Les Anti-épileptiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Anti-épileptiques"

Transcription

1 Les Anti-épileptiques Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Psychomotricité

2 2 Généralités sur l épilepsie 0.5% à 1% de la population (en France personnes) Affection chronique caractérisée par de crises récurrentes Les causes des crises sont nombreuses et incluent une gamme de maladies neurologiques allant de l infection à la néoplasie et au traumatisme crânien Le choix du médicament dépend de la classification des convulsions

3 3 Rappels de physiopathologie Epilepsie : survenue de crises convulsives imprévues due à une hyperexcitabilité neuronale conduisant à des décharges anormales de potentiel d action. Peut être associée à : une diminution dans le cerveau du GABA des excès d AA excitateurs (glutamate, aspartate) GABA : médiateur inhibiteur principal du SNC Système GABA-ergique neurones répartis uniformément dans le SNC majoritairement des interneurones 2 types de récepteurs GABA-A et -B

4 Classification des épilepsies fonction de: - la description clinique de la crise - ses caractéristiques électro-encéphalographiques - primaire ou lésionnelle Crises partielles (foyer localisé): 60% Altérations d une fonction motrice, sensorielle, somato-sensorielle, automatique (+/-) altérations de la conscience: (--) : Crise partielle simple (++) : Crise partielle complexe Crises généralisées (décharges neuronales, bilatérales et synchrones). Absence (Petit Mal): modification de la conscience, très courte durée, enfance adolescence surtout Cloniques Toniques Tonico-cloniques (Grand Mal): rigidité tonique/tremblements alternés Atoniques: perte soudaine du tonus = chutes brutales, le plus souvent chez les enfants

5 5 Avant les médicaments Trépanation Herbes médicinales Extraits d animaux

6 6 Les traitements Le plus souvent traitements de fond (TTT chronique, tous les jours) Traitement de la crise si besoin Monothérapie (1 ère intention) ou polythérapie Plus d un mécanisme peut être responsable des différentes crises d où plusieurs médicaments Les médicaments utiles pour une crise peuvent éventuellement aggraver les autres Type de médicament en fonction de la nature empirique de la crise «diagnostic de la crise» pour traitement approprié Erreur diagnostic utilisation de médicaments inadéquats mauvais control de la crise augmentation de la posologie augmentation de la toxicité. But : balance entre contrôle de la maladie et moins d effets indésirables

7 NEURONE INHIBITEUR NEURONE EXCITATEUR Na + CELLULE GLIALE + GABA Na + K + GLUTAMATE Ca 2+ Ac succinyl Cl - _ Activité Neuronale + Na + Ca 2+

8 8 Mode d action Hyperexcitabilité neuronale = Déséquilibre entre : activité du système inhibiteur GABAergique activation excitatrice glutamatergique liée à l activation excessive des canaux sodiques voltagedépendants des neurones glutamatergiques Effet des anti-épileptiques : Renforcement du système inhibiteur GABAergique Inhibition du système excitateur glutamatergique, blocage des canaux Na + /Ca 2+

9 9 Classification des traitements Environ 20 médicaments disponibles sur le marché et répartis en plusieurs groupes: Chronologique (1 e à 3 e génération) Chimique Avec/sans noyau hétérocyclique Mode d action Glutaminolytique (agoniste NMDA, AMNA ) GABA-ergique Choix du traitement en fonction Traitements de fond ou de crise Du type d épilepsie De la tolérance

10 Les traitements 1 e G Phénobarbital Gardénal Primidone Mysoline Phénytoine Di-Hydan Acide valproïque Depakine Carbamazépine Tégrétol Ethosuximide Zarontin Oxcarbazépine Trileptal Diazépam Valium Clonazepam Rivotril Clobazam Urbanyl Vigabatrin Sabril Gabapentine Neurontin Lamotrigine Lamictal Tiagabine Gabitril Topiramate Epitomax Felbamate Taloxa Levetiracétam Keppra Fosphénytoïne Prodilantin Zonisamide Zonegran En rouge : ttt de 1 ère intention 10

11 11 Les Traitements de fonds Inhibiteurs des canaux sodiques : Phénytoïne Carbamazépine Acide Valproique Lamotrigine Felbamate Topiramate épilepsies GABA modulateurs : Barbituriques : Phénobarbital Benzodiazépines : Clonazépam Diazépam Clobazam Acide Valproique Gabapentine Tiagabine Vigabatrin Inhibiteurs des canaux calciques : - Ethosuximide

12 12 Les traitements de la crise Diazépam (Valium ) Clonazépam (Rivotril ) IV ou rectale (enfant) Si inefficacité : Phénobarbital (Gardénal ), Fosphénytoïne (Prodilantin ), acide valproïque (Dépakine ) en IV Anesthésiques généraux type thiopental (Nesdonal )

13 13 AE : effets indésirables (1) Communs à de nombreux AE : Digestifs Neurologiques : Sédation, somnolence excitation paradoxale (+++ enfant et PA) confusion mentale chez la PA ataxie, neuropathie, Tératogénicité Hypersensibilité syndrome de sevrage Liés au pouvoir inducteur ostéomalacie anémie mégaloblastique (carence en folates)

14 14 AE : effets indésirables (2) Spécifiques : Hépatite (valproate+++) et Insuf. Hépatique (Teloxa) surveillance hépatique pdt 6 mois au moins Hématologiques CBZ, phénytoïne : leucopénie (rares agranulocytoses), thrombopénie Taloxa : aplasie médullaire Cutané (syndrome de Lyell) : lamotrigine, CBZ, phénobarbital Hyponatrémie (sécrétion inappropriée d ADH) : Oxcarbazépine et carbamazépine Hyperplasie gingivale : phénytoine (20% des cas) arthralgies (rhumatisme gardénalique) penser aux médicaments devant un comportement inhabituel

15 15 Toxicologie Tératogénicité Important mais controversé Sevrage Arrêt graduel mais nécessaire Surdosage Majoration des effets indésirables neurologiques (ex : troubles de la conscience) et autres. Dépression respiratoire

16 16 Suivi thérapeutique Mise en place d un suivi des concentrations plasmatiques phénytoïne, phénobarbital, acide valproïque, carbamazépine, S il existe une corrélation entre posologie et [antiepileptique]pl Quand?: Au début de traitement En cas de modification de dose ou de co-prescription En cas d échec du traitement, de suspicion de mal observance du traitement En cas d intoxication En cas de modification physiologique: Ex: grossesse

17 17 Les interactions médicamenteuses Les inducteurs enzymatiques Phénobarbital Phénytoïne Carbamazépine Oxcarbazépine Felbamate Primidone Diminuent efficacité de contraceptifs oraux, AVK, saquinavir et ritonavir Les inhibiteurs enzymatiques Acide valproïque et ses dérivés Augmentent l activité des ATD imipraminiques Les antiépileptiques interagissent entre eux Phénytoïne est diminuée par Phénobarbital, Carbamazépine Vigabatrin baisse la concentration de phénytoïne (-20%)

18 18 Conclusion monothérapie pour débuter, à conserver chaque fois que c est possible jamais d interruption brutale de traitement excitateurs : alcool, drogues, privation de sommeil surveillance biologique et pharmacologique régulière EI zone thérapeutique choix du traitement à repenser en cas de grossesse attention aux interactions avec les autres traitements anticoagulants : baisse d efficacité par les inducteurs enzymatiques contraceptifs : idem

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule Elusanes Millepertuis RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 - DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule 2 - COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE MILLEPERTUIS (extrait hydroalcoolique

Plus en détail

Les e s a n a t n ié i p é i p l i e l pt p iqu q e u s s de d Les e s n o n uv u ea e u a x u p e r m i r e r ord r r d e méd é i d c i am e t n s

Les e s a n a t n ié i p é i p l i e l pt p iqu q e u s s de d Les e s n o n uv u ea e u a x u p e r m i r e r ord r r d e méd é i d c i am e t n s Antiépileptiques NEUROLOGIE Antimigraineux Antiparkinsoniens Dr. Christophe Bazin CHG Longjumeau 1 ANTIEPILEPTIQUES 2 1 Epilepsies - Définitions Crise d épilepsie: phénomène paroxystique correspondant

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 LYRICA 25, 75, 150 et 300 mg, gélule Boîte de 56 LYRICA 25, 50, 100 et 200 mg, gélule Boîte de 84 LYRICA 25, 50, 75,100,150, 200

Plus en détail

EPILEPSIE ET SOINS INFIRMIERS

EPILEPSIE ET SOINS INFIRMIERS EPILEPSIE ET SOINS INFIRMIERS PLAN Chapitre 1: Rappels Physiopathologiques Chapitre 2: Prendre soin d un d patient épileptique: le rôle de l infirmier( l e) Introduction I) l accueil l du patient épileptique

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE I- Structures nécessaires à la naissance du signal et à sa propagation C est un système d amplification qui permet un passage rapide des ions lors du PA (PA de l ordre de la ms).

Plus en détail

15-02-06-MLC alepsal cp.docx

15-02-06-MLC alepsal cp.docx Mentions légales complètes ALEPSAL ALEPSAL 15 mg, ALEPSAL 50 mg, ALEPSAL 100 mg, ALEPSAL 150 mg, comprimés Composition Phénobarbital 15 mg, caféine anhydre 3,750 mg pour un comprimé Phénobarbital 50 mg,

Plus en détail

Guide de rédaction de l ordonnance des opiacés et de l utilisation de la naloxone

Guide de rédaction de l ordonnance des opiacés et de l utilisation de la naloxone Guide de rédaction de l ordonnance des opiacés et de l utilisation de la naloxone du Centre de santé et de services sociaux de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent Préparé par Julie Ouellet Pharmacienne

Plus en détail

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT RCP 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Topiramate Sandoz 25 mg comprimés pelliculés Topiramate Sandoz 50 mg comprimés pelliculés Topiramate Sandoz 100 mg comprimés pelliculés Topiramate Sandoz 200 mg comprimés

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

la prise en charge pharmacologique de la douleur chronique : arsenal thérapeutique en 2013 Prof. Emmanuel Hermans Neuropharmacologie Institut des Neurosciences UCL-Bruxelles Rodin, Le cri, 1886 Emmanuel

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur l épilepsie.

Ce qu il faut savoir sur l épilepsie. Ce qu il faut savoir sur l épilepsie. Sommaire Que faut-il savoir sur l épilepsie? 4 Qu est-ce que l épilepsie? 7 Qu est-ce qui cause l épilepsie? 8 Facteurs génétiques 9 Autres maladies 10 Blessures à

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie

PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie PRÉCAUTIONS THÉRAPEUTIQUES SELON LE TERRAIN Femmes enceintes Altération des principales fonctions Toxicomanie Docteur Muriel BLERY-KRISSAT Unité Evaluation et traitement de la douleur. HEGP. Paris TRAITEMENT

Plus en détail

Traitements médicamenteux de la dépressiond

Traitements médicamenteux de la dépressiond Traitements médicamenteux de la dépressiond Les antidépresseurs Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline Inhibiteurs

Plus en détail

12-Benzodiazépines et apparentés

12-Benzodiazépines et apparentés 12-Benzodiazépines et apparentés La première BZD, le chlordiazépoxide (LIBRIUM ) maintenant retiré, a été commercialisée en 1961 suivie en 1964 par le diazépam (VALIUM ) qui a longtemps été considéré comme

Plus en détail

Médicaments et grossesse

Médicaments et grossesse 5 Médicaments et grossesse 120 questions en gynécologie-obstétrique 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. 5. Médicaments et grossesse 151 Question 32 Elle est enceinte et doit prendre des médicaments

Plus en détail

Le syndrome de Dravet

Le syndrome de Dravet Epilepsie myoclonique sévère du nourrisson EMSN La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche

Plus en détail

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Drapeaux rouges Troubles visuels Troubles cognitifs Épilepsie Diabète Médicaments Troubles moteurs/sensitifs Dépendances

Plus en détail

DESCRIPTION DE L'EMBRYOPATHIE

DESCRIPTION DE L'EMBRYOPATHIE DESCRIPTION DE L'EMBRYOPATHIE EN FONCTION DE L'ANTI- CONVULSIVANT PRIS... D'après le site : http://www.medlink.com/medlinkcontent.asp Contributors Yu-tze Ng MD, author. Dr. Ng of the University of Arizona

Plus en détail

Intoxication par les barbituriques

Intoxication par les barbituriques Intoxication par les barbituriques GH. Jalal, S. Achour, N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique : L unité d information toxicologique du Centre Anti Poison du Maroc a été contactée par une clinique privée

Plus en détail

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Réalisé pour les professionnels de santé, il vise à vous aider dans la prescription et le suivi des sevrages alcooliques en ambulatoire.

Plus en détail

MEDICAMENTS DES AFFECTIONS NEUROPSYCHIATRIQUES. Objectifs. Les médicaments anti-épileptiques. Université de Monastir. Certificat Coordonné 1

MEDICAMENTS DES AFFECTIONS NEUROPSYCHIATRIQUES. Objectifs. Les médicaments anti-épileptiques. Université de Monastir. Certificat Coordonné 1 Université de Monastir Les médicaments anti-épileptiques Cours de Chimie Thérapeutique Certificat Coordonné 1 MEDICAMENTS DES AFFECTIONS NEUROPSYCHIATRIQUES Pr. Ag OlfaGLOULOU ep. LANDOLSI 4 ème année

Plus en détail

MALI MEDICAL. Prise en charge de l épilepsie chez la femme

MALI MEDICAL. Prise en charge de l épilepsie chez la femme EPILEPSIE ET VIE DE LA FEMME : SPECIFICITE DE LA PRISE EN CHARGE REVUE DE LA LITTERATURE Epilepsy and women s life: particularities of their management. Literature review. Maiga Y (1), Napon C (2), Kuate

Plus en détail

CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE

CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE Les crises convulsives sont les symptômes les plus fréquents en pratique neurologique pédiatrique. Ce terme a la même signification que «crise épileptique»

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

Douleurs et Neuropathies. Douleur Neuropathique. Douleur neuropathique / Douleur nociceptive. Nociceptive DOULEURS NEUROPATHIQUES

Douleurs et Neuropathies. Douleur Neuropathique. Douleur neuropathique / Douleur nociceptive. Nociceptive DOULEURS NEUROPATHIQUES DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Système nerveux périphérique Nancy :5-6-7 juin 2006 Coordonnateurs :Pr JY Salle et O. Dizien Titre : Douleurs et

Plus en détail

LES EFFETS INDESIRABLES DES MEDICAMENTS

LES EFFETS INDESIRABLES DES MEDICAMENTS LES EFFETS INDESIRABLES DES MEDICAMENTS Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Antipoison et de pharmacovigilance du Maroc Dr R. Benkirane TERMINOLOGIE Plusieurs termes sont préconisés

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Pr DEPAKENE. acide valproïque capsules (250 mg) USP. acide valproïque solution buvable (250 mg/5 ml) USP.

MONOGRAPHIE. Pr DEPAKENE. acide valproïque capsules (250 mg) USP. acide valproïque solution buvable (250 mg/5 ml) USP. MONOGRAPHIE Pr DEPAKENE acide valproïque capsules (250 mg) USP Pr DEPAKENE acide valproïque solution buvable (250 mg/5 ml) USP Antiépileptique Distribué par : BGP Pharma ULC Date de révision : 8401, route

Plus en détail

MEDICAMENTS DES AFFECTIONS NEUROPSYCHIATRIQUES

MEDICAMENTS DES AFFECTIONS NEUROPSYCHIATRIQUES Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS NEUROPSYCHIATRIQUES Certificat Coordonné 1 4 ème année pharmacie Année Universitaire 2014/ 2015 Les médicaments anti-épileptiques Cours de Chimie Thérapeutique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques. SCOR inform - Avril 2014

Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques. SCOR inform - Avril 2014 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques SCOR inform - Avril 2014 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques Auteur Dominique Lannes Médecin-Conseil SCOR

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Yves DAUVILLIERS Département de Physiologie Neurologie CHU Montpellier Objectifs du cours Décrire l organisation normale du sommeil sur les 24

Plus en détail

MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS

MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS MÉDICAMENTS CONTENANT DU VALPROATE ET DÉRIVÉS GUIDE À DESTINATION DES MÉDECINS PRESCRIPTEURS Ce guide est remis dans le cadre des mesures de minimisation du risque mises en place pour le valproate, dans

Plus en détail

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E.

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Postures et respiration en relaxation Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Introduction «Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques

Plus en détail

Experts-conseils. Dre Monique Camerlain a répondu : RHUMATOLOGIE Test de dépistage

Experts-conseils. Dre Monique Camerlain a répondu : RHUMATOLOGIE Test de dépistage Les réponses de vos confrères à vos questions RHUMATOLOGIE Test de dépistage Si je soupçonne un patient de souffrir d arthrite, est-ce préférable de demander un test de vitesse de sédimentation ou une

Plus en détail

LES ADOLESCENTS ET. L épilepsie COLLECTION E DUCATIVE SUR L E PILEPSIE

LES ADOLESCENTS ET. L épilepsie COLLECTION E DUCATIVE SUR L E PILEPSIE LES ADOLESCENTS ET L épilepsie COLLECTION E DUCATIVE SUR L E PILEPSIE Cette publication est produite par The Epilepsy Association of Northern Alberta L Association d épilepsie du Nord de l Alberta Téléphone

Plus en détail

LES ANTIDEPRESSEURS. Dépression : trouble thymique (affectif) - Humeur : caractérisée par tristesse profonde ; anxiété ;chagrin

LES ANTIDEPRESSEURS. Dépression : trouble thymique (affectif) - Humeur : caractérisée par tristesse profonde ; anxiété ;chagrin I / Introduction LES ANTIDEPRESSEURS Dépression : trouble thymique (affectif) - Humeur : caractérisée par tristesse profonde ; anxiété ;chagrin - Manifestations psychologiques associées : sentiment d échec

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Un comprimé pelliculé de Topamax contient 25, 50 ou 100 mg de topiramate. Une gélule Topamax contient 15, 25 ou 50 mg de topiramate.

Un comprimé pelliculé de Topamax contient 25, 50 ou 100 mg de topiramate. Une gélule Topamax contient 15, 25 ou 50 mg de topiramate. 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Topamax 25 mg comprimés pelliculés Topamax 50 mg comprimés pelliculés Topamax 100 mg comprimés pelliculés Topamax 15 mg gélules Topamax 25 mg gélules Topamax 50 mg gélules

Plus en détail

Dr Anne-Claire Benoteau, SFDRMG Cédric Bonifacj, SFDRMG. JNMG 2011 - AC Benoteau

Dr Anne-Claire Benoteau, SFDRMG Cédric Bonifacj, SFDRMG. JNMG 2011 - AC Benoteau Dr Anne-Claire Benoteau, SFDRMG Cédric Bonifacj, SFDRMG JNMG 2011 - AC Benoteau 1 Conflits d intérêts Anne-Claire Benoteau Membre du CA de la SFDRMG Cédric Bonifacj Néant JNMG 2011 - AC Benoteau 2 Les

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Champ 6 - pharmacologie des agents utilisés dans l état de mal épileptique Drugs for status epilepticus treatment

Champ 6 - pharmacologie des agents utilisés dans l état de mal épileptique Drugs for status epilepticus treatment Réanimation (2009) 18, 60 69 RAPPORTS D EXPERTS Champ 6 - pharmacologie des agents utilisés dans l état de mal épileptique Drugs for status epilepticus treatment V. Navarro a, J.-X. Mazoit b,,c a Unité

Plus en détail

Quel thymorégulateur choisir?

Quel thymorégulateur choisir? Quel thymorégulateur choisir? Dr. Marc Masson Clinique du Château de Garches Saint-Cloud, le 27 janvier 2011 Qu est ce qu un un thymorégulateur? Pas de définitiond consensuelle Gay, 2010 Que l onl appelle

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques Les médicaments génériques DU PRINCEPS AU MEDICAMENT GENERIQUE DEFINITION DU MEDICAMENT GENERIQUE (DIRECTIVE 2004/27/CE) (art L. 5121-1 5 du CSP) Même composition qualitative et quantitative en principe

Plus en détail

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Caroline SOLAS Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie CHU Timone, Marseille CRO2, INSERM U911 Faculté de Pharmacie, Marseille Principales Caractéristiques

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie?

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie? Ligue contre l Epilepsie Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Info Epilepsie Qu est-ce que c est une crise

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail

Enfants et adultes handicapés épileptiques accueillis en établissements médico-sociaux

Enfants et adultes handicapés épileptiques accueillis en établissements médico-sociaux Enfants et adultes handicapés épileptiques accueillis en établissements médico-sociaux Journée formation et information 20 novembre 2014 Cette journée consacrée à l épilepsie, organisée par le Conseil

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Décrire le handicap créé par une épilepsie

Décrire le handicap créé par une épilepsie Décrire le handicap créé par une épilepsie Ce document est écrit à partir des sources de la littérature (livres, revues médicales, etc.) cités en référence et des parcours de vie d une cinquantaine de

Plus en détail

DOULEURS NEUROPATHIQUES. André Muller

DOULEURS NEUROPATHIQUES. André Muller DOULEURS NEUROPATHIQUES André Muller La douleur, ce n est pas ce que sent l individu, c est ce qu il fait de la sensation. Il fait avec ce qu il est. Il est ce que les autres et lui-même ont fait de lui.

Plus en détail

NOTICE POUR : Pexion 100 mg comprimés pour chiens Pexion 400 mg comprimés pour chiens

NOTICE POUR : Pexion 100 mg comprimés pour chiens Pexion 400 mg comprimés pour chiens NOTICE POUR : Pexion 100 mg comprimés pour chiens Pexion 400 mg comprimés pour chiens 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

Cours Dr P G P a G ut u hier Ce C nt n re d act c ivités do ul u eur u s et soins n p alliatifs f CH C R R O rléans n

Cours Dr P G P a G ut u hier Ce C nt n re d act c ivités do ul u eur u s et soins n p alliatifs f CH C R R O rléans n Cours Dr P Gauthier Centre d activités douleurs et soins palliatifs CHR Orléans Douleur définition Douleur = élément subjectif, ressenti Douleur définition Douleur = élément subjectif, ressenti Définition

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

Douleurs et Neuropathies

Douleurs et Neuropathies Douleurs et Neuropathies J-Y SALLE Service de médecine physique et de réadaptation P VERGNE-SALLE Service de Rhumatologie et consultations de la douleur CHU Limoges Selon l IASP: douleur neuropathique

Plus en détail

Prise en charge médicale des ataxies et des paraparésies spastiques d origine génétique

Prise en charge médicale des ataxies et des paraparésies spastiques d origine génétique Prise en charge médicale des ataxies et des paraparésies spastiques d origine génétique vue sous l angle de la M.P.R. Dominique Mazevet, Unité de prise en charge de la spasticité, service de MPR Groupe

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire LES CÉPHALÉES 4 e Forum Département de médecine familiale et de médecine d urgence St-Georges de Beauce le 29 mai 2009 Les céphalées: objectifs Appliquer un algorithme diagnostique des céphalées Reconnaître

Plus en détail

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage : principes L alcoolodépendance est caractérisée par la perte de la maîtrise de la consommation d alcool. Lorsqu un sevrage est nécessaire il faut en

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

NOUVELLES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DANS LE TRAITEMENT DES DÉPRESSIONS RÉSISTANTES

NOUVELLES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DANS LE TRAITEMENT DES DÉPRESSIONS RÉSISTANTES NOUVELLES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DANS LE TRAITEMENT DES DÉPRESSIONS RÉSISTANTES 05.04.2012 Jérôme HOLTZMANN Clinique de Psychiatrie CHU - Equipe 1 GIN La dépression Syndrome clinique connu mais différentes

Plus en détail

Exemple de prise en charge psychomotrice d un trouble de la posture et de l équilibre chez une enfant atteinte de déficience mentale et d épilepsie

Exemple de prise en charge psychomotrice d un trouble de la posture et de l équilibre chez une enfant atteinte de déficience mentale et d épilepsie UNIVERSITE PAUL SABATIER FACULTE DE MEDECINE TOULOUSE RANGUEIL Institut de formation de psychomotricité Exemple de prise en charge psychomotrice d un trouble de la posture et de l équilibre chez une enfant

Plus en détail

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS)

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) Définition : Médicaments de l anxiété, de l hyperémotivité, et des situations de stress. Les plus utilisés sont les benzodiazépines qui ont 5 propriétés : - myorelaxantes,

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

COMMENT ABORDER LE SEVRAGE ALCOOL

COMMENT ABORDER LE SEVRAGE ALCOOL COMMENT ABORDER LE SEVRAGE ALCOOL Document intervention du Prof. Daeppen Etats Généraux Alcool - 11.11.2010 Document téléchargé sur www.beju-addiction.ch COMMENT ABORDER LE SEVRAGE D ALCOOL? ASPECTS PRATIQUES

Plus en détail

Migraines, céphalées de tension, céphalées chroniques : comment s y retrouver? quels traitements proposer?

Migraines, céphalées de tension, céphalées chroniques : comment s y retrouver? quels traitements proposer? Migraines, céphalées de tension, céphalées chroniques : comment s y retrouver? quels traitements proposer? DR B.TOURNIAIRE CENTRE DE LA DOULEUR ET DE LA MIGRAINE DE L ENFANT HÔPITAL TROUSSEAU - PARIS SAETD

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers Règle de soins infirmiers Objet : Surveillance clinique suite à l administration des analgésiques opiacés Référence à un protocole : oui non Date de mise en vigueur : 2008-10-15 Date de révision : RSI-5

Plus en détail

Douleurs Chroniques Non Cancéreuses. Douleurs Chroniques. Dia 1

Douleurs Chroniques Non Cancéreuses. Douleurs Chroniques. Dia 1 Douleurs Chroniques Dia 1 La raison est au malade Le passage du symptôme au syndrome Il n existe pas UNE mais DES douleurs Une prise en charge pluridisciplinaire Dia 2 Epidémiologie de la douleur Données

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail