ÉDITORIAL DE PRÉSENTATION. Anne Übersfeld Université Paris III

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉDITORIAL DE PRÉSENTATION. Anne Übersfeld Université Paris III"

Transcription

1 ÉDITORIAL DE PRÉSENTATION Anne Übersfeld Université Paris III POÉTIQUE ET PRAGMATIQUE : LE DIALOGUE DE THÉÂTRE La sémiotique du théâtre est une activité difficile. D abord l analyse du récit ne peut s y faire selon le modèle canonique du schéma actantiel sans de profondes modifications ; le théâtre étant par nature agonistique et conflictuel, on y trouvera presque toujours deux ou plusieurs schémas, en concurrence ou en opposition. Ensuite la pratique théâtrale fait travailler ensemble deux systèmes de signes différents, avec redondances et différences. Le théâtre n est ni le mime, ni le spectacle, ni la performance, ni la danse. Le théâtre, c est tout cela à la fois plus la parole. La parole, ce qui nous rend humains et non animaux. Notre analyse sera donc d abord de la parole, point de départ de toute pratique théâtrale, parole sous la forme d une parole dialoguée, relation interpersonnelle. La caractéristique de la parole dialoguée au théâtre, contrairement aux autres formes de la parole «littéraire» (à l intérieur par exemple d une oeuvre romanesque ou lyrique), c est qu elle nécessite une pratique de lecture particulière, qui ressortit si l on veut à une «sémiologie sauvage», celle du lecteur qui construit sa représentation imaginaire, à l aide des signes produits par le dialogue, celle surtout du comédien dont la pratique repose sur cette «analyse sauvage». Selon quelles procédures peut se faire une telle analyse? os Vol. 1 (N 1-3) 175

2 Anne ÜBERSFELD La relation théâtrale 1). Le dialogue de théâtre apparaît le mime de paroles «possibles», d échanges «réels» dans la vie, mais il est aussi un texte second (selon la terminologie de Bakhtine), un artefact, et en tant que tel, il est un objet esthétique qui demande au spectateur une perception esthétique. Le dialogue de théâtre n est donc pas entendu seulement comme l échange de deux ou plusieurs voix, il est perçu comme un poème non seulement comme un véhicule d idées et de sentiments, mais comme une combinatoire d images et de sonorités, ressortissant à une analyse poétique. 2). Le dialogue de théâtre est une succession d échanges conversationnels, dépendant d une linguistique de l énonciation, l énonciation étant «mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d utilisation». 3). la parole théâtrale est une parole active. Chaque énoncé (chaque réplique d un personnage) n a pas seulement un sens, il a une action, il modifie les conditions de l échange. L élément essentiel de tout énoncé théâtral c est l acte de langage qu il produit et qui détermine la suite du dialogue. Ce qui fait d une part que le dialogue de théâtre n est pas conversation, mais production d action, de l autre que l analyse du dialogue est d abord détermination de la suite des actes de langage. L analyse du dialogue de théâtre ressortit à la pragmatique, c est-à-dire à l analyse des conditions et du fonctionnement de la communication. Relevé des actes de langages dans leur succession, mais aussi analyse des contrats qui permettent et sous-tendent l échange dialogué. D autant que l écriture théâtrale est une écriture économique où tout énoncé a sa force. 4). Le fonctionnement de la communication théâtrale est particulier et particulièrement complexe du fait que les échanges interpersonnels ne sont pas les seuls en cause. Le dialogue de théâtre est un échange double, d un locuteur A avec un locuteur B (ou d autres), mais en même temps de ceux-ci à l intention d un récepteur-spectateur : les lois de l échange conversationnel sont modifiées du fait que le locuteur ne s adresse pas seulement à son allocutaire direct, mais qu il lui faut tenir compte d un destinataire second, le spectateur. L analyse devra repérer les marques textuelles de la présence du destinataire caché, non seulement dans les 176 AS / SA

3 Editorial de présentation formes comme le monologue ou le texte choral, mais à l intérieur du dialogue. A quoi s ajoute le fait que si le destinataire de tel énoncé est double, l émetteur est double lui aussi : quand le spectateur en face du spectacle voit-entend deux personnages dialoguer, il n assiste pas à une seule forme d énonciation, mais à deux à la fois : derrière l énonciateur personnage, se tient invisible un énonciateur scripteur. Ce dernier s est absenté, il n a laissé de sa voix propre que des traces indirectes. Et l énonciateur-personnage est relayé dans sa performance sur scène par un locuteur-acteur, qui prend en compte son énoncé. L émetteur au sens large est donc triple scripteur-personnage-acteur, et le récepteur est triple aussi : personnage-acteur-spectateur. Ce n est pas tout : l écriture théâtrale, par définition est dépendante du public auquel elle est censée s adresser immédiatement ; l écriture du théâtre est production de l immédiat par l immédiat qui n attend pas le suffrage de la postérité. Mais écrire pour des hommes du présent suppose de les entendre, d écouter leur question, leur demande. Tout texte de théâtre est réponse à une demande du spectateur présent : on peut donc dire, sans se tromper que le récepteur est présent dès le niveau de l écriture. Or cette «demande» du public est l objet d une enquête historique : elle constitue l un des points où l histoire se croise avec la sémiotique. L énonciation théâtrale Du point de vue premier de l écriture, il y a des contraintes imposées par la forme théâtrale. 1. Toute écriture théâtrale est soumise au système du présent. Le théâtre est un passé ; et le temps des verbes ne peut s inscrire que dans le système du présent : l énonciation est personnelle et actuelle, ce qui exclut en français moderne, par exemple l emploi du passé simple : tout récit au passé est formulé par des bouches présentes pour des oreilles présentes. Toute offense à cette règle porte sens par cette offense même. 2. L analyse capitale est celle qui porte sur la deixis. Le relevé de tous ces signes vides que sont les shifters ou embrayeurs ; adverbes de temps et de lieu qui définissent la situation d énonciation, démonstratifs et articles os Vol. 1 (N 1-3) 177

4 Anne ÜBERSFELD indiquant le rapport entre personnes et choses, et surtout les pronoms personnels qui fixent non seulement les rapports entre locuteurs, mais les rapports entre le locuteur et le monde, le locuteur et son identité avec le jeu dans l évolution de ces rapports. Un exemple : les confidents du théâtre classique français ne disent jamais «je» à l exception de la nourrice Oenone dans la Phèdre de Racine, signant par ce «je» un statut autre du personnage. 3. L une des tâches de la plupart des écritures théâtrales est de fixer l idiolecte du personnage, et il est passionnant et difficile de déterminer les particularités de vocabulaire et de syntaxe qui fixent la parole individuelle de tel sujet parlant. Tâche croisant ici le linguistique et le stylistique. Ainsi l idiolecte d Alceste dans le Misanthrope de Molière, où s inscrivent à la fois les marques d une sorte d archaïsme de la langue, marquant le repli du personnage sur le passé, mais surtout les signes d une agressivité, jurons, sentences, exclamations. C est l analyse de l idiolecte du personnage qui met en présence un personnage individualisé, avec plus de clarté et de pertinence qu une conjecturale reconstitution de son psychisme. Dire sans dire : les lois conversationnelles Nous ne parlerons ici que pour mémoire de tout ce qui est du domaine du contenu, de la thématique, qui ressortit à une analyse de contenu, qui ne fait pas partie de notre propos ; et nous nous contenterons d interroger les lois et les conditions de l échange. On sait que l échange verbal est gouverné par des lois implicites, formalisées par Paul Grice (Logic and Conversation, 1974), dont les principales sont la loi de quantité, qui implique le fait que le locuteur fournisse à l allocutaire la quantité d information dont il a besoin, ni trop, ni trop peu pour poursuivre l échange ; la loi de qualité : «que votre contribution soit véridique!» (loi fondamentale et peu comprise de tout échange humain, qui suppose qu un être humain dit toujours la vérité, loi sans laquelle il n y pas de rapports possibles) ; la catégorie de modalité dont la formule pourrait être : «soyez clair», ne laissez pas d équivoque dans vos propos. 178 AS / SA

5 Editorial de présentation A quoi s ajoute toute la série imprévisible des lois qui dépendent des coutumes et des moeurs de telle société, mais qui obéissent à deux règles fondamentales (voir Erving Goffmann, Les rites d interaction) : ne «frappez» pas la face positive de votre interlocuteur, autrement dit, ne l insultez pas, ni sa face négative (ne piétinez pas son «territoire»). Or la caractéristique du dialogue de théâtre c est qu il passe son temps à violer ces lois, viols éclatants, et qui font sens, exposant un «scandale» et manifestant du même coup l existence et la force de ces lois. De tels viols existent dans la conversation, mais en général ils sont rares et souvent involontaires. Au théâtre, ils sont faits pour être vus : ainsi la scène d exposition, violant la maxime de quantité, ou les mensonges, viols de la loi de qualité, faits pour être perçus et compris du spectateur : mensonges de Iago dans Othello, mensonges innocents mais parlants des amoureux chez Marivaux. Quant aux équivoques et ambiguïtés, ils sont dans le dialogue de théâtre extraordinairement fréquents, au point d être dans le plaisir du spectateur une part importante : c est la place de l énigme qui laisse l allocutaire dans l embarras, et qui exerce la sagacité du spectateur. Sur ce point comme sur beaucoup d autres l échange interpersonnel dans le dialogue suppose le tiers spectateur qui ne saurait intervenir pour le modifier, mais qui est là pour l entendre. L une des sources de l effet sur le spectateur (comique ou tragique) est le viol des lois conversationnelles. On voit ici, une fois de plus comment c est au travail de la scène de donner sens au texte du dialogue, en soulignant ou en gommant les impertinences relationnelles. L implicite La présence des lois conversationnelles montre l importance dans l analyse de la parole théâtrale de tout le domaine de l implicite. Ce domaine est d abord celui des conditions d énonciation. Certaines sont explicites : les paroles d un prisonnier sont paroles de la prison. Paroles du criminel (Macbeth ou Othello) qui vient de commettre un meurtre. Certaines sont liées au lieu : paroles de la cour, ou paroles d un lieu populaire. D autres ressortissent à l implicite. On ne peut parler sans des conditions antérieures, non seulement la (les) réplique antérieure, mais tout ce qui doit être supposé pour que l énoncé ait un sens. os Vol. 1 (N 1-3) 179

6 Anne ÜBERSFELD De là l importance de l implicite : présupposés et sous-entendus nourrissent le texte de théâtre. Un présupposé est une information impliquée par tel énoncé, qui sans être formulée est indispensable à la compréhension de l énoncé. Le présupposé a une caractéristique, que l énoncé posé soit affirmé, nié ou modalisé par l interrogation ou quelque autre mode, le présupposé subsiste : l énoncé «ma voisine est malade» suppose que j ai une voisine ; quelque sort que je fasse subir à mon énoncé, l existence de ma voisine n en subsistera pas moins. Présupposés factuels, tels l existence de ma voisine, logiques, par exemple, pour être la cause d un autre, un événement doit lui être antérieur ; présupposés idéologiques, moins faciles à démêler. On ne peut comprendre le Macbeth de Shakespeare, sans une série de présupposés : factuels. l existence d une guerre féodale du roi Duncan et de ses héritiers, logiques, l impossibilité de prévoir des événements historiques largement aléatoires; idéologiques, le respect dû à la personne royale et au principe monarchique, mais aussi la croyance au surnaturel et à la divination. Quant aux sous-entendus, ils représentent tout le bagage d allusions que les interlocuteurs, mais aussi le spectateur, entendent, sans qu il soit formulé, bagage quasi infini, et autour duquel joue la construction psychologique que le spectateur fera des motivations des personnages, et de leurs intentions. Un jeu qui est l affaire du metteur en scène et des comédiens. La part du spectateur Tout ce que le spectateur entend est pour lui, certes, mais déjà pour les personnages qui occupent la scène : qu ils parlent de leurs sentiments ou des affaires politiques, ce que chacun dit est dit à un ou plusieurs allocutaires, qui sont les récepteurs premiers et le spectateur en vertu d un trope communicationnel en est le récepteur second, additionnel. Mais il est deux domaines qui sont ceux du spectateur seul, où tout est fait pour lui, ce sont les deux domaines du poétique et du perlocutoire. Le perlocutoire, tragique et comique, est l effet produit sur lui par l ensemble des signes théâtraux. Quant au poétique, il est le fait d un travail textuel-scénique qui fabrique à l aide des signes un langage. second, artistique. Mais si l on peut se permettre de parler du poétique au théâtre, c est que le théâtre demande au spectateur non seulement l écoute du 180 AS / SA

7 Editorial de présentation dialogue, l appréhension dans le message des idées et des sentiments, mais la convocation d une autre faculté, l imagination. Quels que soient les mérites de la construction visuelle de la scène, le dialogue raconte, ce qu on ne verra pas, tout le domaine de l extra-scène spatial et temporel : la Rome des Césars que le scénographe ne nous montrera jamais, la Crète de Phèdre, le bord de mer où elle se promène et où périra Hippolyte, le Japon du souvenir de Rodrigue dans Le soulier de satin de Claudel, les ruines de Troie : «Je ne vois que des tours que la cendre a couvertes», dit Pyrrhus dans Andromaque. Et l imagination du spectateur convoque Hiroshima. Imagination donc, mais non pas imagination seule : imagination et mémoire, nous le verrons. A quoi s ajoute la perception proprement esthétique du signifiant. Et dans Combat de nègres et de chiens, l obsédante, étouffante Afrique de Koltès nous est présente par le seul langage, comme l est aussi la mansarde des Bonnes de Genet ou ce no-man s-land livide que Clov regarde par la lucarne dans Fin de partie de Beckett. Le poétique Roman Jakobson définit la fonction poétique comme «l accent mis sur le message pour son propre compte (...) cette fonction qui met en évidence le côté palpable des signes, approfondit par là même la dichotomie fondamentale des signes et des objets». Dichotomie redoublée au théâtre par une autre : il est paradoxal de privilégier la fonction poétique dans un langage littéraire axé sur les fonctions de la communication. Il nous faut perpétuellement interroger le rapport du poétique et du communicationnel. D autant qu étudier le poétique, c est franchir la barrière des énoncés-répliques et tenir le texte comme une totalité à étudier dans son ensemble. Mais aussi, et contradictoirement comprendre que l essentiel du poétique au théâtre est le fait d un moment dans le discours total. Question : Que peut-on percevoir du poétique au théâtre? Est-il possible de faire dans le temps de la représentation, qui est la condition normale de perception du dialogue de théâtre, le détail d une écriture poétique? La réponse est à la fois non et oui. Non, car non on ne peut espérer tout saisir en un «clin d oreille». Oui, dans la mesure où il se fait tout un travail des perceptions inconscientes ou subconscientes dont on a de os Vol. 1 (N 1-3) 181

8 Anne ÜBERSFELD multiples exemples dans la vie quotidienne. Et ce qui fonctionne au théâtre, ce ne sont pas seulement les perceptions subliminales, mais c est la mémoire, qui est remémoration d éléments antérieurs «semblables», mais aussi souvenir d éléments phoniques dont la reprise assure le rapport métaphorique d éléments divers, analogue au fonctionnement du leitmotiv musical. Le moment poétique Si le poétique est partout disséminé dans un grand texte de théâtre, il a des lieux privilégiés. Tout à coup on perçoit une différence, une opacification permet d entendre le message en tant que tel, son signifiant. C est que l énonciation a changé, l énonciation interpersonnelle s est affaiblie. Le poétique est à la fois un signal et un signe. Le spectateur en est averti par un changement dans l écriture, passage de la prose au vers, multiplication des tropes, émergence de thèmes traditionnellement poétiques, distance surtout prise par rapport à la situation dramatique, à l univers fabulaire, comme si le parlant cessait de considérer l urgence, se dégageait de la nécessité de parler à l autre. Ce qu on entend alors, plus que la voix du locuteur, c est la voix du scripteur, qui s adresse directement au spectateur. L écriture poétique dans tout le texte se caractérise par la multiplication des tropes. Certes les tropes et figures de rhétoriques trouvent place dans tout texte littéraire, mais au théâtre métaphores, métonymies etc. ont un rôle particulier, d abord à cause du fait que tout élément signifiant dans un texte de théâtre a non seulement un sens, mais une action : les figures ne sont pas de simples ornements, ce sont des outils, ensuite parce que les moyens fondamentaux du poétique, le parallélisme et la répétition, ont au théâtre une importance accrue du fait de la totalisation nécessaire du texte, et de la présence active de la mémoire. S y ajoute ce qu on pourrait appeler une poétique phonique, en relation avec les signes auditifs : les phonèmes d abord, et la question se pose de leur sens et de leur effet, ensuite les lexèmes, leurs récurrences et leurs parallélismes ; le rythme enfin qui engage la question des divers modes d organisation sonore du verbal et de la versification. Il est inté- 182 AS / SA

9 Editorial de présentation ressant de voir ces trois éléments se conjuguer par exemple pour expliquer l effet des rimes et des assonances. Organisations du poétique Nous avons parlé des moments poétiques : si le poétique est dispersé tout au long du texte, il a des instants privilégiés, moments où il s organise en «images» construites, scénarios racontant une histoire ou tableaux (hypotyposes). Microscénarios : il existe une sorte d images que le spectateur est tenu de construire sans le secours du visuel. C est tout ce que la parole du personnage fait surgir : méditation sur le passé, anticipation de l avenir, évocation d une fable épique. Cette image construite sans le support physique a en fait tout le théâtre comme support, et elle se nourrit de tous les signes scéniques préalables : aussi est-elle bien plus forte à la fin des spectacles. De là la croissance exponentielle de cette forme d énergie poétique ; ainsi les récits des meurtres et des morts violentes à la fin des tragédies antiques ou classiques. Convocation d une mémoire du spectateur qui joue précisément le rôle du fatal. De là la possibilité d une projection anaphorique et cataphorique qui enrichit la perception du spectateur. Cette projection permet au spectateur de n être pas empoisonné dans la perception immédiate, mais de croiser l univers visuel avec celui de l imaginaire. Microscénarios par exemple dans Fin de partie, le grand récit, le «roman» de Hamm ou le voyage de noces des parents en Italie... le plus bel exemple, l histoire merveilleusement ambiguë du peintre fou ; et dans les Bonnes de Genet, l écriture par les bonnes de la lettre anonyme. L hypotypose est elle aussi à distance de l immédiat de l action et de la fable Selon Quintilien l hypotypose est une figure de style consistant à décrire une scène de manière si vive, si énergique et si bien observée qu elle s offre aux yeux avec la présence, le relief et les couleurs de la réalité. Ce tableau, que construit la seule parole du personnage apparaît une fenêtre ouvrant sur un ailleurs appartenant à l histoire ou au monde naturel. Toute hypotypose joue sur deux registres : d abord elle pose une énigme au spectateur ; la question non seulement de son sens, mais surtout de sa raison d être ; ensuite elle réclame d être entendue pour os Vol. 1 (N 1-3) 183

10 Anne ÜBERSFELD elle-même, comme un épanouissement de l écriture ; elle veut être entendue dans toutes ses dimensions poétiques et musicales ; inutile de dire qu elle requiert le travail de l acteur. Paul Claudel est l écrivain de l hypotypose, qui joue chez lui le rôle à la fois poétique et métaphysique décisif : présenter le monde dans ses dimensions énormes et objectives de création divine. Le mode d énonciation de l hypotypose est particulier : elle apparaît comme parole du «je» du personnage dessinant une certaine vue du monde. Mais elle est en même temps (du fait de la baisse de l énonciation interpersonnelle) comme la parole du «je» scripteur : il n est guère difficile de voir dans les hypotyposes de Claudel le rapport du poète à sa philosophie religieuse, ou chez Hugo un rapport quasi auto-biographique à l histoire. L hypotypose passe la barre des contradictions : à la fois présence et absence, réalité et imaginaire, parole de l un, parole de l autre essentiellement médiatrice. Pour conclure sur le poétique, nous dirons qu il faut faire état d un sens autonome du discours poétique, qui peut apparaître en opposition, en variation, en complément par rapport au sens obvié, de telle sorte qu il enrichit infiniment le message. Enfin, chez les plus grands il fonctionne comme signal et indice de l émotionnel. Un exemple de cet enrichissement du sens obvié, celui du vers célèbre dit par Antiochus dans la Bérénice de Racine : «Dans l Orient désert, quel devint mon ennui». Antiochus vient de raconter la mort des derniers défenseurs de Jérusalem : si l Orient est désert c est que tout le monde est mort. Mais la poétique du vers (y compris phonique) dit aussi la désertude d Antiochus abandonné par Bérénice, et les deux solitudes se mettent à symboliser l une avec l autre : désert de la mort, désert de l amour. Pour conclure : ces pages ne sont qu un modeste avant-programme de travail appliqué ; la tâche, riche et féconde de la revue Applied Semiotics / Sémiotique appliquée, est de lui donner corps et substance. 184 AS / SA

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Domaine d apprentissage : FRANÇAIS LANGUE SECONDE - IMMERSION

Domaine d apprentissage : FRANÇAIS LANGUE SECONDE - IMMERSION Maternelle Les images sont porteuses de sens et facilitent la compréhension d un texte. Chaque lettre a son propre aspect graphique et son propre son. L acquisition d une nouvelle langue se fait en écoutant

Plus en détail

Petite enfance et éveil musical

Petite enfance et éveil musical Petite enfance et éveil musical Objectifs : Donner aux professionnels de la petite enfance les moyens de mettre en place un éveil sonore et musical pour le tout petit dans leurs structures d accueil. MOYENS

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

Enseigner la compréhension au cycle 3

Enseigner la compréhension au cycle 3 Enseigner la compréhension au cycle 3 Les compétences visées chez les élèves : Programmes 2008 : La lecture et l écriture sont systématiquement liées : elles font l objet d exercices quotidiens, non seulement

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

Livret scolaire. Cours moyen 2

Livret scolaire. Cours moyen 2 Inspection de l Éducation nationale 21 ème circonscription 24 avenue Jeanne d'arc 92160 Antony Livret scolaire Cours moyen 2 Prénom : Nom : Date de naissance : Année scolaire Classe Enseignant(s) Ce livret

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Table des matières. Abréviations et explications de mots... 11. Remerciements... 13

Table des matières. Abréviations et explications de mots... 11. Remerciements... 13 Table des matières Abréviations et explications de mots... 11 Remerciements... 13 Avant-propos...15 INTRODUCTION. Enjeux théoriques... 21 I. Qu est-ce que l énonciation?... 21 II. Énonciation et poésie...

Plus en détail

L AFFICHE : DES ENTRÉES MULTIPLES POUR L APPROCHE D UN SPECTACLE

L AFFICHE : DES ENTRÉES MULTIPLES POUR L APPROCHE D UN SPECTACLE Saison 2015-2016 2011-1012 L AFFICHE : DES ENTRÉES MULTIPLES POUR L APPROCHE D UN SPECTACLE Par Catherine Le Moullec, coordonnatrice académique théâtre OBJECTIFS ET ENJEUX Au théâtre, l affiche est un

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE

LA DICTÉE À L ADULTE LA DICTÉE À L ADULTE «L enfant qui ne peut ni écrire, ni orthographier de manière suffisamment autonome peut toutefois développer ses capacités de production de textes écrits en les dictant à l adulte

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Bérénice. de RACINE. Développement des clés d analyse. Par Cécile Lignereux. Petits Classiques Larousse - 1- Bérénice de Racine

Bérénice. de RACINE. Développement des clés d analyse. Par Cécile Lignereux. Petits Classiques Larousse - 1- Bérénice de Racine Bérénice de RACINE Développement des clés d analyse Par Cécile Lignereux Petits Classiques Larousse - 1- Bérénice de Racine Acte 1, scènes 1 et 2 Clefs d analyse Une exposition progressive Compréhension

Plus en détail

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Une fonction descriptive Par la redondance avec le texte, elle apporte des précisions quand à la description des lieux et de personnages,

Plus en détail

SPECTACLES PETITE ENFANCE :

SPECTACLES PETITE ENFANCE : SPECTACLES PETITE ENFANCE : PHENOMENE DE MODE OU PROJET DE SOCIETE? Mémoire présenté pour l obtention du : DESS Management du Spectacle Vivant Promotion 2003-2004 Directeur de mémoire : René LAFITE Dominique

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

La production d écrits. Programmation Cycle 3. École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005

La production d écrits. Programmation Cycle 3. École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005 La production d écrits Programmation Cycle 3 École des 3 Fontaines Dambenois Stage École 2005 Production d'écrits Programmation Cycle 3 1 Conférence pédagogique / Stage École Trois Fontaines Dambenois,

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Intention «Ma volonté première pour la création de «Poème» est de dépasser les contours du spectacle vivant, de mêler

Plus en détail

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés

Français: langue d enseignement Compétences: Écrire des textes variés L élève le fait lui-même à la fin de la deuxième année. En orthographe: Connaitre l orthographe d environ 500 mots Identifier les différents signes: accents: aigu, grave, circonflexe, tréma, cédille, trait

Plus en détail

L attention. http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/

L attention. http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/ Fiche de référencement d outil «apprendre à apprendre» http://competencescles.eu L attention L apprentissage est composé de diverses étapes que nous allons franchir grâce à des gestes mentaux tels que

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

SEANCE 1 : connaitre un auteur : Jean de la Fontaine

SEANCE 1 : connaitre un auteur : Jean de la Fontaine Cycle 3 : CM2 SEQUENCE DE TRAVAIL : compréhension de la lecture littéraire : découverte d'un genre particulier, la fable.mise en scène et interprétation de ces fables. Pour permettre l'acculturation des

Plus en détail

PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT

PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT Présecondaire Secondaire FRA-P031-3 FRA-P033-4 FRA-1031-3 FRA-5145-1 JUILLET 1996 TROISIÈME SECONDAIRE FRA-3034-1 er 1 OBJECTIF TERMINAL LIRE Lire des

Plus en détail

Le Diplôme Approfondi de Français (DAF)

Le Diplôme Approfondi de Français (DAF) Le Diplôme Approfondi de (DAF) Le DAF consiste en un approfondissement des compétences linguistiques, un développement des capacités d expression écrite et orale, et une approche de la littérature et de

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856 Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d'étoiles ; Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux, Que l'autre abîme

Plus en détail

Nous nous demandons donc en quoi cette scène de comédie est au service de la présentation de Tartuffe.

Nous nous demandons donc en quoi cette scène de comédie est au service de la présentation de Tartuffe. Introduction Molière est un grand auteur classique et acteur de théâtre français du XVIIe siècle, né en 1622 et décédé en 1673. Il écrit de nombreuses pièces qui rencontrèrent le succès comme «L école

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique»

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» (1) Les deux premiers paragraphes sont largement inspirés par la page internet de B. Planque wwwusers.imaginet. fr/~bplanque/ II.2.1 Introduction (1) Docteur ès-lettres,

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

wearethewords Content. Marketing. Performance. hello@wearethewords.com

wearethewords Content. Marketing. Performance. hello@wearethewords.com hello@.com Nous? Des scénaristes, plutôt... Voire des équilibristes. hello@.com Qui sommes-nous? hello@.com Notre méthode hello@.com Ils nous font confiance hello@.com LES DEUX, MON GÉNÉRAL! hello@.com

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement

Comment aider un enfant dysphasique? A l extérieur de l école. Motivation de l élève Estime de soi. Troubles du comportement Comment aider un enfant dysphasique? Un document proposé par Christelle CHARRIER, conseillère pédagogique et Françoise VINCENT, formatrice à l' IUFM A l école mettre en place un programme d enrichissement

Plus en détail

Progression en éducation musicale au cycle 3

Progression en éducation musicale au cycle 3 Progression en éducation musicale au cycle 3 BO n 3 du 19 juin 2008 : «à la fin du cycle 3, l'élève est capable de: Interpréter de mémoire une chanson ; participer avec exactitude à un jeu rythmique ;

Plus en détail

Correspondance entre L1 32 Production de l écrit (PER) pour le degré secondaire et les manuels de français Atelier du langage et Livre unique Français

Correspondance entre L1 32 Production de l écrit (PER) pour le degré secondaire et les manuels de français Atelier du langage et Livre unique Français 3 Direction de l'instruction publique du canton de Berne Août 2013 COMEO Commission des moyens d enseignement et du plan d études du canton de Berne Correspondance entre (PER) pour le degré secondaire

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

La série L est revalorisée

La série L est revalorisée La série L est revalorisée «elle devient une série d excellence pour les langues» Option LVE de 3 H = Un enseignement obligatoire de 2H = LV1 ou 2 ou LV3 approfondie education.gouv.fr Bulletin officiel

Plus en détail

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE Programme applicable à la rentrée 2006. Introduction. 1. Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues. Le CECRL a été publié en 2001 par le

Plus en détail

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique?

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique? SEQUENCE BAC PROFESSIONNEL Dom Juan ou Le festin de pierre de Molière (1665) Etude du genre théâtral Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin

Plus en détail

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Le cahier de vie Fonctions et apprentissages Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Plan de l animation I Les origines du cahier de vie II Les fonctions III Les apprentissages IV Le cahier

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Livret d'observations

Livret d'observations Livret d'observations Fin du cycle I - apprentissages premiers Nom : Prénom : Date de naissance : Entré(e) au Jardin d'enfants le : 21 rue Vauban- 67000 Strasbourg- tel/fax : 03.88.61.75.25 1 / 15 Présentation

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION: ANALYSE SEMANTIQUE II. CONTENU ET ELEMENTS DE LA COMMUNICATION III. PRINCIPALES QUESTIONS A SE POSER

Plus en détail

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE SOMMAIRE Le propos page 2 Situation Contextes Intention La démarche du point de vue de l enseignant..page 4 -le cadre de la démarche..p.5

Plus en détail

LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT

LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT L étude du langage a beaucoup évolué ; nous sommes passés du répertoire de mots (par la description du répertoire de mots compris et produits par

Plus en détail

Ministère de la Communauté française COMPETENCES MINIMALES EN MATIERE DE COMMUNICATION EN LANGUES MODERNES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

Ministère de la Communauté française COMPETENCES MINIMALES EN MATIERE DE COMMUNICATION EN LANGUES MODERNES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES MINIMALES EN MATIERE DE COMMUNICATION EN LANGUES MODERNES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES 1999 Table des matières 1.Compétences de communication 1.1.

Plus en détail

«Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage :

«Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage : «Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage : Projet de recherche de P. Binisti Thèse de linguistique Paris 5 René Laboratoire Modyco sous la direction

Plus en détail

DOCUMENT PEDAGOGIQUE

DOCUMENT PEDAGOGIQUE Musée national Marc Chagall Avenue Docteur Ménard 06000 Nice www.musee-chagall.fr Direction du développement culturel Service des visites-conférences Dossier suivi par : Cédric Scherer Tel.04 93 53 87

Plus en détail

Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle

Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle Formation continue des enseignants Publications Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle - Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3

LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 LIVRET D EVALUATION CYCLE 3 NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : INFORMATIONS OBJECTIFS GENERAUX DU CYCLE 3 L e cycle 3 est le cycles des approfondissements. Ce cycle présente une spécificité affirmée. Il

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE. Circonscription Limoges 6 1

LA DICTÉE À L ADULTE. Circonscription Limoges 6 1 LA PRODUCTION D ÉCRIT POUR ENTRER DANS L ÉCRIT 20 avril 2015 - Claudine Comte, Patrice Rousseau LA DICTÉE À L ADULTE Circonscription Limoges 6 1 LA PRODUCTION D ÉCRIT POUR ENTRER DANS L ÉCRIT Les enfants

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca

La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca I- Découverte. Objectif : Créer un horizon d attente. 2 entrées sont proposées au choix : 1) Support : «Bizarre, mais vrai.» : découverte d

Plus en détail

FRANCAIS. Introduction. II - Démarches. I - Finalités. Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 1/11. Ministère de l'éducation nationale

FRANCAIS. Introduction. II - Démarches. I - Finalités. Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 1/11. Ministère de l'éducation nationale FRANCAIS Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 Introduction L enseignement du français dans les classes préparatoires au baccalauréat professionnel poursuit les exigences de l enseignement du

Plus en détail

AbrÉviations utilisées... 7. Transcription... 9. Introduction générale... 11. Première partie «Claudel et le théâtre nô»

AbrÉviations utilisées... 7. Transcription... 9. Introduction générale... 11. Première partie «Claudel et le théâtre nô» Table des matières AbrÉviations utilisées... 7 Transcription... 9 Introduction générale... 11 Première partie «Claudel et le théâtre nô» l HISTOIRE DE LA RÉCEPTION DU NÔ EN OCCIDENT... 31 qu est-ce que

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

Moyens d intervention en fonction des objectifs

Moyens d intervention en fonction des objectifs Commission Scolaire des Samares DVE Plan d intervention Moyens d intervention en fonction des objectifs DOMAINE LANGAGIER L élève améliorera ses habiletés en conscience phonologique. L'élève développera

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

ma muse Un dialogue entre musique et poésie... Une histoire de fluidité et de survie Une histoire de fluidité et de survie Association Être

ma muse Un dialogue entre musique et poésie... Une histoire de fluidité et de survie Une histoire de fluidité et de survie Association Être Un dialogue entre musique et poésie... ma muse Une histoire de fluidité et de survie Une histoire de fluidité et de survie Association Être CRÉATION 2012 eau, ma muse durée : 50 min «Le bateau ivre» Arthur

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Sur le discours rapporté (discours représenté)

Sur le discours rapporté (discours représenté) Sur le discours rapporté (discours représenté) Programme 9.3. Qu est-ce que la pragmatique? Notions de base 11.3. Les modes de référence: anaphore, noms propres, deixis 16.3. Les éléments déictiques I:

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

2est-il un chiffre bleu? Le Collectif blop (Interjection) présente

2est-il un chiffre bleu? Le Collectif blop (Interjection) présente Le Collectif blop (Interjection) présente 2est-il un chiffre bleu? J avale une gorgée d eau et j entends ma voix commencer : «trois virgule un quatre un cinq neuf deux six cinq trois cinq huit neuf sept

Plus en détail

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Agnès FLORIN Université de Nantes, Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN EA2661) DDEC 56, 3 octobre 2012 Introduction Le langage ne commence

Plus en détail