LES EFFETS INDESIRABLES DES MEDICAMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES EFFETS INDESIRABLES DES MEDICAMENTS"

Transcription

1 LES EFFETS INDESIRABLES DES MEDICAMENTS Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Antipoison et de pharmacovigilance du Maroc Dr R. Benkirane

2 TERMINOLOGIE Plusieurs termes sont préconisés pour désigner un effet indésirable: Effet latéral Effet accessoire Effet secondaire Effet nocif.. Le terme le plus approprié est : «Effet indésirable médicamenteux» En Anglais, «Adverse drug reaction»

3 GENERALITES Aucun médicament n est totalement dépourvu de risques Conditions d utilisation optimales : Médicament de qualité, bonne dose, respect des précautions d usage Utilisation irrationnelle ou due à des erreurs humaines : o Diagnostic erroné o Erreur médicamenteuse o Interaction médicamenteuse o Automédication o Non observance o Terrain du patient : allergie.. o Médicament de contrefaçon

4 DEFINITION : EFFET INDESIRABLE Une réaction nocive et non voulue,se produisant aux posologies normalement utilisées chez l homme pour la prophylaxie, le diagnostic ou le traitement d une maladie ou la modification d une fonction physiologique OMS,1972

5 EFFET INDESIRABLE C est également Toute réaction résultant d un: Mésusage Usage abusif Syndrome de sevrage Pharmaco dépendance Erreur médicamenteuse Inefficacité thérapeutique Effet sur le produit de conception Produit défectueux ou de mauvaise qualité OMS, 2000

6 Conditions normales d utilisation Dépendance Surdosage Abus Produit de Contrefaçon Mésusage Erreur médicamenteuse EFFET INDESIRABLE En dehors des conditions normales d utilisation

7 CLASSIFICATION DES EIM FREQUENCE NATURE SELON LE MECANISME DE SURVENUE SELON LA PREVISIBILITE GRAVITE

8 CLASSIFICATION SELON LA FREQUENCE EIM fréquent, si fréquence de survenue > 5% EIM occasionnel, si fréquence de survenue située entre 0.1% et 5 % EIM rare, si fréquence de survenue < 0.1%

9 NATURE DES E.I.M Aucune spécificité d organe Réaction aiguë, subaigue ou chronique Bénigne ou grave Précoce ou tardive

10 EXEMPLE D UN D EFFET INDESIRABLE D APPARITION TARDIVE Synthèse du diéthylstilbestrol par Dodds aux USA Proposition dans le traitement des menaces d'avortement spontané et les complications de la grossesse Les effets comparatifs concluent à soulignent déjà ses dangers. son inefficacité et Aux USA, découverte de plusieurs Cancers du vagin chez des jeunes filles de 15 à 22 ans dont les mères avaient été traitées par le diéthylstilbestrol durant leur grossesse Interdiction de son utilisation obstétricale Nombreuses observations d'anomalies utérines et de stérilité chez les jeunes femmes dont la mère avait reçu du diéthyl stilbestrol durant la grossesse. Chez le garçon soumis in utero au diéthylstilbestrol, la fréquence des cancers ne semble pas augmentée mais les anomalies testiculaires, sans diminution de la fertilité, seraient plus fréquentes

11 CLASSIFICATION DES EFFETS INDESIRABLES SELON LE MÉCANISME

12 OBJECTIFS Meilleure compréhension des EIM Préconiser une conduite à tenir adaptée / EIM Prévenir les EIM

13 CLASSIFICATION Type A (Augmented) : Pharmacologique Type B (Bizarre ) : Immunoallergique / Non immunoallergique Type C (Continuous): Prise Chronique Rawlins and Thompson 1977

14 CARACTÉRISTIQUES EIM de Type A Mécanisme Fréquence Délai de survenue Mortalité Dose dépendant Détection Pharmacologique Élevée (0.5-30%) suggestif faible oui Essais cliniques Reproductible lors Études expérimentales Notifications spontanées Prescription Event Monitoring Mesures Réglementaires Retrait rare Modification du RCP

15 MECANISMES Pharmacocinétiques Résorption Distribution Métabolisme Élimination Pharmacodynamiques Lié à l effet principal du médicament Lié à l effet latéral du médicament Pharmaceutiques Produit périmé,altéré

16 PHARMACOCINÉTIQUES Ces perturbations aboutissent à un effet Toxique du Médicament rapport avec: en Exagération de l effet thérapeutique par modification des concentrations du Produit au niveau de leur site d action Hypoglycémie sous hypoglycémiants oraux Hémorragie sous anti vit K Toxicité des métabolites au niveau de certains organes cibles Ototoxicité des Aminosides Rétinopathie induite par la chloroquine FACTEURS DE RISQUES: Enfant, sujet âgé, Insuff Rénal, Insuff Hépatique, Interactions.

17 PHARMACODYNAMIQUES Réaction liée à l effet principal Cytopénie et Antimitotiques Hémorragie sous anticoagulant Syndrome extra pyramidal des antiémétiques: activité antidopaminergique Réaction liée à l effet latéral Sécheresse bouche sous Antidépresseurs tricycliques, antihistaminiques, Neuroleptiques phénothiaziniques: activité anticholinergique.

18 PHARMACEUTIQUES Produit périmé, altéré Inefficacité, Toxicité toxicité des tétracyclines périmées Modification des paramètres de libération du produit toxicité oesophagienne des comprimés de KCL perte du caractère de «libération prolongée» de certaines formes de théophylline quand absorbées avec alimentation.

19 CONDUITE À TENIR FACE À UN EIM DE TYPE A Diminution de la dose, dosage plasmatique pour ajustement posologique (lithium, théophylline, digitaliques, INH, Anti vitk..) Arrêt définitif du médicament : rare Toux sous IEC

20 EIM de Type B CARACTÉRISTIQUES Mécanisme Fréquence Délai de survenue Mortalité Dose dépendant Détection Immunoallergique Non Immunoallergiques Rare <1% suggestif importante Non Notifications spontanées PEM Études épidémiologiques Non reproductibles expérimentalement Mesures Réglementaires Aboutit souvent au retrait du médicament

21 MECANISMES IMMUNOALLERGIQUES NON IMMUNOALLERGIQUES - Pseudo anaphylactiques - Idiosyncrasiques

22 REACTIONS IMMUNOALLERGIQUES Nécessitent une sensibilisation de plusieurs jours ou lors d une n iéme prise Immédiate, Retardée La Ré administration du médicament entraîne une récidive souvent plus grave Prévision quasi impossible avant AMM (essais pré cliniques, essais cliniques)

23 EXEMPLES DE REACTIONS IMMUNO ALLERGIQUES ) ORGANE PEAU HÉMATOLOGIQUE HÉPATIQUE POUMON SYSTEMIQUE RENALE TYPE DE MANIFESTATION Urticaire Rash maculo papuleux Eczéma Vascularite Syndrome de Lyell,Syndrome de Steven Johnson Thrombopénie Agranulocytose Anémie hémolytique Anémie Hépatite cholestatique Hépatite cytolytique Pneumonie (éosinophiles,alvéolaire,interstitielle Anaphylaxie Maladie sérique Lupus érythémateux disséminé Néphrite interstitielle Glomérulonéphrite

24 REACTIONS PSEUDO ANAPHYLACTIQUES Réaction similaire à une réaction allergique due à la libération directe d histamine secondaire à la dégranulation des basophiles, sans réaction Ag- Ac,donc en l absence de sensibilisation préalable Les médicaments les plus souvent impliqués dans ce type de réaction sont : - l'aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens; - les produits de contraste radiologique; - les narcotiques ( la codéine); - les curares.

25 EXEMPLE DE REACTION PSEUDO ANAPHYLACTIQUE INTOLERANCE A L ASPIRINE ET AINS

26 Phospholipides membranaires ASPIRINE AINS CYCLOOXYGENASE Acide arachidonique LIPOOXYGENASE leucotriéne synthétase PROSTAGLANDINES LEUCOTRIÉNES INFLAMMATION Bronchoconstriction Inflammation respiratoire

27 REACTION IDIOSYNCRASIQUE. En Médecine, disposition personnelle particulière, généralement innée, à réagir à l'action des agents extérieurs, physiques ou chimiques En Pharmacovigilance Réaction qualitativement anormale (génétiquement déterminée) Réaction non liée à une action pharmacologique Réaction ressemble à une d hypersensibilité, mais n implique pas un mécanisme immunologique Réactions pour lesquelles le mécanisme n est pas clair

28 EXEMPLES DE RÉACTIONS R IDIOSYNCRASIQUES Hypertension oculaire sous corticoïdes (5%population ; transmission autosomique récessive) Hyperthermie maligne sous anesthésie générale (1/ ; caractére familial ; augmentation idiopathique du calcium sarcoplasmique? Anémie aplastique sous chloramphénicol (aplasie irréversible) Hépatite à l halothane Hyperplasie gingivale à la phénytoine (caractère familial)

29 CONDUITE À TENIR FACE À UN EIM DE TYPE B Au plan individuel Arrêt définitif du médicament impliqué Établissement d une liste d éviction des produits susceptibles de déclencher ce type de réaction Au niveau Réglementaire Retrait quand la fréquence de survenue devient préoccupante

30 Réaction de Type C CARACTÉRISTIQUES Mécanisme Fréquence Délai de survenue Mortalité Dose dépendant INCONNU Rare <1% NON suggestif Retardé faible Non Détection Difficilement reproductible expérimentalement PEM Études de cohorte Mesures Réglementaires Aboutit souvent au retrait du médicament

31 EIM de type C Augmentation de la fréquence d une maladie spontanée survenant après une prise chronique d un médicament La Relation de cause à effet est souvent difficile à établir : «imputabilité douteuse» Chronologie d apparition par rapport à la prise du médicament non suggestive (retardée) Mécanisme souvent indéterminé Réaction médicamenteuse atypique, possibilités de facteurs de confusion Exemples: Apparition de Cancers sous Clofibrates Apparition de Cancers du sein sous contraceptifs oraux Accidents thrombo contraceptifs oraux emboliques et calculs biliaires sous

32 CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTS TYPE D EFFETS INDESIRABLES TYPE A TYPE B TYPE C Fréquence +++ 1% < 1% RARE Dose dépendanced OUI NON NON Chronologie d apparition ±SUGGESTIVE Très SUGGESTIVE NON SUGGESTIVE Mortalité Mécanisme PHARMACOLOGIQUE IMMUNO ALLERGIQUE TOXICITE CHRONIQUE Arrêt Commercialisation Réversibilité Réadministration POSSIBLE CONTRE INDIQUEE CONTRE INDIQUEE

33 CLASSIFICATION DES EFFETS INDESIRABLES Prévisibles / Non Prévisibles

34 PREVISIBLES IMPREVISIBLES Réaction de mécanisme pharmacologique Réaction immunoallergique Interactions médicamenteuses Idiosyncrasie Polymorphisme génétique avant investigations

35 CLASSIFICATION SELON LE DEGRÉ DE GRAVITÉ

36 3 STADES DE GRAVITE EIM grave EIM sévère EIM modéré

37 EIM GRAVE Un effet indésirable à l origine : d un décès, d une menace pour la vie du patient au moment de l apparition de l événement, d une nécessité d hospitalisation ou d une prolongation d hospitalisation, de séquelles ou incapacité notable et durable (incapacité signifiant toute impossibilité à réaliser des gestes de la vie courante), d une anomalie congénitale ou d une atteinte périnatale,

38 AUTRES STADES DE GRAVITE EFFET INDESIRABLE SEVERE Effet indésirable nécessitant en plus de l arrêt du médicament des soins supplémentaires EFFET INDESIRABLE MODERE, BANAL Effet indésirable ni sévère, ni grave

39 CONDUITE A TENIR FACE A UN EFFET INDESIRABLE GRAVE Selon les Bonnes Pratiques de Pharmacovigilance du Maroc «Tout effet indésirable grave doit faire l objet d une notification immédiate dans les 24 heures au centre National de Pharmacovigilance» Modalités de notifications des effets indésirables des produits de santé par les Professionnels de santé Bonnes Pratiques de Pharmacovigilance p 19; 2004

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

First do no harm Hippocrates (470 360 BC)

First do no harm Hippocrates (470 360 BC) PHARMACOVIGILANCE DR A.TEBAA - Pr R. SOULAYMANI BENCHEIKH CENTRE ANTI POISON ET DE PHARMACOVIGILANCE M.COOPER-SHANTHI-PAL QUALITY ASSURANCE ET SECURITY MEDECINE Dakar 5-9 Mars 2006 First do no harm Hippocrates

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud URTICAIRE CHRONIQUE Actualités et controverses www.allergolyon.org

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

Le Manuel des Bonnes Pratiques de Pharmacovigilance CENTRE NATIONAL DE PHARMACOVIGILANCE

Le Manuel des Bonnes Pratiques de Pharmacovigilance CENTRE NATIONAL DE PHARMACOVIGILANCE CENTRE NATIONAL DE PHARMACOVIGILANCE Rue Lamfedel Cherkaoui, Rabat Instituts, Madinat Al Irfane, B.P. 6671 Rabat Maroc www.capm.ma Tél. : 0 801 000 180 Disponible 24h sur 24 et 7 jours sur 7 Fax : 05 37

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Pharmacovigilance des Essais cliniques

Pharmacovigilance des Essais cliniques Pharmacovigilance des Essais cliniques Edouard LECHAPTOIS DIU FIEC 22 janvier 2013 1 Introduction S o m m a i r e Eléments de réglementation Définitions Responsabilité des investigateurs / promoteurs Organisation

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATIONS DU PATIENT. Keforal 500 mg comprimés pelliculés. Céfalexine monohydratée

NOTICE : INFORMATIONS DU PATIENT. Keforal 500 mg comprimés pelliculés. Céfalexine monohydratée NOTICE : INFORMATIONS DU PATIENT Keforal 500 mg comprimés pelliculés Céfalexine monohydratée Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Contexte L utilisation de médicaments par un professionnel de la santé n étant pas médecin évolue et dépend

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

MIGRAINE - TRAITEMENT

MIGRAINE - TRAITEMENT MIGRAINE - TRAITEMENT Restauration d une bonne qualité de vie Adapté à chaque patient Reposant sur trois axes : éviction des facteurs déclenchants traitement de crise traitement prophylactique ANAES 2002

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis 19 décembre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis 19 décembre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 décembre 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2005 (JO du 3 août 2007) ANDROCUR 50 mg, comprimé sécable

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director

M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director M.Benmimoun MD,MBA Medical Operations Director Vos Responsabilités en Matière de Pharmacovigilance Notification Spontanée d'événements Indésirables Formation 2 Notification Spontanée d Événement Indésirable

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière Arrêté n 387 du 31 juillet 2006 relatif aux essais cliniques Le Ministre de la santé,

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL :

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : REPUBLIQUE FRANÇAISE Juin 2009 MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : Recommandation de l EMEA de retrait de ces médicaments à la suite de l évaluation européenne et avis

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS

Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS Développement d un Centre de Pharmacovigilance Selon le Guide de L OMS SURVEILLANCE de la SÉCURITÉ D EMPLOI des MÉDICAMENTS Guide pour la création et le fonctionnement d un centre de pharmacovigilance

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Adapté d un article approuvé de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (2012) Le CPTNB

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Information transmise sous l autorité de l Agence fédérale des médicaments et des produits de santé

Information transmise sous l autorité de l Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier Les métiers de la pharmacovigilance Des métiers en évolution dans une industrie de haute technologie et d'innovation Une mission d'évaluation et de gestion des risques liés à l'utilisation des médicaments

Plus en détail