Qu en est-il de leur accès aux soins?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qu en est-il de leur accès aux soins?"

Transcription

1 LA CANCEROLOGIE ET L HEMATOLOGIE PEDIATRIQUE AU MAROC ETAT DES LIEUX Il est difficile de se faire une idée précise sur l ampleur des problèmes hématologiques et sur les cancers de l enfant au Maroc. Les données étant éparses et émanent essentiellement des registres des services d hématologie et oncologie pédiatrique du royaume. A titre d exemple, le Service d Hématologie et Oncologie Pédiatrique de Rabat reçoit annuellement environ 450 nouveaux cas dont 2/3 sont des cas de pathologies oncologiques et 1/3 d hématologie bénigne (thalassémie, drépanocytose, hémophilie.) Les cancers de l enfant sont rares (1 à 3% des cancers humains); leur présentation est souvent spectaculaire; leur localisation variée et potentiellement généralisée ; leur nature histologique, embryonnaire ou sarcomateuse ; leur évolution spontanée, rapidement fatale ; leur sensibilité aux traitements, souvent très grande. Les progrès thérapeutiques dont ont bénéficié les cancers de l enfant font qu on n a plus le droit de les négliger, même dans les pays en voie de développement, car, bien traités, près de 4 enfants sur 5 guérissent et rejoignent la cohorte des enfants du même âge avec les mêmes potentialités. La communauté internationale estime que l incidence annuelle des cancers de l enfant est de 10 à 15 nouveaux cas sur enfants de moins de 15 ans et que seuls 20% des malades dans le monde ont accès à des soins adéquats. Ceci nous amène à envisager l existence de 1000 à 1500 nouveaux cas pédiatriques par an au Maroc. Qu en est-il de leur accès aux soins? Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 1

2 Les structures d hématologie et d oncologie pédiatrique au Maroc 1. Casablanca Le Service d Hématologie et d oncologie pédiatrique (SHOP), situé dans l Hôpital du 20 août, comporte une unité pédiatrique qui reçoit environ 250 nouveaux cas de cancers chaque année. Cette nouvelle unité d hématologie et oncologie pédiatrique a été récemment aménagée à l Hôpital du 20 Août 53 à Casablanca, avec le soutien de l ALSCC. Le Service de Pédiatrie III, situé dans l Hôpital Abderrahim Harouchi de Casablanca, comporte une unité de 20 lits dédiés à l oncologie. Cette unité reçoit environ 60 nouveaux cas par an. La Clinique Belvédère et la clinique Madina ont également une activité d oncologie pédiatrique.. 2. Rabat L année 2010 a été marquée par l ouverture au sein du CHOP d un grand service d hématologie et oncologie pédiatrique et qui dispose de toutes les facilités pluridisciplinaires pour les soins, diagnostic, traitement, formation et recherche dans les cancers et les maladies du sang. 3. Fès L unité d hémato-oncologie pédiatrique est située au sein du service de pédiatrie à l hôpital mère-enfant du CHU Hassan II de Fès. Elle comporte 6 lits d hospitalisation interne, en plus de 2 lits avec 1 fauteuil pour l hôpital de jour. Cette unité reçoit en moyenne 120 nouveaux cas par an dont environ 40% sont transférés au service d hémato-oncologie pédiatrique de l hôpital d enfant de Rabat. L unité est parrainée par l association de l Avenir. 4. Marrakech Une unité nouvelle a été créée d abord au sein du service de pédiatrie puis déplacée vers le service d hématologie au niveau du nouveau centre d oncologie et hématologie du CHU Mohamed VI qui a été inauguré en Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 2

3 Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 3

4 L oncologie pédiatrique est une activité multidisciplinaire Elle nécessite donc pour une bonne pratique, l existence d autres spécialités tel que : Services de chirurgie pédiatrique, viscérale, orthopédique. Soins intensifs pédiatriques Des laboratoires de pathologie Des centres de radiothérapie, universitaires et privés Des centres régionaux de transfusion sanguine Plusieurs laboratoires d analyses médicales Plusieurs centres de radiologie D autres services de pédiatrie, notamment de maladies infectieuses, nutritionnelles, cardiaques et rénales. D autres services de spécialités, notamment neurochirurgie, ophtalmologie et ORL. Au Maroc, les leucémies aigues (essentiellement lymphoblastiques) et les lymphomes (Lymphome de Burkitt et Lymphome Hodgkinien) sont les cancers les plus fréquents chez l enfant. Ils sont suivis par les tumeurs solides essentiellement les néphroblastomes, les neuroblastomes, les tumeurs cérébrales et les tumeurs osseuses..etc. Par ailleurs, le nombre de tumeurs cérébrales adressés aux centres d oncologie pédiatrique est en augmentation grâce à une étroite collaboration entre les neurochirurgiens, les oncologues pédiatres et les radiothérapeutes. La plupart des patients peuvent être pris en charge u Maroc. Mais malheureusement certains cas nécessitant une allo ou autogreffe sont encore transférés vers l étranger puisque ce type d activité reste encore très limité chez l enfant. Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 4

5 Les associations qui soutiennent l oncologie pédiatrique au Maroc Les associations d aides ont été présentes depuis le tout début de l oncologie pédiatrique au Maroc et elles se sont développées avec le temps : 1. A Casablanca, l Association Agir soutient le SHOP par les médicaments, l équipement, l aménagement des locaux, etc. De même l Association Noujoum soutient l Unité de l Hôpital d Enfants de Casablanca, notamment sur le plan psycho-affectif. 2. L Association l Avenir soutient le service d Hémato-oncologie Pédiatrique de Rabat et de Fès et les malades par des médicaments, du matériel d équipement, l entretien des locaux, l amélioration du confort, le plaidoyer scolaire et social, le personnel, l animation, l information, l hébergement à Rabat (La Maison de l Avenir), le transport 3. Créée en Novembre 2005, l Association Lalla Salma de lutte Contre le Cancer ALSC, bien qu elle ne soit pas dédiée seulement à l enfant, est venue consolider avec bonheur les efforts des associations qui soutiennent les enfants atteints de cancer et des équipes qui les soignent. L élaboration récente d un Plan National de Lutte contre le Cancer PNLCC chez l enfant est venue renforcer l action de l ALSC Autres partenaires internationaux Le St jude Children Research Hospital Le Groupe Franco-Africain d oncologie Pédiatrique GFAOP La fondation Sanofi Espoir L association Soleterre International L université Libre de Bruxelle ULB.. Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 5

6 Les maladies du sang en dehors de la leucémie quant à elles constituent un groupe très hétérogène et comprennent des pathologies de l hémostase comme l hémophilie, des pathologies de l hémoglobine comme la thalassémie et la drépanocytose. Le Service d Hématologie et Oncologie Pédiatrique (SHOP) de Rabat réserve un tiers de ses activités aux hémopathies bénignes dont la plupart sont prises en charge en ambulatoire. Les activités phares du service dans cette catégorie de maladies sont les hémoglobinopathies et l hémophilie depuis L épidémiologie des hémoglobinopathies reste une inconnue. L OMS estime le taux des porteurs au Maroc à 6,5% ; ce qui laisserait supposer l existence de cas de formes majeures de Thalassémie et drépanocytose au Maroc. Le pays, étant un carrefour entre le bassin méditerranéen et l Afrique noire, il existe un nombre élevé de formes composites appelées thalasso-drépanocytoses. Une enquête nationale en 2000 a révélé que les patients atteints d hémoglobinoses sont partout mal soignés du fait de la méconnaissance des grands principes de traitement de ces maladies ou de l insuffisance des moyens. A l hôpital d Enfants de Rabat, ces maladies traitées dans tous les services de pédiatrie générale ont été regroupées à partir de 1990 au sein du SHOP pour former une unité de soins des hémoglobinopathies. Actuellement, 350 patients atteints de syndromes drépanocytaires majeurs et 85 cas de thalassémie sont suivis dans le service dans des conditions qui sont en amélioration constante grâce au nouveau plan d action et de prévention des hémoglobinopathies lancé par le ministère de la santé : Objectif stratégique du plan : Réduire l incidence, la morbidité, la mortalité et l incapacité liée aux hémoglobinopathies notamment la thalassémie et la drépanocytose et améliorer la qualité de vie des patients avec hémoglobinopathie. Axes stratégiques 1- Prévention (Communication + Dépistage) 2- prise en charge diagnostique et thérapeutique 3- Surveillance épidémiologique 4- Partenariat et soutien à la communauté Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 6

7 Le SHOP abrite également un centre de référence de L Hémophilie. Cette maladie grave et coûteuse bénéficie actuellement d une prise en charge qui se rapproche de plus en plus des standards des pays développés. (Plus d information dans le document à télécharger) Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 7

8 En résumé En 25 ans, l hémato-oncologie pédiatrique s est développée au Maroc de façon très positive. Actuellement, cette discipline présente de nombreux points forts qui, malgré toutes les difficultés rencontrées, l empêcheront de retourner en arrière : Les quelques unités qui existent sont bien structurées grâce aux équipes dévouées et professionnelles qui y travaillent ; Elles sont soutenues moralement et matériellement par des associations dynamiques et efficaces ; Elles sont soutenues également par des médecins correspondants impliqués dans le traitement et le suivi de leurs malades ; Ces unités ont compris l intérêt des soins ambulatoires qui permettent à l enfant malade de mener une vie la plus proche possible de la normale ; Ces unités ont compris aussi la nécessité de travailler et prendre des décisions en commun : médecins, chirurgiens, radiothérapeutes, pathologistes, radiologues, biologistes, etc. La constitution de la Société Marocaine d Hématologie et d Oncologie Pédiatrique SMHOP permet un travail homogène et facilite l établissement de coopérations Ces unités jouissent d une reconnaissance nationale et internationale L accès à ces unités est estimé à 70% de l ensemble des enfants marocains atteints de cancer. Le meilleur témoignage du rôle positif de l hémato-oncologie pédiatrique au Maroc peut être apporté par les centaines de jeunes gens survivants du cancer dont certains poursuivent des études ou sont sur le marché du travail et ont fondé une famille. Mis à jour le 10 Janvier 2013 Page 8

Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique. Brenda MALLON

Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique. Brenda MALLON Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique Brenda MALLON QUESTIONS 1. Qu'est que c est? 2. Pourquoi faire de la recherche clinique en Afrique? 3. Comment peut-en faire

Plus en détail

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS I PROCEDURE GENERALE L enfant et sa famille seront d emblée informés que la prise en charge de la maladie est organisée dans un réseau de soins et que

Plus en détail

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon CANCERS DE L ENFANT CANCERS DE L ENFANT - Maladie rare : cancer de l enfant

Plus en détail

IMPLANTATION DE LA RADIOTHERAPIE ET DE LA RADIOPHYSIQUE AU MAROC et évolution actuelle

IMPLANTATION DE LA RADIOTHERAPIE ET DE LA RADIOPHYSIQUE AU MAROC et évolution actuelle IMPLANTATION DE LA RADIOTHERAPIE ET DE LA RADIOPHYSIQUE AU MAROC 1975-1985 et évolution actuelle Pierre BEY, Pierre ALETTI Club des Professeurs Honoraires Faculté de Médecine, Nancy, Université de Lorraine

Plus en détail

Specificités de l oncologie pédiatrique et RCP

Specificités de l oncologie pédiatrique et RCP Specificités de l oncologie pédiatrique et RCP Le cancer est plus rare chez l enfantl Represente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants 1500 nouveaux cas/an en France Un enfant

Plus en détail

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD,

Plus en détail

Compte rendu de stage

Compte rendu de stage EN COLLABORATION AVEC L'ASSOCIATION DE RADIOTHERAPIE ET D'ONCOLOGIE DE LA MEDITERANEE, ET XINHUA HOSPITAL AFFILIATED TO SHANGHAI JIAOTONG UNIVERSITY SCHOOL OF MEDECINE Compte rendu de stage Dr EL MOUKHTARI

Plus en détail

Fonds de recherche et d enseignement en hémato-oncologie

Fonds de recherche et d enseignement en hémato-oncologie Je donne pour la vie Fonds de recherche et d enseignement en hémato-oncologie Au Canada, les cancers du sang et de la moelle osseuse font partie des cancers les plus fréquemment diagnostiqués. Encore aujourd

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

Recherche en cancérologie. Cancers des Enfants

Recherche en cancérologie. Cancers des Enfants Recherche en cancérologie Cancers des Enfants Appels à projets 2013 Programme Collaboratif de Recherche "Cancers des Enfants" Appel à projets 2013 1. Contexte et objectifs de l appel à projets 1.1 Contexte

Plus en détail

XIIIème congrès Maghrébin d Hématologie Du 26 au 28 Mai 2016 Hôtel SHERATON - ALGER

XIIIème congrès Maghrébin d Hématologie Du 26 au 28 Mai 2016 Hôtel SHERATON - ALGER Particularités clinico-biologiques et pronostiques de 841 cas de lymphomes malins non Hodgkiniens pris en charge au service d hématologie de Casablanca H.Bencharef, N.Chellakhi,B.Houssou, M.Dakkoune,S.Cherkaoui,

Plus en détail

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Spécificit cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Le cancer est plus rare chez l enfantl Représente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants

Plus en détail

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique P. Chastagner, CHU Nancy Président du conseil scientifique de la Société Française du Cancer de l Enfant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ÂGES ATTEINTS DE CANCER QUELLE AMBITION? QUELS PROJETS?

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ÂGES ATTEINTS DE CANCER QUELLE AMBITION? QUELS PROJETS? PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ÂGES ATTEINTS DE CANCER QUELLE AMBITION? «Structurer la filière de soins Oncogériatrique en Midi-Pyrénées» QUELS PROJETS? Dr Laurent BALARDY Pôle gérontologique des Hôpitaux

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT DE LA CANCEROLOGIE A ABIDJAN (Diplôme de cancérologie option oncologie médicale) Adoubi I- Didi K. Toure M

L ENSEIGNEMENT DE LA CANCEROLOGIE A ABIDJAN (Diplôme de cancérologie option oncologie médicale) Adoubi I- Didi K. Toure M L ENSEIGNEMENT DE LA CANCEROLOGIE A ABIDJAN (Diplôme de cancérologie option oncologie médicale) Adoubi I- Didi K. Toure M Plan Introduction Epidémiologie du cancer en Côte d Ivoire Contexte et justification

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic :. Nom du médecin responsable du patient : non encore défini L annonce

Plus en détail

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE 10 MARS 2017 CHU Pontchaillou - RENNES Expérimentation en cours Dans le cadre du deuxième plan cancer, première phase d expérimentation du dispositif des infirmiers

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT 2014-2018 Machecoul Challans St Gilles Croix de Vie Les orientations du projet médical : Organiser et adapter le parcours de soins aux besoins de la personne âgée Améliorer la programmation

Plus en détail

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers Sandrine FAIVRE/Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpitaux Bichat-Beaujon, Saint-Louis Université Paris 7 1 Epidémiologie

Plus en détail

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP)

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) QU EST CE QUE LA RCP La RCP est une des missions du 3C, celle de s assurer de la mise en œuvre de la pluridisciplinarité. La Réunion de Concertation

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE

DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE DISPOSITIF DE COORDINATION EN NEUROCHIRURGIE 1 4 M A R S 2 0 1 7 CHU P O N T C H A I L L O U EXPÉRIMENTATION EN COURS Dans le cadre du deuxième plan cancer, première phase d expérimentation du dispositif

Plus en détail

D.E.S Spécialités Médicales

D.E.S Spécialités Médicales D.E.S Spécialités Médicales Anatomie et cytologie pathologiques. A) Sept semestres dans des services agréés pour le diplôme d études spécialisées d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins cinq

Plus en détail

ReSOP. Généralités sur les cancers de l enfant. Epidémiologie Biologie Clinique

ReSOP. Généralités sur les cancers de l enfant. Epidémiologie Biologie Clinique ReSOP Généralités sur les cancers de l enfant Epidémiologie Biologie Clinique Epidémiologie Incidence 3 % des cancers dans l espèce humaine environ 110 cas / an en PACA et Corse 1 nouveau-né sur 500 est

Plus en détail

LE PÔLE FEMME-ENFANT DE L HÔPITAL ROBERT BALLANGER

LE PÔLE FEMME-ENFANT DE L HÔPITAL ROBERT BALLANGER LE PÔLE FEMME-ENFANT DE L HÔPITAL ROBERT BALLANGER Le Centre Hospitalier Intercommunal Robert Ballanger (CHIRB) d Aulnay-sous-Bois met en service au début de l année 2015 un nouveau bâtiment. Principalement

Plus en détail

Le service oncologie. CHEM_Broschüre_SO_BAT_02.indd 1

Le service oncologie. CHEM_Broschüre_SO_BAT_02.indd 1 Le service oncologie CHEM_Broschüre_SO_BAT_02.indd 1 Le service oncologie En tant qu équipe soignante et médicale, nous nous réjouissons de pouvoir accueillir en 2016 tous nos patients dans un environnement

Plus en détail

IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES

IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES Symposium du 26 novembre 2012 Evaluation du Plan Cancer Belge IMPACT DU PLAN CANCER BELGE SUR LES SOINS ONCOLOGIQUES Dominique de Valeriola, MD Directeur Général Médical, Institut Jules Bordet Etat des

Plus en détail

RSV SZO Hôpital de Viège

RSV SZO Hôpital de Viège Liste hospitalière du canton du Valais A. Réseau Santé Valais (RSV) RSV SZO Hôpital de Viège Soins somatiques aigus - 111 lits Lits d attente - 1 à 2 lits (réduction progressive) - Soins intensifs - Chirurgie

Plus en détail

Thrombose et Cancer en Algérie état des lieux

Thrombose et Cancer en Algérie état des lieux Thrombose et Cancer en Algérie état des lieux, A. Djelti, A. Zahdour, Ph. Debourdeau, D. Farge Pour le GFTC Service de Médecine Interne CHU Tlemcen Service de Cardiologie Alger Service de Pneumologie-oncologie

Plus en détail

Organisation de l anesthésie pédiatrique : SROS - Recommandations

Organisation de l anesthésie pédiatrique : SROS - Recommandations État des lieux de l anesthésie pédiatrique : «Enquête 3 jours d anesthésie en France» 7 937 000 anesthésies en 1996 Ann Fr Anesth Réanim 1998-12 % ( 1 000 000) d anesthésie pédiatriques - 7,4 % (630) d

Plus en détail

Atlas du Projet Régional de Santé (PRS), quatrième édition

Atlas du Projet Régional de Santé (PRS), quatrième édition 1 2 Atlas du Projet Régional de Santé (PRS), quatrième édition L observation est un enjeu préalable indispensable à l action publique, en amont une aide à la décision et au pilotage, en aval un socle pour

Plus en détail

INTRODUCTION. Sylvia Bongo Ondimba Fondatrice. Sylvia Bongo Ondimba

INTRODUCTION. Sylvia Bongo Ondimba Fondatrice. Sylvia Bongo Ondimba INTRODUCTION Selon l OMS, chaque année dans le monde, dix millions de personnes sont diagnostiquées d un cancer et plus de six millions décèderont des suites de cette maladie. Toutes les communautés sont

Plus en détail

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales L. Barrou Faculté de médecine et pharmacie CLIN CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction IAS: problème préoccupant Fréquence

Plus en détail

Les maquettes : références modernisées de chaque spécialité

Les maquettes : références modernisées de chaque spécialité Les maquettes : références modernisées de chaque spécialité Deux arrêtés Arrêté du 12 avril 2017 portant organisation du troisième cycle des études de médecine Arrêté du 21 avril 2017 relatif aux connaissances,

Plus en détail

Evénementiel

Evénementiel Evénementiel 2012-2013 Le 12 janvier 2012 - Hôtel Sofitel Marrakech Conférence internationale sur le contrôle du cancer dans la région du Moyen Orient et de l Afrique Le 27 février 2012 - CNOM Rabat 3

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

Plan d ensemble des projets de construction de l Hôpital Charles LeMoyne : mieux répondre aux besoins de notre population de demain

Plan d ensemble des projets de construction de l Hôpital Charles LeMoyne : mieux répondre aux besoins de notre population de demain Plan d ensemble des projets de construction de l Hôpital Charles LeMoyne : mieux répondre aux besoins de notre population de demain Hôpital Charles LeMoyne Qui sommes-nous? Centre régional et universitaire

Plus en détail

13 novembre 2015 Inauguration du centre de médecine nucléaire

13 novembre 2015 Inauguration du centre de médecine nucléaire DOSSIER DE PRESSE 13 novembre 2015 Inauguration du centre de médecine nucléaire Le centre de médecine nucléaire est installé dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire à Saint-Nazaire sur

Plus en détail

Quorum des RCP en région Centre (qualité des RCP) Mise à jour 6 juillet 2011

Quorum des RCP en région Centre (qualité des RCP) Mise à jour 6 juillet 2011 Quorum des RCP en région Centre (qualité des RCP) Mise à jour 6 juillet 2011 Le quorum des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) définit les spécialités médicales qui doivent être présentes

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES D ONCOLOGIE. 1. Organisation générale

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES D ONCOLOGIE. 1. Organisation générale 1.1. Objectifs généraux de la formation Former un médecin spécialiste en oncologie DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES D ONCOLOGIE 1. Organisation générale 1.2. Durée totale du DES 10 semestres dont au moins

Plus en détail

INTRODUCTION. Sylvia Bongo Ondimba Fondatrice. Sylvia Bongo Ondimba

INTRODUCTION. Sylvia Bongo Ondimba Fondatrice. Sylvia Bongo Ondimba INTRODUCTION Selon l OMS, chaque année dans le monde, dix millions de personnes sont diagnostiquées d un cancer et plus de six millions décèderont des suites de cette maladie. Toutes les communautés sont

Plus en détail

Agence nationale du DPC

Agence nationale du DPC Organisme Titre Description U.M.F.C.S. Unité Mixte de Formation Continue en Santé de Marseille SECURITE DES TRANSFUSIONS EN OBSTETRIQUE. SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE ERYTHROCYTAIRE (Incompatibilité RH et

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE PROCEDURE n 01 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Rédigé le : 05 janvier 2009 par : Gilles NALLET Modifié le : 13 janvier 2010 Validé le : 13 janvier 2010 par

Plus en détail

Un nouvel hôpital pour Bâmiyân

Un nouvel hôpital pour Bâmiyân Un nouvel hôpital pour Bâmiyân Projet réalisé par le Réseau Aga Khan de développement en coopération avec le gouvernement afghan, avec l appui financier du Canada (Affaires mondiales Canada), de la Fondation

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

Cancer des Adolescents et Jeunes Adultes L après-cancer se prépare dès le diagnostic!

Cancer des Adolescents et Jeunes Adultes L après-cancer se prépare dès le diagnostic! Contribution de JSC au Plan Cancer 3 Cancer des Adolescents et Jeunes Adultes L après-cancer se prépare dès le diagnostic! (JSC) remonte à la rencontre, à l occasion des premiers Etats Généraux de 1998,

Plus en détail

Régie de l'assurance maladie du Québec Produit le

Régie de l'assurance maladie du Québec Produit le Mode de rémunération et type de service Ensemble des médecins Médecins omnipraticiens Médecins spécialistes Consultations 3 926 823 258 984 907 10,7 247 409 11 358 775 1,2 3 679 414 247 626 132 16,9 Examens

Plus en détail

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE HAD IHOPe Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PATHOLOGIES HÉMATOLOGIQUES EN PÉDIATRIE GÉNÉRALITÉS SUR LES LEUCÉMIES Les leucémies

Plus en détail

Le Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Le Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées METHODOLOGIE COMMUNE D EVALUATION DES RCP Objectif de l étude Evaluer la qualité du passage en RCP afin de garantir une amélioration continue de leur qualité et in fine du service rendu aux patients. L

Plus en détail

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca 2005-2007 RCRC Comité du registre Pr Souha Sahraoui, Pr Abdellatif Benider Journée Mondiale la Santé Digestive 1 juin 2013 Définition: Registre de population

Plus en détail

MEDECINE PEDIATRIQUE

MEDECINE PEDIATRIQUE Filière : SOINS INFIRMIERS MEDECINE PEDIATRIQUE OFFRE EN STAGE POUR LES ETUDIANT(E)S EN SOINS INFIRMIERS Nom de l'institution : CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS C H U V Nom du service : MEDECINE

Plus en détail

La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie

La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie La Clinique Ambroise Paré et son service Maternité-Pédiatrie La Clinique Ambroise Paré La Clinique Ambroise Paré est une clinique de court séjour, pluridisciplinaire, qui dispose de 228 lits et places.

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE La Clinique Mutualiste de l Estuaire est reconnue comme acteur majeur en cancérologie pour le territoire de

Plus en détail

CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE Territoires de Santé Besançon - Gray - Pontarlier

CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE Territoires de Santé Besançon - Gray - Pontarlier CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BESANCON CENTRE DE COORDINATION EN CANCEROLOGIE Territoires de Santé Besançon - Gray - Pontarlier Coordinateur Pr. Pierre-Simon ROHRLICH Secrétariat Mme Sofia KEROUAZ

Plus en détail

Cohorte nationale sur les cancers de l'enfant

Cohorte nationale sur les cancers de l'enfant HOPE-EPI - Recherche épidémiologique en Hémato-Oncologie PEdiatique - Cohorte nationale sur les cancers de l'enfant Responsable(s) : CLAVEL Jacqueline, UMRS-1153 Equipe 7 Date de modification : 13/09/2017

Plus en détail

Chirurgie viscérale hautement spécialisée en Valais EXPERTISE

Chirurgie viscérale hautement spécialisée en Valais EXPERTISE Chirurgie viscérale hautement spécialisée en Valais EXPERTISE Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Point de presse du 22 octobre 2013 Médecine

Plus en détail

ASSISTANCE PUBLIQUE HÔPITAUX DE MARSEILLE L A P - H M P R E N D S O I N D E V O U S

ASSISTANCE PUBLIQUE HÔPITAUX DE MARSEILLE L A P - H M P R E N D S O I N D E V O U S ASSISTANCE PUBLIQUE HÔPITAUX DE MARSEILLE L A P - H M P R E N D S O I N D E V O U S >>>>>>>>>>>>>>>> L AP-HM REPOND A 3 GRANDES MISSIONS Les soins L enseignement La recherche >>> EXPERT EN SOINS AU SERVICE

Plus en détail

Lyon, mai 2015 Auditorium

Lyon, mai 2015 Auditorium Cinquante-septième Session 22/04/2015 Lyon, 13 14 mai 2015 Auditorium ADMISSION D UN NOUVEL ETAT PARTICIPANT Le Maroc 1. Le Directeur a l honneur d informer le Conseil de Direction que le Gouvernement

Plus en détail

Pourquoi l hygiène en imagerie médicale

Pourquoi l hygiène en imagerie médicale Pourquoi l hygiène en imagerie médicale Forcomed Dr Florence Lair La découverte de l asepsie au XIXème siècle Philippe Ignace Semmelweis (1818-1865) Médecin dans le service d obstétrique de l hôpital général

Plus en détail

CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent

CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent CENTRE INTÉGRÉ DE CANCÉROLOGIE Offrons un avenir au présent cicc.chumontreal.qc.ca D r Harold Olney Hémato-oncologue Chef du Département d hématologie et de médecine transfusionnelle Lysanne Besse Pharmacienne

Plus en détail

PROTOCOLE DE LA COUVERTURE MEDICALE DE LA 2éme CONFERENCE NATIONALE SUR LA SANTE - Du 1er Au 03 Juillet

PROTOCOLE DE LA COUVERTURE MEDICALE DE LA 2éme CONFERENCE NATIONALE SUR LA SANTE - Du 1er Au 03 Juillet ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION REGIONALE REGION MARRAKECH TENSIFT EL HAOUZ ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE MOHAMMED VI MARRAKECH PROTOCOLE DE LA

Plus en détail

Monsieur le représentant de l ASECNA, Monsieur le représentant de SANOFI PASTEUR,

Monsieur le représentant de l ASECNA, Monsieur le représentant de SANOFI PASTEUR, Madame la Première Dame, Présidente de l Association Education Santé, Monsieur le représentant de la fondation SONATEL, Monsieur le représentant de l ASECNA, Monsieur le représentant de SANOFI PASTEUR,

Plus en détail

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc

Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Anémie et cancer «Le point de vue du Maghreb» Dr Nawal Ahbeddou Oncologue médical Hôpital Universitaire International Cheikh Zayed Maroc Situation fréquente. Physiopathologie multifactorielle +++ : Infiltration

Plus en détail

Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth

Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth Plan Introduction : M. B. Libert, Directeur général de la CMSE. Réseau namurois d oncologie ; certification ISO 9001

Plus en détail

Urgences oncologiques et pronostic

Urgences oncologiques et pronostic Urgences oncologiques et pronostic Gorham, Julie 14/11/15 S Urgences oncologiques et pronostic S Aucun conflit d intérêt à déclarer Urgences oncologiques et pronostic S Peu de données sur le sujet Amanda

Plus en détail

RSV SZO Hôpital de Viège

RSV SZO Hôpital de Viège Liste hospitalière du canton du Valais A. Réseau Santé Valais (RSV) Conseil d'etat Mandat de prestations Approuvé le 14 décembre 2011 RSV SZO Hôpital de Viège Soins somatiques aigus - 111 lits Lits d attente

Plus en détail

L Institut universitaire du cancer de Toulouse

L Institut universitaire du cancer de Toulouse L Institut universitaire du cancer de Toulouse un maillage régional novateur au service des malades atteints de cancer www.iuct.fr Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un L nouveau modèle

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

I. DOCUMENT DE PRESENTATION

I. DOCUMENT DE PRESENTATION Appel à projets : Utilisation des TIC (Technologies de l Information et de la Communication) pour l amélioration du diagnostic et de la prise en charge des maladies de peau en Afrique Appel à projets ouvert

Plus en détail

Projet d agrandissement et de modernisation de l Hôpital de Verdun. Rêver plus grand. et soutenir l excellence. Pour mieux vous servir

Projet d agrandissement et de modernisation de l Hôpital de Verdun. Rêver plus grand. et soutenir l excellence. Pour mieux vous servir Projet d agrandissement et de modernisation de l Hôpital de Verdun Rêver plus grand Pour mieux vous servir et soutenir l excellence Rêver plus grand pour garder notre hôpital en santé L Hôpital de Verdun

Plus en détail

J Médecine généraliste et spécialisée

J Médecine généraliste et spécialisée Appellations (Métiers courants) Allergologue Chirurgien / Chirurgienne Endocrinologue Gastro-entérologue Hématologue Médecin Anesthésiste Réanimateur -MAR- Médecin du sport Médecin généraliste Médecin

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

Journée Mondiale de l Hépatite C. 28 juillet 2016 à la villa des arts de Rabat

Journée Mondiale de l Hépatite C. 28 juillet 2016 à la villa des arts de Rabat Contexte : Journée Mondiale de l Hépatite C «Assez de souffrances, les traitements existent contre cette épidémie silencieuse» 28 juillet 2016 à la villa des arts de Rabat L'Hépatite Virale (HV) est un

Plus en détail

consultations pluridisciplinaires

consultations pluridisciplinaires Conseil génétique g et consultations pluridisciplinaires «Les maladies sont rares mais les malades nombreux» 17 novembre 2009 Dre Siv Fokstuen Service de Génétique Médicale, HUG Programme * Historique

Plus en détail

PLACE DU LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE DANS LE DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE ET LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES DIARRHÉES AIGUËS

PLACE DU LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE DANS LE DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE ET LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES DIARRHÉES AIGUËS PLACE DU LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE DANS LE DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE ET LA SURVEILLANCE ÉPIDÉMIOLOGIQUE DES DIARRHÉES AIGUËS CHU HASSAN II FES : G.YAHYAOUI; M. MAHMOUD CHU MOHAMED VI MARRAKECH : N.SORAA

Plus en détail

LE 3C Qu est-ce que c est?

LE 3C Qu est-ce que c est? LE 3C Qu est-ce que c est? La mesure 32 du premier Plan Cancer 2003-2007 oblige tous les établissements autorisés à prendre en charge des patients atteints de cancer à être rattachés à un Centre de Coordination

Plus en détail

Dossier de Presse OCTOBRE ROSE 2016

Dossier de Presse OCTOBRE ROSE 2016 Dossier de Presse OCTOBRE ROSE 2016 A La campagne Octobre Rose 2016 marque la 3 e célébration d Octobre Rose au Gabon, et la 23 e année dans le monde. Chaque année durant tout le mois d octobre, les activités

Plus en détail

Elaboration du Projet de Santé Réunion Mayotte. Groupes de travail Schéma Régional de Santé

Elaboration du Projet de Santé Réunion Mayotte. Groupes de travail Schéma Régional de Santé Elaboration du Projet de Santé Réunion Mayotte Groupes de travail Schéma Régional de Santé 6 avril 2017 Filière cancérologique à Mayotte Les éléments repris dans cette présentation sont issus d un atelier

Plus en détail

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés

Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Cancer : je connais le rôle des membres de l'équipe médicale qui est à mes côtés Le site du Docteur François ARTUS Adresse du site : www.docvadis.fr/francois-artus Validé par le Comité Scientifique Oncologie

Plus en détail

La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique.

La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique. La compétence particulière en oncologie thoracique. La situation en Belgique. Pas de conflits d intérêts concernant le sujet. Dr Oswald Van Cutsem Clinique Saint Luc 5004 BOUGE 17 ème Journée Annuelle

Plus en détail

Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc

Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc Tachfouti N*, Berraho M*, Benjelloun MC**, ELfakir S*, El Rhazi K*, Nejjari C* *:Laboratoire d Epidémiologie, de Recherche Clinique

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

Epidémiologie des cancers pédiatriques en France..p. 3. L oncologie pédiatrique : un véritable défi.. p. 4

Epidémiologie des cancers pédiatriques en France..p. 3. L oncologie pédiatrique : un véritable défi.. p. 4 Dossier de presse Oncologie pédiatrique : les enfants ne sont pas des «petits adultes» et ont besoin de médicaments développés spécifiquement pour eux L oncologie pédiatrique est un domaine spécifique

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE ORIENTATION ONCOLOGIE MÉDICALE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique, orientation oncologie

Plus en détail

Hématologie et sujet âgé : les enjeux

Hématologie et sujet âgé : les enjeux Hématologie et sujet âgé : les enjeux DIU 2011 Sujet âgé? Point de vue des gériatres: Caractéristiques sujet âgé * Modifications physiologiques liées au vieillissement -état de base / stress * Polypathologie;

Plus en détail

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Siham ABDELLAOUI, Pr A.BENIDER, Fatima HOUMMANI. CHU Ibn Rochd de Casablanca 1 Plan de présentation

Plus en détail

L organisation de la cancérologie. D. Collet Bordeaux

L organisation de la cancérologie. D. Collet Bordeaux L organisation de la cancérologie D. Collet Bordeaux Quelques chiffres 278 000 nouveaux cas de cancer en 2000 contre 160 000 en 1980, incidence multipliée par 1,7 en 20 ans en France 115 000 personnes

Plus en détail

L innovation et l accroissement de la qualité par l activation de réseaux hospitaliers

L innovation et l accroissement de la qualité par l activation de réseaux hospitaliers L innovation et l accroissement de la qualité par l activation de réseaux hospitaliers 1. INTRODUCTION 2. POURQUOI DEVONS NOUS INNOVER? 3. POURQUOI LA MISE EN PLACE D UN RESEAU EST-ELLE UNE INNOVATION?

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles gériatriques à l hôpital

Evaluation des pratiques professionnelles gériatriques à l hôpital Evaluation des pratiques professionnelles gériatriques à l hôpital Yves Wolmark Service de gériatrie Hôpital Bretonneau Paris 6èmes journées de formation et d échanges Lyon 25 septembre 2007 spécificités

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL DE VILLENEUVE-SAINT-GEORGES

CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL DE VILLENEUVE-SAINT-GEORGES CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL DE VILLENEUVE-SAINT-GEORGES Après la rénovation des façades et de l isolation des murs Voici les opérations majeures de la restructuration du Centre hospitalier La construction

Plus en détail

Quelques Résultats - Un changement des causes de décès est observé d une étape à une autre. En effet, les

Quelques Résultats - Un changement des causes de décès est observé d une étape à une autre. En effet, les Septième Conférence Africaine sur la Population Johannesburg Afrique du Sud, 30 Novembre 4 Décembre 2015. Dividendes démographiques en afrique : Perspectives, opportunités et défis Titre : La transition

Plus en détail

Dispositif d annonce d du Cancer

Dispositif d annonce d du Cancer Dispositif d annonce d du Cancer Etat des lieux au 27 septembre 2007 pour le Territoire de Santé : Besançon - Gray - Pontarlier Amandine POTIER, Psychologue du Comité de Coordination en Cancérologie (3

Plus en détail

PREVALENCE DE LA DENUTRITION CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISES EN PEDIATRIE EN HIVER 2016

PREVALENCE DE LA DENUTRITION CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISES EN PEDIATRIE EN HIVER 2016 PREVALENCE DE LA DENUTRITION CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISES EN PEDIATRIE EN HIVER 2016 Dr A.Ghouzlaoui Service de pédiatrie 2 Chu ibn rochd Casablanca J. de Printemps ACPP/1ères Rencontres Africaines INTRODUCTION

Plus en détail

1 sur 5 12/05/ :49

1 sur 5 12/05/ :49 Chemin : Code de la santé publique Annexes ANNEXES DE LA QUATRIÈME PARTIE Annexe 41-1 Modifié par DÉCRET n 2014-1075 du 22 septembre 2014 - art. 2 EXERCICE DE LA MÉDECINE PAR DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE

Plus en détail

Troubles métaboliques et syndromes de lyse tumorale au cours des leucémies aigües : expérience du service d hématologie du CHU Beni-Messous

Troubles métaboliques et syndromes de lyse tumorale au cours des leucémies aigües : expérience du service d hématologie du CHU Beni-Messous Troubles métaboliques et syndromes de lyse tumorale au cours des leucémies aigües : expérience du service d hématologie du CHU Beni-Messous Z.Kaci, I. Boumaida, A.Arour, Y.Berkouk, S. Boutarane, L.Hammani,

Plus en détail

Dr med. Cécile JEROME-CHOUDJA OUABO Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Unité d éthique Chuv, Lausanne, Suisse

Dr med. Cécile JEROME-CHOUDJA OUABO Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Unité d éthique Chuv, Lausanne, Suisse Dr med. Cécile JEROME-CHOUDJA OUABO Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Unité d éthique Chuv, Lausanne, Suisse Dr med. Angèle PONDY Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Centre Mère Enfant, Fondation

Plus en détail

Chirurgie des cancers de l enfant : rôle et missions du chirurgien pédiatre Christian PIOLAT Colloque Médical du Jeudi, 13 février 2014

Chirurgie des cancers de l enfant : rôle et missions du chirurgien pédiatre Christian PIOLAT Colloque Médical du Jeudi, 13 février 2014 Chirurgie des cancers de l enfant : rôle et missions du chirurgien pédiatre Christian PIOLAT Colloque Médical du Jeudi, 13 février 2014 Items ECN 144 Cancers de l enfant : particularités Tumeurs solides

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

Recherche en cancérologie. Cancers solides Cancers de l enfant Cancers hématologiques

Recherche en cancérologie. Cancers solides Cancers de l enfant Cancers hématologiques Recherche en cancérologie Cancers solides Cancers de l enfant Cancers hématologiques Appels à projets 2016 Programme Collaboratif de Recherche Appel à projets 2016 1. Contexte et objectifs de l appel à

Plus en détail