DIABÈTE : LE FLÉAU SILENCIEUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIABÈTE : LE FLÉAU SILENCIEUX"

Transcription

1 DIABÈTE : LE FLÉAU SILENCIEUX Si le diabète de type 1 est facile à identifier, le diabète de type 2, très fréquent, évolue de façon silencieuse jusqu aux premiers signes de complication. Ce diabète est responsable de plus de décès en Nord-Pas-de-Calais. Face à ce fléau de santé publique amplifié par l épidémie d obésité, les acteurs de santé se mobilisent pour informer et combattre l inéluctable. Ce texte est l original de l article rédigé par Paul Becquart Il n'a pas la prétention d apporter des solutions mais de poser des pistes de réflexion à considérer en fonction du contexte de l époque. Toute copie ou reproduction partielle ou totale est strictement interdite (art. L.122 Code de la Propriété Intellectuelle). Le téléchargement de ce document ne constitue pas une cession des droits. Les noms des personnes interviewées ont été volontairement effacés. Inscrit dans le volet Médecine du SROS III (Schéma Régional d Organisation Sanitaire) , le diabète est défini comme un problème de santé publique dont l épidémie est devenue mondiale. La prévalence de cette maladie chronique étant en forte augmentation, le nombre estimé de personnes diabétiques en Nord-Pas-de-Calais devrait passer de en 2006 (prévalence de 3.05%) à malades en 2025 soit 5.4% de la population, avec un coût actuel de santé publique évalué à 360 millions d euros pour la région. Des chiffres effrayants En France, 2 millions de diabétiques diagnostiqués malades qui s ignorent 1 ère cause de cécité acquise 1 ère cause d amputation non consécutive à un accident 2 à 4 fois plus de risque de développer une maladie cardiovasculaire 2 fois plus d accident vasculaire cérébral 4.9 milliards d euros pour la prise en charge médicale Une situation régionale en hypoglycémie L enquête décennale de l INSEE révèle une prévalence régionale du diabète (nombre de malades pour une population donnée) de l ordre de 4%, donc supérieure à la moyenne nationale de 3%. Ce mauvais chiffre qui ne cesse de confirmer les tristes records habituels en matière de pathologies dans la région Nord-Pas-de-Calais est, selon la plupart des spécialistes, le reflet d une mauvaise qualité ou hygiène de vie associée à une difficulté d accès aux soins ou d éducation du patient (alimentation, sédentarité, addiction). Cette particularité étant vraisemblablement liée au contexte socioprofessionnel de la région. Toutefois si cette maladie apparaît généralement en seconde partie de vie (hormis le diabète de type 1) et que la population générale vieillit, l entrée dans la maladie se fait pourtant de plus en plus tôt : 50 ans au lieu de 52. L allongement de l espérance de vie n est donc pas le facteur déterminant de cette épidémie mais bien l attitude comportementale de chacun. Bilan et recommandations du SROS III La prise en charge du diabète au niveau régional est devenue une nécessité de santé publique tant les complications de cette maladie sont catastrophiques et lourdement handicapantes. 20% des patients présentent en effet une complication cardiovasculaire, 27% une insuffisance rénale et 32% une atteinte des nerfs périphériques conduisant à une insensibilisation suivie d amputation si une (auto)surveillance n est pas exercée. Enfin, 30% des diabétiques présentent une atteinte au niveau de la rétine, le diabète étant la première cause de cécité acquise chez l adulte. Ces scores sont malheureusement à mettre en parallèle avec une situation d offre de soins préoccupante pour notre région. L état des lieux dressé dans le SROS III est à ce sujet inquiétant : «une prise en charge hospitalière insuffisante, un fonctionnement des services à améliorer en termes de pratiques coopératives internes et externes, des réseaux ville-hôpital à améliorer, le renouvellement non assuré des diabétologues et des médecins généralistes, l ophtalmologie en mal de spécialistes, dispositif hospitalier déficitaire en particulier dans l Artois, les professionnels paramédicaux (podologues, diététiciennes, infirmiers) inégalement répartis et de toute manière en nombre insuffisant»

2 La stratégie à adopter est donc d assurer une meilleure coordination entre la ville et l hôpital en favorisant le développement de réseaux de continuité, notamment avec les professions paramédicales dont les actions sont indispensables tant au niveau de la prévention, du dépistage et de la qualité de vie que de la santé du malade. Il s agit donc «d impliquer d autres soignants dans l éducation du patient et de favoriser la délégation de compétences au sein de structures de prise en charge des patients». Pour limiter l incidence du diabète, l accent est mis sur le repérage et le dépistage des populations à risques notamment chez les personnes présentant un excès de poids et leur orientation si besoin est. D où la nécessité d organiser le travail en réseau des professionnels de santé (médecins ou non) pour une prise en charge globale du patient afin de réduire en nombre et en gravité les complications. Sur le plan thérapeutique strict, le SROS III envisage de généraliser le traitement par pompe à insuline (voir plus loin) à tous les diabétiques le nécessitant. Mais si l ensemble de ces mesures vise à améliorer le dépistage, le soin et l éducation des diabétiques, celles-ci ne peuvent stopper l hémorragie de la population de médecins et surtout de spécialistes qui, à terme, deviendra un problème crucial de santé publique tant leur renouvellement n est pas assuré. Les diabètes Le diabète est une maladie chronique liée au métabolisme des glucides ou sucres. Ceux-ci constituent l énergie indispensable à toutes les cellules de notre organisme, il est donc impératif d assurer un apport quotidien par l alimentation afin de «nourrir» les cellules et de constituer des réserves susceptibles de subvenir à l ensemble de nos besoins de base ou lié à un événement (pratique sportive). Comme tout métabolisme, celui-ci est parfaitement surveillé et régulé afin de prévenir des dysfonctionnements pouvant entraîner une pathologie parfois chronique. Le chef d orchestre de ce métabolisme est le pancréas. En plus de ses fonctions digestives (libérations de d enzymes pancréatiques dans l intestin), cette glande, située dans l anse du duodénum, sécrète deux hormones antagonistes : l insuline et le glucagon. L insuline est une hormone hypoglycémiante, c'est-à-dire qu elle «ouvre» une porte en surface de la cellule pour y laisser rentrer le glucose (sucre) du sang. Un excès d insuline se traduit par une hypoglycémie donc une chute du taux de sucre dans le sang se manifestant par des troubles généraux (malaise, tremblements, syncope, coma). A l opposé, si une personne souffre d un manque d insuline ou d une insuline inefficace, son taux de sucre grimpera (hyperglycémie) provoquant à long terme des complications organiques pouvant évoluer vers la mort. Un diabète se caractérise donc par un excès de glucose dans le sang mal ou non régulé. Type 1 : la leçon de Sophie Ce diabète se manifeste généralement chez le jeune parfois le bébé. Les symptômes sont une grande soif, un amaigrissement inhabituel, des fatigues inexpliquées et la nécessité de se lever fréquemment la nuit pour uriner. Les spécialistes s accordent sur le fait qu il s agisse d une maladie auto-immune détruisant irrémédiablement les cellules sécrétrices d insuline (îlots de Langherans). Le malade est donc dépendant à l insuline et doit s injecter de 1 à 6 doses quotidiennes d insuline pour éviter l hyperglycémie. La quantité des doses est fonction de l apport en glucides des repas. Le malade doit donc en permanence calculer celui-ci et adapter la quantité d insuline à injecter (avant) pour éviter des hypoglycémies. Or l activité sportive est consommatrice de sucre et le stress, au contraire, est hyperglycémiant, il est donc extrêmement difficile d optimiser le dosage d insuline. Aucun diabétique n est à l abri d une hypoglycémie qui peut être sévère et conduire au coma. Il faut donc être très vigilant et gérer son diabète au mieux. Afin d améliorer la qualité de vie du diabétique, les laboratoires délivrent maintenant des pompes à insuline (dispositif automatique de délivrance d insuline). «Sophie (13 ans) a demandé elle-même à bénéficier de la pompe à insuline, elle en avait assez de se piquer plusieurs fois par jour depuis des années. Mais elle a du démontrer que c était un choix motivé parce que ce n est pas aussi facile que cela de porter sur soi en permanence un objet étranger et de se piquer tous les trois jours avec un cathéter dont le diamètre est plus important que la petite aiguille à insuline», explique Anne, sa maman (NDLA : ce cathéter assure le transport de l insuline de la pompe à la circulation sanguine). «D autant que la vie

3 d adolescent(e) et d adulte n est pas si aisée que cela, notamment dans l intimité. Un certain nombre de patientes (surtout) retirent ainsi leur pompe pour la sortie en boite ou le week-end et reprennent provisoirement les injections... plus discrètes des fois que», confie xxx, chef du service de diabétologie, hôpital de Béthune. En fait c est l univers quotidien de Sophie et de sa famille qui fut bouleversé à l annonce de la maladie. «Beaucoup de choses ont évolué à la maison mais il fallait d abord l implication de la famille toute entière. Les repas sont équilibrés, il y a de tout, même si certains aliments ont disparu par solidarité (pâte à tartiner par exemple). Il a fallu intégrer la notion de régularité horaire des repas et bien évidemment les moments de mesure de la glycémie (plusieurs fois par jour) et les injections quotidiennes. Sans oublier les visites régulières chez les spécialistes. C est une vie attentive, riche avec ses leçons, ses hauts et... ses bas, ses questions. Aujourd hui avec la pompe, tout (sauf la mesure de la glycémie) est automatisé sur la semaine. C est un meilleur vivre pour Sophie et elle le fait bien sentir», explique Anne. Mais il n y a pas que la maison. «A l école tout le monde est au courant de ma maladie, personne ne savait ce que c était, alors je l ai expliqué devant toute la classe, c était rigolo! Depuis tout le monde s occupe de moi, ils savent que je peux me sentir mal tout d un coup, faire une hypo (hypoglycémie) et savent ce qu il faut faire : me donner du sucre, si j en ai pas sur moi, il y en a à l accueil. A la cantine, je mange la même chose que les autres mais je fais seulement attention aux quantités. Pour le sport, j ai droit de manger quelque chose avant parce que le sport fait baisser le sucre. Et pour la pompe, c est mieux, je la règle comme ça et si c est pas assez, je fais ci et je fais ça», explique Sophie, une petite fille comme toutes les autres, épanouie et souriante. Type 2 : surpoids et diabète silencieux Le diabète de type 2 est le plus fréquent (90% des diabétiques), le plus insidieux et constitue le véritable problème de santé publique. «A l opposé du diabète de type 1 qui se révèle dès le début de la maladie et qui oblige le malade à se soigner tout de suite, le type 2 (d origine génétique) est silencieux. Il se manifeste des années plus tard lors de complications cardio-vasculaires, oculaires, nerveuses ou rénales. Ces complications sont réversibles si elles sont prises en charge dès les tous premiers signes», explique xxx. A la différence du type 1, le malade produit de l insuline mais celle-ci est soit en faible quantité ou moins efficace, soit les cellules de l organisme sont moins sensibles à l insuline. Le pancréas va donc «se fatiguer» à vouloir réguler la glycémie jusqu à épuisement total de sa fonction hormonale vers l âge de 50 ans. Ce vieillissement prématuré du pancréas est toutefois largement accéléré par la toxicité des sucres et graisses en excès chez les personnes présentant un surpoids ou une obésité. L augmentation de la glycémie et ses effets toxiques sont donc dilués dans le temps pendant de trop nombreuses années jusqu aux premiers signes de complication. Le traitement des diabètes de type 2 commence par la prise de médicaments favorisant soit la production d insuline ou la sensibilité à l insuline. Mais le processus de ce diabète étant inéluctable, il débouchera inévitablement vers un traitement à insuline avec toutes les contraintes que cela impose. «Le nombre de personnes en surpoids ou obèses explosant, cela se traduit par un accroissement du nombre de personnes diabétiques de type 2. Il est donc indispensable de multiplier les campagnes d informations, de dépistage précoce et de réseau de soins car les complications sont épouvantables. Ici à Béthune (62), 30% des dialysés sont diabétiques et près de 60 amputations par an sont liées au diabète. C est d autant révoltant que ces chiffres peuvent être considérablement réduits par ces campagnes», confie xxx. Des complications chroniques très handicapantes mais réversibles En plus d un risque cardiovasculaire multiplié par 7, les lettres OPQRS résument l ensemble des complications chroniques liées au diabète. O pour œil : la rétine se couvre de lésions et de nouveaux vaisseaux diminuant ainsi l acuité visuelle / P pour Pied : l atteinte des vaisseaux et des nerfs du pied le rende insensible à la douleur et aux plaies d où la possibilité de développer des infections sur la plante des pieds à l insu du malade / Q pour qualité de vie : contraintes quotidiennes / R pour rein : l hyperglycémie provoque une toxicité au niveau du rein qui accélère son vieillissement et la mise sous dialyse / S pour sexualité : plus de 10% des hommes diabétiques connaîtront des problèmes d érection. Toutefois, explique Christine Lemaire, «ces complications sont réversibles si elles sont prises à temps d où l importance d un dépistage précoce».

4 DES ACTEURS ET DES PATIENTS Eduquer le patient : La Maison du Diabète Face à la gravité de cette maladie dont les complications sont invalidantes et mortelles, les acteurs de santé se sont mobilisés en réseau. «Que ce soit à l hôpital ou en médecine de ville, les professionnels de santé manquent de temps et de moyens pour prendre en charge tous les aspects de la vie et de la santé de leurs patients diabétiques. Les réseaux sont donc indispensables pour apporter une aide logistique et paramédicale aux médecins comme à leurs patients. Les médecins restant bien évidemment la pierre de taille de l édifice», précise xxx, infirmière à la Maison du Diabète, Marcq-en-Baroeul (59). Dans cette association, le maître mot est d aider le patient en l éduquant ou en l informant. «Nous basons tout sur l accueil, l écoute et la formation. Notre point de départ est donc le vécu du diabétique, ses connaissances de la maladie pour l amener à des comportements compatibles avec son traitement, son quotidien et ses contraintes», ajoute t-elle. En fait, à la Maison du Diabète, on prend le temps «d être avec le malade». L objectif est de l accompagner et de lui fournir des solutions, des informations, des aides et surtout lui apprendre à gérer lui-même sa maladie et son traitement. En plus de conseils sur l utilisation du matériel de soins et les protocoles du contrôle médical régulier, de nombreux ateliers de groupes sont proposés : ateliers de cuisine diététique ou hygiène alimentaire, d activité sportive adaptée (aquagym, marche, cardio-training, etc.) et de réunions à thèmes. «En alimentation par exemple, le but n est pas de faire un régime mais de faire le meilleur choix. On peut manger de tout mais de manière réfléchie. Par exemple, nous ne demandons pas de stopper la consommation d alcool même si nous sommes convaincus que l abus d alcool est néfaste pour la santé, mais de ne jamais boire à jeun car il entraîne des hypoglycémies et de privilégier des alcools sans sucres plutôt que des vins cuits», explique xxx, diététicienne. Il est vrai que les livres de recettes distribués par l union des maisons du diabète sont étonnamment très alléchantes et succulentes. Optimiser la prise en charge : Diabhainaut Dans le but d accompagner le patient diabétique à sa sortie d hôpital, de nombreux réseaux de soins se sont développés notamment en région Nord-Pas-de-Calais. «Il ne s agit pas de créer une nouvelle offre de soins mais de coordonner les parcours de soins et d offrir aux patients la possibilité de rencontrer d autres professionnels (diététicienne, podologue). Au-delà, nous proposons aux professionnels de santé des formation de mise en place du traitement à l insuline et de sensibilisation d examens pour la prévention des risques liés au diabète», expose xxx, coordinatrice Diabhainaut à Anzin (59). Aujourd hui, ce sont plus de 150 professionnels de santé qui adhèrent à ce réseau (médecins généralistes, diabétologues, podologues, ophtalmologues, etc.) et 750 patients. Le réseau Diabhainaut propose également la prise en charge en podologie sur des fonds DRDR (URCAM ARH). Selon le degré de gravité, le patient bénéficie d un bilan et de plusieurs soins gratuits. Les réseaux de patients «Quand on diagnostique un diabète, on nous apprend qu il faut manger à heures fixes, pratiquer un activité sportive, mesurer son diabète, s injecter de l insuline, qu il faut aller voir le cardio, l ophtalmo, le podologue etc., etc. C est un vrai parcours du combattant d autant que toute la vie est chamboulée. C est pour ça que j ai créé l association. Nous sommes en rapport avec des médecins, des spécialistes et l hôpital de Tourcoing, on s est organisé pour faire des conférences et des marches hebdomadaires. Mais c est avant tout un lieu où on peut exprimer son raz le bol et partager ses expériences, ses trucs», explique xxx, association «Bien Vivre avec son diabète», Roncq (59). A noter que ces marches hebdomadaires se font avec d autres membres de la famille, petits-enfants, conjoints, une façon de vivre ensemble, tout simplement. Hélas, beaucoup de personnes diabétiques ressentent une honte profonde vis-à-vis de leur entourage. «Il y a le tribu du passé où le diabète, mal connu, mal dépisté était (et est toujours dans de moindres proportions) synonyme d amputation, de cécité, de lourd handicap, et le tribu du quotidien où le diabétique va bouleverser la vie quotidienne de la maison ne serait-ce que pour le sacro-saint repas ou en heurtant la sensibilité de chacun par ses multiples injections. Les associations comme la nôtre sont là pour leur apporter une écoute, une aide et beaucoup de solutions», ajoute xxx. Le but de ces associations de patients est donc de rassembler, de créer un lieu d écoute et d entraide. «Le diabète est une maladie qui envahit notre vie et celle des autres : enfants, conjoint, collègues de

5 travail. C est par la parole que nous arrivons à intégrer le diabète dans notre vie et celle des autres. Les groupes de parole sont un outil très performant d autant que nous sommes intégrés dans un pôle santé qui offre à la suite un panel d ateliers d aide à la gestion du diabète (diététique, activité physique, information)», précise xxx, président de l association des diabétiques du Douaisis. Paul Becquart Contact Santé 2006 Prévenir le diabète Le dépistage est l arme absolue pour lutter contre les complications liées au diabète. Associations de soins, de patients et de professionnels mènent à la mesure de leurs réseaux moult campagnes de dépistages biologiques. Si la mesure de la glycémie permet de suspecter un diabète, d autres analyses sont nécessaires : dosage de la micro-albumine (complication de la fonction rénale), analyse du fond d œil avec un rétinographe (complication oculaire), calcul de l indice de masse corporelle, etc. Ces analyses, comme le propose le réseau de Santé Prévart (Béthune), peuvent se réaliser en itinérant. Cette campagne est d ailleurs reprise dans 6 autres réseaux (Diabhainaut, Rédiab (Boulogne), Cœur en santé (Nord-Est de Lille), Maison du Diabète, Préval (Dunkerque), santé en action (Lens)). Thérapie cellulaire du diabète En marge des traitements à l insuline des diabètes, l équipe du service de chirurgie du CHRU de Lille en collaboration avec le docteur xxx, diabétologue au CHRU de Lille expérimente une voie de recherche originale : la transplantation de cellules pancréatiques productrices d insuline. «Pour les diabètes insulino-dépendants, le patient n a plus de cellules produisant de l insuline. Le but de cette technique est de prélever chez un donneur sain les cellules des îlots de Langherans, de les isoler et de les réinjecter par voie veineuse dans le foie du receveur. Si cette greffe nécessite encore un traitement immunosuppresseur assez lourd, les résultats sont très convaincants puisque sur 19 patients greffés, 17 sont à ce jour insulino-indépendants depuis 3 ans et vivent une vie normale. Malheureusement il faut rappeler que ce traitement n est encore qu à l état de recherche expérimentale et n est donc pas remboursé», précise xxx. Travail et diabète Les contraintes liées au diabète vis-à-vis de l emploi sont de s alimenter à heures régulières et de pouvoir réaliser ses mesures de glycémie et injections d insuline. Au-delà s ajoute l éventualité non négligeable d une perte de connaissance liée à une hypoglycémie. De ce fait les métiers qui comportent une activité physique irrégulière ou des horaires irréguliers sont à éviter sauf si le patient sait gérer son diabète. Par contre des emplois liés à la sécurité ou à la hauteur sont par contre interdits : conduite de poids lourds (arrêté du 1/05/1977), grutier, sapeur-pompier et des métiers de la police et de l armée. Renseignements à l ISTNF-CHRU Lille. Diabète et Enfance «Les parents qui viennent nous voir sont désemparés parce que leur enfant refuse la maladie ou le traitement, ou ont de la difficulté à rendre leur enfant autonome (par peur d une hypoglycémie) ou à intégrer le diabète dans la vie de famille (repas à heures régulières, alimentation adaptée, coutume, jalousies), etc. L échange d expérience, la rencontre avec d autres parents et familles leur offre un soutien et des forces nécessaires à bien vivre le diabète de leur enfant. Mais le principal bénéficiaire, et souvent demandeur, reste l enfant. Beaucoup de parents adhèrent à notre association car leur enfant veut rencontrer d autres enfants diabétiques : ne pas se sentir exclu, parler (enfin) et jouer avec quelqu un qui le comprend».

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Oui à la diète! Non au diabète!

Oui à la diète! Non au diabète! Oui à la diète! Non au diabète! Introduction Le diabète sucré est une maladie définie par la tendance à avoir trop de sucre dans le sang. La mesure de ce taux de sucre s'appelle la glycémie. Le diabète

Plus en détail

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS?

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS? POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESIT... http://www.fmc-tourcoing.org/spip/print-article-mb.php3?id_article=45 POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012»

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» Dossier de Presse Réseau Atlantique Diabète «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» 1 Journée Mondiale du Diabète À l occasion de la 22 e Journée Mondiale du Diabète, le Réseau Atlantique

Plus en détail

Le jeune diabétique à l école

Le jeune diabétique à l école Le jeune diabétique à l école Défis et Solutions Prof. Marc Maes Equipe de diabétologie pédiatrique Centre de convention Cliniques Universitaires St Luc 1200 Bruxelles Marc.Maes@uclouvain.be Le jeune diabétique

Plus en détail

Phase d identification de la personne avant apprentissage

Phase d identification de la personne avant apprentissage CHU DE ROUEN - DIABETOLOGIE PLAN DE SOINS GUIDE D ENSEIGNEMENT Diagnostic Infirmier : Manque de connaissances lié à la mise en route d un traitement par insuline. Définition : la personne n a pas les informations

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Mesures d urgence lors de cétonémie

Mesures d urgence lors de cétonémie Mesures d urgence lors de cétonémie Que sont les «cétones» - Qu est-ce que la cétoacidose? En cas de carence en insuline dans l organisme, les hydrates de carbone ou les sucres ne peuvent pas entrer dans

Plus en détail

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Comité régional Sports pour Tous, chemin kerbel, LES AVIRONS Tel :. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Sommaire I - Contexte... II- Le programme...

Plus en détail

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Le diabète :une maladie générale qui implique la plupart des Professionnels

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques

Plan. I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques DIABETE ET SPORT Plan I- Physiopathologie II- Risques et complications III- Conseils & Education pour la prévention des risques I- Physiopathologie Principes généraux de l exercice physique Pour améliorer

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 le diabète je peux l éviter! ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 Qu est-ce que le diabète? C est une maladie grave et silencieuse qui,

Plus en détail

Informations personnelles

Informations personnelles Informations personnelles Remplir ou coller ici la vignette de votre mutuelle Vignette mutuelle Nom :... Prénom :... Âge :... Adresse :... Tél. :... Type de diabète :... Votre Traitement :... En cas d

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Diabète et Aptitude au poste de travail. Dr Pauline SCHINDLER-SABOT Médecin du travail CH Valenciennes et Cs Patho Pro CHRU Lille

Diabète et Aptitude au poste de travail. Dr Pauline SCHINDLER-SABOT Médecin du travail CH Valenciennes et Cs Patho Pro CHRU Lille Diabète et Aptitude au poste de travail Dr Pauline SCHINDLER-SABOT Médecin du travail CH Valenciennes et Cs Patho Pro CHRU Lille Postes de sécurité contre indiqués en cas de malaises hypoglycémiques: Travail

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Date d élaboration : Date de reconduction :

Date d élaboration : Date de reconduction : PROJET D ACCUEIL INDIVIDUALISÉ DIABÈTE INSULINO-DÉPENDANT Date d élaboration : Date de reconduction : Nom : Prénom : Né(e): Poids : Classe : Fréquente : garderie cantine activités périscolaires transports

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Le dépistage du diabète : de détection de la maladie NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI

Le dépistage du diabète : de détection de la maladie NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI Le dépistage du diabète : premier geste de détection de la maladie PROGRAMME D INTERVENTION EN ENTREPRISE NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI Sommaire Le diabète en entreprise Le Programme d

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE

Le diabète. Suis-je concerné? La solidarité, c est bon pour la santé. MUTUALITE CHRETIENNE Le diabète Suis-je concerné? MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. Vous vous posez des questions sur le diabète? Vous vous demandez si vous êtes concerné? Vous connaissez une personne

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Le coût humain des maladies chroniques

Le coût humain des maladies chroniques Annexe 1 Le coût humain des maladies chroniques «3four50», trois chiffres, un message simple et puissant qui met en lumière un des principaux enjeux sanitaires de notre époque. Elaborée par l Oxford Health

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Plan d enseignement. Objectifs généraux des modules. Acquérir une bonne connaissance de sa maladie, des complications et des traitements (savoir);

Plan d enseignement. Objectifs généraux des modules. Acquérir une bonne connaissance de sa maladie, des complications et des traitements (savoir); Préambule Ce plan d enseignement a été révisé pour soutenir les professionnels de la santé de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec, impliqués dans l éducation des personnes atteintes de prédiabète

Plus en détail

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie INFORMATION EN SANTE PUBLIQUE Cours et ateliers DIABEST 2015 Le Dispositif Diabest est composé d un ensemble de professionnels reconnus dans leurs domaines respectifs de spécialisation et proposant différentes

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Les Français et le Grand Age

Les Français et le Grand Age Les Français et le Grand Age Fédération Hospitalière de France / TNS Sofres Mai 2013 En préambule Le vieillissement de la population et la prise en charge du grand âge : un enjeu crucial dans l agenda

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Programme GDR en Picardie Insuffisance rénale chronique Dr Matthieu Derancourt Référent médical IRC ARS Picardie ELEMENTS DE CONTEXTE 2 Contexte Instruction validée par le CNP le 17 décembre 2010 Visa

Plus en détail

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé!

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé! plaquette ok:mise en page 1 31/03/10 17:39 Page 1 la microalbuminurie Vous pouvez choisir d agir et d être efficace pour votre santé. Une valeur élevée de votre microalbuminurie vient de vous être annoncée

Plus en détail

Centre Régional de Formation Professionnelle Croix-Rouge du Nord-Pas de Calais

Centre Régional de Formation Professionnelle Croix-Rouge du Nord-Pas de Calais Urgence secourisme Action sociale Santé autonomie Formation Action International Centre Régional de Formation Professionnelle Croix-Rouge du Nord-Pas de Calais FORMATION CONTINUE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

Plus en détail

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang,

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang, Le diabète I. Qu est-ce que c est? On a tous déjà entendu parler du diabète, sans savoir exactement de quoi il s agit. Pourtant, en France, on estime que plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète,

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Vivre avec mon traitement contre la tension

Vivre avec mon traitement contre la tension LES FONDAMENTAUX POUR SOIGNER MA TENSION Vivre avec mon traitement contre la tension L'apprentissage PHARAON UN PROGRAMME POUR l HYPERTENDU Programme éducatif Hygiéno-diététique et d Auto prise en charge

Plus en détail

BILAN DE LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT DU DIABETE (PSG «bilan DID») Guide d évaluation et de réajustement*

BILAN DE LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT DU DIABETE (PSG «bilan DID») Guide d évaluation et de réajustement* BILAN DE LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT DU DIABETE (PSG «bilan DID») Guide d évaluation et de réajustement* Diagnostic infirmier : risque de prise en charge inefficace du programme thérapeutique. Identification

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Normes de soins. à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école. Objectifs : But : Définitions clés :

Normes de soins. à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école. Objectifs : But : Définitions clés : Normes de soins à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école But : Reconnaître et clarifier les partenariats essentiels parmi les parents ou les soignants, les élèves et le personnel

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Leçon 4 www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Introduction L insuline est une substance fabriquée dans le pancréas et déversée dans le sang. C est une hormone et

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches.

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Chères patientes, chers patients, chers proches, Vous-même, ou l un de vos proches, avez peut-être suivi un traitement ophtalmologique

Plus en détail

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Rhône-Alpes et évalue leur impact sur la performance des entreprises.

Plus en détail

Fiche de poste Infirmier

Fiche de poste Infirmier Fiche de poste Infirmier Description du métier 1 Activités principales Pratiquer des soins infirmiers en direction des personnes âgées dépendantes pour maintenir un état de santé satisfaisant et prévenir

Plus en détail

Les Maladies Rénales Le Diabète, et MOI? Je m informe, Je suis sensibilisé(e), J AGIS...

Les Maladies Rénales Le Diabète, et MOI? Je m informe, Je suis sensibilisé(e), J AGIS... Les Maladies Rénales Le Diabète, et MOI? Je m informe, Je suis sensibilisé(e), J AGIS... Une initiative de Avec la participation de En partenariat avec Ensemble pour notre santé! Les données clefs en Bretagne

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail