Revue technique de l Institut canadien pour les innovations en photonique. Vol. 10 No. 1, Printemps 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue technique de l Institut canadien pour les innovations en photonique. Vol. 10 No. 1, Printemps 2012"

Transcription

1 Firing Up Neurons to Shed New Light on the Brain and How It Works CIPI-Supported Microprobe Promises to Enable More Rapid Detection, Diagnosis and Treatment of Neurological Diseases N o 1

2 Revue technique de l Institut canadien pour les innovations en photonique Vol. 10 No. 1, Printemps Éditorial 4 Un aperçu historique de l ICIP 6 Les présidents du réseau étudiant partagent leurs expériences. 8 Récompenses reçues par les chercheurs de l ICIP Affiliés privilégiés de l ICIP Membres du conseil d administration entre Faits saillants du programme de recherche de l ICIP Projet RAIL 12 La guitare photonique Détecter la bactérie E.Coli en moins de deux heures 13 Laser-bistouri picoseconde Une prothèse oculaire photonique 14 Tout sur ALLS : Une réalisation collective de la communauté canadienne de l optique, photonique et laser Textile photonique 15 La mise au point de la plateforme d imagerie PRODIGI MC pour applications cliniques 16 BP1 : La thérapie photodynamique avec excitation à deux photons BP2 : Développement de biocapteurs optiques intégrés pour le contrôle en temps réel du cancer et des infections chez le vivant 17 FP1 : Technologie attoseconde AP1 : Systèmes laser à base de fibres optiques 18 AP2 : Composants à fibre optique pour applications biomédicales, environnementales et industrielles AP3 : Technologies de micro- et de nano-traitement pour applications aux domaines de l information, des télécommunications et du biomédical 19 IT1 : Microsystèmes photoniques sur silicium 20 IT2 : Architecture à commutation de paquets avec encodage optique et technologies pour centres de traitement informatique 21 Des impulsions lumineuses canadiennes dans le marché mondial de la photonique 23 Opalux s inspire de la nature et de la photonique pour apporter de la couleur à nos vies 24 Obtenir une part des marchés de l énergie et des sciences de la vie 25 Au plus coupant 26 La photonique en soutien aux opérations de fonderie 27 Une technologie focalise sur la détection des gaz dangereux pour améliorer la productivité et la sécurité dans le secteur de l énergie 28 Le signal du succès Illuminer la voie des ingénieurs d aujourd hui et de demain 29 Faire le lien entre les télécommunications, les sciences de la vie et l environnement 30 Innover à la vitesse de la lumière pour répondre à la demande de bande passante 31 Faire le plein de soleil pour produire de l énergie de manière efficace et rentable 32 La salubrité des aliments et de l eau sous un nouvel éclairage 33 Une nouvelle technologie d imagerie accélère la détection, le diagnostic et le traitement du cancer 34 Illuminer les neurones pour faire la lumière sur le cerveau et son fonctionnement Rédaction : Robert Corriveau, Robert Fedosejevs. Rédaction des profils de réussite : Sonya Shorey Révision : Diane Déziel, Michel Piché, Pierre Bolduc Traduction : Diane Déziel Photos : Pierre Bolduc, Clifton Li, Marc Robitaille

3 Éditorial - - Le centre administratif de l ICIP est hébergé à l Université Laval, Québec. 3

4 Un aperçu historique de l ICIP Dates importantes de son histoire Michel Têtu et William A. van Wijngaarden combinent leurs 1997 efforts pour faire une demande au programme des Réseaux de centres d excellence. La demande est reçue favorablement, mais ne peut être 1998 financée en cette année Le financement de l ICIP est accordé Première assemblée annuelle des membres Création du réseau étudiant Première assemblée annuelle des étudiants en photonique Création du Laboratoire des sources femtoseconde (ALLS) à l INRS-ÉMT L ICIP entreprend sa seconde phase de financement Après une évaluation de mi-parcours, l ICIP se réorganise en trois axes de recherche. Création du programme de Valorisation technologique et de réseautage (VTR). Création du programme d Innovations en photonique appliquée (IPA). À la suite d une évaluation de mi-parcours, l ICIP obtient le financement des trois dernières années de son mandat. L ICIP complète son mandat. Fusion de l ICIP avec le CPC pour devenir le CPIC. Impact immédiat de l ICIP Liens avec les compagnies Occasions d embauche Accès au personnel de recherche Connaissance, information ou conseil Accès à de l équipement ou aux installations Modèle d investissement de l ICIP Investissement de l ICIP Projets de développement industriel TEMPS Projets de recherche VTR Projets de recherche ciblés Projets de recherche IPA Occasions de promouvoir la compagnie Accès à la propriété intellectuelle Liens avec les chercheurs Impact négatif Impact substantiel Aucun impact Impact très substantiel Développement de technologie Ont embauché des étudiants N ont pas embauché d étudiants Accès à du financement Rendement de la recherche appliquée Un certain impact TEMPS Projets de développement industriel 4

5 Impact intermédiaire de l ICIP Investissement reçu Changement - revenus Changement - employés Impact négatif Impact substantiel Niveau d innovation Investissement de recherche Délai de commercialisation Ont embauché des étudiants N ont pas embauché d étudiants Changement - nouveaux clients Aucun impact Impact très substantiel Un certain impact - - 5

6 Claudine Allen, présidente fondatrice de l ICIP-é en 2002, maintenant professeure agrégée à l Université Laval - - Kimberley Samkoe, présidente de l ICIP-É, , est maintenant professeure adjointe de recherche au département de chirurgie de l école de médecine Geisel du Dartmouth College, Hanover, New Hampshire Yannick K. Lizé, président de l ICIP-é, , maintenant directeur de l ingénierie chez Applied Micro, Sunnyvale, Californie - Luc Charron, président de l ICIP-é, , maintenant directeur national des ventes chez Materialise Dental

7 Trinh Nguyen, présidente de l ICIP-é, , est une doctorante au département de chimie de la University of Calgary. - servira. Barry Vuong, président de l ICIP-é, , doctorant à Ryerson University Noah Puskas, président de l ICIP-é, , candidat à la maîtrise en physique, Université d Ottawa. - tives et ouvert à de nouvelles possibili- Faits saillants des activités de l ICIP é 2002 Fondation de l ICIP-é à la 3 e assemblée annuelle de l ICIP 2003 Première conférence étudiante de l ICIP-é 2005 Lancement du site Web de l ICIP-é 2007 Atelier sur le logiciel de simulation en photonique 2009 Premiers étudiants à recevoir une bourse de voyage de l ICIP-é 2009 École d été canadienne en biophotonique 2010 L ICIP-é aide à développer la trousse de formation en photonique Panel à la conférence Optics Within Life Science 2011 Dernière conférence étudiante de l ICIP-é 2011 Établissement du labo de démonstration à l Université Laval 2012 Mise en ligne du site web sur les carrières en optique Nombre d étudiants diplômés ayant fait de la recherche dans le cadre du réseau Étudiants de 2-3 e cycles Personne/année en formation Thèses terminées Doctorats Homme Femme Total Maîtrises Homme Femme Total

8 International Society for Optics and Photonics (SPIE) Membres Fellow Bao, Xiaoyi Dubowski, Jan J. Lessard, Roger A. Meunier, Michel Morandotti, Roberto Sheng, Yunlong American Physical Society Membres Fellow Bandrauk, André D. Corkum, Paul B. Steinberg, Aephraim M. Membres Fellow Kashyap, Raman Meunier, Michel Plant, David V. Wu, Ke L Association canadienne des physiciens et physiciennes - physique Chin, See L. Corkum, Paul B. - Bao, Xiaoyi Steinberg, Aephraim M. Hessels, Eric Bourse de recherche Humboldt Bandrauk, André D. Chin, See L. Institute of Electrical and Electronics Engineers Membres Fellow Bock, Wojtek J. Cartledge, John Darcie, Thomas E. Leon-Garcia, Alberto Plant, David V. Rusch, Leslie Ann Yevick, David O. 8 Optical Society of America Membres Fellow Aitchison, Stewart J. Campbell, Melanie Cartledge, John Chen, Lawrence R. Chin, See Leang Corkum, Paul B. Darcie, Thomas E. Herman, Peter R. Kashyap, Raman Lit, John Meunier, Michel Piché, Michel Plant, David V. Sheng, Yunlong Steinberg, Aephraim M. Stolow, Albert Strickland, Donna T. Vallée, Réal Charles Hard Townes Award Corkum, Paul B. Conseil de recherches en sciences Bandrauk, André D. Corkum, Paul B. Berini, Pierre Brabec, Thomas Hessels, Eric Jaeger, Wolfgang Morandotti, Roberto Steinberg, Aephraim M. Corkum, Paul B. Polanyi, John C. Scaiano,Tito Miller, Dwayne R. J. Henry Marshall Tory Medal Corkum, Paul B. Polanyi, John C. Bourse de recherche Killam Jessop, Paul Kashyap, Raman Kumacheva, Eugenia Ordre du Canada Bandrauk, André D. Corkum, Paul B. Paul Corkum (gauche) et André Bandrauk (droite) reçoivent le Prix John-C.-Polanyi du CRSNG de l honorable Dr. Polanyi (centre) (Crédit photo : CRSNG) Roberto Morandotti aux côtés de Son Excellence le très hono-rable David Johnston, gouverneur général du Canada. (crédit photo : Rideau Hall 2011 Bureau du secrétaire du gouverneur général du Canada) Michel Meunier (centre) reçoit le SPIE Fellowship de Ralph B. James (gauche), président 2010 du SPIE et Katarina Svanberg, présidente 2011 du SPIE (droite) Pierre Berini (gauche) reçoit la bourse commémorative E.W.R. Steacie du CRSNG de Madame Julie Payette (droite) (Crédit photo: CRSNG)

9 2G Robotics ABB Bomem Inc. APN Inc. Attodyne AXIS Photonique Inc. Bell University Labs Biophage Pharma Boreal Laser Inc. Bragg Photonics Brightwell Technologies inc. BTI Systems C2C Link Corporation Christie Digital CMC Microsystems CNRC Institut d innovation en piles à combustible CNRC - Institut des matériaux industriels CNRC - Insitut des sciences des microstructures Cone Tec Investigations Inc COPL CorActive High Tech Corvis CSE-Communications Security Establishment Cyrium Tech. Cytogenetic Inc Cytognomix Inc Dalsa DiCOS Technologies inc. DÔ Network Doric Lenses Dragonwave D-Tex ELCAN Optical Technologies Eli-Lilly (Canada) Enablence EXFO Fiber Tech Optica Fox-Tek Gamma-medica ideas Canada inc. GDG Environment Genia Photonique Gestion Technocap Group IV Semiconductor Honeywell Hycal Research Laboratories Hydro-Québec IREQ icore IGNIS IMRA Innovation PEI Innovision INO Inolume Intel ITF Labs JDS Uniphase Kotura Laboratoires Quidd LanXESS Inc. LxSix Photonics Magnor Matcor Advanced Technologies MDS Micralyne Monteco NanoQuébec Neoptix Nortel Networks NOVELIS INC. Sciences Nucryst Pharmaceuticals O/E Land OAML OCE - Ontario Centres of Excellence Olympus Canada OneLight Corp. Opalux Opsens Osaki Electric Co. Ltd Osemi Canada P&P Optica Palladium7 PARTEQ PhasOptx Photon Etc. Plasmionique PROMPT Pronto Medical Technologies PV Labs QPS Photronics Rabbit Holes Holding RDDC Valcartier SciMed Tech. Siborg Systems Sigma SiXtron Advanced Technologies SOCPRA SolarPro Spectalis Suncor Energy Telops Telus TeraXion The Fox Group Thermoptik Tidal Photonics Trans Canada Pipeline (TCPL) Unisearch Associates Inc. Univalor Vacci-Vet Inc Verisante ViRexx Xceed Molecular Xeos Xogen Technologies Inc. Xsencor Tech. Zecotek Zenastra CIPI Network Partners University of Alberta Algonquin College University of British Columbia University of Calgary Carleton University Concordia University Dalhousie University ÉTS- École de technologie supérieure University Health Network INRS-EMT Université Laval University of Lethbridge University of Manitoba McGill University McMaster University Université de Montréal Mount Allison University Université du Québec en Outaouais University of New Brunswick OCAD University University of Ontario Inst. of Technology Université d Ottawa École Polytechnique de Montréal Queen s University Ryerson University Université de Sherbrooke University of Prince Edward Island University of Regina Simon Fraser University University of Toronto University of Victoria University of Waterloo The University of Western Ontario Wilfrid Laurier University University of Windsor Université York 9

10 Membres du conseil d administration entre Membres du conseil Michael Steinitz R. Ian MacDonald Douglas J. James Membres Soheil Asgarpour Morrel P. Bachynski Moungi G. Bawendi Edwin Bourget Claude Bourget Christian Carrier Allan I. Carswell Martin Cervenan Sylvain Charbonneau Michael Charles Victor Chupil Paul Corkum Kenneth Davey Denis Faubert Paul Fortier Pierre Galarneau François Gonthier Frank Haran Peter Herman Wolfgang Jaeger Raman Kashyap Pierre Labossière Germain Lamonde Raymond Leblanc Michael Lipsett Yan Loke Romain Maciejko Gordon McBean William McConkey Graham McKinnon James McMullin Peter Morand Pierre Moreau Richard Normandin David V. Plant Mark J. Poznansky Gregory W. Schinn Steve Shaver Peter Sutherland William Thomlinson John Tulip Phil Twardawa Alain Villeneuve Paul S. Vincett John Wright programme de la recherche Morrel P. Bachynski Xiaoyi Bao Jacques Beauvais Luc Bissonnette Martin Cervenan Sylvain Charbonneau Marie D Iorio Robert Fedosejevs Thomas Foster Pierre Galarneau Jean-Marc Garneau Martin Guy Harold Haugen Manfred Hubert Paul E. Jessop Jean-Claude Kieffer Pierre Mathieu Terry McKee Michael Miller Ian Mitchell André Parent Mike Patterson Niels O. Petersen Michel Piché Nissim Pilossof Martin Richardson Gilles Roy Harry Ruda Gregory W. Schinn Michel Têtu John Tulip Réal Vallée William Van Wijngaarden Alain Villeneuve Brian C. Wilson Jeff Young Eugene Arthurs Robert Byer Robert Fedosejevs Christos Flytzanis Malcolm Gower Anthony Johnson Dennis Matthews Arnold Migus Michel Piché Guy Michel Stephan Chantal Abou Debs Sylvie Boucher Alain Canuel Tia Moffat Barbara Bayer Joanne Bolduc Pierre Bolduc Marouchka Brisebois Robert Corriveau Claude Desaulniers Diane Déziel Marie-Eve Dubé Elmer H. Hara Nathalie Kinnard R. Ian MacDonald Lyna Pelletier Marissa Ramacieri Irina Ross Heidi Turcot Claudine Allen Luc Charron Yannick Lizé Trinh Nguyen Noah Puskas Kim Samkoe Barry Vuong Membres Yousra Ben M Sallem Craig Brideau Melanie Burger Arvind Chandrasekaran Aisling Clancy Alex Fraser Jonathan Genest Nikolaos Gryspolakis Alaa Hayder Hélène Hébert Govind Kaigala Mamta Khurana Yoan LeChasseur Kenneth K. C. Lee Jérôme Poulin Dominik Pudo Houman Rastegarfar John Saunders Geneviève Taurand Luay Thomas Holly Wobma Michelle Xu Winnie Ye Mei Young Aaron Zilkie 10

11 Au cours de son mandat de 14 ans, l ICIP a encouragé les chercheurs canadiens en photonique à repousser les frontières de la connais- numérique et le laser-bistouri. Durant cette période, leur recherche a généré des résultats intéressants non seulement du point de vue technologique, mais aussi du point de vue esthétique. En effet, la photonique a servi à la conception d un implant oculaire dont l ouverture de dant trouver d autres applications, notamment comme système de contrôle de l état santé. en science et génie qui a toujours caractérisé le programme de recherche du réseau. Parmi tous les projets que l ICIP a soutenus, celui portant sur le développement d impulsions attoseconde et ses applications à l imagerie moléculaire l a été depuis le début. Dirigée par un groupe de chercheurs pionniers dans le domaine, cette recherche a mené à une des premières démonstrations d impulsions attoseconde au monde. Le groupe a aussi réalisé une première mondiale en réussissant à imager les fonctions d onde électroniques d une molécule. Nous en avions déjà vu la représentation graphique dans nos volumes de physique au secondaire, mais jamais auparavant n avaient-elles Fondation canadienne pour l innovation pour la construction à l INRS (Varennes, Québec) d un laboratoire de sources laser femtoseconde d avant-garde. Capable de générer des puissances laser atteignant 200 térawatts, cette infrastructure dessert la communauté des chercheurs canadiens qui utilisent dans leurs travaux les impulsions femtoseconde de l infrarouge lointain jusqu aux rayons X. à démontrer que cet objectif a été atteint. Dans les pages suivantes seront mis en évidence les projets portant sur les biocapteurs implantables, la thérapie photodynamique par excitation à deux photons, la photonique sur silicium, les réseaux optiques reliant des centres réseau. Merci à tous les chercheurs de l ICIP pour leur dévouement et leur travail acharné. Robert Fedosejevs, Projet RAIL Une équipe de recherche à l université OCAD (Ontario College of Art and Design) à Toronto, sous la direction du professeur Michael Page, a mis au point un numériseur holographique pour utilisation avec des imprimantes numériques holographiques. Le système a permis la création de prototypes d hologrammes spectaculaires dont un portrait de l auteure canadienne Margaret Atwood dans une forêt équatoriale générée par ordinateur les mains tendues pour accueillir un oiseau tropical en train de se poser. Ce projet n aurait pas été possible sans le soutien de l ICIP, qui a reconnu l importance de la recherche à un stade précoce. Les Centres d excellence de l Ontario ont aussi apporté leur généreux appui et leurs précieux conseils au projet. L holographie numérique est un procédé de photogravure qui s est maintenant taillé une place sur le marché. Le procédé est fait à par des logiciels d infographie 3D comme 3D Studio Max ou Maya. L infographie peut s avérer un procédé coûteux qui exige un apport en main-d œuvre assez intense lorsqu il s agit de réaliser l hologramme d un sujet bien réel comme un humain ou un objet. En fait, cette contrainte a grandement nui à l adoption de cette technologie comme moyen de choix pour représenter des objets réels. Grâce au système R.A.I.L.*, il est désormais possible d utiliser de l équipement photographique de qualité supérieure ou des ca- grammes. Le logiciel enregistre les sujets vivants et objets véritables avec une précision absolue et adapte instantanément les teurs qui sont codés optiquement peuvent être programmés de manière à retenir le réglage des compositions. Ainsi, ils fourniront des paramètres géométriques exactement adaptés à la caméra pour la composition de scènes réelles avec des données générées par ordinateur. Le système clés en main peut être utilisé par des photographes et holographeurs professionnels et par d autres usagers, peu importe où ils sont sur la planète. Les images obtenues peuvent ensuite être transférées à un site FTP, puis envoyées à un atelier de service prépresse pour impression. Michael Page, OCAD University * Real-world Acquisition and Image Liaison : Acquisition réelle et liaison d images L auteure canadienne Margaret Atwood dans une forêt équatoriale générée par ordinateur 11

12 La guitare photonique En essayant d augmenter le rapport signal sur bruit d un disposi- University et ses collègues se sont vite rendus compte que les capteurs utilisés pour les vibrations acoustiques peuvent également être appliqués à un instrument musical. Un capteur fabriqué tique s avèrent comparables et souvent supérieurs aux capteurs piézo-électriques commerciaux. Néanmoins, l équipe observait un bruit de fond perceptible associé à la stabilité du laser, au changement de l intensité lumineuse causé par le mouvement des opté pour l installation d une cavité Fabry-Perot pour permettre l asservissement du laser. La fréquence de résonance de la cavité change en même temps que la table d harmonie de la guitare vibre. Le signal audio provient du signal de correction qui est envoyé du circuit de commande du laser pour maintenir l asservissement du laser. La guitare photonique ainsi obtenue possède une plage dynamique linéaire de 50 db en amplitude de vibration et un bruit de fond de 30 db inférieur au signal typique obtenu avec les capteurs conventionnels. Elle a une réponse uniforme jusqu à 25 khz et peut capter des fréquences jusqu à 35 khz. En comparaison, les capteurs piézo ont une bande passante typique de 100 Hz à 15 khz. Une guitare équipée de fabriquée spécialement par Dagmar Guitars et testée par Paul Langlois, le guitariste de la formation rock «The Tragically Hip». Le musicien s est dit impressionné par la tonalité de l instrument. La technologie a été présentée à la télévision sur les ondes de Discovery Channel et HiFi HD Channel. La guitare a également fait partie d une exposition au Musée canadien des sciences et de la technologie, d octobre 2011 à avril Hans-Peter Loock, Queen s University Jan J. Dubowski, de l Université de Sherbrooke, a développé une pidement que les méthodes traditionnelles. En effet, à partir de biocapteurs à semiconducteurs quantiques, il a été possible de détecter la présence de la bactérie E. coli in situ en moins de deux heures. L importance d une telle innovation réside dans la possibilité de créer une instrumentation portative qui permet de faire des tests sur place et à faibles coûts en raison de la petite taille des détecteurs photoniques. «L idée de la détection se base sur la mesure de l émission optique des nanocristaux semiconducteurs qui se la surface de tels matériaux», explique le professeur au Département de génie électrique et de génie informatique. Celui-ci ajoute qu il pourrait encore améliorer le temps de réponse avec d autres tests plus poussés à partir de virus ou de bactéries qui portent une certaine quantité de charges électriques négatives. L approche classique pour détecter les bactéries pathogènes peut parfois prendre jusqu à 10 jours avant de livrer des résultats. D autre part, elle nécessite la présence de techniciens hautement tiqués, d où l importance de la poursuite des travaux de recher- ces bactéries responsables de l éclosion des maladies dans une collectivité. canadienne, l Institut canadien pour les innovations en photonique, Magnor inc. et la Chaire de recherche du Canada en semiconducteurs quantiques, les chercheurs de la Faculté de génie sont persuadés qu ils pourront sauver des vies en raison de la vitesse avec laquelle le système réagit. À cet égard, le professeur Dubowski évoque les 7 morts de Walkerton qui avaient bu de l eau contaminée ou encore les 34 personnes qui avaient succombé à la maladie du légionnaire après avoir été contaminées par l air climatisé d un hôtel de la Pennsylvanie. Marty-Kanatakhatsu Meunier, Université de Sherbrooke Jan J. Dubowski, professeur au Département de génie électrique et de génie informatique de l université de Sherbrooke 12

13 Laser-bistouri picoseconde Depuis l invention du laser, on a toujours cru que la technologie pouvait un jour être utilisée en chirurgie à effraction minimale. Pour couper avec un laser, le faisceau doit produire assez d énergie pour convertir le tissu de son état solide, à un état liquide, puis gazeux. En d autres mots, il doit y avoir ablation. Avec un laser, il est possible de focaliser le faisceau jusqu à ce qu il atteigne la taille d une seule cellule. En pratiquant l incision au niveau de la structure cellulaire, on pourrait accélérer la guérison de façon substantielle et favoriser le rétablissement complet, même lors des chirurgies les plus radicales. Cependant, à l énergie produite par le laser est associé un apport important de chaleur au tissu environnant qui cause une brûlure sérieuse et encore plus de dommage que si on avait utilisé un bistouri. De surcroît, lors de la conversion du tissu à la phase gazeuse durant l ablation, un problème plus grave survient : la nucléation rapide suivie d un affaissement. C est un procédé appelé la cavitation. Pour l illustrer, on n a qu à penser à la croissance de bulles aux sites de nucléation dans une marmite d eau bouillante. L affaissement violent des sites de nucléation produit une onde de choc et endommage les tissus. La brûlure et la blessure causée par les ondes de choc sont des facteurs qui ont grandement limité l utilisation du laser, le reléguant aux applications à des sites qui fait, la seule intervention de routine réalisée au moyen du laser est la chirurgie de l œil, un organe qui n a aucune vascularisation critique. Et même cette application peut occasionner des effets secondaires comme le halo ou la diffusion. veau type de laser dont le rayonnement peut être accordé de façon sélective pour exciter l eau à l intérieur des cellules. Le procédé se produit avec une telle rapidité que l ablation survient plus rapidement que le transfert de chaleur ou, plus important encore, la formation de sites de nucléation. Le travail était basé sur une découverte fondamentale qui permet de percevoir les transitions de phase à l échelle atomique au moyen de sources d électrons ultrabrillantes. Le corps humain est constitué de 60 à 70 % d eau qui, lorsque soumise au mécanisme d excitation, stimule le procédé d ablation. Robuste et peu coûteux, le système laser à l état solide est un véritable tour de force d ingénierie qui permet de réaliser l ablation tissulaire au niveau de la cellule. Les résultats sont renversants. Il est maintenant possible de pratiquer une incision sans brûler le tissu tout en préservant ses caractéristiques et en évitant les effets secondaires indésirables qui, par le passé, limitaient l utilisation du laser chirurgical. Ce qui est le plus surprenant : il n y a aucune formation de tissu cicatriciel. Il s agit de la première fois qu une incision est possible sans former de cicatrice, un résultat tout à fait inattendu dont les raisons sont maintenant devenues apparentes. L ablation n endommage qu une seule cellule. Les cellules adjacentes ne sont pas touchées. Ainsi, la guérison se produit dans une blessure étendue causée aux cellules situées même à 1/2 millimètre de distance d une incision pratiquée par un bistouri, l outil chirurgical par excellence. On a nommé ce laser-bistouri le PIRL (Picosecond Infrared Laser le laser picoseconde infrarouge). On a déjà fait la démonstration qu avec le bistouri PIRL, il sera possible de réaliser des chirurgies aux cordes vocales et des greffes de la cornée, dont le succès est actuellement mitigé. Aussi, le système s est avéré prometteur pour des interventions révolutionnaires comme l implantation de qui permettra aux malentendants de recouvrer l ouïe. Il s agit de quelques applications les plus évidentes. Le bistouri PIRL pourra un jour contribuer aux progrès de la médecine et diminuer le coût des soins de santé en réduisant les séjours à l hôpital et en accélérant le rétablissement des patients ayant subi une intervention chirurgicale. L avenir est très prometteur pour ce futur nouveau joyau de la médecine dont l ICIP nous a fait cadeau. Dwayne Miller, University of Toronto À travers le monde, des centaines de milliers de personnes perdent un œil à chaque année. L accès à une prothèse oculaire est possible pour tout le monde, mais le réalisme de ces prothèses laisse beaucoup de place à l amélioration. Étant donné que la pupille ne s ajuste pas aux différentes luminosités ambiantes, cela peut créer des situations gênantes pour les anophtalmes. M. Jérôme Lapointe et le Professeur Raman Kashyap ont développé un dispositif per- de la lumière. Ce dispositif est passif, autonome et autoalimenté par une cellule solaire. C est une image d iris avec une grandeur de pupille minimale qui est installée à l intérieur de la prothèse, alors que le circuit électronique est caché à l arrière. Un petit écran à cristaux liquides (LCD) Quatre images d iris à travers une cellule à cristaux liquides. Chaque image montre la réaction qu aura la pupille alors que la lumière diminue, de gauche à droite. Crédit photo : Jérôme Lapointe et Raman Kashyap avec des pixels en forme d anneaux concentriques autour de la pupille est placé devant l image de l iris. Ces pixels bloquent la lumière lorsqu ils sont au repos et laissent passer la lumière lorsqu une tension est appliquée. C est lorsqu il fait noir que tous les pixels bloquent la lumière et que la pupille paraît plus large, et c est lorsqu il fait de plus en plus clair que la cellule solaire génère une tension sur les pixels qui deviennent graduellement de plus en plus transparents, que l iris est alors visible et que la pupille paraît plus petite. Réalisé en collaboration avec l oculariste Jean-François Durette et le chirurgien oculaire Dr Patrick Boulos de l Hôpital Maisonneuve-Rosemont, ce dispositif a été testé dans une prothèse oculaire réelle. Ce projet de déve- liser le projet et de le mettre sur le marché pour ainsi améliorer la qualité de vie et l estime de soi de ces milliers d anophtalmes. Raman Kashyap, École polytechnique de Montréal 13

14 de l optique, photonique et laser Proposé en 2001 par un groupe de chercheurs de l ICIP, le laboratoire de sources femtoseconde (Advanced Laser Light Source - ALLS) a été conçu pour fournir à la communauté de la recherche canadienne de nouveaux outils pour imager la dynamique de la structure de la matière. Le projet a été lancé en 2003, puis en 2005, ces installations nationales ont graduellement ouvert leurs portes aux utilisateurs. Le programme ALLS est à l origine d une gamme de réalisations de grande portée, à la fois riches et exceptionnelles. Son programme est formé de trois axes majeurs reliés cherche sont décrits ci-dessous. Le premier axe porte sur les techniques dynamiques multilongueurs d onde pour sonder la matière et concerne la manipulation et le contrôle d atomes cibles ainsi que la détection et l analyse des réactions. Au niveau moléculaire, ALLS a permis à plusieurs équipes de recherche d explorer pour la première fois les différents procédés d interaction de paquets d ondes électroniques produits par l ionisation des molécules par effet tunnel (imagerie tomographique des sphères externes, suivi de la dynamique de dissociation, diffraction de paquets d ondes électroniques lors de la rediffusion avec l ion, corrélations au cœur des systèmes moléculaires). Aussi, la dynamique de la structure locale des systèmes plus complexes a pu être révélée. La spectroscopie de structure près du front d absorption de rayons X résolue dans le temps par laser femtoseconde a été utilisée avec succès pour comprendre l interaction entre la structure atomique et électronique durant la transition de phase dans des matériaux fortement corrélés. La dynamique non linéaire des porteurs libres dans un semiconducteur a pu être étudiée grâce au développement récent d impulsions THz à cycle unique. Le deuxième axe s intéresse à la découverte de nouvelles sources lumineuses requises pour réaliser des expériences en temps différé et pour développer des méthodes originales de mesure. Au nombreuses techniques optiques et plasmoniques innovantes pour un éventail d applications dont la mise en forme d impulsions à haute puissance, la compression d impulsions à un seul cycle, l utilisation de la force pondéromotrice pour la caractérisation d impulsions électroniques femteseconde, la tomographie par cohérence optique dans le domaine spectral pour l imagerie biomédicale, l imagerie à contraste de phase par rayons X pour la détection précoce du cancer, l ablation de tissus en un seul cycle, les miroirs de plasma pour améliorer le contraste d impulsions laser ultrapuissantes, le nettoyage de la surface d éléments optiques avec des plasmas radio-fréquence, etc. Le troisième axe vise le développement de nouvelles connaissances dans le domaine de la physique de forte intensité en tirant parti des intensités relativistes produites par le système ALLS de 200 TW. Conçu en 2003, ce système a été le premier à atteindre les puissances crêtes et moyennes les plus élevées au monde lorsqu il a été achevé en Le système a été rendu accessible aux utilisateurs en 2009 et fonctionne régulièrement à 5 J produisant des impulsions de 15 femtosecondes, à un taux de répétition de 10 Hz, avec une impulsion présentant un rapport de contraste très élevé (10-11 :1) et avec une intensité maximale à la cible de 2x10 20 W/cm 2. Au cours des dernières années, les spécialistes canadiens du domaine de l interaction laser-matière ont appris à accélérer des particules (des protons de 15 MeV et des électrons de 1 GeV sont actuellement produits) et à contrôler la physique relativiste à ces fortes intensités. Ces réalisations ouvrent la voie à une approche différente au laser à électrons libres basée sur l accélération de sillage laser qui pourrait permettre au Canada d occuper le haut du pavé sur la scène international dans le développement de la prochaine génération de sources lumineuses. de l innovation en matière d imagerie dynamique et de la science des hautes énergies. Le laboratoire a également servi de modèle à l établissement de nombreux programmes de recherche (dans des domaines ciblés et révélés dans les plans initiaux du laboratoire ALLS), notamment en Europe et en Asie, qui visent des applications en sciences de la vie, en médecine et en physique. Jean-Claude Kieffer, INRS-EMT En incorporant de la lumière aux textiles et aux tissus, les vêtements prennent une allure de fantaisie. Le professeur Maksim Skorobogatiy de l École Polytechnique de Montréal et son équipe ont mis au solide revêtu de 50 couches de polymères présentant des indices de réfraction différents. Ces couches alternées de façon périodique créent une bande interdite photonique qui, pour des gammes de s échapper des côtés. Lorsqu alimentées d une source de lumière tiles. Le tissu ainsi obtenu peut être utilisé pour la confection de vêtements, de tentures et d autres produits de fantaisie. Maksim Skorobogatiy, École polytechnique de Montréal 14

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes

Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes INNOVATE COLLABORATE COMMERCIALIZE Un écosystème na onal pour l excellence en recherche

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

Founding Year and Joining Year of Member Institutions. Année de fondation et d adhésion des établissements membres

Founding Year and Joining Year of Member Institutions. Année de fondation et d adhésion des établissements membres Year and Joining Year of Member Institutions et des établissements membres Institution/Établissement Acadia University 1838 1916 University of Alberta 1906 1915 Algoma University College 1964 2007 Athabasca

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

UNIVERSITY GRADING SYSTEMS SYSTÈMES DE NOTATION UNIVERSITAIRE

UNIVERSITY GRADING SYSTEMS SYSTÈMES DE NOTATION UNIVERSITAIRE cadia 92-93 & after/& après cadia efore/avant 92-93 lberta fter/ après 09/03 lberta efore/avant 09/03 thabasca University 3 pprox. min. 9 7.5 UNIVERSITY GRDING SYSTEMS SYSTÈMES DE NOTTION UNIVERSITIRE

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Centre de demande d admission aux universités de l Ontario OUAC

Centre de demande d admission aux universités de l Ontario OUAC Centre de demande d admission aux universités de l Ontario OUAC À propos du Centre Le Centre de demande d admission aux universités de l Ontario («le Centre») offre des services en anglais et en français

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

UNIVERSITY GRADING SYSTEMS SYSTÈMES DE NOTATION UNIVERSITAIRE

UNIVERSITY GRADING SYSTEMS SYSTÈMES DE NOTATION UNIVERSITAIRE " UNIVERSITY --------- ------ i---- cadia 92-93 & after/& après cadia efore/avant 92-93 3 lberta ftert après 09/03 lberta 9 efore/avant 09/03 ishop's randon ** efore/avant 06-07 --- ------ randon fter/

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Dentiste Numérique Zfx. Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx

Dentiste Numérique Zfx. Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx Dentiste Numérique Zfx Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx Dentiste Numérique Zfx Des technologies novatrices parfaitement adaptées Zfx offre aux dentistes des technologies

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE Au Canada, plus de mille chercheurs en sciences humaines financés par le CRSH étudient des questions qui contribuent à la prospérité des entreprises. Ils s intéressent

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies.

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. LUDIVINE TASSERY 1ere S 5 Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. Lors de la seconde visite, Monsieur PAREIGE, nous a parlé des nanotechnologies et

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à plein temps dans les universités et collèges du Canada qui confèrent des grades

Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à plein temps dans les universités et collèges du Canada qui confèrent des grades Notes explicatives 1 Centre de la statistique de l'éducation le 1 septembre,2005 Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à plein temps dans les universités et collèges du Canada qui confèrent

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche FILIÈRE «PHYSIQUE» Président: Prof. Marc Haelterman marc.haelterman@ulb.ac.be Vice-président : Prof. Pierre-Etienne Labeau pelabeau@ulb.ac.be La formation en un coup d œil Objectifs Former les étudiants

Plus en détail

Les lieux. Trajet - RER B. 20 km. Qu est-ce qu on fait au LPQM? La croix de Berny. Châtenay-Malabry. La salle de Manip. Le bureau

Les lieux. Trajet - RER B. 20 km. Qu est-ce qu on fait au LPQM? La croix de Berny. Châtenay-Malabry. La salle de Manip. Le bureau Trajet - RER B Paris 20 km La salle de Manip La croix de Berny Les lieux Le bureau Châtenay-Malabry Le Laboratoire de Photonique, Quantique et Moléculaire Qu est-ce qu on fait au LPQM? On y étudie la photonique

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Les chaires de recherche du Canada

Les chaires de recherche du Canada Les chaires de recherche du Canada La recherche à son meilleur Le Programme des chaires de recherche du Canada Afin d aider les chercheurs à relever les défis de demain, le gouvernement du Canada a élaboré

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Le nouveau visage d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Les unites dentaires p SOREDEX est un des premiers producteurs d équipement pour imagerie dentaire au monde.

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Chirurgie par laser femtoseconde

Chirurgie par laser femtoseconde Chirurgie par laser femtoseconde Valeria Nuzzo* K.Plamann, D.Peyrot, F.Deloison Laboratoire d'optique Appliquée, ENSTA - École Polytechnique - CNRS UMR 7639, Palaiseau F.Aptel, M.Savoldelli, J.-M.Legeais

Plus en détail

ÉNONCÉ D'ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES des recteurs d'universités et de collèges POUR LE CANADA

ÉNONCÉ D'ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES des recteurs d'universités et de collèges POUR LE CANADA ÉNONCÉ D'ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES des recteurs d'universités et de collèges POUR LE CANADA N ous, les recteurs d'universités et de collèges soussignés, nous préoccupons des changements climatiques

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

La Nouvelle Solution. Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages. Science. Results. Trust.

La Nouvelle Solution. Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages. Science. Results. Trust. La Nouvelle Solution Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages Science. Results. Trust. La technologie de PicoWay TM aux pulses ultra-courts nécessite des énergies plus faibles et génère des résultats

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire ADJOINTE CAD/CAM Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire 16 Tech. Dent. N 342-06/15 L ASIGA pro075 Une mini imprimante très précise L imprimante ASIGA pro075 utilisée dans notre centre est une machine

Plus en détail

Inclinable. Facilement dettachable du microscope. Rotative sur. Microscopes numériques avec tablett

Inclinable. Facilement dettachable du microscope. Rotative sur. Microscopes numériques avec tablett Les derniers microscopes numériques avec Tablette OPTIKA ouvrent de nouveaux horizons dans le domaine de la microscopie. Nos microscopes combinent optique haut de gamme et technologie numérique innovante

Plus en détail

COPL: Regroupement stratégique des chercheurs en optique photonique du Québec. Réal Vallée, dir. Centre d optique photonique et laser (COPL)

COPL: Regroupement stratégique des chercheurs en optique photonique du Québec. Réal Vallée, dir. Centre d optique photonique et laser (COPL) COPL: Regroupement stratégique des chercheurs en optique photonique du Québec Réal Vallée, dir. Centre d optique photonique et laser (COPL) Réal Vallée Assemblée annuelle du RPQ, 29 septembre 2011 Plan

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015

Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015 Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015 Robert Déziel, Ph. D. MBA Gestionnaire, bureau régional du Québec ORGANISME SUBVENTIONNAIRE FÉDÉRAL EN SCIENCES

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Universités et Programmes Recommandés

Universités et Programmes Recommandés Bourses Nationales d Études en Mastère et PhD au Canada Appel à Candidature 2015-2016 Universités et Programmes Recommandés 2 Bourses Nationales d Études au Canada, 2015-2016 Préambule Le tableau suivant

Plus en détail

INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL

INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL INTÉGREZ LA LUMIÈRE INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL UNE GRANDE ÉCOLE SCIENTIFIQUE TROIS DIPLÔMES POUR FORMER AU MEILLEUR NIVEAU INTERNATIONAL en partenariat avec les universités de Paris-Saclay, Saint-Étienne

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

SMARTXIDE 2. et à diode : unique, polyvalente, multidisciplinaire. Plate-forme laser CO 2

SMARTXIDE 2. et à diode : unique, polyvalente, multidisciplinaire. Plate-forme laser CO 2 SMARTXIDE 2 MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE - HISCAN V 2 LR CHIRURGIE ODONTOSTOMATOLOGIE SMARTXIDE 2 Plate-forme laser CO 2 et à diode : unique, polyvalente, multidisciplinaire SMARTXIDE 2 10 SMARTXIDE 2 : CONNAISSANCES

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la Toujours plus court : des impulsions lumineuses attosecondes Les impulsions laser «femtoseconde» sont devenues routinières dans de nombreux domaines de la physique. Elles sont exploitées en particulier

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Introduction Un certain nombre de services de santé pour les yeux qu offrent des médecins ne sont pas considérés médicalement

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Gestion des risques de fraude

Gestion des risques de fraude SERVICES-CONSEILS GESTION DES RISQUES Gestion des risques de fraude Une approche proactive visant à lutter contre le risque de fraude et de malversation kpmg.ca/juricomptabilite 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l.,

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

les années quatre-vingt - l ère nucléaire

les années quatre-vingt - l ère nucléaire Grue à benne traînante Maid Marion de 50 m 3 L aspect le plus mémorable des années est l entrée d Énergie NB dans l ère nucléaire signalée par l inauguration de la centrale nucléaire de Point Lepreau.

Plus en détail

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007

La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 Genève, le 26 septembre 2007 Communiqué de presse La chirurgie robotisée en projection 3D: Une première européenne présentée au grand public, à Genève, le 4 octobre 2007 La Clinique Générale-Beaulieu (CGB)

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Chirurgie oculaire au laser Excimer

Chirurgie oculaire au laser Excimer Chirurgie oculaire au laser Excimer Ce document préparé par L'Hôpital d'ottawa présente des renseignements généraux. Il ne vise pas à remplacer les conseils d'un professionnel de la santé qualifié. Consultez

Plus en détail

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives

Chapitre 2 : Chirurgies réfractives Chapitre 2 : Chirurgies réfractives 1. Techniques d examen... 2 1.1 Aberrométrie (voir chapitre cornée)... 2 1.2. Topographie cornéenne (voir chapitre cornée)... 2 2. Chirurgies incisionnelles... 2 3.1.

Plus en détail

2.0 MegaWattBlock pour parcs solaires

2.0 MegaWattBlock pour parcs solaires The better electric. 391 MWc puissance photovoltaïque construite par BELECTRIC 2011. BELECTRIC est le leader mondial de l étude, la fourniture et la réalisation (EPC) de systèmes photovoltaïques selon

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail