L autonomie. L autonomie héroïque

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L autonomie. L autonomie héroïque"

Transcription

1 L autonomie L autonomie héroïque «Supposons que quelqu'un affirme, en parlant de son penchant au plaisir, qu'il lui est tout à fait impossible d'y résister quand se présente l'objet aimé et l'occasion : si, devant la maison où il rencontre cette occasion, une potence était dressée pour l'y attacher aussitôt qu'il aurait satisfait sa passion, ne triompherait-il pas alors de son penchant? On ne doit pas chercher longtemps ce qu'il répondrait. Mais demandez-lui si, dans le cas où son prince lui ordonnerait, en le menaçant d'une mort immédiate, de porter un faux témoignage contre un honnête homme qu'il voudrait perdre sous un prétexte plausible, il tiendrait comme possible de vaincre son amour pour la vie, si grand qu'il puisse être. Il n'osera peut-être assurer qu'il le ferait ou qu'il ne le ferait pas, mais il accordera sans hésiter que cela lui est possible. Il juge donc qu'il peut faire une chose, parce qu'il a conscience qu'il doit la faire et il reconnaît ainsi en lui la liberté qui, sans la loi morale, lui serait restée inconnue.» Kant, Critique de la raison pratique L Autonomie politique : Rousseau Analyse de Marcel Gauchet (74-75) La religion dans la démocratie l'intime liaison de la, question de la liberté personnelle avec la question de l'autorité collective, et l'attribution d'un enjeu métaphysique à la question de la souveraineté. Le génie de Rousseau va être de savoir exploiter les ressources philosophiques de cette situation et de la pourvoir d'un langage à sa hauteur. Du point de vue qui nous intéresse, on peut dire qu'il procure d'emblée, avec le Contrat en 1762, son expression achevée à l'idée démocratique à la française. Telle la déesse, celle-ci naît tout armée; elle vient au monde dotée de sa conception la plus entière et la plus rigoureuse. Faut-il le préciser? Je ne songe pas à ce que Rousseau dit du régime démocratique, qu'il réserve aux Dieux, comme chacun sait, mais à ce qu'il appelle République, soit le gouvernement légitime, défini par le règne de la volonté générale, quelle que soit par ailleurs la forme monarchique, aristocratique ou démocratique de son administration, laquelle volonté générale suppose le concours de toutes les volontés - exigence où nous sommes fondés à reconnaître ce qui s'est imposé à nous depuis sous le nom de démocratie. Rousseau opère un prodige, l'appropriation démocratique de la souveraineté absolue. Il faut une toute-puissance dans l'état, celle de la loi, sauf que cette toute-puissance ne peut être que de l'incorporation de l'ensemble de volontés citoyennes toutes égales entre elles. Pouvoir et liberté, loin de s'exclure mutuellement, comme le voudrait le modèle anglais, s'accomplissent l'un par l'autre. Ce n'est qu'à l'intérieur de la souveraineté en corps des citoyens que l'indépendance des individus est susceptible de s'épanouir. Le modèle de la liberté est commandé ici par l'opposition à la «religion du prêtre» et à la sujétion qu'elle incarne. Non seulement il faut une autorité capable d'imposer la tolérance aux intolérants, mais il faut une souveraineté capable de matérialiser la puissance des hommes de se constituer eux-mêmes. La liberté des personnes ne trouve son vrai sens qu'au travers de la participation à cette suprême liberté dont la communauté politique a seule 1

2 l'exercice Rousseau a été conduit, sur le terrain spéculatif, à marier indissolublement la liberté de chacun et la souveraineté de tous» L authenticité L autonomie contestée Gianni Vattimo : Ce sont les «notions de fondation, de pensée comme fondation et accès au fondement que Nietzsche et Heidegger mettent radicalement en question. D une part ils se voient obligés de prendre une distance critique à l égard de la pensée occidentale comme pensée du fondement ; mais d autre part, ils ne peuvent la critiquer au nom d une pensée qui se présenterait comme plus vraie ou/et comme fondation. C est à ce titre qu ils peuvent à bon droit être considérés comme des philosophes de la postmodernité». L individualisme des années 60 serait ainsi l illustration d une pratique de la déconstruction qui vérifierait le perpectivisme nietzschéen : dissolution de la subjectivité, identifiée à une instance de domination moderne. Le sujet moral, idéal, kantien pour tout dire, est accusé d écraser, en chacun de nous, l individu réel et vivant. L individu concret, porteur de désirs et d inconscient, exprimerait alors sa révolte particularisée, différentielle, contre toutes les formes d oppression, politiques, sociales et culturelles. Ainsi se réaliserait le perspectivisme nietzschéen : il n'y a plus de monde, mais seulement des interprétations du monde. La réalité se réduit à une somme de points de vue, aux perspectives que les individus ont sur elle. L autonomie trahie «Néo-féminisme, libération des moeurs et sexualités, revendications des minorités régionales et linguistiques, technologies psy, désir d'expression et d'épanouissement du moi, mouvements «alternatifs», c'est partout la recherche de l'identité propre et non plus de l'universalité qui motive les actions sociales et individuelles. Deux pôles ayant sans doute leurs spécificités mais qui ne travaillent pas moins à sortir d'une société disciplinaire et ce, en fonction de l'affirmation mais aussi de l'exploitation du principe des singularités individuelles. ( ) Société postmoderne, manière de dire le virage historique des objectifs et modalités de la socialisation à présent sous l'égide de dispositifs ouverts et pluriels; manière de dire que l'individualisme hédoniste et personnalisé est devenu légitime et ne rencontre plus d'opposition; manière de dire que l'ère de la révolution, du scandale, de l'espoir futuriste, inséparable du modernisme, est achevée. La société postmoderne est celle où règne l'indifférence de masse, où le sentiment de ressassement et de piétinement domine, où l'autonomie privée va de soi, où le nouveau est accueilli comme l'ancien, où l'innovation est banalisée, où le futur n'est plus assimilé à un progrès inéluctable. La société moderne était conquérante, croyante dans l'avenir, dans la science et la technique, elle s'est instituée en rupture avec les hiérarchies de sang et la souveraineté sacrée, avec les traditions et les particularismes au nom de l'universel, de la raison, de la révolution. Ce temps se dissipe sous nos yeux, c'est en partie contre ces principes futuristes que s'établissent nos 2

3 sociétés, de ce fait post-modernes, avides d'identité, de différence, de conservation, de détente, d'accomplissement personnel immédiat; la confiance et la foi dans l'avenir se dissolvent, les lendemains radieux de la révolution et du progrès ne sont plus crus par personne, désormais on veut vivre tout de suite, ici et maintenant, se conserver jeune et non plus forger l'homme nouveau.» Gilles Lipovestsky, L Ere du vide. L authenticité-singularité «Il existe une certaine façon d être humain qui est la mienne. Je dois vivre ma vie de cette façon et non pas imiter celle des autres. Cela confère une importance toute nouvelle à la sincérité que je dois avoir envers moi-même. Si je ne suis pas sincère, je rate ma vie, je rate ce que représente pour moi le fait d être humain. Tel est l idéal moral si puissant dont nous avons hérité. Il accorde une importance capitale à un type de rapport avec moi-même, avec ma nature intime, que je risque de perdre, en partie à cause des pressions du conformisme, en partie aussi parce qu en adoptant un point de vue instrumental envers moi-même, j ai peut-être perdu la capacité d écouter cette voix intérieure. Ensuite il accroît l importance de ce rapport avec soi en introduisant le principe de l originalité : chacune de nos voix personnelles a quelque chose de particulier à dire. Non seulement je ne dois pas modeler ma vie sur les exigences du conformisme extérieur, mais je ne peux même pas trouver de modèle de vie à l extérieur. Je ne peux le trouver qu en moi. Être sincère envers moi-même signifie être fidèle à ma propre originalité, et c est ce que je suis seul à pouvoir dire et découvrir. En le faisant, je me définis du même coup. Je réalise une potentialité qui est proprement mienne. Tel est le fondement de l idéal moderne de l authenticité, ainsi que des objectifs d épanouissement de soi ou de réalisation de soi dans lesquels on le formule le plus souvent. C est cet arrière-plan qui confère sa force morale à la culture de l authenticité, y compris à ses formes les plus dégradées, absurdes ou futiles. C est ce qui donne son sens à l idée de «faire ses affaires» ou de «trouver son propre épanouissement». Charles Taylor, Le malaise de la modernité Le «souci de soi» (Foucault) Le «soin de l âme» (Patocka) Le «souci de soi» (Foucault) «Ne pas se laisser occuper entièrement par ses activités, ne pas identifier sa vie à sa fonction, ne pas se prendre pour César. mais bien savoir qu'on est le titulaire d'une mission précise et provisoire /...). Il s'agit surtout - et c'est 1à une inversion radicale du processus de l'identification statutaire - de ne pas chercher à établir ce qu'on est à partir du système des droits, des obligations qui différencient et situent par rapport aux autres, mais de s'interroger sur ce qu'on est pour en inférer ce qu'il convient de faire, en général où dans telle ou telle circonstance, niais finalement selon les fonctions qu'on a à exercer. «Considère ce que tu es», c'est le conseil que donne Épictète non pour détourner 3

4 de la vie active, mais polir donner une règle de conduite à quelqu'un qui est un habitant du monde et un citoyen de sa ville. C'est la définition de son rôle qui lui fixera alors la mesure de ce qu'il a à faire : «Si tu es conseiller dans quelque cité, rappelle-toi que ni es vieux : si tu es père, rappelle-toi que tu es père.» Le rapport à soi ne détache pas l'individu de toute forme d'activité dans l ordre de la cité, de la famille ou de l'amitié; il ouvre plutôt, comme disait Sénèque, lui intervallum entre ces activités qu'il exerce et ce clin le constitue comme sujet de ces activités; cette «distance éthique», c'est ce qui lui permet de ne pas se sentir privé de ce que les circonstances lui retireraient; c'est ce qui lui permet aussi de ne rien faire de plus que ce qui est contenu dans la définition de la fonction. En posant le principe de la conversion à soi-même, la culture de soi élabore une éthique qui est et demeure toujours une éthique de la domination, de lu maîtrise et de la supériorité de soi sur soi. Cependant, par rapport à cette structure générale, elle introduit un certain nombre de modulations importantes. Elle définit d'abord le rapport de pouvoir sur soi indépendamment de toute corrélation statutaire et de tout exercice de pouvoir sur les autres. Elle l'isole du champ des autres relations de pouvoir; elle ne lui donne d'autre appui ni d'autre finalité que la souveraineté à exercer sur soi. On a vu aussi que cette éthique de la victoire sur soi-même se double du principe qui rend beaucoup plus complexe le rapport à soi; l'honneur, la vénération et le culte qu'on se doit à soi-même sont l'autre face de la domination qu'on exerce. L'objectif à atteindre est donc celui d'un rapport à soi qui est à la fois de souveraineté et de respect, de maîtrise sur soi et de pudeur à l'égard de soi, de victoire affirmée sur soi et par soi, et de craintes éprouvées par soi et devant soi. Dans cette figure réversible des rapports à soi, on peut voir le principe d'une austérité qui est non seulement plus intense niais bien davantage intériorisée parce qu'elle concerne, en deçà des actes, la présence permanente de soi à soi dans la pensée. Cependant ce principe d'austérité intérieure est compensé, dans cette éthique de la conversion à soi, par la légitimité reconnue aux actes qui sont impliqués par la définition d un rôle social, politique et familial, actes qui sont accomplis dans la distance assurée par le caractère fondamental (premier, permanent et dernier) du rapport à soi» Michel Foucault, Dossier «Gouvernement de soi et des autres», in L herméneutique du sujet. Le «soin de l âme» (Patocka) «L'offensive menée par Nietzsche contre la civilisation européenne de son époque en tant que nihiliste est, bien sûr, elle aussi nihiliste. Elle considère comme un mérite et une preuve de bonne foi de laisser le nihilisme se faire jour. Aujourd'hui même, alors que la pose titanesque de l'individualité fait rire, elle n'a rien perdu de son radicalisme, et sa critique du progrès et des lumières comme crypto-nihilisme est toujours valable. C'est pourquoi le diagnostic de la société européenne du XIXème siècle comme nihiliste résume toutes les crises de l'époque :!a crise politique et la crise sociale ont leur source dans la crise morale. Dostoïevsky propose le christianisme byzantin, Nietzsche l'éternel retour comme solution de la crise. Mais aussi bien le fondement propre du christianisme que la redécouverte de l'éternité présupposent la répétition de quelque chose qui au tout début de l'époque européenne était une réalité : l'âme comme ce qui en nous se rapporte à la composante impérissante et impérissable de 4

5 l'univers qui rend possibles la vérité et, dans cette vérité, l'être, non pas du surhomme, mais de l'être humain authentique. Jan Patočka, L héritage européen. Débats : L identité «contre» l autonomie ou prolongement de l autonomie? Un rappel : Herder et le nationalisme identitaire L identitarisme défait l autonomie politique au sens de Rousseau «La puissance publique, autrement dit, est naturellement portée à reconnaître ces identités soucieuses de se faire reconnaître. C'est cette conjonction d'intérêts que scelle la politique de la reconnaissance'. Une politique qui trouve sur le terrain religieux, en tout cas dans le contexte français, compte tenu des enjeux attachés par l'histoire aux rapports entre les deux puissances, son plus éminent théâtre d'application. La société civile se «publicise», pourrait-on dire, tandis que l'état se «privatise». Mais l'expression deviendrait fautive si elle devait suggérer quelque chose comme un brouillage des frontières ou une marche à l'indistinction. Ce double mouvement d'ouverture et de projection ne conduit aucunement à relativiser la différence des deux ordres. Il ne qualifie que la relation de représentation qui s'établit entre eux. C'est en elles-mêmes et pour ce qu'elles sont que les identités privées et les communautés de croyance entendent bénéficier de la reconnaissance publique. Il ne s'agit pas pour elles de sortir de l'entre-soi ou de l'entre-nous qu'elles définissent et de se changer en partis politiques, prétendant à la prise en charge de la collectivité dans son ensemble. Il s'agit de faire entendre sa singularité subjective comme telle dans le concert public et de s'y voir expressément admis comme voix qualifiée. C'est de la prise en compte de ce qu'on a de spécifique à faire valoir qu'il est question, et de rien d'autre. Une attitude qui a de grandes implications en termes de contenu pour le discours public de nos sociétés. Il ne s'agit pas de traduire des revendications spécifiques en langage politique, de les insérer, dans la logique d'un programme, il s'agit de peser sur la politique au travers d'un langage délibérément non politique, invoquant l'exigence éthique ou l'appel de l'esprit. C'est ainsi que l'action publique se trouve de plus en plus confrontée au langage des fins qu'elle devrait poursuivre ou des valeurs supposées la guider. Il faut discerner derrière cette pression morale la légitimité nouvelle acquise par la conviction privée en tant que privée» Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie, Foiol essais, 2001, p L identité, réaffirmation de l autonomie. Ricoeur «Il me paraît en effet difficile de parler d'autonomie sans parler d'identité. Mais on peut en parler de deux points de vue différents : d'abord du point de vue du rapport au temps - on parlera alors 5

6 d'identité narrative - ensuite du point de vue de la perspective insubstituable qui marque la singularité de l'identité personnelle. J'irai vite parlant d'identité narrative, m'étant longuement exprimé sur ce sujet ailleurs : je mettrai l'accent principal sur le côté fragile de cette structure temporelle de l'identité. Je rappelle le cadre conceptuel dans lequel je formule la notion d'identité narrative. En termes généraux, sous le titre d'identité, nous cherchons à préciser les traits qui permettent de reconnaître une entité comme étant la même. Mais nous posons en fait deux questions différentes, selon la manière dont nous entendons le mot même. Appliqué aux choses, le mot même pris dans sa première acception équivaut à chercher aux choses une permanence dans le temps, une immutabilité ; cette première acception nous concerne aussi dans la mesure où il y a, si l'on peut dire de la chose en nous : permanence du même code génétique, du même groupe sanguin, des mêmes empreintes digitales. Cette permanence de structure a un corollaire : l'identité du même au cours d'un développement - le gland et le chêne sont un seul et même arbre. Ainsi nous reconnaissonsnous en feuilletant un album de photos, du bambin au vieil homme ; ce que nous appelons notre caractère correspond à peu près à cette première acception. Mais dès que nous passons au domaine psychologique des impression. ; sensibles, des désirs et des croyances, nous sommes confrontés à une variabilité qui a servi à des philosophes comme Hume et Nietzsche pour mettre en doute l'existence d'un moi permanent répondant à ces critères de mêmeté. Les moralistes, de leur côté, ne manquent pas de déplorer l'instabilité des humeurs, des passions, des convictions, etc. Et pourtant nous ne pouvons-nous en tenir à ce verdict négatif. En dépit du changement, nous attendons d'autrui qu'il réponde de ses actes comme étant le même qui hier a agi et aujourd'hui doit rendre des comptes et demain porter les conséquences. Mais s'agit-il encore de la même identité? Ne faut-il pas, prenant pour modèle la promesse, base de tous les contrats, de tous les pactes, de toutes les ententes, parler d'un maintien de soi malgré le changement - maintien au sens de parole tenue? C'est ici que je suggère, après d'autres, y compris Heidegger, de parler d'ipséité plutôt que de mêmeté.» Paul Ricoeur ; le Juste 2, Editions Esprit, 2001, p

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante

Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante (1997) FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

A) Il est plus facile de connaître les autres que de se connaître soi-même (Lavelle)

A) Il est plus facile de connaître les autres que de se connaître soi-même (Lavelle) Autrui Pour comprendre l'importance d'autrui pour l'équilibre-même de notre propre conscience, commençons par analyser les situations de solitude complètes et durables (manuel page 110). L'exemple de Robinson

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE Introduction En 1997, par sa politique familiale, le gouvernement du Québec fait de la petite enfance une de ses priorités. Il crée les centres de la petite enfance (CPE) regroupant sous la responsabilité

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ÊTRE HUMAIN

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ÊTRE HUMAIN RAOUL VANEIGEM A 354057 DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ÊTRE HUMAIN De la souveraineté de la vie comme dépassement des droits de l'homme COLLECTION - AMOR FATI. le cherche midi éditeur 23, rue

Plus en détail

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu»

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Journée diocésaine de Formation du 22 novembre 2012 «La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Intervention de Robert SCHLOTUS : «Croire est un acte anthropologique» Introduction C est

Plus en détail

Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité"

Jean-Claude Kaufmann L'invention de soi - Une théorie de l'identité Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité" Introduction Le collectif comme ressource L'identité fournit

Plus en détail

Témoins du Christ. La spiritualité du Cœur des Missionnaires du Sacré-Cœur. Issoudun : ni Paray, ni Montmartre!

Témoins du Christ. La spiritualité du Cœur des Missionnaires du Sacré-Cœur. Issoudun : ni Paray, ni Montmartre! Fiche 3 Page 1 / 6 Témoins du Christ La spiritualité du Cœur des Missionnaires du Sacré-Cœur Issoudun : ni Paray, ni Montmartre! Le P. Jules CHEVALIER concentre son regard sur le Christ, Bon Pasteur, qui

Plus en détail

Lettre ouverte Cause animale

Lettre ouverte Cause animale Lettre ouverte Cause animale Bonjour à toutes et à tous, Dans la simplicité, je vous adresse ce message car je suis très proche des animaux et de la Nature, engagé avec mes qualités et mes défauts à prendre

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

DECLARATION AMERICAINE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME. (Adopté à la Neuvième Conférence Internationale Américaine, Bogota, Colombia 1948)

DECLARATION AMERICAINE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME. (Adopté à la Neuvième Conférence Internationale Américaine, Bogota, Colombia 1948) DECLARATION AMERICAINE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME (Adopté à la Neuvième Conférence Internationale Américaine, Bogota, Colombia 1948) La IXème Conférence Internationale Américaine, CONSIDERANT: Que

Plus en détail

Titre : La publicité est humaine - Place et signification de la publicité dans un monde innovateur

Titre : La publicité est humaine - Place et signification de la publicité dans un monde innovateur Titre : La publicité est humaine - Place et signification de la publicité dans un monde innovateur Pour beaucoup de gens la publicité a toujours eu une connotation quelque peu malsaine. Personne ne comprenait

Plus en détail

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7 L action, 3 Philosophie des SCHS séance 7 M. Cozic 3. le causalisme et ses difficultés analyse causaliste de l action intentionnelle un événement E est une action s il existe une description de E sous

Plus en détail

L action administrative

L action administrative L action administrative Auteur(s) : Jean Marie PONTIER Présentation(s) : Professeur à Aix-Marseille Université (Concours 1980).Professeur a l'université de Paris I (depuis septembre 2007) Leçon 1 : Introduction

Plus en détail

Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique

Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique Foyer de jour Soubeyran Un espace pour vivre sa vieillesse Charte éthique Foyer de jour Soubeyran 39, rue Louis-Favre 1201 Genève Tél. 022 345 96 35 Fax : 022 345 96 40 E-mail : info@soubeyran.ch www.soubeyran.ch

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue

Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue 1 02/04/2012 Photos Personnes Apport pour les écoles citoyennes Célestin Freinet (1896 1966) Françoise Dolto (1908 1988)

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

LA PREVENTION ET VOUS

LA PREVENTION ET VOUS Septembre 2012 LA PREVENTION ET VOUS «LE SURENDETTEMENT ET LA MARGINALISATION : COMMENT VIVRE ET ABORDER LE SURENDETTEMENT AU SEIN DE SON MILIEU FAMILIAL ET SOCIAL» AU DELÀ DE LA DIMENSION ÉCONOMIQUE METTRE

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Les bases du management

Les bases du management Les bases du management 04/10/2010 1 L approche systémique 04/10/2010 2 UN SYSTHEME 04/10/2010 3 La Systémique Une approche systémique ne prétend jamais à l exhaustivité ni à l objectivité. Elle conçoit

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

CROATIE. - Loi portant modification de la loi sur la citoyenneté croate (8 mai 1992) (Journal officiel n 28/92).

CROATIE. - Loi portant modification de la loi sur la citoyenneté croate (8 mai 1992) (Journal officiel n 28/92). CROATIE 1. Dispositions législatives sur la nationalité a. Textes en vigueur - Loi sur la citoyenneté croate (Journal officiel n 53/91): la loi sur la citoyenneté croate a été publiée et est entrée en

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par André Carrier

Compte rendu. Ouvrage recensé : par André Carrier Compte rendu Ouvrage recensé : Gilles Lane. Si les marionnettes pouvaient choisir. Recherche sur les droits, l obligation morale et les valeurs. Montréal, L Hexagone, coll. Positions Philosophiques, 1983,

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES APPENDICE COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES Les difficultés créées par celui ou celle que l on souhaiterait conduire à Christ se révèlent sous forme de questions, d excuses, d objections et d arguments

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

Leçon 1 DIEU EST INSONDABLE. Enseignement: Qu'est-ce que le culte?

Leçon 1 DIEU EST INSONDABLE. Enseignement: Qu'est-ce que le culte? Leçon 1 1. PRIERE Responsable du groupe: Invoquez le Seigneur et recommandez-lui votre groupe et cette leçon sur la formation des disciples. 2. CULTE (20 minutes) Enseignement: Qu'est-ce que le culte?

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau,

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau, Tout comme le Taoisme aborde l Art du Chat merveilleux, Peut-il y avoir l Art du Coaching merveilleux?!... Acceptez, si vous le voulez bien, que je me situe, au cœur de là réponse que j ai faite, concernant

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Avis rendus par l'assemblée générale du Conseil d'etat. N 346.893 - Mme LAROQUE, rapporteur (section de l'intérieur) séance du 27 novembre 1989

Avis rendus par l'assemblée générale du Conseil d'etat. N 346.893 - Mme LAROQUE, rapporteur (section de l'intérieur) séance du 27 novembre 1989 CULTES Aumônerie militaires. Création Port par les élèves de signes d appartenance à une communauté religieuse.- Principe de laïcité.- Organisation et fonctionnement de l école publique.- Sanctions DROITS

Plus en détail

Rencontres AFSCET 2008 "Systèmes symboliques" Paris, 3 avril 2008

Rencontres AFSCET 2008 Systèmes symboliques Paris, 3 avril 2008 Introduction à la science de l esprit et de la conscience Rencontres AFSCET 2008 "Systèmes symboliques" Paris, 3 avril 2008 Richard VITRAC Ingénieur ENSERG Membre de l'afscet contact@richard.vitrac.fr

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade 11 LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC Bernard Poujade La loi organique du 10 décembre 2009 (entrée en vigueur le 1er mars 2010) détermine

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 21 novembre 2013 Ambiances 2-3 et 3-6. Thème : Les bases de l'apprentissage avec la méthode Maria Montessori

Compte rendu de la réunion du 21 novembre 2013 Ambiances 2-3 et 3-6. Thème : Les bases de l'apprentissage avec la méthode Maria Montessori Compte rendu de la réunion du 21 novembre 2013 Ambiances 2-3 et 3-6 Thème : Les bases de l'apprentissage avec la méthode Maria Montessori Éducation cosmique : cultive et développe chez l'enfant tout ce

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie"

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives La Mesnie Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie" PROJET DE VIE ASSOCIATIF ALAPA 2014-2019 Projet approuvé en Conseil de Vie Sociale le Projet approuvé

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice

1. L'Europe fait face à une demande croissante de qualité de la justice Intervention de Monsieur Jean-Marie CAVADA, Président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, devant le séminaire de travail des membres

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Leçon n 2 : «Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne»

Leçon n 2 : «Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne» Leçon n 2 : «Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne» Introduction : La nation est une communauté d hommes et de femmes qui partagent une même culture et affirment leur volonté de

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI)

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI) !!! Statut du Tribunal Etudiant de Règlement des différends internationaux (TERDI) TERDI Bruxelles, le 2 février 2015 Les membres du Centre de droit international de l Université Libre de Bruxelles, Constatant

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir

Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir 2015 Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir Définition de la radicalisation : «Par radicalisation, on désigne le processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d

Plus en détail

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia IX. Séminaire : la relation «Nous espérons que notre formule désintéressement plus admiration vous séduira» Marcel Broodthaers, Département des Aigles, lettre du

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

Centres d'intérêt et Motivations Personnelles

Centres d'intérêt et Motivations Personnelles Centres d'intérêt et Motivations Personnelles 16.8.2013 COMPRENDRE VOS FACTEURS DE MOTIVATION La connaissance des attitudes et des motivations d'un individu nous renseigne sur POURQUOI cette personne fait

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

PROGRAMME D'ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE

PROGRAMME D'ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE 1 PROGRAMMES Enseignement moral et civique PROGRAMME D'ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE pour l'école élémentaire et le COLLEGE (CYCLES 2, 3 ET 4) PRINCIPES GENERAUX Articulés aux finalités éducatives générales

Plus en détail

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET «Horizon 2013: Expérimentons ensemble de nouveaux chemins pour l ACI» RAPPEL DES ENJEUX L enjeu de ce temps de travail est multiple Grâce au

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Houle

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Houle Compte rendu Ouvrage recensé : Une étrange multiplicité. Le constitutionnalisme à une époque de diversité de James Tully, traduit de l anglais par Jude Des Chênes, Sainte-Foy, Presses de l Université Laval

Plus en détail

REVUE DE PRESSE BENEVOLAT

REVUE DE PRESSE BENEVOLAT REVUE DE PRESSE BENEVOLAT Philippe Geluck, extrait de la bande dessinée Le Chat à Malibu «Si on payait mieux les bénévoles, ça donnerait peut-être envie à plus de gens de travailler gratuitement.» Assiociathèque

Plus en détail

JOURNÉE TEAM BUILDING:

JOURNÉE TEAM BUILDING: JOURNÉE TEAM BUILDING: PROPOSITION - 1/ TEAM BUILDING À CHEVAL PROPOSITION - 2/ TEAM BUILDING THEATRE 1 DEUXIEME PARTIE DE LA JOURNEE, APRES LE DEJEUNER PROPOSITION 1: TEAM BUILDING A CHEVAL Team Building

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999)

CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999) CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999) Adoptée par ICOMOS à la 12è Assemblée Générale au Mexique, Octobre 1999. INTRODUCTION Principes

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale

Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale Ministère de l'intérieur Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale Le code de déontologie de la police et de la gendarmerie nationales est codifié au livre IV, titre 3,

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Guy LUISIER. Marie et l'icône

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Guy LUISIER. Marie et l'icône LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Guy LUISIER Marie et l'icône Dans Echos de Saint-Maurice, 1988, tome 84, p. 67-72 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Marie et l'icône On parle beaucoup d'icônes ces

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

«Le marketing social»

«Le marketing social» LE MARKETING SOCIAL Bonjour! Bienvenue à l atelier : «Le marketing social» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés au marketing social. Cet atelier, qui favorise le

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

Mlle Audrey EGIZIANO, doctorante contractuelle en droit public

Mlle Audrey EGIZIANO, doctorante contractuelle en droit public L'obligation de notification au bénéficiaire d'une autorisation d'urbanisme (arrêt CAA Lyon, 9 avril 2013, Association des habitants de Vésegnin, n 13LY00066) Présenté par : Mlle Audrey EGIZIANO, doctorante

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail