Transpositi ition d e l a é r gl t emen t a i tion para par sismique aux bâ timen bâ t timen s t ex is i ta s nt n s t (3/4)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transpositi ition d e l a é r gl t emen t a i tion para par sismique aux bâ timen bâ t timen s t ex is i ta s nt n s t (3/4)"

Transcription

1 Transposition de la réglementation él tti parasismique aux bâtiments existants (3/4)

2 1. Réglementation sur les bâtiments existants 2. Travaux aggravantsou travaux non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 3. Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité 2

3 Réglementation sur les bâtiments existants Conformément à l'arrêté du 22 octobre 2010 modifié : Il n'y a pas d'exigence de mise à niveau sismique des bâtiments existants. Si des travaux conséquents sont envisagés, un dimensionnement est nécessaire avec une minoration de l action sismique à 60% de celle du neuf. Les maîtres d'ouvrage volontaires sont incités à réduire la vulnérabilité de leurs bâtiments en choisissant le niveau de confortement qu'ils souhaitent atteindre. 3

4 Réglementation sur les bâtiments existants Les règles PS sont applicables :» À l'extension seule, réalisée par juxtaposition à une construction existante, avec une désolidarisation par un joint de fractionnement (la largeur du joint étant égale à la somme des déplacements horizontaux dus au séisme, en tête de l'extension et de l existant ; dans le cas du déplacement horizontal non connu de l'existant, la largeur du joint doit être de minimum 4 cm). 4

5 Réglementation sur les bâtiments existants» Au bâtiment complet, existant + extension, si l'addition par juxtaposition est réalisée sans joint de fractionnement (le comportement de l'ensemble doit être étudié, afin de s'assurer que le nouveau bâtiment (existant + extension) est conforme à la réglementation parasismique en vigueur). 5

6 Réglementation sur les bâtiments existants» A l ensemble du bâtiment modifié : les règles parasismiques applicables dépendentd de la zone sismique, i de la catégorie du bâtiment, ainsi que du niveau de modification envisagé sur la structure :» Tableau 1Catégorie Travaux prévus Règles de construction et accélération Zone 2 III et IV En cas de remplacement ou d'ajout d'éléments non structuraux EC8-1 (pour ces éléments) IV > 30 % de SHON créée > 30 % de plancher supprimé EC8-1 a gr =0.42 m/s² Zone 3 II, III et IV En cas de remplacement ou d'ajout d'éléments EC8-1 non structuraux (pour ces éléments) II, III et IV > 30 % de SHON créée PS-MI > 30 % de plancher supprimé et les conditions Zone 2 de l'application des PS-MI respectées II, III et IV > 30 % de SHON créée EC8-1 > 30 % de plancher supprimé a gr =0.66 m/s² 6

7 Réglementation sur les bâtiments existants Catégorie Travaux prévus Règles de construction et accélération Zone 4 II, III et IV En cas de remplacement ou d'ajout d'éléments non structuraux II > 30 %de SHON créée et les conditions de l'application des PS-MI respectées EC8-1 (pour ces éléments) PS-MI Zone 3 > 30 % de SHON créée EC8-1 > 30 % de plancher supprimé à un niveau a gr = m/s² III et IV > 20 % de SHON créée > 30 % de plancher supprimé à un niveau > 20 % des contreventements supprimés Ajout équipement lourd en toiture EC8-1 a gr =0.96 m/s² Zone 5 II, III et IV En cas de remplacement ou d'ajout d'éléments non structuraux II III et IV > 30 %de SHON créée et les conditions de l'application des CP-MI respectées EC8-1 (pour ces éléments) CP-MI > 20 % de SHON créée EC8-1 > 30 % de plancher supprimé à un niveau > 20 % des contreventements supprimés a gr =1.8 m/s² > 20 % de SHON créée > 30 % de plancher supprimé à un niveau > 20 % des contreventements supprimés Ajout équipement lourd en toiture 7 EC8-1 a gr =1.8 m/s²

8 Réglementation sur les bâtiments existants» L'article 3 de l'arrêté du 22 octobre 2010 modifié précise : La catégorie d'importance à considérer pour l'application des dispositions constructives est celle qui résulte du classement du bâtiment après travaux ou changement de destination. Les travaux, de quelque nature qu'ils soient, réalisés sur des bâtiments existants ne doivent pas aggraver la vulnérabilité de ceux ci au séisme. 8

9 Réglementation sur les bâtiments existants» L'Association Française de génie Parasismique (AFPS) travaille actuellement pour le Ministère de l Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDDTL), à la rédaction d'un Guide de la non aggravation de la vulnérabilité des bâtiments existants, lors des travaux. Les questions posées : Comment interpréter la clause de non aggravation de la vulnérabilité é? Quels sont les critères? Des calculs sont ils indispensables?» En attendant tla fin des travaux en cours à l'afps, nous vous présentons quelques propositions concernant l'analyse de l'aggravation ou de la nonaggravation de la vulnérabilité, qui vont être faites pour le futur Guide. 9

10 1. Réglementation sur les bâtiments existants 2. Travaux aggravants ou travaux non aggravants de lavulnérabilité des bâtiments existants? 3. Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité 10

11 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants?» Lorsque des travaux sont envisagés dans un bâtiment existant, trois cas sont prévus par l'arrêté du 22/10/2010 modifié : a) les travaux dépassent les seuils fixés par l'arrêté ; b) les travaux ne dépassent pas ces seuils ; c) les travaux ne portent que sur le éléments non structuraux du bâtiment. Les cas a) et c) ont été traités dans le Tableau 1, ci dessus. 11

12 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants?» Lorsque les travaux ne dépassent pas les seuils définis par l arrêté, l application des règles parasismique n est pas exigée.» Toutefois l arrêté impose que les travaux réalisés sur des bâtiments existants n aggrave pas la vulnérabilité de ceux ci aux séismes.» Cette clause doit être interprétée de la manière suivante : Les travaux envisagés doivent être conçus de telle manière que les éventuels effets négatifs pour la tenue au séisme du bâtiment soient compensés. 12

13 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? Le guide va aider à déterminer : Les travaux qui par nature sont des interventions à l'impact limité sur la vulnérabilité globale du bâtiment : ce sont des travaux considérés comme non aggravants. Les travaux qui ne sont pas a priori à impact limité mais qui, après étude succincte grâce à une grille d'analyse fournie dans le futur guide, se révèlent être non aggravants sur le comportement global de la structure. Pourles autres travauxaggravantspotentiellement aggravants lavulnérabilité du bâtiment, des compensations doivent être recherchées. Le guide va donner des exemples de compensations souhaitables. Si l'aggravation ne peut être compensée, il est nécessaire de modifier le projet de travaux. 13

14 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants?» Le comportement du bâtiment sera modifié si les travaux prévus ont une incidence significative sur les paramètres influençant l'intensité des actions sismiques ou la capacité de résistance aux efforts : modification des masses (action) ou de leur répartition (action) ; modificationdes des raideurs (action, résistance) ; modification des planchers (résistance).» Il n'est pas possible de présumer du caractère favorable ou défavorable d'une modificationde de structure oude masse, sans évaluer l'impact de cette modification sur l'équilibre d'ensemble du bâtiment (en plan et en élévation). 14

15 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants?» Travaux considérés commenon aggravants : Ce sont des travaux qui correspondent à des interventions localisées, portant sur des parties ou des éléments précis de la structure. Ils n'ont d'influence que sur une portion limitée du bâtiment. 15

16 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 1) Entretien, ti réparation ou remplacement Réparation, renforcement ou substitution d'éléments structuraux individuels d endommagés (poutres, linteaux, portions de plancher, poteaux, murs) ou d'une partie de ceux ci ; Remplacement tde toiture ou de plancher, s'il n'y a pas de changement significatif de leur rigidité dans le plan, ni de changement des charges statiques verticales. Pour les toitures, les conditions suivantes doivent être respectées : la modification de la pente de toiture est limitée à 10% ; l'augmentation de hauteur de la toiture est limitée à 10% ; Restauration ou renforcement des connexions entre éléments structuraux (entre panneaux maçonnés, entre les murs et poutres ou planchers, y compris la mise en place de chaînages ou de tirants) 16

17 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 2) Interventions dans les murs en maçonnerie ou en béton Déplacement e du d'une eporte ou du d'une fenêtre esur le même mur, u,en respectant t le plus possible l alignement avec la configuration aux étages supérieurs et inférieurs ; Comblement des niches, de portes, de fenêtres, de cheminées, sous réserve des conditions suivantes, qui permettent de considérer que les modifications apportées ne changent pas de manière significative la résistance et le comportement en torsion de la structure : la somme des longueurs rebouchées dans chaque direction ne doit pas dépasser 15% du linéaire initial de murs dans cette direction ; la longueur d'une ouverture rebouchée ne doit pas excéder 30% de la longueur du panneau/mur dans lequel elle se trouve. 17

18 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? Création d'une ouverture à l'intérieur du bâtiment, sous réserve des conditions suivantes : le cumul des longueurs des ouvertures créées dans chaque direction ne doitpas dépasser 15% du linéaire initialde murs, dans cette direction ; lalongueur longueur de chaque ouverture ne doitpasexcéder 30% de la longueur du panneau/mur dans lequel elle est créée. Attention : la création d'une ouverture dans un mur périmétrique du bâtiment, à moins d' 1 mètre de l'angle, ne peut être considérée comme une intervention locale non aggravante, du fait de l'affaiblissement de cette zone. 18

19 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 3) Interventions dans les planchers Rebouchage d'ouvertures existantes dans les planchers. Création d'ouvertures isolées ou multiples dans le plancher, de surface unitaire limitée à 6 m² et dont la surface cumulée n'excède pas 10% de la surface du plancher : pour ne pas perturber le fonctionnement de l'ouvrage, toute ouverture doit être placée à une distance suffisante (en général é lla moitié iiéde la plus grande dimension de la trémie créée) des éléments de contreventement ; lorsque ces conditions ne sont pas satisfaites, it il est nécessaire de constituer dans le plancher une structure permettant d'assurer le cheminement des efforts vers les éléments de contreventement. 19

20 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 4) Création de balcons et autres éléments en porte à faux La longueur du porte à faux est inférieure à 1.40 m. La surface totale du porte à faux est inférieure à 20 m². Le rapport entre la surface du balcon et celle du plancher est inférieure à 5%. Le rapport entre la longueur du balcon et la longueur de la façade est inférieur à 75%. 20

21 Travaux aggravants ou non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 5) Interventions concernant les vérandas Une véranda est une extension légère, éè souvent en simple rez de chaussée. Elle n'aggrave donc pas, en général, la vulnérabilité du bâtiment t contre lequel lelle est accolée. 6) Allègement régulier du bâtiment La diminution répartie de la masse sur toute la hauteur du bâtiment est a priori favorable. 21

22 1. Réglementation sur les bâtiments existants 2. Travaux aggravantsou travaux non aggravants de la vulnérabilité des bâtiments existants? 3. Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité 22

23 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité La procédure danalyse d'analyse qui va être proposée pour le futur guide va avoir deux étapes : Les travaux correspondent ils à uneintervention localisée identifiée comme non aggravante? 1) Si oui, le critère sur rla non aggravation ation de la vulnérabilité sismique est présumé satisfait, sous réserve que les éventuelles conditions associées soient satisfaites. 2) Si non, il est nécessaire de procéder à une analyse plus fine des conséquences des travauxsur lavulnérabilité. Pourcela, une grille d'analyse va être proposée. Si les travaux restent dans les limites indiquées, les travaux sont considérés comme non aggravants. Dans le cas contraire, il faudra réduire le volume de travaux envisagés, ou faire appel à un bureau d'études pour analyser l'impact des travaux sur la vulnérabilité du bâtiment. 23

24 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité» Lorsque les travaux envisagés ne peuvent pas se rattacher à une des catégories de travaux non aggravants listées ci dessus, il est nécessaire d'évaluer l'impact de ces travaux sur la vulnérabilité sismique du bâtiment.» Le principe des vérifications consiste à s'assurer que l'influence des travaux, exprimée en termes de différence de masse ou de raideur par rapport à la configuration initiale, ne conduit pas à un écart de plus de 10 % (valeur à valider) sur les paramètres censés représentés le comportement du bâtiment sous séisme. 24

25 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité Les travaux sont considérés comme non aggravants tant que la modification ne dépasse pas la valeur maximale indiquée sur les graphiques du futur guide.» Exemple pour les «masses» : Les courbes définissant les limites acceptables pour une augmentation de la masse dans les bâtiments au moins R+2 peuvent se ramener à la courbe type (qui va être proposée) définie par les conditions suivantes (valeurs à valider) : Dernier niveau : augmentation de la masse limitée à 10% ; Avant dernier niveau : augmentation tti de la masse limitée ité à 25%; Autres niveaux : augmentation de la masse limitée à 30%. 25

26 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité» Exemple pour les «raideurs» : Comme pour les «masses», une courbe type va être proposée, définie par les conditions i suivantes (valeurs à valider) : Premier niveau : diminution de la raideur limitée à 5% ; Deuxième niveau : diminution de la raideur limitée à 25% ; Autres niveaux : diminution de la raideur limitée à 33%. Si on modifie 2 critères à la fois (par exemple : modification de la masse et de la raideur d'un dun même étage, ou modification de la masse sur 2 niveaux), les valeurs admissibles lues dans les graphiques doivent être divisées par 2. Si 3 critères sont modifiées, les valeurs doivent être divisées par 3, et ainsi de suite. 26

27 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité» La méthode proposée pour le futur guide ne couvre pas le cas de modifications successives dans le temps ni celui de modifications multiples et complexes, chacune pouvant être isolément considérée comme localisée mais dont l'ensemble pouvant générer une modification du comportement global.» Les travaux envisagés doivent respecter les règles de l'art, applicables en dehors de tout contexte sismique.» Les paramètres pris en compte pour représenter le comportement du bâtiment sous séisme sont : le poids propre, la période fondamentale de vibration, les efforts à la base du bâtiment (effort tranchant et moment de flexion), les déformations et les déplacements interétages. 27

28 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité» Cas particulier des bâtiments anciens très vulnérables De nombreux bâtiments, notamment parmi les maisons individuelles et bâtiments assimilés, ont été construits sans prise en compte du risque sismique et parfois sans application des règles générales de construction visant le liasonnement efficace des composants structuraux entre eux. De tels bâtiments peuvent se révéler extrêmement vulnérables vis à vis du séisme. On peut par exemple citer le cas fréquent de constructions comportant des murs porteurs en pierre sans chaînages, hî avec des planchers en bois reposant simplement sur ces murs. Ce type de bâtiment doit sa stabilité au poids des murs et le contreventement vertical ne peut être assurer que par les cisaillements admissibles dans les murs du fait itdes charges gravitaires. i Dans le cas de ces bâtiments, l'examen des conditions «d'aggravation» de la vulnérabilité n'a na pas de sens en soi, et si une réhabilitation fonctionnelle est souhaitée, il paraît essentiel de procéder à des travaux d'amélioration de cette vulnérabilité structurale. 28

29 Grille d analyse Aggravation de la vulnérabilité» Cas particulier des bâtiments très peu vulnérables avant travaux Dans certains cas, il arrive qu'une construction présente avant travaux une vulnérabilité très faible vis à vis des actions sismiques réglementaires, c'est cest à dire que sa capacité résistante vis à vis des actions sismiques est largement supérieure aux sollicitations agissantes. Il peut donc arriver que, pour une telle construction, les travaux de réhabilitation conduisent à une aggravation de la vulnérabilité, mais sans toutefois que la capacité résistante du bâtiment ne bascule en deça des limites imposées par les sollicitations agissantes. Dans tel cas, il semble logique de ne pas chercher à aller plus loin, si la vulnérabilité atteinte après travaux, bien que plus faible que celle initiale, respecte encore la valeur minimale exigée par la réglementation. Il s'agit là d'une application «dans l'esprit» de la prescription réglementaire qui, si elle était appliquée «à la lettre» aurait dû conduire à prévoir des dispositions compensatoires permettant de retrouver au moins le niveau de vulnérabilité initial. 29

30 Code Formation-V1-03/03/2011 Merci de votre attention 30

Non-aggravation de la vulnérabilité des bâtiments existants

Non-aggravation de la vulnérabilité des bâtiments existants Non-aggravation de la vulnérabilité des 27/11/2014 Pierre-Eric Thévenin Article 4 de l arrêté du 22 octobre 2010 modifié : Les travaux, de quelque nature qu'ils soient, réalisés sur des bâtiments existants

Plus en détail

Mise en œuvre de bardage rapporté en zone sismique

Mise en œuvre de bardage rapporté en zone sismique Fiche Technique #3 è L expertise SNBVI è Septembre 2015 Mise en œuvre de bardage rapporté en zone sismique Textes de référence o NF EN 1998-1 dit Eurocode 8 o NF P 06-014 dit règles PS MI89 révisé 92 o

Plus en détail

Règles PS-MI 89 révisées 92 et le Contrôle réglementaire

Règles PS-MI 89 révisées 92 et le Contrôle réglementaire Règles PS-MI 89 révisées 92 et le Contrôle réglementaire Daniel WESTEEL CETE de L'OUEST Laboratoire Régional Angers Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze Les maçonneries parasismiques en pierre Olivier Chèze Quels sont les nouveaux référentiels? Commençons par les anciens : - Règles PS 92 : tous les bâtiment - PSMI 92 : petits bâtiments (maisons individuelles

Plus en détail

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique:

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique: Maison individuelle à murs en maçonnerie chaînée, comportant deux planchers à dalle pleine en béton armé. Les plans de cette maison sont donnés ci-après. WB1/21 : MFL WB2/21 : MFL Données : Blocs de maçonnerie

Plus en détail

Réglementation parasismique applicable aux bâtiments

Réglementation parasismique applicable aux bâtiments Réglementation parasismique applicable aux bâtiments 1. Pourquoi de nouvelles règles pour les bâtiments? 2. Présentation de l arrêté bâtiments 3. Contrôle de la réglementation Direction Générale de l Aménagement,

Plus en détail

RISQUE SISMIQUE : Les enjeux pour le bâtiment (1/2) CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques

RISQUE SISMIQUE : Les enjeux pour le bâtiment (1/2) CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques RISQUE SISMIQUE : Les enjeux pour le bâtiment (1/2) Réseau Scientifique ettechnique du MEDDTL Centre d'études de l'équipement

Plus en détail

Pierre-Olivier Martin

Pierre-Olivier Martin 1 Pierre-Olivier Martin CTICM Centre Technique Industriel de la Construction Métallique Construire en métal, un art, notre métier CONCEPTION, RÉNOVATION ET ÉVALUATION DES RISQUES EN ZONE SISMIQUE CONCEPTION

Plus en détail

ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8

ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 Cadre général de la réglementation parasismique Risque normal et risque spécial La réglementation parasismique nationale s appuie principalement

Plus en détail

Conception parasismique des bâtiments industriels à ossature métallique. Pierre-Olivier MARTIN. Propriété du CTICM. sommaire

Conception parasismique des bâtiments industriels à ossature métallique. Pierre-Olivier MARTIN. Propriété du CTICM. sommaire Conception parasismique des bâtiments industriels à ossature métallique Pierre-Olivier MARTIN sommaire Sommaire Préface 5 Introduction 11 Domaine d application Typologies de bâtiments 13 Ossature 15 Fondations

Plus en détail

A LA RÈGLEMENTATION DU RISQUE SISMIQUE

A LA RÈGLEMENTATION DU RISQUE SISMIQUE 1 La région Provence-Alpes-Côte d Azur est la région de France métropolitaine la plus soumise au risque sismique et le département des Alpes-Maritimes représente, dans cette métropole, la plus grande surface

Plus en détail

: norme SIA 160 «action sur les structures porteuses» (1970) : norme SIA 160 «action sur les structures porteuses» (1989)

: norme SIA 160 «action sur les structures porteuses» (1970) : norme SIA 160 «action sur les structures porteuses» (1989) SOMMAIRE - Historique - Eurocodes Normes sur les structures porteuses sia - Normes en vigueur: bâti neuf - Normes en vigueur: bâti existant Blaise Duvernay, Office fédéral de l environnement HISTORIQUE

Plus en détail

Mise en œuvre en zones sismiques des revêtements extérieurs en bois couverts par le DTU 41.2

Mise en œuvre en zones sismiques des revêtements extérieurs en bois couverts par le DTU 41.2 Mise en œuvre en zones sismiques des revêtements extérieurs en bois couverts par le DTU 41.2 1. PREAMBULE La nouvelle réglementation sismique a été mise en place le 22 octobre 2010 au travers des textes

Plus en détail

de construction parasismique

de construction parasismique Tarbes 12 décembred 2006 FORUM «Construire en zone de risque sismique» Les règlesr actuelles de construction parasismique Ghislaine VERRHIEST -responsable du pôle " prévention des risques et vulnérabilit

Plus en détail

Renforcement des bâtiments scolaires. Victor DAVIDOVICI

Renforcement des bâtiments scolaires. Victor DAVIDOVICI Renforcement des bâtiments scolaires Victor DAVIDOVICI TYPOLOGIE des BATIMENTS SCOLAIRES Construits avant 1940 Construits entre 1960 et 1980 Construits entre 1982 et 1995 Fondations superficielles Murs

Plus en détail

Règles particulières aux constructions en bois

Règles particulières aux constructions en bois Eurocode 8 EN1998-1 Chapitre 8 Règles particulières aux constructions en bois Le bois Un bon matériau de structure pour construire en zone sismique léger => forces sismiques faibles bonne résistance en

Plus en détail

Définitions normatives

Définitions normatives V.60 OUVERTURES INTÉRIEURES DÉGAGEMENTS ESCALIERS V.621.1 V.621 RÈGLES DE SÉCURITÉ ET DE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS ET RAMPES D ESCALIER V.621.1 Définitions normatives NF P 01-012 (juillet 1988 indice

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Dispositions applicables aux façades légères en zones sismiques

FICHE TECHNIQUE. Dispositions applicables aux façades légères en zones sismiques FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS APAVE QUALICONSULT SOCOTEC SNFA du COPREC N 49 - Indice : A Date : Octobre 2013 Nombre de pages : 7 Objet de la fiche Dispositions applicables aux façades légères

Plus en détail

Journée Expertise & Construction

Journée Expertise & Construction Journée Expertise & Construction Dimensionnement parasismique des planchers à poutrelles équipés de rupteurs thermiques Armand LEROUX (Cerib) Epernon, 7 juillet 2015 Sommaire Contexte Objectifs Démarche

Plus en détail

AVIS SISMIQUE POUR UNE NOUVELLE CONSTRUCTION

AVIS SISMIQUE POUR UNE NOUVELLE CONSTRUCTION [Form-AviSismo_Neuf-1.10.13] SECURITE PARASISMIQUE DES OUVRAGES AVIS SISMIQUE POUR UNE NOUVELLE CONSTRUCTION N de dossier SCC 1 : 200. - Type et nom de l ouvrage : Classe d Ouvrage selon SIA 261 : CO I

Plus en détail

. toute construction, occupation et aménagement du sol nouveaux susceptibles de

. toute construction, occupation et aménagement du sol nouveaux susceptibles de Le règlement de la présente zone concerne les secteurs urbanisés soumis à un aléa fort d'origine fluviale, marine ou mixte. On distingue 5 catégories de constructions ou (et) d'équipements à savoir : 1

Plus en détail

MÉTIERS DU PLÂTRE ET DE L ISOLATION LES FICHES PRATIQUES

MÉTIERS DU PLÂTRE ET DE L ISOLATION LES FICHES PRATIQUES Publication : Avril 2016 MÉTIERS DU PLÂTRE ET DE L ISOLATION LES FICHES PRATIQUES RECOMMANDATION PROFESSIONNELLE PARASISMIQUE : OUVRAGES EN PLAQUES DE PLÂTRE N 25 Cette fiche revient de manière synthétique

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI. Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal»

DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI. Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal» DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal» TABLE DES MATIÈRES Introduction... 5 1- Domaine d application...7

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION DÉFINITIONS...7

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION DÉFINITIONS...7 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 3. DÉFINITIONS...7 4. RAPPEL DE LA MÉTHODOLOGIE DE L EN 1998-3...9 4.1 Démarche générale...9 4.2 Investigations préalables...11 4.3 Détermination

Plus en détail

RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE EN FRANCE POUR LES BÂTIMENTS

RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE EN FRANCE POUR LES BÂTIMENTS 1/19 RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE EN FRANCE POUR LES BÂTIMENTS Évolution du contexte normatif. Impact des nouvelles normes sur la construction. 2/19 Codes parasismiques dits de «première génération» Début

Plus en détail

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants.

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants. Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg Mémoire de soutenance de Diplôme d Ingénieur INSA Spécialité Génie Civil Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames

Plus en détail

Ouvrages d art en zone sismique

Ouvrages d art en zone sismique Alain Capra & Aurélien Godreau Ouvrages d art en zone sismique Guide d utilisation de l Eurocode 8 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465346-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13384-4 Chapitre

Plus en détail

Contreventement des ossatures bois. CSTC Audrey Skowron, Ir Journée Construction Bois Moulin de Beez 30 mai 2012

Contreventement des ossatures bois. CSTC Audrey Skowron, Ir Journée Construction Bois Moulin de Beez 30 mai 2012 Contreventement des ossatures bois CSTC Audrey Skowron, Ir Journée Construction Bois Moulin de Beez 30 mai 2012 2/28 INTRODUCTION PROBLÉMATIQUE RECHERCHE CAS PRATIQUE CONCLUSION 3/28 INTRODUCTION PROBLÉMATIQUE

Plus en détail

Droit français en construction

Droit français en construction Conférence concevoir et construire parasismique Contexte réglementaire Lyon, 10 mars 2010 Important : cette présentation comporte des perspectives d évolutions réglementaires, encore non définitives à

Plus en détail

ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 / PS-MI

ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 / PS-MI ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 / PS-MI Cette annexe synthétise la réglementation parasismique nationale en vigueur à la date d approbation du présent PPR. La réglementation

Plus en détail

ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 / PS-MI

ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 / PS-MI ANNEXE 4-4 Réglementation parasismique nationale Eurocode 8 / PS-MI Cette annexe synthétise la réglementation parasismique nationale en vigueur à la date d approbation du présent PPR. La réglementation

Plus en détail

Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton

Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton F. Lyon 1 Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton Florent Lyon Centre scientifique

Plus en détail

Bâtiments lourds Bâtiments légers

Bâtiments lourds Bâtiments légers 1. Introduction Notion de chargement forces extérieurs Modélisation des effets : la charges Transfert vers le sol Parti structural: le mode de transfert Bâtiment lourds bâtiments légers- stratégie de porteur

Plus en détail

ETUDES PREALABLES AU LANCEMENT DU PROGRAMME PUCA ADIVBOIS ETUDE VIRTUELLE DE 3 SYSTEMES CONSTRUCTIFS

ETUDES PREALABLES AU LANCEMENT DU PROGRAMME PUCA ADIVBOIS ETUDE VIRTUELLE DE 3 SYSTEMES CONSTRUCTIFS Comité professionnel de Développement des Industries Françaises de l Ameublement et du Bois 120 avenue Ledru-Rollin 75011 Paris ETUDES PREALABLES AU LANCEMENT DU PROGRAMME PUCA ADIVBOIS ETUDE VIRTUELLE

Plus en détail

Eurocode 8 : Un retour d expérience sur l application pour le bâti courant

Eurocode 8 : Un retour d expérience sur l application pour le bâti courant Eurocode 8 : Un retour d expérience sur l application pour le bâti courant La France, un pays à sismicité modérée mais à risque avéré... SOMMAIRE BATIMENTS AVEC MURS DE T TYPES DIFFERENTS *DUCTILITES DCL/DCM

Plus en détail

Risque sismique. Les bonnes pratiques

Risque sismique. Les bonnes pratiques Risque sismique Les bonnes pratiques Spécialiste du domaine 1 Association Française du Génie Parasismique L AFPS organise des journées techniques ouvertes au plus large public L AFPS publie des guides,

Plus en détail

ETUDE DES STRUCTURES DYNAMIQUE DES STRUCTURES

ETUDE DES STRUCTURES DYNAMIQUE DES STRUCTURES ETUDE DES STRUCTURES DYNAMIQUE DES STRUCTURES 1- Ondes sismique Au court d un séisme, différentes ondes se propagent dans le sol. Pour enregistrer les ondes, on utilise un sismographe. Celui-ci enregistre

Plus en détail

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement.

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement. 1 I SYSTEME PORTEUR I 1 Définition : L architecte dessine l intérieur et l extérieur d un bâtiment et envoie les plans à un bureau d études. Le travail de ce bureau d études est alors de définir à partir

Plus en détail

14h20-14h40 Conception et solutions pratiques pour le contreventement des bâtiments de plusieurs étages en bois. Ir. Audrey Skowron - CSTC

14h20-14h40 Conception et solutions pratiques pour le contreventement des bâtiments de plusieurs étages en bois. Ir. Audrey Skowron - CSTC 14h20-14h40 Conception et solutions pratiques pour le contreventement des bâtiments de plusieurs étages en bois Ir. Audrey Skowron - CSTC 1 Forces Latérales 15m 8m Vent (pression +dépression) 8m Charge

Plus en détail

DIPLOME Filière Génie Civil. Mémoire Technique. Lopez Humberto

DIPLOME Filière Génie Civil. Mémoire Technique. Lopez Humberto DIPLOME 2008 Filière Génie Civil Mémoire Technique Lopez Humberto Page : 1 / 6 INTRODUCTION Pour cette année 2008, tous les étudiants sont confrontés à effectuer un travail de diplôme dans les diverses

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la nouvelle réglementation et du nouveau zonage sismique de la France Service Urbanisme / Pôle Risques / DDTM13 30 janvier 2015 Plan L aléa : le nouveau

Plus en détail

A. ORGANISATION DES TEXTES EUROPEENS ET NATIONAUX... 2 B. BASES DE CONCEPTION ET DE CALCULS SELON L EUROCODE

A. ORGANISATION DES TEXTES EUROPEENS ET NATIONAUX... 2 B. BASES DE CONCEPTION ET DE CALCULS SELON L EUROCODE OLIDITE SOMMAIRE 1. GENERALITES EUROCODES... 2 A. ORGANISATION DES TEXTES EUROPEENS ET NATIONAUX... 2 B. BASES DE CONCEPTION ET DE CALCULS SELON L EUROCODE 0... 2 2. HYPOTHESES DE CHARGEMENT... 4 A. TYPES

Plus en détail

La réforme de la surface de plancher

La réforme de la surface de plancher La réforme de la surface de plancher Direction départementale des territoires des Hautes-Alpes Service d'appui territorial Application du droit des sols Avril 2012 Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

La nouvelle réglementation parasismique

La nouvelle réglementation parasismique La nouvelle réglementation parasismique Principes et définitions Classifications et dispositions constructives Responsabilités et contrôles Information / documentation 1 L Ouest de la France, une zone

Plus en détail

Code du bâtiment de l'ontario 2012 Division B, partie 4 Règlement de l'ontario 332/12

Code du bâtiment de l'ontario 2012 Division B, partie 4 Règlement de l'ontario 332/12 Code du bâtiment de l'ontario 2012 Division B, partie 4 Règlement de l'ontario 332/12 Avis Ce module d'apprentissage en ligne donne des renseignements généraux seulement. Nous conseillons aux utilisateurs

Plus en détail

Vers une quantification du risque et de la conformité sismique des bâtiments. François DUNAND

Vers une quantification du risque et de la conformité sismique des bâtiments. François DUNAND Vers une quantification du risque et de la conformité sismique des bâtiments François DUNAND Contexte Contexte réglementaire français Règlementation applicable au bâtiments neufs ou subissant des transformations

Plus en détail

La nouvelle réglementation parasismique

La nouvelle réglementation parasismique La nouvelle réglementation parasismique Principes et définitions Classifications et dispositions constructives Responsabilités et contrôles Information / documentation 1 L Ouest de la France, une zone

Plus en détail

NOTE D INFORMATION MISE EN ŒUVRE EN ZONES SISMIQUES DES REVETEMENTS EXTERIEURS EN LAMES ET BARDEAUX DE BOIS COUVERTS PAR LE DTU 41.

NOTE D INFORMATION MISE EN ŒUVRE EN ZONES SISMIQUES DES REVETEMENTS EXTERIEURS EN LAMES ET BARDEAUX DE BOIS COUVERTS PAR LE DTU 41. NOTE D INFORMATION MISE EN ŒUVRE EN ZONES SISMIQUES DES REVETEMENTS EXTERIEURS EN LAMES ET BARDEAUX DE BOIS COUVERTS PAR LE DTU 41.2 Date d émission initiale : Validation par la commission DTU 41.2 jusqu

Plus en détail

3 Charges et actions

3 Charges et actions 3 Charges et actions Fonctions Gros oeuvre Actions Équilibres Effets Dimensions Une structure d'ouvrage doit être conçue et réalisée (entre autres) de sorte que : durant la durée de sa vie escomptée avec

Plus en détail

ZONES SISMIQUES

ZONES SISMIQUES ZONES SISMIQUES 1.1 1.5 > ZONES Le décret du 14 mai 1991 définit 5 zones de sismicité croissante : Zone 0 : sismicité négligeable mais non nulle Zone Ia : sismicité très faible mais non négligeable Zone

Plus en détail

Etude de l influence de certains paramètres structuraux sur la vulnérabilité sismique d une structure en béton armé

Etude de l influence de certains paramètres structuraux sur la vulnérabilité sismique d une structure en béton armé Etude de l influence de certains paramètres structuraux sur la vulnérabilité sismique d une structure en béton armé A.Ezziani 1 -A.El ghoulbzouri 1 -M.El Youbi 1 1 GC/GE, ENSAH/ Al Hoceima, Maroc, ezzianiahmed@gmail.com,

Plus en détail

JOURNÉE TECHNIQUE Atelier 3: Murs rideaux et ITE Epinal Le 25 février 2016

JOURNÉE TECHNIQUE Atelier 3: Murs rideaux et ITE Epinal Le 25 février 2016 > JOURNÉE TECHNIQUE Atelier 3: Murs rideaux et ITE Epinal Le 25 février 2016 Sommaire 2 /49 Termes et définitions Contexte réglementaire Les DTU Les documents complémentaires Murs rideaux: - Définition

Plus en détail

7/ TABLEAU COMPARATIF «AVANT/APRES» DES MODIFICATIONS APPORTEES AU PLU. Article 6

7/ TABLEAU COMPARATIF «AVANT/APRES» DES MODIFICATIONS APPORTEES AU PLU. Article 6 7/ TABLEAU COMPARATIF «AVANT/APRES» DES MODIFICATIONS APPORTEES AU PLU PLU EN VIGUEUR Zone UA Article 6 Implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques 6.1 - Règle générale 6.11

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1. Chapitre 3. Chapitre 2. Chapitre 4. Charges permanentes et d exploitation- Données de base

Sommaire. Chapitre 1. Chapitre 3. Chapitre 2. Chapitre 4. Charges permanentes et d exploitation- Données de base Sommaire 5. Attaque par alternance gel et dégel... 28 6. Classes particulières d exposition... 28 7. Exigences minimales pour les bétons... 29 8. Ouvrages courants et caractéristiques principales du BPE...

Plus en détail

MÉTIERS DU PLÂTRE ET DE L ISOLATION LES FICHES PRATIQUES

MÉTIERS DU PLÂTRE ET DE L ISOLATION LES FICHES PRATIQUES Publication : Avril 06 MÉTIERS DU PLÂTRE ET DE L ISOLATION LES FICHES PRATIQUES RECOMMANDATION PROFESSIONNELLE PARASISMIQUE : COMPLEXES DE DOUBLAGE COLLÉS N 7 Cette fiche revient de manière synthétique

Plus en détail

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Marcel Hurez Nicolas Juraszek Marc Pelcé AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-381011-7 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12280-0 Symboles et notations A

Plus en détail

ETUDE DE LA STABILITE DES POTEAUX D UNE STRUCTURE CONTREVENTEE PAR DES VOILES EN BETON ARME SELON LE CODE ACI

ETUDE DE LA STABILITE DES POTEAUX D UNE STRUCTURE CONTREVENTEE PAR DES VOILES EN BETON ARME SELON LE CODE ACI ETUDE DE LA STABILITE DES POTEAUX D UNE STRUCTURE CONTREVENTEE PAR DES VOILES EN BETON ARME SELON LE CODE ACI 318-08 Mahfoud YOUSFI 1, Amar KASSOUL 1 1 Université Hassiba Benbouali, Chlef, Algérie, y_mahfoud@yahoo.fr,

Plus en détail

Diagrammes de pré-dimensionnement VERSION 02/2008

Diagrammes de pré-dimensionnement VERSION 02/2008 VERSION / Panneau KLH en mur Panneau KLH de plancher une seule travée (L/, pleine charge) Panneau KLH de plancher deux travées (L/, propre poids, charge utile défavorable par travée) Panneau KLH de plancher

Plus en détail

1. Partie descriptive. Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3.1 le 18 Février 2016

1. Partie descriptive. Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3.1 le 18 Février 2016 Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3.1 le 18 Février 216 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé n 3.1 «Planchers et accessoires de planchers» concernant

Plus en détail

OAu pied. Matériaux et techniques, désordres et interventions MUR. Jean Coignet Laurent Coignet. Groupe Eyrolles, 2006 ISBN

OAu pied. Matériaux et techniques, désordres et interventions MUR. Jean Coignet Laurent Coignet. Groupe Eyrolles, 2006 ISBN Ou pied du MUR Matériaux et techniques, désordres et interventions Jean Coignet Laurent Coignet Groupe Eyrolles, 2006 ISN 978-2-212-11057-9 Structure des murs et appareillages La structure d une maçonnerie

Plus en détail

SISMICITE ET CONSTRUCTION BOIS

SISMICITE ET CONSTRUCTION BOIS > SISMICITE ET CONSTRUCTION BOIS 5 à 7 de la filière bois 24 Mai 2012 / EPINAL Baptiste MORON - CRITTBOIS Sommaire 2 /43 1/ Les constructions bois face aux séismes 2/ Quelle est la réglementation et comment

Plus en détail

BUREAU D ETUDE DYNAMIQUE DES OUVRAGES Première partie

BUREAU D ETUDE DYNAMIQUE DES OUVRAGES Première partie BUREAU D ETUDE DYNAMIQUE DES OUVRAGES 2017 Première partie L objectif du devoir de dynamique des ouvrages est d analyser un bâtiment existant présentant des irrégularités en élévation (c est-a-dire que

Plus en détail

L ensoleillée. -Trouver les limites aux bâtiments bois en zone sismique (Comparaison avec les ossatures bois)

L ensoleillée. -Trouver les limites aux bâtiments bois en zone sismique (Comparaison avec les ossatures bois) L ensoleillée -Détailler le comportement des bâtiments bois en zone sismique Avec pour exemple 2 Bâtiments similaires simples, mais aux comportements différents. -Trouver les limites aux bâtiments bois

Plus en détail

Les outils du maçon. La taloche pour poser le mortier. L auge et la truelle pour prendre le mortier

Les outils du maçon. La taloche pour poser le mortier. L auge et la truelle pour prendre le mortier Les outils du maçon Document ressource L auge et la truelle pour prendre le mortier La taloche pour poser le mortier Le niveau pour vérifier si la surface est horizontale ou verticale Le fil à plomb pour

Plus en détail

Hôtel, diagnostic sismique. Analyses modale, Pushover, Analyse transitoire

Hôtel, diagnostic sismique. Analyses modale, Pushover, Analyse transitoire Hôtel, diagnostic sismique Analyses modale, Pushover, Analyse transitoire 10 9 8 7 PS92 (élastique) PS92 (dimensionnement q=3,5) PS69 (élastique) PS69 (dimensionnement q=4) Sa (m/s ) 6 5 4 3 2 1 0 0,0

Plus en détail

Bâtiments en bois parasismiques de plusieurs étages. Rigidité des voiles de stabilisation en bois

Bâtiments en bois parasismiques de plusieurs étages. Rigidité des voiles de stabilisation en bois Bâtiments en bois parasismiques de plusieurs étages Rigidité des voiles de stabilisation en bois Dr. Christophe Sigrist (pour Pirmin Jung) Dipl. Ing EPFL, PhD., SIA Haute École spécialisée Bernoise - Architecture,

Plus en détail

Impact de la RÉGLEMENTATION SISMIQUE sur la performance énergétique des maisons individuelles

Impact de la RÉGLEMENTATION SISMIQUE sur la performance énergétique des maisons individuelles 303.E Septembre 2014 DÉVELOPPEMENT DURABLE Efficacité Énergétique Impact de la RÉGLEMENTATION SISMIQUE sur la performance énergétique des maisons individuelles Julien Parc - Étienne Dessendier RAPPORT

Plus en détail

Milan ZACEK. «Effets des séismes sur les constructions et vulnérabilité des bâtiments existants» Professeur à l ENSA Marseille. Architecte, ingénieur

Milan ZACEK. «Effets des séismes sur les constructions et vulnérabilité des bâtiments existants» Professeur à l ENSA Marseille. Architecte, ingénieur Milan ZACEK Professeur à l ENSA Marseille. Architecte, ingénieur «Effets des séismes sur les constructions et vulnérabilité des bâtiments existants» 1. Pertinence de la protection parasismique des bâtiments

Plus en détail

POUTRE PSS LEADER. GÉnÉrIQUe. Données de base descriptif. manutention. domaines d emploi

POUTRE PSS LEADER. GÉnÉrIQUe. Données de base descriptif. manutention. domaines d emploi POUTRE PSS LEADER GÉnÉrIQUe Données de base descriptif Poutre en béton précontraint par armatures adhérentes Section 20 x 20 cm Poids 100 kg/ml Produit de stock Disponible de 1,50 m à 6,20 m de 10 en 10

Plus en détail

La nouvelle réglementation para-sismique

La nouvelle réglementation para-sismique La nouvelle réglementation para-sismique Pourquoi une nouvelle réglementation? harmoniser, au niveau de l'union Européenne, les régles en matière de construction dans les zones à risque (nouvelles normes

Plus en détail

Dimensionnement des supports

Dimensionnement des supports Dimensionnement des supports es différents type de "supports" des panneaux : (articles 6, 1 ère partie IISR) (article 8-g, 1 ére partie IISR) es signaux peuvent être placés sur accotement, sur terre-plein

Plus en détail

COMPORTEMENT PARASISMIQUE DES STRUCTURES BOIS

COMPORTEMENT PARASISMIQUE DES STRUCTURES BOIS S. Bouillon (Synergie Bois), C. Boudaud (ESB) COMPORTEMENT PARASISMIQUE DES STRUCTURES BOIS Eurocode 8 : Méthodes de calcul et solutions techniques Angers 25/09/2014 Plan 1. Introduction 2. Dynamique des

Plus en détail

Cours de Projet de Pont Actions accidentelles. cours de porjet de ponts: actions 1

Cours de Projet de Pont Actions accidentelles. cours de porjet de ponts: actions 1 Cours de Projet de Pont Actions accidentelles cours de porjet de ponts: actions 1 EN 1991 : Eurocode 1 Actions sur les structures Partie 1-71 7 : Actions générales g Actions accidentelles cours de porjet

Plus en détail

Renforcement parasismique des constructions existantes

Renforcement parasismique des constructions existantes Renforcement parasismique des constructions existantes Le Traitement contre la liquéfaction des sols en France Métropolitaine Stéphane Brûlé Aix en Provence, le 27 novembre 2014 Introduction La liquéfaction

Plus en détail

EQUIPEMENTS MECANIQUES

EQUIPEMENTS MECANIQUES Page : 4/10 RESULTAT DE LA VERIFICATION 1- CONDITIONS DE L INTERVENTION 1.1. Description succincte de l'équipement Nacelle automobile accessible à l aide d une échelle incorporée à la structure. Déplacement

Plus en détail

Le risque sismique : anticiper et prévenir

Le risque sismique : anticiper et prévenir n 70 Décembre 2010 CA 70. E ISSN 0151-8445 Le risque sismique : anticiper et prévenir Un million de séismes se produisent dans le monde chaque année. Résultant de phénomènes géologiques et géophysiques

Plus en détail

Définition : que la puissance utile soit inférieure à kw, de respecter les exigences présentées ci-après.

Définition : que la puissance utile soit inférieure à kw, de respecter les exigences présentées ci-après. D un point de vue réglementaire, peut on implanter une nouvelle chaufferie fonctionnant au Gaz Naturel sur la toiture terrasse d un bâtiment d habitation? Oui, il est possible d implanter une nouvelle

Plus en détail

V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment. V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment

V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment. V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Marseille Semestre UE5 V. Descentes de charges Cours de Structures V. Descentes de charges Introduction générale La fonction première d une est de garantir

Plus en détail

APPRÉCIATION TECHNIQUE D'EXPÉRIMENTATION ATEx de type a Numéro de référence : 2234

APPRÉCIATION TECHNIQUE D'EXPÉRIMENTATION ATEx de type a Numéro de référence : 2234 DIRECTION ISOLATION ET REVÊTEMENTS DIVISION REVETEMENTS, ÉTANCHEITE, ENDUITS ET MORTIERS APPRÉCIATION TECHNIQUE D'EXPÉRIMENTATION ATEx de type a Numéro de référence : 2234 Selon l'avis du Comité d'experts,

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273212-0 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12160-5 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation

Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation Parois berlinoises de type 2 : blindage mis en place avant l'excavation Publication : juillet 2012 L'Infofiche sur les parois berlinoises de type 2 constituées d'éléments de blindage mis en place avant

Plus en détail

Guide d évaluation des cloisons sous actions sismiques

Guide d évaluation des cloisons sous actions sismiques Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 9 Cloisons, doublages et plafonds Guide d évaluation des cloisons sous actions sismiques Ce document a été validé par la Commission

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Table des matières Avant-propos... 1 Remerciements...

Plus en détail

Stabilité en zones sismiques

Stabilité en zones sismiques Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 2 Constructions façades et cloisons légères Stabilité en zones sismiques Systèmes de bardages rapportés faisant l objet d un Avis

Plus en détail

Chapitre 6 Normes relatives à l'implantation et à l intégration des bâtiments principaux

Chapitre 6 Normes relatives à l'implantation et à l intégration des bâtiments principaux CHAPITRE 6 NORMES RELATIVES À L IMPLANTATION ET À L INTÉGRATION DES BÂTIMENTS PRINCIPAUX 6.1 NORMES D IMPLANTATION GÉNÉRALES Sauf indications contraires, les normes relatives à l implantation et à apparaissant

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.3 Les bases du dimensionnement 1.3.1 Le concept général 1.3.2 Les conventions et les unités de calcul 1.3.3 La définition des situations

Plus en détail

Réhabilitation sismique d un pont existant avec des appuis en élastomères frettés. Jimmy Fortier, ing., Dessau Nikolay Velev, ing. M.Sc.

Réhabilitation sismique d un pont existant avec des appuis en élastomères frettés. Jimmy Fortier, ing., Dessau Nikolay Velev, ing. M.Sc. Réhabilitation sismique d un pont existant avec des appuis en élastomères frettés Jimmy Fortier, ing., Dessau Nikolay Velev, ing. M.Sc.A, Dessau Plan de la présentation Présentation de la structure et

Plus en détail

Prise en compte du risque sismique sur les bâtiments

Prise en compte du risque sismique sur les bâtiments Journées techniques organisées avec l'appui du Sétra et sous l'égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Prise en compte du risque sismique sur les bâtiments Rémy CHAILLE, Lucie CHEVER CETE

Plus en détail

Règles pour la mise en œuvre en zones sismiques des systèmes d isolation thermique extérieure par enduit sur isolant

Règles pour la mise en œuvre en zones sismiques des systèmes d isolation thermique extérieure par enduit sur isolant Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 7 Produits et systèmes d étanchéité et d isolation complémentaire de parois verticales Règles pour la mise en œuvre en zones sismiques

Plus en détail

«L application des nouvelles règles parasismiques dans la construction neuve (après le 1er mai 2011)»

«L application des nouvelles règles parasismiques dans la construction neuve (après le 1er mai 2011)» «L application des nouvelles règles parasismiques dans la construction neuve (après le 1er mai 2011)» Retours d expérience des Contrôles du respect des Règles de Construction Rubrique «Parasismique» Chambéry

Plus en détail

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES MA1 COURS DE CHARPENTES METAIQUES ANAYSE DES STRUCTURES EN ACIER (2) INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur Analyse des struct. acier (2) - Deh 2009 30 4. Classification des ossatures es structures

Plus en détail

CEREMA Direction Territoriale Méditerranée

CEREMA Direction Territoriale Méditerranée CEREMA Direction Territoriale Méditerranée Renforcement parasismique des Constructions existantes Jeudi 27 novembre 2014 1 Réalisation du guide Réalisé entre 2008 et 2012 par un groupe de travail commun

Plus en détail

INTERVENTION DE LA VILLE DU FRANCOIS Table ronde - Mardi 8 avril h20

INTERVENTION DE LA VILLE DU FRANCOIS Table ronde - Mardi 8 avril h20 RENCONTRES CLUB RISQUES ANTILLES GUYANE Organisées par la DIREN Martinique Lundi 7 et mardi 8 avril 2008 INTERVENTION DE LA VILLE DU FRANCOIS Table ronde - Mardi 8 avril 2008 14h20 M. Joseph LOZA Adjoint

Plus en détail

Voie Romaine F Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0) Fax : +33 (

Voie Romaine F Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0) Fax : +33 ( Voie Romaine F-57280 Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0)3 87 51 11 11 Fax : +33 (0 3 87 51 10 58 PROCES-VERBAL PROCES-VERBAL DE CLASSEMENT n 13 A - 493 Résistance au feu des éléments de construction selon

Plus en détail

SOMMAIRE 1.DOMAINE D APPLICATION HYPOTHÈSES GÉNÉRALES...6

SOMMAIRE 1.DOMAINE D APPLICATION HYPOTHÈSES GÉNÉRALES...6 SOMMAIRE 1.DOMAINE D APPLICATION...3 1.1CONTEXTE...3 1.2DÉFINITION DE L AFFAISSEMENT MINIER...3 1.3OBJECTIFS DE L ÉTUDE...4 2.HYPOTHÈSES GÉNÉRALES...6 2.1ANALYSE DES SOLLICITATIONS...6 2.2EFFET DE LA DÉFORMATION

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES CONTREVENTEMENTS

CHAPITRE 3 : LES CONTREVENTEMENTS 1 CHAPITRE 3 : LES CONTREVENTEMENTS 3.1. DEFINITION En génie civil, un contreventement est un système statique destiné à assurer la stabilité globale d'un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus

Plus en détail

Construction du pont de Ste-Marie-de-Beauce

Construction du pont de Ste-Marie-de-Beauce Construction du pont de Ste-Marie-de-Beauce Conception par Jacques Blouin ing. M.Sc. Directeur Ouvrages d art GÉNIVAR Surveillance par Mario Trottier ing. Directeur Charpentes et ponts Dessau-Soprin Avril

Plus en détail

Communication technique LES COUPES

Communication technique LES COUPES S7.1- LES COUPES 0- INTRODUCTION En mode de représentation normal, les formes intérieures d'un objet simple peuvent être décrites à partir des traits interrompus courts ("pointillés"), cependant la méthode

Plus en détail