Constitution du dossier de protection

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Constitution du dossier de protection"

Transcription

1 Constitution du dossier de protection 57

2 Le dossier de protection a un rôle multiple : il sert lors de la procédure de protection dont il constitue la première pièce justificative ; il rassemble une documentation sur l'édifice et sert de base pour une future étude préalable. Dans le cas d une nouvelle protection, il s agira d un dossier complet, établi en suivant les principes définis ci-dessous. Dans le cas d une extension de protection, le dossier s attachera à compléter et actualiser le dossier déjà existant, tant sur le plan historique qu administratif. Il présentera plus précisément les motivations du réexamen et les parties concernées par l extension. Le dossier de protection se compose de deux parties : le dossier historique qui contient tous les éléments d'ordre historique, archéologique et descriptif permettant à la C.R.P.S. ou à la Commission supérieure de se prononcer en toute connaissance de cause sur l'intérêt de l œuvre au regard de l'histoire ou de l'art. Ce dossier est fermé car il fait état de la connaissance au moment de la procédure. En cas de contentieux ultérieur, ses éléments peuvent servir à apporter une réponse sur le bien-fondé de la protection. Toutes les pièces complémentaires non intégrées à ce dossier, ainsi que la documentation ajoutée postérieurement, seront conservées ailleurs, dans la partie «documentation» du dossier général de l édifice. le dossier administratif qui contient toutes les pièces administratives et juridiques indispensables à la procédure de protection. Le dossier de protection doit être établi en trois exemplaires au moins qui pourront être soumis simultanément à l'avis requis des instructeurs et qui seront à terme archivés à la C.R.M.H., à la section de documentation des immeubles protégés de la direction de l architecture et du patrimoine et au service départemental d'architecture et du patrimoine. Des exemplaires supplémentaires du dossier historique peuvent être prévus pour la commune, le propriétaire, l architecte en chef. D une manière générale, une diffusion plus large de ce dossier est préconisée, par divers moyens, dont le courrier électronique. Pour éviter la disparition ou le déclassement des pièces, il est recommandé de relier le dossier, soit au moment de sa constitution, soit au moment de son archivage. 59

3 DOSSIER HISTORIQUE Les dossiers historique et administratif, dont les pièces seront clairement identifiées et méthodiquement classées, s ouvriront chacun par un sommaire dûment renseigné. 60

4 Département/Commune Edifice Auteur du dossier: Titre: Date: Dossier historique Sommaire Pièce n Titre Nombre de documents 1 Fiche signalétique 2 Synthèse historique et architecturale (ou archéologique) 3 Conclusions historiques 4 Description 5 Références documentaires 6 Annexes a) b) c) d) e) f) g) h) i) 7 Illustrations graphiques a) Plan de situation b) Plan cadastral c) Plan masse d) Plan chronologique e) Plans et relevés f ) Documents figurés g) Autres 8 Schémas des prises de vue Illustrations photographiques 61

5 1 - Fiche signalétique (notice Agrippa) La fiche signalétique constitue la carte d'identité de l'édifice. Les renseignements, très sommaires, qu'elle contient - type d'édifice, datation, localisation - doivent à la fois permettre d'identifier l'édifice dans un but de gestion, mais également fournir les éléments statistiques nécessaires à une politique raisonnée de protection et permettre l'édition des listes départementales d'immeubles protégés. Pour répondre à ces buts, la fiche signalétique est informatisée dans la base Agrippa, dans laquelle elle constitue l'identifiant du monument indispensable à la gestion régionale. Son édition pour le dossier de protection est préprogrammée: «Fiche signalétique du dossier» dans «Documents» de «Demandes de protection». Basculée dans l'ordinateur central du Ministère de la Culture, elle vient enrichir le fichier des immeubles protégés de la base Mérimée (domaine Monuments historiques) où elle peut être utilisée à la fois pour la recherche documentaire, les traitements statistiques et les éditions informatiques. 62

6 Fiche signalétique Département: Commune: Autre(s) commune(s): Canton: Arrondissement: Appellation: Appellation actuelle: Autre(s) appellation(s) 1ère thématique: 2nde thématique: Réf. archéo.: Réf. invent. Réf. Mérimée: Localisation Adresse: Lieu-dit ou secteur urbain: Précisions sur la localisation: Références cadastrales: Milieu d'implantation: Cours d'eau: Site, secteur ou zone de protection: Désignation Clé édifice: Dénomination de l'édifice: Précision sur la dénomination: Genre du destinataire: Destinations successives et actuelle: Source de l'énergie: Historique et description Datation: Datation secondaire: Datation en années: Auteur de l'oeuvre: Synthèse historique et architecturale: Technique du décor porté: Etat de conservation: Propriétaire(s) et affectataire(s) Statut de la propriété: Précisions sur la propriété: Nom: Adresse: Affectataire: Téléphone: Télécopie: Commentaire: Précisions sur l'affectataire: Visites Ouverture au public : 63

7 2 - Synthèse historique et architecturale (ou archéologique) Conclusion du dossier historique, la synthèse historique et architecturale (ou archéologique) a pour objectif de faciliter une prise de connaissance rapide des caractéristiques principales du monument et d élargir l analyse pour permettre de mieux apprécier la valeur intrinsèque de l œuvre. C est pour faciliter la consultation du dossier que cette partie est placée juste après la fiche signalétique alors qu elle aurait dû suivre logiquement les conclusions historiques et la description. Contenu Elle résume brièvement les données historiques et architecturales développées dans les parties III et IV du dossier historique. Elle reprend par exemple la ou les dates de la construction, les noms des auteurs, ceux des commanditaires. Elle évoque le parti général et les éléments les plus remarquables de l édifice. Elle cherche à placer l œuvre dans son contexte historique et géographique, à établir les comparaisons et les hiérarchies nécessaires avec le patrimoine connu, déjà protégé ou simplement étudié. Cette démarche comparative aboutit à dégager les qualités et les faiblesses de l édifice, permet d apprécier sa rareté ou sa représentativité, de mesurer enfin son importance et sa valeur. Les critères objectifs qui justifient la protection du monument ou, a contrario, les éléments qui jouent en sa défaveur sont donc exprimés ici. En conclusion de cette partie, peut être sommairement suggérée la mesure de protection que l édifice mérite dans l idéal, selon l auteur du dossier, en faisant abstraction de tous les paramètres de faisabilité qui sont développés dans la «note sur la protection de l édifice» contenue dans le dossier administratif. Utilisation La synthèse historique et architecturale (ou archéologique) est destinée à un large usage et communicable sans restriction. Usage dans la procédure de protection: - reprise possible comme fiche de présentation communiquée aux membres de la C.R.P.S. - utilisation comme canevas du rapport devant les commissions - reprise éventuelle comme partie du procès-verbal de séance. Usage documentaire à plus long terme: - mise à disposition des chercheurs et du public - alimentation de bases de données, notamment Agrippa (champ «synthèse historique et architecturale» de la fiche signalétique, à intégrer à la fin de la procédure quelle qu en soit l issue) et Mérimée, ou de sites Internet. Présentation Pour autoriser ces multiples usages, cette note doit être rédigée dans un style plus soigné que les parties 3 et 4 du dossier historique. Afin de lui conserver son efficacité, on veillera à ce que sa longueur ne soit pas excessive, une page dans la plupart des cas. 64

8 3 - Conclusions historiques Les conclusions sur l'histoire de l œuvre ne sont pas un simple historique, c'est-à-dire la présentation des informations données soit par la documentation, soit par les marques et inscriptions trouvées sur l œuvre. Elles établissent la synthèse des informations historiques fournies par les documents et des hypothèses de datation nées de l'examen de l œuvre. On les rédige donc en général après le chapitre de la description, même si, pour la clarté du propos, on les présente avant dans le dossier historique. Il est évidemment essentiel de distinguer clairement les renseignements fournis par les sources historiques des hypothèses inspirées par l œuvre. Le dossier retrace l'histoire de l'immeuble, sa construction et son évolution, et non l'histoire des événements qui s'y sont déroulés ou des familles qui l'ont détenu. Il est toutefois utile de citer les événements qui contribuent à éclairer indirectement l'histoire du bâti. Une telle remarque générale, valable dans tous les cas pour le patrimoine traditionnel, souffre bien sûr des exceptions: - pour certains «lieux de mémoire», la relation de l'événement considéré ou l'évocation du lien entre le lieu et le personnage célèbre l'emportent sur l'intérêt intrinsèque du bâtiment. - pour le patrimoine vernaculaire, l'historique se réduit souvent à très peu de chose par défaut de documentation. Cette absence de références ne pose pas forcément problème: pour le patrimoine dit «ethnologique», la description des techniques de travail, déduites du matériel en place ou de ses vestiges, présente généralement un plus grand intérêt que l'histoire des murs. La recherche historique préalable conduit souvent à établir la chronologie de la propriété. En dépit de l'intérêt qu'elle offre pour les recherches futures, une telle chronologie n'a pas sa place dans l'historique du monument. Si elle est d'un grand intérêt, elle peut être intégrée dans les annexes du dossier. Au cas contraire, la citation précise des sources dans le chapitre «documentation» doit suffire. Le plan de l'historique suit l'ordre chronologique. Les édifices antérieurs détruits sont évoqués et si nécessaire étudiés, notamment en raison de l'intérêt qu'ils présentent pour l'archéologie. Leur prise en compte peut conduire à l extension de la protection à d autres parcelles en tant que réserve archéologique. Pour l'édifice actuel, on s'intéresse à la fois aux dates et aux circonstances de la construction, aux maîtres de l'ouvrage, aux maîtres de l œuvre, aux autres artistes ayant contribué à la construction ou la décoration. Une grande attention est portée aux campagnes successives de reconstruction, modification ou restauration et aux phases de démolition ou de dégradation. Leur connaissance précise doit permettre de jeter un pont entre la protection et la restauration et d'offrir un point de départ aux études préalables des architectes du service. Le dossier de protection ne doit pas néanmoins se confondre avec une étude préalable qui nécessite des recherches plus approfondies et demande un réexamen des sources historiques et du monument. L'histoire des édicules et immeubles par nature contenus dans le monument doit être retracée dans ce chapitre, voire celle d'immeubles par destination importants (ex. les dates de construction de l'orgue, de l'exécution des stalles ou des lambris, qui peuvent être des points de repère importants pour comprendre l'édifice). Rédaction: l'historique est rédigé dans un style très concis, voire télégraphique. Il est cependant nécessaire de faire apparaître une hiérarchie mettant en relief les campagnes principales par rapport aux travaux secondaires. 65

9 Justifications : les références précises, documentaires (bibliographie, sources, documents graphiques anciens) ou relevées sur le terrain (inscriptions, dates portées) sont toujours mentionnées en note. Termes d'architecture : se référer à J.-M. Pérouse de Montclos, Vocabulaire de l'architecture, Paris, imprimerie nationale, 1972, réédition Pour les jardins, M-H. Benetière, Jardin : vocabulaire typologique et technique, Paris, Monum, éditions du Patrimoine, Pour qu'il y ait un lien entre le langage des documents et celui de la description, le terme du document cité entre guillemets est suivi d'une traduction entre crochets. Ex. construction du «chevet» [c'està-dire le chœur]. Maître de l'ouvrage et maître de l œuvre: réserver l'emploi de la préposition par au maître de l œuvre et de la préposition pour au maître de l'ouvrage. (ex. église de la Sorbonne construite par Lemercier pour Richelieu). Styles: les références stylistiques (roman, gothique, etc.) n'ont pas de signification chronologique précise, elles ne peuvent donc remplacer une datation. Datation: la datation est formulée en tenant compte du sens précis des mots et locutions suivants: en 1515 : oeuvre exécutée au cours de l'année 1515 de 1515 à 1540 : oeuvre commencée dans l'année 1515, achevée dans l'année 1540 commencé en 1515: oeuvre commencée dans l'année 1515 achevé en 1515 : oeuvre achevée dans l'année 1515 en cours en 1515 : oeuvre en cours de réalisation pendant l'année 1515 entre 1515 et 1540: oeuvre n'ayant pu être commencée avant l'année 1515 (terminus ante quo) et être terminée après l'année 1540 (terminus post quem) après 1515 : oeuvre n'ayant pu être exécutée avant l'année 1515 (terminus ante quo) avant 1515 : oeuvre n'ayant pu être exécutée après l'année 1515 (terminus post quem) vers 1515 : oeuvre exécutée autour de l année

10 4 - Description l. Situation - milieu naturel - milieu construit - milieu économique et social 2. Composition d'ensemble - distribution générale des espaces libres et des volumes - parti de plan d'ensemble - parties constituantes - clôtures et entrées 6. Couvertures - genre - forme - charpente - accessoires 7. Distribution intérieure - répartition des fonctions - communications - pièces - escaliers 3. Matériaux (gros œuvre, sols et couvertures) - nature - taille ou fabrication - mise en oeuvre - localisation 4. Structure - parti de plan - nombre et emplacement des divisions - nature des ouvrages formant les divisions de structure et le couvrement - structure des murs - nature, plan et emplacement des supports et des organes de stabilité - décor - fondations 8. Les jardins - généralités - inscription dans le site - composition - éléments construits - éléments végétaux - usages du jardin 5. Elévations - parti de la composition - divisions structurelles - distribution des pleins et des vides - baies - supports verticaux - décor 67

11 La description est un constat objectif de l'état actuel du monument étudié. Font partie de ce constat deux éléments de nature à orienter les conclusions: - l'observation de reprises qui permettent d'établir les conclusions sur la datation du monument. Sans manquer à l'objectivité, on peut aller jusqu'à constater l'antériorité d'une partie sur une autre (ex. recouvrement d'une partie par l'autre). Mais on doit constater, non interpréter. - la mise en évidence des traits significatifs du monument, qui vont orienter les débats pour ou contre sa protection. Une oeuvre d'architecture est par nature un objet complexe. Par sa longueur, une description exhaustive de chaque détail a tendance à faire perdre de vue l'essentiel. La description par le texte doit donc être à la fois concise et hiérarchisée de manière à porter l'accent sur les éléments les plus significatifs. La description n'est pas uniquement textuelle; elle combine le texte, la photographie et le relevé graphique. Chaque élément doit être perçu à sa spécificité: Le relevé rend surtout compte des organisations internes (situation, composition d'ensemble, structure, distribution). La photographie enregistre les apparences (élévations, décor). Le texte a trois buts essentiels: légender les images pour préciser leur contenu (ex. plan d'ensemble avec les légendes indiquant la fonction de chaque bâtiment), signaler les reprises dans la construction permettant d'établir une chronologie relative, souligner les traits significatifs de l œuvre. Le texte doit exclure le style littéraire au profit d'un langage plus technique, concis, voire télégraphique. Pour certaines parties comme le plan d'ensemble ou la distribution, il peut se limiter aux légendes des illustrations. Pour le vocabulaire technique, se référer comme pour les conclusions historiques au Vocabulaire de l'architecture et au Vocabulaire du jardin. L'ensemble des données à prendre théoriquement en compte lors de l'examen d'un édifice sont les suivantes. Cependant seuls les éléments qui déterminent fortement la construction doivent être retenus dans la description. En règle générale, une petite partie des éléments listés ci-après est réellement significative. Contenu théorique de la description Le contenu théorique de la description d'un édifice peut se résumer ainsi: 1. Situation 2. (Composition d'ensemble) 3. Matériaux 4. Structures 5. Elévations (intérieures et) extérieures 6. Couvertures 7. (Distribution intérieure) Ce plan se prête à toutes sortes d'adaptations: les titres entre parenthèses peuvent être supprimés: ils correspondent à des développements qui ne s'imposent pas dans toutes les descriptions (par exemple, il n'y a pas toujours lieu de parler de la distribution intérieure d'une église). les titres peuvent être regroupés. Il n'est pas toujours possible, ni même souhaitable, de distinguer la description de la situation de celle de la composition d'ensemble, celle des structures de celle des élévations intérieures, etc. la description de la distribution intérieure (7) peut être placée avant celle des élévations (5). 68

12 l'exposé de la composition d'ensemble peut introduire de nouveaux titres désignant les bâtiments, corps de bâtiments ou ouvrages d'architecture, et renvoyant en sous-titres les autres divisions du plan théorique: - situation et composition d'ensemble - matériaux - logis - structures - etc... - chapelle - structures - etc... - communs - structures - etc... ou - situation et composition d'ensemble - logis - matériaux - structures - etc... - chapelle - matériaux - structures - etc... - communs - matériaux - structures - etc... Ce plan est d'abord un fil conducteur, un guide mnémotechnique pour le rédacteur et un repère pour l'utilisateur du dossier. Mais surtout, il doit refléter l'organisation théorique de l œuvre architecturale. Pour garder ce caractère, sa structure doit rester souple. 1. La situation La situation d'un monument est le jeu des relations réciproques de l'édifice et de son milieu. Elle ne se résume pas à sa localisation, ensemble de coordonnées permettant de retrouver l œuvre. 1. Situation - milieu naturel - relief - sols - hydrographie - végétation - orientation - milieu construit - relations topographiques - relations architecturales - milieu économique et social Texte Légender les cartes et plans avec un commentaire très court, par exemple: «les deux caractères essentiels du relief naturel sont: un paysage fortement boisé qui isole l'édifice en ne ménageant qu'une seule perspective du côté sud (pl. I) un relief très accusé qui a entraîné la construction de plusieurs étages de soubassement sur la moitié sud du château, et la disposition désaxée des communs et du colombier (pl. II, III).» Une attention particulière doit être apportée au relief, peu lisible sur les plans. Illustrations Faire appel aux documents suivants: cartes légendées: carte IGN pour les vues éloignées, plan d'assemblage ou extrait cadastral pour les vues rapprochées. photographie aérienne : photographie verticale IGN (indispensable pour les jardins remarquables) vues d'ensemble des deux ou trois principales perspectives 69

13 2. La composition d ensemble Il n'y a de composition d'ensemble que dans les édifices présentant des espaces libres ou plusieurs bâtiments et corps de bâtiments. des photographies d'ensemble des principales parties. si l'on en trouve, des photographies aériennes, de préférence obliques. 3. Les matériaux 2. Composition d'ensemble - distribution générale des espaces libres et des volumes - parti de plan d'ensemble - parties constituantes - clôtures et entrées Texte Présenter les illustrations en légendant les plans et les photographies: «Trois bâtiments principaux : logis du château, communs, ferme (pl. IV, fig. 1). Au nord, le logis du château (pl. IV, A, fig. 2), précédé au sud d'une cour entourée par les communs (pl. IV, B, fig. 3). A l'est de la cour, la ferme (pl. IV, C). Un jardin (pl. IV, D, fig. 5) s'étend au nord des bâtiments. Deux accès sur la route: le portail principal (pl. IV, B 1, fig. 7), à l'entrée de la basse cour et le portail de la ferme (pl. IV, C.3). La ferme communique avec la basse-cour par un passage couvert (pl. IV, B 4). Communs (pl. IV, B) : 1. logements, 2. écuries, 3. remises. Ferme (pl. IV, C) : 4. logis du fermier, 5. étable, 6. grange. Jardin (pl. IV, D): 7. orangerie.» Illustrations Outre celles du chapitre précédent, sont nécessaires : un plan-masse légendé (éventuellement fait à partir d'un extrait cadastral agrandi) avec, si possible, l'indication des toits afin d'identifier les principaux bâtiments et corps des bâtiments. Les limites du fonds historique doivent être soulignées. Les matériaux du gros œuvre et de la couverture sont examinés ensemble. Les matériaux du secondoeuvre, en revanche, doivent être décrits avec les parties qu'ils constituent. Les sols posent un problème particulier. Ils sont en principe décrits avec l'espace intérieur dans le chapitre «distribution». Cependant, les sols des bâtiments à vaisseaux peuvent être analysés ici. Dans le cas où ils auraient une représentation, ils suivent la règle applicable à tout le décor immeuble par nature (ex. dessin pour une mosaïque). 3.Matériaux (gros œuvre, sols et couvertures) - nature - taille ou fabrication - mise en oeuvre - localisation Texte Nommer successivement les matériaux et leur mise en oeuvre. Insister éventuellement sur ce qui peut signaler une reprise dans la construction. Illustrations Sauf cas particulier, pas d'illustration spécifique : on se sert des photographies des autres chapitres. 70

14 4. La structure Le parti de structure distingue deux grandes familles de bâtiments : les bâtiments à vaisseaux, dont l'espace intérieur est organisé par de grandes divisions montant de fond (ex. église, halle), et les bâtiments à étages, dont l'espace intérieur est divisé par des planchers ou des voûtes (ex. maison). 5. Les élévations intérieures et extérieures Après la structure, on étudie traditionnellement les élévations. Pour les bâtiments à vaisseaux, les élévations intérieures passent avant les élévations extérieures : l'étude des élévations intérieures doit en effet suivre l'étude de la structure, car ces élévations sont solidaires de la structure. 4. Structure - parti de plan - nombre et emplacement des divisions - nature des ouvrages formant les divisions de structure et le couvrement - structure des murs - nature, plan et emplacement des supports et des organes de stabilité - décor - fondations Texte Pour les bâtiments à étage, il est essentiel de noter: les divisions en profondeur (simple ou double en profondeur), le nombre des étages et leur nature (étage de soubassement, sous-sol, étage en surcroît ), les couvrements voûtés, leurs supports et leur contrebutement. Un bâtiment à étages n'a pas d'élévation intérieure; on traite donc uniquement des élévations extérieures. Mais il est aussi possible d'analyser la distribution des bâtiments à étages (7) avant les élévations extérieures si ce plan paraît plus logique. 5. Elévations - parti de la composition - divisions structurelles - distribution des pleins et des vides - baies - genre - forme ou structure - remplage et fermeture - supports verticaux - genre - forme ou structure - décor Illustrations Si possible: plans détaillés des différents niveaux, en particulier du principal (qui n'est pas toujours le rez-de-chaussée). A défaut, un plan schématique qui servira aussi pour la distribution, Coupes transversales et longitudinales (si elles existent), Photographies des voûtes (si elles n'apparaissent pas dans les vues d'ensemble des élévations intérieures). Texte Les photographies rendent compte des détails beaucoup mieux qu'une longue description. Mieux vaut se contenter d'un texte concis, mais analytique, mettant en valeur le parti d'organisation des façades et les thèmes du décor. Illustrations s'ils existent, relevés des élévations, photographies d'ensemble, de face si possible, vues de quelques détails des éléments caractéristiques du décor mouluré, sculpté, etc. 71

15 6. Les couvertures 7. La distribution intérieure Les éléments à analyser pour les couvertures d'un édifice relèvent d'un des titres suivants: 6. Couvertures - genre - forme - charpente - matériau - type - fermes - étrésillonnement longitudinal et enrayure - accessoires Texte : Toutes les charpentes ne méritent pas d'être analysées, en particulier les charpentes à assemblages boulonnés, les charpentes du XIX e et du XX e siècle (sauf pour un ouvrage exceptionnel). La présence de ces charpentes est signalée d'un mot (ex. nef, charpente moderne). Pour la plupart des autres charpentes, on se contente de les définir par leur type. Pour les toits, on note seulement leur forme générale et leurs accessoires, s'ils sont intéressants. Pour les bâtiments à étages, il peut paraître plus logique d'étudier au chapitre 5, avant les élévations extérieures, les deux premières parties du chapitre de la distribution (répartition des fonctions et communications). Le décor intérieur des pièces et les dispositions des escaliers restent traités à la fin de la description. 7. Distribution intérieure - répartition des fonctions - communications - pièces - désignation de la pièce - situation de la pièce, nombre et emplacement des portes et fenêtres - composition et décor de la pièce - immeubles par nature et par destination - escaliers - situation et destination - matériaux - type - cage - révolutions, volées, retours, paliers et jours - marches, limon, rampe d'appui Illustrations S'il comporte la projection des toits, le plan-masse du chapitre «composition d'ensemble» peut suffire à illustrer un monument ne présentant pas une couverture exceptionnelle. Pour les charpentes ou toits exceptionnellement intéressants, il faut en outre: s'il existe, le relevé ou schéma d'une ferme ; à défaut, une photographie. le cas échéant, des photos d'extrados de voûte en couverture, d'accessoires de toit Texte Répartition des fonctions, communications: un plan légendé (ou plusieurs) compose l'essentiel de la présentation, accompagné de quelques remarques de synthèse. Les noms d'origine (attestés) des pièces se distinguent par des guillemets des dénominations actuelles: «Logis double en profondeur. Au centre, vestibule et salon à l'italienne distribuant deux grands appartements (chambre de parade et grand cabinet à droite). Escalier principal à gauche du vestibule. A droite, appartement secondaire» 72

16 Si l'on décrit les communications, on doit suivre, autant que faire se peut, le cheminement originel du visiteur en commençant par la porte d'entrée et en finissant par les parties les plus privées du logis: «Au rez-de-chaussée, vestibule communiquant à droite avec un appartement composé de deux antichambres successives, chambre de parade, une chambre à coucher, un cabinet et une garde-robe». Pièces: sélectionner les pièces à décrire en mentionnant le décor immeuble par nature et les immeubles par destination (avec appels aux photographies). Une phrase d'introduction décrit brièvement l'état général: «Toutes les pièces ont été dénaturées (sols et menuiseries modernes, faux plafonds en carreaux de plâtre), à l'exception de» Escaliers : procéder comme pour les pièces en donnant en introduction l'idée générale et en sélectionnant les escaliers les plus intéressants. Décrire ces escaliers très succinctement, en faisant appel aux photos. Illustrations plan de distribution légendé (relevé ou, à défaut, schéma), s'ils existent, relevés particuliers en plan, coupe élévation, photographies générales de l'intérieur, photographies de détail des pièces et des escaliers intéressants, photographies de tous les immeubles par nature et par destination intéressants. 8. Les jardins Un certain nombre de dossiers de protection traitent de jardins ou de parcs, soit qu ils constituent le complément d une demeure étudiée, soit qu ils possèdent un intérêt propre. Les conseils donnés pour les conclusions historiques ou la présentation des sources documentaires s appliquent évidemment aussi aux jardins. En revanche, la méthode de description développée dans les parties précédentes est conçue pour l architecture et n est pas adaptée pour rendre compte de la totalité des aspects d un jardin. La description du jardin a deux objectifs: présenter un état des lieux aussi complet que possible, exprimer une analyse de la conception de l espace. C est bien sûr l état actuel du jardin qui est décrit, mais les vestiges ou les traces d aménagements antérieurs disparus seront soigneusement notés. Pour la description des jardins on se référera notamment à: Benetière, M.-H., Jardin: vocabulaire typologique et technique, Paris, Monum, éditions du Patrimoine, Conan, M.-H. et Brossard, S.-M., Pré-inventaire des jardins remarquables : notice d utilisation, direction de l architecture et de l urbanisme, Sousdirection des espaces protégés, (Si la D.R.A.C. n en dispose pas, se renseigner auprès de la DI.R.EN. ou du bureau des jardins au ministère). Un modèle de fiche d analyse, utilisable sur le terrain, est annexé. Il s agit d un aide-mémoire, qui n épuise évidemment pas tous les cas de figure rencontrés. 73

17 8. Les jardins - généralités - situation, accès - type, fonction principale - surface et limites - inscription dans le site - composition - parti de plan général - espaces constitutifs - relief et géologie - hydrologie - couvert et découvert - circulations et sols - perspectives et cônes de vue - éléments construits - bâtiments associés au jardin - clôtures, murs, soutènements - structures souterraines - fabriques, édicules, statuaire - fontaines et pièces d eau - mobilier - éléments végétaux - végétaux utilisés - présentation, forme et taille - usages du jardin - état sanitaire - gestion et entretien actuels Texte - Seront délimitées le plus précisément possible, l étendue du ou des jardins, ainsi que celle du domaine plus vaste qui en constitue le complément économique (le cas échéant). Il faut également bien préciser l étendue actuelle par rapport aux étendues historiques. La mention des surfaces est importante. Support: plans cadastraux avec surcharge indiquant les limites. - Dans la partie «inscription dans le site», les caractéristiques de l implantation du jardin seront examinées, ainsi que les relations qu il entretient avec l environnement et le grand paysage. Evaluer aussi le fonctionnement visuel dans le sens intérieur vers l extérieur et en sens inverse. Pour les parcs urbains, analyser leur fonction structurante par rapport à la composition urbaine. - Dans la «composition», on portera une attention particulière aux relations qu entretient le jardin avec le ou les bâtiments principaux: est-il conçu en fonction d eux ou indépendamment, quelles sont les perspectives et les vues établies entre eux, etc. Pour le parti de plan et les parties constituantes : plan schématique légendé indispensable et souvent suffisant. - Pour le «relief» on précisera d abord le type et les grandes lignes du relief naturel du site, puis on notera les modifications artificielles apportées à celui-ci par les concepteurs du jardin. Dans le cas des grands jardins à relief marqué, un agrandissement de la carte I.G.N. faisant apparaître les courbes de niveaux sera joint au dossier. - La partie hydrologie inclut la relation du jardin aux cours d eau existants ainsi que l alimentation en eau du jardin et le réseau de distribution afférent. Ces points seront traités avec soin car ils sont souvent complexes (par exemple prises d eau sur d autres propriétés) et ils déterminent à l évidence la survie même du jardin. En revanche le traitement décoratif des eaux (bassins, fontaines ) est évoqué plus loin dans la partie «éléments construits». - Sauf si l on dispose de cette pièce, il est vain de vouloir réaliser ici un inventaire botanique complet des essences du jardin. En revanche les espèces dominantes et les sujets remarquables seront mentionnés. Tout aussi importante est la forme du végétal: alignements, arbres groupés ou isolés, port, taille - Si l on décrit le ou les parcours de visite, suivre, comme pour les distributions d une demeure, un 74

18 ordre logique partant de la demeure ou d un point d accès important au jardin. - Les rubriques sur l état sanitaire du jardin et sur sa gestion et son entretien sont ici rappelées pour mémoire. Elles trouvent normalement place dans d autres parties du dossier de protection (fiche sanitaire annexée à l avis de l architecte des bâtiments de France, renseignements sur la gestion dans la note de protection du sous-dossier administratif). L état sanitaire comportera un diagnostic de l état général du jardin, de l état phytosanitaire des arbres, de l état des eaux et de celui des constructions. Illustrations L illustration sera plus ou moins développée en fonction de l intérêt et de la complexité du jardin. Elle comporte des documents graphiques disponibles, des documents établis par le chargé d études à partir des relevés schématiques sur le terrain, des photographies. De la première catégorie relèvent: carte I.G.N. au 1/25000 plans cadastraux avec la limite du fonds en surcharge s ils existent, plan géométral planimétrique et altimétrique, plan des circuits hydrauliques, plan d usage des sols, relevé du patrimoine arboré, etc. s il existe plan d ensemble du jardin A la seconde appartiennent: plan schématique de partition du jardin, indiquant les limites et l usage des différentes parties ces documents sur calque peut s avérer très utile. L illustration photographique est indispensable, mais le chargé d études doit avoir conscience de sa subjectivité, puisqu elle reflètera inévitablement à la fois les conditions de la visite et le regard du visiteur. Comme pour l architecture, on ira du général au particulier. Les vues d ensemble de jardins sont souvent impossibles à réaliser, notamment en terrain plat, et la photographie aérienne sera dans ce cas fort utile. Tous les objets remarquables du jardin, minéraux ou végétaux, seront photographiés. On veillera également à rendre compte de la pratique du jardin, des parcours de visite, en prenant des clichés correspondant aux perspectives, cônes de vue Plus que pour l architecture, la période de visite et de prise de vue est essentielle. L idéal serait de pouvoir présenter le jardin en différentes saisons. Si c est impossible, on portera une attention particulière à la date de la séance de travail sur le terrain et aux conditions météorologiques. Le schéma des prises de vue, prévu dans le dossier historique, sera particulièrement utile. Sur le plan technique, attention à éviter les trop forts contrastes de lumière. Les clichés pris par temps voilé, voire par temps gris ou après la pluie, s avèrent souvent moins décevants que ceux pris par grand soleil. - plan schématique des éléments caractéristiques (système hydraulique, plantations, circulations, éléments bâtis, ornementation ) croquis d analyse de la composition Il est important que les différents plans et schémas se présentent de manière à pouvoir être mis en relation: orientation et échelle commune. La présentation de 75

19 5 - Références documentaires La documentation rassemblée sur une oeuvre comprend dans l ordre les documents d archives, les documents figurés, la bibliographie. Des parties complémentaires peuvent être ajoutées en cas de besoin, telles que «filmographie», «adresses de sites Internet», «personnes-ressources». NORMES DE RÉDACTION DES RÉFÉRENCES - pour les pièces d'archives: lieu de conservation: cote. Titre, date (exemple n 1) - pour les fonds manuscrits et les collections entrés par voie exceptionnelle dans les dépôts d'archives ou autres établissements publics: titre. Date. Collation (lieu de conservation: cote) (exemple n 2). - pour les documents figurés : titre de la représentation. Nature du document (peinture, gravure, lithographie, photographie, copie, etc.) «par» suivi du nom de l'auteur, date (lieu de conservation: cote) (exemple n 3). Cas particuliers: - pour un document inspiré d'une oeuvre originale: titre. Nature du document «par» suivi du nom de l'auteur, «d'après» suivi du nom de l'artiste, date (lieu de conservation: cote) (exemple n 4). - pour un document tiré d'un ouvrage imprimé: titre. Nature du document «par» suivi du nom de l'auteur, «d'après» suivi du nom de l'artiste, date. «In»: Auteur. (NOM, Prénom). Titre. Adresse, page (exemple n 5). - pour une monographie (se conformer aux normes NF Z , O59,060, 061, 062): Auteur. (NOM, Prénom). Titre. Edition. Adresse, page (exemple n 6). Cas particuliers: - pour une contribution à une monographie : Auteur. Titre. «In» : Auteur du document hôte. Titre, etc. (exemple n 7). - pour une partie de monographie: Auteur. Titre. Adresse, page (exemple n 8). - pour un article dans une publication en série: Auteur. Titre. Titre de la publication, date, numéro, page (exemple n 9). 76

20 Voici des exemples correspondant à ces normes: 6 - Annexes (ex. n 1) A. Evêché Viviers: AA1-AA5. Evêché de Viviers, 19e- 20 e siècle. (ex. n 2) Fonds Gauchet du Brossay. Début 20 e siècle. 108 f. (A.D. Mayenne: 200 J). (ex. n 3) Projet de reconstruction de l'église. Dessin par Hartmann, 1862 (A.M.H. Colmar). (ex. n 4) Porche de l'église de Lautenbach. Gravure par Sautier, d'après un dessin de Lejeune, 1842 (A.M.H. Colmar). (ex. n 5) Vue sud-ouest de l'abbaye. Dessin par Frédéric Piton, d'après Silbermann. In : PITON, Frédéric, Strasbourg illustré, Strasbourg: chez l'auteur, 1855, t. 2, p. 75. (ex. n 6) GALLET, Michel. Claude-Nicolas LEDOUX Paris: Picard, 1980, p , fig (ex. n 7) REVEL, Jacques. Les usages de la civilité. In : Histoire de la vie privée. T.3 De la Renaissance aux Lumières. Paris: Seuil, 1986, p , fig. (ex. n 8) PIGANIOL DE LA FORCE, Jean-Aymar. Nouvelle description de la France dans laquelle on voit le gouvernement général de ce royaume, celui de chaque province en particulier et la description des villes, maisons royales, châteaux et monuments les plus remarquables. Paris : Ch. Poiron, 1755, t. 2, p (ex. n 9) READ, Benedict. L'affaire Rodin de Revue de l'art, 1994, 104, p , 7 fig. S ils sont importants, les documents suivants sont placés dans cette partie où il est nécessaire d être sélectif. Chronologie des propriétaires, liste d'événements liés à l'histoire du monument et non de sa construction (exemple: histoire militaire d'une place forte), photocopies diverses : documents d'archives (devis de construction, descriptions anciennes d'états modifiés ), articles, extraits d'ouvrages relevés d'inscriptions, de dates portées, d'armoiries, de signatures s'ils ne figurent pas dans l'illustration. liste des objets mobiliers intéressants non protégés, établie de préférence avec le C.A.O.A Par ailleurs, il est toujours intéressant d archiver dans la chemise «autre documentation» du dossier de base les pièces non retenues dans le dossier historique. 77

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Archivage des dossiers

Archivage des dossiers 137 Chaque édifice proposé pour une protection monument historique donne lieu à l'établissement de deux dossiers : - un dossier de protection subdivisé lui-même en un dossier historique et un dossier administratif,

Plus en détail

Hôtel de voyageurs le Flaine

Hôtel de voyageurs le Flaine Hôtel de voyageurs le Flaine Flaine Forum Arâches-la-Frasse Dossier IA74000908 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Immeuble dit résidence Sirius

Immeuble dit résidence Sirius Immeuble dit résidence Sirius Flaine Forêt Arâches-la-Frasse Dossier IA74000946 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Immeuble, Le Square Duvernay

Immeuble, Le Square Duvernay Immeuble, Le Square Duvernay rue Duvernay rue Comte-de-Loche Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002041 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme :

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) Cette demande vaut également demande d approbation d un Agenda

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE page 1/8 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PC1. : Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

GUIDE POUR ÉLABORER LE PORTRAIT DOCUMENTAIRE D'UN POSTE DE CLASSEMENT DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

GUIDE POUR ÉLABORER LE PORTRAIT DOCUMENTAIRE D'UN POSTE DE CLASSEMENT DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1 GUIDE POUR ÉLABORER LE PORTRAIT DOCUMENTAIRE D'UN POSTE DE CLASSEMENT DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Version 2 Outil de gestion documentaire Saint-Félicien TABLE DES MATIÈRES 2 Conditions d'utilisation

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN A retourner à : Monsieur le Maire de Dannemarie 1 Place de l Hôtel-de-Ville 68210 DANNEMARIE 03 89 25 00 13 mairie@dannemarie.fr

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe 1 1.2.1 hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]»

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» ENTRE LES SOUSSIGNES, Le Département des Yvelines Sis à l Hôtel du Département, 2 place André Mignot,

Plus en détail

garage de réparation automobile

garage de réparation automobile Garage de réparation automobile 15 route du Plan de la Tour avenue Jean-Corona le Plan Sainte-Maxime Dossier IA83001481 réalisé en 2011 Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général

Plus en détail

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2014 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Messagerie

Plus en détail

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison 11 route côtière Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet Dossier IA17045091 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

LA TENUE DES ARCHIVES

LA TENUE DES ARCHIVES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU BAS-RHIN Mise à jour : Avril 2013 GUIDE PRATIQUE POUR LA TENUE DES ARCHIVES RAPPEL DES NOTIONS ET PRINCIPES Tous les documents produits par un service constituent, quelle que

Plus en détail

centre courrier et bureau d'aix-les-bains Victoria

centre courrier et bureau d'aix-les-bains Victoria Poste, centre courrier et bureau d'aix-les- Bains Victoria 15 avenue Victoria avenue Marie-de-Solms rue Jean-Louis-Victor-Bias Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002123 réalisé en 2012 Copyrights

Plus en détail

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire La cathédrale d Amiens Classée au patrimoine mondial de l'unesco depuis 1981, la cathédrale gothique d'amiens s'élève en plein centre de la ville. Sa flèche s'élève à 112 mètres du sol. Pour une longueur

Plus en détail

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives

Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives DE L'ARIEGE Groupe de travail : gestion, conservation et communication des archives Mercredi 26 octobre 2011 9h - 12h 4 Rue Raoul Lafagette 09000 FOIX Tél : 05.34.09.32.40 Fax : 05.34.09.30.88 www.cdg09.fr

Plus en détail

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 En l'absence de remarque de la part des membres présents, les procès-verbaux des séances du

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

Orientation professionnelle Charpentier bois

Orientation professionnelle Charpentier bois Orientation professionnelle Charpentier bois 1-6 Elève Date: 1. Titre de l' U.E. : Construction d'escalier 1 2. Matière / Classe : Technologie, 2 ème année de formation 3. Thèmes des séquences de cours

Plus en détail

Usine textile fabrique de chiffon en laine Brunon frères actuellement magasin municipal

Usine textile fabrique de chiffon en laine Brunon frères actuellement magasin municipal Usine textile fabrique de chiffon en laine Brunon frères actuellement magasin municipal 47 rue Victorien-Sardou la Guillotière Lyon 7e Dossier IA69001082 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail

d autorisation d urbanisme

d autorisation d urbanisme Guide des demandes d autorisation d urbanisme Vannes agglo - Pôle Aménagement & Territoires www.vannesagglo.fr Madame, Monsieur, Vous projetez de construire, d agrandir votre logement, de construire un

Plus en détail

Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; restauré

Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; restauré Département : IA000251 Aire d'étude : Limoges Adresse : Emile-Zola (rue) 2, 12 Dénomination : usine de chaussures Destinations : immeuble de bureaux ; immeuble à successives et actuelles Appellation et

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006 Ancienne fonderie de zinc Allary, puis usine de serrurerie (usine de coffres-forts) Fichet, puis garage de réparation automobile, puis dépôt d'autobus, puis entrepôt commercial 90 rue Jean-Jaurès Creil

Plus en détail

Site Cartographique de la Ville de Namur Conseils d'utilisation

Site Cartographique de la Ville de Namur Conseils d'utilisation Site Cartographique de la Ville de Namur Conseils d'utilisation Au travers du site cartographique de la Ville de Namur, vous pouvez consulter des renseignements relatifs : - à la Ville de Namur (habitants,

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73 SITE : brasserie Mehl, puis Joly & Cie LOCALISATION : 100, r. De Lattre de Tassigny ; parcelles 978 et 2654

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 1. Situation et contexte urbain 2.

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS Alexandre GRIVEAU Mathieu GROLEAU IUP 2 Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS 2.1) brève présentation- description des trois sites 2.1.1) musée de la révolution

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Maison, actuellement bureaux

Maison, actuellement bureaux Maison, actuellement bureaux 95 avenue du Grand-Port Chourdy-Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002139 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

1. GENERALITES MOBILIER D ARCHIVAGE 2. DESCRIPTIF ET LISTE DES OUVRAGES

1. GENERALITES MOBILIER D ARCHIVAGE 2. DESCRIPTIF ET LISTE DES OUVRAGES 1. GENERALITES MOBILIER D ARCHIVAGE 1.1 - Objet 1.2 - Qualification 1.3 - Offre 2. DESCRIPTIF ET LISTE DES OUVRAGES 2.0 Mobilier d archivage fixe 2.1 Meuble à plan 2.2 Armoire à produits dangereux 2.3

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009 Traitement numérique de l'image 1/ L'IMAGE NUMÉRIQUE : COMPOSITION ET CARACTÉRISTIQUES 1.1 - Le pixel: Une image numérique est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (abréviation de PICture

Plus en détail

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi 267 rue Marcel-Mérieux square du Professeur-Galtier rue Prosper-Chappet Lyon 7e Dossier

Plus en détail

LES ÉDIFICES PROTÉGÉS MONUMENTS HISTORIQUES EN 2006 EN ÎLE-DE-FRANCE

LES ÉDIFICES PROTÉGÉS MONUMENTS HISTORIQUES EN 2006 EN ÎLE-DE-FRANCE LES ÉDIFICES PROTÉGÉS MONUMENTS HISTORIQUES EN 2006 EN ÎLE-DE-FRANCE La protection des édifices est régie par le code du patrimoine relatif aux monuments historiques. Il existe deux niveaux de protection

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

ARCHIVES ET PIECES COMPTABLES CPZ

ARCHIVES ET PIECES COMPTABLES CPZ République et canton de Genève Département des finances Office des faillites OF-08-01_v005 Entrée en vigueur : 01.12.2008 Mise à jour : 07.07.2014 Responsable(s) : Approbateur(s) : CPZ CPZ Sommaire 1.

Plus en détail

maison ; atelier ; garage de réparation automobile

maison ; atelier ; garage de réparation automobile Maison et atelier, puis garage de réparation automobile 24 avenue de Tresserve Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73001964 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

Conditions d'admission : Pour être admis à ce programme, il suffit de satisfaire à l'une des conditions suivantes :

Conditions d'admission : Pour être admis à ce programme, il suffit de satisfaire à l'une des conditions suivantes : Dessin de bâtiment Secteur de formation : Bâtiment et travaux publics Sanction des études : DEP Numéro du programme : 5250 Durée de la formation : 1 800 heures Nombre d'unités : 120 unités Objectifs du

Plus en détail

MINISTERE DE LA DEFENSE

MINISTERE DE LA DEFENSE MINISTERE DE LA DEFENSE SECRETARIAT GENERAL POUR L ADMINISTRATION DIRECTION DE LA MEMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES SOUS-DIRECTION DE L ACTION CULTURELLE ET EDUCATIVE DEMANDE DE SUBVENTION (Monument

Plus en détail

Qu est-ce que l Inventaire?

Qu est-ce que l Inventaire? Qu est-ce que l Inventaire? L I.P.I.C. (ou Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel) est la dénomination désignant l Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. Depuis 2011, il fait suite à

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Grisaille décorative (baie 25)

Grisaille décorative (baie 25) Grisaille décorative (baie 25) Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet Soissons Dossier IM02005331 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

Maison (chalet) dit chalet Le Troll

Maison (chalet) dit chalet Le Troll Maison (chalet) dit chalet Le Troll rue des Chenus les Chenus Saint-Bon-Tarentaise Dossier IA73000014 réalisé en 1994 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Aménager. son point de vente

Aménager. son point de vente Aménager son point de vente L aménagement du point de vente est l un des principaux piliers de la réussite d une entreprise commerciale. La conception de l espace marchand doit permettre : une identification

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

REFERENT DE LA CHARTE : DIRECTION ADJOINTE DU PATRIMOINE TEL:02 38 70 33 72

REFERENT DE LA CHARTE : DIRECTION ADJOINTE DU PATRIMOINE TEL:02 38 70 33 72 REFERENT DE LA CHARTE : DIRECTION ADJOINTE DU PATRIMOINE TEL:02 38 70 33 72 1 Sommaire 1) objectif de la charte graphique patrimoniale 2) Type de fichiers 3) Propriété des travaux 4) Procédure de transmissions

Plus en détail

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante :

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante : CIRCULAIRE AD 94-2 DU 18 JANVIER 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 par les services administratifs chargés de la gestion des hospitalisations

Plus en détail

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE direction départementale de l Equipement et de l agriculture Cher Notice de prise en compte de l'accessibilité aux personnes handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) -----------------

Plus en détail

BREVE PRESENTATION DU SERVICE «EDITEURS ACADEMIQUES ENLIGNE» ELISABETH DE PABLO (MSH- ESCOM, 1997)

BREVE PRESENTATION DU SERVICE «EDITEURS ACADEMIQUES ENLIGNE» ELISABETH DE PABLO (MSH- ESCOM, 1997) 1 BREVE PRESENTATION DU SERVICE «EDITEURS ACADEMIQUES ENLIGNE» ELISABETH DE PABLO (MSH- ESCOM, 1997) 2 Sommaire I. Description générale...3 II. Description détaillée...4 III. Visualisation de la consultation...

Plus en détail

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007 Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement joint au dossier de permis de construire

Plus en détail

Normes techniques d'accessibilité

Normes techniques d'accessibilité Normes techniques d'accessibilité Informations tirées du site de la CRIPH (Cellule de Recrutement et d Insertion des Personnes Handicapées) La notion d accessibilité intègre plusieurs composantes : l accès

Plus en détail

FONDAMENTAUX DU CAMPUS CONDORCET

FONDAMENTAUX DU CAMPUS CONDORCET FONDAMENTAUX DU CAMPUS CONDORCET Conclusions du séminaire des 2 et 3 septembre 2010 Ce séminaire a porté principalement, mais non exclusivement, sur les questions ayant trait aux espaces de recherche et

Plus en détail

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse direction départementale des Territoires Creuse Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement

Plus en détail

A - ÉPREUVE FINALE (voir croquis joints)

A - ÉPREUVE FINALE (voir croquis joints) 24 e concours MOF ÉPREUVE QUALIFICATIVE de l examen dénommé Concours «Un des Meilleurs Ouvriers de France» Groupe VIII Classe 1 OUTILLAGE ET PROTOTYPAGE MECANIQUE 31 Mai 2009 Conformément au référentiel

Plus en détail

LOT N 2 - MENUISERIES EXTERIEURES INTERIEURES et FAUX PLAFONDS

LOT N 2 - MENUISERIES EXTERIEURES INTERIEURES et FAUX PLAFONDS LOT N 2 - MENUISERIES EXTERIEURES INTERIEURES et FAUX PLAFONDS 4.A. OBJET DES TRAVAUX Les travaux prévus au présent lot concernent tous les ouvrages de Menuiseries extérieures, intérieures et de faux plafonds,

Plus en détail

La Villa Arnaga lauréat du Prix de 10 000 euros de la Fondation du Patrimoine. Communiqué de synthèse

La Villa Arnaga lauréat du Prix de 10 000 euros de la Fondation du Patrimoine. Communiqué de synthèse La Villa Arnaga lauréat du Prix de 10 000 euros de la Fondation du Patrimoine Communiqué de synthèse La à Cambo-les-Bains a reçu lundi 25 juin 2012 à Lyon, le prestigieux prix de la Fondation du Patrimoine

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 1/2015 le 4 février 2015 Concerne : Demande de crédit de Fr. 451'000.-- pour l organisation d un concours en vue de la rénovation

Plus en détail

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Rédiger pour le web Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Sommaire 1. Rédiger des contenus... 2 Lire à l écran : une lecture contraignante... 2 Ecrire des phrases

Plus en détail

Mensuration officielle Plan de conservation et d archivage de données et de documents (PCA)

Mensuration officielle Plan de conservation et d archivage de données et de documents (PCA) Directive du 23 juin 2014 (état au 29 janvier 2015) Mensuration officielle Plan de conservation et d archivage de données et de documents (PCA) Editeur Groupe de travail «Archivage de données de la MO»

Plus en détail

EPREUVE N 2 : ANALYSE CRITIQUE D UN PROJET D ARCHITECTURE OU D AMENAGEMENT AVEC CONTRE-PROPOSITION

EPREUVE N 2 : ANALYSE CRITIQUE D UN PROJET D ARCHITECTURE OU D AMENAGEMENT AVEC CONTRE-PROPOSITION CONCOURS EXTERNE ET INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D ARCHITECTES ET URBANISTES ELEVES DE L ETAT ANNEE 2011 EPREUVE N 2 : ANALYSE CRITIQUE D UN PROJET D ARCHITECTURE OU D AMENAGEMENT AVEC CONTRE-PROPOSITION

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE

DEMANDE DE PERMIS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE LE PROCESSUS Consultez nos lignes directrices utiles à la conservation du patrimoine. Communiquez avec le personnel responsable du programme de conservation du patrimoine au 506-658-2835 et prenez rendez-vous

Plus en détail

Ywood Les Docks Libres à Marseille

Ywood Les Docks Libres à Marseille Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 1 Ywood Les Docks Libres à Marseille Stéphane Bouquet NEXITY / YWOOD FR-Paris, Marseille 2 Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 5 ème Forum International

Plus en détail

Décret du 18 mars 1924 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques

Décret du 18 mars 1924 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques Décret du 18 mars 1924 portant règlement d'administration publique pour l'application de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments Historiques Article 1 Modifié par Décret 88-199 1988-02-29 art. 1 JORF

Plus en détail

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction Nous présentons ici le détail de la présentation générale d un instrument de recherche papier, y compris tous les éléments complémentaires comme la bibliographie et les sources complémentaires (suite du

Plus en détail

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010

Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Infolettre #18 : Les graphiques avec Excel 2010 Table des matières Introduction... 1 Hourra! Le retour du double-clic... 1 Modifier le graphique... 4 Onglet Création... 4 L onglet Disposition... 7 Onglet

Plus en détail

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte

Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte Les nouvelles notions de surface de plancher et d emprise au sol et le recours obligatoire à l architecte La réglementation applicable aux autorisations d urbanisme vient d être significativement modifiée.

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

La monographie d architecture

La monographie d architecture 1 DOCUMENTS & METHODES, n 10 La monographie d architecture par Jean-Marie Pérouse de Montclos 2 3 AVANT-PROPOS La méthode mise en place pour conduire l Inventaire général pourrait se résumer, à grands

Plus en détail