Le projet ou l élaboration cognitive du besoin.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le projet ou l élaboration cognitive du besoin."

Transcription

1 Éducation permanente, 86, 1986, Le projet ou l élaboration cognitive du besoin. DENTS PELLETIER. Denis PELLETIER est professeur titulaire au Département de counseling et d orientation de la Faculté des sciences de l éducation à l Université Lavai de Québec. Je ne comprends pas ce qui m arrive. Je passe mon temps à ouvrir des livres. J en parcours la table des matiè res. Parfois certains titres de chapitre retiennent mon attention. Je lis quelques lignes et puis je laisse tomber. Cela fait des semaines que je me comporte de cette manière. J ai, chez moi, des dizaines de bouquins abandon nés ici et là, et qui sollicitent un peu d ouverture, un peu de lumière. Je suis moi-même comme mes livres, trop fermé, trop seul, trop dépendant de quelqu un d autre pour m ouvrir. Serais-je à ce point désabusé. N aurais-je vraiment aucun intérêt à quoi que ce soit? Non, pourtant. Je me sens tout au contraire poussé par quelque chose ou plutôt vers quelque chose. Je me sens en démarche de recherche, une recherche sans objet. Je m en vais quelque part sans pouvoir débusquer la partie de moi qui semble savoir beaucoup mieux que moi où je dois aller. Et puis, la nuit dernière, j ai fait un rêve. J étais au milieu d une pièce dénudée. Il n y avait plus aucun livre. Les rayons de ma bibliothèque.., complètement désertés. Je me trouvais silencieux au milieu de ce vide, avec le senriment d être investi d une mission. Je dois réaliser quelque chose. Mais quoi? Et puis, soudainement, j ai com pris. Ce que je cherchais depuis des semaines, c était le livre que je n ai pas encore écrit. Tout me parait clair maintenant. Je ne puis me raccrocher uniquement à la pensée des autres. Je me dois, comme Descartes ou comme le penseur de Rodin, de m appuyer sur ma propre expérience. Dorénavant, je porte en moi un projet d é criture et je ne puis échapper à la responsabilité d y donner suite. Cette prise de conscience ravive en moi une excitation adolescente. Je me réconcilie avec une partie de moimême depuis longtemps abandonnée. Je me retrouve plus unifié, avec une volonté d avenir que je ne soupçon nais pas. Ma décision est facile à prendre. Elle s impose d elle-même. Je tiendrai un journal personnel. Et au fur et à mesure de ma propre révélation, je saurai un peu mieux qui je suis, ce que je crois réellement, ce que je sais être vrai pour moi. J en arriverai ainsi à saisir ce qui me meut essentiellement, ce qui organise, pour ainsi dire, intimement ma conception de la vie et de ce qui m entoure. Et si, avec tout cela, je peux un jour constituer une réflexion cohérente et lui donner la forme d un livre, tant mieux. Mais de toute manière, je suis gagnant. C est moi-même que j aurai rassemblé. Maintenant je connais mon projet, pour tout dire, ma passion: l écriture. Combien d années il me faudra? Qu aurai-je à dire exactement? Quel succès j aurai? Il me faudra procéder méthodiquement, d une façon pra tique et concrète. Je sais où aller. J ai l assurance d avoir un but qui donne encore plus de sens à ma vie. J ai du temps et de l espace devant moi. Le lecteur aura compris que le témoignage qui précède n est pas nécessairement véridique. Il se veut tout juste une illustration de ce qu est le projet personnel. Je dis personnel pour marquer le caractère subjectif d une pareille démarche. Il ne s agit pas d une décision que l on prend à distance sur la base stricte des informations objectives dont on dispose. Le projet, dont il est question dans cet article, résulte d une émergence affective. Il devient, dans ce contexte, la forme organisée de ce qui, dans son commencement, apparait à peine perceptible, informe, ambigu, implicite. Le sujet se voit donc dans l obligation de considérer des aspects, des impressions et des états diffus. De là, pourra surgir la conscience claire d un but à poursuivre ou d une intention à réaliser. L exposé que je veux faire comprend deux parties, d abord une analyse des principales caractéristiques de l ex périence, ensuite la présentation des diverses étapes au cours desquelles s élabore cognitivement le besoin jus qu à devenir un projet. L expérience personnelle L expérience personnelle n est pas ici l accumulation d un savoir. Quand nous disons d une personne qu elle a de l expérience, nous faisons appel à son passé. L expérience qui nous concerne est la saisie immédiate, par le sens, d une réalité donnée. Ainsi, quand nous demandons à quelqu un ce qu il ressent actuellement à propos d un objet donné, nous lui demandons de se rapporter à son expérience, à son vécu, à sa manière personnelle d éprouver le monde. Cette expérience idiosyncrasique comporte trois caractéristiques qui ont un lien avec la motivation intrinsèque du projet.

2 Première caractéristique : la subjectivité Nous avons tous appris à nous méfier de notre subjectivité, car elle ne constituerait pas un moyen valable de connaissance. Pour découvrir la réalité telle qu elle est en dehors de nous, il faut adopter une approche qui fait abstraction de ce que nous ressentons et de ce que nous désirons. Cette distanciation par rapport à l objet d in vestigation a produit des effets importants dans le domaine de la science et de la technologie. L analyse rigou reuse des phénomènes nous a libérés de la superstition et de l arbitraire. Elle a fourni à l homme des moyens de prévision et de contrôle sur son environnement, les preuves de son efficacité ne sont plus à faire. L attitude scien tifique a marqué à tout jamais notre approche de la connaissance. Cela signifie-t-il, pour autant, que la subjectivité soit à proscrire et qu elle n ait pas sa raison d être? Si la vie consistait à connaître, il faudrait répondre par l affirmative. Elle consiste à bien plus. Elle consiste à vouloir, à aimer, à désirer, à sentir. La vie ne demande pas à l être humain de se détacher de son environnement et de prendre une position de spectateur. Au contraire, elle le pousse à participer à ce monde et à transformer la réali té dans le sens de sa propre satisfaction. D où l importance, capitale pour lêtre humain, de se connaître et d ap profondir sa motivation. La subjectivité a pour raison d être et pour fonction propre d informer le sujet de sa rela tion au monde et des buts qu il tend à poursuivre. La connaissance objective ne peut que fournir de l information. Elle rend l action efficace, mais ne produit pas l intention initiatrice. C est précisément le rôle de la subjectivité que d orienter l être humain vers les objets qui conviennent à son développement. Deuxième caractéristique: la spontanéité Quand l être humain perçoit un objet, une personne, une situation, un événement, peu importe, il perçoit, non seulement les caractéristiques de cette réalité, mais il en ressent quelque chose. Ce qu il ressent l informe de sa relation à cette réalité. S il est attentif à ce qu il ressent, il sait que cette réalité lui fait peur, l indigne, le fascine, le rejoint et prend, dès lors qu il en est conscient, la décision de se rapprocher de cette réalité, de la transformer ou encore de l éviter ou de la fuir. Bien avant d apprendre à décrire les choses qui l entourent en les nommant, en les classant et en les signifiant par des concepts, bien avant, l enfant sait à propos de toute réalité, qu elle lui plaît ou ne lui plaît pas. Il sait, dans l instant présent, ce qui lui manque et ce qu il recherche. Cette connaissance subjective tient au fait que toute chose a déjà fait l objet d une expérimentation. Si la chose présente n a jamais été expérimentée, une chose similaire l a déjà été de toute façon, cela veut dire que la situation actuelle est influencée positivement ou néga tivement par ce qui a été vécu déjà à propos d elle ou d une autre semblable. De ce fait, toute réalité se révèle affective. Chaque aspect d une situation comporte un passé agréable ou désagréable. Le sujet humain veut rejoindre, dans le chassé-croisé des événements et circonstances, ce qui s associe au plaisir qu il a expérimen té, et il tend à esquiver tout stimulus porteur d une forme quelconque de désagrément. Le caractère spontané de l expérience vient du fait qu on ne peut décider de la valeur positive ou négative de ce qui arrive. On peut nier le sentiment qu on a, mais personne n a le pouvoir d agir sur son ressenti autrement qu en l inhibant. Autrement dit, on peut fermer sa fenêtre mais on ne peut changer le paysage. Troisième caractéristique: la direction L actualité subjective d une personne fait partie d une histoire, une histoire faite d expérimentation continue, de plaisir et de déplaisir. Chaque événement qui arrive tend à prendre un sens en fonction de l ensemble. Et chaque élément, comme le saumon remonte à sa source, renvoie le sujet à son contexte. S opère donc une sorte de géné ralisation affective qui donne un sens plus large à la situation actuelle. C est ainsi qu une simple frustration ren voie à des privations antérieures et qu un manque actuel fait imaginer tout un avenir de plénitude. Il se produit ce que Nuttin appelle l élaboration cognitive du besoin. C est grâce à ses fonctions mentales supérieures que l ê tre humain peut transformer ses besoins en intérêts, en valeurs, en buts, en projets et en accomplissements. Cela revient à dire que l expérience contient implicitement une direction générale à clarifier au fur et à mesure qu elle prend forme. Car, d où viennent les buts que nous formons, sinon de ce processus par lequel ce qui est immédiatement ressenti est symbolisé et rattaché à une perspective temporelle? La formation du projet Ce sont les études portant sur les choix professionnels qui nous fournissent les modèles sans doute les plus complets sur la manière pour ainsi dire «naturelle» avec laquelle on arrive à constituer un projet. Des recher ches effectuées depuis une trentaine d années ont mis en évidence le caractère évolutif du choix professionnel. Quand on observe des élèves du secondaire, on remarque que les plus jeunes expriment habituellement des choix fantaisistes qui ne tiennent pas compte des données objectives, ni de l information disponible, ni même de ce qu ils sont eux-mêmes. Les choix correspondent à des identifications, et traduisent l estime qu a l adolescent

3 pour certains adultes et pour certains personnages fictifs proposés comme modèle. On peut constater que leurs choix se justifient ensuite par l intérêt qu ils portent à certaines activités, et par l importance qu ils accordent (les valeurs) à certaines formes de satisfaction. Viennent beaucoup plus tard les références aux facteurs de réalité, aux contraintes extérieures et aux limites que posent les manques d aptitudes et de compétence. Des travaux menés en psychologie vocationnelle par Tiedeman et OHara ont permis de dégager un modèle séquentiel du projet. C est Donald E. Super [6] qui, toutefois, propose le paradigme le plus complet de ce qu est le processus d orientation. Chaque période importante de vie pré-professionnelle et professionnelle implique la réussite de quatre tâches développementales: l exploration, la cristallisation, la spécification et la réalisation. Autrement dit, les grands moments d orientation supposent une démarche à quatre temps et chacun de ces temps se produit dans une suite interdépendante, l un étant accompli, entraîne le suivant et ainsi de suite. La tâche d explorer Cette tâche consiste surtout à envisager les possibilités en elles-mêmes, sans l impérieuse nécessité de considé rer les contraintes et les facteurs de la réalité. Le premier temps d un tel processus ne requiert aucune exigen ce de réalisme. Il appelle au contraire à l ouverture la plus large possible. Il s agit d un temps d investigation qui ne présume d aucune solution. Cette exploration est un phénomène épistémique, selon l expression même de Berlyne, où domine la recherche de l information et où s exerce la production des hypothèses. Que ce soit dans le contexte d un problème à résoudre ou d une décision à prendre, la tâche d explorer exige, de la part du sujet, le recours à l imaginaire et à l exercice du jeu de rôle. C est en envisageant diverses situations hypothétiques, c est en procédant mentalement et non dans la réalité par essais et erreurs, c est en adoptant une attitude de tolérance face à l incertitude dans laquelle il se trouve, que l individu est en mesure de faire une mise à jour vala ble des possibilités qui composent sa situation. Le caractère multidirectionnel et divergent de l exploration nous permet de déduire la présence sous-jacente de la pensée créative dans le processus d orientation. Choisir, c est d abord inventorier les possibles. La tâche de cristalliser La tâche de cristalliser implique, pour sa part, que l individu se fasse une idée au moins générale de son éven tuelle orientation. Sans arriver à concevoir un projet arrêté, il lui faut tout de même choisir un domaine géné rai, une voie de solution qui laisse encore la place a beaucoup de possibilités, mais qui représente, toutefois, une réduction par rapport à l exploration initiale. De fait, il faut comprendre que les informations accumulées et que les multiples hypothèses engendrées par les processus exploratoires ne sont pas sans créer une certaine confu sion. On ne peut indéfiniment s exposer à de l information nouvelle. Il se produit donc un besoin de clarifier la situation et de mettre de l ordre dans les données, de sorte qu apparaissent les principaux enjeux autour des quels va se prendre la décision ou va se révéler le projet. Cette nécessité de mettre de l ordre se traduit par une recherche des ensembles et par des activités de catégorisation et de conceptualisation. Cela veut dire subjecti vement que la personne en instance de recherche désire, à un moment donné, faire le point sur les possibilités et sur les hypothèses qui ont été envisagées. De cette manière, elle dégage un portrait d ensemble de sa situa tion. C est, de fait, un rassemblement de toutes ses tentatives autour de quelques points majeurs qui devraient émerger de cet effort d organisation et conduire à une conclusion qui pourrait être la suivante: le projet semble se fonder sur tel genre de besoins plutôt que sur tel autre, l objectif à poursuivre sera de cet ordre ou bien de cet autre, la solution s oriente dans cette voie générale ou dans cette autre. La tâche de spécifier La tâche de spécifier devient l aboutissement logique des phases précédentes. Le sujet doit maintenant prendre une direction qui tienne compte, à la fois de ce qu il veut et de ce qu il peut. Il s agit, pour lui, de faire une syn thèse de ce qui est désirable et de ce qui est probable. Un projet sera donc élaboré sur la base de tous ces fac teurs à considérer. La décision implique, en premier lieu, que les buts poursuivis soient clairement définis. Cela correspond à la nécessité, pour l individu, d identifier les valeurs qu il poursuit implicitement. La spécification l oblige à être bien informé sur ce qu il recherche. Il se peut que les objectifs souhaités soient en trop grand nom bre. Il faudra, dès lors, déterminer ce qui est essentiel et prioritaire en désignant quels seront les critères qui serviront de guide dans l évaluation des possibilités. L individu compare les possibilités entre elles du point de vue de leur désirabilité. Il les compare ensuite du point de vue de leur probabilité d occurrence de réalisation. Jusqu à quel point chacune des possibilités retenues est-elle compatible avec les aptitudes personnelles, avec la situation économique, avec les contraintes matérielles, avec les exigences de l environnement? La tâche de spé cifier fait appel au réalisme du sujet, à la qualité de l information dont il dispose, au jugement qu il est capable de porter et à la capacité qu il a d intégrer toutes ces formes d évaluations et de comparaisons en une réponse simple, en une solution élégante qui aura su tenir compte de la complexité de la situation. La tâche de réaliser Cette tâche consiste à faire passer finalement les intentions au plan de la réalité et de l action. Cela veut dire des démarches à faire, des procédures à suivre. La réalisation implique un engagement dans l action et cela requiert

4 parfois que les derniers doutes sur son projet soient examinés et effacés. Tout en éprouvant de la certitude pour son choix final, la personne qui décide doit élaborer des stratégies pour protéger sa décision. Elle doit même concevoir des formules de rechange. L étape de la réalisation fait appel au pouvoir d anticipation de l individu: elle fait appel aussi à son sens pratique et à son souci du détail. Il vaut mieux avoir une idée moyenne qu on réalise qu une idée géniale qu on laisse dans le tiroir. C est le moment décisif où la potentialité doit trouver son actualisation. On voit finalement que la formation du projet part d une indétermination la plus grande possible pour aboutir à une détermination la plus précise et la mieux élaborée possible. On voit aussi que ce processus fait le passa ge entre le désir et la réalité, entre l imaginaire indéfini et l objet construit, unique, fini et existant. L interprétation opératoire du projet Nous avons considéré, jusqu à maintenant, le caractère séquentiel du projet. Nous savons qu il fait appel à l ex périence du sujet et qu il se déroule selon quatre temps bien défmis: l exploration, la cristallisation, la spécifi cation et la réalisation. Le projet évolue, en réalité, comme une résolution de problèmes et s assimile également à une démarche inductive de recherche, d abord les observations, les possibilités, ensuite une mise en ordre, une évaluation des options les plus importantes, la décision, puis la mise en oeuvre des opérations qui font pas ser à l acte. Jusqu ici, rien de tellement original, sauf que les travaux de Pelletier et de ses collaborateurs ont pu identifier des aspects proprement opératoires de cette séquence. Il se trouve, en effet, que l étape de l exploration puise son dynamisme dans la pensée créative du sujet, dans son ouverture à considérer de multiples hypothè ses, et que chacune des autres étapes s inspire également de processus cognitifs tout à fait particuliers. Étapes du projet et opérations mentales sous-jacentes. (d après Pelletier et collaborateurs). Exploration Cristallisation Spécification Réalisation Pensée Pensée Pensée Pensée Créative Conceptuelle Èvaluative Implicative Découvrir Organiser Choisir Agir Information Information Information Information nouvelle explicative décisive utile Curiosité Besoin d ordre Sens critique Souci defficacité Cette interprétation opératoire nous fait saisir la finalité propre à chacune de ces étapes. La pensée créative découvre les possibles. La pensée conceptuelle organise les données en des ensembles généraux et abstraits sur la base des ressemblances et des propriétés communes. La pensée évaluative départage, pour sa part, les pos sibilités à considérer. Elle analyse, évalue, compare, hiérarchise, sélectionne et pose des jugements. Elle met en valeur les moindres différences pour provoquer des choix. La pensée implicative, quant à elle, identifie les consé quences pratiques, nomme les opérations à faire, prévient les obstacles et protège la décision. Chaque étape qui fait partie de la formation du projet se trouve soumise, en réalité, à une logique interne qui lui fait traiter l in formation d une manière spécifique. On a trop tendance à croire que l information est toujours considérée à peu près de la même manière. Pourtant, la vie quotidienne fournit de nombreux exemples où l on peut remarquer l effet variable de l information. Il y a des moments où l information s ajoute simplement à notre répertoire de connaissances. Elle est reçue comme une donnée nouvelle qu il s agit d enregistrer et de rendre disponible au moment opportun. Ainsi le per sonnage de notre récit. Il passe son temps à ouvrir et à fermer des livres. Il est en quête d information nouvelle su ce qui l intéresse. Il découvre toutefois assez peu d information qui vient s ajouter à ce qu il sait déjà. Il reste pourtant disponible à l expérience, curieux, tolérant lambiguïté, maintenant l état de recherche. Il y a des moments où l information prend un caractère non pas additif, mais explicatif. Un certain nombre de faits et d observations qu on arrivait mal à interpréter s éclairent par une remarque, une lecture, un événement. L information arrive, pour ainsi dire, à point nommé pour organiser une situation, pour lui conférer la bonne forme. Ainsi, tous ces livres dispersés trouvent leur explication dans le rêve du sujet. Son refus de lire devient l information qui donne du sens à des gestes incompréhensibles jusque-là. L information prend un caractère organisateur chez qui se trouve dans la confusion. Il y a d autres moments où l information fait plaisir parce qu elle vient appuyer une conviction, une préférence, une valeur. Cet effet se traduit spontanément par l approbation et par une expression du génie, «Cela me réconforte beaucoup». «C est exactement ce que je voulais entendre». «C est toujours ce quej ai pensé «. «Le contrai re m aurait surpris «. C est l effet que provoque, dans le récit, la reconnaissance du besoin d écrire. Le sujet retro uve une excitation toute adolescente, la prise de conscience vient confirmer la présence sous-jacente d un choix

5 à qui attendait sa sortie. Nous dirons de cette information qu elle a un caractère décisif. Elle répond à un besoin de prendre parti et de rompre avec les équivalences. Disons, en quatrième lieu, que l information prend parfois un caractère utilitaire. Elle est considérée utile dans le contexte d un projet qu on réalise et d une action qu on exerce sur le milieu. Ce qui frappe alors, c est le poten tiel d efficacité que comporte une information donnée. C est pourquoi, à partir du moment où le sujet du récit veut se consacrer à l écriture, il ne manquera pas de considérer des informations sur le métier d écrivain, sur la tenue d un salon du livre, la fréquentation de certains milieux par les gens de lettres. C est d ailleurs dans ce contexte de la réalisation que s acquièrent la formation professionnelle et la plupart des apprentissages pratiques. L interprétation opératoire du projet nous fait voir comment l information est reçue et traitée différemment selon l état d avancement où se trouve le sujet par rapport à une question donnée. Chaque étape fait appel - fait remar quable - un mode actif de la pensée. Que ce soit par la production d hypothèses, par la formation de concepts, par l évaluation des possibilités ou par la planification des opérations à faire, le sujet s affirme constamment comme un sujet actif et responsable de tout le cheminement qu il parcourt. Il peut, certes, consulter et obtenir même l avis d experts, mais il n en demeure pas moins celui qui traite cognitivement la situation et qui construit le projet. L interprétation opératoire définit en réalité les dimensions cognitives par lesquelles un sujet exerce concrètement son autonomie. L interprétation opératoire du projet fait en sorte que l autonomie n est pas une vertu ni l objet d une éthique, mais bel et bien un ensemble de conduites cognitives toutes liées au traitement de l information et aux paradigmes heuristiques de la résolution de problèmes et de la prise de décision. Cette inter prétation opératoire s applique aussi bien à la formation à court terme qu à la formation à long terme du projet. Elle s avère d une grande utilité à quiconque veut faciliter la prise en charge de l individu par rapport à son pro pre devenir. Elle s applique aussi bien à la consultation individuelle qu à l animation d un groupe de travail. Elle se révèle utile quelle que soit le contenu du projet: le choix d une profession, la détermination d un sujet de thèse, la clarification des besoins de formation,.. peu importe. L interprétation opératoire demande que le sujet soit activé à chacune des étapes du projet selon le mode cognitif qui convient. Cela permet une intervention dif férenciée et surtout efficace, assurant les passages qui mèneront le sujet jusqu au bout du processus. Quelques conclusions en forme d ouvertures La notion de projet semble relever principalement d une psychologie du moi, d une psychologie humaniste qui affirme le caractère intentionnel de l être humain. En effet, il n est pas seulement une réponse à un stimulus qui le provoque, mais aussi un être qui agit sur son environnement. De ce point de vue, nous pouvons affirmer que l exercice du projet modifie les rapports de l individu avec son milieu. La notion de projet ne peut être défini dans le contexte d un être seulement connaissant mais dans celui d un être choisissant. Cela veut dire que l infor mation à traiter n est pas seulement objective. Tout autant que les données de la situation extérieure au sujet, doivent compter celles de sa situation intérieure, de ses affects, somme toute, de son expérience. Le projet se trouve donc à la conjonction de l objectif et du subjectif, dans la synthèse de la cognition et de la motivation. La notion de projet contient dans ses dimensions opératoires des habiletés fondamentales qui pourraient faire l objet d un programme éducatif. C est pourquoi les savoir-faire psychologiques sont de plus en plus mentionnés par les auteurs - chercheurs comme des objectifs d apprentissages éminemment valables. Il existe d ailleurs, au Québec, un programme d éducation au choix de carrière s étendant sur les cinq années du secondaire. De plus, bon nombre de conseillers d orientation, en France, font de l éducation au choix leur principale activité profes sionnelle. Il y a donc, un peu partout en Europe et en Amérique du Nord, des programmes éducatifs visant l ac quisition d une compétence personnelle de la part d un sujet qui n est ni soumis à l autorité, ni dépendant de l expert, qui n est pas non plus impulsif et seulement préoccupé par ses besoins, mais qui se veut l intégration de son désir et de la réalité, et qui introduit, dans sa motivation, une part de cognition qui la généralise, lui assu re une durée, une stabilité, pour tout dire, une perspective temporelle. Le projet rend le sujet prévisible à lui-même et fait de lui-même un projet à réaliser. Bibliographie D.P. 1, ROGERS (C.), Le développement de la personne, Paris, Dunod., 1967, pp. 141 et suivantes. 2. LOBROT (M.), Les effets de l éducation, Editions ESF, Paris, pp NUTfIN (J.), Théorie de la motivation humaine, PUF, 1980, chapitre V. 4. GINZBERG )E) et al., Occupationol choice: an approach to a general theory, Columbia University Press, N.Y., TIEDEMAN (DV.) et OHARA (R.P.), Career development: choice and adjustment, Collège Entrance Exaniination Board, Princeton, SUPER (DE.) et al., Career development: self-concept theory, CoL lege Entrance Examination Board, Princeton, BERLYNE (DE.), Conj7ici, arousai and curiosity, Mc Graw New York, PELLETIER (D.), NOISEUX (G,) et BUJOLD (C.), Développement vocationnel et croissance personnelle, Mc Graw-HiU, Montréal, PELLETIER (D.), BUJOLD (R.), et al., Pour une approche éducative, en orientation, Gaétan Morin Editeur, Chicoutimi, Québec, OLR0N (P.) et al., Savoirs et savoir-faire psychologique chez l enfant, Pierre Mardaga Editeur, Bruxelles, PELLETIER (D.), NOISEUX (G.) et POMERLEAU (E.), Collection éducation au chois de carrière, Editions Septembre, Sainte-Foy, Canada,

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom :

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom : 3. Projet de lecture Médias : Fait ou fiction? Français 30-2 Cahier de l élève Nom : Fait ou fiction? DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire un texte qui traite de la validité de l information en ligne pour

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 LA PENSÉE À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 Il n y a rien de plus pratique qu une pensée saine. Peu importe les circonstances ou les buts, peu importe où vous vous trouvez ou les problèmes

Plus en détail

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Recherche-accompagnement de projet d innovation pédagogique et organisationnelle au sein du 2 ème degré professionnel de l enseignement secondaire

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

") # /!"! ) )# ") / 1) )) -()#! "-) " ") 2) "! #" ). ") () ) )!. #) ()" #!0 ) () ))!)() -! () "!!""#!! 6) $ )7 )! " # )!"!! ) ) " #9# () () ") ") )

) # /!! ) )# ) / 1) )) -()#! -)  ) 2) ! # ). ) () ) )!. #) () #!0 ) () ))!)() -! () !!#!! 6) $ )7 )!  # )!!! ) )  #9# () () ) ) ) !"#! "# $$% #"%&&' & ()*()*!+,"!*!)!+!""")!,()!""#!)!-!#)."!/0, ) ") # /!"! ) )# ") / 1) )) -()#! "-) " ") 2) #!!!""))3)#"#!)"!!3 "- "! #" ). ") () ) )!. ()4)"!#5#")!)! #) ()" #!0 ) () ))!)() -! () "!!""#!!

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS Pierre KEABLE Centre jeunesse de Montréal - Institut Universitaire pierre.keable@cjm-iu.qc.ca INTRODUCTION C est avec grand plaisir que

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet

Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Les visiteurs du soir Rencontre avec Hervé Tullet Le Jeudi 20 mars 2008, La Joie par les livres recevait Hervé Tullet interviewé par Véronique Soulé. Votre premier livre «Comment Papa a rencontré Maman»,

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES. www.juliehabart.com - Julie Habart - 514-531-7487

OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES. www.juliehabart.com - Julie Habart - 514-531-7487 OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES En entreprise Optimiser la pensée, démultiplier les talents Activités axées entreprises En équipe et en individuel Chaque individu a en lui une immense

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage.

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Le concept choisi ici comme exemple est une figure arbitrairement définie, appelée «WEZ», reprise d une expérience de Smoke cité dans un

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Amélioration continue de sa compétence professionnelle

Amélioration continue de sa compétence professionnelle Amélioration continue de sa compétence professionnelle En quatre étapes Développer son portfolio professionnel de formation continue pour assurer à la population des soins et services sécuritaires et de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret

Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret Qui suis-je? ATTENTION! Référence :Profession entrepreneur : Gasse et d Amours. Avoir un potentiel d entrepreneur c est une chose,

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

A-Typic Parcours. Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel. Intégral Manager Accompagnement au changement

A-Typic Parcours. Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel. Intégral Manager Accompagnement au changement A-Typic Parcours Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel Intégral Manager Accompagnement au changement A-Typic Parcours est un cabinet de Repositionnement professionnel

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Conférence de Jean-Marie Gogue Le terme assurance de la qualité est apparu aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale. Il

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Jacques RENARD THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Préface de Louis GALLOIS Président de la SNCF Prix IFACI 1995 du meilleur ouvrage sur l audit interne Cinquième édition, 1994, 1997, 2000, 2002, 2004

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Utiliser les calculatrices en classe

Utiliser les calculatrices en classe Les nouveaux programmes de l école primaire Mathématiques Document d accompagnement Utiliser les calculatrices en classe Cycles des apprentissages fondamentaux Cycles des approfondissements Direction de

Plus en détail

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 24 mai 2007 MAJ du 11 septembre 2007 Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 La loi du 4 mars 2002 avait prévu les dispositions suivantes,

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc.

Allocution de. Serge Leclerc. Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Allocution de Serge Leclerc Président de SIPAR Société d Investissements en Participations Inc. Deuxième conférence annuelle de L Association de Planification Fiscale et Financière (APFF) Sur le thème

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Daniel Thurre Joëlle Vaval Muséum d histoire naturelle de la Ville de Genève 1 route de Malagnou CP 6434 CH 1211 Genève

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet. Complexité d un problème (2)

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet. Complexité d un problème (2) Objectifs du cours d aujourd hui Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet Complexité des problèmes Introduire la notion de complexité d un problème Présenter

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Présentation conceptualisée par Lise Paiement du projet Pédagogie culturelle et animée par Marc Lauzon Juin 2008

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

PNL ET MAGIE D autres secrets

PNL ET MAGIE D autres secrets PNL ET MAGIE D autres secrets Benoit CAMPANA Collection Mathieu Bich Présente Droits réservés pour tous pays Certificat de dépôt N D255-461 2009 Benoit Campana 2010 Createx NOTE DE L EDITEUR J ai découvert

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail