Le projet ou l élaboration cognitive du besoin.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le projet ou l élaboration cognitive du besoin."

Transcription

1 Éducation permanente, 86, 1986, Le projet ou l élaboration cognitive du besoin. DENTS PELLETIER. Denis PELLETIER est professeur titulaire au Département de counseling et d orientation de la Faculté des sciences de l éducation à l Université Lavai de Québec. Je ne comprends pas ce qui m arrive. Je passe mon temps à ouvrir des livres. J en parcours la table des matiè res. Parfois certains titres de chapitre retiennent mon attention. Je lis quelques lignes et puis je laisse tomber. Cela fait des semaines que je me comporte de cette manière. J ai, chez moi, des dizaines de bouquins abandon nés ici et là, et qui sollicitent un peu d ouverture, un peu de lumière. Je suis moi-même comme mes livres, trop fermé, trop seul, trop dépendant de quelqu un d autre pour m ouvrir. Serais-je à ce point désabusé. N aurais-je vraiment aucun intérêt à quoi que ce soit? Non, pourtant. Je me sens tout au contraire poussé par quelque chose ou plutôt vers quelque chose. Je me sens en démarche de recherche, une recherche sans objet. Je m en vais quelque part sans pouvoir débusquer la partie de moi qui semble savoir beaucoup mieux que moi où je dois aller. Et puis, la nuit dernière, j ai fait un rêve. J étais au milieu d une pièce dénudée. Il n y avait plus aucun livre. Les rayons de ma bibliothèque.., complètement désertés. Je me trouvais silencieux au milieu de ce vide, avec le senriment d être investi d une mission. Je dois réaliser quelque chose. Mais quoi? Et puis, soudainement, j ai com pris. Ce que je cherchais depuis des semaines, c était le livre que je n ai pas encore écrit. Tout me parait clair maintenant. Je ne puis me raccrocher uniquement à la pensée des autres. Je me dois, comme Descartes ou comme le penseur de Rodin, de m appuyer sur ma propre expérience. Dorénavant, je porte en moi un projet d é criture et je ne puis échapper à la responsabilité d y donner suite. Cette prise de conscience ravive en moi une excitation adolescente. Je me réconcilie avec une partie de moimême depuis longtemps abandonnée. Je me retrouve plus unifié, avec une volonté d avenir que je ne soupçon nais pas. Ma décision est facile à prendre. Elle s impose d elle-même. Je tiendrai un journal personnel. Et au fur et à mesure de ma propre révélation, je saurai un peu mieux qui je suis, ce que je crois réellement, ce que je sais être vrai pour moi. J en arriverai ainsi à saisir ce qui me meut essentiellement, ce qui organise, pour ainsi dire, intimement ma conception de la vie et de ce qui m entoure. Et si, avec tout cela, je peux un jour constituer une réflexion cohérente et lui donner la forme d un livre, tant mieux. Mais de toute manière, je suis gagnant. C est moi-même que j aurai rassemblé. Maintenant je connais mon projet, pour tout dire, ma passion: l écriture. Combien d années il me faudra? Qu aurai-je à dire exactement? Quel succès j aurai? Il me faudra procéder méthodiquement, d une façon pra tique et concrète. Je sais où aller. J ai l assurance d avoir un but qui donne encore plus de sens à ma vie. J ai du temps et de l espace devant moi. Le lecteur aura compris que le témoignage qui précède n est pas nécessairement véridique. Il se veut tout juste une illustration de ce qu est le projet personnel. Je dis personnel pour marquer le caractère subjectif d une pareille démarche. Il ne s agit pas d une décision que l on prend à distance sur la base stricte des informations objectives dont on dispose. Le projet, dont il est question dans cet article, résulte d une émergence affective. Il devient, dans ce contexte, la forme organisée de ce qui, dans son commencement, apparait à peine perceptible, informe, ambigu, implicite. Le sujet se voit donc dans l obligation de considérer des aspects, des impressions et des états diffus. De là, pourra surgir la conscience claire d un but à poursuivre ou d une intention à réaliser. L exposé que je veux faire comprend deux parties, d abord une analyse des principales caractéristiques de l ex périence, ensuite la présentation des diverses étapes au cours desquelles s élabore cognitivement le besoin jus qu à devenir un projet. L expérience personnelle L expérience personnelle n est pas ici l accumulation d un savoir. Quand nous disons d une personne qu elle a de l expérience, nous faisons appel à son passé. L expérience qui nous concerne est la saisie immédiate, par le sens, d une réalité donnée. Ainsi, quand nous demandons à quelqu un ce qu il ressent actuellement à propos d un objet donné, nous lui demandons de se rapporter à son expérience, à son vécu, à sa manière personnelle d éprouver le monde. Cette expérience idiosyncrasique comporte trois caractéristiques qui ont un lien avec la motivation intrinsèque du projet.

2 Première caractéristique : la subjectivité Nous avons tous appris à nous méfier de notre subjectivité, car elle ne constituerait pas un moyen valable de connaissance. Pour découvrir la réalité telle qu elle est en dehors de nous, il faut adopter une approche qui fait abstraction de ce que nous ressentons et de ce que nous désirons. Cette distanciation par rapport à l objet d in vestigation a produit des effets importants dans le domaine de la science et de la technologie. L analyse rigou reuse des phénomènes nous a libérés de la superstition et de l arbitraire. Elle a fourni à l homme des moyens de prévision et de contrôle sur son environnement, les preuves de son efficacité ne sont plus à faire. L attitude scien tifique a marqué à tout jamais notre approche de la connaissance. Cela signifie-t-il, pour autant, que la subjectivité soit à proscrire et qu elle n ait pas sa raison d être? Si la vie consistait à connaître, il faudrait répondre par l affirmative. Elle consiste à bien plus. Elle consiste à vouloir, à aimer, à désirer, à sentir. La vie ne demande pas à l être humain de se détacher de son environnement et de prendre une position de spectateur. Au contraire, elle le pousse à participer à ce monde et à transformer la réali té dans le sens de sa propre satisfaction. D où l importance, capitale pour lêtre humain, de se connaître et d ap profondir sa motivation. La subjectivité a pour raison d être et pour fonction propre d informer le sujet de sa rela tion au monde et des buts qu il tend à poursuivre. La connaissance objective ne peut que fournir de l information. Elle rend l action efficace, mais ne produit pas l intention initiatrice. C est précisément le rôle de la subjectivité que d orienter l être humain vers les objets qui conviennent à son développement. Deuxième caractéristique: la spontanéité Quand l être humain perçoit un objet, une personne, une situation, un événement, peu importe, il perçoit, non seulement les caractéristiques de cette réalité, mais il en ressent quelque chose. Ce qu il ressent l informe de sa relation à cette réalité. S il est attentif à ce qu il ressent, il sait que cette réalité lui fait peur, l indigne, le fascine, le rejoint et prend, dès lors qu il en est conscient, la décision de se rapprocher de cette réalité, de la transformer ou encore de l éviter ou de la fuir. Bien avant d apprendre à décrire les choses qui l entourent en les nommant, en les classant et en les signifiant par des concepts, bien avant, l enfant sait à propos de toute réalité, qu elle lui plaît ou ne lui plaît pas. Il sait, dans l instant présent, ce qui lui manque et ce qu il recherche. Cette connaissance subjective tient au fait que toute chose a déjà fait l objet d une expérimentation. Si la chose présente n a jamais été expérimentée, une chose similaire l a déjà été de toute façon, cela veut dire que la situation actuelle est influencée positivement ou néga tivement par ce qui a été vécu déjà à propos d elle ou d une autre semblable. De ce fait, toute réalité se révèle affective. Chaque aspect d une situation comporte un passé agréable ou désagréable. Le sujet humain veut rejoindre, dans le chassé-croisé des événements et circonstances, ce qui s associe au plaisir qu il a expérimen té, et il tend à esquiver tout stimulus porteur d une forme quelconque de désagrément. Le caractère spontané de l expérience vient du fait qu on ne peut décider de la valeur positive ou négative de ce qui arrive. On peut nier le sentiment qu on a, mais personne n a le pouvoir d agir sur son ressenti autrement qu en l inhibant. Autrement dit, on peut fermer sa fenêtre mais on ne peut changer le paysage. Troisième caractéristique: la direction L actualité subjective d une personne fait partie d une histoire, une histoire faite d expérimentation continue, de plaisir et de déplaisir. Chaque événement qui arrive tend à prendre un sens en fonction de l ensemble. Et chaque élément, comme le saumon remonte à sa source, renvoie le sujet à son contexte. S opère donc une sorte de géné ralisation affective qui donne un sens plus large à la situation actuelle. C est ainsi qu une simple frustration ren voie à des privations antérieures et qu un manque actuel fait imaginer tout un avenir de plénitude. Il se produit ce que Nuttin appelle l élaboration cognitive du besoin. C est grâce à ses fonctions mentales supérieures que l ê tre humain peut transformer ses besoins en intérêts, en valeurs, en buts, en projets et en accomplissements. Cela revient à dire que l expérience contient implicitement une direction générale à clarifier au fur et à mesure qu elle prend forme. Car, d où viennent les buts que nous formons, sinon de ce processus par lequel ce qui est immédiatement ressenti est symbolisé et rattaché à une perspective temporelle? La formation du projet Ce sont les études portant sur les choix professionnels qui nous fournissent les modèles sans doute les plus complets sur la manière pour ainsi dire «naturelle» avec laquelle on arrive à constituer un projet. Des recher ches effectuées depuis une trentaine d années ont mis en évidence le caractère évolutif du choix professionnel. Quand on observe des élèves du secondaire, on remarque que les plus jeunes expriment habituellement des choix fantaisistes qui ne tiennent pas compte des données objectives, ni de l information disponible, ni même de ce qu ils sont eux-mêmes. Les choix correspondent à des identifications, et traduisent l estime qu a l adolescent

3 pour certains adultes et pour certains personnages fictifs proposés comme modèle. On peut constater que leurs choix se justifient ensuite par l intérêt qu ils portent à certaines activités, et par l importance qu ils accordent (les valeurs) à certaines formes de satisfaction. Viennent beaucoup plus tard les références aux facteurs de réalité, aux contraintes extérieures et aux limites que posent les manques d aptitudes et de compétence. Des travaux menés en psychologie vocationnelle par Tiedeman et OHara ont permis de dégager un modèle séquentiel du projet. C est Donald E. Super [6] qui, toutefois, propose le paradigme le plus complet de ce qu est le processus d orientation. Chaque période importante de vie pré-professionnelle et professionnelle implique la réussite de quatre tâches développementales: l exploration, la cristallisation, la spécification et la réalisation. Autrement dit, les grands moments d orientation supposent une démarche à quatre temps et chacun de ces temps se produit dans une suite interdépendante, l un étant accompli, entraîne le suivant et ainsi de suite. La tâche d explorer Cette tâche consiste surtout à envisager les possibilités en elles-mêmes, sans l impérieuse nécessité de considé rer les contraintes et les facteurs de la réalité. Le premier temps d un tel processus ne requiert aucune exigen ce de réalisme. Il appelle au contraire à l ouverture la plus large possible. Il s agit d un temps d investigation qui ne présume d aucune solution. Cette exploration est un phénomène épistémique, selon l expression même de Berlyne, où domine la recherche de l information et où s exerce la production des hypothèses. Que ce soit dans le contexte d un problème à résoudre ou d une décision à prendre, la tâche d explorer exige, de la part du sujet, le recours à l imaginaire et à l exercice du jeu de rôle. C est en envisageant diverses situations hypothétiques, c est en procédant mentalement et non dans la réalité par essais et erreurs, c est en adoptant une attitude de tolérance face à l incertitude dans laquelle il se trouve, que l individu est en mesure de faire une mise à jour vala ble des possibilités qui composent sa situation. Le caractère multidirectionnel et divergent de l exploration nous permet de déduire la présence sous-jacente de la pensée créative dans le processus d orientation. Choisir, c est d abord inventorier les possibles. La tâche de cristalliser La tâche de cristalliser implique, pour sa part, que l individu se fasse une idée au moins générale de son éven tuelle orientation. Sans arriver à concevoir un projet arrêté, il lui faut tout de même choisir un domaine géné rai, une voie de solution qui laisse encore la place a beaucoup de possibilités, mais qui représente, toutefois, une réduction par rapport à l exploration initiale. De fait, il faut comprendre que les informations accumulées et que les multiples hypothèses engendrées par les processus exploratoires ne sont pas sans créer une certaine confu sion. On ne peut indéfiniment s exposer à de l information nouvelle. Il se produit donc un besoin de clarifier la situation et de mettre de l ordre dans les données, de sorte qu apparaissent les principaux enjeux autour des quels va se prendre la décision ou va se révéler le projet. Cette nécessité de mettre de l ordre se traduit par une recherche des ensembles et par des activités de catégorisation et de conceptualisation. Cela veut dire subjecti vement que la personne en instance de recherche désire, à un moment donné, faire le point sur les possibilités et sur les hypothèses qui ont été envisagées. De cette manière, elle dégage un portrait d ensemble de sa situa tion. C est, de fait, un rassemblement de toutes ses tentatives autour de quelques points majeurs qui devraient émerger de cet effort d organisation et conduire à une conclusion qui pourrait être la suivante: le projet semble se fonder sur tel genre de besoins plutôt que sur tel autre, l objectif à poursuivre sera de cet ordre ou bien de cet autre, la solution s oriente dans cette voie générale ou dans cette autre. La tâche de spécifier La tâche de spécifier devient l aboutissement logique des phases précédentes. Le sujet doit maintenant prendre une direction qui tienne compte, à la fois de ce qu il veut et de ce qu il peut. Il s agit, pour lui, de faire une syn thèse de ce qui est désirable et de ce qui est probable. Un projet sera donc élaboré sur la base de tous ces fac teurs à considérer. La décision implique, en premier lieu, que les buts poursuivis soient clairement définis. Cela correspond à la nécessité, pour l individu, d identifier les valeurs qu il poursuit implicitement. La spécification l oblige à être bien informé sur ce qu il recherche. Il se peut que les objectifs souhaités soient en trop grand nom bre. Il faudra, dès lors, déterminer ce qui est essentiel et prioritaire en désignant quels seront les critères qui serviront de guide dans l évaluation des possibilités. L individu compare les possibilités entre elles du point de vue de leur désirabilité. Il les compare ensuite du point de vue de leur probabilité d occurrence de réalisation. Jusqu à quel point chacune des possibilités retenues est-elle compatible avec les aptitudes personnelles, avec la situation économique, avec les contraintes matérielles, avec les exigences de l environnement? La tâche de spé cifier fait appel au réalisme du sujet, à la qualité de l information dont il dispose, au jugement qu il est capable de porter et à la capacité qu il a d intégrer toutes ces formes d évaluations et de comparaisons en une réponse simple, en une solution élégante qui aura su tenir compte de la complexité de la situation. La tâche de réaliser Cette tâche consiste à faire passer finalement les intentions au plan de la réalité et de l action. Cela veut dire des démarches à faire, des procédures à suivre. La réalisation implique un engagement dans l action et cela requiert

4 parfois que les derniers doutes sur son projet soient examinés et effacés. Tout en éprouvant de la certitude pour son choix final, la personne qui décide doit élaborer des stratégies pour protéger sa décision. Elle doit même concevoir des formules de rechange. L étape de la réalisation fait appel au pouvoir d anticipation de l individu: elle fait appel aussi à son sens pratique et à son souci du détail. Il vaut mieux avoir une idée moyenne qu on réalise qu une idée géniale qu on laisse dans le tiroir. C est le moment décisif où la potentialité doit trouver son actualisation. On voit finalement que la formation du projet part d une indétermination la plus grande possible pour aboutir à une détermination la plus précise et la mieux élaborée possible. On voit aussi que ce processus fait le passa ge entre le désir et la réalité, entre l imaginaire indéfini et l objet construit, unique, fini et existant. L interprétation opératoire du projet Nous avons considéré, jusqu à maintenant, le caractère séquentiel du projet. Nous savons qu il fait appel à l ex périence du sujet et qu il se déroule selon quatre temps bien défmis: l exploration, la cristallisation, la spécifi cation et la réalisation. Le projet évolue, en réalité, comme une résolution de problèmes et s assimile également à une démarche inductive de recherche, d abord les observations, les possibilités, ensuite une mise en ordre, une évaluation des options les plus importantes, la décision, puis la mise en oeuvre des opérations qui font pas ser à l acte. Jusqu ici, rien de tellement original, sauf que les travaux de Pelletier et de ses collaborateurs ont pu identifier des aspects proprement opératoires de cette séquence. Il se trouve, en effet, que l étape de l exploration puise son dynamisme dans la pensée créative du sujet, dans son ouverture à considérer de multiples hypothè ses, et que chacune des autres étapes s inspire également de processus cognitifs tout à fait particuliers. Étapes du projet et opérations mentales sous-jacentes. (d après Pelletier et collaborateurs). Exploration Cristallisation Spécification Réalisation Pensée Pensée Pensée Pensée Créative Conceptuelle Èvaluative Implicative Découvrir Organiser Choisir Agir Information Information Information Information nouvelle explicative décisive utile Curiosité Besoin d ordre Sens critique Souci defficacité Cette interprétation opératoire nous fait saisir la finalité propre à chacune de ces étapes. La pensée créative découvre les possibles. La pensée conceptuelle organise les données en des ensembles généraux et abstraits sur la base des ressemblances et des propriétés communes. La pensée évaluative départage, pour sa part, les pos sibilités à considérer. Elle analyse, évalue, compare, hiérarchise, sélectionne et pose des jugements. Elle met en valeur les moindres différences pour provoquer des choix. La pensée implicative, quant à elle, identifie les consé quences pratiques, nomme les opérations à faire, prévient les obstacles et protège la décision. Chaque étape qui fait partie de la formation du projet se trouve soumise, en réalité, à une logique interne qui lui fait traiter l in formation d une manière spécifique. On a trop tendance à croire que l information est toujours considérée à peu près de la même manière. Pourtant, la vie quotidienne fournit de nombreux exemples où l on peut remarquer l effet variable de l information. Il y a des moments où l information s ajoute simplement à notre répertoire de connaissances. Elle est reçue comme une donnée nouvelle qu il s agit d enregistrer et de rendre disponible au moment opportun. Ainsi le per sonnage de notre récit. Il passe son temps à ouvrir et à fermer des livres. Il est en quête d information nouvelle su ce qui l intéresse. Il découvre toutefois assez peu d information qui vient s ajouter à ce qu il sait déjà. Il reste pourtant disponible à l expérience, curieux, tolérant lambiguïté, maintenant l état de recherche. Il y a des moments où l information prend un caractère non pas additif, mais explicatif. Un certain nombre de faits et d observations qu on arrivait mal à interpréter s éclairent par une remarque, une lecture, un événement. L information arrive, pour ainsi dire, à point nommé pour organiser une situation, pour lui conférer la bonne forme. Ainsi, tous ces livres dispersés trouvent leur explication dans le rêve du sujet. Son refus de lire devient l information qui donne du sens à des gestes incompréhensibles jusque-là. L information prend un caractère organisateur chez qui se trouve dans la confusion. Il y a d autres moments où l information fait plaisir parce qu elle vient appuyer une conviction, une préférence, une valeur. Cet effet se traduit spontanément par l approbation et par une expression du génie, «Cela me réconforte beaucoup». «C est exactement ce que je voulais entendre». «C est toujours ce quej ai pensé «. «Le contrai re m aurait surpris «. C est l effet que provoque, dans le récit, la reconnaissance du besoin d écrire. Le sujet retro uve une excitation toute adolescente, la prise de conscience vient confirmer la présence sous-jacente d un choix

5 à qui attendait sa sortie. Nous dirons de cette information qu elle a un caractère décisif. Elle répond à un besoin de prendre parti et de rompre avec les équivalences. Disons, en quatrième lieu, que l information prend parfois un caractère utilitaire. Elle est considérée utile dans le contexte d un projet qu on réalise et d une action qu on exerce sur le milieu. Ce qui frappe alors, c est le poten tiel d efficacité que comporte une information donnée. C est pourquoi, à partir du moment où le sujet du récit veut se consacrer à l écriture, il ne manquera pas de considérer des informations sur le métier d écrivain, sur la tenue d un salon du livre, la fréquentation de certains milieux par les gens de lettres. C est d ailleurs dans ce contexte de la réalisation que s acquièrent la formation professionnelle et la plupart des apprentissages pratiques. L interprétation opératoire du projet nous fait voir comment l information est reçue et traitée différemment selon l état d avancement où se trouve le sujet par rapport à une question donnée. Chaque étape fait appel - fait remar quable - un mode actif de la pensée. Que ce soit par la production d hypothèses, par la formation de concepts, par l évaluation des possibilités ou par la planification des opérations à faire, le sujet s affirme constamment comme un sujet actif et responsable de tout le cheminement qu il parcourt. Il peut, certes, consulter et obtenir même l avis d experts, mais il n en demeure pas moins celui qui traite cognitivement la situation et qui construit le projet. L interprétation opératoire définit en réalité les dimensions cognitives par lesquelles un sujet exerce concrètement son autonomie. L interprétation opératoire du projet fait en sorte que l autonomie n est pas une vertu ni l objet d une éthique, mais bel et bien un ensemble de conduites cognitives toutes liées au traitement de l information et aux paradigmes heuristiques de la résolution de problèmes et de la prise de décision. Cette inter prétation opératoire s applique aussi bien à la formation à court terme qu à la formation à long terme du projet. Elle s avère d une grande utilité à quiconque veut faciliter la prise en charge de l individu par rapport à son pro pre devenir. Elle s applique aussi bien à la consultation individuelle qu à l animation d un groupe de travail. Elle se révèle utile quelle que soit le contenu du projet: le choix d une profession, la détermination d un sujet de thèse, la clarification des besoins de formation,.. peu importe. L interprétation opératoire demande que le sujet soit activé à chacune des étapes du projet selon le mode cognitif qui convient. Cela permet une intervention dif férenciée et surtout efficace, assurant les passages qui mèneront le sujet jusqu au bout du processus. Quelques conclusions en forme d ouvertures La notion de projet semble relever principalement d une psychologie du moi, d une psychologie humaniste qui affirme le caractère intentionnel de l être humain. En effet, il n est pas seulement une réponse à un stimulus qui le provoque, mais aussi un être qui agit sur son environnement. De ce point de vue, nous pouvons affirmer que l exercice du projet modifie les rapports de l individu avec son milieu. La notion de projet ne peut être défini dans le contexte d un être seulement connaissant mais dans celui d un être choisissant. Cela veut dire que l infor mation à traiter n est pas seulement objective. Tout autant que les données de la situation extérieure au sujet, doivent compter celles de sa situation intérieure, de ses affects, somme toute, de son expérience. Le projet se trouve donc à la conjonction de l objectif et du subjectif, dans la synthèse de la cognition et de la motivation. La notion de projet contient dans ses dimensions opératoires des habiletés fondamentales qui pourraient faire l objet d un programme éducatif. C est pourquoi les savoir-faire psychologiques sont de plus en plus mentionnés par les auteurs - chercheurs comme des objectifs d apprentissages éminemment valables. Il existe d ailleurs, au Québec, un programme d éducation au choix de carrière s étendant sur les cinq années du secondaire. De plus, bon nombre de conseillers d orientation, en France, font de l éducation au choix leur principale activité profes sionnelle. Il y a donc, un peu partout en Europe et en Amérique du Nord, des programmes éducatifs visant l ac quisition d une compétence personnelle de la part d un sujet qui n est ni soumis à l autorité, ni dépendant de l expert, qui n est pas non plus impulsif et seulement préoccupé par ses besoins, mais qui se veut l intégration de son désir et de la réalité, et qui introduit, dans sa motivation, une part de cognition qui la généralise, lui assu re une durée, une stabilité, pour tout dire, une perspective temporelle. Le projet rend le sujet prévisible à lui-même et fait de lui-même un projet à réaliser. Bibliographie D.P. 1, ROGERS (C.), Le développement de la personne, Paris, Dunod., 1967, pp. 141 et suivantes. 2. LOBROT (M.), Les effets de l éducation, Editions ESF, Paris, pp NUTfIN (J.), Théorie de la motivation humaine, PUF, 1980, chapitre V. 4. GINZBERG )E) et al., Occupationol choice: an approach to a general theory, Columbia University Press, N.Y., TIEDEMAN (DV.) et OHARA (R.P.), Career development: choice and adjustment, Collège Entrance Exaniination Board, Princeton, SUPER (DE.) et al., Career development: self-concept theory, CoL lege Entrance Examination Board, Princeton, BERLYNE (DE.), Conj7ici, arousai and curiosity, Mc Graw New York, PELLETIER (D.), NOISEUX (G,) et BUJOLD (C.), Développement vocationnel et croissance personnelle, Mc Graw-HiU, Montréal, PELLETIER (D.), BUJOLD (R.), et al., Pour une approche éducative, en orientation, Gaétan Morin Editeur, Chicoutimi, Québec, OLR0N (P.) et al., Savoirs et savoir-faire psychologique chez l enfant, Pierre Mardaga Editeur, Bruxelles, PELLETIER (D.), NOISEUX (G.) et POMERLEAU (E.), Collection éducation au chois de carrière, Editions Septembre, Sainte-Foy, Canada,

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens

Management et Sociologie des ressources humaines - Chapitre1 AEI - L3RH - D. Glaymann - 2009-2010 1. Deux courants sociologiques anciens Deux courants sociologiques anciens Le holisme selon lequel on ne peut saisir la façon dont les hommes agissent en société qu en étudiant les mécanismes et les déterminismes qui les enserrent dans leur

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 LA PENSÉE À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 Il n y a rien de plus pratique qu une pensée saine. Peu importe les circonstances ou les buts, peu importe où vous vous trouvez ou les problèmes

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Tout au long de ce récit, je vais essayer de vous faire part de quelques réflexions émanant de ma

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Damas. effet oui. M.N- En. la peur de blanche. M.N- ça sais pas. quoi écrire. chose. .com

Damas. effet oui. M.N- En. la peur de blanche. M.N- ça sais pas. quoi écrire. chose. .com Retranscription de la vidéo 1 M- Bonjour, Mikael Messa, aujourd hui j ai le plaisir d accueillir chez moi, Marie-Noël Damas. M.N- Bonjour Mikael. M- Suite au sondage que l on vous a envoyé il y a quelques

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions :

Mes besoins et mes objectifs Les buts de cet outil sont de vous : Instructions : Outil Mes besoins et mes objectifs L outil Mes besoins et mes objectifs est un guide de réflexion qui contient une série de pistes et de questions à aborder en vue de préparer le transfert de votre entreprise.

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Coaching Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres

Coaching Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres Identifier et valoriser ses propres potentiels et ceux des autres Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances IT & Office Avantages immédiats

Plus en détail

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier Bob Mayer Écrire un roman et se faire publier, 2008 pour le texte de la présente édition, 2014 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-55815-9 Sommaire INTRODUCTION... 1 Outil n 1. Vous-même...

Plus en détail

SUPPORT AUX CONJOINTS(ES)

SUPPORT AUX CONJOINTS(ES) 1 SUPPORT AUX CONJOINTS(ES) EXPATRIÉS(ES) DÉVELOPPÉ EN PARTENARIAT AVEC Animation et présentation par : Céline Chabée, Formateur et coach certifiée RENCONTRE 2 Le point sur la rencontre 2: 3 SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Objectifs L enseignement des mathématiques contribue à former un être humain méthodique, inventif et critique, doué de la faculté de raisonner

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

outil les niveaux logiques 32 n GO juin 2014

outil les niveaux logiques 32 n GO juin 2014 outil les niveaux logiques 32 Comment expliquer l isolement de quelqu un? Pourquoi un tel arrive souvent en retard? Et comment comprendre les motivations de celui-ci? Le chercheur américain Robert Dilts

Plus en détail

Enquête sur la double cohorte. 10 e année

Enquête sur la double cohorte. 10 e année Ministère de l éducation Enquête sur la double cohorte 10 e année (Cohorte de 9 e année 2000-2001) (Also available in English) école : RÉSERVÉ À L ÉCOLE N o d identité de l école : NIM de l élève : label

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage»

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Pour en savoir davantage : Bruno, E., Chaliès S., Euzet, J.P., Méard, J. (2007). Les règles de métier à l épreuve de la pratique de classe, l exemple

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine Guide sur les VALEURS Angélike et Delphine Ce guide sur les valeurs s adresse autant à notre clientèle qu au personnel du Centre de réadaptation en déficience physique (CRDP) et constitue le code d éthique

Plus en détail

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom :

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom : E Projet d écoute Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage FLA 30-2 Cahier de l élève Nom : Le grand voyage DESCRIPTION DU PROJET Tu vas écouter un extrait d une pièce de théâtre. Tu seras invité

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES

LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES Maryse HESSE Identifiant n 7062 Formateur-animateur Mission insertion Rectorat rubrique recherche n 105 LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES L évaluation scolaire évoque le contrôle, la

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Coaching mentorat. Catherine Voynnet Fourboul

Coaching mentorat. Catherine Voynnet Fourboul Coaching mentorat Catherine Voynnet Fourboul Bibliographie Chavel T. (2004) Profession Coach : De la théorie à la pratique, Ed. demos Delivré F. (2005), 2ème édition, Le métier de coach : rôles et compétences,

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail