Sécheresse et construction : les facteurs des dommages

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécheresse et construction : les facteurs des dommages"

Transcription

1 SÉMINAIRE IMPACT DE LA SÉCHERESSE SUR LES CONSTRUCTIONS 8 décembre 29 Sécheresse et construction : les facteurs des dommages Jean-Pierre Magnan Laboratoire Central des Ponts et Chaussées

2 Trois facteurs pour les dommages 1. Une sécheresse (déficit durable de pluie) 6 Mormoiron_ Pluies cumulées (mm) 1 Pluie torrentielle Les pluies sont réparties irrégulièrement dans l année 1/1/25 1/2/25 1/3/25 1/4/25 1/5/25 1/6/25 1/7/25 1/8/25 1/9/25 1/1/25 1/11/25 1/12/25

3 Des études ont montré que l on peut distinguer un semestre d hiver (pluie > ET) et un semestre d été (pluie < ET). Le sol s assèche en été et se réhumidifie en hiver. Été Hiver Janvier

4 Analyse des pluies à Carpentras Carpentras (Mormoiron) Carpentras Etés Mormoiron pluies (mm) Pluies d été et d hiver (mm) Histogramme Sécheresses connues (1967, 1979, 1989, 23). Mormoiron Été pluies (mm) Pluies d été (mm) Histogramme

5 Analyse des pluies à La Rochelle La Rochelle La Rochelle Etés La Rochelle pluies (mm) Pluies d été et d hiver (mm) Histogramme 16 La Rochelle Étés pluies (mm) Pluies d été (mm) Histogramme

6 L eau circule dans le sol : aquifères et aquitards non saturé saturé Aquitard (imperméable = débit très faible) Aquifère (perméable) Surfaces imperméables (pour l écoulement dans l aquifère)) Le débit des aquitards est environ un million de fois plus faible. L eau dans l argile se déplace lentement, même sous de fortes succions.

7 L eau dans le sol interagit avec l atmosphère NUAGES Mouvements de l humidité dans les nuages NUAGES Neige Sublimation NUAGES Pluies Transpiration Ruissellement Évaporation Évaporation R. Lac Océan Eaux usées Écoulement Eau salée Eau douce Couche peu perméable Pluies Ruissellement Évapo-transpiration Évapo-transpiration Rivière Infiltration Infiltration Neige et glace Sol non saturé Sol saturé

8 L eau dans le sol interagit avec la végétation Les variations de teneur en eau dans le sol restent limitées, mais sont plus profondes en présence d arbres. Teneur en eau w (%) Profondeur (m) Août 1992 Août 1992 (avec arbres) Août

9 2. Un sol sensible aux variations d humidité L argile a deux comportements : - elle se déforme quand on la charge - elle se déforme quand sa teneur en eau varie Charge Tassement

10 Il faut distinguer trois types de sécheresse - le manque d eau pour les besoins des villes et industries (les nappes et les rivières) (sécheresse hydrologique, concernant les aquifères) ; - le manque d eau pour l agriculture (la couche agricole, qui fonctionne comme un réservoir) ; - la sécheresse qui provoque la fissuration des maisons («sécheresse géotechnique»). couche agricole (terre végétale) sol de fondation argileux aquifère substratum marneux

11 3. Il faut enfin une construction (maison individuelle) La sécheresse provoque des mouvements différentiels des sols argileux sous les fondations des maisons. Si les maisons sont fragiles, elles peuvent se fissurer. couche agricole (terre végétale) sol de fondation argileux La végétation aggrave aquifère substratum marneux

12 Exemple de fissuration d angle Le tassement du sol sous une partie d une maison peut l endommager un exemple

13 Éléments d analyse

14 En résumé : les facteurs des dommages de sécheresse - la structure de la construction - le comportement du sol - le type de fondation - Les facteurs de variation de l état hydrique du sol : pluies, température, végétation Structure avec chaînages Protection périphérique (trottoir) Fondation superficielle Sols sensibles aux variations de teneur en eau (retrait et gonflement) Zone de succion d eau par les racines

15 Les recherches des dernières années ont traité de tous ces facteurs : le fonctionnement et la réparation des constructions sur des sols de fondations qui tassent de façon inégale (Axe A d ARGIC), la caractérisation des terrains argileux naturels (Axe B d ARGIC), la modélisation et la prévision du climat, de l interaction sol-végétation-atmosphère (Axe C d ARGIC).

16 Je vous remercie de votre attention

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie Tunisie : la triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» 65 La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie par Monsieur Abdelkader Hamdane Ancien directeur général

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE

CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE CHAPITRE 2 : DIAGNOSTIC CLIMATIQUE CAA - Elaboration du PLU Durable - Diagnostic 213 I. INTRODUCTION Le réseau de l Association Climatologique de la Moyenne Garonne et du Sud-Ouest (ACMG) fonctionne depuis

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables.

DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU. Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables. DEPARTEMENT D ILLE ET VILAINE COMMUNE DE MONTFORT SUR MEU 1 Inventaire des zones humides sur les futures parcelles urbanisables Annexe jointe : atlas cartographique Septembre 2009 2 Etude réalisée par

Plus en détail

1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations

1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations LE RETR AIT-GON FLEMENT DES ARGI LES / 1 1 / Un phénomène naturel et un risque sérieux pour les habitations On qualifie de risque géologique tout incident catastrophique engendré suite à des phénomènes

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE

LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 6 Lyon (France) LES EFFETS DE LA SECHERESSE SUR LES CHAUSSEES A FAIBLE TRAFIC DANS LA REGION CENTRE Yasmina BOUSSAFIR Laboratoire

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques Toiture verte Qu est ce qu une toiture verte? Une toiture verte est une toiture couverte avec des plantes. La végétation d une toiture verte est choisie dans des sortes de plantes qui résistent bien aux

Plus en détail

Note récapitulative sur les méthodes de diagnostic hydrique des cultures ( DHC), en zone semi-aride, appliquées au bilan hydrique agrométéorologique

Note récapitulative sur les méthodes de diagnostic hydrique des cultures ( DHC), en zone semi-aride, appliquées au bilan hydrique agrométéorologique Note récapitulative sur les méthodes de diagnostic hydrique des cultures ( DHC), en zone semi-aride, appliquées au bilan hydrique agrométéorologique (algorithme d Eagleman). S O M M A I R E 1._ RAPPELS.

Plus en détail

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta

L eau, sa pollution, et son traitement. René Moletta L eau, sa pollution, et son traitement René Moletta «Moletta Méthanisation» 1504 Route des Bottières 73470 Novalaise (France) e mail : rene.moletta@yahoo.fr nota bene : Toute mise en œuvre de ce qui est

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit Toiture-jardin potager Optigreen Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Avec les

Plus en détail

ANNEXE 3. Description des phénomènes de retrait-gonflement des sols argileux et de leurs conséquences

ANNEXE 3. Description des phénomènes de retrait-gonflement des sols argileux et de leurs conséquences ANNEXE 3 Description des phénomènes de retrait-gonflement des sols argileux et de leurs conséquences Le phénomène de retrait-gonflement concerne exclusivement les sols à dominante argileuse. Ce sont des

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux

Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux CHRETIEN M. *,**, LATASTE J-F. *, FABRE R. * * Université Bordeaux 1- Laboratoire GHYMAC ** B.E Ingénierie Géotechnique

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

LIFE07 ENV /FR/000173. Guide d utilisation du modèle SEMEAU. Ref N : SQERRE/E&RE/R096/12_SR

LIFE07 ENV /FR/000173. Guide d utilisation du modèle SEMEAU. Ref N : SQERRE/E&RE/R096/12_SR LIFE07 ENV /FR/000173 Guide d utilisation du modèle SEMEAU Ref N : SQERRE/E&RE/R096/12_SR Juin 2012 Table des matières 1 Les spécificités du modèle développé... 1 2 Structure générale du modèle... 3 2.1

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Les toitures vertes Les Isnes 25 février 2014 Benoît Michaux ir. Chef-Adjoint de la division Enveloppe du bâtiment et

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

Quel est le lien entre toutes ces énergies????

Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Quel est le lien entre toutes ces énergies???? Comment l Homme utilise l énergie lumineuse? A. Une inégale répartition de l énergie solaire en fonction de la latitude Manuel Nathan seconde Répartition

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

LES TOITURES VERTES RÉSULTATS ET VALORISATION DE LA RECHERCHE MENÉE AU CSTC

LES TOITURES VERTES RÉSULTATS ET VALORISATION DE LA RECHERCHE MENÉE AU CSTC Avec la collaboration de la guidance technologique Eco construction et développement durable de la Région de Bruxelles Capitale subsidiée par l Institut Bruxellois pour la Recherche et l Innovation (InnovIRIS)

Plus en détail

Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune

Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Bouleversements climatiques : nous n avons pas d ours polaire, mais nous sommes concernés. En 2013,

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa 1 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SOUSS MASSA - AGADIR 2 CONTEXTE GEOGRAPHIQUE REGION DU SOUSS MASSA ET DRAA 5 provinces et préfectures 30.000 km2 1,9 Millions

Plus en détail

Module pour Champs - Ecole des Producteurs

Module pour Champs - Ecole des Producteurs Module pour Champs - Ecole des Producteurs Gestion de l eau de pluie au niveau de l exploitation agricole 1 Dans les systèmes pluvieux (sans irrigation) les précipitations sont la principale source de

Plus en détail

PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR

PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR PLANS CLIMAT NICE / NICE COTE D AZUR Atelier GT 4 - Vulnérabilités du territoire 13 décembre 2011 2 ORDRE DU JOUR DE L ATELIER 4 Tour de table des participants Organisation des ateliers Définition et périmètre

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD Gestion des terres et des ressources en eau 1. Les présentes lignes directrices 1 ne constituent pas un manuel de gestion des ressources naturelles mais exposent certains problèmes décisifs et les concepts

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Suivi annuel des variations de l humidité du sol à l aide de sondages Schlumberger

Suivi annuel des variations de l humidité du sol à l aide de sondages Schlumberger Suivi annuel des variations de l humidité du sol à l aide de sondages Schlumberger Pascal BRUNET (1), Christophe BOUVIER (1), Jean Louis PERRIN (1), Henri ROBAIN (2) (1) HSM, Université Montpellier 2,

Plus en détail

Les fiches présentées, fonctionnent exclusivement sur le principe de l infiltration des eaux pluviales.

Les fiches présentées, fonctionnent exclusivement sur le principe de l infiltration des eaux pluviales. DES SOLUTIONS A L ECHELLE DE LA PARCELLE Par alternatives, on entend l ensemble des techniques qui viennent se substituer au concept de collecte et à celui du tout au réseau. L objectif n est alors plus

Plus en détail

Chaux pour le traitement des sols

Chaux pour le traitement des sols Chaux pour le traitement des sols 1. Qu entend-on par traitement des sols à la chaux? Le traitement à la chaux des sols trop humides et/ou trop plastiques,tels les sols argileux ou limoneux, est une solution

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste Les toitures vertes Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine Bernard Capelle - Architecte Paysagiste 1 Contexte historique; références des toitures naturellement végétalisées, comme ici en

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop.

Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Synthèse de l étude des pistes en gazon des hippodromes de France Galop. Document élaboré à partir de l étude Labosport (Janvier 2005) et du rapport de R. Everett (Septembre 2005). Résumé et traduction

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

Etude hydrogéologique des formations de pente et leur drainage*

Etude hydrogéologique des formations de pente et leur drainage* Etude hydrogéologique des formations de pente et leur drainage* Marcel RAT Adjoint au chef du département de géotechnique Laboratoire central des Ponts et Chaussées RÉSUMÉ La stabilisation des pentes naturelles

Plus en détail

9.1) Les problèmes créés par l'eau dans la construction sont quelquefois négligés ou

9.1) Les problèmes créés par l'eau dans la construction sont quelquefois négligés ou CHAPITRE 9 : PIÉZOMÈTRE 91)Introduction 9.1) Les problèmes créés par l'eau dans la construction sont quelquefois négligés ou souvent mal posés, quand ils ne sont pas complètement ignorés. Et pourtant,

Plus en détail

Utilisation des méthodes radar. Présentation Rincent ND Technologies

Utilisation des méthodes radar. Présentation Rincent ND Technologies Présentation PRINCIPE TECHNOLOGIQUE Technique de prospection non destructive Paramètres électromagnétiques influençant la réflexion des ondes : la permittivité diélectrique la conductivité électrique la

Plus en détail

Réfection du parc de stationnement d IMAX Lieu: Mississauga Construction: 2013

Réfection du parc de stationnement d IMAX Lieu: Mississauga Construction: 2013 Réfection du parc de stationnement d IMAX Lieu: Mississauga Construction: 2013 Étude de cas Commercial et multirésidentiel Objectifs, conception et rendement du projet Concevoir et construire un parc de

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Champ disciplinaire : Les sciences expérimentales Domaine : la matière

Plus en détail

sur 5 17/07/2008 10:15

sur 5 17/07/2008 10:15 Risques naturels Risques technologiques Dispositions Générales Responsabilités du maire Risques naturels Sommaire : > Mouvements de terrain Fiche RN4 I - Les différents types de mouvements de terrains

Plus en détail

Commune d'annet-sur-marne

Commune d'annet-sur-marne PREFECTURE DE SEINE ET MARNE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT PROJET SERVICE ETUDES ET PROSPECTIVE Commune d'annet-sur-marne ------------- Plan de Prévention des Risques Naturels prévisibles (PPR)

Plus en détail

Veillez à la structure adéquate du plancher. Choisissez le système de chauffage adéquat

Veillez à la structure adéquate du plancher. Choisissez le système de chauffage adéquat La structure et la composition d un parquet multicouche Lalegno le rendent plus adéquat qu un parquet massif pour le chauffage par le sol. Un parquet constitué de deux ou plusieurs couches est, en effet,

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Le trajet et la qualité de l eau.

Le trajet et la qualité de l eau. SCIENCES La matière Cm Le trajet et la qualité de l eau. Séances : Objectif(s) : Compétence(s) : 1 Recueillir les conceptions et connaissances initiales des élèves. Participer à un travail de groupe. Comprendre

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat quartier de la Gare à Clermont-Ferrand Compléments de diagnostic Les volumes bâtis

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat quartier de la Gare à Clermont-Ferrand Compléments de diagnostic Les volumes bâtis Compléments de diagnostic Les volumes bâtis OPAH du Quartier de la Gare à Clermont Ferrand Diagnostic ique Confort thermique et végétation urbaine Compléments de diagnostic Les volumes bâtis Méthode l

Plus en détail

VÉGÉTALISATION EXTENSIVE OXYGÉNEZ VOS TOITURES!

VÉGÉTALISATION EXTENSIVE OXYGÉNEZ VOS TOITURES! VÉGÉTALISATION EXTENSIVE OXYGÉNEZ VOS TOITURES! SOMMAIRE 02 Démarche HQE 03 Membrane d étanchéité Sarnafil T 03 Végétalisation extensive 04 Sarnavert Végétalisation extensive par semis 06 Sarnasedum Tapis

Plus en détail

ITP: 309 GLOBAL Changement Climatique Atténuation et Adaptation

ITP: 309 GLOBAL Changement Climatique Atténuation et Adaptation www.sida.se/itp GLOBAL PROGRAMME INTERNATIONAL DE FORMATION AVANCEE ITP: 309 GLOBAL Changement Climatique Atténuation et Adaptation Afrique de l Ouest Séminaire introductif à Ouagadougou au Burkina Faso:

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES CENTRES DE FORMATION A L ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE: CAS DU CRESA FORET-BOIS

LA CONTRIBUTION DES CENTRES DE FORMATION A L ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE: CAS DU CRESA FORET-BOIS UNIVERSITE DE DSCHANG FACULTE D AGRONOMIE ET DES SCIENCES AGRICOLES CENTRE REGIONAL D ENSEIGNEMENT SPECIALISE EN AGRICULTURE FORET-BOIS -------------------- LA CONTRIBUTION DES CENTRES DE FORMATION A L

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

Projet ARGIC. (Analyse du Retrait-Gonflement et de ses Incidences sur les Constructions) Projet ANR-05-PRGCU-005 Rapport final

Projet ARGIC. (Analyse du Retrait-Gonflement et de ses Incidences sur les Constructions) Projet ANR-05-PRGCU-005 Rapport final Projet ARGIC (Analyse du Retrait-Gonflement et de ses Incidences sur les Constructions) Projet ANR-05-PRGCU-005 Rapport final BRGM/RP-57011-FR mai 2009 Projet ARGIC (Analyse du Retrait-Gonflement et de

Plus en détail

La toiture végétalisée la plus intelligente au monde!? Toiture à rétention d eau type Méandres Optigreen. Diminution du pic de débit jusqu à 99 %

La toiture végétalisée la plus intelligente au monde!? Toiture à rétention d eau type Méandres Optigreen. Diminution du pic de débit jusqu à 99 % La toiture végétalisée la plus intelligente au monde!? Toiture à rétention d eau type Méandres Optigreen Diminution du pic de débit jusqu à 99 % Végétalisation de toiture : retenue d eau et écoulement

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Avant d aller à la recherche d un terrain

Avant d aller à la recherche d un terrain Choisir un terrain Bien choisir un terrain pour construire une maison solide Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité de la construction.

Plus en détail

le chauffage électrique

le chauffage électrique LE CHAUFFAGE RAYONNANT ELECTRIQUE ECONOMIQUE ECOLOGIQUE le chauffage électrique Thermalu Sol chauffage rayonnant Thermalu Bicalendal chauffage rayonnant Thermalu Déneigement Thermalu Plafond chauffage

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

APPLICATIONS SPATIALES LIÉES AUX PRIORITÉS GOUVERNEMENTALES ET AUX ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES

APPLICATIONS SPATIALES LIÉES AUX PRIORITÉS GOUVERNEMENTALES ET AUX ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES APPLICATIONS SPATIALES LIÉES AUX PRIORITÉS GOUVERNEMENTALES ET AUX ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES (Source : données et produits de RADARSAT-2 MacDonald, Dettwiller and Associates Ltd. (2008) tous droits réservés)

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL

ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL CHAPITRE 4 ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL 4.1 ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET INTERCEPTION 4.1.1 Généralités Évaporation et transpiration constituent les premiers prélèvements du

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

Projet AGEPP à Lavey (VD) De la turbine à la pisciculture, une valorisation optimale de l'énergie géothermique

Projet AGEPP à Lavey (VD) De la turbine à la pisciculture, une valorisation optimale de l'énergie géothermique Projet AGEPP à Lavey (VD) De la turbine à la pisciculture, une valorisation optimale de l'énergie géothermique Gabriele Bianchetti Directeur ALPGEO Sàrl Sierre Responsable du module "Exploration géothermique"

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

VALORISER LES RESSOURCES DU SOUS-SOL GENEVOIS

VALORISER LES RESSOURCES DU SOUS-SOL GENEVOIS VALORISER LES RESSOURCES DU SOUS-SOL GENEVOIS www.geothermie2020.ch LES ENJEUX POUR GENÈVE LES SOURCES D ÉNERGIE À GENÈVE Energies fossiles Energies renouvelables Phase 1 Prospection préliminaire Phase

Plus en détail

Indices agroclimatiques

Indices agroclimatiques Indices agroclimatiques pour faciliter la prise de décision en agriculture Dominique Plouffe, Gaétan Bourgeois, René Audet Marie-Pier Lepage Indices agroclimatiques ± 1920 : apparition de l agrométéorologie

Plus en détail