GLYCEMIE ET DIABETE 1 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GLYCEMIE ET DIABETE 1 1"

Transcription

1 GLYCEMIE ET DIABETE 1 1

2 Mesure de la la glycémie 2 1- Définition et mesure de la glycémie La glycémie est le taux de glucose dans le sang. La glycémie peut être exprimée en grammes par litre (g.l-1) ou mg.dl-1, mais aussi en millimoles par litre (mmol.l-1), la mole étant un mode d'expression normalisédes unités biologiques : -La conversion des g.l-1 en mmol.l-1 est obtenue en multipliant les g.l-1 par 5,5. -La conversion des mmol.l-1 en g.l-1 est obtenue en multipliant les mmol.l-1 par 0,18. La valeur normaleàjeun, ou dans la journée avant les repas, est comprise entre 0,70 et 0,90 g.l-1: on retient généralement la valeur de 1g.L-1.On peut aussi la mesurer 1 h 30 après le début du repas (glycémie postprandiale) et sa valeur normale est inférieure à 1,50 g.l-1. On peut la mesurer très facilement soi-même, àdomicile ou sur son lieu de travail, avec un petit appareil appelé«lecteur de glycémie»qui analyse une goutte de sang, qui est prélevée au bout du doigt avec une sorte de stylo appelé«autopiqueur». On parle de «glycémie capillaire»car le sang provient des tout petits vaisseaux appelés capillaires. 2

3 Les fluctuations physiologiques normales de la glycémie 3 2- Les fluctuations physiologiques normales de la glycémie A jeun, la glycémie est, en moyenne, de 0.8 g/l (4.4 mmol). Elle fluctue de 3.6 à5.5 mmol/l jusqu àl âge de 20 ans. La limite supérieure s élève progressivement avec l âge. L hypoglycémie s observe àla suite d un travail musculaire intense, en fin de nuit, en période de jeûne ou de froid. L hyperglycémie (plus de 1.2 g/l) se rencontre àla suite d un repas riche en glucides. Au-delà de 1.8g/l, il y a glycosurie. La constance ou homéostat glycémique est une nécessité vitale: -L'hypoglycémieest une urgence médicale notamment pour les neurones incapables d'utiliser d'autres métabolites que le glucose. Des convulsions, puis un coma mortel est redouté. -L'hyperglycémie chronique(diabète) est un risque àlong terme en entraînant une dégradation progressive du système cardio-vasculaire, avec des troubles rénaux, rétiniens. La présence de glucose dans l'urine (glycosurie) est le signe que la glycémie a dépasséle seuil d'élimination urinaire du glucose de 1,8 g.l-1. 3

4 Les fluctuations anormales 4 3- Les fluctuations anormales de la glycémie Des variations importantes de glycémie s observe lors de l atteinte de certains organes tels que: -Le pancréas: dans le diabète sucré, on note une hyperglycémie permanente. Le coma hypoglycémique se déclenche au-dessous de 0.4g/L. -Le rein: dans le diabète rénal, le seuil rénal du glucose s abaisse, -Le foie en cas de cirrhose; 4

5 Mise en évidence d une régulation de la glycémie Le test d hyperglycémie provoquée 5 4-Mise en évidence d une régulation de la glycémie: le test d hyperglycémie provoquée Le plasma de l adulte sain contient entre 4 et 6 g de glucose. Il y en a donc peu dans le sang et, comme la glycémie demeure constante malgréla consommation tissulaire, le glucose doit être renouvelé. Les apports alimentaires et la consommation cellulaire en glucose varient selon les besoins physiologiques. Ainsi, les entrées et les sorties de glucose sanguin varient, mais le bilan global demeure équilibré. Le test d hyperglycémie provoquée: On administre àdes sujets àjeun depuis 12 heures une dose de glucose pur adaptéàleur surface corporelle (soit 45g/m2), puis on dose le glucose sanguin àintervalles réguliers. Ce test montre que le sujet sain présente une légère hyperglycémie corrigée en une heure environ. Cela signifie que des mécanismes régulateurs entrent en jeu. Ce test permet également de dépister des diabètes débutants ou déjà installés, ainsi que des troubles rénaux (diabète rénal). 5

6 Stockage du glucose: la fonction glycogénique du foie L'importance du foie: Après ablation du foie chez un chien, on fait toutes les heures un prélèvement sanguin et on dose le glucose: Temps en heures Glycémi e g/l Effets constatés Tachycardie Hypothermie Respiration accélérée Fièvre Coma 6 5- Organes intervenant dans le stockage du glucose 5.1-Le foie: un organe tampon des variations de la glycémie Quelques observations: L ablation du foie d un animal entraîne la mort; il connait auparavant tous les les désordres du àl hypoglycémie (voir diapo). Cette chute de la glycémie montre que les autres organes sont incapables de la maintenir àson niveau normal. L aggravation de l état clinique est parallèle àla chute de la glycémie. L administration de glucose augmente immédiatement la glycémie après l injection, mais celle-ci diminue ensuite. Les expériences de Claude bernard (voir diapo). 6

7 Stockage du glucose: l expérience de Claude Bernard glycogénique du foie 7 PREMIERES OBSERVATIONS DE CLAUDE BERNARD " Pour suivre les transformations des matières sucrées alimentaires dans l'organisme, je pris des chiens qui, étant omnivores, se prêtent plus facilement àun régime déterminé. Je les divisai en deux catégories, donnant aux uns et aux autres la même alimentation, saufune substance: le sucre. Les uns recevaient de la viande cuite seule, les autres de la viande additionnée de sucre. J'ouvris l'un des chiens soumis au régime avec addition de sucre: je trouvai du sucre dans l'intestin, j'en trouvai dans le sang. Ce résultat n'avait rien que de prévu puisque l'animal avait mangé du sucre. Je fis la même épreuve sur un chien soumis au régime exclusif de la viande cuite, je ne fus pas médiocrement étonnéde rencontrer chez lui, comme chez le premier, du sucre en abondance dans le sang, quoique je n'en pusse déceler aucune trace dans l'intestin. Je répétai l'expérience de toutes les manières; toujours le résultat se présenta le même: [du glucose] en aval du foie, dans les vaisseaux sus-hépatiques, dans la veine cave inférieure, dans le coeur droit et au delà." L'EXPERIENCE DU "FOIE LAVE" Cette célèbre expérience a été réalisée en Claude BERNARD l'a décrite en ces termes: "J'ai choisi un chien adulte, vigoureux et bien portant, qui, depuis plusieurs jours, était nourri de viande; je le sacrifiai 7 heures après un repas copieux de tripes. Aussitôt, le foie fut enlevé, et cet organe fut soumis àun lavage continu par la veine porte J'abandonnai dans un vase ce foie àtempérature ambiante et, revenu 24 heures après, je constatai que cet organe que j'avais laisséla veille complètement vide de sucre s'en trouvait pourvu abondamment."après avoir réaliséson expérience, Claude Bernard conclut: "cette expérience prouve que dans un foie frais, àl'état physiologique, c'est-à-dire en fonction, il y a deux substances: -le sucre, très soluble dans l'eau, emportépar le lavage; - une autre matière assez peu soluble dans l'eau: c'est une substance qui, dans le foie abandonné àlui-même, se changea peu àpeu en sucre." 7

8 Les fonctions hépatiques Les fonctions hépatiques 8 Le foie, seul organe capable de libérer du glucose dans le sang par hydrolyse de ses stocks de glycogène:la réserve musculaireest "une réserve privée" réservée aux seuls muscles, qui ne peuvent libérer le glucose dans le sang. Bien que le stock hépatique de glucose soit limité, le foie est capable d'en produire àpartir d'autres métabolites comme les acides aminés (issus des protéines), des acides gras (issus des réserves lipidiques), de l'acide lactique (issu de l'activité musculaire): c'est la néoglycogenèse ou néoglucogénèse. Entre les repas et en période de jeûne, il n y a plus d apport nutritif de glucose ; pourtant la glycémie est maintenue proche de 1g/L. Ce sont les cellules du foie qui libèrent dans la circulation sanguine le glucose qui sera mis àla disposition des autres cellules comme substrat énergétique. Celui-ci résulte de la dégradation du glycogène hépatique au cours de la glycogénolyse : Il s agit d une phosphorylation, catalysée par la glucokinase dans le foie et l hexokinase dans les autres tissus. Le Km de la glucokinase est relativement élevé; la vitesse de phosphorylation augmentera donc en fonction de l élévation de la glycémie. En revanche, pour l hexokinase, le Km vis-à-vis du glucose est faible, donc l enzyme a une très forte affinité pour son substrat ; ce qui est propice àla conversion du glucose en glucose-6-phosphate, même en situation de glycémie basse. 8

9 9

10 Insuline-organes cibles Les muscles squeletiques Du fait de l importance de la masse musculaire (35 kg pour un homme de 70 kg), les muscles sont de gros consommateurs de glucose. Celui-ci est stockédans les muscles sous forme de glycogène. Par hydrolyse, le glycogène restitue ultérieurement des molécules de glucose immédiatement utilisées par la cellule musculaire. Les muscles peuvent également utiliser des acides gras libres dans le sang Le tissu adipeux Le glucose peut être transforméen triglycérides(lipides) par les cellules du foie et être stockésous cette forme dans les cellules adipeuses (ou adipocytes). 10

11 Enzymes responsables du métabolisme de glycogène Réaction Glucose + PO 4 H 3 -> Glucose-6- phosphate + H 2 O nglucose-6-phosphate -> Glycogène + nh 2 O Glycogène + nh 2 O -> nglucose-6-phosphate Glucose-6-phosphate + H 2 O -> Glucose + PO 4 H 3 Enzyme Glucokinase (ou hexokinase) Glycogène synthétase Glycogène phosphorylase Glucose-6-phosphatase 11

12 Comparaison des équipements enzymatiques des cellules musculaires et hépatiques Cellule musculaire Hexokinase Glucose phosphorylase Glycogène synthétase (formes a et b) Glycogène phosphorylase (formes a et b) Cellule hépatique Glucokinase Glucose phosphorylase Glycogène synthétase (formes a et b) Glycogène phosphorylase (formes a et b) Glucose-6-phosphatase 12

13 Rôle du pancréas dans la régulation de la glycémie 13 6-Les mécanismes régulateurs de la glycémie 6.1- Observations L'origine des diabètes a étécomprise au XIXe siècle àla suite d'expériences réalisées chez l'animal Expérience d'ablation du pancréas ou pancréatectomie Chez un chien pancréatectomisé, deux types de troubles apparaissent: -digestifs d'abord, dus àl'absence du suc pancréatique indispensable àla digestion, -glycémiques ensuite comme l'indiquent les résultats graphiques ci-dessus: 13

14 Rôle du pancréas dans la régulation de la glycémie 14 Expérience de greffe d'un pancréas après ablationchez un chien pancréatectomisé, on raccorde un pancréas àla circulation sanguine du cou comme l'indique la figure. Des prélèvements sanguins répétés permettent de suivre la glycémie. Après quelques heures, le pancréas est "débranché". Disparition du diabète pendant la gestationchez une chienne diabétique, les troubles liés au diabète disparaissent pendant la gestation, mais réapparaissent après la mise bas. Expérience d'injection d'extraits pancréatiquesdes extraits pancréatiques injectés dans le sang d'un animal diabétique font rapidement baisser la glycémie. 14

15 Etude histologique du pancréas Etude histologique du pancréas Etude histologique du pancréas Le pancréas est une glande mixte: -ses cellules acineusesfabriquent et déversent des enzymes digestives dans le duodénum (glande exocrine), -les îlots de Langerhanssécrètent dans le sang des hormones faisant varier la glycémie (glande endocrine). Ces îlots sont formés de cellules alpha (àla périphérie des îlots) qui sécrètent le glucagon et les cellules beta (au centre des îlots) l insuline. 15

16 Insuline-mécanisme de sécrétion Structure de l insuline L insuline est un polypeptide forméchez l homme de 51 acides aminés en deux chaines. Elle est sécrétée par les cellules beta des îlots de Langerhans. 6.4-Effets de Deux hormones pancréatiques antagonistes:afin d'étudier l'effet de l'insuline sur la glycémie, on soumet, pendant 90 minutes, un chien àune perfusion d'insuline dosée à70 mu/kg/h (10 mu correspondent à0,4.10e-9 g d'insuline). Pour connaître celui du glucagon, on soumet un chien àune perfusion assurant dans un premier temps, le maintien de la glycémie àune valeur normale, puis àune perfusion en glucagon multipliée par quatre pendant 180 minutes 16

17 Insuline-mécanisme de sécrétion 17 Analysons le mode d'action des deux hormones sur les cellules hépatiques. Pendant 4 heures on injecte du glucagon àdes chiens en bonne santé, àjeun depuis 12 heures. On suit l'évolution de la teneur en phosphorylase hépatique, une enzyme du foie qui intervient dans la glycogénolyse (graphe ci-contre, àdroite). La teneur du foie en glycogène est dosée chez un chien après une pancréatectomie, puis pendant un temps au cours duquel on pratique des injections répétées d'insuline (graphe ci-contre, à gauche). 6.5-Rôle de l insuline Les cellules cibles de l insuline sont: -le foie: l insuline : - augmente la perméabilité du glucose au niveau des hépatocytes - bloque la glycogénolyse - augmente la glycogénogénèse -les muscles: l insuline: - augmente la perméabilité cellulaire au glucose - augmente le catabolisme du glucose et augmente la glycogénogenèse - augmente l entrée des acides aminés et synthèse protéique -Les adipocytes: l insuline: - augmente la lipogénèse et bloque la lipolyse -Augmente la perméabilité cellulaire au glucose Remarque: l insuline n a aucun effet sur le système nerveux, les globules rouges, les reins et le tractus digestif 17

18 Insuline-tissus cibles Tissus cibles de l insuline Mode d action de l insuline Pour recevoir l insuline, les cellules cibles possèdent un récepteur spécifique tel que l association de l insuline avec son site récepteur augmente la perméabilitéde ces cellules au glucose d oùsa pénétration. La sécrétion de l insuline est stimulée par l hyperglycémie et inhibée par l hypoglycémie. En effet, le glucose sanguin pénètre passivement dans les cellules pancréatiques pour ajuster la sécrétion de l insuline. 18

19 Glucagon-effets physiologiques Glucagon Système d hormones hyperglycémiantes A-Le glucagon -Structure -L étude de la structure histologique du pancréas a montréla présence de deux types de cellules dans les îlots de Langerhans. Les cellules situées àla périphérie sécrètent le glucagon qu elles déversent dans le sang. Cette hormone protéique est un petit polypeptide formé d une simple chaîne de 29 acides aminés. -Mécanisme de sécrétion sa sécrétion est stimulé par l hypoglycémie et inhibée par l'hyperglycémie. Rôles -augmente la glycogénolyse assurant la transformation de glycogène en glucose. -Favorise la dégradation de triglycérides en acides gras et glycérol. Seulement, le glycérol est utilisé pour la néoglucogenèse par activation de glycogène phosphorylase. Le glucagon a donc une action antagoniste de celle de l insuline. B-L adrénaline Est une hormone sécrétée par les cellules de la médullosurrénale. Sa sécrétion est déclenchée par des messages nerveux qui peuvent avoir plusieurs origines: - baisse brutale de la glycémie -stress -réactions émotionnelles L adrénaline, en activant rapidement la glycogénolyse, fournit àl organisme le glucose dont il a immédiatement besoin: c est l hormone de l urgence. 19

20 Glucagon et phosphorylase 20

21 Cellules cibles des hormones hyperglycémiantes Cortisol - Stimule la lipolyse H. De croissance -Stimule la glycogénolyse et la néoglucogenèse -inhibe l utilisation du glucose par les cellules musculaires Glucagon Stimule la glycogénolyse et la néoglucogenèse Adrénaline Stimule la glycogénolyse et la néoglucogenèse 21 C-Le cortisol: Est une hormone sécrétée par la corticosurrénale. Il est hyperglycémiant en agissant à deux niveaux: -Il diminue l utilisation du glucose au niveau des cellules -Il accroît la dégradation des lipides et des protéines: les acides gras et les acides aminés ainsi libérés sont alors susceptibles d être transformés en glucose au niveau du foie. D-L hormone de croissance (GH, Growth Hormon) La GH est sécrétée par le lobe antérieur de l hypophyse. Elle agit comme antagoniste de l insuline au niveau des cellules musculaires, bloquant l utilisation du glucose; elle a aussi une action positive sur la néoglucogenèse au niveau du foie. 21

22 Synthèse 22

23 Récapitulatif 23 En résumé, les cellules produisent l'insuline(insula = île): polypeptide formée de 51 acides aminés. Elle déclenche une baisse de la glycémie: on dit qu'elle est hypoglycémiante. C'est le chirurgien canadien Frederick BANTING qui fut le premier àisoler l'insuline en les cellules produisent le glucagon: polypeptide forméde 29 acides aminés. C'est une hormone hyperglycémiante. 23

24 Déclenchement de la sécrétion des hormones pancréatiques 24 8-Déclenchement de la sécrétion des hormones pancréatiques:on opère sur un pancréas isoléde chien sur lequel la circulation sanguine a étéremplacée par la perfusion d'un liquide physiologique qui assure la survie des cellules. Dans ce liquide on modifie àvolontéla concentration en glucose. On mesure la libération d'insuline et de glucagon en fonction de la concentration en glucose du liquide de perfusion (graphe cicontre). 24

25 Synthèse 25 9-Synthèse 25

26 LA REGULATION DE LA GLYCEMIE, EXEMPLE DE MECANISME AUTOREGULE La régulation de la glycémie, exemple de mécanisme autorégulé La glycémie, comme de nombreux paramètres physiologiques (concentrations de constituants sanguins, ph, température,) est constamment contrôlée. Sa valeur fluctue autour d'une valeur de consigne (1 g.l-1): cette homéostasieest obtenue grâce àl'intervention de mécanismes autorégulés: la variation du paramètre contrôléou système réglédéclenche une réaction du système réglanttelle qu'une correction aît lieu. Le système régléest susceptible de varier àla hausse (après un repas) ou àla baisse (jeûne). Le système réglantcomporte d'une part des capteursenregistrant les écarts de glycémie par rapport à1 g.l-1 et d'autre part les organes et mécanismes amenés à réagir pour corriger ces écarts: -les cellules et des îlots de Langerhans sont sensibles aux écarts glycémiques et sont donc les détecteurs, -ces mêmes cellules constituent aussi le système de commande de la régulation en adaptant leur sécrétion hormonale: après un repas, celle de glucagon est freinée, voire supprimée, celle d'insuline accrue. -les organes effecteurs, sensibles aux hormones pancréatiques, réagissent aux messages chimiques en stockant ou en libérant plus ou moins de glucose. Les écarts àla valeur de consignesont corrigés automatiquement: une hyperglycémie entraîne une hausse de l'insulinémie, associée àune baisse du taux de glucagon: le prélèvement cellulaire de glucose est accru, assurant le retour de laglycémie àla valeur de consigne, inversement lors du jeûne. 26

27 L'origine complexe des diabètes Pour porter le diagnostic de diabèteil suffit de constater une hyperglycémie chronique: Glycémie àjeun supérieure à1,26 g/l (7 mmol/l) à deux reprises ou Glycémie supérieure à 2 g/l(11,1 mmol/l) à n'importe quel moment de la journée Les diabètes Définition (voir diapo) 27

28 Classification des diabètes DEUX GRANDS TYPES DE DIABETES définition et Classification A-diabète de type I ou diabète insulino-dépendant C est un diabète sucré, dont la forme la plus fréquente est la conséquence d'unemaladieauto-immune, c'est-à-direla destruction des cellules βdes îlotsde Langerhansdupancréas(qui synthétisentl'insuline) par lesystèmeimmunitaire,. Le diabètede type 1 estle plus souventundiabèteinsulinodépendant. C'estla cause la plus fréquente de diabète chez l'enfant Ce diabète de type I, appeléautrefois diabète juvénile,est remarquable par son début brutal: -Exagération anormale de la sensation de soif, poussant le malade àboire en grande quantité(polydipsie) associée àune augmentation de volume des urinesémises par 24 heures (polyurie). -Exagération anormale de la prise d'aliments, habituellement liée àune exagération de l'appétit (polyphagie). -Amaigrissementet asthénie(affaiblissement prononcéde l'état général accompagnéd'une baisse de la vitalitéde l'organisme) chez un sujet jeune, mince. -Cétonurie (élimination urinaire des corps cétoniques, normalement très faible) associée à la glycosurie (élimination urinaire de glucose). On ne retrouve d'antécédent familial que dans 1 cas sur 10. Ce diabète survient essentiellement avant 20 ans, mais connaît 2 pics d'incidence vers 12 et 40 ans. Il peut être associéàd'autres maladies auto-immunes (réactions immunitaires vis-à-vis de certains des propres antigènes de l'organisme). 28

29 Classification des diabètes 29 B- diabète de type II ou diabète non insulino-dépendant ou diabète de maturité Il résulte d une mauvaise utilisation de l insuline par l organisme(résistance à l insuline au niveau de ses organescibles). Le diabètede type 2 représente90% des diabètesrencontrésdansle monde. Le diabète de type II, appeléautrefois diabète de l'âge mûr, se caractérise typiquement par: la découverte fortuited'une hyperglycémie chez un sujet de plus de 40 ans, avec un surpoids ou ayant étéobèse, avec surcharge pondéralede prédominance abdominale (rapport taille / hanche supérieur à0,8 chez la femme, supérieur à0,95 chez l'homme). Le plus souvent, on retrouve une héréditéfamilialede diabète non insulino-dépendant. Il est souvent associéàune hypertension artérielle essentielle et/ou àune hypertriglycéridémie. Le diagnostic se fait le plus souvent lors d'un examen systématique. En effet, le diabète de type II est asymptomatique. Le retard au diagnostic est d'environ 5 ans. Ainsi, dans 20 % des cas, il existe une complication du diabète au moment du diagnostic. Les diabètes MODY (Maturity Onset Diabetes of the Young) sont les conséquences de la mutation de certains gènes impliqués dans le métabolisme du glucose et représentent 5% des DNID. Par exemple, l un de ces diabètes résulte de la mutation du gène codant la glucokinase. Cette enzyme catalyse la phosphorylation du glucose en glucose-6-phosphate après son entrée dans les cellules hépatiques. La forme phosphorylée du glucose est indispensable àson intégration dans la voie biochimique dela glycogénogenèse. La forme mutée de la glucokinase est inactive et les cellules hépatiques ne peuvent plus stocker le glucose excédentaire: il y ahyperglycémie. Les diabètes MODY s installent chez les sujets jeunes qui le plus souvent présentent une obésité 29

30 Physiopathologie des diabètes 30

31 Epidémiologie des diabètes Le diabète ans le monde (état en 2002) On compte plus de 100 millions de diabétiques. Environ 2,8% de la population adulte est atteinte. Entre 6 et 10% de la population américaine est atteinte. Les minorités noires, indiennes et hispaniques sont les plus touchées. Le diabète de type Iou DID (Diabète insulino-dépendant)n'est pas réparti uniformément dans le monde. La France est parmi les pays oùle taux est assez bas. La Finlande a un taux 3 fois plus élevéque la France, la Chine et le Japon ont des taux plus faibles. Il y a deux fois moins de diabète de type IIou DNID (Diabète non insulino-dépendant)dans les populations rurales actives que dans les populations urbaines sédentaires. Toutes formes confondues, la fréquence des diabètes dans la population augmente rapidement àpartir de 45 ans pour culminer entre 55 et 75 ans. Le vieillissement de la population permet de prédire une augmentation sensible du nombre de patients diabétiques âgés. Des prospectives annoncent pour l'an 2025 un chiffre de 300 millions de diabétiques, soit 5,4 % de la population mondiale. En France (état en 2002)Le DIDconcerne environ à personnes dont environ ont moins de trente ans. Il représente 10 à15% de l'ensemble des diabètes. On note des antécédents chez des parents au premier degrédans 5% des cas, un peu plus souvent du côtépaternel. Chaque année 4000 nouveaux cas sont identifiés. Dans le cas des jumeaux monozygotes, si l un est atteint du DID, l autre présente 35 à40 % de risque de développer la maladie. Le DNIDconcerne 1,5 million de personnes auxquelles il faut en rajouter peut être qui s'ignorent. On constate que 53% des hommes et 69% des femmes atteints de DNID présentent une surcharge pondérale. On note des antécédents chez les parents au premier degrédans 60% des cas. Un quart des frères et soeurs d'un diabétique gras sont ou seront diabétiques; l'existence d'un père ou d'une mère diabétique multiplie le risque par deux. Dans le cas des jumeaux monozygotes, si l un est atteint du DNID, l autre présente 80 % de risque de développer la maladie 31

32 Les causes de diabète Causes de deux types de diabète Diabète de type I ou diabète insulino-dépendant (DID): A-Facteurs génétiques Le diabète de type 1, diabète insulinodépendant, est une maladie peu héréditaire : 10 % des cas seulement sont familiaux. Il existe néanmoins une prédisposition d'origine génétique à cette affection. Cette prédisposition est nécessaire mais elle ne suffit pas : d'autres facteurs, en particulier d'environnement, participent au déclenchement de la maladie auto-immune. Une maladie auto-immune est une réaction du système immunitaire contre l organisme, dans le cas présent le système immunitaire détruit les îlots de Langerhans ou le pancréas. Les individus portant des marqueurs du CMH (complexe majeur d histocompatibilité ou carte d identité cellulaire) de type DR3 et DR4 ont 3 fois plus de risque de développer un diabète. Inversement il existe des gènes protecteurs c est à dire dont la présence dans le génotype implique un risque moins grand de développer un diabète. Chez la souris NOD (Non-Obese Diabetic), modèle animal expérimental on a pu constater qu il existe un gène de prédisposition porté par le chromosome 1 pour deux maladies auto-immunes très souvent liées : la sialite ou inflammation des glandes salivaires provenant de l accumulation de cellules du système immunitaire autour des vaisseaux et des canaux sécrétoires, la péri insulite, inflammation autour des îlots de Langherhans qui se poursuit parfois par l infiltration de cellules immunitaires et la destruction des cellules productrices d insuline. Cette destruction provoque un diabète. Ces maladies auto immunes sont autant de marqueurs du développement potentiel du diabète final. Six gènes participeraient à l apparition et au développement du diabète d origine auto immune. Le gène CTLA4 gouvernant la synthèse de la protéine CTLA4 est aussi impliqué dans l apparition de certains diabètes. Cette protéine est extrêmement importante dans la régulation des réponses immunitaires. Son gène est aussi le siège d'un polymorphisme, qui pourrait expliquer pourquoi certains individus sont plus exposés que d'autres à développer des maladies auto-immunes comme le diabète insulino-dépendant. B-Facteurs environnementaux. On soupçonne certains virus d être des éléments déclenchants en raison de la similitude de certaines de leurs protéines antigéniques avec celles des cellules β. D autres facteurs sont envisagés : molécules d origine alimentaire, le stress 32

33 Les causes de diabètec 33 Diabète de type II ou diabète non insulino-dépendant (DNID): A-Facteurs génétiques. Des études de prévalence (la prévalence représente le nombre de cas (adultes) existant dans une population déterminée àun moment donné) apporte de nombreux arguments et démontrent le rôle de l'héréditédans le DNID. Des études de population, soit àfaible prévalence (Esquimaux), soit àprévalence très élevée (Indiens Pima ou Micronésiens) plaident fortement en faveur de cette hypothèse. Il existe des arguments s'appuyant sur l'étude des familles dans lesquelles le DNID est particulièrement présent. Les études de jumeaux monozygotes montrent que si l'un présente un DNID, dans 90 % des cas l'autre aussi est diabétique ou le deviendra.d'autre part, 26 % des frères ou soeurs d'un DNID sont ou seront diabétiques. Toutefois l'étude de l'héréditédu DNID est délicate, l'âge de la découverte, relativement tardif dans la plupart des cas, rendent difficile l'établissement d'arbres généalogiques. Diabète MODDY (forme particulière de DNID): Le DNID, chez les sujets jeunes (moins de 30 ans) ou MODY ( diabète de type adulte mais présent chez le jeune), constitue une prédisposition familiale particulièrement forte avec une présence de diabète dans trois générations successives, et chez 50 % des sujets d'une même fratrie.ceci plaide fortement pour une transmission autosomique dominante. Le gène responsable du diabète MODDY est le gène qui code pour le glucokinase. Cette enzyme, qui joue un rôle clé dans le maintien de la glycémie normale, est n intervient spécifiquement que dans le foie et les cellules bêta. Elle participe en effet àl entrée du glucose (sucre) par les cellules du foie et àla libération de l'insuline par le pancréas en réponse au glucose. Une anomalie de ce gène a été mise en évidence dans 50 % d'un diabète particulier : MODY, une forme minoritaire de diabète de type 2 (moins de 5 % des patients) qui affecte des sujets jeunes (avant 25 ans). B-Facteurs environnementaux Des travaux analogues sont menés pour vérifier si certaines substances, éventuellement même d'origine alimentaire, ne pourraient pas être également incriminées. Les protéines du lait de vache par exemple sont aujourd'hui suspectées, sans que rien ne permette encore d'affirmer leur responsabilité. Pour le diabète de type 2, il a en outre déjàétéprouvéque l'état nutritionnel (obésité) et le comportement (sédentarité) sont fortement en cause dans la révélation du diabète, mais sans doute aussi dans le déclenchement du processus pathogène qui conduit à l'intolérance au glucose (sucre) et à l'hyperglycémie chez les individus prédisposés. Une obésité ou un surpoids important sont fréquemment associés au DNID. 50 à80 % des DNID ont un excès pondéral supérieur à10 %, ce qui représente un doublement de leur masse graisseuse. Il est possible que l'obésité n'agisse que comme facteur favorisant l'éclosion du DNID sur un terrain génétiquement prédisposé, ou bien qu'obésité et diabète dépendent d'une même prédisposition génétique. Il existe toutefois des obésités majeures sans diabète et des DNID sans surpoids. Les facteurs nutritionnels semblent impliqués dans l apparition du diabète.

34 Les causes de diabète 34 Hormis l'excès d'apports caloriques par le biais de l'obésité qu'ils entraînent, des études récentes plaident en faveur de facteurs nutritionnels qualitatifs spécifiques : la consommation excessive de sucre (saccharose), l'insuffisance d'apports en fibres alimentaires, la qualité des acides gras alimentaires. Il existe des arguments en faveur du rôle protecteur de l'exercice physique, ou d'un effet défavorable de la sédentarité. Enfin prévalence et incidence du DNID augmentent en fonction de l'âge pouvant s'expliquer en partie par une insulino-résistance qui augmente parallèlement de façon physiologique. On peut ainsi formuler l'hypothèse d'une maladie génétiquement déterminée (génotype diabétique) et de facteurs d'environnement favorisant l'éclosion de la maladie (phénotype diabétique). Dans certaines formes l'anomalie génétique est si importante que le diabète apparaîtra quelque soient les circonstances. Dans d'autres cas, l'apparition du diabète dépendra du cumul des facteurs de risques. Le stress qui caractérise nos sociétés, s'associe volontiers àdes conditions nutritionnelles et de sédentarité tels qu'il est difficile de l'analyser de façon indépendante. Le DINID augmente avec l âge car la tolérance au glucose diminue progressivement avec l âge c est à dire que les tissus deviennent résistants à l insuline. La détérioration de la tolérance normale au glucose et le glissement vers le DSNID se fait en deux étapes : l apparition de l abaissement de la tolérance au glucose, la progression vers un diabète de type 1. Remarques 1- Gène du glucagon: Cettehormone intervientdansla régulationde la glycémieen contrôlantla production et libérationde glucose par le foieet en régulantla sécrétiond'insuline. Elle agitsurles cellules par l'intermédiaired'un récepteursituédansla membrane, dontle gèneestlocalisésurle chromosome 17. Unemutation de ce gène serait impliquée dans l'apparition de certains diabètes(10 familles de la banque française d'adn). 2- La région promotrice du gène de l insuline L'insuline, bien que faisant défaut au cours du diabète insulino-dépendant, n'est pas anormale dans sa structure. Cependant, la région du gène de l'insuline qui régule le niveau de production de l'hormone(ce quel'onappellela régionpromotrice) n'estpas identiqued'un individuàl'autre(on appellecelaun polymorphisme). Très récemment il a été montré qu'un polymorphisme de la région promotrice du gène de l'insuline est associé au diabète de type1. 3-

35 Diabète et médecine prédictive Diabète et médecine prédictive Actuellement la médecine a trois objectif complémentaires: soigner les malades c est la médecine curative, prévenir l apparition de certaines maladies, c est la médecine préventive, prévoir ou tenter d identifier les sujets, c est la médecine prédictive. Dans ce dernier cas des études épidémiologiques montrent que certaines maladies comme le diabète sont associées à des facteurs de risques liés par exemple à l alimentation. Les facteurs de risque qui ont été associés à la mortalité chez des patients diabétiques sont l âge, l obésité, l hypertension, le tabagisme, la glycémie. Tous les individus ne sont pas également sensibles car il existe des prédispositions génétiques c est à dire que certains sujets présentent un risque plus élevé de développer certaines maladies. Le diagnostic prénatal offre la possibilités de rechercher les gènes de susceptibilité. Le principe des Cette possibilité de diagnostic soulève des problèmes bioéthiques. Afin de prévenir toute dérive eugénique que pourrait constituer une politique de santé publique basée sur l élimination de tel ou tel handicap, la France s estdotéen 1994 d un ensemble législatifayantpour but de fixer les limitesde l utilisation, des techniques biomédicales modernes. Ainsi l article 16-4 du code civil stipule que«toute pratique eugénique tendant à l organisation de la sélection des personnes est interdite». De la mêmefaçonles progrèsde la science permettentdanscertainscasun thérapiegénique, c està dire de pouvoir modifier les gènes directement dans la cellule oeuf (méthode uniquement utilisée pour l instant chez l animal). On peut craindre alors que la moindre anomalie soit intolérable chez l embryon et l enfant or une des caractéristique de l espèce est sa diversité y compris pour l espèce humaine.

36 Synthèse Diabète de type 1 Diabète de type 2 Epidémiologie 10% des diabètiques 90% des diabètiques Facteurs de déclenchement Signes cliniques Mécanisme de la maladie Taux d insulinémie Gènes de prédisposition + facteurs environnementaux (virus..) Hyperglycémie, début brutal et précoce, polydypsie, polyurie, poids normal ou amaigrissement Cellules beta détruites, peu d insuline libérée Les récepteurs des cellules cibles sont fonctionnels Très faible Gènes de prédisposition + facteurs environnementaux (obésité, sédentarité ) Hyperglycémie, début progressif et tardif, parfois absece de symptômes, obésité dans 1 cas sur 5 Cellules beta intactes, production normale d insuline Les récepteurs des cellules cibles sont résistants àl action de l insuline Normale qui diminue à long terme 36

37 La régulation de la glycémie Stimulation Inhibition 0 1 g/l 2 Pancréas 0 1 g/l 2 Hypoglycémie Ilot de Langerhans Hyperglycémie + Cellules α Cellules β + Glucagon Cellule Hépatique Insuline Récepteur de l insuline Récepteur du glucagon Hydrolyse du glycogène Synthèse du glycogène Glucose Glycogène Glucose Cellule musculaire Synthèse du glycogène 1 g/l g/l 0 2 Cellules adipeuses Synthèse d acides gras Hypoglycémie Compensée Acides gras Hyperglycémie Compensée 37

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

CH 5 RÉGULATION DE LA GLYCEMIE

CH 5 RÉGULATION DE LA GLYCEMIE CH 5 RÉGULATION DE LA GLYCEMIE I. les hormones : généralités 1. définition d'une hormone Substance sécrétée par une glande endocrine. Elle est libérée dans le sang et se retrouve dans toute la circulation

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

D après SVT 1 ère S, Nathan, 2001, modifié Remérand 2001.

D après SVT 1 ère S, Nathan, 2001, modifié Remérand 2001. Enseignement Obligatoire de 1 ère S - Dossier 2 : la régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques- 1 Ac. Poitiers 1 ère S Enseignement général Le diabète, une maladie en constante augmentation,

Plus en détail

Oui à la diète! Non au diabète!

Oui à la diète! Non au diabète! Oui à la diète! Non au diabète! Introduction Le diabète sucré est une maladie définie par la tendance à avoir trop de sucre dans le sang. La mesure de ce taux de sucre s'appelle la glycémie. Le diabète

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques. Séquence 5 SN12 105. Cned Académie en ligne

La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques. Séquence 5 SN12 105. Cned Académie en ligne > La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Séquence 5 SN12 105 Chapitre 1 > L'homéostasie glycémique....................................................................... 109 A Le constat

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité en échangeant de l'information.

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie.

CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie. CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie. Problématiques : Quelle est la valeur normale de la glycémie? Quels sont les organes capables d agir sur la glycémie? Quels sont les mécanismes

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l

LABORATOIRE D ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE. Glycémie.0.75 g/l N: 0.70 1.10 4.16 mmol/l La régulation de la glycémie Introduction : Qu est ce que la glycémie? Quelles sont les valeurs normales de la glycémie? Document 1: bilan sanguin d une personne non diabétique (à jeun) Docteur P Pharmacien

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue HOMÉOSTASIE 1. Système nerveux et système endocrinien 589 Maintien de l homéostasie par : Système endocrinien (hormonal) : Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue Système nerveux

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

Cours-premièreS - Homéostat glycémique Année 2010 / 2011

Cours-premièreS - Homéostat glycémique Année 2010 / 2011 LA GLYCÉMIE ET LES DIABÈTES... 2 CHAPITRE I LA GLYCÉMIE... 2 1/ découverte de l homéostat glycémique... 2 A/ L homéostat glycémique... 2 B / Modèle hypothétique de l homéostat glycémique... 2 2/ Les organes

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Physiologie des régulations BI 632 L3

Physiologie des régulations BI 632 L3 Physiologie des régulations BI 632 L3 Cours 3 Christophe Porcher Christophe.porcher@univ-amu.fr Institut de Neurobiologie de la Méditerranée - INSERM U901 http://www.inmed.univ-mrs.fr/ La régulation de

Plus en détail

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016

Régulation de la glycémie et diabètes. Maestris /2016 Régulation de la glycémie et diabètes Maestris - 2015/2016 La glycémie Glycémie : taux sanguin de glucose A jeûn : 0,8 à 1g /L de sang (glycémie normale 1g/L) Après un repas : hyperglycémie 1,2 g/l En

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Glycémie et homéostasie

Glycémie et homéostasie Glycémie et homéostasie L homéostasie (de homeo semblable et stase rester) est l ensemble des mécanismes permettant de réguler la constance du milieu intérieur. La glycémie est la mesure du taux de glucose

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

G2. Régulation de la glycémie

G2. Régulation de la glycémie G2. Régulation de la glycémie Hypoglycémie et hyperglycémie ont des conséquences graves pour le corps. C est la raison pour laquelle ce facteur doit être régulé. G2.a MESURE DE LA GLYCEMIE ET VARIATIONS

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

RÉGULATION de la GLYCÉMIE

RÉGULATION de la GLYCÉMIE Physiologie Moléculaire Cours06 02/04/08 FEUGEAS RÉGULATION de la GLYCÉMIE I. VALEURS USUELLES ET REGULATION PHYSIOLOGIQUE : A. Valeurs et variations usuelles : glycémie à jeun (sans apport alimentaire

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

CHAPITRE III : COMMUNICATION HORMONALE ; EXEMPLE : RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE

CHAPITRE III : COMMUNICATION HORMONALE ; EXEMPLE : RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE CHAPITRE III : COMMUNICATION HORMONALE ; EXEMPLE : RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE Les repas répondent aux besoins de l organisme en substances nutritives ; notamment les glucides. L activité sportive necessite

Plus en détail

RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE

RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE Biologie RÉGULATION DE LA GLYCÉMIE SERVICE FORMATION CONTINUE, UNIVERSITÉ DE LILLE - SCIENCES ET TECHNOLOGIES DÉPARTEMENT SCIENCES JACQUES COGET Juillet 2013 Table des matières Table des matières 3 I

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

E. Grelier Lycée J. Moulin. La régulation de la glycémie

E. Grelier Lycée J. Moulin. La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie Introduction Rappeler ce qu est la glycémie et l homéostasie. On mesure la glycémie à jeun chez un individu en bonne santé durant une semaine Question : Analyser le tableau

Plus en détail

Qu'est-ce que le diabète?

Qu'est-ce que le diabète? Qu'est-ce que le diabète? Le diabète est une maladie qui touche de plus en plus de citoyens gaspésiens, québécois et canadiens. La prévalence de cette maladie sur la population mondiale atteint actuellement

Plus en détail

THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES

THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES THEME 1 GLYCEMIE ET DIABETES INTRO : Le glucose est une molécule fondamentale pour notre organisme. En effet il constitue à la fois une source d énergie et de matière (il sert à la synthèse de biomolécules).

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

Régulation de la glycémie et diabètes BNEI ELAZAR /2016

Régulation de la glycémie et diabètes BNEI ELAZAR /2016 Régulation de la glycémie et diabètes BNEI ELAZAR - 2015/2016 Rappels sur la digestion Rappels sur la digestion Rappels sur la digestion Dégradation d aliments en nutriments Par voie mécanique Par voie

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

LA GYCEMIE MAEVA MANUEL ET LEA PERRIN 3 H PAR

LA GYCEMIE MAEVA MANUEL ET LEA PERRIN 3 H PAR LA GYCEMIE PAR MAEVA MANUEL ET LEA PERRIN 3 H 1) À partir de l extrait de presse ci-dessous, décrire la raison pour laquelle on a prescrit le médicament «Médiator» à des patients? Depuis 1976, le Médiator,

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Facteurs environnementaux et mode de vie (alimentation, sédentarité, tabagisme, UV, )

Facteurs environnementaux et mode de vie (alimentation, sédentarité, tabagisme, UV, ) D autres maladies aux origines plurifactorielles : Génotype Facteurs environnementaux et mode de vie (alimentation, sédentarité, tabagisme, UV, ) Phénotype Prédisposition génétique (diabète de type 2,

Plus en détail

CORRIGE DE LA REVISION SUR LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

CORRIGE DE LA REVISION SUR LA REGULATION DE LA GLYCEMIE CORRIGE DE LA REVISION SUR LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Explication des mécanismes ponctuels : réponses rapides en référence au cours Stockage et libération glucose : Référence au cours : I Glycémie constante

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Régulation de la glycémie introduction. cerveau utilisation du glucose source : sang seule source d énergie taux très élevé. injection de glucose*

Régulation de la glycémie introduction. cerveau utilisation du glucose source : sang seule source d énergie taux très élevé. injection de glucose* Régulation de la glycémie introduction injection de glucose* cerveau utilisation du glucose source : sang seule source d énergie taux très élevé cerveau très sensible à une diminution de la glycémie Régulation

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 J ai choisi le cas de Monsieur E. car la diététique a un rôle essentiel dans l amélioration du diabète de type 2 en équilibrant l alimentation et en luttant contre

Plus en détail

CAHIER DE LABORATOIRE

CAHIER DE LABORATOIRE Cégep de Rivière-du-Loup Programme Soins Préhospitaliers d Urgence 181.AO CAHIER DE LABORATOIRE ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 101 013 RL (2-1 -2) PRÉALABLES: AUCUN Hiver 2009 Nadine Coulombe Local: C-132 Tél.:

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE Le diabète Suis-je concerné? MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. Vous vous posez des questions sur le diabète? Vous vous demandez si vous êtes concerné? Vous connaissez une personne

Plus en détail

IV - DIABETE DE TYPE 2

IV - DIABETE DE TYPE 2 IV - DIABETE DE TYPE 2 1- EPIDEMIOLOGIE : 1-1- Prévalence : Le diabète de type 2, anciennement nommé diabète non insulino-dépendant (DNID), est de loin le type de diabète le plus fréquent (environ 90%

Plus en détail

La gluconéogenèse c est la synthèse de glucose à partir de pyruvate.

La gluconéogenèse c est la synthèse de glucose à partir de pyruvate. IV Gluconéogenèse La gluconéogenèse c est la synthèse de glucose à partir de pyruvate. La gluconéogenèses est essentiellement réalisée dans les cellules du foie (90 %). Mais elle peut également survenir,

Plus en détail

Cellule alpha Cellule contenue dans les îlots de Langerhans du pancréas qui est responsable de la production du glucagon, hormone hyperglycémiante.

Cellule alpha Cellule contenue dans les îlots de Langerhans du pancréas qui est responsable de la production du glucagon, hormone hyperglycémiante. A Acétone Témoin de l'utilisation des graisses. Lorsque l'organisme ne parvient pas à utiliser du sucre pour obtenir l'énergie qui lui est nécessaire, il utilise les graisses ; cette utilisation des graisses

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Partie 2, Chapitre 2, TP 3 : LES PHENOTYPES DIABETIQUES

Partie 2, Chapitre 2, TP 3 : LES PHENOTYPES DIABETIQUES Partie 2, Chapitre 2, TP 3 : LES PHENOTYPES DIABETIQUES CONSIGNE GENERALE : A partir, des documents suivants, construire un tableau présentant les deux types de diabète, en précisant les phénotypes (moléculaire

Plus en détail

TP 5 : les diabétiques.

TP 5 : les diabétiques. VIDEO : Intro / révision : "L'insuline, le glucose et vous" 0 à 1:37 TP 5 : les diabétiques. Vidéo : "C la santé" 0:29 à 1:15 2 millions en France (4 millions maintenant) 180 millions dans monde / en 2011

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE

PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE Prise en charge préhospitalière d un patient en hypoglycémie par des équipages d ambulances hors présence médicale ou paramédicale. V 1.1 Fabian Thomas INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes

L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes présentée par Hélène Gagné, infirmière clinicienne Responsable du programme diabète CJD 2008 Cette présentation vise à 1. Savoir vulgariser la maladie

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

Maintien de la glycémie

Maintien de la glycémie ONTRÔLE ORMONAL DU METABOLISME INTRODUTION B - LE GLUAGON - L'ADRENALINE D - LE ORTISOL E - MAINTIEN DE LA GLYEMIE F - LE DIABETE SURE ONTRÔLE ORMONAL DU METABOLISME INTRODUTION Le fonctionnement harmonieux

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

LA MISE EN RESERVE DU GLUCOSE

LA MISE EN RESERVE DU GLUCOSE FICHE SEANCE LA MISE EN RESERVE DU GLUCOSE Nombre de séances : 2 Durée: 4h Discipline : SVT Niveau : Première S Partie du programme concernée : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiues.

Plus en détail

Glycémie et diabète. aliment = source d'énergie et de carbone pour les organismes hétérotrophes

Glycémie et diabète. aliment = source d'énergie et de carbone pour les organismes hétérotrophes Glycémie et diabète! PLAN 1 La digestion et les enzymes A) Le rôle de la digestion aliment = source d'énergie et de carbone pour les organismes hétérotrophes digestion : permet la transformation de glucides

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCEMIE

REGULATION DE LA GLYCEMIE REGULATION DE LA GLYCEMIE Approvisionnement continu en glucose cellules activité métabolique normale. Constance remarquable de la glycémie : 4-6 mmol/l (0,7-1,1 g/l) Régulation étroite. Exemple : SNC Besoins

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang,

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang, Le diabète I. Qu est-ce que c est? On a tous déjà entendu parler du diabète, sans savoir exactement de quoi il s agit. Pourtant, en France, on estime que plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète,

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

GLYCEMIE DIABETE. I. La digestion, voie d entrée du glucose dans l organisme. 1. Rôle des enzymes

GLYCEMIE DIABETE. I. La digestion, voie d entrée du glucose dans l organisme. 1. Rôle des enzymes GLYCEMIE DIABETE La glycémie est la quantité de glucose circulant dans le sang. Sa régulation par l org est un phénomène complexe et primordial mettant en jeu divers mécanismes, comme la d ou la sécrétion

Plus en détail

GRANDES INTÉGRATIONS MÉTABOLIQUES

GRANDES INTÉGRATIONS MÉTABOLIQUES GRANDES INTÉGRATIONS MÉTABOLIQUES Rappel des principes de base: Principes de bases du catabolisme: ATP (unité universelle d énergie) est produit par l oxydation des éléments énergétiques principalement

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail