Guide de référence rapide Prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de référence rapide Prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II"

Transcription

1 Guide de référence rapide Prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II Symptômes 3 mois après la collision Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de douleurs cervicales et de troubles concomitants de stade I et II : éliminer les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a ; évaluer les facteurs qui retardent le rétablissement : antécédents de douleurs cervicales et de troubles concomitants liés à une collision, âge plus avancé, niveaux élevés de douleur initiale, facteurs psychologiques ultérieurs à l'accident (faibles attentes concernant le rétablissement, humeur dépressive, anxiété ou peur concernant la douleur, kinésiophobie, trouble de stress aigu [symptômes 4 semaines après la blessure], trouble de stress post-traumatique [symptômes 4 semaines], niveaux élevés de frustration ou de colère concernant la douleur, adaptation passive); fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs cervicales et des troubles concomitants liés à une collision en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, les interventions thérapeutiques ci-dessous sont recommandées b, c. Interventions à domicile et en milieu clinique Éducation structurée (conseiller de rester actif), réconfort et l'un des éléments suivants : 1. exercices non supervisés visant à restaurer l'amplitude des mouvements du cou; 2. soins multimodaux comprenant ce qui suit : a) exercices non supervisés visant à restaurer l'amplitude des mouvements du cou, b) manipulation ou mobilisation; 3. relaxants musculaires d. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 4.1.3). À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, les interventions thérapeutiques ci-dessous sont recommandées b, c. Interventions à domicile et en milieu clinique Éducation structurée (conseiller de rester actif), réconfort et l'un des éléments suivants : 1. exercices combinés supervisés; 2. exercices de chi kung supervisés; 3. yoga Iyengar; 4. soins multimodaux qui comprennent une combinaison des interventions suivantes (si elles n'ont pas été effectuées pendant les trois premiers mois de soins) : a) exercices visant à restaurer l'amplitude des mouvements du cou, b) manipulation ou mobilisation; 5. massage clinique; 6. traitement au laser à faible intensité; 7. anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) d. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 4.1.4). Interventions proscrites e : Interventions proscrites e : uniquement de l'éducation structurée au patient, sous forme verbale ou écrite; massage tension/contre-tension ou de relaxation; collet cervical; programmes comprenant uniquement des exercices de renforcement intenses supervisés en milieu clinique; massage tension/contre-tension ou de relaxation; électroacupuncture (stimulation électrique de points d'acupuncture au moyen d'aiguilles d'acupuncture ou d'électrothérapie appliquée sur la peau); thérapie de relaxation pour soulager la douleur ou un handicap; neurostimulation transcutanée, EMS, diathermie pulsée à ondes courtes et chaleur (en EMS et chaleur (en clinique). clinique); électroacupuncture (stimulation électrique de points d'acupuncture au moyen d'aiguilles d'acupuncture ou d'électrothérapie appliquée sur la peau); injections de toxine botulinique. Personne rétablie Personne non rétablie : symptômes Personne rétablie Personne non rétablie : Donner congé. Donner congé. Rétablissement incomplet Lancer le protocole en cas de Rétablissement incomplet persistants. Les signes évoluent vers le stade III Procéder au cheminement Les signes évoluent vers le stade III Procéder au cheminement clinique indiqué pour les douleurs cervicales et les troubles clinique indiqué pour les douleurs cervicales et les troubles concomitants de stade III. concomitants de stade III. Manifestation d'une pathologie grave (apparition ou aggravation de Manifestation d'une pathologie grave (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) Consulter un symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) Consulter un médecin. médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte»): cancer (antécédents de cancer, perte de poids inexpliquée, douleur nocturne, âge > 50 ans), infection vertébrale (fièvre, consommation de drogues par voie intraveineuse, infection récente), fractures ostéoporotiques (antécédents d'ostéoporose, utilisation de corticostéroïdes, âge plus avancé), fracture traumatique (présence des critères de la Règle canadienne concernant la radiographie de la colonne cervicale), myélopathie déficits neurologiques progressifs/graves (raideur et douleur dans le cou et la nuque, douleur et faiblesse aux bras, changements sensoriels aux membres inférieurs, faiblesse motrice et atrophie, hyper-réflexivité, démarche spasmodique), dissection de l'artère vertébrale / carotide (apparition soudaine et intense de céphalées ou de cervicalgie), hémorragie cérébrale / lésion expansive (apparition soudaine et intense de céphalées), arthrite inflammatoire (raideur matinale, enflure à plusieurs articulations). b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d Les données probantes indiquent que l'analgésie est le principal bénéfice thérapeutique des relaxants musculaires et des AINS. Le soulagement de la douleur doit être apparent pendant la période initiale d'utilisation; en l'absence de bénéfices thérapeutiques, il est déconseillé de poursuivre l'utilisation. Il n'existe aucune preuve de différence d'efficacité des divers médicaments de chaque classe. Rien ne prouve non plus que toute combinaison de ces médicaments procure un bénéfice supplémentaire. L'utilisation de ces classes de médicaments peut entraîner des effets indésirables potentiellement importants. Enfin, le premier «palier» des non-opioïdes de l'échelle analgésique comprend les AINS, les relaxants musculaires et l'acétaminophène (VARGAS-SCHAFFER, G. «L échelle analgésique de l OMS convient-elle toujours? Vingt-quatre années d expérience», Médecin de famille canadien, vol. 56 [juin 2010]). Toutefois, comme les données probantes n'indiquent pas que l'acétaminophène est un analgésique efficace pour les douleurs cervicales et les troubles concomitants ou les lombalgies, son utilisation est déconseillée. e S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

2 Cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II Personnes blessées dans une collision routière qui ressentent des douleurs cervicales. 1 2 Effectuer une évaluation clinique appropriée. Facteurs de risque des pathologies graves ou des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade IV a? Douleurs cervicales et troubles concomitants de stade I ou II b? 5 Douleurs cervicales et troubles concomitants de stade III Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade III. 9 Facteurs pronostiques défavorable c? 8 Cibler les facteurs pronostiques modifiables. 10 Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs cervicales et des troubles concomitants en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. Un traitement est-il requis? Symptômes 3 mois? Symptômes 3 mois

3 À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, les interventions thérapeutiques ci-dessous sont recommandées b, d, e. A. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1. Éducation structurée (conseiller de rester actif), réconfort et l'un des éléments suivants : i) exercices non supervisés visant à restaurer l'amplitude des mouvements du cou; ii) soins multimodaux comprenant ce qui suit : a. manipulation ou mobilisation; b. exercices non supervisés visant à restaurer l'amplitude des mouvements du cou; iii) iii) relaxants musculaires f. 15 À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, les interventions thérapeutiques ci-dessous sont recommandées b, d, e. A. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1. Éducation structurée (conseiller de rester actif), réconfort et l'un des éléments suivants : iv) exercices combinés supervisés; v) exercices de chi kung supervisés; vi) yoga Iyengar; vii) soins multimodaux qui comprennent une combinaison des interventions suivantes (si elles n'ont pas été effectuées pendant les trois premiers mois de soins) : c. exercices visant à restaurer l'amplitude des mouvements du cou; d. manipulation ou mobilisation; viii) massage clinique; ix) traitement au laser à faible intensité; x) anti-inflammatoires non stéroïdiens f. 16 Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 4.1.4). Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 4.1.3). Interventions proscrites g : 1) uniquement de l'éducation structurée au patient, sous forme verbale ou écrite; 2) massage tension/contre-tension ou de relaxation; 3) collet cervical; 4) EMS et chaleur (en clinique); 5) électroacupuncture (stimulation électrique de points d'acupuncture au moyen d'aiguilles d'acupuncture ou d'électrothérapie appliquée sur la peau). Interventions proscrites g : 1) programmes comprenant uniquement des exercices de renforcement intenses supervisés en milieu clinique; 2) massage tension/contre-tension ou de relaxation; 3) thérapie de relaxation pour soulager la douleur ou un handicap; 4) neurostimulation transcutanée, EMS, diathermie pulsée à ondes courtes et chaleur (en clinique); 5) électroacupuncture (stimulation électrique de points d'acupuncture au moyen d'aiguilles d'acupuncture ou d'électrothérapie appliquée sur la peau); 6) injections de toxine botulinique. Réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur. 17 Réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur. 18 La personne rétablie? La personne rétablie? ) Rétablissement incomplet : lancer le protocole en cas de symptômes persistants (encadré 16). 2) Les signes évoluent vers le stade III : procéder au cheminement clinique indiqué pour les douleurs cervicales et les troubles concomitants de stade III. 3) Manifestation d'une pathologie grave (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : consulter un médecin. 1) Rétablissement incomplet : consulter un médecin. 2) Les signes évoluent vers le stade III : procéder au cheminement clinique indiqué pour les douleurs cervicales et les troubles concomitants de stade III. 3) Manifestation d'une pathologie grave (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : cancer (antécédents de cancer, perte de poids inexpliquée, douleur nocturne, âge > 50 ans), infection vertébrale (fièvre, consommation de drogues par voie intraveineuse, infection récente), fractures ostéoporotiques (antécédents d'ostéoporose, utilisation de corticostéroïdes, âge plus avancé), fracture traumatique (présence des critères de la Règle canadienne concernant la radiographie de la colonne cervicale), myélopathie déficits neurologiques progressifs/graves (raideur et douleur dans le cou et la nuque, douleur et faiblesse aux bras, changements sensoriels aux membres inférieurs, faiblesse motrice et atrophie, hyper-réflexivité, démarche spasmodique), dissection de l'artère vertébrale/carotide (apparition soudaine et intense de céphalées ou de cervicalgie), hémorragie cérébrale / lésion expansive (apparition soudaine et intense de céphalées), arthrite inflammatoire (raideur matinale, enflure à plusieurs articulations). b Si les symptômes s'aggravent, passer au protocole relatif aux douleurs cervicales et aux troubles concomitants de stade III ou aiguiller le patient. c Facteurs qui retardent le rétablissement : antécédents de douleurs cervicales et de troubles concomitants liés à une collision, âge plus avancé, niveaux élevés de douleur initiale, facteurs psychologiques ultérieurs à l'accident (faibles attentes concernant le rétablissement, humeur dépressive, anxiété ou peur concernant la douleur, kinésiophobie, trouble de stress aigu [symptômes 4 semaines après la blessure], trouble de stress post-traumatique [symptômes 4 semaines], niveaux élevés de frustration ou de colère concernant la douleur, adaptation passive). d Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. e L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. f Les données probantes indiquent que l'analgésie est le principal bénéfice thérapeutique des relaxants musculaires et des AINS. Le soulagement de la douleur doit être apparent pendant la période initiale d'utilisation; en l'absence de bénéfices thérapeutiques, il est déconseillé de poursuivre l'utilisation. Il n'existe aucune preuve de différence d'efficacité des divers médicaments de chaque classe. Rien ne prouve non plus que toute combinaison de ces médicaments procure un bénéfice supplémentaire. L'utilisation de ces classes de médicaments peut entraîner des effets indésirables potentiellement importants. Enfin, le premier «palier» des non-opioïdes de l'échelle analgésique comprend les AINS, les relaxants musculaires et l'acétaminophène (Vargas-Schaffer, G. «Is the WHO analgesic ladder still valid? Twenty-four years of experience», Canadian Family Physician, vol. 56 [juin 2010]). Toutefois, comme les données probantes n'indiquent pas que l'acétaminophène est un analgésique efficace pour les douleurs cervicales et les troubles concomitants ou les lombalgies, son utilisation est déconseillée. g S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

4 Guide de référence rapide Prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade III Symptômes 3 mois après la collision Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de douleurs cervicales et de troubles concomitants de stade III : éliminer les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a ; évaluer les facteurs qui retardent le rétablissement : antécédents de douleurs cervicales et de troubles concomitants liés à une collision, âge plus avancé, niveaux élevés de douleur initiale, facteurs psychologiques ultérieurs à l'accident (faibles attentes concernant le rétablissement, humeur dépressive, anxiété ou peur concernant la douleur, kinésiophobie, trouble de stress aigu [symptômes 4 semaines après la blessure], trouble de stress post-traumatique [symptômes 4 semaines], niveaux élevés de frustration ou de colère concernant la douleur, adaptation passive); fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs cervicales et des troubles concomitants en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'aggravation/l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, les interventions thérapeutiques ci-dessous sont recommandées b, c. 1) Éducation structurée, réconfort 2) Exercices de renforcement progressif supervisé du cou Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 4.2.3). Consulter un médecin pour évaluer la pertinence d'un examen approfondi des déficits neurologiques b, c. * Aucune preuve admissible de soulagement efficace des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade III persistants Interventions proscrites d : collet cervical; uniquement de l'éducation structurée au patient, sous forme verbale ou écrite; traitement au laser à faible intensité; traction intermittente.. Intervention proscrite d : collet cervical. : Personne rétablie Donner congé. Amélioration (disparition des signes neurologiques) Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II. Rétablissement incomplet Évolution importante des symptômes ou manifestation d'une pathologie grave (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : cancer (antécédents de cancer, perte de poids inexpliquée, douleur nocturne, âge > 50 ans), infection vertébrale (fièvre, consommation de drogues par voie intraveineuse, infection récente), fractures ostéoporotiques (antécédents d'ostéoporose, utilisation de corticostéroïdes, âge plus avancé), fracture traumatique (présence des critères de la Règle canadienne concernant la radiographie de la colonne cervicale), myélopathie déficits neurologiques progressifs/graves (raideur et douleur dans le cou et la nuque, douleur et faiblesse aux bras, changements sensoriels aux membres inférieurs, faiblesse motrice et atrophie, hyperréflexivité, démarche spasmodique), dissection de l'artère vertébrale / carotide (apparition soudaine et intense de céphalées ou de cervicalgie), hémorragie cérébrale / lésion expansive (apparition soudaine et intense de céphalées), arthrite inflammatoire (raideur matinale, enflure à plusieurs articulations). b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

5 Cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade III Personnes blessées dans une collision routière qui ressentent des douleurs cervicales. 1 Effectuer une évaluation clinique appropriée. 2 Facteurs de risque des pathologies graves ou des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade IV a? Douleurs cervicales et troubles concomitants de stade III b 5 Douleurs cervicales et troubles concomitants de stade I ou II Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II. 9 Facteurs pronostiques défavorable c? 8 Cibler les facteurs pronostiques modifiables. 10 Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade III en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. 12 Symptômes 3 mois? 11 Symptômes 3 mois

6 13 14 À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, les interventions thérapeutiques ci-dessous sont recommandées b, d, e. 1) Éducation structurée, réconfort 2) Exercices de renforcement progressif supervisé du cou Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 4.2.3). Consulter un médecin pour évaluer la pertinence d'un examen approfondi des déficits neurologiques b, d. Intervention proscrite f : collet cervical. Interventions proscrites f : uniquement de l'éducation structurée au patient, sous forme verbale ou écrite; traitement au laser à faible intensité; traction intermittente; collet cervical Réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur. Réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur. La personne rétablie? Y a-t-il des signes neurologiques, une évolution importante des symptômes ou la manifestation d'une pathologie grave? Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : cancer (antécédents de cancer, perte de poids inexpliquée, douleur nocturne, âge > 50 ans), infection vertébrale (fièvre, consommation de drogues par voie intraveineuse, infection récente), fractures ostéoporotiques (antécédents d'ostéoporose, utilisation de corticostéroïdes, âge plus avancé), fracture traumatique (présence des critères de la Règle canadienne concernant la radiographie de la colonne cervicale), myélopathie déficits neurologiques progressifs/graves (raideur et douleur dans le cou et la nuque, douleur et faiblesse aux bras, changements sensoriels aux membres inférieurs, faiblesse motrice et atrophie, hyper-réflexivité, démarche spasmodique), dissection de l'artère vertébrale/carotide (apparition soudaine et intense de céphalées ou de cervicalgie), hémorragie cérébrale / lésion expansive (apparition soudaine et intense de céphalées), arthrite inflammatoire (raideur matinale, enflure à plusieurs articulations). b Effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'aggravation/l'amélioration des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence. c Évaluer les facteurs qui retardent le rétablissement : antécédents de douleurs cervicales et de troubles concomitants liés à une collision, âge plus avancé, niveaux élevés de douleur initiale, facteurs psychologiques ultérieurs à l'accident (faibles attentes concernant le rétablissement, humeur dépressive, anxiété ou peur concernant la douleur, kinésiophobie, trouble de stress aigu [symptômes 4 semaines après la blessure], trouble de stress post-traumatique [symptômes 4 semaines], niveaux élevés de frustration ou de colère concernant la douleur, adaptation passive). d Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. e L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. f S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

7 Cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées Personnes blessées dans une collision routière qui souffrent de céphalées. 1 Effectuer une évaluation clinique appropriée. 2 Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a? Accompagnés de 6 7 Symptôme s 3 mois? douleurs cervicales et Douleurs cervicales et de troubles troubles concomitants concomitants? de stade I ou II? 8 Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade I et II. Aller à l'encadré Douleurs cervicales et troubles concomitants de stade III 10 Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs cervicales et des troubles concomitants de stade III S'agit-il d'une céphalée cervicogénique? 12 Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées cervicogéniques. S'agit-il de céphalées de tension épisodiques? 14 Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées de tension épisodiques. 15 S'agit-il de céphalées de tension chroniques? 16 Consulter le cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées de tension chroniques. 17 Autre type de céphalées Consulter le fournisseur de soins de santé compétent. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (e ssai de respirer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient (la migraine est la cause la plus fréquente des céphalées matinales); patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer.

8 Guide de référence rapide Prise en charge des céphalées de tension épisodiques Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de céphalées de tension épisodiques, après avoir écarté les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a : fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des céphalées de tension épisodiques en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'aggravation/l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'intervention thérapeutique ci-dessous est recommandée b. Intervention à domicile et en milieu clinique : 1. exercices d'endurance craniocervicale et cervicoscapulaire à faible charge. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 5.2.2). Interventions proscrites d : manipulation de la colonne vertébrale. Personne rétablie Donner congé. Personne non rétablie / rétablissement incomplet ou évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte»): aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (essai de respirer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient; patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

9 Cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées de tension épisodiques Personnes blessées dans une collision routière qui souffrent de céphalées. 1 2 Effectuer une évaluation clinique appropriée. Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a? Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des céphalées de tension épisodiques en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. Un traitement est-il requis? 6 7 Yes 8 À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'intervention thérapeutique ci-dessous est recommandée b. A. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) exercices d'endurance craniocervicale et cervicoscapulaire à faible charge. Intervention proscrite d : 1) manipulation de la colonne cervicale. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 5.2.2). La personne rétablie? ) Rétablissement incomplet : consulter un médecin. 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : voir le diagramme approprié ou consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (essai de resp irer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient; patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

10 Guide de référence rapide Prise en charge des céphalées de tension chroniques Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de céphalées de tension chroniques, après avoir écarté les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a : fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des céphalées de tension chroniques en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'aggravation/l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée b, c. Intervention à domicile et en milieu clinique : 1. exercices généraux (échauffements, étirements et renforcement du cou et des épaules, exercices aérobiques); 2. exercices d'endurance craniocervicale et cervicoscapulaire à faible charge; 3. soins multimodaux qui comprennent une combinaison de mobilisation de la colonne, d'exercices craniocervicaux et de correction de la posture. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 5.2.4). Personne rétablie Donner congé. Personne non rétablie / rétablissement incomplet ou évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte»): aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (essai de respirer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient; patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure.

11 Cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées de tension chroniques Personnes blessées dans une collision routière qui souffrent de céphalées. 1 2 Effectuer une évaluation clinique appropriée. Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a? Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des céphalées de tension chroniques en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. Un traitement est-il requis? À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée b, c. A. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) exercices généraux (échauffements, étirements et renforcement du cou et des épaules, exercices aérobiques); 2) exercices d'endurance craniocervicale et cervicoscapulaire à faible charge; 3) soins multimodaux qui comprennent une combinaison de mobilisation de la colonne, d'exercices craniocervicaux et de correction de la posture. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 5.2.4). La personne rétablie? ) Rétablissement incomplet : consulter un médecin. 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : voir le diagramme approprié ou consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (e ssai de respirer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient; patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure.

12 Guide de référence rapide Prise en charge des céphalées cervicogéniques Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de céphalées cervicogéniques, après avoir écarté les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a : fournir des renseignements sur la nature, le soulagement et le processus de rétablissement des céphalées cervicogéniques en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'aggravation/l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; réévaluer et surveiller la présence d'un trouble de stress aigu, d'un trouble de stress post-traumatique, d'une kinésiophobie, d'une adaptation passive, de dépression, d'anxiété, de colère, de frustration et de peur; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée b, c. Interventions à domicile et en milieu clinique b, c : 1. exercices d'endurance craniocervicale et cervicoscapulaire à faible charge; 2. thérapie manuelle (manipulation avec ou sans mobilisation) de la colonne cervicale et thoracique. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 5.2.6). Intervention proscrite d : programme de soins multimodaux qui comprennent une combinaison de manipulation et de mobilisation de la colonne, ainsi que d'exercices d'endurance à faible charge. Personne rétablie Donner congé. Personne non rétablie / rétablissement incomplet ou évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte»): aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (essai de respirer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient; patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

13 Cheminement clinique pour la prise en charge des céphalées cervicogéniques Personnes blessées dans une collision routière qui souffrent de céphalées. 1 2 Effectuer une évaluation clinique appropriée. Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a? Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l évolution des céphalées cervicogéniques en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. Un traitement est-il requis? À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée b, c. A. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) exercices d'endurance craniocervicale et cervicoscapulaire à faible charge; 2) thérapie manuelle (manipulation avec ou sans mobilisation) de la colonne cervicale et de la colonne thoracique. Intervention proscrite d : 1) programme multimodal de soins qui comprend la combinaison d'une manipulation de la colonne, la mobilisation de la colonne et des exercices d'endurance à faible charge. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 5.2.6). La personne rétablie? ) Rétablissement incomplet : consulter un médecin. 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : voir le diagramme approprié ou consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : aggravation des céphalées avec fièvre; apparition soudaine de céphalées (en coup de tonnerre) atteignant leur intensité maximale en cinq minutes; nouvelle apparition d'un déficit neurologique; nouvelle apparition de dysfonction cognitive; changement de personnalité; état altéré de conscience; traumatisme crânien récent (habituellement au cours des trois derniers mois); céphalées déclenchées par une toux, une manœuvre de Valsalva (e ssai de respirer en bloquant la bouche et le nez) ou des éternuements; céphalées déclenchées par l'exercice; céphalées dont l'intensité varie selon la posture; symptômes qui semblent indiquer la maladie de Horton; symptômes et signes de glaucome aigu par fermeture de l'angle; évolution importante des caractéristiques des céphalées du patient; nouvelle apparition ou évolution des céphalées chez des patients âgés de plus de 50 ans; céphalées qui réveillent le patient; patients présentant des facteurs de risque relatifs à la thrombose des sinus veineux cérébraux; claudication intermittente massétérine ou troubles de la vue; raideur de la nuque; nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents d'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH); nouvelle apparition de céphalées chez les patients ayant des antécédents de cancer. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

14 Guide de référence rapide Prise en charge des épicondylites Symptômes 3 mois après la collision Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent d'une épicondylite : éliminer les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a ; fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution de l'épicondylite en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'aggravation/l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée. b, c, d Interventions à domicile et en milieu clinique : 1. bracelet orthopédique (épicondylite latérale); 2. soins multimodaux comprenant ce qui suit : a) manipulation ou mobilisation du coude; b) massage en profondeur des tissus; c) exercices d'étirement et de renforcement de l'avant-bras; d) conseils indiquant de rester actif et modification de l'ergonomie et des activités afin d'éviter la provocation des symptômes. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée. b, c, d Interventions à domicile et en milieu clinique : 1. technique faisant appel à l'énergie musculaire; 2. relâchement myofascial; 3. bracelet orthopédique (épicondylite latérale); 4. exercices d'étirement et (ou) de renforcement à la maison; 5. soins multimodaux qui comprennent une combinaison des interventions suivantes (si elles n'ont pas été effectuées pendant les trois premiers mois de soins) : a) manipulation ou mobilisation du coude; b) massage en profondeur des tissus; c) exercices d'étirement et de renforcement de l'avant-bras; d) conseils indiquant de rester actif et modification de l'ergonomie et des activités afin d'éviter la provocation des symptômes. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.1.3). e Interventions proscrites : neurostimulation transcutanée; bracelet orthopédique jumelé à un traitement physique multimodal (épicondylite latérale). Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.1.4). e Interventions proscrites : neurostimulation transcutanée; bracelet orthopédique jumelé à un traitement physique multimodal (épicondylite latérale). Personne rétablie Personne non rétablie : Donner congé. Rétablissement incomplet Lancer le protocole en cas de symptômes persistants. Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) Personne rétablie Donner congé. Personne non rétablie : Rétablissement incomplet Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : antécédents de traumatisme important; antécédents d'arthrite inflammatoire; antécédents de perte de poids importante inexpliquée; fièvre; articulations enflées et douloureuses; signes et symptômes neurologiques progressifs/généralisés; douleur aigüe et incessante la nuit; douleur généralisée inexpliquée; douleur incessante au repos. b En cas d'épicondylite médiale, il convient de prendre des précautions particulières pour protéger le nerf cubital. c Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. d L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. e S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

15 Cheminement clinique pour la prise en charge des épicondylites Personnes blessées dans une collision routière qui souffrent d'une épicondylite. 1 2 Effectuer une évaluation clinique appropriée. 4 Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a? 3 6 Autres bl essures? 5 Consulter les cheminements cliniques appropriés et procéder à une prise en charge conjointe. 7 Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution de l'épicondylite en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. Un traitement est-il requis? Symptô mes 3 mois? 10 Symptômes 3 mois À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques cidessous est recommandée b, c, d. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) bracelet orthopédique (épicondylite latérale); 2) soins multimodaux comprenant ce qui suit : a) manipulation ou mobilisation du coude; b) massage en profondeur des tissus; c) exercices d'étirement et de renforcement de l'avant-bras; d) conseils indiquant de rester actif et modification de l'ergonomie et des activités afin d'éviter la provocation des symptômes. Interventions proscrites e : 1) neurostimulation transcutanée; 2) bracelet orthopédique jumelé à un traitement physique multimodal (épicondylite latérale). Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.1.3). À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée b, c, d. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) technique faisant appel à l'énergie musculaire; 2) relâchement myofascial; 3) bracelet orthopédique (épicondylite latérale); 4) exercices d'étirement et (ou) de renforcement à la maison; 5) soins multimodaux comprenant la combinaison de ce qui suit (s'ils n'ont pas été prodigués pendant les trois premiers mois de soins) : a) manipulation ou mobilisation du coude; b) massage en profondeur des tissus; c) exercices d'étirement et de renforcement de l'avant-bras; d) conseils indiquant de rester actif et modification de l'ergonomie et des activités afin d'éviter la provocation des symptômes. Interventions proscrites e : 1) neurostimulation transcutanée; 2) bracelet orthopédique jumelé à un traitement physique multimodal (épicondylite latérale). Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.1.4).

16 La personne rétablie après trois mois? La personne rétablie? ) Rétablissement incomplet : lancer le protocole en cas de symptômes persistants (encadré 13). 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : consulter un médecin. 1) Rétablissement incomplet : consulter un médecin. 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : antécédents de traumatisme important; antécédents d'arthrite inflammatoire; antécédents de perte de poids importante inexpliquée; fièvre; articulations enflées et douloureuses; signes et symptômes neurologiques progressifs/généralisés; douleur aigüe et incessante la nuit; douleur généralisée inexpliquée; douleur incessante au repos. b En cas d'épicondylite médiale, il convient de prendre des précautions particulières pour protéger le nerf cubital. c Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. d L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. e S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

17 Guide de référence rapide Prise en charge des douleurs à l'épaule Symptômes 3 mois après la collision Symptômes > 3 mois après la collision Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de douleurs à l'épaule : éliminer les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a ; fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs à l'épaule en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée. b, c Interventions à domicile et en milieu clinique : 1. traitement au laser à faible intensité pour le soulagement de la douleur à court terme; 2. manipulation et mobilisation de la colonne en complément aux soins habituels pour des douleurs à l'épaule entraînant une douleur à la colonne cervico-thoracique ou le mouvement restreint de celle-ci; 3. soins multimodaux comprenant ce qui suit : a) chaleur/froid; b) mobilisation de l'articulation; c) exercices d'amplitude articulaire. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.2.3). d Interventions proscrites : fibrolyse diacutanée; ultrasons; électrothérapie à courants interférentiels. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée. b, c Interventions à domicile et en milieu clinique : 1. traitement au laser à faible intensité pour le soulagement de la douleur à court terme; 2. exercices d'étirement et de renforcement; 3. soins de médecine générale habituels (renseignements, recommandations et traitement pharmaceutique ou médical éventuel de la douleur); 4. manipulation et mobilisation de la colonne en complément aux soins habituels pour des douleurs à l'épaule entraînant une douleur à la colonne cervicothoracique ou le mouvement restreint de celle-ci; 5. exercices combinés et supervisés d'étirement et de renforcement; 6. soins multimodaux qui comprennent une combinaison des interventions suivantes (si elles n'ont pas été effectuées pendant les trois premiers mois de soins) : a) chaleur/froid; b) mobilisation de l'articulation; c) exercices d'amplitude articulaire. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.2.4). d Interventions proscrites : fibrolyse diacutanée; thérapie par ondes de choc; mobilisations cervicales; soins multimodaux comprenant une combinaison d'exercices, de mobilisation, de bandages, d'interventions psychologiques et de massage; ultrasons; électrothérapie à courants interférentiels. Personne rétablie Donner congé. Personne non rétablie : Rétablissement incomplet Lancer le protocole en cas de symptômes persistants. Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) Personne rétablie Donner congé. Personne non rétablie : Rétablissement incomplet Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) Consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : difformité, enflure ou érythème inexpliqué de la peau; faiblesse importante non attribuable à la douleur; antécédents de malignité; malignité soupçonnée (p. ex., perte de poids ou d'appétit); fièvre/frissons/malaises; déficits sensoriels/moteurs importants inexpliqués; atteinte vasculaire ou pulmonaire; incapacité d'effectuer des mouvements; douleur au repos. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

18 Cheminement clinique pour la prise en charge des douleurs à l'épaule Personnes blessées dans une collision routière qui ressentent de la douleur à l'épaule. 1 2 Effectuer une évaluation clinique appropriée. 4 Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a? 3 6 Autres blessures? 5 Consulter les cheminements cliniques appropriés et procéder à une prise en charge conjointe. 7 Fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs à l'épaule en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins. Un traitement est-il requis? Symptômes 3 mois? 10 Symptômes 3 mois

19 12 13 À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques cidessous est recommandée b, c. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) traitement au laser à faible intensité pour le soulagement de la douleur à court terme; 2) manipulation et mobilisation de la colonne en complément aux soins habituels pour des douleurs à l'épaule entraînant une douleur à la colonne cervico-thoracique ou le mouvement restreint de celle-ci; 3) soins multimodaux comprenant ce qui suit : a) chaleur/froid; b) mobilisation de l'articulation; c) exercices d'amplitude articulaire. Interventions proscrites d : 1) fibrolyse diacutanée; 2) traitement par ultrasons; 3) électrothérapie à courants interférentiels. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.2.3). À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'une ou l'autre des interventions thérapeutiques ci-dessous est recommandée b, c. Interventions à domicile et en milieu clinique : 1) traitement au laser à faible intensité pour le soulagement de la douleur à court terme; 2) exercices d'étirement et de renforcement; 3) soins de médecine générale habituels (renseignements, recommandations et traitement pharmaceutique ou médical éventuel de la douleur); 4) manipulation et mobilisation de la colonne en complément aux soins habituels pour des douleurs à l'épaule entraînant une douleur à la colonne cervico-thoracique ou le mouvement restreint de celle-ci; 5) exercices combinés et supervisés d'étirement et de renforcement; 6) soins multimodaux comprenant ce qui suit : a) chaleur/froid; b) mobilisation de l'articulation; c) exercices d'amplitude articulaire. Interventions proscrites d : 1) fibrolyse diacutanée; 2) traitement par ondes de choc; 3) mobilisations cervicales; 4) soins multimodaux comprenant une combinaison d'exercices, de mobilisation, de bandages, d'interventions psychologiques et de massage; 5) traitement par ultrasons; 6) électrothérapie à courants interférentiels. Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.2.4). La personne rétablie après trois mois? La personne rétablie? ) Rétablissement incomplet : lancer le protocole en cas de symptômes persistants (encadré 13). 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : consulter un médecin. 1) Rétablissement incomplet : consulter un médecin. 2) Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) : consulter un médecin. a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte») : difformité, enflure ou érythème inexpliqué de la peau; faiblesse importante non attribuable à la douleur; antécédents de malignité; malignité soupçonnée (p. ex., perte de poids ou d'appétit); fièvre/frissons/malaises; déficits sensoriels/moteurs importants inexpliqués; atteinte vasculaire ou pulmonaire; incapacité d'effectuer des mouvements; douleur au repos. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité. c L'ordre d'énumération des interventions ne rend pas compte d'une efficacité supérieure. d S'appuie sur des données probantes démontrant l'absence de bénéfices pour les patients.

20 Guide de référence rapide Prise en charge des douleurs à l'épaule avec ténosite ossifiante Prise en charge des ténosites ossifiantes Pour toutes les personnes blessées qui souffrent de douleurs à l'épaule avec ténosite ossifiante : éliminer les facteurs de risque relatifs aux pathologies graves a ; fournir des renseignements sur la nature, la prise en charge et l'évolution des douleurs à l'épaule avec ténosite ossifiante en tant que cadre de déploiement d'un programme de soins; effectuer une évaluation continue de l'amélioration ou de l'évolution des symptômes pendant l'intervention et aiguiller la personne en conséquence; donner son congé à la personne blessée à tout moment approprié au cours de l'intervention et du rétablissement. À la suite d'une décision prise conjointement par le patient et le fournisseur de soins, l'intervention thérapeutique ci-dessous est recommandée b. 1. Traitement par ondes de choc d'une amplitude allant de 0,08 mj/mm 2 à 0,6 mj/mm 2 Veuillez consulter la recommandation particulière pour plus de détails sur le traitement (section 6.3.2). Personne rétablie Personne non rétablie : Donner congé. Rétablissement incomplet Évolution importante des symptômes (apparition ou aggravation de symptômes physiques, mentaux ou psychologiques) a Facteurs de risque relatifs aux pathologies graves (aussi appelés «signaux d'alerte»): difformité, enflure ou érythème inexpliqué de la peau; faiblesse importante non attribuable à la douleur; antécédents de malignité; malignité soupçonnée (p. ex., perte de poids ou d'appétit); fièvre/frissons/malaises; déficits sensoriels/moteurs importants inexpliqués; atteinte vasculaire ou pulmonaire; incapacité d'effectuer des mouvements; douleur au repos. b Cette ligne directrice ne couvre pas les interventions pour lesquelles il manque des données probantes relatives à l'efficacité.

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Rééducation Posturale Globale

Rééducation Posturale Globale Rééducation Posturale Globale R.P.G. Créateur de la méthode : Philippe E. SOUCHARD France Petit guide à l attention de nos patients La Rééducation Posturale Globale est apparue en 1980 à la suite de plus

Plus en détail

A healthy decision LA DOULEUR

A healthy decision LA DOULEUR A healthy decision Mieux vivre avec LA DOULEUR Tout à propos de la douleur, de ses causes et de ses possibilités de traitement. Parlez-en avec votre médecin ou pharmacien. Contenu Qu est-ce que la douleur

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Examen d histoire de cas Cahier objectif. Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES

Examen d histoire de cas Cahier objectif. Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES Examen d histoire de cas Cahier objectif Répondre aux questions après l examen objectif LIGNES DIRECTRICES Groupe national d orthopédie de l ACP. (Cet examen ne doit pas être reproduit sans la permission

Plus en détail

LES ETIREMENTS DANS LA PRATIQUE DU TIR A L'ARC

LES ETIREMENTS DANS LA PRATIQUE DU TIR A L'ARC SBV / ASTA Schweizer Bogenschützen-Verband / Association Suisse de Tir à l'arc / Associazione svizzera di Tiro con l'arco Trainerrat / Conseil des entraîneurs / Concilio degli allenatori LES ETIREMENTS

Plus en détail

NeckTrack. Manuel d utilisation. www.healthylifefactory.com

NeckTrack. Manuel d utilisation. www.healthylifefactory.com NeckTrack Manuel d utilisation www.healthylifefactory.com NeckTrack Manuel d utilisation NeckTrack Dispositif gonflable de traction cervicale Profitez des bienfaits de la traction cervicale chez vous,

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Que faire quand on a mal au coude?

Que faire quand on a mal au coude? Que faire quand on a mal au coude? 7 étapes sont proposées dans un ordre croissant de perturbations (du moins perturbant au plus perturbant). FAIRE DES ETIREMENTS REGULIEREMENT On parle trop souvent de

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

> Exercices d'étirement au travail

> Exercices d'étirement au travail Page 1 sur 7 Accueil > Réponses SST > Ergonomie > Ergonomie au bureau - Le bureau moderne > Exercices d'étirement au travail Pourquoi est-il important de s'étirer? Que peut-on faire pour minimiser les

Plus en détail

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale

Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale Cours de la formation continue dans les thérapies manuelles Pour ceux qui veulent ajouter des techniques efficaces,

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Qu est ce que l ergonomie d un poste de travail? ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Un poste de travail ergonomique est un poste qui offre un environnement et des équipements permettant de créer

Plus en détail

LA CHRONIQUE du BIEN ETRE

LA CHRONIQUE du BIEN ETRE LA CHRONIQUE du BIEN ETRE Petit mode demploi pour se détendre le COU ET EPAULES by Greet de Ryck Pour ce mois de Mai, on abordera le sujet tensions dans les épaules et le cou ". On se sent tous crispés

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Le problème de la première ou nouvelle. céphalée. Il faudra avant tout :

Le problème de la première ou nouvelle. céphalée. Il faudra avant tout : Les céphalées Le problème de la première ou nouvelle Il faudra avant tout : céphalée Rechercher des signes d alarme Rechercher avant tout le caractère secondaire de la céphalée Signes d alarme Début après

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

La douleur est une mauvaise habitude.

La douleur est une mauvaise habitude. La douleur est une mauvaise habitude. Vous pourriez avoir envie de dire : "non, c'est impossible! Je ne peux pas me faire du mal à moi-même!" et vous auriez en partie raison. Comme exemple de douleurs

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

K I N é S I T H é R A P I E & D B C

K I N é S I T H é R A P I E & D B C KINéSITHéRAPIE & DBC KINéSITHéRAPIE & DBC Informations T (+352) 23 666-810 kine@mondorf.lu Rééducation Individuelle Le service de de Mondorf Domaine Thermal propose une gamme complète de traitements individuels

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

Les pathologies de la coiffe des rotateurs

Les pathologies de la coiffe des rotateurs Les tendinopathies de l épaule : un éventail de pathologies Frédéric Balg, MD, FRCSC Mise à Présenté dans le cadre de la conférence : L appareil locomoteur, Université de Sherbrooke, septembre 2006. j

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

La valeur probante du rapport médical. Valeur probante du rapport médical

La valeur probante du rapport médical. Valeur probante du rapport médical Et après l expertise médicale? La valeur probante du rapport médical Journée annuelle de l Arpem 2013 Tania Di Ferro Demierre, Juge à la Cour des assurances sociales du Tribunal cantonal vaudois Valeur

Plus en détail

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Winnipeg. Je suis l une des deux thérapeutes qui s occupent

Plus en détail

Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie.

Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie. www.cliniquephysioplus.com Une solution naturelle pour vous aider à vous rétablir : la physiothérapie Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie. ÉRIC GUY PHYSIOTHERAPEUTE EST : par

Plus en détail

Offre de massages. Ce massage se concentre sur les points douloureux, les tensions, les courbatures

Offre de massages. Ce massage se concentre sur les points douloureux, les tensions, les courbatures Offre de massages * Massage classique: Ce massage se concentre sur les points douloureux, les tensions, les courbatures 25 min. = 80 CHF 40 min. = 125 CHF 50 min. = 145 CHF Pour un massage plus énergique,

Plus en détail

GUIDE DES ETIREMENTS

GUIDE DES ETIREMENTS GUIDE DES ETIREMENTS http://www.exercicesdetirement.com Les étirements: Les étirements (ou stretching) sont le pont entre la vie sédentaire et la vie active. Grâce aux étirements, nous pouvons maintenir

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

le traitement de la douleur

le traitement de la douleur le traitement de la douleur Chère patiente, cher patient Vous allez bientôt être admis dans l un des hôpitaux de jour de l az groeninge en vue d un traitement de la douleur. Dans cette brochure, vous trouverez

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DES LOMBALGIES

LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DES LOMBALGIES LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE DIAGNOSTIC ET DE TRAITEMENT DES LOMBALGIES Document préparé pour la Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation des accidents au travail du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

Performance des organisations Santé au travail

Performance des organisations Santé au travail LA PRÉVENTION DES TMS ET DES ACCIDENTS DE TRAVAIL LIÉS A LA MANUTENTION DE CHARGES Centre de Gestion du Tarn et Garonne Le 4 octobre 2012 Performance des organisations Santé au travail SOMMAIRE Performance

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

TARIF: Généralités: deux traitements par jour ont été formellement prescrits par le médecin. peut facturer qu une seule fois le forfait.

TARIF: Généralités: deux traitements par jour ont été formellement prescrits par le médecin. peut facturer qu une seule fois le forfait. TARIF: Généralités: 1 Le physiothérapeute est libre de choisir les méthodes de traitement en fonction de la prescription médicale et de ses connaissances professionnelles. Sur la base de la prescription

Plus en détail

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie

La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie La médecine thermale et ses programmes de santé Fibromyalgie 1.Un peu d'histoire 2.La Médecine thermale 3.La Recherche thermale et les évaluations de l'efficacité d'une cure 4.Les nouvelles formes de prise

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

LE VISAGE AUTOTRAITEMENT MYOTHÉRAPEUTIQUE. Jocelyne Rollin

LE VISAGE AUTOTRAITEMENT MYOTHÉRAPEUTIQUE. Jocelyne Rollin LE VISAGE AUTOTRAITEMENT MYOTHÉRAPEUTIQUE Jocelyne Rollin Autotraitement myothérapeutique Table des matières Table des matières Technique Rollin 1 Autotraitement myothérapeutique Table des matières Technique

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE DOCUMENT SUPPLÉMENTAIRE 6C TDAH ET LA CONDUITE AUTOMOBILE Points clés pour les médecins à réviser avec les adolescents et adultes atteints de TDAH: Données concernant les risques: a) Des études cliniques

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

BLESSURES DE SURUTILISATION

BLESSURES DE SURUTILISATION INTRODUCTION Monsieur Sansouci est un fervent amateur de course à pied et de natation. Voulant participer à une course de 10 km dans quelques semaines, il a augmenté son volume d entraînement. Par contre,

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

SIÈGE SURFACE DE TRAVAIL

SIÈGE SURFACE DE TRAVAIL Les accidents strictement de nature «ergonomique» coûtent une fortune aux entreprises canadiennes. En effet, Statistique Canada évaluait en 1996 à 1,5 milliards de dollars les coûts annuels associés aux

Plus en détail

La céphalée compte parmi les raisons les plus fréquentes qui

La céphalée compte parmi les raisons les plus fréquentes qui Exclusivement sur le web Révision clinique Lignes directrices sur la prise en charge en soins primaires des céphalées chez l adulte Werner J. Becker MD FRCP(C) Ted Findlay DO CCFP Carmen Moga MD MSc N.

Plus en détail

FRA. Cher client, GUIDE PRATIQUE

FRA. Cher client, GUIDE PRATIQUE Cher client, Vous tenez entre vos mains le Guide pratique CefarCompex qui contient des informations spécifiques pour chaque programme de votre stimulateur. Le Guide pratique couvre l'ensemble des programmes

Plus en détail

COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE

COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE LES SYMPTÔMES DE LA FATIGUE - Maux de tête; - Douleurs musculaires; - Problèmes d appétit (absence d appétit ou augmentation); - Problèmes de sommeil (insomnie, incapacité

Plus en détail