LES ASSURANCES LIEES AUX PRETS IMMOBILIERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ASSURANCES LIEES AUX PRETS IMMOBILIERS"

Transcription

1 Mars 2000 LES ASSURANCES LIEES AUX PRETS IMMOBILIERS LES FORMES NOUVELLES DE LA CONCURRENCE Avec le concours de l Observatoire des Pratiques du Conseil National de l Habitat

2 Le prêt au logement joue un rôle de premier plan dans la vive concurrence pour le marché des particuliers qui s exerce depuis plusieurs années entre les établissements de crédit. La compétition porte principalement sur le taux nominal des prêts ; or, on constate désormais qu elle s étend de plus en plus aux accessoires du contrat de prêt et, en particulier, aux assurances décès-invalidité / incapacité de travail et perte d emploi, dont l incidence actuarielle sur le taux effectif global est d autant plus visible que les taux sont bas. Avec des taux proches de 5 %, l impact de l assurance décès-invalidité / incapacité de travail sur le taux effectif global peut atteindre un demi point. La concurrence dans ce secteur n est pas nouvelle, mais elle se durcit ; elle ne jouait qu auprès des prêteurs qui négocient les contrats de groupe, alors que des tentatives sont faites, par l intermédiaire de courtiers, mais aussi directement par certaines compagnies (publicité, Internet ) pour viser les emprunteurs eux-mêmes. Ce durcissement s exprime par une pression croissante à la baisse des tarifs, mais il peut aussi parfois se traduire par une réduction des garanties ou par une sélection accrue des risques qui peut avoir pour conséquence une forme de démutualisation de l assurance. Le coût et les caractéristiques des assurances liées au contrat de prêt font l objet, de la part de l ANIL, de bilans périodiques. L objet de cette étude est d envisager les conséquences de cette évolution sur le coût et la qualité des garanties offertes au particulier. ASSURANCE GROUPE OU SOUSCRIPTION INDIVIDUELLE? Dans l immense majorité des cas (95 à 99 % des opérations), l emprunteur souscrit une assurance groupe : il adhère à un contrat d assurance groupe proposé par le prêteur. Même s il ne peut s agir d une obligation faite à l emprunteur du fait de la prohibition des ventes liées, ce dernier n a en pratique pas toujours connaissance de la faculté qui lui est offerte de s adresser directement à une autre compagnie ou mutuelle d assurance ; le recours à l assurance groupe est parfois présenté comme obligatoire. Il faut préciser que dans les faits, il ne sera pas toujours facile de convaincre l établissement prêteur d accepter le recours à un autre assureur. Des avantages certains pour le prêteur L adhésion à l assurance groupe offre des avantages certains pour le prêteur, puisqu elle lui permet de s assurer du paiement des primes, et le cas échéant de se substituer à l emprunteur défaillant en payant les primes d assurances pour éviter la résiliation du contrat. Le contrat de groupe ayant été négocié entre la compagnie d assurance et le prêteur, celui-ci connaît parfaitement l étendue des garanties. L adhésion de l emprunteur à ce contrat lui assure donc que les conditions minimales nécessaires à la sécurisation du prêt sont remplies. Enfin, le prêteur perçoit un intéressement sur la souscription des contrats d assurance pour lesquels il obtient l adhésion de l emprunteur. Cet intéressement prend deux formes : un pourcentage de l ordre de 3 à 12 % du montant de la prime sur les adhésions obtenues par l établissement prêteur au contrat d assurance groupe ; les assureurs expliquent qu il s agit, en réalité, d une ristourne pour frais 2

3 de gestion correspondant à la rémunération accordée par l assureur au prêteur pour les tâches de gestion prises en charges par ce dernier : constitution de dossiers, assistance à la souscription, demandes de pièces, etc. s y ajoute souvent un intéressement aux résultats annuels procurés par le contrat de groupe ; cet intéressement s ajoute à la rémunération du prêt pour l établissement financier. La remise en cause de cette rémunération pourrait conduire à un relèvement du taux du prêt. A l inverse, si l emprunteur s assure directement, l établissement financier ne connaît pas nécessairement l étendue des garanties souscrites par l emprunteur qui peuvent être supérieures, mais aussi inférieures, à celles proposées dans le cadre de l assurance groupe. Pour pallier tout risque, il devrait, en conséquence, prendre la précaution de subordonner son acceptation du prêt demande à la souscription par l emprunteur d un contrat d assurance, contenant des garanties au moins équivalentes à celles incluses dans le contrat d assurance de groupe. Ce qui implique une étude détaillée du contrat, donc un coût supplémentaire qui devrait se traduire en frais de dossier. Par ailleurs, si l emprunteur s assure directement, l établissement financier peut avoir à supporter des coûts supplémentaires pour suivre le déroulement du contrat assurant le prêt et peut être tenté de les répercuter sur l emprunteur. Pourtant, pour éviter ces problèmes, il suffit que le prêteur exige de l emprunteur la preuve que le contrat d assurances souscrit directement par celui-ci, contient une clause de «délégation sécurisée» par laquelle les parties s engagent à informer le prêteur de tout incident de paiement préalablement à la résiliation de l assurance du prêt. A défaut, il devra majorer les provisions pour risques d impayés, faute de pouvoir suivre l exécution du contrat d assurances garantissant le prêt. Les compagnies d assurance groupe estiment que la substitution de contrats individuels aux dispositifs actuels d assurance groupe, par les contraintes de gestions qu elle entraînerait, conduirait à augmenter le coût des garanties de 10 à 15 % 1. Une information sommaire de l emprunteur L information donnée par le prêteur sur le contrat d assurance groupe qu il propose est souvent succincte, parfois sommaire. Le client s informe rarement, de façon spontanée, sur l assurance du prêt qu il sollicite, à l exception de son coût. Mais voudrait-il le faire qu il aurait, dans bien des cas, les plus grandes difficultés à obtenir des informations précises sur l étendue des garanties, comme en témoignent notamment de nombreux exemples vus par les ADIL. On nuancera ce constat, en observant que la situation varie selon les réseaux et que les établissements spécialisés, notamment en province, ont un personnel expérimenté connaissant assez bien les différentes garanties. En revanche, dans les banques généralistes, le contrat d assurance paraît souvent assez mal connu. En pratique, l information se limite fréquemment à l application des exigences légales : l offre de prêt énonce, en donnant une évaluation de leur coût, les assurances qui conditionnent la conclusion du prêt 2 : à ce stade, l information fournie est le plus souvent assez sommaire ; une notice d information énumérant les risques garantis et précisant toutes les modalités de la mise en jeu de l assurance doit être annexée au contrat de prêt 3. 1 Cf. Alain Quibeuf «Risques : Les évolutions de l assurance emprunteurs» : Les Cahiers de l Assurance, janvier-mars 1998, p Art. L du Code de la consommation (loi du 13 juillet 1979 codifiée). 3 Art. L du Code de la consommation. 3

4 Or, par expérience, on sait que c est dans la phase préalable à l opération d accession que le consommateur est le plus demandeur d informations et dans ses rapports avec le prêteur, au moment de la négociation précontractuelle que le futur emprunteur est le plus réceptif à des conseils ou des précisions sur le prêt et son environnement. A cet égard, rappelons que la jurisprudence considère que la présentation d une offre de prêt conforme aux exigences légales ne suffit pas à exonérer le prêteur de sa responsabilité et elle met à sa charge une obligation spécifique de conseil et d information dont elle tire des conséquences rigoureuses 4. Le manquement à cette obligation est souvent lourdement sanctionné par les tribunaux (cf. annexe). On peut par ailleurs regretter que la notice d information ne soit pas obligatoirement jointe à l offre de prêt, même si l on sait que nombre de consommateurs ne prennent pas le temps de lire de façon détaillée les documents qui leur sont remis par les professionnels. Le point de vue de l emprunteur L emprunteur a-t-il intérêt à faire jouer la concurrence en recherchant une alternative à l assurance groupe proposée par l établissement prêteur? A l évidence, l adhésion à l assurance groupe présente pour l emprunteur l avantage de la simplicité en lui épargnant la démarche de comparaison des caractéristiques des contrats (tarifs, garanties ) et la recherche de solutions alternatives. En outre, les contrats d assurance groupe sont généralement assez proches d une compagnie à l autre et offrent un ensemble de garanties, certes incomplètes, mais qui répondent de façon approximative aux attentes de la majorité des emprunteurs comme on le verra ci-dessous. Ce n est que si la solution de l assurance groupe proposée par la banque paraît trop chère ou inadaptée, en particulier si l emprunteur présente un risque aggravé, que celle-ci, pour ne pas perdre un client, cherchera à l orienter vers un autre assureur (mutuelles, courtier...). Certains de ces opérateurs, en général des courtiers, sont en effet spécialisés dans la négociation de couverture de ce type de risques 5. Ils travaillent généralement avec des compagnies étrangères, comme Générali, Eagle Star, April, Winthertur. Observons d ailleurs que ce sont souvent ces compagnies qui tentent de bousculer les grandes compagnies françaises et de leur prendre des parts de marché en développant des produits concurrents à prix attractifs, mais avec des exclusions ou des limitations de garanties plus nombreuses et/ou plus importantes que dans les contrats de groupe. En revanche, la mise en concurrence permettra à l emprunteur d obtenir soit des garanties plus étendues, soit des tarifs sensiblement plus avantageux. En effet, la banque offre parfois le choix entre différentes options de garanties plus ou moins étendues ; mais la recherche de solutions alternatives à la proposition de la banque nécessite des démarches supplémentaires auprès de son assureur, d un courtier, de sa mutuelle, ou sur internet. A partir de là, l emprunteur peut adopter deux attitudes que l on peut schématiser ainsi : rechercher des garanties plus complètes pour un coût similaire, voire un peu inférieur ; cette approche que l on pourrait qualifier de traditionnelle, repose sur l idée que le coût de la prestation, c est-à-dire le montant de la prime, ne peut être le seul paramètre et doit s apprécier au regard des garanties offertes ; 4 Recommandation de la Commission des Clauses Abusives n du 10 novembre Ces intermédiaires s efforcent d ouvrir le marché aux personnes qui présentent un risque aggravé en raison de leur âge ou de leur état de santé, de sports pratiqués ou exerçant un métier considéré comme dangereux, en recherchant pour elles, des garanties au meilleur coût auprès de compagnies spécialisées ; on peut citer des organismes comme : ACARAT Groupe Parc d activité du Moulin CD LA FARE LES OLIVIERS, HANDI-ASSUR 2 bis rue Voltaire NANTES. 4

5 rechercher une assurance moins onéreuse. Nombre d emprunteurs, notamment parmi les plus jeunes, estiment son coût élevé au regard du risque encouru et vont tenter de le minimiser en recherchant des alternatives individuelles au contrat d assurance groupe proposé par l établissement prêteur. Dans cette optique, ce type de clientèle, plus jeune, familier des nouvelles technologies, par le biais de contacts directs avec des agents d assurances, cabinets de courtage, ou via internet, recherche en priorité des tarifs attractifs. Refusant l idée d une mutualisation des risques, il ne s intéresse pas de façon précise à l étendue des garanties et s estime peu concerné par les risques décès invalidité ou incapacité. De l avis de tous les intervenants, c est cette approche qui l emporte : pour les emprunteurs, le premier critère de choix reste en effet celui du prix. Au moment de la signature du contrat de prêt nécessaire à l acquisition ou à la construction d un logement, ceux-ci sont peu réceptifs à l étude des garanties offertes par le contrat d assurance, qui est lui-même l accessoire du prêt immobilier. Cela s explique sans doute en partie par le fait que le futur accédant, dans bien des cas, ne mesure pas de façon suffisamment précise et concrète les risques réellement encourus par lui et sa famille en cas d invalidité ou d incapacité. En revanche, s il est pleinement informé, notamment grâce aux actions menées par les professionnels, les pouvoirs publics et les ADIL, il sait que l assurance doit s apprécier non seulement au regard de la prime demandée mais également en considération des garanties offertes. Cependant, qu il s agisse d assurance individuelle ou de contrat de groupe, ni le coût, ni la nature des garanties n est d appréciation aisée. Une comparaison des coûts malaisée La diversité des présentations adoptées rend difficile, pour l emprunteur profane, la comparaison du coût des contrats proposés. En effet, le coût de l assurance est exprimé le plus souvent en pourcentage du capital initial, ou en francs pour F empruntés, mais parfois en pourcentage du capital restant dû. Il serait souhaitable de parvenir à une présentation unifiée du tarif des cotisations, en incidence actuarielle ou en francs pour F empruntés, pour permettre une véritable comparaison des prix : ceci pourrait se faire par recommandations ou par voie réglementaire. Le contenu des garanties difficile à estimer D un point de vue formel, les clauses restrictives de garanties ou d exclusion respectent les exigences légales 6 puisqu elles sont écrites en caractère gras. Cependant le contrat d assurance des prêts immobiliers reste très complexe pour le consommateur. Comment mesurer la portée exacte des clauses d exclusion, des délais de carence? Comment s assurer que le contrat ne contient pas de «trous de garantie 7»? Par exemple, il est en pratique très difficile au non-spécialiste de vérifier si un sinistre pris en charge dans le cadre d une incapacité de travail serait couvert en invalidité s il s aggrave et devient définitif. 6 Art. L dernier alinéa du Code des assurances. 7 Voir les recommandations de la Commission des Clauses Abusives n du 10 novembre 1989, recommandant «que la structure des contrats ne comporte pas de discontinuité entre la garantie incapacité temporaire et la garantie invalidité définitive pour éviter que certains consommateurs ne soient pas pris en charge au titre de l une ou l autre garantie, alors même que leur état de santé les prive de l activité et des ressources nécessaires pour faire face à leurs obligations à l égard du prêteur». 5

6 LES GARANTIES DE L ASSURANCE DECES - INVALIDITE / INCAPACITE DE TRAVAIL Une nécessaire clarification des notions utilisées Il existe un besoin de clarification des contrats et des termes employés pour permettre au particulier de contracter en connaissance de cause sur l étendue des risques couverts. Les assureurs, notamment au sein du Groupement des assurances de personnes (GAP), se sont efforcés de mieux définir les termes utilisés et d uniformiser la définition des risques. Mais il convient aussi de noter que la terminologie employée est susceptible d entretenir une confusion avec les définitions de la sécurité sociale. En effet, «dans les faits les emprunteurs confondent le principe de l assurance avec celui d une garantie complément de salaire en cas d arrêt de travail 8». Peut-on aligner la définition des risques invalidité et incapacité sur celles utilisées par la sécurité sociale? Les assureurs mettent en avant le fait que contrairement à la sécurité sociale qui peut faire varier le taux de cotisation pour s adapter à l évolution des risques auxquels elle doit faire face, l assureur ne peut faire varier le taux de la cotisation en cours de contrat, qu il s agisse de la définition des risques ou des modalités de mise en jeu de l assurance, s il n a pas obtenu l acceptation de l emprunteur. On conçoit que cette exigence rende impossible toute modification d un portefeuille de plusieurs millions de contrats d assurances. Si cette objection paraît fondée dans son principe, on ne voit pas ce qui ferait obstacle à l adoption de catégories utilisées par la sécurité sociale telles qu elles sont définies au jour de la signature du contrat d assurance, sauf à considérer que ces garanties sont par trop favorables à l emprunteur assuré. Il s agit enfin d harmoniser les définitions, ce qui ne fait pas obstacle à la diversité des garanties proposées. Il reste que ces appellations ne concerneront que les contrats nouvellement souscrits. La terminologie recommandée par le GAP Ancienne terminologie Décès Invalidité permanente et absolue Invalidité permanente partielle ou totale Invalidité temporaire partielle ou totale Nouvelle terminologie Décès Perte totale d autonomie nécessitant le recours à une tierce personne pour les actes de la vie courante Si définitif (partielle ou totale) = INVALIDITE Si temporaire ( partielle ou totale) = INCAPACITE DE TRAVAIL Circulaire GAP du 17 novembre 1998 Toutefois, en pratique, et notamment pour tous les contrats en cours, les choses sont loin d être claires : en effet, certains contrats prévoient l indemnisation au titre de l incapacité de travail tant qu il existe médicalement une éventuelle possibilité d amélioration de l état de santé de l assuré, puis au titre de l invalidité si l état de santé rend définitivement impossible la reprise de l activité. D autres, en revanche, ne comportent pas de garantie invalidité, mais seulement une incapacité de travail, au titre de laquelle sont indemnisées toutes les incapacités, qu elles soient temporaires ou définitives. Ces différences de formulation ne peuvent qu être sources de confusion dans l esprit des assurés. Il est incompréhensible pour le profane que les notions d invalidité ou d incapacité ne fassent pas l objet d une définition précise et commune à tous les contrats, indépendamment de l étendue des garanties offertes. Une partie du contentieux trouve sa source dans l imprécision des notions utilisées et de la définition des concepts utilisés 9. En particulier la définition du risque incapacité temporaire et la frontière avec 8 Cf. Alain Quibeuf «Risques : Les évolutions de l assurance emprunteurs», Les Cahiers de l Assurance, janvier/mars 1998, p Cf. Hubert Groutel in «Responsabilité civile et assurances» n 4, avril 1999 : «Garanties incapacité temporaire ou invalidité : la Cour de Cassation se défausse». 6

7 l invalidité sont à l origine de nombre de litiges en matière d assurance. C est ainsi qu un auteur 10, commentant un arrêt de la première chambre civile de la Cour de cassation du 17 mars 1998, a pu parler de «garanties dont le vide a au moins le mérite donner une idée de l infini». L étendue des risques garantis en matière d assurances des prêts immobiliers Du point de vue de l emprunteur assuré, les garanties offertes peuvent différer assez sensiblement d un contrat à l autre, par leur étendue et notamment par les clauses tendant à limiter leur mise en œuvre, voire à exclure certaines catégories de risque. L analyse des clauses ayant pour objet d exclure certains risques ou de limiter la mise en jeu des garanties On trouvera, ci-dessous, l analyse d un certain nombre de clauses présentes dans les contrats d assurance des prêts immobiliers. Il faut signaler que la commission des clauses abusives a analysé ces contrats et émis un certain nombre de recommandations, il y a maintenant une décennie. Force est de constater que, sur d assez nombreux points, les rédacteurs des contrats ont «oublié» de relire les recommandations faites à cette époque et en tous cas d en tenir compte. On peut regrouper ces clauses en deux catégories : les clauses d exclusion d un risque ; rappelons à cet égard que selon une jurisprudence constante, il incombe à l assureur qui invoque une exclusion de garantie, de démontrer les conditions de fait de cette exclusion. La commission des clauses abusives avait recommandé une mention informative dans les contrats sur ce point. A la lecture des contrats étudiés, force est de constater que cette recommandation reste lettre morte. les clauses limitant ou restreignant la mise en jeu des garanties. L attention du consommateur doit être attirée au moment de la souscription ou de l adhésion au contrat pour lui permettre de souscrire une extension de garantie moyennant une cotisation majorée. En examinant et comparant les formules offertes sur le marché, on peut observer différentes modalités ayant pour objet de limiter les risques garantis, notamment par le biais des clauses d exclusion : ces dernières concernant certaines maladies, activités ou professions encadrent le risque de telle sorte que l assuré peut ne pas être garanti (encadré 1). Par ailleurs, d autres restrictions existent quant à la mise en jeu de l assurance : il s agit des règles de déchéance, de délais d attente, de franchise et autres clauses particulières. Ces dernières sont difficiles à appréhender pour l assuré qui, ainsi, aura des difficultés à connaître a priori le fonctionnement de son assurance (encadré 2). 10 Cf. Jérôme Kullman (Cass. Civ. I., 17 mars 1998 : RGDA 1998, p. 768, note Kullman). 7

8 Encadré 1 Les clauses d exclusions de garanties La plus fréquente est l exclusion générale de certaines maladies ou affections génératrices d incapacité de travail : c est ainsi notamment que certaines compagnies (notamment Zurich, ALPTIS, Eagle Star...) excluent de leur garantie les maladies «lombo-sciatiques». A titre d exemple, un contrat de la Fédération Continentale détaille les exclusions suivantes : «Dépressions nerveuses, qu elles soient d origines névrotiques ou endogènes sauf si l assuré a été hospitalisé pendant plus de 21 jours continus dans un hôpital public» «Maladies et accidents de la colonne vertébrale (sauf les fractures par accidents ou lorsque la maladie ou l accident a nécessité une hospitalisation de plus de 21 jours continus)» Or ces maladies constituent, selon les assureurs, l essentiel des causes d arrêts de travail. On peut alors s interroger sur la légitimité et la validité d un tel refus, surtout s il est susceptible de toucher une partie significative des assurés. On signalera également l exclusion de maladies sexuellement transmissibles des garanties incapacité et invalidité. A ce sujet, on rappellera ici qu un arrêt remarqué 11 de la Cour de cassation vient de juger illégale, car contraire aux dispositions de l article L113-1 du Code des assurances, une clause d exclusion des maladies sexuellement transmissibles. L exclusion de tout sinistre résultant d un acte intentionnel, notamment les accidents, maladies ou mutilations qui sont le fait volontaire de l assuré (Mutuelles du Mans Assurances pour l OCIL). Cette exclusion, assez fréquente, ne semble ni formelle ni limitée au sens de l article L113-1 du CCH. Il est d ailleurs curieux de constater que cette formulation, condamnée expressément depuis une décennie par la commission des clauses abusives 12, figure toujours dans certains contrats. La commission préconisait de substituer la notion de «faute intentionnelle ou dolosive 13» à celle de «fait volontaire». L exclusion de certaines activités : sports (sports aériens y compris Deltaplane, ULM, parapente, parachutisme, spéléologie, plongée, escalade, boxe...), l usage d un vélomoteur ou moto de plus de 80 cm 3. A titre d exemple on citera une clause d un contrat d AIG VIE excluant «toute participation à des compétitions, matches, paris et records», formulation également considérée comme sans valeur, au sens de l article L113-1 du Code des assurances, par la commission des clauses abusives dans sa recommandation susvisée du 10 novembre 1989 et qui préconisait sa suppression L exclusion dans certains contrats d assurances de professions considérées comme particulièrement exposées : Exemple: travaux forestiers, moniteurs de ski, marins pêcheurs, pompiers professionnels (April). D autres professions considérées comme une aggravation du risque font l objet d une majoration de primes. 11 Cass. Civ. I : 4 mai 1999 (Raoul C. La Baloise, Gazette du Palais, 29 et 30 septembre 1999). 12 Recommandation n du 10 novembre 1989 concernant les contrats d assurances complémentaires à un contrat de crédit à la consommation ou immobilier ou à un contrat de location avec option d achat. 13 La faute intentionnelle ou dolosive entendue comme le fait de l adhérent d avoir voulu l action ou l omission génératrice du dommage mais encore le dommage lui-même ou encore la volonté chez l assuré de provoquer le dommage avec la conscience des conséquences de son acte. 8

9 Encadré 2 Les autres modalités de restriction de mise en jeu de l assurance Les points mentionnés ci-dessous ne constituent pas une liste exhaustive, mais seulement le rappel de clauses relevées de façon assez fréquente. La déchéance de garantie ou le délai de forclusion pour effectuer la déclaration de sinistre. Ce délai varie de deux à douze mois (Mutlog) selon les contrats ; les sanctions prévues sont : soit le refus de prise en charge et l absence d indemnisation par l assureur ; soit l accord de la garantie seulement à compter de la déclaration si elle est faite tardivement. La commission des clauses abusives, dans la recommandation du 10 novembre 1989 précitée, a considéré «comme abusives les clauses qui assortissent la méconnaissance de l une quelconque des obligations imposées à l adhérent en cas de sinistre d une déchéance totale du bénéfice de l assurance, sauf en cas de mauvaise foi dûment établie. La seule sanction admissible étant l indemnité mesurée au dommage effectivement subi par l assureur.» Cette recommandation, largement favorable au consommateur, trouve son inspiration dans les dispositions de l article L du Code des assurances et sa justification dans l idée que celui-ci n a pas participé à la rédaction du contrat d assurance de groupe dont le contenu est négocié directement entre l assureur et le souscripteur (établissement prêteur). Il est sans doute préférable de s en tenir au rappel de la prescription biennale applicable en matière d assurance 14 après avoir mentionné la nécessité pour l assuré de faire la déclaration dans les jours suivant le sinistre, comme le fait la CNP. Certains contrats d assurance stipulent un délai d attente, c est-à-dire une période à compter de l acceptation de l offre de prêt pendant laquelle aucun sinistre ne peut être garanti (exemple : CNP pour Crédit Immobilier ou pour Woolwich : un an sauf accident, CONTINENT pour CCI Bastia 90 jours). Cette stipulation se rencontre surtout en matière d assurance perte d emploi, mais également en matière d assurance décès-invalidité, incapacité. Les contrats contiennent de façon quasi-systématique un délai de franchise ou de carence en assurance incapacité qui varie de 30 à 180 jours ; le plus fréquemment sa durée est de 90 jours. Il s agit du délai courant à compter du premier jour de l indemnisation du sinistre par la sécurité sociale. Pendant cette période après la survenance du sinistre, l assurance ne verse aucune prestation, les indemnités de la sécurité sociale étant considérées comme suffisantes pour permettre à l assuré de faire face à ses échéances. Dans certains contrats, la durée de la franchise peut être abrégée sur option de l assuré en contrepartie d une majoration de cotisation (exemple : MNCAP, APRIL ). Un certain nombre de contrats atténuent la portée de la franchise en prévoyant qu en cas de rechute dans un délai fixé, il ne sera pas appliqué de nouveau délai de carence. Selon la CNAM, la moyenne des arrêts de travail étant de l ordre de 15 jours, l assurance incapacité assortie d une franchise de 90 jours ne jouera en réalité que pour les longues maladies. Il convient que l assuré en soit bien conscient en adhérant à l assurance groupe proposée par le prêteur. La commission des clauses abusives, dès 1989, avait eu l occasion de rappeler que l assurance étant souscrite en considération du prêt dont elle garantit le remboursement, la durée de la franchise ne peut avoir pour effet de dénaturer les garanties concernées. A défaut, il s agit d une clause abusive donc nulle. Pour donner une vision aussi objective que possible de la réalité, on précisera cependant que l on peut estimer à le nombre de dossiers en cours d indemnisation au titre d une incapacité de travail supérieure à 90 jours. L assurance incapacité de travail n a pour objet que d indemniser les situations qui posent de réels problèmes financiers à l emprunteur. Durée des garanties : La plupart des polices d assurances prévoient une limite d âge de l emprunteur au-delà de laquelle les garanties de l assurance cesseront, même s il a adhéré à l assurance avant cette limite. En général, 60 à 65 ans en incapacité de travail en fonction de l âge de la retraite de l assuré ; 60 à 65 ans en assurance invalidité absolue et définitive ou en invalidité permanente ou temporaire ; 70 ans en assurance décès, jusqu'à 80 ans, voire 85 ans dans certaines formules de contrats (April, MMA, Axa Agipi ). La pratique de garanties facultatives et des couvertures à option est porteuse d anti-sélection dans la mesure où seuls les gens les plus exposés vont souscrire les garanties les plus étendues (exemple : incapacité temporaire partielle ou totale) L obligation de déclarer la pratique de certains sports (plongée sous-marine, escalade), le risque, considéré comme aggravé, faisant en contrepartie l objet d une surprime (exemple April). En cas de non déclaration, les sinistres liés ne seraient pas garantis. 14 Code des assurances : art. L «En matière d assurance de groupe souscrite par un établissement de crédit pour la couverture des risques pouvant avoir une incidence sur le remboursement d un emprunt, la prescription de l action de l assuré, contre l assureur ne commence à courir que du jour où l établissement de crédit, bénéficiaire de l assurance par l effet de la stipulation pour autrui faite à son profit. a demandé le paiement. : Cass. Civ. I, 31 mars 1998, deux arrêts, Bull. Civ. I. n 128» (Code des assurances, Dalloz 1999, p.45). 9

10 La qualification du sinistre par l assureur ou par un médecin rémunéré et choisi par lui ; cette clause se rencontre fréquemment 15 sous différentes formes, soit en matière d invalidité, soit d incapacité. C est ainsi qu on trouve des clauses aux termes desquelles l assureur n est pas tenu de suivre les décisions de la sécurité sociale (CNP) ou selon lesquelles l assureur se réserve le droit de contester les décisions de la sécurité sociale (MMA), ou de déterminer le degré d invalidité (AGF pour Coop Logement). Les garanties offertes par les mutuelles sont généralement plutôt supérieures à coût égal, voire moindre, à celles offertes par les contrats d assurance groupe souscrits par les établissements prêteurs auprès des grandes compagnies. Les invalidités et incapacités de travail notamment sont similaires, voire alignées sur celles de la sécurité sociale. Les garanties, souvent plus étendues, offertes par les mutuelles, s expliquent par le fait qu elles assurent des populations globalement homogènes dont les risques sont assez bien cernés. On rappellera ici qu au sujet de ce type de clauses, la commission des clauses abusives, dans ses recommandations du 10 novembre 1989, avait préconisé que soit rappelée au consommateur de façon expresse la possibilité de se faire assister du médecin de son choix ou d opposer les conclusions de son médecin traitant. Dans les contrats examinés, seul celui de Mutuelles du Mans Assurances (MMA) reprend en partie cette recommandation. Expertise et contrôle : divers types de clauses figurant dans les contrats sont destinés à permettre à l'assureur de vérifier que la situation de l assuré bénéficiant de la prise en charge au titre de l incapacité ou de l invalidité n a pas subi d évolution susceptible de mettre fin à la garantie : à toute époque, les médecins de l assureur doivent avoir, sous peine de déchéance, un libre accès auprès de l assuré en invalidité ou en incapacité à son lieu de traitement ou à son domicile, tous les jours ouvrables jusqu à 20 heures, afin de pouvoir constater la gravité de son état. Exemple UGIP (clause similaire dans les contrats AIG VIE). Le degré d incapacité est la résultante d une incapacité fonctionnelle et professionnelle. Il s agit d une stipulation courante 16 : le taux d incapacité fonctionnelle mesure le handicap existant dans la vie courante ; le taux d incapacité professionnelle mesure la capacité de l assuré à exercer normalement son activité. Précisons que le taux de l incapacité fonctionnelle et celui de l incapacité professionnelle sont eux-mêmes fixés par le médecin de l assureur. Au-dessous d un seuil (généralement de 66 %), les prestations sont supprimées. Exemple : Extrait d un contrat souscrit auprès de la Fédération Continentale par Barfimmo Taux d'incapacité fonctionnelle Taux d'incapacité professionnelle ,24 33,02 36,59 40,00 43,27 46, ,75 36,94 41,60 46,10 50,40 54,51 58, ,00 36,34 42,17 47,62 52,78 57,69 62,40 66, ,20 33,02 40,00 46,42 52,42 58,09 63,50 68,68 73, ,14 35,57 43,09 50,00 56,46 62,57 68,40 73,99 79, ,85 37,80 45,79 5,13 60,00 66,49 72,69 78,62 84, ,37 39,79 48,20 55,93 63,16 70,00 76,52 82,79 88, ,75 41,60 50,40 58,48 66,04 73,19 80,00 86,54 92, ,02 43,27 52,42 60,82 68,68 76,12 83,20 90,00 96, ,20 44,81 54,29 63,00 71,14 78,84 86,18 93,22 100,00 Ce dispositif permet de limiter de façon drastique la mise en jeu de l assurance, comme le montre le tableau ci-dessus (seule la zone en grisé serait susceptible de donner lieu à indemnisation), puisque l assuré ayant une incapacité fonctionnelle de 50 % et une incapacité professionnelle de 100 % ne sera pas indemnisé. On remarque que la possibilité de contester les décisions du médecin conseil de l assureur, est rarement mentionnée dans le contrat d assurance. Il est fréquent que les contrats d assurances en cas d invalidité correspondant à la première catégorie de la sécurité sociale (taux compris entre 33 et 66 %) ne prévoient pas d indemnisation, ce qui peut s expliquer par le fait qu en principe, dans ce cas, l emprunteur victime de cette invalidité reste capable d exercer une activité rémunérée. 15 Exemple : MMA pour OCIL, Fédération continentale, AXA AGIPI, UAP, MMA pour Caisse d Epargne du Val de France, Fédération Continentale pour Société Générale 16 Exemple : UAP pour BNP, AXA AGIPI, MMA pour OCIL. 10

11 Une montée de la sinistralité? Selon les assureurs, les règlements au titre de l incapacité de travail sont en progression, ce qui s expliquerait par l augmentation du montant des échéances mensuelles et une population qui se montrerait globalement moins dure au travail ou mieux médicalisée : les emprunteurs actuels, en cas d incapacité de travail, restent plus longtemps en arrêt que ceux de la génération précédente. Ils considèrent que la couverture des risques liés à l incapacité de travail n est pas totalement satisfaisante compte tenu de ces évolutions. Cela ressort d ailleurs des procédures judiciaires, assez fréquentes même si elles sont peu nombreuses au regard des contrats souscrits 17 ; on retiendra que, selon les assureurs, la majorité des procédures se terminent à leur avantage, mais qu en revanche celles favorables aux assurés bénéficient d un large écho dans les médias ou revues spécialisées. Cette appréciation mérite sans doute d être nuancée en rappelant 18 l hostilité de la première chambre civile de la Cour de cassation aux clauses qui «à quelques nuances près, n admettent l incapacité temporaire ou l invalidité absolue et définitive que dans le cas où l assuré est dans l impossibilité de se livrer à une activité quelconque» et l appréciation du conseiller Sargos «de telles clauses sont de nature à induire en erreur la quasi-totalité des assurés sur la portée réelle des garanties incapacité et invalidité». Pourtant, l extension souhaitable des garanties se heurte au refus des établissements prêteurs craignant un renchérissement des primes difficile à imposer dans un contexte d hyper-concurrence sur les prêts immobiliers. De plus, dans la mesure où, au moment de la souscription de l assurance, faute d une sensibilisation suffisante, la grande majorité des emprunteurs n étudie pas les garanties offertes et s intéresse au mieux au montant de la prime, il est probable que seule une minorité d accédants avertis ou prudents est prête à accepter une majoration de prime pour obtenir une meilleure couverture des risques encourus. Définir une garantie minimale obligatoire? Dans le contexte actuel, où l on observe que la concurrence sur les prix de l assurance tend à tirer vers le bas les garanties offertes, ne faudrait-il pas définir des garanties minimales qui devraient être incluses dans tout contrat d assurances d un emprunt immobilier avec des clauses d extension facultatives, comme c est le cas dans d autres domaines de l assurance? S agissant d une assurance non-obligatoire, ceci pourrait découler d une décision des instances professionnelles. Une autre solution pourrait consister à se référer à la définition des catégories d invalidité utilisées par la sécurité sociale en vigueur au jour de la signature du contrat. En effet, on peut se demander pour quelles raisons les assureurs n alignent pas leurs garanties sur celles de la sécurité sociale dans un souci de simplification et d harmonisation. C est d ailleurs la position adoptée par certaines mutuelles. En ce sens, on peut penser que la concurrence de ces dernières pourrait être de nature à limiter la dérive vers une diminution des garanties offertes aux assurés par les contrats de groupe. Cependant, la relative faiblesse de leur part de marché les empêche sans doute de jouer un rôle décisif dans ce sens. 17 Exemple pour les dossiers concernant un arrêt de travail de plus de 90 jours : 10 % font l objet d un contrôle médical demandé par l assureur. Sur les 10 % de dossiers contrôlés, un quart est susceptible d être contesté par l assureur et parmi ces derniers environ 25 %, soit 0,5 % des personnes indemnisées, font l objet d un litige important. 18 Cf. article précité d Hubert Groutel in «Responsabilité civile et assurances» n 4, avril 1999 : «Garanties incapacité temporaire ou invalidité : la Cour de Cassation se défausse». 11

12 Certains assureurs estiment que la comparaison avec les méthodes utilisées par la sécurité sociale est impossible, car l assureur est tenu à une définition du risque, invariable sur le long terme. La tendance actuelle semble plutôt être à la personnalisation des garanties en fonction des caractéristiques de l emprunteur, comme on le verra plus loin, mais aussi en fonction de ses choix. Par exemple, dans les contrats de compagnies telles qu Eagle Star ou April, l emprunteur peut opter ou non pour assurer l invalidité permanente et totale et pour la garantie incapacité temporaire choisir une franchise de 30, 60 ou 90 jours. La réduction du coût des assurances : demande des banques ou pression des emprunteurs? Selon les assureurs rencontrés dans le cadre de cette étude, il ne s agit pas là d une tendance générale. En effet, il existe des sensibilités différentes selon les réseaux : pour certains, le prix de l assurance est le critère dominant, pour d autres, en revanche, c est un élément important mais pas le seul. On observe cependant quelques interrogations de certains établissements, mais d une façon générale les prêteurs ne souhaitent actuellement pas réduire les garanties dans la mesure où celles-ci contribuent à sécuriser le remboursement des emprunts. A terme pourtant, on ne peut exclure que si la pression de la concurrence se renforce encore, on puisse assister à un phénomène de limitation de garantie pour permettre de diminuer les tarifs de cotisation. En revanche, la concurrence sur les tarifs de l assurance des prêts immobiliers fait émerger une tendance nouvelle, mais encore limitée, à remettre en cause le principe de la mutualisation des risques. Certains emprunteurs, plutôt jeunes, assez individualistes, a priori peu réceptifs à l idée de mutualisation, recherchent en priorité à minimiser le coût de l assurance. Ils considèrent en effet qu ils sont dans une situation relativement favorable, tant sur le plan professionnel que celui des revenus ou de la santé, et qu en conséquence les risques qu ils encourent sont minimes. C est pour répondre à cette demande que certains assureurs privilégient délibérément certaines catégories de clientèle : par exemple, APRIL, dont les contrats sont souvent souscrits sur internet ou par l intermédiaire de courtiers. On peut aussi citer Zurich et Alptis. April vise clairement une clientèle de moins de 35 ans, et parmi celle-ci certaines professions comme les professions médicales et paramédicales, ainsi que des cadres, qui présentent des risques moins élevés que la moyenne des emprunteurs et a fortiori que d autres catégories telles que les ouvriers et les personnes exerçant des métiers manuels. En effet, les assureurs constatent que l âge moyen des emprunteurs est compris entre 38 et 42 ans. L action commerciale d April et d autres compagnies consiste donc à mettre en cause le principe de mutualisation, puisque le taux moyen proposé aux emprunteurs de 30 à 35 ans par ces compagnies varie entre 0,13 % et 0,35 % du capital emprunté alors que la moyenne du coût de l assurance va de 0,40 % à 0,45 % pour les compagnies assurant l ensemble des emprunteurs. A l inverse, les emprunteurs de 40 ans et plus sont délibérément écartés par ces compagnies qui pratiquent à leur égard des tarifs sensiblement plus élevés (0,61 % à 0,88 %) que ceux des assurances de groupe proposées par les établissements prêteurs. 12

13 Exemple de taux de cotisation assurance décès invalidité chez Winthertur Moins de 40 ans 0.30% 40 à 46 ans 0.40% 47 à 56 ans 0.70% 57 à 60 ans 1.10% La tendance à la personnalisation de la tarification du contrat d assurance ne se limite pas à la prise en compte de l âge du souscripteur. En effet, dans certains contrats, le taux de cotisations est fonction de l âge de l emprunteur, mais aussi d autres caractéristiques telles que fumeurs / non fumeurs, sportifs / non sportifs (Solly Azar) ou la profession (Eagle Star) ; en conséquence, en cas de changement de profession, l assuré doit avertir la compagnie ; à défaut il encourt une déchéance de ses droits à l assurance décès invalidité. A quand une tarification en fonction de la carte génétique de l emprunteur? Selon les principales compagnies intervenant dans l assurance de personnes, si les tendances actuelles, devaient s étendre, voire se généraliser, il en résulterait pour certaines catégories de consommateurs, notamment les plus de 40 ans, un renchérissement significatif des primes. Ce phénomène pourrait, à terme, avoir pour conséquence que les catégories les plus exposées aux risques ne trouveraient à s assurer qu à des tarifs nettement plus élevés. Cette tendance à la démutualisation, qui résulte d une segmentation accrue de la clientèle en fonction des risques qu elle présente met en cause le principe même de l assurance et ne va pas dans le sens de l intérêt général. Actuellement la mutualisation permet aux contrats d assurances groupe d offrir aux emprunteurs une couverture qui n est pas parfaite mais raisonnable pour la plupart des gens. Quoiqu il en soit, on peut se demander si les établissements financiers, sous la pression de la concurrence, ne seront pas tentés d accepter de plus en plus des entorses au principe de mutualisation des risques en assurance décès invalidité, avec des formules barèmes «jeunes emprunteurs», pour éviter de perdre des parts de marché. Un exemple est offert par l opération promotionnelle de la Caisse d Epargne, «Campagne de Printemps», proposant un taux de cotisation de 0.35 % aux emprunteurs de moins de 35 ans au lieu d un taux habituel de 0.42 %. La concurrence se joue aussi sur l assurance perte d emploi, mais les prestations sont suffisamment variées pour qu un examen détaillé soit indispensable. Date de publication : 3 mars N ISNN : Directeur de publication : Bernard VORMS Comité de rédaction : Isabelle COUETOUX DU TERTRE, Florence DULAU, Elsa FOURRIER, Nicole MAURY, Hélène ROQUE, Jean BOSVIEUX, Augustin CHOMEL (ADIL 56) 13

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Assurer mon crédit immobilier

Assurer mon crédit immobilier SEPTEMBRE 2015 N 32 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Assurer mon crédit immobilier Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle)

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) 1. Le distributeur Nom :.. Dénomination sociale : Adresse :.. Tél....

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Assurez votre crédit immobilier pour réussir votre projet

Assurez votre crédit immobilier pour réussir votre projet Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents

Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents Contrat d'assurance de protection et de défense des adhérents de l'aitf Résumé des garanties SOMMAIRE ART. 1 - BÉNÉFICIAIRES DE LA GARANTIE 3 ART. 2 - PRISE D EFFET, CESSATION DES GARANTIES 3 2.1 - Prise

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema.

La convention AERAS * emprunter. s assurer et. avec un risque aggravé. de santé. * La convention est téléchargeable sur www.gema. La convention AERAS * s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé * La convention est téléchargeable sur www.gema.fr GEMA, 9, rue de Saint-Pétersbourg 75008 Paris - janvier 2007 1 Convention

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Pour permettre à chaque Chirurgien dentiste de trouver une réponse exacte à ses besoins spécifiques, le contrat comporte deux niveaux de garanties :

Pour permettre à chaque Chirurgien dentiste de trouver une réponse exacte à ses besoins spécifiques, le contrat comporte deux niveaux de garanties : LE CONTRAT DE PREVOYANCE (RISQUES DECES, DECES ACCIDENTEL, INVALIDITE ABSOLUE ET DEFINITIVE, PENSION DE CONJOINT, RENTE EDUCATION, PERTE DE PROFESSION ET DOUBLE EFFET) 1. QUEL EST LE PRINCIPE DU CONTRAT?

Plus en détail

Assurabilité des risques aggravés

Assurabilité des risques aggravés Assurabilité des risques aggravés L assurance de l emprunteur contre les risques de décès, d invalidité, d incapacité de travail et éventuellement de perte d emploi est généralement une condition nécessaire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

L assurance-emprunteur : une étape cruciale dans le processus de reprise. 26 Mai 2014

L assurance-emprunteur : une étape cruciale dans le processus de reprise. 26 Mai 2014 L assurance-emprunteur : une étape cruciale dans le processus de reprise 26 Mai 2014 Qui sommes-nous? La compagnie Metlife: une présence en France depuis plus de 40 ans, plus de 60 Inspecteurs spécialisés

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

L ASSURANCE STATUTAIRE

L ASSURANCE STATUTAIRE VILLE DE TREGUNC MARCHE ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GENERALES L ASSURANCE STATUTAIRE 1 DEFINITIONS Pour l application des présentes garanties, on entend par : COLLECTIVITE SOUSCRIPTRICE :

Plus en détail

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr

DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr DEMANDER LE DOSSIER D ADHESION A assurances@cigversailles.fr CONVENTION D'ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE 2013-2018 SOUSCRITE PAR LE CIG GRANDE COURONNE

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER OFFERT PAR AXA Banque PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER FICHE 5 5 QUESTIONS SUR L ASSURANCE EMPRUNTEUR AXA Banque PETITS e-guides PRATIQUES - N 2 FICHE 5 5 QUESTIONS SUR L ASSURANCE EMPRUNTEUR

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

ASSUREZ-VOUS POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PRIX!

ASSUREZ-VOUS POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PRIX! ASSURANCE DE PRÊT JUSQU À 10 000 D ÉCONOMIES* ASSUREZ-VOUS POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PRIX! * Sur le coût total de votre assurance de prêt. Pour un cadre non-fumeur de 42 ans habitant en Ile-de-France

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N 16 DU 18 JANVIER 2012 RELATIF À LA PRÉVOYANCE NOR

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Rhône-Alpes) (6 juillet

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation ACCES AUX ASSURANCES Dominique Thirry, juriste spécialisée en droit de la santé, Juris Santé Séverine Levrat, juriste spécialisée en droit de la santé et droit des assurances, Juris Santé Jean-Luc Bonnay,

Plus en détail

Et les organisations syndicales représentatives signataires ci-dessous, PREAMBULE

Et les organisations syndicales représentatives signataires ci-dessous, PREAMBULE Accord AXA Assurances du 8 juillet 2002 relatif à la Prévoyance et aux Frais de Santé des salariés de l Etablissement AXA Assurances de l Île de la Réunion Entre les sociétés AXA Assurances IARD SA et

Plus en détail

ASSURANCE DE PRÊT CHANGEZ D ASSURANCE DE PRÊT ET RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES!

ASSURANCE DE PRÊT CHANGEZ D ASSURANCE DE PRÊT ET RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES! ASSURANCE DE PRÊT CHANGEZ D ASSURANCE DE PRÊT ET RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES! www.april.fr BIEN CONNAÎTRE VOS DROITS La protection du consommateur en matière de crédit est régie par le Code de la

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires "incapacité, invalidité et décès"

Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires incapacité, invalidité et décès Décision unilatérale de l employeur instituant des garanties complémentaires "incapacité, invalidité et décès" Sur papier à en-tête de l entreprise M A., le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale):

Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): Etre expatrié ou s expatrier à l étranger Frais de santé au 1er euro (prise en charge intégrale): L assurance frais de santé est une couverture santé intégrale. En effet, elle couvre 100% du prix des soins

Plus en détail

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R)

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Rappels et Historique Depuis le 1 er février 1974 bénéficient des garanties complémentaires

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création.

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création. Assurance emprunteur Depuis 2004, le CCSF accorde une attention particulière au sujet de l assurance emprunteur afin que le consommateur puisse disposer de l information la plus pertinente possible et

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Tout savoir sur la loi Hamon. Changement d assurance de prêt immobilier en première année

Tout savoir sur la loi Hamon. Changement d assurance de prêt immobilier en première année Guide Tout savoir sur la loi Hamon Changement d assurance de prêt immobilier en première année Ce document est la propriété de Réassurez-moi et ne doit pas être copié, reproduit, dupliqué totalement ou

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Les critères d Equivalence de Garantie. Contrat Emprunteur Sélection Sic Patrimoine Avril 2015

Les critères d Equivalence de Garantie. Contrat Emprunteur Sélection Sic Patrimoine Avril 2015 Les critères d de Garantie Contrat Emprunteur Sélection Sic Patrimoine Avril 2015 Document non contractuel à jour au 27/03/2015 Document à titre d information commerciale 1 Les Critères d des Garanties,

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Allianz Assurance Emprunteur

Allianz Assurance Emprunteur Allianz Assurance Emprunteur Loi HAMON Allianz Courtage L objectif de la loi Hamon Quel est le besoin des assurés? Comparer les offres d assurance, faire jouer la concurrence La réponse apportée par la

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Arrêté du 29 avril 2015 précisant le format et le contenu de la fiche standardisée d information relative à l

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

2. En quoi consiste la généralisation de la complémentaire santé?

2. En quoi consiste la généralisation de la complémentaire santé? Complémentaire Santé : première Foire Aux Questions 1. Qu est-ce que la complémentaire santé? L'Assurance maladie ne rembourse pas intégralement les dépenses de santé (frais médicaux, chirurgicaux et d

Plus en détail

Note d'information sur l'état du droit et de la jurisprudence

Note d'information sur l'état du droit et de la jurisprudence Note d'information sur l'état du droit et de la jurisprudence Après un bref rappel des faits et de la procédure (I), il sera démontré le droit à participation aux bénéfices générés par le contrat d assurance

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET

CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET PROCEDURE DE MISE EN CONCURRENCE (Application du décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011) CONVENTION DE PARTICIPATION PROJET Objet de la consultation : CONCLUSION D'UNE CONVENTION DE PARTICIPATION AU FINANCEMENT

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Simulez le coût de votre assurance de prêt

ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Simulez le coût de votre assurance de prêt [ ASSURANCE DE PRÊT] PARTICULIERS ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Simulez le coût de votre assurance de prêt L assurance n est plus ce qu elle était.

Plus en détail

ASSURANCE GROUPEMENTS SPORTIFS

ASSURANCE GROUPEMENTS SPORTIFS Exemplaire destiné à l assuré Sport(s) pratiqué(s) par l assuré Exemplaire destiné à la société Sport(s) pratiqué(s) par l assuré Exemplaire destiné à l intermédiaire Sport(s) pratiqué(s) par l assuré

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

Protégez votre avenir et celui de vos proches.

Protégez votre avenir et celui de vos proches. Professionnels de la santé aviva.fr/pro Protégez votre avenir et celui de vos proches. Professionnel, comme vous. Le médecin a, trop souvent, une prévoyance mal organisée et sous-évaluée par rapport aux

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Mesure n 14 : accroître la confiance du consommateur dans la vente sur Internet de produits

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS IMMOBILIERS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque, vous

Plus en détail

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX

Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX UESL Mai 2007 Mise à jour le 29 juin 2007 PRET PASS-TRAVAUX OFFRE PREALABLE DE PRET : PRET PASS-TRAVAUX (établie en application des articles L 311-1 et suivants du code la consommation) Montant des dépenses

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Prévoyance et Santé UJCD / Gras Savoye

Prévoyance et Santé UJCD / Gras Savoye GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Prévoyance et Santé UJCD / Gras Savoye Des contrats à plusieurs niveaux pour apporter des réponses sur-mesure aux besoins de protection des adhérents de l

Plus en détail

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de la société Décision unilatérale instituant un régime collectif de remboursement de frais médicaux L adaptation de ce modèle dans chaque entreprise relève de la seule responsabilité

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES

L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES par Denis Fleureau Responsable Technique au sein du Département PMEN de CECAR & JUTHEAU PRB Le sauvetage des trois randonneurs de la Vanoise a récemment illustré que la

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail