La crise actuelle frappe l opinion par son étendue et sa gravité.elle affecte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La crise actuelle frappe l opinion par son étendue et sa gravité.elle affecte"

Transcription

1 éclairage équilibres trop précaires denise FlouzAt osmont d Amilly Ancien membre du Conseil de la politique monétaire, administrateur délégué de la Fondation Banque de France pour la recherche L examen de l origine de la crise et de son développement montre qu elle déborde le monde de la finance. Ses excès sont le sous-produit de déséquilibres économiques mondiaux. La sortiedecrise impliquedes ajustements violents,douloureux, pour ramener l économie mondiale sur un sentier de croissance soutenable. La crise actuelle frappe l opinion par son étendue et sa gravité.elle affecte banques, Bourses, patrimoines des ménages, budgets des États. Commencée le 9août 2007, elle se déroule implacablement, passant d une crise larvée jusqu au mois de septembre2008 à une crise financière aiguë à laquelle se superpose, au début 2009, une crise de l économie réelle,faisant planer sur le monde entier le risque d une spirale déflationniste. le temps des excès Première cause à l origine de cette crise, la surabondance de dollars qui s explique par les déficits américains : déficit extérieur, déficit budgétaire, déficit global dû à la montée de la dette endettement du secteur financier et endettement des ménages dévoyés par un abus des biens de consommation et de rêves immobiliers. Ces déficits ont été compensés, équilibrés, au plan mondial, par l excédent des pays émergents (pays pétroliers et Chine plus particulièrement). Cette abondance de dollars résultait aussi du refus par la Fed (la banque centrale américaine) d accepter la récession qui devait accompagner l éclatement de la bulle financière Internet au début des années Sous l impulsion de l ancien président de la banque centrale Alan Greenspan, le taux directeur de la Fed, qui gouverne le niveau des taux de crédit à court terme, 3 eme trimestre

2 Conjoncture a été maintenu en 2003 et 2004 à % d où un taux négatif, compte tenu d une inflation nettement plus élevée, encourageant le recours immodéré à l endettement. Sur le moment, politique monétaire et politique budgétaire américaine permirent à l économie américaine de surfer au-dessus du krach de la bulle Internet, la propulsant vers des taux de croissance élevés, mais acculèrent aux déséquilibres. La deuxième raison est àattribuer àl excès de produits financiers structurés dont une partie est maintenant baptisée «produits toxiques». Une sorte de château de cartes a été élevé,fondé sur l analyse statistique,netenant pas compte des éléments psychologiques et des événements inattendus, les blackswans. Cette analyse repose sur les principes de la finance de marché développée par deux Prix Nobel, H. M. Markowitz et M. S. Scholes. Le modèle de base utilisé par les banques pour valoriser les produits financiers intègre plusieurs paramètres, dont la volatilité des marchés et la corrélation entre les actifs. Aucun L oubli durisque modèle n avait anticipé les niveaux de volatilité atteints est leplus depuis 2007, ni le niveau de corrélation observé entre les grand risque cours des actifs (actions, matières premières). Compte que pouvaient prendre les tenu de la pertinence attribuée àces modèles, le risque a financiers. été totalement oublié. Orl oubli du risque est le plus grand risque que pouvaient prendre les financiers. La troisième cause provient de la chute du marché immobilier aux États-Unis, mais ce secteur n a été finalement que le catalyseur de cet ensemble d inconscience et de refus des réalités. La crise s est ensuite développée en trois actes. Le premier a concerné la liquidité du système financier,le deuxième sa solvabilité même et le dernier a vu la diffusion de la crise à l économie réelle. frénésie La crise de liquidité, survenue en août 2007, est apparue d autant plus étrange, une sorte de «conundrum» (énigme), selon le vocabulaire de Greenspan, que la soudaine illiquidité des marchés financiers se situait au sein d une considérable liquidité mondiale compte tenu des réserves excédentaires des banques centrales (notamment dans les pays émergents). En fait, il n y avait pas d énigme : la liquidité globale au plan macroéconomique peut être importante, alors même qu apparaît une illiqui- 1 Sociétal n 5

3 Équilibres trop précaires dité sur les marchés, à partir du moment où ceux-ci n arrivent plus à absorber des produits financiers à prix de vente normal alors que certaines banques ne peuvent pas faire face à leurs engagements. Le bon fonctionnement d un marché financier réclame la confiance ;la crise d illiquidité résulte de la méfiance qui s est établie entre les banques : prenant conscience des erreurs qu elles avaient commises, notamment en matière de titrisation, elles ont cessé de se prêter,bloquant ainsi le marché interbancaire. La titrisation est une technique permettant de rendre négociables sur un marché financier des créances inscrites à l actif d un agent économique (par exemple, pour une banque,des crédits immobiliers, par définition illiquides, deviennent liquides puisque consentis à long terme). Ces créances peuvent être relatives à des crédits aux ménages ainsi qu à des crédits aux entreprises. brêche Cette technique, non condamnable en elle-même, a été employée aux États-Unis notamment pour découpler le crédit immobilier entre l «originateur» d un crédit dit subprime (l emprunteur appartenant aux populations à faibles revenus) et le prêteur final. Les discours de campagne de certains présidents avaient mis en valeur le «droit à la propriété» de tout Américain. Une loi avait même été votée par le Congrès en 977, le Community Reinvestment Act, relative à l encouragement aux prêts immobiliers aux «communautés défavorisées». Ce souhait n eut pas de suite jusqu au moment où le marché du logement s est ralenti. Dès lors, les spécialistes de l immobilier se sont intéressés à des communautés peu visées jusque-là parce que insuffisamment pourvues de revenus. Les courtiers ont ainsi accordé des crédits sur Internet à des ménages sans prendre aucune information sur leurs revenus, sur leurs dettes antérieures. Le principe était le suivant : le marché de l immobilier connaissant une hausse durable,les acheteurs paieraient les intérêts de leur emprunt grâce à un nouveau prêt obtenu sur la plus-value de leur maison. Voilà une maison vendue à un ménage avec un prêt de 00 dont la valeur était censée passer rapidement à 30 ; le ménage pouvait accroître de 30 ses emprunts et payer ainsi les intérêts du prêt sur la maison et éventuellement faire d autres achats à crédit, voiture, etc. En fait, l envolée des prix de l immobilier correspondait à une bulle et, comme toutes les bulles, devait exploser en un krach. Le retournement du marché a commencé en 2006 : la valeur des maisons baissant sur lemarché, les nouveaux propriétaires, incapables d emprunter de nouveau pour payer les intérêts de leur emprunt initial, soit quittent volontairement leur maison, soit font l objet d une procédure d expulsion. Dans tous les cas, ils abandonnent leur emprunt. Que sont devenues les créances? 3 eme trimestre

4 Conjoncture une «drôle» de crise Titrisées par les banques, les subprime ont été regroupées avec d autres créances et logées dans des structures ad hoc, hors des bilans bancaires. Ainsi, elles ne se trouvaient pas soumises auratio de solvabilité exigé par la régulation internationale (ratio Cooke dit Bâle I), ce qui permettait aux banques de faire, grâce à ces opérations, plus de crédits qu elles n auraient pu en faire dans le cadre prudentiel. Les structures mises en place lors de la titrisation ont pu financer les crédits en émettant des bons à court terme,pratiquant ainsi une transformation des échéances, toujours redoutable parce que les titulaires de papier à court terme veulent être remboursés à leur échéance alors que les crédits ont pu être faits à moyen ou à long terme.comme la rentabilité de ces bons s est révélée nettement supérieure, en période de faible taux d intérêt, à celle des instruments traditionnels, de nombreuses institutions, fonds de pension, caisses de retraite, hedge funds et même banques les ont achetés, les plaçant finalement auprès de leur propre clientèle. La titrisation est entrée en crise à la suite du retournement du marché immobilier aux États-Unis : chute des prix cumulative, défaut des emprunteurs, contamination des différentes tranches de titrisation Les structures ad hoc n ont pu refinancer le papier arrivé à échéance,provoquant une recherche frénétique de liquidité.nombre de produits structurés considérés comme toxiques ne trouvaient plus preneur et perdaient leur valeur. Cette situation d excès d endettement, de dissémination et de dispersion des crédits a conduit, en août 2007, à une crise de confiance des banques qui ont cessé de se prêter entre elles sur le marché interbancaire, où s équilibrent normalement les excès et les besoins de liquidité bancaire. Afin de ranimer le marché interbancaire, les banques centrales ont mené des actions : baisse des taux directeurs (la Fed a même adopté, en décembre 2008, une politique de taux zéro, la Zirp) et injections temporaires de liquidités (particulièrement massives delapart dela Banque centrale européenne,bce). Pendant environ une année la crise financière aplané, sans que l ensemble de l opinion s en émeuve vraiment. Pendant environ une année la crise financière a plané, sans que l ensemble de l opinion s en émeuve vraiment ; c était unesorte de «drôle de crise», un peu au sens de la «drôle de guerre».plusieurs faits auraient dû cependant alarmer :la décision du Conseil de la politique monétaire de la BCE, soudaine, le 9 août 2007, d injecter 300 milliards d euros pour relancer le marché interbancaire. Sans doute s agissait-il d une alimentation toute momentanée, 1 Sociétal n 5

5 Équilibres trop précaires mais la procédure était inédite.autres signes :le sauvetage en Grande-Bretagne de la banque Northern Rock sur injonction du Chancelier de l Échiquier à la Banque d Angleterre, celui aux États-Unis de la banque Bear Stearns au terme d un procédé étrange, la Fedprêtant àune autrebanque,jpmorgan, les fonds nécessaires àson rachat pour l exemple La situationévolue en septembre2008 :àla «drôle de crise»succède la mise en cause du système financier lui-même.c est qu à la crise de liquidité est venue se superposer une crise de solvabilité du système financier,risquant de dégénérer en crise systémique à la suite de trois chocs. Submergées sous les subprimes, Freddie Mac et Fannie Mae, deux agences privées mais sous garantie du gouvernement, en charge defaciliter le financement des crédits immobiliers, ont dû être sauvées par les pouvoirs publics. Il en est de même pour le grand assureur américain American International Group, AIG. Mais le plus grave des chocs vint de la faillite de la banque Lehman Brothers, provoquant un séisme dans l ensemble du système financier.les pouvoirs publics américains ne sont pas intervenus pour l éviter,estimant nécessaire qu un exemple montre que toutes les banques ne pouvaient être exonérées de leur mauvais comportement. Cette décision, inattendue par les milieux financiers, entraîna aux États-Unis une aggravationdelacrise du marchéinterbancaire, un plongeondes Bourses et la recomposition du secteur bancaire. Les banques d investissement disparaissent ainsi, soit par faillite comme Lehman Brothers, soit parce qu elles sont rachetées par d autres (Bank of America rachète Merrill Lynch); celles qui subsistent, Goldman Sachs et Morgan Stanley, sont autorisées à devenir banques commerciales ayant la possibilité de recevoir des dépôts de particuliers (ce qui n est pas le cas pour les banques d investissement). Devant les impressionnants dégâts de cette crise bancaire, les pouvoirs publics obtiennent, mais difficilement, du Congrès le vote d une loi, la Troubled Asset Relief Program, Tarp,plan de 700 milliards de dollars mis à la disposition du Trésor pour racheter les produits toxiques des banques. Mais comment déterminer ce qui est produit toxique et ce qui ne l est pas?oùsont-ils?qui en a? Face à cette crise liée à la titrisation, les banques ont réagi en diminuant, voire en arrêtant toutes les opérations de ce type. Prenant conscience de la toxicité de certains produits véhiculés, elles se sont efforcées de protéger chacune sa liquidité en réduisant les échanges sur le marché interbancaire, d où l assèchement de ce dernier. La baisse de leur portefeuille boursier et le poids de produits impossibles à valoriser en l absence d acquéreurs les ont conduites à déprécier leurs actifs. Elles ont égale- 3 eme trimestre

6 Conjoncture ment réintégré certains actifs parce que le risque de réputation devenait trop grand. Finalement, une crainte générale s est répandue, celle du resserrement du crédit par les banques à l égard des entreprises et des ménages, le credit crunch. Il apparaît clairement que les premières responsabilités incombent aux pouvoirs publics américains, tant au niveau fédéral qu au niveau des États, puisqu ils n ont pas réglementé les acteurs primaires (c est-à-dire les courtiers). Ces derniers n étaient soumis à aucune régulation et n avaient établi aucune règle à l égard des ménages emprunteurs, ignorant s ils pouvaient ou non rembourser leurs prêts. tous responsables Lesconséquences graves de la chute de Lehman Brothers, par leur intensité et leur caractère général, conduisent às interroger sur les conditions de la décision desamise en faillite. Or, il semble que le rôle clé delehman Brothers sur les marchés dérivés n ait pas été pris en considération, marchés devenus très importants compte tenu des innovations financières. Ignoré aussi lefait qu un quart des fonds spéculatifs (hedge funds) avaient leurs comptes dans la filiale Lehman àlondres. La faillite impliqua donc des acteurs financiers dans le monde entier et précipita les ventes de titres des hedgefunds contraints de rembourser leurs clients, provoquant la chute des Bourses. La concentration dela Il semble que décision etles failles de l information constituent une le rôle clé de anomalie supplémentaire dans lefonctionnement du Lehman Brothers sur les marchés système!imagine-t-on une décision militaire nucléaire dérivés n ait nourrie de telles incertitudes? pas été pris en considération. Responsables les banques, ardentes à la course au rendement, établissant un contrôle insuffisant tant à l égard de leurs négociateurs que des inventeurs de produits sophistiqués dont les modèles d évaluation se sont révélés faux. Coupables les agences de notation. Participant à la mise au point de produits structurés, elles les notaient et utilisaient la même échelle de notation que pour les produits obligataires (produits d État ou produits des entreprises), accordant le triple A, magique,aux produits estimés les meilleurs. Responsables les banques centrales qui bien qu ayant réussi à contenir l inflation sur les prix des biens et services, ne se sont pas intéressées suffisamment à l inflation des actifs (assets inflation).seconstruisait, cependant, un nouveau modèle de financement 20 Sociétal n 5

7 Équilibres trop précaires «d initiation puis de distribution du crédit» (originate todistribute) en dehors de la liquidité traditionnelle et, par conséquent, des masses de crédit non inclus dans les agrégats monétaires et de crédit s accumulaient, complètement en dehors de la vision des banques centrales. Enfin, la «finance facile»décidée par la Fed sous la présidence d Alan Greenspan, en période de nouvelle expansion, a fait baigner le monde financier dans cette mer de sécurité et d inconscience àl égard durisque.labulle était dans les têtes alors qu elle seconstruisait dans l immobilier et dans les Bourses. Contagion La crise devint, à l automne 2008, la première crise financière mondiale.en Europe, la contamination de la crise s est manifestée de façon brutale lors de la semaine noire boursière du 6 au octobre Le CAC 40 perd en cinq jours plus de 22 %, à376,49 points, retrouvant son niveau de dix ans auparavant. L Asie, et, d une manière générale,les pays émergents semblaient pouvoir bénéficier d un découplage de l Occident leur permettant même de contribuer à sa sortie de crise et à sa relance. Bien au contraire, on assiste à la propagation financière de la crise,effondrement des Bourses et rapatriement de capitaux entraînant la hausse du yen. Devant cette intensification etcette généralisation delacrise, quelles solutions? Solution collective ou chacun pour soi. Au début, c est le chacun pour soi. Plusieurs méthodes sont prévues : une structure de defeasance afin de procéder au rachat de produits toxiques est adoptée en Espagne, à l imitation du premier plan Paulson. De son côté, la banque suisse UBS monte une structure de defeasance financée par un crédit de la Banque nationale Suisse ; la voie de la nationalisationest adoptée en Grande-Bretagne aupaysdemadame Thatcher! Dans d autres cas, on se limite à la recapitalisation par l État, ce qui n implique pas que ce dernier entre au conseil d administration de l établissement et participe à sa gestion. Des rachats et des fusions sont organisés sous l égide de l État ; des garanties des dépôts des particuliers peuvent être données par l État afin d éviter tout rush bancaire. Mais la décision irlandaise, unilatérale, de garantir la totalité des dépôts dans ses banques suscite une condamnation générale, notamment celle de la Grande-Bretagne, qui craint des déplacements de ses dépôts bancaires vers les banques irlandaises. 3 eme trimestre

8 Conjoncture désarroi À ces tentatives nationales de sauvetage succèdent ou s établissent parallèlement en Europe des tentatives collectives. Un premier sommet réunit quatre pays, France, Allemagne, Angleterre et Italie, le 4 octobre. Il vise à soutenir les banques et à réguler les acteurs. Cette première tentative de réflexion collective conduit à rappeler que le Pacte de stabilité fixant une limite aux déficits publics des pays membres de la zone euro (3 % du PIB) peut être moins sévère dans le cas de circonstances exceptionnelles et on se trouve dans ce cas. Ce premier sommet est suivi d un autre réunissant 27 pays (la totalité de l Union européenne). Il est décidé notamment de relever le montant des dépôts garantis à un minimum de euros. On sait cependant que l Irlande va beaucoup plus loin que ces euros puisqu elle garantit la totalité des dépôts, imitée plus ou moins clairement par d autres pays. Mais, la garantie des dépôts à00 %fait apparaître un autre risque,celui de la faillite d un pays,incapable de faire face à cette garantie. C est sera le cas de l Islande le 8octobre après la nationalisation de ses banques. La réflexion collective se développe avec, le 2 octobre, une réunion de l Eurogroupe auquel se joint Gordon Brown, Premier ministre degrande-bretagne. Unplan d action dresse un cadre général pour les interventions particulières des États ;ce plan est étendu aux 27 pays de l Union européenne.si l on fait la somme des montants envisagés de recapitalisation etdes garanties publiques, le plan global porte sur un montant d environ 700 milliards d euros. Il s agit d une somme qui ne sera probablement heureusement jamais mobilisée, mais c est un ordre de grandeur qui est donné pour l ensemble du plan, chaque pays étant censé adopter des mesures particulières compte tenu de ses spécificités. Le 4 octobre, les États-Unis donnent une orientation nouvelle au plan Paulson, à l image des décisions européennes. Il est décidé d injecter directement et immédiatement une première tranche de 350 milliards (sur un plan global de 700 milliards de dollars). Cette solution est évidemment plus rapide à mettre en œuvre que le rachat des produits toxiques. On reviendra, début 2009, à une réflexion sur la nécessité de construire une bad bank, en charge des produits toxiques. Ces allers-retours dans la recherche de solutions à la crise bancaire témoignent du désarroi des décideurs. Enfin, le 5 novembre 2008, à l initiative de la présidence de l Union européenne, le sommet de Washington réunit les représentants de l Europe, des États-Unis et des grands pays émergents (le G20) qui fixent un cadre de réflexion en vue de la réforme des 22 Sociétal n 5

9 Équilibres trop précaires systèmes financiers, à défaut de construire un système financier international. À Londres, en avril2009, se tiendraune nouvelle réunionpour préciser les points d accord. Dans le cadre du plan européen, la France prend des mesures pour traiter les deux problèmes de la liquidité et de la solvabilité.pour ce qui concerne la liquidité,il s agit de permettre le refinancement plus facile des banques grâce à la Société de financement de l économie française,la SFEF, société de droit privé détenue à 66 % par les banques et à 34 % par l État. Elle émet des emprunts jusqu à cinq ans, adossés à des actifs sains, garantis par l État et pouvant porter jusqu à 320 milliards d euros. Trois émissions ont été lancées de novembre 2008 à janvier 2009 afin d aider à la formation de la liquidité bancaire en sus de celle mise à disposition des banques par la BCE. Le problème de la solvabilité est traité par la création d une société,la SPPE (Société de prise de participation de l État), pouvant prendre des participations temporaires au nom de l État (la revente étant espérée de ces participations) ou acquérir des titres subordonnés émis par les banques (il s agit de se procurer des quasi-fonds propres). Cette recapitalisation par l État n implique pas que les pouvoirs publics participent à la gestion des banques, ils bénéficient d une rémunération des capitaux prêtés. Deux recapitalisations de 0,5 milliards d euros ont été opérées fin 2008 et début 2009 ;la seconde a eu lieu sous condition de renonciation des dirigeants à leur bonus. On espérait fin 2008 que les banques avaient essuyé lepire etqu elles pouvaient, grâce aux interventions publiques massives accordées à nombre d entre elles, se concentrer sur leur métier de base, le financement de l économie. Or 2009 s est ouverte, en Allemagne,sur une série de nationalisations partielles Commerzbank/Dresdner Bank et Hypo Real Estate, ainsi que sur l annonce de la perte de cinq milliards d euros de la Deutsche Bank! Aux États-Unis, Citigroup a été contraint de céder 600 milliards d actifs, et Bank of America a beaucoup de mal à absorber comme prévu Morgan Stanley. Cette deuxième poussée de crise bancaire aiguë inquiète d autant plus qu elle tend àsepropager àl économie réelle,les défauts d entreprise se multipliant. le spectre de la déflation Cette diffusion de la crise à l économie réelle s opère à la suite de la détérioration des anticipations des entreprises et de la diminution du moral des ménages, entraînant freinage de la consommation et de l investissement. En positif,cette situation détermine le ralentissement de l inflation, contribuant àl éclatement des bulles sur les prix des matières premières et du pétrole qui passe de 47 dollars, son pic du mois 3 eme trimestre

10 Conjoncture de juillet 2008, à 40 dollars début janvier 2009, ruinant les spéculateurs à la hausse mais posant aussi de graves problèmes à la Russie. Mais, globalement, on assiste au développement d une récession avec le risque d une véritable crise dépressionniste. Aux États-Unis, l entrée en récession aeulieu dès le quatrième trimestre 2007, suivie par celle de la zone euro au troisième trimestre 2008 et notamment par l Allemagne,frappée de plein fouet par le ralentissement de ses exportations. En Chine, production et exportations ralentissent au point d entraîner une baisse du PIB au quatrième trimestre 2008 par rapport au troisième.la diminution des exportations plonge également le Japon dans la crise. Les prévisions pour 2009 annoncent des replis d activité de plus de 2%dans les pays développés. La chute de Lehman Brothers et le coup de frein brutal de la croissance mondiale ont fait naître des craintes d apparition d une situation de déflation caractérisée non seulement par la baisse des prix mais aussi par celle de la totalité des indicateurs production, investissement, emploi La menace paraît si grave qu un front antidéflation s est constitué dans le monde entier.il s agit de lutter contre les anticipations de baisses de prix futures, les agents économiques repoussant leurs décisions d achat ou d investissement. Il faut aussi alléger la contrainte de liquidité des agents surendettés, amortir la chute des prix d actifs risquant d aggraver la détérioration des bilans bancaires, avec pour conséquence le blocage ducrédit et une chute supplémentaire d activité. Deux leviers sont utilisés dans le domaine monétaire etdans le domaine budgétaire. Des baisses de taux directeurs ont pour objectifs de favoriser la consommation au détriment d une épargne rendue peu attractive et de peser sur l ensemble des taux à moyen et à long terme afin de stimuler des décisions d investissement. Mais le dysfonctionnement des marchés est si généralisé et l aversion au risque si fort que les mécanismes de transmission de la politique monétaire ne jouent plus. Les banques centrales ne cessent de baisser leurs taux, la BCE à,5 % le 5mars 2009, suivie par la Banque d Angleterre, le 6mars, qui l a réduit à 0,5 %;la Fed a même adopté la Zirp, politique de taux zéro, et la Banque du Japon s est résignée à revenir à cette politique (taux directeur à 0, %), alors qu elle avait eu beaucoup de mal à en sortir après une expérience de ce type de 998 à2006. La Fedmène,enoutre, une politique d assouplissement quantitatif (quantitative easing) à l égard des institutions financières, leur fournissant à taux fixe toutes les liquidités demandées. Ayant ainsi épuisé ses munitions, elle s est trouvée contrainte,pour «reflater»l économie,d utiliser aussi une série d outils non conventionnels, puisqu elle achète des titres à des agents non financiers finançant non seulement le logement mais aussi les crédits automobiles, les cartes 24 Sociétal n 5

11 Équilibres trop précaires de crédit, les prêts étudiants et ceux aux PME Des achats de bons du Trésor sont possibles. Ces acquisitions (à l actif du bilan de la Fed) sont financées par la création monétaire (au passif ). Au total, la banque centrale des États-Unis se substitue progressivement àunfinancement La Fed se privé del économie américaine. substitue progressivement àunfinancement Devant les difficultés rencontrées par l utilisation de privé de l arme monétaire, les pouvoirs publics recourent massive- l économie ment à l arme budgétaire. Les estimations des levées de américaine. dette donnent le vertige. Le Congrès américain prévoit un déficit 750 milliards de dollars en 2009 ;leplan de relance Obama, calibré à 850 milliards de dollars, est ramené par le Congrès à 790 milliards. Dans la zone euro, tous les États se résignent à lancer des plans de relance, même l Allemagne, avec 50milliards d euros, la France, avec 26milliards, plans qui mettront à mal les finances publiques. Mais la situation initiale des États diffère : l Italie,avec une dette publique de 04 % du PIB en 2007, la Grèce (94,8 %) et la Belgique (83,9 %) sont plus fragiles que l Allemagne (65, %) ou la France (63,9 %). Le gonflement deleurs besoins en termes d emprunt ne peut conduire qu à une différenciation des taux qu ils devront servir pour attirer les investisseurs. Fin 2008, l Espagne,l Italie et le Portugal paient déjà point de plus de taux d intérêt que l Allemagne.En janvier 2009, les agences de notation ont dégradé la note relative à la dette de la Grèce et à celle de l Espagne. la dette jusqu où Dès 2009, 000 à 500 milliards de dollars de dettes nettes supplémentaires des États-Unis et des pays européens vont arriver sur le marché. Une bulle des emprunts publics serait-elle en train deseformer avec des risques d explosion?or, début 2009, les gouvernements peuvent émettre des montagnes de dettes sur des marchés financiers àdefaibles taux :près de2%pour l emprunt àdix ans américain, audessous de 3% pour le taux allemand. Face aux risques de dépression mondiale, les investisseurs cherchent la sécurité de la signature des États investisseurs. C est à la fin de la récession que pourrait se déclencher un krach obligataire(forte hausse des taux), avec le retour d un certain appétit pour le risque ainsi que la perspectived une normalisation des politiques monétaires. Le krach obligataire serait d autant plus fort que le risque d inflationsemanifesterait. La référence,aujourd hui permanente,aunew 3 eme trimestre

12 Conjoncture Deal implique que l on se souvienne que la fin de la Dépression, en 934, fut enclenchée par le déplacement des anticipations de la déflation vers l inflation, à la suite de l abandon par Roosevelt du strict cadredel étalon-or,deladévaluationdudollar,d un déficit public de 9% du PIB et d une importante création monétaire. Or, c est ce que les États-Unis font de nouveau : la Fed monétise la dette des ménages, voire la dette publique,avec le risque d une inflation à même de réduire la valeur des dettes. Les créanciers paieraient l addition, et notamment la Chine.Ce scénario,qui n est pas nécessairement le plus probable le Japon, en monétisant sa dette,n a pas réussi à relancer l inflation,ne peut être adopté par la BCE carillui est interdit de monétiser toute dette.enprincipe... Les interrogations sur la sortie de crise ramènent au problème fondamental qui a provoqué son déclenchement :les déséquilibres mondiaux entre épargne et investissement. L épargne est plus élevée que l investissement en Chine et dans les pays pétroliers, la consommation l emporte aux États-Unis. Un cercle vicieux, bien qu apparemment efficace, s est établi entre une consommation américaine financée par endettement et émission de dollars et un modèle de croissance asiatique fondé sur les exportations. Il s en est suivi une dizaine d années de prospérité mondiale dans le cadre de déséquilibres profonds des balances des paiements courants, excédentaires en Chine et dans les pays pétroliers, déficitaires aux États-Unis. Cet équilibrage de déséquilibres portait en lui les germes de son effondrement. L abondance de la liquidité mondiale, l inflation du prix des actifs, l endettement ont conduit aux excès financiers et à l explosion finale. Le rééquilibrage macroéconomique vasefaire ;il se fait toujours, mais la phase d ajustement sera violente, comportant des risques :protectionnisme et réduction d activité, inflation. Il n y a, cependant, aucune fatalité. Tout dépend désormais de la qualité du pilotage des gouvernements, notamment de celui des États-Unis. On pourrait sortir de cette crise par le haut si les politiques économiques se révélaient coopératives entre elles. Des avancées semblent se dessiner dans cette voie, comme en témoignent le Plan européen du 2 octobre et les réunions du G20. Des mutations profondes sont à envisager,telle l augmentation de la consommation en Chine et de l épargne aux États-Unis. Pour les réussir,il paraît nécessaire qu après la phase de «reflation» inévitable, impliquant l accroissement de l endettement cause de la crise, les réacteurs soient inversés dans les pays débiteurs lorsque le risque de déflation apparaîtra jugulé. Cela suppose que leurs gouvernements soient animés d une vertu à la romaine! 2 Sociétal n 5

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan nationalinternational et ses enseignements I -Quelles sont les origines

Plus en détail

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Quelques mois avant le déclenchement de la crise financière, rien ne laissait présager un tel retournement de situation. La crise financière de

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés 7 octobre 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés Depuis la publication de l édition d avril

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes 1. Qu est-ce qu un subprime? 2. Le mécanisme de la crise 3. La gravité de la crise 4. Conclusions 2 La

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

La crise financière : rappel des faits

La crise financière : rappel des faits La crise financière : rappel des faits Les Jeunes de l'ump Origines de la crise : politique du crédit facile aux États-Unis et «subprimes» Suite aux attentats du 11 septembre, la Banque centrale américaine

Plus en détail

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Journées de droit économique Samedi 7 juin 2008 «D une crise à l autre : regards croisés

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Comment réguler la finance mondiale?

Comment réguler la finance mondiale? Comment réguler la finance mondiale? Introduction : une bonne nouvelle en provenance de Suisse? I) La nécessaire régulation de l épargne mondiale 1 Le problème de l excès d épargne 2 Les banques et la

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT

CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT Corynne Jaffeux Professeur Université Bordeaux 4 1 SOMMAIRE Les modes de financement des entreprises non cotées et des entreprises cotées La crise bancaire de 2007 et ses

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

CEPII. L économie mondiale 2009

CEPII. L économie mondiale 2009 CEPII L économie mondiale 2009 PREMIÈRE PARTIE L état de l économie mondiale I / La croissance a trouvé ses limites Agnès Chevallier* La poursuite de la croissance mondiale a buté, en 2007, sur deux limites.

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Composition d économie : Qu avons-nous appris de six années de crise?

Composition d économie : Qu avons-nous appris de six années de crise? Composition d économie : Qu avons-nous appris de six années de crise? Les perspectives de croissance publiées par l INSEE pour la France (0.3% au troisième trimestre de 2013) se sont révélées légèrement

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Cap sur L investissement

Cap sur L investissement éclairage Cap sur L investissement MAtHilde lemoine Économiste, membre du Conseil d analyse économique Les orientations prises par les politiques budgétaire et monétaire pour faire face à la crise pourraient

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant?

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Informations générales 3 e trimestre 2014 Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Swisscanto un leader dans l Asset Management Swisscanto figure

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE

IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE CAS DES POLITIQUES MONETAIRES NON CONVENTIONNELLES (Enseignements

Plus en détail

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

A - La crise financière : la stratégie des pays industrialisés

A - La crise financière : la stratégie des pays industrialisés La crise (suite) II - Les sorties de crise Dans le premier texte, «L origine, le pourquoi» de la crise, je vous annonçais un second texte sur «la crise et sa sortie», en réalité nous devons mettre le pluriel

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises?

Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Quels indicateurs pour la dette des entreprises françaises? Un excès d endettement constitue un risque pour une entreprise. Confrontée à l imprévu, celle-ci risque de ne pouvoir faire face à ses remboursements

Plus en détail

le processus de la crise

le processus de la crise REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère de l Economie et des Finances Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N 0 8 5 0-1 3 2 7 Quatrième trimestre 2008 http://www.cepodsn.org

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

La croissance des institutions financières internationales privées depuis

La croissance des institutions financières internationales privées depuis 137 Une réponse progressiste européenne à la crise dans la zone euro Trevor Evans Professeur d économie à la Berlin School of Economics & Law La croissance des institutions financières internationales

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Crise des subprimes mortgages : quel impact?

Crise des subprimes mortgages : quel impact? 1 Paris, août 2007 Crise des subprimes mortgages : quel impact? L histoire financière des deux dernières décennies semble obéir à une précision de métronome. Le jeudi noir de Wall Street (1987), la crise

Plus en détail

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Cette note est la suite d une première note sur la crise de la Grèce. Une prochaine note sera consacrée au plan d aide à la Grèce et à ses conséquences (suppression

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

> La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008 permet de s interroger

> La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008 permet de s interroger Missions, structures et actionnariat des banques: les leçons à tirer de la crise Axel Miller 1 Petercam Axel.miller@petercam.be > La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008

Plus en détail

Le financement de l économie

Le financement de l économie Le financement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin de

Plus en détail