Douleurs et Neuropathies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Douleurs et Neuropathies"

Transcription

1 Douleurs et Neuropathies J-Y SALLE Service de médecine physique et de réadaptation P VERGNE-SALLE Service de Rhumatologie et consultations de la douleur CHU Limoges

2 Selon l IASP: douleur neuropathique «douleur provoquée par une lésion ou un dysfonctionnement primaire du système nerveux» Neuropathie diabétique Neuropathies iatrogènes Neuropathie alcoolique Infectiologie : zona, SIDA Rhumatologie : radiculopathies, syndromes canalaires, SDRC Traumatologie : lésions nerveuses tronculaires, plexus Chirurgie : thoracotomie, douleur du membre fantôme Lésions médullaires AVC SEP

3 Un homme de 38 ans consulte pour une lombosciatique gauche chronique évoluant depuis plus d un d an. Il a été opéré d une d hernie discale L4-L5 il y a deux ans, réopérée 6 mois après pour récidive. Il allait mieux pendant les 3 mois qui ont suivi la deuxième intervention puis la douleur est progressivement réapparue. Actuellement, il décrit des douleurs quasi-permanentes à type de brûlures associées à des paroxysmes douloureux qu il décrit comme des décharges électriques. Il se plaint également de paresthésies du dos du pied et de sensations de serrement du mollet comme un étau. Examen: raideur lombaire modérée (Schöber( = + 3 cm) Pas de lasègue,, hypoesthésie au tact territoire L5 G, ROT présents, pas de déficit moteur Il prend une association paracétamol/dextropropoxyphène et un anti- inflammatoire (celebrex( celebrex) ) avec une efficacité insuffisante

4 1/ douleur neuropathique car douleur permanente décrite comme des brûlures avec des paroxysmes, des paresthésies et une sensation d étau. 2/ Examen clinique Pas de signe de conflit disco-radiculaire Signes positifs de douleur neuropathique : hypoesthésie dans le territoire radiculaire allodynie? 3/ IRM lombaire:

5

6 Mr X, X, âgé de 43 ans, se plaint d une d douleur du genou droit localisée à la face antéro-interne du genou et de la jambe, apparue il y a 6 mois. Antécédents d arthroscopie d il y 6 mois pour syndrome méniscal. Actuellement, Mr X se plaint d une d gonalgie avec une douleur quasi-permanente même au repos, décrite comme des brûlures,, des fourmillements. La nuit, il ne supporte pas le contact des draps sur son genou. Les différents antalgiques de niveau I et II, ainsi que les AINS prescrits ont été inefficaces.

7 A l examen clinique: Pas de modification de l aspect et de la chaleur cutanée Pas d épanchement intra-articulaire Amplitudes normales, mobilisation non douloureuse Examen de la hanche D normal Examens paracliniques: Radiographies: inchangées NFS-plaquettes et CRP normales

8 Douleur de type neuropathique: Systématisation neurologique de la douleur: territoire du nerf saphène Lésion neurologique potentielle dans les antécédents: arthroscopie Plaintes douloureuses caractéristiques:» Douleurs spontanées,, sans caractère mécanique, avec un fond permanent à type de brûlures» Des paresthésies» Douleurs provoquées : allodynie au frottement Douleurs non calmées par les antalgiques usuels

9

10 Etude STOPNEP 2007 Prévalence des douleurs chroniques et neuropathiques en France sujets, questionnaire par voie postale Taux de retour de 81% Douleur quotidienne: 37,6% répondent OUI Depuis au moins 3 mois: 31,7% répondent OUI 1/3 des français ont des douleurs chroniques

11 Intensité des douleurs: 4,5 ± 2,1 sur échelle de 10 en moyenne Douleur modérée = 46,5%; sévère = 16,1% Prévalence des douleurs chroniques modérées et sévères = 20% Douleurs avec des caractéristiques neuropathiques = 7% de la population Dans plus de 75% des cas: lombalgies avec plus ou moins des radiculalgies Douleurs du rachis cervical avec irradiation ± aux membres sup

12 I / Diagnostic de la douleur neuropathique Recherche d une d séméiologie douloureuse particulière Composante continue ou paroxystique, spontanée ou provoquée par stimulations diverses Descripteurs: brûlures, décharges électriques, froid douloureux Sensations désagréables: fourmillements, démangeaisons, engourdissement Contexte éventuel de lésion ou maladie du SN

13 Examen neurologique: Signes négatifs: déficit sensitif tactile, à la piqûre, thermique Signes positifs: allodynie au frottement, voire thermique Dans un territoire compatible avec une lésion neurologique. Outils diagnostiques: pas de critères diagnostiques L outil DN4 validé en français est recommandé en pratique clinique pour l aide l au diagnostic (grade A)

14 Sensibilité: 83% Spécificité: 90% Bouhassira D et al Pain 2005, 114: 29-36

15 Aucun examen n est n nécessaire pour reconnaître la DL neuropathique. Il n est n pas nécessaire de connaître l él étiologie avant de débuter le traitement (accord professionnel) II / Diagnostic étiologique Des examens complémentaires peuvent être nécessaire pour confirmer l existence l d une d lésion nerveuse et son étiologie (accord professionnel)

16 Cause fréquentes Etiologies périphériques DL neuropathiques post-op Radiculopathies Causes post-traumatiques Syndromes canalaires (canal carpien, canal lombaire et cervical étroits) Etiologies centrales AVC Principales étiologies Causes moins fréquentes Etiologies périphériques DL neuropathique post-zost Neuropathies diabétiques Neuropathies post-radiques Neuropathies toxiques Etiologies centrales SEP Trauma cranien Trauma médullaire Causes plus rares: neuropathie du VIH, maladies systémiques, carences vitaminiques, maladies génétiques rares

17 III / Evaluation Mesurer sévérité et retentissement Elle doit permettre de suivre son évolution, débuter un traitement et en évaluer les résultats (grade A) L évaluation comporte une large partie douleur chronique, non spécifique, et quelques spécificités (grade A): - Intensité globale de la DL neuropathique: EVA,, EN, EVS - Intensité de chaque symptôme: EVA,, EN, EVS - Fréquence des douleurs paroxystiques au cours des dernières 24h - Impact sur l activité: l EVA,, EN, EVS

18

19 4 / Traitements grade A: haut niveau de preuve (essai randomisé contrôlé de forte puissance, métaanalyse) grade B: niveau de preuve intermédiaire (essai randomisé contrôlé de faible puissance, étude de cohorte) grade C: faible niveau de preuve (essai non contrôlé, séries de cas, études rétrospectives) accord professionnel

20 4.1/ Recommandations de grade A

21 4.1.1 / efficacité établie dans plusieurs étiologies ADT (amitriptyline, clomipramine, imipramine) AE: gabapentine, prégabaline AE: bénéfiques sur les troubles du sommeil et les troubles anxieux associés pour la prégabaline ADT efficaces sur les troubles de l humeur l et anxiété mais à des doses plus élevées Rapport bénéfice/risques: plus faible pour les ADT p/r aux AE La plupart de ces ttt ont un efficacité similaire (grade( A) et efficacité sur les DL continues et paroxystiques Efficacité du tramadol dans qq indications (grade( A) A Efficacité non établie sur les comorbidités Efficacité des morphiniques forts (oxycodone, morphine) (grade A) A

22 TRAITEMENT: LES ANTI-DEPRESSEURS Surtout les tricycliques: Activité antalgique indépendante de l effet l thymoanaleptique Blocage de la recapture des monoamines ( ( CID) Beaucoup d éd études contrôlées vs placebo, mais peu de patients: efficacité > placebo dans 16 études sur 18 efficacité partielle et beaucoup d arrêt d pour effets secondaires Posologie: 10 à 25 mg le soir, puis augmenter par palier de 5 mg tous les 5 à 8 jours en essayant d atteindre d 50 à 75 mg/j, Effets secondaires: fréquents, anticholinergiques, arythmie, allongement du QT, hypota, prise de poids, personnes âgées

23 AMM des ATD tricycliques TRAITEMENT: LES ANTI- DEPRESSEURS Substance Imipramine (Tofranil) Amitriptyline (Laroxyl) Clomipramine (Anafranil) Désipramine (Pertofran) Indications Algies rebelles, douleurs neuropathiques de l adultel Algies rebelles Douleurs neuropathiques de l adultel Douleurs neuropathiques de l adultel

24 LES ATD: Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine Globalement efficacité moins constante paroxétine = Deroxat citalopram =Seropram Neuropathie du diabète (Sindrup, Pain 90) Neuropathie du diabète (Sindrup, Clin Pharma Ther 92) 20 mg/j 40 mg /j Un ATD mixtes: inhibiteur recapture sérotonine et NA Venlafaxine (Effexor) vs Tofranil Vs placebo Polyneuropathie (Sindrup, Neurology 03) 225 mg/j NNT = 5,2 NNT = 2,7

25 La gabapentine = NEURONTIN AMM dans douleurs post-zostériennes Analogue cyclique du GABA Action: potentialisation du GABA, action sur les canaux calciques Efficacité démontrée: Pas d AMM d dans les autres douleurs, cpdt efficacité démontrée dans une étude contrôlée dans les neuropathies du diabète (Backonja( Backonja,, JAMA 98) et une autre étude dans différents synd douloureux (Serpell( Serpell,, Pain 02) = études les plus larges Posologie progressive: 300 mg le soir, puis par palier de 300 mg tous les 4 à 5 j en 3 prises par jour Essayer d atteindre d 1200 mg/j au minimum et 3600 au maximum Tolérance: meilleure que les autres, cpdt somnolence, ataxie, vertiges, céphalées et pas d interaction d médicamenteuse

26 La prégabaline: Action similaire à la gabapentine Cependant: pharmacocinétique linéaire, plus grande affinité pour les sous-unités α2δ des canaux calciques voltage-dépendants Efficacité prouvée dans les dl neuropathiques périphériques (plus de 2400 patients inclus dans 10 études) = AMM peu d interaction d médicamenteuse bonne tolérance globale Effets indésirables: étourdissements, somnolence, oedèmes périphériques

27 LE TRAMADOL Action opioïde faible (récepteurs µ) et effets monoaminergiques (inhibiteur de la recapture de la noradrénaline et de la sérotonine) Les formes à libération immédiate sont mal tolérées Les formes LP sont données toutes les 12 heures Effets indésirables les plus fréquents: nausées, vomissements, somnolence, céphalées, vertiges, sécheresse buccale et hypersudation. Risque de surdosage des anti-vitamine K et de la digoxine en cas d association. d Attention à l'association aux anti-dépresseurs sérotoninergiques. ½ vie doublée si insuffisances rénale ou hépatique et sujets > 75 ans Association synergique avec le paracétamol Nouvelles spécialités associant paracétamol et tramadol LI (37,5 mg) Ixprim et Zaldiar: : 1 cp 4 fois par jour (max = 8/j) Moins d effets d secondaires

28 LES RECOMMANDATIONS DE LIMOGES L utilisation des opioïdes forts dans la douleur chronique non cancéreuses reste un sujet de controverses. Des recommandations d utilisation d en rhumatologie ont été élaborées sous l'égide du CEDR, section de la douleur de la Société Française de Rhumatologie. Leur but n'est pas d'inciter à une utilisation imprudente de la morphine, mais d'aider le clinicien à son bon usage quand il a décidé d'y recourir. Peuvent être traités par la morphine: les patients douloureux chroniques non ou insuffisamment soulagés par les thérapeutiques usuelles de la pathologie antérieurement définie (dégénérative, inflammatoire ).

29 LES RECOMMANDATIONS DE LIMOGES L évaluation initiale doit comporter: L histoire de la maladie et toutes les thérapeutiques entreprises L évaluation de toutes les composantes de la douleur et ses retentissements (échelles appropriées) un avis psychiatrique ou dans un centre de la douleur en cas de pathologie mal définie, de troubles psychologiques important ou de facteurs socio-professionnels prédominants

30 LES RECOMMANDATIONS DE LIMOGES Ne seront pas traités par la morphine: Les troubles psychologiques importants Les fibromyalgies Les sujets ayant un comportement addictif Les alcooliques Les troubles idiopathiques Douleurs avec composante socio-professionnelle dominante Information au patient Définition des buts du traitement Doses initiales faibles et ajustement par paliers

31 LES RECOMMANDATIONS DE LIMOGES Modulation de la prescription en fonction de la pathologie: une prise matin ou soir de morphine LP, interdoses de morphine à LI avant un effort ou autres Prévention systématique de la constipation Surveillance rapprochée pour recherche des effets indésirables, efficacité, abus et dépendance psychique

32 4.1.1 / efficacité établie dans un nombre restreint d étiologies Duloxétine (CYMBALTA): IRSN Efficacité dans les neuropathies diabétiques (grade( A) A Efficace aussi sur les troubles anxieux et de l humeurl Le patch de lidocaïne (VERSATIS): Efficacité établie sur la douleur spontanée et l allodynie mécanique secondaires à des lésions nerveuses périphériques, notamment le zona (grade( A) A

33 4 / Traitement 4.2/ Recommandations de grade B La venlafaxine: Efficacité démontrée sur la douleur des polyneuropathies sensitives (grade( B) B Valproate de sodium: : efficacité dans la DL post-zost (grade B) B en cas d efficacité d partielle d un d ttt de 1 ère intention, une association médicamenteuse peut être proposée entre les différentes classes thérapeutiques (grade( B) B

34 4 / Traitement 4.3/ Recommandations établies après accord professionnel

35 Choix des médicaments: Le choix d un d ttt de 1 ère intention doit s appuyer s sur une efficacité établie (grade( A), A un rapport bénéfice/risques satisfaisant et si possible une efficacité démontrée sur les comorbidités psychiatriques associées. AD et AE ont ainsi un avantage p/r aux antalgiques La prescription des ADT doit être prudente chez la personne âgée et en cas de patho cardiaque, glaucome, adénome de prostate PGB et GBP utilisées avec précaution en cas d insuffisanced rénale Duloxétine non recommandée dans les pathologies hépatiques sévères

36 Patch de lidocaïne: ne doit pas être utilisé sur une peau lésée (phase aiguë éruption du zona) morphiniques: ne sont pas un ttt de 1 ère intention et ne doivent être utilisés qu après échec des autres thérapeutiques, voire d une d association En cas d éd échec complet ou d effet d II importants d und médicament d efficacité d démontrée, il est légitime de le substituer contre un ttt de classe thérapeutique différente d efficacité démontrée

37 Règles de prescription: Titration nécessaire: grande variabilité des doses pour obtenir un effet antalgique (grade( A) A Un ttt efficace doit être poursuivi pendant plusieurs mois (> 6 mois) (avis( d expertd expert) Évaluation régulière de l efficacité l et de la tolérance Réduction progressive des posologies au bout de 6 à 8 mois de ttt efficace à doses stables.

38 4 / Traitement 4.4/ Traitements non recommandés Efficacité faible ou nulle: topiramate (Epitomax ) Lamotrigine (Lamictal ) Oxcarbazépine (Trileptal ) IRS Méxilétine Benzodiazépines et neuroleptiques Antagonistes des récepteurs NMDA (dont kétamine) (grade( A: preuve scientifique d inefficacitéd inefficacité) Clonazépam (preuves( d efficacité d manquantes, grade C) C

39 4 / Traitement 4.5/ Traitements non médicamenteux TENS: efficace sur la DL neuropathique focale (grade( B) B La neurostimulation médullaire peut être proposée après échec des traitements médicamenteux bien conduits dans les lomboradiculalgies chroniques post-op (grade B) B Preuves insuffisantes dans les autres types de DL (grade( C) C La psychothérapie et notamment les TCC peuvent être proposées (grade( B) B

40 Neurostimulation transcutanée Neurostimulation mode conventionnel: impulsions de fréquence élevée et d intensitéd moyenne renforcement du contrôle de la porte Neurostimulation mode endorphinique: impulsions de basse fréquence et d intensité élevée sécrétion d endorphines d dans la corne postérieure

41 Algorythme proposé dans les douleurs neuropathiques périphériques (Finnerup et al, 2005) Neuropathies focales Autres diagnostics Lidocaïne patch gabapentine/ prégabaline ADT ou IRSN CI aux ADT _ + + CI aux ADT _ ADT ou IRSN gabapentine/ prégabaline Tramadol oxycodone

42 Traitements NNT moyen NNH moyen ADT 3,1 14,7 Oxycodone 2,6 ns morphine 2,5 ns tramadol 3,9 9 carbamazépine 2,3 21,7 valproate 2,4 ns gabapentine 3,8 26,1 prégabaline 4,2 11,7 IRSN (venlafaxine) 4 ns lamotrigine 4 ns ISRS (paroxétine, citalopram) 7 ns topiramate 7,4 6,3

43 DOULEURS NEUROPATHIQUES: TRAITEMENT Les Prix en Euros DCI Amitriptyline Clomipramine Carbamazépine Oxcarbazépine Gabapantine Lamotrigine Clonazépam Nom commercial Prix unitaire Prix quotidien Dose Max Laroxyl 25 mg (0,15) 150 mg (0,52) Anafranil 10 mg (0,08) 150 mg (1,04) Tégrétol 200 mg (0,16) 1200 mg (0,98) Trileptal 150 mg (1,56 ) 2400 mg (3,36 ) Neurontin 100 mg (0,24) 3200 mg (5,93) Lamictal 50 mg ( 0,58) 200 mg (2,35) Rivotril 2 mg (0,06) 6 mg (0,13)

44 Autres recommandations 2006: : guidelines de la fédération européenne des sociétés de Neurologie (EFNS) gabapentine/prégabaline ou ADT en 1 ère intention Attal et al, Eur J Neurol : : recommandations du groupe douleurs neuropathiques de l IASP Identiques dans le choix du traitement de 1 ère intention Dworkin et al, Pain 2007

45 LA FIBROMYALGIE

46 DEFINITION Syndrome caractérisé par: Douleurs musculo-squelettiques diffuses, D origine inconnue Associées à des plaintes fonctionnelles multiples Un examen clinique normal en dehors de points douloureux localisés, identiques chez tous les malades

47 LA DOULEUR Douleurs articulaires, tendineuses et/ou musculaires des membres et du rachis Associées à: sensation de gonflement articulaire impression de raideur matinale fatigabilité musculaire douleurs temporo-mandibulaires Majoration par: efforts et inactivité, stress, climat,

48 SIGNES ASSOCIES Troubles du sommeil Fatigue générale Colopathie Céphalées Troubles anxio-dépressifs Syndrome sec Troubles uro-gynécologiques Troubles sensoriels Paresthésies Difficultés de concentration Phénomène de Raynaud Impatiences, prurit, palpitations

49 Douleur diffuse (côté D et G, au dessous et au dessus de la taille et rachis) Chronicité > 3 mois Douleur à la palpation ( 4 kg de pression, doit blanchir l ongle) de 11 sur 18 points d insertion tendineuse CRITERES DIAGNOSTIQUES ACR 1990 de la FM

50 DIAGNOSTIC D ELIMINATIOND Rhumatismes inflammatoires: : PR, SPA Maladies systémiques: Gougerot Sjögren,, lupus Maladies musculaires: polymyosite,, myalgies iatrogènes (quinolones( quinolones, hypolipémiants,, anti-h2, biphosphonates,, interférons, anti-aromatases ) Troubles endocriniens: : hypothyroïdie Métabolisme phosphocalcique: hyperparathyroïdie, diabète phosphoré, ostéomalacie Pathologies infectieuses: : hépatites B et C, lyme, HIV

51 EPIDEMIOLOGIE Prévalence = 2% (Wolfe 95) Prévalence augmentant avec l âl âge: chiffre > 7% entre 60 et 79 ans Prédominance féminine de 80 à 90% Représente: - 2 à 5% des Cs de médecine générale - 10 à 25% des Cs de rhumatologie (2e rang après l arthrose) l

52 FORMES CLINIQUES Formes associées: Gougerot,, PR, lupus (16,7%, Grafe 99), maladies inflammatoires digestives (30%, Buskila 99) Formes régionales: sd douloureux du mb sup, sd myofascial,, cervicalgie, FM unilatérale ou incomplète Formes de l enfantl enfant: prévalence de 1,2 à 6,2% (Mikkelsson( 99) 28% avec début dans l enfance l ou l adolescencel évolution plutôt favorable (73% de rémission à 30 mois, Buskila 95)

53 TRAITEMENTS Traitements médicamenteux Antalgiques: tramadol Certains anti-dépresseurs Anti-épileptique: Lyrica Anti-émétiques: sétrons Traitements non médicamenteux ++++

54 ANTALGIQUES Paracétamol: meilleur rapport efficacité /tolérance Tramadol: nette amélioration sous réserve d une d bonne tolérance de 40% de la douleur après une simple dose vs placebo (Biasi 98) Résultats confirmés vs placebo par Russell (2000) sur 69 malades, mais sélectionnés au départ pour leur bonne tolérance au tramadol Morphine: fortement déconseillée Inefficace, mal tolérée, risque de dépendance psychique

55 AINS et CORTICOIDES AINS: peu d intérêts, d mal tolérés 91% des FM en recoivent à éviter Corticoïdes: pas d indication, d à éviter

56 BENZODIAZEPINES Risque de dépendance et altérations supplémentaires du sommeil lent profond Une étude contre placebo avec l alprazolam l (Xanax) : efficacité significative, parfois retardée (8e semaine)(russell 91) Si anxiété: préférer la buspirone (Buspar) Les antihistaminiques, type hydroxyzine, utilisés dans les insomnies liées à l anxiétél

57 ANTIDEPRESSEURS TRICYCLIQUES Amitriptyline essentiellement Plusieurs essais contrôlés contre placebo ( 180 malades) Résultats: Efficacité modérée sur tous les paramètres habituels d apparition assez rapide (1 à 2 sem) Amélioration surtout qualité du sommeil et sympt dépressifs Amélioration à court terme dans 25% des cas Forte réponse au placebo Effets II de type anticholinergique nbx arrêts de traitement

58 SEROTONINERGIQUES Fluoxétine = Prozac Wolfe malades Goldenberg 96 fluoxétine+amitriptyline 31 malades Arnold 2002 possible jusqu à 80 mg Durée = 12 sem 60 malades Pas de, mais bcp de sorties d essai, d durée = 6 sem, dose =20 mg/j Efficacité > de l association l sur EVA et QIF Mais pb méthodologiques Amélioration QIF, EVA, score de fatigue, Mc Gill Pain Q, score de dépression Dose moy = 55 mg/j

59 Anti-dépresseurs inhibiteurs mixtes: Milnacipran = Ixel Duloxétine = Cymbalta Gendreau malades Plusieurs études Amélioration douleur, fatigue, humeur Amélioration douleur, fatigue et humeur

60 LES ANTAGONISTES DU RECEPTEUR DE LA 5-HYDROXYTRYPTAMINE (5-HT3) ondansétron (Zophren)) vs paracétamol (Hrycaj( 96) Réponse positive chez 11 patients sur 21 Tropisétron (Navoban)) vs placebo (Farber( 2000) 418 malades, traitement sur 10 jours avec des résultats positifs À la visite à 12 mois: intensité de la douleur encore en dessous de l intensité initiale chez les répondeurs ANTI-EPILEPTIQUES Prégabaline = Lyrica Crofford 2005 : 529 malades à 450 mg/j: amélioration de la douleur, fatigue, sommeil et qualité de vie

61 TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX I / TECHNIQUES PHYSIQUES Balnéothérapie et massages: Eau chaude et massages doux (le moins agressif possible Physiothérapie: résultats variables, amélioration avec la chaleur, TENS peu efficace. Cures thermales: A condition: adaptation de l intensité l et du rythme Aucune station réellement spécialisée

62 Exercices physiques: Résultats variables des études Exercices physiques souhaitables (musculation douce, entraînement progressif à l effort, l étirements) Marche rapide, natation, gymnastique en eau tiède et vélo Programme adapté à chaque pers et présélection des pers motivées Traitement individuel au départ, puis en groupe

63 II / RELAXATION / SOPHROLOGIE Techniques de relaxation de Jacobson > Schultz Résultats difficiles à évaluer Cependant: élément important dans la prise en charge Psychothérapie souvent associée Hypnose: 50% des malades seraient améliorés (Eisinger 1999)

64 III / THERAPIE COGNITIVO-COMPORTEMENTALE Apprentissage des différentes techniques de gestion du stress et de la douleur Modification de façon durable des comportements non souhaités (facteurs d entretien) d en y substituant des attitudes plus adaptées Dans plusieurs études: 70% d amélioration d vs 40% pour le traitement classique

65 Recommandations EULAR : L abord L de la fibromyalgie nécessite une évaluation globale de la douleur, de la fonction et du contexte psychosocial. Elle doit être considérée comme un état complexe et hétérogène où un processus douloureux anormal s associe s à d autresd présentations cliniques (niv IV, force D) 2: le traitement optimal nécessite une approche multidisciplinaire associant des traitements médicamenteux et non médicamenteux, adaptés à l intensité l de la douleur, à la fonction et à d autres d présentations cliniques telles que la dépression, la fatigue et les troubles du sommeil en collaboration avec le patient (niv IV, force D) 3: Les bains en eau chaude avec ou sans exercices sont efficaces (niv IIa, forceb)

66 Recommandations EULAR : Des programmes d exercices d individualisés incluant des exercices aérobies et de renforcement peuvent être bénéfiques pour certains patients (niv IIb, force C) 5: Les thérapies cognitives et comportementales peuvent être bénéfiques pour certains patients (niv IV, force D) 6: D autres D thérapies comme la relaxation, la rééducation, la physiothérapie et le soutien psychologique peuvent être proposées selon les besoins individuels des patients (niv II b, force C)

67 Recommandations EULAR : Le tramadol est recommandé dans la prise en charge de la douleur de la fibromyalgie.. Les antalgiques tels le paracétamol, les opioïdes faibles peuvent aussi être utilisés. Les corticoïdes et les opioïdes forts ne sont pas recommandés (niv I b, force A) 8: Les antidépresseurs: amitriptyline, fluoxétine, duloxétine, milnacipran, moclobémide et pirlindole diminuent la douleur et améliorent souvent la fonction. Ils sont recommandés dans le traitement de la fibromyalgie (niv I b, force A) 9: Le tropisétron,, le pramipéxole et la prégabaline diminuent la douleur et sont recommandés dans le traitement de la fibromyalgie (niv I b, force A).

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON

AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON Douleurs neuropathiques périphériques de l adulte non diabétique : De l étiologie au rôle de l infirmier AGRES Hugues IADE RD LA ROCHE / YON La douleur neuropathique Définition [1] C est est une douleur

Plus en détail

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX Groupe de travail du RRDBN Y.Perier, A.S.Sergent, E.Touchard, V.Lepelletier, S.Sladek FMC 2009 1 PLAN Migraine sans aura Epidémiologie Critères

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

La dépression qui ne répond pas au traitement

La dépression qui ne répond pas au traitement La dépression qui ne répond pas au traitement Mise à j our Wilfrid Boisvert, MD Présenté dans le cadre de la conférence : À la rencontre de l humain, Collège québécois des médecins de famille, novembre

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Parmi ces recommandations, la cure thermale tient une place prépondérante dans le traitement et la prise en charge de la maladie.

Parmi ces recommandations, la cure thermale tient une place prépondérante dans le traitement et la prise en charge de la maladie. CHAINE THERMALE DU SOLEIL - S.A.S au capital de 8.129.638,30 - SIREN 310 968 540 - APE 741 j - Directeur de la publication : Biche Barthélémy - Coordination édition : Anne Mascarou Photos : Chaîne Thermale

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30 TABLE DES MATIÈRES Contributeurs...11 Remerciements...12 Préface de cette 2 ème édition : Ronald Melzack...13 Préface de l édition anglaise : A. Lee Dellon...15 Préface de la 1 ère édition : Jean-Pierre

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

LES ANTIMIGRAINEUX. Médicaments de la crise et médicaments de fond

LES ANTIMIGRAINEUX. Médicaments de la crise et médicaments de fond LES ANTIMIGRAINEUX Migraine : maladie qui peut être handicapante selon fréquence, durée, intensité des crises, signes d accompagnement (digestifs), retentissement sur la vie quotidienne, professionnelle,

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTIDEPRESSEURS DANS LE TRAITEMENT DES TROUBLES DEPRESSIFS ET DES TROUBLES ANXIEUX DE L ADULTE

BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTIDEPRESSEURS DANS LE TRAITEMENT DES TROUBLES DEPRESSIFS ET DES TROUBLES ANXIEUX DE L ADULTE BON USAGE DES MEDICAMENTS ANTIDEPRESSEURS DANS LE TRAITEMENT DES TROUBLES DEPRESSIFS ET DES TROUBLES ANXIEUX DE L ADULTE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, octobre

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

La fibromyalgie. La maladie. l Qu est-ce que la fibromyalgie? l Combien de personnes sont atteintes de la maladie? l Qui peut en être atteint?

La fibromyalgie. La maladie. l Qu est-ce que la fibromyalgie? l Combien de personnes sont atteintes de la maladie? l Qui peut en être atteint? La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la fibromyalgie.

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

LES DOULEURS ORO- FACIALES

LES DOULEURS ORO- FACIALES LES DOULEURS ORO- FACIALES Diagnostic différentiel CNO SA 16-17 Septembre 2011 Mathieu PITZ Douleurs Bruits articulaires Limitation des mouvements mandibulaires Abrasions dentaires MOTIFS DE CONSULTATION

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

DOULEURS NEUROPATHIQUES. André Muller

DOULEURS NEUROPATHIQUES. André Muller DOULEURS NEUROPATHIQUES André Muller La douleur, ce n est pas ce que sent l individu, c est ce qu il fait de la sensation. Il fait avec ce qu il est. Il est ce que les autres et lui-même ont fait de lui.

Plus en détail

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci

RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE URGENCES CHIR +++ Clinique. Cotation déficit neuro. Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci RADICULALGIES LOMBOSCIATIQUE COMMUNE Symptomatique Origine - HERNIE DISCALE - Arthrose lombaire - Canal lombaire rétréci - Inf - Tumorale Clinique - Mono-radiculaire = L5 ou S1 - Mécanique - Lombalgies

Plus en détail

les DOULEURS INEXPLIQUÉES

les DOULEURS INEXPLIQUÉES MIEUX VIVRE avec une DOULEUR les DOULEURS INEXPLIQUÉES Dr F. LAROCHE Dr E. SOYEUX Centre d évaluation et de traitement de la douleur Hôpital Saint-Antoine, Paris, Réseau Ville-Hôpital Lutter Contre la

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE SEPTEMBRE 2009 A. AUTRET, TOURS au moins 5 crises : de MIGRAINE SANS AURA 4 72 heures, 2 des caractères : 1 signe d accompagnement : modérée ou sévère, pulsatile,

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions

Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Prescription d une cure thermale ou la cure thermale en 7 questions Professeur CF ROQUES Université Toulouse Sabatier Lyon Novembre 2014 Quelques éléments clefs Une intervention thérapeutique complexe

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos de l adulte Docteur Marie-Françoise VECCHIERINI Praticien au Centre du Sommeil et de la Vigilance - Hôtel-Dieu de Paris Introduction Le syndrome des jambes

Plus en détail

I.TRAITEMENT DE CRISE -ANTALGIQUES SIMPLES -ANTINFLAMMATOIRES BIPROFENID -TRIPTANS

I.TRAITEMENT DE CRISE -ANTALGIQUES SIMPLES -ANTINFLAMMATOIRES BIPROFENID -TRIPTANS TRAITEMENT DE LA MIGRAINE I.TRAITEMENT DE CRISE -ANTALGIQUES SIMPLES PARACETAMOL PEU OU PAS EFFICACE ASSOCIATIONS ASPIRINE-METOCLOPRAMIDE (CEPHALGAN MIGPRIV ) -ANTINFLAMMATOIRES -TRIPTANS BIPROFENID 1

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

La migraine chronique

La migraine chronique La migraine chronique - Céphalées chroniques quotidiennes -Abus médicamenteux Avec le soutien des laboratoires Novartis Un concept en évolution 1ère classification IHS 1988 : pas de mention 1982: Mathew

Plus en détail

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire LES CÉPHALÉES 4 e Forum Département de médecine familiale et de médecine d urgence St-Georges de Beauce le 29 mai 2009 Les céphalées: objectifs Appliquer un algorithme diagnostique des céphalées Reconnaître

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA :

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Vignette clinique 1 Femme, 26 ans; caissière RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Depuis 6 mois, douleurs dorsales à caractère inflammatoire

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE

SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE SPÉCIFICITÉS ET PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CANCÉREUSE CHEZ L ADULTE Dr Cécile BESSET Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHRU Besançon 23/01/2015 DÉFINITION, GÉNÉRALITÉS «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Actualisation juillet 2011 Ce document est

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Cochin - Service Médecine Interne du Pr Le Jeunne 27, rue du Faubourg Saint Jacques - 75014 PARIS

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

Le trouble bipolaire

Le trouble bipolaire LIVRET D ACCUEIL Département d Urgences et post-urgences psychiatriques Responsable Pr Philippe COURTET Le trouble bipolaire Guide à l usage des patients et des familles URGENCES Pôle Urgences Hôpital

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point Mise au point Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine M E S S A G E S- C L E S Les spécialités Noctran et Mépronizine seront retirées du marché

Plus en détail

Diagnostiquer et traiter une céphalée récurrente de l'enfant

Diagnostiquer et traiter une céphalée récurrente de l'enfant Diagnostiquer et traiter une céphalée récurrente de l'enfant Elisabeth Fournier-Charrière CETD, CHU Bicêtre avec la participation de l'équipe du centre de la migraine de l enfant de Trousseau 2015 Tom,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Douleur. et maladies neuromusculaires REPÈRES JANVIER 2012 SAVOIR ET COMPRENDRE

Douleur. et maladies neuromusculaires REPÈRES JANVIER 2012 SAVOIR ET COMPRENDRE ktsdesign-fotolia.com AFM / L. Audinet AFM / L. Audinet Douleur et maladies neuromusculaires JANVIER 2012 La douleur est une sensation complexe qui est propre à chacun. Sa perception dépend d un système

Plus en détail

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie 1.Un peu d'histoire 2.La Médecine thermale 3.La Recherche thermale et les évaluations de l'efficacité d'une cure 4.Les nouvelles formes de prise

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail