Réussir un boisement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réussir un boisement"

Transcription

1 DÉPENSER M 01 Réussir un boisement Philippe Van Lerberghe, ingénieur à l'lof Le propriétaire qui souhaite boiser ou reboiser se trouve confronté à bien des problèmes dont le moindre n'est pas la présence de souches trop hautes 1 En évitant de perturber le sol par des interventions lourdes de nettoyage ou de mise à nu, il réalisera des économies à court terme, mais aussi à moyen et à long terme, tout en conservant les potentialités du sol. //lui faudra ensuite décider s'il va réaliser un travail du sol, et si oui, quand et comment. Puis, dans l'exécution proprement dite de la plantation, prévoir la facilité d'exécution des opérations futures d'entretien et d'exploitation. Enfin, en présence de gibier, il ne pourra se dispenser de poser des protections, au risque de voir tous ses efforts anéantis. Des souches trop hautes cassent le matériel et augmentent les coats d'entretien. (Dessin S. Filhol, ea'trait de ".Boiser et après" du 111lnistète de l'agriculture, DERF) NeHoyage elu sol Derrière un taillis, un taillis sous futa ie ou une coupe à blanc se pose le problème des souches. Faut-il ou non les éliminer? Selon le CEMAGREF 0982), "une densité comprise entre 200 et 300 souches à l'hectare de plus de 30 cm de diamètre suffit à rendre impossible une vraie préparation du sol et peut constituer une gêne importante pour les entretiens ultérieurs. Au coût direct d'une opération de mise à nu du sol, le sylvicu lteur doit comparer le bénéfice à en attendre en termes de gestion, d 'investisseme nts fin anciers ultérieurs et surtout, de réussite de sa plantation. Au cours des opérations de nettoyage, il faut avant tout éviter de perturber les horizons du sol par des opérations trop lourdes. Dessoucher La solution traditionnelle est le dessouchage. Couramment, il s'effectue à la lame de buudozer, ce qui est loin d'être sa tisfaisant ct qui induit crois conséquences négatives : - un décapage des horizons superficiels ; afin d'extraire les souches, l'opérateur du bu ll est tenu de sectionner les racines maîtresses situées en profondeur, ce qui bouleverse les horizons du sol en pen:urbant fortement leur succession ; - une stérilisation possibl<! du sol : une partie de la couche humifère de surface est décapée et se retrouve dans les andains, avec de la terre. Sur les sols e n pente (supérieu re à 20 %) et pauvres e n matière organique, on déconseille totalement le dessouchage ; - la création d'andains encombranlo:; et inesthétiques : ils constituent une perce de place et offrent des refuges privilégiés aux lapins et autres rongeurs. L'e.xpérience a montré q u'il est techniquement préférable d'extraire les souches à la pelle hydra ulique à godet. Si cette solutiô n exige le déplacement de deux engins (la mise en andains se fera au bulj muni d'un rateau frontal), elle réduit sensiblement Les perturbations du sol. Araser Une deuxième solution est l'arasement des souches. Réalisé à La lame coupante sur bulldozer, avec un broyeur à aj<e horizon tal ou plus simplement à Ja tro1nçonneuse (possibilité intéressant e e n régie), l'araseme nt permet la mécanisation ultérieure des opérations culturales. L'utilisation de systèmes de relevage manuel ou automatique des outils tractés, la mise en œuvre d'engins lourds roulams sur les souches au lieu de butter dessus constituent d es palliatifs iméressants permettant de conserver le sol en l'état. Néanmoins, l.es coûts unitaires des opérations de préparation du sol peuvent être plus élevés en raison 36 PorêL-entreprlse n 1 00

2 des pertes de remps induites, ou de la nécessité d'utiliser des matériels plus robustes et plus puissants. De plus, une dijninution de la qualité du travail est parfois possible. Déchiqueter Troisième solution envisageable, le déchiquetage des souches à l'état de copeaux est, à notre avis, la solution technique optimale. Réalisée à l'aide d'un outil pe1fonnam de type "dent Becker" montée sur pelle hydraulique, cette opération résoud les problèmes de rémanents et réduit au minimum les perturbations du sol. Travail du sol Pour réaliser les opérations de travail du sol nécessaires à la réussite du boisement, Je gestionnaire devra choisir son outil en fonction de l'effet red1erché, cour en tenant compte de la consistance du sol. Choisir l'outil et l'époque Lors d'une opération culturale, les principaux effets red1erchés sont les suivants : - éclatement d'un horizon compact sous la couche arable, - ameublissement superficiel (inférieur à 15 cm) ou profond par passage de l'état massif à l'état fragmentaire, - mélange (répartition homogène des débris végétaux de manière homogène à l'intérieur du sol) superficiel, de 0 à 10 cm, ou profond, de 0 à 25 cm, - effacement d'un relief de surface (nivellement des ornières), - émiettement des mottes. Tout devis de travaux forestiers doit être lu attentivement, particulièrement au niveau des types de matériels utilisés par les entreprises mises en concurrence pour réaliser les travaux, tout en tenant compte de leur expérience professionnelle. Avant toute demande de devis, le sylviculteur devra identifier clairement ses objectifs culturaux et être convaincu que l'effet recherché ne sera obtenu que par un choix raisonné de l'outil et de l'époque les mieux adaptés aux travaux. Laborw etl plei11 avec cba1rue monos oc. (Photo Y. du Boullay) Prenons l'exemple du labour. Réalisable route l'année, son objectif cultural diffère selon la période de réalisation : - Les labours d'été et d'automne : à réaliser lorsqu'il s'agit de défricher et retourner (enfouissement de débris végétaux) des prairies ou des résidus de culture en une saison où la fermentation des matières organiques est active. Préférer un labour dressé qui favorise cette décomposition. Utiliser la charrue à soc (si la charrue à disques pénètre bien dans Le sol, e Ue enfouit mal les débris végétaux). Laisser le temps d'agir â un évemuel uairement phytocide dont l'époque d'applic-ation préseme, eue aussi 1 des contraintes. Sur ancienne terre agricole, ne pas intervenir trop tôt, au risque d'un saussement trop rapide du ten ain. Le déchaumage avant labour d'été ou d'automne n'est pas à conseiller ; en sol battant, il vaut mieux l'éviter. - Le labour d'biver : réaliser un labour dressé en hiver, sur sol ressuyé, avec 1.1n versoir de type hélicoïdal pour ne pas trop émietter la Len e. Ce labour a pour effet d'exposer le sol au gel ou à la sécheresse, ce qui assure son ameublissement et permet à l'eau de s'y infiltrer sans stagner. U a aussi l'avantage de déplacer la matière organique en oblique, sans jamais la plaquer au fond de la raie de labour; - Le labour de printem.ps : de tous les labours, c'est le plus délicat et ce peut être Je plus nuisible car la charrue peut malaxer un sol trop humide avec fonnation de zone de tassement et de lissage. Ne pas intervenir trop rard dans la saison pour ne pas raccourcir la période de plantation. Ce type de labour doit ètre réalisé en bonnes conditions de: sol ressuyé avec charrue à socs à versoir cylindrique ou éventuellement avec charrue à disques. Enfin, faut-il faire un labour en plein ou en bandes en se lim.iitant au travail des fun1 res lignes de plaritation? Selon I'AFOCEL (1984), il semblerait que la production ultérieure s'en trouve pénalisée car Ja colonisation J-acinaire des interbandes serait moins dense avec un labour en plein. Toutefois le labour en b:andes est d'un coût inférieur au labour en plein : il se limiœ à travailler les futures lignes de plantation en conservantt des couloirs herbeux entre les bandes. Si lon Forêt-entre prise n

3 . DEPENSER M 01 Vous voulez Consistance Comportement Décomp acter Déchaumer Labourer Reprendre un labour Dune Mottes impossibles Possible mais Possible mais PoS$ible mais Possible mais à briser diffidje du'ficile difficile difficile Friable Semi-plastique Les mottes s'émiettent en ne collant pas ou peu Conseillé Conseillé Conseillé Conseillé Les mottes s'émiettent en collant ou se déforment Risqué Risqué Conseillé Risqué en s'émi.ettant difficilement Plastique Les marres sont modelables ou deviennent liquides A pt ns<.trirc A pro~l'me A prv:-uirc A wscrirc 1 D'aprÇs Bartl1élémy. Boisgonlier et lajoux, ITCF, adopte un espacement entre les lignes de plantation de 3,5 rn, un labour sw- 1 rn de large laisse une inrerbande de 2,5 m encore suffisante au passage d'un tracteur. De plus, le labour en bandes laisse une dérayure d\me vingtaine de centimètres qui 1 en jouant le rôle de rigole, favorise l'évacuation des eaux de njis$ellement. Tenir compte de la consistance du sol Réduire les risques d'échecs des plantations forestières implique d'entreprendre les opérations culturales dans de bonnes conclitions de consistance du sol. Les principes sujvants doivent impérativement être respectés (voir tableau cl-dessus). Faciliter les opérations futures Réaltser la plantation en pensant à La facilité d'exécution des opérations futures d'entretien et d'e.'cploitation est une autre source d'économies. Une fois réalisée la préparation du sol, le gestionnaire devra pener toute son attention sur le choix de la densité de plantarion, de l'interligne de plantation, sur le sens des lignes en fonction de la topographie el de la desserre. Une densité conforme aux normes FFN Les aides financières publiques ont un impact non négligeable sur la rentabilité des reboisements : elles permettent de réduire de 20 à 50 % le montant des frais de création et d'entretien d'une plantation. Si on doit choisir une densité en respectant autant que possible les prescriptions elu FFN, le reboiseur en résineux ne devra pas pour autam êrre amené à planter à une densité teue que l'exploitation des Fes éclaircies soient déficitaires. Selon I'AFOCEL (1992), la densité ne doit pas dépasser 1000 p lants/ ha pour Les essences dont le bois est rouge (Douglas, mélèzes. pins) et 1500 à 1800 plams/ ha pour les résineux blancs (sapins, épicéa commun) dont Le bois est mieux rémunéré et peut suppotter un coût d'exploitation plus élevé. U est possible de réévaluer ces chiffres clans le cas d'une forte pression de gibier, lors de l'utilisation d'un matériel végétal de qualité moyenne ou du risque d'une forte branchaison chez certaines espèces (par exemple, le pin laricio). Les espacements de plantation Dans Je cas où un entretien mécanisé dans les interbandes perpendiculaires est souhaitable (on renonce alors à l'accompagnement), il faut aligner la 38 plantation dans les deux sens. Les espaces interligne er sur la ligne entre cbaque plant sonr souvent supérieurs à 3 m ou 3,5 m (densité inférieure à 1111 plants/ha). Ceci facilite la circulation et la surveillance du chantier tout en réduisant au minimum les interventions manueues. Une distance inférieure à 3 m augmente les risques de blessures du collet des plants liées aux embardées latérales des outils derrière le tracteur. Quand L'alignemenr se fair dans un seul sens, la densité peut être plus forte grâce à des espacements, sw- la ligne, inférieurs aux écartements entre les lignes. Le sens des lignes et la topographie On privilégiera toujours une plantation dans le sens de la pente, sauf Lorsque les risques de 1 avioement du sol sont importants. Il faul éviter de planter les arbres selon les courbes de niveau, au risque de compliquer la mécanisation des opérations culturales ou d'exploitation et d'en augmenter le coût. Sur un terrain en dévers, les abarteuses travaillent moins vite, les risques de blessw-e des arbres de chaque ligne en aval de l'engin sont plus élevés, la réalisation d'un cloisonnement perpendiculaire aux lignes est nettement plus complexe. Fo rêt-~!ntreprise n l 00

4 Le sens des lignes et la desserte Sur les terrains plats ou ii faibl e penre (inférietlre à 5 %), on facilitera les opérations d'entretien en disposant les lig nes selon la plus grande longueur du temün. En bout de ligne, la largeur des lisières doit être au minimum de 6 m. On peut la réduire et faciuter les manœ uvres ou virages de sortie des matériels d'entretien en adoptant un système ''en arêtes de poisson'' où l'angle entre les lignes et les lisières est de 45. Protéger les plants contre le gibier Une densité importante de gibier à proximité d\!n boisement constitué d'essences sensibles implique impérativement une protection dès la plantation, même en l'absence de dégâts visibles. Occasionnés par le chevreuil, le cerf, le sanglier, les lapins ou lièvres, ils peuvent entraîner la réduction du nombre de plants viables, des déformations ou retard de croissance Induisant des SLLrcoûts en regarnis et en entretien (tailles cle formation), parfois la destruction complète du boisement et souvent une dépréciation de la qualité du bois après dégradation de la bille de pied. L'appétence des jeunes arbres varie selon l'espèce et l'état physiologique de la plante. L'obligation actuelle de produite du bois de qualité er la tendance à réduire les densités de plantations impliquent de protéger les jeunes plants, d'autant plus que l'essence est sensible er la densité du gibier élevée. les principales essences abrouties par les cervidés sont le merisier, le frêne, les chênes (en particulier le chê ne rouge d'amériqlje), le Douglas, le pin maritime, le mélèze... Le lapin et le lièvre n'épargnent aucune essence. Le frottis touche essentiellement des essences odoranres comme le Douglas, l'épicéa, le sapin grandis, mais aussi le merisier, le frêne, le peuplier, le chê ne, Je hêtre et l'érable, Quant à l'écorçage, ce sont les essences à écorce lisse qui y sont le plus sensibles : é picéa, Dougt as, peu plier, frêne, châtaignier et chajrme. Identifier l'animal responsable Avant de choisir la mérhode de protection, il convient de déterminer quel est l'animal responsable des dégats. l'examen du dommage va permettre de le faire, l'aspect des blessures différant selo n!"anima l. Trois grands types de dé:gâts existent : l'abrourissement, le froctis, le rongement d'écorce (ou écorçage). - l'abroutissement ~ pour se nourrir, ch evreu il s, cerfs, lapins et li èvres consomment aiguilles et bourgeons, ce qui entraîne une!blessure des rameall'< (mâchonnés pour les cervidés, à section biseautèe nette pour les lièvres ou lapins) ; - le frottis : pou.r marquer leur territoire en période de rut ou pour aider la chute des velours en période de frayure, les cervidés frottent: l'écorce des arbres ou frouent les rameaux ; - Je rongement d'écorce est engendré, en période de disette, par le lièvre et le lapin, principalement sur des essences feuillues. On l'jdentifie par des traces de dents obliques au collet des jeunes tiges ligneuses. En hiver, l'écorçage est surtout causé par le cerf. Privilégier l'efficacité plutôt que le coût R éaliset la piantatior~ en pensa11t à la facilité d'exécution des opérations futwres. (Dessin S. Filhol, "Boiser et après", ministère de l'agriculture, DERF) Le choix d'une stratégie ne doit pas se faire uniquement en fonction de son prix de revient, et fàil e l'impasse sur son efficacité réelle n'est jamais un bon calcut Le d1oix d'une protection s'effectuera en fonction de l'essence protégée, de la hauteur initiale des plants, de leur vitesse de croissance, ainsi que du gibier redou- rorêt-emrepdsc n J 00: 39

5 D É P E N S E R M 0 1 té et des risques encourus. IJ sera bon de prendre conseil auprès de professionnels (experts, coopératives, CRPF... ), en particulier : - s'informer sur la composition des protections inctividuelles en plastique. Eviter les manchons brise-vent en polypropylène : meilleur marché mais peu durable, ce plastique est rapidement cassant, car sensible à l'action des ultraviolets ; - éviter les solutions séduisantes maj.s inopérantes : boules répulsives de naphtalîne, colifichets (vêtements, cheveux... )... - ne pas confondre efficacité et durabilité : si l'on considère généralement qu'un système de procection doit être effbtce pendant 3 à 5 ans et prufois plus, une durabilité excessive peut être rédhibitoire pour le développement du jeune plant. On évitera donc les protections individuelles pouvant à tenue blesser ou étrangler les plants er nécessitant une dépose, coûteuse en temps et en argent. Poser correctement les systèmes de protection - Respecter les hauteurs minimales pour les protections individuelles : la hauteur sera de 50 cm contre le lapin ou le lièvre, de 120 cm contre le chevreuil, de 180 cm contre le cerf. Réévaluer ces hauteurs sur tejtains pentus facilitant l'accès du gibier aux plants ; - privilégier l'usage de mteurs bois durables (châtaignier) aux t11teurs bambous, fragiles et légers, ou métalliques. Placés face aux vents dominants, verticalement et à 5 cm de chaque plant, ij faudra s'assurer de leur bonne stabilité dans Je sol (mini~ mum de 30 cm enterrés) ; - éviter l'ajout coûteux d'un tuteur bambou pow les manchons brise-vent agrafés à un tuteur bois. Une meilleure tenue au vent peut ên e assurée simplement en reroumanr, conune une chaussette, les premiers centimètres de la partie supérieure du manchon, garantissant ainsi une meilleure 1iglctité ; - éviter que les manchons ne dépas Frottis de cet:f. (Photo S. Levoye) +sem la hauteur hors sol du tuteur bois ; soumise à l'action du vent, la partie supérieure de la protection peut se plier, interdisant la sortie du plant vers l'exrérieur ; - éviter les protections en grillage plastique à grandes mailles (supérieures à 5 mm) qui autorisent la sortie latérale des rameaux, risquant de déformer irrémédiable ment la tige apicale du plant forestier. Surveiller l'état des protections Passer chaque année au départ de la végétation, en profiter pour redresser les protections inclinées, les plants courbés dans les protections. Au besoin défourcher. Protection totale ou individuelle? C'est en fonction du type de plants à protéger et du prix posé des protections individuelles utilisables, de la densité de plantation, et du prl'c du mè tre linéaire d'un engrillagement total que le sylviculteur pourra évaluer l'intérêt de la protection individuelle ou globale. D'une manière générale, la clôture en g1illage lourd rendu sur des piquets est à réserver aux planration,s sur grandes stufaces. Contre le chevreuil, l'investissement est de 30 à 40 F le mètre linéaire. Sachant. qu'on plante rarement des feuillus précieux sur des surfaces de plus de 3 hz d\m seul tenant, la protecuon incuviduelle demeure moins onéreuse que l'engrillagement dans le cas du chevreuil. Enfm, il ne faudra en aucun cas chercher à réduire les prix de revient en faisant l'impasse sur les lrailles de formation et les élagages. Ces opémtions som une obligation rechnico- économique si l'on veut garantiir l'avenir des peuplements dont l'importance des débouchés est proportionnelle à leur valeur, et réaliser de fo1tes plus-values financières lors des ventes. Elles consrituenl un investissement qui se justifie largement par une vente plus facile des bois, mais aussi par l'augmentation de la solidité des arbres et de leur résistance au vent. 40 PorêH:mreprise n l 00

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Diagnostic de la stabilité des peuplements à l aide des données de l IFN

Diagnostic de la stabilité des peuplements à l aide des données de l IFN GIP Ecofor Diagnostic de la stabilité des peuplements à l aide des données de l IFN P. Riou-Nivert (IDF) avec J.-C. Hervé (Engref/IFN), B. Piton (Engref), T. Belouard, J.-P. Renaud, C. Cluzeau, A. Colin

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE

PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE DIRECTION REGIONALE DE L ALIMENTATION DE L AGRICULTURE & DE LA FORET Service Régional de la Forêt & du Bois Arrêté du 13 août 2009 conditions de financement par des aides

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

Terrano. Le travail du sol sans compromis

Terrano. Le travail du sol sans compromis Terrano Le travail du sol sans compromis Terrano FX polyvalent et peu tirant Terrano FM Cultivateur lourd polyvalent Terrano Faible demande de puissance requise Points forts des différents modèles : Terrano

Plus en détail

Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND

Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ADMINISTRATION DES EAUX ET FORETS COMMISSION D'ÉTUDES DES ENNEMIS DES ARBRES, DES BOIS ABATTUS ET DES BOIS MIS EN ŒUVRE Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND On appelle «maladie du

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Installation d'un gazon synthétique

Installation d'un gazon synthétique Installation d'un gazon synthétique Etape 1 MESURE DES SURFACES Les gazons se présentent, selon les modèles, soit en rouleaux de 2,00 m de large (x 25 m de longueur maximum) 4,00 m de large (x 25 m de

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Les travaux de canalisation avec tranchées ouvertes Des travaux longs, nécessitant du matériel

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

TUILE REX 24.183.910 MODE D'EMPLOI

TUILE REX 24.183.910 MODE D'EMPLOI TUILE REX 24.183.1100 REX 24.183.910 MODE D'EMPLOI CONTENU LES AVANTAGES 3 LES CARACTERISTIQUES 4 LA MISE EN OEUVRE ILLUSTRÉE 5 LES BONNES PRATIQUES SUR CHANTIER 9 LES ACCESSOIRES 11 2 LES AVANTAGES MONTAGE

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN ê Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 80420035.0 Int. Cl.3: B 60 J 1/20 Date de dépôt:

Plus en détail

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION une croissance rapide, un bois sain sans coloration et au tronc cylindrique ; des fûts de qualité sur 6 à 8 m, de minimum 150 cm de circonférence (absence de nœuds, cernes réguliers) ; 70 % à 90 % de la

Plus en détail

Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest

Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest Compte rendu ETUDE DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES MATERIELS VITICOLES Auteurs : Christophe Gaviglio Philippe Saccharin Nicolas Barthes - IFV pôle Sud-Ouest Contact : V innopôle BP 22 81310 Lisle sur

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Regarnir dans un gazon existant les zones abîmées et dénudées suite à :

Regarnir dans un gazon existant les zones abîmées et dénudées suite à : But du sursemis? Regarnir dans un gazon existant les zones abîmées et dénudées suite à : - un semis dont la levée n est pas homogène, - un désherbage sélectif, - un traitement anti-mousse, - à des dégâts

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Organisme certificateur : 10 rue Galilée 77420 Champs sur Marne Tél : +33 (0)1 72.84.97.84 Fax : +33 (0)1 43 30 85 65 www.fcba.fr. www.marque-nf.

Organisme certificateur : 10 rue Galilée 77420 Champs sur Marne Tél : +33 (0)1 72.84.97.84 Fax : +33 (0)1 43 30 85 65 www.fcba.fr. www.marque-nf. N d identification AFNOR Certification : NF 061 MQDQ-CERT 15-306 du 18/01/2015 N de Révision : 16 Date de mise en application : 04/03/2015 Annule et remplace le MQDQ-CERT /14-324 du 15/05/2014 REGLES GENERALES

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

TROU n 1. TROU n 2. Golf Club Mazamet La Barouge CARNET DE PARCOURS. Club House 10 P PAR 4 HCP : 5 PAR 4 HCP : 11. Les conseils du Pro

TROU n 1. TROU n 2. Golf Club Mazamet La Barouge CARNET DE PARCOURS. Club House 10 P PAR 4 HCP : 5 PAR 4 HCP : 11. Les conseils du Pro CARNET DE PARCOURS Golf Club Mazamet La Barouge 15 16 14 13 6 7 5 3 4 N 12 17 100 m 2 18 8 1 11 9 Golf Club de Mazamet La Barouge 81660 Pont de l'arn Tél : 05.63.61.06.72 - Fax : 05.63.61.13.03 10 P Club

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

Réussir l assemblage des meubles

Réussir l assemblage des meubles Réussir l assemblage des meubles Assemblages en ligne Systèmes d accrochage de meuble LES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Les différents types d assemblage Les assemblages en angle ou en croix permettent

Plus en détail

Ultima 800 - Le semoir universel

Ultima 800 - Le semoir universel Ultima 800 Ultima 800 - Le semoir universel super performant Le semoir à dents universel des Pros Principe de travail du semoir ULTIMA Le sol est tassé avant le passage de la dent. Le soc écarte les pailles,

Plus en détail

V1/2011 GUIDE DE MISE EN ŒUVRE. TUYLEO 1100 TUILE MéTALLIQUE

V1/2011 GUIDE DE MISE EN ŒUVRE. TUYLEO 1100 TUILE MéTALLIQUE V1/2011 GUIDE DE MISE EN ŒUVRE TUYLEO 1100 TUILE MéTALLIQUE Toutes nos documentations sont téléchargeables sur www.bacacier.com TUYLEO 1100 GROUPE BACACIER Dans sa recherche permanente de compléter sa

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

devient MAGNIN CATALOGUE 2015 FABRICANT D ESCALIERS DEPUIS 25 ANS catalogue 2015 I MAGNIN

devient MAGNIN CATALOGUE 2015 FABRICANT D ESCALIERS DEPUIS 25 ANS catalogue 2015 I MAGNIN devient ESCADIRECT MAGNIN CATALOGUE 2015 FABRICANT D ESCALIERS DEPUIS 25 ANS catalogue 2015 I MAGNIN 1 FORMULAIRE DE DEVIS...3 JE COMPOSE MON ESCALIER...4 LES FORMES D ESCALIER...5 LES SECTIONS DE BOIS...5

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

R é u s s i r la plantation

R é u s s i r la plantation Guide technique R é u s s i r la plantation forestière Contrôle et réception des travaux de reboisement 3ème édition Décembre 2014 Avertissement Le présent guide n'est pas un document contractuel au sens

Plus en détail

La toiture traditionnelle... en acier! SUR MESURE. facile à poser COUVERTURE PANNEAUX-TUILES ET SES ACCESSOIRES

La toiture traditionnelle... en acier! SUR MESURE. facile à poser COUVERTURE PANNEAUX-TUILES ET SES ACCESSOIRES COUVERTURE PANNEAUX-TUILES ET SES ACCESSOIRES SUR MESURE facile à poser aspect comparable à une toiture en tuiles 1,1 m La toiture traditionnelle... en acier! Facile à poser! Suivez le guide... BATITUILE

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

AFM PUISSANCE ET PERFORMANCE DANS L EXPLOITATION FORESTIÈRE

AFM PUISSANCE ET PERFORMANCE DANS L EXPLOITATION FORESTIÈRE AFM PUISSANCE ET PERFORMANCE DANS L EXPLOITATION FORESTIÈRE AFM-Forest Ltd LE SAVOIR FAIRE AFM-Forest Ltd est le fabriquant leader de têtes d abattage de grande qualité, rapides et puissantes pour une

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES À l'intérieur des zones RV-1, RV-2, RV-9, RV-10,

Plus en détail

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE

ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ENCASTREZ UN EVIER ET POSEZ UN MITIGEUR A DOUCHETTE ETAPE 1 LE PLAN DE TRAVAIL 1.a Repères Repères Mettez en place provisoirement le plan de travail et tracez au crayon effaçable deux repères qui correspondent

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Cirrus Activ Cirrus Cirrus Ac A tiv cti

Cirrus Activ Cirrus Cirrus Ac A tiv cti Cirrus Activ 1 Le bon semoir de toutes les situations Le semis est une étape importante pour la réussite d une culture avec des rendements stables et élevés. L efficacité et la rentabilité d un matériel

Plus en détail

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne Diagnostic de la Tranche 1 du programme de restauration de la Sienne Méthodologie : - Choix du secteur géographique Le chiffrage a été fait à partir d un diagnostic global de la Tranche 1 du programme

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

La prise en compte du. Paysage. en gestion forestière

La prise en compte du. Paysage. en gestion forestière La prise en compte du Paysage en gestion forestière Sommaire 2 Le paysage, une notion simple? 3 Le paysage et l arbre 4 Sylvicultures et paysage Quelques recettes simples 4 Les travaux forestiers 5 L implantation

Plus en détail

INSTRUCTIONS COMPLÉTES

INSTRUCTIONS COMPLÉTES INSTRUCTIONS COMPLÉTES Le Service de plans du Canada, un organisme fédéral-provincial, favorise le transfert de technologie au moyen de feuillets, de croquis et de plans de construction qui montrent comment

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

LES MENUISERIES INTÉRIEURES

LES MENUISERIES INTÉRIEURES Les portes intérieures Seuls les ouvrages relatifs aux portes intérieures sont décrits ci-après. Pour la description des pièces de bois (montant, traverse ) et des accessoires de quincaillerie (paumelle,

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait on faire. du compost en classe?

Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait on faire. du compost en classe? Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait-on faire du compost en classe? Clientèle visée : 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Objectifs: Se questionner

Plus en détail

- Tente de réception louée complète (structure, bâches de toit et cotés, piquets)

- Tente de réception louée complète (structure, bâches de toit et cotés, piquets) Location tente de réception 5x10 état neuf gris clair et blanc La tente de réception est conçue pour une utilisation lors des fêtes et autres événements est, en tant que tels, uniquement destiné à un montage

Plus en détail

English Français. Série 300

English Français. Série 300 English Français Série 300 AVANT 300 Le chargeur compact robuste AVANT traction directe Traction par quatre moteurs hydrauliques à prise directe; un sur chaque roue Force de traction supérieure L AVANT

Plus en détail

Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make. Table des matières

Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make. Table des matières Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make Table des matières Fiche n 5 Paysage avec Sketchup Make...1 1-Utiliser les outils Bac à sable...1 2-Exercices d'application...5 2.1-À partir de zéro...5 2.2-À partir

Plus en détail

LA FILIERE BOIS ENERGIE D ORIGINE AGRICOLE. Utilisation domestique du bois énergie

LA FILIERE BOIS ENERGIE D ORIGINE AGRICOLE. Utilisation domestique du bois énergie LA FILIERE BOIS ENERGIE D ORIGINE AGRICOLE Utilisation domestique du bois énergie JOURNEES DE DEMONSTRATION ORGANISEES PAR LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES CUMA DU TARN FEVRIER 2005 Plus d informations

Plus en détail

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Tranchées d éd épandage en terrain pentu. Ce document reprend la

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Terre végétale. www.remu.fi. Remblaiement de tranchée. Enrobage de réseaux. Compostage. Applications industrielles. Recyclage et dépollution

Terre végétale. www.remu.fi. Remblaiement de tranchée. Enrobage de réseaux. Compostage. Applications industrielles. Recyclage et dépollution Screening Technology & Amphibious Excavators Terre végétale Remblaiement de tranchée Enrobage de réseaux Compostage Applications industrielles Recyclage et dépollution Criblage de tourbe et produits organiques

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

PASSAGE A NIVEAU HO/N

PASSAGE A NIVEAU HO/N PASSAGE A NIVEAU HO/N Description Ce passage à niveau en laiton est composé de deux demi-barrières, ainsi que de deux feux lumineux rouges. Vous pouvez utiliser ce PN sur un nombre quelconque de voie y

Plus en détail

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières Regefor Champenoux 8 au 10 Juin 2009 Jean Pierre Laurier - FCBA Introduction Les programmes de recherche en cours pilotés par l ADEME et

Plus en détail

Garde-corps. (moyens d accès permanents aux machines)

Garde-corps. (moyens d accès permanents aux machines) Garde-corps (moyens d accès permanents aux machines) Le présent feuillet d information rassemble les prescriptions (règles techniques) applicables aux garde-corps permettant d accéder à des machines. Il

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

CES TABLETTES DE FENÊTRE SONT GÉNIALES.

CES TABLETTES DE FENÊTRE SONT GÉNIALES. CES TABLETTES DE FENÊTRE SONT GÉNIALES. POUR TOUJOURS ET EN TOUS LIEUX. WERZALIT. Que ce soit à l intérieur pour des tablettes de fenêtre ou à l extérieur pour balcon et façade Werzalit offre des solutions

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

INTRO. Comment isoler des combles aménageables? NIVEAU DE DIFFICULTÉ CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES ÉQUIPEMENT

INTRO. Comment isoler des combles aménageables? NIVEAU DE DIFFICULTÉ CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES ÉQUIPEMENT Comment isoler des combles aménageables? NIVEAU DE DIFFICULTÉ DÉBUTANT CONFIRMÉ EXPERT CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES Crayon Mètre Niveau à bulle Règle de maçon Visseuse Cordeau nylon Equerre Grignoteuse

Plus en détail

Destructeur de documents à coupe transversale X7CD

Destructeur de documents à coupe transversale X7CD Destructeur de documents à coupe transversale X7CD Guide d'utilisation 91607 Veuillez lire attentivement le manuel avant toute utilisation. Tenez particulièrement compte des consignes de sécurité suivantes.

Plus en détail

Le «pousse au cul» L appât utilisé varie en fonction de la saison et de la nourriture environnante : cerises, baies diverses, maïs, noix

Le «pousse au cul» L appât utilisé varie en fonction de la saison et de la nourriture environnante : cerises, baies diverses, maïs, noix Le «pousse au cul» Piège de 1 ère catégorie essentiellement destiné aux geais, très efficace et très facile à fabriquer. Les armatures sont en fer à béton de Ø 6 mm. Les parois sont réalisées avec du «grillage

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT:

Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2. 1. Fond: 2. IMPORTANT: Panneaux de terrasse TimberStar Notice de pose NOTICE DE POSE 1-2 Veuillez lire l intégralité de la notice de pose avant de commencer le montage! Les panneaux de terrasse TimberStar peuvent être sciés,

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Bref rappel du contexte et des objectifs

Bref rappel du contexte et des objectifs NOTICE POUR LA MISE EN PLACE ET LA SAISIE DES DONNEES DU PROTOCOLE DE SUIVI DENDROMETRIQUE DES RESERVES FORESTIERES Bref rappel du contexte et des objectifs La survie de plus de 20% des espèces forestières

Plus en détail

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme"

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en forme Faire son compost Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme" La fabrication du compost permet de réduire le volume de sa poubelle et de produire, à partir de déchets organiques

Plus en détail

Kverneland Visio 200. Visez la performance!

Kverneland Visio 200. Visez la performance! Kverneland Visio 00 Visez la performance! Kverneland Visio 00 Ce nouveau pulvériseur en X Kverneland a été construit pour fournir un travail efficace tout en alliant robustesse, fiabilité et une maintenance

Plus en détail

UTILISATION & ENTRETIEN

UTILISATION & ENTRETIEN UTILISATION & ENTRETIEN Code: 98.00.00.0011 GF Gianni Ferrari 01-2006 Page 1 de 6 www.gianniferrari.com CE MANUEL DE L OUTIL "TONDEUSE 110 RC" COMPLETE LE MANUEL DE LA MACHINE DONT IL EST APPLIQUE (TURBOGRASS),

Plus en détail

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée

Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée Notice pour le contrôle et le nettoyage de conduits de fumée 1. De quoi s agit-il? Les conduits de fumée doivent présenter les ouvertures nécessaires au contrôle et au nettoyage. Les ventilateurs d extraction

Plus en détail

Gestion de projet - calculs des coûts

Gestion de projet - calculs des coûts Gestion de projet - calculs des coûts GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

PHPWEBSITE -Tutoriel image

PHPWEBSITE -Tutoriel image PHPWEBSITE -Tutoriel image La capture des images depuis le web pour mon site. L optimisation d images pour le web, 1 Préparer des images pour le Web A. Généralités 1. Les trois formats d'images sur le

Plus en détail

Les portes intérieures

Les portes intérieures Les portes intérieures TECHNOLOGIE 2è DEGRE Wilmotte Bernard Institut Saint-Joseph de Saint Hubert Généralités 2 Description 2 Relevé des dimensions 3 Les genres de portes 3 Systèmes de suspension ou de

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail