1. Comment définir l homophobie?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Comment définir l homophobie?"

Transcription

1 Focus 2 : Les conséquences pénales de l homophobie dans le sport 1. Comment définir l homophobie? Le terme homophobie est apparu dans les années 1970, il vient du terme homo, abréviation de «homosexuel», et de phobie, du grec phobos qui signifie crainte. Il désigne les manifestations de mépris, rejet, et haine envers des personnes, des pratiques ou des représentations homosexuelles ou supposées l être. Le terme «homophobie» est un terme générique qui recouvre notamment d autres termes comme la gayphobie et la lesbophobie. Pour en savoir plus Ces éléments de définition sont en partie tirés du livret pédagogique «Différents mais tous pareils dans le sport», édité par le Pôle Ressources National Sport, Éducation, Mixités, Citoyenneté». Consultez le livret sur le lien suivant : Ce livret pédagogique, édité en 2012, est également disponible sur demande auprès du Pôle. Il est avant tout destiné à des formations et comporte, outre un livret pédagogique, un DVD de sensibilisation (clips et témoignages de personnalités sportives). Ce comportement fait l objet de sanctions pénales lorsqu il est notamment caractérisé par une injure, une diffamation ou une discrimination. En outre, certains crimes et délits de droit commun font l objet de sanctions pénales aggravées lorsqu ils ont un caractère homophobe. 225

2 2. Quelles conséquences pénales? A. Cadrage Le présent focus traite uniquement des conséquences pénales de comportements homophobes. Au plan pénal, un comportement homophobe peut se caractériser de trois manières : Par une discrimination. Constitue une discrimination homophobe toute distinction opérée entre les personnes physiques ou morales à raison de leur orientation sexuelle. Si la législation tolère, notamment dans le champ sportif, certaines différences de traitement, celles-ci ne peuvent en aucun cas reposer sur des motifs homophobes. Néanmoins, la loi pénale ne sanctionne ce type de discriminations que dans les domaines qu elle a limitativement énumérés à l article du code pénal. il faut que le comportement homophobe constitue le motif de non-accès à la pratique sportive ou de non-accès à un emploi sportif. Pour en savoir plus Vous référer aux fiches 1 (p. 11) et 4 (p. 65) du Guide juridique relatives aux éléments de définition et aux conséquences des discriminations au sens de l article du code pénal. Par une action constitutive d une infraction, dont le mobile homophobe constitue une circonstance aggravante (violence physique notamment) ; Par une expression publique. Pour les deux dernières hypothèses Vous référer aux éléments ci-après en B ainsi qu aux fiches 2 (p. 27) et 5 (p. 71) du Guide juridique pour les éléments généraux de définition sur les violences et leurs conséquences juridiques. Prise de recul Le droit français appréhende sous trois angles différents les comportements homophobes. Un même terme peut donc recouvrir trois traitements juridiques différents. Il en est de même pour le racisme et les comportements à caractère sexiste. 226

3 B. Applications Le mobile homophobe est une circonstance aggravante de nombreuses infractions. L article du code pénal dispose qu une circonstance aggravante est caractérisée dès lors que l infraction est commise. La circonstance est constituée, dit l article, lorsque l infraction est précédée, accompagnée ou suivie de propos, écrits, utilisation d images ou d objets ou actes de toute nature portant atteinte à l honneur ou à la considération de la victime ou d un groupe de personnes dont fait partie la victime à raison de leur orientation sexuelle vraie ou supposée. 1. La nature du comportement à caractère homophobe : violence physique ou expression publique? a. Lorsqu il s agit d une violence physique : Cette circonstance aggravante permettra d aggraver les peines encourues pour meurtre (article 221-4, 7, du code pénal), tortures et actes de barbarie (article , 5 ter, du code pénal), violences (article 222-8, 5 ter ; article , 5 ter ; article , 5o ter ; article , 5 ter, du code pénal). Cette optique a été renforcée par le législateur dans la loi n du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité. En effet, cette loi a, entre autres, étendu cette circonstance aggravante aux infractions de menaces (article du code pénal), de vol (article 311-4, 9 du code pénal) et d extorsion (article 312-2, 3 du code pénal). Prenons par exemple, l article du code pénal qui dispose que : «Les violences ayant entraîné une incapacité totale de travail pendant plus de huit jours sont punies de trois ans d emprisonnement et de euros d amende». Ce n est qu au cas où cette infraction a été commise avec un mobile raciste, que s appliquera un régime de peine aggravée. Dans notre exemple, l article du code pénal sera appliqué. Il dispose que : «L infraction définie à l article est punie de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende lorsqu elle est commise : ( ) 5 ter- À raison de l orientation ou identité sexuelle de la victime ( )». Plus généralement, le régime juridique de la violence physique diffère selon que celle-ci constitue une atteinte volontaire ou involontaire à l intégrité de la personne. b. Lorsqu il s agit d une expression publique : Deux cas de figure se présentent. Chacun d eux comporte un régime de sanctions pénales spécifiques. 227

4 1. Ceci suppose en premier lieu de savoir si l infraction a été commise dans l espace public? Cette caractérisation des délits relève de la loi sur la presse (loi de 1881). Une infraction est considérée comme «publique» si des personnes (peu importe leur nombre) ont pu entendre ou lire des propos homophobes et qu elles n appartiennent pas à une «même communauté d intérêt» (par exemple, le cercle familial, l entreprise, un parti politique, etc.). Si tel est le cas, cela détermine la qualification de l infraction et donc le délai de prescription. Sont considérés comme publics les écrits distribués ou les propos prononcés dans les lieux ou réunions publics (enceintes ou manifestations sportives notamment). 2. Quels sont les cas de figure possibles? 1 er cas de figure possible (ce cas renvoie à la distinction entre injure et diffamation) Il faut partir de la distinction entre une injure et une diffamation développées dans les fiches 2 (sur les éléments de définition) et 5 (sur les conséquences juridiques) du guide juridique. Ce régime d aggravation de la sanction pénale existe depuis : la loi n du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité et la loi (intégrée au Défenseur des droits en 2011) et plus particulièrement son titre 3 relatif au renforcement de la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste ou homophobe. Conséquences en l état du droit actuel : application du régime issu de la loi du 29 juillet 1881 Une injure publique à caractère homophobe : application de l article 33 de la loi du 29 juillet 1881 ; Une diffamation publique à caractère homophobe : application de l article 32 de la loi du 29 juillet e cas de figure possible (ce cas renvoie à la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence) Il existe également l hypothèse de la provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence, laquelle peut recouvrir des motifs homophobes. L article 24 de la loi du 29 juillet 1881 dispose que «Seront punis des peines d [un an d emprisonnement et de euros d amende ou de l une de ces deux peines seulement] ceux qui, par ces mêmes moyens, auront provoqué à la haine ou à la violence à l égard d une personne ou d un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap ou auront provoqué, à l égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles et du code pénal». 228

5 La jurisprudence définit la provocation non directe comme celle qui tend «à susciter non pas l entreprise criminelle mais un mouvement d opinion de nature à créer à son tour un état d esprit susceptible de permettre la naissance de l entreprise criminelle» (Cass. crim., 25 févr. 1954). Ainsi, il n est pas besoin que le provocateur ait eu à l esprit la commission des délits visés par l article 24, si ses propos créent un état d esprit qui porte aux délits de violence ou de discrimination entraînés par l ostracisme dont il souhaite que soient frappés les groupes victimes, et la haine est constitutive de cet état d esprit. 2. L auteur du comportement : régime pénal spécifique lorsque le comportement homophobe émane d un supporter Lorsqu un comportement homophobe (ici, une violence physique ou une expression publique) est commis par un supporter ou un groupement de supporter à l occasion d une manifestation sportive, il faut se référer au code du sport qui prévoit une sanction pénale aggravée. Pour les supporters appréhendés à titre individuel Article L du code du sport (sur la provocation à la haine ou à la violence dans une enceinte sportive lors de manifestations sportives). Pour les groupements de supporters Article L du code du sport (sur la suspension ou dissolution d un groupement de supporter) ; Article L du code du sport (sur l aggravation des peines encourues en cas de participation au maintien ou à la reconstitution de groupements dissous ou d organisation de telles actions lorsque les infractions à l origine de la dissolution ou de la suspension ont été commises à raison d un comportement homophobe. La peine prévue est de 5 ans de prison et de euros d amende). Prise de recul INFRACTIONS FONDÉES SUR L ORIENTATION SEXUELLE Peine maximale encourue Type d infraction Texte de référence applicable (emprisonnement et amende) Injure publique fondée sur l orientation sexuelle Diffamation publique fondée sur l orientation sexuelle publique Provocation publique à la haine ou à la violence fondée sur l orientation sexuelle Provocation des spectateurs à la haine ou à la violence lors d une manifestation sportive article 33 alinéa 4 article 32 alinéa 3 article 24 alinéa 7 6 mois et an et an et article L du code du sport 1 an et

1. Comment définir un comportement à caractère sexiste?

1. Comment définir un comportement à caractère sexiste? Focus 3 : Les conséquences pénales des comportements à caractère sexiste dans le sport 1. Comment définir un comportement à caractère sexiste? Il désigne une attitude de discrimination fondée sur la notion

Plus en détail

Toutes les infos-clés à destination des supporters

Toutes les infos-clés à destination des supporters Mieux connaître, mieux comprendre et mieux défendre l éthique sportive Toutes les infos-clés à destination des supporters Thinkstock Édition 2016 Que trouver dans cette fiche? Les spectateurs sont eux

Plus en détail

projet de loi n 611 ( ) relatif au Défenseur des droits Examen en commission : Mercredi 19 mai 2010 A M E N D E M E N T

projet de loi n 611 ( ) relatif au Défenseur des droits Examen en commission : Mercredi 19 mai 2010 A M E N D E M E N T projet de loi n 611 (2008-2009) N 1 présenté par M. Hugues Portelli ARTICLE 14 Supprimer le 2 du présent article. Amendement de coordination qui vise à tirer les conséquences du maintien du Défenseur des

Plus en détail

D autres discriminations

D autres discriminations D autres discriminations photo benetton gif linternaute.com Etudions deux courts-métrages proposés par le site www.contrelesdiscriminations.fr évoquant les discriminations autres que le racisme afin de

Plus en détail

N 3540 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 3540 ASSEMBLÉE NATIONALE N 3540 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 2 mars 2016. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif au harcèlement sexuel.

PROJET DE LOI. relatif au harcèlement sexuel. PROJET DE LOI adopté le 31 juillet 2012 N 137 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 PROJET DE LOI relatif au harcèlement sexuel. Le Sénat a adopté, dans les conditions prévues à l article 45 (alinéas

Plus en détail

Page 18. Circonstances aggravantes. C. P. art , 221-3, 221-4

Page 18. Circonstances aggravantes. C. P. art , 221-3, 221-4 Page 18 Circonstances aggravantes C. P. art. 221-2, 221-3, 221-4 Meurtre commis : - En concomitance avec un autre crime ; - En connexité avec un délit ; - Avec préméditation (l assassinat fait l objet

Plus en détail

LA REPRESSION DU «TOURISME SEXUEL» COMMIS AU PREJUDICE DE MINEURS. TEXTES APPLICABLES EN DROIT PENAL FRANÇAIS Fiche mise à jour le 28 mars 2006 PLAN

LA REPRESSION DU «TOURISME SEXUEL» COMMIS AU PREJUDICE DE MINEURS. TEXTES APPLICABLES EN DROIT PENAL FRANÇAIS Fiche mise à jour le 28 mars 2006 PLAN LA REPRESSION DU «TOURISME SEXUEL» COMMIS AU PREJUDICE DE MINEURS TEXTES APPLICABLES EN DROIT PENAL FRANÇAIS Fiche mise à jour le 28 mars 2006 PLAN I. LES INFRACTIONS SUSCEPTIBLES DE RELEVER DU «TOURISME

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. «Art. L Les membres

TABLEAU COMPARATIF. «Art. L Les membres - 25 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique

Plus en détail

J.O n 135 du 13 juin 2001 page Lois

J.O n 135 du 13 juin 2001 page Lois J.O n 135 du 13 juin 2001 page 9337 Lois LOI no 2001-504 du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l homme et aux libertés

Plus en détail

Lutte contre les DISCRIMINATIONS

Lutte contre les DISCRIMINATIONS Lutte contre les DISCRIMINATIONS Extraits du Code Pénal GUILLARD Collection FLIPBOOK «Informations réglementaires en entreprise» Réf : FB-DISCRIM-CP Lutte contre les DISCRIMINATIONS Code Pénal Code Pénal

Plus en détail

LOIS. LOI n o du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel (1) NOR : JUSX L. Article 1 er. Article 2

LOIS. LOI n o du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel (1) NOR : JUSX L. Article 1 er. Article 2 LOIS LOI n o 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel (1) NOR : JUSX1224421L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

JORF n 0182 du 7 août Texte n 1. LOI LOI n du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel (1) NOR: JUSX L

JORF n 0182 du 7 août Texte n 1. LOI LOI n du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel (1) NOR: JUSX L Le 31 août 2012 JORF n 0182 du 7 août 2012 Texte n 1 LOI LOI n 2012-954 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel (1) NOR: JUSX1224421L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de

Plus en détail

N 333 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE

N 333 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE N 333 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 22 février 2007 Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juin 2007 PROJET DE LOI renforçant la lutte contre

Plus en détail

Les infractions sanctionnées ayant pour victimes des magistrats ou des jurés ( )

Les infractions sanctionnées ayant pour victimes des magistrats ou des jurés ( ) Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP ministère de la justice Ministère de la Justice Direction des affaires criminelles et des grâces La criminalité en France Les infractions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 2 décembre 2011 relative aux mesures de contrainte visant à prévenir la réitération d actes graves par des mineurs NOR : JUSD1132598C Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Principales abréviations...3. Introduction. Présentation du droit pénal Chapitre 1 La criminalité... 6

TABLE DES MATIÈRES. Principales abréviations...3. Introduction. Présentation du droit pénal Chapitre 1 La criminalité... 6 TABLE DES MATIÈRES Principales abréviations...3 Introduction. Présentation du droit pénal... 5 Chapitre 1 La criminalité... 6 Section I La notion de criminalité...6 1. Les analyses...6 A. L approche fondée

Plus en détail

110 W

110 W Archives départementales de la Vienne Série W Archives publiques postérieures au 10 juillet 1940 110 W 1-17 Tribunal spécial auprès de la Cour d appel de Poitiers Section spéciale de la Cour d appel de

Plus en détail

Pourquoi et comment renforcer la rétention de sûreté?

Pourquoi et comment renforcer la rétention de sûreté? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Pourquoi et comment renforcer la rétention de sûreté? Xavier Bébin Résumé La rétention de sûreté, instituée par la loi du 25 février 2008, a pour objet

Plus en détail

LES INFRACTIONS A CARACTERE SEXUEL

LES INFRACTIONS A CARACTERE SEXUEL G.C.S. C.R.I.A.V.S. de de Picardie Groupe de travail «Fiches Techniques» Validation : 05/03/2010 Version : N 2 Révision le : 18 avril 2016 1-GENERALITES Ce syntagme recouvre un ensemble d actes interdits

Plus en détail

Compétence du juge aux affaires familiales Critère d appréciation du juge aux affaires familiales

Compétence du juge aux affaires familiales Critère d appréciation du juge aux affaires familiales Loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants. Paris, le 8/10/2010 L année 2010, aura

Plus en détail

LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE QUALIFIEES VIOLENCES

LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE QUALIFIEES VIOLENCES LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE QUALIFIEES Les violences consistent en des atteintes volontaires à l intégrité physique de la personne. I - E L E M E N T L E G A L Les s R 624-1

Plus en détail

Textes de référence :

Textes de référence : Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Mali Textes de référence :! Code pénal et Code de procédure pénale.! Décret n 95-924 fixant la composition de la commission

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DES DIPLOMES SPORTIFS

LA REGLEMENTATION DES DIPLOMES SPORTIFS LA REGLEMENTATION DES DIPLOMES SPORTIFS Toute association sportive qui souhaite salarier un éducateur sportif, que ce soit à titre d occupation principale ou secondaire, de façon habituelle, saisonnière

Plus en détail

III. Lutter contre les discriminations 1. Quelles sont les différentes formes de discriminations?

III. Lutter contre les discriminations 1. Quelles sont les différentes formes de discriminations? III. Lutter contre les discriminations 1. Quelles sont les différentes formes de discriminations? 1. Sur chaque image du doc. 1, écris la le4re correspondante à la discrimina:on : Doc. 1. Des préjugés

Plus en détail

COURS DE DROIT PENAL GENERAL

COURS DE DROIT PENAL GENERAL 1 COURS DE DROIT PENAL GENERAL 2008-2009 CLAUDIA GHICA-LEMARCHAND UNIVERSITE PARIS XII LICENCE 2 SEMESTRE 4 2 PARTIE II. LA DETERMINATION DE LA PERSONNE RESPONSABLE SECTION PRELIMINAIRE. IMPUTABILITE ET

Plus en détail

LOI n du 6 août 2004 relative à la bioéthique

LOI n du 6 août 2004 relative à la bioéthique J.O n 182 du 7 août 2004 page 14040 texte n 1 LOI n 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique (adoptée le 30 juillet 2004) - Extrait / Clonage reproductif/crime contre l humanité et contre l espèce

Plus en détail

LES EXIGENCES DEONTOLOGIQUES ET LA REPRESSION

LES EXIGENCES DEONTOLOGIQUES ET LA REPRESSION LES EXIGENCES DEONTOLOGIQUES ET LA REPRESSION DES DELITS DE PRESSE EN PERIODE ELECTORALE Communication à l occasion de l atelier co-organisé par l UPMB et la DANIDA Joseph DJOGBENOU Docteur en Droit Avocat

Plus en détail

LES ATTEINTES INVOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE

LES ATTEINTES INVOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE LES ATTEINTES INVOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE Le fait de causer à autrui, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence

Plus en détail

Direction des Affaires Juridiques INSK0128. Origine

Direction des Affaires Juridiques INSK0128. Origine Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Objet LA LOI D'AMNISTIE DU 6 AOUT 2002 - EFFETS A L'EGARD DES ALLOCATAIRES ET AFFILIES DE L'ASSURANCE CHOMAGE Origine Direction des Affaires Juridiques

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N janvier S o m m a i r e ARRÊTS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N janvier S o m m a i r e ARRÊTS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 79 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 11 19 janvier 2011 S o m m a i r e ARRÊTS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

Plus en détail

L APPLICATION DU DROIT BELGE AUX FONCTIONNAIRES EUROPÉENS

L APPLICATION DU DROIT BELGE AUX FONCTIONNAIRES EUROPÉENS L APPLICATION DU DROIT BELGE AUX FONCTIONNAIRES EUROPÉENS Renouveau et Démocratie 20 Octobre 2015 PLAN DE L EXPOSÉ I/ Privilèges et immunités du fonctionnaire européen A) L immunité de juridiction B) Le

Plus en détail

Glossaire de termes juridiques. Convention-cadre pour la sécurisation des espaces commerciaux

Glossaire de termes juridiques. Convention-cadre pour la sécurisation des espaces commerciaux Glossaire de termes juridiques Convention-cadre pour la sécurisation des espaces commerciaux Vol à l étalage Le fait de prendre un objet et de ne pas le payer, constitué après franchissement des caisses

Plus en détail

LOIS. LOI n o du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité (1)

LOIS. LOI n o du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité (1) LOIS LOI n o 2004-1486 du 30 décembre 2004 portant création de la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité (1) NOR : SOCX0400130L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

LE TEMOIGNAGE MENSONGER

LE TEMOIGNAGE MENSONGER LE TEMOIGNAGE MENSONGER L infraction consiste en un témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d une commission rogatoire.

Plus en détail

L ADMINISTRATION DE SUBSTANCES NUISIBLES

L ADMINISTRATION DE SUBSTANCES NUISIBLES L DE SUBSTANCES NUISIBLES Le fait de causer un dommage corporel ou psychique en administrant des substances non susceptibles d entraîner la mort est constitutif du délit. I - E L E M E N T L E G A L L

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 13 janvier 2011 PROJET DE LOI. relatif au Défenseur des droits.

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 13 janvier 2011 PROJET DE LOI. relatif au Défenseur des droits. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 13 janvier 2011

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE SEXISME : UN ENJEU POUR L ÉGALITÉ DES FEMMES ET DES HOMMES. Information relative à la loi contre le sexisme dans l espace public

LUTTER CONTRE LE SEXISME : UN ENJEU POUR L ÉGALITÉ DES FEMMES ET DES HOMMES. Information relative à la loi contre le sexisme dans l espace public LUTTER CONTRE LE SEXISME : UN ENJEU POUR L ÉGALITÉ DES FEMMES ET DES HOMMES Information relative à la loi contre le sexisme dans l espace public UNE LOI CONTRE LE SEXISME, EST-CE NÉCESSAIRE? QU EST-CE

Plus en détail

FICHE 2 13 questions-réponses. Comment définir une incivilité et une violence dans le sport?

FICHE 2 13 questions-réponses. Comment définir une incivilité et une violence dans le sport? FICHE 2 13 questions-réponses Comment définir une incivilité et une violence dans le sport? FICHE 2 13 Questions-Réponses Comment définir une incivilité et une violence dans le sport? Les éléments de la

Plus en détail

Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Présentation

Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Présentation Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles Présentation Un réseau national de proximité 114 Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles Les CIDFF exercent une mission

Plus en détail

LES INFRACTIONS DÉFINIES PAR LE DROIT PÉNAL

LES INFRACTIONS DÉFINIES PAR LE DROIT PÉNAL Chapitre 1 LES INFRACTIONS DÉFINIES PAR LE DROIT PÉNAL I. Escroquerie A. Élément légal C est l article 313-1 du Code pénal qui définit l infraction : «L escroquerie est le fait, soit par l usage d un faux

Plus en détail

S agissant spécifiquement des agressions sexuelles, il est utile, au regard de la multidisciplinarité des rencontres telles que celle qui nous

S agissant spécifiquement des agressions sexuelles, il est utile, au regard de la multidisciplinarité des rencontres telles que celle qui nous Aujourd hui dès qu on parle d agression sexuelle, le plus grand nombre pense au viol. Noter cependant que les agressions sexuelles ne se résument pas au viol. PROBLEMATIQUE DES AGRESSIONS SEXUELLES AU

Plus en détail

Avant-projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités de la mise en œuvre de l assistance juridique du fonctionnaire

Avant-projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités de la mise en œuvre de l assistance juridique du fonctionnaire Avant-projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités de la mise en œuvre de l assistance juridique du fonctionnaire Texte du projet de règlement grand-ducal Nous Henri, Grand-Duc de

Plus en détail

Responsabilité pénale. Responsabilité pénale médicale le refus d assistance

Responsabilité pénale. Responsabilité pénale médicale le refus d assistance Responsabilité pénale Responsabilité pénale médicale le refus d assistance Introduction Toute personne est susceptible de voir sa responsabilité engagée : Source de sanction (pénale) Source d indemnisation

Plus en détail

DROIT PENAL SPECIAL SEANCE 9. Commentaire d arrêt comparé

DROIT PENAL SPECIAL SEANCE 9. Commentaire d arrêt comparé UNIVERSITE JEAN MOULIN LYON 3 Master 1 Carrières Judiciaires Travaux Dirigés de M. ROUX-DEMARE François-Xavier DROIT PENAL SPECIAL SEANCE 9 Commentaire d arrêt comparé Réalisez un commentaire comparé.

Plus en détail

Chap. 1 : Des êtres humains, mais une seule humanité

Chap. 1 : Des êtres humains, mais une seule humanité Chap. 1 : Des êtres humains, mais une seule humanité Pourquoi les êtres humains, tous différents, sont-ils égaux? I. Différents mais égaux A. Des hommes, une seule humanité AU COLLEGE, DIFFERENTS MAIS

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités de la mise en œuvre de l assistance juridique du fonctionnaire de l Etat

Projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités de la mise en œuvre de l assistance juridique du fonctionnaire de l Etat Projet de règlement grand-ducal fixant les conditions et modalités de la mise en œuvre de l assistance juridique du fonctionnaire de l Etat Texte du projet de règlement grand-ducal Nous Henri, Grand-Duc

Plus en détail

Ordonnance du 2 février 1945 relative à l enfance délinquante

Ordonnance du 2 février 1945 relative à l enfance délinquante Ce fichier a été téléchargé le jeudi 12 janvier 2017 sur Criminocorpus, Musée d'histoire de la justice, des crimes et des peines. 25 juin 2014 Pour citer cette page Législation, Musée Criminocorpus publié

Plus en détail

N 811 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 811 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 21 avril 2008 N 811 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 10 avril 2008. PROJET

Plus en détail

Numéro du rôle : 3100. Arrêt n 151/2005 du 5 octobre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3100. Arrêt n 151/2005 du 5 octobre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3100 Arrêt n 151/2005 du 5 octobre 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité routière,

Plus en détail

L EXTORSION. b) l extorsion d un engagement ou d une renonciation

L EXTORSION. b) l extorsion d un engagement ou d une renonciation L EXTORSION L extorsion doit être distinguée du vol commis avec violences, bien qu il s agisse dans certains cas d une appropriation frauduleuse des biens d autrui pouvant résulter d actes de violences.

Plus en détail

APPROCHE GENERALE SUR LES DISCRIMINATIONS. Eligi Formation. UFCV Fécamp 9 Mai 2012

APPROCHE GENERALE SUR LES DISCRIMINATIONS. Eligi Formation. UFCV Fécamp 9 Mai 2012 APPROCHE GENERALE SUR LES DISCRIMINATIONS UFCV Fécamp 9 Mai 2012 Eligi Formation 1- Discrimination à caractère raciste Discrimination 3- Harcèlement moral, sexuel quand l injure est répétée 1 Racisme,

Plus en détail

Harcèlement scolaire - Violences scolaires - Provocation au suicide

Harcèlement scolaire - Violences scolaires - Provocation au suicide Accueil particuliers > Justice > Mineur victime > Harcèlement scolaire - Violences scolaires - Provocation au suicide Fiche pratique Harcèlement scolaire - Violences scolaires - Provocation au suicide

Plus en détail

LE SALAIRE SOCIAL MINIMUM

LE SALAIRE SOCIAL MINIMUM L - 123 LE SALAIRE SOCIAL MINIMUM Loi du 12 mars 1973 portant réforme du salaire social minimum Intégrée essentiellement dans le Code du travail aux articles L.222-1 et suivants CEP L tél. : 44 40 91-1

Plus en détail

Toutes les infos-clés à destination des éducateurs / entraîneurs

Toutes les infos-clés à destination des éducateurs / entraîneurs Mieux connaître, mieux comprendre et mieux défendre l éthique sportive Toutes les infos-clés à destination des éducateurs / entraîneurs Thinkstock Édition 2016 Que trouver dans cette fiche? Dans le sport

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 NOVEMBRE 2014 P.14.1320.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N P.14.1320.F I. D. G. partie civile, ayant pour conseils Maîtres Alexandra Simi, avocat au barreau de Nivelles, et Valérie-Anne Decerf,

Plus en détail

CERTIFICAT PRÉVU À L'ARTICLE 9

CERTIFICAT PRÉVU À L'ARTICLE 9 CERTIFICAT PRÉVU À L'ARTICLE 9 a) L'autorité judiciaire qui a émis la décision de gel: Nom officiel: Nom de son représentant: Fonction (titre/grade): Référence du dossier: Adresse: N de téléphone: (indicatif

Plus en détail

LOIS. LOI no 94-1 du 3 janvier 1994 instituant la société par actions simplifiée (1)

LOIS. LOI no 94-1 du 3 janvier 1994 instituant la société par actions simplifiée (1) J.O n 2 du 4 janvier 1994 page 129 texte n LOIS LOI no 94-1 du 3 janvier 1994 instituant la société par actions simplifiée (1) NOR: JUSX9300077L Art. 1er. - Il est inséré, au chapitre IV du titre Ier de

Plus en détail

Droit Pénal Général Rennes I Wester-Ouisse Plan de cours

Droit Pénal Général Rennes I Wester-Ouisse Plan de cours Droit Pénal Général Rennes I Wester-Ouisse Plan de cours 2013-2014 Bibliographie : - Code pénal - Y. Mayaud, Droit pénal général, PUF 2013 - J. Pradel, Droit pénal général, Cujas 2012 - P. Conte, P. Maistre

Plus en détail

Le football face au racisme

Le football face au racisme Le football face au racisme photo benetton gif linternaute.com Ecoute ce reportage diffusé sur Rfi en mai 2009 : que se passet-il lors du match de football à Lagnieu le 25 janvier 2009? Makam Traoré devant

Plus en détail

III L exécution des peines

III L exécution des peines III L exécution des peines LE ROLE DU PARQUET DIVERSES PROCEDURES : CUMUL CONFUSION DES PEINES LES CAS D INEXECUTION 1 L exécution des peines par le Parquet MISE EN FORME DES PIECES : La «minute» constitue

Plus en détail

NOR: MTSX L. Version consolidée au 29 mai 2008

NOR: MTSX L. Version consolidée au 29 mai 2008 Le 30 mars 2009 LOI LOI n 2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations (1) NOR: MTSX0769280L Version

Plus en détail

THÈME 1 QU EST-CE QU ÊTRE RESPONSABLE? CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE LA RESPONSABILITÉ CIVILE?

THÈME 1 QU EST-CE QU ÊTRE RESPONSABLE? CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE LA RESPONSABILITÉ CIVILE? SYNTHÈSE Dans le vocabulaire courant, le mot «responsable» désigne la personne qui doit accepter et subir les conséquences de ses actes. Le sens juridique du terme se rapproche du langage courant, mais

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42

PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42 PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon 2016 Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42 Définition juridique du viol Le viol : tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature

Plus en détail

N 2931 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2931 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2931 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juillet 2015. PROPOSITION DE LOI portant réforme de la prescription

Plus en détail

LOI N 022/97/11/AS PORTANT LIBERTE DE REUNIONS ET DE MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQUE

LOI N 022/97/11/AS PORTANT LIBERTE DE REUNIONS ET DE MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQUE BURKINA FASO ------------ Unité Progrès Justice ------------ ASSEMBLEE NATIONALE ----------- IVème REPUBLIQUE DEUXIEME LEGISLATURE LOI N 022/97/11/AS PORTANT LIBERTE DE REUNIONS ET DE MANIFESTATIONS SUR

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

LA COMPLICITE ET LA COACTION

LA COMPLICITE ET LA COACTION LA COMPLICITE ET LA COACTION L auteur de l infraction est celui qui commet personnellement, dans les conditions prévues par le texte d incrimination les actes qui sont prévus et réprimés par ce texte.

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE. Arrêt

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE. Arrêt 16 JUIN 2004 P.04.0595.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N P.04.0595.F I. B. K. B. D., E., T. W. W. M., prévenu, détenu, demandeur en cassation, ayant pour conseil Maître Pierre Chomé, avocat au

Plus en détail

PETIT GUIDE JURIDIQUE CONTRE L ISLAMOPHOBIE

PETIT GUIDE JURIDIQUE CONTRE L ISLAMOPHOBIE PETIT GUIDE JURIDIQUE CONTRE L ISLAMOPHOBIE 2015 ORIW (Organisation Racism Islamophobia Watch) 18 Rue du chemin de fer 67200 Strasbourg, France Tél : + 33(0)3 88 84 49 30 E-mail : contact@oriw.org www.oriw.org

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE LE DROIT PÉNAL GÉNÉRAL MÉDICAL

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE LE DROIT PÉNAL GÉNÉRAL MÉDICAL TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ABRÉVIATIONS... 9 PRÉFACE, par Denis Safran... 11 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 13 INTRODUCTION GÉNÉRALE... 15 1. Première approche du droit pénal médical... 16 A Le médecin, le

Plus en détail

Elements de réponse de la Belgique à la circulaire de l OMI n 2933 du 23 décembre 2008

Elements de réponse de la Belgique à la circulaire de l OMI n 2933 du 23 décembre 2008 Elements de réponse de la Belgique à la circulaire de l OMI n 2933 du 23 décembre 2008 1) Piraterie par un navire belge La piraterie commise par le capitaine d un navire belge ou par les personnes embarquées

Plus en détail

I. LES DIFFÉRENTES FORMES DE RESPONSABILITÉ. A. Distinction entre responsabilité civile et responsabilité pénale

I. LES DIFFÉRENTES FORMES DE RESPONSABILITÉ. A. Distinction entre responsabilité civile et responsabilité pénale Les actes et les faits juridiques produisent des effets juridiques qui doivent être assumés. Etre responsable, c est justement assumer les conséquences de ses actions ou même de ses omissions. Lorsque

Plus en détail

GUIDE DE MISE A JOUR DE LA LOI N DU 13 JUILLET 1983

GUIDE DE MISE A JOUR DE LA LOI N DU 13 JUILLET 1983 139, Rue Guillaume FOUACE CS 12309 50009 SAINT-LO CEDEX 02.33.77.89.00 02.33.57.07.07 GUIDE DE MISE A JOUR DE LA LOI N 83-634 DU 13 JUILLET 1983 La loi n 2014-873 du 04 août 2014, publiée au Journal Officiel

Plus en détail

Protocole de Prévention des conduites de maltraitances et d abus sexuels

Protocole de Prévention des conduites de maltraitances et d abus sexuels Protocole de Prévention des conduites de maltraitances et d abus sexuels A.A.P.E.I. L EPANOU 8, rue Louis Breguet 74600 SEYNOD «Le risque de maltraitance est un risque réel dans tout accompagnement de

Plus en détail

Loi du 10 août 2011 sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs

Loi du 10 août 2011 sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs Attention les dispositions ci-dessous ne sont que des extraits de la loi citée, le texte les reproduit fidèlement mais le document ne reproduit pas de nombreuses dispositions estimées moins pertinentes

Plus en détail

Première partie La détermination des infractions

Première partie La détermination des infractions Plan du cours de droit pénal général (2016-2017) P. Conte Equipe 1 Première partie La détermination des infractions Titre 1. Le principe TITRE 1 LE PRINCIPE DE LA LÉGALITÉ CRIMINELLE Chapitre 1. Les présupposés

Plus en détail

Réseaux sociaux. les Réseaux Sociaux et le Risque Juridique ARCACHON - NOVEMBRE

Réseaux sociaux. les Réseaux Sociaux et le Risque Juridique ARCACHON - NOVEMBRE Réseaux sociaux C est un phénomène de société qui attire environ 80% des internautes français. En matière de santé, le risque de dérives est important, portant quand l on connait la contrainte du cadrage

Plus en détail

CONVENTION DE LANZAROTE

CONVENTION DE LANZAROTE T-ES(2014)THE-FR CONVENTION DE LANZAROTE Convention du Conseil de l Europe sur la protection des enfants contre l exploitation et les abus sexuels Réponses au questionnaire thématique FRANCE 1 er cycle

Plus en détail

Toutes les infos-clés à destination des parents

Toutes les infos-clés à destination des parents Mieux connaître, mieux comprendre et mieux défendre l éthique sportive Toutes les infos-clés à destination des parents Thinkstock Édition 2016 Que trouver dans cette fiche? Le rôle des parents, en tant

Plus en détail

Responsabilité pénale des entreprises et des personnes physiques en matière de pollution

Responsabilité pénale des entreprises et des personnes physiques en matière de pollution Responsabilité pénale des entreprises et des personnes physiques en matière de pollution Intersol 2010 18 mars 2010 Nathalie Roret et Mathieu Farge Avocats au barreau de Paris nroret@farthouat.com - mfarge@jonesday.com

Plus en détail

CHARTE DE PREVENTION DES DISCRIMINATIONS DANS L ACCES AU LOGEMENT

CHARTE DE PREVENTION DES DISCRIMINATIONS DANS L ACCES AU LOGEMENT CHARTE DE PREVENTION DES DISCRIMINATIONS DANS L ACCES AU LOGEMENT Département 1 PREAMBULE Le Président de la République, le 14 octobre 2002, a fixé les orientations d une politique globale d intégration

Plus en détail

Projet de loi tendant à renforcer l efficacité des sanctions pénales. Sommaire :

Projet de loi tendant à renforcer l efficacité des sanctions pénales. Sommaire : Sommaire : Quantum de peine pour bénéficier d aménagements de peine p.2 Peine de probation.. p. 3 Implication des associations et organismes compétents en matière d accompagnement... p.4 Prise en charge

Plus en détail

QCM - Octobre 2004 QUESTION N 1

QCM - Octobre 2004 QUESTION N 1 QCM - Octobre 2004 QUESTION N 1 Quels sont les grands principes régissant l élément légal de l infraction? Pas de peine sans loi Pas de loi sans peine Pas d infraction sans loi Pas de rétroactivité de

Plus en détail

Fiche récapitulative sur les outils disponibles

Fiche récapitulative sur les outils disponibles Fiche récapitulative sur les outils disponibles Citoyens du sport Partie Éthique et valeurs du sport Cette fiche propose un état des lieux à jour concernant les outils du ministère de la Ville, de la Jeunesse

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines en Syrie Textes de référence :! Code pénal syrien du 17 juillet 1949! Code de procédure pénale de 1950.! Loi relative à

Plus en détail

Cours 5 ème Education civique Partie 1 : Des êtres humains, une seule humanité (5h)

Cours 5 ème Education civique Partie 1 : Des êtres humains, une seule humanité (5h) Cours 5 ème Education civique Partie 1 : Des êtres humains, une seule humanité (5h) 1 Point de départ : J observe et j analyse une photographie. 1. Parmi ces élèves, quelles différences constates-tu? 2.

Plus en détail

Agir face aux situations de harcèlement moral chez les jeunes

Agir face aux situations de harcèlement moral chez les jeunes Agir face aux situations de harcèlement moral chez les jeunes Qu est- ce que le harcèlement moral? 1 Qu est ce que le harcèlement chez les jeunes? I. Les caractéristiques du harcèlement - Définition II.

Plus en détail

La lutte contre les discriminations «Cerner la dimension juridique de la question»

La lutte contre les discriminations «Cerner la dimension juridique de la question» La lutte contre les discriminations «Cerner la dimension juridique de la question» Mme YILDIRIM G. Docteur en Droit, Maître de conférences à la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges Membre

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD

Décision du Défenseur des droits MLD Paris, le 13 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-108 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

annexes Lutte contre les discriminations : la HALDE

annexes Lutte contre les discriminations : la HALDE annexes Lutte contre les discriminations : la HALDE La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l Egalité (HALDE) est une autorité administrative indépendante créée par la loi du 30 décembre

Plus en détail

PROJET DE LOI. renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs COMMUNIQUE DE PRESSE

PROJET DE LOI. renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 13 juin 2007 PROJET DE LOI renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs ------ COMMUNIQUE DE PRESSE Mme Rachida Dati, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, a présenté

Plus en détail

Projet de loi n o 70. Loi facilitant les actions civiles des victimes d actes criminels et l exercice de certains autres droits.

Projet de loi n o 70. Loi facilitant les actions civiles des victimes d actes criminels et l exercice de certains autres droits. DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 70 Loi facilitant les actions civiles des victimes d actes criminels et l exercice de certains autres droits Présentation Présenté par M.

Plus en détail

N 3819 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3819 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3819 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juin 2016. PROPOSITION DE LOI visant à contraventionnaliser la

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail

N 1611 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1611 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1611 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mai 2004. PROPOSITION DE LOI relative à la protection des informations

Plus en détail

LES CONCESSIONS DE TRAVAUX PUBLICS

LES CONCESSIONS DE TRAVAUX PUBLICS N 132 - MARCHES n 27 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 09 septembre 2009 ISSN 1769-4000 LES CONCESSIONS DE TRAVAUX PUBLICS L essentiel L article 51 de la loi du 28 juillet 2008 relative aux

Plus en détail

Table des matières. Aux origines de la journée du 25 novembre...3. Définition des violences faites aux femmes...4

Table des matières. Aux origines de la journée du 25 novembre...3. Définition des violences faites aux femmes...4 1 Table des matières Aux origines de la journée du 25 novembre...3 Définition des violences faites aux femmes...4 La politique de lutte contre les violences faites aux femmes au niveau national...5 La

Plus en détail