Cour de cassation Si la loi bancaire de 1984

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

Revue de presse du 28 février 2014

Revue de presse du 28 février 2014 Revue de presse du 28 février 2014 Législation Communautaire Bourse et marchés financiers Doctrines (046465) Transparence : modifications de la directive du 15 décembre 2004, BONNEAU Thierry (Revue de

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

LE CREDIT IMMOBILIER

LE CREDIT IMMOBILIER INTERETS PRIVES SUPPLEMENT Page 1/5 LE CREDIT IMMOBILIER Qui dit achat immobilier dit crédit. Pour franchir au mieux ce passage obligé, il faut faire jouer la concurrence, savoir lire une offre de prêt

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011 modifiant le règlement du CRC n 2003-02 relatif au plan comptable des organismes de placement collectif en valeurs

Plus en détail

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Compte à Terme Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE A TERME (CAT) Le Compte à Terme Solidarité du est un compte

Plus en détail

Le droit de la facilité de caisse (1/2)

Le droit de la facilité de caisse (1/2) Crédit Le droit de la facilité de caisse (1/2) Jérôme Lasserre Capdeville Maître de conférences à l Université Robert Schuman de Strasbourg La «facilité de caisse», appelée aussi «tolérance exceptionnelle»,

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

CN5 Productions. dossier de souscription. composition du dossier de souscription : Veuillez envoyer l ensemble des documents ci-dessus à :

CN5 Productions. dossier de souscription. composition du dossier de souscription : Veuillez envoyer l ensemble des documents ci-dessus à : dossier de souscription CN5 Société Anonyme au capital de 37 000 800 055 790 RCS PARIS Siège social : 21 rue du Faubourg Saint- Antoine, 75011 Paris Tél. : + 33 (0)1 55 28 32 15 Email : contact@cn5productions.com

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

C F O N B. Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires. LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer»

C F O N B. Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires. LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer» C F O N B Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer» Le texte intégral des Communications Adhérents émises depuis 1963 est disponible pour les

Plus en détail

Revue de presse du 11 septembre 2015

Revue de presse du 11 septembre 2015 Revue de presse du 11 septembre 2015 Législation Communautaire Banque Doctrines (052232) L'individualisation des sanctions adoptées par l'union européenne sous forme de mesures restrictives (embargo, gel

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) DROIT BANCAIRE

Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) DROIT BANCAIRE Revue de presse de l Association européenne pour le Droit bancaire et financier (AEDBF-France) sept.-oct. 2009 La présente revue de presse constitue une sélection non exhaustive de références intéressant

Plus en détail

ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009

ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009 ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009 Avril 2010 ACTUALITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE 2009 Le département Banque Finance de Lefèvre Pelletier & associés est heureux de vous présenter, pour la cinquième année

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Conditions et tarifs

Conditions et tarifs BANQUE ET ASSURANCES Conditions et tarifs Convention de compte de dépôt 1 er janvier 2013 3 > 4 > 5 > 7 > 8 > 9 > 11> Extrait standard des tarifs ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte Ouverture,

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Revue de presse du 18 juillet 2014

Revue de presse du 18 juillet 2014 Revue de presse du 18 juillet 2014 Législation Communautaire Doctrines (048057) Infrastructures du marché : les apports de MIF II et MIFIR, PINCE Arnaud (Banque, 01/07/14, n 774, p.55-58) Législation Internationale

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES 2872855391694728728553911694728539475394728539169472891169%4728%53947539947%285394728539%1%694728728553911%694728539 4753985391647%285391694728728553911694728539472853916947287285539169472%8728553911694728539475394728%5391694728911694

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE 1 - PRESENTATION SUCCINCTE

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

Le TEG dans tous ses états

Le TEG dans tous ses états Le TEG dans tous ses états L un des ingrédients essentiels pour choisir son prêt immobilier est son taux. Mais si le taux d intérêt mis en avant par le prêteur est important, le Taux Effectif Global (ou

Plus en détail

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS IMPORTANT : Vous devrez joindre ce QCM complété à votre devoir écrit (cas pratique) CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS CONCOURS INTERNE D ASSISTANT TECHNIQUE des 18 et 19 décembre 2006 Document n 2 8 pages

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13

Sommaire. Vos opérations avec l étranger... 10-11. Vos opérations de change... 12-13. Les incidents de fonctionnement... 12-13 Sommaire AXA Banque se réserve la possibilité de facturer toute opération ayant généré un coût spécifique et en informera préalablement le Client. Toute mesure d ordre législatif ou règlementaire ayant

Plus en détail

Le guide tarifaire des principaux produits et services aux entreprises

Le guide tarifaire des principaux produits et services aux entreprises 2014 Le guide tarifaire des principaux produits et services aux entreprises Fonctionnement du compte Gestion à distance Gestion des flux Placements Investissements Conseils Extrait des conditions tarifaires

Plus en détail

Livret Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité

Livret Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité Livret Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE SUR LIVRET «LIVRET SOLIDARITE» Le Livret Solidarité du est un compte d'épargne

Plus en détail

LA PUBLICITÉ ET LE DÉMARCHAGE DES PRODUITS FINANCIERS PAR INTERNET

LA PUBLICITÉ ET LE DÉMARCHAGE DES PRODUITS FINANCIERS PAR INTERNET LA PUBLICITÉ ET LE DÉMARCHAGE DES PRODUITS FINANCIERS PAR INTERNET Maître de conférences en délégation à l Université de Nouvelle-Calédonie 1- Le développement remarquable du commerce boursier sur Internet,

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Recueil Dalloz 2009 p. 1179. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit

Recueil Dalloz 2009 p. 1179. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit Recueil Dalloz 2009 p. 1179 Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit Jérôme Lasserre Capdeville, Maître de conférences, Université de Strasbourg 1 - Le banquier dispensateur de crédit

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes SG MONETAIRE EURO PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SG MONETAIRE EURO FORME JURIDIQUE : SICAV de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

Activités d enseignement

Activités d enseignement Activités d enseignement Depuis septembre 2007 : Maître de conférences à l Université de Nice Sophia-Antipolis Directeur du M2 Juriste du sport o Année universitaire 2014-2015 : - Police administrative

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE. relatif au financement participatif. NOR: EfIXI4O6454RJRose-1

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE. relatif au financement participatif. NOR: EfIXI4O6454RJRose-1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE relatif au financement participatif NOR: EfIXI4O6454RJRose-1 RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Monsieur le Président

Plus en détail

dossier de souscription

dossier de souscription Société Anonyme au capital de 37 000 Y Siège social : 5 rue de la Rochefoucauld, 75009 Paris 799 429 105 RCS PARIS Tél. : + 33 (0)1 48 78 16 09 Email : contact@chaocorpcinema.com Site : www.chaocorpcinema.com

Plus en détail

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010 Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL SOMMAIRE la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 la régulation, point

Plus en détail

La reprise des contrats de financement dans les contrats globaux

La reprise des contrats de financement dans les contrats globaux Page 1 Documents 1. La reprise des contrats de financement dans les contrats globaux - Pratique par Valérie de SIGOYER Revue Droit Administratif Juin 2014 Type d'article : Pratique/Informations Professionnelles

Plus en détail

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS LOI N 2014-344 DU 17 MARS 2014 RELATIVE A LA CONSOMMATION juin SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS 25/04/2014 I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE L article

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

Revue de presse du 19 au 25 octobre 2012

Revue de presse du 19 au 25 octobre 2012 Revue de presse du 19 au 25 octobre 2012 Textes Législation Nationale (041470) Décret n 2012-1159 du 17 octobre 2012 relatif à l'information de l'emprunteur lors de la conclusion d'opérations de regroupement

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Modalités d'application de la protection des dépôts et des instruments financiers auprès d'établissements de crédit et d'entreprises d'investissement

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 REGIME DES INTERETS DES PLANS D EPARGNE-LOGEMENT (PEL) AU REGARD DES PRELEVEMENTS SOCIAUX. AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE "UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE" (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui

NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui NOTICE D'INFORMATION DU FCPE SOLIDAIRE "UFF ÉPARGNE SOLIDAIRE" (N code AMF : 08343) Compartiment : non Nourricier : oui Un fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) est un organisme de placement collectif

Plus en détail

FCPI DEMANDEZ PLUS À VOTRE ARGENT CAPITAL INVEST PME 2011

FCPI DEMANDEZ PLUS À VOTRE ARGENT CAPITAL INVEST PME 2011 FCPI CAPITAL INVEST PME 2011 Visez l innovation et allégez votre fiscalité en contribuant au développement des PME européennes en contrepartie d'un risque de perte en capital Souscription ouverte du 17

Plus en détail

FORMATION IOBSP Niveau 1

FORMATION IOBSP Niveau 1 GROUPE VALORIALE VALORIALE FORMATION FORMATION IOBSP Niveau 1 Catalogue des formations valable jusqu au 31/12/13 VALORIALE 2012-2013 Objectifs de la formation Répondre aux obligations légales issues du

Plus en détail

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS

DEMANDE D ADHESION A L OFFRE GRIFFON SMS Le Crédit Municipal de Toulon est un établissement public de crédit et d aide sociale régit par les articles L 514-1 et suivants du code monétaire et financier dont le siège social est sis à Toulon, 10

Plus en détail