DIABÈTE : LE FLÉAU SILENCIEUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIABÈTE : LE FLÉAU SILENCIEUX"

Transcription

1 DIABÈTE : LE FLÉAU SILENCIEUX Si le diabète de type 1 est facile à identifier, le diabète de type 2, très fréquent, évolue de façon silencieuse jusqu aux premiers signes de complication. Ce diabète est responsable de plus de décès en Nord-Pas-de-Calais. Face à ce fléau de santé publique amplifié par l épidémie d obésité, les acteurs de santé se mobilisent pour informer et combattre l inéluctable. Ce texte est l original de l article rédigé par Paul Becquart Il n'a pas la prétention d apporter des solutions mais de poser des pistes de réflexion à considérer en fonction du contexte de l époque. Toute copie ou reproduction partielle ou totale est strictement interdite (art. L.122 Code de la Propriété Intellectuelle). Le téléchargement de ce document ne constitue pas une cession des droits. Les noms des personnes interviewées ont été volontairement effacés. Inscrit dans le volet Médecine du SROS III (Schéma Régional d Organisation Sanitaire) , le diabète est défini comme un problème de santé publique dont l épidémie est devenue mondiale. La prévalence de cette maladie chronique étant en forte augmentation, le nombre estimé de personnes diabétiques en Nord-Pas-de-Calais devrait passer de en 2006 (prévalence de 3.05%) à malades en 2025 soit 5.4% de la population, avec un coût actuel de santé publique évalué à 360 millions d euros pour la région. Des chiffres effrayants En France, 2 millions de diabétiques diagnostiqués malades qui s ignorent 1 ère cause de cécité acquise 1 ère cause d amputation non consécutive à un accident 2 à 4 fois plus de risque de développer une maladie cardiovasculaire 2 fois plus d accident vasculaire cérébral 4.9 milliards d euros pour la prise en charge médicale Une situation régionale en hypoglycémie L enquête décennale de l INSEE révèle une prévalence régionale du diabète (nombre de malades pour une population donnée) de l ordre de 4%, donc supérieure à la moyenne nationale de 3%. Ce mauvais chiffre qui ne cesse de confirmer les tristes records habituels en matière de pathologies dans la région Nord-Pas-de-Calais est, selon la plupart des spécialistes, le reflet d une mauvaise qualité ou hygiène de vie associée à une difficulté d accès aux soins ou d éducation du patient (alimentation, sédentarité, addiction). Cette particularité étant vraisemblablement liée au contexte socioprofessionnel de la région. Toutefois si cette maladie apparaît généralement en seconde partie de vie (hormis le diabète de type 1) et que la population générale vieillit, l entrée dans la maladie se fait pourtant de plus en plus tôt : 50 ans au lieu de 52. L allongement de l espérance de vie n est donc pas le facteur déterminant de cette épidémie mais bien l attitude comportementale de chacun. Bilan et recommandations du SROS III La prise en charge du diabète au niveau régional est devenue une nécessité de santé publique tant les complications de cette maladie sont catastrophiques et lourdement handicapantes. 20% des patients présentent en effet une complication cardiovasculaire, 27% une insuffisance rénale et 32% une atteinte des nerfs périphériques conduisant à une insensibilisation suivie d amputation si une (auto)surveillance n est pas exercée. Enfin, 30% des diabétiques présentent une atteinte au niveau de la rétine, le diabète étant la première cause de cécité acquise chez l adulte. Ces scores sont malheureusement à mettre en parallèle avec une situation d offre de soins préoccupante pour notre région. L état des lieux dressé dans le SROS III est à ce sujet inquiétant : «une prise en charge hospitalière insuffisante, un fonctionnement des services à améliorer en termes de pratiques coopératives internes et externes, des réseaux ville-hôpital à améliorer, le renouvellement non assuré des diabétologues et des médecins généralistes, l ophtalmologie en mal de spécialistes, dispositif hospitalier déficitaire en particulier dans l Artois, les professionnels paramédicaux (podologues, diététiciennes, infirmiers) inégalement répartis et de toute manière en nombre insuffisant»

2 La stratégie à adopter est donc d assurer une meilleure coordination entre la ville et l hôpital en favorisant le développement de réseaux de continuité, notamment avec les professions paramédicales dont les actions sont indispensables tant au niveau de la prévention, du dépistage et de la qualité de vie que de la santé du malade. Il s agit donc «d impliquer d autres soignants dans l éducation du patient et de favoriser la délégation de compétences au sein de structures de prise en charge des patients». Pour limiter l incidence du diabète, l accent est mis sur le repérage et le dépistage des populations à risques notamment chez les personnes présentant un excès de poids et leur orientation si besoin est. D où la nécessité d organiser le travail en réseau des professionnels de santé (médecins ou non) pour une prise en charge globale du patient afin de réduire en nombre et en gravité les complications. Sur le plan thérapeutique strict, le SROS III envisage de généraliser le traitement par pompe à insuline (voir plus loin) à tous les diabétiques le nécessitant. Mais si l ensemble de ces mesures vise à améliorer le dépistage, le soin et l éducation des diabétiques, celles-ci ne peuvent stopper l hémorragie de la population de médecins et surtout de spécialistes qui, à terme, deviendra un problème crucial de santé publique tant leur renouvellement n est pas assuré. Les diabètes Le diabète est une maladie chronique liée au métabolisme des glucides ou sucres. Ceux-ci constituent l énergie indispensable à toutes les cellules de notre organisme, il est donc impératif d assurer un apport quotidien par l alimentation afin de «nourrir» les cellules et de constituer des réserves susceptibles de subvenir à l ensemble de nos besoins de base ou lié à un événement (pratique sportive). Comme tout métabolisme, celui-ci est parfaitement surveillé et régulé afin de prévenir des dysfonctionnements pouvant entraîner une pathologie parfois chronique. Le chef d orchestre de ce métabolisme est le pancréas. En plus de ses fonctions digestives (libérations de d enzymes pancréatiques dans l intestin), cette glande, située dans l anse du duodénum, sécrète deux hormones antagonistes : l insuline et le glucagon. L insuline est une hormone hypoglycémiante, c'est-à-dire qu elle «ouvre» une porte en surface de la cellule pour y laisser rentrer le glucose (sucre) du sang. Un excès d insuline se traduit par une hypoglycémie donc une chute du taux de sucre dans le sang se manifestant par des troubles généraux (malaise, tremblements, syncope, coma). A l opposé, si une personne souffre d un manque d insuline ou d une insuline inefficace, son taux de sucre grimpera (hyperglycémie) provoquant à long terme des complications organiques pouvant évoluer vers la mort. Un diabète se caractérise donc par un excès de glucose dans le sang mal ou non régulé. Type 1 : la leçon de Sophie Ce diabète se manifeste généralement chez le jeune parfois le bébé. Les symptômes sont une grande soif, un amaigrissement inhabituel, des fatigues inexpliquées et la nécessité de se lever fréquemment la nuit pour uriner. Les spécialistes s accordent sur le fait qu il s agisse d une maladie auto-immune détruisant irrémédiablement les cellules sécrétrices d insuline (îlots de Langherans). Le malade est donc dépendant à l insuline et doit s injecter de 1 à 6 doses quotidiennes d insuline pour éviter l hyperglycémie. La quantité des doses est fonction de l apport en glucides des repas. Le malade doit donc en permanence calculer celui-ci et adapter la quantité d insuline à injecter (avant) pour éviter des hypoglycémies. Or l activité sportive est consommatrice de sucre et le stress, au contraire, est hyperglycémiant, il est donc extrêmement difficile d optimiser le dosage d insuline. Aucun diabétique n est à l abri d une hypoglycémie qui peut être sévère et conduire au coma. Il faut donc être très vigilant et gérer son diabète au mieux. Afin d améliorer la qualité de vie du diabétique, les laboratoires délivrent maintenant des pompes à insuline (dispositif automatique de délivrance d insuline). «Sophie (13 ans) a demandé elle-même à bénéficier de la pompe à insuline, elle en avait assez de se piquer plusieurs fois par jour depuis des années. Mais elle a du démontrer que c était un choix motivé parce que ce n est pas aussi facile que cela de porter sur soi en permanence un objet étranger et de se piquer tous les trois jours avec un cathéter dont le diamètre est plus important que la petite aiguille à insuline», explique Anne, sa maman (NDLA : ce cathéter assure le transport de l insuline de la pompe à la circulation sanguine). «D autant que la vie

3 d adolescent(e) et d adulte n est pas si aisée que cela, notamment dans l intimité. Un certain nombre de patientes (surtout) retirent ainsi leur pompe pour la sortie en boite ou le week-end et reprennent provisoirement les injections... plus discrètes des fois que», confie xxx, chef du service de diabétologie, hôpital de Béthune. En fait c est l univers quotidien de Sophie et de sa famille qui fut bouleversé à l annonce de la maladie. «Beaucoup de choses ont évolué à la maison mais il fallait d abord l implication de la famille toute entière. Les repas sont équilibrés, il y a de tout, même si certains aliments ont disparu par solidarité (pâte à tartiner par exemple). Il a fallu intégrer la notion de régularité horaire des repas et bien évidemment les moments de mesure de la glycémie (plusieurs fois par jour) et les injections quotidiennes. Sans oublier les visites régulières chez les spécialistes. C est une vie attentive, riche avec ses leçons, ses hauts et... ses bas, ses questions. Aujourd hui avec la pompe, tout (sauf la mesure de la glycémie) est automatisé sur la semaine. C est un meilleur vivre pour Sophie et elle le fait bien sentir», explique Anne. Mais il n y a pas que la maison. «A l école tout le monde est au courant de ma maladie, personne ne savait ce que c était, alors je l ai expliqué devant toute la classe, c était rigolo! Depuis tout le monde s occupe de moi, ils savent que je peux me sentir mal tout d un coup, faire une hypo (hypoglycémie) et savent ce qu il faut faire : me donner du sucre, si j en ai pas sur moi, il y en a à l accueil. A la cantine, je mange la même chose que les autres mais je fais seulement attention aux quantités. Pour le sport, j ai droit de manger quelque chose avant parce que le sport fait baisser le sucre. Et pour la pompe, c est mieux, je la règle comme ça et si c est pas assez, je fais ci et je fais ça», explique Sophie, une petite fille comme toutes les autres, épanouie et souriante. Type 2 : surpoids et diabète silencieux Le diabète de type 2 est le plus fréquent (90% des diabétiques), le plus insidieux et constitue le véritable problème de santé publique. «A l opposé du diabète de type 1 qui se révèle dès le début de la maladie et qui oblige le malade à se soigner tout de suite, le type 2 (d origine génétique) est silencieux. Il se manifeste des années plus tard lors de complications cardio-vasculaires, oculaires, nerveuses ou rénales. Ces complications sont réversibles si elles sont prises en charge dès les tous premiers signes», explique xxx. A la différence du type 1, le malade produit de l insuline mais celle-ci est soit en faible quantité ou moins efficace, soit les cellules de l organisme sont moins sensibles à l insuline. Le pancréas va donc «se fatiguer» à vouloir réguler la glycémie jusqu à épuisement total de sa fonction hormonale vers l âge de 50 ans. Ce vieillissement prématuré du pancréas est toutefois largement accéléré par la toxicité des sucres et graisses en excès chez les personnes présentant un surpoids ou une obésité. L augmentation de la glycémie et ses effets toxiques sont donc dilués dans le temps pendant de trop nombreuses années jusqu aux premiers signes de complication. Le traitement des diabètes de type 2 commence par la prise de médicaments favorisant soit la production d insuline ou la sensibilité à l insuline. Mais le processus de ce diabète étant inéluctable, il débouchera inévitablement vers un traitement à insuline avec toutes les contraintes que cela impose. «Le nombre de personnes en surpoids ou obèses explosant, cela se traduit par un accroissement du nombre de personnes diabétiques de type 2. Il est donc indispensable de multiplier les campagnes d informations, de dépistage précoce et de réseau de soins car les complications sont épouvantables. Ici à Béthune (62), 30% des dialysés sont diabétiques et près de 60 amputations par an sont liées au diabète. C est d autant révoltant que ces chiffres peuvent être considérablement réduits par ces campagnes», confie xxx. Des complications chroniques très handicapantes mais réversibles En plus d un risque cardiovasculaire multiplié par 7, les lettres OPQRS résument l ensemble des complications chroniques liées au diabète. O pour œil : la rétine se couvre de lésions et de nouveaux vaisseaux diminuant ainsi l acuité visuelle / P pour Pied : l atteinte des vaisseaux et des nerfs du pied le rende insensible à la douleur et aux plaies d où la possibilité de développer des infections sur la plante des pieds à l insu du malade / Q pour qualité de vie : contraintes quotidiennes / R pour rein : l hyperglycémie provoque une toxicité au niveau du rein qui accélère son vieillissement et la mise sous dialyse / S pour sexualité : plus de 10% des hommes diabétiques connaîtront des problèmes d érection. Toutefois, explique Christine Lemaire, «ces complications sont réversibles si elles sont prises à temps d où l importance d un dépistage précoce».

4 DES ACTEURS ET DES PATIENTS Eduquer le patient : La Maison du Diabète Face à la gravité de cette maladie dont les complications sont invalidantes et mortelles, les acteurs de santé se sont mobilisés en réseau. «Que ce soit à l hôpital ou en médecine de ville, les professionnels de santé manquent de temps et de moyens pour prendre en charge tous les aspects de la vie et de la santé de leurs patients diabétiques. Les réseaux sont donc indispensables pour apporter une aide logistique et paramédicale aux médecins comme à leurs patients. Les médecins restant bien évidemment la pierre de taille de l édifice», précise xxx, infirmière à la Maison du Diabète, Marcq-en-Baroeul (59). Dans cette association, le maître mot est d aider le patient en l éduquant ou en l informant. «Nous basons tout sur l accueil, l écoute et la formation. Notre point de départ est donc le vécu du diabétique, ses connaissances de la maladie pour l amener à des comportements compatibles avec son traitement, son quotidien et ses contraintes», ajoute t-elle. En fait, à la Maison du Diabète, on prend le temps «d être avec le malade». L objectif est de l accompagner et de lui fournir des solutions, des informations, des aides et surtout lui apprendre à gérer lui-même sa maladie et son traitement. En plus de conseils sur l utilisation du matériel de soins et les protocoles du contrôle médical régulier, de nombreux ateliers de groupes sont proposés : ateliers de cuisine diététique ou hygiène alimentaire, d activité sportive adaptée (aquagym, marche, cardio-training, etc.) et de réunions à thèmes. «En alimentation par exemple, le but n est pas de faire un régime mais de faire le meilleur choix. On peut manger de tout mais de manière réfléchie. Par exemple, nous ne demandons pas de stopper la consommation d alcool même si nous sommes convaincus que l abus d alcool est néfaste pour la santé, mais de ne jamais boire à jeun car il entraîne des hypoglycémies et de privilégier des alcools sans sucres plutôt que des vins cuits», explique xxx, diététicienne. Il est vrai que les livres de recettes distribués par l union des maisons du diabète sont étonnamment très alléchantes et succulentes. Optimiser la prise en charge : Diabhainaut Dans le but d accompagner le patient diabétique à sa sortie d hôpital, de nombreux réseaux de soins se sont développés notamment en région Nord-Pas-de-Calais. «Il ne s agit pas de créer une nouvelle offre de soins mais de coordonner les parcours de soins et d offrir aux patients la possibilité de rencontrer d autres professionnels (diététicienne, podologue). Au-delà, nous proposons aux professionnels de santé des formation de mise en place du traitement à l insuline et de sensibilisation d examens pour la prévention des risques liés au diabète», expose xxx, coordinatrice Diabhainaut à Anzin (59). Aujourd hui, ce sont plus de 150 professionnels de santé qui adhèrent à ce réseau (médecins généralistes, diabétologues, podologues, ophtalmologues, etc.) et 750 patients. Le réseau Diabhainaut propose également la prise en charge en podologie sur des fonds DRDR (URCAM ARH). Selon le degré de gravité, le patient bénéficie d un bilan et de plusieurs soins gratuits. Les réseaux de patients «Quand on diagnostique un diabète, on nous apprend qu il faut manger à heures fixes, pratiquer un activité sportive, mesurer son diabète, s injecter de l insuline, qu il faut aller voir le cardio, l ophtalmo, le podologue etc., etc. C est un vrai parcours du combattant d autant que toute la vie est chamboulée. C est pour ça que j ai créé l association. Nous sommes en rapport avec des médecins, des spécialistes et l hôpital de Tourcoing, on s est organisé pour faire des conférences et des marches hebdomadaires. Mais c est avant tout un lieu où on peut exprimer son raz le bol et partager ses expériences, ses trucs», explique xxx, association «Bien Vivre avec son diabète», Roncq (59). A noter que ces marches hebdomadaires se font avec d autres membres de la famille, petits-enfants, conjoints, une façon de vivre ensemble, tout simplement. Hélas, beaucoup de personnes diabétiques ressentent une honte profonde vis-à-vis de leur entourage. «Il y a le tribu du passé où le diabète, mal connu, mal dépisté était (et est toujours dans de moindres proportions) synonyme d amputation, de cécité, de lourd handicap, et le tribu du quotidien où le diabétique va bouleverser la vie quotidienne de la maison ne serait-ce que pour le sacro-saint repas ou en heurtant la sensibilité de chacun par ses multiples injections. Les associations comme la nôtre sont là pour leur apporter une écoute, une aide et beaucoup de solutions», ajoute xxx. Le but de ces associations de patients est donc de rassembler, de créer un lieu d écoute et d entraide. «Le diabète est une maladie qui envahit notre vie et celle des autres : enfants, conjoint, collègues de

5 travail. C est par la parole que nous arrivons à intégrer le diabète dans notre vie et celle des autres. Les groupes de parole sont un outil très performant d autant que nous sommes intégrés dans un pôle santé qui offre à la suite un panel d ateliers d aide à la gestion du diabète (diététique, activité physique, information)», précise xxx, président de l association des diabétiques du Douaisis. Paul Becquart Contact Santé 2006 Prévenir le diabète Le dépistage est l arme absolue pour lutter contre les complications liées au diabète. Associations de soins, de patients et de professionnels mènent à la mesure de leurs réseaux moult campagnes de dépistages biologiques. Si la mesure de la glycémie permet de suspecter un diabète, d autres analyses sont nécessaires : dosage de la micro-albumine (complication de la fonction rénale), analyse du fond d œil avec un rétinographe (complication oculaire), calcul de l indice de masse corporelle, etc. Ces analyses, comme le propose le réseau de Santé Prévart (Béthune), peuvent se réaliser en itinérant. Cette campagne est d ailleurs reprise dans 6 autres réseaux (Diabhainaut, Rédiab (Boulogne), Cœur en santé (Nord-Est de Lille), Maison du Diabète, Préval (Dunkerque), santé en action (Lens)). Thérapie cellulaire du diabète En marge des traitements à l insuline des diabètes, l équipe du service de chirurgie du CHRU de Lille en collaboration avec le docteur xxx, diabétologue au CHRU de Lille expérimente une voie de recherche originale : la transplantation de cellules pancréatiques productrices d insuline. «Pour les diabètes insulino-dépendants, le patient n a plus de cellules produisant de l insuline. Le but de cette technique est de prélever chez un donneur sain les cellules des îlots de Langherans, de les isoler et de les réinjecter par voie veineuse dans le foie du receveur. Si cette greffe nécessite encore un traitement immunosuppresseur assez lourd, les résultats sont très convaincants puisque sur 19 patients greffés, 17 sont à ce jour insulino-indépendants depuis 3 ans et vivent une vie normale. Malheureusement il faut rappeler que ce traitement n est encore qu à l état de recherche expérimentale et n est donc pas remboursé», précise xxx. Travail et diabète Les contraintes liées au diabète vis-à-vis de l emploi sont de s alimenter à heures régulières et de pouvoir réaliser ses mesures de glycémie et injections d insuline. Au-delà s ajoute l éventualité non négligeable d une perte de connaissance liée à une hypoglycémie. De ce fait les métiers qui comportent une activité physique irrégulière ou des horaires irréguliers sont à éviter sauf si le patient sait gérer son diabète. Par contre des emplois liés à la sécurité ou à la hauteur sont par contre interdits : conduite de poids lourds (arrêté du 1/05/1977), grutier, sapeur-pompier et des métiers de la police et de l armée. Renseignements à l ISTNF-CHRU Lille. Diabète et Enfance «Les parents qui viennent nous voir sont désemparés parce que leur enfant refuse la maladie ou le traitement, ou ont de la difficulté à rendre leur enfant autonome (par peur d une hypoglycémie) ou à intégrer le diabète dans la vie de famille (repas à heures régulières, alimentation adaptée, coutume, jalousies), etc. L échange d expérience, la rencontre avec d autres parents et familles leur offre un soutien et des forces nécessaires à bien vivre le diabète de leur enfant. Mais le principal bénéficiaire, et souvent demandeur, reste l enfant. Beaucoup de parents adhèrent à notre association car leur enfant veut rencontrer d autres enfants diabétiques : ne pas se sentir exclu, parler (enfin) et jouer avec quelqu un qui le comprend».

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Le jeune diabétique à l école

Le jeune diabétique à l école Le jeune diabétique à l école Défis et Solutions Prof. Marc Maes Equipe de diabétologie pédiatrique Centre de convention Cliniques Universitaires St Luc 1200 Bruxelles Marc.Maes@uclouvain.be Le jeune diabétique

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé Paris le 3 septembre 2009 Dossier de presse Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé En 2004, l équipe de recherche dirigée par François Pattou (Unité Inserm

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

diabète Le diabète est l assimilation, de glucose (sucre) apporté par On peut être diabétique sans

diabète Le diabète est l assimilation, de glucose (sucre) apporté par On peut être diabétique sans Tout savoir sur le Le est une maladie chronique incurable qui se traduit par une élévation anormale du taux de sucre dans le sang. Sans traitement approprié, cette maladie peut être à l origine de graves

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron CAHIER SPÉCIAL 2 e Semaine nationale de prévention du diabète Se prémunir contre le diabète Du 3 au 9 juin 2013 aura lieu partout en France la seconde Semaine nationale de prévention du diabète organisée

Plus en détail

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire?

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? Simon Equilibré grâce à sa pompe depuis 2004 J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? L hypoglycémie peut être l une des préoccupations majeures des diabétiques de type 1,

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie?

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie? P a g e 1 Comment savoir que vous présentez une hypoglycémie? La plupart des personnes diabétiques sentent rapidement lorsque leur taux de glycémie est trop bas (inférieur à 60 mg/dl). Les premiers symptômes

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Synthèse personnelle INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE De nos jours, le diabète inuslinodépendant ne connaît aucun traitement pouvant éviter l injection d insuline. L insulinothérapie fonctionnelle est une

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie INFORMATION EN SANTE PUBLIQUE Cours et ateliers DIABEST 2015 Le Dispositif Diabest est composé d un ensemble de professionnels reconnus dans leurs domaines respectifs de spécialisation et proposant différentes

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus.

Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus. Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus. (2) S O M M A I R E 1. Le diabète A Qu est-ce que le diabète? B Comment

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

«Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école. Pour les parents et les enseignants

«Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école. Pour les parents et les enseignants «Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école Pour les parents et les enseignants C est parti! Compréhensible et compacte: par le biais de cette brochure, parents

Plus en détail

Ma fille est diabétique de type 1

Ma fille est diabétique de type 1 Ma fille est diabétique de type 1 Anneli, fille de Martina Equilibrée grâce à sa pompe depuis 2011 A l annonce du diagnostic de diabète de type 1 de leur enfant, de nombreux parents se demandent : «Pourquoi

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com PARTIE 1. Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée (glycémie à jeun

Plus en détail

La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies

La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies U S D Union Sports & Diabète La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies Journées nationales des diabétiques qui bougent, Vichy 17-18-19 mai 2013 Docteur Muriel TSCHUDNOWSKY

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Qu est-ce que le diabète? Qu est-ce que le diabète? Qu est-ce que l insuline?

Qu est-ce que le diabète? Qu est-ce que le diabète? Qu est-ce que l insuline? Qu est-ce que le diabète? Que vous veniez de recevoir un diagnostic de diabète ou que ce dernier remonte à un certain temps déjà, vous savez probablement que le diabète est une maladie difficile à comprendre.

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle. Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût

Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle. Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût Le diabète est une véritable épidémie. Cette maladie chronique

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot Le diabète de type 1 UNSPF Ségolène Gurnot Juin 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction 5 I - Introduction 7 A. Quelle

Plus en détail

De nouvelles armes contre les diabètes

De nouvelles armes contre les diabètes 18 DOSSIER De nouvelles armes contre les diabètes La France compte plus de 3 millions de diabétiques, particulièrement exposés aux pathologies cardiovasculaires. Prévention, nouveaux médicaments, thérapie

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail

Vivre avec le diabète. Brochure d information des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche

Vivre avec le diabète. Brochure d information des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche Vivre avec le diabète Brochure d information des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche Une épidémie annoncée...4 Diabète de type 1: genèse, diagnostic, traitement...5 Diabète de

Plus en détail

CENTRE DU DIABETE CLINIQUE SAINT-JEAN. Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques

CENTRE DU DIABETE CLINIQUE SAINT-JEAN. Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques CLINIQUE SAINT-JEAN Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques 1 Madame, Mademoiselle, Monsieur, Bienvenue au Centre du Diabète de la. Nous sommes un centre de traitement multidisciplinaire

Plus en détail

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature Diabète de type 1 et haute montagne Revue de la littérature Contre-indications absolues Diabète mal équilibré : hypoglycémies sévères mal ressenties, acido-cétose. Présence de complications du diabète

Plus en détail

Diabète et exercice physique

Diabète et exercice physique excer.phys_062004 13-07-2004 10:52 Pagina 1 Diabète et exercice physique un service de excer.phys_062004 13-07-2004 10:52 Pagina 2 2 Diabète et exercice physique La présente brochure a pu être réalisée

Plus en détail

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION LIVRET DE PREVENTION Femmes, prenez soin de votre cœur! TOUT SAVOIR SUR LA SANTE DU CŒUR DES FEMMES, par la Fondation Cœur et Artères, reconnue d utilité publique Introduction Ce livret s adresse à toutes

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Fiche de synthèse. Learn. Les points essentiels pour l accompagnement d un patient diabétique. Parcours : Prise en charge du diabète à l officine

Fiche de synthèse. Learn. Les points essentiels pour l accompagnement d un patient diabétique. Parcours : Prise en charge du diabète à l officine Les points essentiels pour l accompagnement d un patient diabétique Dans toutes les situations Privilégiez la phase de découverte Savoir comment le patient et/ou l accompagnant perçoivent le diabète. Permettre

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES

UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES DIABÈTE UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs UN ENNEMI DU CŒUR

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Recherche et textes Gilles Landry et Diane Labelle

Recherche et textes Gilles Landry et Diane Labelle Recherche et textes Gilles Landry et Diane Labelle Collaboration Le comité de lecture des participants et participantes de Lettres en main. Hélène Ranger et Esther Filion de Lettres en main. Chantal Martin,

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE

LES FACTEURS DE RISQUE LES FACTEURS DE RISQUE C EST QUOI UN FACTEUR DE RISQUE? C est une caractéristique lié à une personne, à son environnement à sa culture, à son mode de vie qui entraine pour elle une probabilité plus importante

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

DIABÈTe De TYPe 1 Petit guide pour les parents et les enfants.

DIABÈTe De TYPe 1 Petit guide pour les parents et les enfants. DIABÈTe De TYPe 1 Petit guide pour les parents et les enfants. Guide pour comprendre et aborder sereinement l apparition du diabète de type 1. Sommaire Le contrôle glycémique 04 Qu est-ce que le taux d

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE DIABÈTE CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES TRAITEMENTS

CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE DIABÈTE CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES TRAITEMENTS CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE DIABÈTE Qu est-ce que le diabète? - Le diabète de type 1, c est quoi? - Le diabète de type 2, c est quoi? Une hypoglycémie, c est quoi? - Quelles sont les principales causes

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Diabète et personnes âgées

Diabète et personnes âgées Diabète et personnes âgées Introduction Le diabète est un problème de Santé Publique majeur en France. Le diagnostic du diabète peut être posé quelque soit l âge de l individu et reste le même : - 2 glycémies

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Le diabète de type 1

Le diabète de type 1 www.reperessante.mu Le guide qui préserve votre capital Bien-être Le diabète de type 1 Numéro proposé gratuitement par : avec le soutien de : Message d Abdullah Dustagheer Président de T1 Diams L association

Plus en détail

Mise au point. Dossier. Zoom. www.magpatients.org. Moi, mon diabète, mon entourage. Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement

Mise au point. Dossier. Zoom. www.magpatients.org. Moi, mon diabète, mon entourage. Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement Mise au point Moi, mon diabète, mon entourage Dossier Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement Zoom Le diabète des populations africaines et nord-africaines Informations communiquées en

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail