Nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d information que vous jugerez souhaitable.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d information que vous jugerez souhaitable."

Transcription

1 Benoît DARRE Route de Tarbes LALANNE TRIE A l attention de Monsieur VAN ZWYNSVOORDE A LALANNE TRIE, le 4 Mai 2016 Objet : Expertise Crédit d Impôt Innovation Monsieur Van Zwynsvoorde, Suite à votre retour par mail du 5 avril 2016 concernant l expertise sur le projet NATURA DOME de la société BD Holding, vous trouverez ci-dessous des éléments de comparaison chiffrés entre NATURA DOME et les constructions réalisées par la concurrence. Nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d information que vous jugerez souhaitable. Nous vous prions de croire, Monsieur, en l assurance de notre considération distinguée. Benoît Darré

2 Comparaison des caractéristiques de NATURA DOME avec la concurrence Comparaison du BBio de NATURA DOME avec celui de DOMESPACE La valeur du Bbio ne peut permettre la comparaison entre NATURA DOME et DOMESPACE car elle est dépendante du lieu d implantation et de l exposition de la construction. Il faudrait donc être à même d obtenir une mesure du Bbio pour une maison DOMESPACE construite à Lapeyre suivant la même exposition. De ce fait, nous avons axé la comparaison sur la résistance thermique. Besoin de chauffage Il est question de comparer une puissance de chauffe de la maison pour maintenir 20 C à l intérieur quand il fait 0 C dehors. Il s agit du résultat d un calcul de déperdition statique, qui ne peut être comparé à un calcul dynamique pour lequel nous annonçons pour NATURA DOME un besoin de chauffage de 8 kwh/m 2.an. Pour NATURA DOME, il faudrait donc comparer une exposition, une implantation géographique, un ratio de surfaces d ouverture/surface totale pour obtenir des éléments de comparaison fiables. Cependant, NATURA DOME possède une résistance thermique pratiquement deux fois supérieure à celle de DOMESPACE et présente des performances thermiques 83% supérieures à celles de DOMESPACE. Une analyse de la performance thermique du mode constructif NATURA DOME vis-à-vis de l état de l art a été réalisée par la SCOP ECOZIMUT, et est disponible en annexe 1. Ce document démontre que le coefficient thermique des parois de NATURA DOME (0,09 W/m 2.an) est deux fois plus faible que celui de DOMESPACE (0,20 W/m 2.an), ce qui indique une performance thermique des parois de NATURA DOME bien supérieure à celle de DOMESPACE. Isolation thermique Les conductivités thermiques des matériaux de l enveloppe d une construction DOMESPACE sont les suivantes : λ epicea = 0,140 W.m -1.K -1 λliège = W.m -1.K -1 λ OSB = 0.13 W.m -1.K -1 λ Red Cedar = 0.15 W.m -1.K -1 λ air ventilé = 0.5 W.m -1.K -1 La résistance thermique correspondante est de 6,3 m 2.K.W -1. La résistance thermique de NATURA DOME est de 11 m 2.K.W -1. Résistance au feu Le classement de M0 à M5 indique effectivement la «réaction au feu», c est-à-dire la combustibilité et l inflammabilité du matériau. Dans le cas de NATURA DOME, les 40 cm de béton assurent le caractère ininflammable et incombustible de la structure (M0). Il s agit d une arche béton coupe-feu, qui présente donc une bonne résistance au feu (étanchéité aux gaz de combustion et isolation

3 thermique). Le degré coupe-feu de l arche NATURA DOME est d environ 3h, tandis que celui d un bâtiment type DOMESPACE est d environ 20 minutes. Le bois est classé M3 ou M4 (moyennement ou facilement inflammable). Le degré de résistance au feu se définit comme le temps pendant lequel un matériau ou un assemblage empêche le passage des flammes et la transmission de la chaleur dans des conditions déterminées d essais et de comportement (source : Concernant la résistance au feu du bois lamellé collé, le graphique (cf. Figure 1) ci-dessous indique que pour 45 min d exposition au feu, on atteint une température de 800 C environ à 10 mm en dessous de la surface. Pour le béton, la température est d environ 500 C à 15 mm de profondeur pour une exposition d une heure, ce qui reste inférieur à la température atteinte dans le cas du lamellé collé. De plus, le béton dispose de 50 à 60% de ses capacités de résistance mécanique à 600 C. Béton bas carbone Figure 1: Résistance au feu du bois lam ellé collé Le béton employé par NATURA DOME est fabriqué à partir de liants issus de l économie circulaire : valorisation de scories de hauts fourneaux (CEM III) permettant de réduire jusqu à 25% les émissions de CO2; incorporation d une part de granulats issus de la valorisation de béton recyclés concassés. Un bilan carbone de l entreprise est disponible en annexe 2. Isolation phonique

4 L isolation phonique est permise par la structure massive en béton de NATURA DOME, contrairement aux structures en bois de DOMESPACE. La conformité au seuil BR1 a été évaluée par le bureau d étude SCOP ECOZIMUT, dont la note de synthèse vous a été transmise précédemment. En termes d indice d affaiblissement acoustique, une paroi composée d un matériau plus massique présentera un meilleur indice d affaiblissement. En effet, la loi de masse indique qu à une fréquence donnée, l indice d affaiblissement d une paroi dépend uniquement de sa masse volumique et de son épaisseur : des parois lourdes et épaisses permettent donc une meilleure isolation phonique. Dans le cas de NATURA DOME, on considère une masse volumique de 2000 kg.m -3 pour l enveloppe et une épaisseur de 80 cm. La masse surfacique est alors de 1600 kg.m -2. Dans le cas de DOMESPACE, on considère une masse volumique de 600 kg.m -3 pour l enveloppe et une épaisseur d environ 40 cm. La masse surfacique est alors de 240 kg.m -2. En doublant la masse surfacique d une paroi, on augmente son indice d affaiblissement acoustique de 4 db en moyenne. On peut donc conclure que l indice d affaiblissement acoustique de la paroi NATURA DOME, à une fréquence donnée, sera environ plus élevé de 15 db par rapport à l indice d affaiblissement acoustique de la paroi DOMESPACE.

5 Confidentiel Annexe 1 Analyse de la performance thermique du mode constructif naturadome vis-à-vis de l état de l art BD HOLDING CII

6 Analyse de la performance thermique du mode constructif naturadome vis-à-vis de l état de l art Diffusion Tout public Interne entreprise Projet Restreinte à : Version V0 Date 28/04/2016 Auteur(s) Elian LATOUR Tous droits de communication et de reproduction réservés SCOP ECOZIMUT SCOP ARL à capital variable 8, rue Jacques Babinet Toulouse

7 I. Objet de l étude Nous avons était missionné par la société NaturaDream pour évaluer la performance thermique du procédé de construction NaturaDome vis-à-vis de l état de l art de la construction et de ses concurrents les plus proches. II. Etat de l art de la performance énergétique dans la construction a. Contexte réglementaire En France, la règlementation thermique en vigueur est la RT2012. Elle fixe un niveau de performance minimum pour les postes de consommations suivant : - Chauffage - Climatisation - Eau chaude sanitaire - Eclairage - Auxiliaires de ventilation En parallèle de cette réglementation qui fixe le seuil minimal à respecter pour tout projet neuf, plusieurs labels énergétiques existent pour les maîtres d ouvrage désireux d avoir des bâtiments encore plus performants. On notera les trois principaux : - label Effinergie + qui équivaut à un niveau de performance supérieur de 20% à la RT label BEPOS qui en plus d être plus performant d au moins 20% par rapport à la RT2012, impose au bâtiment de produire plus d énergie qu il n en consomme. Ce label préfigure les obligations de la future réglementation thermique RT le label Passif, qui est un label européen, et qui est à l heure actuelle le plus exigent du point de vue de la performance thermique des bâtiments. Il correspond environ à une performance supérieure de 60% par rapport à la RT2012. b. Performances énergétiques En tant que bureau d étude, nous avons réalisés plusieurs études thermiques pour différents projets ayant des performances énergétique de la RT2012 jusqu au label passif. Nous avons fait une moyenne des performances thermiques des parois nécessaires pour atteindre les performances souhaitées : Moyenne constatée des performances thermique requise pour l isolation des parois du bâtiment U [W/m².K] RT2012 Label Effinergie+ Label BEPOS Label passif U = 0.22 U = 0.18 U = 0.18 U = 0.15 Tous droits de communication et de reproduction réservés SCOP ECOZIMUT SCOP ARL à capital variable 8, rue Jacques Babinet Toulouse

8 III. Performance thermique a. Naturadome Le procédé de construction naturadome, de par sa structure en voute, offre une résistance thermique identique en mur et en toiture, et permet de supprimer les ponts thermiques. Terre végétale Isolant Béton RR = ee λλ = 0,60 0,055 = 10,90 mm2. KK/ WW UU = 1 RR = 1 = 0,09 WW mm2. KK 10,90 Cette résistance thermique proche de 11 m².k/w obtenu grâce à l utilisation de 60cm de copeaux de bois en guise d isolant, place la performance des parois de ce mode constructif en dessous des moyennes constatées pour un bâtiment passif : Tous droits de communication et de reproduction réservés SCOP ECOZIMUT SCOP ARL à capital variable 8, rue Jacques Babinet Toulouse

9 En plus de cette isolation extrêmement performante, la spécificité de Naturadome est la double inertie qui joue un rôle majeur pour le confort des occupants et les économies d énergie : - Inertie intérieure : la masse du béton et de la voute au contact de l ambiance intérieure crée un déphasage quotidien qui permet de profiter au maximum des apports solaires et internes, ainsi que de maîtriser les surchauffe estivales - Inertie extérieure : la couche de terre végétale au-dessus de l isolant permet de créer un déphasage intersaisonnier. Ainsi, en été, la voute est au contact d un environnement frais, alors qu en hiver le sol est plus chaud que l air extérieur. b. Domespace Le principe constructif Domespace, qui propose des maisons en forme de coupole, a été identifié comme l un des plus proches concurrents de Naturadome sur le marché des maisons bioclimatiques à l architecture atypique. L isolation de Domespace est réalisée par 20cm de liège, ce qui correspond à un coefficient thermique de 0,20 W/m².K, soit deux fois plus que Naturadome. Concernant l inertie thermique, la maison étant à 100% au contact de l air extérieur, elle ne bénéficie pas de l atout d être partiellement enterrée comme la voute du Naturadome. De plus, la structure légère en bois n apporte pas de masse à l intérieur, donc le déphasage sera moins important et le confort des habitants pourra en être affecté. Par rapport à Domespace, Naturadome a une performance thermique plus élevée, et marque une rupture technologique vis-à-vis de l ensemble de ses concurrents au niveau de l efficacité énergétique dans la construction. IV. Conclusions Suite à l analyse des performances thermiques du mode constructif NaturaDome, nous pouvons conclure que ce procédé offre des résultats très performants, bien au-dessus des autres systèmes constructifs et des autres projets bioclimatiques d architectures classique ou atypique. L alliance d une très forte isolation avec cette architecture semi enterré qui procure une inertie thermique et un déphasage très important font que ce mode constructif innovant ne ressemble à aucun autre sur le marché de la construction actuel. Tous droits de communication et de reproduction réservés SCOP ECOZIMUT SCOP ARL à capital variable 8, rue Jacques Babinet Toulouse

10 Confidentiel Annexe 2 Bilan carbone BD HOLDING CII

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment.

Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Aides pour mieux comprendre l'isolation thermique du batiment. Information sur les mots-clés dans le domaine de l'isolation thermique des batiments La conductivité thermique ou Lambda La conductivité thermique

Plus en détail

Isolation thermique. Page 1

Isolation thermique. Page 1 Isolation thermique Page 1 1. Définition de l isolant thermique et domaines d utilisation 2. Réglementation thermique dans le bâtiment 3. Aperçu géologique de la pierre ponce 4. Un produit miracle dans

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

Analyse du label E+C- en maison individuelle Partie I : Résultats énergie E +

Analyse du label E+C- en maison individuelle Partie I : Résultats énergie E + Analyse du label E+C- en maison individuelle Partie I : Résultats énergie E + TBC Innovations Robin Cartier, Stagiaire Génie Civil et Construction Durable Bérenger Favre, Responsable étude et projet de

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

Architecte : Jacques Ripault RT La réponse béton

Architecte : Jacques Ripault RT La réponse béton Architecte : Jacques Ripault RT 2000 La réponse béton La nouvelle réglementation thermique RT 2000 Architecte : Michel Kagan introduction La nouvelle réglementation thermique "RT 2000" s inscrit dans le

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels

- lors d une construction neuve. - lors d une rénovation d habitation récente employant des matériaux et systèmes constructifs conventionnels isoler sa maison pourquoi? quand? comment et où? - améliorer le confort intérieur - faire des économies d énergies - respecter la réglementation déperditions toiture 25 à 30 % sol 7 à 15 % murs 15 à 25

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Exercices Thermiques BTS EEC

Exercices Thermiques BTS EEC BTS EEC 1993 On se propose d étudier les problèmes d isolation thermique pour les simples et doubles vitrages. Simple vitrage : glace plane d épaisseur e 1 = 8 mm. Double vitrage : 2 glaces planes d épaisseur

Plus en détail

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017

SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 SALON RÉHABITAT 11 mars 2017 Le Cluster Eco-Energies Objectif: Favoriser le développement économique des entreprises Domaine d activité: La filière du bâtiment performant (maîtrise de l énergie, efficacité

Plus en détail

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité

R filter. Pour une étanchéité à l air maîtrisée. OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité R filter Pour une étanchéité à l air maîtrisée OPTEZ POUR LA PERFORMANCE Praticité Étanchéité Rapidité Facilité 02 03 DES OBJECTIFS RT 2012 AMBITIEUX DES EXIGENCES DE PERFORMANCES GLOBALES DE 3 TYPES >

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT?

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? Atelier d Architecture Delsinne Concepteur Maisons Passives CEPH www.delsinnearchitecte.fr Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique

Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Première STI2D /STL Tronc commun Exercices Isolation thermique Classe : Première Enseignement : Sciences physiques THEME du programme : HABITAT / VÊTEMENT et REVÊTEMENT Résumé du contenu de la ressource.

Plus en détail

Contexte scientifique

Contexte scientifique Contexte scientifique Ces paramètres dépendent : Traité d architecture et d urbanisme bioclimatiques -De la constitution de l enveloppe du bâtiment (matériaux porteurs, isolants, parements ) -Des systèmes

Plus en détail

Le Bois et la construction

Le Bois et la construction Le Bois et la construction ECCTA Ingénierie Bureau d'études techniques en bâtiment, infrastructure, maîtrise d'oeuvre générale, depuis 1982. Pôles de compétences : l'assistance à maîtrise d'ouvrage, le

Plus en détail

Pourquoi changer ses fenêtres? Les performances thermiques des fenêtres

Pourquoi changer ses fenêtres? Les performances thermiques des fenêtres Les menuiseries isolantes 18 mars 2014 changer ses fenêtres? Les performances des fenêtres La réglementation : Thermique Fenêtres : un peu de vocabulaire Glossaire La menuiserie : la partie opaque (le

Plus en détail

La maison B C D E F. Une construction respectueuse de notre environnement. Une facture énergétique allégée. Basse Consommation

La maison B C D E F. Une construction respectueuse de notre environnement. Une facture énergétique allégée. Basse Consommation LE BON SENS ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE La maison Pourquoi construire une maison BBC aujourd hui? Le bon sens c est de construire aujourd hui une maison répondant aux objectifs du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

Les principes de la thermique

Les principes de la thermique Les principes de la thermique CoursTD 1. L isolation une maison Vidéo «bien isoler sa maison», durée : 5minutes. 1) Depuis 2011, qu impose la réglementation lors de la vente d une maison? 2) Quel est le

Plus en détail

Système constructif B2R+ épaisseur de 20 cm :

Système constructif B2R+ épaisseur de 20 cm : B2R+ Analyse des performances thermiques et environnementales 1. ANALYSE THERMIQUE L analyse qui suit compare le système constructif B2R+ à une paroi traditionnelle ITI d utilisation courante dans le cadre

Plus en détail

Thermique et matériaux

Thermique et matériaux Thermique et matériaux 1. Variété et performance des matériaux 3. Aperçu de la logique HQE Sources : Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. 1. Variété et performance

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012 entre en vigueur

La Réglementation Thermique 2012 entre en vigueur La Réglementation Thermique 2012 entre en vigueur Aussi, afin de réduire durablement les dépenses énergétiques, le Grenelle Environnement a prévu la mise en oeuvre d un programme de réduction des consommations

Plus en détail

Evolution d un marché des matériaux de construction bio sourcés par un développement industriel et des contraintes énergétiques du bâtiment.

Evolution d un marché des matériaux de construction bio sourcés par un développement industriel et des contraintes énergétiques du bâtiment. Sommaire Evolution d un marché des matériaux de construction bio sourcés par un développement industriel et des contraintes énergétiques du bâtiment. 1. Les matériaux isolants bio-sourcés en croissance

Plus en détail

Isolation thermique par l extérieur

Isolation thermique par l extérieur Isolation thermique par l extérieur 8 Diathonite Evolution est un enduit idéal pour réaliser une isolation thermique par l extérieur sur tous les types de maçonnerie. 1 2 3 4 1. Diathonite Finition / Plasterpaint

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Avec Concept R Home.

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Avec Concept R Home. Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Concept R Home www.concept-r-home.com Divise par 3 les consommations énergétiques par rapport

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSSE OCTOBRE 2017 FAÇADE F4, NOUVELLE GÉNÉRATION

DOSSIER DE PRESSSE OCTOBRE 2017 FAÇADE F4, NOUVELLE GÉNÉRATION FAÇADE F4 DOSSIER DE PRESSSE OCTOBRE 2017 FAÇADE F4, NOUVELLE GÉNÉRATION UNE COMBINAISON UNIQUE POUR UN CONFORT MAXIMUM DANS UN ENCOMBREMENT MINIMUM Ce sont donc plusieurs années de Recherche et de Développement

Plus en détail

Profondeur de pénétration. Période journalière. Période saisonnière. a = diffusivité thermique [m 2 /s] = T = période de la sollicitation [s]

Profondeur de pénétration. Période journalière. Période saisonnière. a = diffusivité thermique [m 2 /s] = T = période de la sollicitation [s] Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 11 I. Application : Profondeur hors-gel des conduites d eau 1. Déterminer la profondeur de pénétration (dite aussi effective)

Plus en détail

Bétons isolants structurels (B.I.S)

Bétons isolants structurels (B.I.S) Bétons isolants structurels (B.I.S) NORME NF EN 206-1/ CN Présentation UMGO 11 Juillet 2014 SNBPE Rhône Alpes 1 Le Béton en France: 39 millions de m3 4 100 millions HT de Chiffre d Affaires 1 816 Centrales

Plus en détail

PEB NOTE EXPLICATIVE

PEB NOTE EXPLICATIVE DOSSIER : LAEKEN - HOUBA Projet Situation AR MO CPEB Construction d un ensemble de 43 logements Angle de l Avenue Houba de Strooper et de l Avenue du Citronnier à 1020 Laeken Architectenbureau Vanderperen

Plus en détail

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ),

Synthétiques : ils sont issus de la pétrochimie (polystyrènes, polyuréthanes ), Définition Isolant : Matériau limitant les transferts d énergies entre deux systèmes (cas d un bâtiment : intérieur et extérieur) 1. Il existe différents types d isolants : Synthétiques : ils sont issus

Plus en détail

SUCCESS STORY. Nouvelle cité administrative de Seraing : premier immeuble passif de bureaux en Wallonie

SUCCESS STORY. Nouvelle cité administrative de Seraing : premier immeuble passif de bureaux en Wallonie SUCCESS STORY Nouvelle cité administrative de Seraing : premier immeuble passif de bureaux en Wallonie Contexte Soucieuse de proposer à ses citoyens un service administratif efficace, moderne et regroupé,

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves choisi de la

Plus en détail

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Comment améliorer la performance énergétique chez vous? en LIMOUSIN L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Emilie RABETEAU Anthony BROC Jean Jaques RABACHE Conseiller INFO ÉNERGIE Qu est

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET

PRÉSENTATION DU PROJET IUT DE BÉZIERS PRÉSENTATION DU PROJET MAÎTRE D OUVRAGE Communauté d agglomération Béziers Méditerranée MANDATAIRE DU MAÎTRE D'OUVRAGE SEBLI PROGRAMME Construction d'un l IUT comprenant 4 départements,

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA

Systèmes constructifs bois et thermique d hiver. Sylvain Boulet - FCBA Systèmes constructifs bois et thermique d hiver Sylvain Boulet - FCBA 1 Programme RT Bois «Aide à la conception technique et règlementaire, adaptée au choix de solutions constructives bois» Suite de l

Plus en détail

COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE

COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE PASSIF, RÈGLEMENTATION THERMIQUE, BEPOS : COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE GUILLAUME MENET PASSIPHILE PAUL LIRET - DIAGOBAT Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable 13

Plus en détail

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION

TP N 15 : ÉVALUATION DES BESOINS EN CHAUFFAGE D UN BÂTIMENT ETT DESCRIPTION DE LA MAISON 1. PRÉSENTATION 2. LOGICIEL SCY HOUSE SIMULATION Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles 1. PRÉSENTATION Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources

Plus en détail

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue,

95% REFLEXION. WINCO technologies. La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, INDECHIRABLE CLASSEMENT R3. Une enveloppe continue, R R R ISOLATION INTERIEURE & EXTERIEURE La nouvelle façon d isoler les bâtiments Hautement réflectif, Recouvert d aluminium pur, SKYTECH Pro réfléchit vers l intérieur 95% de la chaleur du rayonnement

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

Construction et Isolation. COMPAREZ matériaux, plans et prix pour offrir à votre future maison la meilleure solution constructive du marché

Construction et Isolation. COMPAREZ matériaux, plans et prix pour offrir à votre future maison la meilleure solution constructive du marché Construction et Isolation COMPAREZ matériaux, plans et prix pour offrir à votre future maison la meilleure solution constructive du marché Votre rêve est de faire construire une maison moderne, économe

Plus en détail

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Maisons passives & nouveaux bâtiments Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Principes de planification Isolation thermique 3 Principes de planification Lors de la

Plus en détail

Coffres volets roulants et BSO : solutions de façades esthétiques et thermiques

Coffres volets roulants et BSO : solutions de façades esthétiques et thermiques Coffres volets roulants et BSO : solutions de façades esthétiques et thermiques Fini les ponts thermiques Isolation thermique optimale Esthétique Mise en œuvre simple Energiebloc 24 PRODUCTION FRANÇAISE

Plus en détail

fiche de synthèse Description du projet maison passive Misweb synthèse du bureau d'études Viheriö

fiche de synthèse Description du projet maison passive Misweb synthèse du bureau d'études Viheriö Depuis février 2010, le bureau d'études thermiques Viheriö accompagne le maître d'œuvre Evolia ainsi que les maîtres de l'ouvrage dans la conception du projet de maison passive certifiée MISWEB. Cette

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ENVELOPPE DU BÂTIMENT

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ENVELOPPE DU BÂTIMENT SESSION 2011 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ENVELOPPE DU BÂTIMENT ÉPREUVE U32 : SCIENCES PHYSIQUES Thème : Partie A : Mécanique des fluides (6 points) Partie B : Chimie (4,5 points) Partie C : Etude thermique

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE

Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE Performance énergétique des bâtiments neufs et labels HPE Olivier Servant Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction Chef de projet Réglementation Thermique Performance énergétique

Plus en détail

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation

Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Présentation du Béton de Chanvre dans la Construction / Rénovation Bureau d Etudes de Maîtrise d Oeuvre sommaire La perfo r m ance auna tu rel 1Qu est ce que le chanvre? 2 Le stockage du Carbone 3 Les

Plus en détail

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof

Corrigé TD Comportement thermique des matériaux. 1 Brique mono mur. Prof 1 Brique mono mur Pour une maison à énergie positive, on prévoit d équiper les murs de l extension en brique «mono mur» R = 3,25 m 2 K / W masse : 19 kg 1. Déterminez l épaisseur et la conductivité équivalente

Plus en détail

Véronique & Dominique Rambault Ateliers RAMBAULT. Florian Giraud IDEFIA. Youssef Goudhane Energetic Performance

Véronique & Dominique Rambault Ateliers RAMBAULT. Florian Giraud IDEFIA. Youssef Goudhane Energetic Performance Véronique & Dominique Rambault Ateliers RAMBAULT Florian Giraud IDEFIA Youssef Goudhane Energetic Performance Véronique & Dominique Rambault des Ateliers RAMBAUL chef de file du GT13 Leurs besoins Pourquoi

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES NOVEMBRE Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES NOVEMBRE 2 L opération étudiée Situation géographique 3857 Le cheylas Isère

Plus en détail

T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE EUROS. Rue du Stade REILLANNE. N Renseigné par MODIFICATIONS DATE

T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE EUROS. Rue du Stade REILLANNE. N Renseigné par MODIFICATIONS DATE T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE 40 000 EUROS 34 COMMUNAUTE DE HAUTE PROVENCE MAIRIE DE MANE, HOTEL DE VILLE 04 300 MANE Rapport sur les isolations et les prestations prises en compte pour les calculs selon

Plus en détail

COUPON-RÉPONSE. Nom. Prénom. Adresse. Ville.

COUPON-RÉPONSE. Nom. Prénom. Adresse. Ville. COUPON-RÉPONSE Dans le cadre d un projet de construction de type : L Maison individuelle L J ai un terrain L Je n ai pas de terrain L Rénovation/Extension Nom Prénom Adresse J envisage de réaliser ce projet

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Remplissages. Fonctions optionnelles

Remplissages. Fonctions optionnelles Remplissages Fonctions optionnelles Pour répondre aux exigences des architectes et des différentes réglementations, SKYDOME vous propose un vaste choix de remplissages. Remplissages Fonctions optionnelles

Plus en détail

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie

Paramètres influent le transfert de chaleur et le besoin en. énergie Paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie Le thème traité : quels sont les paramètres ayant une influence sur le transfert de chaleur et/ou le besoin en énergie

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

Bâtiments & énergies

Bâtiments & énergies Bâtiments & énergies Plan RT 2005 & labels énergétiques Master AUDT UE 32 Thermique 1 A quoi sert l'énergie dans un bâtiment? : Confort Se chauffer (en décroissance) S éclairer Se rafraîchir Santé Avoir

Plus en détail

RT «C est quand qu on va où?» André POUGET

RT «C est quand qu on va où?» André POUGET RT 2012 «C est quand qu on va où?» André POUGET Sommaire Domaine d application 3 exigences de performances globales Coefficient B Bio max: définition, modulations Coefficient C max: définition, modulations

Plus en détail

RT 2005 : DE BONNES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT POUR LE PSE

RT 2005 : DE BONNES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT POUR LE PSE Juin 2006 RT 2005 : DE BONNES PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT POUR LE PSE Conçue pour renforcer les exigences de la Réglementation Thermique 2000 (RT 2000), la RT 2005 s attache à contrôler le bilan énergétique

Plus en détail

Le BLOC Béton et la MAISON BBC

Le BLOC Béton et la MAISON BBC Le BLOC Béton et la MAISON BBC Bureau d Etude Thermique Calculs réglementaires BBC Tests d étanchéité à l air Effinergie Calculs thermiques réglementaires Tests d étanchéité à l air (BBC ) Le BLOC Béton

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

SALLE MULTISPORT LA FARE LES OLIVIERS, (13)

SALLE MULTISPORT LA FARE LES OLIVIERS, (13) Candidature Off du Développement Durable Octobre 2014 SALLE MULTISPORT LA FARE LES OLIVIERS, (13) Maître d Ouvrage Architecte BE Technique AMO VILLE DE LA FARE LES OLIVIERS MONTECRISTO GRONTMIJ 1 La ville

Plus en détail

Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama

Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama Via Positive 7 ZA de Pré Munny 01630 PERON Tel : 04 50 56 33 11 E-mail : contact@viapositive.com Cabinet d ingénieur en énergie. Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama Etude thermique RT

Plus en détail

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4

CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 10-099 Le 26 avril 2011 Réf. DER/HTO 2011-100-AD/LS CALCUL DE PONTS THERMIQUES DE LIAISON AVEC FACADE F4 Version 1

Plus en détail

Guide préalable à la rénovation énergétique. Tout ce qu il faut savoir

Guide préalable à la rénovation énergétique. Tout ce qu il faut savoir Guide préalable à la rénovation énergétique Tout ce qu il faut savoir Sommaire: Quelques chiffres et constats Des objectifs à atteindre Apprendre à reconnaitre le bâti, en définir la typologie Faire un

Plus en détail

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T

Traitement des nœuds constructifs. 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T Traitement des nœuds constructifs 1 Domaine d application 2 Définitions 3 Coefficient de transfert thermique par transmission à travers les nœuds constructifs: H T junctions 3.1 OPTION A : méthode détaillée

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 INFO TECHNIQUE Réglementation Thermique 2012 Les 10 points clés A B C D E F G Arrêté du 26 octobre 2010 Décret n 2010-1269 du 26 octobre 2010 1. Quel est l objectif de la réglementation? La réglementation

Plus en détail

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 09 > Inertie(s) et régime dynamique 1. Apports et perditions thermiques 2. Deux principes d inertie thermique 3. Aperçu de la RT 2000 et de

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ

BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ BONUS DE CONSTRUCTIBILITÉ Des bâtiments exemplaires avec la brique 17 rue Letellier 75O15 Paris Email : fftb@fftb.org @_FFTB_ www.briques.org Quelle est la pertinence de la maçonnerie en briques terre

Plus en détail

L offre solaire thermique condensation

L offre solaire thermique condensation L offre solaire thermique condensation Une alliance naturelle pour une performance accrue DOMAINE D APPLICATION Toute application de chauffage ou production d eau chaude sanitaire avec une consommation

Plus en détail

déterminer la puissance des émetteurs

déterminer la puissance des émetteurs page 1/7 1. Bilan thermique d'un bâtiment DEPERDITIONS APPORTS GRATUITS BESOINS DE CHAUFFAGE PERTES CONSOMMATION 1.1. Objet du calcul des déperditions vérifier la conformité du bâtiment La réglementation

Plus en détail

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement énergétique QUESTIONNAIRE: «RT2012»

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement énergétique QUESTIONNAIRE: «RT2012» QUESTIONNAIRE: «RT2012» http://www.rt-batiment.fr/batiments-neufs/reglementation-thermique-2012/presentation.html 1. QUE SIGNIFIE «RT»? Résistance Thermique Règlementation Thermique Régulation Thermique

Plus en détail

Etude thermique PassivHaus (PHPP)

Etude thermique PassivHaus (PHPP) CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS PASSIFS ROUTE DE LINSELLES A HALLUIN Etude thermique PassivHaus (PHPP) 677 Boulevard de la République 59 000 Lille Tél. / fax. : 03 20 74 59 14 / 03 20 74 98 85 Informations

Plus en détail

La construction béton réinventée

La construction béton réinventée La construction béton réinventée En 2013, quatre industriels majeurs de la construction, Alkern, BIP Bétons, Fabemi et Pradier Bloc se sont réunis pour créer le groupement leader du bloc béton en France.

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

Un vêtement technique pour le bâtiment!

Un vêtement technique pour le bâtiment! Isolant rigide en fibres de bois pour l ITE Sous toiture, sous bardage, sous plancher, sous enduit. Un vêtement technique pour le bâtiment! > Isolants bio-sourcés en fibres de bois > Hautes performances

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.4 Systèmes ATELIER Piotr Wierusz-Kowalski AUTOMNE 2015 p.kowalski@mkengineering.be www.mkengineering.be 2 TABLE DES MATIERES OBJECTIFS

Plus en détail

15 logements sociaux «de type passifs» à. la Sarthe. 'nium, Bureau d Etudes Environnementales

15 logements sociaux «de type passifs» à. la Sarthe. 'nium, Bureau d Etudes Environnementales GERA architectes www.gera-architectes.com GERA'nium 'nium, Bureau d Etudes Environnementales www.geranium-environnement.com 15 logements sociaux «de type passifs» à Montfort le Gesnois, dans la Sarthe

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES CANTY

BUREAU D ÉTUDES CANTY La performance du détail 20 Réf. PHPP Réf. RT 2012 Ψ = 0,079 W/m.K (réf. RT 2012) Ψ = -0,044 W/m.K (réf. PHPP) Calcul réalisé selon les normes NF EN ISO 10211 et NF EN ISO 10077-2, les Règles Th-Bât 2012

Plus en détail

Construction d'un bâtiment tertiaire neuf au standard BBC avec une démarche orientée bâtiment passif

Construction d'un bâtiment tertiaire neuf au standard BBC avec une démarche orientée bâtiment passif > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

Analyse énergétique d une maison individuelle, méthodes d'amélioration des performances thermiques

Analyse énergétique d une maison individuelle, méthodes d'amélioration des performances thermiques Analyse énergétique d une maison individuelle, méthodes d'amélioration des performances thermiques Gabriel Ivan, Dumitru Chisalita, Nicolae Ivan Université Technique de Constructions Bucarest Bd. Lacul

Plus en détail

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois

ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques à travers les parois RAPPORT_BIPLAN SARL au capital de 8000 SIRET : 51199946800024 ZA La Touche 35890 BOURG DES COMPTES Tel : 02.99.52.14.38 Email : contact@tyeco2.com ETUDE WUFI Etude dynamique des transferts hygrothermiques

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUE. L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins.

BESOINS ENERGETIQUE. L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins. I Besoins en énergie finale Etat des lieux L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins. I.1 Quelle est l énergie finale la plus consommée? Les besoins en

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association

Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Historique du CHANVRE Différentes utilisations Les intérêts techniques et environnementaux Les fondamentaux de l association Utilisation des fibres de chanvre : les laines isolantes Fibres Laine isolante

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

Pompes à chaleur haute température Production eau chaude sanitaire

Pompes à chaleur haute température Production eau chaude sanitaire CLIMATISATION ET CHAUFFAGE Pompes à chaleur haute température Production eau chaude sanitaire CERTIFIÉ PAR CERTITA POMPES À CHALEUR Chauffage (30/35 C) www.marque-nf.com CLIMATISATION ET CHAUFFAGE Une

Plus en détail

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE

DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET PSI) DES BLOCS DE COFFRAGE ISOLANT ISOLASUP EVOLUTION POUR UN AVIS TECHNIQUE Direction Isolation et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 13-098 Le 21 juillet 2014 Réf. DIR/HTO 2014-154-KZ/LS- N SAP 70042372 DETERMINATION DES COEFFICIENTS THERMIQUES (UP ET

Plus en détail