Editorial de Madame Martine AUBRY, Présidente du Conseil de Surveillance du CHRU de Lille

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Editorial de Madame Martine AUBRY, Présidente du Conseil de Surveillance du CHRU de Lille"

Transcription

1

2 le projet d établissement du chru de lille Editorial de Madame Martine AUBRY, Présidente du Conseil de Surveillance du CHRU de Lille Le Projet d Etablissement engage la communauté des professionnels du CHRU de Lille dans un programme d actions au service de la santé de toute la population du Nord-Pas de Calais. Ce nouveau Projet d Etablissement s est construit en associant le plus largement possible les usagers de l hôpital, les équipes médicales, soignantes, techniques et administratives, les représentants des établissements de santé partenaires, autour d une vision commune : un hôpital universitaire de référence au service de sa région. Le CHRU de Lille est positionné aujourd hui parmi les cinq premiers CHU français au plan de la recherche, de l innovation et des prises en charge de recours régional voire interrégional et national pour certaines pathologies rares ou nécessitant des équipes hyperspécialisées et un plateau médico-technique de pointe. L enjeu est de conforter ce positionnement d excellence dans les cinq années à venir, en soutenant des projets de recherche ambitieux, en lien étroit avec l Université et les établissements participant à la recherche, dans le cadre d un campus hospitalo-universitaire unique, de dimension internationale. La qualité de la recherche qui y sera développée sera déterminante pour conserver et attirer des équipes de haut niveau et préserver la capacité d innovation du CHRU de Lille. L enjeu est de garantir à la population régionale un égal accès à des soins de qualité. Les valeurs du service public rassemblent les professionnels du CHRU de Lille autour d un projet commun qui vise à concilier prises en charge spécialisées et coordination du parcours de soins du patient, dans le cadre d une organisation multidisciplinaire respectueuse des personnes. Le développement d une médecine personnalisée constitue un axe majeur de l ensemble des projets proposés par les équipes médicales et soignantes, tant dans le domaine du soin que celui de la recherche et de l enseignement. Une prise en charge globale et coordonnée du patient implique que l hôpital développe la coopération interne entre les équipes et la coopération externe avec tous les acteurs de santé de la région. Le Projet d Etablissement du CHRU de Lille prévoit de conforter et structurer plus encore les partenariats qui existent déjà avec les établissements de santé de la région, en soutien de la dynamique de constitution des communautés hospitalières de territoire. Il vise également à développer les liens avec la médecine de premiers recours et à renforcer globalement les liens ville-hôpital. Excellence, innovation, coopération, transdisciplinarité, attractivité : telles sont les cinq principales orientations qui guideront l action des professionnels du CHRU de Lille dans les cinq années à venir autour d un projet ambitieux qui vise à promouvoir une médecine d excellence au service de l humain

3 un hôpital universitaire de référence au service de sa région SOMMAIRE Le Projet d Etablissement du CHRU de Lille Conforter la place du CHRU de Lille parmi les 5 premiers CHU Français pour garantir à la population du Nord - Pas de Calais un égal accès à des soins innovants page 4 > Conforter le positionnement du CHU parmi les 5 CHU les plus actifs en matière de recherche page 5 > Valoriser et développer une stratégie d enseignement commune avec l Université page 9 > Conforter et développer les soins de recours et les innovations de soins page 11 > Favoriser l innovation dans le soin par de nouveaux équipements et de nouvelles thérapeutiques page 16 Structurer un CHRU multipolaire en réponse aux besoins de santé de la population de la région Nord - Pas de Calais et de l interrégion Nord Ouest page 18 > Répondre aux besoins de santé de la population de la région Nord - pas de Calais page 19 > Structurer un CHRU multipolaire en poursuivant le déploiement de coopérations page 24 Développer une médecine personnalisée et organiser un CHU transdisciplinaire page 28 > Développer une médecine personnalisée du patient page 29 > Organiser un CHU transdisciplinaire page 33 > Adopter des organisations optimisées favorisant la mutualisation des ressources page 35 Développer un CHU performant, communiquant et attractif page 36 > Développer un CHU performant page 37 > Développer un CHU communiquant et attractif page 40 Construire ensemble l avenir du CHRU de Lille autour de valeurs et d une vision partagées page 48 > S appuyer sur un socle de valeurs communes page 49 > S engager dans l éco-citoyenneté page 51 > Fonder le Projet d Etablissement sur une vision prospective partagée page 51 > Accompagner les professionnels du CHU dans la conduite de ses missions page 52 > Mettre en œuvre une politique de management ouverte et concertée page 55 Moderniser le campus hospitalo-universitaire et garantir l accessibilité pour tous page 58 > Le schéma directeur d urbanisme page 59 > Les projets immobiliers à considérer page 62 Conclusion page

4 le projet d établissement du chru de lille conforter la place du CHRU de LILLE parmi les 5 premiers CHU français pour garantir À la population du nord - pas de calais un égal accès À des soins INNOVANTS - 4 -

5 un hôpital universitaire de référence au service de sa région Dans le cadre de son Projet d Etablissement , puis de son Contrat Pluriannuel d Objectifs et de Moyens et de ses avenants successifs, le CHRU de Lille a conforté son positionnement national dans le domaine de la recherche, du recours et de l innovation. L ensemble des classements nationaux confirment que le CHRU de Lille se positionne parmi les 5 premiers CHU de France pour la qualité des soins et de la recherche. Le CHRU de Lille est le seul CHU de la région Nord - Pas de Calais (4 millions d habitants). Il a, par ailleurs, une vocation inter-régionale pour certaines prises en charge très spécialisées. L Inter-région Nord-Ouest compte près de 10 millions d habitants. Le CHRU de Lille regroupe une communauté de plus de professionnels de santé qui œuvrent quotidiennement aux progrès de la recherche, à l intégration de l innovation dans les pratiques de soin, à l amélioration continue des prises en charge éducationnelles, diagnostiques et thérapeutiques et à l enseignement. L activité du CHRU de Lille représente chaque année plus de patients accueillis aux urgences, plus de 200 patients greffés, près de patients hospitalisés, près d un million de consultations, naissances, 950 publications dans les revues scientifiques, et l encadrement de 900 étudiants hospitaliers. La part d activité du CHRU de Lille dans la région est de 11% (dernières données d hospitalisation MCO disponibles 2008), restée stable jusqu en 2006, elle a progressé depuis (+1 point) dans un contexte de forte concurrence. L expertise des équipes pluridisciplinaires du CHRU de Lille, reconnue notamment par la labellisation des centres de référence et des centres de compétences, s appuie sur un plateau médico-technique et des hébergements sans cesse modernisés grâce à une politique d investissement soutenue : l établissement investit chaque année près de 50 millions d euros, effort porté à 67 millions d euros dès 2011 en conséquence du début de la réalisation du «Projet Sud». Concernant la recherche, le CHRU de Lille figure en 2 ème position des CHU français en termes de réussite à l appel à projets «Programmes Hospitaliers de Recherche Clinique», au 3 ème rang en termes d essais cliniques (cf. classement SIGREC) et au 4 ème rang pour la qualité et le nombre de publications scientifiques (cf. classement SIGAPS). Le positionnement national du CHRU de Lille parmi les premiers CHU français a été conforté ces dernières années dans le cadre d une stratégie combinant : > une meilleure valorisation des activités réalisées (revalorisation du financement des Missions d Enseignement, de Recherche, de Recours et d Innovation en application du nouveau modèle national à l élaboration duquel le CHRU de Lille a fortement contribué, majoration du financement des Missions d Intérêt Général, meilleure cotation des séjours dans le PMSI) ; > l extension et la création d activités nouvelles pour répondre aux besoins de santé de la région ; > l amélioration de l efficience des organisations internes favorisant la mobilisation des ressources en priorité dans les secteurs en développement. Le CHRU de Lille a atteint l équilibre financier en 2010 et renforcé sa capacité d autofinancement, ce qui lui permet d engager un ambitieux projet architectural dit «Projet Sud» correspondant à un investissement total évalué en juin 2008 à 307 millions d euros (dont 183 millions d euros au titre de la première tranche s inscrivant dans le Plan Hôpital 2012) et ouvre la possibilité, pour l ensemble de la communauté hospitalière, de s inscrire dans un nouveau Projet d Etablissement. Afin de conforter son rayonnement national, la dimension hospitalo-universitaire du CHRU de Lille est valorisée et développée dans une stratégie commune avec l Université. Il s agit de répondre aux enjeux qui ont été soulignés par la Commission présidée par la Professeur Marescaux, l ambition nationale étant de développer quelques centres de haut niveau rivalisant pour l ensemble des trois missions soins, recherche et enseignement, avec les références mondiales en la matière. Il s agit de positionner des centres d excellence attractifs pour les meilleurs talents au niveau international. Le CHRU de Lille se prépare à une évaluation de ses missions et de son organisation par l Agence d Evaluation de la Recherche et de l Enseignement Supérieur qui vérifiera la réalité d une stratégie cohérente favorisant les synergies entre les missions de recherche, d enseignement et de soins, pour soutenir le développement d une recherche de haut niveau tant dans le domaine de la recherche fondamentale que dans celui de la recherche translationnelle. Le nouveau Projet d Etablissement du CHRU de Lille a donc pour ambition de conforter son identité d hôpital universitaire et de favoriser le développement de ses missions distinctives. La volonté de la communauté hospitalière et universitaire est de conforter le positionnement du CHRU de Lille parmi les cinq premiers CHU de France dans le domaine de la recherche, de l enseignement et des soins de recours

6 le projet d établissement du chru de lille Conforter le positionnement du CHU parmi les cinq CHU les plus actifs en matière de recherche Dans un contexte devenu très compétitif, l enjeu pour le CHRU de Lille est de demeurer parmi les cinq CHU les plus actifs en matière de recherche au plan national et de placer la recherche translationnelle et clinique au cœur du dispositif régional de la recherche biomédicale. recherche existantes et le développement de nouveaux projets. Ce renforcement doit être envisagé en lien avec les thématiques transversales et décliné au sein des structures de recherche labellisées du site. Il s agit notamment de densifier les équipes de recherche existantes au travers d une amplification du maillage entre ces équipes et les pôles hospitaliers et de renforcer les structures transversales. Il est essentiel, pour l établissement et pour les pôles, de maintenir un pourcentage d articles A ou B élevé et ainsi remonter le Préparer l évaluation de l Agence d Evaluation de la Recherche et de l Enseignement Supérieur (AERES) Le projet d établissement , qui s articule avec le Projet quinquennal de l Université, est déterminant pour accroitre la performance de la recherche au CHU de Lille et pour préparer l évaluation par l AERES qui interviendra en Les atouts du CHRU de Lille sont nombreux. Ils tiennent principalement à l importance des files actives de patients en lien avec l épidémiologie des maladies chroniques en région Nord - Pas de Calais, à la qualité des équipes de recherche et des plateaux techniques présents sur le site. Le CHRU de Lille se caractérise par un haut niveau de recherche. Il a été classé trois années de suite en 3 ème position pour son implication dans les essais cliniques (score SIGREC) et en 4 ème position pour le nombre et la qualité des publications scientifiques (score SIGAPS). La recherche médicale menée par les enseignants chercheurs et les praticiens hospitaliers se concentre sur un certain nombre de thèmes d excellence : le cancer, en lien avec le Cancéropôle Nord-Ouest les maladies cardiovasculaires et métaboliques les maladies mentales et neurologiques les maladies inflammatoires et infectieuses. Pour maintenir ce positionnement et conférer à l établissement un niveau d excellence en matière de recherche, le CHRU de Lille souhaite en premier lieu développer le partenariat avec l Université et les Etablissements Publics à caractère Scientifique et Technologique (adossement à des équipes labellisées). La réalisation de l objectif en matière de recherche passe par ailleurs par l implication des pôles dans le renforcement des activités de score moyen par article et de veiller à intégrer de plus en plus de patients dans des études cliniques ouvertes. Les projets des pôles permettront aussi de développer la recherche dans le domaine paramédical et sur le thème de l éducation thérapeutique, ainsi que d intensifier les collaborations scientifiques au sein du G4 et avec les équipes de recherche en sciences humaines et sociales. Cela nécessite d allier l encouragement des équipes les plus performantes et le soutien aux équipes prometteuses, en devenir ou ayant une production régulière et de bon niveau afin de maintenir un niveau de production global important

7 un hôpital universitaire de référence au service de sa région L ensemble de ces objectifs nécessite à la fois de développer un environnement favorable, notamment l accès à des méthodologies de haute technicité et d aider la valorisation des résultats de recherche tant au plan médical, économique que sociétal. Le CHRU doit également aller au-delà de la recherche clinique vers la recherche translationnelle en encourageant ses équipes médicales à mener de front une recherche préclinique générant des hypothèses novatrices et une recherche clinique ambitieuse, fondées sur des études de cohortes ou des études interventionnelles. Le CHRU a pour objectif d intégrer de plus en plus la recherche paramédicale à l ensemble du dispositif de recherche. Soutenir la recherche autour de thèmes fédérateurs et transversaux La réflexion menée à l occasion de ce nouveau Projet d Etablissement a permis de dégager des thèmes fédérateurs autour desquels l ensemble des pôles ont structuré leurs projets de recherche, des thèmes transversaux recouvrant les grands champs pathologiques et des plateformes méthodologiques donnant accès à tous les moyens pour mener une recherche clinique de qualité et aux outils biologiques et d imagerie aujourd hui indispensables. > Les trois thèmes fédérateurs de recherche : Les biomarqueurs : Le Projet d Etablissement promeut fortement la nécessité de développer des biomarqueurs ou leur utilisation dans la pratique en évaluant leur impact sur la prise en charge. Ce thème concerne la plupart des principaux champs pathologiques. Il s agit le plus souvent de marqueurs biologiques, notamment sanguins, avec le cas particulier des marqueurs mis en évidence sur des tumeurs solides. Plusieurs pôles ont ciblé les marqueurs de souffrance vasculaire et endothéliale dans leurs projets s articulant avec le souhait du pôle d imagerie de développer les techniques d analyse de la perfusion tissulaire. L identification de nouveaux biomarqueurs s appuie sur l étude de cohortes, avec le souhait du Centre de Biologie et Pathologie de s investir dans la détermination de ces biomarqueurs (avec la nécessité de développer un plateau technique de pointe), en lien avec des équipes de recherche plus fondamentales, favorisant un véritable continuum entre l innovation et l application clinique. La médecine personnalisée : La personnalisation de la médecine est un des enjeux des prochaines années afin qu à chaque patient corresponde une prise en charge individualisée. Ce thème a été ciblé dans les domaines de l anesthésieréanimation (intégrant la prise en charge de la douleur postopératoire), de la réanimation médicale, du diabète, de la cardiologie, de la gynécologie, du cancer, de la prescription médicamenteuse, du cancer, de la dermatologie, et constitue résolument un thème fédérateur de la recherche au sein du CHU. La médecine réparatrice : Ce champ regroupe à la fois l activité de greffe et la thérapie cellulaire et les biomatériaux «intelligents». L enjeu est l optimisation de cette approche thérapeutique soit en améliorant, par un meilleur suivi thérapeutique pharmacologique s appuyant sur des biomarqueurs et une éducation thérapeutique efficace, les traitements de prévention du rejet de greffe, soit en améliorant le matériel cellulaire. Ce thème concerne la néphrologie, l hépatologie, le diabète et le cancer. > Les Thèmes transversaux En ce qui concerne la recherche, un certain nombre de thèmes transversaux se dégagent et structurent les différents projets menés par les équipes des pôles du CHU : - En premier lieu, le cancer constitue une thématique essentielle, compte tenu de l épidémiologie régionale. Les projets visent à «l évitabilité» (facteurs de risque, dormance tumorale) et à la personnalisation de la prise en charge. Des liens entre recherche fondamentale et recherche clinique sont également permis par la recherche de certains cancers: mélanomes, glioblastomes, cancers digestifs, cancers de la prostate et cancers gynécologiques - Le thème des maladies métaboliques et de leurs conséquences constitue également un thème fort, notamment le diabète, dans la mesure où cette pathologie, au-delà de la nécessaire personnalisation de sa prise en charge, a des conséquences multiples sur les organes (cœur, rein, cerveau, vaisseaux), a des liens avec le cancer, l obésité et la sensibilité aux infections. Enfin, il concerne tous les âges de la vie : diabète gestationnel, enfant, adulte, sujet âgé. - Le troisième thème transversal concerne les maladies inflammatoires, regroupant de nombreux projets relatifs aux Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin, à la pathologie hépatique ou encore à la mucoviscidose

8 le projet d établissement du chru de lille - De nouveaux projets émergent en ce qui concerne la médecine aiguë, dont le thème fédérateur est le développement et l utilisation des biomarqueurs endothéliaux et l imagerie de perfusion dans la définition du pronostic à court et long termes des pathologies aiguës (intégrant réanimation, maladies infectieuses, pathologies neurovasculaires), avec adaptation de la prise en charge. - Enfin, le champ des neurosciences permet l émergence de nombreux projets relatifs à la cognition et au comportement, intégrant des projets de neurosciences, de psychiatrie, d imagerie et de neurophysiologie, de l enfant et de la pharmacologie > Les trois thèmes Méthodologiques On peut identifier trois thèmes méthodologiques : Une recherche clinique professionnalisée : Le projet de recherche des pôles nécessite la réalisation de protocoles de recherche clinique, avec soit des études de cohortes (de taille d environ 500 patients), soit des études interventionnelles. La concurrence internationale nécessite que le montage et la réalisation des projets soient les plus rapides, ce qui nécessite un regroupement géographique de toutes les forces impliquées dans la recherche clinique, expliquant l investissement dans la construction de la Maison Régionale de la Recherche Clinique (M2RC). Cette M2RC permettra de regrouper en un même lieu à la fois les structures institutionnelles (intégrer le projet de la Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation (DRCI) et les structures opérationnelles Fédération à la Recherche Clinique (FRC), Centre d Investigation Clinique (CIC), Centre d Investigation Clinique et d Innovation Technologique CIC-IT, Centre de Ressources Bilogiques (CRB...) dans lesquelles le pôle Santé publique, Pharmacie, Pharmacologie (S3P) souhaite s investir. Pour la partie opérationnelle, il s agit de renforcer l évaluation méthodologique des projets (indispensable dans la compétition des appels d offres), d agrandir le plateau d investigation clinique permettant de réaliser des études interventionnelles (validation de biomarqueurs de stratification de population, études pharmacologiques intégrant le projet de centre de phase précoce en onco-hématologie et le développement du secteur recherche de la Pharmacie, études physiopathologiques). Le deuxième aspect concerne la logistique (ecrf, outils de screening, collections biologiques, suivi de cohortes...) des essais cliniques permettant la réalisation de projets multicentriques régionaux (à travers la mise en place des réseaux régionaux dans le cadre des GCS du CHU multipolaire), interrégionaux (réseau G4), nationaux (réseaux nationaux) ou européens. Le troisième point concerne la partie «aval» des essais cliniques avec centralisation du stockage des données (clinique, imagerie, biologie), de l analyse statistique et de la modélisation, de la bioinformatique, de l analyse d image et de signal. Ce point passe par un renforcement des ressources humaines qui doivent être pérennes s inscrivant dans une aide sur le long terme pour les équipes. Le dernier point concerne la valorisation en termes de publications avec le recours à des «medical writers». Un plateau d analyses biologiques performant : Ce dernier doit être doté de l ensemble des techniques de pointe nécessaires à des travaux de haute valeur ajoutée (génomique, transcriptomique, protéomique) tout en préservant l analyse de marqueurs plus classiques avec une miniaturisation et l utilisation du haut-débit grâce à des techniques de type Luminex. Pour la partie anatomo-pathologique, le projet de développement des lames virtuelles est une priorité. Ce pla

9 un hôpital universitaire de référence au service de sa région teau hospitalier doit s articuler avec des équipes de biologie plus fondamentales. Un accès à une imagerie de pointe : Sous réserve de financements, le développement de la plateforme d imagerie du vivant mis en place par l IMPRT devrait se poursuivre avec l acquisition de nouveaux systèmes (PET-IRM par exemple) avec une part significative pour la recherche. Le deuxième point, au-delà de la stabilisation du fonctionnement, est la possibilité de mettre en place un staff d ingénieurs assurant l analyse d images. Valoriser et développer une stratégie d enseignement commune avec l Université On compte au CHRU plus de trois étudiants et internes pour deux médecins. Ce chiffre suffit à lui seul à traduire la réalité d un hôpital où le soin se conjugue à la formation au quotidien dans les services, un hôpital où l on forme en soignant et où l on soigne en formant. Mais il n est le reflet que d une partie de la fonction de transmission de savoirs assurée dans l établissement, car il n intègre pas l effort considérable de formation fait dans le cadre de la formation continue en direction des professionnels aguerris, du CHRU ou de la région, hospitaliers ou libéraux, qui éprouvent le besoin de renouveler ou d approfondir leurs compétences et peuvent le faire au sein des services hospitaliers. Cette fonction d enseignement est assurée par l ensemble de la communauté médicale, praticiens hospitalo-universitaires en premier lieu naturellement mais également par les praticiens hospitaliers, dans des rôles naturellement distincts mais avec des contributions fortement complémentaires. La mission d enseignement est bien intrinsèque du CHRU, elle est aussi distinctive par rapport aux autres hôpitaux non universitaires. Si le CHRU veut continuer de tenir son rang et de remplir les missions qui lui sont assignées, il doit savoir, aux côtés des Facultés et des Ecoles, contribuer aux meilleurs enseignements, de même qu il doit dispenser les meilleurs soins et continuer toujours à développer une recherche performante. Les 3 orientations majeures retenues pour valoriser la mission d enseignement dans notre CHRU sont d améliorer et faciliter les conditions d enseignement et de formation à l hôpital, de faire du campus un Pôle d excellence, de rencontres et d échanges de savoir tout au long de la carrière et enfin d encourager et d accompagner l innovation pédagogique. Améliorer et faciliter les conditions d enseignement et de formation à l hôpital Les étudiants et les internes constituent des acteurs à part entière du fonctionnement et de la vie de l hôpital. Ils sont aussi potentiellement de futurs praticiens de l établissement. Ils doivent être accueillis, accompagnés au cours de leur présence à l hôpital (de jour comme de nuit) et évalués dans les meilleures conditions possibles. L amélioration des conditions d enseignement proposées porte à la fois sur la dimension pédagogique (accueil, missions, accompagnement, évaluation, ) et sur la dimension hôtelière (conditions de repos et de restauration)

10 le projet d établissement du chru de lille Cet enjeu est à la fois complexe du fait de l augmentation régulière du numérus clausus et donc du nombre d étudiants accueillis à l hôpital et impératif dans un contexte d attentes croissantes des étudiants eux-mêmes, vis-à-vis de leurs conditions d accueil et de formation et d exigences potentiellement renforcées vis à vis des conditions d agréments. Faire du campus un pôle d excellence, de rencontres et d échanges de savoir tout au long de la carrière La Faculté de médecine forme un très grand nombre d étudiants qui pendant une dizaine d années fréquentent le Campus universitaire de santé de Lille avant d emprunter chacun des trajectoires professionnelles propres. Même si la densité en professionnels de santé dans la région Nord-Pas de Calais n est pas à la hauteur des besoins de santé de sa population, il existe néanmoins une communauté médicale très importante, médecins hospitaliers ou libéraux, généralistes ou d autres spécialités, qui ont tous au cours de leur carrière besoin de formations médicales voire parfois simplement de la possibilité d obtenir des conseils spécialisés ; le potentiel de compétences présentes sur le Campus universitaire de santé est considérable. Le maintien d un lien avec ces professionnels, le plus souvent issus de la Faculté de médecine de Lille, est donc essentiel. Il existe de nombreuses initiatives hospitalo-universitaires formatives en direction de la médecine générale. Le clivage reste pourtant trop important entre le CHRU et les médecins généralistes (culture d intégration et de compagnonnage peu développée, entretien de liens variable). Le rôle du médecin généraliste dans l adressage comme dans le suivi de patients chroniques par exemple est pourtant essentiel et l intérêt d améliorer le lien et la communication évident. Aussi, un souhait fort de renforcer la place de la médecine générale dans le dispositif formatif est exprimé dans ce Projet d Etablissement, pendant la période de formation initiale (contenu des stages, tutorat interne, ) comme pendant la période d exercice professionnel (modalités de communication adaptées aux contraintes d exercice des médecins généralistes, parcours de formation personnalisés, ). Le Projet de Maison de Santé Pluridisciplinaire Universitaire (MSPU) de Lille Sud, qui vise à offrir un accès aux soins facilité à la population de Lille Sud, permettra également d ajouter une dimension supplémentaire à cette démarche en en faisant un lieu de formation et de recherche en soins primaires avec l attribution d un label universitaire. La maison de santé constituera en effet un lieu de formation à l exercice ambulatoire pour les médecins et les autres professions de santé. Des internes en spécialité de médecine générale et des internes d autres spécialités pourront y faire des stages, dans le cadre de maquettes labellisées par la Faculté de Médecine, avec un encadrement par les universitaires référents des disciplines concernées

11 un hôpital universitaire de référence au service de sa région Un Maître de conférences Universitaire et un Chef de clinique de Médecine générale seront affectés au sein de la MSPU. La dimension universitaire de la MSPU permettra l acquisition de référentiels communs entre les différentes professions, le développement de travaux de recherche et une formation des professionnels de santé en adéquation avec les besoins de soins. Encourager et accompagner l innovation pédagogique L effet cumulé d un ensemble de facteurs amène à stimuler et accompagner l innovation pédagogique pour une formation plus performante et plus dynamique : l augmentation du nombre d étudiants et d internes accueillis, l impact potentiel sur l enseignement au lit du patient et la préservation nécessaire de ce dernier, l évolution des attentes en lien avec la diffusion de nouvelles techniques de communication et d apprentissage notamment. Le Projet d Etablissement vise donc à promouvoir le développement de techniques innovantes d enseignement théorique ou appliqué. Dans ce domaine, le CHRU souhaite développer, en lien avec la Faculté, l apprentissage aux gestes, en particulier par la simulation. Il s agit d un objectif transdisciplinaire visant à intégrer les nouvelles potentialités issues des évolutions technologiques, et qui est porté par plusieurs pôles et disciplines : notamment l anesthésie réanimation, le pôle cœur vaisseaux poumons, ou encore le pôle de biologie pathologies génétiques à travers le projet de lame virtuelle. Le CHRU souhaite également développer la formation à la reconnaissance de l urgence vitale et de la défaillance vitale. Il apparaît nécessaire d approfondir l enseignement des disciplines fondamentales pour favoriser les politiques de bon usage. En effet, l évolution des techniques et produits disponibles, la modification du contenu des protocoles, le risque de dérive des pratiques vers une augmentation marginale mais régulière des prescriptions amènent à considérer comme opportun de favoriser pour l ensemble des acteurs (étudiants comme professionnels en exercice) une réflexion permanente sur l acte de prescription adéquate (adapté au patient, à la situation, à la référence). De la même manière, la sensibilisation à la recherche clinique plus précoce qu aujourd hui apparaît fondamentale pour dynamiser la recherche future du CHRU. Enfin, une sensibilisation accrue à la réflexion et la recherche sur le questionnement éthique pourrait permettre d élargir les publics impliqués. C est l idée sousjacente du projet porté par l Espace Ethique Hospitalier et Universitaire (EEHU), visant à faire progresser l expression et le partage de ces questions au sein de la communauté médicale et paramédicale. Conforter et développer les soins de recours et les innovations de soins Depuis plusieurs années, en accord avec l Agence Régionale de Santé, le CHRU de Lille a fait le choix d un développement qualitatif de ses activités : sa vocation est de développer des innovations et de prendre en charge des pathologies lourdes nécessitant un plateau médico-technique de pointe et une expertise médicale spécialisée. Pour certaines activités de recours ou de haute spécialisation, le CHRU de Lille est le seul établissement de prise en charge pour les habitants du Nord-Pas de Calais. La volonté de l établissement est de conforter et de développer ces prises en charge pour lesquelles il se place en recours au niveau régional ou interrégional. Rénover la réanimation et les urgences Le CHRU de Lille constitue un centre de recours régional et interrégional dans le secteur de l urgence et de la réanimation. Ainsi, le CHRU de Lille est un établissement de

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Sommaire. > La permanence des soins page 4. > La gestion de la pandémie grippale H1N1 page 7. > Le positionnement régional du CHRU de Lille page 9

Sommaire. > La permanence des soins page 4. > La gestion de la pandémie grippale H1N1 page 7. > Le positionnement régional du CHRU de Lille page 9 Sommaire > La permanence des soins page 4 > La gestion de la pandémie grippale H1N1 page 7 > Le positionnement régional du CHRU de Lille page 9 > La recherche page 10 > L innovation en 2009 page 11 > Le

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le CHU de Toulouse assure 4 missions : le Soin, la Prévention, l Enseignement, la Recherche 4 ème CHU de France!180 000 patients hospitalisés!500 000 consultants!118

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Construction du Nouveau CHU d Amiens

Construction du Nouveau CHU d Amiens Construction du Nouveau CHU d Amiens Historique et particularités du projet Thierry VELEINE ingénieur général - coordinateur du Pôle Investissements et Logistique Hopitech Amiens - 05 octobre 2012 - historique

Plus en détail

Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL

Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL Les nouveaux PHU du CHU de Nantes Madame COUDRIER Professeur POTEL Mardi 15 novembre 2011- Espace Vianey -Quai de la Rapée- Paris 12 FHF CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 Des pôles cliniques

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 CONSTRUCTION DE LA VISION 2025 COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 LA VISION 2025 EST AU CARREFOUR DE TROIS DYNAMIQUES Industrie Sociétés savantes Flux de découvertes scientifiques et développement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Pourquoi un nouveau modèle?

Pourquoi un nouveau modèle? Pourquoi un nouveau modèle? Le Service de santé des armées remplit efficacement sa mission mais sous forte tension. À l instar de l ensemble de la défense, le Service est sous contrainte économique. Il

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Organisation de la recherche clinique. Dr E. DEVILLIERS Novembre 2011

Organisation de la recherche clinique. Dr E. DEVILLIERS Novembre 2011 Organisation de la recherche clinique Dr E. DEVILLIERS Novembre 2011 Rappel : la recherche clinique : «recherche appliquée àl homme dont la finalité est le progrès des techniques de soins» (Bourdillon

Plus en détail

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Pour une stratégie de l'enseignement supérieur à l'horizon 2030 Professeur Abdelhamid Djekoun Recteur de l université de Constantine

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 1 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé.

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

Projet d établissement 2012-2016. Projet de Prise en charge du Patient Synthèse

Projet d établissement 2012-2016. Projet de Prise en charge du Patient Synthèse Projet d établissement 2012-2016 Projet de Prise en charge du Patient Synthèse 1 Les axes stratégiques du Projet de Prise en charge du Patient Le CHR de La Réunion occupe déjà une place importante dans

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME LES MISSIONS DES CHU FONCTIONS DE SOINS (1) Proximité,Territoire,Région Corps médical avec l ensemble des

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières Conférence de l IUFRS Université de Lausanne 18 décembre 2012 Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières C.Debout,, Inf, PhD Département des Sciences

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire formation management des pôles en milieu hospitalier session 2014-2015 en réponse au décret n 201-656 du 11 juin 2010 formation

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Assistance Publique Hôpitaux de Marseille L excellence pour tous, chaque jour L AP-HM RÉPOND À 3 GRANDES MISSIONS Les soins et la prévention L enseignement La recherche Avec 3 400 lits et places, l AP-HM

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Dispositif INCa pour la recherche SHS-E-SP sur le cancer Informatives Cancéropôle CLARA

Dispositif INCa pour la recherche SHS-E-SP sur le cancer Informatives Cancéropôle CLARA Dispositif INCa pour la recherche SHS-E-SP sur le cancer Informatives Cancéropôle CLARA 20/05/2015 Plan présentation. I. Place de la recherche SHS-E-SP dans le Plan Cancer 2014-2019 II. Actions du Département

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail