2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune"

Transcription

1 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2 Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de préserver l image et le haut niveau de qualité de la gestion de fortune en Suisse. Les clients qui confient leurs actifs à des banques suisses doivent pouvoir compter sur le fait que leur patrimoine sera géré de manière professionnelle et dans leur intérêt. Ce principe vaut également lorsque les clients ont défini les objectifs à poursuivre sans donner toutefois d instructions spécifiques à leur banquier. Les directives représentent des règles de comportement. Elles ne déploient aucun effet direct sur la relation de base, de droit civil, qui lie le client à la banque. Cette relation est régie par les dispositions légales applicables (en particulier les articles 394 et ss. CO) ainsi que par les dispositions contractuelles adoptées par les parties (comme le mandat de gestion conféré à la banque, les conditions générales de la banque, etc.). 1. Par le mandat de gestion de fortune, le client autorise la banque à accomplir tous les actes qu elle jugera utiles à la gestion du compte, pour autant qu ils entrent dans le cadre des opérations bancaires ordinaires en la matière. La banque exerce le mandat avec diligence en tenant compte de la situation personnelle du client dans la mesure où celle-ci peut lui être connue. Elle agit d après sa libre appréciation dans le cadre des objectifs d investissement fixés avec le client et dans le respect d éventuelles instructions spécifiques de celui-ci. Le mandat de gestion de fortune ne confère cependant pas à la banque le droit de retirer des actifs. Commentaire Au début des relations contractuelles, la banque renseigne le client sur le contenu du mandat de gestion. Elle examine et fixe directement avec le client les objectifs d investissement de celui-ci. Pour atteindre ces 2 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

3 objectifs, la banque définit, d après sa libre appréciation, une politique de placement. Celle-ci peut être établie de manière générale pour l ensemble de sa clientèle, ou être conçue pour des groupes de clients déterminés ou même pour un client pris à titre individuel. La banque veille à ce que le mandat de gestion de fortune qui lui est conféré soit exercé avec soin, de manière à préserver les intérêts légitimes du client. Lorsque le client donne des instructions spécifiques à la banque (de nature permanente ou se référant à des transactions particulières), les présentes directives ne s appliquent qu à titre subsidiaire. La banque doit consigner par écrit les instructions permanentes et leurs modifications ultérieures. Les autres instructions doivent être consignées de manière appropriée. Dans les cas où l exécution d instructions spécifiques présente des risques particuliers liés à la nature de l opération, la banque en informe le client. 2. Le mandat de gestion de fortune est conféré en la forme écrite, sur une formule ad hoc de la banque, dûment signée par le client. Il ne suffit pas que le client charge verbalement un employé de la banque de gérer au mieux son portefeuille. Un procès-verbal de visite, dans lequel est consignée l intention du client de voir son dossier géré par la banque, doit être considéré comme insuffisant. Par la signature du mandat de gestion de fortune, le client autorise la banque à effectuer dans le cadre des objectifs d investissement préalablement établis tous les placements autorisés par les présentes directives, sans qu il soit nécessaire de conclure des conventions additionnelles relatives aux conditions spécifiques ou aux possibilités de risques et de gains propres à ces placements. Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB

4 3. La banque veille à ce que le mandat de gestion de fortune qui lui est conféré soit exercé par les collaborateurs compétents, conformément aux présentes directives, à d éventuelles instructions internes ainsi qu à la politique de placement retenue dans le cas d espèce. Cette disposition vise à régler la question de la responsabilité liée à l activité de gestion: le mandat de gestion de fortune est conféré à la banque et non à titre personnel à un employé ou à un organe dirigeant de celle-ci. Ceci n empêche en rien un suivi personnel de la relation par un conseiller à la clientèle. 4. Une banque qui accepte des mandats de gestion de fortune disposera d une organisation professionnelle et adaptée à l importance de l établissement. Elle prend des mesures appropriées afin d éviter des conflits d intérêts entre elle-même et ses clients ou entre ses collaborateurs et des clients. Si un tel conflit d intérêts ne peut être évité, la banque doit empêcher toute discrimination potentielle de ses clients qui pourrait en résulter. Si des discriminations ne peuvent toutefois être exclues, la banque doit en aviser ses clients. La banque définit les organes et les collaborateurs responsables de la détermination de la politique de placement, de la gestion des avoirs et du contrôle. Ceux-ci doivent disposer des connaissances techniques appropriées. Une organisation adéquate implique une séparation entre les collaborateurs qui définissent la politique de placement et qui gèrent, et ceux qui établissent les extraits ordinaires de compte et de dépôt pour le client. Pour éviter les conflits d intérêts, les présentes Directives reprennent l article 8 alinéa 2 des Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières, adapté au contexte actuel. 4 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

5 La banque ne procèdera pas de sa propre initiative à la restructuration du portefeuille du client, sans que cela ne soit dans l intérêt de celui-ci et dans le seul but d augmenter les revenus des commissions de la banque («churning»). 5. Le client reçoit les extraits de compte et de dépôt dans les termes convenus avec lui en vue de leur vérification. Cette disposition signifie que le client, même s il n est que sporadiquement en contact avec la banque, ne doit pas être tenu dans l ignorance des opérations effectuées pour lui. 6. Les organes internes de contrôle seront chargés de vérifier périodiquement si les présentes directives sont observées. La vérification porte sur l application des présentes directives ainsi que sur celle d éventuelles directives internes, mais non sur le choix des placements. 7. La banque doit exercer sur les avoirs qui lui sont confiés une surveillance régulière, conformément au mandat de gestion et aux présentes directives. La banque est tenue de choisir avec soin les placements qui figureront dans le dépôt du client. La banque s assure qu au moment de l achat d une valeur, son choix se fonde sur des sources d informations sérieuses. Elle surveille régulièrement les placements effectués. Elle ne peut, en revanche, être tenue pour responsable si des investissements choisis soigneusement au moment de leur achat perdent par la suite de leur valeur. Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB

6 8. Le mandat de gestion de fortune est limité aux opérations bancaires ordinaires en la matière. Constituent en particulier des opérations bancaires ordinaires au sens des présentes directives, les dépôts à terme fixe et placements fiduciaires, les opérations sur métaux précieux, les placements en valeurs mobilières du marché monétaire et du marché des capitaux sous la forme de papiers-valeurs et de droits-valeurs (p. ex. actions, obligations, Notes, créances comptables), d instruments financiers qui leur sont dérivés et leur combinaison (dérivés, produits hybrides, etc.) ainsi que les fonds de placement, les sociétés d investissement et d autres instruments de placement collectifs (parts de fonds de placement, fonds internes de la banque, Unit Trusts, etc.). En ce qui concerne les sociétés d investissement et les instruments de placements collectifs, cela présuppose toutefois qu ils investissent dans des opérations bancaires ordinaires ou dans des immeubles. Dans le cas d opérations sur dérivés pour autant qu elles soient autorisées par le mandat de gestion de fortune et par les présentes directives, la banque prendra les mesures appropriées afin que l exécution de ces opérations soit effectuée avec la compétence et la diligence requises. En vue de diversifier l ensemble du portefeuille, le recours à des métaux non précieux et à des matières premières peut avoir lieu sous la forme d un placement collectif, d un dérivé, d un indice ou d un produit structuré. Pour ce qui est des instruments prévoyant la livraison physique de métaux non précieux ou de matière premières, la banque doit veiller à ce qu il n en résulte pas de livraison physique au client. Les placements non-traditionnels (Hedge Funds, Private Equity et immobilier), les instruments financiers qui en sont dérivés et leur combinaison sont considérés comme des opérations bancaires ordinaires pour peu que les conditions du chiffre 12 soient remplies. 6 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

7 Les opérations de prêt de titres («Securities lending») sont autorisées aux conditions suivantes: si la banque agit en tant qu agent, c est-à-dire à titre fiduciaire, elle prendra en considération de manière adéquate le risque de contrepartie, en exigeant des garanties (collatéral) ou en ne prêtant les titres qu à des contreparties de première qualité; si la banque agit en tant que principal, c est-à-dire en nom et pour compte propre, elle doit veiller au principe de répartition des risques en tenant compte des autres investissements effectués (cf. chiffre 9). Ne constituent pas des opérations bancaires ordinaires au sens des présentes directives tous les investissements directs dans des biens immobiliers, des métaux non précieux et des matières premières ainsi que les placements ou les indices qui en sont dérivés, pour peu que les alinéas 2 et 4 du commentaire relatif à la présente disposition n admettent pas expressément de tels placements. S agissant des placements qui ne sont pas admis par les présentes directives, le client doit donner des instructions spécifiques au sens de l alinéa 3 du commentaire figurant sous chiffre 1. Par ailleurs, le mandat de gestion de fortune ne donne pas à la banque le droit de consentir à des tiers, pour le compte du client, un prêt de nature commerciale. 9. La banque évite la survenance de grands risques que provoquerait la concentration anormale d un nombre trop limité de placements. La banque procède à une répartition appropriée des risques par le biais d une diversification suffisante des placements Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB

8 10. Les placements sont limités à des instruments de placement aisément négociables. Les investissements dans des instruments émis par des sociétés créées ou contrôlées directement ou indirectement par la banque ne sont autorisés que s il s agit d instruments normalement répandus dans le public. Les critères qui permettent de conclure au caractère aisément négociable sont la cotation en bourse ou l existence d un marché représentatif pour la valeur en question. Peuvent échapper à cette règle dans une mesure limitée: les investissements dans des valeurs reconnues et très répandues auprès des investisseurs qui disposent d une négociabilité réduite, tels que les obligations de caisse et les produits over-the-counter (OTC). Cette dernière exception suppose néanmoins que l émetteur jouisse d une solvabilité reconnue et que des cours conformes aux conditions du marché soient disponibles pour lesdits produits. Pour les instruments de placement collectifs, la faculté, pour l investisseur, de dénoncer le placement de manière appropriée, au sens du droit sur les fonds de placement (article 25 de l Ordonnance sur les fonds de placement), équivaut au caractère aisément négociable des investissements. Les instruments de placement collectifs et les sociétés d investissement ne sont pas assujettis à la réglementation prévue au chiffre 10 alinéa 2. 8 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

9 11. Les comptes gérés ne peuvent être rendus débiteurs ni potentiellement débiteurs. La banque n est pas autorisée à effectuer des opérations de crédit ou des opérations similaires sans instruction spécifique du client, même si la marge de sécurité requise est conforme aux directives internes de la banque. Cette disposition ne s applique pas aux dépassements très provisoires de compte qui seront couverts à bref délai par des rentrées de revenus ou des remboursements d obligations ou qui résultent d un décalage de jours de valeur dans les opérations d arbitrage. 12. Placements non-traditionnels En vue de diversifier l ensemble du portefeuille, des placements non-traditionnels peuvent être effectués pour autant qu ils soient structurés selon le principe «Fund of Funds» ou qu ils offrent la garantie d une diversification équivalente et qu ils soient aisément négociables conformément au chiffre 10. Par placements non-traditionnels, on entend les placements dans des Hedge Funds, le Private Equity et l immobilier. Les placements effectués par ces véhicules ne sont pas nécessairement limités aux opérations bancaires ordinaires ou à des instruments aisément négociables. Selon le principe «Fund of Funds», les placements du fonds ont lieu dans plusieurs instruments de placement collectifs juridiquement indépendants. Il existe une diversification équivalente à ce principe lorsque les placements sont regroupés dans un seul placement collectif, tout en étant cependant gérés selon le principe «Multi Manager» (gestion du fonds par plusieurs managers travaillant de manière indépendante les uns des autres). Le recours à des placements non-traditionnels doit correspondre à la politique de placement de la banque. Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB

10 La banque prend les mesures adéquates afin que ces placements soient effectués avec soin et conformément aux exigences techniques requises. Le chiffre 10 alinéa 2 n est pas applicable à des placements nontraditionnels. 13. Les opérations en options standardisées (options négociables) sont admises à condition de ne pas susciter un effet de levier sur l ensemble du portefeuille et de se conformer à la politique de placement de la banque. Les mêmes principes sont applicables aux opérations portant sur des options non standardisées (p. ex. des options OTC, des warrants, des options «Stillhalter», etc.). Des opérations «Stillhalter» (dépôt de titres du client en tant que couverture pour l émission d options par la banque ou un tiers) ne peuvent être effectuées qu avec l accord exprès du client. Sont considérées comme options «standardisées» au sens de la présente disposition, celles portant sur des valeurs uniformisées, qui sont négociées sur un marché organisé et décomptées par l intermédiaire d une chambre de compensation reconnue, qui offre des garanties quant à l exécution des contrats d option. La vente de calls et de puts n exerce pas un «effet de levier sur l ensemble du portefeuille» au sens des présentes directives, lorsque le portefeuille contient: pour la vente, respectivement la souscription de calls, une position correspondante en valeurs sous-jacentes ou, s il s agit d options sur des indices boursiers, des taux d intérêt, des métaux non précieux ou des matières premières, une position équivalente en valeurs présentant un sous-jacent suffisamment représentatif en relation avec l objet des options; 10 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

11 pour la vente, respectivement la souscription de puts, des liquidités permettant au moment de la conclusion de l opération déjà, et par la suite en tout temps, d assumer les engagements découlant du contrat. Lors de l achat de calls et de puts, la banque doit veiller à ce que le portefeuille reste conforme à sa politique de placement même en cas d exercice de l option et qu il n en résulte pas de position «au débit» (achat de calls), respectivement pas de vente à découvert de la valeur sous-jacente (achat de puts). La compensation de positions ouvertes de calls et de puts est autorisée en tout temps. La présente disposition s appliquera à tous les instruments actuels et futurs qui ne constituent pas des options standardisées au sens des présentes directives. 14. Les «financial futures» peuvent être utilisés comme suit dans le cadre de la politique de placement: Pour la vente de «financial futures», il doit y avoir une position correspondante en valeurs sous-jacentes. S il s agit de futures sur indices boursiers, sur devises, sur taux d intérêt, sur métaux non précieux ou sur matières premières, il suffit que les valeurs sousjacentes soient représentées dans une mesure suffisante. Lors de l achat de «financial futures», les liquidités nécessaires doivent déjà être disponibles en totalité au moment de la conclusion de l achat. Les mêmes principes sont applicables aux opérations à terme non standardisées. Lors de la vente de futures sur devises, la position en valeurs sousjacentes peut aussi consister dans des placements libellés dans la monnaie correspondante. Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB

12 15. La banque définit la nature, les modalités et les éléments de sa rémunération dans le mandat de gestion de fortune (cf. chiffre 2), dans un appendice au mandat ou dans un accord séparé. L objectif est de stipuler ce que le client doit à sa banque pour la gestion de sa fortune et les prestations qui y sont liées. En ce qui concerne la détermination de la rémunération de la banque, le contrat signé par le client peut se référer à un appendice, à une grille tarifaire ou aux conditions générales. Ceux-ci ne doivent pas être signés. Il est également possible de conclure un accord séparé avec le client. La banque doit informer le client de toute modification de manière appropriée. 16. Le mandat de gestion de fortune, un appendice au mandat ou les conditions générales de la banque stipulent qui a droit à d éventuelles prestations de tiers reçues par la banque en vertu du mandat de gestion de fortune ou lors de l exécution de celui-ci. La banque attire l attention du client sur les conflits d intérêts qui pourraient résulter de l acceptation de prestations de tiers (cf. chiffre 4). Si le client réclame à la banque la restitution de prestations de tiers, l article 400 alinéa 1 du Code des obligations (CO) ou les dispositions contractuelles correspondantes font autorité. Conformément à la jurisprudence du Tribunal fédéral, les prestations intrinsèquement liées au mandat conféré tombent sous le coup de l article 400 alinéa 1 du CO. Sauf disposition contractuelle contraire, elles doivent être transférées au client. A l inverse, les prestations reçues par la banque uniquement dans le cadre de l exécution du mandat ne tombent pas sous le coup de l article 400 alinéa 1 du CO selon la jurisprudence du Tribunal fédéral et ne doivent pas être transférées au client. 12 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

13 17. La banque informe ses clients des paramètres de calcul ou des fourchettes de valeurs des prestations qu elle reçoit ou pourrait recevoir de tiers. Elle peut, à cette fin, regrouper les divers produits en classes de produits. Commentaire : Les informations fournies par la banque sur le calcul ou les fourchettes de valeurs des prestations peuvent porter sur des produits individuels ou sur des classes de produits. En principe, elle est libre de définir les classes de produits. L obligation de déclarer de la banque est de nature générale et concerne les prestations correspondantes devant ou pouvant être payées dans le futur. Elle peut par exemple se faire au moyen de factsheets, de relevés de dépôt ou d Internet. 18. Sur demande, au cas par cas, la banque révèle aux clients, le montant des prestations déjà reçues de tiers dans la mesure où elles peuvent être attribuées à la relation client individuelle sans équivoque et avec des efforts raisonnables. L obligation de déclarer inclut toute rémunération de tiers intrinsèquement liée au mandat conféré. Cela est prévu par l article 400 alinéa 1 du CO. Si d autres rémunérations de tiers peuvent être attribuées à la relation client individuelle sans équivoque et avec des efforts raisonnables, il faut également les déclarer. Cette obligation de déclarer peut être précisée de manière contractuelle conformément au chiffre 16 et dans le cadre de l article 400 du CO. La méthode et la fréquence à laquelle il faut rendre compte sont déterminées en accord avec le client. L obligation de déclarer peut, le cas échéant, se faire au moyen de valeurs approximatives, de décomptes à une date fixée ou de ces deux manières. La question d une déclaration ultérieure de prestations de tiers est à séparer de celle d une éventuelle restitution. En ce qui concerne la restitution, les dispositions contractuelles font foi (cf. chiffre 16). Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB

14 19. Les modifications apportées au chiffre 4 des présentes directives entrent immédiatement en vigueur, les chiffres 15 à 18 à compter du 1 er janvier Sous réserve de l article 400 du CO, le chiffre 18 est uniquement applicable aux transactions effectuées depuis l entrée en vigueur de cette disposition. 14 Directives concernant le mandat de gestion de fortune ASB 2010

15 Association suisse des banquiers Aeschenplatz 7 Case postale 4182 CH-4002 Bâle T F

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Préambule 1. Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le

Plus en détail

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires

2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires 2011 / 3 Directives concernant les placements fiduciaires Préambule Les présentes directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir

Plus en détail

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG

Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Comparaison du Règlement de dépôt ancien et nouvel de Credit Suisse AG Règlement de dépôt ancien (12.2011) Règlement de dépôt nouveau (12.2013) Règlement de dépôt Dispositions générales Art. 1 Champ d

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014)

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014) Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle (Édition de janvier 2014) 2 Règlement de placement Sommaire 1. Bases 3 2. Gestion de la fortune 3 3. Objectifs

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés

Juillet 2007. Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Juillet 2007 Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Directives concernant l information des investisseurs sur les produits structurés Table des matières Préambule...

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Ordonnance sur les fonds de placement

Ordonnance sur les fonds de placement Ordonnance sur les fonds de placement (OFP) Modification du 25 octobre 2000 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 19 octobre 1994 sur les fonds de placement 1 est modifiée comme suit: Art.

Plus en détail

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 NoventusCollect Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 Édition 2004 Placements en pool de type K Table des matières A Généralités 3 Art. 1 Objectifs de la politique de placement

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS Compliance financières à titre privé des I. Dispositions générales 01. But et objet La présente directive définit les restrictions relatives aux placements financiers et aux opérations collaborateurs de

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

Ordonnance de la CFB sur les placements collectifs de capitaux

Ordonnance de la CFB sur les placements collectifs de capitaux Ordonnance de la CFB sur les placements collectifs de capitaux (OPCC-CFB) du 21 décembre 2006 La Commission fédérale des banques (CFB), vu les art. 55, al. 3, 56, al. 3, 71, al. 2, 91 et 128, al. 5, de

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois CODE DE DÉONTOLOGIE de l Association des promoteurs constructeurs genevois Etat au 2 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 1 - RÈGLES GÉNÉRALES 3 2 - RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 4 3 - RELATIONS AVEC

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires

Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires Table des matières Préambule... 2 1. Champ d application... 3 2. Exigences minimales... 3 2.1 Fonds propres...

Plus en détail

Directives de placement Approuvé par le Conseil de fondation le 24 avril 2015

Directives de placement Approuvé par le Conseil de fondation le 24 avril 2015 Directives de placement Approuvé par le Conseil de fondation le 24 avril 2015 Sommaire 1 Principes généraux 3 2 Actions 4 2.1 Actions monde hedged, gestion indexée 2 4 2.2 Actions monde, gestion indexée

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV Circ.-CFB 07/3 Délégation par la direction et la SICAV Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV (Délégation par la direction et la SICAV)

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les placements collectifs de capitaux

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les placements collectifs de capitaux Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans le Recueil officiel des lois fédérales (www.admin.ch > droit fédéral > recueil officiel) fait foi. Ordonnance de l Autorité fédérale

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 1er septembre 2014 relative aux modifications des règles de fonctionnement d ESES France en sa qualité de système de règlement-livraison d instruments financiers d Euroclear France, dans le

Plus en détail

Règlement de placement. Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015)

Règlement de placement. Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015) Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015) TABLE DES MATIERES 1. OBJET 4 2. ORGANISATION ET PROCESSUS DE L ADMINISTRATION DE LA FORTUNE 4 3. ALLOCATION STRATEGIQUE DES ACTIFS 6 4. RESERVE DE FLUCTUATION

Plus en détail

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Suite à la publication du 1 er juin 2015 relative au repositionnement

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998 Circ.-CFB 98/2 Négociants Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1er juillet 1998 1. But La présente circulaire

Plus en détail

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS...

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS... Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU

Plus en détail

951.312 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les placements collectifs de capitaux

951.312 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les placements collectifs de capitaux Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les placements collectifs de capitaux (Ordonnance de la FINMA sur les placements collectifs, OPC-FINMA) du 27 août 2014 (Etat

Plus en détail

Code suisse de conduite relatif à l exercice de la profession de gérant de fortune indépendant

Code suisse de conduite relatif à l exercice de la profession de gérant de fortune indépendant Code suisse de conduite relatif à l exercice de la profession de gérant de fortune indépendant Approuvé par la FINMA le 27 avril 2009 - Entrée en vigueur le 1 octobre 2009 Code suisse de conduite Contenu

Plus en détail

Points d audit pour la fortune liée

Points d audit pour la fortune liée Points d audit pour la fortune liée Entreprise d assurance : Fortune liée : Société d audit : Auditeur responsable : Année d'exercice : 2015 Les champs d audit suivants sont applicables à la fortune liée

Plus en détail

Directives de placement de. Tellco Fondation de placement. valable au 09.03.2015. Tellco Fondation de placement

Directives de placement de. Tellco Fondation de placement. valable au 09.03.2015. Tellco Fondation de placement Directives de placement de Tellco Fondation de placement valable au 09.03.2015 Tellco Fondation de placement Bahnhofstrasse 4 Postfach 713 CH-6431 Schwyz t + 41 41 819 70 30 f + 41 41 819 70 35 tellco.ch

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Obligation de déclarer les transactions boursières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Obligation de déclarer les transactions boursières Circ.-CFB 04/3 Obligation de déclarer Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du 19 août 2004 (Dernière modification

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Tarif. Placements et conseils financiers

Tarif. Placements et conseils financiers Tarif Placements et conseils financiers Tables des matières 4/5 Mandat de conseil «BCVs Supervision» 6/7 Mandat de gestion «BCVs Star Select» 8/9 Mandat de gestion «BCVs Active Portfolio» 10 Mandat de

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Code suisse de conduite relatif à l exercice de la profession de gérant de fortune indépendant

Code suisse de conduite relatif à l exercice de la profession de gérant de fortune indépendant Code suisse de conduite relatif à l exercice de la profession de gérant de fortune indépendant Approuvé par la FINMA le 6 décembre 2013 - Entrée en vigueur le 1 janvier 2014 Code suisse de conduite Contenu

Plus en détail

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire Circ.-CFB 08/X Règles-cadres pour la gestion de fortune - projet Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Règles-cadres pour la reconnaissance de l'autoréglementation en matière de gestion

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Communication FINMA 35 (2012), 20 février 2012 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Bern Tel. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Sommaire

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Rétrocessions mesures prudentielles

Rétrocessions mesures prudentielles Communication FINMA 41 (2012) 26 Novembre 2012 Rétrocessions mesures prudentielles Banques Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A58690 Table des

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010.

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010. RÈGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

AVITEX Fondation de prévoyance en faveur des membres de l association SWISS FASHION STORES et de leur personnel STATUTS

AVITEX Fondation de prévoyance en faveur des membres de l association SWISS FASHION STORES et de leur personnel STATUTS AVITEX Fondation de prévoyance en faveur des membres de l association Article 1 Constitution et dénomination STATUTS Sous la dénomination AVITEX Fondation de prévoyance en faveur des membres de l association

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

Directive relative aux cautionnements

Directive relative aux cautionnements Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l environnement OFEV Division Climat 01.09.2014 Directive relative aux cautionnements

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Directives sur l utilisation de l ordre de paiement électronique de la Poste (OPAE) par les organes de l AVS/AI/APG

Directives sur l utilisation de l ordre de paiement électronique de la Poste (OPAE) par les organes de l AVS/AI/APG Directives sur l utilisation de l ordre de paiement électronique de la Poste (OPAE) par les organes de l AVS/AI/APG Valables dès le 1 er janvier 2001 Etat: 1 er septembre 2011 318.104.01 f/opae 8.2011

Plus en détail

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000)

Circulaire. Traitement fiscal des prêts consortiaux, reconnaissances de dette, effets de change et sous-participations (janvier 2000) Administration fédérale des contributions Division principale de l'impôt fédéral direct, de l'impôt anticipé, des droits de timbre http://www.estv.admin.ch Circulaire Traitement fiscal des prêts consortiaux,

Plus en détail

Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires

Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires Date de mise à jour : 01 janvier 2013 Préambule Conformément à l article L. 533-18 du Code monétaire et financier consécutif à la transposition

Plus en détail

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4

Chapitre 1 Objectifs et principes 3 Art. 1 Objectifs 3 Art. 2 Bases légales 3 Art. 3 Principes généraux 4 REGLEMENT CONCERNANT LES PLACEMENTS DE LA CAISSE FEDERALE DE PENSIONS PUBLICA (REGLEMENT DE PUBLICA CONCERNANT LES PLACEMENTS) du 5 avril 00 (état au 8 octobre 0) Règlement de PUBLICA concernant les placements

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE. Article 1

REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE. Article 1 REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE Article 1 Le présent règlement définit les règles-cadres auxquelles tout intermédiaire financier, actif dans le domaine de la gestion

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Directives applicables à la gestion du risque-pays Association suisse des banquiers

Directives applicables à la gestion du risque-pays Association suisse des banquiers Directives applicables à la gestion du risque-pays Association suisse des banquiers Table des matières Introduction 13 I Risque-pays 14 II Politique de risque 15 1. Étendue 15 2. Responsabilité 15 3. Exigences

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement Directives de placement Valables dès le 1 er novembre 2014 Page 1 de 12 Directives de placement Les directives de placement suivantes sont édictées sur la base de l art. 12, al. 4 des statuts de VZ Fondation

Plus en détail

Opérations de financement pour des personnes sous curatelle

Opérations de financement pour des personnes sous curatelle Novembre 2015 Opérations de financement pour des personnes sous curatelle Une recommandation de l Association suisse des banquiers (ASB) et de la Conférence en matière de protection des mineurs et des

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

PRISMA Credit Allocation Europe

PRISMA Credit Allocation Europe PRISMA Credit Allocation Europe Directives de placement Entrée en vigueur le 19 juin 2015 PRISMA Fondation Place Saint-Louis 1 Case postale 1110 Morges 1 www.prisma-fondation.ch info@prisma-fondation.ch

Plus en détail

AVOIRS EN DÉSHÉRENCE. Information de l Association suisse des banquiers

AVOIRS EN DÉSHÉRENCE. Information de l Association suisse des banquiers AVOIRS EN DÉSHÉRENCE Information de l Association suisse des banquiers Juin 2015 VZ Banque de Dépôt satisfait à ses obligations légales en vous informant de la problématique et des conséquences engendrées

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

(Directive Forme des valeurs mobilières, DFVM) 4 avril 2013 art. 17 RC

(Directive Forme des valeurs mobilières, DFVM) 4 avril 2013 art. 17 RC Directive Directive concernant (Directive, DFVM) Du Fondement juridique 4 avril 0 art. 7 RC I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Art. But Art. Objet La présente Directive vise à assurer la sécurité du traitement

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement 1. But et fondements Le Conseil de fondation édicte les directives suivantes sur la base de l article 6 du règlement d organisation du 20.02.2007 ainsi que sur les articles 71 LPP

Plus en détail

Activité principalement dans le domaine financier (art. 2 al. 1 et 2, art. 19 al. 2 OBVM)

Activité principalement dans le domaine financier (art. 2 al. 1 et 2, art. 19 al. 2 OBVM) Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail